Vous êtes sur la page 1sur 7

Prof. : LAY Abdellatif. Cours 7 : La droite dans le plan. Tronc Commun Science.

2020/2021

I- Le repère dans le plan- les coordonnées d’un point et d’un vecteur dans le plan

1- La base dans le plan ; le repère dans le plan

Définition
Soit O, I et³ J trois points non alignés dans le plan.
−→ −→´ ³ −→ −→´
Le couple OI ; O J est appelé une base dans le plan, ainsi que le triplet O; OI ; O J est appelé un repère dans le
plan.
Autrement dit :

− →
− ³ →− →−´
Si i et j sont deux vecteurs non nuls alors O; i ; j est un repère dans le plan.

Cas particuliers
³ −→ −→´
Ï Si (OI ) ⊥ (O J ) alors le repère OI ; O J est dit orhtogonal.
³ −→ −→´
Ï Si OI = O J alors le repère OI ; O J est dit normé.
³ −→ −→´
Ï On dit que OI ; O J est un repère orthonormé s’il est orhtogonal et normé à la fois.

1
2- Les coordonnées d’un point et d’un vecteur dans le plan

Définition
³ → − →−´
Soit O; i ; j un repère dans le plan et x, y ∈ R.
−−→ →
− →

Pour tout point M dans le plan, il existe un unique couple (x; y) tel que : OM = x i + y j .

³ → − →−´
Ï (x; y) est appelé le couple des coordonnées du point M dans le repère O; i ; j et on écrit : M (x; y) ou bien
µ ¶
x
M .
y
Ï x est appelé l’abscisse du point M .
Ï y est appelé l’ordonné du point M .
³ → − →−´
Dans la suite du cours, le plan est lié à un repère orthonormé O; i ; j .

Proposition
³ → − →−´
On considère dans le repère O; i ; j les points A(x A ; y A ) et B (x B ; y B ).
−−→ −−→ ¡ ¢
Ï Les coordonnées du vecteur AB : AB x B − x A ; y B − y A .
³x +x y + y ´
A B A B
Ï Les coordonnées du point I le milieu du segement [AB ] : I ; .
p 2 2
Ï La distance entre les points A et B : AB = (x B − x A )2 + (y B − y A )2 .

Définition
Soient x, y, x 0 , y 0 ∈ R.³ → − →−´
On considère dans le repère O; i ; j les vecteurs →

u (x; y) et →

v (x 0 ; y 0 ) alors :

(

− →
− x = x0
u = v ⇐⇒
y = y0

Exemple

On détermine les réels x et y sachant que →



u (2; −4) et →
− ¡
v 2x − 3; −y + 5) sont deux vecteurs dans le plan qui véri-
fient : →

u =→

v.

3- Les coordonnées de la somme de deux vecteurs et le produit d’un vecteur par un scalaire

Proposition :
³ → − →−´
On considère dans le repère O; i ; j les vecteurs → −
u (x; y), →

v (x 0 ; y 0 ) et soient k ;k 0 ∈ R.

− →
− ¡ →
− →

Ï Les coordonnées de u + v sont : u + v x + x 0 ; y + y 0 .
¢ ¡ ¢

Ï Les coordonnées de k →
−u + k0 →

v sont : k →
¡ −
u + k0 →

v kx + k 0 x 0 ; k y + k 0 y 0 .
¢¡ ¢

2
Exemple

Soient →

u (−3; 4) et →

v (2; −5) deux vecteurs dans le plan.
On détermine les coordonnées des vecteurs →
¡− →
u +− v et −2 →
¢ ¡ −
u + 3→
− ¢
v .

Application 1
Soient A(1; 2) ;B (−3; 1) et C (3; −2) des points dans le plan.
−−→ −−→
1) Déterminer les coordonnées des vecteurs AB et AC .
−−→ −−→
2) Déterminer les coordonnées du point D tel que : B D = AB .
−−→ −−→ 1 −−→
3) Déterminer les coordonnées du point E tel que : AC = 2 AB − AE .
3
4) Déterminer les coordonnées du point I le milieu du segment [BC ].
5) Calculer les distances AB ; AC et BC .

