Vous êtes sur la page 1sur 22

Chapitre 3: SDH

(Synchronous Digital Hierarchy)

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 1


Agenda:
• Evolution PDH vers SDH/SONET
• NOTIONS SUR LA SDH
• Définitions SDH
• Hiérarchie SDH/SONET
• Structure d’une trame SDH
• Topologie des réseaux SDH
• Architecture de la SDH / SONET
• Exemple de réseau SDH
• Multiplexage et Multiplexeurs dans la SDH
• Multiplexage bas débits et haut débits en SDH
• Multiplexeurs dans la SDH
• Avantages de la SDH
• Inconvénients de la SDH
• Exercices d’applications

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 2


Evolution PDH vers SDH/SONET

• L’évolution de PDH (Plesiochronous Digital Hiérarchy) hiérarchie numérique


plésiochrones (en grec, plésio = presque, plésiochrones = presque synchrone) a
donc donné naissance à deux technologies : SDH pour les Européens et SONET
pour les Américains.
• La hiérarchie numérique synchrone (SDH) ou son équivalent nord-américain le
réseau optique synchrone SONET est aujourd’hui la technologie de transmission
dominante dans les réseaux métropolitains des opérateurs de télécommunications
et des fournisseurs de services. Sa définition remonte à la fin des années quatre-
vingts, époque pendant laquelle le trafic téléphonique l’emportait largement sur les
autres types de trafic.
• Cependant, l’explosion de l’internet et de la demande croissante de hauts débits de
données qui s’ensuivit, fut à l’origine d’un changement des modèles de trafic et, l’on
constate que le trafic des données dépasse désormais le trafic téléphonique dans
la plupart des économies avancées.

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 3


Evolution PDH vers SDH/SONET

• Les techniques de transmission SDH et de son équivalent nord-américain, SONET, permettent


de router à nouveau le trafic pour contourner les points de défaillance.
• Par ailleurs, la SDH est certainement la technologie actuellement dominante dans les zones
métropolitaines. Elle devrait le rester dans les années à venir malgré l’essor rapide de
technologies émergentes, comme le WDM métropolitain et l’ethernet optique qui
représenteront 60% des investissements en équipements pour réseaux métropolitains
optiques en Amérique du Nord en 2003.
• SONET est une proposition initiale de Bellcore, définissant la couche de transport physique
d'une architecture à haut débit. SDH correspond à une vision spécifique de SONET,
demandée par les Européens et adaptée à l'ATM. Toutefois, les différences entre ces deux
technologies sont très minces.
• De même les technologies SONET et SDH utilisées comme techniques de transport dans les
réseaux téléphoniques des grands opérateurs pratiquent un multiplexage temporel pour
assembler plusieurs lignes en une seule ligne de débit supérieur.

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 4


NOTIONS SUR LA SDH
• Les supports physiques sont maintenant numériques et une nouvelle hiérarchie a dû être
développée : SONET (Synchronous Optical Network) en Amérique du nord, SDH en
Europe.
• Ces nouvelles hiérarchies prennent toujours en compte la numérisation de la parole suivant
un échantillonnage toutes les 125 µs, mais elles sont complètement synchrones : une
trame est émise toutes les 125 µs, la longueur de la trame dépend de la vitesse de
transmission.

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 5


Définitions SDH (1/2)

Que signifie SDH ?


La hiérarchie numérique synchrone ou SDH (en anglais Synchronous Digital Hierarchy)
c’ est un ensemble de protocoles pour la transmission de données numériques à haut
débit. Il relève du niveau 1 du modèle en couches de l'OSI et correspond à SONET aux
États-Unis.
• SONET:
• SONET est au départ une proposition de BELLCORE (BELL Communication REsearch)
puis un compromis a été trouvé entre les intérêts américains, européens et japonais pour
l'interconnexion des différents réseaux des opérateurs et les réseaux nationaux. SONET
est devenu une recommandation de l'UIT-T. C'est une technique de transport entre deux
nœuds qui permet l'interconnexion des réseaux.
• La hiérarchie des débits étant différente sur les trois continents, il a fallu trouver un
compromis pour le niveau de base. C'est le débit de 51,84 Mbps qui forme le premier
niveau STS-1 (Synchronous Transport Signal, level 1).

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 6


Définitions SDH (2/2)

• En pratique ,ces protocoles sont utilisés par les opérateurs de télécommunication pour
leur réseau, mais la SDH fait aussi l'objet de services vendus aux entreprises, comme
l'offre SMHD de France Télécom, une offre de boucle(s) privative(s) basée sur la
technologie SDH.
• La recommandation SDH a été normalisée par L'UIT-T (1988).
• G.707 - Synchronous digital bit rate;
• G.708 - Network Node Interface for SDH;
• G.709 - Synchronous multiplexing structure.
• La hiérarchie SDH reprend celle de SONET. Le niveau 1 de SDH est le niveau 3 de SONET.

