Vous êtes sur la page 1sur 9

Commission de normalisation AFNOR S 61 I

Systèmes de Sécurité Incendie (S.S.I.)


Département Construction et cycle de l'Eau

AFNOR/S 61 I N 191
Responsable : Catherine Pineau
ligne directe : +33 (0)1 41 62 84 67
catherine.pineau@afnor.org Date : 2010-04-02

Assistante : Mireille Mathieu Remplace le document N


ligne directe : +33 (0)1 41 62 81 26
mireille.mathieu@afnor.org

PROJET de
“Guide pour l’alarme visuelle”
(document P96A N 052)

SUITE À DONNER: Pour information

NOTE: Ce projet est rédigé dans le cadre des travaux de la commission


AFNOR P 96 A « Accessibilité et qualité d’usage dans
l’environnement ».

Il devrait être entériné par la commission P94 A le 22 avril 2010.

SOURCE: AFNOR

DIFFUSION: Aux membres de la commission S 61 I

11, rue Francis de Pressensé – F-93571 La Plaine Saint-Denis Cedex – Tél : +33 (0)1 41 62 80 00 – Fax : +33 (0)1 49 17 90 00
SIRET 775 724 818 00205
S 61 I N 191

P96A N052
Accessibilité aux personnes handicapées
Guide de bonnes pratiques
sur les systèmes d’alarme visuelle

Liens avec des documents existants

A la date de publication du présent document, il n’existe pas de travaux de normalisation


internationaux traitant du même sujet.

Avant-propos

Le présent guide représente le consensus obtenu par la commission de normalisation


« Accessibilité et qualité d’usage dans l’environnement bâti » (P96A) sur la proposition du
groupe de travail « Evacuation ».

Ont participé à l’élaboration collective de ce document les membres de la commission


technique du Groupement des Industries des appareils Electriques autonomes de sécurité
(GISEL).

Commission P96A :

Président M. HERBIN
Secrétariat M. GAUSSORGUES _ AFNOR

MM….

Projet de guide pour l’alarme visuelle Page 2 / 9


S 61 I N 191

Table des matières

0 Introduction
1 Domaine d’application
2 Définitions et abréviations
3 Locaux et emplacements concernés
4 Principes de l’alarme visuelle
5 Conception d’un système de diffusion d’alarme visuelle
5.1 Caractéristiques de l’éclair du DL
5.2 Caractérisation de la signalisation d’évacuation du DIE
5.3 Alimentation
5.4 Compatibilité
6 Installation
6.1 Cas des toilettes et blocs sanitaires
6.2 Cas des locaux à sommeil
7 Exploitation et maintenance

Annexe A : Alarme pour habitation


Annexe B : Bibliographie

Projet de guide pour l’alarme visuelle Page 3 / 9


S 61 I N 191

Préambule
Ce guide s’inscrit dans la prise en compte des exigences de la loi n° 2005-102 du 11 février
2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes
handicapées, et s’intéresse particulièrement à la diffusion de l’alarme visuelle d’évacuation à
destination des sourds et malentendants.
Introduction
1) La règlementation de sécurité incendie demande d’installer un équipement d’alarme
perceptible tenant compte de la spécificité des locaux et des différentes situations de
handicap des personnes amenées à les fréquenter isolément.

2) Le Ministère de la culture a publié un « guide pratique de l’accessibilité – Culture et


Handicap » dont des extraits sont rappelés ci-dessous :
« Aucun système n’existe dans les établissements recevant du public en France pour
transmettre des consignes d’alarme et des informations en temps réel aux personnes
malentendantes et sourdes. Les quelques systèmes visuels existants (tableaux d’affichage
dans les gares et les aéroports) n’atteignent que les personnes qui se trouvent devant. Cela
pose des problèmes de sécurité d’une part, d’accès à l’information d’autre part.

La mise en place d’alarmes visuelles est indispensable pour garantir la sécurité des visiteurs
sourds, et leur fournir l’assurance (vitale) d’être prévenus en cas de danger.
Pour les visiteurs entendants, ces alarmes renforcent les messages sonores, pas forcément
bien audibles partout.

Les signaux d’alarmes, d’évacuation doivent être directement perceptibles et ne doivent pas
supposer l’utilisation d’un dispositif ou d’un récepteur particulier de la part du visiteur.
Ils doivent pouvoir atteindre le visiteur dans les endroits reculés ou fermés (toilettes, salles
pédagogiques…). Il faut distinguer plusieurs types de configurations : blocs sanitaires, salles
fermées (de réunion, de cinéma), expositions, espaces communs.
En général, il faut associer les stroboscopes à des pictogrammes d’évacuation.
Dans les blocs sanitaires se pose un problème de visibilité du stroboscope, qui va être en
grande partie résolu par la nouvelle réglementation obligeant à détalonner les portes des
cabines. Il faut préconiser, en plus, un positionnement le plus central possible du
stroboscope par rapport aux différentes cabines.
Les éblouissements doivent être évités.
Pour éviter d’éventuelles crises d’épilepsie, la fréquence des éclats est au maximum de trois
par seconde. Il est cependant recommandé d’abaisser cette limite à une fréquence d’un éclat
par seconde dès que des enfants risquent d’être concernés.
Enfin, le stroboscope doit être associé à la couleur verte, soit avec le pictogramme indiquant
la sortie de secours, soit autrement. »

3) D’autres dispositifs d’alarme pour personnes sourdes et malentendantes peuvent


compléter ou se substituer aux dispositifs d’alarme visuelle pour autant qu’ils assurent un
niveau de sécurité équivalent. Ce guide ne couvre pas ces dispositifs.
1 Domaine d’application
Le présent guide donne des règles de conception, réalisation, utilisation et maintenance d’un
système de diffusion d’alarme visuelle pour alerter les personnes malentendantes ou
sourdes.

