Vous êtes sur la page 1sur 14

Section

SECTEUR – SOLS ET FONDATIONS 2


Page

1 de 14
DÉTERMINATION DU MODULE Date
MÉTHODE D’ESSAI RÉVERSIBLE DES MATÉRIAUX 2007 12 15
GRANULAIRES
LC 22-400

1. Objet
La présente méthode d’essai a pour objet la détermination du module réversible (Er) des
matériaux granulaires à l’aide d’un équipement triaxial à chargement répété. Le Er est déterminé
à différents états de contrainte et à différentes teneurs en eau, afin de caractériser le compor-
tement réversible non linéaire du matériau granulaire et l’influence du degré de saturation. Le
coefficient de Poisson réversible (νr) est déterminé simultanément. Les Er et νr sont générale-
ment utilisés pour classer les matériaux selon leur comportement mécanique et pour effectuer
le calcul des structures de chaussée.
La méthode d’essai s’applique aux matériaux granulaires non liés, écrêtés au tamis 31,5 mm
et contenant un pourcentage maximal de 20 % de particules passant le tamis de 80 µm. L’indice
de plasticité Ip doit être inférieur à 10.
La présente méthode d’essai est basée sur les méthodes décrites dans la norme
AASHTO T307-99 « Standard Test Method for Determining the Resilient Modulus of Soils and
Aggregate Materials » et la norme NF EN 13286-7 « Mélanges avec et sans liant hydrauli-
que – Méthodes d’essai – Partie 7 : Essai triaxial sous charge cyclique pour mélanges sans
liant hydraulique ».

2. Références
La présente méthode d’essai renvoie à l’édition la plus récente des documents suivants :

NORMES :

AMERICAN ASSOCIATION OF STATE HIGHWAY AND TRANSPORTATION


OFFICIALS (AASHTO)

T307-99 (2003) « Standard Test Method for Determining the Resilient Modulus of Soils and
Aggregate Materials ».

ASSOCIATION FRANÇAISE DE NORMALISATION (AFNOR)

NF EN 13286-7 « Mélanges avec et sans liant hydraulique – Méthodes d’essai – Partie 7 : Essai
triaxial sous charge cyclique pour mélanges sans liant hydraulique ».

BUREAU DE NORMALISATION DU QUÉBEC

CAN/BNQ 2501–092 « Sols – Détermination de la limite de liquidité à l’aide du pénétromètre à


cône suédois et de la limite de plasticité ».

CAN/BNQ 2501–170 « Sols – Détermination de la teneur en eau ».

CAN/BNQ 2501–255 « Sols – Détermination de la relation teneur en eau-masse volumique –


Essai Proctor modifié ».
Section
SECTEUR – SOLS ET FONDATIONS
2
Page

2 de 14
Date
DÉTERMINATION DU MODULE
2007 12 15 RÉVERSIBLE DES MATÉRIAUX MÉTHODE D’ESSAI
GRANULAIRES
LC 22-400

AUTRES DOCUMENTS :

MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC, LABORATOIRE DES CHAUSSÉES (LC)

LC 21–015 « Réduction des échantillons pour essais en laboratoire ».

LC 21–040 « Analyse granulométrique ».

LC 21–065 « Détermination de la densité et de l’absorption du granulat fin ».

LC 21–067 « Détermination de la densité et de l’absorption du gros granulat ».

3. Définitions
Les définitions suivantes s’appliquent à la présente méthode d’essai :

Module réversible (Er)


Rapport entre la contrainte déviatorique σd et la déformation axiale réversible ε1r.

Coefficient de Poisson réversible (νr)


Rapport entre la déformation axiale réversible ε1r et la déformation radiale réversible ε3r.

Contrainte de confinement (σ3)


Contrainte radiale totale (contrainte principale mineure) appliquée uniformément sur toutes les
faces de l’échantillon.

Contrainte déviatorique (σd)


Différence entre la contrainte axiale totale (contrainte principale majeure) σ1 et la contrainte de
confinement σ3.

Contrainte totale (θ)


Somme des contraintes normales appliquées sur l’échantillon (σd + 3σ3).

