Vous êtes sur la page 1sur 34

GUIDE PRATIQUE

« J’EMMENAGE DANS MON NOUVEAU LOGEMENT »

INTIMEO II
Adresse :
126-128 CHEMIN DE CROIX BENITE - 31200 TOULOUSE

1
Guide Pratique INTIMEO II
Madame, Monsieur,

Vous allez prendre possession de votre logement en location à TOULOUSE


METROPOLE HABITAT, dans la résidence :
Vous allez prendre possession de votre appartement dans la résidence :

«INTIMEO II»
Afin de faciliter votre arrivée dans ce logement, nous nous sommes efforcés de
répondre, par anticipation, aux questions que vous ne manquerez pas de vous
poser.

Nous avons préparé à votre intention ce fascicule qui rassemble des


informations, ainsi que les formalités et précautions propres à un changement
de domicile.

La qualité de service rendue au locataire et au locataire accédant est une de nos


priorités.

Votre Gestionnaire Clientèles et Territoires, Monsieur Maurad MENARI


et la Responsable Clientèles et Territoires, Madame Anne MURATET, sont
garants de cette qualité de service : ils sont à votre écoute.
Je vous souhaite un bon emménagement,
Cordialement.

Nathalie REIGNIER

Responsable d’Agence
Toulouse Métropole Habitat
Agence NORD

Guide Pratique INTIMEO II 2


SOMMAIRE

I- PRESENTATION DE LA RESIDENCE

- L’accès à la Résidence

- Les Locaux Communs et les Equipements

- Les charges et la gestion de la résidence

II- TOULOUSE METROPOLE HABITAT ET SES SERVICES

III- INFORMATIONS ECOGESTES

IV- INFORMATIONS GENERALES

- Disposition à prendre avant votre emménagement

- Disposition à prendre après votre emménagement

Guide Pratique INTIMEO II 3


PRESENTATION

DE

LA RESIDENCE

Guide Pratique INTIMEO II 4


L’ACCES A LA RESIDENCE

ACCES DEPUIS LA RUE :

Accès piétons :

 par le locataire : L’accès à la résidence se fait par contrôle d’accès à l’aide d’un badge
VIGIK (nombre de badge en fonction de la typologie du logement).

Si pour des raisons pratiques, vous souhaitez un badge électronique supplémentaire,


vous pouvez transmettre votre demande via notre centrale d’appels – 05.81.313.313 –
prix 8,50€.

 par un visiteur : Un interphone est situé au niveau de l’entrée principale de votre


résidence : 126, chemin de Croix Bénite, il permet de mettre en relation le visiteur avec
l’occupant du logement.
Au 128, chemin de Croix Bénite, entrée piétonne pour les résidents avec clés sur
organigramme.
Dans chaque logement, se trouve un combiné d’interphone/visiophone qui permet au
locataire de déverrouiller la porte.

Accès véhicules :

L’accès se fait depuis le 126, chemin de Croix Bénite – 31200 TOULOUSE, par un portail basculant
au sous-sol.
Toutes les places pour les locataires sont situées dans le parking en sous-sol.

Guide Pratique INTIMEO II 5


PLAN DE LA RESIDENCE INTIMEO II

6
Guide Pratique INTIMEO II
LES LOCAUX COMMUNS ET EQUIPEMENTS

BOITES AUX LETTRES :

Les boîtes aux lettres sont situées à l’entrée principale de la résidence à côté de la salle de
sport. Les étiquettes seront fournies et mises en place par TOULOUSE METROPOLE HABITAT.
Afin de préserver l’esthétique des blocs boites aux lettres, nous vous remercions de nous
solliciter pour toute modification de votre étiquette.
Aucune marque, distinction ou adhésif ne doit être apposé sur les façades de vos boites à
lettres. Seul un STOP PUB vous permettant d’éviter la distribution de prospectus est
autorisé.

LOCAUX PROPRETE :

Toutes les ordures ménagères doivent être déposées dans les containers stockés dans le
local situé à l’entrée de la résidence.

Il est interdit de stocker des encombrants dans l’enceinte de la résidence. Pour ne pas
encombrer le local ordures ménagères, nous vous remercions de ne pas jeter les cartons
en l’état lors de votre emménagement.
Merci de déplier les cartons (mise à plat) avant de les mettre dans le container prévu à cet
effet (container jaune).

Le traitement des déchets :

Un syndic professionnel (syndic SPORTING IMMOBILIER) gère le contrat d’entretien


(nettoyage parties communes et rotation des containers).

Le traitement des déchets :

Bac vert : déchets résiduels ménagers


Bac bleu : tri sélectif

Guide Pratique INTIMEO II


7
TELEVISION / RADIO :

Antenne collective pour la TNT et la radio FM.


Parabole pour réception des bouquets possible Canal+ et Canalsat (abonnement à la charge
du résident).

ACCES TELEPHONE, INTERNET :

La résidence et votre logement sont raccordés au réseau téléphonique. Votre demande


d’abonnement devra se faire en contactant le service client du fournisseur que vous avez
choisi.
Vous devrez lui communiquer l’adresse postale et le numéro de votre logement.

FICHE (OU CONNECTEUR) AUX NORMES :

PRISES DU LOGEMENT :

Prise SAT / FM / TV:

1 prise RJ45 dans chaque pièce.

En entrant dans votre logement, vous pourrez brancher votre poste de télévision sur la prise
murale « TV », et après avoir réglé les canaux de réception, vous pourrez recevoir sans aucune
autre démarche les 18 chaînes de la TNT (TF1, France 2 / 3 / 5, Canal+, ARTE, M6, TLT…)

Guide Pratique INTIMEO II


8
Interdiction formelle d’installer une antenne ou parabole individuelle en façade

Pour capter des chaînes autres à la demande, il vous suffit de prendre un abonnement auprès du
prestataire de votre choix et de relier votre poste de télévision à la prise murale « SAT ».

EAU :

Vous n’avez pas de contrat d’abonnement à souscrire (l’eau est intégrée aux provisions pour
charges sur votre quittance).

CUISSON GAZ : flexible ROI fourni à l’état des lieux

DAAF :

Les logements sont équipés de Détecteurs Autonomes Avertisseurs de Fumée conformément à


l’article L.129-8 du code de la construction et de l’habitation.

ELECTRICITE/GAZ :

Les compteurs électriques individuels se trouvent dans les tableaux individuels à l’entrée du
logement. Ils sont équipés du télé-report : les agents fournisseur d’énergie n’ont pas besoin
d’accéder au logement pour relever les consommations.

Chaque locataire peut néanmoins contrôler sa consommation d’électricité au compteur.


L’éclairage en plafonnier se fait grâce à des douilles DCL (à vis). La consommation d’électricité
sera facturée par votre fournisseur.

Il en est de même pour votre compteur gaz pour le fonctionnement de la chaudière

Guide Pratique INTIMEO II


9
Guide Pratique INTIMEO II
10
CHAUFFAGE ET ECS (Eau Chaude Sanitaire)

Le chauffage et l’eau chaude sont produits par une chaudière individuelle au gaz.

