Vous êtes sur la page 1sur 220

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique

Université 20 Aout 1955_Skikda_

Faculté de technologie

Département de pétrochimie et de génie des procédés

Initiation aux transferts thermiques


Cours & exercices

Rédigé par : Dr. Nabil Messikh

2020
‫الحمد والشكر هلل سبحانه وتعالى مــرشد العقول منير الدروب‬
‫إلى كل محبي العلم والمعرفة أهـــــــــــــــــدي‬
‫هـــــــذا العمل المتواضع‪.....‬‬

‫• هذا الكتاب مجاني ‪ %100‬وال يجوز ألي شخص أن يبيعه‪.‬‬

‫• ال يجوز ألي شخص أن يستبدل االسم باسم آخر ويعيد نشر‬


‫الكتاب منسوبا إليه‪.‬‬
Avant propos

L’objectif de ce cours, destiné aux étudiants licence génie chimique et


raffinage et pétrochimie, est d’en faire un document de référence contenant
les notions de transfert de chaleur. Notre vif souhait est que ce document
offre des connaissances en transfert thermique.
Après une brève, mais indispensable, notions générale sur le transfert
de chaleur. Par la suite, un deuxième chapitre est consacré à la conduction
stationnaire, le troisième s’intéresse à la conduction transitoire. Le
quatrième chapitre est consacré à la convection et le cinquième chapitre
traite le transfert de chaleur par rayonnement. On termine ce cours par un
chapitre relatif aux échangeurs de chaleur.
Nomenclature
A Surface d’échange
Bi Nombre de Biot
C Capacité calorifique
Cp Capacité calorifique à pression constante
D Diamètre
e Epaisseur
erf Fonction d’erreur de Gauss
F Facteur de forme
Fo Nombre de Fourier
g Accélération de la pesanteur
Gr Nombre de Grashof
h Coefficient d’échange convectif
L Longueur
m Masse
m Débit massique
Nu Nombre de Nusselt
NUT Nombre d’unité transférée
P Périmètre
p Paramètre de Laplace
k Conductivité thermique
K Degré Kelvin
Q Quantité de chaleur
q Flux de chaleur
q Source d’énergie
Rth Résistance thermique
Renc Résistance d’encrassement
T Température
t Temps
U Coefficient de transfert thermique global
 Vitesse d’écoulement
Lettres grecques

 Diffusivité thermique, coefficient d’absorption du rayonnement


 Coefficient de dilatation

 Emissivité

 Densité de flux de chaleur

 Capacité du temps, coefficient de transmission du rayonnement

 Angle solide

 Efficacité

 viscosité dynamique

 viscosité cinématique

 Constante de Stefan - Boltzmann


Sommaire
Chapitre I : Notions générales sur le transfert de chaleur
I-1 introduction…………………………………………………………………… 1
I-2 Grandeurs physiques en thermique ………………………………… 1
I-2 .1 Température…………………………………………………………… 1
I-2.2 Chaleur…………………………………………………………………… 2
I-2.3 Flux de chaleur………………………………………………………. 2
I-2.4 .Densité de flux de chaleur………………………………………… 3
I-2.5 Champ de température……………………………………………… 3
I-2.6 Chaleur spécifique……………………………………………………. 3
I-2.7 Chaleur sensible………………………………………………………. 3
I-2.8 Chaleur latente………………………………………………………… 3
I-3 Modes de transfert de chaleur…………………………………………. 4
I-3.1 Conduction……………………………………………………………… 4
I-3.1.1Conductivité thermique…………………………………………. 6
I-3.2 Convection………………………………………………………………. 6
I-3.3 Rayonnement…………………………………………………………… 8
Exercices non corrigés…………………………………………………………. 10
Chapitre II : Transmission de chaleur par conduction
II-1 Introduction…………………………………………………………………….. 13
II-2 Loi fondamentale……………………………………………………………… 13
II-3 Equation fondamentale de la conduction ………………………………. 14
II-3.1 Formes particulières de l’équation générale de la conduction 16
II-3.2 Expressions de Laplacien dans divers systèmes de
coordonnées………………………………………………………………………….. 17
II-3.3 Applications………………………………………………………………... 18
II-3.3.1 Mur simple sans source d’énergie …………………………… 18
II-3.3.2 Mur simple avec source d’énergie………………………………… 21
II-3.3.3 Analogie entre les conductions thermique et électrique…… 23
II-3.3.4 Cylindre creux sans source d’énergie………………………… 23
II-3.3.5 Cylindre creux avec source d’énergie…………………………… 26
II-3.3.6 Sphère creuse sans source d’énergie…………………………… 28
II-3.3.7 Sphère creuse avec source d’énergie…………………………… 30
II-3.3.8 Combinaison entre la conduction et la convection………… 31
II-3.3.9 Isolation thermique critique………………………………………… 34
II- 4 Transfert de chaleur à partir des ailettes……………………………… 37
II-4.1 Equation fondamentale de l’ailette…………………………………… 38
II-4.1.1 Ailette infiniment longue……………………..……………………. 39
II-4.1.2 Ailette de longueur finie isolée à l’extrémité………………… 41
II-4.1.3 Ailette de longueur finie avec un échange convectif à
l’extrémité…………………………………………………………………………….. 43
II-4.2 Performance d’une ailette……………………………………………… 44
II-4.3 Ensemble d’ailettes (efficacité totale) ………………………………… 44
II-4.4 Choix des ailettes………………………………………………………… 45
Exercices non corrigés……………………………………………………………. 45
Chapitre III : Conduction thermique en régime variable

III.1 Introduction……………………………………………………………………. 54
III.2 Milieu à température uniforme……………………………………………. 54
III.2.1 Analyse globale du système…………………………………………… 54
III.2.2 Nombres adimensionnels………………………………………………. 58
III.2.3 Critère de l’analyse globale du système………………………….. 59
III.2.3.1 Conditions mixtes……………………………………………………. 63
III.2.4 Un nombre de Biot supérieur à 0,1………………………………… 66
III.2.5 Solutions graphiques (Abaques de Heisler et Grober)…………. 66
III.3 Milieu semi infini…………………………………………………………….. 73
III.3.1 Equation de chaleur……………………………………………………. 73
III.3.1.1 Température constante imposée en surface…………………… 74
III.3.1.2 Flux constant imposé en surface………………………………… 77
III.3.1.3 Flux convectif imposé en surface………………………………… 79
Exercices non corrigés…………………………………………………………….. 81
Chapitre IV : Transmission de chaleur par convection
IV.1Introduction……………………………………………………………………. 87
IV.2 Loi de Newton………………………………………………………………….. 87
IV.3 Mécanisme de la convection………………………………………………. 89
IV.4 Couche limite………………………………………………………………… 90
IV.4.1 Couche limite hydrodynamique……………………………………… 90
IV.4.2 Couche limite thermique…………………………………………………. 90
IV.5 Nombre de Nusselt(Nu) ……………………………………………………… 91
IV.6 Evaluation du coefficient d’échange convectif(h) …………………….. 92
IV.6.1 Nombres adimensionnels………………………………………………. 93
IV.7 Convection sans changement de phase………………………………… 95
IV.7.1.Convection forcée………………………………………………………… 95
IV.7.1.1 Ecoulement sur une plaque plane……………………………….. 95
IV.7.1.2 Ecoulement à l’intérieur de tubes cylindriques lisses………. 96
IV.7.1.3 Ecoulement autour d’un cylindre………………………………… 98
IV.7.1.4 Ecoulement dans les espaces annulaires…………………….. 99
IV.7.1.5 Ecoulement autour d’une sphère……………………………….. 100
IV.7.1.6 Ecoulement autour d’un faisceau de tubes…………………… 101
IV.7.2 Convection naturelle(libre) ……………………………………………. 102
IV.8 Convection avec changement de phase………………………………. 106
IV.8.1 Convection lors de la condensation………………………………… 106
IV.8.1.1Coefficient d’échange convectif lors de la condensation en
film……………………………………………………………………………………. 106
IV.8.2 Convection lors de l’ébullition………………………………………. 114
IV.8.2.1 Classification de l’ébullition…………………………………….. 114
IV.8.2.2 Ebullition libre(en vase) …………………………………………… 115
IV.8.3 Coefficient d’échange lors d’ébullition…………………………… 116
IV.8.3.1 Ebullition nucléée……………………………………………………... 116
IV.8.3.2 Ebullition pelliculaire instable……………………………………. 117
IV.8.3.3 Ebullition pelliculaire stable……………………………………….. 118
IV.8.4 Ebullition en convection forcée…………………………………… 118
IV.8.4.1 Ebullition forcée externe…………………………………………… 118
IV.8.4.2 Ebullition forcée interne……………………………………………….. 119
Exercices non corrigés……………………………………………………………. 121
Chapitre V : Rayonnement thermique
V.1 Introduction…………………………………………………………………….. 128
V.2 Spectres des ondes électromagnétiques…………………………………. 128
V.3 Classification des grandeurs énergétiques…………………………….. 130
V.3.1 Composition spectrale…………………………………………………….. 130
V.3.2 Distribution spatiale……………………………………………………….. 131
V.4 Définitions des grandeurs énergétiques……………………………….. 131
V.4.1 Surfaces émettantes………………………………………………………… 131
V.4.1.1 Flux énergétique (W) …………………………………………………… 131
V.4.1.2 Intensité totale……………………………………………………………. 131
V.4.1.3 Emittance M(W/m2) ……………………………………………………… 132
V.4.1.4 Luminance LOX(W/m2 sr) ……………………………………………….. 132
V.4.1.5 Angle solide (stéradian) …………………………………………………. 132
V.4.1.6 Relation entre luminance et l’émittance …………………………. 133
V.4.2 Surfaces réceptrices………………………………………………………… 134
V.4.3 Loi de Lambert (cosinus) ………………………………………………… 134
V.5 Corps noir………………………………………………………………………. 134
V.5.1 Emittance énergétique monochromatique……………………………. 135
V.5.2 Lois de Wien………………………………………………………………….. 136
V.5.3 Loi de Stefan Boltzmann ………………………………………………… 138
V.5.4 Fraction de l’émittance totale dans un intervalle spectral……… 139
V.6.Loi de conservation d’énergie……………………………………………… 141
V.6.1 Emissivité……………………………………………………………………… 143
V.6.2 Loi de Kirchhoff……………………………………………………………… 144
V.6.3 Radiosité………………………………………………………………………. 145
V.7 Flux net échangé entre deux surfaces………………………………… 146
V.7.1 Corps noirs…………………………………………………………………… 146
V.7.2 Flux net entre deux surfaces noires………………………………….. 147
V.7.3 Evaluation des facteurs de formes……………………………………. 148
V.7.4 Flux net entre des surfaces grises…………………………………….. 155
V.7.4.1 Echange net par une surface………………………………………….. 155
V.7.4.2 Echange net entre deux surfaces grises…………………………... 155
V.7.4.3 Echange net entre trois surfaces…………………………………….. 159
Exercices non corrigés……………………………………………………………. 161
Chapitre VI : Echangeurs de chaleur
VI.1 Introduction……………………………………………………………………. 167
VI.2 Définition……………………………………………………………………….. 167
VI.3 Coefficient d’échange thermique global……………………………… 168
VI.4 Types des échangeurs de chaleur……………………………………… 171
VI.4.1 Echangeurs tubulaires……………………………………………………. 171
VI.4.2 Echangeurs à plaques……………………………………………………. 173
VI.5 Classification es échangeurs de chaleur………………………………... 174
VI.5.1 Procédé de transfert………………………………………………………. 174
VI.5.2 Ecoulement des fluides…………………………………………………. 175
VI.5.3 Conception technologique……………………………………………….. 175
VI.6 Problèmes de fonctionnement d’un échangeur……………………… 175
IV.7 Evaluation des performances thermiques d’un échangeur………… 176
VI.7.1Méthode de DTLM………………………………………………………….. 177
VI.7.2 Echangeur à contre courant……………………………………………. 179
VI.7.3 Echangeurs de chaleur complexes ……………………………………. 181
VI.7.4 Méthode NUT……………………………………………………………….. 185
Exercices non corrigés…………………………………………………………….. 193

ANNEXE
Références
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Chapitre I : Notions générales sur le transfert de chaleur

I.1- Introduction

La thermodynamique est essentiellement basée sur deux principes mesurant


la variation d’énergie entre deux états en équilibre, sans expliquer le
mécanisme, et la vitesse de cette variation. Le transfert de chaleur, représente
un aspect d’échange d’énergie incontournable dans l’ingénierie, complète le
premier et le deuxième principe de la thermodynamique en fournissant des
règles expérimentales supplémentaires pouvant être utilisées pour établir les
taux de transfert d’énergie.
Ce phénomène, qui se produit entre des corps à des températures différentes,
peut se faire par la superposition de trois modes fondamentaux:

La conduction ;
La convection ;
Le rayonnement.

I.2-Grandeurs physiques en thermique :

I.2.1- Température : C’est une grandeur physique qui décrit l’état thermique
d’un corps. Elle mesure l’énergie cinétique moyenne des constituants
élémentaires (atomes, molécules) d’un corps.
La température possède plusieurs échelles à savoir (figure I.1):

L’échelle Celsius qui fixe la température de fusion de la glace à 0°C et la


température d’ébullition de l’eau à 100°C.
L’échelle Fahrenheit, utilisé dans les pays anglophones, fixe la
température de congélation de l’eau à 32°F et sa température
d’ébullition à 212°F.

𝑇(°𝐹 ) = 1,8 ∗ 𝑇(°𝐶 ) + 32 (I.1)

1
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Dans le système international, l’unité de la température est le Kelvin


(K), utilise comme référence le point triple de l’eau (coexistence des trois
phases).

𝑇(𝐾 ) = 𝑇(°𝐶 ) + 273,15 (I.2)

Figure I.1 : Notions d’échelle de la température

I.2.2- Chaleur : C’est une forme d’énergie, qui correspond à une augmentation
ou diminution de l’agitation de particules élémentaires qui constituent la
matière.
Selon le deuxième principe de la thermodynamique, la chaleur se déplace du
corps le plus chaud vers le corps le plus froid (figure I.2). L’unité l’égale de la
chaleur est le joule (J).

Figure I.2 : Sens d’écoulement de la chaleur

I.2.3- Flux chaleur : C’est la quantité de chaleur transférée par unité de


temps. Un flux de chaleur est une puissance, il s’exprime donc en watt
(W=J/s).

2
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝑑𝑄
𝑞= (I. 3)
𝑑𝑡
Q : la quantité de chaleur transférée (Joule).
t : le temps (s)
I.2.4- Densité de flux de chaleur : C’est la quantité de chaleur transférée par
unité de surface pendant l’unité de temps. Elle est exprimée par W/m².
1 𝑑𝑄
𝑞= (I. 4)
𝐴 𝑑𝑡
A : surface d’échange (m²).

I.2.5- Champ de température : Les transferts de chaleur sont déterminés à


partir de l’évolution de la température dans l’espace et dans le temps. La
valeur instantanée de la température en tout point de l’espace est un scalaire
appelé champ de température.
On distingue deux cas :
Champs de température indépendant du temps : le régime est dit
stationnaire ou permanant ;
Evolution du champ de températures avec le temps : le régime est dit
variable ou transitoire.

I.2.6- Chaleur spécifique : La chaleur spécifique d’un corps est la quantité


de chaleur nécessaire pour élever de 1°K la température de l’unité de masse
de ce corps (J/g°K).

I.2.7- Chaleur sensible : Si on considère un corps solide ou un fluide de


masse (m) de capacité (C) et si on lui apporte une quantité de chaleur (Q),
l’accroissement de la chaleur contenue par le corps ou le fluide d’une élévation
de température T, donnée par :

𝑄 = 𝑚𝐶 𝑇 (I. 5)

I.28- Chaleur latente : La chaleur latente (Enthalpie) de changement d’état


est l’énergie qu’il faut fournir à l’unité de masse pour transformer de l’état
initial (Solide ; Liquide, Gaz) à un autre état.

Remarque :
Selon le principe zéro de la thermodynamique (équilibre thermique), le
transfert de chaleur est absent.

3
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

I.3-Modes de transfert de chaleur


La littérature traitant du transfert de chaleur reconnaît généralement
trois formes classiques et différentes : conduction, convection et rayonnement.
A vrai dire, seuls la conduction et le rayonnement doivent être classés comme
des modes de transfert de chaleur, puisque les processus de ces deux
mécanismes sont les seuls qui dépendent simplement de l’existence d’une
différence de température. La convection dépend aussi, pour sa réalisation,
du mécanisme de transport de masse.

I.3.1- Conduction : la conduction est un phénomène au moyen duquel la


chaleur s’écoule à l’intérieur d’un milieu (solide, liquide ou gazeux) d’une
région à haute température vers une autre à basse température, ou entre
différents milieux mis en contact sans déplacement de la matière.
La conduction est le seul mécanisme au moyen duquel la chaleur peut
s’écouler dans les corps solides. Elle est importante également dans les
fluides, mais dans ce cas elle est accompagnée d’une transmission par
convection et dans certains cas par rayonnement (figure I.3).
Le flux de chaleur (unidirectionnel) est exprimé par la loi de Fourier :
𝑑𝑇
𝑞 = −𝑘𝐴 (I. 6)
𝑑𝑥
k : la conductivité thermique du matériau ;
A : l’aire de la section à travers laquelle s’écoule la chaleur par conduction
(perpendiculaire à la direction du flux thermique) ;
𝑑𝑇
: le rapport de la variation de la température T parcourue par le flux de
𝑑𝑥
chaleur.

Exemple 1 : un barreau métallique dont l’une des extrémités est exposée à


une flamme, s’échauffe progressivement. La chaleur se propage de proche en
proche à l’intérieur du métal où le transfert de chaleur se fait par conduction.

4
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure I.3: Transfert de chaleur par conduction

Exercice I.1
Déterminer le flux thermique et le gradient de température à travers un mur
de surface 3m² et d’épaisseur 10cm. On supposera que les températures des
faces interne et externe du mur sont respectivement 100°C et 30°C. La
conductivité thermique du mur est 8.5w/mK.

Solution
L’intégration de l’équation (I.6) pour une épaisseur (e) du mur et entre les deux
surfaces interne et externe de températures respectivement T1 et T2 (figure I.4)
donne l’expression suivante :
𝑇1 − 𝑇2
𝑞=
(𝑒/𝑘𝐴)
q
100 − 30
𝑞=
0.10
(8.5 ∗ 3)

𝑞 = 17850𝐾𝑤 e
Figure I.4 : Flux de chaleur
à travers un mur
D’après l’équation (I.6), le gradient de température s’écrit :
𝑑𝑇 −𝑞
=
𝑑𝑥 𝑘𝐴
𝑑𝑇 −17850
=
𝑑𝑥 8,5 ∗ 3
𝑑𝑇
= −700°𝐶/𝑚
𝑑𝑥

5
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

I.3.1.1- conductivité thermique


La conductivité thermique est un paramètre physique du matériau. Il
caractérise la capacité d’un matériau à transmettre de la chaleur. Un matériau
ayant une bonne conductivité thermique conduit la chaleur plus rapide qu’un
autre à faible conductivité (plastiques). Les matériaux présentent une grande
résistance à la propagation de la chaleur sont appelés matériaux isolants. La
figure I.5 donne une idée générale sur les valeurs moyennes des coefficients
de conductivité des différents corps.

Figure I.5 : Valeurs des coefficients de conductivité thermique des


différents corps

I.3.2- Convection : Le transfert de chaleur par convection se produit entre


deux phases dont l’une est généralement au repos (solide) et l’autre en
mouvement (fluide) en présence d’un gradient de température.
La transmission de la chaleur par convection est désignée, selon le mode
d’écoulement du fluide, par convection libre et par convection forcée. Lorsqu’il
se produit au sein du fluide des courants dus simplement aux différences de
densité résultant des gradients de température, on dit que la convection est
libre (naturelle). Par contre, si le mouvement du fluide est provoqué par une
action externe, telle une pompe ou un ventilateur, le processus est appelé
convection forcée.

6
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

L’efficacité de la transmission de la chaleur par convection dépend largement


du mouvement du fluide. C’est pourquoi l’étude de transfert de chaleur par
convection est fondée sur la connaissance des caractéristiques de l’écoulement
du fluide.
Le flux de chaleur transmis par convection entre une surface et un fluide peut
être évalué par la relation de Newton :

𝑞 = ℎ𝐴 𝑇 (I. 7)

h : Coefficient d’échange thermique par convection ;


A : Aire de la transmission de la chaleur ;
T : Différence entre la température de la surface Ts et celle du fluide T loin
de la surface.

Exemple 2 : un fluide peut être mis en mouvement de manière artificielle. Par


exemple, pour le chauffage central, la pompe active la circulation de l’eau. Les
échanges thermiques entre la chaudière et les radiateurs sont accélérés par
convection forcée. Les radiateurs quand à eux cèdent de la chaleur
principalement par convection naturelle à l’air dans la pièce (figure I.6).

Figure I.6 : Transfert de chaleur par convection


Exercice I.2
La surface latérale d’un tube de cuivre de diamètre 20mm est exposée à un
flux de chaleur convectif (h=6w/m²K).
Déterminer le flux linéaire perdu par convection si la température de la surface
est 80°C et celle de son environnement est 20°C.

7
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Solution
Le flux de chaleur est exprimé par la loi de Newton (I.7)
𝑞 = ℎ𝐴(𝑇𝑠 − 𝑇∞ )
𝑞 = ℎ 𝜋𝑑𝐿(𝑇𝑠 − 𝑇∞ )
𝑞
Le flux linéaire (q’) s’écrit : 𝑞 ′ = 𝐿 = ℎ𝜋𝑑(𝑇𝑠 − 𝑇∞ )

𝑞 ′ = 6 ∗ 𝜋 ∗ 0,02 ∗ (80 − 20)


𝑞 ′ = 22,62𝑤/𝑚

I.3.3- Rayonnement : C’est le mécanisme par lequel la chaleur se transmet


d’un corps à haute température vers un autre à basse température, lorsque
ces corps sont séparés dans l’espace ou même lorsqu’un vide existe entre eux.
Le terme rayonnement est généralement appliqué à toute sorte de
phénomènes d’onde électromagnétique, mais dans la transmission de chaleur
les seuls phénomènes qui ont de l’intérêt sont ceux qui résultent d’une
différence de températures et peuvent transporter de l’énergie à travers un
milieu transparent ou à travers l’espace (figure I.7). L’énergie transmise de
cette manière est désignée par : chaleur rayonnée.

Figure I.7 : transfert de chaleur par rayonnement

La chaleur transmise par rayonnement devient de plus en plus importante


avec l’accroissement de la température du corps. Dans les problèmes
techniques où interviennent des températures voisines de l’atmosphère, la
chaleur transmise par rayonnement peut être négligée.
Dans ce mode, il n’existe ni contact, ni déplacement et aucun support
matériel. Le flux échangé entre deux corps est donné par la loi de Stephan-
Boltzmann :

8
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝑞 = 𝐴1 𝐹1−2 (𝑇14 − 𝑇24 ) (I. 8)


: Constante de Stephan-Boltzmann ;
A1 : Aire de la surface du corps ;
: Facteur d’émission de la surface grise ;
F1-2 : facteur de forme.

Exercice I.3
Une surface noire de surface 1m² et sa température est de T1=340°C libère de
la chaleur par rayonnement dans un milieu environnant de température
T2=315°C. Déterminer le flux de chaleur échangé entre la surface noire et son
environnement sachant que : F1-2 =1, =5,67.10-8w/m²K4.

Solution
D’après l’équation (I.8), le flux de chaleur s’écrit :
𝑞 = 5,67. 10−8 . 1.1(6134 − 5884 )
𝑞 = 216,63𝑤
Remarque
Dans la plupart des cas pratiques, le transfert de chaleur s’effectue par la
combinaison de deux ou trois modes de transfert de chaleur (figure I.8). On
admet qu’aux basses et moyennes températures, le transfert de chaleur ne
s’effectue que par conduction ou/et convection. Par contre, lorsque les
températures sont élevées, les phénomènes radiatifs deviennent
prédominants.

Figure I.8 : Combinaison des trois modes de transfert de chaleur

9
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercices non corrigés

Exercice 1 : Une résistance électrique de forme cylindrique (d=0,4cm, L=5cm),


sur un circuit imprimé, dissipe une puissance de 0,6w. On suppose que la
chaleur est transférée de manière uniforme à travers toutes les surfaces.
Déterminer :
1- La quantité de chaleur dissipée par cette résistance au cours de 24h.
2- La densité de flux de chaleur.

Exercice 2 : Calculer le transfert de chaleur nécessaire pour évaporer 1kg


d’eau initialement à 20°C, sous 1atm en considérant que la capacité
thermique massique de l’eau liquide est en moyenne égale à 4,18KJ/kgK et
que la chaleur latente de vaporisation de l’eau, sous 1atm, est 2,24.106 J/kg.

Exercice 3 : L’échauffement d’une bille de cuivre de diamètre 10cm pendant


une durée de 30min permet d’élever sa température de 100°C jusqu’à 300°C.
Déterminer :
1- La quantité de chaleur reçue par la bille.
2- La densité de flux de chaleur.
On donne Cp=0,395KJ/Kg, =8950Kg/m3.

Exercice 4 : Evaluer le flux de chaleur par mètre carré de surface transmis à


travers la paroi d’un four formée de 20cm de brique au chrome de conductivité
thermique 1,6w/mK. Les températures des deux faces de la paroi sont
maintenues respectivement 1400K et 1100K.

Exercice 5 : Déterminer la conductivité thermique pour une plaque de


dimension150x150mm et de 12mm d’épaisseur. Sachant que pendant 2
heures, une quantité de chaleur égale à 8,4.104 J transmise. Les
températures des deux faces sont respectivement 300°C et 290°C.

Exercice 6 : Pour déterminer la conductivité thermique de l’hydrogène, un


tube creux avec un fil chauffant concentrique est souvent utilisé. Un courant
électrique traversant le fil sert comme source de chaleur. Déterminer la
conductivité thermique du gaz.
On donne : Température du fil : 200°C, température du tube : 150°C, I=0,5A,
V=3,6V, r1=0,0025cm, r2=0,125cm, L=0,3m.

10
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

0,125m L=0,3m

Fil chauffant

Exercice 7 : De l’air à 20°C souffle sur une plaque de dimension (50x75 cm²)
maintenue à une température de 250°C. Le coefficient d’échange par
convection h est égal à 25w/mK. Calculer le flux thermique transmis par la
plaque.

Exercice 8 : Un réfrigérateur se trouve dans une pièce où la température de


l’air est de 20°C, la température de la surface externe du réfrigérateur est de
16°C. Les côtés ont une épaisseur de 30mm et une conductivité thermique de
0,10w/mK. Le coefficient de transfert convectif égal à 10w/m²K. Déterminer :
1- La densité de flux de chaleur.
2- La température de la surface interne du réfrigérateur.

Exercice 9 : Un courant électrique passe dans un fil de 1mm de diamètre et


de 10cm de longueur. Le fil est immergé dans l’eau à la pression
atmosphérique et l’intensité du courant est augmentée jusqu’à ce que l’eau
arrive à ébullition. Dans ces conditions, le coefficient de transfert par
convection égal à 5000w/m²K. Quelle est la puissance électrique qui doit être
fournie au fil afin de maintenir sa surface à la température 114°C.

Exercice 10 : La première face d’une dalle d’épaisseur 0,2cm et de


conductivité thermique k=45w/mK reçoit la chaleur d’un four à 500K par
convection (h1=50w/m²K) et par rayonnement. La température de cette face
est 400K. L’autre face dissipe de la chaleur par les mêmes modes de transfert
précédents (h2=60w/m²K). Déterminer
1- Le flux de chaleur reçu par la dalle.
2- La température de la deuxième face.
3- L’expression pour calculer la température (T 2).
On donne : =5,67.10-8w/m²K4, F=1.

11
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice 11 : Deux plaques infiniment longues et parallèles dont les surfaces


sont considérées comme des corps noirs sont maintenues aux températures
800°C et 300°C. Calculer la densité de flux de chaleur.

Exercice 12 : Une surface de température 340°C libère la chaleur par


rayonnement dans un milieu environnant de température 315°C. Lorsque la
surface est noire, déterminer le coefficient d’échange par rayonnement.

Exercice 13 : La température de surface d’un radiateur de chauffage central


est 60°C. Déterminer le flux de chaleur surfacique échangé entre le radiateur
et son environnement. Le radiateur est considéré comme un corps noir.
On donne : =5,67.10-8w/m²K4, F=1. T =20°C.

12
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Chapitre II : Transmission de chaleur par conduction

II.1- Introduction

La conduction est le mode de transfert de chaleur existant dans un milieu


donné sans qu’il y’ait un déplacement apparent de la matière. Elle existe
lorsqu’il y a un gradient de température, dans le cas contraire le milieu est en
équilibre thermique et aucun transfert de chaleur ne peut se produire.
La conduction thermique se fait par vibration des atomes et des électrons
libres. Dans ce transfert de chaleur, le transport d’énergie se fait par choc des
particules de la zone chaude vers la zone à faible température par agitation
des particules de proche en proche. Ce mode d’échange de chaleur existe aussi
bien pour les fluides (gaz, liquide) que pour les solides.

II.2- Loi fondamentale :


La relation fondamentale de la transmission de chaleur par conduction est
exprimée par la loi de Fourier :
𝑞 = −𝑘𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑔𝑟𝑎𝑑𝑇 (II. 1)

q : Le flux de chaleur [w] ;


A : surface totale d’échange [m²] ;
k : la conductivité thermique [w/mK] ;
(-) : écoulement de la chaleur dans le sens des températures décroissantes ;
𝜕𝑇 𝜕𝑇 𝜕𝑇
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑇 =
𝑔𝑟𝑎𝑑 𝑖+ 𝑗+ ⃗⃗⃗
𝑘
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧
La conductivité thermique représente du point de vue numérique l’énergie
(chaleur) transférée par unité de surface isotherme, dans une unité de temps
sous un gradient de température unitaire. Elle dépend également de la
température et de l’état du matériau considéré.

13
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Afin de fixer un ordre d’idée, nous avons reporté dans le tableau II.1 quelques
valeurs de la conductivité thermique de matériaux à température ambiante
(20°C).
Tableau II.1 : Conductivité thermique

Matériaux K (w/mK) matériaux K (w/mK)

Argent 419 Briques terre cuite 1,1

Cuivre 386 Couton 0,059

Aluminium 204 Polyuréthane 0,030

Acier doux 45 Air 0,026

Acier inox 14,9 Laiton 113

Béton 1,4 PVC 0,15

Eau liquide 0,60 Zinc liquide 59,41

II.3- Equation fondamentale de la conduction :


Pour déterminer le champ de la température dans un corps qui subit un
transfert thermique par conduction, il faut établir une relation entre les
propriétés caractéristiques du corps considéré et les paramètres impliqués
dans le phénomène. Cette relation est exprimée par une équation différentielle.
Soit un volume élémentaire dV de forme parallélépipédique ayant les côtés
dx, dy et dz parallèles avec les plans des coordonnées d’un système orthogonal
(figure II.1).

Figure II.1 : Volume élémentaire d’un solide

14
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

L’équation générale de la conduction est obtenue à partir d’un bilan thermique


dont les hypothèses simplificatrices utilisées sont les suivantes :
La structure du solide est homogène et isotrope ;
Les grandeurs physiques caractéristiques sont constantes ;
La déformation du volume est négligeable ;
Les sources internes de chaleurs sont distribuées d’une manière
uniforme (puissance volumique (w/m3)).
La loi de conservation de l’énergie à ce volume dit que la somme de chaleur
qui passe par ce volume par conduction (d𝑞𝑥 ) et celle produite par les sources
internes de la chaleur (𝑞̇ )dans l’intervalle de temps dt est égale à la variation
de l’énergie interne de la substance contenue dans ce volume considéré.

𝜕𝑇
(𝑞𝑥 + 𝑞𝑦 + 𝑞𝑧 ) − (𝑞𝑥+𝑑𝑥 + 𝑞𝑦+𝑑𝑦 + 𝑞𝑧+𝑑𝑧 ) + 𝑞̇ 𝑑𝑥𝑑𝑦𝑑𝑧 = 𝜌𝐶 𝑑𝑥𝑑𝑦𝑑𝑧 (II. 2)
𝜕𝑡
Avec :
𝜕𝑞𝑥
𝑞𝑥+𝑑𝑥 = 𝑞𝑥 + . 𝑑𝑥 (II. 3 − 𝑎)
𝜕𝑥

𝜕𝑞𝑦
𝑞𝑦+𝑑𝑦 = 𝑞𝑦 + . 𝑑𝑦 (II. 3 − 𝑏)
𝜕𝑦
𝜕𝑞𝑧
𝑞𝑧+𝑑𝑧 = 𝑞𝑧 + . 𝑑𝑧 (II. 3 − 𝑐 )
𝜕𝑧

Après substitution dans l’équation (II.2), il vient :

𝜕𝑞𝑥 𝜕𝑞𝑦 𝜕𝑞𝑧 𝜕𝑇


−( . 𝑑𝑥 + . 𝑑𝑦 + . 𝑑𝑧) + 𝑞̇ 𝑑𝑥𝑑𝑦𝑑𝑧 = 𝜌𝐶 𝑑𝑥𝑑𝑦𝑑𝑧
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧 𝜕𝑡

Les lois de Fourier sont exprimées par :


∂T
𝑞𝑥 = −k x dydz
∂x
∂T
𝑞𝑦 = −k y dxdz
∂y
∂T
𝑞𝑧 = −k z dydx
∂z
Donc, on obtient :

𝜕 𝜕𝑇 𝜕 𝜕𝑇 𝜕 𝜕𝑇 𝜕𝑇
[ (𝑘𝑥 ) 𝑑𝑥 + (𝑘𝑦 ) 𝑑𝑦 + (𝑘𝑧 ) 𝑑𝑧] 𝑑𝑥𝑑𝑦𝑑𝑧 + 𝑞̇ 𝑑𝑥𝑑𝑦𝑑𝑧 = 𝜌𝐶 𝑑𝑥𝑑𝑦𝑑𝑧
𝜕𝑥 𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑦 𝜕𝑧 𝜕𝑧 𝜕𝑡

15
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Dans le cas où la conductivité thermique k est constante, la relation


précédente devient :

𝜕²𝑇 𝜕²𝑇 𝜕²𝑇 𝑞 ̇ 𝜌𝐶 𝜕𝑇


( + + )+ = (II. 4)
𝜕𝑥² 𝜕𝑦² 𝜕𝑧² 𝑘 𝑘 𝜕𝑡

La relation (II.4) peut s’écrire sous forme générale :

𝑞 ̇ 1 𝜕𝑇
∆𝑇 + = (II. 5)
𝑘 𝛼 𝜕𝑡

Cette équation exprime l’équation aux dérivées partielles de la conduction


thermique. Elle régit les variations spatiales et temporelles de la température
en chaque point du corps où à lieu un transfert de la chaleur par conduction
et les caractéristiques thermo- physiques de celui-ci.
Le coefficient exprimé dans la relation (II.5) s’appelle diffusivité thermique,
elle caractérise l’aptitude des corps à laisser passer la chaleur par conduction.
La diffusivité thermique dépend essentiellement de la nature du matériau
(fluides possèdent une faible diffusivité thermique alors que les métaux ont
une diffusivité thermique importante).

II.3.1- Formes particulières de l’équation générale de la conduction :


L’équation de la conduction générale décrit une classe très importante de
phénomène de conduction. On peut particulariser certains processus de
transfert thermique conductif qui conduisent aux formes de l’équation
suivante :

Conduction transitoire sans source d’énergie, on obtient l’équation de


Fourier :

1 𝜕𝑇
∆𝑇 = (II. 6)
𝛼 𝜕𝑡
Conduction stationnaire avec source d’énergie, il découle l’équation de
Poisson :
𝑞̇
∆𝑇 + =0 (II. 7)
𝑘
Conduction stationnaire sans source d’énergie, on trouve l’équation de
Laplace
∆𝑇 = 0 (II. 8)

16
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

II.3.2- Expressions du Laplacien dans divers systèmes de coordonnées :


En coordonnées cartésiennes (figure II.2a) le Laplacien s’écrit :

𝜕²𝑇 𝜕²𝑇 𝜕²𝑇


∆𝑇 = + + (II. 9)
𝜕𝑥² 𝜕𝑦² 𝜕𝑧²

En coordonnées cylindriques (figure II.2b) le Laplacien s’écrit :


1 𝜕 𝜕𝑇 1 𝜕 𝜕²𝑇
∆𝑇 = (𝑟 ) + + (II. 10. a)
𝑟 𝜕𝑟 𝜕𝑟 𝑟² 𝜕𝜙 𝜕𝑧²

Dans le cas d’une symétrie cylindrique T= f(r,t). Le Laplacien de la température


sera :

1 𝜕 𝜕𝑇
∆𝑇 = (𝑟 ) (II. 10. b)
𝑟 𝜕𝑟 𝜕𝑟
En coordonnées sphériques (figure II.2c), le Laplacien de la température est
de la forme suivante :

1 𝜕 𝜕𝑇 1 𝜕²𝑇 1 𝜕 𝜕𝑇
∆𝑇 = (𝑟² ) + ( )+ (𝑠𝑖𝑛𝜃 ) (II. 11. a)
𝑟² 𝜕𝑟 𝜕𝑟 𝑟²𝑠𝑖𝑛²𝜃 𝜕𝜙² 𝑟²𝑠𝑖𝑛²𝜃 𝜕𝜃 𝜕𝜃

Dans le cas d’une symétrie sphérique T= f(r,t). Le Laplacien de la température


sera :

1 𝜕 𝜕𝑇
∆𝑇 = (𝑟² ) (II. 11. b)
𝑟² 𝜕𝑟 𝜕𝑟

a
b c

Figure II.2 : Coordonnées (a) Cartésiennes, (b) Cylindriques, (c) Sphériques.

La résolution de l’équation (II.5) nécessite de compléter cette équation par un


supplément d’informations constituant les conditions d’unicité. Il existe
plusieurs types à savoir :

17
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Conditions géométriques qui caractérisent la forme et la grandeur du


corps où la conduction à lieu (surface du corps plane, cylindrique…) ;
Conditions physiques qui précisent les paramètres physiques du
matériau (corps homogène, isotrope…) ;
Conditions initiales qui décrivent le champ de la température du
matériau à l’instant initial ;
Conditions aux limites qui caractérisent l’interaction du corps étudié
avec son environnement.

II.3.3- Applications
II.3.3.1- Mur simple sans source d’énergie
Soit un mur d’épaisseur (e), constitué d’un matériau homogène et isotrope de
conductivité (k) constante et que les températures T0 et T1 sur les faces de ce
mur sont connues, constantes et uniformes (voir figure II.3).

Figure II.3 : Conduction stationnaire dans un mur plan


D’après les hypothèses précédentes, l’équation différentielle de Laplace qui
décrit la propagation de la chaleur dans ce mur prend la forme suivante :
𝑑²𝑇
∆𝑇 = =0 (II. 12)
𝑑𝑥²
La solution générale de cette équation est :
𝑇(𝑥 ) = 𝐶1 𝑥 + 𝐶2 (II. 13)
Où les constantes d’intégrations C 1 et C2 sont déterminées en utilisant les
conditions aux limites suivantes :
𝑥 = 0 → 𝑇 = 𝑇1
𝑥 = 𝑒 → 𝑇 = 𝑇2
On obtient alors les valeurs :

18
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝑇1 − 𝑇2
𝐶1 = −
𝑒
𝐶2 = 𝑇1
Qui, remplacées dans (II.13), donnent le champ de température dans le mur :
(𝑇1 − 𝑇2 )
𝑇(𝑥 ) = 𝑇1 − 𝑥 (II. 14)
𝑒
Cette expression montre que le profil de la température dans un mur plan est
linéaire.
Le flux de chaleur s’obtient en utilisant la loi de Fourier :
𝑘𝐴
𝑞= (𝑇 − 𝑇2 ) (II. 15)
𝑒 1
L’expression (II.15) peut être écrite comme suit :
(𝑇1 − 𝑇2 ) ∆𝑇
𝑞= = (II. 16)
𝑒/𝑘𝐴 𝑅𝑡ℎ
Rth : résistance thermique.

Exercice II.1 :
On considère une porte en bois (sapin très tendre) de surface S = 2 m 2,
d’épaisseur e=5 cm et de conductivité thermique k=0,1w/mK. Les
températures extérieure et intérieure de la maison sont respectivement 4 °C
et 19 °C. Déterminer
1- Le profil de la température.
2- Le flux de chaleur.
Solution :
Le système est sans source d’énergie et en régime permanent, l’équation de
la conduction s’écrit (équation II.8):

𝑑²𝑇
=0
𝑑²𝑥
Le profil de la température est donné par l’expression (II.14) :

(𝑇1 − 𝑇2 )
𝑇(𝑥 ) = 𝑇1 − 𝑥
𝑒
(19 − 4)
𝑇(𝑥) = 19 − 𝑥 = 𝟏𝟗 − 𝟑𝟎𝟎𝒙
0,05

19
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Le flux de chaleur est obtenu à partir de l’équation de Fourier (II.16) :

(𝑇1 − 𝑇2 ) (19 − 4)
𝑞= = = 𝟔𝟎𝒘
𝑒/𝑘𝐴 0,05/0,1 ∗ 2
Remarque :
Pour un mur composite (plusieurs couches), le flux de chaleur est donné
par :
(𝑇1 − 𝑇2 )
𝑞= (II. 17)
∑ 𝑒𝑖 /𝑘𝑖 𝐴𝑖
Pour des surfaces planes en série, la résistance thermique totale est :
𝑒𝑖
𝑅𝑡ℎ 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 = ∑ = ∑ 𝑅𝑡ℎ 𝑖 (II. 18)
𝑘𝑖 𝐴𝑖
𝑖=1 𝑖=1

Pour des surfaces planes en parallèle, la résistance totale est exprimée


par :
1 𝑘𝑖 𝐴𝑖 1
=∑ = ∑ (II. 19)
𝑅𝑡ℎ 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑒𝑖 𝑅𝑡ℎ 𝑖
𝑖=1 𝑖=1

Exercice II.2 :
Un four est constitué de briques réfractaires, de briques isolantes et de briques
ordinaires (voir figure II.4). Les températures intérieure et extérieure du four
sont respectivement 1200K et 330K. Déterminer :
1- La densité de flux de chaleur perdu par le four.

Solution
D’après l’équation (II.17), le flux de chaleur s’écrit :

(𝑇1 − 𝑇2 )
𝑞=
∑ 𝑒𝑖 /𝑘𝑖 𝐴𝑖

Figure II.4 : schéma représentatif de l’exercice II.2

20
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Et comme les surfaces sont égales, la densité de flux est donnée par
l’expression suivante :
𝑞 (𝑇1 − 𝑇2 )
𝑞′ = ( ) =
𝐴 ∑ 𝑒𝑖 /𝑘𝑖
(1200 − 330)
𝑞′ = = 961𝑤/𝑚²
0,20 0,10 0,20
∑( + + )
1,4 0,21 0,7

II.3.3.2- Mur simple avec source d’énergie


Soit un mur d’épaisseur (e), constitué d’un matériau homogène et isotrope de
conductivité (k) constante avec une génération de chaleur et que les
températures T0 et T1 sur les faces de ce mur sont connues, constantes et
uniformes.
L’équation fondamentale de transfert de chaleur par conduction est donnée
par l’équation de Poisson (II.7) :
𝑞̇
∆𝑇 + =0
𝑘
𝑑²𝑇 𝑞̇
=−
𝑑𝑥² 𝑘
La solution générale est donnée par l’expression suivante :
𝑞̇
𝑇 (𝑥 ) = − 𝑥²+𝐶1 𝑥 + 𝐶2 (II. 20)
2𝑘
Où les constantes d’intégrations C 1 et C2 sont déterminées en utilisant les
conditions aux limites suivantes :
𝑥 = 0 → 𝑇 = 𝑇1
𝑥 = 𝑒 → 𝑇 = 𝑇2
On obtient alors les valeurs :
𝑇1 − 𝑇2 𝑞̇ 𝑒
𝐶1 = − +
𝑒 2𝑘
𝐶2 = 𝑇1
Qui, remplacées dans (II.20), donnent le champ de température dans le mur :
𝑞̇ 𝑞𝑒̇ 𝑇1 − 𝑇2
𝑇 (𝑥 ) = − 𝑥² + [ − ] 𝑥 + 𝑇1 (II. 21)
2𝑘 2𝑘 𝑒
Le flux de chaleur s’obtient en utilisant la loi de Fourier :
𝑑𝑇 𝑞̇ 𝑞𝑒̇ 𝑇1 − 𝑇2
𝑞 = −𝑘𝐴 = −𝑘𝐴 [− 𝑥 + − ]
𝑑𝑥 𝑘 2𝑘 𝑒

21
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

1 𝑇1 − 𝑇2
𝑞 = 𝑞̇ 𝐴 (𝑥 − ) + (II. 22)
2 (𝑒/𝑘𝐴)

Exercice II.3
On considère une plaque avec une génération de chaleur (𝑞̇ ) uniforme.
Déterminer
1- Le profil de la température
2- La densité de flux de chaleur à droite, à gauche et au centre de cette
plaque.
On donne : k=200w/m°K, 𝑞̇ =40Mw/m3, T1=160°C, T2=100°C e=2cm.

Solution
1- Le système est en régime stationnaire et avec source d’énergie.
L’équation générale de la conduction (II.5) devient :
𝑑²𝑇 𝑞̇
+ =0
𝑑𝑥² 𝑘
La solution de cette équation est donnée par l’expression suivante (II.20):
𝑞̇
𝑇 (𝑥 ) = − 𝑥²+𝐶1 𝑥 + 𝐶2
2𝑘
C1 et C2 sont obtenues à partir des conditions aux limites. Le profil de la
température s’écrit pour les conditions (x=0 , T=T1 et x=e , T=T2) :

𝑞̇ 𝑞𝑒̇ 𝑇1 − 𝑇2
𝑇 (𝑥 ) = − 𝑥² + [ − ] 𝑥 + 𝑇1
2𝑘 2𝑘 𝑒
𝑇(𝑥 ) = −105 𝑥² − 103 𝑥 + 160 .

2- D’après l’équation de Fourier, la densité de flux de chaleur est


𝑞 𝑑𝑇
𝑞 ′ = ( ) = −𝑘 = −𝑘(−2. 105 𝑥 − 103 )
𝐴 𝑑𝑥
𝑞 ′ = 400. 105 𝑥 + 2. 105
La densité de flux de chaleur à gauche de la plaque(x=0)
𝑞 ′ = 200 𝑘𝑤/𝑚²
La densité de flux de chaleur à droite de la plaque(x=2.10-2m) :
𝑞 ′ = 400. 105 . 2. 10−2 + 2. 105 = 103 𝑘𝑤/𝑚²
La densité de flux de chaleur au milieu de la plaque (10-2m) :
𝑞 ′ = 400. 105 . 10−2 + 2. 105 = 600𝑘𝑤/𝑚²

22
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

II.3.3.3-Analogie entre les conductions thermique et électrique


L’analogie entre les conductions thermique et électrique pour des corps
homogènes et isotropes est illustrée dans le tableau II.2.

Tableau II.2. Analogie entre transfert thermique et l’électrique

Transfert thermique Courant électrique


Température (T) Potentiel (V)
Chaleur (Q) Charge électrique (q)
Flux thermique (q) Intensité électrique (I)
Conductivité thermique (k) Conductivité électrique ( )

∆𝑇 = 𝑞 ∑ 𝑅 ∆𝑉 = 𝑅. 𝐼
𝑡ℎ𝑖

L’analogie électrique est très utile pour l’étude des phénomènes ou intervenant
les combinaisons des résistances. On applique souvent les lois des circuits en
série ou en parallèle.