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 7


Hiérarchie SDH/SONET
SDH (Europe)/Débits SONET (Etats Unis)/Débit SDH (Japon)/Débit

STM-1: (155,520 Mbps) STS-1: (51,840 Mbps) STM-3 :(466,560 Mbps)


STM-4: (622,080 Mbps) STS-3: (155,520 Mbps) STM-6: (922,120 Mbps)
STM-16: (2488,370 Mbps) STS-9: (466,560 Mbps) STM-8: (1244,160 Mbps)
STM-64: (10 Gbps) STS-12: (622,080 Mbps)
STM-128: (20 Gbps) STS-18: (933,120 Mbps)
STM-256: (40 Gbps) STS-24: (1224,160 Mbps)
STS-48: (2488,370 Mbps)

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 8


Structure d’une trame SDH
• La trame de base est appelée STM-1 (Synchronous Transport Module level 1)

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 9


Topologie des réseaux SDH (1/2)
• Le raccordement des usagers sur le réseau d'opérateur se fait sur des équipements de
multiplexage spécifique : MIE (Multiplexeur à Injection Extraction), ou ADM (Add Drop
Multiplexer).

Structure d’une MIE

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 10


Topologie des réseaux SDH (2/2)

Il existe trois types de topologies, Les architectures peuvent être


réalisées en bus, en anneau, en étoile et peuvent être combinées
entre elles permettant aux opérateurs de résoudre un grand
nombre de cas pratiques.
• Topologie en boucle ou anneau ;
• Topologie en bus ;
• Topologie en étoile.

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 11


Architecture de la SDH / SONET (1/3)
Les sigles "SONET" et "SDH" sont mis pour "Synchronous Optical NETwork" et pour "Synchronous
Digital Hierarchy". Ces termes désignent des ensembles de protocoles reliés à l'utilisation de la fibre
optique dans les réseaux. La hiérarchie numérique synchrone (SDH) est la version européenne (c’est
à dire répondant aux attentes des européens) du réseau optique synchrone (SONET) qui est un
protocole d'origine américaine. Pour la norme SONET, les niveaux sont classés en OC : Optical
Contener. Pour la norme SDH, les niveaux sont organisés hiérarchiquement en STM - n
(Synchronous Transport Module, niveau n). La hiérarchie de la norme SDH correspond à celle de
SONET.
Le niveau 1 de SDH (155,52 Mb/s) est le niveau 3 de SONET et le niveau 2 de SDH (622,08 Mb/s)
est le niveau 12 de SONET. Les réseaux SDH les plus déployés sont aujourd'hui des réseaux
combinant les niveaux STM 1 (155 Mbit/s), STM 4 (622 Mbit/s) et STM 16 (2,5 Gbit/s). La technologie
SONET/SDH utilise un multiplexage temporel à travers des multiplexeurs appelés ADM (Add/Drop
Multiplexeur) ou MIE (Multiplexeur à Insertion/Extraction).
Le multiplexeur terminal (TM, Terminal Multiplexer) permet le multiplexage de signaux affluents
plésiochrones (PDH) dans un signal de ligne STM-1 résultant. Les répéteurs- régénérateurs sont des
équipements qui permettent, dans une transmission longue distance, d’amplifier et de remettre en
forme le signal optique.
RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 12
Architecture de la SDH / SONET (2/3)
La technologie SDH se retrouve aussi bien en topologie point à point, bus et surtout
anneau. Il faut préciser que le principal support est la fibre optique sur laquelle il est
possible d’utiliser un multiplexage WDM (multiplexage en longueur d’onde). La technologie
SDH est donc, souvent, couplée à une technique WDM quand elle relie deux ADMs (Add
and Drop Multiplexers) distants. Ceci permet de ne pas avoir à multiplier le nombre de
fibres entre 2 localités.
Un réseau en anneau est une chaîne, repliée sur elle-même et refermée, constituée
uniquement de noeuds ADM et ne possédant pas de noeud terminal. Ce type de réseau
joue un rôle clé en SDH/SONET grâce aux mécanismes performants d'autocicatrisation
(délai de rétablissement < 50 ms) du réseau en cas de défaillance (par exemple : câble
coupé, panne d'électricité ou incendie dans un noeud du réseau). Les applications des
réseaux en anneau sont nombreuses : réseaux d'accès aux réseaux nationaux, en passant
par les réseaux locaux et régionaux