Chaque pièce de votre logement est équipée d’un radiateur, le réglage du chauffage se fait via le
thermostat d’ambiance situé dans la pièce principale (notice d’utilisation fournie en annexe). Vous
pouvez ensuite diminuer la température dans les chambres à l’aide des robinets thermostatiques.

Pour une gestion économe de l’énergie et un meilleur confort, il est conseillé de programmer le
chauffage de la façon suivante : chauffage confort en continu de 6h à 23h avec température
intérieure de 19/20°C, chauffage économique de 23h à 6h avec température intérieure de 16°C
dans les chambres : pensez à vous équiper d’un thermomètre.

Chaque locataire peut adapter la programmation à son rythme de vie. Pour que la régulation du
logement soit optimisée, il est important de laisser tous les radiateurs en fonctionnement.

VENTILATION :

Tous les logements sont équipés d’une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) collective.

Cette VMC permet la bonne circulation de l’air dans le logement, sans provoquer de déperdition
de chaleur excessive. L’air entre par les grilles de ventilation situées sur les fenêtres des séjours et
des chambres (les pièces sèches) ; il est ensuite extrait par les bouches de ventilation mécaniques
situées dans la cuisine, les WC et les salles de bain (pièces humides). Les moteurs d’extraction se
situent dans les combles et fonctionnent en permanence, 24h sur 24, toute l’année.

Il est formellement interdit de boucher les entrées d’air situées sur les
fenêtres ainsi que les bouches d’extraction de la VMC

Si vous obstrueriez ces entrées ou sorties d’air, votre logement ne serait plus ventilé correctement
(risques de condensation et apparition de moisissure…). La dégradation des embellissements vous
serait imputable. La VMC installée dans votre logement est auto-réglable, c’est-à-dire que les
débits d’extraction d’air sont constants et adaptés.

En ce qui concerne la cuisine (et les WC lorsqu’ils sont indépendants de la salle de bains), vous
pouvez augmenter ce débit à l’aide de l’interrupteur. Une fois ouverte cette dernière le reste
automatiquement 20 minutes et se referme.

Par exemple : vous cuisinez. Pour accélérer l’évacuation de l’humidité, vous tirez sur la cordelette
de la bouche d’extraction et pendant quelques minutes, le débit extrait sera plus impo

Attention : il est formellement interdit de raccorder une hotte


aspirante à la bouche de VMC (opter pour des hottes à recyclage).
LES CHARGES ET LA GESTION DE LA RESIDENCE

Guide Pratique INTIMEO II


11
VOTRE QUITTANCE TOULOUSE METROPOLE HABITAT COMPRENDRA :

* la redevance qui comprend une part locative (à titre occupant) et une part acquisitive.
* Taxe Ordures ménagères.

Le Syndic SPORTING se chargera de vous facturer l’ensemble des charges de copropriétés, à


savoir :
- CHARGES GENERALES
- CHARGES GARAGES SOUTERRAIN

Les charges de copropriété appelées seront prévisionnelles, une régularisation sera faite à la
fin de l’année écoulée par le Syndic.

Guide Pratique INTIMEO II


12
TOULOUSE METROPOLE
HABITAT

ET

SES SERVICES

Guide Pratique INTIMEO II


13
Pour toute interrogation ou réclamation concernant votre résidence ou votre logement, un seul
numéro à contacter :

Un accueil est également assuré en


Agence
Du lundi au vendredi
8h30 à 11H45 et de 13h30 à 16h

L’utilisation de l’adresse mail est réservée à l’envoi de document (assurance…). Aucune


réclamation envoyée par mail ne sera prise en compte.

agencenord@tm-habitat.fr

Un service d’astreinte est également à votre disposition en dehors de ces horaires pour les
urgences (dégât des eaux, incendie…) – numéro de téléphone identique : 05.81.313.313

Guide Pratique INTIMEO II


14
INFORMATIONS

ECO-GESTES

Guide Pratique INTIMEO II


15
Guide Pratique INTIMEO II
16
Guide Pratique INTIMEO II
17
Guide Pratique INTIMEO II
18
INFORMATIONS

GENERALES

Guide Pratique INTIMEO II


19
DISPOSITIONS A PRENDRE AVANT VOTRE EMMENAGEMENT

1- ASSURANCE :

Prévenez votre assureur de votre changement de domicile et indiquez-lui les nouvelles


caractéristiques et coordonnées de votre appartement (+ garage s’il y a lieu).

ATTENTION : n’oubliez pas que, dès la remise des clés, vous devenez responsable de vos parties
privatives en ce qui concerne les risques d’incendie et de dégâts des eaux notamment : votre
responsabilité peut être engagée dans tout sinistre dont l’origine se trouverait dans votre
logement.

Sans assurance pour votre logement lors de l’entrée dans les lieux, nous ne pourrons pas vous
en remettre les clés.
Ensuite, chaque année à date anniversaire de son renouvellement, vous devrez nous adresser
une copie de votre attestation ou police d’assurance obligatoire.

2- POUR VOTRE LIGNE TELEPHONIQUE :

Contactez le prestataire de service de votre choix, et indiquez-lui les références de votre


logement :

- L’adresse : 126-128, chemin de Croix Bénite– 31200 TOULOUSE


- Le numéro de votre appartement
- L’étage de votre appartement

Remarque : pour France Télécom, contacter le 1014

3- POUR VOTRE ABONNEMENT D’ELECTRICITE :

Vous avez aujourd’hui la possibilité de choisir votre fournisseur d’énergie électrique.


Quel qu’il soit, vous devrez donner à ce fournisseur le numéro PDL de votre logement (ou point de
livraison) ainsi que votre adresse.
Attention, à compter de votre état des lieux, vous disposerez de 10 à 15 jours maximum pour la
régularisation de votre abonnement, sous peine de frais supplémentaire.

4- POUR VOTRE ABONNEMENT EAU :

Vous n’avez pas de contrat d’abonnement à souscrire (l’eau est intégrée aux provisions pour
charges sur votre quittance).

Guide Pratique INTIMEO II


20
DISPOSITIONS A PRENDRE APRES VOTRE EMMENAGEMENT

1- COURRIER :

Vous pouvez faire suivre votre courrier pendant un an à compter de la date de votre
emménagement. Vous devez, pour cela, vous rendre à la poste de votre ancien domicile.

En ce qui concerne les journaux auxquels vous êtes abonnés, la plupart acceptent de prendre
en considération votre changement d'adresse si vous leur renvoyez la bande du dernier journal
avec vos nouvelles coordonnées.

Bureau de Poste
235, route de Fronton
31200 TOULOUSE
Numéro vert :  36.31

2- COMPTES BANCAIRES ou POSTAUX :

Informez vos établissements financiers (C.C.P., Banques, Caisse d'Epargne, etc...) de votre
changement d'adresse et, éventuellement, procédez au transfert de vos comptes dans l'une
des agences proches de votre nouveau domicile.

3- IMPOTS :

Faites connaître votre nouvelle adresse au Percepteur de votre ancien domicile.

4- CPAM :

Informez votre Centre de Sécurité Sociale de votre changement de domicile.


