Vous êtes sur la page 1sur 44

Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 1 de 44

DIMENSIONNEMENT D’UNE POUTRE MIXTE CONTINUE


DE 3 TRAVEES

Cet exemple traite une poutre mixte appuyée aux quatre appuis que l’on peut
considérer une poutre continue de trois travées (Figure 1).

A B C D
7m 7m 7m

Figure 1 : Schéma de calcul de la poutre

Il n'est pas inutile à noter que, à part d'une considération de plus de cas de
chargement (c'est-à-dire la présence de certains charges sur certains travées
et l'absence de charges sur d'autres travées), le traitement d'une poutre
continue de plus de plus de 3 travées ne cause pas de sur-difficultés par
rapport à celui d'une poutre de 3 travées.

I. Généralité

I.1. Différentes types de vérification (à envisager)

a) Pour les vérifications à l’E.L.U en phase définitive de construction


+ la résistance des sections mixtes de la poutre au moment de
flexion (réduite éventuellement par la présence de l’effort
tranchant) ;
+ la résistance de l’âme à l’effort tranchant ou au voilement par
cisaillement ;
+ la stabilité de la poutre au déversement ;
+ la résistance de la connexion au cisaillement longitudinal ;
+ la résistance de la dalle de béton à l'effort tranchant longitudinal
exercée par les connecteurs (armature transversale);

b) Pour les vérifications à l’E.L.U en phase de construction


+ la résistance des sections métalliques de la poutre au moment de
flexion (réduite éventuellement en présence de l’effort
tranchant) ;
+ la résistance de l’âme à l’effort tranchant ou au voilement par
cisaillement ;
+ la stabilité au déversement (en négligeant ici tout maintien latéral

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 2 de 44

par la tôle profilée).

c) Pour les vérifications à l’E.L.S en phase définitive


+ la flèche maximale;
+ l’évaluation de la fréquence propre de la poutre.

II. Données géométriques, mécaniques et données relatives


aux charges et aux combinaisons des charges

La travée: L = 7m
Espace entre poutres : B = 10m
Pour mémoire, la travée des solives : L sol = B = 10 , et l’entraxe des solives :
L
Bsol = =3,5 m .
2

II.1. Données relatives à la dalle

cs=25
200
115
hs=100 hs,t=90

65
75
85 115

Figure 2 : Détails du bac et de l’armature

La dalle est en béton à densité normale avec bac collaborant, dont les détails
géométriques sont donnés comme suivant:
─ les nervures sont perpendiculaires à la poutre
─ l'épaisseur de la dalle (partie de béton hors nervures): hc = 75mm
─ la hauteur des nervures : h p = 55mm

─ l'espacement entre des nervures e 0 =200mm.


─ la largeur minimale des nervures b1 = 65mm
─ la largeur maximale des nervures b 2 = 85mm ,
b1 + b 2
─ la largeur moyenne des nervures b 0 = = 75mm ,
2

on peut vérifier ici que b 0 = 75mm ≥ 50mm , EN1994-1-1:


cl. 6.6.5.8

─ l'épaisseur du bac acier tp = 1mm .

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 3 de 44

Les largeurs efficaces de la dalle en béton : EN1994-1-1 :


cl. 5.4.1.2

zone 1 zone 2 zone 3 zone 2 zone 1

A B C D
Figure 3 : Zones de largeurs participantes différentes.

─ Sous le moment positif dans les travées extérieures (zone 1 sur la


Figure 3)

+  0,85L  +
b eff ,ext = min  B,2 ×  , donc b eff ,ext = 1,488m
 8 

─ Sous le moment positif dans les travées intérieures (zone 3 sur la


Figure 3)

+  0,70L  +
b eff ,int = min  B,2 ×  , donc b eff ,int = 1,225m
 8 

─ Sous le moment négatif (zone 2 sur la Figure 3):

−  0,5L 
b eff = min B,2 ×  , donc beff = 0,875m
 8 

La nappe d’armature longitudinale de la dalle est constituée de barres Ф10


avec maille de 100mm (équivalant à un pourcentage de 1,05%) est utilisé au
travail de la poutre sous le moment négatif, ce qui déduire 8 bars dans la
zone effective pour le moment négatif sur l'appui intermédiaire.

L'aire totale de l'armature longitudinale dans la zone effective :

π × (10mm )
2
As = 8 × = 628,32 mm2 .
4

L’épaisseur de la couche du béton au dessus de l’armature c s = 25mm, donc,


la distance entre cette nappe d'armature et la face supérieure du profilée est:

h s = 100mm.

La nappe d’armature transversale de la dalle est constituée de barres Ф10


avec maille de 100mm (équivalant à un pourcentage de 1,05%) est utilisé au
travail de la dalle dans le sens perpendiculaire de la poutre, ce qui déduire 10
bars dans chaque mètre linéique de la dalle.

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 4 de 44

L'aire totale de l'armature transversale dans chaque mètre linéique de la dalle:

π × (10mm )
2
A s,t = 10 × = 785,40 mm2 .
4

La distance entre cette nappe d'armature et la face supérieure du profilée est:

h s,t = 90mm .

II.2. Caractéristiques géométriques et mécaniques du profilé IPE360

On ne cite ci-après que les caractéristiques mécaniques du profilé qui vont


servir aux vérifications. Ces caractéristiques peuvent être tirées directement
d’un catalogue ou peuvent être éventuellement calculées de façon simple.

hc=75

hp=55

tf=12,7

ha=360 dw=334,6

tw=8

r =18

ba=170

Figure 4 : Caractéristiques géométriques de la section

─ les dimensions élémentaires du profilé :

h a = 360mm, b f = 170mm, t w = 8,0, t f = 12,7mm, r = 18mm ,

─ l’aire de la section en acier :

A a = 7,273×10-2 m2,

─ l’aire de la section prenant l’effort tranchant :

A V = 3,514×10-2 m2,

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 5 de 44

─ le moment d'inertie de flexion de la section en acier selon l'axe fort:

I a , y = 1,627×10-4 m4 ,

─ le moment d'inertie de flexion de la section en acier selon l'axe


faible :

I a ,z = 1,043×10-5 m4 ,

─ l'inertie de torsion de St Venant de la section en acier :

I a ,t = 3,732×10-7m4 ,

─ le moment d'inertie de gauchissement de la section en acier :

I a ,w = 3,136×10-7m6,

─ le rayon de giration de la section en acier selon l’axe faible:

I a ,z
i a .z = = 15,427cm ,
Aa

─ le rayon de giration à la torsion la section en acier :

I a , y + I a ,z
i a .x = = 15,427cm ,
Aa

─ le moment d'inertie de flexion de la semelle inférieure par rapport à


l'axe faible du profil en acier :

b 3f t f
I afz = = 5,2×10-6 m4 ,
12

─ le module de flexion plastique de la section en acier selon l'axe fort :

Wpl, y = 1,019×10-3 m3 .

II.3. Charges et surcharges

II.3.1. Phase de montage

Pour mémoire, les solives sont étayées dans la phase de montage, ainsi, les
charges appliquées sur la poutre continue peuvent être calculés comme les

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 6 de 44

réactions des appuis extérieurs de la poutre continue de deux travées avec la


longueur de chaque travée étant un demi de la travée de la solive.

Charges de type permanent :


─ Poids propre du plancher en béton

3 L   b 
G f ,m = 2 ×  so  × Bso ×  h c + 0 h p  × ρ c = 31,38 kN .
8 2   e0 

─ Poids propre de la poutre en acier - (IPE360) :

g s = A a × ρ a = 0,571 kN/m .

On peut se contenter à remplacer la charge gs repartie par une charge


concentrée Qs pour le but d’une simplification plus loin les calculs ;
ainsi, Qs est déterminé par :

L
Gs = gs × = (0,571 kN/m) × 3,5m = 2,00 kN .
2

En effet, puisque le poids propre gs de la poutre est beaucoup moins


important par rapport aux autres charges, le remplacement de la charge
répartie ne cause pas une grande influence sur le calcul des efforts
internes.