Solution : Application 1

II- Condition de colinéarité de deux vecteurs


Définition
³ → − → −´
Dans le repère O; i ; j , on considère les vecteurs →

u (x; y), →

v (x 0 ; y 0 ) avec x ;x 0 ;y ;y 0 ∈ R.
Le nombre x y 0 − x 0 y est appelé le déterminant des vecteurs →−u et → −
v dans cet ordre et se note det →
¡− →
u;−
¢
v ou
¯ ¯
¯x y ¯
¯ ¯
¯x 0 y 0 ¯

Exemple

Soient →

u (2; −3) et →

v (−4; 5) deux vecteurs dans le plan.
On calcule det −
¡→
u ;→−
v et det →
¡− →
v ;−
¢ ¢
u .

Proposition

Soient →

u,→

v non nuls dans le plan.

Ï Si det →
¡− →
u;− v = 0 alors les vecteurs →

u et →

¢
v sont colinéaires.
¡→
− →
− ¢ →
− →

Ï Si det u ; v , 0 alors les vecteurs u et v ne sont pas colinéaires.

Exemple

Soient →

u (−3; 7) ; →

v (6; −14) et −
→ 5) .
w (1;
On étudie la colinéarité des vecteurs →−
u et →

v et puis des vecteurs →

u et −
→.
w

3
III- Une droite définie par un point et un vecteur directeur

1- Vecteur directeur d’une droite


Définition
Soit (D) une droite dans le plan qui passe par deux points différents A et B .

−−→
Tout vecteur →−
u non nul et colinéaire au vecteur AB est appelé un vecteur directeur de la droite (D).
On dit aussi que la droite (D) passe par le point A et dirigée par le vecteur →

u et on écrit : D A; →
¡ −¢
u .

Remarques

Soient →

u et →

v deux vecteurs, A et B deux points dans le plan.

Ï Si les vecteurs →−u et →



v sont colinéaires alors D A; →
¡ −¢
u = D A; →
¡ −¢
v .
¡ → − ¢ ¡ →− ¢ ¡ → − ¢
Ï Si B ∈ D A; u alors D A; u = D B ; u .
−−→
Ï le vecteur AB est un vecteur directeur de la droite (AB ).

Exemple

On construit la droite (D) qui passe par le point A(1; 3) et dirigée par le vecteur →

u (2; −3).

Proposition

Soient A un points et →

u un vecteur non nul dans le plan.

−−→
L’ensemble des points M dans le plan qui vérifient : AM = t →

u avec t ∈ R est la droite passant par A et


dirigée par le vecteur u .

2- La représentation paramétrique d’une droite

Théorème
³ → − →−´
Dans le repère O; i ; j , on considère le vecteur → −
u (a; b) et le point A(x A ; y A ).
Toute droite (D) passant par A et dirigée par le vecteur →

u admet une représentation paramétrique sous la forme :
(
x = x A + at
(D) : (t ∈ R)
y = y A + bt

avec (x; y) sont les coordonnées des points de la droite (D).

Exemple
On détermine la représentation paramétrique de la droite (D) passant par le point A(−2; 5) et dirigée par le vecteur


u (1; −4).

Remarque
Toute droite possède une infinité des représentations paramétriques.

4
Application 2
(
x = 1 − 3t
1) Soit (∆) la droite définie par sa représentation paramétrique : (∆) : (t ∈ R)
y = −2 + t
Déterminer les coordonnées d’un point qui appartient à (∆) ainsi que les coordonnées d’un vecteur direc-
teur de cette droite.
2) On considère la droite (D) passant par les points A(2; −4) et B (3; 1).
a) Donner une représentation paramétrique de la droite (D).
b) Est-ce que les points C (4; 6) et E (2; −2) appartiennent à la droite (D).