Si vous venez d’une autre commune, adressez-vous directement à votre nouveau Centre qui
vous remettra le formulaire adéquat :

CAISSE PRIMAIRE D’ASSURANCE MALADIE


1 rue de Salgareda
31140 Saint-Alban

5- AUTOMOBILE :

Modification d’adresse OBLIGATOIRE pour tous, sur le certificat d’immatriculation (ex carte
grise), dans le mois suivant le déménagement.

Guide Pratique INTIMEO II


21
Pour les anciens modèles de carte grise (par ex : 1234 AB 31), il y aura attribution d’un nouveau
numéro et l’établissement d’un nouveau certificat d’immatriculation (changement des plaques
minéralogiques à faire).
Pour les nouveaux modèles (depuis 2009, par ex : AA 123 AA), une nouvelle étiquette
comportant votre adresse sera apposée sur votre certificat d’immatriculation.

Rendez vous sur le site ANTS http://www.ants.gouv.fr (agence nationale des titres sécurisés)

6- PIECES D’IDENTITE :

C’est à la Mairie de votre quartier que vous devez vous adresser pour obtenir la rectification
d’adresse de vos papiers d’identité et l’inscription sur la liste électorale de la Mairie de quartier
de Croix Daurade.

Mairie de quartier de LALANDE


3 place Paul Riché
31200 TOULOUSE
 05 61 13 80 47

Munissez-vous à cet effet d’une quittance d’électricité, de téléphone ou d'un certificat de


domicile.

Pour toute question et/ou réclamation


liée à votre contrat ou à votre logement

Vous pouvez contacter le PASS


Centre de Relations Clients TOULOUSE METROPOLE HABITAT au :

Site internet : www.toulousemetropolehabitat.fr

Guide Pratique INTIMEO II


22
Une astreinte technique TOULOUSE METROPOLE HABITAT est également à votre disposition
7 j/7 - 24 h/24
en cas de problème technique grave

Votre Gestionnaire Clientèles et Territoires TOULOUSE METROPOLE HABITAT est


Monsieur Maurad MENARI

L’agence NORD est ouverte tous les jours du lundi au vendredi


8h30-11h45 et de 13h30 à 16h00

Adresse :
40 Boulevard André Netwiller – 31200 TOULOUSE

Guide Pratique INTIMEO II


23
REGLEMENT DE COPROPRIETE

CONDITIONS D’USAGE DE L’IMMEUBLE


DESTINATION DE L’IMMEUBLE ET RESPONSABILITE DES
COPROPRIETAIRES

L’immeuble est destiné à un usage principal d’habitation. Les autres modes


d’occupation tolérés sont limités à ce qui est dit au paragraphe « Occupation » ci dessous.
L’immeuble sera soumis, pour l’usage de ses parties communes et privatives,
aux règles qui suivent.
Chaque copropriétaire sera responsable, à l’égard du syndicat et de tout
copropriétaire, des troubles de jouissance et infractions aux dispositions du présent
règlement dont lui-même, sa famille, ses préposés, ses locataires ou occupants
quelconques des locaux lui appartenant seraient directement ou indirectement les
auteurs ; il sera également responsable des conséquences dommageables résultant
de sa faute, de sa négligence, ou de celles des personnes dont il est légalement
responsable.
Aucune tolérance ne pourra devenir un droit acquis, quelle qu’en puisse être
la durée.
Si elle le juge utile, l’assemblée générale, par voie de décision prise à la
majorité des voix des copropriétaires présents ou représentés, pourra établir un
règlement intérieur et déterminer les sanctions applicables en cas d’infraction audit
règlement entraînant un trouble anormal ou faisant obstacle à la paisible jouissance
de leur lot par les autres copropriétaires ou occupants et donner au syndic le pouvoir
de les exécuter.
Chaque copropriétaire a l’entière responsabilité de la surveillance de ses
biens et doit prendre toutes dispositions pour en assurer la protection : aucune action
en responsabilité ne pourra être engagée à l’encontre du promoteur, du syndicat ou
du syndic en cas de vol ou d’action délictueuse commise dans l’immeuble, même en
cas de panne des dispositifs de fermeture de la résidence sous réserve toutefois que
le syndic ait pris toutes les mesures visant à réparer la panne en temps utiles

USAGE DES PARTIES PRIVATIVES

PRINCIPES

Chacun des copropriétaires aura le droit de jouir comme bon lui semble des
parties privatives comprises dans son lot, à la condition de ne porter atteinte ni aux
droits des autres copropriétaires, ni à la destination de l’immeuble et de ne rien faire
qui puisse compromettre l’harmonie architecturale, la solidité, la sécurité de
l’immeuble ou la tranquillité des occupants.
D’une manière générale, chaque copropriétaire ou occupant devra se
conformer, pour l’usage de ses parties privatives aux règles définies par la norme P
05-100 de septembre 1991 définissant les conditions d’usage normal d’un logement.
Les occupants devront notamment veiller au bon entretien des joints d’étanchéité des
appareils sanitaires, au nettoyage régulier des bouches d’admission et d’extraction de
la Ventilation Mécanique Contrôlée (qui ne devront en aucun cas être obstruées), des
évacuations des eaux pluviales des terrasses, balcons et à l’entretien et au contrôle
régulier de la chaudière gaz ou du cumulus électrique.
Si les circonstances l’exigent et à condition que l’affectation, la consistance ou
la jouissance des parties privatives comprises dans son lot n’en soient pas altérées de
façon durable, ni un copropriétaire ni ses ayants droit ne peut faire obstacle à
l’exécution, même à l’intérieur de ses parties privatives, des travaux régulièrement et
expressément décidés par l’assemblée générale en vertu des paragraphes a et b du II
de l’article 24, des f, g et o de l’article 25 et de l’article 30 de la loi du 10 juillet 1965
modifiée.
Les travaux entraînant un accès aux parties privatives doivent être notifiés
aux copropriétaires au moins huit jours avant le début de leur réalisation, sauf

Guide Pratique INTIMEO II


24
impératif de sécurité ou de conservation des biens.
Les copropriétaires qui subissent un préjudice par suite de l’exécution de
travaux, en raison soit d’une diminution définitive de la valeur de leur lot, soit d’un
trouble de jouissance grave, même s’il est temporaire, soit de dégradations ont droit à
une indemnité.
Cette indemnité, qui est à la charge de l'ensemble des copropriétaires, est
répartie, s'agissant des travaux décidés dans les conditions prévues par les
paragraphes a et b II de l’article 24, des f, g et o de l’article 25 et par l’article 30 en
proportion de la participation de chacun au coût des travaux.
En cas de carence de la part d’un copropriétaire ou de son locataire dans
l’entretien des parties privatives, ainsi que d’une façon générale pour toutes celles
dont le défaut d’entretien peut avoir des incidences à l’égard des parties communes
ou des autres parties privatives ou de l’aspect extérieur de l’immeuble, le syndic
pourra remédier aux frais du copropriétaire défaillant, à cette carence, après mise en
demeure par lettre recommandée avec demande d’avis de réception restée sans effet.

