Vous êtes sur la page 1sur 37

Module: Systèmes de Transmission par Fibre Optique

CHAPITRE III
Composants Optiques

pour Télécommunications sur fibre


optique
III.1 Introduction :
• Dans la constitution d’une liaison ou réseau sur fibre optique, on utilise
différents composants qu’on peut classer selon leur fonction et leur
technologie (verre, diélectrique, semiconducteur) : Il existe
- Composants optiques :
 Passifs
 Actifs
-Composants optoélectroniques

Composants optiques Composants optiques actifs Composants optoélectroniques


passifs
 Coupleurs  Emetteurs : LED, Laser
 Atténuateurs  Modulateur  Photodétecteurs :
 Isolateurs  Commutateurs - Photodiodes PIN, APD
 Circulateurs  Multiplexeurs temporels - Phototransistor
 Réseau de Bragg  Amplificateur optique :
 Filtre - à fibre dopée
 Multiplexeur en - semiconducteur
longueur d’onde
 etc.……
Schéma synoptique d’un sytème ou liaison de transmission par fibre optique
III.2 Composants optiques passifs
IIII.1 Composants optiques passifs

2-1 Introduction:
 Le composant est dit optique lorsque le signal d’entrée est optique, et le signal de sortie est aussi
optique.
 Le composant est dit passif lorsque son fonctionnement est constant dans le temps et ne nécessite pas
de signal de commande (électrique ou optique).
 Le signal optique va être plus ou moins atténué et il faut bien distinguer entre :
La perte d’insertion du composant Tij (en dB) entre une entrée i et une sortie j donnée par:
PEi
Tij  10. log .
PSj
 La perte en excès Pe (en dB), due à l’imperfection du composant donnée:

PEi
pe  10 log .
 PSj
Cette perte correspond à la puissance entrante qu’on ne retrouve sur
aucune sortie
•Par exemple : cas d’un coupleur à n branches symétriques
On a le partage de la puissance sur plusieurs voies et on a :

Tij = 10 log n + pe
• Un bon composant optique doit être caractérisé par les points suivants :
• Une faible perte en excès (de l’ordre du dB, elle augmente avec le nombre de
branches).
• Une faible réflexion à chaque accès (Tii>> 20dB)
• Un isolement élevé entre accès du même côté (faible diaphotie, analogue à la
diaphonie).
Faible perturbation de la répartition modale ou de la polarisation (dans certains cas
seulement)
2-2 Coupleurs optiques à Fibre

 Les coupleurs optiques permettent de réaliser une distribution (un partage) ou regroupement constant
dans le temps, des signaux optiques: ils fonctionnent
 Soit en mode splitter : le même signal optiques est adressé simultanément sur vers plusieurs voies de
sorties :

 Soit en mode coupleur (même composant), différents signaux sont regroupés et il faut les
distinguer par leur longueur d’onde, leur codage ou leur protocole de contrôle d’accès sinon ils se
mélangent

 Ils sont également utilisés pour prélever une partie de la puissance optique afin de surveiller la stabilité ou
mesurer des réflexions.
 Les coupleurs remplissent la même fonction que les diviseurs et les combinateurs pour les signaux
électriques.
 Ils sont totalement semblables dans leurs principes aux coupleurs utilisés en micro-onde.
2.3 Différents types de coupleurs :

a-Coupleurs en X :
 Ayant deux entrées et deux sorties
 Réalisés en technologie d’assemblage par collage de fibres optiques
abrasées, ou par fusion/étirage par la tranche

 Suivant la profondeur d’abrasion, on peut réaliser des coupleurs symétriques


(50/50) ou non symétriques (90 /10, 95/5…etc.)

b- Coupleurs en Y :
•Ils ont deux entrées et une sortie ou l’inverse
•Réalisées par assemblage d’un demi coupleur en X et d’une fibre.
•Du fait de la réciprocité, les pertes sont les mêmes dans les deux sens.
c- Coupleurs en étoile
•Ce sont des répartiteurs en n entrées et n sorties.
•Ils peuvent être fabriqués par torsadage et fusion d’un faisceau de n fibres (il est en général
de 7 à 10 fibres)

d- Remarque :
Les coupleurs peuvent être réalisés selon la technologie de l’optique intégrée.
2-3- Isolateurs :
 Un isolateur optique est composant passif non réciproque qui permet à la lumière de la traverser
dans un seul sens.