Solution : Application 2

2- Equation cartésienne d’une droite dans le plan


Activité


On considère dans le plan le vecteur u (1; −3) et les points A(−1; 2) et M (x; y) avec x; y ∈ R.
−−→
1) Déterminer les coordonnées du vecteur AM .
−−→
2) Calculer det →−
³ ´
u ; AM en fonction de x et y.

3) Déduire une équation cartésienne de la droite D(A; →



u ).

Solution : Activité

Définition
Toute droite (D) dans le plan admet une équation cartésienne qui s’écrit sous la forme :

(D) : ax + b y + c = 0

avec a , 0 ; b , 0 ; c ∈ R et (x; y) sont les coordonnées des points de la droite (D).

Exemple
Soit 2x − 3y + 7 = 0 une équation cartésienne d’une droite (D).
On détermine les coordonnées de deux points qui appartiennent à la droite (D).

Proposition
Soit (D) une droite d’équation cartésienne : (D) : ax + b y + c = 0 avec a , 0 ; b , 0 ; c ∈ R.
Le vecteur →

u (−b; a) est un vecteur directeur de la droite (D).

5
Exemple
Soit −x + 2y + 1 = 0 une équation cartésienne d’une droite (D).
On détermine les coordonnées d’un vecteur directeur de la droite (D).

Résultat
Soit (D) une droite dans le plan et A(x A ; y A ) ∈ (D).
Cette équation : a(x − x A ) + b(y − y A ) = 0 définie une équation cartésienne de la droite (D).

Remarques
Toute droite possède une infinité d’équations cartésiennes.

Exemple
En utilisant trois méthodes différentes, on détermine une équation cartésienne de la droite (D) passant par
A(−4; 2) et dirigée par le vecteur →

u (3; 1).

Application 3
1) On considère la droite (D) passant par les points A(1; −3) et B (3; 5).
a) Déterminer les coordonnées d’un vecteur directeur de la droite (D).
b) Donner une équation cartésienne de la droite (D).
c) Est-ce que les points C (2; 1) et E (4; 8) appartiennent à la droite (D).
(
x = 3+t
2) Soit (∆) la droite définie par sa représentation paramétrique : (∆) : (t ∈ R)
y = 6 + 3t
Déterminer une équation cartésienne de la droite (∆).
3) Déterminer les coordonnées de I le point d’intersection des droites (D) et (∆).
³ →− → −´
4) Construire les droites (D) et (∆) dans un repère orthonormé O; i ; j .

Solution : Application 3

6
IV- La position relative de deux droites

Proposition

On considère les deux droites (D) et (∆) de vecteurs directeurs →



u et →

v respectivement.
¡→
− →
− ¢
Ï Si det u ; v = 0 alors (D) ∥ (∆).
Ï Si det →
¡− →
u;−
¢
v = 0 alors les droite (D) et (∆) sont sécantes.

Exemple
On étudie la position relative des droites :

(D 1 ) : 2x − 3y + 5 = 0 ; (D 2 ) : −6x + 9y − 7 = 0 et (D 3 ) : 4x − 5y + 1 = 0

Application 4
³ → − →
−´
I) Dans le repère orthonormé O; i ; j , on considère le point K (5; 2) et les deux droites (D) et (∆) définies
(
x = 2 − 6t
par : (D) (t ∈ R) et (∆) : 3x − 4y + 1 = 0
y = −3 + 8t

1) Est- ce que K ∈ (D) ? K ∈ (∆) ?


2) Déterminer une équation cartésienne de la droite (D).
3) Donner une représentation paramétrique de la droite (∆).
4) Déterminer les coordonnées des points d’intersection de la droite (D) avec les axes du repère.
5) Etudier la position relative des droite (D) et ∆).
6) Déterminer les coordonnées du point d’intersection des droites (D) et (∆).
7) Construire les droites (D) et (∆).

II) Résoudre graphiquement les systèmes suivants :


( (
4x + 3y − 12 ≥ 0 2x + y − 1 < 0
;
x − y −3 ≤ 0 x − 3y + 4 > 0

Solution : Application 4

Vous aimerez peut-être aussi