OCCUPATION

Les appartements ne pourront être occupés que par des personnes de


bonnes vies et moeurs.
Les appartements seront principalement destinés à l’habitation. Leur
utilisation à usage de bureau même pour une activité commerciale ou de cabinet pour
une profession libérale, sous réserve des dispositions fiscales applicables aux
logements loués et des autorisations administratives prévues par les articles L 631-7
et R 631-4 du Code de la Construction et de l’Habitation, est toutefois tolérée à
condition qu’elle ne porte pas atteinte à la tranquillité des autres usagers.
Mais cette transformation pourra être considérée comme un changement
d’affectation des locaux soumis aux autorisations administratives prévues par l’article
L 631-7 du code de la Construction et de l’Habitation et pouvant entraîner une
modification de la répartition des charges relatives aux services et éléments
d’équipements communs. Cette modification de la répartition des charges est décidée
à la majorité de tous les copropriétaires conformément à l’article 25 e de la loi du 10
juillet 1965.
En aucun cas, l’utilisateur d’un local pour un usage professionnel ne pourra
exiger que les accès de l’immeuble demeurent ouverts pendant ses heures d’activité.
Le nombre de personnes occupant les logements sera limité à ce
qu’autorisent les règles définies à l’article R 111-2 du code de la Construction et de
l’habitation.
Toutes activités de démarchage ou de colportage à l’intérieur de la résidence
sont interdites.
Pendant toute la période de commercialisation de l’immeuble et de mise en
place des premiers locataires, la Société chargée de cette commercialisation pourra
affecter un appartement non vendu, à usage de bureau de vente, de location, ou
d’appartement ou villa témoin.

LOCATIONS

Les copropriétaires pourront louer leurs appartements comme bon leur


semblera, à la condition que les locataires soient de bonne vie et moeurs et qu’ils
respectent les prescriptions du présent règlement, ainsi que la destination de
l’immeuble telle que définie ci-dessus.
Les baux et engagements de location devront imposer aux locataires
l’obligation de se conformer aux prescriptions du présent règlement. En application de
l’article 3 de la loi du 6 juillet 1989, il devra être annexé à tout bail de location les
extraits du présent règlement de copropriété concernant la jouissance et l’usage des
parties communes et privatives et indiquant la quote-part afférente au lot loué dans
chacune des catégories de charges. S’il y a lieu, cette obligation sera étendue aux
baux professionnels.
En tous cas, les copropriétaires resteront personnellement garants et
responsables de l’exécution de cette obligation.
La transformation des appartements en chambres meublées pour être louées
à des personnes distinctes est interdite, mais les locations en meublé, par

Guide Pratique INTIMEO II


25
appartement entier, sont autorisées.
HARMONIE DE L’IMMEUBLE

Bien que constituant des parties privatives, les portes d’entrée des
appartements, les fenêtres et fermetures extérieures, ne pourront, même en ce qui
concerne leur peinture, être modifiés, si ce n’est avec l’autorisation de l’assemblée
générale des copropriétaires.
La pose des stores et fermetures extérieures est autorisée, sous réserve que
la teinte et la forme soient celles proposées par le syndic de la copropriété ou
l’architecte de l’opération et approuvées par l’assemblée générale des copropriétaires.
Aucun aménagement ni aucune décoration ne pourront être apportés par un
copropriétaire aux balcons ou aux terrasses ni aux éléments établissant les limites
des jardins à usage privatif qui, extérieurement, rompraient l’harmonie de l’immeuble.
La pose de canisses ou et autres pare-vue est strictement prohibée sauf décision
contraire prise en Assemblée générale.
En cas d’infraction à ces dispositions, et après mise en demeure restée
infructueuse, le Syndic pourra procéder, dans les quinze jours, à l’enlèvement des
aménagements illicites aux frais et risque du contrevenant. Lesdits travaux relèvent
des pouvoirs propres d’administration, de garde et d’entretien du syndic.
Tous les éléments extérieurs devront être maintenus en bon état et aux frais
de chacun des copropriétaires, et notamment les portes donnant accès aux parties
privatives, les fenêtres et volets.

UTILISATION DES FENETRES, BALCONS ET TERRASSES

Les balcons et terrasses sont des parties communes à l'usage exclusif du


propriétaire du lot auxquels ils sont rattachés.
Les propriétaires qui ont l’usage exclusif de parties communes (terrasses,
balcons…), auront personnellement la charge du nettoyage ainsi que de l’entretien
courant des revêtements de sol de ces parties et, de la réparation des dégradations
qu’ils occasionneraient. Ainsi les frais d’entretien de réparation ou de remplacement
du revêtement superficiel des balcons ou terrasses (tels que dalles sur plots ou
caillebotis) et qui relèvent de charges privatives seront à la charge du copropriétaire
concerné. Les autres dépenses de réparations et de réfection (étanchéité, gros oeuvre
des balcons ou terrasses) constituent des charges communes sauf lorsqu’elles sont
dues à la négligence de leur propriétaire. Toutefois dans le cas de travaux sur le gros
oeuvre ou l’étanchéité desdits ouvrages décidés par l’Assemblée Générale des
copropriétaires et ayant entrainé une dépose ou des dégâts sur les revêtements
privatifs, la remise en état des embellissements de ces parties privatives, sera à la
charge des copropriétaires en proportion de la participation de chacun au coût des
travaux.
Il ne pourra être étendu de linge aux fenêtres, ni sur les balcons ou les
terrasses de façon ostensible. A cet effet, l’utilisation de séchoirs ne dépassant pas la
hauteur des garde-corps est recommandée. Aucun objet ne devra les encombrer à
l’exception de meubles de jardin.

Les « pissettes » ou autres systèmes d’évacuation des eaux pluviales des


balcons et terrasses ne devront en aucun cas être obstruées. Ces pissettes s’écoulant
au pied du bâtiment, il est interdit d’y déverser des eaux usées et de nettoyer les
balcons et terrasses à grande eau afin de ne causer aucune gêne aux occupants des
appartements inférieurs.
L’installation de canisses ou autres pare-vue sera interdite. Seules seront
autorisées les plantations en pots ou en jardinières. Précisions étant faite que le
niveau de terre des jardinières ne devra pas être modifié par les copropriétaires et
occupants concernés.
Aucun objet ne pourra être déposé sur les bords des fenêtres ou des balcons,
terrasses sans être fixé pour en éviter la chute. Les vases à fleurs, même sur les
balcons, terrasses devront reposer sur des dessous étanches capables de conserver
l’excédent d’eau, de manière à ne pas détériorer les murs et incommoder les passants
ou les voisins.

Guide Pratique INTIMEO II


26
Afin de préserver l’harmonie architecturale de l’immeuble, l’installation
d’antennes ou de paraboles sur les balcons, aux fenêtres, sur les terrasses est
interdite.
Pareillement, aucun aménagement ni aucune décoration ne pourront être
apportés par un copropriétaire aux balcons ou terrasses qui, extérieurement, romprait
l’harmonie de l’immeuble.
Il sera interdit de faire supporter aux dalles une charge supérieure à leur
résistance déterminée par l'architecte de la copropriété, en particulier par un apport de
terre ou par l’installation d’aménagements pesants. L’installation de piscines hors sol
est strictement interdite.
Les copropriétaires seront responsables de tous les dommages tels que
fissures, fuites, provoqués directement ou indirectement par leur fait ou par le fait des
aménagements qu'ils pourraient apporter.
En cas d’infraction à ces dispositions, et après mise en demeure restée
infructueuse passé un délai de 7 jours, le Syndic pourra procéder à l’enlèvement des
aménagements illicites aux frais et risques du contrevenant.

