Vous êtes sur la page 1sur 9

Section

SECTEUR – GRANULATS 1
Page

1 de 9
DÉTERMINATION DU
Date
MÉTHODE D’ESSAI COEFFICIENT D'ÉCOULEMENT 2005 12 15
DES GRANULATS FINS
LC 21-075

1. Objet
La présente méthode d’essai consiste à déterminer le coefficient d’écoulement des granulats
fins et à évaluer leur angularité.

2. Références
La présente méthode d’essai renvoie à l’édition la plus récente des documents suivants :

NORME :

ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO)


3310–1 « Tamis de contrôle – Exigences techniques et vérifications – Partie 1 : Tamis de con-
trôle en tissus métalliques ».

AUTRES DOCUMENTS :

MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC, LABORATOIRE DES CHAUSSÉES (LC)


21–015 « Réduction des échantillons pour essais en laboratoire ».
21–040 « Analyse granulométrique ».
21–065 « Détermination de la densité et de l’absorption du granulat fin ».

3. Principe de l'essai
Le coefficient d’écoulement permet d’évaluer l’angularité des particules. L’angularité est
d’autant plus marquée que le coefficient est élevé. Le coefficient d’écoulement est la mesure
du temps d’écoulement des granulats fins à travers un cylindre donné muni d’un cône ayant
une ouverture normalisée multiplié par la densité des particules.
Le temps d’écoulement est aussi influencé par l’état de surface, la forme et la grosseur des
particules.

Note :
Les granulats fins ayant fait l’objet d’un traitement particulier, tels que ceux qui sont extraits
d’un mélange bitumineux, sont susceptibles d'avoir un coefficient d’écoulement différent avant
et après traitement.

4. Appareillage
4.1 Cône
On doit utiliser un cône en polycarbonate translucide (voir figures 1 et 4). Sa surface inté-
rieure doit être polie au papier émeri no 400. La dureté Shore « D » du polycarbonate doit être
de l’ordre de 80.
Section
SECTEUR – GRANULATS
1
Page

2 de 9
DÉTERMINATION DU
Date

2005 12 15
COEFFICIENT D'ÉCOULEMENT MÉTHODE D’ESSAI
DES GRANULATS FINS
LC 21-075

Le cône doit être étalonné avec le cône de référence détenu par le Laboratoire des chaussées
du ministère des Transports du Québec, qui est le dépositaire agréé par le Conseil canadien
des normes.
L’étalonnage se fait suivant la procédure décrite à l’annexe A.

4.2 Cylindre
On doit utiliser un cylindre en aluminium emboîtable sur le cône (voir figures 1 et 3). Le
degré de polissage du cylindre doit être du même ordre que celui du cône.

4.3 Support
Le support doit être muni d’un obturateur tournant autour d’un axe pour permettre l’ouverture
ou la fermeture du cône (voir figure 1).

4.4 Contenant
On doit utiliser un contenant en métal de capacité suffisante pour récupérer les granulats
fins s’écoulant de l’appareil.

4.5 Tamis
Le tamis de 80 μm et le tamis de 2 mm doivent être conformes à la norme ISO 3310–1
« Tamis de contrôle – Exigences techniques et vérifications – Partie 1 : Tamis de contrôle en
tissus métalliques ».

4.6 Chronomètre
Le chronomètre doit permettre une lecture au centième de seconde près.

4.7 Balance
La balance doit être d’une capacité suffisante et être précise au dixième de gramme près.

4.8 Étuve
L’étuve doit être capable de maintenir une température de 110 °C ± 5 °C.

4.9 Éclairage
S’il est nécessaire, on doit utiliser un dispositif permettant d’éclairer l’intérieur du cylindre
et de visualiser l’écoulement à travers le cône translucide.

4.10 Entonnoir
On doit utiliser un entonnoir en pyrex Corning no 6220 ou l’équivalent (voir figures 1 et 2),
muni d’un anneau permettant de poser et de centrer l’entonnoir sur le cylindre.

5. Prise d'essai
Une quantité suffisante de granulats fins doit être prélevée conformément à la méthode
LC 21–015 « Réduction des échantillons pour essais en laboratoire ». Seul le granulat fin
passant le tamis de 2 mm doit être utilisé. Le tamisat est lavé sur le tamis de 80 μm selon le
Section
Secteur – granulats 1
Page

3 de 9
DÉTERMINATION DU
MÉTHODE D’ESSAI coefficient d'écoulement Date

2005 12 15
des granulats fins
LC 21-075

mode opératoire de la méthode LC 21–040 « Analyse granulométrique ». Le granulat doit être


séché à l’étuve à 110 °C ± 5 °C jusqu’à l’obtention d’une masse constante. La prise d’essai doit
totaliser 1000 g ± 0,5 g.

6. Mode opératoire
6.1 Laisser refroidir la prise d’essai pour que celle-ci parvienne à la température ambiante.
Éviter une exposition trop prolongée si l’humidité relative est supérieure à 70 %, particu-
lièrement dans le cas des granulats fins dont l’absorption dépasse 1,5 %.

6.2 Bien mélanger la prise d’essai. S’assurer que l’obturateur est fermé. Verser rapidement les
granulats fins dans le cylindre surmonté de l’entonnoir, en limitant au minimum la hauteur
de chute (voir figure 1).