─ Poids propre de la poutre solive en acier - (IPE360) :

3  L so 
s ,m = 2 ×
G so  (A a ρ a ) = 2,14 kN .
8 2 

Charge de type variable :


─ Surcharge chantier durant la phase de montage

3L 
Q m = 2 ×  so  × Bso × (0,8 kN/m2) = 10,50 kN
8 2 

II.3.2. Phase définitive de construction

Charges permanentes :
─ Poids propre du plancher en béton

L L 
G f = gf×  so + so  = 83,67 kN .
 2 2 

─ Charge de finition intérieure

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 7 de 44

L L 
G fi = gfi ×  so + so  = 42,00 kN .
 2 2 

─ Poids propre de la poutre solive en acier - (IPE360) :

 L so L so 
s = 
G so +  × (A a ρ a ) = 5,71 kN .
 2 2 

Charge variable :

─ Charge d'exploitation au service normale. Il s'agit la charge


d'exploitation appliquée sur le plancher d'un bureau:

L L 
Q e = qe ×  so + so  = 105,00 kN
 2 2 

III. Caractéristiques des sections de la poutre

III.1. Moments d'inertie des sections de la poutre mixte : (Texte du


guide ?)

En un cas général, il est essentiel à connaître au préalable les moments


d’inertie des sections afin d’effectuer l’analyse globale d’une poutre mixte
continue à partir de 3 travées (même les travées et les sections sont
identiques), à cause des largeurs efficaces différentes dans les travées.

Pour la poutre en question, on peut distinguer trois moments d’inertie


correspondant à 3 largeurs efficaces déterminées précédemment.

III.1.1. Zone sous moment positif de deux travées extérieures

La section homogénéisée :
+
b eff ,ext h c
Ah = Aa + = 15370 mm2 .
n

On observe que :

h  b+ h 2
A a  a + h p  = 1,709×10-3 m3 > eff ,ext c = 0,304×10-3 m3 .
 2  2n

Alors, l'A.N.E se situe dans le profilé d'une distance par rapport à la face
supérieure de la dalle :

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 8 de 44

+ 2
A h  1 b eff ,ext h c
ze = a ×  a + h p + h c  + × = 166,4mm
Ah  2  Ah 2n

Le moment d'inertie est calculé par :

+
b eff  2 
,ext h c h c hc  
2

I1,ext = I a + A a (z a − z e ) + + − =
2
  z e 
n  12  2  

= 4,510×10-4 m4 .

III.1.2. Zone sous moment positif de la travée intérieure

La section homogénéisée :
+
b eff ,int h c
A h = Aa + = 13940 mm2 .
n

On observe que :

h  b+ h 2
A a  a + h p  = 1,709×10-3 m3 > eff ,int c = 0,250×10-3 m3 ,
 2  2n

alors, l'A.N.E se situe dans le profilé d'une distance par rapport à la face
supérieure de la dalle :
+ 2
Aa  h a  1 b eff ,int h c
ze = ×  + hp + hc  + × = 179,6mm
Ah  2  Ah 2n

Le moment d'inertie est calculé par :

+
b eff  2 
,int h c h c hc  
2

I1,int = I a + A a (z a − z e ) + + −  =
2
  e
z
n  12  2  

= 4,242×10-4 m4 .

III.1.3. Zone sous moment négatif (sur les appuis intermédiaires)

L'A.N.E se situe d'une distance par rapport au centre de gravité du profilé :

h 
As  a + h s 
ze =   = 22,27mm .
2
Aa + As

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 9 de 44

Le moment d'inertie est calculé par :


2
h 
I 2 = I a + A a z e2 + A s  a + h s − z e  = 2,08×10-4 m4 .
 2 

III.2. Classification et résistances plastiques des sections

III.2.1. Section métallique


Le moment résistant plastique de la section métallique :
EN1993-1-1:
M pl,a ,Rd = f yd × Wpl, y = 240 kN.m cl. 6.2.5(2)

La résistance à l'effort tranchant de la section: EN1993-1-1:


cl. 6.2.6(2)
f yd
Vpl,a ,Rd = A V × = 476,7 kN
3

Note : la résistance plastique à l'effort tranchant de la section mixte est prise


comme la résistance uniquement de l’âme du profilé métallique, ainsi :

Vpl,Rd = Vpl,a ,Rd = 476 kN

(Texte du
III.2.2. Section mixte sous le moment positif dans la travée extérieure
guide ?)

Les efforts résultants en équilibre dans la section mixte sont

─ pour le bloc rectangulaire de béton :

Fcd = 0,85f cd × b eff × h c = 1580 kN

─ pour le profilé en acier:

Fad = f yd × A a = 1709 kN

On observe que Fad > Fcd , mais Fad − Fcd = 129 kN < 2f yd t f b f = 1015 kN,
alors, l’axe neutre se situe dans la semelle supérieure du profilé à la position
par rapport à la surface supérieure de la dalle en béton :

Fad − Fcd
zp = + h p + h c = 131,6 mm .
2f yd b f

Ainsi, une partie de la semelle supérieure du profilé travaillent en

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 10 de 44

compression. En effet, la semelle supérieure peut être automatiquement dit


de classe 1 parce que les connecteurs seront correctement dimensionnés
ultérieurement pour assurer la liaison efficace entre la dalle et le profilé.

Toutefois, on peut toujours effectuer la classification classique de la semelle EN1993-1-1:


supérieure afin éviter un critère assez sévère de la distance entraxes des Tableau 5.2
connecteurs préconisé dans l’Eurocode. (feuille 1) et
EN1994-1-1:
 b f − t w − 2r 
  t f = 4,96 ≤ 9ε =9 cl. 6.6.5.5(2)
 2 

 la semelle supérieure est de classe 1

En outre, l’âme et la semelle inférieure travaille en traction. En conséquence,


la section est de classe 1.

zp = 131,6

A.N.P
63

Figure 5 : Position de l’axe neutre plastique dans la section

Le moment résistant plastique de la section mixte est calculé par :

h   z + hp 
M pl+ , Rd,ext = Fa  a + h c + h p  − (Fa − Fc )  p  = 454kN.m
 2   2 

(Texte du
III.2.3. Pour la section mixte sous le moment positif dans la travée
intérieure guide ?)

L’effort résultant en équilibre dans la section mixte pour le bloc rectangulaire


de béton est:

Fcd = 0,85f cd × b eff × h c = 1302 kN .

On observe que Fad > Fcd , mais Fad − Fcd = 407 kN < 2f yd t f b f = 1015 kN,
alors, l’axe neutre se situe dans la semelle supérieure du profilé à la position
par rapport à la surface supérieure de la dalle en béton :

Fa − Fc
zp = + h p + h c = 135,1 mm
2f yd b f

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 11 de 44

La semelle supérieure est de classe 1 (cf. le paragraphe III.2.2).


En outre, l’âme et la semelle inférieure travaille en traction. En conséquence,
la section est de classe 1.

zp = 135,1

A.N.P
63

Figure 6 : Position de l’axe neutre plastique dans la section

Le moment résistant plastique de la section mixte est calculé par :

h   z + hp 
M pl+ , Rd,int = Fa  a + h c + h p  − (Fa − Fc )  p  = 427kN.m
 2   2 

(Texte du
III.2.4. Pour la section mixte sous le moment négatif
guide ?)

L’effort résultant en équilibre dans la section mixte pour l’armature située


dans la largeur efficace:

Fsd = f sd × A s = 273 kN.

On observe que :

Fad − Fsd = 1436 kN > 2b f t f f yd = 1015kN.