UTILISATION DES JARDINS A USAGE PRIVATIF

Les jardins à usage privatif n'en demeurent pas moins des parties communes
à l'usage exclusif du propriétaire du lot auquel il est rattaché. Ce droit de nature réel et
perpétuel est indissociable du lot auquel il a été concédé : il ne pourra être ni vendu
séparément ni cédé à un tiers.
Les jardins devront être maintenus en bon état d’entretien et de propreté. Ces
jardins concourant à l’agrément général de la résidence, la tonte des pelouses et la
tailles haies seront à la charge de la copropriété. A cet effet les propriétaires de ces
jardins devront en laisser le libre accès au personnel chargé de ces tâches. A défaut,
l’entretien des jardins rendus inaccessibles aux personnes en charge de ces tâches
incombera au copropriétaire ou occupant concerné.
Des petites cultures potagères pourront y être faites mais ils devront garder
leur destination de jardin d’agrément.
Le linge ne pourra être étendu dans les jardins que de façon discrète.
Il ne pourra y être construit aucun ouvrage les droits de construire étant des
droits accessoires aux parties communes générales. Aucun objet ne devra les
encombrer à l’exception des meubles de jardin.
Les clôtures ou les haies en tenant lieu devront demeurer identiques à celles
prévues lors de l’édification de l’ensemble immobilier. Elles ne pourront être modifiées
qu’avec l’accord de l’assemblée générale. L’installation de canisses ou de tout autre
système d’occultation le long de ces clôtures sera interdite sauf décision d’Assemblée
Générale.

Les copropriétaires devront veiller à ne pas endommager les systèmes


d’étanchéité des dalles par l’apport d’une charge supérieure à leur résistance
déterminée par l’architecte de la copropriété. Ils seront tenus responsables de tous
les dommages tels que fissures ou fuites, provoqués directement ou indirectement par
leur fait ou par le fait des aménagements qu'ils pourraient apporter notamment
plantations, apports de terres ou objets lourds.
L’installation de piscines hors sol est strictement interdite.
En cas d’infraction à ces dispositions, et après mise en demeure restée
infructueuse, le Syndic pourra, passé un délai de 7 jours, procéder à l’enlèvement des
aménagements illicites aux frais et risques du contrevenant.

Guide Pratique INTIMEO II


27
BRUITS

Les copropriétaires et occupants devront veiller à ce que la tranquillité de


l’immeuble ne soit à aucun moment troublée par leur fait, celui des membres de leur
famille, de leurs invités ou des personnes à leur service.
En conséquence, ils ne pourront faire ou laisser faire aucun bruit anormal,
aucun travail, de quelque genre que ce soit, qui serait de nature à nuire à la solidité de
l’immeuble ou à gêner leurs voisins par le bruit, l’odeur, les vibrations ou autrement.
Tous bruits ou tapages même diurnes, de quelque nature qu’ils soient, alors
même qu’ils auraient lieu à l’intérieur des appartements, troublant la tranquillité des
habitants, sont formellement interdits.
L’usage des appareils de radio, de télévision, des chaînes HI-FI et
instruments de musique est autorisé à la condition que l'intensité sonore perceptible
par les voisins ne constitue pas un trouble excédant les inconvénients normaux de voisinage.

REPARATIONS ET ENTRETIEN

Les copropriétaires, leurs ayants droits et ayant cause, devront souffrir, sans
indemnité (sauf les cas prévus à l’article 2.1.2.1 ci-dessus), l’exécution de réparations
ou des travaux d’entretien qui seraient nécessaires aux parties communes ainsi que
tous travaux rendus obligatoires par voie réglementaire, quelle qu’en soit la durée.
Ils devront, si cela est nécessaire, laisser accès de leurs parties privatives au
syndic, aux architectes, experts, entrepreneurs, techniciens et ouvriers chargés de
surveiller, conduire ou faire ces travaux. Il en sera de même toutes les fois qu'il sera
exécuté des travaux dans un appartement pour vérifier que lesdits travaux ne sont
pas de nature à nuire à la sécurité du Groupe d'Immeubles ou aux droits des autres
copropriétaires.
Les propriétaires de parkings traversés par des canalisations communes
devront notamment autoriser l’accès à ces canalisations pour toute opération
d’entretien ou de réparation.
La remise en état des embellissements des parties privatives, à la suite de
l’exécution des travaux décidés par l’Assemblée Générale des copropriétaires sera à
la charge des copropriétaires en proportion de la participation de chacun au coût des
travaux.

LIBRE ACCES
Pour des raisons de sécurité, dans le but de permettre toute intervention
urgente, chaque occupant d’un appartement pourra, en cas d’absence prolongée,
laisser une clef à une personne de son choix et communiquer les coordonnées de
celle-ci au syndic. Le détenteur des clefs sera autorisé à pénétrer dans l’appartement
en cas d’urgence. A défaut, le syndic se réserve le droit de faire ouvrir la porte par les
pompiers ou la police aux frais de l'occupant ou à défaut de saisir les juridictions
compétentes en référé afin d’obtenir une autorisation de pénétrer dans les lieux.
Les copropriétaires devront souffrir le passage dans leurs parties privatives
des câbles, canalisations et conduits qui desserviraient les éléments d'équipement
commun ou d'autres locaux privatifs, ainsi que l'implantation des robinets de purge,
regard etc.… y afférents. S’il y a lieu, ils devront ainsi accepter le passage sur leur
emplacement de stationnement des câbles privatifs des emplacements voisins pour la
recharge des véhicules électriques ou hybrides, nécessaires pour relier les fourreaux
électriques communs aux installations privées (prises et compteur individuel).
Tout copropriétaire possédant un local dans lequel se trouvent des éléments
tels que gaines, trappes, regards, compteurs, canalisations communes, câbles
électriques ou téléphoniques, devra en tout temps laisser le libre accès aux
entreprises et administrations spécialisées pour leur vérification, leur entretien, leurs
réparations, le relevage des compteurs ou encore la réalisation de nouveaux
branchements.
Les copropriétaires de locaux situés en dernier étage devront, en tant que de
besoin, laisser le libre passage pour l'accès aux combles ou aux terrasses, s'il en
existe, ainsi qu’aux toitures, et ce pour les seules opérations de contrôle, d’entretien,

Guide Pratique INTIMEO II


28
de réparation et de réfection des parties communes.
Pareillement, les copropriétaires qui ont l’usage de jardins privatifs devront
autoriser l’accès aux réseaux ou canalisations communes susceptibles de traverser
leur jardin. De même, le ou les propriétaires des lots comprenant un jardin privatif
concernés devront laisser un accès libre pour toute entreprise devant réaliser le
ravalement de la façade intérieure ou tous travaux liés à l’immeuble et nécessitant
l’accès au jardin.
Les copropriétaires de locaux situés en rez-de-chaussée devront, en tant que
de besoin, laisser le libre passage pour les opérations d’entretien, de réparation et de
réfection des descentes d’eaux pluviales.