Exemple II. 1

Figure II.5 : Analogie entre conductions thermiques et


électrique

II.3.3.4- Cylindre creux sans source d’énergie


Dans diverses applications techniques, on trouve des parois circulaires (tubes)
exposées à des fluides de températures différentes entre la surface intérieure
et extérieure. On considère un cylindre creux homogène et isotrope de
conductivité (k) constante, limité par une surface intérieure de rayon r1 et une

23
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

surface extérieure de rayon r2 qui ont des températures constantes et


uniformes T1 et T2 (voir figure II.6). On considère que le cylindre à une
longueur (l) beaucoup plus grand que son diamètre. La conduction thermique
est unidirectionnelle et présente un gradient de température radial.

Figure II.6 : Conduction stationnaire dans un cylindre

Pour le cas de la conduction stationnaire et sans source d’énergie le problème


est défini par l’équation de Laplace :
1 𝜕 𝜕𝑇
(𝑟 ) = 0 (II. 23)
𝑟 𝜕𝑟 𝜕𝑟
La résolution de l’équation (II.23) est obtenue par intégration. Elle est sous la
forme logarithmique :
𝑇(𝑟) = 𝐶1 𝑙𝑛𝑟 + 𝐶2 (II. 24)
Les constantes d’intégration C1 et C2 sont déterminées par les conditions aux
limites suivantes :
𝑟 = 𝑟1 → 𝑇 = 𝑇1
𝑟 = 𝑟2 → 𝑇 = 𝑇2
Qui ont comme résultat :
𝑇1 − 𝑇2
𝐶1 = 𝑟 (II. 25. 𝑎)
𝑙𝑛 𝑟1
2

𝑙𝑛𝑟1
𝐶2 = 𝑇1 − (𝑇1 − 𝑇2 ) 𝑟 (II. 25. 𝑏)
𝑙𝑛 (𝑟1 )
2

En remplaçant les valeurs de C1 et C2 dans la relation (II.24), on obtient


finalement l’équation du champ de température dans le cylindre creux :
𝑟
𝑙𝑛 (𝑟 )
1
𝑇(𝑟) = 𝑇1 − (𝑇1 − 𝑇2 ) 𝑟2 (II. 26)
𝑙𝑛 (𝑟 )
1

24
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Le flux thermique est obtenu à partir de la loi de Fourier :


(𝑇1 − 𝑇2 )
𝑞 = 2𝜋𝑘𝑙 𝑟 (II. 27)
𝑙𝑛 ( 2 )
𝑟1
La résistance thermique du cylindre creux est exprimée par la relation :
𝑟
𝑙𝑛 (𝑟2 )
1
𝑅𝑡ℎ = (II. 28. 𝑎)
2𝜋𝑘𝑙
Pour un cylindre composite la résistance thermique est donnée par :
𝑟
𝑙𝑛 ( 𝑖+1
1 𝑟𝑖 )
𝑅𝑡ℎ = ∑ (II. 28. 𝑏)
2𝜋𝑙 𝑘𝑖
𝑖=1

Exercice II.4
Soit un tube en acier de longueur 1m, de rayon intérieur r1=10mm, de rayon
extérieur r2=13,5mm et de conductivité thermique k=46w/mK. On suppose
que les températures des parois intérieure et extérieure sont respectivement
119,75°C et 119,64°C. Déterminer :
1- La résistance thermique et le flux de chaleur correspondant
2- La résistance thermique et le flux dans le cas où le tube est entarté sur
une épaisseur de 2mm. La conductivité thermique de la tarte est
2,2w/mK.

Solution
1- La résistance thermique du tube est exprimée par l’équation (II.28-a) :
𝑟 0.0135
𝑙𝑛 𝑟2 𝑙𝑛 ( 0,010 )
1
𝑅𝑡ℎ = = = 1,038. 10−3 𝐾/𝑤
2𝜋𝑘𝑙 2𝜋. 46.1
Le flux de chaleur s’écrit :
(𝑇1 − 𝑇2 ) (119,75 − 119,64)
𝑞= = = 105,97𝑤
𝑅𝑡ℎ 1,038. 10−3
2- La présence de tarte conduit à l’expression suivante :
𝑟
1 𝑙𝑛 𝑖+1 1 𝑙𝑛(0,0135/0,01) 𝑙𝑛(0,01/0,008)
𝑟𝑖
𝑅𝑡ℎ = ∑ = ( + )
2𝜋𝑙 𝑘𝑖 2𝜋1 46 2,2
𝑖=1

𝑅𝑡ℎ = 1,718. 10−2 𝐾/𝑤


Le flux de chaleur est donc :
(𝑇1 − 𝑇2 ) (119,75 − 119,64)
𝑞= = = 6,40𝑤
𝑅𝑡ℎ 1,718. 10−2

25
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

II.3.3.5- Cylindre creux avec source d’énergie


Pour le cas de la conduction stationnaire avec source d’énergie, le problème
est défini par l’équation de Poisson :
1 𝜕 𝜕𝑇 𝑞̇
(𝑟 ) + = 0 (II. 29)
𝑟 𝜕𝑟 𝜕𝑟 𝑘
𝜕 𝜕𝑇 𝑞̇
(𝑟 ) = − 𝑟
𝜕𝑟 𝜕𝑟 𝑘
La première intégrale donne
𝜕𝑇 𝑞̇
(𝑟 ) = − 𝑟² + 𝐶1
𝜕𝑟 2𝑘
𝑑𝑇 𝑞̇ 𝐶1
( )=− 𝑟+ (II. 30. a)
𝑑𝑟 2𝑘 𝑟
La seconde intégrale conduit au profil de la température :
𝑞̇
𝑇 (𝑟 ) = − 𝑟² + 𝐶1 𝑙𝑛𝑟 + 𝐶2 (II. 30. b)
4𝑘
Deux constantes C1 et C2 sont à déterminer, ce qui nécessite deux conditions
aux limites :
Pour les conditions :
𝑑𝑇
𝑟=0→ =0
𝑑𝑥
𝑟 = 𝑅 → 𝑇(𝑅) = 𝑇𝑅
La première condition résulte de la symétrie du système c.à.d. pour un
cylindre plein, l’axe central est une ligne de symétrie pour la distribution de la
température (le gradient de la température doit être nul). A partir de cette
condition et l’équation (II.30.a) la constante d’intégration C1 est nulle.
D’après la seconde condition :

𝐶2 = TR + R²
4k
Le profil de la température est donc :
𝑞̇ 𝑅² r²
𝑇 (𝑟 ) = (1 − ) + TR (II. 31. a)
4𝑘 R²
Le profil de la température à l’axe (r=0) s’écrit :
𝑞̇ 𝑅²
𝑇0 = + TR (II. 31. b)
4𝑘
Avec T0 la température à l’axe du cylindre.

26
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Le flux de chaleur peut être évalué en utilisant l’équation (II.31.a) et la loi de


Fourier.
Exercice II.5
Une résistance électrique constituée d’un fil de diamètre 5mm, une longueur
de 0,7m et de conductivité thermique 20w/mK est utilisée pour chauffer l’eau.
Elle développe une puissance de 2kw. Déterminer la température au centre
du fil si la température à la surface est égale à 110°C.
Solution
La quantité d’énergie développée (source d’énergie w/m3) est :
𝑝𝑢𝑖𝑠𝑠𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑃 2000
𝑞̇ = = ² = 2 . 0,7
= 1,455. 108 𝑤/𝑚3
𝑉 𝜋𝑟 𝐿 3,14. ( 0,025 )
La température au centre du fil est exprimée par la relation (II.31.a)
𝑞̇ 𝑅² 1,455. 108 . (2,5. 10−3 )²
𝑇0 = + TR = + 110 = 121,4°C
4𝑘 4.20

Pour les conditions :


𝑟 = 𝑅1 → 𝑇(𝑅1 ) = 𝑇1
𝑟 = 𝑅2 → 𝑇(𝑅2 ) = 𝑇2
Après plusieurs opérations de calculs, le profil de la température s’écrit :
𝑟
𝑞̇ 𝑞̇ 𝑙𝑛 (𝑅 )
2
𝑇𝑟 − 𝑇2 = ( ) (𝑅2 ² − 𝑟²) + [(𝑇2 − 𝑇1 ) + ( ) (𝑅2 ² − 𝑅1 ²)] [ ] (II. 32. a)
4𝑘 4𝑘 𝑅2
𝑙𝑛 (𝑅 )
1

Ou
𝑟
𝑞̇ 𝑞̇ 𝑙𝑛 (𝑅 )
1
𝑇𝑟 − 𝑇1 = ( ) (𝑅1 ² − 𝑟²) + [(𝑇2 − 𝑇1 ) + ( ) (𝑅2 ² − 𝑅1 ²)] [ ] (II. 32. b)
4𝑘 4𝑘 𝑅
𝑙𝑛 ( 𝑅2 )
1

Le rayon auquel la température maximale est atteinte est obtenu en


différenciant l’expression (II.32) et en lui donnant la valeur zéro.
2𝑘 𝑞̇
𝑅𝑚𝑎𝑥 ² = [(𝑇2 − 𝑇1 ) + ( ) (𝑅2 ² − 𝑅1 ²)] (II. 33)
𝑅 4𝑘
𝑞̇ 𝑙𝑛 ( 𝑅2 )
1

Exercice II.6
Une conduite cylindrique, de rayon intérieur 3cm, de rayon extérieur 6 cm et
de conductivité thermique 30w/mK, est le siège d’une génération de chaleur
27
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

uniforme 5.106w/m3. Les températures de surfaces intérieure et extérieure


sont maintenues respectivement à 380°C et 360°C. Déterminer
1- L’emplacement et la valeur de la température maximale.
2- Le flux de chaleur générée allant à la surface intérieure.

Solution
1- D’après l’équation (II.33), le rayon auquel la température maximale est
1/2

2.30 5. 106
𝑅𝑚𝑎𝑥 = [(380 − 360) + ( ) (0,06² − 0,03²)] = 0,04𝑚
6 0,06 4.30
5. 10 𝑙𝑛 (0,03)
[ ]
La température maximale :
0,04
5.106 𝑙𝑛( ) 5.106
0,03
𝑇𝑟 − 380 = ( 4.30 ) (0,03² − 0,04²) + 0,06 [(380 − 360) + ( ) (0,06² − 0,03²)]
𝑙𝑛( ) 4.30
0,03

𝑇𝑚𝑎𝑥 = 389,22°𝐶
2- Le flux de chaleur à l’intérieur est la chaleur générée jusqu’à 𝑅𝑚𝑎𝑥
𝑞 = 𝑞̇ 𝜋(𝑅𝑚𝑎𝑥 ² − 𝑅1 ²) = 5. 106 . 𝜋(0,04² − 0,03²) = 10995,6𝑤

II.3.3.6- Sphère creuse sans source d’énergie


On considère une sphère de conductivité k, de rayon intérieur r1, de rayon
extérieur r2. Les températures des faces interne et externe étant
respectivement T1 et T2.

Figure II.7 : Conduction stationnaire dans une sphère

Le système est uniforme et sans source d’énergie, l’expression de l’équation de


la conduction est exprimée par la relation (II.11.b):

28
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

1 𝜕 𝜕𝑇
(𝑟². ) = 0
𝑟² 𝜕𝑟 𝜕𝑟
𝜕 𝜕𝑇
(𝑟². ) = 0
𝜕𝑟 𝜕𝑟
La solution de l’équation précédente donne le profil de la température :
𝐶1
𝑇 (𝑟 ) = − + 𝐶2 (II. 34)
𝑟
Pour déterminer les constantes d’intégrations, on écrit les conditions aux
limites.
𝐶1
𝑟 = 𝑟1 → 𝑇(𝑟1 ) = 𝑇1 = − + 𝐶2
𝑟1
𝐶1
𝑟 = 𝑟2 → 𝑇(𝑟2 ) = 𝑇2 = − + 𝐶2
𝑟2

𝑇1 − 𝑇2
𝐶1 = ( )
1 1

𝑟1 𝑟2

𝑇1 − 𝑇2
𝐶2 = 𝑇1 + ( )
1 1

𝑟1 𝑟2
Le profil de la température s’écrit :
1 1
𝑇 − 𝑇1 𝑟1 − 𝑟
=( ) (II. 35)
𝑇1 − 𝑇2 1 1

𝑟2 𝑟1
Le flux de chaleur est obtenu en utilisant la loi de Fourier :
𝑇1 − 𝑇2 1
𝑞 = −𝑘4𝜋𝑟² .
1 1 𝑟²

𝑟2 𝑟1
𝑇1 − 𝑇2
𝑞 = 4𝜋𝑘 (II. 36)
1 1
𝑟1 − 𝑟2
1 1 1
Le terme ( − ) représente la résistance thermique dans le cas d’une
4𝜋𝑘 𝑟1 𝑟2

sphère creuse.
Dans le cas d’une sphère composite (plusieurs couches), la résistance
thermique est donnée par l’expression suivante :
𝑛
1 1 1 1
𝑅𝑡ℎ = ∑ ( − ) (II. 37)
4𝜋 𝑘𝑖 𝑟𝑖 𝑟𝑖+1
𝑖=1

29
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice II.7
Une sphère creuse en aluminium de diamètre intérieur 50cm et diamètre
extérieur 60cm. La paroi interne est maintenue à la température 70°C, la
surface externe est maintenue à 25°C. Calculer le flux de chaleur par
conduction à travers la paroi de conductivité thermique 232,22w/mK.
Solution
D’après l’équation (II.36), le flux de chaleur s’écrit :
𝑇1 − 𝑇2 70 − 25
𝑞 = 4𝜋𝑘 = 4.231,22.3,14 = 19,69𝑤
1 1 1 1
− −
𝑟1 𝑟2 0,25 0,30

II.3.3.7- Sphère creuse avec source d’énergie


Soit une sphère avec une génération de chaleur (𝑞̇ ) de conductivité k, de rayon
intérieur r1, de rayon extérieur r2. Les températures des faces interne et
externe étant respectivement T1 et T2.
L’équation de la conduction est exprimée par la loi de Poisson :
1 𝜕 𝜕𝑇 𝑞̇
(𝑟² ) + = 0
𝑟² 𝜕𝑟 𝜕𝑟 𝑘
𝜕 𝜕𝑇 𝑞̇
(𝑟² ) = − 𝑟²
𝜕𝑟 𝜕𝑟 𝑘
La solution de l’équation différentielle précédente donne le profil de la
température :
𝑞̇ 𝐶1
𝑇 (𝑟 ) = − 𝑟² − + 𝐶2 (II. 38)
6𝑘 2𝑟
A partir de conditions aux limites, les constantes d’intégrations sont
déterminées.
𝑑𝑇
𝑟=0→ = 0, 𝐶1 = 0
𝑑𝑥
𝑞̇
𝑟 = 𝑅 → 𝑇(𝑅) = 𝑇𝑅 , 𝐶2 = 𝑇𝑅 + 𝑅²
6𝑘
La substitution des constantes d’intégrations dans l’équation (II.38) conduit
à:
𝑞̇
𝑇(𝑟) = 𝑇𝑅 + (𝑅 2 − 𝑟 2 ) (II. 39)
6𝑘
La température maximale est obtenue à r=0
𝑞̇ 𝑅²
𝑇𝑚𝑎𝑥 = 𝑇𝑅 + (II. 40)
6𝑘
30
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice II.8
Soit une sphère pleine de rayon 0,09m et de conductivité thermique 30w/mK
génère une quantité de chaleur égale à 5.106 w/m3. Cette quantité est
transférée de la surface externe vers un fluide à température 160°C par
convection (h=750w/m²K). Déterminer :
1- La température maximale et la température à R=0,06m.
Solution
D’après l’équation (II.40), la température maximale s’écrit :
𝑞̇ 𝑅²
𝑇𝑚𝑎𝑥 = 𝑇𝑅 +
6𝑘
La quantité d’énergie générée égale à la quantité transférée par convection :
𝑉. 𝑞 = ℎ𝐴(𝑇̇ 𝑅 − 𝑇∞ )
V, A sont respectivement le volume et la surface de la sphère.
4 3
𝜋𝑅 = ℎ(4𝜋𝑅2 )((𝑇𝑅 − 𝑇∞ )
3
𝑞̇ 𝑅 5. 106 . 0,09
𝑇𝑅 = 𝑇∞ + = 160 + = 360°𝐶
3𝑘 3.750
Donc :
𝑞̇ 𝑅² 5. 106 . (0,09)²
𝑇𝑚𝑎𝑥 = 𝑇𝑅 + = 360 + = 585°𝐶
6𝑘 6.30

Pour calculer la température à R=0,06, on utilise l’équation (II.39) :


𝑞̇ 5. 106 . (0,09² − 0,06²)
𝑇(0,06) = 𝑇𝑅 + (𝑅2 − 𝑟 2 ) = 360 + = 485°𝐶
6𝑘 6.30
II.3.3.8- Combinaison entre la conduction et la convection
Mur simple en contact avec deux fluides : Considérons maintenant le cas
de transfert thermique dans un mur simple, d’épaisseur (e) et de conductivité
(k), séparant deux fluides en mouvement (figure II.8).
On sait que le flux thermique transféré entre un fluide en mouvement et un
solide est donné par la loi de Newton (équation I.3).
En régime laminaire et en absence de sources internes de chaleur dans le
mur, le flux surfacique est donné par :
(𝑇 − 𝑇 2)
1 ∆𝑇
𝑞= = (II. 41)
1 𝑒 1 ∑ 𝑅𝑡ℎ
∑𝑛 𝑖
ℎ1 + 𝑖=1 𝑘𝑖 + ℎ2

31
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝑇∞1
ℎ1

𝑇∞2

ℎ2
𝑒1 𝑒2 𝑒𝑛

Figure II.8 : Combinaison conduction - convection

Exercice II.9
Une paroi de chambre froide, de surface de 40cm², est constituée d’un mur de
briques creuses (e1=10cm, k1=0,5w/mK), un isolant en polystyrène (e2,
k2=0,03w/mK) et un enduit intérieur (e3=3cm, k3=1,2w/mK). Les coefficients
de convection sont h1=7w/m²K et h2=10w/m²K. Les températures de part et
d’autre de la paroi sont respectivement -10°C et 30°C. Déterminer :
1- L’épaisseur de l’isolant pour limiter la puissance à 10 w/m².
2- La quantité de chaleur qui traverse cette paroi pendant 24h.
Solution
1- La densité de flux de chaleur est exprimée par :
∆𝑇 (𝑇1 − 𝑇2 )
𝑞= =
∑𝑛𝑖=1 𝑅𝑡ℎ 𝑖 1 𝑒 𝑒 𝑒 1
(ℎ + 𝑘1 + 𝑘2 + 𝑘3 + ℎ )
1 1 2 3 2

L’épaisseur de l’isolant s’écrit :


(𝑇1 − 𝑇2 ) 1 𝑒1 𝑒3 1
𝑒2 = 𝑘2 [ − ( + + + )]
𝑞 ℎ1 𝑘1 𝑘3 ℎ2
(30 + 10) 1 0,1 0,03 1
𝑒2 = 0,03 [ −( + + + )] = 0,011𝑚
10 7 0,5 1,2 10
2- La quantité de chaleur est donnée par la formule suivante :
𝑄 = 𝑞. 𝐴. 𝑡 = 10.24.3600.40. 10−4 = 3456𝐽

Cylindre creux en contact avec deux fluides : soit un cylindre creux qui
sépare deux fluides ayant des températures T 1 et T 2 constantes. On

32
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

considère que les coefficients de transfert de chaleur par convection h1 et h2


sont constants et connus.
La conservation du flux se traduit par l’égalité du flux total cédé par le fluide
chaud à la surface intérieure du cylindre par convection avec celui traversant
l’épaisseur du cylindre par conduction et avec celui reçu par le fluide froid par
convection à la surface extérieure du cylindre.
Le flux total rapporté à l’unité de longueur du cylindre est :

(𝑇 − 𝑇 2)
1 ∆𝑇
𝑞= 𝑟 = (II. 42)
𝑙𝑛 ( 𝑖+1 ∑ 𝑅𝑡ℎ
1 1 𝑛 𝑟𝑖 ) 1
+ (2𝜋 ∑𝑖=1 )+
𝜋𝑑1 ℎ1 𝑘𝑖 𝜋𝑑2 ℎ2

Le flux de chaleur peut être exprimé par la relation suivante :

𝑞 = 𝑈𝐴̅̅̅̅
𝑇 (II. 43)
Où :
U : Coefficient de transfert de chaleur global ;
A : Surface d’échange totale ;
̅̅̅̅
𝑇 : Variation de température moyenne.

Exercice II.10
Un préchauffeur d’air est fait d’un tuyau d’acier (d1=43mm et
d2=49mm), de conductivité k=50W/mK, à l’intérieur du tuyau circulant de gaz
brûlés ayant la température T1=250°C et à l’extérieur un courant d’air ayant
la température T2=145°C. Les coefficients de transfert thermiques surfaciques
sont : à l’intérieur h1= 45W/m2K et à l’extérieur h2=25W/m2K. On demande :
1. Le flux thermique transféré par mètre linéaire du tuyau.
2. Le coefficient de transfert thermique global linéaire
Solution
1- D’après l’équation (II.42), le flux de chaleur est :
(𝑇− 𝑇 2)
1
𝑞= 𝑟
𝑙𝑛 ( 2 )
1 𝑟1 1
( )
𝜋𝑑1 𝑙 ℎ1 + 2𝜋𝑘 + 𝜋𝑑2 𝑙 ℎ2

33
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝜋𝑙 (𝑇− 𝑇 2)
1
𝑞= 𝑟2
𝑙𝑛 (
1 𝑟1 ) 1
+ ( )+
𝑑1 ℎ1 2𝑘 𝑑2 ℎ2

Le flux linéaire 𝑞 ′ s’écrit :


𝑞 𝜋 (𝑇
− 𝑇 2)
1
𝑞′ = ( ) = 𝑟2
𝑙 𝑙𝑛 (
1 𝑟1 ) 1
+( )+
𝑑1 ℎ1 2𝑘 𝑑2 ℎ 2

𝜋(250 − 145)
𝑞′ = = 247,28𝑤/𝑚
0,049
1 𝑙𝑛 ( ) 1
0,043 )
+ ( +
0,043.45 2.50 0,049.25

2- Le coefficient global linéaire


∆𝑇
𝑞 ′ = 𝑈𝑙 ∆𝑇 =
∑ 𝑅𝑡ℎ
𝑞′ 247,28
𝑈𝑙 = ( )= = 2,35 𝑤/𝑚𝐾
∆𝑇 (250 − 145)

II.3.3.9- Isolation thermique critique


On considère une conduite cylindrique de conductivité thermique k. On isole
cette conduite à l’aide d’un isolant d’épaisseur e et de conductivité thermique
ki (figure II.9)

ℎ2
ℎ1 𝑇∞
𝑘 𝑇1

𝑘𝑖

Figure II.9 : Isolation d’une conduite

Le flux de chaleur traversant les parois de l’intérieur à l’extérieur s’écrit :


(𝑇1 − 𝑇∞ )
𝑞= 𝑟 𝑟 +𝑒
𝑙𝑛 (𝑟2 ) 𝑙𝑛 ( 2 𝑟 )
1 1 2 1
+ + +
2𝜋𝑙𝑟1 ℎ1 2𝜋𝑘𝑙 2𝜋𝑘𝑖 𝑙 2𝜋𝑙(𝑟1 + 𝑒)ℎ2

34
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

2𝜋𝑙 (𝑇1 − 𝑇∞ )
𝑞= 𝑟 𝑟 +𝑒
𝑙𝑛 (𝑟2 ) 𝑙𝑛 ( 2 𝑟 )
1 1 2 1
𝑟1 ℎ1 + 𝑘 + +(
𝑘𝑖 𝑟2 + 𝑒)ℎ2
Si on pose 𝑟 = (𝑟2 + 𝑒), il vient :
2𝜋𝑙(𝑇1 − 𝑇∞ )
𝑞= 𝑟 𝑟 (II. 44)
𝑙𝑛 (𝑟2 ) 𝑙𝑛 (𝑟 )
1 1 2 1
+ + +
𝑟1 ℎ1 𝑘 𝑘𝑖 𝑟ℎ2
On constate que le rayon d’isolation fait varier la résistance au transfert dans
les deux sens contradictoires. Il existe donc une valeur de rayon (rayon
critique) pour laquelle la résistance thermique est optimale.
La dérivée de l’expression (II.44) pour un rayon critique.
1 1
2𝜋𝑙(𝑇1 − 𝑇∞ ) [𝑘 𝑟 − ]
𝑑𝑞 𝑖 ℎ 2 𝑟²
=− 2 =0
𝑑𝑟 𝑟2 𝑟
𝑙𝑛 (𝑟 ) 𝑙𝑛 (𝑟 )
1 1
[𝑟 ℎ + 𝑘 1 + 𝑘 2 + 𝑟ℎ ]
1 1 𝑖 2

On en déduit le rayon critique (rc) :


𝑘𝑖
𝑟𝑐 = ( ) (II. 45)
ℎ2
Dans le cas d’un système sphérique, le rayon critique est donné par
l’expression suivante :
2𝑘𝑖
𝑟𝑐 = ( ) (II. 46)
ℎ2

Exercice II.11
Une canalisation en cuivre (k=380w/m°C) est, de rayon interne 8mm et de
rayon externe 10mm, parcouru par un fluide à la température uniforme de
60°C. Elle est dans de l’air à la température 20°C. Les coefficients
d’échanges thermiques convectifs à l’intérieur et à l’extérieur du tube sont
respectivement égaux à 2000w/m²K et 10w/m²K. Cette canalisation est
revêtue d’un isolant de 10mm d’épaisseur et de conductivité thermique
0,04w/mK. Déterminer :
1- La résistance thermique totale pour une longueur de 1m.
2- L’épaisseur optimale de l’isolant.

35
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Solution
1- D’après l’équation (II.44), la résistance thermique s’écrit :
𝑟 𝑟
1 1 𝑙𝑛 (𝑟2 ) 𝑙𝑛 (𝑟 ) 1
1 2
𝑅𝑡ℎ = [ + + + ]
2𝜋𝑙 𝑟1 ℎ1 𝑘 𝑘𝑖 𝑟ℎ2

0,010 0,010 + 0,010


1 1 𝑙𝑛 (0,008) 𝑙𝑛 ( ) 1
0,010
𝑅𝑡ℎ = [ + + + ]
2𝜋1 0,008.2000 380 0,04 (0,010 + 0,010). 10

𝑚𝐾
𝑅𝑡ℎ = 3,56𝑚
𝑤
2- L’épaisseur optimale de l’isolant est exprimée par la relation (II.45)
𝑘𝑖 0,04
𝑟𝑐 = ( )= = 0,004𝑚
ℎ2 10
Exercice II.12
Un dispositif électronique de forme sphérique de rayon 5mm est enfermé dans
une gaine sphérique transparente de conductivité 0,04w/m²K.
1- Déterminer le diamètre de la gaine pour un flux thermique maximal.
2- Sachant que le dispositif est exposé à la convection (h=10w/m²K),
calculer le flux de chaleur en présence et en absence de la gaine si la
chute de température égale à 120°C.

Solution
1- Le diamètre optimal est exprimé par la relation (II.46) :
2𝑘 2. 0,04
𝑟𝑐 = = = 0,008𝑚
ℎ 10
𝑑𝑐 = 2. 𝑟𝑐 = 2.0,008 = 0,016𝑚

2- Le flux de chaleur :
o Dispositif nu :
𝑞 = ℎ. 4. 𝜋. 𝑟²∆𝑇 = 10.4. 𝜋. 0,005². 120 = 0,377𝑤

o Présence de la gaine :
∆𝑇 120
𝑞= = = 0,439𝑤
1 1 1 1 1 1 1 1
[ − ]+ [ − ]+
4𝜋𝑘 𝑟 𝑟𝑐 4𝜋𝑟𝑐 ²ℎ 4. 𝜋. 0,04 0,005 0,008 4. 𝜋. 0,008². 10

36
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

II.4- Transfert de chaleur à partir des ailettes :


Les ailettes sont des surfaces métalliques, de faible épaisseur et de grande
superficie, utilisées pour apporter ou dégager d’importante quantité de
chaleur. Elles sont utilisées dans les échangeurs de chaleur, chauffage des
locaux et pour refroidir les composants électroniques.
La figure (II.10) illustre les différentes formes des ailettes :

(a) (b) (c)

(d) (e) (f)

Figure II. 10: Différentes formes d’ailettes : (a)Carré ou rectangulaire


(b) Cylindrique de diamètre constant (c) Cylindrique de diamètre
variable (d) Ellipsoïdale (e) Trapézoïdale (f) Nid d’abeille

37
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

II.4.1- Equation fondamentale de l’ailette


On considère une ailette d’épaisseur (e) et de longueur (l) (figure II.11)

T0

Figure II.11 : Bilan thermique à travers une ailette


rectangulaire
Hypothèses :
Régime permanent sans source d’énergie ;
Le gradient de température est unidirectionnel (e l) ;
Le transfert de chaleur par rayonnement est négligeable ;
La conductivité (k) et le coefficient de transfert de chaleur par
convection(h) sont constants.

Le bilan thermique sur la tranche dx :

𝑞𝑥 = 𝑞𝑥+𝑑𝑥 + 𝑑𝑞𝑐𝑜𝑛𝑣 (II. 47)


Après substitution de chaque terme par son expression, il vient :

𝑑𝑇 𝑑𝑇
−𝑘𝐴. ( ) + 𝑘𝐴. ( ) − ℎ𝑑𝐴𝑐 (𝑇 − 𝑇∞ ) = 0 (II. 48)
𝑑𝑥 𝑥 𝑑𝑥 𝑥+𝑑𝑥
A : surface d’échange de chaleur par conduction ;
Ac =P.dx (P : périmètre) surface d’échange de chaleur par convection.
On divise par KAdx et dx tend vers zéro, on obtient :

𝑑²𝑇 ℎ𝑃
( )− (𝑇 − 𝑇∞ ) = 0 (II. 49)
𝑑𝑥² 𝐾𝐴

On pose :
𝜃 (𝑥 ) = (𝑇 − 𝑇∞ ) (II. 50. 𝑎)

ℎ𝑃
𝑚=√ (II. 50. 𝑏)
𝐾𝐴

38
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Elle devient :
𝑑²𝜃(𝑥)
( ) − 𝑚²𝜃(𝑥) = 0 (II. 51)
𝑑𝑥²

L’équation (II.51) est une équation différentielle linéaire de deuxième ordre à


coefficients constants. La solution générale est donnée par l’expression
suivante :
𝜃 (𝑥 ) = 𝐶1 𝑒 𝑚𝑥 + 𝐶2 𝑒 −𝑚𝑥 (II. 52. 𝑎)

𝜃 (𝑥 ) = 𝐴𝑐h(𝑚𝑥) + 𝐵𝑠h(𝑚𝑥) (II. 52. b)

Les constantes d’intégration C1 et C2 sont déterminées à partir des conditions


aux limites :

Première condition : 𝑥 = 0 → 𝑇 = 𝑇0 , 𝜃 (0) = 𝜃0 = (𝑇0 − 𝑇∞ )


La deuxième condition dépend des considérations géométriques et
physiques de l’ailette (longueur infinie, longueur finie…).

Pour la suite de la résolution de l’équation différentielle (II.51.a), on considère


une ailette rectangulaire et on traite les trois cas suivants :
Ailette de longueur infinie ;
Ailette de longueur finie, isolée à l’extrémité ;
Ailette de longueur finie, avec un échange convectif à l’extrémité.

II.4.1.1 : Ailette infiniment longue


Dans le cas d’une ailette infiniment longue, les conditions aux limites
s’écrivent :
Première condition : 𝑥 = 0 → 𝑇 = 𝑇0 , (𝑇0− 𝑇∞ ) = 𝜃0 ;
Deuxième condition : 𝑥 = → 𝑇 = 𝑇 , 𝜃 (∞ ) = 0

La deuxième condition conduit à : 𝐶1 = 0 , la solution devient :

𝜃 (𝑥 ) = 𝐶2 𝑒 −𝑚𝑥

La première condition donne : 𝐶2 = 𝜃0

La solution générale est sous la forme :

𝜃 (𝑥 ) = 𝜃0 𝑒 −𝑚𝑥 (II. 53. 𝑎)

39
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Le profil de température est donc:


𝑇 − 𝑇∞
( ) = 𝑒 −𝑚𝑥 (II. 53. 𝑏)
𝑇0 − 𝑇∞
T0 : la température de la base.

Le flux de chaleur dissipé par l’ailette peut être calculé par deux voies :
La conduction (loi de Fourier) :
𝑑𝑇
𝑞 = −𝑘𝐴 ( ) (II. 54. 𝑎)
𝑑𝑥 𝑥=0
La convection
𝐿
𝑞 = ∫ ℎ𝑃𝜃(𝑥 ). 𝑑𝑥 (II. 54. 𝑏)
0

Pour le cas d’une ailette infiniment longue, le flux de chaleur dissipé par
l’ailette est donné par l’expression suivante:
𝑑𝑇
𝑞 = −𝑘𝐴 ( ) = 𝑘𝐴𝑚 (𝑇0 − 𝑇∞ )
𝑑𝑥 𝑥=0
𝑞 = = (𝑇0 − 𝑇∞ )√𝑘𝐴𝑐 ℎ𝑃 (II. 55)
On peut trouver le même résultat en utilisant la formule (II.54.b) :
𝐿 ∞
−𝑚𝑥
1 −𝑚𝑥
𝑞 = ∫ ℎ𝑃(𝑇0 − 𝑇∞ )𝑒 . 𝑑𝑥 = [− ℎ𝑃(𝑇0 − 𝑇∞ )𝑒 ]
0 𝑚 0

ℎ𝑃 𝑘𝐴
𝑞= (𝑇0 − 𝑇∞ ) = ℎ𝑃√ (𝑇0 − 𝑇∞ ) = (𝑇0 − 𝑇∞ )√𝑘𝐴𝑐 ℎ𝑃
𝑚 ℎ𝑃

Exercice II.13
La base d’une ailette cylindrique (longueur infinie) de 1,5cm de diamètre est
maintenue à une température de 130°C.
1- Déterminer le profil de la température dans l’ailette.
2- Calculer le flux de chaleur échangé avec l’air environnant.
On donne : k=295w/mK, h=18w/m²K, T =18°C.
Solution
1- Le profil de la température est donné par l’expression (II.53.b)
𝑇(𝑥) − 18 ℎ𝑃 4ℎ
−√ 𝑥 −√ 𝑥
=𝑒 𝑘𝐴 𝑐 =𝑒 𝑘𝐷
130 − 18
𝑇(𝑥 ) = 130𝑒 −4𝑥

40
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

2- Le flux de chaleur dissipé par l’ailette est :

4.18
𝑞 = 𝑘𝐴(𝑇0 − 𝑇∞ )𝑚 = 295. . 0,00752 . (130 − 18). √ = 23,55𝑤
295.0,0075

II.4.1.2 : Ailette de longueur finie isolée à l’extrémité :


Les conditions aux limites sont :
Première condition :𝑥 = 0 → 𝑇 = 𝑇0 , (𝑇0− 𝑇∞ ) = 𝜃0
𝑑𝜃
Deuxième condition : 𝑥 = 𝑙 → 𝑞 = 0 = (𝑑𝑥 )

Elles fournissent les relations suivantes :

𝐶1 + 𝐶2 = 𝜃0

𝐶1 𝑒 𝑚𝐿 − 𝐶2 𝑒 −𝑚𝐿 = 0

Après calcul, on trouve :


𝜃0
𝐶1 =
1 + 𝑒 2𝑚𝐿
𝜃0
𝐶2 =
1 + 𝑒 −2𝑚𝐿

En substituant les constantes d’intégration dans l’équation (II.52.a), on


obtient :
𝜃 (𝑥) cosh 𝑚(𝑙 − 𝑥)
= (II. 56. 𝑎)
𝜃0 cosh 𝑚𝑙
Le profil de température est :

𝑇 − 𝑇∞ cosh 𝑚(𝑙 − 𝑥)
( )= (II. 56. 𝑏)
𝑇0 − 𝑇∞ cosh 𝑚𝑙

Le flux de chaleur dissipé est donné par :


𝑞 = (𝑇0 − 𝑇∞ )√𝑘𝐴𝑐 ℎ𝑃 tanh(𝑚𝑙) (II. 57)

Exercice II.14
Prenons une cuillère en acier inoxydable (k=15,1w/mK) partiellement
immergée dans l’eau bouillant à 95°C dans une cuisine à 25 °C. La manche
de la cuillère est une section de 0,2cmx1cm et s’étend dans l’air de 18cm de
la surface libre de l’eau. Le coefficient de transfert convectif est 15w/m²K.

41
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

On suppose que le transfert de chaleur est négligeable à l’extrémité de la


cuillère.
1- Déterminer la différence de température à la surface exposée du manche
de la cuillère.
2- Le flux de chaleur dissipé par le manche de la cuillère.

Solution
Cuillère

Air à 25°C 0,2cm

18cm
1cm

Eau à 95°C

1- Le profil de la température dans le manche de la cuillère s’écrit :


𝑇 − 𝑇∞ cosh 𝑚(𝑙 − 𝑥)
( )=
𝑇0 − 𝑇∞ cosh 𝑚𝑙

La différence de température sur la surface exposée du manche de cuillère


(x=L) :
𝑇𝐿 − 𝑇∞ 1
( )=
𝑇0 − 𝑇∞ cosh 𝑚𝑙

Avec :

ℎ𝑃 ℎ. 2(𝑤 + 𝑡) 15.2(0,01 + 0,002)


𝑚𝑙 = √ =√ =√ . 0,18 = 6,21
𝑘𝐴𝑐 𝑘(𝑤. 𝑡) 15,1. (0,01.0,002)

𝑇0 − 𝑇∞ 95 − 25
(𝑇𝐿 − 𝑇∞ ) = = = 0,28°𝐶
cosh 𝑚𝑙 cosh(6,21) ℎℎ

Où :
𝑇𝐿 = 0,28 + 25 = 25,28°𝐶
Donc :
(𝑇0 − 𝑇𝐿 ) = 95 − 25,28 = 69,72°𝐶
Le flux de chaleur est donné par l’expression (II.57) :
𝑞 = (95 − 25)√15,1.0,0002.15.0,024 tanh(6,21) = 2,308𝑤

42
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

II.4.1.3 : Ailette de longueur finie avec un échange convectif à


l’extrémité :
Les conditions aux limites sont :
Première condition :𝑥 = 0 → 𝑇 = 𝑇0 , (𝑇0− 𝑇∞ ) = 𝜃0
𝑑𝜃
Deuxième condition : 𝑥 = 𝑙 → −𝑘 (𝑑𝑥 ) = ℎ𝜃𝑙
𝑥=𝑙

La solution générale (profil de la température) est sous la forme :


𝜃(𝑥 ) cosh 𝑚(𝑙 − 𝑥 ) + 𝐻𝑠𝑖𝑛ℎ 𝑚(𝑙 − 𝑥)
= (II. 58. 𝑎)
𝜃0 cosh 𝑚𝑙 + 𝐻𝑠𝑖𝑛ℎ (𝑚𝑙)
Le profil de température est :
𝑇 − 𝑇∞ cosh 𝑚(𝑙 − 𝑥 ) + 𝐻𝑠𝑖𝑛ℎ 𝑚(𝑙 − 𝑥)
( )= (II. 58. 𝑏)
𝑇0 − 𝑇∞ cosh 𝑚𝑙 + 𝐻𝑠𝑖𝑛ℎ (𝑚𝑙)

Où : 𝐻 =
𝑚𝑘
Le flux de chaleur dissipé est donné par :
sinh(𝑚𝐿) + 𝐻𝑐𝑜𝑠ℎ(𝑚𝐿)
𝑞= √ℎ𝑃𝐾𝐴𝑐 𝜃0 (II. 59)
cosh(𝑚𝐿) + 𝐻𝑠𝑖𝑛ℎ(𝑚𝐿)

Exercice II.15
On considère une tige de section carrée 12mm, de longueur 80mm et de
conductivité thermique 51,9w/mK. Elle est fixée au mur d’un four à 200°C et
baigne dans l’air à 35°C. On suppose qu’il ya un échange convectif à
l’extrémité de la tige. Le coefficient de transfert convectif est 22w/m²K.
1- Déterminer la température à l’extrémité de cette tige.
Solution
1- La distribution de la température dans ces conditions s’écrit :
𝑇 − 𝑇∞ cosh 𝑚(𝑙 − 𝑥 ) + 𝐻𝑠𝑖𝑛ℎ 𝑚(𝑙 − 𝑥)
( )=
𝑇0 − 𝑇∞ cosh 𝑚𝑙 + 𝐻𝑠𝑖𝑛ℎ (𝑚𝑙)
Pour (𝑙 = 𝑥 ) , l’équation devient :
𝑇𝐿 − 𝑇∞ 1
( )=
𝑇0 − 𝑇∞ cosh 𝑚𝑙 + 𝐻𝑠𝑖𝑛ℎ (𝑚𝑙)
Avec :
ℎ𝑃 22.4.0,012
𝑚=√ =√ = 11,89 1/𝑚
𝑘𝐴𝑐 51,9.0,012.0,012
Donc :

43
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝑇𝐿 − 35 1
( )=
200 − 35 22
cosh(11,89.0,08) + (51,9.11,89) 𝑠𝑖𝑛ℎ (11,89.0,08)
𝑇𝐿 = 143,1°𝐶
II.4.2. Performance d’une ailette
On peut évaluer la performance d’une ailette par le calcul soit de :
L’efficacité d’une ailette : C’est le rapport entre le flux de chaleur
maximum (qmax) échangé par l’ailette et le flux de chaleur qu’elle
échangerait si sa température était uniforme (T0).
𝑞
= (II. 60)
𝑞𝑚𝑎𝑥
Le rendement d’une ailette : C’est le rapport entre le flux de chaleur
échangé sur toute la surface et le flux de chaleur qu’elle échangerait en
absence d’ailette.
𝑞
𝜖= (II. 61)
𝑞𝑏𝑎𝑠𝑒
A titre d’exemple, l’efficacité et le rendement d’une ailette infiniment longue
sont respectivement exprimés par :
1
= (II. 62)
𝑚𝑙
𝑃
𝜖= (II. 63)
𝑚𝐴𝑏𝑎𝑠𝑒

II.4.3-Ensemble d’ailettes (Efficacité totale)


Pour un ensemble d’ailettes (figure II.12), l’efficacité est exprimée par :

Figure II.12 : Ensemble d’ailettes

44
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝑞𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙
=
ℎ𝐴𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 (𝑇0 − 𝑇∞ )

Avec : 𝑞𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙 = ℎ𝐴𝑏𝑎𝑠𝑒 (𝑇0 − 𝑇∞ ) + 𝑁 𝑎𝑖𝑙𝑒𝑡𝑡𝑒


ℎ𝐴𝑎𝑖𝑙𝑒𝑡𝑡𝑒 (𝑇0 − 𝑇∞ )

𝐴𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 = 𝐴𝑏𝑎𝑠𝑒 + 𝑁. 𝐴𝑎𝑖𝑙𝑒𝑡𝑡𝑒

ℎ𝐴𝑏𝑎𝑠𝑒 (𝑇0 − 𝑇∞ ) + 𝑁 𝑎𝑖𝑙𝑒𝑡𝑡𝑒 ℎ𝐴𝑎𝑖𝑙𝑒𝑡𝑡𝑒 (𝑇0 − 𝑇∞ )


=
ℎ𝐴𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 (𝑇0 − 𝑇∞ )
[ℎ(𝐴𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 − 𝑁. 𝐴𝑎𝑖𝑙𝑒𝑡𝑡𝑒 ) + 𝑁 𝑎𝑖𝑙𝑒𝑡𝑡𝑒 ℎ𝐴𝑎𝑖𝑙𝑒𝑡𝑡𝑒 ](𝑇0 − 𝑇∞ )
=
ℎ𝐴𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 (𝑇0 − 𝑇∞ )
𝑁𝐴
ℎ𝐴𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙 [1 − 𝐴 𝑎𝑖𝑙𝑒𝑡𝑡𝑒 (1 − 𝑎𝑖𝑙𝑒𝑡𝑡𝑒 )] (𝑇0 − 𝑇∞ )
𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙
=
ℎ𝐴𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 (𝑇0 − 𝑇∞ )
L’efficacité totale est exprimée par la relation suivante :
𝐴𝑎𝑖𝑙𝑒𝑡𝑡𝑒
=1−𝑁 (1 − 𝑎𝑖𝑙𝑒𝑡𝑡𝑒
) (II. 64)
𝐴𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒

II.4.3- Choix des ailettes


Les ailettes sont utilisées lorsqu’’il faut extraire une densité importante dans
un environnement réduit (radiateur d’automobile, évaporateur…). D’une façon
générale, l’usage d’ailette est un compromis entre le coût, l’encombrement, les
pertes de charge et le transfert de chaleur. Elle est d’autant plus performante
que sa conductivité thermique (k) est élevée.
Pour les liquides, les ailettes sont peu utiles car leur coefficient d’échange (h)
est grand. Ce dernier est faible pour les gaz par conséquent leur utilisation est
importante.

Exercices non corrigés

Exercice 1 : Le plafond d’une maison, chauffée électriquement, est de


dimension : longueur 6m, largeur 8m et d’épaisseur 0,25m. Ce plafond en
béton a une conductivité thermique de 0,8w/mK. Les températures interne et
externe du plafond sont respectivement 15°C et 4°c pour une période de 10h.
Déterminer :
1- Le flux de chaleur perdu à travers le toit de la maison.

45
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

2- Le prix de cette chaleur perdue aux occupants de cette maison, sachant


que le prix de kwh électrique est de 40DA.

Exercice 2 : Calculer le flux de chaleur par conduction à travers un mur de


surface A=8m², d’épaisseur e=16cm et de conductivité thermique k=2,3w/mK.
Les deux faces sont maintenues aux températures constantes 25°C et 5°C.
Que devient ce flux lorsque la conductivité thermique varie linéairement avec
la température (𝐾1 = 𝑘 (1 + 1,5. 10−3 𝑇).

Exercice 3 : On considère une plaque chauffante située entre deux solides de


même surface et de conductivités thermiques différentes. Le chauffage est
uniforme et donne une puissance égale à 290w. Les températures de surface
de chaque solide égale à 300°K. Déterminer :
1- Le flux de chaleur à travers chaque solide.
2- La température de chauffage.
On donne : A=0,1m², k1=35w/mK, k2=9w/mK, e1=60mm, e2=30mm.

Exercice 4 : Un mur composite est constitué de cinq sections (voir figure ci-
dessous). Déterminer la résistance thermique totale.
On donne :k1 =k3 =80w/m°K, k2=120 w/m°K, K4=100 w/m°K et k5=150 w/m°K

Exercice 5 : La paroi d’un échangeur de chaleur est constituée d’une plaque


de cuivre de 9,5mm d’épaisseur. Les coefficients d’échange de chaleur sur les
deux côtés de la plaque sont 2340 kcal/hm²°C et 6100kcal/hm²°C
correspondant respectivement aux températures 82°C et 32°C du fluide. En

46
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

supposant que la conductivité thermique de la paroi est 344,5kcal/hm°C,


calculer la densité du flux de chaleur et les températures de surfaces.

Exercice 6 : Le mur d’un bâtiment est fait de briques rouges ayant une
épaisseur de 38cm et une conductivité thermique 0,8w/mK. La température
de l’air intérieur est de 20°C et celle de l’air extérieur -15°C. Les coefficients
de transfert superficiel sont respectivement 10w/m²K et 20w/m²K.
Déterminer :
1- Le coefficient de transfert thermique global.
2- La résistance thermique totale du mur.
3- Le flux thermique surfacique.
4- Les températures sur les faces limitatrices du mur.