Alors, l’axe neutre se situe dans l'âme du profilé à la position par rapport au
centre de gravité du profilé métallique :

Fs
zw = = 72,7 mm .
2 t w f yd

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 12 de 44

Classification de la section EN1993-1-1:


─ Classification de l'âme du profilé : cl. 5.6

A.N.P
z w=72,7

222

63

Figure 7 : Position de l’axe neutre plastique dans la section

+ La hauteur de voilement de la paroi est prise égale : EN1993-1-1:


Tableau 5.2
ha (feuille 2)
dc = zw + − t f − r = 222,0 mm
2

+ La hauteur de l’âme exclue les congés :

c = h a − 2 t f − 2r = 298,6 mm

donc :

dc
α= = 0,743 > 0,5
c

Ainsi :

dc 396ε
= 27,8 < = 45,7  l’âme est de classe 1 .
tw 13α − 1

─ Classification de la semelle inférieure: EN1993-1-1:


Tableau 5.2
+ La classification est réalisée au moyen du de. La hauteur de
(feuille 1)
b − t − 2r
voilement de la paroi est prise égale à f w , ainsi,
2

 b f − t w − 2r 
  t f = 4,96 ≤ 9ε =9  la semelle est de classe 1
 2 

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 13 de 44

En conséquence, la section est de classe 1.

Le moment résistant plastique de la section mixte sous le moment négatif est


calculé par :

h  F2
M −pl,Rd = M pl.a.Rd + Fs  a + h s  − s = 306 kN.m
 2  4 t w f yd

La résistance plastique au cisaillement de la section mixte est prise comme la


résistance uniquement de l’âme du profilé métallique, ainsi :

Vpl,Rd = Vpl,a ,Rd = 476 kN > VEd = 167 kN .

IV. Vérifications à E.L.U à l'étape définitive de construction EN1994-1-1:


Section 6

Combinaison de charges EN1990:


Tableau A1.2

─ Valeurs de charge ponctuelle appliquée sur la poutre quand les


charges variables sont prises en compte :

P d = 1, 35 (G f + G s + G s ,so + G fi ) + 1,5 Q e = 337,56 kN

─ Valeurs de charge ponctuelle appliquée sur la poutre quand les


charges variables ne sont pas prises en compte :

G d = 1,35(G f + G s + G s ,so + G fi ) = 180,06 kN

On peut envisager 5 possibilités de chargement que l’on va étudier en


suivant.

IV.1. Cas de chargement 1

Pd Pd Pd

A B C D
Figure 8 : charges ponctuelles appliquées sur la poutre (cas 1)

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 14 de 44

IV.1.1. Analyse globale élastique non-fissuré de la poutre

Diagramme de moment fléchissant :

349

349
242
A B C D
416

416
Figure 9 : diagramme de moment fléchissant réduit de l’analyse élastique
non-fissurée

IV.1.2. Redistribution du moment

On observe que M B = 349 kNm > M −pl,Rd et M C = 349 kNm > M −pl,Rd , ce
résultat conduit à la redistribution du moment en réduisant les moments sur
les appuis.

Les sections sur les appuis sont de classe 1, on peut réduire jusqu’à 40% des EN 1994-1-1:
valeurs de moment sur les appuis. Tableau 5.1

Puisque le chargement est symétrique, la redistribution peut être réalisée en


même temps pour les 2 appuis B et C. La détermination des efforts internes
dans la poutre peut se baser maintenant sur le schéma de calcul dans la
Figure 10.

Pd M −pl,Rd M −pl,Rd Pd M −pl,Rd M −pl,Rd Pd

A B B C C D

Figure 10 : Schéma structural pour le calcul des efforts internes après la


redistribution du moment.

Résultats du moment fléchissant et de l’effort tranchant :

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 15 de 44

306

306
285
A B C D

438

438
213

169

124
124

169

213
A B C D

Figure 11 : Diagrammes du moment de l’effort tranchant après la


redistribution du moment sur les appuis (cas 1).

Pour les moments sur les appuis intermédiaires, on peut vérifier que :
─ l’appuis B :

M (EdB) − M (reB)
× 100% = 12,3% < 40%
M (EdB)

─ l’appuis C :

M (EdC ) − M (reC )
× 100% = 12,3% < 40%
M (EdB)

Pour les moments aux mi-travées, on peut vérifier que :


─ travée AB :
+
re = 438kNm < M pl ,Rd ,ext = 454 kNm
M AB

─ travée BC :
+
re = 285kNm < M pl ,Rd ,int =427 kNm
M BC

─ travée CD :
+
re = 438kNm < M pl ,Rd ,ext = 454 kNm
M CD

Pour l’effort tranchant on peut vérifier que la valeur absolue maximale

max Q re = 213kN < 0,5Vpl,Rd = 238,4 kN.

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 16 de 44

Alors le critère de la résistance de cisaillement est satisfait et l’effort EN1994-1-1:


tranchant ne cause pas l’effet significatif sur le moment résistant des cl. 6.2.2.4
sections.

IV.2. Cas de chargement 2

Pd Pd Gd

A B C D
Figure 12 : Charges ponctuelles appliquées sur la poutre (cas 2)

IV.2.1. Analyse globale élastique non-fissuré de la poutre

Diagramme de moment fléchissant :


374

245

192
281

A B C D
404

Figure 13 : Diagramme de moment fléchissant réduit de l’analyse élastique


non-fissurée

IV.2.2. Redistribution du moment

On observe que M B = 374kNm > M −pl,Rd , ce résultat conduit à la


redistribution du moment en réduisant le moment sur l’appuis B.

La détermination des efforts internes dans la poutre peut se baser maintenant


sur le schéma de calcul dans la Figure 14.

Pd M −pl ,Rd M −pl ,Rd Pd


Gd

A B B C D

Figure 14 : Schéma structural pour le calcul des efforts internes après la


redistribution du moment.

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 17 de 44

Résultats du moment fléchissant et de l’effort tranchant :

306

261

184
307
A B C D
438
213

53
161
124

127
169
A B C D

Figure 15 : Diagrammes du moment de l’effort tranchant après la


redistribution du moment sur les appuis (cas 2).

Pour les moments sur les appuis intermédiaires, on peut vérifier que :
─ l’appuis B :

M (EdB) − M (reB)
× 100% = 18,2% < 40%
M (EdB)

─ l’appuis C :

M (reC ) = 260 kNm < M −pl,Rd = 312 kNm

Pour les moments aux mi-travées, on peut vérifier que :


─ travée AB :
+
re = 438kNm < M pl ,Rd ,ext = 454 kNm
M AB

─ travée BC :
+
re = 307kNm < M pl ,Rd ,int =427 kNm
M BC

─ travée CD :
+
re = 184kNm < M pl ,Rd ,ext = 454 kNm
M CD

Pour l’effort tranchant on peut vérifier que la valeur absolue maximale

max Q re = 213kN < 0,5Vpl,Rd = 238,4 kN.

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 18 de 44

Alors le critère de la résistance de cisaillement est satisfait et l’effort EN1994-1-1:


tranchant ne cause pas l’effet significatif sur le moment résistant des cl. 6.2.2.4
sections.

IV.3. Cas de chargement 3

Pd Gd Pd

A B C D

Figure 16 : Charges ponctuelles appliquées sur la poutre (cas 3)

IV.3.1. Analyse globale élastique non-fissuré de la poutre

Diagramme de moment fléchissant : 265


265

50

A B C D
458

458

Figure 17 : diagramme de moment fléchissant réduit de l’analyse élastique


non-fissurée

IV.3.2. Redistribution du moment

On observe que M AB = 458 kNm > M pl+ ,Rd ,ext et M CD = 458 kNm > M pl+ ,Rd ,ext ,
ce résultat conduit à la redistribution du moment en augmentant les moments
sur les appuis B et C.