ENTRETIEN DES CANALISATIONS D’EAU ET ROBINETTERIES

Afin d’éviter les fuites d’eau et les vibrations dans les canalisations, les
robinets et chasses de W.C. devront être maintenus en bon état de fonctionnement et
les réparations exécutées sans retard. Les joints des robinetteries devront être
remplacés régulièrement ; les filtres des lave-linge, lave-vaisselle et autres appareils
ménagers devront être nettoyés régulièrement de façon à éviter les fuites
accidentelles.
Les joints périphériques des baignoires, receveurs de douche et éviers
devront être vérifiés régulièrement et refaits régulièrement. En cas d’infiltrations, le
propriétaire du local où elle se produirait, devra réparer les dégâts.
Les conduits, de quelque nature qu'ils soient, ne pourront être utilisés que
pour l'usage auquel ils ont été destinés, ils ne pourront servir à l’évacuation de
produits ou d’objets, usagés ou non, susceptibles de les obstruer. Ils devront être
protégés contre les conséquences du gel, sauf à être responsable des dommages
pouvant être occasionnés aux lots et parties communes. Ainsi pendant les gelées, il
ne pourra être jeté d’eau dans les conduits extérieurs d’évacuation. Les occupants
des logements équipés de robinets de puisage extérieurs devront veiller à leur
vidange en période de gelée.

APPAREILS A GAZ
Les appartements seront équipés d’installations de production d’eau chaude
et de chauffage au gaz ou à l’électricité. Il est par conséquent interdit d’introduire dans
l’immeuble des bouteilles de gaz butane ou propane. Les copropriétaires concernés
devront pouvoir justifier à tout moment, à la demande du syndic, d’un certificat de
révision annuelle de l’installation individuelle de gaz.
L’usage des barbecues ou plancha à combustion est interdit, seuls les
barbecues ou planchas électriques seront tolérés dans les jardins privatifs et sur les
terrasses et balcons.

APPAREILS ELECTRIQUES
Aucun appareil électrique ne pourra être installé si sa puissance excède les
capacités de l’installation générale de l’immeuble. Toute installation électrique devra
être exécutée conformément à la norme NF C 15-100.

CLIMATISATIONS
Les copropriétaires ne pourront installer de climatisations qu’à la condition
que les appareils ne soient pas apparents en façade de l’immeuble. Ils ne pourront, en
conséquence, être installés que sur les terrasses ou les balcons de façon à être
dissimulés par les garde-corps ou au rez-de-chaussée, par des plantations. Toutes
dispositions devront être prises pour éviter les coulures sur la façade des bâtiments.
Les bruits émis par les appareils ne devront pas dépasser les limites prévues
par l’annexe 13-10 de l’article R 1336-9 du Code de la Santé Publique (décret 2004-
802 du 29 juillet 2004 relatif aux bruits de voisinage).
Avant tout travaux, le copropriétaire devra formuler une demande
d’autorisation par courrier auprès du syndic, accompagné d’un plan coté et d’un devis
établi par un professionnel.
Le copropriétaire installant une climatisation devra en outre veiller, sous sa
responsabilité, à ce que cette installation ne remette pas en cause le respect de la
règlementation thermique RT 2012 et sous réserve du respect des autorisations
administratives éventuellement nécessaires.

Guide Pratique INTIMEO II


29
MODIFICATIONS - TRAVAUX
Chaque copropriétaire pourra librement modifier la disposition intérieure des
parties divises sur lesquelles il exerce son droit, sous réserve cependant de ne pas
porter atteinte à la destination de l’immeuble et de ne pas nuire à la solidité de tout ou
partie des ouvrages. Il sera responsable de tous affaissements ou dégradations qui se
produiraient du fait de ces travaux. Il s’interdit néanmoins de réaliser ou de faire
réaliser tous travaux pouvant porter atteinte aux obligations résultant du permis de
construire et faire obstacle à l’obtention d du certificat de non opposition à la
conformité des travaux ou au respect de la règlementation thermique RT 2012.
Le copropriétaire devra, préalablement à toute exécution de travaux, aviser le
syndic ; celui-ci pourra exiger que les travaux soient exécutés sous la surveillance
d’un architecte ou d’un bureau d’études techniques. Dans ce cas, les honoraires de
l’homme d’art seront à la charge du copropriétaire faisant exécuter les travaux.
Tous autres travaux susceptibles d’affecter l’aspect extérieur de l’immeuble
devront faire l’objet d’une autorisation préalable de l’assemblée générale.
Le changement des revêtements de sol et des appareils sanitaires, dans les
appartements, ne pourra être exécuté qu’après avis d’un bureau de contrôle
technique remis au syndic garantissant que les matériaux et procédés utilisés
apportent un confort acoustique au moins égal à celui des matériaux et procédés
d’origine.
Chaque copropriétaire pourra, après en avoir avisé le syndic, procéder aux
travaux nécessaires pour installer une prise électrique pour la recharge des véhicules
électriques ou hybrides sur son stationnement sous réserve d’utiliser les gaines et
fourreaux prévus à cet effet.

USAGE DES PARKINGS – TRANSFORMATION DES PARKINGS EN


BOXES FERMES
Les parkings sont exclusivement destinés au stationnement des véhicules de
tourisme en état de marche et régulièrement assurés. Toute utilisation non conforme à
leur destination est interdite. Les parkings ne pourront notamment pas servir d’aire de
lavage. Il ne pourra y être exécuté aucune opération d’entretien ou de réparation.

Ils ne pourront notamment pas être utilisés pour le stationnement de véhicules


utilitaires d’une capacité supérieure ou égale à 20 m3 et d’un poids dépassant 3,5
tonnes, de caravanes ou de véhicules hors d’usage.
Les parkings qui sont propriétés privatives ne pourront être utilisés que par
leur propriétaire, ses ayants droits ou ayants cause. Le syndic est habilité à interdire
l’accès de la résidence à tout véhicule occupant indûment un emplacement de
stationnement.
Afin de préserver l’esthétisme général de la résidence, il est interdit
d’entreposer des objets sur les parkings. Seuls les Park Stop seront tolérés ; leur
installation et entretien sera à la charge du propriétaire du parking concerné.
Le Syndic sera en droit de mandater une entreprise spécialisée afin de
débarrasser les parkings aux frais du propriétaire et après constat et sommation par
voie d’huissier.
Les propriétaires de parkings situés au sous-sol ne pourront faire obstacle à
l’accès des ouvriers pour l’entretien et les réparations des canalisations et réseaux
communs susceptibles de traverser le garage ou les places de stationnement.