Déformation axiale réversible (ε1r)


Déformation axiale récupérée à la suite du relâchement de la contrainte déviatorique σd.

Déformation radiale réversible (ε3r)


Déformation radiale récupérée à la suite du relâchement de la contrainte déviatorique σd.

4. Principe de l’essai
Un échantillon de matériau granulaire est compacté à l’aide d’un marteau vibrant. L’échan-
tillon est conditionné et le Er est déterminé à l’aide d’un équipement triaxial à chargement
déviatorique répété, comme le montre la figure 1. La contrainte de confinement σ3 est appliquée
de manière statique, alors que la contrainte déviatorique σd est appliquée de manière répétée
selon une forme de chargement « haversine », comme le montre la figure 2. Le ε1r est mesuré
à l’aide de deux capteurs de déplacement axiaux installés sur l’échantillon et le ε3r est mesuré
à l’aide d’un capteur de déplacement radial ceinturant l’échantillon, tel qu’il est montré à la
Section
SECTEUR – SOLS ET FONDATIONS 2
Page

3 de 14
DÉTERMINATION DU MODULE Date
MÉTHODE D’ESSAI RÉVERSIBLE DES MATÉRIAUX 2007 12 15
GRANULAIRES
LC 22-400

Figure 1
Schéma d’un équipement triaxial à chargement répété
Section
SECTEUR – SOLS ET FONDATIONS
2
Page

4 de 14
Date
DÉTERMINATION DU MODULE
2007 12 15 RÉVERSIBLE DES MATÉRIAUX MÉTHODE D’ESSAI
GRANULAIRES
LC 22-400

figure 1. Le Er est déterminé à différents états de contrainte et teneurs en eau afin de modéliser
la relation non linéaire de Er en fonction de l’état de contrainte et d’évaluer l’influence du degré
de saturation.

5. Appareillage
La présente méthode d’essai utilise l’appareillage suivant :

– un marteau vibrant de 750 watts et de 35 kg, avec une tête de compactage pleine de 150 mm
de diamètre;

– un moule en acier ayant un diamètre intérieur de 150 mm et une hauteur minimale de


350 mm, qui se sépare en deux parties;

– deux plateaux de chargement de 150 mm de diamètre perforés pour permettre le drainage


de l’échantillon;

– quatre papiers filtres de 150 mm de diamètre;

– deux géotextiles non tissés de 150 mm de diamètre;

– une membrane étanche en latex de 0,6 mm d’épaisseur, de 150 mm de diamètre et de


450 mm de longueur.

250
εr1 (1 - cos (Wt)) / 2
200
Contrainte déviatorique, σd (kPa)
Déformation réversible, εr (με)

150
σdr (1 - cos (Wt)) / 2 εr1

100

σdr
50
σdo

0
W = 2P / t εr3

-50
εr3 (1 - cos (Wt)) / 2

-100
0 0,5 1 1,5 2
Temps, t (sec)
Figure 2
Contrainte déviatorique répétée de forme « haversine » appliquée avec la déformation axiale
réversible et la déformation radiale réversible mesurées
Section
SECTEUR – SOLS ET FONDATIONS 2
Page

5 de 14
DÉTERMINATION DU MODULE Date
MÉTHODE D’ESSAI RÉVERSIBLE DES MATÉRIAUX 2007 12 15
GRANULAIRES
LC 22-400

– une membrane étanche en latex de 0,3 mm d’épaisseur, de 150 mm de diamètre et de


450 mm de longueur;

– quatre joints toriques en caoutchouc de 150 mm de diamètre;

– une presse hydraulique asservie d’une capacité minimale de 50 kN;

– un cabinet de pression d’air d’une capacité minimale de 200 kPa;

– une chambre de confinement étanche transparent assurant l’alignement de la charge


axiale;

– une balance d’une capacité minimale de 100 kg, d’une précision de lecture de 5 g;

– un capteur de charge d’une capacité minimale de 20 kN d’une précision de lecture de


10 N;

– un capteur de pression de confinement d’une capacité minimale de 200 kPa, d’une précision
de lecture de 0,2 kPa;

– un capteur de pression interstitielle d’une capacité minimale de 100 kPa, d’une précision
de lecture de 0,1 kPa;

– trois capteurs de déplacement d’une capacité minimale de ± 0,5 mm, d’une précision de
lecture de 1 µm;

– un ordinateur et un logiciel pour l’asservissement de l’équipement et l’acquisition des


données.

