Vous êtes sur la page 1sur 2

Discipline 

: EDUCATION MUSICALE Classe :


Histoire des Arts
3ème

Thématique : Domaine : ARTS, ETAT, POUVOIR Période: XX


Arts du son Siècle
Cartel de l’œuvre
Artiste Steve REICH

Titre DIFFERENTS TRAINS

Date Composé en 1988


Type d’œuvre Oeuvre pour quatuor à cordes et
bande magnétique
Forme Durée : 27 minutes

Lieu USA
d’exposition ou
de conservation

Brève biographie de l’artiste  Contexte (historique, social, culturel) :


Steve Reich né le 3 octobre 1936 à New York, est un Cette musique fait référence à la seconde guerre
musicien et compositeur américain. Il est considéré mondiale en mémoire aux déportés d'Europe convoyés
comme l'un des pionniers de la musique minimaliste. dans les trains vers les camps de concentration. Steve
Pour caractériser ses compositions de la période 1965- Reich met en parallele son expérience de tres jeune
1976, il utilise l'expression « musique de phases » Le enfant de parents divorcés - dont le pere vit sur la cote
phasing se construit à partir d'un court motif musical est des Etats-Unis à New York et la mere sur la cote
répété indéfiniment. Des lors reconnu comme un ouest à Los Angeles - qui devait fréquemment de 1939
compositeur contemporain essentiel, il oriente son à 1942 prendre le train pour aller d'une ville à l'autre au
travail de composition autour de la mise en musique du cours d'un voyage de deux jours, avec la mémoire des
discours, notamment dans des œuvres multimédia déportés d'Europe convoyés dans les trains vers les
associant la vidéo créées en collaboration avec son camps de concentration. Steve Reich sous-entend que
épouse Beryl Korot. Ses oeuvres lui ont valu de s'il avait vécu en Europe à cette époque, en tant
nombreux prix et distinctions internationaux et font qu'enfant juif, ce sont ces « trains bien différents » qu'il
l'objet d'une tres importante discographie. aurait probablement du prendre...

Analyse, interprétation (sens, intention de l’artiste, portée de l’œuvre…) :

C'est une musique répétitive ou minimaliste, fondée sur l’ostinato généralisé. Cette piece constitue une nouveauté
dans l'écriture de Reich qui utilise pour la premiere fois des enregistrements d'interviews réalisés pour l'œuvre, et
non de simples bandes magnétiques retravaillées, comme matériau musical.

Analyse de l’œuvre

Cette musique évoque les trains en partance pour les camps de concentration ou d’extermination durant la seconde
guerre mondiale. Des fragments d'interviews de survivants de l'Holocauste et les ambiances sonores créées
notamment à l'aide de bruits de trains et de sirenes, nous renvoient à l’horreur de la Shoa.

La musique est jouée par des instruments acoustiques (cordes frottées). Les bruits de trains et les dialogues sont
produits par un sampler.
Ces guerriers sont liés à leur famille
Le quatuor à cordes imite le mouvement du train en jouant un motif rythmique extremement simple, sur 2 notes.
Un des principes de base de la composition est l'imitation par le quatuor de la mélodie du discours des personnes
interviewées. Steve Reich se sert donc de l'intonation vocale comme motif mélodico-rythmique qui va
systématiquement etre développé par les cordes.
s dans sa chute et paient de leur vie leur appartenance au mê
On distingue 3 mouvements :
1. America – Before the War (9’00) 2. Europe – During the War (7’30) 3. After the War (10’30)

Analyse de l’extrait N°1

Musique de chambre : quatuor à cordes (1 violon, 1 violon 2, 1 alto, 1 violoncelle) + bande magnétique

[0’00] Bruits de trains (mécanique, aiguillage, sirenes de locomotives) + cordes. Véritable « paysage sonore »
de l’univers ferroviaire
Caractere : animé, rythmé, on progresse par couches sonores successives (éléments qui se rajoutent)
[0’35] Changement d’atmosphere ; sensation de ralentissement des les premieres paroles « From Chicago »,
plus calme puis progressif (cordes)
[1’21] Différent, nouvelles paroles : « one of the fastest trains »
[2’36] Nouvelles paroles/atmosphere « the crack train from New York »
[3’41] « from New York to Los Angeles »

La musique évoque à travers le theme des transports ferroviaires à la fois le mouvement perpétuel et le
totalitarisme. Ces trains sont aussi « différents » car c’est le procédé du déphasage : ils se ressemblent mais ne
sont jamais completement identiques...

Cette œuvre est une sorte de documentaire musical dans lequel Reich associe les fragments d'interviews
(gouvernante, porteur de bagages, survivants de l'Holocauste) et des ambiances sonores créées, notamment à
l'aide de bruits de trains et de sirenes datant de la seconde guerre mondiale.

Le processus de composition est basé sur le sampling, l’échantillonnage, et s'inscrit dans le courant musical
américain de musique minimaliste.

Le quatuor à cordes imite le mouvement du train en jouant un motif rythmique extremement simple, sur 2 notes
(mouvement répétitif, mécanique), le quatuor anticipe ou suit l’intonation vocale enregistrée (retranscrite en
notes par Reich : Ch ou NY) Ces idées mélodiques, sorte de leitmotiv de l’œuvre découlent naturellement des
sonorités des témoins interviewés.

Pistes comparatives : ouverture vers d’autres œuvres de même mouvement, de mouvements opposés, d’œuvres d’autres domaines (films,
BD, théâtre, littérature, musique…)…

Les « trains de la mort » Cf. films Le Pianiste, La Rafle, La Liste de Schindler...


Guernica de Picasso

(A COMPLETER)

Ce que j'en pense, mon opinion ... : Exprimer son ressenti…

(A COMPLETER)

Vous aimerez peut-être aussi