Puisqu’on utilise l’analyse non-fissurée, on peut réduire jusqu’à 10% des EN 1994-1-1:
valeurs de moment sur les appuis. cl. 5.4.4(5)

Le chargement est symétrique, la redistribution peut alors être réalisée en


même temps pour les travées AB et CD. La détermination des efforts internes
dans la poutre peut se baser maintenant sur le schéma de calcul dans la
Figure 18.

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 19 de 44

M +pl, Rd M +pl, Rd
Pk − Pk −
L/2 Gd L/2
+
M pl , Rd M +pl , Rd
B C

Figure 18 : Schéma structural pour le calcul des efforts internes après la


redistribution du moment.

Résultats du moment fléchissant et de l’effort tranchant :


274

274
41

A B C D
454

454
208

130
90
90
130

208

A B C D

Figure 19 : Diagrammes du moment de l’effort tranchant après la


redistribution du moment dans la travée (cas 3).

Pour les moments sur les appuis intermédiaires, on peut vérifier que :
─ l’appuis B :

M (reB) − M (EdB)
× 100% = 3,4% < 10%
M (EdB)

et M (reB) = 274 kNm < M pl− ,Rd = 306 kNm

─ l’appuis C :

M (reC ) − M (EdC )
× 100% = 3,4% < 10%
M (EdB)

et M (reC) = 274 kNm < M pl− ,Rd = 306 kNm

Pour les moments aux mi-travées, on peut vérifier que :

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 20 de 44

─ travée BC :
+
re = 41kNm < M pl ,Rd ,int =427 kNm
M BC

Pour l’effort tranchant on peut vérifier que la valeur absolue maximale

max Q re = 208kN < 0,5Vpl,Rd = 238,4 kN.

Alors le critère de la résistance de cisaillement est satisfait et l’effort EN1994-1-1:


tranchant ne cause pas l’effet significatif sur le moment résistant des cl. 6.2.2.4
sections.

IV.4. Cas de chargement 4

Pd Gd Gd

A B C D

Figure 20 : Charges ponctuelles appliquées sur la poutre (cas 4)

Résultats du moment fléchissant et de l’effort tranchant :


290

161

234

A B C D
90
446

72
216

67
108

113
127

A B C D

Figure 21 : Diagrammes du moment fléchissant et de l’effort tranchant


réduits de l’analyse élastique non-fissurée (cas 4).

On ne doit pas procéder une redistribution de moment.

Pour les moments sur les appuis intermédiaires, on peut vérifier que :
─ l’appuis B :

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 21 de 44

M (reB) = 290 kNm < M pl− ,Rd = 306 kNm

─ l’appuis C :

M (reC) = 161 kNm < M pl− ,Rd = 306 kNm

Pour les moments aux mi-travées, on peut vérifier que :


─ travée AB :
+
re = 446kNm < M pl ,Rd ,ext = 454 kNm
M AB

─ travée BC :
+
re = 90kNm < M pl ,Rd ,int =427 kNm
M BC

─ travée CD :
+
re = 234kNm < M pl ,Rd ,ext = 454 kNm
M CD

Pour l’effort tranchant on peut vérifier que la valeur absolue maximale EN1994-1-1:
cl. 6.2.2.4
max Q re = 216kN < 0,5Vpl,Rd = 238,4 kN.

Alors le critère de la résistance de cisaillement est satisfait et l’effort


tranchant ne cause pas l’effet significatif sur le moment résistant des
sections.

IV.5. Cas de chargement 5

Gd Pd Gd

A B C D

Figure 22 : Charges ponctuelles appliquées sur la poutre (cas 5).

Résultats du moment fléchissant et de l’effort tranchant :

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 22 de 44

270

270
180

180
321
A B C D

51
169
129

129
169
51

A B C D

Figure 23 : Diagrammes du moment fléchissant et de l’effort tranchant


réduits de l’analyse élastique non-fissurée (cas 5).

On ne doit pas procéder une redistribution de moment.

Pour les moments sur les appuis intermédiaires, on peut vérifier que :
─ l’appuis B :

M (reB) = 270 kNm < M −pl,Rd = 306 kNm

─ l’appuis C :

M (reC) = 270 kNm < M −pl,Rd = 306 kNm

Pour les moments aux mi-travées, on peut vérifier que :


─ travée AB :
+
re = 180kNm < M pl ,Rd ,ext = 454 kNm
M AB

─ travée BC :
+
re = 321kNm < M pl ,Rd ,int =427 kNm
M BC

─ travée CD :
+
re = 180kNm < M pl ,Rd ,ext = 454 kNm
M CD

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 23 de 44

Pour l’effort tranchant on peut vérifier que la valeur absolue maximale EN1994-1-1:
cl. 6.2.2.4
max Q re = 169kN < 0,5Vpl,Rd = 238,4 kN.

Alors le critère de la résistance de cisaillement est satisfait et l’effort


tranchant ne cause pas l’effet significatif sur le moment résistant des
sections.

IV.6. Vérification de la stabilité de la poutre

IV.6.1. Voilement local (sur les appuis intermédiaires)

On peut vérifier ici que :

dw 72
=38,49 < ε =60
tw 1,2

En effet, le critère précédent permet d'éviter une vérification plus complète EN1993-1-5:
vis-à-vis du voilement par cisaillement. cl. 5.1(2)

IV.6.2. Déversement (sur les appuis intermédiaires) EN1994-1-1:


cl. 6.4

Pour une poutre mixte, la dalle donne un effet favorable au comportement de (Texte du
la poutre contre le risque de déversement sous le moment négatif. Cet effet guide?)
favorable peut être découpé à l’empêchement au déplacement et à la rigidité
de flexion dans le sens perpendiculaire à la poutre.

Parce qu’on néglige complètement le béton (la contribution du béton


comprimé est faible), le moment d’inertie pour chaque unité de la dalle est
calculé par l’armature et le bac en acier.

─ Pour mémoire, la nappe d’armature transversale de la dalle est


constituée de barres Ф10 avec maille de 100mm (équivalant à un
pourcentage de 1,05%), donc, l’aire de l’armature dans chaque mètre
de longueur de la dalle :

A s,t = 785,4mm2 ,

─ et la position moyenne du bac par rapport à la surface supérieure du


profilé :

b0
hb = h p = 20,63mm
e0

─ L’aire du bac en acier pour chaque mètre de longueur de la dalle :

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 24 de 44

A b = t p × 1m = 1000mm2 .

─ et la position des armatures par rapport à la surface supérieure du


profilé :

h s,t = 100mm

Ainsi, la position de l’axe neutre par rapport à la surface supérieure du


profilé :

A b h b + A s,t h s,t
ze = = 51 mm .
A b + A s,t

Alors, le moment d’inertie de chaque mètre de longueur de la dalle, supposée


fissurée et fléchie autour d'un axe horizontal parallèle à la poutre en acier,
que l'on peut prendre égale à :

A b (z e − h b ) + A s,t (h s,t − z e )
2 2

I2 = = 2,167×10-6 m4 /m .
1m

La rigidité en flexion pour chaque mètre de longueur de la dalle : EN1994-1-1:


Cl. 6.4.2(6)
Ea I2
k1 = 3 = 133 kNm/m ;
B

La rigidité en flexion de l'âme en acier : EN1994-1-1:


Cl. 6.4.2(6)
E a t 3w
k2 = = 85 kNm/m ;
( )
4 1 − ν a2 × (h a − t f )

La rigidité du cadre en U inversé pour chaque mètre au longue de la poutre, EN1994-1-1:


ks , est donné par: Cl. 6.4.2(6)

k 1k 2
ks = = 52 kNm/m .
k1 + k 2

Si aucune entretoise n’est installée, la longueur entre 2 point entretoisés est la EN1994-1-1:
travée de la poutre, L. Ainsi, le moment critique élastique Mcr est calculé par: Cl. 6.4.2(7) et
ENV1994-1-1:
kC  k L2  B1.2(4)
M cr = c 4  G a I at + s 2  × E a I afz
L  π 
 

Où, pour un profilé métallique double symétrique, le facteur : ENV1994-1-1:

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 25 de 44

(h a − t f ) I −y / Iay B.1.3
kc =
[(h a − t f )2 / 4 + i2x ] e + (h a − t f ) ,

(A a + A s ) Iay
avec e= = 1,032 ;
Aa zc A s

alors, k c = 1,111.