6. Préparation de l’échantillon
Une masse de 13 kg de matériau granulaire écrêté au tamis de 31,5 mm est reconstituée
sur la portion retenue sur le tamis 5 mm et est humidifiée à une teneur en eau initiale de 2 %
supérieure à l’absorption des granulats. Le matériau est déposé dans un contenant étanche
au minimum 16 heures avant le compactage de l’échantillon.

6.1 Compactage de l’échantillon


Un échantillon de matériau granulaire de 150 mm (± 1 mm) de diamètre sur 300 mm
(± 10 mm) de hauteur est compacté dans le moule en acier inoxydable, sur le plateau de char-
gement inférieur recouvert d’un géotextile non tissé et de deux papiers filtres. L’échantillon est
compacté en 7 couches uniformes à l’aide d’un marteau vibrant. Chaque couche est vibrée
30 secondes.
L’échantillon compacté est pesé avec le moule, le plateau de chargement, le géotextile et les
papiers filtres, dont il faut soustraire la masse pour connaître la masse humide de l’échantillon.
La teneur en eau initiale de l’échantillon est déterminée à partir du matériau humidifié qui n’a
pas été utilisé pour le compactage.
Section
SECTEUR – SOLS ET FONDATIONS
2
Page

6 de 14
Date
DÉTERMINATION DU MODULE
2007 12 15 RÉVERSIBLE DES MATÉRIAUX MÉTHODE D’ESSAI
GRANULAIRES
LC 22-400

6.2 Démoulage de l’échantillon


L’échantillon doit être démoulé, sans l’endommager, en séparant le moule en deux parties.
Le plateau de chargement supérieur est installé au sommet de l’échantillon sur deux papiers
filtres humides et un géotextile non tissé. Le centre des plateaux de chargement doit être aligné
avec l’axe de chargement et l’échantillon. L’échantillon est recouvert de deux membranes, la
première de 0,6 mm d’épaisseur et la deuxième de 0,3 mm d’épaisseur, fixées aux plateaux
de chargement avec de la graisse de silicone et des joints toriques.

6.3 Mesurage de l’échantillon


La hauteur de l’échantillon est mesurée en 4 points à 90°, y compris les plateaux de char-
gement, les géotextiles et les papiers filtres, dont il faut soustraire l’épaisseur pour connaître la
hauteur de l’échantillon. L’épaisseur des géotextiles a tendance à diminuer sous le poids des
plateaux de chargement et de l’échantillon. L’écart entre les hauteurs ne devrait pas dépasser
0,5 mm, afin de s’assurer du parallélisme de la face inférieure et de la face supérieure de
l’échantillon.
Le diamètre de l’échantillon est mesuré en 3 points, à 75, 150 et 225 mm avec les mem-
branes, dont il faut soustraire deux fois l’épaisseur pour connaître le diamètre de l’échantillon.
L’épaisseur des membranes étirées est généralement inférieure à l’épaisseur prescrite par le
fabricant. L’écart entre les diamètres ne devrait pas dépasser 0,5 mm.

6.4 Installation des capteurs de déplacement


Un capteur de déplacement radial est installé sur un câble ceinturant le centre de l’échan-
tillon. Le câble est glissé à l’intérieur de plusieurs points d’appui uniformément répartis autour
de l’échantillon et est maintenu sous tension par des élastiques. Les points d’appui doivent avoir
une surface tout juste suffisante pour ne pas poinçonner l’échantillon.
Deux capteurs de déplacement axiaux sont installés à 180°, sur les 200 mm centraux de
l’échantillon à l’aide de supports légers. Les supports sont en deux sections demi-circulaires,
maintenues appuyées sur l’échantillon par des élastiques.