Exercice 7 : Le mur d’un four est composé de deux couches. La première est
en briques réfractaires (e1=20cm, k1=1,38w/mK), la deuxième est en briques
isolantes (e2=10cm, k2=0,17w/mK). Les températures interne et externe du
four sont respectivement 1650°C et 25°C. On supposera que les échanges côté
four et côté extérieur s’effectuent par convection thermique de coefficients
d’échange h1=68w/m²K et h2=11,4w/m²K. Calculer le flux de chaleur
traversant le mur et les températures des faces intérieure et extérieure de ce
mur.

Exercice 8 : Calculer le flux de chaleur perdu par unité de longueur d’un


tuyau en acier (k1=38kcal/hm°C) de 48mm de diamètre intérieur et 56mm de
diamètre extérieur, recouvert d’un isolant en amiante (k2=0,15kcal/hm°C) de
75mm de diamètre extérieur. A l’intérieur du tuyau s’écoule de la vapeur à
145°C. La résistance thermique totale à la paroi intérieure est 0,2 hmK/kcal
et la température ambiante est de 21°C.

Exercice 9 : un long cylindre creux de conductivité thermique k=50w/mK, de


rayon interne10 cm et de rayon externe 20cm. La surface interne est chauffée
par un flux de chaleur surfacique de 1,16.105 w/m² et la surface externe du
cylindre est maintenue à une température constante de 30°C. Calculer la
température de la surface interne.

Exercice 10 : Un tuyau transportant de la vapeur à 230°C a un diamètre


interne 12mm, une épaisseur de 7,5mm et une conductivité thermique
47
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

k1=49w/mK. Le coefficient de transfert par convection à l’intérieur du tuyau


est de 85w/m²K. Le tuyau est isolé par deux couches de même épaisseur 5mm
mais de conductivités thermiques différentes k1=0,15w/mK et k2=0,48w/mK.
La surface externe du tuyau est exposée à une température de 35°C et le
coefficient de transfert convectif est 18w/m²K. Calculer
1- Le flux de chaleur perdu pour une longueur de 5m.
2- Les températures des interfaces.
3- Le coefficient global de transfert de chaleur basé sur la surface interne
et la surface externe.

Exercice 11 : Une forme sphérique creuse, de 20cm de diamètre intérieur et de


50mm de diamètre extérieur, est utilisée pour déterminer la conductivité
thermique du matériau. Un appareil de chauffage de 30w est placé à l’intérieur
et sous des conditions stationnaires. Les températures aux rayons 15cm et
20cm se sont révélées à 80°C et 60°C. Déterminer
1. La conductivité thermique du matériau.
2. La température extérieure.
Si la température entourée la sphère est 30°C, calculer le coefficient de
transfert convectif.

Exercice 12 : Un conteneur métallique de forme sphérique à paroi mince de


diamètre 0,5m est utilisé pour stocker de l’azote liquide à 77K. Ce conteneur
est couvert par 25mm d’isolant de conductivité 0,0017w/mK. La surface
externe de l’isolant est exposée à l’air ambiant à 300K. Le coefficient de
transfert convectif est 20w/m²K. La chaleur latente de vaporisation et la
densité de l’azote liquide sont respectivement 2.105 J/kg et 804kg/m3.
Calculer :
1- Le flux de chaleur transmis.
2- Le débit volumique de l’azote liquide évaporé.

Exercice 13 : Une plaque d’épaisseur 24mm et de conductivité thermique


k=25w/mK avec une source d’énergie 20Mw/m3 est exposée à une convection
à 200°C avec un coefficient de transfert convectif h=900w/m²K. Déterminer :
1- La température de surface.

48
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

2- La température maximale de la plaque.


3- Le gradient de la température de surface.

Exercice 14 : On considère une plaque rectangulaire (L=75cm, l=50cm) et de


faible épaisseur (e=2cm). Un écoulement d’air, à la température -20°C,
s’effectue sur l’une des deux faces de la plaque de température constante
250°C. On suppose que la plaque perd, par cette face, un flux de chaleur
radiatif égal à 1,5Kw. Calculer la température de l’autre face sachant que
k=43w/m°C et h=25w/m²°C.

On se place maintenant dans le cas où la plaque dégage un flux de chaleur


par unité de volume (les deux faces sont maintenues aux températures
constantes).

1- Exprimer la distribution de la température à l’intérieur de la plaque.


2- Calculer la température maximale.

Exercice 15 : Un appareillage est conçu de telle façon que sa paroi,


d’épaisseur L=200mm, de conductivité thermique 4w/mK est le siège d’un
échauffement interne uniforme q= 1000w/m3. Afin d’empêcher toute perte
vers l’extérieur de la chaleur engendrée dans la paroi, on place sur la face
externe une très mince bande chauffante électrique qui fournit une chaleur
localisée 𝜙0 (w/m²).

49
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Côté intérieur, le coefficient convectif est hi=20w/m²K pour une


température Ti=50°C.
Côté extérieur, le coefficient convectif est he=5w/m²K pour une
température Te=25°C.
1- Etablir le profil de température dans la paroi dans ces conditions.
2- Evaluer les températures à chaque extrémité de la paroi.
3- Déterminer la valeur de 𝜙0 (w/m²) qui permet de remplir ces conditions.

Exercice 16 : Un rondin, de rayon 2cm, à l’intérieur duquel est générée de la


𝑟 2
chaleur avec une densité volumique de puissance :𝑃 = 𝑃0 (1 + 𝑎 (𝑅) ), est

entouré d’une coquille en aluminium de rayon extérieur de 3cm. L’ensemble


est plongé dans un liquide à température uniforme de 200°C, servant à le
refroidir. Calculer :
1- La quantité de chaleur transférée par unité de longueur.
2- La température maximale du rondin.
On donne : P0=5,8/cm3, a=4, krondin=11,6w/mK, kcoquille=186w/mK,
h=1160w/m²K.

Exercice 17 : On considère un fil conducteur d’électricité de rayon R et de


longueur L (très long). La température de la surface extérieure est maintenue
à T0. Il ya une production de chaleur uniforme (Se) due à la dissipation
électrique (par effet de joule) et le régime est permanent. On demande :

1- Le bilan d’énergie effectué sur une tranche r.

50
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

2- Déduire la température maximale.


3- Le flux de chaleur par conduction à la surface pour une longueur L.

Exercice 18 : On veut étudier une sphère composite formée d’une sphère en


matériau fissile de rayon RF, enrobée d’une couche sphérique d’aluminium de
rayon RE. La matière fissile engendre par collisions atomiques internes une
énergie volumique selon l’équation suivante :
𝑟 2
𝑞̇ = 𝑞̇ 0 [1 + 𝑏 ( ) ]
𝑅1
Ou 𝑞̇ 0 le flux de chaleur au centre de la sphère et b est une constante positive
sans dimension. On demande :
1- Le bilan énergétique sur une tranche R.
2- Les flux de chaleur qF et qE.
3- Les températures TF et TE

Exercice 19 : Une sphère homogène de matières radioactives de rayon 0,04m


qui génère de la chaleur à une cadence constante de 4.107 w/m3. La chaleur
générée est évacuée constamment à l’environnement. La surface extérieure de
la sphère est maintenue à une température uniforme de 80°C et la
conductivité thermique de la sphère est 15w/mK.

1- Exprimer l’équation différentielle et les conditions aux limites.


2- Exprimer la variation de la température dans la sphère.
3- Déterminer la température au centre de la sphère.

Exercice 20 : Un cylindre plein infiniment long de diamètre 50mm est


maintenue à une température constante T0=130°C. La surface du cylindre est
exposée à l’air ambiant de coefficient de transfert convectif de 9w/m²K pour
une température de 20°C. Calculer le flux de chaleur perdu par le cylindre si
sa conductivité thermique est 390w/mK.

Exercice 21 : Un cylindre homogène en acier, de 1cm de diamètre, de 4cm de


longueur et de conductivité thermique 40w/mK, est plongé dans un fluide de
température T =25°C. L’une de ses extrémités est isolée et l’autre est
maintenue à une température fixe de 250°C.
1- Donner l’expression de la distribution de la température au sein du
cylindre. Déduire la température à chaque point (pas 1 cm).

51
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

2- Déterminer le flux de chaleur échangé avec le fluide sachant que le


coefficient de transfert convectif égal à 80w/m²K.

Exercice 22 : Une ailette rectangulaire de longueur 22cm est soudée aux


extrémités à deux supports maintenus aux températures T0 et T1 (voir figure
ci-dessous). On demande de :

b
T0 T1 e
T h

1- Etablir l’expression de la température le long de l’ailette.


2- Calculer le flux de chaleur échangé avec l’air ambiant de température
30°C.
3- Calculer l’efficacité de cette ailette.

Exercice 23 : La base d’une ailette infinie de diamètre 1,5cm et de


conductivité thermique k=290w/mK est maintenue à température uniforme
de 130°C. La température de l’air ambiant est 18°C et le coefficient de transfert
de chaleur convectif égal à 18w/m²K.
1- Calculer le flux de chaleur échangé avec l’air environnant.
2- Que devient ce flux lorsque le cylindre à une longueur finie variant de
20cm à 120cm avec un pas de 20cm.
3- Calculer l’efficacité et le rendement pour une longueur de 120cm.

Exercice 24 : Soit un mur auquel est fixé trois tablettes en bois (figure ci-
dessous). La largeur du mur Lmur=0,5 m possède une conductivité thermique
kmur=0,22w/mK. Le mur possède une hauteur H=2m. Le côté gauche du mur
est à T1=25°C. Chaque tablette possède une conductivité thermique
kbois=0,16w/mK. Les tablettes possèdent une épaisseur t=0,01m et une
longueur Ltablette=0,3m. Le mur ainsi que les tablettes possèdent une
profondeur w=1m. Le mur et les tablettes sont soumis à la convection
(T =17°C et h=5w/m²K).

52
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

1- Déterminer le transfert de chaleur par convection du mur avec les


tablettes.
2- Déterminer la température T2.
3- Est-ce que le mur dissipe plus de chaleur avec ou sans tablettes.

Exercice 26 : Un local de 4m de long, 3m de large et 2,4m de haut est séparé


de l’extérieur par deux murs d’épaisseur 50cm et de conductivité thermique
0,4w/mK. L’intérieur de la salle est maintenu à une température de 20°C,
grâce à un système de chauffage (radiateur menu des ailettes à circulation
d’eau). Le coefficient de convection interne est 1,5w/m²K. L’air à l’extérieur est
à une température de 5°C, le coefficient de convection externe est 2w/m²K.
1- Calculer la densité de flux de chaleur perdue par chaque mur.
Le système de chauffage est constitué d’un radiateur muni d’ailettes
rectangulaires (L=70cm, l=10cm, b=1cm) et espacées régulièrement de e=2cm.
La température à la base de l’ailette est T0=75°C, et l’efficacité d’ailette est
=0,35.
2- Calculer le nombre d’ailettes nécessaire pour compenser le flux de
déperdition à travers les deux murs.

53
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Chapitre III : Conduction thermique en régime variable

III.1- Introduction
Dans le chapitre précédent, on a seulement traité les problèmes concernant
la conduction thermique en régime permanent. Cependant, avant d’atteindre
les conditions d’un régime établi, un certain temps doit s’écouler à partir du
début du processus de la chaleur pour permettre aux conditions transitoires
de disparaître.
Dans le cas de la conduction en régime variable (la température dépend du
temps), aux conditions aux limites s’ajoute une condition temporelle appelée
condition initiale (t=0). A cette condition, on suppose que le champ de
température est connu dans tout le milieu.
Pour déterminer la distribution de la température dans un solide lors d’un
processus transitoire, on commence par résoudre les problèmes qui peuvent
être simplifiés en considérant que la température du solide dépend
uniquement du temps (t). Dans les sections suivantes du chapitre, on examine
les problèmes lorsque la température varie en fonction du temps et qu’elle
pénètre à l’intérieur du solide.
III.2- Milieu à température uniforme
Si la taille physique du solide est très petite, le gradient de température
existant dans le solide sera négligeable. Le corps peut être supposé à
température uniforme à tout moment. La distribution de la température
dépend unique ment du temps. La résolution de tel système utilise une
analyse globale de transfert (Lumped analysis system), fondée sur le bilan
thermique.
III.2.1- Analyse globale du système
Considérons la trempe d’une bille métallique qui consiste à immerger une bille
initialement à la température (Ti) dans un bain à température (T ) maintenue
constante (figure III.1).

54
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure III.1 : La trempe d’une bille métallique

Le bilan thermique entre (t) et (t+dt) montre que la chaleur dégagée par la bille
métallique est égale à la diminution de l’énergie interne de cette bille pendant
le temps (dt) :
Si on suppose que :
La température à l’intérieur de la bille est uniforme (petite dimension,
T=f(t)) ;
La conductivité thermique est élevée (la résistance au transfert externe
contrôle le phénomène).

𝑑𝑇
−ℎ𝐴(𝑇(𝑡) − 𝑇 ) = 𝜌𝐶𝑉 𝑑𝑡 (III.1)

: Masse volumique (Kg/m3)


C : Chaleur spécifique (J/Kg°K)
V : Volume (m3)
On pose : 𝜃 = (𝑇 − 𝑇∞ ), l’équation (III.1) devient :
𝑑𝜃
−ℎ𝐴𝜃 = 𝜌𝐶𝑉
𝑑𝑡
𝑑𝜃 ℎ𝐴
( )=− 𝑑𝑡
𝜃 𝜌𝐶𝑉
L’intégration de l’expression précédente donne :
ℎ𝐴
𝑙𝑛(𝜃) = − 𝑡+𝑃 (III. 2)
𝜌𝐶𝑉
P est la constante d’intégration, calculée à partir de la condition initiale (t=0).

T(0)=Ti et 𝜃 (0) = 𝜃𝑖

55
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Il vient : 𝑙𝑛(𝜃𝑖 ) = 𝑃
On introduit l’expression de la constante d’intégration dans l’équation (III.2),
on trouve :
ℎ𝐴
𝑙𝑛(𝜃) = − 𝑡 + 𝑙𝑛(𝜃𝑖 )
𝜌𝐶𝑉
𝜃 ℎ𝐴
𝑙𝑛 ( ) = − 𝑡
𝜃𝑖 𝜌𝐶𝑉
𝜃 ℎ𝐴
( ) = 𝑒𝑥𝑝 (− 𝑡)
𝜃𝑖 𝜌𝐶𝑉

La solution de l’équation (III.1) s’écrit :

(𝑇(𝑡) − 𝑇∞ ) ℎ𝐴
= 𝑒𝑥𝑝 [− ( ) 𝑡] (III. 3)
(𝑇𝑖 − 𝑇 ) 𝜌𝑉𝐶
L’équation (III.3) peut être utilisée pour déterminer le temps nécessaire pour
que le solide atteigne une certaine température T.
La figure III.2 illustre la variation de la température en fonction du temps. Elle
montre que la température du solide se rapproche de la température ambiante
(T ) de manière exponentielle.

Figure III.2 : Variation de la température en


fonction du temps
Exercice III.1
Déterminer le temps nécessaire pour qu’une petite pièce d’aluminium moulée
initialement à 16°C soit portée à 510°C par les gaz d’un haut fourneau
à1204°C. La dimension caractéristique (V/A) de la pièce est égale à 15cm et le
coefficient de convection entre la pièce et les gaz est 85w/m²K.
Données : CAl= 940J/kgK, ρAl = 2700kg/m3 .

56
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Solution :
On considère que la pièce est à température uniforme (la résistance de la
conduction est négligeable). D’après l’équation (III.3) :
(𝑇(𝑡) − 𝑇∞ ) ℎ𝐴
= 𝑒𝑥𝑝 [− ( ) 𝑡]
(𝑇𝑖 − 𝑇 ) 𝜌𝑉𝐶
𝜌𝑉𝐶 𝑇(𝑡) − 𝑇∞ 2700.0,15.940 510 − 1204
𝑡=− . 𝑙𝑛 ( )=− 𝑙𝑛 ( ) = 2408 𝑠
ℎ𝐴 𝑇𝑖 − 𝑇 85 16 − 1204

𝜌𝑉𝐶
Le terme ( ℎ𝐴 ) est homogène à un temps, appelé la constante du temps du

système, notée ( ). Il indique la rapidité avec laquelle un système à


température uniforme se refroidit ou s’échauffe. L’équation (III.3) devient :

(𝑇(𝑡) − 𝑇∞ ) −𝑡
= 𝑒𝑥𝑝 ( ) (III. 4)
(𝑇𝑖 − 𝑇 ) 𝜏

Exercice III.2
Une balle d’acier de petite taille initialement à la température 450°C est
immergée dans un bain d’huile maintenue à une température 100°C.
1- Déterminer la constante du temps sachant que la balle atteint la
température de 150°C pendant une 1H.
Solution
1- D’après l’équation (III.4) :
(𝑇(𝑡) − 𝑇∞ ) −𝑡
= 𝑒𝑥𝑝 ( )
(𝑇𝑖 − 𝑇 ) 𝜏
La constante du temps ( ) s’écrit :
−𝑡 1.3600
𝜏= =− . = 1,951𝑠
𝑇(𝑡) − 𝑇∞ 150 − 100
𝑙𝑛 ( 𝑇 − 𝑇 ) 𝑙𝑛 ( )
𝑖 450 − 100

Le taux de refroidissement instantané peut être calculé en différenciant


l’équation (III.4) par rapport au temps.

𝑑𝑇 1 −𝑡
( ) = (𝑇𝑖 − 𝑇∞ ) [− 𝑒𝑥𝑝 ( )] (III. 5)
𝑑𝑡 𝜏 𝜏

Le taux de transfert de chaleur instantané du solide s’écrit :

𝑑𝑇
𝑞 (𝑡) = ℎ𝐴(𝑇(𝑡) − 𝑇∞ ) = −𝑚𝐶 ( ) (III. 6. a)
𝑑𝑡

57
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

En substituant l’expression de (𝑇(𝑡) − 𝑇∞ ) dans l’équation précédente, on


trouve :
−𝑡
𝑞 (𝑡) = ℎ𝐴(𝑇𝑖 − 𝑇∞ )𝑒𝑥𝑝 ( ) (III. 6. b)
𝜏

La quantité de chaleur totale échangée entre le solide et son environnement


au cours du temps est égale à la variation de l’énergie interne du solide. Elle
peut être calculée en intégrant l’équation (III.6.b) par rapport au temps entre
les limites 0 et t.
𝑡
−𝑡
𝑈 = ℎ𝐴(𝑇𝑖 − 𝑇∞ ) ∫ 𝑒𝑥𝑝 ( ) 𝑑𝑡
0 𝜏
−𝑡
𝑈 = ℎ𝐴(𝑇𝑖 − 𝑇∞ )(−𝜏) [𝑒𝑥𝑝 ( ) − 1]
𝜏
−𝑡
𝑈 = − 𝑉𝐶 (𝑇𝑖 − 𝑇∞ ) [𝑒𝑥𝑝 ( ) − 1]
𝜏

En utilisant l’équation III.4, on trouve :

(𝑇(𝑡) − 𝑇∞ )
𝑈 = − 𝑉𝐶 (𝑇𝑖 − 𝑇∞ ) [ − 1]
(𝑇𝑖 − 𝑇 )

∆𝑈 = ℎ𝐴(𝑇 − 𝑇𝑖 ) (III. 7)

III.2.2- Nombres adimensionnels


Il est toujours intéressant de représenter les résultats sous forme des
équations adimensionnelles :

Nombre de Biot (Bi) : C’est le nombre adimensionnel qui mesure le


rapport de la résistance interne du solide considéré à la résistance de
contact du solide avec le milieu adjacent.
ℎ𝑙𝑐
𝐵𝑖 = (III. 8)
𝑘

𝑙𝑐 : Longueur caractéristique est définit comme le rapport entre le volume du


solide et l’aire du solide en contact avec le fluide (Tableau III.1).

Nombre de Fourier (Fo) : c’est un nombre adimensionnel qui caractérise


la vitesse de pénétration de la chaleur en régime variable :

𝑡
𝐹𝑜 = (III. 9)
𝑙²

58
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Le terme de l’exposant dans l’équation (III.3) peut être exprimé comme suit :

ℎ𝐴 ℎ𝐴 𝑘𝑙𝑐2
𝑡=( 𝑡) ( 2 )
𝜌𝑉𝐶 𝜌𝑉𝐶 𝑘𝑙𝑐
D’où :
ℎ𝐴 ℎ𝑙𝑐 𝑘𝑡 𝐴𝑙𝑐
𝑡 = ( )( )( )
𝜌𝑉𝐶 𝑘 𝜌𝐶𝑙𝑐 ² 𝑉
Donc :
ℎ𝐴
𝑡 = 𝐵𝑖. 𝐹0 (III. 10)
𝜌𝑉𝐶
La distribution de la température est exprimée par l’expression suivante:

(𝑇(𝑡) − 𝑇∞ )
= 𝑒𝑥𝑝(−𝐵𝑖. 𝐹𝑜) (III. 11)
(𝑇𝑖 − 𝑇 )
La connaissance des nombres adimensionnels de Biot et de Fourier permet de
déterminer la distribution de la température de tout système à température
uniforme.

Tableau III.1 : Longueurs caractéristiques des différentes géométries.

Géométrie schéma Volume Surface Longueur


(V) (A) caractéristique
(Lc)

paroi plane A O A 𝐴𝐿 2𝐴 𝐿
2
L

Petit cylindre 𝜋𝑟0 2 𝐿 2𝜋𝑟0 ² + 2𝜋𝑟0 𝐿 𝑟0 𝐿


2(𝑟0 + 𝐿)

Long cylindre 𝜋𝑟0 2 𝐿 2𝜋𝑟0 𝐿 𝑟0 𝐷


=
2 4

Sphère solide 4 3 4𝜋𝑟0 2 𝑟0 𝐷


𝜋𝑟 =
3 0 3 6

Cube 𝐿3 6𝐿2 𝐿
6

59
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

III.2.3- Critère de l’analyse globale du système


L’analyse des problèmes de la conduction thermique transitoire devient facile
en utilisant la méthode de capacité thermique en raison de sa simplicité. Mais,
il est nécessaire de spécifier ses limites entre lesquelles elle peut être utilisée
avec une précision raisonnable. Pour développer un critère approprié,
considérons un mur de surface A et d’épaisseur L (figure III.3). L’une des
surfaces, est maintenue à une température T1 et l’autre à la température T2 ,
est exposée à la convection de coefficient h (T <T1)

Figure III.3 : Effet du nombre Biot sur la distribution de


température (conduction stationnaire)

Dans le bilan énergétique s’écrit :


Le flux de chaleur par conduction égal au flux de chaleur par convection :
𝑘𝐴
(𝑇 − 𝑇2 ) = ℎ𝐴(𝑇2 − 𝑇∞ )
𝐿 1
Après un réarrangement, le nombre de Biot s’écrit :
(𝑇1 − 𝑇2 ) ℎ𝐿
𝐵𝑖 = =
(𝑇2 − 𝑇∞ ) 𝑘

La figure (III.3) montre que pour Bi<<1 la distribution de la température dans


le solide est uniforme et que la résistance à la conduction est plus faible que
la résistance à la convection à travers la couche limite du fluide.
Maintenant, on considère un mur initialement à la température Ti est exposé
brusquement au refroidissement par un fluide de température T . La variation
de la température en fonction du nombre Biot est illustrée dans la figure (III.4).
Pour un nombre de Bi<<1, le gradient de température dans le solide est faible
et T(x,t)=T(t) c.à.d. la température du solide reste uniforme. Pour les valeurs
modérées du nombre de Biot, le gradient de température est considérable et

60
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

T=T(x,t). Un nombre de Bi>> 1, le gradient de température à travers le solide


est beaucoup plus important que celui entre le solide et le fluide.

Figure III.4 : Effet du nombre Biot sur la distribution de


température (conduction transitoire)

On peut conclure l’importance du nombre de Biot dans la conduction


thermique transitoire. Pour une valeur du nombre de Biot :
𝐵𝑖 ≤ 0,1 (III. 12)

La résistance interne est négligeable et la température est uniforme à


l’intérieur du corps. On dit que la convection gouverne le transfert de chaleur.
Les équations (III.3), (III.4) et (III.11) sont valables pour traiter un problème de
conduction transitoire.

Exercice III.3
Un long fil de cuivre de 0,635cm de diamètre est exposé à un flux d’air à une
température de 310K. Après 30 secondes, la température moyenne du fil est
passée de 280K à 297K.
1- Déterminer le coefficient de transfert convectif h si la résistance interne
est négligeable.
On donne : =8890kg/m3, C=385J/kg.K, k=386w/mK

Solution
1- Le nombre de Biot est exprimé par l’expression suivante :
ℎ 𝑉 ℎ 𝜋𝑑²𝐿 ℎ𝑑
𝐵𝑖 = ( )= ( )=( )
𝑘 𝐴 𝑘 4𝜋𝑑𝐿 4𝑘
0,00635. ℎ
𝐵𝑖 = = 4,11. 10−6 ℎ
386.4
61
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

La résistance interne est négligeable pour un nombre de Biot inférieur à 0,1


𝐵𝑖 ≤ 0,1
c.à.d : 4,11.10−6 ℎ ≤ 0,1
0,1
ℎ≤
4,11.10−6
ℎ ≤ 24330,90𝑤/𝑚²𝐾
D’après l’équation (III.3), le coefficient de transfert convectif h s’écrit :
𝜌𝐶𝑉 𝑇(𝑡) − 𝑇∞ 8890.386 0,00635 297 − 310
ℎ=− . 𝑙𝑛 ( )=− ( ) . 𝑙𝑛 ( )
𝑡. 𝐴 𝑇𝑖 − 𝑇 30 4 280 − 310
ℎ = 151,84𝑤/𝑚²𝐾
Ce résultat est bien inférieur à la valeur limite (la résistance interne
négligeable).

Exercice III.4
Une bille d’acier de 10mm de diamètre est chauffée jusqu’à 880°C dans un
four et ensuite elle est refroidie lentement jusqu’à 100°C dans l’air
atmosphérique de température de 25°C. Le coefficient de transfert convectif
est égal à 15w/m²K.
Estimer le temps nécessaire pour refroidir la bille.
Calculer le flux de chaleur cédé par la bille.
On donne : k=40w/mK, C=450J/kg.K et =7900kg/m3

Solution
1- Calcul le nombre de Biot
Pour une sphères la longueur caractéristique est (d/6)
ℎ 𝑑 15 0,01
𝐵𝑖 = ( )= . = 6,25. 10−4 < 0,1
𝑘 6 40 6
La résistance interne est négligeable, l’équation (III.11) est applicable
(𝑇(𝑡) − 𝑇∞ )
= 𝑒𝑥𝑝(−𝐵𝑖. 𝐹𝑜)
(𝑇𝑖 − 𝑇 )
Où :
𝑡 𝑘𝑡 40
𝐹𝑜 = = = . 𝑡 = 4,05𝑡
𝑙² 𝜌𝐶𝑙² 7900.450. (0,01)²
6
Ce qui donne :

62
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

(100 − 25)
= 𝑒𝑥𝑝(−6,25. 10−4 . 4,05𝑡)
(880 − 25)
Donc :
𝑡 = 962𝑠
2- Le flux de chaleur perdu par la bille est égal à la variation de l’énergie
interne (équation III.7)
4
𝑞 = 𝐶𝜌𝑉 (𝑇 − 𝑇𝑖 ) = 450.7900. . 𝜋(0,005)3 . (880 − 100) = 1452𝑤
3

III.2.3.1- Conditions mixtes


Dans l’exemple précédent, la trempe d’une bille, la conduction transitoire est
générée dans le solide en l’exposant à une convection de tous les côtés.
Cependant, cela ne doit pas toujours être le cas. Dans des conditions
transitoires peuvent également être induites dans les solides par rayonnement
sur l’une de ses surfaces, qu’en a un chauffage ou par une génération de
chaleur interne provoquée par un courant électrique…etc.
Analysons un cas assez courant, où les surfaces d’une plaque sont soumises
respectivement à un flux de chaleur uniforme et à une convection (figure III.5).

Figure III.5 : Conduction transitoire


(Conditions mixtes)

En appliquant le bilan énergétique suivant à t>0:


(Energie entrant dans le solide) - (Energie cédée par le solide) = (Variation de
l’énergie interne)
𝑑𝑇
𝐴𝑞 − ℎ𝐴(𝑇 − 𝑇∞ ) = 𝜌𝐴𝐿𝐶 (III. 13)
𝑑𝑡
𝑑𝑇 ℎ(𝑇 − 𝑇∞ ) 𝑞
+ =
𝑑𝑡 𝜌𝐶𝐿 𝜌𝐶𝐿
63
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

On pose : 𝜃 = (𝑇 − 𝑇∞ )
𝑞
𝑁=
𝜌𝐶𝐿

𝑀=
𝜌𝐶𝐿
L’équation ci-dessus devient :
𝑑𝜃
+ 𝑀𝜃 = 𝑁 (III. 14)
𝑑𝑡

La solution de l’équation (III.14) est la somme de la solution homogène et


particulière.
𝜃 = 𝐷𝑒𝑥𝑝(−𝑀𝑡) + 𝜃𝑝

Où : D est la constante d’intégration


𝜃𝑝 est la solution particulière donnée par l’expression suivante :

𝑁
𝜃𝑝 =
𝑀
Donc :
𝑁
𝜃 = 𝐷𝑒𝑥𝑝(−𝑀𝑡) + (III. 15)
𝑀

En utilisant la condition initiale :

A t=0, 𝜃(0) = (𝑇𝑖 − 𝑇∞ ) = 𝜃𝑖


𝑁
𝜃𝑖 = 𝐷 +
𝑀
𝑁
Donc : 𝐷 = 𝜃𝑖 − 𝑀

En substituant D dans l’équation (III.15), on trouve :


𝑁
𝜃 = 𝜃𝑖 exp(−𝑀𝑡) + [1 − exp(−𝑀𝑡)]
𝑀
𝑁 𝑞 𝜌𝐶𝐿 𝑞
=( )( )=( )
𝑀 𝜌𝐶𝐿 ℎ ℎ
𝑞
𝜃 = 𝜃𝑖 exp(−𝑀𝑡) + [1 − exp(−𝑀𝑡)] (III. 16)

Lorsque t tend vers l’infini ( ), la température en régime permanent :

𝑞
𝜃(∞) = (𝑇 − 𝑇∞ ) = ( ) (III. 17)

64
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice III.5
Un concentrateur solaire fournit un flux de chaleur de 8000w/m² pour
chauffer un côté d’une plaque de 10mm de long, initialement à une
température de 20°C, l’autre côté est exposé à un flux convectif à 20°C et un
coefficient de 40w/m²K. Déterminer :

1- Le temps nécessaire pour que la plaque atteigne une température de


100°C.
2- La température de la plaque après 6min.

On donne : = 800kg/m3, C=500J/kg.K, k=80w/mK

Solution
Calcul du nombre de Biot :
ℎ𝐿 40.0,01
𝐵𝑖 = = = 0,005 < 0,1
𝑘 80

La plaque est considérée comme un système à température uniforme. D’après


l’équation (III. 16) :
𝑞
𝜃 = 𝜃𝑖 exp(−𝑀𝑡) + [1 − exp(−𝑀𝑡)]

𝑞 𝑞
(𝜃 − ) = (𝜃𝑖 − ) exp(−𝑀𝑡)
ℎ ℎ
𝑞
1 (𝜃 − ℎ)
𝑡 = 𝑙𝑛 [ 𝑞 ]
𝑀 (𝜃𝑖 − ℎ)

1- Le temps nécessaire pour que la plaque atteigne la température 100°C :


8000
800.500.0,01 ((100 − 20) − 40 )
𝑡= 𝑙𝑛 [ ] = 25,54𝑠
80 8000
((20 − 20) − 40 )

2- La température après 6min


𝑞
𝜃 = 𝑇 = 𝑇0 + [1 − exp(−𝑀𝑡)]

𝑞 8000
𝑇 = 𝑇0 + [1 − exp(−𝑀𝑡)] = 20 + (1 − exp(−0,002.360) = 122,8°𝐶
ℎ 40

65
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

III.2.4- Un nombre de Biot supérieur à 0,1


Les systèmes ayant un nombre de Biot supérieur à 0,1 peuvent être analysés
au moyen des méthodes numériques et graphiques. Pour de nombreux cas
d’importance pratique, les solutions sont accessibles sous forme figures
appelés abaques de Heisler et Gröber. Ces abaques donnent des solutions
approximatives pour plusieurs géométries.

Les paramètres adimensionnels sont illustrés dans le tableau (III.2).


Notez bien que pour les géométries cylindrique et sphérique, le x est remplacé
par le rayon externe.

Tableau III.2 : Paramètres adimensionnels des abaques de Heisler

1 Nombre de Biot ℎ𝐿
𝐵𝑖 =
𝑘
2 Nombre de Fourier 𝛼𝑡
𝐹𝑜 =
𝐿²
3 Rapport des températures au centre 𝜃𝑐 𝑇𝑐 − 𝑇∞
=
𝜃𝑖 𝑇𝑖 − 𝑇∞
4 Rapport des températures 𝜃 𝑇(𝑥, 𝑡) − 𝑇∞
=
𝜃𝑖 𝑇𝑖 − 𝑇∞
5 Position adimensionnelle 𝑥
𝐿
6 Transfert de chaleur adimensionnel 𝑄
𝑄𝑖

III.2.5- Solutions graphiques (Abaques de Heisler et Gröber)


Comme les solutions analytiques ne sont pas utiles pour des calculs rapides.
Heister et Gröber ont représenté les solutions du problème de la conduction
transitoire par des figures (abaques) pour les différentes géométries indiquées
par la figure III.6.
Tous les paramètres utilisés dans les abaques sont adimensionnels.
La température de la ligne médiane est obtenue en utilisant les figures III.7.a,
III8.a et III.9.a, tandis que les températures des autres positions sont obtenues
à l’aide des figures III.7.b, III.8.b et III.9.b.

66
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure III.6 : Nomenclature des Abaques de Heisler :


(a) plaque infinie, (b) cylindre infini,(c) sphère

Figure III.7.a : Température centrale en fonction du temps pour


une paroi plane d’épaisseur 2L

67
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure III.7.b : Distribution de la température en fonction du


temps pour une plane d’épaisseur 2L

Figure III.7.c : Changement de l’énergie interne en fonction du


temps pour une paroi plane d’épaisseur 2L

68
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure III.8.a : Température axiale en fonction du temps pour


un cylindre de rayon r0

Figure III.8.b : Distribution de la température pour un cylindre


infini de rayon r0

69
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure III.8.c : Changement de l’énergie interne en fonction du


temps pour un cylindre infini de rayon r0

Figure III.9.a : Température axiale pour une sphère de rayon r0

70
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure III.9.b : Distribution de la température pour une sphère de


rayon r0

Figure III.9.c : Changement de l’énergie interne en fonction du temps


pour un cylindre de rayon r0

71
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Les flux de chaleur sont obtenus à partir des figures III7.c, III.8.c et III.9.c.
Notez que les abaques de Heisler sont applicables pour des valeurs du nombre
de Fourier supérieur à 0,2.

Exercice III. 6
Un cylindre en acier de longueur 2m et de diamètre 0,2m, initialement à
400°C, est soudainement immergé dans l’eau à 50°C. Si le coefficient de
convection est 200w/m²K, calculer après 20min :
1- La température centrale.
2- La température de la surface.
3- La quantité de chaleur transférée.
On donne : k=40w/mK, =10-5m²/s, =7854kg/m3, C=434J/kg.K.

Solution
1-On calcule d’abord le rapport (L/D) :
𝐿 2
= = 10
𝑑 0,2
Le cylindre est supposé infiniment long.
Vérification du critère de la méthode du gradient nul :
ℎ 𝑑 200.0,2
𝐵𝑖 = = = 0,25 > 0,1
𝑘4 40.4
Le nombre de Biot est supérieur à 0,1, on utilise les abaques (III.8.a, III.8.b et
III.8.c)
Calcul des nombres de Biot et Fourier :
ℎ𝑑 200.0.2
𝐵𝑖 = = = 0,5
2𝑘 2.40
𝛼𝑡 10−5 . 20.60
𝐹𝑜 = = = 1,2
(𝑑/2)² 0,1²
D’après la figure III.8.a :
𝐹𝑜 = 1,2 𝑇0 − 𝑇∞
{ 1 → = 0,38
=2 𝑇𝑖 − 𝑇∞
𝐵𝑖
Donc la température centrale s’écrit
𝑇0 = 0,38(𝑇𝑖 − 𝑇∞ ) + 𝑇∞ = 0,38(400 − 50) + 50 = 183°𝐶
La température à la surface (r=r0), d’après le graphe III.8.b, on trouve :

72
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝑟
=1
𝑟0 𝑇𝑟 − 𝑇∞
{ → = 0,78
1 𝑇𝑜 − 𝑇∞
=2
𝐵𝑖
La température à la surface s’écrit :
𝑇𝑟 − 𝑇∞ 𝑇𝑟 − 𝑇∞ 𝑇0 − 𝑇∞
=( )( ) = 0,78.0,38 = 0,296
𝑇𝑖 − 𝑇∞ 𝑇𝑜 − 𝑇∞ 𝑇𝑖 − 𝑇∞
𝑇𝑟 = 350.0,296 + 50 = 153,6°𝐶
La quantité de chaleur, d’après la figure III.8c, on trouve :
𝐹 𝐵𝑖² = 0,3 𝑄
{ 0 → = 0,6
𝐵𝑖 = 0,5 𝑄𝑖
Avec :
𝑄𝑖 = 𝜌𝑉𝐶 (𝑇𝑖 − 𝑇∞ ) = 7854.434. 𝜋. 0,1². 2. (400 − 50) = 74,96. 106 𝐽
𝑄 = 0,6.74,96. 106 = 44,98. 106 𝐽

III.3- Milieu semi infini


Le milieu semi-infini est une paroi d’épaisseur suffisamment grande pour que
la perturbation appliquée dans une face ne soit pas ressentie par l’autre face.
Un tel système représente l’évolution d’un mur d’épaisseur finie pendant un
temps suffisamment court.
III.3.1- Equation de chaleur
En régime transitoire et en absence d’une source d’énergie, l’équation de la
conduction (Equation de Poisson):
1 𝜕𝑇
∆𝑇 − =0 (III. 18)
𝛼 𝜕𝑡
La résolution de l’équation de Poisson peut être effectuée par plusieurs
méthodes à savoir :

Application de la transformée de Laplace par rapport au temps :



𝑦(𝑥, 𝑝) = 𝐿[𝑓(𝑥, 𝑡)] = ∫ 𝑒 −𝑝𝑡 𝑓 (𝑥, 𝑡)𝑑𝑡 (III. 19)
0

Méthode de séparation des variables : On cherche une solution particulière


satisfaisant l’équation de Poisson, à variable x et t :

𝑇(𝑥, 𝑡) = 𝑇(𝑥 ). 𝑇(𝑡) (III. 20)

73
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

La résolution de l’équation (III.18) nécessite aussi l’introduction des conditions


aux limites. Dans ce problème, on va étudier les conditions aux limites
suivantes :
Température constante imposée en surface (Dirichlet).
Flux imposé en surface (Neumann).
Coefficient convectif imposé en surface (Newton).

III.3.1.1- Température constante imposée en surface


On considère un milieu sans source d’énergie interne et ayant des propriétés
physiques uniformes (figure III.3). On impose brutalement une température
(T0) à la surface du milieu semi-infini à la température initiale (Ti).

𝐓𝐢 = 𝐓(𝐱, 𝟎)
𝐓𝟎 = 𝐓(𝟎, 𝐭)

Figure III.3 : Milieu semi infini à température


constante imposée

Les conditions aux limites de Dirichlet


𝑇(𝑥, 0) = 𝑇𝑖
{ 𝑇(0, 𝑡) = 𝑇0 (III. 21)
𝑇(∞, 𝑡) = 𝑇𝑖
Le changement de variable :
𝑇(𝑥, 𝑡) − 𝑇𝑖
𝑇̅ = (III. 22)
𝑇0 − 𝑇𝑖
L’équation de la chaleur (III.18) devient :
𝜕²𝑇̅ 1 𝜕𝑇̅
− =0 (III. 23)
𝜕𝑥² 𝛼 𝜕𝑡
Avec les conditions aux limites :
𝑇̅(𝑥, 0) = 0
{ ̅𝑇(0, 𝑡) = 1 (III. 24)
𝑇̅(∞, 𝑡) = 0
Pour résoudre cette équation, on introduit la transformée de Laplace par
rapport au temps :

74
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques


𝜃(𝑥, 𝑝) = 𝐿[𝑇̅(𝑥, 𝑡)] = ∫ 𝑒 −𝑝𝑡 𝑇̅(𝑥, 𝑡)𝑑𝑡
0

L’application de la transformée de Laplace à l’équation (III.23) donne :


𝜕²𝑇̅ 1 ∞ 𝜕𝑇̅
∫ 𝑒 −𝑝𝑡 ( ) 𝑑𝑡 − ∫ 𝑒 −𝑝𝑡 ( ) 𝑑𝑡 = 0
0 𝜕𝑥² 𝛼 0 𝜕𝑡
L’équation transformée s’écrit :

𝑑²𝜃(𝑥, 𝑝) 1
− [𝑝𝜃(𝑥, 𝑝) − 𝑇̅(𝑥, 𝑜)] = 0
𝑑𝑥² 𝛼
Il vient que :
𝜕²𝜃(𝑥, 𝑝)
− 𝑚² 𝜃(𝑥, 𝑝) = 0 (III. 25)
𝜕𝑥²
𝑝
𝑚² =
𝛼
La solution générale de cette équation est de la forme suivante :

𝜃(𝑥, 𝑝) = 𝐶1 𝑒 𝑚𝑥 + 𝐶2 𝑒 −𝑚𝑥 (III. 26)

La température garde une valeur finie quand x tend vers l’infini donc C1 =0,
on déduit :
𝜃(𝑥, 𝑝) = 𝐶2 𝑒 −𝑚𝑥

La transformée de Laplace (TL) pour la condition 𝑇̅(0, 𝑡) = 1 :


1
𝐿[𝑇̅(0, 𝑡)] = 𝜃(0, 𝑝) = 𝐿[1] =
𝑝
La solution générale de l’équation (III.18) avec les conditions de Dirichlet est
sous la forme suivante :
1 −𝑚𝑥
𝜃 (𝑥, 𝑝) = 𝑒 (III. 27)
𝑝
L’utilisation des tables de l’inverse de la TL (voir annexe B) conduit à la
distribution de la température suivante :

𝑇(𝑥, 𝑡) − 𝑇0
( ) = 𝑒𝑟𝑓 (𝜉 ) (III. 28)
𝑇𝑖 − 𝑇0

75
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Où la fonction erf() est appelée fonction d’erreur de Gauss et est définie avec
une variable adimensionnel comme suit :
𝑥
𝜉=
2√𝛼𝑡
𝜉
2
𝑒𝑟𝑓(𝜉 ) = ∫ 𝑒 −𝜉² 𝑑𝜉 (III. 29)
√𝜋 0

Les valeurs numériques de la fonction d’erreur de Gauss erf() sont présentées


dans l’annexe C
L’expression de la distribution de la température devient après introduction
de l’équation (III.29) :
𝑇(𝑥, 𝑡) − 𝑇0 2 𝜉 −𝜉²
( )= ∫ 𝑒 𝑑𝜉 (III. 30)
𝑇𝑖 − 𝑇0 √𝜋 0
Le flux de chaleur à n’importe quelle position s’écrit (l’équation de Fourier) :
𝜕𝑇
𝑞 = −𝑘𝐴
𝜕𝑥
La dérivée partielle de l’équation (III.23) donne :
𝜕𝑇 2 − 𝑥² 𝜕 𝑥
= (𝑇𝑖 − 𝑇0 ) 𝑒 4𝛼𝑡 ( )
𝜕𝑥 √𝜋 𝜕𝑥 2√𝛼𝑡
𝜕𝑇 (𝑇𝑖 − 𝑇0 ) − 𝑥²
= 𝑒 4𝛼𝑡
𝜕𝑥 √𝜋𝛼𝑡

Le flux de chaleur à chaque instant et à chaque section s’écrit :


(𝑇0 − 𝑇𝑖 ) 𝑥²
𝑞 = 𝑘𝐴 𝑒 −4𝛼𝑡 (III. 31)
√𝜋𝛼𝑡

Le flux de chaleur à la surface (x=0) à chaque instant est donné par :


(𝑇0 − 𝑇𝑖 )
𝑞 (𝑡) = 𝑘𝐴 (III. 32)
√𝜋𝛼𝑡
Exercice III.7
Un mur de béton de taille assez important initialement à 30°C, sa température
superficielle croît jusqu’ 600°C par un feu intense qui a duré 25min. Le
matériau désintègrera jusqu’à une profondeur où la température atteint
400°C. Déterminer
1- L’épaisseur qui peut se désintégrer.
2- La quantité de chaleur totale par mètre carré.
On donne: =4,92.10-7 m²/s, k=1,28w/mK.

76
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Solution
1- Le mur est de grande dimension et considéré comme un milieu semi-
infini. La distribution de température s’écrit (équation III.28):
𝑇(𝑥, 𝑡) − 𝑇0 𝑥
( ) = 𝑒𝑟𝑓 ( )
𝑇𝑖 − 𝑇0 2√𝛼𝑡
400 − 600 𝑥
( ) = 𝑒𝑟𝑓 ( ) = 0,35
30 − 400 2√𝛼𝑡

D’après le tableau des fonctions d’erreur :


𝑥
= 0,32
2√𝛼𝑡
𝑥 = 0,32 .2√𝛼𝑡 = 0,32.2. √4,92. 10−7 . 25.60 = 0,017𝑚
2- Le flux de chaleur total à la surface (x=0) s’écrit (équation III.32)
𝑡 (𝑇0 − 𝑇𝑖 ) 𝑡
1
𝑞(𝑥 ) = ∫ 𝑞(𝑡) . 𝑑𝑡 = 𝑘 ∫ . 𝑑𝑡
0 √𝜋𝛼 0 √𝑡

𝑡
𝑞(𝑥 ) = 2𝑘(𝑇0 − 𝑇𝑖 )√
𝜋𝛼

25.60
𝑞(𝑥 ) = 2.1,28(600 − 30)√ = 45,5 𝐽/𝑚²
𝜋. 4,92. 10−7

III.3.1.2- Flux constant imposé en surface


On considère la même configuration, mais en imposant brutalement un flux
de chaleur (q0) à la surface du milieu semi-infini à la température initiale (Ti)
(figure III.4).

Figure III.4 : Milieu semi infini à flux constant imposé

Les conditions aux limites de Neumann


𝑇(𝑥, 0) = 𝑇𝑖
𝜕𝑇(0, 𝑡)
{−𝑘 = 𝑞0 (III. 33)
𝜕𝑥
𝑇(∞, 𝑡) = 𝑇𝑖
77
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Le changement de variable :
𝑇̅ = (𝑇 − 𝑇𝑖 ) (III. 34)
L’équation de la chaleur (III.18) devient :
𝜕²𝑇̅ 1 𝜕𝑇̅
− =0
𝜕𝑥² 𝛼 𝜕𝑡
Avec les conditions aux limites :
𝑇̅(𝑥, 0) = 0
𝑇̅(0, 𝑡)
−𝑘 = 𝑞0 (III. 35)
𝜕𝑥
{ 𝑇̅(∞, 𝑡) = 0
L’application de la transformée de Laplace à l’équation (III.18) donne :
𝜕²𝜃(𝑥, 𝑝)
− 𝑚² 𝜃(𝑥, 𝑝) = 0
𝜕𝑥²
𝑝
𝑚² =
𝛼
La solution générale de cette équation est de la forme suivante :
𝜃(𝑥, 𝑝) = 𝐶1 𝑒 𝑚𝑥 + 𝐶2 𝑒 −𝑚𝑥
La température garde une valeur finie quand x tend vers l’infini donc C1 =0,
on déduit :
𝜃(𝑥, 𝑝) = 𝐶2 𝑒 −𝑚𝑥
La transformée de Laplace (TL) pour la condition (x=0):
𝜕𝑇̅(0, 𝑡)
[−𝑘 ] = 𝐿[𝑞0 ]
𝜕𝑥
𝑑𝜃(0, 𝑝) 𝑞0
−𝑘 =
𝑑𝑥 𝑝
𝑞0
𝜃 (𝑜, 𝑝) = −
𝑚𝑝𝑘
La solution générale de l’équation (III.18) avec les conditions de Neumann est
donnée par :
𝑞0 −𝑚𝑥
𝜃 (𝑥, 𝑝) = − 𝑒 (III. 36)
𝑚𝑝𝑘
L’utilisation des tables de l’inverse de la Transformée de Laplace conduit à :

2𝑞0 𝛼𝑡 𝑥2 𝑞0 𝑥 𝑥
(𝑇(𝑥, 𝑡) − 𝑇0 ) = √ [exp (− )− (1 − erf( )] (III. 37)
𝑘 𝜋 4𝛼𝑡 𝑘 2√𝛼𝑡

78
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice III.8
Une pièce en acier de grande dimension est initialement à la température
35°C. On expose la pièce à un flux de chaleur de densité constante
3,2.105w/m². Déterminer la température à une profondeur de 2,5cm au bout
d’une 30 secondes.
On donne : =1,4.10-5m²/s, k=45w/mK.