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 13


Architecture de la SDH / SONET (3/3)

Ses débits sont appelés STM-i avec le STM-1 égal à 155 Mbit/s. STM
signifie Synchronous Transport Module. Le STM-4 correspond à un débit
de 622 Mbit/s, le STM-16 correspond à un débit de 2,5 Gbit/s et le STM-
RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 14
64 correspond à un débit de 10 Gbit/s.
Exemple de réseau SDH

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 15


Multiplexage et Multiplexeurs dans la
SDH
• Le principe de multiplexage retenu pour la SDH est le multiplexage synchrone.
• Ce type de multiplexage procure une visibilité directe des signaux transportés à l'intérieur
d'une trame à 155Mbit/s. On peut alors extraire ou insérer des affluents, réorganiser le
multiplex sans effectuer l'ensemble des opérations de multiplexage/démultiplexage.
• Les signaux à transporter proviennent de liaisons qui peuvent être synchrones ou
asynchrones. Pour faciliter leur transport on les accumule dans un conteneur virtuel (VC :
Virtual Conteneur). Ce packaging est appelé adaptation. Il y a différents conteneurs
virtuels pour chaque type de signal à transmettre. Le transport de ces conteneurs sur les
trames STM 1 à STM 16 s'effectue par un multiplexage temporel.

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 16


Multiplexage bas débits et haut débits en
SDH

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 17


Multiplexeurs dans la SDH

La fonction de base assurée par le multiplexeur consiste à charger (à l’origine) et à extraire


(à l’arrivée) les affluents des différents clients qui ont été assemblées dans les trames STM-
n véhiculée par le réseau. Le mécanisme des pointeurs permet d’extraire ou d’injecter
aisément un affluent dans un multiplex. Cette fonction est assurée par un élément appelé
multiplexeur SDH à injection/extraction MIE et plus généralement ADM (Add Drop Mux).
Les multiplexeurs dits MUX terminaux ou accès, permettent la projection et le multiplexage
des affluents PDH, des affluents produits par d’autres standards (ATM, FDDI, ...) et des
affluents SDH pour constituer des trames STM-n. Ils assurent évidemment l’opération
inverse. Une application courante est la collecte et la restitution par un réseau SDH des flux
de données des clients. Les multiplexeurs dits ‘HUB MUX’ permettent d’interconnecter du
trafic transporté sur des fibres ou sur des anneaux. Ils sont utilisés dans une structure en
étoile. Des liaisons intermédiaires entre hub permettent également de restaurer le trafic via
des routes alternatives.

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 18


Avantages de la SDH
• Simplification du réseau : La simplification des techniques de multiplexage / démultiplexage permet
l'utilisation d'un nombre illimité d'équipements ; Offre une grande souplesse d'exploitation grâce à
sa capacité de modification rapide de la configuration du réseau de transmission ;
• Haute flexibilité : Possibilité d'accéder aux affluents bas débits sans besoin de décomposer tout le
signal haut débit ;
• La facilité de réorganisation du train résultant ;
• La possibilité de transporter dans ce train des débits variés ;
• Intégration de PDH : La compatibilité avec les réseaux PDH est maintenue, il est donc possible de
connecter des réseaux PDH et SDH, favoriser l'introduction d'une large gamme de services ;

• Les réseaux SDH sont auto-cicatrisants et possèdent donc un taux élevé de disponibilité ;
• La SDH comportent des canaux d'administration qui permettent : L'exploitation, l'administration du
réseau et la maintenance du réseau ;
• Evolutivité : Facilité d'évolution vers les niveaux de multiplexage supérieurs, l'extension du réseau
et les nouveaux services. RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 19
Inconvénients de la SDH
• Le coût d'équipement SDH/ATM reste encore très élevé et doit faire face à d'autre
technologie ;

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 20


Exercices d’applications
Question 1 : Profitez-en pour rappeler la signification des sigles.
SDH, POH, MSOH, RSOH
Question 2 : Définissez les paliers de débit normalisés dans la hiérarchie numérique plésiochrone
Européenne. Quel type de multiplexage est utilisé pour obtenir les paliers supérieurs ?
Question 3 : Définissez les paliers de débit normalisés dans la hiérarchie numérique synchrone. Quel
type de multiplexage est utilisé pour obtenir les paliers supérieurs ?
Question 4 : Pouvez-vous lister les avantages de la SDH par rapport à la PDH ?
Question 5 : Qu’est ce que le DWDM ? A quoi sert cette technologie ?

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 21


Fin du Chapitre

RSE 2- Réseau de transmission Eng, MBA. Pascal KAMGNO 22

Vous aimerez peut-être aussi