6.5 Installation de la chambre de confinement


L’intérieur des plateaux de chargement est relié à des circuits de drainage indépendants.
L’échantillon est recouvert par une chambre de confinement étanche qui est placée sous la
presse hydraulique, alignée avec l’axe de chargement.
L’étanchéité de l’échantillon est vérifiée en appliquant une pression de confinement de
20 kPa et en vérifiant qu’il n’y a pas de d’infiltration d’air dans l’échantillon. Pour ce faire, les
tuyaux de drainage sont plongés dans un récipient d’eau et si des bulles d’air sont détectées,
l’étanchéité des membranes doit être corrigée.

6.6 Caractéristiques de l’échantillon


La masse volumique humide (ρ), la masse volumique sèche (ρd), l’indice des vides (e) et le
degré de saturation (Sat) de l’échantillon sont déterminés avec les équations 1, 2, 3 et 4.
Section
SECTEUR – SOLS ET FONDATIONS 2
Page

7 de 14
DÉTERMINATION DU MODULE Date
MÉTHODE D’ESSAI RÉVERSIBLE DES MATÉRIAUX 2007 12 15
GRANULAIRES
LC 22-400

(équation 1)

(équation 2)

(équation 3)

(équation 4)


ρ : masse volumique humide de l’échantillon (kg/m³)
ρd : masse volumique sèche de l’échantillon (kg/m³)
e : indice des vides de l’échantillon
Sat : degré de saturation de l’échantillon (%)
M : masse de l’échantillon (kg)
h : hauteur de l’échantillon (m)
d : diamètre de l’échantillon (m)
ω : teneur en eau de l’échantillon (%)
Gs : densité brute des granulats
ρw : masse volumique de l’eau (1000 kg/m³)
Abs : absorption des granulats (%)

7. Mode opératoire
L’échantillon est conditionné par 10 000 cycles de chargement et le Er de l’échantillon
est déterminé à 15 états de contrainte à l’aide d’un équipement triaxial à chargement répété
asservi (figure 1). Le σ3 est appliqué de manière statique, alors que 10 % de σd est appliqué de
manière statique (σdo) et 90 % de σd de manière répétée (σdr), selon une forme de chargement
« haversine » (figure 2).
Le Er de l’échantillon est déterminé à trois teneurs en eau distinctes, soit à la teneur en eau
initiale de compactage, à une teneur en eau proche de la saturation et à une teneur en eau
obtenue après le drainage gravitaire de l’échantillon. Le drainage dans l’échantillon est ouvert
pendant les essais.
Section
SECTEUR – SOLS ET FONDATIONS
2
Page

8 de 14
Date
DÉTERMINATION DU MODULE
2007 12 15 RÉVERSIBLE DES MATÉRIAUX MÉTHODE D’ESSAI
GRANULAIRES
LC 22-400

7.1 Conditionnement de l’échantillon


L’échantillon est conditionné par 10 000 cycles de chargement, avec un σ3 de 105 kPa et un
σd de 105 kPa. Le temps de chargement est de 0,1 sec, suivi d’un temps de repos de 0,9 sec.
Les variations de déformations permanentes et de déformations réversibles doivent être infé-
rieures à 5 με par cycle à la fin du conditionnement pour effectuer la détermination de Er, sinon
le conditionnement doit être poursuivi pour 10 000 cycles additionnels. Si les déformations
permanentes et réversibles ne sont pas stables après le deuxième conditionnement, l’essai ne
peut pas être effectué. La cellule triaxiale est pesée avant et après le conditionnement afin de
s’assurer que la teneur en eau est constante.

7.2 Caractérisation à la teneur en eau initiale


Le Er de l’échantillon est déterminé à la teneur en eau initiale aux 15 états de contrainte
présentés au tableau 1. Le temps de chargement est de 1 seconde, suivi d’un temps de repos
de 1 seconde et chaque σd est appliqué 60 cycles. La cellule triaxiale est pesée après la carac-
térisation de Er afin de s’assurer que la teneur en eau est constante.