Il a une faible atténuation dans un sens et une forte atténuation dans l’autre sens.
C’est une diode optique l’équivalent de la diode électronique (à semi-conducteur).
Dans les systèmes de télécommunications par fibres optiques, les isolateurs sont souvent utilisés
pour atténuer la lumière issue des réflexions parasites qui, en revenant dans le laser vient troubler
son fonctionnement.
Les isolateurs sont aussi utilisés dans les amplificateurs optiques à fibre optique pour éviter leur
résonance et se transformant en laser.
La fonction d’isolement optique repose sur la rotation magnéto-optique ou Effet Faraday (un
effet optique non réciproque) que l’on rencontre dans les matériaux dia- ou paramagnétiques
2-4 Circulateurs Optique:

Les circulateurs optiques sont basés sur le même principe que les isolateurs optiques.
• La différence est que l’on peut récupérer le faisceau se propageant suivant le sens
retour de l’isolateur sans le renvoyer vers l’entrée du dispositif.
• Un circulateur comporte en général trois ports et la fonction optique qu’il réalise est
représentée par le schéma de principe suivant :

Port 1 Port 2

Port 3

•Le passage du port 1 vers le port 2 assure la fonction d’isolation


2-5 Atténuateurs Optiques :

Dans certaines applications en particulier en mesures optiques, on peut avoir besoin


d’utiliser les atténuateurs pour diminuer l’intensité lumineuse d’une certaine quantité
connue.
• Ils peuvent être fixes ou variables (calibrés).
• Ils peuvent être réalisés de deux façons :

 Avec des filtres optiques neutres, de densité soit uniforme, soit variable pas à
pas ou continuellement (avec une commande mécanique)

 Ou en utilisant deux fibres désalignées produisant des pertes

d
2-6 Réseaux de diffraction
1-Principe :
Très utilisés en optique, les réseaux de diffraction se présentent sous forme de motifs
géométriques périodiques, de pas Λ ayant le même ordre de grandeur que la longueur
d’onde λ, ce qui provoque une diffraction importante
•Ce motif peut prendre différentes formes :
 Du relief d’une surface réfléchissante (réseaux
gravés) qui peut avoir un profil triangulaire en
créneaux, sinusoïdal etc..

 De l’indice variant périodiquement d’une couche


transparente (réseaux holographiques dont on a fait
des prototypes de commutation spatiale optique).
2- Réseaux de Bragg :
• Il s’agit d’un cas particulier de diffraction à travers un réseau épais d’épaisseur grande
devant λ2 / Λ.
• L’essentiel de la lumière est diffracté dans le premier ordre, et la configuration est
symétrique, les angles d’entrée et de sortie étant égaux à θB (angle de Bragg) donné
par la relation :

sin  B 
2

- Réseau de Bragg intégré :


Le réseau de Bragg intégré est très intéressant pour optique intégrée.
•Applications :
L’intérêt essentiel de cette structure très sélectif en longueur d’onde.
Ce réseau est utilisé pour :
Pour faire des filtres intégrés dans les guides
Des lasers monochromatiques à contre-réaction de type DFB et de type
DBR
Diodes lasers accordables en longueur d’onde

Exemple du Réseau de Bragg photoinscrits dans les fibres optiques :


 On utilise dans ce cas le phénomène de photo réfractivité : Modification de
l’indice de réfraction du cœur dans l’ultraviolet sous l’effet d’une illumination.
 Le réseau de Bragg peut être aussi photo inscrit dans le matériau du cœur
de la fibre optique.
 Cette technique dérivée de holographie permet de faire des filtres intégrés
dans les fibres optiques.
2-7 Multiplexeurs/démultiplexeurs en longueur d’onde (WDM /(DWDM)