Solution
Le profil de la température est donné par l’équation (III.37)

2𝑞0 𝛼𝑡 𝑥2 𝑞0 𝑥 𝑥
𝑇 = 𝑇0 + √ [exp (− )− (1 − erf( )]
𝑘 𝜋 4𝛼𝑡 𝑘 2√𝛼𝑡

𝑥 2,5. 10−2
( )= = 0,61
2√𝛼𝑡 2. √1,4. 10−5 . 30
erf(0,61) = 0.61164

2.3,2. 105 1,4. 10−5 . 30 3,2. 105 . 0,025


𝑇 = 35 + √ [exp(−0,61²) − (1 − erf(0,61)]
45 𝜋 45

𝑇 = 78,71°𝐶
III.3.1.3- Coefficient convectif imposé en surface
On considère la même configuration, mais en imposant brutalement un flux
de chaleur (q0) à la surface du milieu semi-infini à la température initiale (Ti)
(figure III.5).

𝜕𝑇(0, 𝑡)
ℎ(𝑇(0, 𝑡) − 𝑇∞ ) = −𝑘
𝜕𝑥

Figure III.5 : Milieu semi infini à coefficient convectif imposé

Les conditions aux limites de Newton


𝑇(𝑥, 0) = 𝑇𝑖
𝜕𝑇(0, 𝑡)
{−𝑘 = ℎ[𝑇(0, 𝑡) − 𝑇∞ ] (III. 38)
𝜕𝑥
𝑇(∞, 𝑡) = 𝑇𝑖

79
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Le changement de variable :
𝑇̅ = (𝑇 − 𝑇𝑖 )
L’équation de la chaleur (III.18) devient :
𝜕²𝑇̅ 1 𝜕𝑇̅
− =0
𝜕𝑥² 𝛼 𝜕𝑡
Avec les conditions aux limites :
𝑇̅(𝑥, 0) = 0
𝑇̅(0, 𝑡)
−𝑘 = ℎ[𝑇̅(0, 𝑡) + (𝑇𝑖 − 𝑇∞ )] (III. 39)
𝜕𝑥
{ 𝑇̅(∞, 𝑡) = 0
L’application de la transformée de Laplace à l’équation précédente donne :
𝜕²𝜃(𝑥, 𝑝)
− 𝑚² 𝜃(𝑥, 𝑝) = 0
𝜕𝑥²
𝑝
𝑚² =
𝛼
La solution générale de cette équation est de la forme suivante :
𝜃(𝑥, 𝑝) = 𝐶1 𝑒 𝑚𝑥 + 𝐶2 𝑒 −𝑚𝑥

La température garde une valeur finie quand x tend vers l’infini donc C1 =0,
on déduit :
𝜃(𝑥, 𝑝) = 𝐶2 𝑒 −𝑚𝑥
La transformée de Laplace de la deuxième condition de newton est :
𝜕𝑇̅(0, 𝑡)
𝑘 𝐿[ ] = ℎ 𝐿[𝑇̅(0, 𝑡)] + ℎ 𝐿[(𝑇𝑖 − 𝑇∞ )]
𝜕𝑥
𝑑𝜃(0, 𝑝) ℎ
−𝑘 = ℎ 𝜃 (0, 𝑝) + (𝑇𝑖 − 𝑇∞ )
𝑑𝑥 𝑝

𝑘𝑚𝐶2 = ℎ 𝐶2 + (𝑇 − 𝑇∞ )
𝑝 𝑖

𝐶2 = (𝑇 − 𝑇∞ ) (III. 40)
𝑝(𝑘𝑚 − ℎ) 𝑖

La solution générale est de la forme :



𝜃 (𝑥, 𝑝) = (𝑇 − 𝑇∞ )exp(−𝑚𝑥) (III. 41)
𝑝(𝑘𝑚 − ℎ) 𝑖

L’utilisation des tables de l’inverse de la TL conduit à :

80
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

(𝑇(𝑥, 𝑡) − 𝑇𝑖 ) 𝑥 𝑥 ℎ√𝛼𝑡 ℎ𝑥 ℎ²𝛼𝑡


= [(1 − erf( )] − [(1 − erf ( )+ )] [exp ( + ] (III. 42)
(𝑇∞ − 𝑇𝑖 ) 2√𝛼𝑡 2√𝛼𝑡 𝑘 𝑘 𝑘²

Et comme : [(1 − erf( )] = 𝑒𝑟𝑓𝑐( ) , l’équation III.42 devient :

(𝑇 (𝑥, 𝑡) − 𝑇𝑖 ) 𝑥 𝑥 ℎ√𝛼𝑡 ℎ𝑥 ℎ²𝛼𝑡


= [(erfc( )] − [(erfc ( )+ )] [exp ( + ] (III. 43)
(𝑇∞ − 𝑇𝑖 ) 2√𝛼𝑡 2√𝛼𝑡 𝑘 𝑘 𝑘²

Exercice III.9
Une pièce de grande dimension est initialement à la température 30°C. On lui
impose brutalement un coefficient de transfert convectif de 85w/m²k dans un
milieu à 900°K. Déterminer la température à la surface après une heure.
On donne : =4,92.10-7m²/s, k=1,28w/mK.

Solution
1- La température à la surface (x=0)

Le profil de la température est donné par l’équation (III.42)

(𝑇 (𝑥, 𝑡) − 𝑇𝑖 ) 𝑥 𝑥 ℎ√𝛼𝑡 ℎ𝑥 ℎ²𝛼𝑡


= [(1 − erf( )] − [(1 − erf ( )+ )] [exp( + ]
(𝑇∞ − 𝑇𝑖 ) 2√𝛼𝑡 2√𝛼𝑡 𝑘 𝑘 𝑘²

(𝑇 (𝑥, 𝑡) − 30) 85. √4,92. 10−7 . 3600 85². 4,92. 10−7 . 3600
= 1 − [(1 + )] [exp( ]
(900 − 30) 1,28 1,28²

(𝑇(𝑥, 𝑡) − 30) 85. √4,92. 10−7 . 3600 85²4,92. 10−7 . 3600


= 1 − [(1 + )] [exp( ] = 0,8125
(900 − 30) 1,28 1,28²

𝑇 = 736,87°𝐶
Exercices non corrigés

Exercice 1 : Quel peut être le diamètre maximum d’une bille d’acier de


conductivité thermique 40w/mK soumise à un flux de chaleur convectif de
25w/m²K pour que l’analyse globe de transfert est applicable.

Exercice 2 : Une pomme de 72mm de diamètre est soumise à un


environnement froid. Le coefficient de transfert de chaleur convectif entre
l’environnement et la pomme est estimé à 10w/m²K. Vérifier que l’analyse
globale de transfert est applicable dans le cas où la conductivité thermique de
la pomme est égale 0,6w/mK à 20°C.

81
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice 3 : Pour un système à température uniforme, si on considère que


S(w/m3) est une source interne d’énergie. Exprimer la variation de la
température en fonction du temps (t).

Exercice 4 : La température d’un flux de gaz est mesurée à l’aide d’un


thermocouple dont la jonction est assimilée à une sphère de 1mm de diamètre.
Le coefficient de convection entre le thermocouple et le gaz est de 210w/m²K.
Les propriétés de thermocouple sont k=35w/mK, =8500kg/m3 et
Cp=320J/kg.K.
1- Déterminer le temps nécessaire du thermocouple pour lire 99% de la
différence de température initiale.

Exercice 5 : Pendant la trempe, une tige de forme cylindrique de diamètre


1cm et de longueur 20cm, est d’abord chauffée jusqu’à 750°C puis immergée
dans un bain marie à 100°C. Le coefficient de convection est de 250°C. Les
propriétés de la tige sont k=43w/mK, =7801kg/m3 et Cp=473J/kg.K.
1- Quel est le temps pour que la tige atteigne 300°C.

Exercice 6 : Dans une expérience de cuisson de légumes, on s’intéresse au


temps de cuisson de la carotte. Etant à la température de 20°C on l’introduit
dans une casserole d’eau chaude à 100°C. Le coefficient de transfert de
chaleur par convection est égal à 250w/m²K. La carotte de forme cylindrique
de diamètre 2cm et de longueur 6cm. Le coefficient de conductivité thermique
est égal à 20w/mK, la masse volumique est 710kg/m3 et la chaleur spécifique
est de 3,77J/kg.K.
1- En combien de temps la température, à l’axe de la carotte, atteindra la
valeur de 80°C.

Exercice 7 : Un composant moulé sous pression à une masse de 1,2kg, une


densité de 7150kg/m3 et une surface de 0,075m². La conductivité thermique
de ce matériau est de 95w/mK et de chaleur spécifique égale à 385J/kg.K. Ce
composé sort de la machine à 350°C et est exposé à l’air à température 20°C.
Le coefficient convectif est égal à 56,8w/m²K. Déterminer
1- La température de la pièce après 5min.
2- Le temps nécessaire pour atteindre la température 50°C.
3- La constante du temps ( )

82
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

4- Le coefficient convectif (h) ainsi que la longueur caractéristique pour


que la pièce devient un milieu à température uniforme.

Exercice 8 : Un fer à repasser électrique est constitué d’une semelle


métallique de masse m=1kg. Cette plaque métallique a une surface de 0,025m²
et est chauffée par la face interne au fer par une résistance chauffante de
250w. Initialement le fer est à la température uniforme 20°C.
Au t=0, le fer est branché, La semelle dissipe alors de la chaleur par convection
avec l’air ambiant par la face extérieure (face opposée à la face chauffée). La
température de l’air ambiant est 20°C, le coefficient d’échange convectif
métal/air est 50w/m²K.
1- Ecrire le bilan de la semelle métallique à un temps t>0.
2- Calculer la température de la face externe après 5min de chauffage.
3- Calculer la température limite atteinte par la semelle du fer si celui-ci
reste brancher en permanence.
On donne : =7840kg/m3 , C=450J/kg.K, k=70w/mK.

Plaque
Chauffage
T(t) Convection
Q (W/m²)

Exercice 9 : Un long cylindre de 20cm de diamètre est retiré d’un four à une
température uniforme de 600°C. Le cylindre est refroidi lentement d’une
chambre à 200°C avec un coefficient de transfert de chaleur convectif égal à
80w/m²K. Déterminer :
1- La température au centre du cylindre après 45min.
2- Le flux de chaleur linéaire pendant cette période.

On donne : =7900kg/m3, C=477J/kg.K, k=14,9w/mK, =3,95.10-6m²/s.

Exercice 10 : De grandes plaques de laiton de 4cm d’épaisseur, initialement


à une température uniforme de 20°C, sont chauffées dans un four jusqu’à une
température de 500°C. Les plaques restent 7min dans le four.

83
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

1- Déterminer la température à la surface lorsque les plaques sont hors du


four.
On donne : =8530kg/m3, C=380J/kg.K, h=120w/m²K, k=110w/mK,
=33,9.10-6m²/s.

Exercice 11 : Durant un procédé de manufacturier, de longues tiges de


différents diamètres sont maintenues uniformément à 40°C dans un four.
Lorsqu’elles sont retirées du four, elles sont refroidies par convection dans l’air
ambiant à 25°C. Un opérateur a remarqué qu’il faut 280 secondes pour qu’une
tige de 40mm de diamètre atteigne une température de 60°C à son centre.

1- Combien faut-il de temps pour qu’une tige de 80mm de diamètre


atteigne cette même température avec le même coefficient de convection.

=2500kg/m3, C=900J/kg.K, h=20w/m²K, k=15w/mK.

Exercice 12 : Un fil de thermocouple en cuivre de 0,10cm de diamètre,


initialement à 150°C. Déterminer la distribution de la température en fonction
du temps dans le cas où le fil est immergé soudainement dans :
1- Eau à 40°C avec un coefficient convectif 80w/m²K.
2- Air à 40°C avec un coefficient convectif 10w/m²K.
=8930kg/m3, C=383J/kg.K, k=391w/mK.

Exercice 13 : Une plaque métallique de 10cm d’épaisseur initialement à 30°C


est soudainement exposée sur une face à un flux de chaleur de 3000w/m² de
coefficient d’échange convectif égal 50w/m²K. Déterminer :
1- Les températures à l’état stationnaire.
2- La variation de la température en fonction du temps.
3- Le temps nécessaire pour atteindre 1°C de moins que la température de
la face chaude.
Données : =8933kg/m3, C=385J/kg.K, k=380w/mK.

84
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice 14 : Un dispositif a une masse de 0,5kg, une chaleur spécifique de


750J/kg.K et une surface de 0,04m². Le dispositif est initialement à 30°C et
soumis à un flux de chaleur par convection de coefficient 12w/m²K. Si la
température du dispositif doit augmenter jusqu’à 120°C en 120 secondes en
utilisant un appareil de chauffage intégré, déterminer la puissance de cet
appareil.
Exercice 15 : Un mur en béton de 0,305m d’épaisseur est initialement à une
température de 38°C. Brusquement une des faces du mur est exposée à des
gaz chauds à 871°C. Si le coefficient d’échange de chaleur sur la face chaude
est 24,4kcal/hm²°C, l’autre face étant isolée. Déterminer :
1- Le temps nécessaire pour que la température de la face isolée du mur
atteigne 260°C.
2- La distribution de la température dans le mur à cet instant.
3- La chaleur transmise au mur par mètre carré de surface.
=2305kg/m3, C=0,20kcal/kg.°C, k=0,804kcal/hm°C, =1,75m²/h

Exercice 16 : Un cylindre plein en aluminium, initialement à température


uniforme de 300°C, de 5cm de diamètre, de 5cm de long et de conductivité
thermique 204w/mK. Le cylindre est immergé brusquement dans un bain
marie à 200°C. Calculer :
1- La température au centre après 10 secondes de refroidissement.
2- La température au 2cm du centre du cylindre.
Données : =2707kg/m3, C=896J/kg.K, k=380w/mK, h=200w/m²K.

Exercice 17 : une sphère de diamètre 80mm, initialement à une température


uniforme de 200°C, est soudainement exposée à l’air ambiant de 30°C avec un

85
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

coefficient convectif égal à 510w/m²K. Sachant que les propriétés physiques


de la sphère sont : la densité = 8000kg/m3, la chaleur spécifique
C=400J/kg.K, la conductivité thermique k=60w/mK et la diffusivité thermique
=1,6.10-5 m²/s. Déterminer :
1- La température au centre et à une profondeur de 5cm de la sphère après
une minute.
2- La chaleur perdue pendant cette durée.

Exercice 18 : Dans l’installation des conduites d’eau souterraines, on


souhaite déterminer la profondeur à laquelle une variation de température à
la surface se fait sentir durant une période de 12h. Sachant que la
température initiale du sol est de 4°C et que la température à la surface tombe
brusquement à -4°C.
1- Déterminer la profondeur à laquelle pénètre la température du point de
congélation. On admettra que le sol est sec et =0,0011m²/h.

Exercice 19 : Estimer la profondeur minimale à laquelle on place une


conduite d’eau sous la surface du sol pour éviter la solidification. Le sol est
initialement à 20°C. En suppose que le sol est soumis à une température de -
15°C pendant 60jours.
Données : =2050kg/m3, C=1840J/kg.K, k=0,52w/mK, =0,138.10-6m²/s.

Exercice 20 : Une masse importante d’un matériau ( =0,41m²/h) initialement


à une température uniforme de 100°C. Calculer le temps nécessaire pour que
le gradient de température à la surface atteigne 3,5°C/cm.

86
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Chapitre IV : Transmission de chaleur par convection

IV.1- Introduction

Le transfert de chaleur par convection se produit entre deux phases dont


l'une est généralement au repos et l'autre en mouvement en présence d'un
gradient de température. Par suite de l'existence du transfert de chaleur d'une
phase à l'autre, il existe, dans la phase mobile, des fractions du fluide (ou
agrégats) ayant des températures différentes. Le mouvement du fluide peut
résulter de la différence de masse volumique due aux différences de
températures (on parle alors de convection libre ou naturelle) ou à des moyens
purement mécaniques (on parle alors de convection forcée). Lorsqu'un fluide
est en écoulement, une partie du transfert de chaleur se fait également par
conduction et, dans le cas d’un fluide transparent, un transfert de chaleur par
rayonnement peut accompagner les deux transferts précédents.

IV.2-Loi de Newton
Quelque soit le type de convection (forcée ou naturelle) et quelque soit le
régime d’écoulement (laminaire ou turbulent), le flux de chaleur est exprimé
par la loi de Newton

𝑞 = ℎ𝐴(𝑇𝑠 − 𝑇∞ ) (IV. 1)

Q : densité de flux de chaleur (W/m²) ;


A : surface d’échange (surface de contact entre le solide et le fluide) ;
h : Coefficient local d’échange de chaleur par convection (W/°C).

Comme les conditions d’écoulement peuvent varier d’un point à l’autre, le


coefficient et le flux de chaleur échangés peuvent varier. La densité de flux
totale échangée sera alors obtenue par intégration de l’équation (IV.1) :

𝑞 = ∫ 𝑄. 𝑑𝐴𝑠 = (𝑇𝑠 − 𝑇∞ ) ∫ ℎ 𝑑𝐴𝑠 (IV. 2)


𝐴𝑠 𝐴𝑠

87
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice IV.1 : La face supérieure d’une plaque, de surface 0,5m x 0,25m, est
en contact avec un fluide à 300°C. Déterminer le flux de chaleur pour une
température de la plaque 40°C et un coefficient de transfert de chaleur par
convection h=250w/m²K.

Solution
Le flux de chaleur est donné par la loi de Newton (équation IV.1) :
𝑞 = ℎ𝐴(𝑇𝑠 − 𝑇∞ ) = 250.0,5.0,25. (40 − 300)
𝑞 = −8125𝑤
Le flux de chaleur est négatif, donc on a un réchauffement de la surface de la
plaque.

Le coefficient d’échange convectif total (moyen) pour toute la surface qui


permet d’exprimer le flux de chaleur est donné par :
𝑞 = ℎ̅𝐴𝑠 (𝑇𝑠 − 𝑇∞ ) (IV. 3)
Le coefficient d’échange convectif total (moyen) pour :

Surface quelconque :
1
ℎ̅ = ∫ ℎ. 𝑑𝐴𝑠 (IV. 4)
𝐴𝑠 𝐴𝑠
Surface plane :
1 𝐿
ℎ̅ = ∫ ℎ. 𝑑𝑥 (IV. 5)
𝐿 0

Exercice IV.2 : Les résultats expérimentaux donnent l’expression ci-dessous


du coefficient d’échange convectif local pour un écoulement sur une plaque
plane :
ℎ𝑥 = 𝑎𝑥 −0,1
Où a une constante.
1. Déterminer l’expression du coefficient d’échange convectif total.
Solution
1- L’expression du coefficient d’échange convectif total est donnée par :
1 𝑥 1 𝑥 −0,1
ℎ̅ = ∫ ℎ. 𝑑𝑥 = ∫ 𝑎𝑥 . 𝑑𝑥
𝑥 0 𝑥 0
1 𝑥 𝑎 𝑥 0,9
ℎ̅ = ∫ ℎ. 𝑑𝑥 = ( ) = 1,11𝑎𝑥 −0,1
𝑥 0 𝑥 0,9

ℎ̅ = 1,11ℎ𝑥 ℎ

88
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Les ordres de grandeurs du coefficient d’échange convectif moyen (W/m²K)


sont présentés dans le tableau IV.1

Tableau IV.1 : Différentes valeurs du coefficient d’échange convectif

Fluides Convection libre Convection forcée

Gaz 5-30 30-500

Eau 30-300 300-20000

Huile 5-100 30-3000

Métal liquide 50-500 500-20000

Eau bouillante 2000_20000 3000-100000

Condensation de vapeur d’eau 3000-30000 3000-200000

Le coefficient d’échange de chaleur par convection est, en effet, une fonction


complexe de l’écoulement du fluide, des propriétés thermiques du milieu fluide
et la géométrie du système.

IV.3- Mécanisme de la convection


La transmission de la chaleur entre une paroi solide et un fluide met en jeu la
conduction et le transfert de masse. Si la température de la paroi est
supérieure à celle du fluide, la chaleur s’écoule d’abord par conduction de la
paroi vers les particules fluides à proximité de la paroi. L’énergie ainsi
transmise sert à augmenter la température et l’énergie interne de ces
particules du fluide. Ensuite les particules vont se mélanger avec d’autres
particules situées dans des régions à basse température et transférer une
partie de leur énergie. Dans ce cas, l’écoulement transporte le fluide et
l’énergie. L’énergie est, à présent, emmagasinée dans les particules du fluide
et elle est transportée sous l’effet de leur mouvement.
Comme le transfert d’énergie par convection est intimement lié au mouvement
du fluide, il est nécessaire de connaître le régime d’écoulement du fluide
(Laminaire ou turbulent) avant d’examiner celui de l’écoulement de la chaleur.

89
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

IV.4- Couche limite


IV.4.1- Couche limite hydrodynamique :
On considère l’écoulement sur une plaque plane (figure IV.1). Les particules
fluides en contact avec la surface solide ont une vitesse nulle. Elles freinent
les particules voisines dans les couches supérieures et cela sur une épaisseur
de , jusqu’à ce que cet effet devienne négligeable. En augmentant la distance
à la surface, la vitesse tend vers la vitesse du fluide.

Figure IV.1 : Développement d’une couche limite hydrodynamique


sur une surface plane

L’épaisseur représente la couche limite hydrodynamique. Elle est définie


comme étant la distance comptée à partir de la paroi où la vitesse locale atteint
99% de la vitesse du fluide loin de la paroi. Cette couche augmente avec la
distance x, se développe quelque soit l’écoulement. La notion de la couche
limite est d’une grande importance pour comprendre la transmission de
chaleur par convection.

IV.4.2- Couche limite thermique


Au contraire de la couche limite hydrodynamique qui se développe pour tout
l’écoulement, la couche limite thermique ne se développera que si la
température du fluide et celle de la surface sont différentes.
Considérons l’écoulement représenté sur la figure (IV.2). Les particules fluides
en contact avec la surface de la plaque sont à la température de cette surface.
Ces particules échangent de l’énergie avec les particules voisines, ce qui donne
naissance à un gradient de température dans le fluide. Le domaine où se
développe ce gradient est appelé la couche limite thermique et son épaisseur
est défini comme la distance pour laquelle le rapport des températures est
99%.
90
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure IV.2 : Développement d’une couche limite thermique


sur une surface plane

Le flux de chaleur dans le fluide à la surface (y=0) s’exprime par la loi de


Fourier (conduction). Cette chaleur est ensuite transportée par convection
dans le fluide (loi de Newton).

IV.5- Nombre de Nusselt (Nu)


Le mécanisme de transport d’énergie par convection suggère qu’une méthode
pour évaluer la quantité de chaleur transmise entre un fluide et une paroi
solide. Comme à l’interface (y=0) la chaleur s’écoule par conduction, le flux de
chaleur peut être calculé à partir de l’équation de Fourier :
𝜕𝑇
𝑞 = −𝑘𝑓𝑙𝑢𝑖𝑑𝑒 𝐴 (𝜕𝑦) (IV. 6)
𝑦=0

Afin de se rapprocher du sens physique du transfert se réalisant entre le fluide


et la paroi solide, celui-ci est décrit par la loi de Newton (IV.2) exprimant un
échange par convection. Il vient :

𝜕𝑇
𝑞 = −𝑘𝑓𝑙𝑢𝑖𝑑𝑒 𝐴 ( ) = ℎ𝐴(𝑇𝑠 − 𝑇∞ ) (IV. 7)
𝜕𝑦 𝑦=0

En considérant la température à la paroi Ts comme température de référence,


on peut écrire :
𝜕𝑇 = 𝜕(𝑇 − 𝑇𝑠 ) (IV. 8)
En introduisant une longueur (L) intervenant comme une caractéristique
géométrique du corps considéré émettant la chaleur, on aura :

91
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝜕𝑇
−𝑘𝑓𝑙𝑢𝑖𝑑𝑒 𝐴𝐿 ( ) = ℎ𝐴𝐿(𝑇𝑠 − 𝑇∞ ) (IV. 9)
𝜕𝑦 𝑦=0
𝑇 −𝑇
ℎ𝐿 𝜕 (𝑇 𝑠 − 𝑇 )
𝑠 ∞
= 𝑦 (IV. 10)
𝑘𝑓𝑙𝑢𝑖𝑑𝑒 𝜕 (𝐿 )
ℎ𝐿
Le rapport ( ) est appelé le nombre de Nusselt (Nu). Ce nombre est une
𝑘𝑓𝑙𝑢𝑖𝑑𝑒

quantité adimensionnelle.

Exercice IV.3 : La distribution de la température, lors du passage de l’air à


20°C sur une plaque (k=0,03w/mK) maintenue à 160°C, est exprimée par :

𝑇(𝑦) − 𝑇∞
= exp(−𝑎𝑦)
𝑇𝑠 − 𝑇∞
Où : a =3200m-1, y la distance verticale mesurée à partir de la plaque.

1- Déterminer le flux de chaleur sur la surface de la plaque ainsi que le


coefficient de transfert de chaleur par convection h.

Solution
1- Le transfert de chaleur de la surface de la plaque jusqu’à l’air est donné
par la conduction :
𝜕𝑇
𝑞 = 𝑞𝑐𝑜𝑛𝑑 = 𝑞𝑐𝑜𝑛𝑣 = −𝑘 |
𝜕𝑦 𝑦=0

𝜕𝑇
| = (𝑇𝑠 − 𝑇∞ )(−𝑎)
𝜕𝑦 𝑦=0

𝜕𝑇
| = (160 − 20)(−3200) = −4,48.105 °𝐶/𝑚
𝜕𝑦 𝑦=0

IV.6- Evaluation du coefficient d’échange convectif (h)


La détermination de flux de chaleur nécessite la connaissance du coefficient
convectif local ou moyen. Or ces coefficients dépendent de plusieurs
paramètres à savoir :
Caractéristiques physiques du fluide ;
Nature d’écoulement (laminaire ou turbulent) ;
Températures du fluide et du solide ;
Géométrie de l’écoulement.

92
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Il existe quatre méthodes pour évaluer les coefficients d’échange de la chaleur


par convection :

L’analyse dimensionnelle combinée avec l’expérience ;


Les solutions mathématiques exactes des équations de la couche limite.
Les études approchées de la couche limite par les méthodes
d’intégration.
L’analogie entre le transfert de chaleur, de masse et de quantité de
mouvement.

Toutes ces quatre techniques ont contribué à notre compréhension du


transfert thermique par convection. Cependant, une seule méthode ne peut
résoudre tous les problèmes car chacune d’elle possède des limites qui
restreignent l’étendue de son application.
Dans la suite, on utilise l’analyse dimensionnelle combinée avec l’expérience
car elle nécessite des calculs mathématiques simples, son champ
d’application est le plus vaste. La principale restriction de cette méthode
provient du fait que les résultats obtenus sont incomplets et inutiles sans les
données expérimentales.

IV.6.1- Nombres adimensionnels


La résolution des équations aux dimensions fait apparaître des nombres
adimensionnels très utiles dans l’étude des phénomènes convectifs.
Nombre de Nusselt (Nu) : Il caractérise l’importance de la convection par
rapport à la conduction.
ℎ𝐿
𝑁𝑢 = (IV. 10)
𝑘
Nombre de Reynolds (Re) : Ce nombre caractérise le régime
d’écoulement dans la convection forcée.
𝜗𝐿 𝜗𝐿
𝑅𝑒 = = (IV. 11)

𝜗 : Vitesse du fluide
: viscosité cinématique
: Viscosité dynamique

93
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Nombre de Prandtl (Pr) : Il caractérise la distribution des vitesses par


rapport à la distribution des températures.
𝐶𝑝
𝑃𝑟 = (IV. 12)
k
Cp : Capacité calorifique à pression constante.
Nombre de Grashof (Gr) : Ce nombre caractérise la force de viscosité du
fluide.
g L3 ∆T
𝐺𝑟 = 2
(IV. 13)

Avec
1
𝛽=
𝑇(°𝐾)
∆𝑇 = (𝑇𝑠 − 𝑇∞ )

Nombre de Rayleigh (Ra) : Il caractérise le régime d’écoulement du fluide


dans la convection naturelle.
𝑅𝑎 = 𝐺𝑟. 𝑃𝑟 (IV. 14)

La démarche pour évaluer le coefficient d’échange convectif local ou moyen est


la suivante :
Calcul des nombres adimensionnels ;
Choix de la corrélation suivant le régime et la géométrie
d’écoulement ;
Calcul du coefficient d’échange convectif avec les corrélations
choisis (Nu) ;
Calcul du flux de chaleur à partir de l’équation de Newton.

Un grand nombre de formules empiriques est disponible pour évaluer le


coefficient de transfert de chaleur par convection à travers l’expression du
nombre de Nusselt. Ces relations dépendent notamment du type de convection
(forcée ou naturelle) et de la nature de régime (laminaire ou turbulent). On
essaye de résumer ces relations et de les exprimer pour le maximum des cas
possible.

94
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

IV.7-Convection sans changement de phase


IV.7.1- Convection forcée
L’application de l’analyse dimensionnelle combinée avec l’expérience montre
que, dans la convection forcée, la corrélation expérimentale est sous la forme :
𝑁𝑢 = 𝑓(𝑅𝑒, 𝑃𝑟) (IV. 15)
De nombreux résultats obtenus par des scientifiques ont été rassemblés dans
la littérature.
Concernant le nombre de Prandtl, qui intervient dans l’expression de Nusselt,
doit être déterminé pour une température moyenne appelée température de
film (Tf)
𝑇𝑠 + 𝑇∞
𝑇𝑓 = (IV. 16)
2
IV.7.1.1- Ecoulement sur une plaque plane
La plaque peut être horizontale ou verticale. La longueur caractéristique
représente la distance le long de l’écoulement du fluide.
Régime laminaire (Re≤5.105)
𝑁𝑢𝑥 = 0,332 𝑅𝑒 0,5 𝑃𝑟 0,33 (IV. 17)

Le coefficient moyen pour cette configuration est :

̅̅̅̅𝐿 = 0,664 𝑅𝑒 0,5 𝑃𝑟 0,33


𝑁𝑢 (IV. 18)

Régime turbulent (Re 5.105)


𝑁𝑢𝑥 = 0,036 𝑅𝑒 0,8 𝑃𝑟 0,33 (IV. 19)

Exercice IV.4 : Une huile de moteur à 60°C s’écoule à une vitesse de 2m/s
sur la surface supérieure de 5m de long d’une plaque maintenue à 20°C.
Déterminer le flux de chaleur par largeur de la plaque sachant que les
propriétés physiques de l’huile à 40°C sont : =876kg/m3, =2,485.10-4m²/s,
k=0,144w/mK et Pr=2962.

Solution
Le nombre de Reynolds :
𝜗𝐿 2.5
𝑅𝑒 = = = 4,024. 104 < 5.105
𝜐 2,485. 10−4

95
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Comme la valeur de Reynolds calculée est inférieure au Reynolds critique, le


régime est laminaire. La corrélation utilisée pour calculer le coefficient h est :

ℎℎℎ𝐿
𝑁𝑢 = = 0,664 𝑅𝑒 0,5 𝑃𝑟 0,33
𝑘
𝑘 0,144
ℎ = 0,664 ( ) 𝑅𝑒 0,5 𝑃𝑟 0,33 = 0,664. ( ) (4,024. 104 )0,5 29620,33 = 55,01𝑤/𝑚²𝐾
𝐿 5

Le flux de chaleur par unité de largeur de la plaque s’écrit :

𝑞 = ℎ𝐴(𝑇 − 𝑇∞ ) = 55,01.5.1(20 − 60) = −11,05𝑤

La quantité de chaleur est transmise d’huile vers le solide.

IV.7.1.2- Ecoulement à l’intérieur de tubes cylindriques lisses


Dans le cas de l’écoulement des fluides à l’intérieur des tubes (figure IV.3), la
longueur caractéristique est le diamètre intérieur.

𝜗∞
Température de
surface (Ts)

Figure IV.3 : Convection forcée dans un tube.

Régime laminaire (Re≤2000) :


Corrélation de Haussen
𝐷
0,0668𝑅𝑒. Pr( 𝐿𝑖 ) 𝜇𝑚 0,14
𝑁𝑢𝐷 = 3,66 + ( ) (IV. 20)
𝐷𝑖 0,66 𝜇𝑠
1 + 0,04 [𝑅𝑒. 𝑃𝑟 𝐿 ]

𝐷𝑖 : Diamètre intérieur du tube.


m, s : viscosités dynamiques définies à température moyenne et la
température du solide.

Corrélation de Sieder et Tate


𝐷 𝜇𝑚 0,14
𝑁𝑢𝐷 = 1,86(𝑅𝑒. 𝑃𝑟)0,33 ( ) ( ) (IV. 21)
𝐿 𝜇𝑠
Pour [Re.Pr(D/L)] 10

96
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Corrélation de Kays
𝐷
0,104𝑅𝑒. Pr( 𝐿 )
𝑁𝑢𝐷 = 3,66 + (IV. 22)
𝐷 0,8
1 + 0,06 [𝑅𝑒. 𝑃𝑟 𝐿 ]

Pour [Re.Pr(D/L)] 100

Régime turbulent (Re 2000)


Corrélation de Colburn
𝑁𝑢𝐷 = 0,023 𝑅𝑒 0,8 𝑃𝑟 0,33 (IV. 23)
Pour : L/D 60, 0,7 Pr 100 et 104 ReD 1,2.105

Corrélation de Sieder et Tate


𝜇𝑚 0,14
𝑁𝑢𝐷 = 0,023 𝑅𝑒 0,8 𝑃𝑟 0,33 ( ) (IV. 24)
𝜇𝑠

Corrélation de Sieder et Tate

1/5 0,33
𝜇𝑚 0,14 𝐷 0,7
𝑁𝑢𝐷 = 0,023 𝑅𝑒 𝑃𝑟 ( ) [1 + ( ) ] (IV. 25)
𝜇𝑠 𝐿

Exercice IV.5 : On demande de calculer la quantité de chaleur transmise par


une eau se déplaçant d’une manière forcée dans un serpentin constitué d’un
tube de 18mm de diamètre. Le débit de l’eau est de 0,24kg/s et de température
120°C. La température de la paroi interne de la conduite dont la longueur est
de 3m est considérée constante et égale à110°C.
=945,3kg/m3, =2,34.10-4kg/ms, k=0,685w/mK, C=4250J/kg.K.
Solution
La vitesse de l’eau est donnée par l’expression suivante :
𝑚̇ 0,24.4
𝜗= = = 0,998𝑚/𝑠
𝜌𝐴 945,3. 𝜋. 0,018²
Le nombre de Reynolds s’écrit :
𝜌𝜗𝐷 945,3.0,998.0,018
𝑅𝑒 = = = 7,26. 104 > 2000
𝜇 2,34.10−4
Le régime est turbulent, on utilise la corrélation de Colburn :
𝐿 3
= = 166,66 > 60
𝐷 0,018
104 ReD 1,2. 105

97
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝜇𝐶 2,34.10−4 . 4250
𝑃𝑟 = = = 1,45
𝑘 0,685
0,7 Pr 100
Les conditions sont vérifiées.
ℎ𝐷
𝑁𝑢𝐷 = = 0,023 𝑅𝑒 0,8 𝑃𝑟 0,33 = 0,023. (7,24. 104 )0,8 . 1,450,33 = 201,24
𝑘
𝑘 0,685
ℎℎ = 𝑁𝑢𝐷 = . 201,24 = 7658,30w/m²K
𝐷 0,018
Le flux de chaleur par convection est donné par l’expression suivante :
𝑞 = ℎ𝐴(𝑇𝑠 − 𝑇∞ ) = ℎ𝜋𝐷𝐿(𝑇𝑠 − 𝑇∞ ) = 7658,30.3,14.0,018.3(120 − 110) = 12985,41𝑤.

IV.7.1.3- Ecoulement autour d’un cylindre

Le fluide est en écoulement perpendiculaire par rapport à l’axe du cylindre


(figure IV.4). On définit un coefficient de convection moyen pour toute la
périphérie à température Ts :
Dans le cas d’un gaz
̅̅̅̅𝐷 = 𝐶 𝑅𝑒 𝑚 𝑃𝑟 0,33
𝑁𝑢 (IV. 26)
Dans le cas d’un liquide
̅̅̅̅
𝑁𝑢𝐷 = 1,11𝐶 𝑅𝑒 𝑚 𝑃𝑟 0,33 (IV. 27)

Figure IV.4 : Ecoulement autour d’un cylindre

Les valeurs des constantes C et m sont reportées dans le tableau IV.2

98
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Tableau IV.2 : Constantes dans l’expression du nombre de Nusselt pour


écoulement autour d’un cylindre
Re C m
0,4 – 4 0,989 0,330
4- 40 0,911 0,385
40 – 4000 0,683 0,466
4000 – 40000 0,193 0,618
40000 - 400000 0,027 0,805

Exercice IV.6 : Calculer le coefficient de transfert de chaleur moyen de 3kg/h


d’huile s’écoulant sur un tube de diamètre extérieur de 0,19m et 1m de long.
Les propriétés physiques de l’huile sont : =902kg/m3, =0,004 Pa.s,
k=0,16w/mK, C=1520J/kg.K.
Solution :
Calcul des nombres de Reynolds et de Prandtl :
𝜌𝜗𝐷 4𝑚̇ 4.3
𝑅𝑒 = = = = 1,39
𝜇 𝜇𝜋𝐷 0,004. 𝜋. 0,19.3600
𝜇𝐶 0,004.1520
𝑃𝑟 = = = 38
𝑘 0,16
D’après le tableau IV.2, les constantes : C=0,989 et m=0,33 :
La corrélation IV.27 s’écrit :
̅̅̅̅
𝑁𝑢𝐷 = 1,11.0,989 (1,39)0,33 380,33 = 4,06
𝑘 0,16
ℎ= ̅̅̅̅
𝑁𝑢𝐷 = . 30,17 = 3,42𝑤/𝑚²𝐾
𝐷 0,19

IV.7.1.4- Ecoulement dans les espaces annulaires


Pour les espaces annulaire (figure IV.5), la longueur caractéristique est le
diamètre hydraulique définit comme suit :
4𝐴
𝐷𝐻 = (IV. 28)
𝑃
La corrélation utilisée est sous la forme suivante :
𝑁𝑢𝐷𝐻 = 0,023𝑅𝑒 0,8 𝑃𝑟 𝑛 (IV. 29)
Avec : n=0,4 pour chauffage (Ti> Te)
n=0,3 pour refroidissement (Ti< Te)

99
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure IV.5 : Ecoulement dans l’espace annulaire

Exercice IV.7 : Déterminer le nombre de Nusselt pour l’eau s’écoulant à une


vitesse moyenne de 3m/s dans un anneau formé entre un tube de diamètre
extérieur de 25mm et un tube de diamètre intérieur de 38mm. L’eau entre à
100°C et se refroidit. La température de la paroi interne est de 50°C et la paroi
externe de l’anneau est isolée. On donne : =974,9kg/m3, =376,6.10-6kg/ms,
k=0,671w/mK, C=4190J/kg.K.

Solution
1- Calcul des nombres de Reynolds et de Prandlt:
𝜌𝜗𝐷ℎ
𝑅𝑒 =
𝜇
𝜋 2 2
4𝐴 4. (4 (𝐷𝑒 − 𝐷𝑖 ))
𝐷ℎ = = = (𝐷𝑒 − 𝐷𝑖 ) = 38 − 25 = 13𝑚𝑚
𝑃 𝜋(𝐷𝑒 + 𝐷𝑖 )
974,5.3.0,013
𝑅𝑒 = = 100917
376,6. 10−6
𝜇𝐶 376,6. 10−6 . 4190
𝑃𝑟 = = = 2,35
𝑘 0,671
D’après l’équation (IV.29), on trouve :
𝑁𝑢𝐷𝐻 = 0,023. 1009170,8 . 2,350,3 = 299,38

IV.7.1.5- Ecoulement autour d’une sphère


Dans le cas d’un écoulement autour d’une sphère (figure IV.6), la corrélation
préconisée par la littérature est la suivante :
𝜇 1/4
̅̅̅̅
𝑁𝑢𝐷 = 2 + (0,4 𝑅𝑒 0,5 + 0,06𝑅𝑒 0,66 )𝑃𝑟 0,4 ( 𝜇𝑚 ) (IV. 30)
𝑠

𝜇𝑚
Pour : 0,71 Pr 380 , 3,5 Re 7,6.104 et 1 ( ) 3,2
𝜇𝑠

100
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Température
de surface

Fluide à T

Figure IV.6 : Ecoulement autour d’une sphère

Exercice IV.8 : Une bille d’acier inoxydable ( =8055kg/m3, C=480J/kg.K) de


25mm de diamètre est retirée d’un four à 300°C. La bille est ensuite soumise
à un flux d’air à 25°C avec une vitesse de 3m/s. La surface de la bille décroit
jusqu’à 200°C. Déterminer le coefficient moyen de transfert de chaleur par
convection forcée.
s=2,76.10
-5kg/ms,
m=1,849.10
-5kg/ms, k=0,02551w/mK, =1,562.10-5
m²/s, Pr=0,7296.

Solution
Calcul du nombre de Reynolds
𝜗𝐷 3.0,25
𝑅𝑒 = = = 4,802. 104
1,562. 10−5
Le nombre de Nusselt , d’après l’expression (IV.30), on trouve:
1/4
0,5 0,66 1,849. 10−5
̅̅̅̅
𝑁𝑢𝐷 = 2 + (0,4 4,802. 104 + 0,06. 4,802. 104 ) 0,72960,4 ( ) = 135
2,76. 10−5
Donc le coefficient de transfert de chaleur convectif s’écrit :
𝑘 0,02551
ℎ= ̅̅̅̅
𝑁𝑢𝐷 = . 135 = 13,8𝑤/𝑚²𝐾
𝐷 0,25
IV.7.1.6- Ecoulement autour d’un faisceau de tubes

Plusieurs installations industrielles sont constituées de rangées de tubes


parallèles immergées dans un écoulement perpendiculaire à leur axe. Les
tubes peuvent être alignés ou disposés en quinconce (figure IV.7). La
disposition quinconce conduit à de plus fortes turbulences et donc un
coefficient d’échange plus important que dans le faisceau aligné. La corrélation
utilisée est la suivante :
̅̅̅̅𝐷 = 1,13 𝐶1 𝑅𝑒 𝑚 𝑃𝑟0,33
𝑁𝑢 (IV. 31)
101
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Les valeurs des constantes sont C1=0,26 et m=0,65 pour la disposition alignée
et C1=0,41 et m=0,60 pour la disposition quinconce.
Le nombre de Reynolds est calculé dans ces configurations en utilisant la
vitesse maximale dans l’écoulement.

Figure IV.7 : Ecoulement autour d’un faisceau de


tubes (a) disposition alignée (b) disposition
quinconce

IV.7.2- Convection naturelle (libre)


Les transferts par convection naturelle résultent simplement du mouvement
du fluide provoqué par les différences de densité dues aux variations spatiales
de température. Dans la convection naturelle, les échanges sont nettement
moins intenses qu’en convection forcée.
L’analyse dimensionnelle combinée avec l’expérience, dans la convection
naturelle, montre que les corrélations les plus usuelles sont généralement de
la forme :
̅̅̅̅
𝑁𝑢𝐷 = 𝐶𝑅𝑎𝑛 = 𝐶 (𝐺𝑟. 𝑃𝑟)𝑛 (IV. 32)

Les valeurs des constantes C et n dépendent de la géométrie et le régime


d’écoulement. L’exposant n prend les valeurs : n=1/4 en régime laminaire
(Ra<109) et n=1/3 en régime turbulent (Ra<109).
Les propriétés du fluide en écoulement pour le nombre Rayleigh (Ra) sont
déterminées à la température moyenne.
Le tableau (IV.3) indique les différentes corrélations utilisées dans la
convection naturelle pour différentes géométries.

102
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Tableau IV.3 : Corrélations du nombre du Nusselt moyen pour la


convection naturelle sur des surfaces.
Géométries Longueur Ra Corrélations
caractéristique (Nu)
Plaque verticale 104 - 109 𝑁𝑢 = 0,59𝑅𝑎 1/4
(IV.33)
1010- 1013 𝑁𝑢 = 0,1𝑅𝑎1/3 (IV.34)
L L 0,387𝑅𝑎 1/6
2

Dans tout 𝑁𝑢 = ⌊0,825 + 8/27 ⌋ (IV.35)


Ts (1+(0,492/𝑃𝑟9/16 )
l’intervalle

Plaque inclinée On utilise les corrélations précédentes


(plaque verticale) en remplaçant dans
L le nombre de Grashof g par g cos
L
pour
0< <60°

Plaque horizontale 104-107 𝑁𝑢 = 0,54𝑅𝑎1/4 (IV.36)


Surface chaude

Ts
A/P 107-1011 𝑁𝑢 = 0,15𝑅𝑎 1/3
(IV.37)
P : périmètre
Ts
Surface chaude 105-1011 𝑁𝑢 = 0,27𝑅𝑎1/3 (IV.38)

Cylindre vertical
Corrélations d’une plaque verticale
Ts L 35𝐿
L 𝐷≥
𝐺𝑟1/4

Cylindre D 𝑅𝑎 ≤ 1012 0,38𝑅𝑎 1/6


2
𝑁𝑢 = {0,6 + 8/27 } (IV.39)
horizontal Ts [1+(0,559/𝑃𝑟) 9/16 ]

Une sphère D 𝑅𝑎 ≤ 1011 𝑁𝑢 = 2 +


0,589𝑅𝑎 1/4
(IV.40)
4/9
[1+(0,469/𝑃𝑟)9/16 ]
Pr 0,7
D

103
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice IV.9 : Une plaque verticale de longueur 0,9m et de largeur 0,5m,


maintenue à une température uniforme de 500K, est exposée à l’air à 300K et
1 atm. Calculer :
1- Le coefficient de transfert de chaleur pour toute la plaque.
On donne : =,883kg/m3, k=0,03365w/mK, Pr=0,689, =2,29.10-5kg/ms.
Solution
Calcul du nombre de Grashof :
1 1
𝛽= = = 0,0025𝐾 −1
𝑇(𝐾) 400
𝑔𝛽(𝑇𝑠 − 𝑇∞ )𝐿3 9,81.0,0025. (500 − 300). 0,93
𝐺𝑟 = = = 5,32. 109
𝜈² (2,29. 10−5 /0,883)²

La valeur du nombre de Grashof est supérieure à 109. La corrélation adéquate


est :
0,387𝑅𝑎1/6
√𝑁𝑢 = 0,825 +
(1 + (0,492/𝑃𝑟 9/16 )8/27
Calcul du nombre de Rayleigh :
𝑅𝑎 = 𝐺𝑟. 𝑃𝑟 = 5,32. 109 . 0,689 = 3,66. 109
Par conséquent :
0,387. (3,66. 109 )1/6
√𝑁𝑢 = 0,825 + 8/27
= 13,53
0,492
(1 + (0,689)9/16 )

Le coefficient de transfert de chaleur moyen s’écrit :

ℎ𝐿
√ = 13,53
𝑘

13,53². 0,3365
ℎ= = 6,48𝑤/𝑚²𝐾
0,9

Pour des températures modérées et à pression atmosphérique, certaines


expressions (Tableau IV.4) peuvent être utilisées pour évaluer le coefficient de
transfert de chaleur par convection naturelle sur des surfaces isothermes
exposées à l’air. Ces relations peuvent être étendues au CO, CO2, O2, N2 et
aux gaz de combustions dont les températures varient entre 20°C et 800°C.