6.3 Ouvrir l’obturateur en même temps que l’on déclenche le chronomètre et déterminer le
temps d’écoulement, au centième de seconde près, de la totalité des granulats fins qui
passent l’ouverture.

6.4 Avec la même prise d’essai, répéter l’essai jusqu’à la stabilisation de la lecture du temps
d’écoulement1. Pour qu’il y ait stabilisation, il faut que l’écart entre la plus petite et la plus
grande de cinq lectures consécutives ne dépasse pas 0,30 seconde.

7. Calcul et expression des résultats


Le coefficient d’écoulement des granulats fins est obtenu en multipliant le temps d’écou-
lement moyen, au centième de seconde près, des cinq lectures par la densité Dgb de ces
mêmes granulats. Cette densité est déterminée sur la fraction passant au tamis de 2 mm et
sur la fraction retenue au tamis de 80 µm, conformément à la méthode d'essai LC 21–065
« Détermination de la densité et de l’absorption du granulat fin ».

t x Dgb
ce =
k

ce : coefficient d’écoulement des granulats fins, exprimé à l’unité près;
t : temps d’écoulement moyen des cinq lectures, corrigé conformément à l’annexe A;
Dgb : densité brute des granulats fins;
k : une seconde.

1. La stabilisation de la lecture du temps d’écoulement de la prise


d’essai peut demander au moins 10 lectures ou 12 heures de repos,
à la température et à l’humidité ambiantes. 
Section
Secteur – granulats
1
Page

4 de 9
DÉTERMINATION DU
coefficient d'écoulement
Date

2005 12 15
(2) MÉTHODE D’ESSAI
des granulats fins
LC 21-075

8. Approbation
La présente méthode d’essai a été approuvée par le responsable du Secteur sols, fondations
et granulats de la Direction du laboratoire des chaussées.

Claude Robert, ing., M. Sc.


Service des matériaux d’infrastructures

Signature

2. Republié le 15 décembre 2009. Aucun changement à la norme; changement de responsable.


Section
SECTEUR – GRANULATS 1
Page

5 de 9
DÉTERMINATION DU
Date
MÉTHODE D’ESSAI COEFFICIENT D'ÉCOULEMENT 2005 12 15
DES GRANULATS FINS
LC 21-075

Figure 1
Vue d'ensemble de l'appareil
Section
SECTEUR – GRANULATS
1
Page

6 de 9
DÉTERMINATION DU
Date

2005 12 15
COEFFICIENT D'ÉCOULEMENT MÉTHODE D’ESSAI
DES GRANULATS FINS
LC 21-075

Note :
– Les cotes sont en millimètres.

Figure 2
Entonnoir
Section
SECTEUR – GRANULATS 1
Page

7 de 9
DÉTERMINATION DU
Date
MÉTHODE D’ESSAI COEFFICIENT D'ÉCOULEMENT 2005 12 15
DES GRANULATS FINS
LC 21-075

Note :
– Les cotes sont en millimètres.

Figure 3
Cylindre
Section
SECTEUR – GRANULATS
1
Page

8 de 9
DÉTERMINATION DU
Date

2005 12 15
COEFFICIENT D'ÉCOULEMENT MÉTHODE D’ESSAI
DES GRANULATS FINS
LC 21-075

Note :
– Les cotes sont en millimètres.

Figure 4
Cône
Section
SECTEUR – GRANULATS 1
Page

9 de 9
DÉTERMINATION DU
Date
MÉTHODE D’ESSAI COEFFICIENT D'ÉCOULEMENT 2005 12 15
DES GRANULATS FINS
LC 21-075

Annexe A
Procédure d'étalonnage des cônes
Tout cône devant servir à la détermination du coefficient d’écoulement des granulats fins
doit être étalonné suivant la méthode ci-dessous.

A.1 CÔNE DE RÉFÉRENCE


Dans une armoire prévue à cet effet à la Direction du laboratoire des chaussées du minis-
tère des Transports du Québec2 est conservé un cône de référence conforme aux exigences
de la présente norme. Ce cône est conservé dans des conditions normales de température, de
pression et de lumière pour que ses caractéristiques demeurent constantes. Ce cône permet
d’étalonner les cônes d’usage courant.

A.2 ÉTALONNAGE
Les granulats fins utilisés pour étalonner un cône doivent couvrir la plus grande plage
possible de temps d’écoulement. Le cône soumis et les essais effectués doivent répondre aux
exigences de la présente norme. L’étalonnage consiste à tracer la courbe du temps d’écoulement
des granulats en fonction du temps obtenu avec le cône de référence. La courbe obtenue est
une droite de régression du 1er degré inhérente au cône testé. L’équation de cette droite sert à
la correction du temps d’écoulement moyen.

Exemple :

Soit un temps d’écoulement moyen obtenu sur un cône d’usage courant de tcône = 30,22 s.

L’étalonnage par rapport au cône de référence ayant donné une droite dont la pente (m) est de
1,120 et la constante (b) de -1,65, alors l'équation de correction est :

t = (tcône - b)/ m
soit t = (30,22 + 1,65)/1,120
d'où t = 28,46 s

t : temps d’écoulement moyen corrigé par rapport au cône de référence;


tcône : temps d’écoulement moyen du cône testé;
m : coefficient de correction (pente);
b : constante de correction.

2. Adresse du dépositaire agréé par le Conseil canadien des normes :


2700, rue Einstein, Sainte-Foy (Québec) G1P 3W8.

Vous aimerez peut-être aussi