IV.6.2.1 Travée AB

Puisque le risque de déversement est plus important pour une valeur élevée
M−
du moment sur appuis et un rapport ψ = Ed plus élevé, on peut faire la
M0
vérification du déversement pour la travée seulement avec les efforts internes
du cas de chargement 1.

− M (reB)
ψ= = 0,518
M (reB)
M re −
( AB)

ψ − 0,5
C 4 = 28,4 − (28,4 − 21,8) = 27,9. ENV1994-1-1:
0,75 − 0,5 Tableau B.1

─ Le moment critique :

k cC4  k L2 
M cr =  G a I at + s 2  × E a I afz = 2487 kNm.
L  π 
 

─ L’élancement adimensionnel : EN1994-1-1:


cl. 6.4.2(4)
M (reB)
λ LT = = 0,351 > 0,2 ,
M cr

alors, l’entretoisement dans la zone sous moment négatif doit être


réalisé pour contrôler le risque de déversement.

On peut mètre un entretoise de distance de 1,0 m par rapport à l’appui B, qui


permet de réduire la longueur critique à L c = 1,0m (à noter que la longueur
forfaitaire de la zone sous moment négatif est de 0,15L = 1,05m ≈ L c .

Le calcul du contrôle de déversement est réalisé en supposant que seule la EN1994-1-1:


section métallique résiste au risque de déversement (solution plus Cl. 6.4.1(3)

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 26 de 44

pessimiste).

Ci-après, les vérifications justifient que cette longueur d’entretoise est EN1993-1-1:
suffisamment petite pour stabiliser la travée au déversement. cl. 6.3.2.4

─ Facteur de correction : k c = 0,82 . EN1993-1-1:


Tableau 6.6

─ Valeur pour déterminer l’élancement réduit : λ1 = 93,9ε = 93,9 . EN1993-1-1:


cl. 6.3.2.4(1)

─ L'aire de la semelle comprimée : A f = b f t f = 2159 mm2 . EN1993-1-1:


cl. 6.3.2.4(1)

─ L'aire de la partie d'âme comprimée : EN1993-1-1:


cl. 6.3.2.4(1)
h 
A w .c =  a + z −w − t f  × t w = 1920 mm2 .
 2 

─ Le rayon de giration par rapport à l'axe faible de la semelle EN1993-1-1:


comprimée équivalente cl. 6.3.2.4(1)
Note 1B
I af ,z
i f ,z = = 43,1 mm .
1
A f + A w ,c
3

─ L'élancement résultant de la semelle comprimée équivalente :

k c Lc
λf = = 0,203 .
i f ,z λ1

─ L’élancement limite : λ LT ,0 = 0,4 EN1993-1-1:


cl. 6.3.2.4
─ L’élancement limite : λ c, 0 = λ LT ,0 + 0,1 = 0,5 Note2B

On observe que : EN1993-1-1:


cl. 6.3.2.4(1)P
M pl,a ,Rd
λ c,0 = 0,391 > λ f
M (reB)

Alors, le risque de déversement est contrôlé.

IV.6.2.2 Travée BC

La vérification du déversement pour la travée BC peut être réalisée pour


seulement avec les efforts internes du cas de chargement 1.

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 27 de 44

− M (reB)
ψ= = 0,518
M (reB)
M re −
( AB)

ψ − 0,5
C 4 = 12,7 − (12,7 − 9,8) = 12,5 . ENV1994-1-1:
0,75 − 0,5 Tableau B.1

─ Le moment critique : EN1994-1-1:


Cl. 6.4.2(7) et
kC  k L2  ENV1994-1-1:
M cr = c 4  G a I at + s 2  × E a I afz = 1112 kNm.
L  π  B1.2(4)
 

─ L’élancement adimensionnel : EN1994-1-1:


cl. 6.4.2(4)
M (reB)
λ LT = = 0,525 > 0,2 ,
M cr

alors, l’entretoisement dans la zone sous moment négatif doit être


réalisé pour contrôler le risque de déversement.

On peut mètre un entretoise de distance de 1,0 m par rapport à l’appui B, qui


permet de réduire la longueur critique à L c = 1,0m (à noter que la longueur
forfaitaire de la zone sous moment négatif est de 0,15L = 1,05m ≈ L c .

Le calcul du contrôle de déversement est réalisé en supposant que seule la EN1994-1-1:


section métallique résiste au risque de déversement (solution plus Cl. 6.4.1(3)
pessimiste). On vérifiera en suivant que la longueur d'entretoisement 1m
serait suffisant pour maintenir la stabilité au déversement de la semelle
inférieure :

─ facteur de correction : k c = 0,77 , EN1993-1-1:


Tableau 6.6

─ l'élancement résultant de la semelle comprimée équivalente :

k c Lc
λf = = 0,19 .
i f ,z λ1

On observe que : EN1993-1-1:


cl. 6.3.2.4(1)P
M pl,a ,Rd
λ c,0 = 0,391 > λ f ,
M (reB)

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 28 de 44

alors, le risque de déversement est contrôlé.

IV.7. Détermination du nombre des connecteurs

On détermine en suivant le nombre nécessaire des goujons pour assurer le


transfère des flux de forces résultants entre la dalle du béton et le profilé
métallique.

Sur la poutre, on peut distinguer trois zones, comme les montre la Figure 24,
que l’on doit dimensionner les connecteurs.

zone 1 zone 2 zone 3

A B

Figure 24 : Zones à envisager des connecteurs éventuellement différents

On peut vérifier que dst = 19mm < 2,5× tf = 34mm EN1994-1-1:


donc, la condition d’un bon soudage du connecteur est réalisée. cl. 6.6.5.7(5)

M pl− ,Rd M +pl,Rd ,ext


On peut vérifier également que = 1,38, = 1,90 et
M pl,a ,Rd M pl,a ,Rd
M +pl,Rd ,int
= 1,78 qui sont tous inférieur à la valeur 2,5.
M pl,a ,Rd

IV.7.1. Dimensionnement des connecteurs pour la zone 1


Pour déterminer le facteur correctif α, on vérifie que
EN1994-1-1:
h st cl. 6.6
= 5 > 4 , donc α = 1
d st

Résistance pour une ruine du béton :


EN1994-1-1:
cl. 6.6.3.1(1)
f ck E cm
PRd = 0,29α × d st2 × = 71,13 kN
γV

Résistance pour une ruine par cisaillement des goujons :


EN1994-1-1:
cl. 6.6.3.1(1)
f ust πd st2
PRd = 0,8 × × = 81,65 kN
γV 4

Prenant la valeur minimale parmi les deux valeurs précédentes, on arrive :

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 29 de 44

PRd = 71,13 kN

Pour la dalle avec bacs collaborant parallèles à la poutre, le facteur EN1994-1-1:


cl. 6.6.4.1(2)
b 0  h st 
k l = 0,6 × − 1 = 0,595, mais il ne doit pas dépasser la valeur 1,0. On
h p  h p 

arrive à prendre k l = 0,595.

