Vous êtes sur la page 1sur 2

Matériaux & Haute tension (Licence 3éme Année ELT) TP N°2

Matériaux Magnétiques

I. But de la Manipulation:
L'objectif de cette manipulation est l'étude du comportement des matériaux magnétiques à travers
l'analyse des cycles d'Hystérésis.

II. Rappel Théorique: B


1-Phénomène d’hystérésis :
Après une partie linéaire, la caractéristique induction magnétique
(champ magnétique) B(H) d'un matériau ferromagnétique se sature.
En réduisant le champ H, l'induction B passe par un chemin H
différent de celui de l'aller. En alternatif, cette courbe aura la forme
présentée en figure 1 et qui représente un cycle d'aimantation et de
désaimantation. Ce cycle fermé est appelé cycle d’hystérésis.
Figure 1
2-Pertes magnétiques :
Les pertes magnétiques sont essentiellement dues aux pertes par courant de Foucault et par Hystérésis.
Elles constituent la puissance active dissipée dans un circuit magnétique parcouru par un flux magnétique
variable ou alternative.

2.1 Pertes par hystérésis : B


La densité volumique de pertes W par hystérésis, pour une
𝑇 W
période T, est donnée par la relation 𝑊 = ∫0 𝑑𝑊 𝑜ù 𝑑𝑊 =
𝐻. ⃗⃗⃗⃗⃗ . Elle est traduite par la surface du cycle d'hystérésis sur
⃗⃗⃗⃗ 𝑑𝐵 H
une période de temps (Figure 2).

L’énergie magnétique totale dissipée dans la substance de


volume V pendant une période est obtenue par intégration de la
Figure 2
densité d'énergie W sur le volume de la substance :
𝑊𝑇 = ∫𝑉 𝑊𝑑 𝜏 (d: élément de volume) qui, dans le cas d'un
circuit homogène de section constante, s'écrira 𝑊𝑇 = 𝑊. 𝑉
La puissance active dissipée (pertes fer) dans le matériau en question est :
W
P = dWT = T = WT . f
dt T
3. Calcul numérique d'une surface:
3.1 Méthode de Simpson:
𝑏
Soit à calculer numériquement la surface 𝑆 = ∫𝑎 𝑓(𝑥)𝑑𝑥 par la méthode de Simpson.
L'intervalle [a b] doit être subdivisé en n segments (n obligatoirement pair) de longueur h. Les points
obtenus sont numérotés de 1 à n+1. Cette intégrale S s’écrit alors :
𝑛−1 𝑛

𝑆 = (𝑓(𝑎) + 𝑓(𝑏) + 4 ∑ 𝑓(𝑥𝑖 ) + 2 ∑ 𝑓(𝑥𝑖 ))
3
𝑖=2 𝑖=3
𝑖→𝑝𝑎𝑖𝑟 𝑖→𝑖𝑚𝑝𝑎𝑖𝑟

4- Mesure du champ et de l’induction magnétique


Pour déterminer le champ H et l'induction B, nous considérons le circuit magnétique de la figure 3 de
longueur moyenne l et de section S. Le primaire et le secondaire sont constitués de bobinages avec
respectivement n1 et n2 spires.
3
I1
R VR
Source de
Tension  n1 n2 V2
 r l
C VC

Vr

figure 3

Au primaire est insérée une résistance r (de faible valeur). Au secondaire on place une résistance R ( de
grande valeur) en série avec un condensateur C (dont l'effet doit être faible devant celui de la résistance
1
R(𝑐𝜔 ≪ 𝑅).
Le primaire est alimenté par une source de tension alternative de fréquence 50 Hz.

En appliquant le théorème d’Ampère et en négligeant la valeur du courant au secondaire (R très grande),


𝑛
le champ magnétique est donné par l'expression: 𝐻 = 𝑟.𝑙1 𝑉𝑟 avec Vr tension aux bornes de la résistance r.
En considérant le secondaire, nous pouvons écrire:
𝑑Φ
𝑉2 = −𝑛2 𝑑𝑡 = 𝑉𝑅 + 𝑉𝑐  flux de l’induction magnétique B
1
La tension aux bornes de la capacité C est :𝑉𝐶 = 𝐶 ∫ 𝑖2 𝑑𝑡
1
Vc =  i2 dt
C
Le choix de R et C permet de considérer V2  VR = R.i2
D’où :
1 𝑛 𝑑Φ 𝑛
𝑉𝐶 = 𝑅𝐶 ∫ 𝑉2 𝑑𝑡 = − 𝑅𝐶2 ∫ ( 𝑑𝑡 ) 𝑑𝑡 = − 𝑅𝐶2 Φ
Or, on a :  = B.S où S est la section du circuit magnétique.
𝑅𝐶
Nous aurons finalement : 𝐵 = − 𝑛 𝑆 𝑉𝐶
2

III. Manipulation
1) Noter le nombre de spires primaire et secondaire, la section et la longueur moyenne.
2) Réaliser le montage permettant de visualiser l'image du cycle d'Hystérésis et de mesurer la puissance et
la tension au primaire. La résistance au primaire r=10, la résistance secondaire R=10k et la capacité
C=8µF.
3) Relever l'image du cycle (noter les calibres utilisés) et la puissance pour différentes valeurs de la
tension aux primaires (Ne pas dépasser 40V). Un minimum de 5 points est à conseiller.
4) Refaire les mêmes mesures en pratiquant un entrefer.

IV Travail demandé
a) Sans entrefer
- Calculer la surface du cycle relevé en utilisant la méthode de Simpson
- Calculer la densité d'énergie
- Calculer l'énergie totale
- Déduire la puissance dissipée
- Tracer la puissance en fonction de la tension
- Comparer la puissance calculée avec la puissance relevée
b) Avec entrefer
Même travail que dans a) pour un noyau avec entrefer.