104
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Tableau IV.4 : Relations simplifiées de la convection naturelle dans l’air


Géométries Longueur Régime Ra Corrélations
caractéristique (h)
Plaque et cylindre Laminaire 104 ≤ 𝑅𝑎 ≤ 108 ∆𝑇 1/4
1,42 ( ) (IV.41)
𝐿
verticales L Turbulent 108 ≤ 𝑅𝑎 ≤ 1012
1,31(∆𝑇)1/3 (IV.42)
Laminaire 4
10 ≤ 𝑅𝑎 ≤ 10 8 ∆𝑇 1/4
1,32 ( ) (IV.43)
𝐷
Cylindre horizontal D Turbulent 108 ≤ 𝑅𝑎 ≤ 1012
1,24(∆𝑇)1/3 (IV.44)
Plaques
horizontale ∆𝑇 1/4
Laminaire 104 ≤ 𝑅𝑎 ≤ 107 1,32 ( ) (IV.45)
𝐿
Surface
chauffée
vers le bas 𝐴𝑠 1,52(∆𝑇)1/3 (IV.46)
Turbulent 107 ≤ 𝑅𝑎 ≤ 1011
ou surface 𝑃

froide vers ∆𝑇 1/4


105 ≤ 𝑅𝑎 ≤ 1010 0,59 ( 𝐿 ) (IV.47)
Laminaire
le haut
Surface
chauffée
vers le haut
ou surface
froide vers
le bas

Exercice IV.10 : Un tube horizontal de 1cm de diamètre externe et de 2m de


long porte le fréon liquide à -30°C. Calculer le coefficient de transfert de
chaleur par convection libre si le tube est exposé à l’air à 40°C. Les propriétés
de l’air : =3,597.10-3 K-1, Pr=0,69, =1,66.10-5 m²/s, k=0,028w/mK.
Solution
Le nombre de Grashof :
𝑔𝛽 (𝑇𝑠 − 𝑇∞ )𝐷 3 9,81.3,597.10−3 . (40 + 30). 0,013
𝐺𝑟 = = = 8963,78
𝜈² (1,66.10−5 )²
Le nombre de Rayleigh :
𝑅𝑎 = 𝐺𝑟. 𝑃𝑟 = 8963,78.0,69 = 6185
La valeur du nombre de Rayleigh se située entre 103 et 109, la corrélation
(IV.43) permet de calculer le coefficient h :

105
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

∆𝑇 1/4 40 + 30 1/4
ℎ = 1,32 ( ) = 1,32. ( ) = 12,074𝑤/𝑚²𝐾
𝐷 0,01

IV.8-Convection avec changement de phase


Le transfert de chaleur associé à un changement de phase (ébullition ou
condensation) conduit généralement à des coefficients d’échange très élevés.
Pour cette raison, les applications industrielles de systèmes thermiques
exploitant ces phénomènes sont nombreuses : condenseurs, chaudières,
réchauffeurs…

IV.8.1-Convection lors de la condensation


La condensation se produit lorsqu’une vapeur entre en contact avec une
surface dont sa température est inférieure à la température de saturation de
la vapeur. Lorsque le condensât liquide se forme à la surface, il s’écoule sous
l’influence de la gravité.
Lorsque la vapeur se condense sur une paroi, Le liquide mouille la surface et
peut recouvrir la paroi sous forme d’un film continu. Ce type de condensation
est connu sous le nom de condensation en film (figure IV.8.a). Le film introduit
une résistance au transfert entre la paroi et la vapeur. Si surface n’est pas
mouillante, des gouttelettes se forment sur la surface et celles-ci s’enroulent
individuellement. La vapeur est en contact direct avec la plus grande partie de
la surface. Ce type de condensation est appelée condensation en gouttes
(figure IV.8.b).
Les coefficients d’échange thermique sont beaucoup plus élevés en
condensation en gouttes qu’en condensation en film, mais la condensation en
gouttes nécessite des parois hydrophobes et est plus difficile à obtenir dans
des équipements industriels.
IV.8.1.1- Coefficient d’échange convectif lors de la condensation en film
Soit la condensation en film sur une plaque verticale (figure IV.9).Le film
liquide commence à se former au sommet de la plaque et s’écoule vers le bas
par gravité. L’épaisseur du film 𝜹 augmente dans la direction d’écoulement x
en raison de la condensation continue à l’interface liquide-vapeur.

106
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure IV.8 : Deux types de condensation


(a) condensation en film (b) condensation en gouttes

Plaque froide

Vapeur (V)

Interface
Liquide-vapeur

Profile de la
températur
e

Profile de
la vitesse
Liquide (L)

Figure IV.9 : Condensation en film d’une plaque verticale

Les profils de la température et de la vitesse sont présentés dans la figure


(IV.9). La vitesse du condensât est nulle sur la plaque et atteint un maximum
à l’interface liquide-vapeur. La température du condensât Tsat à l’interface
liquide-vapeur décroit progressivement pour atteindre la température de la
surface de la plaque.

107
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Une quantité de chaleur est libérée pendant la condensation et transférée à


travers le film vers la surface de la plaque à la température (Ts) qui est
inférieure à la température de saturation de la vapeur (Tsat).
Le transfert de chaleur dans la condensation dépend également du régime
d’écoulement du condensât désigné par le nombre de Reynolds :

𝜌𝜗𝐷ℎ 𝜌𝜗 4𝐴 4𝜌𝜗𝛿 4𝑚̇


𝑅𝑒 = = ( )= = (IV. 48)
𝜇 𝜇 𝑃 𝜇 𝑃𝜇
Où :
𝐷ℎ = 4𝛿 : Diamètre hydraulique du débit du condensât (m)
p : Périmètre mouillé du condensât (m).
: Masse volumique du liquide (kg/m3).
𝜗 : vitesse moyenne du condensât à la partie inférieure du débit (m/s).
A= P. 𝛿 : aire de la section transversale du condensât à la partie inférieure du
débit (m²).
𝛿 : Épaisseur du film (m).
𝑚̇ : Dédit massique du condensât à la partie inférieure du débit (kg/s).

L’évaluation du diamètre hydraulique pour certaines géométries courantes est


illustrée dans la figure (IV.10).

Figure IV.10 : Diamètre hydraulique pour différentes géométries

Le flux de chaleur de condensation peut s’écrire comme suit :


𝑞𝑐𝑜𝑛𝑑 = ℎ𝐴(𝑇𝑠𝑎𝑡 − 𝑇𝑠 ) = 𝑚̇∆𝐻 IV. 49)

108
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Avec : ∆𝐻 = 𝐻𝑉 + 0,68𝐶𝑝𝐿 (𝑇𝑠𝑎𝑡 − 𝑇𝑠 ) (IV. 50)


Où : H la chaleur de vaporisation modifiée et Hv la chaleur de vaporisation.
Dans le cas où la température de la vapeur supérieure à la température de
saturation (Tv >Tsat), la vapeur doit être refroidie à la température saturée
avant de pouvoir se condenser. La chaleur de vaporisation modifiée est
exprimée par :
∆𝐻 = 𝐻𝑉 + 0,68𝐶𝑝𝐿 (𝑇𝑠𝑎𝑡 − 𝑇𝑠 ) + 𝐶𝑝𝑉 (𝑇𝑣 − 𝑇𝑠𝑎𝑡 ) (IV. 51)
Le nombre de Reynolds (équation IV.48) devient :
4𝑞𝑐𝑜𝑛𝑑 4ℎ𝐿(𝑇𝑠𝑎𝑡 − 𝑇𝑠 )
𝑅𝑒 = = (IV. 52)
𝑃𝜇∆𝐻 𝜇∆𝐻
La relation (IV.52) peut être utilisée pour calculer le nombre de Reynolds
lorsque le coefficient de transfert convectif et le flux de chaleur de
condensation sont connus.
Les propriétés du liquide sont déterminées à la température de film
(𝑇𝑠𝑎𝑡 + 𝑇𝑠 )/2 et H à la température de saturation.
Film sur une paroi verticale
Les relations analytiques pour le coefficient d’échange convectif lors la
condensation en film sur une plaque verticale ont été déterminées sur la base
des hypothèses suivantes :
Ecoulement laminaire du film et ses propriétés physiques sont
constantes ;
La vapeur est pure à la température de saturation ;
Pas de gradient de température au sein du gaz ;
Le transfert de chaleur se fait par condensation sur la paroi ;
Le gradient de température dans le film est constant, et le transfert
de chaleur se fait uniquement par conduction.
Nusselt a établi l’expression du coefficient d’échange moyen :
1
𝑔𝜌𝑙 (𝜌𝑙 − 𝜌𝑣 )𝑘𝑙 3 ∆𝐻 4
ℎ̅𝐿 = 0,943 [ ] (IV. 53)
𝜇𝑙 (𝑇𝑠𝑎𝑡 − 𝑇𝑠 )𝐿
Pour un nombre de Reynolds varié entre 0 et 30.
g : Accélération de la pesanteur ;
l, v : Masse volumique de la phase liquide et de la phase vapeur ;
k l : Conductivité thermique de phase liquide ;

109
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

l : Viscosité dynamique de la phase liquide ;


où Hg est la chaleur latente de vaporisation, Cp,l est la chaleur spécifique du
condensât et L : longueur.
A température donnée, 𝜌𝑣 ≪ 𝜌𝐿 , le nombre de Reynolds s’écrit :
3 3
4𝑔𝜌𝐿 (𝜌𝑙 − 𝜌𝑣 )𝛿 3 4𝑔𝜌𝐿 ² 𝑘𝑙 4𝑔𝜌𝐿 ² 𝑘𝑙
𝑅𝑒 = = (̅ ) = ( ̅ ) (IV. 54)
3𝜇𝑙 ² 3𝜇𝑙 ² ℎ𝐿 3𝜇𝑙 ² 3ℎ𝐿 /4
Donc le coefficient de transfert de chaleur convectif devient :
𝑔 1/3
ℎ̅𝐿 = 1,47𝑘𝑙 𝑅𝑒 −1/3 ( ) (IV. 55)
𝜐𝐿 ²
Pour un nombre de Reynolds varié entre 30 et 1800 et 𝜌𝑣 ≪ 𝜌𝐿 , Kutateladze
(1963) a proposé une corrélation pour évaluer le coefficient de transfert
convectif moyen :
𝑅𝑒𝑘𝑙 𝑔 1/3
ℎ̅𝐿 = ( ) (IV. 56)
1,08𝑅𝑒 1,22 − 5,2 𝜐𝐿 ²
0,820
3,70𝑘𝑙 𝐿(𝑇𝑠𝑎𝑡 − 𝑇𝑠 ) 𝑔 1/3
𝑅𝑒 = [4,81 + ( ) ] IV. 57)
𝜇𝑙 ∆𝐻 𝜐𝐿 ²
Pour un nombre de Reynolds supérieur à 1800 et 𝜌𝑣 ≪ 𝜌𝐿 , le régime
d’écoulement du condensât devient turbulent, ce régime augmente les
échanges au sein du film.
Le coefficient d’échange est donné par la corrélation de Labuntsov (1957) :
1/3
𝑘𝑙 𝑅𝑒 𝑔
ℎ̅𝐿 = ( ) (IV. 58)
[8750 + 58𝑃𝑟 −0,5 (𝑅𝑒 0,75 − 253)] 𝜗𝑙2
Exercice IV.11 : Une plaque carrée verticale (30x30cm) est exposée à la
vapeur d’eau à la pression atmosphérique. La température de la plaque est
98°C. Calculer le flux de chaleur et la masse de la vapeur condensée par heure
sachant que 𝜌𝑣 ≪ 𝜌𝐿
A la température du film (99°C) :𝜌𝑙 =960kg/m3, 𝑘𝑙 =0,68w/mK, 𝜇𝑙 =2,81.10-
4kg/ms, et à Tsat=100°C ∆𝐻=2255kJ/kg.
Solution
On suppose que le régime est laminaire et on calcule le coefficient de transfert
convectif moyen par la corrélation (IV.53) puis on calcule le nombre de
Reynolds pour vérifier.

110
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

1 1
𝑔𝜌𝑙 (𝜌𝑙 − 𝜌𝑣 )𝑘𝑙 3 ∆𝐻 4 𝑔𝜌𝑙 ²𝑘𝑙 3 ∆𝐻 4
̅
ℎ𝐿 = 0,943 [ ] = 0,943 [ ]
𝜇𝑙 (𝑇𝑠𝑎𝑡 − 𝑇𝑠 )𝐿 𝜇𝑙 (𝑇𝑠𝑎𝑡 − 𝑇𝑠 )𝐿
1
9,8. (960)²(0,68)3 2,255. 106 4
ℎ̅𝐿 = 0,943 [ ] = 13,15𝑤/𝑚²𝐾
(2,82.10−4 )(100 − 98)0,30
Vérification du nombre de Reynolds par l’expression (IV.52) :
4ℎ̅𝐿 (𝑇𝑠𝑎𝑡 − 𝑇𝑠 ) 4. 13,15. 0,3 (100 − 98)
𝑅𝑒 = = = 49,6
𝜇∆𝐻 (2,255. 106 )(2,82.10−4 )
Donc le régime est laminaire, le flux de chaleur s’écrit :
𝑞𝑐𝑜𝑛𝑑 = ℎ̅𝐴(𝑇𝑠𝑎𝑡 − 𝑇𝑠 ) = 13,15.0,32 (100 − 98) = 2367𝑤
Le débit massique est donné par :
𝑞𝑐𝑜𝑛𝑑 2367
𝑚̇ = = = 1,05.10−3 𝑘𝑔/𝑠 = 3,78𝑘𝑔/ℎ
∆𝐻 2,255.106

Remarque
Pour les surfaces inclinées (figure. IV.11), on applique la même expression
mais elle doit être multipliée par le terme cos , où est l’angle entre la surface
et le vertical.

Vapeur

Condensat

Plan incliné

Figure IV.11 : film de condensât incliné


Le coefficient de transfert convectif moyen est donné par l’expression
suivante :
ℎ̅𝑖𝑛𝑐𝑙𝑖𝑛é = ℎ̅𝑣𝑒𝑟𝑡𝑖𝑐𝑎𝑙 (𝑐𝑜𝑠𝜃)1/4 (IV. 59)
Exercice IV.12 : la vapeur saturée à la pression atmosphérique se condense
sur une plaque verticale de 2m de hauteur et 3m de largeur, dont la
température est maintenue à 80°C. Déterminer :
1- Le flux de chaleur transféré de la vapeur vers la surface.
2- Le débit massique du condensat.

111
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Solution

A P=1atm, la température de saturation Tsat=100°C, la température du film


est : (𝑇𝑠𝑎𝑡 + 𝑇𝑠 )/2=90°C, d’après l’annexe A.

A T=90°C : 𝜌𝑙 = 965,3kg/m3, 𝜇𝑙 =0,315.10-3kg/ms, 𝑘𝑙 =0,675w/mK


𝐶𝑝𝑙 =4206J/kgK Pr=1,96

A Tsat=100°C, 𝜌𝑣 =0,5978kg/m3, 𝐻𝑉 =2257kJ/kg.

La chaleur de vaporisation modifiée est égale à :


∆𝐻 = 𝐻𝑉 + 0,68𝐶𝑝𝐿 (𝑇𝑠𝑎𝑡 − 𝑇𝑠 ) = 2257 + 0,68.4,206. (100 − 80) = 2314𝑘𝐽/𝑘𝑔
Si le nombre du Reynolds se situe entre 0 et 30, le coefficient de transfert de
chaleur convectif moyen se calcule par l’expression (IV.53) :
1
9,81.965,3(965,3 − 0,5978). 0,6753 . 2257.103 4
̅
ℎ𝐿 = 0,943 [ ] = 4036𝑤/𝑚²𝐾
0,315.10−3 . (100 − 80). 3
Le nombre de Reynolds s’écrit (équation IV.54) :
3
4𝑔𝜌𝐿 ² 𝑘𝑙 49,81.965,3² 0,675 3
𝑅𝑒 = ( ) = ( ) = 1362
3𝜇𝑙 ² 3ℎ̅𝐿 /4 3(0,315.10−3 )² 3.4036/4
On constate que 30<Re<1800, le coefficient de transfert convectif moyen est
calculé par l’expression (IV.57)
1/3 0,820
3,700,675.3(100 − 80) 9,81
𝑅𝑒 = [4,81 + ( ) ] = 1794
𝜇𝑙 ∆𝐻 (3,263.10−7 )²
Le coefficient de transfert moyen est calculé par l’expression (IV.56):
1/3
1794.0,675 9,81
ℎ̅𝐿 = ( ) 5433,5𝑤/𝑚²𝐾
1,08. 17941,22 − 5,2 (3,263.10−7 )²
Le flux de chaleur de condensation est :
𝑞𝑐𝑜𝑛𝑑 = ℎ̅𝐴(𝑇𝑠𝑎𝑡 − 𝑇𝑠 ) = 5433,5.2.3(100 − 80) = 652,02𝐾𝑤
Le débit massique est donné par :
𝑞𝑐𝑜𝑛𝑑 652,02
𝑚̇ = = = 0,282 𝑘𝑔/𝑠
∆𝐻 2314,2
Film sur une paroi horizontale
Pour une condensation laminaire le long de n tubes horizontaux, de diamètre
D (Figure IV.12), le coefficient d’échange est donné par la corrélation suivante :

112
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

1
𝑔𝜌𝑙 (𝜌𝑙 − 𝜌𝑣 )𝑘𝑙 3 ∆𝐻 4
̅
ℎ𝐷 = 0,729 [ ] (IV. 60)
𝜇𝑙 (𝑇𝑠𝑎𝑡 − 𝑇𝑠 )𝑛𝐷

Figure IV.12 : Condensation sur une rangée de tubes

Exercice IV.13 : Cent tubes de 1,27cm de diamètre sont disposés en carré et


exposés à la vapeur atmosphérique. Calculer la masse de la vapeur condensée
par unité de longueur de tubes pour une température de la paroi du tube de
98°C.
Solution
Les propriétés du condensat sont les mêmes utilisées dans l’exercice IV.12.
Le coefficient de transfert convectif moyen s’écrit d’après IV.60 :
1
9,81.960. (960 − 0,5978)0,683 2,225. 106 4
ℎ̅𝐷 = 0,729 [ ] = 7451,34𝑤/𝑚²𝐾
2,28. 10−4 (100 − 98)100.0,0127
Le flux de chaleur de condensation est :
𝑞𝑐𝑜𝑛𝑑 = ℎ̅𝑛 𝑑(𝑇𝑠𝑎𝑡 − 𝑇𝑠 ) = 7451,34.100. . 0,0127(100 − 98) = 594,60𝑘𝑤/𝑚
Le débit massique est donné par :
𝑞𝑐𝑜𝑛𝑑 594,60
𝑚̇ = = = 0,262 𝑘𝑔/𝑠
∆𝐻 2262,72

Film à l’intérieur du tube horizontal


Vu de la complexité du phénomène (dépend beaucoup de la vitesse de
l’écoulement de vapeur), le coefficient d’échange est exprimé par :

113
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

1
𝑔𝜌𝑙 (𝜌𝑙 − 𝜌𝑣 )𝑘𝑙 3 ∆𝐻 4
̅
ℎ𝐷 = 0,555 [ ] (IV. 61)
𝜇𝑙 (𝑇𝑠𝑎𝑡 − 𝑇𝑠 )𝐷𝑛
D : diamètre interne du tube.
Cette expression est valable pour des faibles vitesses de vapeur (Re 35000).
Pour la condensation en gouttes, on trouve dans la littérature les expressions
suivantes :
Pour une température de saturation supérieure à 100°C :
ℎ̅𝑔 = 255510 (IV. 62)
Pour une température de saturation entre 25°C et 100°C.
ℎ̅𝑔 = 51104 + 2044𝑇𝑠𝑎𝑡 (IV. 63)

IV.8.2- Convection lors de l’ébullition


Le phénomène d’ébullition a lieu au niveau de l’interface liquide-solide quand
un liquide est mis en contact avec une surface maintenue à une température
suffisamment supérieure à la température de saturation (Tsat) du liquide. On
distingue deux types d’ébullition à savoir l’ébullition en vase où le fluide est
statique et l’ébullition convective, le fluide, généralement à saturation, est
forcé à s’écouler dans une conduite ou sur une surface chauffée par un moyen
extérieur.

IV.8.2.1- Classification de l’ébullition


L’ébullition représente un des plus importants processus rencontrés dans la
nature et la technique. Elle possède plusieurs types d’ébullition qui sont
classés selon plusieurs critères :
Type de transfert de chaleur convectif qui a lieu :
Ebullition libre ou en vase ; elle se produit sur une surface
chauffée immergée dans un grand volume de liquide en repos ;
Ebullition forcée ; elle a lieu si le fluide se déplace par rapport
à la surface chauffée sous l’influence d’une action extérieure.
Mécanisme de production du phénomène :
Ebullition nucléée, quand la vaporisation de liquide a lieu par
la formation de bulles de vapeur autour des centres de
nucléation ;

114
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Ebullition pelliculaire ou en film, quand la surface de transfert


est couverte par une pellicule continue de vapeur.

IV.8.2.2- Ebullition libre (en vase)


Dans l’ébullition en vase, le mouvement du liquide est provoqué par le courant
naturel de convection engendré par les bulles sous l’influence de la flottabilité.
Le travail de pionnier sur l’ébullition a été fait en 1934 par S.Nukiyama, à
partir d’un fil chauffé par effet de Joule plongé dans un bain d’eau à
saturation. Le flux de chaleur transféré au fluide et la température du fil sont
déduits de la tension et du courant mesurés aux bornes du fil. L’expérience
consiste à chauffer progressivement le fil et à tracer la courbe d’ébullition
(figure IV.13) donnant le flux de chaleur de la paroi au fluide en fonction de la
surchauffe de la paroi à la température de saturation du bain (Ts-Tsat).
L’analyse de la courbe d’ébullition de l’eau ayant la température de saturation
(figure IV.13) permet de mettre en évidence les différents régimes d’ébullition
qui seront décrits par la suite.
Zone AB : convection naturelle en phase liquide, la différence de températures
(température d’excès) est assez petite pour permettre la naissance de bulles
par l’activation du centre de nucléation. Le mouvement du fluide dans ce mode
d’ébullition est régi par les lois de convection naturelle et le transfert de
chaleur passe de la surface chauffée au fluide par convection naturelle. Le
coefficient h peut être calculé à partir des corrélations caractéristiques de la
convection naturelle.
Zone BC : ébullition nucléée, la différence de température est assez élevée
pour activer les centres de nucléation de la surface. Dans ces centres
apparaissent des bulles qui deviennent de plus en plus grandes et s’évacuent
vers la surface du liquide. La densité de flux atteint son maximum au point C.
Zone CD : ébullition en pellicule instable : à la surface de transfert se forme
une pellicule instable et discontinue de vapeur. Le transfert de chaleur est
réalisé tant par ébullition nucléée, que par conduction par la pellicule. La
densité de flux atteint son minimum au point D appelé point de Leidenfrost,
pour lequel la surchauffe est suffisante pour maintenir un film stable de
vapeur sur toute la surface.

115
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Zone DE : ébullition pelliculaire, toute la surface chauffée est recouverte de


mince film de vapeur. Le transfert de chaleur se fait au départ par conduction.
Avec l’augmentation de la température le phénomène de rayonnement
intervient et le flux transmis est élevé. C’est pour cela que ce régime est
déconseillé pour le fonctionnement des installations ou des équipements
thermiques.

Figure IV.13 : Courbe d’ébullition de l’eau à la pression atmosphérique

IV.8.3- Coefficient d’échange lors d’ébullition


IV.8.3.1- Ebullition nucléée
La densité de flux dans le cas d’ébullition nucléée est donnée par l’expression
de Rohsenow :
3
(𝜌𝑙 − 𝜌𝑣 )𝑔 𝐶𝑝𝑙 (𝑇𝑠 − 𝑇𝑠𝑎𝑡 )
𝑞 = 𝜇𝑙 ∆𝐻 √ [ ] (IV. 64)
𝜎 𝐶𝑠𝑓 ∆𝐻𝑃𝑟 𝑛

H : Chaleur latente de vaporisation.


: Tension superficielle entre la vapeur et le liquide.

Les coefficients Csf et n dépendent de l’interface liquide-solide. Pour l’eau n=1


Quelques valeurs de ces coefficients sont représentées dans le tableau (IV.5).

116
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Tableau IV.5 : Valeurs des coefficients Csf et n


Interface liquide- solide Csf n

Eau – cuivre poli 0,0103 1


Eau – acier poli 0,0060 1
Eau- nickel 0,0060 1
Benzène – chrome 0,101 1,7
Ethanol – chrome 0,0027 1,7

IV.8.3.2- Ebullition pelliculaire instable


La densité de flux maximum au point critique C est exprimée par la relation
proposée par Kutaleladze (1958) et confirmée par Lienhard et Dhir (1973) :
𝑞𝑚𝑎𝑥 = 0,149∆𝐻[𝜎𝑔(𝜌𝑙 − 𝜌𝑣 )𝜌²]1/4 (IV. 65)

La densité de flux minimum, au point D (point de Leidenfrost), représente la


limite inférieure du flux de chaleur dans le régime d’ébullition en film. Zuber
a dérivé l’expression suivante pour le flux de chaleur minimum pour une
grande plaque horizontale :
1/4
𝑔𝜎(𝜌𝑙 − 𝜌𝑣 )
𝑞𝑚𝑖𝑛 = 0,09∆𝐻𝜌𝑣 [ ] (IV. 66)
(𝜌𝑙 + 𝜌𝑣 )2

Exercice IV.14 : l’eau à pression atmosphérique (température de saturation


de l’eau est de 100°C) bout sur une surface de laiton chauffée de bas. Si la
surface à 108°C, déterminer :
1- Le flux de chaleur et comparer le avec celui au point critique.

Solution
Les propriétés physiques sont obtenues à la température du liquide
=961kg/m3, v=0,598kg/m
3, H=2257kJ/kg, C=4216J/kgK, l=2,816.10
-

4 kg/ms, Pr=1,74, =58,8.10-3 N/m.


D’après le tableau IV.5 : Csf=0,0060
En utilisant l’équation (IV.64)

117
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

3
−4 3√
(961 − 0,598)9,81 4216(108 − 100)
𝑞 = 2,816.10 2257.10 [ ]
58,8.10−3 0,0060.2257.103 . 1,74

𝑞 = 0,746.106 𝑤/𝑚²
Le flux de chaleur au point critique s’écrit :
𝑞𝑚𝑎𝑥 = 0,149∆𝐻[𝜎𝑔(𝜌𝑙 − 𝜌𝑣 )𝜌²]1/4
1
𝑞𝑚𝑎𝑥 = 0,149.2257.103 . [58,8.103 . 9,81. (961 − 0,598). 0,598²]4
𝑞𝑚𝑎𝑥 = 1,262. 106 𝑤/𝑚²
Le flux de chaleur est inférieur au flux de chaleur critique donc l’ébullition en
vase existe.

IV.8.3.3- Ebullition pelliculaire stable


L’ébullition en film stable est semblable à la condensation laminaire. Bromley
(1950) a proposé une expression du coefficient d’échange moyen pour un film
stable bouillant à l’extérieur d’un cylindre horizontale ou d’une sphère de
diamètre D:
1
𝑔𝜌𝑣 (𝜌𝑙 − 𝜌𝑣 )𝑘𝑣 3 ∆𝐻 4
̅
ℎ𝐷 = 𝐶𝑓𝑖𝑙𝑚 [ ] (IV. 67)
𝜇𝑙 (𝑇𝑠 − 𝑇𝑠𝑎𝑡 )𝐷
Avec : 𝑘𝑣 la conductivité thermique de la vapeur
0,62 pour un cylindre
𝐶𝑓𝑖𝑙𝑚 {
0,67 pour une sphère
IV.8.4- Ebullition en convection forcée
Dans l’ébullition en vase, le débit du fluide est régi par le mouvement des
bulles de vapeur s’élevant vers le haut à la suite d’effets de flottabilité. En
revanche, l’ébullition forcée le fluide est forcé à s’écouler sur la surface
chauffée.
Les écoulements où se produit l’ébullition sont appelés diphasique (une phase
liquide et une phase vapeur). On classe l’ébullition forcée en deux catégories
selon que l’écoulement forcé du fluide est à l’extérieur d’un tube ou sur une
surface plane, ou à l’intérieur d’un tube chauffé.
IV.8.4.1- Ebullition forcée externe
L’ébullition forcée externe sur une plaque ou sur un cylindre est similaire à
l’ébullition en vase, mais l’écoulement ajouté augmente à la fois le flux de
chaleur d’ébullition nucléée et le flux critique considérablement.

118
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

IV.8.4.2- Ebullition forcée interne


L’ébullition forcée à l’intérieur d’un tube est beaucoup plus complexe car il n’y
a pas de surface libre pour que la vapeur puisse s’échapper ; le liquide et la
vapeur sont obligés de s’écouler ensemble.
L’écoulement diphasique présente différents régimes d’écoulement d’ébullition
en fonction des quantités relatives du liquide et de la vapeur. A titre d’exemple,
examinons le cas le plus simple d’un écoulement vertical ascendant dans un
tube circulaire et dont la paroi est chauffée de manière uniforme. On
supposera que le liquide est sous refroidi à l’extrémité inférieure du tube
(figure IV.14). Un certain nombre de zones d’écoulement vont apparaître ; leur
longueur dépendra de l’écart de température paroi-fluide et le débit massique
du liquide à l’entrée de tube.

Figure IV.14 : Ebullition forcée dans un tube vertical

Dans un premier temps, le liquide est sous-refroidi et le transfert de chaleur


vers l‘eau se fait par convection forcée. Ensuite, les bulles commencent à se
former sur la surface intérieure du tube ; les bulles sont dirigées dans le

119
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

courant dominant. Cela donne à l’écoulement du fluide un aspect étincelant


et le régime est appelé écoulement à bulle.
Le fluide est chauffé d’avantage, les bulles croissent en taille et se regroupent
pour former une chambre de vapeur pouvant occuper jusqu’à la moitié du
volume dans le tube ; ce régime est dit écoulement à bouchons. Après une
durée de temps, le noyau de l’écoulement se compose seulement de la vapeur
et le liquide ne se limite que dans l’espace annulaire entre la vapeur au centre
et les parois du tube ; c’est le régime d’écoulement annulaire.
Comme le chauffage se poursuit, la couche de liquide annulaire s’affaiblie de
plus en plus, et les tâches sèches s’accompagnent par une forte diminution
du coefficient de transfert de chaleur. Cette transition du régime se poursuit
jusqu’à ce que la surface intérieure du tube soit complètement sèche. Tout
liquide à ce moment, est sous forme de gouttelettes en suspension dans la
vapeur, qui ressemble à bouillard, et nous avons un régime de bouillard
jusqu’à ce que tout le liquide et les gouttelettes soient vaporisés.
A la fin du régime d’écoulement, il n’y a plus de phase liquide, on a un
écoulement simple de phase vapeur sèche où s’appliquent les lois de la
convection forcée en gaz.
Dans un tube horizontal (figure IV.15), la description des phénomènes aurait
été pratiquement la même, avec toute fois une nuance quand à l’emplacement
de la vapeur. Celle – ci ayant une tendance à se rassembler génératrice
supérieure du tube (effet de stratification).

Figure IV.15 : Ebullition forcée dans un tube horizontal

120
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercices non corrigés

Exercice 1 : Calculer le nombre de Reynolds et indiquer le type de régime


d’écoulement dans les cas suivants :
1- Un yacht de 10m de long naviguant à 13km/h en eau de mer
( =1000kg/m3, =1,3.10-3kg/ms).
2- Un disque de compresseur de 0,6m de diamètre tournant à 1500tr/min
dans l’air à 5bar et 400°C et =3,3.10-5kg/ms
3- Un débit de 0,05kg/s de gaz dioxyde de carbone à 400°C
( =1,3257kg/m3) s’écoule dans un tube de 20mm de diamètre et la
viscosité dynamique à l’expression suivante :
1,56.10−6 𝑇 3/2
𝜇=
(233 + 𝑇)
Exercice 2 : On considère une plaque de largeur unité et de longueur 50cm
maintenue à une température de 50°C parallèlement à laquelle s’écoule l’air à
la pression atmosphérique et dont la température est 30°C
1- Calculer le flux de chaleur échangé par convection pour une vitesse de
3m/s.

Exercice 3 : Un fluide s’écoule parallèlement à une paroi plane de 0,4m de


long et de 0,1m de large. Hors de la couche limite, la vitesse est de 1m/s et la
température du fluide est supérieure de 20°C à la température de la paroi
supposée constante.
1- Calculer les coefficients de transfert de convection moyens obtenus pour
l’air et pour l’eau entre 0 et 0,1m.

Exercice 4 : De l’air à 20°C circule le long d’une plaque de 1,5m de longueur


et 0,8m de largeur, à une vitesse de 20m/s. La surface de la plaque est
maintenue à 280°C. Déterminer le flux de chaleur échangé de chaque côté de
la plaque. Les propriétés thermo physiques de l’air à 150°C sont :
ρ = 1,095 kg/m3, Cp = 1007,2 J/kg.K, μ = 1,95. 10-4 kg/m.s, k = 0,02799
W/m.K, Pr = 0,703.

Exercice 5 : De l’air à 30°C circule le long d’une plaque de 1,5m de longueur


et 1m de largeur. La surface de la plaque est maintenue à 70°C. Si le flux de

121
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

chaleur dissipé est de 3Kw. Déterminer la vitesse de l’air sachant que les
propriétés thermo physiques de l’air à 50°C sont :
ρ = 0,835 kg/m3, Cp = 1,1015 J/kg.K, μ = 24. 10-6 kg/m.s, k = 0,0356 W/m.K,
Pr = 0,7.

Exercice 6 : On considère un élément de chauffage électrique sous la forme


d’un long cylindre (d=10mm, k=240w/mK, =2700kg/m3 et Cp=900J/kgK)
installé dans un conduit et soumis à un écoulement croisé où la température
et la vitesse de l’air sont respectivement 27°C et 10m/s.
1- Estimer la température de surface à l’état stationnaire quand l’élément
dissipe 1kw/m.
Exercice 7 : On considère un tuyau cylindre de diamètre D = 20 mm dans
lequel circule de l'eau chaude avec un débit Q = 0.5 L/s. La température du
fluide est de 50°C et la température de la paroi de 15◦C. 1- Déterminer le flux
de chaleur échangé par unité de longueur du tuyau.

Exercice 8 : On assimile un carter de voiture à une plaque plane de


dimensions 0,75 x 0.30m et à la température de 119°C. Calculer le flux de
chaleur transmis à l’air ambiant à sa température de 35°C par convection lors
du déplacement du véhicule à la vitesse de 18km/h.
On donne les propriétés thermophysiques de l’air à la température77°C :
ρ = 1,177 kg/m3, μ = 2,08 x 10-5 kg/m.s, k = 0,03 W/m.K, Pr = 0,697.

Exercice 9 : Un tube de 20 mm de diamètre est maintenu à une température


constante de 90ºC. De l’eau entre dans le tube à 40ºC avec une vitesse de 3
m/s. Quelle doit être la longueur du tube si l’eau doit sortir à 60ºC et si le flux
est de 59.5W.
On donne : ρ = 987 kg/m3, Cp = 4182 J/kg.K, μ = 5,28 x 10-4 kg/m.s, k
= 0,645 W/m.K, Pr = 3,42.

Exercice 10 : Un long tube, de 10cm de diamètre dont la température de la


surface externe est maintenue à 110°C, est exposé au vent à une vitesse de
8m/s.

1- Déterminer le flux de chaleur perdu par unité de longueur si la


température du vent est 10°C.

122
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Les propriétés physiques de l’air à 60°C :k=0,02708w/mK, =1,896.10-5m²/s,


Pr=0,7202.

Exercice 11 : Calculer le coefficient de transfert moyen de 300kg/h d’huile


s’écoulant dans un tube de diamètre intérieur de 0,019m et 1m de long.
Donneés : ρ = 902 kg/m3, Cp = 1520 J/kg.K, μ = 40 x 10-4 Pa.s, k
= 0,16 W/m.K.

Exercice 12 : Calculer le coefficient de transfert moyen de 2000kg/h d’huile


s’écoulant dans un tube de diamètre intérieur de 0,019m et 2m de long.
Données : ρ = 992 kg/m3, Cp = 4185 J/kg.K, μ = 65 x 10-5 Pa.s, k
= 0,63W/m.K.

Exercice 13 : On considère un long cylindre de diamètre 5cm placé


perpendiculairement à un écoulement d’air. La température de surface du
cylindre est 120°C, la vitesse est 6m/s et la température de l’air est 30°C.
1- Déterminer le coefficient de transfert de chaleur au point de stagnation
et le coefficient de transfert de chaleur moyen sur le cylindre.

Exercice 14 : une plaque rectangulaire, de dimension 0,2 x 0,4 m² maintenue


à une température de 80°C, est exposée à l’air à température de 24°C.
Déterminer le flux de chaleur pour la hauteur vertical de 0,2m.
Les propriétés physiques à 52°C : =1,822m²/s, Pr=0,703, kair=0,02184w/mK.

Exercice 15 : Une surface de 6m de haut et 10m de long. Sous l’échauffement


dû au soleil, sa température extérieure atteint 40°C. La température ambiante
extérieure est 20°C.
Les propriétés physiques suivantes de l’air à 30°C : ρ = 1,149 kg/m3, Cp =
1006 J/kg.K, μ = 18,4 10-6 Pa.s, k = 0,0258W/m.K.

1- Calculer le flux de chaleur échangé par convection naturelle entre le


mur et l’air.

Exercice 16 : Une plaque chauffante, de 15cm² de surface maintenue à une


température de 200°C, est exposée à l’air à 30°C. Lorsque le petit côté de la
plaque est maintenu vertical, le flux de chaleur transféré est de 14% plus élevé
que lorsque le grand côté de la plaque est maintenu vertical. Déterminer :
1- Les dimensions de la plaque.

123
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

2- Le flux de chaleur transféré dans les deux cas.


Les propriétés physiques suivantes de l’air, à115°C : ρ = 0,910 kg/m3, Cp =
1,009 kJ/kg.K, μ = 22,65 10-6 kg/m.s, k = 0,0331W/m.K.
T =30°C
T =30°C

Ts=200°C 15/L
L Ts=200°C

15/L
L
Exercice 17 : Une conduite d’eau chaude horizontale de 8cmde diamètre et
6m de long, traverse une grande pièce dont la température est de 20°C. Si la
température de la surface externe de la conduite est 70°C, calculer le flux de
chaleur perdu par convection naturelle.
On donne : k=0,02699w/mK, =1,75.10-5m²/s Pr=0,7241.

Exercice 18 : Considérons une plaque carrée mince de 0,6 m x 0,6 m. Un côté


de la plaque est maintenu à la température 90°C, tandis que l’autre côté est
isolé.
Déterminer le flux de chaleur de la plaque par convection naturelle dans les
cas suivants :
1- La plaque est verticale.
2- La plaque horizontale avec la surface chaude vers le haut.
3- La plaque horizontale avec la surface chaude vers le bas.

(2) (3)

(1)

Exercice 19 : un fil résistif de diamètre 0,5mm, dont la résistivité électrique


est 3,3.10-6 m, est disposé horizontalement dans l’air. Il est parcouru par un
courant d’intensité I. La température maximale de fil ne doit pas dépasser
300°C. La température de l’air est égale à 20°C. Déterminer l’intensité du
courant maximale admissible dans le fil en régime stationnaire. Les propriétés

124
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

physiques de l’air à 160 sont : k=0,0364w/mK, =30,09. 10-6 m²/s, Pr


=0,682.

Exercice 20 : Une carte de circuit intégré de 0,15m de côté génère une


puissance de 6w. La chaleur est évacuée par convection libre sur une des faces
étant isolée. La carte est placée verticalement dans l’air à 25°C.
1- Déterminer la température d’équilibre de la carte, supposée uniforme.
Les propriétés de l’air sont évaluées à la température de film.

Exercice 21 : La corrélation de la convection libre est exprimée par la relation


suivante :
𝐸𝑐𝑜𝑢𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑙𝑎𝑚𝑖𝑛𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑛 = 1/4
𝑁𝑢 = 𝐶𝑅𝑎𝐿𝑛 {
𝐸𝑐𝑜𝑢𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑡𝑢𝑟𝑏𝑢𝑙𝑒𝑛𝑡 𝑛 = 1/3
Montrer que pour l’air à la pression atmosphérique et à une température de
film 400K, le coefficient moyen de transfert de chaleur par convection libre
pour une plaque verticale peut s’exprimer sous la forme suivante :
∆𝑇 1/4
ℎ = 1,40 ( 𝐿 ) pour 104 < 𝑅𝑎 < 109
ℎ = 0,98(∆𝑇)1/3 pour 109 < 𝑅𝑎 < 1013
Exercice 22 : La vapeur saturée à pression atmosphérique se condense sur
une plaque verticale de 3m de largeur et 2m d’hauteur. La surface de la plaque
est maintenue à une température de 80°C. Déterminer :
1- Le flux de chaleur transféré de la vapeur vers la plaque.
2- Le débit massique de condensation
On note que pour P=1atm, la température de saturation égale à 100°C.
Exercice 23 : Un tube vertical de 100mm de diamètre et de 1,2m de longueur
est immergé dans une vapeur saturée à pression atmosphérique. Si la surface
extérieure du tube est maintenue à 60°C. Déterminer :
1- Le flux de chaleur transféré.
2- Le débit massique condensé.

Exercice 24 : Dix étages verticaux de 10 tubes horizontaux dans chaque étage


transportant un liquide, disposés en réseau carré sont exposés à la vapeur à
la pression atmosphérique. La température à la surface extérieure des tubes
est 90°C. Si le diamètre des tubes est 12,5mm, déterminer le débit massique
de condensât par mètre de longueur des tubes.

125
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice 25 : La surface extérieure d’un tube vertical de 80mm de diamètre


et de 1m de long est exposée à la vapeur saturée à pression atmosphérique.
La surface externe du tube est maintenue à 50°C par l’écoulement d’eau à
travers le tube. Calculer :
1- Le flux de chaleur transféré.
2- Le débit massique condensé.
Les propriétés physiques de la vapeur et de l’eau sont : =975kg/m3,
v=0,596kg/m
3, k=0,668w/mK, =375.10-6kg/ms, H=2257kJ/kg.

Exercice 26 : Un tube vertical de 40mm de diamètre et 1m de long est


utilisé pour condenser la vapeur sèche à pression atmosphérique. La
température de surface est de 60°C. Déterminer :
1- La masse du condensât.
2- Si le tube est maintenu horizontal quelle est la masse de condensât
dans ce cas.
=971,8kg/m3, k=0,675w/mK, =355.10-6kg/ms, H=2257kJ/kg.

Exercice 27 : L’eau est évaporée dans des conditions d’ébullition en vase à


une pression de 40bars (température de saturation 250,4°C) sur des surfaces
en acier inoxydable polies mécaniquement.
1- Calculer le flux de chaleur critique et la surchauffe à laquelle il se
produit en supposant que l'ébullition nucléée continue jusqu'à ce point.

Exercice 28 : Un alcool bout sur une surface de cuivre à 1atm. La


température de saturation de l’alcool est 117,5°C. Déterminer Le flux de
chaleur et le flux de chaleur critique pour les températures d’excès 10°C, 20°C
et 200°C.

Exercice 29 : Un tube en cuivre, de 2,5cm de diamètre et la température à la


surface extérieure est 250°C, est plongé dans l’eau à 100°C et sous une
pression de 1atm. Déterminer le coefficient de transfert de chaleur extérieur.
Exercice 30 : L’eau est bouillie à débit de 30 kg / h dans une casserole en
cuivre, de 30 cm de diamètre, à pression atmosphérique.
1- Estimer la température de la surface inférieure de la casserole, en
supposant des conditions d'ébullition nucléées.
2- Déterminer également le flux de chaleur de pointe

126
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice 31 : Une casserole en acier inoxydable est chauffée électriquement


par son fond de diamètre 200mm. La casserole est remplie d’eau. La
température du fond de la casserole est constante est égale à 110°C. La
température de saturation est de 100°C. Déterminer :
1- La densité de flux de chaleur à la surface chauffée.
2- La quantité de vapeur créée.
3- La valeur du flux critique.
On donne : l=958,4kg/m
3,
v=0,598kg/m
3, =588,6.10-4N/m,
H=2258,8kJ/kg, Pr=1,75

127
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Chapitre V : Rayonnement thermique

V.1- Introduction
Le rayonnement thermique est un phénomène se caractérisant par un
échange d’énergie électromagnétique, sans que le milieu intermédiaire ne
participe pas à cet échange. Ce mode de transfert de chaleur suppose
l’existence d’un émetteur de rayonnement, d’un espace dans lequel le
rayonnement se propage et d’un récepteur sur ou dans lequel le rayonnement
est transformé. Ainsi, au contraire aux transferts conductifs ou convectifs, qui
ont besoin d’un milieu matériel comme support de transfert thermique. Par
exemple, le rayonnement solaire est capable d’échauffer la terre bien que le
milieu traversé soit à température plus basse que la terre.
Tous corps matériel, dont la température est supérieure à zéro absolu (0°K),
émet et absorbe de l’énergie sous forme de rayonnement électromagnétique.
Le phénomène d’émission d’un corps correspond à la conversion d’énergie
matérielle en énergie radiative. Le phénomène d’absorption est la conversion
inverse.

V.2- Spectres des ondes électromagnétiques


Le rayonnement électromagnétique obéit aux lois de la physique quantique et
peut être décrit soit par l’aspect :
Ondulatoire (portée par les ondes électromagnétiques) : selon la théorie
de Maxwell, les ondes électromagnétiques sont caractérisées par leurs
fréquences et leurs longueurs d’ondes.
𝑐
𝜆= (V. 1)
𝜐
: La longueur d’onde.
c : La vitesse de la lumière (3.108m/s).
𝜐 : La fréquence.
Cet aspect est utilisé dans la prédiction des propriétés radiatives des
surfaces et des matériaux.

128
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Corpusculaire (transmise par l’intermédiaire des photons), chaque


quantum possède l’énergie suivante :
ℎ𝑐
𝐸 = ℎ𝜐 = (V. 2)
𝜆

ℎ : Constante de Planck (6,6256.10-34 J.s).

L’énergie du photon est inversement proportionnelle à la longueur d’onde.

Les ondes électromagnétiques sont classées et réparties en fonction de leurs


longueurs d'onde ou de leurs fréquences ; cette répartition est appelée spectre
électromagnétique (Figure V.1).
Le rayonnement thermique n’occupe qu’une très faible portion du spectre des
ondes électromagnétiques s’étendant d’une longueur de 0,1 m à 100 m. Dans
ce domaine, nos sens perçoivent le rayonnement sous forme d’une sensation
de chaleur. A l’intérieur de cette gamme, encore plus étroite, se situe le visible
(0,4 m-0,8 m), le rayonnement devient perceptible à l’œil nu. On appelle
lumière cette partie visible du rayonnement thermique. Le rayonnement
thermique dans la partie non visible du spectre porte le nom de l’ultra-violet
du côté de courtes longueurs d’ondes (UV<0,4 m) et d’infrarouge IR du côté
des grandes longueurs d’ondes (>0,8 m).