La transformation des parkings couverts, en boxes fermés ne sera possible


qu’à la condition que les dimensions des parkings voisins du parking transformé
demeurent inchangées. Les portails des garages, s’il en est installé, devront rester
d’un modèle uniforme adopté par l’Assemblée Générale des copropriétaires. La
fermeture des parkings ne devra pas constituer un obstacle à l’accès aux réseaux et
canalisations susceptibles de les traverser, ni perturber le système de ventilation du

Guide Pratique INTIMEO II


30
sous-sol. Les travaux ne pourront être exécutés qu’après avis d’un bureau de contrôle
technique remis au syndic.
Les objets entreposés dans les garages le seront aux risques et périls de
leurs propriétaires, la copropriété ne pouvant être tenue pour responsable des
dégradations dues à des actions de vandalisme, même en cas de panne des
dispositifs assurant la fermeture de la résidence. Il ne pourra y être stocké aucune
matière volatile ou inflammable.
Il est précisé que, dans le cas où suite à des pluies exceptionnelles, de l'eau
s'infiltrerait dans le sous-sol malgré les ouvrages réalisés et les équipements prévus à
cet effet (pompe de relevage s'il en existe) chaque propriétaire devra en faire son
affaire personnelle à la décharge entière et sans réserve de la copropriété ou de la
société SCCV CROIX BENITE 126, sauf dans l'hypothèse où la responsabilité
décennale de celle-ci serait engagée.

SURCHARGE DES PLANCHERS


Il ne pourra être placé ni entreposé aucun objet dont le poids excéderait la
limite de charge des planchers, afin de ne pas compromettre leur solidité ou celle des
murs et de ne pas détériorer ou lézarder les plafonds.

USAGE DES PARTIES COMMUNES


DISPOSITIONS GENERALES

Chacun des copropriétaires pourra user librement des parties communes,


pour la jouissance de sa fraction divise, suivant leur destination propre, telle qu’elle
résulte du présent règlement, à condition de ne pas faire obstacle aux droits des
autres copropriétaires et sous réserve des limitations ci-après stipulées.
Il ne devra jamais être jeté dans les espaces verts ou dans les parties communes
de l’immeuble ni détritus ou immondices quelconques.

Chacun des copropriétaires devra respecter la réglementation intérieure qui


pourrait être édictée pour l’usage de certaines parties communes et le fonctionnement
des services collectifs et des éléments d’équipement commun.
Nul ne pourra, même temporairement, encombrer les parties communes ni y
déposer quoi que ce soit, ni les utiliser pour son usage personnel en dehors de leur
destination normale, sauf cas de nécessité. Les passages, escaliers, coursives et
circulations communes devront être laissés libres en tout temps. Notamment, les
entrées et couloirs ne pourront en aucun cas servir de garages à bicyclettes,
motocyclettes, voitures d’enfants ou autres qui devront être remisés dans les garages
ou dans les locaux communs, s’ils sont affectés à cet usage.
En cas d’encombrement d’une partie commune, en contravention avec les
présentes stipulations, le syndic est fondé à faire enlever l’objet de la contravention,
quarante-huit heures après mise en demeure par lettre recommandée, avec demande
d’avis de réception, restée sans effet, aux frais du contrevenant et à ses risques et
périls. En cas de nécessité, la procédure ci-dessus sera simplement réduite à la
signification faite par le syndic au contrevenant par lettre recommandée, qu’il a été
procédé au déplacement de l’objet.
Il ne devra être introduit dans l’immeuble aucune matière dangereuse ou
malodorante. Il sera interdit de déposer des encombrants dans les locaux à ordures
ménagères.
La conception et l’harmonie générale de l’immeuble devront être respectées
sous le contrôle du syndic.
Les copropriétaires pourront, après en avoir avisé le syndic, procéder à tous
branchements, raccordements sur les descentes d’eaux usées et sur les canalisations
et réseaux d’eau, d’électricité, de gaz, de téléphone, et d’une façon générale, sur
toutes les canalisations et réseaux constituant des parties communes, le tout dans la
limite de leur capacité sous réserve de ne pas causer de nuisances aux autres
copropriétaires et à la condition que les canalisations ou les câbles ne soient pas
apparents dans les circulations communes ou sur les façades des bâtiments.

L’ensemble des services collectifs et éléments d’équipements communs étant


propriété collective, un copropriétaire ne pourra réclamer de dommages-intérêts en

Guide Pratique INTIMEO II


31
cas d’arrêt permanent, imputable à un cas de force majeure, ou de suspension momentanée
pour des nécessités d’entretien ou des raisons accidentelles.
Les copropriétaires devront respecter toutes les servitudes et autres sujétions
qui grèvent ou pourront grever la copropriété et l’immeuble.
Chaque copropriétaire sera personnellement responsable des dégradations
causées aux parties communes et, d’une manière générale, de toutes les
conséquences dommageables susceptibles de résulter d’un usage abusif ou d’une
utilisation non conforme à la destination des parties communes, que ce soit par son
fait, par le fait des occupants ou des locataires, des animaux dont ils ont la garde ou
des personnes se rendant chez lui.

UTILISATION DES ESPACES COMMUNS – LOCATION DE LA PLACE


PMR COMMUNE
Les espaces libres, parterres et venelles de la résidence doivent être
conservés en état de rigoureuse propreté. Il ne devra jamais être jeté dans les
espaces verts ou dans les parties communes de l’immeuble ni détritus ou immondices
quelconques.
L’usage de la salle de sport est réservé aux occupants de la résidence ( et
aux occupants de la résidence voisine, Intiméo, conformément à la servitude
mentionnée à l’article 1.3). Si elle le juge utile, l’assemblée générale, pourra établir un
règlement intérieur relatif à l’usage de celle-ci, par voie de décision prise à la majorité
des voix des copropriétaires présents ou représentés.
Les jeux d’enfants sont interdits en dehors des zones éventuellement
réservées à cet effet. Ces jeux restent sous l’entière responsabilité des parents et ne
doivent pas troubler la tranquillité des occupants de la résidence.
La place de stationnement couverte commune propriété du syndicat des
copropriétaires, adaptée aux personnes à mobilité réduite, portant sur les plans le
numéro 90 pourra être affectée au stationnement des visiteurs. Toutefois celle-ci
devra être louée de manière prioritaire, à toute personne handicapée habitant la
copropriété qui en ferait la demande dans les conditions mentionnées aux articles 1 à
5 du décret n° 2017-688 du 28 avril 2017 ci-dessous reproduits :
« Article 1
Le règlement de copropriété des immeubles dont le permis de construire est
délivré conformément à un plan local d'urbanisme ou à d'autres documents
d'urbanisme imposant la réalisation d'aires de stationnement prévoit le nombre, au
moins égal à une place, défini au titre de l'obligation d'accessibilité prévue à l'article L.
111-7-1 du code de la construction et de l'habitation, et l'emplacement des places de
stationnement adaptées incluses dans les parties communes qui peuvent être louées
de manière prioritaire aux personnes handicapées habitant la copropriété.
L'assemblée générale fixe les conditions de location de ces places de
stationnement adaptées et autorise le syndic à conclure le contrat de location.
Article 2
Pour la mise en oeuvre du droit de priorité défini au deuxième alinéa du II de
l'article 8 de la loi du 10 juillet 1965 susvisée, on entend par « personne handicapée
habitant la copropriété » le copropriétaire ou le locataire, son conjoint, concubin ou
partenaire lié par un pacte civil de solidarité et ses ascendants ou descendants ou
personnes à charge qui vivent avec lui au moins huit mois dans l'année, sauf
obligation professionnelle, raison de santé ou cas de force majeure, et titulaire de la
carte de stationnement pour personnes handicapées prévue à l'article L. 241-3-2 du
code de l'action sociale et des familles.
Ne bénéficie pas du droit de priorité la personne handicapée déjà propriétaire
ou locataire d'une place de stationnement adaptée ou titulaire d'un droit de jouissance
exclusive sur une place de stationnement adaptée incluse dans les parties communes
de la copropriété.
Article 3
Le syndic met à l'ordre du jour de l'assemblée générale des copropriétaires
qui suit l'entrée en vigueur des dispositions du présent décret la décision de mise en
location de la ou des places de stationnement adaptées dans les parties communes et
la fixation des conditions de cette location. Cette décision est communiquée aux
occupants de l'immeuble selon les modalités définies aux articles 1er et 2 du décret
du 15 décembre 2015 susvisé.
Dans un délai de quatre mois à compter de la tenue de l'assemblée générale