7.3 Caractérisation à la teneur en eau saturée


L’échantillon est saturé par le plateau de chargement inférieur et l’air est évacué par le pla-
teau de chargement supérieur. La cellule triaxiale est installée sur une balance et une pression

Tableau 1
États de contrainte pour la caractérisation du module réversible
σ3 σd σdo σdr θ
(kPa) (kPa) (kPa) (kPa) (kPa)
20 2 18 80
20 40 4 36 100
60 6 54 120
35 3 32 140
35 70 7 63 175
105 11 94 210
70 7 63 280
70 140 14 126 350
210 21 189 420
70 7 63 385
105 105 11 94 420
210 21 189 525
105 11 94 525
140 140 14 126 560
280 28 252 700
Section
SECTEUR – SOLS ET FONDATIONS 2
Page

9 de 14
DÉTERMINATION DU MODULE Date
MÉTHODE D’ESSAI RÉVERSIBLE DES MATÉRIAUX 2007 12 15
GRANULAIRES
LC 22-400

de confinement de 20 kPa est appliquée en tout temps. Un capteur de pression interstitielle est
branché sur le plateau de chargement inférieur.
Les étapes suivantes sont effectuées pour saturer l’échantillon :

1. Une pression interstitielle négative d’environ - 50 kPa est appliquée par le plateau supérieur
en fermant l’entrée d’eau par le plateau inférieur.

2. Une pression d’eau de 10 kPa est appliquée au plateau inférieur et l’ouverture est ajustée
de manière à saturer l’échantillon à un taux de 10 g/min mesuré à l’aide de la balance, tout
en conservant une pression interstitielle négative de - 50 kPa par le plateau supérieur.

3. Lorsque l’eau commence à s’écouler par le plateau supérieur, la sortie d’eau est fermée
et la saturation est poursuivie à 10 g/min jusqu’à ce que la pression interstitielle devienne
positive.

4. La sortie de l’eau par le plateau supérieur est ouverte lorsque la pression devient positive
et les bulles d’air sont évacuées.

5. Lorsque l’écoulement des bulles d’air est terminé, le plateau inférieur est fermé et une pres-
sion de confinement de 150 kPa est appliquée pour évacuer l’eau du plateau supérieur.

6- Le plateau inférieur est branché à un récipient dont le niveau de l’eau est égal au centre
de l’échantillon, les deux plateaux de chargement sont ouverts et le niveau de l’eau dans
l’échantillon est laissé équilibré pendant une heure.
Le plateau de chargement et le drainage supérieur doivent être exempts d’eau, et le plateau
de chargement et le drainage inférieur exempts d’air pour effectuer l’essai. Le Er est déterminé
selon la méthode employée pour la caractérisation à la teneur en eau initiale, décrite à la sec-
tion 7.2. La cellule triaxiale est pesée avant et après la saturation ainsi qu’après la caractérisation
de Er. La teneur en eau avant la caractérisation de Er est considérée comme la teneur en eau
saturée (ωsat) telle qu’elle est déterminée à l’équation 5.

 (équation 5)


ωsat : teneur en eau saturée de l’échantillon (%)
ωi : teneur en eau initiale de l’échantillon (%)
Δmw : masse d’eau ajoutée à l’échantillon (kg)
V : volume de l’échantillon (m³)
Section
SECTEUR – SOLS ET FONDATIONS
2
Page

10 de 14
Date
DÉTERMINATION DU MODULE
2007 12 15 RÉVERSIBLE DES MATÉRIAUX MÉTHODE D’ESSAI
GRANULAIRES
LC 22-400

7.4 Caractérisation à la teneur en eau drainée


L’échantillon est drainé par gravité par le plateau de chargement inférieur et l’air est amené
par le plateau de chargement supérieur. Lorsque le drainage est terminé, les plateaux de char-
gement et les tuyaux de drainage doivent être exempts d’eau.
Le Er est déterminé selon la méthode employée pour la caractérisation à la teneur en eau
initiale, décrite à la section 7.2. La cellule triaxiale est pesée après le drainage et après la
caractérisation de Er. La teneur en eau avant la caractérisation de Er est considérée comme la
teneur en eau drainée ωdr, telle qu’elle est déterminée à l’équation 6.