Figure V.1 : Spectres des ondes électromagnétiques

129
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice V.1 : Une onde électromagnétique a une longueur d’onde dans le


vide =1,5.10-5m.
1- A quel domaine appartient cette radiation.
2- Calculer la fréquence de l’onde associée à cette longueur d’onde.
3- Calculer la valeur de l’énergie associée au photon à cette longueur
d’onde.
Solution
1- Pour savoir à quel domaine appartient cette radiation, il faut la convertir
en nm :
𝜆 = 1,5. 10−5 𝑚 = 15. 103 𝑛𝑚
𝜆 < 800𝑛𝑚
Donc cette radiation appartient à l’infrarouge (IR).
2- La fréquence de l’onde associée à cette longueur d’onde d’après
l’équation (V.1) :
𝑐 3. 108
𝜐= = = 2. 1013 𝐻𝑧
𝜆 1,5. 10−5
3- L’énergie associée au photon à cette longueur d’onde :
𝐸 = ℎ𝜐 = 6,63. 10−34 . 2. 1013 = 1,3. 10−20 𝐽

V.3- Classification des grandeurs énergétiques


Les grandeurs énergétiques caractérisant le rayonnement dépendent de :
La longueur d’onde ;
La direction de propagation des ondes
Ces deux paramètres conduisent à définir les grandeurs selon :
V.3.1- Composition spectrale
On distingue alors :
Les grandeurs énergétiques totales pour lesquelles toutes les
longueurs d’ondes sont prises en compte pour évaluer la grandeur ;
Les grandeurs énergétiques monochromatiques, nommées
également densités spectrales qui ne concernent qu’un intervalle
spectral étroit d centré autour d’une longueur d’onde.

130
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

V.3.2- Distribution spatiale


La direction de propagation par rapport à la normale de la surface émettrice.
On distingue :
Grandeur hémisphérique : toute grandeur associée à l’ensemble des
directions de l’espace ;
Grandeur directionnelle : toute grandeur associée à une direction de
propagation donnée.

V.4- Définitions des grandeurs énergétiques


V.4.1- Surfaces émettantes
V.4.1.1- Flux énergétique (W)
On appelle flux total d’énergie rayonnante la quantité d’énergie rayonnée par
une source dans toutes les directions, par unité de temps.
𝑑𝑄
= (V. 3)
𝑑𝑡
V.4.1.2- Intensité totale
On considère une direction Ox issue de la surface d’un corps radiant (figure
V.2). Cette direction est repérée par son angle avec la normale à la surface
et un azimut . Si 𝑑 𝑜𝑥 est la portion de flux rayonné dans un angle solide
élémentaire d entourant la direction Ox, on désigne sous le nom d’intensité
𝐼𝑜𝑥 le flux dans cette direction par unité d’angle solide.
𝑑 𝑜𝑥
𝐼𝑜𝑥 = (V. 4)
𝑑

Figure V.2 : Définition de l’intensité

131
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

V.4.1.3- Emittance M (W/m²)


L’émittance monochromatique (pouvoir émissif) est définie comme étant le
rapport de flux énergétique émis à la longueur d’onde ( ), dans toutes les
directions et par un élément de surface émettrice (dA).
𝑑
𝑀𝜆 = (V. 5. 𝑎)
𝑑𝐴

L’émittance totale, M (w/m²) est le flux radiatif émis par unité de surface dans
toutes les directions et à toutes les longueurs d’ondes.

𝑀 = ∫ 𝑀𝜆 𝑑𝜆 (V. 5. b)

V.4.1.4- Luminance Lox (W/m² sr)


C’est le rapport du flux énergétique rayonné par unité d’angle solide (d ) par
unité de surface perpendiculaire à la direction d’émission (Ox).
Si on introduit la définition de l’intensité, la luminance correspond donc au
flux énergétique par unité de l’angle solide entourant la direction Ox et par
unité de surface projetée.
𝐼𝑜𝑥 𝑑²
𝐿𝑜𝑥 = = (V. 6)
𝑑𝐴𝑐𝑜𝑠𝜃 𝑑𝐴. cos 𝜃 𝑑

La quantité 𝑑𝐴. cos 𝜃 représente la projection de la surface émettrice dans la


direction perpendiculaire à la direction d’émission.

V.4.1.5- Angle solide (stéradian)


L’angle solide est une généralisation dans l’espace à trois dimensions de la
notion d’angle dans le plan (figure V.3).

dA
Figure V.3 : Angle solide

132
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

L’angle solide d’un rayonnement est délimité par la surface qu’il découpe sur
la sphère de rayon égal à l’unité, ayant pour centre le sommet de l’angle.

𝑑𝐴
𝑑 = (V. 7)
𝑟²

Il s’exprime en stéradian (sr).

V.4.1.6- Relation entre luminance et l’émittance


Pour trouver la relation entre l’émittance et la luminance dans le cas d’une
émission diffuse, on calcule le flux total émis par une surface élémentaire dans
tout l’hémisphérique.

Figure V.4 : Relation entre l’émittance et la luminance

Dans le système des coordonnées sphériques (figure V.4), la surface


élémentaire dA s’écrit :
𝑑𝐴 = 𝑟²𝑠𝑖𝑛𝜃𝑑𝜃𝑑ϕ (V. 8)

En substituant la relation (V.7) dans la relation (V.6), ceci conduit à la


définition de l’angle solide :
𝑑 = 𝑠𝑖𝑛𝜃𝑑𝜃𝑑ϕ (V. 9)

En introduisant l’expression de l’angle solide (V.9) dans la relation (V.6), on


obtient de la luminance sous la forme :
𝑑
𝐿𝑜𝑥 = (V. 10)
𝑑𝐴. cos 𝜃 𝑠𝑖𝑛𝜃𝑑𝜃𝑑ϕ

133
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

D’après l’expression (V.10), on déduit que l’émittance et la luminance sont


reliées par la relation :
𝑀 = 𝐿 𝑐𝑜𝑠𝜃 𝑠𝑖𝑛𝜃 𝑑𝜃 𝑑ϕ (V. 11)

Si le rayonnement est isotrope, la luminance ne dépend plus des paramètres


d’angles et ϕ. Dans ce cas, l’émittance hémisphérique totale devient :
2𝜋 𝜋/2
𝑀 = 𝐿∫ ∫ 𝑐𝑜𝑠𝜃 𝑠𝑖𝑛𝜃 𝑑𝜃 𝑑ϕ = 𝐿 (V. 12. a)
∅=0 𝜃=0

De la même façon pour l’émittance hémisphérique :


𝑀𝜆 = 𝜋 𝐿𝜆 (𝑉. 12. 𝑏)
V.4.2- Surfaces réceptrices
Les notions de flux, d’intensité et de luminance s’appliquent également pour
les surfaces émettrices. En revanche, pour une surface réceptrice, la notion
émittance est remplacée par la notion éclairement.
L’éclairement énergétique total (E) d’une surface est le flux d’énergie reçu par
l’unité de surface réceptrice en provenance de l’ensemble des directions.

𝑑∅
𝐸= (V. 13)
𝑑𝐴
V.4.3- Loi de Lambert (cosinus)
La loi de Lambert indique que la quantité d’énergie émise à partir d’un élément
de surface dans une direction déterminée est proportionnelle au cosinus que
fait cette direction avec la normale à la surface.

V.5- Corps noir


Le corps noir joue un rôle fondamental dans le rayonnement thermique car il
est l’émetteur parfait. Il est défini soit comme un corps qui absorbe tout le
rayonnement qui lui parvient et n’en réfléchit ou n’en transmet rien, soit
comme un radiateur qui émit, à chaque température considérée, la plus
grande quantité de rayonnement thermique à toute longueur d’onde. Le corps
noir possède les propriétés suivantes :
Il absorbe tous les rayonnements incidents de toutes les directions à
toutes les longueurs d’onde.
A une température et longueur d’onde spécifiées, aucun corps ne peut
émettre plus d’énergie qu’un corps noir.
Le rayonnement émis par un corps noir est indépendant à la direction.
134
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Pour un corps noir, le rayon incident ne sera ni réfléchi ni transmis.

En réalité aucun corps ne possède les propriétés mentionnées ci-dessus. Le


concept de corps noir peut être mis en évidence par une simple expérience. Il
peut être approximé par une cavité, telle qu’une enceinte parfaitement isolée
de l’extérieur et les parois intérieures sont maintenues à une température
uniforme (figure V.5).

Quatrième réflexion et
absorption partielle Irradiation

Enceinte
isotherme
Troisième réflexion et
absorption partielle

Second réflexion et Première réflexion et


absorption partielle absorption partielle

Figure V.5 : cavité absorbante : un corps noir

On utilise le corps noir comme une référence à laquelle on compare les


caractéristiques de rayonnement des autres corps.

V.5.1- Emittance énergétique monochromatique


Un calcul mathématique d’ordre quantique et statistique a conduit à la
formule suivante dite formule de Planck reliant l’émittance monochromatique
(𝑀0 ) d’un corps noir dans le vide à la longueur d’onde ( ) et à sa température
absolue T.
𝐶1 −5
𝑀0 = (V. 14)
𝐶2
𝑒𝑥𝑝 ( 𝑇 )−1

Avec : C1 =3,74177.10-8 w m4 /m² et C2=1,43878.104 m.K


La relation de Planck (V.14) est valable pour une surface sous vide et un gaz.
Pour les autres milieux, elle doit être modifiée en remplaçant la constante C 1
par C1/n², où n est l’indice de réfraction du milieu.

135
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

V.5.2- Lois de Wien


La relation de Planck (V.14) donne la répartition spectrale de l’émittance. La
figure (V.6) montre que le rayonnement du corps noir dépend fortement de la
température et possède un maximum dont la longueur d’onde diminue avec
la température.
Mλ0 (w/m². μm)

Figure V.6 : Distribution spectrale de l’émittance du


corps noir
V.5.2.1- Première Loi de Wien
La première loi de Wien ou loi de déplacement exprime le fait que l’abscisse
( m) du maximum d’émittance énergétique monochromatique (𝑀0 ) se déplace
vers les courtes longueurs d’onde lorsque la température augmente.
L’expression de la première loi de Wien est obtenue à partir de l’expression de
Planck (V.14) en appliquant la condition de maximum.

𝑑𝑀𝜆0 𝑑 𝐶1 −5
= [ ]=0
𝑑𝜆 𝜆 𝑒𝑥𝑝 ( 𝐶2 ) − 1
𝑇
𝐶2
5𝐶1 −6 𝐶1 −5 𝑒𝑥𝑝 ( 𝑇 ) 𝐶2
− − (− )=0
𝐶2
𝑒𝑥𝑝 ( 𝑇 ) − 1 [𝑒𝑥𝑝 ( 𝐶2 ) − 1]
2
²𝑇
𝑇

Après simplification et réarrangement, on obtient :

136
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝐶2
𝑒𝑥𝑝 ( 𝑇 ) 5𝜆𝑇
=
𝐶2 𝐶2
𝑒𝑥𝑝 ( 𝑇 )−1

𝐶
On pose :𝑥 = ( 𝑇2 ), on trouve :
𝑒𝑥 5
=
𝑒𝑥 − 1 𝑥

𝑥 = 5(1 − 𝑒 𝑥 )

La résolution de cette équation se fait par la méthode d’essai et d’erreur et


converge vers :
𝐶2
𝑥= = 4,9651
𝜆𝑚𝑎𝑥 𝑇

En substituant la valeur de C2 dans l’expression précédente, on trouve :

𝑚𝑎𝑥 𝑇 = 2898 (V. 15)

Cette relation est la loi de déplacement de Wien avec la température exprimée


en Kelvin et la longueur d’onde en micromètre. Cette loi est tracée en traits
pointillés.

V.5.2.2- Deuxième Loi de Wien


Elle fournit la valeur maximale (𝑀0 ) en fonction de la température.
En substituant 𝑚𝑎𝑥 dans l’équation de Planck, il vient :
3,74177. 108 𝑇 5
𝑀0𝑚𝑎𝑥 =
1,43878. 104
(2898)5 [𝑒𝑥𝑝 ( ) − 1]
2898

𝑀 𝑚𝑎𝑥 = 1,287. 10−5 𝑇 5 (V. 16)

Exercice V.2 : calculer l’émittance monochromatique d’un filament de


Tungstène à la température de 1350K à la longueur d’onde maximale. On
assume que le rayonnement se réalise dans le vide.
Solution
La première loi de Wien (V.15) permet de déterminer la longueur d’onde
maximale pour laquelle l’émittance est maximale en fonction de la
température.
2898
𝑚𝑎𝑥 = = 2,15𝜇𝑚
1350

137
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Pour cette longueur d’onde, l’émittance est calculée à partir de la relation de


Planck (V.14) :
3,74177.108
𝑀0 = = 57694,77𝑤/𝑚²𝜇𝑚
1,43878. 104
(2,15)5 [𝑒𝑥𝑝 ( ) − 1]
2,15. 1350

V.5.3- Loi de Stefan Boltzmann


La loi de Stefan Boltzmann exprime l’émittance énergétique totale du corps
noir. Cette expression peut être obtenue après une intégration de la loi de
Planck sur toutes les longueurs d’ondes.

𝐶1
𝑀 = ∫ 𝑀0 𝑑𝜆 = ∫
0
𝑑𝜆
5 𝐶
0 0 [𝑒𝑥𝑝 ( 2 ) − 1]
𝑇
𝐶1 𝑇
𝑀0 = 𝑇4 ∫ 𝑑𝜆
𝐶
0 ( 𝑇)5 [𝑒𝑥𝑝 ( 2 ) − 1]
𝑇
On pose T = x, Td =dx :
𝑑𝑥
𝑀0 = 𝐶1 𝑇 4 ∫
𝐶
0 𝑥 5 [𝑒𝑥𝑝 ( 𝑥2 ) − 1]
𝐶 𝑑𝑦
On pose : ( 𝑥2 ) = 𝑦 et 𝑑𝑥 = −𝐶2 . 𝑦² , il vient :

𝐶1 𝑇 4 𝑦3
𝑀0 = − ∫
𝐶24 0 𝑥 5 [𝑒𝑥𝑝(𝑦) − 1]
L’intégration de l’expression précédente donne :

𝐶1 𝑇 4 1
𝑀0 = 4 .6∑ 4
𝐶2 𝑛
𝑛=1

1 𝜋4
Et comme : ∑𝑛=1 = , il vient :
𝑛4 90

𝑀0 = 𝜎𝑇 4 (V. 17)

Avec la constante de Stephan Boltzmann =5,67.10-8 w/m²K-4.


Le pouvoir émissif (émittance) déterminé par l’équation de Stefan-Boltzmann
représente l’énergie rayonnante émis par un corps noir dans toutes les
directions d’un demi-espace par unité de surface et par unité de temps sur
tout le spectre de longueur d’onde.

138
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice V.3 : Une balle de 20cm de diamètre et à 800K est suspendue à l’air.
Si on assimile la balle à un corps noir, déterminer :
1- L’émittance totale de la balle.
2- La quantité totale rayonnée par la balle en 5min.
3- L’émittance monochromatique pour une longueur d’onde de 3mm.

Solution
1- Emittance totale de la balle est obtenue à partir de la relation de Stefan-
Boltzmann :
𝑀0 = 𝜎𝑇 4 = 5,67. 10−8 . 8004 = 23,2 𝑘𝑤/𝑚²
On constate que la balle émis 23,2 kJ d’énergie sous forme de rayonnement
électromagnétique par second et par mètre carré de surface de la balle.
2- D’après la définition de l’émittance, la quantité d’énergie rayonnée
s’écrit :
𝑄 = 𝑀 0 . 𝐴. Δ𝑇 = 23,2. (𝜋. 0,2²). 300 = 874,62 𝑘𝐽
3- La relation de Planck (V.14) donne l’émittance monochromatique

3,74177.108
𝑀0 = = 3846𝑤/𝑚²𝜇𝑚
1,43878. 104
35 [𝑒𝑥𝑝 ( 3. 800 ) − 1]

V.5.4- Fraction de l’émittance totale dans un intervalle spectral

Il y a, cependant, beaucoup de problèmes qui nécessitent une évaluation de


l’émittance dans une bande spectrale bien définie (0- ou 1- 2) revient à
introduire la fraction de flux émis dans la bande spectrale par rapport à
l’émittance totale.

Pour une bande spectrale de 0 à :


𝜆
0
𝑀(0−𝜆) = ∫ 𝑀𝜆0 𝑑𝜆 (V. 18)
0

On définit pour cela la fonction :


𝜆
∫0 𝑀𝜆0 𝑑𝜆
𝑓0−𝜆 = (V. 19)
𝜎𝑇 4

La fonction 𝑓0−𝜆 est tabulée dans le tableau V.1


Pour une bande spectrale de 1 à 2 :

139
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝜆2 𝜆2 𝜆1
0
𝑀(𝜆1 −𝜆2 )
= ∫ 𝑀𝜆0 𝑑𝜆 = ∫ 𝑀𝜆0 𝑑𝜆 − ∫ 𝑀𝜆0 𝑑𝜆
𝜆1 0 0
𝜆2 𝜆1
0
𝑀(𝜆1 −𝜆2 )
= ∫ 𝑀𝜆0 𝑑𝜆 − ∫ 𝑀𝜆0 𝑑𝜆 (V. 20)
0 0

En termes de fraction de flux émis :


𝜆 𝜆
∫0 𝑀𝜆0 𝑑𝜆 ∫0 𝑀𝜆0 𝑑𝜆
2 1

𝑓𝜆2 −𝜆1 = −
𝜎𝑇 4 𝜎𝑇 4
𝑓𝜆2 −𝜆1 = 𝑓0−𝜆2 − 𝑓0−𝜆1 (𝑉. 21)

Tableau V.1 : Quelques valeurs de la fonction 𝒇𝟎−𝝀


T ( m.K) 𝑓0−𝜆 T ( m.K) 𝑓0−𝜆 T ( m.K) 𝑓0−𝜆
100 0,000000 2700 0,205370 5300 0,669417
200 0,000000 2800 0,227904 5400 0,680392
300 0,000000 2900 0,250577 5500 0,690940
400 0,000000 3000 0,273248 5600 0,701079
500 0,000000 3100 0,295797 5700 0,710824
600 0,000000 3200 0,318120 5800 0,720192
700 0,000002 3300 0,340130 5900 0,729196
800 0,000016 3400 0,361755 6000 0,737852
900 0,000087 3500 0,382937 6100 0,746173
1000 0,000321 3600 0,403628 6200 0,754174
1100 0,000911 3700 0,423794 6300 0,761869
1200 0,002134 3800 0,443406 6400 0,769268
1300 0,004317 3900 0,462446 6500 0,776386
1400 0,007791 4000 0,480902 6600 0,783234
1500 0,012850 4100 0,498767 6700 0,789823
1600 0,019720 4200 0,516040 6800 0,796164
1700 0,028535 4300 0,532723 6900 0,802268
1800 0,039344 4400 0,548823 7000 0,808144
1900 0,052111 4500 0,564348 7100 0,813803
2000 0,066733 4600 0,579309 7200 0,819253
2100 0,083058 4700 0,593718 7300 0,824504

140
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

2200 0,100895 4800 0,607589 7400 0,829563


2300 0,120037 4900 0,620937 7500 0,834439
2400 0,140266 5000 0,633777 7600 0,839139
2500 0,161366 5100 0,646127 7700 0,843671
2600 0,183132 5200 0,658001 7800 0,848042

Exercice V.4 : Un filament de tungstène est chauffé à 2500K. si on considère


que le filament rayonne comme un corps noir, déterminer :
1- La fraction d’énergie émise par le filament dans le visible (0,4-0,75 m).
2- La longueur d’onde pour une émission maximale.

Solution
1- Les fonctions de rayonnement du corps noir sont :
𝜆1 𝑇 = 0,4.2500 = 1000𝜇𝑚𝐾
D’après le tableau (V.1), la fonction 𝑓0−𝜆1 =0,000321.

𝜆2 𝑇 = 0,76.2500 = 1875𝜇𝑚𝐾
D’après le tableau V.1, la fonction 𝑓0−𝜆2 =0,052111
𝑓0,76−0,40 = 𝑓0−0,76 − 𝑓0−0,40 = 0,052111 − 0,000321 = 0,05179

Le résultat indique que 5,18% du rayonnement énergétique se situe au visible.


2- La longueur d’onde maximale est déterminée par la loi de déplacement de
Wien (V.15) :
2897,8
𝜆𝑚𝑎𝑥 = = 1,16 𝜇𝑚
2500

V.6- Loi de conservation d’énergie


Le rayonnement incident sur une surface d’un corps peut être absorbé,
transmis ou réfléchi en différentes proportions (figure V.7). Les contributions
des trois phénomènes à une longueur d’onde donnée sont données par des
coefficients spectraux d’adsorption ( ), de transmission ( ) et de réflexion ( )
caractéristiques de la surface. En plus de la longueur d’onde, ces coefficients
dépendent parfois de la direction du rayonnement incident.

141
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure V .7: Décomposition du flux incident

Soit i le flux incident, r le flux réfléchi, t le flux transmis et a le flux absorbé,


la conservation de l’énergie d’écrit :

𝑖
= 𝑟
+ 𝑡
+ 𝑎
(V. 22)
On pose :
Facteur de réflexion :

𝑟
𝜌= (V. 23. 𝑎)
𝑖

Facteur d’absorption

𝑎
= (V. 23. 𝑏)
𝑖

Facteur de transmission

𝑡
= (V. 23. 𝑐)
𝑖

La conservation d’énergie s’écrit :


𝜌+ + =1 (V. 24)

Les facteurs d’interaction sont des facteurs directionnels si le rayonnement


incident est directionnel, ou hémisphérique si le rayonnement incident est
hémisphérique.
Ces paramètres caractérisent le comportement d’un corps vis-à-vis du
rayonnement reçu. Le coefficient est important en thermique : il mesure la
proportion de conversion du rayonnement électromagnétique incident en
énergie thermique.
Les corps qui ne transmettent pas le rayonnement sont appelés opaques ( =
0)

142
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Remarque
Le coefficient est faible pour les surfaces métalliques polies et non oxydées.
Il augmente pour les corps qui apparaissent noirs mais reste toujours inférieur
à l’unité.

V.6.1- Emissivité
Le rayonnement émis à une température donnée par une surface réelle est
toujours inférieur à celui du corps noir.
L’émissivité est définie comme le rapport de l’énergie de rayonnement émise
par une surface à celle émise par un corps noir.
Emissivité hémisphérique monochromatique
𝑀𝜆
𝜀𝜆 = (V. 25. a)
𝑀𝜆0

Emissivité hémisphérique totale


∞ ∞
𝑀 ∫0 𝑀𝜆 𝑑𝜆 ∫0 𝜀𝜆 𝑀𝜆0 𝑑𝜆
𝜀= 0= = (V. 25. b)
𝑀 𝜎𝑇 4 𝜎𝑇 4

L’émissivité dépend de la température de la surface, de la direction d’émission


et de la longueur d’onde.

Exercice V.5 : L’émissivité d’une surface opaque à 800K en fonction de la


longueur d’onde est donnée par :
𝜀1 = 0,3 0 ≤ 𝜆 < 3𝜇𝑚
𝜀𝜆 = { 𝜀2 = 0,8 3 ≤ 𝜆 < 7𝜇𝑚
𝜀3 = 0,1 7 ≤ 𝜆 < ∞𝜇𝑚
1- Déterminer l’émissivité moyenne de la surface opaque ainsi que le
pouvoir émissif (émittance monochromatique).
Solution
1- L’émissivité moyenne peut être déterminée par l’expression (V.25) :
𝜆 𝜆
𝜀1 ∫0 1 𝑀𝜆0 𝑑𝜆 𝜀2 ∫𝜆 2 𝑀𝜆0 𝑑𝜆 ∫𝜆2 𝑀𝜆0 𝑑𝜆
1
𝜀 (𝑇 ) = + +
𝜎𝑇 4 𝜎𝑇 4 𝜎𝑇 4
𝜀(𝑇) = 𝜀1 𝑓0−𝜆1 + 𝜀2 𝑓𝜆1 −𝜆2 + 𝜀3 𝑓𝜆2 −∞
Or 𝑓0−𝜆1 = 𝑓𝜆1 − 𝑓0 = 𝑓𝜆1 et 𝑓∞−𝜆2 = 𝑓𝜆∞ − 𝑓𝜆2 = (1 − 𝑓𝜆2 )
𝜀(𝑇) = 𝜀1 𝑓𝜆1 + 𝜀2 (𝑓𝜆2 − 𝑓𝜆1 ) + 𝜀3 (1 − 𝑓𝜆2 )
𝑓𝜆2 et 𝑓𝜆1 sont les fonctions de rayonnement du corps noir (tableau V.1)

143
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝜆1 𝑇 = 3.800 = 2400𝜇𝑚𝐾 → 𝑓𝜆1 = 0,140256


𝜆2 𝑇 = 7.800 = 5600𝜇𝑚𝐾 → 𝑓𝜆2 = 0,701046
En substituant les différentes valeurs dans l’expression de 𝜀(𝑇), on trouve :
𝜀(𝑇) = 0,3.0,140256 + 0,8(0,701046 − 0,140256) + 0,1(1 − 0,701046 ) = 0,521

V.6.2- Loi de Kirchhoff


On considère un petit corps de surface A1 disposé dans une cavité isolé du
milieu extérieur (figure V.8).

Figure V.8 : Échange de rayonnement par de petits


corps dans une enceinte isotherme

La cavité se comporte comme un corps noir et donc l’éclairement total


hémisphérique du petit corps égal à l’émittance totale du corps noir.
𝐸 = 𝑀0
A l’équilibre thermique, le flux qui est émis par le petit corps doit être égal à
ce qui est absorbé :
𝛼𝐸𝐴1 = 𝑀𝐴1
D’où :
𝑀
𝛼= =𝜀
𝑀0
𝛼=𝜀 (V. 26)
Pour tout corps, l’émissivité totale hémisphérique est égale à l’absorptivité
totale hémisphérique. Si on considère l’aspect spectral, la relation reste
valable.

144
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

V.6.3- Radiosité
La radiosité hémisphérique totale (𝐽) est la somme de l’émittance
hémisphérique totale et la fraction d’éclairement hémisphérique totale
réfléchie (figure V.9).
𝐽 = 𝜀𝑀0 + 𝜌𝐸 (V. 27)

𝜙𝑖
𝜀𝑀0
𝜌𝜙𝑖

Figure V.9 : Définition de la radiosité

Pour une surface opaque ( =0):


𝜌 = 1−𝛼
Et à l’équilibre thermique ( = ), l’expression (V.27) devient :
𝐽 = 𝜀𝑀0 + (1 − 𝜀)𝐸
L’éclairement E s’exprimera alors :
𝐽 − 𝜀𝑀0
𝐸=
(1 − 𝜀)
L’énergie rayonnante nette quittant la surface A est égale à la différence entre
le flux émis et celui absorbée par cette surface :
𝑞𝑛𝑒𝑡 = 𝐴(𝜀𝑀0 − 𝛼𝐸 ) = 𝜀𝐴(𝑀0 − 𝐸 ) (V. 28)
En remplaçant E par son expression, on obtient :
𝜀𝐴
𝑞𝑛𝑒𝑡 = (𝑀 0 − 𝐽 ) (V. 29)
1−𝜀

Exercice V.6 : Une surface grise, diffuse et opaque ( =0,8) de 0,1m²


maintenue à 100°C reçoit une irradiation de 1000w/m². Déterminer :
1- La radiosité de la surface.
2- Le flux net transféré par cette surface.
3- La radiosité et le flux net transféré si la surface est supposée noire.
Solution
1- La radiosité de la surface (J), d’après l’expression (V.27) :
𝐽 = 𝜀 𝑇 4 + 𝜌𝐸

145
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Pour une surface grise, opaque et diffuse = et =0 :


𝜌 = 1 − 𝛼 = 1 − 0,8 = 0,2
𝐽 = 0,8.5,67. 10−8 (373)4 + 0,2.1000 = 1078𝑤/𝑚²
2- Le flux net transféré par la surface, d’après l’expression (V.29) :
0,8.0,1
𝑞𝑛𝑒𝑡 = (5,67. 10−8 (373)4 − 1078) = 7,81𝑤/𝑚²
1 − 0,8
3- Pour une surface noire = =1 :
a- La radiosité : 𝐽 = 𝑀0 = 𝜎𝑇 4 = 5,67. 10−8 (373)4 = 1097,5𝑤/𝑚²
b- Le flux net : 𝑞𝑛𝑒𝑡 = 𝐴(𝑀0 − 𝐸 ) = 0,1(1097,5 − 1000) = 9,753𝑤/𝑚²

V.7-Flux net échangé entre deux surfaces


V.7.1- Corps noirs
V.7.1.1- Facteur de forme
Considérons deux surfaces noires A1 et A2 dans une position quelconque. Le
flux radiatif émis par A1 et atteint la surface A2 (figure V.10).
Le flux total (hémisphérique) émis par la surface 1 :
𝑞1−2 = 𝑀10 𝐴1 𝐹1−2 = 𝜎𝐹1−2 𝐴1 𝑇14 (V. 30)
Le flux radiatif émis par A2 et atteignant la surface A1
𝑞2−1 = 𝑀20 𝐴2 𝐹2−1 = 𝜎𝐹2−1 𝐴2 𝑇24 (V. 31)

Où : 𝐹1−2 : facteur de forme évalué à partir de A1et 𝐹2−1 facteur de forme évalué
à partir de A2.

Figure V.10 : Surfaces noires rayonnantes

Puisque les deux surfaces assumées noires, la totalité du rayonnement


incident est donc absorbée, et le flux net échangé est :

146
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝑞𝑛𝑒𝑡 = 𝑀10 𝐴1 𝐹1−2 − 𝑀20 𝐴2 𝐹2−1 (V. 32)

Si en plus les deux surfaces sont à la même température, alors il n’y a pas
d’échange de chaleur entre elles. Ce qui implique que qnet est nul et puisque
les deux paramètres : 𝐴1 𝐹1−2 et 𝐴2 𝐹2−1 (surfaces et facteur de forme) ne
dépendent pas de la température. Il vient :
𝐴1 𝐹1−2 = 𝐴2 𝐹2−1 (V. 33)

V.7.1.2. Flux net entre deux surfaces noires


L’équation (V.33) est connue sous le nom de théorème de réciprocité, elle
permet d’exprimer le flux de chaleur net échangé par rayonnement entre deux
surfaces noires. En effet, l’application du théorème de Stefan – Boltzmann
conduit à :
𝑞𝑛𝑒𝑡 = 𝐴1 𝐹1−2 (𝑀10 − 𝑀20 ) = 𝐴2 𝐹2−1 (𝑀20 − 𝑀10 ) (V. 34)
Donc, on obtient :
𝑞𝑛𝑒𝑡 = 𝐴1 𝐹1−2 (𝑇14 − 𝑇24 ) = 𝐴2 𝐹2−1 (𝑇24 − 𝑇14 ) (V. 35)

𝑐𝑜𝑠𝜃1 𝑐𝑜𝑠𝜃2 𝑑𝐴1 𝑑𝐴2


𝐴1 𝐹1−2 = ∫ ∫ (V. 36. a)
𝜋𝑠²
𝐴1 𝐴2

𝑐𝑜𝑠𝜃1 𝑐𝑜𝑠𝜃2 𝑑𝐴1 𝑑𝐴2


𝐴2 𝐹2−1 = ∫ ∫ (V. 36. b)
𝜋𝑠²
𝐴1 𝐴2

s : la distance qui sépare les deux surfaces élémentaires.


Ces quantités sont purement géométriques et donc indépendantes de la
longueur d’onde. Elles sont appelées aussi facteurs de vue.
L’équation (V.35) peut également être utilisée pour déterminer le flux net
échangé par rayonnement à partir de n’importe quelle surface dans une
enceinte. Dans une enceinte de N surfaces noires maintenues à des
températures différentes, le flux net échangé par rayonnement de la surface
Ai avec les surfaces restantes s’écrit :
𝑁

𝑞𝑖 𝑛𝑒𝑡 = ∑ 𝐴𝑖 𝐹𝑖−𝑗 𝜎(𝑇𝑖4 − 𝑇𝑗4 ) (V. 37)


𝑗=1

Exercice V.7 : Deux disques de même diamètre (50cm) sont placés


parallèlement l’un de l’autre à une distance de 1m. Les températures des

147
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

disques sont maintenues à 727°C et 227°C respectivement. Sachant que le


facteur de forme est de 0,06.
Déterminer le flux net échangé entre ces deux disques.

Solution
Le flux net échangé s’écrit :
𝑞𝑛𝑒𝑡 = 𝐴1 𝐹1−2 (𝑇14 − 𝑇24 )
𝜋
𝑞𝑛𝑒𝑡 = . 0,5². 5,67. 10−8 (10004 − 5004 ) = 626,24𝑤
4

V.7.1.3. Evaluation des facteurs de formes


L’évaluation dans le cas général revient à un calcul d’intégrale de surface qui
est très compliqué. Des abaques et des tables fournissent les valeurs de
facteurs de formes de diverses configurations existent et peuvent être utilisées.
Il existe différentes relations utiles pour évaluer les facteurs de formes de
certains géométries complexes à savoir :
On peut évaluer le facteur de forme à partir d’une surface (Ai) située à
l’intérieure d’une enceinte noire composée de plusieurs surfaces par une
simple équation :
𝑁

∑ 𝐹𝑖−𝑗 = 1 (V. 38)


𝑗=1

Cette relation prend en compte le rayonnement de la surface (i) sur elle-même


avec le facteur de forme Fi-i qui est égal à zéro lorsque les surfaces sont planes
ou convexes.
Une conséquence de la définition des facteurs de formes est la relation
d’additivité (figure V.11). La proportion d’énergie émise par la surface d’énergie
émise par la surface A1 vers les surfaces A2 et A3 est égale à la proportion
d’énergie émise par la surface A1 vers la surface A2 augmentée de celle émise
vers A3. Il en suit que :
𝐹1−2 = 𝐹1−3 + 𝐹1−4
On multiplie les deux côtés par la surface A1, il vient :

𝐴1 𝐹1−2 = 𝐴1 𝐹1−3 + 𝐴1 𝐹1−4


D’après la relation de réciprocité, on trouve :
𝐴2 𝐹2−1 = 𝐴3 𝐹3−1 + 𝐴4 𝐹4−1
148
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Ou :
𝐴3 𝐹3−1 + 𝐴4 𝐹4−1
𝐹2−1 = (V. 39)
𝐴2

A2=A3+A4

A3

A1
A4

Figure V.11 : Relation additive des facteurs de formes

Si la géométrie est symétrique, la règle stipule que deux (ou plus)


surfaces possédant une symétrie autour d’une troisième surface auront
des facteurs de formes identiques.

Pour illustrer la relation de la symétrie, on considère une enceinte formée de


deux sphères concentriques (figure V.12).
2

Figure V.12 : facteur de forme pour


enceinte formée de deux sphères
concentriques
D’après la relation (V.38) :
𝐹1−1 + 𝐹1−2 = 1
𝐹2−1 + 𝐹2−2 = 1
Or 𝐹1−1 = 0 puisque la surface est convexe. Il vient :
𝐹1−2 = 1
D’après la relation de réciprocité :
𝐴1 𝐹1−2 = 𝐴2 𝐹2−1
Donc, on obtient :

149
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝐴1
𝐹2−1 =
𝐴2
Et :
𝐴1
𝐹2−2 = 1 −
𝐴2
Remarque :
Pour deux surfaces noires de formes quelconques, le flux net échangé entre
ces deux surfaces s’écrit :
𝑞1−2 = 𝐹1−2 𝜎𝐴1 (𝑇14 − 𝑇24 )
Cette relation peut se mettre sous la forme suivante :
𝑞1−2 = 𝐹1−2 𝜎𝐴1 (𝑇12 + 𝑇22 )(𝑇1 + 𝑇2 )(𝑇1 − 𝑇2 )
Soit :
𝑞1−2 = ℎ𝑟 (𝑇1 − 𝑇2 ) (V. 40)
Où : ℎ𝑟 est le coefficient d’échange par rayonnement (w/m²K)
ℎ𝑟 = 𝐹1−2 𝜎𝐴1 (𝑇12 + 𝑇22 )(𝑇1 + 𝑇2 ) (V. 41)

Les facteurs de formes pour différentes dispositions sont illustrés sous formes
analytiques tableau (V.2) et sous formes graphiques figure (V.13-16).

Tableau (V.2) : Facteurs de formes de certaines configurations


Configurations Facteurs de formes

1 𝑥 𝑦 𝑦 𝑥
𝐹1−2 = ( 𝑡𝑎𝑛−1 + 𝑡𝑎𝑛−1 )
2𝜋 √1 + 𝑥² √1 + 𝑥² √1 + 𝑦² √1 + 𝑥²
𝐿1 𝐿2
𝑥= et 𝑦=
𝐷 𝐷

1 1 1 1
𝐹1−2 = (𝑡𝑎𝑛−1 − 𝑡𝑎𝑛−1 )
2𝜋 𝑥 √1 − (𝑦/𝑥)² √𝑥² + 𝑦²
𝐷 𝐻
𝑥= et 𝑦=
𝐿 𝐿

1 𝑥𝑦
𝐹1−2 = (𝑠𝑖𝑛−1 )
4𝜋 √1 + 𝑥² + 𝑦² + 𝑥²𝑦²
𝐿1 𝐿2
𝑥= et 𝑦=
𝐷 𝐷

150
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

1/2
𝑟2 2
𝐹1−2 = [𝑆 − (𝑆 − 4 ( ) ) ]
𝑟1

1 + 𝑅22 𝑟1 𝑟2
𝑆 = 1+ 2 , 𝑅1 = , 𝑅2 =
𝑅1 𝐿 𝐿

1/2
1 (1 + 𝑥 2 )(1 + 𝑦 2 ) 𝑥²
𝐹1−2 = (𝑙𝑛 ( ) + 𝑥√1 + 𝑦²𝑡𝑎𝑛−1
𝜋𝑥𝑦 1 + 𝑥² + 𝑦² √1 + 𝑦²
𝑦²
+ 𝑦√1 + 𝑥²𝑡𝑎𝑛−1 − 𝑥𝑡𝑎𝑛−1 𝑥
√1 + 𝑥²

− 𝑦𝑡𝑎𝑛−1 𝑦)

𝑥 𝑦
𝑥= et 𝑦=
𝐿 𝐿
𝐹1−2
1 1 1 1
= (𝑤 𝑡𝑎𝑛 −1 + 𝐻𝑡𝑎𝑛−1 − (𝑤 2 + 𝐻 2 )0,5 𝑡𝑎𝑛 −1 2
𝜋𝑤 𝑤 𝐻 (𝑤 + 𝐻 2 )0,5
𝑤2 𝐻2
(1 + 𝑤 2 )(1 + 𝐻 2 ) 𝑤 2 (1 + 𝑤 2 + 𝐻 2 ) 𝐻 2 (1 + 𝑤 2 + 𝐻 2 )
+ 0,25𝑙𝑛 { [ ] [ ] })
1 + 𝑤 2 + 𝐻2 (1 + 𝑤 2 )(𝑤 2 + 𝐻 2 ) (1 + 𝐻 2 )(𝑤2 + 𝐻 2 )
𝑧
𝐻 = 𝑥 , 𝑤 = 𝑦/𝑥 ,

1
𝐹1−2 = {𝜋 + [𝐶 2 − (𝑅 + 1)2 ]0,5 − [𝐶 2 − (𝑅 − 1)2 ]0,5
2𝜋
𝑅 1
+ (𝑅 − 1)𝑐𝑜𝑠 −1 [( ) − ( )]
𝑐 𝐶
𝑅 1
− (𝑅 + 1)𝑐𝑜𝑠 −1 [( ) + ( )]}
𝑐 𝐶
𝑟2
𝐶 = 1 + 𝑅 + 𝑆, 𝑅 = , 𝑆 = 𝑠/𝑟1
𝑟1

0,5 0,5
𝐷 2 𝐷 𝑠² − 𝐷²
𝐹1−2 = 1 − [1 − ( ) ] + ( ) 𝑡𝑎𝑛−1 ( )
𝑠 𝑠 𝑠²

𝑠1 𝑠2
𝐹1−2 = 1 − [𝑡𝑎𝑛−1 ( ) − 𝑡𝑎𝑛−1 ( )]
𝐿 𝐿

151
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure V.13 : Facteur de forme de deux disques parallèles co- axiaux.

Figure V.14 : Facteur de forme de deux rectangles perpendiculaires


ayant une arête commune.

152
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure V.15 : Facteur de forme de deux rectangles identiques en vis à vis

L1 et L2 sont
les côtes du
rectangle
(𝐷/𝐿2 )

(𝐷/𝐿1 )

Figure V.16 : Facteur de forme pour un élément de surface et un rectangle


parallèle

153
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice V.8 : Déterminer le facteur de forme pour un très petit disque de


surface A1 et un grand disque A2 placé parallèlement (figure ci-dessous).
Solution
D’après l’équation (V.36.a), le facteur de forme est :

𝑐𝑜𝑠𝜃1 𝑐𝑜𝑠𝜃2 𝑑𝐴1 𝑑𝐴2


𝐴1 𝐹1−2 = ∫ ∫
𝜋𝑠²
𝐴1 𝐴2

Le disque A1 étant très petit, le facteur de forme sera donné par :

𝑐𝑜𝑠𝜃1 𝑐𝑜𝑠𝜃2 𝑑𝐴2


𝐹1−2 = ∫
𝜋𝑠²
𝐴2

dr
R r dA2

L
s²=L²+r²

dA1

De la figure, on constate que :


𝜃1 = 𝜃2 = 𝜃 et 𝑑𝐴2 = (2𝜋𝑟)𝑑𝑟

𝑐𝑜𝑠²𝜃. (2𝑟)𝑑𝑟
𝐹1−2 = ∫
𝑠²
𝐴2

Où : 𝑠² = 𝑟² + 𝐿²
𝐿²
𝑐𝑜𝑠²𝜃 =
𝑟² + 𝐿²
En substituant ces expressions dans l’équation du facteur de forme, on
obtient :

154
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝑅
𝐿² 2𝑟𝑑𝑟
𝐹1−2 = ∫ ( )( )
𝐿² + 𝑟² 𝐿² + 𝑟²
0

On pose :(𝐿² + 𝑟²) = 𝑡 et 2𝑟𝑑𝑟 = 𝑑𝑡


L’intégrale devient :
𝑅²+𝐿²
𝑑𝑡
𝐹1−2 = 𝐿² ∫ ( )
𝑡²
𝐿²

Le facteur de forme s’écrit


𝐿² 𝑅²
𝐹1−2 = 1 − = = 𝑠𝑖𝑛𝜃
𝐿² + 𝑅² 𝐿² + 𝑅²
V.7.4- Flux net entre des surfaces grises
V.7.4.1- Echange net par une surface
Dans la pratique, on se trouve en face de problèmes réels où les surfaces
n’absorbent qu’une partie du rayonnement incident. Dans ce cas on introduit
la notion de la radiosité (J)
Le flux de chaleur quittant la surface (A) est donné par l’équation (V.29) :
𝜀𝐴
𝑞𝑛𝑒𝑡 = (𝑀 0 − 𝐽 ) (V. 29)
1−𝜀

On peut aussi écrire :


(𝑀 0 − 𝐽 ) (𝑀 0 − 𝐽 )
𝑞𝑛𝑒𝑡 = = (V. 43)
1−𝜀 𝑅
𝐴𝜀
Où R est la résistance surfacique au rayonnement et (𝑀0 − 𝐽) la différence de
potentiel de la surface.
Le sens d’écoulement de la chaleur dépend de la magnitude relative de la
radiosité et de l’émittance du corps noir.

V.7.4.2- Echange net entre deux surfaces grises


Considérons un échange de rayonnement (figure V.17) entre deux surfaces
(A1) et (A2) opaques, diffuses et grises maintenues à des températures
uniformes (T1) et (T2).
Le flux de chaleur quittant la surface (A1) et atteint la surface (A2) s’écrit :
𝑞1 = 𝐴1 𝐹1−2 𝐽1
Le flux de chaleur quittant la surface (A2) et atteint la surface (A1) s’écrit :
𝑞2 = 𝐴2 𝐹2−1 𝐽2

155
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Surface 1
Surface 2

A1
T1 A2
T2
1
2

Figure V.17 : Enceinte avec deux surfaces

Le flux net échangé entre ces deux surfaces est égal à :


𝑞1−2 = 𝐴1 𝐹1−2 𝐽1 − 𝐴2 𝐹2−1 𝐽2
D’après la relation de réciprocité, on trouve :
𝑞1−2 = 𝐴1 𝐹1−2 ( 𝐽1 − 𝐽2 ) (V. 44. a)

( 𝐽1 − 𝐽2 ) ( 𝐽1 − 𝐽2 )
𝑞1−2 = = (V. 44. b)
1 𝑅1−2
𝐴1 𝐹1−2
Où 𝑅1−2 est la résistance surfacique qui traduit la capacité d’une surface à
rayonner. ( 𝐽1 − 𝐽2 ) est la différence de potentiel de la surface.
En combinant les deux équations (V.43) et (44.b) pour deux surfaces A1 et A2,
on trouve :
(𝑀10 − 𝐽1 ) (𝐽1 − 𝐽2 ) (𝐽2 − 𝑀20 )
= = (V. 45)
𝑅1 𝑅1−2 𝑅2
Le schéma du réseau équivalent pour l’échange de rayonnement entre deux
surfaces grises est présenté par la figure (V.18).

𝐽1 𝐽2
𝑀10 𝑀20
𝑞1−2 𝑞2−1
1 2
1 − 𝜀1 1 1 − 𝜀2
𝑅1 = 𝑅1−2 = 𝑅2 =
𝜀1 𝐴1 𝐴1 𝐹1−2 𝜀2 𝐴2

Figure V.18: Réseau d’échange thermique entre deux surfaces grises

Le flux de chaleur transféré entre deux surfaces grises est exprimé par le
rapport entre la différence de potentiel global sur la somme des résistances
thermiques.

156
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝑀10 − 𝑀20
𝑞1−2 =
𝑅1 + 𝑅1−2 + 𝑅2
𝜎 (𝑇14 − 𝑇24 )
𝑞1−2 = (V. 46)
1 − 𝜀1 1 1 − 𝜀2
𝐴1 𝜀1 + 𝐴1 𝐹1−2 + 𝐴2 𝜀2
Si 𝜀1 = 𝜀2 = 1, l’expression (V.46) se réduit à l’expression (V.35) traduit le flux
net pour deux surfaces noires.
Si 𝐹1−2 = 0 : ce qui signifie que les surfaces ne se voient pas et le flux net
échangé est nul.

Exercice V.9 : Un four de dimension 1m x 2m x1,5m. Le sol du four,


d’émissivité 0,8 est maintenu à 1000K. Les autres faces à 600K possèdent une
émissivité de 0,5. Déterminer : Toit

1- Le flux net échangé entre le sol et les faces.


2- Le flux net échangé entre le sol et le toit.

Sol
Solution
1- Calcul des facteurs de formes 𝐹1−2 , 𝐹1−3 et 𝐹1−4
D’après la figure V.14, les paramètres pour des surfaces
perpendiculaires :
𝑍 1
= = 0,67
𝑋 1,5
𝑌 2
= = 1,33
𝑋 1,5
La lecture sur la figure V.14 donne : 𝐹1−2 = 0,140.
Pour 𝐹1−3 (du sol au côté latéral), les paramètres sont :
𝑍 1
= = 0,50
𝑋 2
𝑌 1,5
= = 0,75
𝑋 2
La lecture sur la figure V.14 donne : 𝐹1−3 = 0,180.
Pour les rectangles parallèles (du sol au toit), les paramètres sont :
𝑋 2
= =2
𝐷 1
𝑌 1,5
= = 1,5
𝐷 1

157
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

La lecture sur la figure (V.15) donne : 𝐹1−2 = 0,36.