 Le multiplexeur en longueur d’onde ‘WDM est un composant


optique passif de dérivation de deux ou plus, ports d’entrées et un port
de sortie.
•Le signal optique sur chaque port d’entrée correspond en général à une
gamme de longueurs d’onde prédéfinie.
•La sortie est la combinaison des signaux provenant des ports d’entrée

 Le démultiplexeur en longueur d’onde (DWDM) est un


composant qui effectue l’opération inverse du
multiplexage.
• Technologies pour la fabrication de ses composants :

1 A filtre dichroïque :
1. Filtre à couche mince, transparent pour certaines longueurs
d’onde et réfléchissant pour d’autres.
2.Il sépare deux fenêtres (par exemple 0,85µm et 1,3µm) avec
de très faibles pertes.

2-A Réseau de diffraction :


•Il permet un grand nombre de voies très approchées
(quelques nm d’écart) en DWDM, avec des pertes un peu
plus élevées, mais restant dans l’ordre du dB.
2-8 Multiplexeurs -(OADM, Optical Add Dropp Multiplexer)

L’AODM est un multiplexeur à insertion -extraction où des canaux peuvent être


ajoutés (add) et d’autres peuvent être supprimés (dropp)

Add

λ5

Entrée AODM Sortie

(λ1 λ2 λ3 λ4) (λ1 λ2 – λ4 λ5)

Dropp

λ3
III.3 Composants optiques actifs
3-1 Introduction :
 Le composant optique est dit Actif lorsque le signal, tout en restant
optique, va subir des traitements (modulation, commutation…)
commandés par un signal extérieur.
 Ce signal est le plus souvent électrique, par l’intermédiaire de l’effet
électro-optique, qui permet d’atteindre des fréquences très élevées
(plusieurs dizaines de GHz).
 Cette commande peut être aussi :
Mécanique : Réalisation des commutateurs mécaniques
Acoustique : Réalisation des modulateurs acousto-optiques
Optique : Réalisation des composants optiques bistables

3-2 Effet électro-optique :

 Cet effet appelé aussi effet de Pockel s est produit par la modification de la
permittivité ε, donc de l’indice du matériau, sous l’effet d’un champ électrique
externe (variation de l’indice est proportionnelle au champ électrique)
 Cet effet est important dans certains cristaux non symétriques tels que le
niobate de lithium (LiNbO3).
 Plusieurs fonctions optiques vont être crées par cet effet : coupleur directif,
modulateur de phase, d’amplitude….
3-3 Coupleur électro-optique directif
• C’est le composant électro-optique le plus utilisé
• L’effet électro-optique modifie les coefficients de couplage entre deux guides intégrés
parallèles.
• Une tension de commande de quelques Volts, appliquée entre deux électrodes
déposées sur les guides, crée dans chacun d’eux un champ électrique E, d’où une
variation d’indice Δn, dans deux sens opposés.

Il existe aussi des coupleurs à quatre électrodes pour une meilleure précision de
couplage directif
•Applications :
Commutateurs extrêmement rapide (moins de 100ps de temps de
commutation
Modulateur externe par tout ou rien, en couplant un des deux guides vers la
sortie (on atteint les 40GHz)
Multiplexeur temporel (deux entrées aiguillées alternativement vers la même
sortie : OTDM (Optical Time Division Multiplexing)
Matrices de commutation, en intégrant plusieurs éléments de base sur le
même substrat.
3-4 Modulateur électro-optique (modulation externe)
a- Introduction :
 La modulation, qui permet d’imprimer une information sur un signal physique, est une
fonction essentielle de tout système de transmission.
 La modulation directe, une des techniques de modulations, consistant à moduler
directement le courant injecté dans une diode laser, est un inconvénient pour des
fréquences > GHz.
 A ces fréquences élevées, la modulation d’amplitude du courant injecté parasite d’un
laser tel que le DFB, s’accompagne d’une modulation de fréquence (conversion
AM/FM ou chirp) ce qui provoque une dégradation du signal transmis.
 La modulation externe permet de résoudre cette difficulté
 Les modulateurs externes utilisent aussi l’effet électro-optique pour moduler le signal
optique provenant du laser.
 Actuellement le laser et le modulateur externe peuvent être intégrés sur le substrat
semiconducteur

b-Modulateur de phase :
Le champ appliqué (par la tension V) change l’indice de réfraction dans la direction du
champ, il se crée alors un retard variable de l’onde optique induisant ainsi un déphasage Φ
c-Modulateur d’ampltude (à électro-absoption) :