Pour la longueur critique soumis uniquement au moment de flexion positif (Texte du


(zone 1), elle s’apparente totalement à celle d’une poutre simplement guide?)
appuyée ; d'où l'effort total de cisaillement longitudinal Vlf(1) exerçant sur la
longueur critique extérieure est encore donné par l’expression :

( )
Vlf(1) = min 0,85f cd h c b eff ,ext , f yd A a = 1580 kN

Pour assurer que la section à mi-travée atteint M pl+ ,Rd ,ext , la connexion de la
dalle au profilé doit être complète. Ainsi, le nombre minimal des connecteurs
sur la longueur critique pour assurer la connexion complète :

Vlf(1)
N (f1) = = 36,3 connecteurs pour la longueur L/2=3,5m
k l PRd

Puisque les goujons sont ductiles, les sections sont en classe 1 et la EN1994-1-1:
connexion est complète, l’espacement entre les ranges de goujons peut être cl. 6.6.1.3(3)
pris uniformément.

On choisi à placer 2 ranges de goujons. La distance minimale demandée dans


le sens longitudinale entre les goujons est:

L/2
= 192 mm .
N (f1)

Pour raison de construction, la distance entre les ranges de goujons est choisi EN1994-1-1:
de 150mm. Cette distance respecte bien le critère de distance minimale cl. 6.6.5.7(4)
5d st = 95mm entre les ranges des connecteurs pour éviter l’effet d’interaction
entre les connecteurs.

IV.7.2. Dimensionnement des connecteurs pour la zone 2

Pour la longueur critique soumis à la fois aux moments de flexion positif et (Texte du
négatif (zone 2), l'effort total de cisaillement longitudinal Vlf( 2 ) exerçant sur la guide?)
longueur critique est donné par l’expression :

Vlf( 2 ) = Vlf(1) + Fs = 1854 kN .

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 30 de 44

Pour assurer que les sections atteignent M pl+ ,Rd ,ext à mi-travée et M pl− ,Rd sur les
appuis, la connexion de la dalle au profilé doit être complète. Ainsi, le
nombre minimal des connecteurs sur la longueur critique pour assurer la
connexion complète:

Vlf( 2)
N f( 2) = = 42,6 connecteurs pour la longueur critique
k l PRd
L/2=3,5m

L’espacement entre les ranges de goujons peut être pris uniformément. EN1994-1-1:
cl. 6.6.1.3(3)

On choisi à placer 2 ranges de goujons. La distance minimale demandée dans


le sens longitudinale entre les goujons est:

L/2
= 164mm
N f( 2 )

Pour raison de construction, la distance entre les ranges de goujons est EN1994-1-1:
choisis de 150mm. Cette distance respecte bien le critère de distance cl. 6.6.5.7(4)
minimale 5d st = 95mm entre les ranges des connecteurs pour éviter l’effet
d’interaction entre les connecteurs.

IV.7.3. Dimensionnement des connecteurs pour la zone 3

Pour la zone 3, le moment fléchissant dans la travée BC atteint la valeur


maximale (cas de chargement 5) :

M (max
BC)
= 321kNm < M pl+ ,Rd ,int

Ce résultat peut conduire à dimensionner les connecteurs dans la zone 3 par


la solution de connexion partielle. De toute façon, le tronçon sous le moment
négatif (qui est considérés forfaitairement 1,05 à partir de l'appui
intermédiaire) ne peut pas être conçu avec la connexion partielle, sous peine
que la cinématique du travail de la section mixte n'est pas satisfaisante. On
mettrait alors, les goujons de façon identique à celle dans la zone 2
précédemment calculée, c'est-à-dire 2 ranges de goujons dont la distance
longitudinale des goujons fait 150mm.

L’effort total de cisaillement sur la longueur critique est donné par : (Texte du
guide?)
Vlf( 3) = min(0,85f cd h c beff ,int , f yd A a ) = 1302 kN .

Avec la disposition d'un range de goujons dont l’espacement de 150mm pour


le tronçon sous le moment positif, il existe 16 goujons dans la longueur
critique L/2=3,5m.

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 31 de 44

La résistance totale de ces 16 goujons : 16 k l PRd = 696 kN < Vlf( 3) , on est dans
la situation de connexion partielle. Alors, l'effort de cisaillement
longitudinal Vl(3) exerçant sur la longueur critique d’extrémité extérieure :

M (max
BC )
− M pl,a ,Rd
V ( 3)
=V ( 3)
+
= 566 kN < 16 k l PRd
,int − M pl ,a ,Rd
l lf
M plRd

Pour savoir le taux de connexion, on doit calculer le nombre des goujons


pour assurer la connexion complète dans la zone critique extérieure :

Vfl(3)
N (f3) = = 30.
k l PRd

d’où le taux de connexion pour la zone critique 3 :

16
η3 = =0,53
N (f 3)

En outre, le taux minimal autorisé de connexion pour la poutre, dont le EN1994-1-1:


profilé est aux semelles égales et la travée moins de 25m : cl. 6.6.1.2(1)

 355kN / mm 2 
ηmin = 1 −   × (0,75 − 0,03L ) = 0,184
 f 
 y 

mais ηmin ≥ 0,4, on arrive à prendre ηmin = 0,4 < η3

Pour éviter l’effet d’interaction entre les connecteurs, on effectue ici la


vérification du critère d'espacement minimal entre les connecteurs (cf.
6.6.5.7(4) de l'EN1994-1-1) : 200mm > 5dst = 95mm. Alors, le critère est
bien satisfait.

IV.8. Vérification de la résistance de la dalle au cisaillement longitudinal EN1994-1-1:


cl. 6.6.6

IV.8.1. Zone 1

IV.8.1.1 Vérification des bielles de béton EN1994-1-1:


cl. 6.6.6.2
La longueur critique prise entre le point de moment nul et moment maximal,
donc :

L
∆x = =3,5m
2

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 32 de 44

La hauteur de calcul de section concernée par le cisaillement longitudinal hf


étant ici égale à hc .

La contrainte moyenne de cisaillement à reprendre par une bielle est : EN1992-1-1:


cl. 6.2.4
Vlf(1)
v (Ed1) = = 3,01 N/mm2
2h f × ∆x

On adopte pour les bielles le coefficient de réduction en résistance :

 f 
v = 0,61 − ck  = 0,54
 250 

et pour angle θf de bielles avec l'axe de la poutre : θf = 30° (on a le choix EN1992-1-1:
de le prendre tel que 26,5° ≤ θf ≤ 45°) cl. 6.2.4(4)
Note
Pour éviter la ruine des bielles, on vérifie que

v (Ed1) = 3,01 N/mm2 < v × f cd × sin θ t cos θ t = 3,9 N/mm2 .

IV.8.1.2 Armature transversale nécessaire EN1994-1-1:


cl. 6.6.6.3

Pour mémoire, la nappe d’armature transversale de la dalle est constituée de


barres Ф10 avec maille de 100mm (équivalant à un pourcentage de 1,05%),
donc A s,t = 785,4mm2.
Le taux minimal de l'armature dans la dalle est de 0,2% , donc :

0,002h c × 1m = 150mm2 < A s,t .

L'aire demandée de l'armature pour 1m de dalle si on néglige la participation


du bac :

hf
v (Ed1) ×
cot(θ f )
1m × = 300 mm2 < A s,t = 785,4mm2 .
f sd

IV.8.2. Zone 2

IV.8.2.1 Vérification des bielles de béton


La longueur critique prise entre le point de moment nul et moment maximal,
donc :

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 33 de 44

L
∆x = =3,5m
2

La hauteur de calcul de section concernée par le cisaillement longitudinal hf


étant ici égale à hc .

La contrainte moyenne de cisaillement à reprendre par une bielle est : EN1992-1-1:


cl. 6.2.4
Vlf( 2 )
v (Ed2) = = 3,53 N/mm2
2h f × ∆x

Pour éviter la ruine des bielles, on vérifie que

v (Ed2) = 3,53 N/mm2 < v × f cd × sin θ t cos θ t = 3,9 N/mm2 .