Vérification de somme des facteurs de formes égale à l’unité :
2.0,140 + 2.0,180 + 0,36 = 1
Le flux net échangé 𝑞1−2 , d’après l’expression (V.46):
5,67. 10−8 (10004 − 6004 )
𝑞1−2 = = 15762𝑤
1 − 0,8 1 1 − 0,5
+ +
2.1,5.0,8 2.1,5.0,140 1.1,5.0,5
Le flux net échangé 𝑞1−3 :
5,67. 10−8 (10004 − 6004 )
𝑞1−3 = = 20266𝑤
1 − 0,8 1 1 − 0,5
+ +
2.1,5.0,8 2.1,5.0,180 2.1.0,5
Le flux net échangé 𝑞1−4 :
5,67. 10−8 (10004 − 6004 )
𝑞1−3 = = 36759𝑤
1 − 0,8 1 1 − 0,5
+ +
2.1,5.0,8 2.1,5.0,36 2.1.0,5
Cas particuliers
Pour deux plans parallèles F1-2=1 et A1=A2, le flux net devient :
𝜎(𝑇14 − 𝑇24 )
𝑞1−2 = (V. 47)
1 1
(𝜀 + 𝜀 − 1)
1 2

Dans le cas de deux sphères concentriques ou deux cylindres infiniment


longs (F12=1), le flux net devient :
𝜎(𝑇14 − 𝑇24 )
𝑞1−2 = (V. 48)
1 𝐴 1
(𝜀 + 𝐴1 (𝜀 − 1))
1 2 2

Exercice V.10 : Considérons deux grands plans parallèles dont l’un est
maintenu à 1000K et l’autre à 600K. Déterminer l’échange thermique par
unité de surface dans les cas suivants :
1- Les surfaces sont noires
2- Le plan chaud possède une émissivité de 0,8 et le plus froid est de 0,5.
Solution
1- Densité de flux s’écrit dans le cas des surfaces noires :
𝑞
= 𝐹1−2 (𝑇14 − 𝑇24 ) = 5,67. 10−8 . 1. (10004 − 6004 ) = 49352𝑤/𝑚²
𝐴
2- Surfaces grises, l’expression de la densité de flux est donnée par :

158
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝑞 𝜎 (𝑇14 − 𝑇24 ) 5,67. 10−8 (10004 − 6004 )


= = = 21934,08𝑤/𝑚²
𝐴 ( 1 + 1 − 1) 1 1
(0,8 + 0,5 − 1)
𝜀1 𝜀2

V.7.4.3- Echange net entre trois surfaces


Dans le cas d’une enceinte composée de trois surfaces dont deux surfaces (A1)
et (A2) sont diffuses, opaques et grises. La troisième surface (A3) est
adiabatique. L’échange de chaleur pour une telle enceinte est donné par :
𝑞1−2 = 𝐴1 𝐹1−2 (𝐽1 − 𝐽2 ) + 𝐴1 𝐹1−3 (𝐽1 − 𝐽3 ) (V. 49)
Le flux de chaleur échangé par la troisième surface est nul :
𝑞3 = 𝐴3 𝐹3−1 (𝐽3 − 𝐽1 ) + 𝐴3 𝐹3−2 (𝐽3 − 𝐽2 )
D’après la relation de réciprocité, on obtient :
𝐴1 𝐹1−3 (𝐽1 − 𝐽3 ) − 𝐴2 𝐹2−3 (𝐽3 − 𝐽2 ) = 0
Par conséquent :
(𝐽1 − 𝐽3 ) (𝐽3 − 𝐽2 )
= (V. 50)
1 1
𝐴1 𝐹1−3 𝐴2 𝐹2−3
Le schéma du réseau équivalent pour l’échange de rayonnement d’une
enceinte formée de trois surfaces, dont une surface est adiabatique, est illustré
par la figure (V.19).

1− 1 1 1− 2
𝑞1−2 𝐴1 𝜀1 𝐽1 𝐴1 𝐹1−2 𝐽2 𝐴2 𝜀2 𝑞2−1

𝑀10 𝑀20

1 1
𝐴1 𝐹1−3 𝐴2 𝐹2−3

𝐽3 = 𝑀30

Figure V.19: Réseau équivalent d’une enceinte


formée de trois surfaces (A3 adiabatique)

La résistance totale peut être déterminée facilement :


1 1
Les résistances et sont en séries donc :
𝐴1 𝐹1−3 𝐴2 𝐹2−3

1 1
𝑅1 = +
𝐴1 𝐹1−3 𝐴2 𝐹2−3
1
En plus, R1 est en parallèle avec la résistance , donc, on obtient :
𝐴1 𝐹1−2

159
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

1 1 1
= +
𝑅𝑒𝑞 1 𝑅1
𝐴1 𝐹1−2
1
𝑅𝑒𝑞 = −1
1 1
𝐴1 𝐹1−2 + [𝐴 𝐹 + 𝐴 𝐹 ]
1 1−3 2 2−3
La résistance totale du réseau équivalent s’écrit :
1 − 𝜀1 1 1 − 𝜀2
∑ 𝑅𝑡ℎ = + −1 + (V. 51)
𝐴1 𝜀1 1 1 𝐴2 𝜀2
𝐴1 𝐹1−2 + [𝐴 𝐹 + 𝐴 𝐹 ]
1 1−3 2 2−3

Le flux net échangé est donné par l’expression suivante :


𝑀10 − 𝑀20
𝑞1−2 = −𝑞2−1 = (V. 52)
∑ 𝑅𝑡ℎ

Pour la surface adiabatique, le flux échangé est nul, la température de la


surface peut être calculée à partir de la loi de Stefan.
Exercice V.11 : On considère une pièce cubique est chauffée à travers le sol
qui est maintenu à une température uniforme de 350K. Les murs sont isolés
et la perte de chaleur se fait par le plafond où sa température atteint 300K. Si
on considère que toutes les surfaces possèdent la même émissivité 0,8,
déterminer la perte de chaleur par rayonnement à travers le plafond.

A2

A3 (murs)

4m
4m

4m
A1(sol)
Solution
1- Le schéma équivalent est représenté comme suit :
1− 1 1 1− 2
𝑞1−2 𝐴1 𝜀1 𝐽1 𝐴1 𝐹1−2 𝐽2 𝐴2 𝜀2 𝑞2−1

𝑀10 𝑀20

1 1
𝐴1 𝐹1−3 𝐴2 𝐹2−3

𝐽3 = 𝑀30

160
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Le flux de chaleur perdu par rayonnement à travers le plafond s’écrit :


𝑀10 − 𝑀20 𝜎(𝑇14 − 𝑇24 )
𝑞1−2 = =
∑ 𝑅𝑡ℎ ∑ 𝑅𝑡ℎ
Calcul des surfaces du sol (A1), du plafond (A2) et des murs (A3)
𝐴1 = 𝐴2 = 4.4 = 16𝑚²
𝐴3 = 4(4.4) = 64𝑚2
Calcul des facteurs de formes :
D’après la figure (V.15) : 𝐹1−2 = 0,2
La loi de sommation : 𝐹1−1 + 𝐹1−2 + 𝐹1−3 = 1
Et comme : 𝐹1−1 = 0, on trouve :
𝐹1−3 = 1 − 0,2 = 0,8
Calcul des résistances thermiques :
1 − 𝜀 1 − 0,8
𝑅1 = 𝑅2 = = = 0,0156𝑚−2
𝐴𝜀 16.0,8
1 1 1 −2
𝑅1−2 = = = 𝑚
𝐴1 𝐹1−2 16.0,2 32
1 1
𝑅1−3 = 𝑅2−3 = = 𝑚−2
𝐴1 𝐹1−3 12,8
La résistance totale de rayonnement entre 𝑀10 et 𝑀20
1
∑ 𝑅𝑡ℎ = 𝑅1 + + 𝑅2
1
+ [𝑅1−3 + 𝑅2−3 ]−1
𝑅1−2
1
∑ 𝑅𝑡ℎ = 0,0156 + + 0,0156 = 0,1353𝑚−2
3.2 + [(1/12,8) + (1/12,8)]−1
Le flux perdu par rayonnement à travers le plafond s’écrit :
5,67. 10−8 (3504 − 3004 )
𝑞1−2 = = 2892,77𝑤
0,1353

Exercices non corrigés


Exercice 1 : L’émittance, luminance et l’intensité sont des grandeurs
énergétiques de rayonnement thermique. Déterminer pour une surface plane
Lambertienne l’expression :
1- L’émittance (M) en fonction de la luminance (L).
2- L’émittance (M) en fonction de l’intensité (I).

161
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice 2 : Calculer la densité du flux solaire qui frappe un plan normal à


ses rayons placé au-delà de l’atmosphère terrestre sachant que le
rayonnement solaire est proche de celui d’un corps noir porté à la température
de 5700°C. Le diamètre du soleil est égal à 1,391.106 km et sa distance à la
terre 149,5.106km.
Exercice 3 : On considère une surface dont l’émissivité totale directionnelle
est égale à :
𝜋
𝜀(𝜃) = 0,8 pour 0 < 𝜃 < 3

𝜋
𝜀(𝜃) = 0,8 pour 𝜃≥ 3

1- Calculer l’émissivité totale hémisphérique.

Exercice 4: On considère une surface dont l’émissivité spectrale


hémisphérique est égale à:

𝜀(𝜆) = 0,5 pour 0 < 𝜆 < 3𝜇𝑚

𝜀(𝜆) = 0,8 pour 𝜆 ≥ 3𝜇𝑚


1- Calculer l’émissivité totale hémisphérique pour une température de
surface de 300K et 1000K.

Exercice 5: Calculer l’émittance monochromatique d’un filament de


Tungstène à la température de 1350K à la longueur d’onde où elle est
maximale et à 5 m.

Exercice 6: Un pyromètre optique, est un appareil qui est destiné à la mesure


des températures élevées, fonctionne sur la base de comparaison de la
luminance du corps considéré avec celle d’un filament. L’appareil est étalonné
d’après le rayonnement d’une source noire et donne par conséquent la
température qu’aurait un corps noir de même luminance que le corps testé.
Le pyromètre utilise un filtre optique rouge de longueur d’onde 0,65 m.
Déterminer la température réelle du corps si le pyromètre enregistre une
température de 1500°C et son émissivité à 0,5 m est égale à 0,5.

Exercice 7: Un thermocouple soudé bout à bout ayant un facteur d’émission


de 0,8 est utilisé pour mesurer la température d’un gaz transparent s’écoulant
dans une grande conduite dont les parois sont à une température de 227°C.

162
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

La température indiquée par le thermocouple est 505°C. Evaluer la


température vraie du gaz sachant que le coefficient de transfert par convection
entre la surface du thermocouple et le gaz est 122w/m²K.
Exercice 8: On désire emmagasiner de l’oxygène liquide (température
d’ébullition -183°C) dans un réservoir sphérique de 30cm de diamètre. Le
système est isolé par un espace vide entre la sphère intérieure et une sphère
concentrique de 45cmde diamètre intérieur. Les deux sphères ont une
émissivité de 0,03 et la température de la sphère extérieure est -1°C.
Déterminer le flux de chaleur transmit par rayonnement vers l’oxygène.

Exercice 9 : Un filament de tungstène assimilé à un corps noir, de diamètre


de 0,25mm, est chauffé par effet de Joule.
1- A quelle température doit-on chauffer pour que la longueur d’onde
d’émission maximale soit égale à 1 m.
2- Quelle sont les longueurs d’onde correspondant à l’énergie émise et la
proportion émise dans le visible.
3- Quelle longueur d’onde doit avoir le filament pour émettre un flux de 1w
dans le visible.

Exercice10 : Soit deux surfaces grises, infinies et parallèles. Les températures


des deux surfaces sont respectivement 300K et 400K. Déterminer :
1- La densité de flux de chaleur échangée entre les deux surfaces par
rayonnement si les émissivités des deux surfaces sont respectivement
0,75 et 0,65
2- Quelle doit être la valeur de la densité de flux si les deux surfaces sont
supposées noires.

Exercice 11: On considère trois surfaces planes d’extension infinie qui


forment un triangle. Les deux températures T1 et T2 imposées et la face 3 est
adiabatique.
1- Représenter le réseau analogique équivalent.
2- Exprimer le flux de chaleur entre les deux surfaces 1 et 2.
3- Calculer à l’aide du réseau analogique équivalent les radiosités J 1, J2 et
J3.

163
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

4- Montrer que 𝜎𝑇34 = 𝐽3


Exercice12 : Deux rectangles de 0,5m de longueur et de largeur 1m, sont
placés parallèlement à une distance verticale de 1m. Les rectangles supérieur
et inférieur sont maintenus respectivement à 1000°C et 500°C.
1- Déterminer le flux thermique échangé par rayonnement

Exercice 13 : Considérons un four électrique à chambre parallélépipédique


de dimension 1m x 1m x 4m. La surface de captation A1 d’émissivité 0,8 est
constituée par la charge disposée uniformément sur la sole du four. Elle est à
la température de 800K. La voûte A2 d’émissivité 0,9 est à la température
1200K. La surface A3 comprend les quatre parois latérales que l’on
considérera comme adiabatiques. Déterminer :
1- Les flux nets émissent par les deux surfaces A1 et A2.
2- La température de la surface A3.

1m A2
A3
1m A1

4m

Exercice 14: Un four industriel considéré comme un corps noir émis des
rayonnements à 2650°C. Déterminer :
1- Emittance spectrale à une longueur d’onde de 1,2 m.
2- La longueur d’onde où l’émittance est maximale.
3- Emittance spectrale maximale.
4- Emittance totale
5- Emittance totale du four considéré comme un corps gris diffuse ( =0,9)

Exercice 15: Une plaque plane possède une face isolée et l’autre absorbe une
densité de flux de chaleur par rayonnement de 900w/m². Le coefficient de
transfert par convection entre la plaque et l’air à 27°C est de 10w/m²K.
L’émissivité de la surface de la plaque égale à 0,8. Déterminer la température
de la plaque en régime permanent.

164
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice16 : Un petit objet de 25cm² de surface, à 100°C et d’émissivité 0,9


est introduit dans une enceinte de grande surface. Si la surface de l’enceinte
est maintenue à 60°C, déterminer le flux de chaleur perdu par le petit objet.

Exercice 17 : On considère deux longs cylindres concentriques de diamètre


respectivement 10cm et 20cm. La surface externe du cylindre interne
d’émissivité 0,7 est maintenue à 1000K, tandis que la surface interne du
cylindre externe d’émissivité 0,3 est maintenue à 500K.
1- Déterminer le flux net échangé entre les deux cylindres.
Exercice 18 : soit une surface noire diffue maintenue à une température de
1600K. Déterminer la densité de flux (émittance totale) pour des longueurs
d’ondes entre 1,5 m et 3 m.

Surface noire à 1600K

Exercice19 : Déterminer les facteurs de formes dans le cas de trois surfaces


constituant un triangle équilatéral.

1 2

3
Exercice20 : Calculer les facteurs de formes (figure ci-dessous) entre les deux
surfaces A1 et A4.

165
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice 21: En utilisant la figure ci-dessous, Déterminer :


1- Les facteurs de formes 𝐹1−2 et 𝐹2−1
2- Le flux net échangé par rayonnement si 𝜀1 = 0,6,𝜀2 = 0,4, T1=1000K et
T2=5000K.

Exercice 22: Même questions que l’exercice précédent, Déterminer :


1- Les facteurs de formes 𝐹1−2 et 𝐹2−1
2- Le flux net échangé par rayonnement si 𝜀1 = 0,4,𝜀2 = 0,6, T1=1000K et
T4=5000K.

166
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Chapitre VI : Echangeurs de chaleur

VI.1- Introduction
Dans les procédés industriels, l’échangeur de chaleur est un élément essentiel
de toute politique de maître de l’énergie. Une grande part de l’énergie
thermique utilisée dans les procédés industriels transite au moins une fois
par un échangeur de chaleur, aussi bien dans les procédés eux-mêmes que
dans leurs systèmes de récupération de l’énergie thermique.
Le choix d'un échangeur de chaleur pour une application donnée dépend de
nombreux paramètres : Les propriétés physiques des fluides, leurs
agressivités, les températures ainsi que les pressions de service. Les
contraintes d'encombrement et de maintenance doivent aussi être prises en
compte, ainsi que les considérations économiques.

VI.2- Définition
Un échangeur de chaleur est un appareil destiné à réchauffer ou à refroidir
un fluide au moyen d'un autre fluide circulant à une température différente.
Cet échange de chaleur se traduit par le passage d'un flux de chaleur du fluide
chaud vers le fluide froid. L’échangeur le plus simple comprend un récipient
ou une canalisation dans lequel les deux fluides sont directement mélangés et
atteignent la même température finale.
La transmission de chaleur dans ces équipements est réalisée par (voir figure
VI.1) :

Figure VI.1 : Résistances aux transferts thermiques

167
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Convection entre le fluide chaud et la paroi séparatrice ;


Conduction dans la paroi ;
Convection entre la paroi et le fluide froid.

VI.3- Coefficient d’échange thermique global


On considère un échangeur de chaleur constitué de deux conduites coaxiales
(figure VI.2) dans lesquelles s’écoulent deux fluides. Le flux de chaleur
échangé entre ces deux fluides est donné par :
̅̅̅̅
𝑞 = 𝑈𝐴∆𝑇 (VI. 1)

(𝑇𝑖 − 𝑇𝑒 )
𝑞= 𝑟 (VI. 2)
𝑙𝑛 ( 𝑟𝑒 )
1 𝑖 1
+ +
𝐴 𝑖 ℎ𝑖 2𝜋𝑘𝑙 𝐴 𝑒 ℎ𝑒
U : Coefficient global de transfert thermique.
A : surface totale d’échange
r : le rayon de la conduite
Les indices (i) et (e) désignent respectivement intérieur et extérieur.
Tce

Tfe
Tfs

Tcs
Figure VI.2 : Echange de chaleur entre deux conduites

Dans les tubes, les surfaces interne et externe sont différentes, ce qui donne
deux valeurs du coefficient de transfert global reliées par l’expression
suivante :
𝑈𝑖 𝐴𝑖 = 𝑈𝑒 𝐴𝑒 (VI. 3)
Le coefficient d’échange de chaleur global est basé sur l’utilisation de la
surface externe ou interne de la conduite selon le choix de l’utilisateur.
Si la surface interne est utilisée :
1
𝑈𝑖 = 𝑟 (VI. 4. 𝑎)
𝑙𝑛 ( 𝑟𝑒 )
1 𝑖 𝐴
+ 𝐴𝑖 + 𝑖
ℎ𝑖 2𝜋𝑘𝑙 𝐴 𝑒 ℎ𝑒

168
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Si la surface externe est utilisée :


1
𝑈𝑒 = 𝑟 (VI. 4. 𝑏)
𝑙𝑛 ( 𝑒 )
𝐴𝑒 𝑟𝑖 1
+ 𝐴𝑒 +
𝐴 𝑖 ℎ𝑖 2𝜋𝑘𝑙 ℎ𝑒
Dans le cas où l’épaisseur est petite et la conductivité thermique du tube est
élevée, la résistance à la conduction est négligeable. L’équation (VI.4) devient :
1
𝑈= (VI. 5)
1 1
+ +
ℎ𝑖 ℎ𝑒

Exercice V.1 : Calculer le coefficient de transfert de chaleur global basé sur


la surface extérieure d’un tube en acier (k=54w/mK) de 25mm de diamètre
interne et 35cm de diamètre externe. Les coefficients de transfert thermique
interne et externe sont respectivement 1200w/m²K et 2000w/m²K.
Solution
1- Le coefficient de transfert de chaleur global basé sur la surface
extérieure s’écrit :
1
𝑈𝑒 =
𝑑𝑒 𝑑𝑒 𝑑𝑒 1
𝑑𝑖 ℎ𝑖 + 2𝑘 𝑙𝑛 ( 𝑑𝑖 ) + ℎ𝑒
1
𝑈𝑒 = = 563𝑤/𝑚²𝐾
0,035 0,035 0,035 1
0,025.1200 + 2.54 𝑙𝑛 (0,025) + 2000

VI.3.1- Résistances d’encrassement


Après quelque mois de fonctionnement, on ajoute une résistance thermique
due à l’encrassement des surfaces d’échanges, notée (Ren). La résistance
thermique totale devient :
𝑟𝑒
1 1 1 𝑅𝑒𝑛−𝑖 𝑙𝑛 ( 𝑟𝑖 ) 𝑅𝑒𝑛−𝑒 1
= = + + + + (VI. 6)
𝑈𝑖 𝐴𝑖 𝑈𝑒 𝐴𝑒 𝐴𝑖 ℎ𝑖 𝐴𝑖 2𝜋𝑘𝑙 𝐴𝑒 𝐴𝑒 ℎ𝑒
L’unité de la résistance d’encrassement est Km²/w. Les valeurs des
résistances d’encrassement sont illustrées dans le tableau (VI.1).
Dans la pratique, la résistance d’encrassement peut être calculée par
l’expression suivante :

169
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

1 1
𝑅𝑒𝑛 = − (VI. 7)
𝑈𝑠 𝑈𝑝

Où : 𝑈𝑠 et 𝑈𝑝 sont les coefficients de transfert globaux respectivement sale et


propre.

Tableau VI.1 : Quelques valeurs des résistances d’encrassements


Type du fluide Résistance d’encrassement (Km²/w)
Eau de mer 50°C 0,0000877
Eau de mer >50°C 0,0001754
Eau traitée pour chaudière 0,0001754
Gasoil 0,000877
Huile de trempe 0,0007051
Vapeur d’alcool 0,0000877
Huile industrielle 0,0003525

Exercice VI.2 : Dans un condenseur, la vapeur s’écoule à l’extérieur des tubes


de 59mm de rayon externe et 54mm de rayon interne. L’eau de mer circule à
l’intérieur des tubes. Les températures des deux fluides sont inférieures à
50°C. Sachant que la conductivité du tube est de 60w/mK, les coefficients de
transfert par convection est de 12000w/m²K côté de la vapeur et de 650w/m²K
côté de l’eau de mer, déterminer :
1- Les coefficients globaux de transfert de chaleur rapporté aux surfaces
interne et externe.
2- Le coefficient global de transfert dans les cas suivants, on :
Néglige la résistance de la conduction.
Néglige la résistance de la conduction et les résistances
d’encrassements.
Considère uniquement la résistance côté de l’eau de mer.
Solution
D’après le tableau (VI.1), les résistances d’encrassement interne et externe
sont : 𝑅𝑒𝑛−𝑖 = 𝑅𝑒𝑛−𝑒 = 0,0000877𝑤𝑚²/𝐾

1- Le coefficient global de transfert rapporté à la surface externe du tube


s’écrit d’après l’équation (VI.7) :

170
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝑟
1 𝑟𝑒 𝑟𝑒 𝑅𝑒𝑛−𝑖 𝑙𝑛 ( 𝑟𝑒 ) 1
𝑖
= + + 𝑟𝑒 + 𝑅𝑒𝑛−𝑒 +
𝑈𝑒 𝑟𝑖 ℎ𝑖 𝑟𝑖 𝑘 ℎ𝑒
1 0,059 0,059 0,059 59 1
= + . 0,0000877 + 𝑙𝑛 ( ) + 0,0000877 +
𝑈𝑒 0,054.650 0,054 60 54 12000

1
= 1,681. 10−3 + 9,582. 10−5 + 8,708. 10−5 + 8,77. 10−5 + 8,333. 10−5
𝑈𝑒
𝑈𝑒 = 491,44𝑤/𝑚²𝐾

D’après l’équation (VI.3), on obtient :


𝑟𝑒 0,059 𝑤
𝑈𝑖 = 𝑈𝑒 = . 491,44 = 536,94 2
𝑟𝑖 0,054 𝑚 𝐾
2- Le coefficient de transfert global Ue
La résistance de la conduction est négligée :
𝑈𝑒1 = 513,40𝑤/𝑚²𝐾

Les résistances d’encrassements et la résistance de la conduction


sont négligeables :
𝑈𝑒2 = 566,8𝑤/𝑚²𝑘

On tient compte uniquement de la résistance côté de l’eau de


mer :
𝑈𝑒3 = 594,88𝑤/𝑚²𝑘

VI.4- Type des échangeurs de chaleur


On distingue plusieurs types des échangeurs thermiques selon que leurs
fonctionnements avec ou sans changement de phases ou encore selon l’état
des deux fluides : diphasiques (liquide- gaz) ou monophasiques (liquide-
liquide, gaz-gaz).
VI.4.1- Echangeurs Tubulaires
On distingue trois types d’échangeurs tubulaires suivant le nombre de tubes
et leurs arrangements.
Echangeur monotube dans lequel le tube est placé à l’intérieur d’un
réservoir et a généralement la forme d’un serpentin (figure VI.3).

171
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure VI.3 : Echangeur monotube serpentin

Echangeur coaxial dans ce cas les tubes sont cintrés. L’écoulement des
fluides peuvent être co-courant ou contre-courant ; en général, le fluide
chaud circule dans le tube intérieur (figure VI.4) ;

Fluide A Fluide A

Fluide B Fluide B

(a) (b)
Figure VI.4 : Echangeur coaxial (a) co-courant, (b) contre courant

Echangeur multitubulaires existe sous quatre formes : échangeur à


tubes séparés, à tubes rapprochés, à tubes ailettes et à tubes et
calandre (figure VI.5).

(a) Fluide (b) (c)


Côté tubes

(d)

Fluide
Côté calandre
Figure VI.5 : Echangeur multitubulaires (a) tubes séparés, (b) tubes
rapprochés, (c) tubes ailettes (d) tubes et calandre

172
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

VI.4.2- Echangeurs à plaques


L’échangeur à plaques contient plusieurs types :
Echangeur à plaques et joints est composé d’un empilement de plaques
métalliques séparées par les joints et serrées les unes contre les autres
par les tirants (figure VI.6). Le fluide chaud circule dans les canaux
impairs et l’autre fluide dans les canaux pairs. Le type de circulation
doit être de préférence à contre courant.

Figure VI.6 : Echangeur à plaques et joints

Echangeur spirale est un échangeur à plaques soudées, constitué de


deux tôles enroulées parallèlement. D’une part, l’un des fluides circule
de la périphérie vers le centre de l’appareil et du centre vers la
périphérie (sortie). D’autre part, le fluide chaud circule directement et
perpendiculairement à travers l’échangeur (figure VI.7).

Figure VI.7 : Echangeur spirale

Echangeur à lamellaires est un échangeur à plaques soudées. Les


plaques sont formées par des tôles embouties et soudées deux par deux,
formant des lamelles à l’intérieur desquelles circule l’un des fluides. Le
tout est inséré dans une calandre dans laquelle circule le deuxième
fluide (figure VI.8).

173
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure VI.8 : Echangeur à lamellaires

Batterie à ailettes, l’échangeur à ailettes continues est appelé batterie à


ailettes, est utilisée dans le cas d’un échangeur liquide- gaz, tels que :
radiateur de voiture, condenseur d’un climatiseur (figure VI.9).

Figure VI.9 : Batterie à ailettes

VI.5- Classification des échangeurs de chaleur


La classification des échangeurs peut obéir au procédé de transfert, à
l’écoulement des fluides, le degré de compacité, mais surtout le type de
conception technologique.

VI.5.1- Procédé de transfert


Les fluides mis en jeu dans l’échangeur peuvent entrer en contact direct (tours
de refroidissement des centrales nucléaires). En revanche, si les fluides sont
séparés par une paroi (radiateur) l’échangeur sera dit à contact indirect.

174
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

VI.5.2- Ecoulement des fluides


Selon le sens d’écoulement des fluides, on distingue trois types d’échangeurs
de chaleur : échangeur à co-courant, à contre courant et à courant croisés.

(a)

(c)

(b)

Figure VI.10 : Classification des échangeurs selon l’écoulement des fluides


(a) Co-courant, (b) contre courant, (c) courant croisés
VI.5.3- Degré de compacité
Les échangeurs compacts sont construits pour présenter une grande surface
d’échange dans un volume réduit (supérieur à 700m²/m3).

VI.5.3- Conception technologique


C’est la classification la plus répandue. Les principaux types rencontrés sont :
A tubes : monotubes, coaxiaux, ou multitubulaires ;
A plaques : à surface primaire ou à surface secondaire ;
Autres types : contact direct, à caloducs ou à lit fluidisé.
Vu leur importance industrielle, il existe une diversité de types d’échangeurs
de chaleur qui ont de nombreuses applications dans divers domaines.

VI.6- Problèmes de fonctionnement d’un échangeur


Lors de l’exploitation des échangeurs de chaleur, les industries sont le plus
souvent confrontés aux phénomènes liés à l’encrassement, la corrosion et les
vibrations (tenue mécanique des appareils).
L’encrassement englobe tout processus d’accumulation de particules solides
contenues dans un fluide en circulation, soit par dépôt de tartre, soit par
apparition de micro-organismes d’origine biologique. Selon le mécanisme de
dépôt, on distingue :

175
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Encrassement particulaire ;
Corrosion ;
Entartrage ;
Encrassement biologique ;
Encrassement par réaction chimique
Encrassement par solidification.

VI.7- Evaluation des performances thermiques d’un échangeur


Le but de l’évaluation des performances d’un échangeur de chaleur est de
chercher à atteindre la puissance d’échange nécessaire avec la plus faible
surface d’échange possible en tenant compte des pertes de charges.
Habituellement, deux méthodes sont utilisées dans l’analyse des
performances des échangeurs de chaleur à savoir : la méthode de différences
de températures logarithmique moyenne (DTLM) et la méthode efficacité-
nombre d’unités de transfert (E-NUT).

Les températures des fluides dans un échangeur de chaleur varient lorsque la


chaleur s’écoule du fluide chaud vers le fluide froid. La figure VI.12 indique
les variations des températures des fluides qui peuvent se produire dans un
simple échangeur de chaleur.

Figure VI.11 : Evolution des températures des deux fluides dans un


échangeur de chaleur

176
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

VI.7.1-Méthode de DTLM
VI.7.1.1- Echangeur co-courant
Considérons un échangeur de chaleur élémentaire constitué par deux tubes
coaxiaux (figure VI.12), dans lequel les deux fluides circulent dans le même
sens ( co- courant).
Afin de simplifier les calculs, certaines hypothèses sont généralement
admises :
Le régime est permanent ;
Les propriétés thermo-physiques des fluides caloporteurs sont
constantes ;
Le coefficient d’échange global (U) est constant tout le long de surface
d’échange ;
L’échangeur est adiabatique.

Figure VI.12 : Variation de température dans


un échangeur à co-courant

Le flux de chaleur échangé entre les deux fluides à travers l’élément de surface
dA s’écrit :
𝑑𝑞 = 𝑈. 𝑑𝐴(𝑇𝐶 − 𝑇𝑓 ) (VI. 8)
Tc et Tf représentent respectivement les températures du fluide chaud et du
fluide froid.
A travers la surface élémentaire dA, le bilan thermique :

𝑑𝑞 = −𝑚̇ 𝑐 𝐶𝑝𝑐 . 𝑑𝑇𝑐 = 𝑚̇𝑓 𝐶𝑝𝑓 . 𝑑𝑇𝑓 (VI. 9)

177
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

𝑚𝑐 𝑒𝑡 𝑚𝑓 ∶ Les débits massiques respectivement du fluide chaud et du fluide


froid (Kg/s).
𝐶𝑝𝑐 𝑒𝑡 𝐶𝑝𝑓 les chaleurs massiques à pression constante du fluide chaud et du
fluide froid (J/kg°C).
De la relation (VI.9), on déduit :
𝑑𝑞
𝑑𝑇𝑐 = − (VI. 10)
𝑚̇ 𝐶 𝐶𝑝𝑐
𝑑𝑞
𝑑𝑇𝑓 = (VI. 11)
𝑚𝑓̇ 𝐶𝑝𝑓
Or on peut écrire que : 𝑑(𝑇𝑐 − 𝑇𝑓 ) = 𝑑𝑇𝑐 − 𝑑𝑇𝑓 , alors, les relations (VI.10) et
(VI.11) donnent :
1 1
𝑑(𝑇𝑐 − 𝑇𝑓 ) = −𝑑𝑞 ( + ) (VI. 12)
𝑚̇ 𝑐 𝐶𝑝𝑐 𝑚̇𝑓 𝐶𝑝𝑓
On remplace dq par son expression, il vient :
𝑑(𝑇𝑐 − 𝑇𝑓 ) 1 1
= −𝑈𝑑𝐴 ( + ) (VI. 13)
(𝑇𝑐 − 𝑇𝑓 ) 𝑚̇ 𝑐 𝐶𝑝𝑐 𝑚̇𝑓 𝐶𝑝𝑓

L’équation (VI.13) peut être intégrée sur la surface d’échange en introduisant


les températures limites (entrées Tc=Tce et Tf=Tfe, sorties Tc=Tcs et Tf=Tfs) :

𝑇𝑐𝑠 − 𝑇𝑓𝑠 1 1
𝑙𝑛 ( ) = −𝑈𝐴 ( + ) (VI. 14)
𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑒 𝑚̇ 𝑐 𝐶𝑝𝑐 𝑚̇𝑓 𝐶𝑝𝑓
On pose : 𝐶𝑐 = 𝑚̇ 𝐶 𝐶𝑝𝑐 et 𝐶𝑓 = 𝑚̇𝑓 𝐶𝑝𝑓 , le flux s’exprime par :
𝑞 = −𝐶𝑐 (𝑇𝑐𝑠 − 𝑇𝑐𝑒 ) = 𝐶𝑓 (𝑇𝑓𝑠 − 𝑇𝑓𝑒 ) (VI. 15)
D’où :
𝑞 𝑞
𝐶𝑐 = , 𝐶𝑓 = (VI. 16)
(𝑇𝑐𝑠 − 𝑇𝑐𝑒 ) (𝑇𝑓𝑠 − 𝑇𝑓𝑒 )
En remplaçant dans l’équation (VI.14), on obtient :
(𝑇𝑐𝑠 − 𝑇𝑓𝑠 ) − (𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑒 )
𝑞 = 𝑈𝐴 (VI. 17)
𝑇𝑐𝑠 − 𝑇𝑓𝑠
𝑙𝑛 (𝑇 − 𝑇 )
𝑐𝑒 𝑓𝑒

Posons maintenant ∆𝑇𝑠 = (𝑇𝑐𝑠 − 𝑇𝑓𝑠 ) et ∆𝑇𝑒 = (𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑒 ), il vient :


∆𝑇𝑠 − ∆𝑇𝑒
𝑞 = 𝑈𝐴 (VI. 18)
∆𝑇
𝑙𝑛 (∆𝑇𝑠 )
𝑒

Par identification avec l’équation (VI.1), on déduit :

178
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

∆𝑇𝑠 − ∆𝑇𝑒
̅̅̅̅
∆𝑇 = (VI. 19)
∆𝑇
𝑙𝑛 (∆𝑇𝑠 )
𝑒

̅̅̅̅̅
∆𝑇 : représente la différence de température logarithmique moyenne (DTLM).

Exercice VI.3 : Un échangeur de chaleur à courant parallèle est utilisé pour


refroidir un débit de 10kg/s de l’huile de 60°C à 30°C par une eau à 20°C. La
température de sortie de l’eau est 26°C. La capacité calorifique de l’huile est
220J/kgK et le coefficient global de transfert est 300w/m²K. Déterminer la
surface nécessaire.
Solution
1- La variation de la température pour un écoulement à co-courant :

Te
Ts

Entrée Sortie

D’après l’équation du bilan thermique :


𝑞 = 𝑚̇𝐶 𝐶𝑝𝑐 (𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑐𝑠 ) = 10.2200. (60 − 30) = 660𝑘𝑤
𝑞 = 𝑈𝐴𝐷𝑇𝐿𝑀
∆𝑇𝑒 − ∆𝑇𝑠 40 − 4
𝐷𝑇𝐿𝑀 = = = 15,63°𝐶
∆𝑇 40
𝑙𝑛 ( 𝑒 ) 𝑙𝑛 ( )
∆𝑇𝑠 4
𝑞 660. 103
𝐴= = = 140,71𝑚²
𝑈 𝐷𝑇𝐿𝑀 300.15,63
VI.7.1.2- Echangeur à contre courant
Dans ce type d’échangeur, les deux fluides circulent dans le sens contraire,
l’entrée de l’un des fluides étant à l’opposé de l’autre (figure VI.13).
En conservant les mêmes hypothèses que lors de l’étude de l’échangeur co-
courant et notons cette fois que dTf <0 (sens opposé de l’écoulement).
On peut écrire :
𝑑𝑞 = −𝑚̇ 𝑐 𝐶𝑝𝑐 . 𝑑𝑇𝑐 = −𝑚̇ 𝑓 𝐶𝑝𝑓 . 𝑑𝑇𝑓

179
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Tce

Tfs
Tcs
Tfe

Tfe
Tce Tcs

Tfs

Figure VI.13 : Variation de température dans


un échangeur à contre courant

Une démarche similaire à celle adoptée dans le cas du co-courant conduit


alors à l’expression :
𝑑(𝑇𝑐 − 𝑇𝑓 ) 1 1
= −𝑈𝑑𝐴 ( − )
(𝑇𝑐 − 𝑇𝑓 ) 𝑚̇ 𝑐 𝐶𝑝𝑐 𝑚̇𝑓 𝐶𝑝𝑓
Après intégration entre les bornes, on obtient :
𝑇𝑐𝑠 − 𝑇𝑓𝑒 1 1 𝑈
𝑙𝑛 ( ) = −𝑈𝐴 ( − ) = − [(𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑐𝑠 ) − (𝑇𝑓𝑠 − 𝑇𝑓𝑒 )]
𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑠 𝑚̇ 𝑐 𝐶𝑝𝑐 𝑚̇𝑓 𝐶𝑝𝑓 𝑞
L’expression du flux de chaleur devient :
(𝑇𝑐𝑠 − 𝑇𝑓𝑒 ) − (𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑠 )
𝑞 = 𝑈𝐴 (VI. 20)
𝑇𝑐𝑠 − 𝑇𝑓𝑒
𝑙𝑛 (𝑇 − 𝑇 )
𝑐𝑒 𝑓𝑠

Avec :
(𝑇𝑐𝑠 − 𝑇𝑓𝑒 ) − (𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑠 )
𝐷𝑇𝐿𝑀 = (VI. 21)
𝑇𝑐𝑠 − 𝑇𝑓𝑒
𝑙𝑛 (𝑇 − 𝑇 )
𝑐𝑒 𝑓𝑠

Exercice VI.4 : En utilisant les données de l’exercice VI.3. Déterminer la


surface nécessaire et le débit de l’eau dans le cas où l’écoulement des deux
fluides est à contre courant.
T1
Solution
34 − 10 T2
𝐷𝑇𝐿𝑀 = = 19,61°𝐶
34
𝑙𝑛 ( )
10
660. 103
𝐴= = 112,18𝑚² Sortie
300.19,61 Entrée

180
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Le débit de l’eau est donné par :


𝑞 660.103
𝑚𝑒𝑎𝑢
̇ = = = 26,32𝑘𝑔/𝑠
𝐶𝑝 . (𝑇𝑓𝑠 − 𝑇𝑓𝑒) 4180. (26 − 20)
VI.7.1.3- Echangeurs de chaleur complexes
Pour les échangeurs plus complexes, on doit multiplier DTLM par un facteur
correcteur F appelé facteur de correction afin de tenir en compte de la nouvelle
configuration. Ce facteur dépend de la géométrie de l’échangeur et des
températures d’entrées et de sorties des fluides.
Le flux de chaleur s’écrit :
𝑞 = 𝑈𝐴𝐹𝐷𝑇𝐿𝑀 (VI. 22)
Où :
DTLM est obtenue pour un écoulement à contre courant pour les mêmes
températures d’entrées et de sorties (équation V.21).
F est calculé à partir des figures (VI.14- VI.18), en calculant deux paramètres
à R (rapport des capacités) et P (rendement thermique) :
𝑇1 − 𝑇2
𝑅= (VI. 23)
𝑡2 − 𝑡1
𝑡2 − 𝑡1
𝑃= (VI. 24)
𝑇1 − 𝑡1
F

Figure VI.14 : Facteur de correction pour un échangeur 1pass côté


calandre et 2n passes côté tube

181
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure VI.15 : Facteur de correction pour un échangeur 1pass


côté calandre et 4n passes côté tube
F

Figure VI.16 : Facteur de correction pour un échangeur à


courant croisé, fluides mélangés

182
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure VI.17 : Facteur de correction pour un échangeur à


courant croisé, un seul fluide mélangé
F

Figure VI.18 : Facteur de correction pour un échangeur à


courant croisé, fluides non mélangés

183
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice VI.5 : Un échangeur de chaleur de type tube calandre (2-4) est


utilisé pour chauffer le glycérine de 20°C à 50°C par de l’eau chaud (voir figure
ci-dessous). La longueur et le diamètre de tube dans l’échangeur sont 60m et
2cm respectivement. Les coefficients de transfert par convection côté calandre
et côté tube sont respectivement 25w/m²K et 160w/m²K.
1- Déterminer le flux de chaleur échangé si on considère que les diamètres
intérieur et extérieur sont égaux.
Glycérine

Eau

Solution
1- Le flux de chaleur s’écrit :
𝑞 = 𝑈. 𝐴. 𝐹. 𝐷𝑇𝐿𝑀
Puisque l’épaisseur est faible (di =de), la surface d’échange est
𝐴 = 𝜋𝑑𝐿 = 𝜋 ∗ 0,02 ∗ 60 = 3,77𝑚²
Le coefficient global U
1
𝑈=
1/ℎ𝑖 + 1/ℎ𝑒
1
𝑈= = 21,62𝑤/𝑚²𝐾
(1/160) + (1/25)
DTLM
∆𝑇1 − ∆𝑇2 (80 − 50) − (40 − 20)
𝐷𝑇𝐿𝑀 = = = 24,7°𝐶
∆𝑇 80 − 50
𝑙𝑛 (∆𝑇1 ) 𝑙𝑛 (40 − 20)
2

Facteur de Forme
𝑇1 − 𝑇2 20 − 50
𝑅= = = 0,75
𝑡2 − 𝑡1 40 − 80
𝑡2 − 𝑡1 40 − 80
𝑅= = = 0,67
𝑇1 − 𝑡1 20 − 80
𝐹 = 0,89
Donc :
𝑞 = 21,62 ∗ 3,77 ∗ 0,89 ∗ 24,7 = 1791,78𝑤

184
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

VI.7.4-Méthode NUT
La méthode DTLM est intéressante lorsque les températures d’entrées et de
sorties sont connues ou aisément déterminables. Dans la pratique du
dimensionnement des échangeurs, on connaît seulement les températures
d’entrées et les débits massiques des fluides chaud et froid qui permettent de
calculer le coefficient d’échange global (U). Une procédure itérative peut être
imaginée dans laquelle les températures de sortie sont estimées ce qui permet
de calculer la valeur de DTLM et le flux de chaleur total échangé. Cette
procédure est longue et peut être remplacée par une méthode directe qui fait
appel à deux notions : l’efficacité de l’échangeur E et le nombre d’unités de
transfert (NUT).
L’efficacité d’un échangeur de chaleur est définie comme étant le rapport entre
la quantité de chaleur effectivement transférée à la quantité maximale de
chaleur qui aurait pu être transférée :
𝑞
𝐸= (VI. 25)
𝑞𝑚𝑎𝑥
La quantité de chaleur transférée est représentée par le flux de chaleur (q)
gagné par le fluide froid et perdu par le fluide chaud.
Le flux de chaleur maximal est imposé par le fluide possédant la valeur du
taux de capacité (𝑚̇𝐶𝑝 ) minimale et est obtenu dans la configuration à contre
courant avec une différence de températures d’entrée des fluides chaud et
froid. Il s’écrit :
𝑞𝑚𝑎𝑥 = 𝐶𝑚𝑖𝑛 (𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑒 ) (VI. 26)

Fluide possédant le terme (𝑚̇𝐶𝑝 )𝑚𝑖𝑛 peut être le fluide chaud ou le fluide froid.

L’efficacité de l’échangeur s’écrit :


Pour le fluide chaud
𝐶𝑐 (𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑐𝑠 )
𝐸= (VI. 27)
𝐶𝑚𝑖𝑛 (𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑒 )
Pour le fluide froid :
𝐶𝑓 (𝑇𝑓𝑠 − 𝑇𝑓𝑒 )
𝐸= (VI. 28)
𝐶𝑚𝑖𝑛 (𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑒 )

185
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

VI.7.4.1- Efficacité d’un échangeur de chaleur à co-courant


On peut écrire l’équation (VI.14), pour un échangeur de chaleur à co-
courant comme suit :
𝑇𝑐𝑠 − 𝑇𝑓𝑠 1 1
( ) = 𝑒𝑥𝑝 [−𝑈𝐴 ( + )]
𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑒 𝐶𝑐 𝐶𝑓
Après un réarrangement, on trouve :
𝑇𝑐𝑠 − 𝑇𝑓𝑠 𝑈𝐴 𝐶𝑓
( ) = 𝑒𝑥𝑝 [− (1 + )] (VI. 29)
𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑒 𝐶𝑓 𝐶𝑐
Les équations VI.27 et VI.28 permettent d’exprimer les températures de sorties
des deux fluides et en éliminant ces quantités de l’équation précédente :
𝐶𝑚𝑖𝑛 𝐶
{𝑇𝑐𝑒 − 𝐸 (𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑒 )} − {𝑇𝑓𝑒 + 𝐸 𝑚𝑖𝑛 (𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑒 )}
𝐶𝑐 𝐶𝑓 𝑈𝐴 𝐶𝑓
= 𝑒𝑥𝑝 [− (1 + )]
(𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑒 ) 𝐶𝑓 𝐶𝑐
L’équation précédente est simplifiée comme suit :
𝐶𝑚𝑖𝑛 𝐶𝑓 𝑈𝐴 𝐶𝑓
𝐸 (1 + ) = 1 − 𝑒𝑥𝑝 [− (1 + )]
𝐶𝑐 𝐶𝑐 𝐶𝑓 𝐶𝑐
L’efficacité d’un échangeur de chaleur est exprimée par :
𝑈𝐴 𝐶𝑓
1 − 𝑒𝑥𝑝 [− 𝐶 (1 + 𝐶 )]
𝑓 𝑐
𝐸=
𝐶𝑚𝑖𝑛 𝐶𝑓
(1 + )
𝐶𝑐 𝐶𝑐
Le terme de capacité calorifique minimale (𝐶𝑚𝑖𝑛 ) affectée au fluide froid ou bien
au fluide chaud donne la même expression suivante :
𝑈𝐴 𝐶
1 − 𝑒𝑥𝑝 [− 𝐶 (1 + 𝐶𝑚𝑖𝑛 )]
𝑚𝑖𝑛 𝑚𝑎𝑥
𝐸= (VI. 30)
𝐶
1 + 𝐶𝑚𝑖𝑛
𝑚𝑎𝑥

On introduit le nombre d’unités de transfert (NUT) et le rapport des capacités


𝐶
calorifiques(𝐶 = 𝐶 𝑚𝑖𝑛 ), l’expression de l’efficacité devient :
𝑚𝑎𝑥

1 − 𝑒𝑥𝑝[−𝑁𝑈𝑇(1 + 𝐶 )]
𝐸= (VI. 31)
(1 + 𝐶 )
𝑈𝐴
𝑁𝑈𝑇 = ( ) (𝐼𝑉. 32)
𝐶𝑚𝑖𝑛
Exercice VI.6 : Une huile chaude est refroidie par l’eau dans un échangeur
(1-8) ; une passe côté calandre et 8 passes côté tube (voir figure ci-dessous).
La longueur et le diamètre de chaque tube sont 5m et 1,4cm respectivement.