 (équation 6)

7.5 Démontage de l’échantillon


La hauteur finale de l’échantillon est mesurée en 4 points à 90°, y compris les plateaux de
chargement, les géotextiles et les papiers filtres, dont il faut soustraire l’épaisseur pour connaître
la hauteur de l’échantillon. Le diamètre final de l’échantillon est mesuré en 3 points, à 75, 150
et 225 mm avec les membranes, dont il faut soustraire deux fois l’épaisseur pour connaître le
diamètre de l’échantillon. La hauteur finale et le diamètre final de l’échantillon ne devraient pas
varier de plus de 0,5 mm par rapport aux mesures initiales.
La teneur en eau de l’échantillon complet doit être déterminée afin de confirmer les teneurs
en eau déterminées à partir de la masse de l’équipement triaxial pendant la saturation et le
drainage de l’échantillon.

8. Calcul et expression des résultats


Le Er et νr sont déterminés, pour chaque état de contrainte, à partir de la moyenne des
différents paramètres mesurés pendant les 5 derniers cycles. Le comportement non linéaire
de Er est modélisé en fonction de l’état de contrainte ou de déformation.

8.1 Détermination de Er et νr
Le Er est le rapport entre σdr et ε1r , tel qu’il est présenté à l’équation 7, et le νr est le rapport
entre ε3r et ε1r, tel qu’il est présenté à l’équation 8. Le calcul de σd, ε1r et de ε3r est effectué avec
les équations 9, 10 et 11. Les paramètres utilisés pour le calcul de σd , ε1r et ε3r sont présentés
à la figure 3.

(équation 7)

(équation 8)
Section
SECTEUR – SOLS ET FONDATIONS 2
Page

11 de 14
DÉTERMINATION DU MODULE Date
MÉTHODE D’ESSAI RÉVERSIBLE DES MATÉRIAUX 2007 12 15
GRANULAIRES
LC 22-400


Er : module réversible (kPa)
νr : coefficient de Poisson réversible
σdr : contrainte déviatorique répétée (kPa)
ε1r : déformation axiale réversible (m/m)
ε3r : déformation radiale réversible (m/m)

Pd
σ3

σ3 Δh h
Δc

Figure 3
Charge déviatorique répétée appliquée et déplacements axial réversible
et radial réversible mesurés

(équation 9)

(équation 10)

(équation 11)
Section
SECTEUR – SOLS ET FONDATIONS
2
Page

12 de 14
Date
DÉTERMINATION DU MODULE
2007 12 15 RÉVERSIBLE DES MATÉRIAUX MÉTHODE D’ESSAI
GRANULAIRES
LC 22-400


Pd : charge axiale déviatorique (kN)
d : diamètre de l’échantillon (m)
Δh : déplacement axial réversible (m)
h : hauteur pour la mesure de Δh (200 mm) (m)
Δc : variation de circonférence réversible (m)

8.2 Modélisation non linéaire de Er et νr


Le comportement non linéaire de Er est modélisé en fonction de la contrainte totale θ et de
la contrainte de cisaillement octahédrique τoct selon les modèles présentés à l’équation 12 et
à l’équation 13, ainsi qu’à la figure 4, pour chaque teneur en eau. La valeur moyenne et l’écart
type de νr sont également calculés sans tenir compte de l’état de contrainte, mais pour chaque
teneur en eau.

1000

800
Module réversible, Mr (MPa)

600

400

200

0
0 200 400 600 800
Contrainte totale, θ (kPa)
Figure 4
Module réversible en fonction de la contrainte totale
Section
SECTEUR – SOLS ET FONDATIONS 2
Page

13 de 14
DÉTERMINATION DU MODULE Date
MÉTHODE D’ESSAI RÉVERSIBLE DES MATÉRIAUX 2007 12 15
GRANULAIRES
LC 22-400

E r = a + bQ + cT oct (équation 12)

k2 k3
⎛ Q ⎞ ⎛ T oct ⎞
E r = k1 p a ⎜⎜ ⎟⎟ ⎜⎜ + 1⎟⎟ (équation 13)
⎝ pa ⎠ ⎝ pa ⎠

Er : module réversible (MPa)
θ : contrainte totale (σd + 3σ3) (kPa)
τoct : contrainte de cisaillement octahédrique ((√2/3) σd) (kPa)
pa : contrainte de normalisation (100 kPa)
a, b, c : paramètres de régression
k1, k2, k3 : paramètres de régression

9. Rapport d’essai
L’identification du matériau granulaire, les caractéristiques de l’échantillon, l’analyse des
résultats et la modélisation des résultats doivent être présentées dans un rapport d’essai ana-
logue au rapport présenté à l’annexe 1. Un rapport doit être produit pour chacune des teneurs
en eau déterminées.