Guide Pratique INTIMEO II


32
prévue au premier alinéa, la personne handicapée habitant la copropriété mentionnée
au premier alinéa de l'article 2 qui souhaite louer une place de stationnement adaptée
adresse sa demande au syndic, par lettre recommandée avec demande d'avis de
réception. Elle joint à sa demande les documents justifiant qu'elle remplit les critères
fixés au premier alinéa de l'article 2.
Lorsque plusieurs demandes sont formulées, la place est attribuée en priorité
à la personne ayant effectué la première demande reçue.
Dans le délai d'un mois suivant la réception de la demande prévue au
deuxième alinéa, le syndic conclut un contrat avec le bénéficiaire prioritaire.

Article 4
Si aucune demande de location prioritaire d'une place de stationnement
adaptée n'a été adressée au syndic dans le délai mentionné au deuxième alinéa de
l'article 3, la place de stationnement peut être proposée à la location à toute personne,
selon les conditions fixées par l'assemblée générale en application du deuxième
alinéa de l'article 1er.
Article 5
En cas d'absence de place de stationnement adaptée disponible, toute
personne répondant aux critères énumérés au premier alinéa de l'article 2 qui
souhaite louer une place de stationnement adaptée en informe le syndic par lettre
recommandée avec demande d'avis de réception, en adressant les pièces
justificatives utiles à l'instruction de sa demande.
A compter de la réception de la demande, le syndic reprend le bien loué à une
personne non prioritaire dans les conditions prévues par le contrat de bail. »

ANTENNES
Une antenne collective de radio et une antenne collective de télévision seront
installées sur le toit d’un ou plusieurs bâtiments à moins que l’immeuble ne soit
raccordé au câble ou à la fibre optique. Afin de préserver l’harmonie de l’immeuble,
l’installation d’antennes extérieures individuelles est interdite sur les balcons, sur les
terrasses et aux fenêtres. Les antennes supplémentaires, même individuelles, ne
pourront être installées que sur le toit des bâtiments, sous le contrôle du syndic ; les
câbles de raccordement devront passer dans les gaines techniques et ne devront en
aucun cas être apparentes dans les circulations communes ou sur la façade des
bâtiments.
Ces installations seront réalisées aux frais du copropriétaire procédant à cet
équipement, sous le contrôle du syndic.
Tous dommages apportés à la couverture du fait de cette installation seraient
à la charge du copropriétaire ayant fait réaliser cette installation.

AFFICHAGE - PLAQUES PROFESSIONNELLES


Toute installation de réclame, panneau ou affiche quelconque sur la façade du
bâtiment ou dans la résidence est interdite. Seuls pourront être installés à titre
provisoire aux balcons, terrasses ou aux fenêtres des appartements, villas des
panneaux de petite dimension indiquant qu’un logement est à louer ou à vendre
Toutefois la Société chargée de la commercialisation et gestion locative des
appartements, à condition qu’elle détienne des mandats de gestion pour la moitié au
moins des appartements mis en location, pourra installer un panneau d’affichage de
4m x 3m visible de la voie publique et ce jusqu’à la vente du dernier du dernier lot et
sans contrepartie financière pour la copropriété et ce jusqu’à la vente du dernier lot.
Les personnes exerçant une activité professionnelle pourront apposer, à
l’entrée de l’immeuble, une plaque faisant connaître au public leur nom, profession et
situation de l’appartement ou villa où elles exercent leur activité. Le modèle de ces
plaques est fixé par le syndicat qui détermine l’emplacement où elles peuvent être
apposées. Toute plaque non conforme devra être enlevée.
Il pourra être installé à l’endroit fixé par l’architecte de l’immeuble, une plaque
de notoriété indiquant le nom de la résidence, du promoteur et de l’architecte de
l’opération. Les copropriétaires ne pourront en aucun cas retirer cette plaque sans
l’accord du promoteur ou de l’architecte.
L’apposition des noms des occupants sur les interphones sera faite suivant un

Guide Pratique INTIMEO II


33
modèle établi par le syndicat des copropriétaires aux frais du propriétaire du
logement.

BOITES A LETTRES
En fonction de l’organisation du service de l’immeuble, il sera installé à
l’endroit fixé par la Poste des boîtes à lettres en nombre égal au nombre de
logements, d’un modèle conforme à la réglementation de la Poste. Aucune boîte à
lettres supplémentaire ne pourra être installée dans les parties communes.
L’apposition des noms des occupants sur les boîtes à lettres et interphones
sera faite suivant un modèle de plaque établi sur décision du syndicat des
copropriétaires aux frais de chaque copropriétaire concerné. Aucune étiquette
adhésive ne pourra être posée sur les portes des boîtes à lettres
Bien que constituant des parties privatives, les portes des boites aux lettres
ne pourront être modifiées, si ce n’est avec l’autorisation de l’assemblée générale des
copropriétaires

ANIMAUX
Les animaux, même domestiques, de nature bruyante, désagréable ou
nuisible, sont interdits. Les animaux familiers sont tolérés, étant entendu que toutes
dégradations causées par eux resteront à la charge de leurs propriétaires. Ils devront
être tenus en laisse ; en aucun cas, ils ne devront errer dans les parties communes ni
répandre leurs déjections aux abords de l’immeuble. Les chiens de catégorie 1 et 2,
s’ils ne sont pas interdits par l’assemblée générale des copropriétaires, devront être
muselés conformément à la réglementation.

ASCENSEUR
L’usage de l’ascenseur pour les déménagements ou la livraison de meubles
ou par des ouvriers exécutant des travaux dans des locaux privatifs devra faire l’objet
d’une demande au syndic et ne sera autorisé qu’à la condition que soit mise en place
une protection de la cabine; en aucun cas les charges transportées ne pourront
excéder les charges autorisées pour ces appareils. A défaut, les déménagements et
emménagements devront être réalisés au moyen de monte-charge extérieurs ; en
aucun cas les charges transportées dans les ascenseurs ne pourront excéder les
charges autorisées pour ces appareils. Tout contrevenant à cette règle sera présumé
responsable des dégâts pouvant affecter la cabine et ses portes ou le fonctionnement
de la machinerie.

Guide Pratique INTIMEO II


34

Vous aimerez peut-être aussi