Projet de guide pour l’alarme visuelle Page 4 / 9


S 61 I N 191

Ce système de diffusion d’alarme visuelle complète l’équipement d’alarme incendie sonore


dans les établissements existants ou neufs où ce dernier est installé.

Note - Bien que les recommandations émises dans le rapport « INRS mars 1998 (JP Menu) » aient
été prises en compte, ce guide ne peut pas couvrir toutes les situations (handicaps multiples par
exemple).

2 Définitions et abréviations
2.1 Définitions
En complément des définitions de la norme NFS 61-936, les définitions suivantes
s’appliquent.

Eclairs (lumineux) : Emission de lumière de courte durée produite par un diffuseur lumineux tel qu’un, flash, un stroboscope,

Signalisation d’évacuation : Signal blanc et vert de forme rectangulaire ou carrée


représentant une silhouette complète d’un personnage qui sort par une porte.

Système de Diffusion d’Alarme Visuelle : Système assurant pour l’évacuation des


personnes deux fonctions :
- Alerter les personnes via un éclair lumineux,
- Informer les personnes de la nécessité d’évacuer.

Ces deux fonctions sont assurées respectivement par des diffuseurs lumineux et par des diffuseurs
d’information d’évacuation.

2.2 Abréviations

SDAV : Système de Diffusion d’Alarme Visuelle


DIE : Diffuseur d’Information d’Evacuation
DL : Diffuseur Lumineux
DS : Diffuseur Sonore

3 Locaux et emplacements concernés


A moins que la nature de l’exploitation permette une aide humaine disponible en
permanence pour participer à l’évacuation, les signaux du SDAV doivent être perçus en tout
point du bâtiment accessible aux personnes malentendantes ou sourdes et plus
particulièrement dans tous les locaux ou emplacements où les personnes malentendantes
ou sourdes peuvent séjourner ou stationner : par exemple salles de repos, salles d’attente,
bibliothèques, , chambres, parcs de stationnement couverts...
Une attention particulière est portée dans les endroits où les personnes sont isolées ou
enfermées, par exemple les toilettes, les sanitaires …
Des diffuseurs lumineux et diffuseurs d’information d’évacuation sont installés le long des
circulations, dans les endroits pouvant occasionner des stations prolongées, par exemple
ceux accueillant les sièges de repos, les machines à café, les distributeurs de boissons, les
cabines téléphoniques…

La diffusion et la propagation du son n’étant pas identiques à celles de la lumière,


l’implantation des équipements est étudiée en tenant compte de ces différences et des
obstacles éventuels
.
4 Principes de l’alarme visuelle

Projet de guide pour l’alarme visuelle Page 5 / 9


S 61 I N 191

L’alarme visuelle a pour but :


- d’attirer l’attention des personnes malentendantes ou sourdes par des éclairs émis
par des diffuseurs lumineux
- de fournir l’information d’évacuation par des diffuseurs d’information d’évacuation

Les diffuseurs lumineux et les diffuseurs d’information d’évacuation sont déclenchés


simultanément à l’alarme générale d’évacuation.

L’installation de plusieurs diffuseurs lumineux dans une même pièce ne doit pas créer de
fréquences parasites combinées pouvant potentiellement déclencher des crises d’épilepsie
chez certaines personnes.

5 Conception d’un système de diffusion d’alarme visuelle


5.1 Caractérisation de l’éclair du DL :
- L’intensité lumineuse minimale de l’éclair du diffuseur lumineux est de 10 cd (valeur à
l’étude) - Pour éviter l’éblouissement, l’intensité lumineuse du diffuseur lumineux est limitée à
500 cd.
- La durée maximale de l’éclair est de 0,2 s ; sa fréquence est comprise entre 0,5 et 1 Hz.
- L’éclair émis par le diffuseur lumineux est de couleur blanche.

5.2 Caractérisation de la signalisation d’évacuation du DIE


Le signal indiquant qu’il faut évacuer par le DIE est caractérisé comme suit :
- soit ce signal est réalisé par le signal d’évacuation 50099 ou 50100 de la norme
NFX08003-3 (juillet 2006) éclairé par une lampe clignotante activée lors de l’alarme
générale d’évacuation; le flux lumineux minimum requis est de 45 lumens.