 C’est un modulateur d’amplitude utilisant le principe de l’électro-absorption


 Ce principe est basé sur la variation de l’absorption des photons dans un guide
semiconducteur sous l’application d’un champ électrique
 Ces modulateurs utilisent des structures à puits quantiques.
 Ils permettent d’obtenir des fréquences de modulations très élevées de 20 à 40GHz
suivant les faibles tensions de commande.
 Ils peuvent aussi servir à moduler un signal optique par une porteuse hyperfréquence.
 Cependant, ces composants présentent une forte atténuation de l’ordre 10dB pour
une longueur type de 100µm du composant
3-5 Commutateurs optiques

3-5-1 Applications potentielles


Des commutateurs optiques ont été réalisés dès les premiers systèmes sur fibres optiques.
Cependant il faut les distinguer selon leurs applications:
 La protection, ou sécurisation, des liaisons de transmission à haut débit
 Les autres applications, dans les réseaux de télécommunications
Ces applications visent à réaliser des fonctions de réseau que l’on peut classer par
complexité décroissante du point de vue de la commutation optique :
La commutation proprement dite
Le brassage
L’insertion-extraction.
La répartition
Les interconnexions optiques reconfigurables,

3-5-2 Conceptions technologiques de commutation optique


Les commutateurs optiques peuvent être conçus selon différentes technologies:
 Mécanique: à base de miroirs et bascules
 Micromécanique (MEMS, micro electro-mechanical structures)
 En optique intégrée: à base de coupleurs électro-optique
 À faisceaux libres en 3D (commutation spatial
Exemple de matrice de commutation micromécaniques à 2D

Exemple de matrice de commutation optique à faisceaux libres


Tableau résumant les technologies des commutateurs optiques
3.6 L’AMPLIFICATION OPTIQUE
3-6.1 Introduction
 La portée (la distance max) de propagation d’un signal sur fibre optique est limitée par
l’atténuation et la dispersion.
 L’utilisation des anciens régénérateurs optoélectroniques ont été remplacés par des
amplificateurs optiques pour augmenter cette portée c’est à dire travailler à des
longues distances.
 Plusieurs procédés permettent donc d’amplifier la lumière.
 Ces derniers utilisent généralement l’émission stimulée, comme pour un laser.
 En effet, un amplificateur optique n’est rien d’autre qu’un laser sans contre-action
(feedback).
 L inversion de population réalisée par pompage optique ou électrique, constitue
l’élément clé de l amplificateur.
 Le gain dépend non seulement de la fréquence du signal incident, mais aussi de
l’intensité du champ électrique en tout point de l’amplificateur.
 Un lien est donc établi entre le pompage (intensité, procédé), la nature (géométrie,
matériaux) et les caractéristiques de l’amplificateur
 Il existe deux familles d’amplificateurs optiques en télécoms optiques:
Amplificateur optique à semiconducteur
Amplificateur optique à fibre dopée
Amplificateur optique Raman
Remarque : Pour notre cours, on s’intéresse plus à l’amplificateur optique à fibre dopée
en erbium, car il est le plus utilisé en télécoms sur fibre optique
3-6.2 Amplificateur optique à fibre dopée (amplification localisée)
a. Schéma de principe d’un amplificateur optique (unidirectionnel)
Un amplificateur optique à fibre dopée est constitué de:
 Deux éléments essentiels: fibre optique dopée erbium, le laser pompe de puissance
élevée plusieurs dizaines de mW émettant à 0,98 ou 1,4µm
 Multiplexeur
 isolateur.