186
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

1- Déterminer le flux thermique échangé dans l’appareil et les


températures de sorties des deux fluides.
On donne : les capacités calorifiques de l’huile et de l’eau sont respectivement
2,13 kJ/kg°C et 4,18kJ/kg°C. U=310w/m²K
La relation E-NUT d’un échangeur 1-8 :

−1
1+𝑒𝑥𝑝[−𝑁𝑈𝑇√(1+𝐶²)] 𝐶𝑚𝑖𝑛
𝐸 = 2 {1 + 𝐶 + √1 + 𝐶² } , 𝐶𝑟 = ( )
1−𝐶𝑒𝑥𝑝[−𝑁𝑈𝑇√(1+𝐶²)] 𝐶𝑚𝑎𝑥

Huile

20°C
Eau
Solution
Calcul :Cmin
𝑘𝑤
𝐶𝐻 = 𝑚𝐻
̇ 𝐶𝑝𝐻 = 0,3 ∗ 2,13 = 0,639
𝐾
𝐶𝐸 = 𝑚̇𝐸 𝐶𝑝𝐸 = 0,2 ∗ 4,18 = 0,836 𝑘𝑤/𝐾
𝐶𝑚𝑖𝑛 = 𝐶𝐻 = 0,639𝑘𝑤/𝐾
𝐶𝑚𝑖𝑛 0,639
𝐶𝑟 = = = 0,764
𝐶𝑚𝑎𝑥 0,836
La quantité de chaleur maximale :
𝑞𝑚𝑎𝑥 = 𝐶𝑚𝑖𝑛 (𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑒 ) = 0,639 ∗ (150 − 20)) = 83,07𝑤
La surface d’échange est donnée par :
𝐴 = 𝑛𝜋𝑑𝐿 = 8 ∗ 𝜋 ∗ 0,014 ∗ 5 = 1,76𝑚²
Le nombre d’unités de transfert
𝑈. 𝐴 310 ∗ 1,76
𝑁𝑈𝑇 = ( )= = 0,853
𝐶𝑚𝑖𝑛 0,639. 103
L’efficacité est obtenue à partir de l’expression analytique

−1
1 + exp(−𝑁𝑈𝑇(1 + 𝐶𝑟2 )0,5 )
𝐸 = 2 ⌈1 + 𝐶𝑟 + (1 + 𝐶𝑟2 )0,5 . ⌉
1 − 𝑒𝑥𝑝(−𝑁𝑈𝑇(1 + 𝐶𝑟2 )0,5 )

187
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

−1
1 + exp(−0,853(1 + 0,764²)0,5 )
𝐸 = 2 ⌈1 + 0,764 + (1 + 0,764² )0,5 . ⌉ = 0,46
1 − 𝑒𝑥𝑝(−0,853(1 + 0,764²)0,5 )
𝑞 = 𝐸𝑞𝑚𝑎𝑥 = 0,46 ∗ 83,07 = 38,21𝑤
Les températures de sorties d’huile et de l’eau sont :
𝑞 38,21
𝑇𝐸𝑠 = 𝑇𝐸𝑒 + = 20 + = 65,71°𝐶
𝐶𝐸 0,836
𝑞 38,21
𝑇𝐻𝑠 = 𝑇𝐻𝑒 − = 150 − = 90,20°𝐶
𝐶𝐻 0,639
VI.7.4.2- Efficacité d’un échangeur de chaleur à contre courant
Un calcul analogue peut être fait pour la configuration à contre courant.
D’après l’expression suivante :
𝑇𝑐𝑠 − 𝑇𝑓𝑒 1 1
𝑙𝑛 ( ) = −𝑈𝐴 ( − )
𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑠 𝐶𝑐 𝐶𝑓
On introduit l’exponentiel, il vient :
𝑇𝑐𝑠 − 𝑇𝑓𝑒 1 1
( ) = 𝑒𝑥𝑝 [−𝑈𝐴 ( − )]
𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑠 𝐶𝑐 𝐶𝑓
En substituant les expressions des températures de sorties des deux fluides,
on obtient :
𝐶𝑚𝑖𝑛
(𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑒 ) (1 − 𝐸 (
𝐶𝑐 )) 1 1
= 𝑒𝑥𝑝 [−𝑈𝐴 ( − )]
𝐶 𝐶𝑐 𝐶𝑓
(𝑇𝑐𝑒 − 𝑇𝑓𝑒 ) (1 − 𝐸 ( 𝑚𝑖𝑛 ))
𝐶𝑓
𝐶𝑚𝑖𝑛
1−𝐸( 𝐶 ) 𝑈𝐴 𝐶𝑐
𝑐
= 𝑒𝑥𝑝 [− (1 − )]
𝐶𝑚𝑖𝑛 𝐶𝐶 𝐶𝑓
1−𝐸( 𝐶 )
𝑓

Si on considère que 𝐶𝑚𝑖𝑛 = 𝐶𝑐 ou 𝐶𝑚𝑖𝑛 = 𝐶𝑓 et 𝐶 = 𝐶𝑚𝑖𝑛 /𝐶𝑚𝑎𝑥 , l’expression de


l’efficacité de l’échangeur à contre courant devient :
1 − 𝑒𝑥𝑝[−𝑁𝑈𝑇(1 − 𝐶 )]
𝐸= (VI. 33)
1 − 𝐶𝑒𝑥𝑝[−𝑁𝑈𝑇(1 − 𝐶 )]

Pour d’autres types d’échangeurs de chaleur plus complexes, les relations sont
sous formes analytiques tableau (VI.2) ou sous forme des abaques (figure
IV.19-VI. 25).

188
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Tableau VI.2 : Relation entre l’efficacité et le NUT

Type d’écoulement Relation de l’efficacité


Double tube coaxial
Co-courant 1 − 𝑒𝑥𝑝[−𝑁𝑈𝑇(1 + 𝐶 )]
𝐸=
(1 + 𝐶 )
1 − 𝑒𝑥𝑝[−𝑁𝑈𝑇(1 − 𝐶 )]
Contre courant 𝐸=
1 − 𝐶𝑒𝑥𝑝[−𝑁𝑈𝑇(1 − 𝐶 )]
𝑁𝑈𝑇
Contre courant C=1 𝐸=
𝑁𝑈𝑇 + 1
Tubes et calandre −1
1 + 𝑒𝑥𝑝 [−𝑁𝑈𝑇√(1 + 𝐶²)]
1 passe côté 𝐸 = 2 {1 + 𝐶 + √1 + 𝐶² }
1 − 𝐶𝑒𝑥𝑝 [−𝑁𝑈𝑇√(1 + 𝐶²)]
calandre et 2,4…
passes côté tubes.
−1
1 − 𝐶𝐸1 𝑛 1 − 𝐶𝐸1 𝑛
n passes côté 𝐸𝑛 = {( ) − 1} {( ) − 𝐶}
1 − 𝐸1 1 − 𝐸1
calandre et 2n,
4n,… côté tubes.
Ecoulement croisé 𝑁𝑈𝑇 0,22
𝐸 = 1 − 𝑒𝑥𝑝 { (exp(1 − 𝐶𝑁𝑈𝑇 0,78 ) − 1}
Fluides non 𝐶

mélangés 1
𝐸= {1 − exp(−𝐶[1 − exp(−𝑁𝑈𝑇)]}
𝐶
𝐶𝑚𝑎𝑥 mélangé, 𝐶𝑚𝑖𝑛
1
non mélangé 𝐸 = 1 − 𝑒𝑥𝑝 {− [1 − exp(−𝐶𝑁𝑈𝑇)]}
𝐶
𝐶𝑚𝑖𝑛 mélangé, 𝐶𝑚𝑎𝑥
non mélangé

Tous les échangeurs avec 𝐸 = 1 − 𝑒𝑥𝑝(−𝑁𝑈𝑇)


𝐶=0

189
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure VI.19 : Efficacité d’un échangeur de chaleur co-courant

Figure VI.20 : Efficacité d’un échangeur de chaleur contre courant

190
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure VI.21 : Efficacité d’un échangeur tubes et calandre


1passe côté calandre, 2,4,6 … passes côté tubes

Figure VI.22 : Efficacité d’un échangeur tubes et calandre


2passes côté calandre, 4,8,12 … passes côté tubes

191
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure VI.23 : Efficacité d’un échangeur à écoulement croisé


Deux fluides mélangés

Figure VI.24 : Efficacité d’un échangeur à écoulement croisé


Un fluide mélangé l’autre non mélangé

192
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Figure VI.25 : Efficacité d’un échangeur à écoulement croisé


Deux fluides non mélangés

A l’aide des expressions NUT et C étant connues, l’efficacité de l’échangeur de


chaleur peut être déterminée, puis on calcule le flux total échangé ainsi que
les températures de sorties des deux fluides.

Exercices non corrigés


Exercice 1 : Un échangeur de chaleur, lorsqu’il est neuf, transfère 15% de
chaleur en plus qu’après avoir été en service pendant six mois. Déterminer la
résistance d’encrassement si on suppose que la surface d’échange reste
pratiquement constante et qu’il fonctionne sous les mêmes écarts de
températures.

Exercice 2 : L’eau à 25°C s’écoule à une vitesse de 1,5m/s dans un long tube
de condensation en laiton (110w/mK) de 1,34cm de diamètre interne et
1,58cm de diamètre externe. Le coefficient de transfert de condensation à la
surface externe est 1200w/m²K. Déterminer le coefficient de transfert
thermique global basé sur la surface externe du tube.

193
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice 3 : Un échangeur de chaleur à double tubes est constitué d’un tube


interne en acier (k=15,1w/mK) de 1,5cm de diamètre interne et 1,9cm de
diamètre externe. Il est concentrique à un tube de diamètre 3,2cm. Les
coefficients de transfert interne et externe sont respectivement 800w/m²K et
1200w/m²K. La durée de service de l’échangeur génère des résistances
d’encrassements interne et externe sont respectivement 0,0004m²K/w et
0,0001m²K/w. Déterminer :
1- La résistance thermique linéaire de l’échangeur.
2- Le coefficient global de transfert thermique basé sur lasurface externe
du tube.

Exercice 4 : On souhaite refroidir 0,1kg/s d’huile de 100°C à 60°C, pour cela


on utilise 0,2kg/s d’eau à 30°C. On envisage d’utiliser un échangeur de
chaleur composé de deux tubes concentriques à co- courant: le diamètre du
tube interne est 25mm alors que le diamètre externe est 45mm. On néglige la
résistance de la conduction et de l’encrassement.
1- Quelle est la longueur de tubes nécessaire pour refroidir l’huile sachant
qu’elle s’écoule dans l’espace annulaire.
2- Quelle serait cette longueur pour un échangeur à contre courant.
Corrélations : à l’intérieur du tube : 𝑁𝑢 = 0,023𝑅𝑒 0,8 𝑃𝑟 0,33
Dans l’espace annulaire : 𝑁𝑢 = 5,56

Exercice 5 : Un échangeur de chaleur à double tubes concentriques et à


contre courant est utilisé pour refroidir l’huile de lubrifiant destinée à un
moteur d’une turbine à gaz. Le débit d’eau de refroidissement dans le tube
intérieur est de 0,2kg/s tandis que le débit d’huile dans l’anneau extérieur est
de 0,1kg/s. les températures d’entrées de l’eau et d’huile sont 30°C et 100°C
respectivement.
1- Quelle est la longueur du tube si la température de sortie d’huile est
60°C et on néglige la résistance de la conduction.
Données : Huile : Cp=2131J/kgK, = 3,25.10-2(N.s/m²), k=0,138 (w/mK).
Eau : Cp=4178J/kgK, = 725.10-6(N.s/m²), k=0,625 (w/mK), Pr=4,85,
Corrélations :
Régime turbulent : Nu=0,023Re0,8Pr0,33

194
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Régime laminaire (section annulaire) :Nu= 5,63 pour (Di/De =0,56).

Exercice 6
L’eau chaude à 98°C, s’écoule à travers un tube de conductivité 54w/m°C avec
une vitesse 25cm/s, est exposée à l’air ambiant à 20°C. Calculer le coefficient
global de transfert de chaleur rapportée à la surface externe du tube. On
donne
=960(kg/m3), = 2,82.10-4(kg/m.s), k=0,68(w/mK),Pr=1,76.

Exercice 7
On considère un échangeur de chaleur (2-4) (voir figure.1) de coefficient global
d’échange de chaleur U=1117w/m²°C.
1- Déterminer la fraction thermique perdue.
2- La surface d’échange en utilisant les deux méthodes : DTLM et E-NUT.
Eau chaude
92°C
0,00134m3/min

40°C

Eau froide
20°C
0,00105m3/min

67°C

Figure.1 : Echangeur de chaleur (2-4)

Exercice 8: On considère un échangeur de chaleur de type tubes (kacier=


13,4w/mK) et calandre (voir figureci-dessous).Côté fluide, le débit d’eau dans
le tube est 0,33kg/s, la longueur du tube est 9,8m. Le diamètre du tube
externe est 2,54cm, le diamètre interne est 2,29cm. Déterminer :
1- Le coefficient global de transfert de chaleur U.
2- Les coefficients de transfert de chaleur côté fluide chaud et côté fluide
froid.

195
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

Exercice 9 : On utilise un échangeur de chaleur coaxial à contre courant pour


chauffer un débit de 1,2kg/s d’eau de 20°c à 80°C à l’aide d’un débit massique
de 2kg/s d’un liquide à 160°C.
1- Déterminer, par deux méthodes différentes, la longueur nécessaire de
l’échangeur pour atteindre le chauffage souhaité.
Données : U=640w/m²K, d=1,5cm, Cp=4,18kJ/kg.K, Cpliqide=4,314kJ/kgK.

Exercice 10 : La vapeur dans le condenseur d’une centrale électrique doit être


condensée à une température de 30°C avec de l’eau de refroidissement
circulant dans les tubes à 14°C et sort à 22°C. La surface des tubes est 45m²
et le coefficient de transfert global U=2100w/m²K. Déterminer :
1- Le débit massique de l’eau de refroidissement nécessaire.
2- La vitesse de condensation de la vapeur.
La chaleur de vaporisation de l’eau à 30°C est 2431 kJ/kg et la chaleur
spécifique de l’eau est 4148J/kgK.

Exercice 11 : Les gaz d’échappement chauds, qui entrent dans un échangeur


à courant croisé à 300°C et sort à 100°C, sont utilisés pour chauffer de l’eau
sous pression à un débit de 1kg/s de 35°C à 125°C. Le coefficient de transfert
thermique global est 100w/m²K. Déterminer la surface requise en utilisant la
méthode de NUT.

Exercice 12 : Un condenseur est constitué de tubes de diamètre interne


23mm et de diamètre externe 25mm. La vapeur se condense à l’extérieur des
tubes.
Calculer le coefficient global d’échange par rapport à la surface latérale externe
des tubes de l’échangeur propre et de l’échangeur encrassé. On donne : les
coefficients de transfert par convection : côté vapeur he=10000kcal/hm²K,
côté fluide froid (eau) hi=3000kcal/hm²K, la conductivité thermique du métal :
50kcal/hmK, les résistances d’encrassement intérieure et extérieure des
tubes :0,0001 km²/w, coefficient global d’échange propre :2400w/m²K et
coefficient global d’échange encrassé :1680w/m²K.

Exercice 13 : On désire refroidir 2000kg/h de benzène de 70°C à 30°C dans


un échangeur constitué de deux tubes concentrique ; le refroidissement est

196
N.Messikh Initiation aux transferts thermiques

assuré par une circulation de l’eau à l’extérieur des tubes. On utilise


2000kg/h d’eau, la température d’entrée de l’eau dans l’échangeur étant 20°C.
1- Calculer la quantité de chaleur échangée et la température de l’eau à la
sortie de l’échangeur.
Le tube intérieur dans lequel circule le benzène est un tube de 20/27mm. Le
tube extérieur à un diamètre intérieur de 50mm.
2- Calculer les coefficients d’échange par convection forcée entre le
benzène et la surface latérale interne du tube central, et entre la paroi
latérale externe du tube central et l’eau circulant dans l’espace
annulaire. En déduire le coefficient global d’échange propre de
l’échangeur.
3- Déterminer la surface d’échange et la longueur de l’échangeur.
4- A partir de l’estimation de l’encrassement de l’échangeur pour une
durée de fonctionnement souhaitée, déterminer la surface d’échange
réelle nécessaire et la longueur de l’échangeur.

Exercice 14 : Déterminer pour chacun des échangeurs la surface d’échange


nécessaire, pour refroidir en continu 30000kg/h d’une solution de 66°C à
39°C en utilisant 29500kg/h d’eau de refroidissement à une température de
12°C :
1- Echangeur à co-courant ;
2- Echangeur à contre-courant ;
3- Echangeur multi-passes 1-2 : 1 passe côté calandre, 2 passes côté tubes
On donne : Cps=0,9kcal/kgK, Cpe=1kcal/kgK, U=2100kcal/hm²K

197
ANNEXES
ANNEXE-A-
A1:Propriétés thermophysiques de l'eau à pression atmosphérique
Enthalpy Volume
of Specific Thermal Expansion
Saturation Density, r Vapori- Heat, Cp Conductivity, k Dynamic Viscosity, m Prandt! Coefficient, b
Temp., T Pressure, Psat kg/m3 zation, hfg J/kg◊°C W/m◊°C kg/m◊s Number, Pr 1/K
°C kPa Liquid Vapor kJ/kg Liquid Vapor Liquid Vapor Liquid Vapor Liquid Vapor Liquid
0.01 0.6113 999.8 0.0048 2501 4217 1854 0.561 0.0171 1.792 ¥ 10–3 0.922 ¥ 10–5 13.5 1.00 –
0.068 ¥ 10–3
5 0.8721 999.9 0.0068 2490 4205 1857 0.571 0.0173 1.519 ¥ 10–3 0.934 ¥ 10–5 11.2 1.00 0.015 ¥ 10–3
10 1.2276 999.7 0.0094 2478 4194 i862 0.580 0.0176 1.307 ¥ 10–3 0.946 ¥ 10–5 9.45 1.00 0.733 ¥ 10–3
15 1.7051 999.1 0.0128 2466 4186 1863 0.589 0.0179 1.138 ¥ 10–3 0.959 ¥ 10–5 8.09 1.00 0.138 ¥ 10–3
20 2.339 998.0 0.0173 2454 4182 1867 0.598 0.0182 1.002 ¥ 10–3 0.973 ¥ 10–5 7.01 1.00 0.195 ¥ 10–3
25 3.169 997.0 0.0231 2442 4180 1870 0.607 0.0186 0.891 ¥ 10–3 0.987 ¥ 10–5 6.14 1.00 0.47 ¥ 10–3
30 4.246 996.0 0.0304 2431 4178 1875 0.615 0.0189 0.798 ¥ 10–3 1.001 ¥ 10–5 5.42 1.00 0.294 ¥ 10–3
35 5.628 994.0 0.0397 2419 4178 1880 0.623 0.0192 0.720 ¥ 10–3 1.016 ¥ 10–5 4.83 1.00 0.337 ¥ 10–3
40 7.384 992.1 0.0512 2407 4179 1885 0.631 0.0196 0.653 ¥ 10–3 1.031 ¥ 10–5 4.32 1.00 0.377 ¥ 10–3
45 9.593 990.1 0.0655 2395 4180 1892 0.637 0.0200 0.596 ¥ 10–3 1.046 ¥ 10–5 3.91 1.00 0.415 ¥ 10–3
50 12.35 988.1 0.0831 2383 4181 1900 0.644 0.0204 0.547 ¥ 10–3 1.062 ¥ 10–5 3.55 1.00 .0.451 ¥ 10–3
55 15.76 985.2 0.1045 2371 4183 1908 0.649 0.0208 0.504 ¥ 10–3 1.077 ¥ 10 5 3.25 1.00 0.484 ¥ 10–3
60 19.94 983.3 0.1304 2359 4185 1916 0.654 0.0212 0.467 ¥ 10–3 1.093 ¥ 10–5 2.99 1.00 0.517 ¥ 10–3
65 25.03 980.4 0.1614 2346 4187 1926 0.659 0.0216 0.433 ¥ 10–3 1.110 ¥ 10–5 2.75 1.00 0.548 ¥ 10–3
70 31.19 977.5 0.1983 2334 4190 1936 0.663 0.0221 0.404 ¥ 10–3 1.126 ¥ 10–5 2.55 1.00 0.578 ¥ 10–3
75 38.58 974.7 0.2421 2321 4193 1948 0.667 0.0225 0.378 ¥ 10–3 1.142 ¥ 10–5 2.38 1.00 0.607 ¥ 10–3
80 47.39 971.8 0.2935 2309 4197 1962 0.670 0.0230 0.355 ¥ 10–3 1.159 ¥ 10–5 2.22 1.00 0.653 ¥ 10–3
85 57.83 968.1 0.3536 2296 4201 1977 0.673 0.0235 0.333 ¥ 10–3 1.176 ¥ 10–5 2.08 1.00 0.670 ¥ 10–3
90 70.14 965.3 0.4235 2283 4206 1993 0.675 0.0240 0.315 ¥ 10–3 1.193 ¥ 10–5 1.96 1.00 0.702 ¥ 10–3
95 84.55 961.5 0.5045 2270 4212 2010 0.677 0.0246 0.297 ¥ 10–3 1.210 ¥ 10–5 1.85 1.00 0.716 ¥ 10–3
100 101.33 957.9 0.5978 2257 4217 2029 0.679 0.0251 0.282 ¥ 10–3 1.227 ¥ 10–5 1.75 1.00 0.750 ¥ 10–3
110 143.27 950.6 0.8263 2230 4229 2071 0.682 0.0262 0.255 ¥ 10–3 1.261 ¥ 10–5 1.58 1.00 0.798 ¥ 10–3
120 198.53 943.4 1.121 2203 4244 2120 0.683 0.0275 Q.232 ¥ 10–3 1.296 ¥ 10–5 1.44 1.00 0.858 ¥ 10–3
130 270.1 934.6 1.496 2174 4263 2177 0.684 0.0288 0.213 ¥ 10–3 1.330 ¥ 10–5 1.33 1.01 0.913 ¥ 10–3
140 361.3 921.7 1.965 2145 4286 2244 0.683 0.0301 0.197 ¥ 10–3 1.365 ¥ 10–5 1.24 1.02 0.970 ¥ 10–3
150 475.8 916.6 2.546 2114 4311 2314 0.682 0.0316 0.183 ¥ 10–3 1.399 ¥ 10–5 1.16 1.02 1.025 ¥ 10–3
160 617.8 907.4 3.256 2083 4340 2420 0.680 0.0331 0.170 ¥ 10–3 1.434 ¥ 10–5 1.09 1.05 1.145 ¥ 10–3
Enthalpy Volume
of Specific Thermal Expansion
Saturation Density, r Vapori- Heat, Cp Conductivity, k Dynamic Viscosity, m Prandt! Coefficient, b
Temp., T Pressure, Psat kg/m3 zation, hfg J/kg◊°C W/m◊°C kg/m◊s Number, Pr 1/K
°C kPa Liquid Vapor kJ/kg Liquid Vapor Liquid Vapor Liquid Vapor Liquid Vapor Liquid
170 791.7 897.7 4.119 2050 4370 2490 0.677 0.0347 0.160 ¥ 10–3 1.468 ¥ 10–5 1.03 1.05 1.178 ¥ 10–3
180 1002.1 887.3 5.153 2015 4410 2590 0.673 0.0364 0.150 ¥ 10–3 1.502 ¥ 10–5 0.983 1.07 1.210 ¥ 10–3
190 1254.4 876.4 6.388 1979 4460 2710 0.669 0.0382 0.142 ¥ 10–3 1.537 ¥ 10–5 0.947 1.09 1.280 ¥ 10–3
200 1553.8 864.3 7.852 1941 4500 2840 0.663 0.0401 0.134 ¥ 10–3 1.571 ¥ 10–5 0.910 1.11 1.350 ¥ 10–3
220 2318 840.3 11.60 1859 4610 3110 0.650 0.0442 0.122 ¥ 10–3 1.641 ¥ 10–5 0.865 1.15 1.520 ¥ 10–3
240 3344 813.7 16.73 1767 4760 3520 0.632 0.0487 0.111 ¥ 10–3 1.712 ¥ 10–5 0.836 1.24 1.720 ¥ 10–3
260 4688 783.7 23.69 1663 4970 4070 0.609 0.0540 0.102 ¥ 10–3 1.788 ¥ 10–5 0.832 1.35 2.000 ¥ 10–3
280 6412 750.8 33.15 1544 5280 4835 0.581 0.0605 0.094 ¥ 10–3 1.870 ¥ 10–5 0.854 1.49 2.380 ¥ 10–3
300 8581 713.8 46.15 1405 5750 5980 0.548 0.0695 0.086 ¥ 10–3 1.965 ¥ 10–5 0.902 1.69 2.950 ¥ 10–3
320 11,274 667.1 64.57 1239 6540 7900 0.509 0.0836 0.078 ¥ 10–3 2.084 ¥ 10–5 1.00 1.97 —
340 14,586 610.5 92.62 1028 8240 11,870 0.469 0.110 0.070 ¥ 10–3 2.255 ¥ 10–5 1.23 2.43 —
360 18,651 528.3 144.0 720 14,690 25,800 0.427 0.178 0.060 ¥ 10–3 2.571 ¥ 10–5 2.06 3.73 —
374.14 22,090 317.0 317.0 0 • • • • 0.043 ¥ 10–3 4.313 ¥ 10–5 — — —
A2:Propriétés thermophysiques de l'air à pression atmosphérique
Specific Thermal Thermal Dynamic Kinematic Prandtl
Temp., T Density, r Heat, Cp Conductivity, k Diffusivity, a Viscosity, m Viscosity, n Number,
°C kg/m3 J/kg ◊ °C W/m◊°C m2/s kg/m◊s m2/s Pr
–150 2.866 983 0.01171 4.158 ¥ 10–6 8.636 ¥ 10–6 3.013 ¥ 10–6 0.7246
–100 2.038 966 0.01582 8.036 ¥ 10–6 1.189 ¥ 10–6 5.837 ¥ 10–6 0.7263
–50 1.582 999 0.01979 1.252 ¥ 10–5 1.474 ¥ 10–5 9.319 ¥ 10–6 0.7440
–40 1.514 1002 0.02057 1.356 ¥ 10–5 1.527 ¥ 10–5 1.008 ¥ 10–5 0.7436
–30 1.451 1004 0.02134 1.465 ¥ 10–5 1.579 ¥ 10–5 1.087 ¥ 10–5 0.7425
–20 1.394 1005 0.02211 1.578 ¥ 10–5 1.630 ¥ 10–5 1.169 ¥ 10–5 0.7408
–10 1.341 1006 0.02288 1.696 ¥ 10–5 1.680 ¥ 10–5 1.252 ¥ 10–5 0.7387
0 1.292 1006 0.02364 1.818 ¥ 10–5 1.729 ¥ 10–5 1.338 ¥ 10–5 0.7362
5 1.269 1006 0.02401 1.880 ¥ 10–5 1.754 ¥ 10–5 1.382 ¥ 10–5 0.7350
10 1.246 1006 0.02439 1.944 ¥ 10–5 1.778 ¥ 10–5 1.426 ¥ 10–5 0.7336
15 1.225 1007 0.02476 2.009 ¥ 10–5 1.802 ¥ 10–5 1.470 ¥ 10–5 0.7323
20 1.204 1007 0.02514 2.074 ¥ 10–5 1.825 ¥ 10–5 1.516 ¥ 10–5 0.7309
25 1.184 1007 0.02551 2.141 ¥ 10–5 1.849 ¥ 10–5 1.562 ¥ 10–5 0.7296
30 1.164 1007 0.02588 2.208 ¥ 10–5 1.872 ¥ 10–5 1.608 ¥ 10–5 0.7282
35 1.145 1007 0.02625 2.277 ¥ 10–5 1.895 ¥ 10–5 1.655 ¥ 10–5 0.7268
40 1.127 1007 0.02662 2.346 ¥ 10–5 1.918 ¥ 10–5 1.702 ¥ 10–5 0.7255
45 1.109 1007 0.02699 2.416 ¥ 10–5 1.941 ¥ 10–5 1.750 ¥ 10–5 0.7241
50 1.092 1007 0.02735 2.487 ¥ 10–5 1.963 ¥ 10–5 1.798 ¥ 10–5 0.7228
60 1.059 1007 0.02808 2.632 ¥ 10–5 2.008 ¥ 10–5 1.896 ¥ 10–5 0.7202
70 1.028 1007 0.02881 2.780 ¥ 10–5 2.052 ¥ 10–5 1.995 ¥ 10–5 0.7177
80 0.9994 1008 0.02953 2.931 ¥ 10–5 2.096 ¥ 10–5 2.097 ¥ 10–5 0.7154
90 0.9718 1008 0.03024 3.086 ¥ 10–5 2.139 ¥ 10–5 2.201 ¥ 10–5 0.7132
100 0.9458 1009 0.03095 3.243 ¥ 10–5 2.181 ¥ 10–5 2.306 ¥ 10–5 0.7111
120 0.8977 1011 0.03235 3.565 ¥ 10–5 2.264 ¥ 10–5 2.522 ¥ 10–5 0.7073
140 0.8542 1013 0.03374 3.898 ¥ 10–5 2.345 ¥ 10–5 2.745 ¥ 10–5 0.7041
160 0.8148 1016 0.03511 4.241 ¥ 10–5 2.420 ¥ 10–5 2.975 ¥ 10–5 0.7014
180 0.7788 1019 0.03646 4.593 ¥ 10–5 2.504 ¥ 10–5 3.212 ¥ 10–5 0.6992
200 0.7459 1023 0.03779 4.954 ¥ 10–5 2.577 ¥ 10–5 3.455 ¥ 10–5 0.6974
250 0.6746 1033 0.04104 5.890 ¥ 10–5 2.760 ¥ 10–5 4.091 ¥ 10–5 0.6946
300 0.6158 1044 0.04418 6.871 ¥ 10–5 2.934 ¥ 10–5 4.765 ¥ 10–5 0.6935
350 0.5664 1056 0.04721 7.892 ¥ 10–5 3.101 ¥ 10–5 5.475 ¥ 10–5 0.6937
400 0.5243 1069 0.05015 8.951 ¥ 10–5 3.261 ¥ 10–5 6.219 ¥ 10–5 0.6948
450 0.4880 1081 0.05298 1.004 ¥ 10–4 3.415 ¥ 10–5 6.997 ¥ 10–5 0.6965
500 0.4565 1093 0.05572 1.117 ¥ 10–4 3.563 ¥ 10–5 7.806 ¥ 10–5 0.6986
600 0.4042 1115 0.06093 1.352 ¥ 10–4 3.846 ¥ 10–5 9.515 ¥ 10–5 0.7037
700 0.3627 1135 0.06581 1.598 ¥ 10–4 4.111 ¥ 10–5 1.133 ¥ 10–4 0.7092
800 0.3289 1153 0.07037 1.855 ¥ 10–4 4.362 ¥ 10–5 1.326 ¥ 10–4 0.7149
900 0.3008 1169 0.07465 2.122 ¥ 10–4 4.600 ¥ 10–5 1.529 ¥ 10–4 0.7206
1000 0.2772 1184 0.07868 2.398 ¥ 10–4 4.826 ¥ 10–5 1.741 ¥ 10–4 0.7260
1500 0.1990 1234 0.09599 3.908 ¥ 10–4 5.817 ¥ 10–5 2.922 ¥ 10–4 0.7478
2000 0.1553 1264 0.11113 5.664 ¥ 10–4 6.630 ¥ 10–5 4.270 ¥ 10–4 0.7539
ANNEXE B: TRANSFORMEES DE LAPLACE

F(p) f(t) t>0

1 Impulsion unitaire δ(t) de durée t0 et d’amplitude 1/t0

I Impulsion δ(t) de durée t0 → 0, d’amplitude A et


d’intensité I = A.t0

e-τp Impulsion unitaire retardée δ(t-τ)

1 Echelon unitaire u(t)


p
E Echelon d’amplitude E.u(t)
p
1 −τ.p Echelon unitaire retardé u(t-τ)
e
p

(1 − e −τ.p )
1 Impulsion rectangulaire u(t) - u(t-τ)
p
- at
1 e .u(t)
p+a
1 e − t/ τ
u( t )
1+ τp τ
1 Rampe unité : t.u(t)
p2
1 t n−1
n entier positif u(t)
pn (n − 1)!
1 1− e − at
u(t)
p.(p + a) a
1 (1− e ). u(t )
− t/ τ

p.(1 + τp)
-at
1 t.e .u(t)
(p + a) 2
1 t − t/ τ
e . u( t )
(1 + τp) 2
τ2
1 1
t n −1. e − at .u(t) n ∈ℵ*
(p + a) n
(n − 1)!
1 1
t n −1. e − t / τ .u(t) n ∈ℵ*
(1+ τp) n
τ (n − 1)!
n
F(p) f(t) t>0
-t/τ
1 (t-τ+τ.e ).u(t)
p .(1 + τp)
2

1  t 
 1 − (1 + )e − t / τ  . u( t )
p. (1 + τp)  τ 
2

1 ( t − 2τ + ( t + 2τ)e ). u( t)
− t/ τ

p 2 . (1 + τp)
2

ω sin(ωt).u(t)
p + ω2
2

p cos(ωt).u(t)
p + ω2
2

ω -at
e .sin(ωt).u(t)
(p + a) 2 + ω 2
p+a
-at
e .cos(ωt).u(t)
(p + a) 2 + ω 2
p+a a2 + ω 2 ω
p2 + ω 2 sin(ωt + ϕ). u( t) ϕ = arctan
ω2 a
1 1 − cos ωt
u( t)
p.(p + ω 2 )
2
ω2
1
(p + a).(p + b)
1
b−a
(e −at − e −bt ) .u(t)
1
(1 + τ 1p).(1 + τ 2 p)
1
τ1 − τ 2
( )
e − t / τ1 − e − t / τ 2 .u(t)

1
p.(1 + τ 1p).(1 + τ 2p)
1−
1
(τ . e − t / τ1 − τ 2 . e − t / τ2 ) .u(t)
τ1 − τ 2 1
1
p (1 + τ 1p).(1 + τ 2p)
2 t − (τ1 + τ 2 ) +
1
(τ 2 . e − t / τ1 − τ 22 . e − t / τ2 ) .u(t)
τ1 − τ 2 1
1 1 − mω 0 t
m<1 e sin(ωt). u( t) ω = ω 0 1− m2
p + 2mω 0 p + ω 02
2
ω
1 e r2 .t − e r1.t
m>1 u(t) r1,2 : racines de l'équation caractéristique
p + 2mω 0 p + ω 02
2
r2 − r1
1 1  ω 0 − mω 0 t 
m<1 1 − e sin(ωt + ϕ ) u(t) ϕ = arccos(m)
p.(p + 2mω 0 p + ω 20 )
2
ω 20  ω 
1 1  ω 20  e r2 t e r1t  
m>1 1 −  −   u(t)
p.(p + 2mω 0 p + ω 20 )
2
ω 02  r2 − r1  r2 r1  
1 1  2m 1 −mω 0 t 
m<1 1 − + e sin(ωt + ϕ)  u(t)
p (p + 2mω 0 p + ω 20 )
2 2
ω 02  ω0 ω 
F(p) f(t) t>0
p
(p + a).(p + b)
1
a−b
(a. e −at − b. e −bt ) .u(t)
p+c 1
((c − a). e −at − (c − b). e −bt ).u( t)
(p + a).(p + b) b−a
ANNEXE C : FONCTION D’ERREUR DE GAUSS

On rencontre très souvent, dans la solution de l’équation de la conduction. la fonction d’erreur


de Gauss (1) (courbe normale canonique) erf :

2
( )
u
erf (u) =  exp − η 2 dη
π 0

z
avec, dans le cas des transferts de chaleur : u=
2 at

Notations : z variable spatiale m


a diffusivité thermique m2/s
t temps s

Cette fonction d’erreur de Gauss est une fonction de la borne supérieure d’une intégrale et son
complément :

2
( )

erfc(u) = 1 − erf (u) =  exp − η 2 dη
π u

Si on utilise la notation conventionnelle (i pour “intégrale” n’a ici aucun rapport avec −1) :


i n erfc(u) =  i n − 1erfc(η ) dη , n = 0, 1, 2, 3, ...
0

i 1erfc(u) = ierfc(u) =
1
π
( ) (
exp − u 2 − u 1 − erf (u))

Les approximations suivantes donnent, malgré leur simplicité, des résultats qui suffisent dans
beaucoup de cas de la pratique quotidienne.

1ère approximation : L’erreur est de l’ordre de quelque pour mille, quelle que soit la valeur de
u:

 − 4 u2 
2
( )
u
erf (u) =  − η 2 dη ≈ 1 −  
π 0  
2ème approximation : erreur inférieur à 0.42 %

2
( ) ( )
u
erf (u) =  exp − 0.7182 (u + 0.7856)
2
exp − η 2 dη ≈ 1 − 15577
.
π 0

erfc(u) ≈ 15577
. (
ex − 0 7182 (u + 0 7856)
2
)
Quelques cas particuliers :

erf (0) = 0 erf (∞ ) = 1 erfc(∞ ) = 0 erf ( − u) = − erf (u)


erfc(0) = 1 erf ( − ∞ ) = 1 erfc( − ∞ ) = 2 erf ( − u) = 2 − erfc(u)
1
ierfc(0) =
π
(
d erf (u)) (
d erfc(u))
du
=−
du
=
2
π
(
exp − u 2 )
(
d 2 erf (u))
du 2
=−
4
π
(
u exp − u 2 )
Table de la fonction d’erreur de Gauss

u erf(u) u erf(u) u erf(u) u erf(u) u erf(u)

0.00 0.000 000 0.50 0.520 500 1.00 0.842 701 1.50 0.966 105 2.00 0.995 32
0.01 0.011 283 0.51 0.529 244 1.01 0.846 810 1.51 0.967 277 2.05 0.996 26
0.02 0.022 565 0.52 0.537 899 1.02 0.850 838 1.52 0.968 414 2.10 0.997 02
0.03 0.033 841 0.53 0.546 464 1.03 0.854 784 1.53 0.969 516 2.15 0.997 64
0.04 0.045 111 0.54 0.554 939 1.04 0.858 650 1.54 0.970 586 2.20 0.998 14
0.05 0.056 372 0.55 0.563 323 1.05 0.862 436 1.55 0.971 623 2.25 0.998 54
0.06 0.067 622 0.56 0.571 616 1.06 0.866 144 1.56 0.972 628 2.30 0.998 86
0.07 0.078 858 0.57 0.579 816 1.07 0.869 773 1.57 0.973 603 2.35 0.999 110 7
0.08 0.090 078 0.58 0.587923 1.08 0.873 326 1.58 0.974 547 2.40 0.999 311 5
0.09 0.101 281 0.59 0.595 937 1.09 0.876 803 1.59 0.975 462 2.50 0.999 593 0
0.10 0.112 463 0.60 0.603 856 1.10 0.880 205 1.60 0.976 348 2.60 0.999 764 0
0.11 0.123 623 0.60 0.611 681 1.11 0.883 533 1.61 0.977 207 2.70 0.999 865 7
0.12 0.134 758 0.62 0.619 412 1.12 0.886 788 1.62 0.978 038 2.80 0.999 925 0
0.13 0.145 867 0.63 0.627 047 1.13 0.889 971 1.63 0.978 843 2.90 0.999 958 9
0.14 0.156 947 0.64 0.634 586 1.14 0.893 082 1.64 0.979 622 3.00 0.999 977 9
0.15 0.167 996 0.65 0.642 029 1.15 0.896124 1.65 0.980 376 3.10 0.999 988 4
0.16 0.179 012 0.66 0.649377 1.16 0.899 096 1.66 0.981 105 3.20 0.999 994 0
0.17 0.189 992 0.67 0.656 628 1.17 0.902 000 1.67 0.981 810 3.30 0.999 996 9
0.18 0.200 936 0.68 0.663 782 1.18 0.904 837 1.68 0.982 493 3.40 0.999 998 5
0.19 0.211 840 0.69 0.670 840 1.19 0.907 608 1.69 0.983 153 3.50 0.999 999 256 91
0.20 0.222 702 0.70 0.677 801 1.20 0.910 314 1.70 0.983 790 3.60 0.999 999 644 14
0.21 0.233 522 0.71 0.684 666 1.21 0.912 956 1.71 0.984 407 3.70 0.999 999 832 85
0.22 0.244 296 0.72 0.691 433 1.22 0.915 534 1.72 0.985 003 3.80 0.999 999 923 00
0.23 0.255 022 0.73 0.698 104 1.23 0.918 050 1.73 0.985 578 3.90 0.999 999 965 21
0.24 0.265 700 0.74 0.704 678 1.24 0.920 505 1.74 0.986 135 4.00 0.999 999 984 58
0.25 0.276 326 0.75 0.711 156 1.25 0.922 900 1.75 0.986 672 4.20 0.999 999 997 14
0.26 0.286 900 0.76 0.717 537 1.26 0.925 236 1.76 0.987 190 4.40 0.999 999 999 51
0.27 0.297 418 0.77 0.723 822 1.27 0.927 514 1.77 0.987 691 4.60 0.999 999 999 92
0.28 0.307 880 0.78 0.730 010 1.28 0.929 734 1.78 0.988 174 4.80 0.999 999 999 99
0.29 0.318 283 0.79 0.736 103 1.29 0.931 899 1.79 0.988 641 >
0.30 0.328 627 0.80 0.742 101 1.30 0.934 008 1.80 0.989 090 4.80 1.00
0.31 0.338 908 0.81 0.748 003 1.31 0.936 063 1.81 0.989 524
0.32 0.349 126 0.82 0.753 811 1.32 0.938 065 1.82 0.989 943
0.33 0.359 279 0.83 0.759 524 1.33 0.940 015 1.83 0.990 347
0.34 0.369 365 0.84 0.765 143 1.34 0.941 914 1.84 0.990 736
0.35 0.379 382 0.85 0.770 668 1.35 0.943 762 1.85 0.991 111
0.36 0.389 330 0.86 0.776 100 1.36 0.945 562 1.86 0.991472
0.37 0.399 206 0.87 0.781 440 1.37 0.947 313 1.87 0.991 821
0.38 0.409 009 0.88 0.786 687 1.38 0.949 016 1.88 0.992 156
0.39 0.418 739 0.89 0.791 843 1.39 0.950 673 1.89 0.992 479
0.40 0.428 392 0.90 0.796 908 1.40 0.952 285 1.90 0.992 790
0.41 0.437 969 0.91 0.801 883 1.41 0.953 853 1.91 0.993 090
0.42 0.447 468 0.92 0.806 768 1.42 0.955 376 1.92 0.993 378
0.43 0.456 887 0.93 0.811 563 1.43 0.956 857 1.93 0.993 656
0.44 0.466 225 0.94 0.816 271 1.44 0.958 297 1.94 0.993 922
0.45 0.475 482 0.95 0.820 891 1.45 0.959 695 1.95 0.994 179
0.46 0.484 656 0.96 0.825 424 1.46 0.961 054 1.96 0.994 426
0.47 0.493 745 0.97 0.829 870 1.47 0.962 373 1.97 0.994 664
0.48 0.502 750 0.98 0.834 231 1.48 0.963 654 1.98 0.994 892
0.49 0.511 668 0.99 0.838 508 1.49 0.964 898 1.99 0.995 111
ANNEXE D: Emissivitée des surfaces

Material Temperature, K Emissivity, e Material Temperature, K Emissivity,


Alumina 800–1400 0.65–0.45 e Oils, all colors 300 0.92–0.96
Aluminum oxide 600–1500 0.69–0.41 Red primer 300 0.93
Asbestos 300 0.96 White acrylic 300 0.90
Asphalt pavement 300 0.85–0.93 White enamel 300 0.90
Brick Paper, white 300 0.90
Common 300 0.93–0.96 Plaster, white 300 0.93
Fireclay 1200 0.75 Porcelain, glazed 300 0.92
Carbon filament 2000 0.53 Quartz, rough, fused 300 0.93
Cloth 300 0.75–0.90 Rubber
Hard 300 0.93
Concrete 300 0.88–0.94
Soft 300 0.86
Glass
Sand 300 0.90
Window 300 0.90–0.95
Silicon carbide 600–1500 0.87–0.85
Pyrex 300–1200 0.82–0.62 Skin, human 300 0.95
Pyroceram 300–1500 0:85–0.57 Snow 273 0.80–0.90
Ice 273 0.95–0.99 Soil, earth 300 0.93–0.96
Magnesium oxide 400–800 0.69–0.55 Soot 300–500 0.95
Masonry 300 0.80 Teflon 300–500 0.85–0.92
Paints Water, deep 273–373 0.95–0.96
Aluminum 300 0.40–0.50 Wood
Black, lacquer, Beech 300 0.94
shiny 300 0.88 Oak 300 0.90
REFERENCES
Références

P.Wuithier, Raffinage et génie chimique, tome 1&2, IFP, 1972.

J.L.Battaglia, Introduction aux transfert thermiques cours et exercices


corrigés, Mc Gra Dunod, 2010.

P.Trambouze, Matériels et équipements, tome4, IFP, Technip, 1999.

D.R.Pitts,L.E. Sissoum, Theory and problems of heat transfer, Schaum’s


outline series, 1977.

J.M. Coulson, Chemical engineering, volume 1, Butterworth- Heinemann,


sexth edition, 1999.

J.P. Holman, Heat transfert, 7 edition, McGraw-Hill, 1990.

A. Bouvenot, Transfert de chaleur, masson, 1980.

Yves Jannot, Transferts thermiques, Ecole des mines Nancy, 2012.

A. Haddad, Transferts thermiques, Dar el Djazair, 2001.

F. Krith, Transmission de chaleur et thermodynamique, Masson 1998.

A. Kraus, Abdelaziz, J.Wetly, Extend heat transfer, John Wiley & SONS,
INC, 2001.

D.W.S. Janna, Engineering heat transfer, second edition, CRC Press,


2000.

R.K. Shal, D.P.Sekulic, Fundamentals of exchanger heat, John Wiley &


SONS, INC, 2003.

A.Bejan, A.D.Kraus, Heat transfer handbook, John Wiely & Sons, INC,
2003.

A.M. Bianchi, Y. Fautrelle, J.Etay, transferts thermiques, Presses


polytechniques et universitaires Romandes, 2004.

D.Marchio, P.Reboux, introduction aux transferts thermiques, Paristech


2008.
B.Chéron, Transfert thermique rappels de cours et problèmes corrigés,
Ellipses, 1999.

J.Quin, Transfert thermique rappels de cours et applications, Masson,


1998.

M.N.Ozisik, Heat transfer conduction, John Wiley and sons, New York,
1980.

T.Cebeci, Convective heat transfer ,Spring Verlag,2002.

J.Taine, J.P. Petit, Transfert thermique : mécanique des fluides


anisothermes, Dunod, 1998.

E.Rathakrishnn, Elements of heat transfer, Taylor and Francis group,


2012.

C.P.Kthandaraman, Fundamentals of heat transfer and mass


transfer,New Age international,2006.

C.Bougriou, Calcul et technologie des &changeurs de chaleur, Office des


publications universitaires, 2010.

A.Giovannini, B.Bbédat, Transfert de chaleur, édition Cépaduès, 2012.


S.K.Som, Introduction to heat transfer,PHI Private limited New
Delhi,2008.

Coulson, Richardson, Chemical engineering, Volume1B, Butherworth-


Heinemann, 2018.

J.P.Holman, Transfer heat, Mac Graw hill, 2010.

R.Karwa, Heat and mass transfer, Spring, 2017.

R.GGriskey, Transport phenomena and unit operations acombined


approach, Willey & Sons, 2002.

M.Thurimaleshwar, fundamentals of heat and mass transfer, PVt, Ltd,


2006.

Vous aimerez peut-être aussi