- soit par un bloc autonome ou luminaire d’éclairage de sécurité conforme aux normes en
vigueur avec signalisation d’évacuation. Ce bloc ou luminaire peut assurer cette
signalisation à condition qu’il soit équipé d’une fonction complémentaire clignotante de
mise en évidence du signal pendant la durée de l’alarme générale d’évacuation. Le flux
lumineux de clignotement est au minimum celui du produit à l’état de secours.

Dans les deux cas ci-dessus, la fréquence de clignotement est comprise entre 0,25 et
0,5Hz ; la durée d’allumage est au minimum de 1s et la couleur de la source lumineuse est
blanche.

5.3 Alimentation
L’ensemble des produits du SDAV sont alimentés par une alimentation de sécurité :
- soit conforme à la NF S 61-940, NF EN 50171, NF EN 12 101-10
- soit interne au bloc autonome conformément à la NF C 48-150 ou série NF C 71-800.

5.4 Compatibilité
L'ensemble des produits du SDAV doivent être compatibles, voire associés suivant le cas,
avec les composants du SSI auxquels ils sont raccordés.

6 Installation

Afin de permettre une bonne diffusion de la lumière, il est recommandé de placer les DL à
éclairage indirect à une distance de 15cm minimum par rapport au plafond.
.

Projet de guide pour l’alarme visuelle Page 6 / 9


S 61 I N 191

Les principes d’installation et câblage des diffuseurs d’alarme visuelle (DL et DIE) présentent
la même sécurité et fiabilité que ceux des diffuseurs sonores d’alarme incendie installés
dans les même locaux.
La distance entre les différents éléments du SDAV doit permettre de respecter l’article 3
« Locaux et Emplacement concernés ».

Les éléments du SDAV peuvent être soit dans des produits séparés, soit regroupées dans
un même produit. Dans tous les cas, il est préférable de positionner la signalisation
d’évacuation dans la direction de l’évacuation.

6.1 Cas des toilettes et blocs sanitaires


Dans tous les cas, l’individu isolé dans les cabines de toilettes est averti et reçoit le
message.

Un DL est installé dans chaque cabine isolé. Un DL et un DIE sont installés dans la partie
commune. Dans ce cas, les DL dans les cabines peuvent avoir une intensité lumineuse
minimale de 2 cd.

Lorsque les cabines peuvent laisser passer le signal lumineux tel que cloisonnement partiel,
imposte, oculus, porte détalonnée..., un DL et un DIE peuvent n’être installés que dans la
partie commune.

6.2 Cas des locaux à sommeil


L’intensité lumineuse du DL utilisé pour le réveil des personnes est au minimum de 75
candelas (à l’étude).

7 Exploitation et maintenance

Les systèmes d’alarme visuelle installés font l’objet de test, contrôle et maintenance dans les
mêmes conditions que les autres systèmes de sécurité incendie installés dans le bâtiment.
L’exploitant du bâtiment vérifiera le bon fonctionnement des équipements et consignera les
résultats dans le registre de sécurité.
Suite à un constat d’anomalie, l’exploitant doit faire effectuer la remise en état dans les
meilleurs délais.

L’implantation, la description et le fonctionnement du SDAV sont précisés dans le cahier de


clauses techniques et particulières (CCTP).

Projet de guide pour l’alarme visuelle Page 7 / 9


S 61 I N 191

Annexe A
Alerte pour habitation

Les habitations à usage privé ne comportent pas les mêmes besoins en raison de
leur surface plus restreinte et de la familiarité des occupants avec les lieux. De plus
les occupants peuvent choisir un équipement parfaitement adapté à leurs besoins.

La détection est installée dans la ou les pièces à risque et l’alarme visuelle doit être diffusée
dans les pièces de vie où les occupants peuvent séjourner ou dormir.
L’occupant connaissant les locaux et le système, l’alarme visuelle peut se limiter aux éclairs
lumineux.

Les Dispositifs d’Alarme de Fumée (DAF) répondant aux exigences minimales de la norme
NF EN 14604 ne permettent pas de remplir cette fonction. Il sera donc nécessaire d’installer
soit un DAF avec contact ou fonction complémentaire, soit un autre système. Le système de
diffusion d’alarme visuelle pourra être déclenché soit par le ou les Dispositifs d’Alarme de
Fumée (DAF), soit par la détection incendie lorsqu’elle est présente.

Projet de guide pour l’alarme visuelle Page 8 / 9


S 61 I N 191

Annexe B
Bibliographie

1. Culture et handicap – guide pratique de l’accessibilité - ministère de la culture et de la


communication (2007).
2. NFPA 72G 3-2.4 : National Fire Protection Association – Notifications appliances for
protective signalling systems.
3. ICC/ANSI A117.1 - 2003 : Accessible and usable buildings and facilities.
4. ADAAG 4.28 : Americans with Disabilities Act Accessibility Guidelines.
5. INRS mars 1998 (JP Menu) – rappels de neurophysiologie et de pathologie –
application médicale de la couleur dans l’industrie.
6. NF EN 14604 Novembre 2005 : Dispositifs d’alarme de fumée (DAF)
7. série des normes NFS 61-930

"RAPPELS DE
NEUROPHYSIOLOGIE

Projet de guide pour l’alarme visuelle Page 9 / 9

Vous aimerez peut-être aussi