 Le pompage peut se faire dans le même sens que le signal de propagation


(copropagation) ou en sens inverse (contrapropagation).
Une combinaison des deux est également possible: ampli bidirectionnel

b- Fibre dopée :
b-1 Les paramètres importants de cet élément sont :
•Ses dimensions géométriques (rayon de cœur, longueur)
•Longueur d’onde de coupure
•Profil de la concentration en ions de terre rare
•La composition de la matrice dans le cœur (verre fluoré, silice dopée au germanium, à
l’aluminium)
•Produit concentration d’ions par la longueur.
 b-2 Choix de l’erbium (terre rare)
L’intérêt de l’erbium dans les télécommunications optiques
est qu’une de ses bandes d’émission, vers 1,54µm,
correspond au minimum d’atténuation dans les fibres de
silice.
Cette bande peut être pompée à 1,48 ou 0,98 µm,
longueur d’onde où on sait réaliser des diodes lasers de
pompe de puissance suffisamment forte.
b-3. Phénomène d'amplification
• Le phénomène d’amplification qui se situe principalement au niveau de sa fibre dopée par une petite
quantité d’ions Erbium, terre rare, est basé sur le mécanisme d’émission stimulée.
• Les électrons associés aux ions erbium peuvent avoir différentes énergies.
• L’énergie lumineuse externe (provenant du laser pompe) de longueur d’onde (980nm) correspondant
à l’énergie de la transition entre le niveau fondamental (état fondamental n) et le niveau haut (état
supérieur n+2), est absorbée et peuple le niveau supérieur d’ions d’erbium.

• Cet état ayant une durée de vie très courte, ces ions tendent à
Etat supérieur n+2
revenir vers un état d’énergie plus faible. Ils retombent dans un
premier temps au niveau métastable (n+1), sans émission absorption
Emission non
radiative
radiative.
• Puis le retour vers l’état stable n, avec émission spontanée Pompe

ou sous l’action des photons incidents (signal d’entrée), (980nm) Etat métastable n+1

donnant l’émission stimulée


Emission Emission
stimulée spontanée

signal

Etat fondamental n
c) Performances :
 Avantages
•Excellent couplage : le milieu amplificateur est une fibre monomode.
•Gain important.
•Pas de distorsion à haut débit (grande bande passante).
•Peu sensible à la température.
•Insensibilité à la polarisation à l’inverse des amplificateurs à semiconducteur.
•Amplification simultanée des signaux multiplexées en longueur d’onde sur 30 nm.
 Inconvénients
•Nécessite d’un laser de pompage.
•Difficulté d’intégration.
•Actuellement limité autour de 1540 nm.

d) Principaux paramètres d’un amplificateur optique :


•Le gain G donné en dB par g= 10log G
•Le rapport gain à puissance de pompe
Fibre Silice Silice Verres fluorés
•La puissance de saturation en sortie
Pompage à 980nm 1480nm 1480nm
•Le rendement quantique
Gain >30dB 20 à 30dB 40dB
•Le facteur de bruit
Rapport gain à 10dB/mW 4dB/mW 6dB/mW
•La largeur de bande amplifiée
puissance de
•Le bruit dû à l’émission spontanée
pompe
amplifiée (ESA),
Puissance de >15dBm 10dBm 17dBm
saturation
Rendement 80%
quantique
Largeur de 10 à 20nm 10 à 20nm 20 à 30nm
bande amplifiée
Facteur de bruit 3 dB 6 à 9dB 6dB
3-6.3 Amplificateur optique à semiconducteur (AOSC)

 Cet amplificateur possède pratiquement la même structure qu’un


laser à semiconducteur.
 Le composant est utilisé dans le mode amplificateur et non en
oscillateur

Deux structures de cet amplificateur sont utilisées :


Amplificateur à semiconducteur résonnant :
Il s’agit en fait d’un laser de type Fabry Pérot utilisé en mode amplificateur en dessous du
seuil d’oscillation avec une bande d’amplification réduite de l’ordre de 5GHz.
Amplificateur à semiconducteur à ondes progressives (TWA Trvelling Wave Amplifier).
Ces amplificateurs trouvent regain d’intérêt :
Dans la fenêtre spectrale autour de 1300 nm, pour des applications terrestres à haut débit.
Ils sont aussi utilisés pour le traitement du signal en commutation optique (détection, modulation
transposition de fréquence.
Utilisés aussi dans les convertisseurs et routeurs en longueur d’onde DWDM.
En optique intégrée
Comparaison des performances d' un AOSC et d' un AOFD.