IV.8.3. Armature transversale nécessaire

L'aire demandée de l'armature pour 1m de dalle si on néglige la participation EN1994-1-1:


du bac : cl. 6.6.6.3

hf
(2)
v Ed ×
cot(θ f )
1m × = 352 mm2 < A s,t = 785,4mm2 .
f sd

IV.8.4. Zone 3

IV.8.4.1 Vérification des bielles de béton


La longueur critique prise entre le point de moment nul et moment maximal,
donc :

L
∆x = =3,5m .
2

La hauteur de calcul de section concernée par le cisaillement longitudinal hf


étant ici égale à hc .

La contrainte moyenne de cisaillement à reprendre par une bielle est : EN1992-1-1:


cl. 6.2.4
Vl(3)
v (Ed3) = = 1,08 N/mm2
2h f × ∆x

Pour éviter la ruine des bielles, on vérifie que

v (Ed3) = 1,08 N/mm2 < v × f cd × sin θ t cos θ t = 3,9 N/mm2 .

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 34 de 44

IV.8.4.2 Armature transversale nécessaire

L'aire demandée de l'armature pour 1m de dalle si on néglige la participation EN1994-1-1:


du bac : cl. 6.6.6.3

hf
v (Ed3) ×
cot(θf )
1m × = 107 mm2 < A s,t = 785,4mm2 .
f sd

V. Vérification à l'E.L.U à la phase de montage EN1993-1-1:


Section 6

V.1. Charges susceptible d’être appliquées sur les travées EN1990:


Tableau A1.2

─ Valeurs de charge ponctuelle appliquée sur la poutre quand les


charges de montage sont prises en compte :

Pd ,m = 1,35(G f + G s ) + 1,5Q m = 135,51 kN

─ Valeurs de charge ponctuelle appliquée sur la poutre quand les


charges de montage ne sont pas prises en compte :

G d ,m = 1,35(G f + G s ) = 99,51 kN

V.2. Analyse globale

On peut envisager 5 possibilités de chargement numéroté de la façon


identique au calcul à l’E.L.U dans la phase définitive de construction (cf. les
paragraphes IV.1, IV.2, IV.3, IV.4 et IV.5). Les diagrammes de moment
fléchissant et de l’effort tranchant, réduits le l’analyse élastique classique,
sont données ci-après pour 5 cas de chargement.
67

67
45

A B C D
78

78
41

32

22
22

32

41

A B C D

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 35 de 44

Figure 25 : Diagrammes du moment fléchissant et de l’effort tranchant pour


le cas de chargement 1

70

56
49

56
A B C D
77

42

16
30
22

32
34
A B C D

Figure 26 : Diagrammes du moment fléchissant et de l’effort tranchant pour


le cas de chargement 2
59

59
26

A B C D
82

82
40

24

23
23

24

40

A B C D

Figure 27 : Diagrammes du moment fléchissant et de l’effort tranchant pour


le cas de chargement 3
61

48
29

A B C D
60
81

40

22

17
23

26

30

A B C D

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 36 de 44

Figure 28 : Diagrammes du moment fléchissant et de l’effort tranchant pour


le cas de chargement 4

59

59
53
55

55
A B C D

32

32

16
16

32

32
A B C D

Figure 29 : Diagrammes du moment fléchissant et de l’effort tranchant pour


le cas de chargement 5

V.3. Vérification de résistances

En déduisant les valeurs absolues maximales de l’effort tranchant présentées


sur les diagrammes des Figures 25 à 29, on vérifie que :
─ pour la travée AB

max Q ( AB) = 42kN < 0,5Vpl,Rd = 238,4 kN.

─ pour la travée BC

max Q ( BC) = 32kN < 0,5Vpl,Rd = 238,4 kN.

─ pour la travée CD

max Q ( CD ) = 42kN < 0,5Vpl,Rd = 238,4 kN.

Alors, la résistance en cisaillement des sections critiques sont satisfaits et


l’influence de l’effort tranchant sur les moments résistants des sections
critiques est négligeable.

De même, pour le moment fléchissant dans les travées, on vérifie que


─ à la mi-travée AB

max M ( AB) = 82kN < M pl,a ,Rd = 240 kNm ,

─ à la mi-travée BC

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 37 de 44

max M ( BC) = 53kN < M pl,a ,Rd = 240 kNm ,

─ à la mi-travée CD

max M (CD ) = 78kN < M pl,a ,Rd = 240 kNm ,

─ sur l’appui B

max M ( B) = 70kN < M pl,a ,Rd = 240 kNm ,

─ sur l’appui C

max M ( C ) = 67kN < M pl,a ,Rd = 240 kNm ,

EN1993-1-1 et
V.4. Vérification du déversement
ENV1993-1-1

Les entretoises envisagées dans les calculs en phase de construction sont déjà
mises en œuvre dans la phase de montage, ainsi les longueurs critiques sous
le moment négatif de part et d’autre sur les appuis B et C sont L c = 1,0m.

V.4.1. La travée AB

─ Facteur de correction : k c = 0,82 . EN1993-1-1:


Tableau 6.6

─ L'aire de la semelle comprimée : A f = b f t f = 2159 mm2 .

─ L'aire de la partie d'âme comprimée :

h 
A w .c =  a − t f  × t w = 1338 mm2 .
 2 

─ Le rayon de giration par rapport à l'axe faible de la semelle


comprimée équivalente

I af ,z
i f ,z = = 44,7 mm .
1
A f + A w ,c
3

─ L'élancement résultant de la semelle comprimée équivalente :

k c Lc
λf = = 0,195 .
i f ,z λ1

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 38 de 44

On observe que : EN1993-1-1:


cl. 6.3.2.4(1)P
M pl,a ,Rd
λ c,0 = 1,72 > λ f
M ( B)

Alors, le risque de déversement est contrôlé.

V.4.2. La travée BC

─ Facteur de correction : k c = 0,77 . EN1993-1-1:


Tableau 6.6

─ L'élancement résultant de la semelle comprimée équivalente :

k c Lc
λf = = 0,184 .
i f ,z λ1

On observe que : EN1993-1-1:


cl. 6.3.2.4(1)P
M pl,a ,Rd
λ c,0 = 1,72 > λ f
M ( B)

Alors, le risque de déversement est contrôlé.

VI. Calculs pour l'E.L.S pendant la phase de montage EN1993-1-1:


Section 7

VI.1. Charges susceptible d’être appliquées sur les travées

Dans le but de déterminer les flèches résiduels dans la poutre ce qui doit être
accumulé avec les flèches dans la phase définitive, on devrait considérer
seulement le cas de chargement 1 où les charges sont appliquées sur tous les
dalles et les charges de constructions sont tout retirés. Ainsi :

Pd ,m = (G f + G s ) = 17,71 kN

Résultat d’une analyse élastique classique, le digramme du moment


fléchissant en phase de montage est présenté comme suivant :

VI.2. Analyse globale

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 39 de 44

37

37
25
44

44
A B C D

Figure 30 : Diagramme du moment fléchissant pour l’E.L.S à la phase de


montage.

et les flèches maximales à la mi-travée des travées en phase de montage sont


données comme suivant :

δ (mAB) = 4,4mm , δ (mBC) = 1,0mm et δ (mCD ) = 4,4mm

Contraintes dans l'acier dans les sections critiques sous le moment négatif :
─ sur l’appui B

ha
σ a( B,m) = M (mB) × = 40,95 N/mm2 ,
2I a

─ sur l’appui C

ha
σ a( C,m) = M (mC ) × = 40,95 N/mm2 ,
2I a

Ces résultats sont nécessaires pour justifier plus loin si les sections critiques
sont plastifiées dans le travail à l’E.L.S. Cette information, comme on va
constater dans le paragraphe VII, porte éventuellement l’influence sur le
calcul des flèches à la phase définitive de construction.