10. Approbation
La présente méthode d’essai a été préparée et approuvée par un ingénieur du Service des
matériaux d’infrastructures de la Direction du laboratoire des chaussées.

Félix Doucet, ing., M. Sc. A.

Signature
Section
SECTEUR – SOLS ET FONDATIONS
2
Page

14 de 14
Date
DÉTERMINATION DU MODULE
2007 12 15 RÉVERSIBLE DES MATÉRIAUX MÉTHODE D’ESSAI
GRANULAIRES
LC 22-400

Annexe A
Exemple de rapport d’essai

MÉTHODE LC 22-400
DÉTERMINATION DU MODULE RÉVERSIBLE DES MATÉRIAUX GRANULAIRES

No. projet : AM-001-07 Matériau : MG-20 Source : Québec


No. échantillon : MG-001-07 Pétrographie : Calcaire Client : Félix Doucet, SMI

CARACTÉRISTIQUES DE L'ÉCHANTILLON

Densité : 2.60 ωopm : 5.0 % ω: 3.0 % Porosité : 22 %


Abs. : 1.0 % ρd opm : 2060 kg/m³ ρd : 2030 kg/m³ Sat. : 19 %

ANALYSE DES RÉSULTATS

σ3 σdo σd ε1r moy ε3r +/− Δε1r θ τoct Er νr


(kPa) (kPa) (kPa) (με) (με) (%) (kPa) (kPa) (MPa)
20.0 1.6 19.6 82.1 -13.2 3.1 81 10 239 0.16
20.0 3.4 39.5 200.9 -39.8 0.2 103 20 197 0.20
20.0 5.1 59.1 285.6 -63.2 1.8 124 30 207 0.22
35.0 3.1 34.6 120.6 -21.5 1.9 143 18 287 0.18
35.0 6.4 68.4 245.8 -51.4 2.0 180 35 278 0.21
35.0 9.8 101.4 336.6 -77.8 3.3 216 52 301 0.23
69.9 6.6 67.2 164.2 -30.0 1.3 284 35 409 0.18
69.9 13.5 133.1 286.5 -60.4 4.7 356 69 465 0.21
70.0 20.4 197.5 381.8 -90.8 6.8 428 103 517 0.24
104.9 6.7 66.5 121.7 -20.3 1.0 388 35 547 0.17
104.9 10.1 99.3 178.2 -32.3 2.5 424 52 557 0.18
104.9 20.6 196.5 307.9 -65.5 7.2 532 102 638 0.21
140.1 10.2 98.9 143.5 -24.6 2.9 529 51 689 0.17
139.9 13.7 131.3 186.1 -33.8 5.2 565 68 706 0.18
140.0 27.7 260.7 340.9 -71.1 8.1 709 136 765 0.21

MODÉLISATION DES RÉSULTATS


1000 ⋅ Er = a + bQ + cT oct
k2 k3
⎛ Q ⎞ ⎛ T oct ⎞
800 ⋅ Er = k1 p a ⎜⎜ ⎟⎟ ⎜⎜ + 1⎟⎟
Module réversible, Er (MPa)

⎝ pa ⎠ ⎝ pa ⎠
600
⋅ N r = cte

a b c R² RMSE
124 1.20 -1.39 0.992 18
400

k1 k2 k3 R² RMSE
2.19 0.756 -0.350 0.955 0.047
200

νr σ
0.20 0.02
0
0 200 400 600 800
Contrainte totale,θ (kPa)

Note :

Réalisé par : Bruno Auger, tech. spec. Approuvé par : Félix Doucet, ing., M.Sc.A
Date : 14 septembre 2007 Date : 14 septembre 2007

Service des matériaux d'infrastructures - Direction du laboratoire des chaussées - Ministère des Transports du Québec
2700, rue Einstein, Québec G1P 3W8 418 644-0181

Vous aimerez peut-être aussi