Paramètres AOSC AOFD


Gain interne (dB) 30 30 à 50
Pertes d insertion (dB) 6 à 10 0à1
Ondulations résiduelles (dB) 1à3 Négligeable
Sensibilité à la polarisation (dB) 1à3 <0,25

Bande passante optique (nm) 30 à 40 (100 pour les puits 30


quantiques)
Puissance de saturation (dBm) 5 à 10 (20 pour les puits 10 à 15
quantiques)
Bruit (dB) 5à7 3,5 à 7
Intégrabilité avec d autres Oui Non
fonctions
Réalisations d autres fonctions
optiques oui
3-6-4- Amplificateur optique à effet Raman (amplification répartie)

a-Introduction
L’amplificateur Raman utilise les propriétés intrinsèques des fibres de verre pour obtenir
l’amplification des signaux. sans y introduire de dopant
C'est en effet la fibre de transmission elle-même qui va servir de milieu amplificateur
Ce qui peut être traduit par l’utilisation de la fibre comme un milieu de gain pour combattre ces
propres atténuations

L’amplification Raman dépend essentiellement de la puissance de la pompe et de la différence en


fréquence séparant la longueur d’onde de la pompe et celle des signaux.
L'énergie du laser de pompe - cette fois-ci calé sur la longueur d'onde de 1,45 μm - est alors
transférée vers le signal grâce à un effet optique non-linéaire appelé "effet Raman stimulé".
Cet effet peut être provoqué, cette fois encore, sous l'influence du laser de pompe, mais sans que la
fibre n'ait de caractéristique particulière
La distance moyenne obtenue à ce jour par amplification Raman sans interrompre la fibre pour
réamplification est d'environ 500 km.
C'est donc dans les applications sous-marines que ce système est du plus grand intérêt que ce
soient des liaisons longues distances avec répéteurs ou des liaisons sans répéteur
c-Avantages :
 Moins de bruit.
 Plus simple dans leur design puisque l’amplification est réalisée directement dans la
fibre de transmission et non pas dans un milieu spécial.
 Affectation plus simple des longueurs d’ondes des signaux puisque le gain des
longueurs d’ondes des signaux dépend de la longueur d’onde de la pompe ce qui
nous permet d’échapper aux limitations dues au milieu du gain.
 Une large bande de gain (de l’ordre de 100 nm) est réalisable en combinant
plusieurs pompes convenablement placées.

d-Inconvénients :
 Des problèmes de diaphonie lors de communications multiplexées en longueur d'onde
(WDM).
 Ils nécessitent une fibre optique longue de quelques kilomètres et une puissance de
pompe supérieure à 1 W.
e-Comparaison des performances entre un amplificateur Raman et un EDFA
Caractéristiques Amplificateur à Fibre Dopée Amplificateur Raman

Bande passante de 20 à 40 nm suivant les dopants, et plus 48 nm et plus si et la longueur de la de


si plusieurs ondes de pompes pompes
d'amplification
Gain 30 dB ou plus selon la concentration proportionnel à l'intensité de la pompe et
d'ions, la longueur de la fibre dopée et la la longueur de la fibre de transmission
configuration de pompe

Puissance de saturation dépend des constantes de gain et du à peu près équivalente à la puissance des
matériau ondes de pompe

Longueur d'onde de pompe 980 ou 1480 nm (EDFAs) 100 nm en dessous de la longueur d'onde
du signal au maximum de gain

f-Amplificateur hybride EDFA/RAMAN


 Une autre application de l’effet Raman est donnée par les amplificateurs hybrides Raman/EDFA
caractérisés par un profil de gain plat sur une large bande de fréquence.