VII. Calculs pour l'E.L.S pendant la phase définitive de EN1994-1-1:


construction Section 7

Remarques préliminaires aux vérifications à l’E.L.S autre que la flèche :

─ Puisque le profilé est de type laminé, les effets de trainage du EN1993-1-1 :


cisaillement peuvent être négligés. cl. 5.2.1(5)
Note

─ En effet, aucune limitation des contraintes n’est exigée pour les EN 1994-1-1:
poutres des bâtiments puisqu’on est dans le cas où la vérification de la cl. 7.2.2(1)
fatigue n’est pas exigée à l’ELU et les câbles de précontraintes ne sont
pas utilisés.

VII.1. Charges susceptible d’être appliquées sur les travées

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 40 de 44

─ Valeurs de charge ponctuelle appliquée sur la poutre quand les


charges variables sont prises en compte :

Pd = G fi + 0,3Q e + R so = 129,36 kN ,

où R so est la réaction à ajouter à cause du phénomène d’autocontrainte


quand on enlève les étais des solives.
─ Valeurs de charge ponctuelle appliquée sur la poutre quand les
charges variables ne sont pas prises en compte :

G d = G fi + R so = 97,86 kN

VII.2. Analyse globale

À partir de l’analyse élastique de type classique, on obtient :


210

210
145
250

250
A B C D

Figure 31 : Diagramme du moment fléchissant pour l’E.L.S pour le cas de


chargement 1.
226

140

101
172
242

A B C D

Figure 32 : Diagramme du moment fléchissant pour l’E.L.S pour le cas de


chargement 2.
153

153
17
278

278

A B C D

Figure 33 : Diagramme du moment fléchissant pour l’E.L.S pour le cas de


chargement 3.
85
170

129
44
270

A B C D

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 41 de 44

Figure 34 : Diagramme du moment fléchissant pour l’E.L.S pour le cas de


chargement 4.

157

157
93

93
198
A B C D

Figure 35 : Diagramme du moment fléchissant pour l’E.L.S pour le cas de


chargement 5.

Pour déterminer la flèche dans les travées, on doit tenir en comte certains
phénomènes, comme la fissuration du béton, la retraite du béton et la
plastification du profilé, susceptibles à modifier les valeurs trouvées par
l’analyse globale de type élastique classique.
Dans l’esprit de l’Eurocode, les coefficients utilisés à minorer les moments
sur appuis sont à déterminer avec la courbe d’enveloppe du moment
fléchissant.

Rapport entre la travée et la hauteur de la poutre :

L
= 14,3 < 20.
ha + hp + hc

Selon l’Eurocode, la retraite du béton n'influence pas aux flèches.

Flèche sur la travée AB

Contrainte de traction dans le béton sur l’appui B : EN 1994-1-1:


cl. 7.3.1(6)
M (max
B)

σ ( B)
= +
× z e+,ext = 6,1 N/mm2 > 1,5f ctm = 3,9 N/mm2 ,
n×I
ct
h ,ext

donc, le coefficient de minoration du moment est pris f1 = 0,6 pour la charge


concentrée.

Contrainte de compression maximale dans le profilé

M (max
B)

σ ( B)
a ,d ,ext =
I h+,ext
( )
× h a + h p + h c − z e+,ext = 162 N/mm2

Contrainte de compression maximale totale dans le profilé EN 1994-1-1:


cl. 7.3.1(7)
σ a( B,ext
)
= σ a( B,m) + σ a( B,d),ext = 203 N/mm2 < f yd = 235 N/mm2

Donc, on peut prendre le coefficient f 2 = 1,0.

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 42 de 44

La flèche dans la travée atteint la valeur maximale avec le cas de chargement


3, donc le calcul ci-après est calculé pour ce cas de chargement.
Le moment utilisé pour le calcul de la flèche de la travée

M (red
B)
= f1f 2 M (casB)3 = -92 kNm

Pd,m M (red
B)

A B

Figure 36 : Schéma utilisé pour le calcul de la flèche de la travée AB

Flèches maximales au milieu de la travée de la poutre, déduite du schéma de


calcul sur la Figure 36, due aux charges appliquées à l'état définitif de
construction :

δd( AB
,max = 12,3mm
)

La flèche totale à la mi-travée de la poutre calculée avec la connexion


complète:

L L
δ (max
AB)
= δ (mAB) + δ d( AB
,max = 16,7 mm =
)
< = 35mm
419 200

Le critère de flèche est satisfait

Flèche sur la travée BC

Contrainte de traction dans le béton sur l’appui B :

M (max
B)

σ ( B)
= × z e+,int = 7,0 N/mm2 > 1,5f ctm = 3,9 N/mm2 ,
n × I h+ ,int
ct

Contrainte de traction dans le béton sur l’appui C :

M (max
C)

σ (ctB) = × z e+,int = 7,0 N/mm2 > 1,5f ctm = 3,9 N/mm2 ,


n × I h+ ,int

donc, le coefficient de minoration du moment est pris f 2 = 0,6 pour le


moment sur les 2 appuis.

Contrainte de compression maximale dans le profilé sur l’appui B : EN 1994-1-1:


cl. 7.3.1(6)

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 43 de 44

M (max
B)

σ a( B,d),ext =
I +h ,int
( )
× h a + h p + h c − z e+,int = 155 N/mm2

Contrainte de compression maximale dans le profilé sur l’appui C :

M (max
C)

σ (C)
a ,d ,ext =
I +
( )
× h a + h p + h c − z e+,int = 155 N/mm2
h ,int

Contrainte de compression maximale totale dans le profilé EN 1994-1-1:


cl. 7.3.1(7)
σ a( B,ext
)
= σ a( B,m) + σ a( B,d),ext = 196 N/mm2 < f yd = 235 N/mm2

σ a( C,ext
)
= σ a( C,m) + σ a( C,d),ext = 196 N/mm2 < f yd = 235 N/mm2

Donc, on peut prendre le coefficient f 2 = 1,0 pour les 2 appuis.

La flèche dans la travée BC atteint la valeur maximale avec le cas de


chargement 5, donc le calcul ci-après est calculé pour ce cas de chargement.
Le moment utilisé pour le calcul de la flèche de la travée
M (red
B)
= f1f 2 M (casB)5 = -94 kNm

M (red
C)
= f1f 2 M (casB)5 = -94 kNm

M (red
B) Pd,m M (red
C)

B C

Figure 37 : Schéma utilisé pour le calcul de la flèche de la travée BC

Flèches maximales au milieu de la travée de la poutre, déduite du schéma de


calcul sur la Figure 37, due aux charges appliquées à l'état définitif de
construction :

δ d( BC
,max = 9,8mm
)

La flèche totale à la mi-travée de la poutre calculée avec la connexion


complète:

L L
δ (max
BC )
= δ (mBC) + δ d( BC
,max = 10,8 mm =
)
< = 35mm
648 200

Le critère de flèche est satisfait

N.B : le taux de connexion η, pour rappel de 0,53, est légèrement supérieure EN 1994-1-1:

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Exemple 3: Poutre mixte continue de 3 travées Feuil 44 de 44

à 0,5, donc, vraisemblablement la connexion partielle ne doit pas causer de cl. 7.3.1(4)b
l’effet important sur la flèche.

Texte du
VII.3. Contrôle de la vibration de la poutre guide?

La combinaison à utiliser pour calculer la flèche dans le but d'une


détermination de la période propre de vibration est de type fréquente (c'est-à-
dire ψ1 = 0,5). Ainsi, la charge appliquée à la poutre mixte à l'état définitif de
construction est :

Pd = G fi + 0,5Qe + R so = 150,36 kN ,

Le calcul identique de la partie de détermination des flèches en remplaçant la


nouvelle valeur de charge permet de déterminer la valeur maximale du flèche
de la poutre (trouvée dans la travée AB) est : δsw = 17,1 mm .

Ainsi, f = 18 δsw = 4,4 Hz > 4Hz , alors, le critère de vibration est


satisfait.

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton