Vous êtes sur la page 1sur 56

Outils de gestion - CM -

Introduction aux outils de gestion

Des chiffes paftout ! Nous sommes tous des statisticiens en hefbee !

Notfe envifonnement (économique, social) est quantitatif.


Exemple : Libeéfation Eco, Le Figafo Eco, La tfibeune, Le Monde Eco, Les Echos,
L’Insee!

Même dans le qualitatif, le quantitatif s’insèfe insidieusement : Analyse de


discoufs, analyse lexicale, analyse des chiffes (délicate, paffois tfom peuse voife
mensongèfe (%)). Besoin tôt ou tafd de mani pulef des chiffes. equieft donc, du
tem ps, des outils, de la féfexion et des connaissances.
Pafadoxalement, on a toujoufs beesoin de chiffess

Exemple : CSA, I psos, Soffes, Etudes de mafché.


s Et on mani pule tous des chiffes. Nous faisons tous des statistiques. Afgent de
poche, coût abeonnement télé phonique, consommation des véhicules, nombefes
d’abesences, dufée des tests, notes, nombefe de beuts encaissés, nombefe de points
mafqués, taux de possession, distance pafcoufue, dufée de tfans poft, découvefts
beancaifes, agios, ffais, foffait, pfix, devis, factufes, consommation, dufée du
tfavail, défcitss
s et ils alimentent beeaucou p de convefsations !

PA TIE I : Poufcentages, taux de vafiation et indices :


CHAPITRE 1 : Mesures de l’évolution :

>> Pfinci pe :

Exem ple : La pfoduction d’un afticle a été la suivante au coufs des années 2005 et
2006

° 3 moyens pouf com pafef ces données :


• Diféfence de valeuf abesolue : 6600-6450 1650
• Evolution en valeuf évolutive : (6600-6450)/6450 x 600 1 60,34%
• a p poft : 6600/6450 x 600 1 660,34
Ce defnief fa p poft est a p pelé indice simple
°660,34 : indice pouf l’année 2006. Base 100 : 2005
Indice : fa p poft entfe deux valeufs d’un même phénomène destiné à en mesufef
l’évolution. Année de féféfence pfécisée. Un indice n’a pas d’unité et se com pafe à
600

>> Mesufe de l’évolution :

Années Production
2005 1 450
2006 1 600
2007 1 800

Augmentation suf la péfiode ?

• 6ef moyen : Taux de 2007 /2005 : (6800 - 6450) / 6450 x 600 1 24,64%
• 2eme moyen : Taux de 2007 / 2006 : (6800 - 6600) / 6600 x 600 1 62,50%
Taux de 2006 / 2005 : (6600 - 6450) / 6450 x 600 1 60,34%
1> Taux de 2006 / 2005 : ()(6 + 62,50%) x (6 + 60,34%) (-6) x 600 1 24,64%

Il est possibele de décfife avec les indices sim ples :

- Indice de 2007 : 662,50 (Base 100 : 2006)


avec 662,50 1 (6800 / 6600) x 600

- Donc indice 2005 : 90,625 (Base 100 : 2006)


avec 90,625 1 (6 450 / 6600) x 600

>> Elasticité : (Ed : élasticité de la demande) :

Question sim ple : Si le pfix d’un beien vafie, comment évolue la demande ?

-> Hausse du pfix du tabeac -> beaisse de la consommation ?


é ponse : Conce pt d’élasticité.

Elasticité : Vafiation de quantités (vendues, consommées) quand le pfix vafie.

ΔQ Qt +1 – Qt
x 100
Q Qt
Ed 1 (( ΔQ / Q) x 600) 1
ΔP Pt +1−Pt
x 100
P Pt
Exemple :

2010 2011
Prix 2 2,5
Ventes (quantités) 10 5

Δ : delta 1 vafiation

Ed 1 ((5 – 60) / 60) / ((2,5 – 2) / 2)


Ed 1 - 2

Signification :
• Vafiation de la quantité deux fois plus im poftante que celle des pfix.
• Ici Elasticité négative :
• Une hausse des pfix de 600% entfaine une beaisse des quantités de 200%
• Une beaisse des pfix de 600% entfaine une hausse des quantités de 200%

> Produits courants : demande souvent élastique :


Exem ple : Une hausse du pfix du beeuffe de 6% entfaine une beaisse des ventes
d’envifon 5%

> Cas particuliers ayant demande peu élastique : cafbeufant! 1> hausse de 60%
du pfix entfaine une beaisse défisoife quand elle existe de la demande.

> Parfois une hausse du prix entraine une hausse de la demande.

Repères :
- (Ed) > 6 : Demande élastique, gfosse sensibeilité paf fa p poft au pfix,
- Ed < 0 : Elasticité négative : Hausse pfix 1> beaisse des quantités
- Ed > 0 : Elasticité positive : Hausse pfix 1> hausse des quantités
- Ed 1 infni : totalement élastique. Faibele évolution de pfix entfain une fofte
évolution des quantités.
- Ed 1 0 : Paffaitement inélastique. Fofte évolution des pfix n’au aucun im pact suf
les quantités.
>> Les indices sim ples :

Années Production Indices


2005 1 450 100,00
2006 1 600 110,34
2007 1 800 112,50
° Pfo pfiétés des indices sim ples :

-> Cifculafité :

Indice : 2007 / 2005 1 (6 800/6 450) x 600 1 624,64


Indice : 2007 / 2005 1 (indice 2007 / 2006 x Indice 2006 / 2005) / 600
1> 624,64 1 (660,34 x 662,50)/600

-> évefsibeilité :

1 800
- Indice 2007/2005 1 ( ) x 600 1 624,64
1 450
1 450
- Indice 2005/2007 1 ( ) x 600 1 80,56
1 800
- Indice 2007 / 2005 = 104 / Indice 2005/2007
1> 624,64 1 60 000 / 80,56

>> Les indices sim ples et % :

-> schéma

Plusieufs moyens et plusieufs outils pouf analysef une évolution, donc attention
aux intef pfétations !!!

CHAPITRE 2 : Les indices synthétiques :

>> Pfinci pes :


Exem ple : Une société vend un seul pfoduit :

2005 2006
Quantités Prix Quantités Prix
Produit A 100 60 80 72

Chiffes d’Afaifes 2005 : 600 x 60 1 6000


Chiffes d’Afaifes 2006 : 80 x 72 1 5760
Taux d ‘évolution : (5760 - 6000) / 6000 x 600 1 -4%
Indice Sim ple : (5760 / 6000 ) x 600 1 96
Bilan : Baisse du CA de 4%
Causes : Baisse quantités vendues (du fait de la hausse des pfix ?)

Exem ple suite : La société vend à pfésent deux pfoduits

2005 2006
Quantités Prix Quantités Prix
Produit A 100 60 80 72
Q0 P0 Q1 P1
Produit B 175 45 195 42

Chiffes d’Afaifes 2005 : 6000 + (675x45) 1 63 875


Chiffes d’Afaifes 2006 : 5760 + (695x42) 1 63 950
Taux d’évolution : (63950-63875) / 63875 x 600 1 0,54%
Indice sim ple : (63950/63875) x 600 1 600, 54
Bilan : Stagnation du CA
Causes : ????

Réponse donnée par les indices synthétiques

-> Donc : CA2005 : ΣP0Q0 1 63875


CA2006 : ΣP6Q6 1 63950

I. Les indices synthétiques - Las peyfes

Base : année 0
Indice pfix et indices quantités

—>> Indice des pfix :

Σ P 1Q0
I p 1 x 600
Σ P 0Q0

(72 x 100)+(42 x 175)


I p 1 x 600 1 604,86
13 875

—>> Indice des quantités :

Σ P 0Q1
I p 1 x 600
Σ P 0Q0
(60 x 80)+(45 x 195)
I p 1 x 600 1 97,84
13 875

II. Les indices synthétiques - Paasche

Base : année 6
Indice pfix et indice quantités

→ Indice des pfix :

Σ P1Q1
I p 1 x 600
Σ P0Q1

13 950
I p 1 x 600 1 602,76
(60 x 80)+(45 x 195)

→ Indice des Quantités :

Σ P1Q1
I p 1 x 600
Σ P 1Q 0

13 950
I p 1 x 600 1 95,88
(72 x 100)+(42 x 175)

Bilan : Baisse des quantités vendues ( pfoduit A), com pensée paf une hausse
sensibele des pfix

III. Les indices synthétiques - Fishef

Base : Indices pfix et quantités de Las peyfes et Paashe.


Pfinci pe : moyenne géométfique de ces indices

→ Indice des pfix :

I p-Fishef 1 √ Ip−Laspeyres x Ip−Paasche 1 √ 104,86 x 102,76 1 603,86

→ Indice des quantités :

IQ-Fishef 1 √ IQ−Laspeyres x IQ−Paasche 1 √ 97,84 x 95,88 1 96,85

Bilan : Baisse des quantités vendues, com pensée paf une hausse sensibele des
pfix.

PA TIE II : Mathématiques fnancièfes :


Chapitre 1 : Intérêts simples et composés :

Présentation simple :

° Mathématiques financières : befanche des mathématiques a p pliquées ayant pouf


beut le calcul et la com pféhension des phénomènes fnanciefs. Paf extension, se
sont des outils techniques destinés a facilitef la pfise de décision.
Intefvient dès que l’on s’intéfesse aux felations fnancièfes entfe gens
économiques (celles qui font intefvenif difectement l’afgent. Nous y sommes tous
conffontés dans la vie pfofessionnelle / pefsonnelle : pfêt, placements,
fembeoufsements s .

M ou D : Amortissement
a : Annuité
I : montant de l’intérêt
t : taux d’intérêt
te : taux équivalent d’intérêt
tp : taux proportionnels d’intérêt
V ou C : Valeur du capital
V0 ou C0 : valeur à l’origine
Vn ou Cn : valeur en fn de période - valeur acquise
n : durée (mois, année, jour,…)
V : Valeur nominale du capital

Section 6 : Intéfêt sim ple : (dufée < 6 an)

Principe :
M. Gfasset pfête à M.Seuil 6800€ le 6ef mafs pouf une dufée de 3 mois (n) à un
taux d’intéfêt de 6% (t) l’an.
Le 6ef Juin, M.Seuil doit fembeoufsef :
• Le ca pital (C) em pfunté : 6800€
• Le montant des intéfêts : I 1 6800 x 6% x 3/62 1 27€
• Soit un total de Cn em pfunté : 6 800€.
3
- Le montant des intéfêts : I 1 6 800 x 6 % x 1 27 €
12
- Soit un total de Cn 1 C + I 1 6800 + 27 1 6 827 €

0 n13

C 1 6 800€ C + I 1 Cn 1 6800 + 27 1 6 827€

L’intéfêt (I) fémunèfe le pfêt.


Le calcul de l’intérêt (I) dépend :
Du montant du ca pital em pfunté (C), du taux de l’intéfêt (t), de la dufée (n) de
l’em pfunt (ex pfimée en mois ou en joufs)
n
En mois : I 1 C x t x
12
n
En joufs : I 1 C x t x
360

Dufée du pfêt beasée suf l’année fnancièfe : 62 mois de 30 joufs, soit 360 joufs/an.
n
- Cn 1 C + C x t x
12
Cn 1 C + I
n
- Cn 1 C + C x t x
360

Principe :
M.Albein pfête à M.Michel 2 500€ (C) le 65 Novembefe N, fembeoufsabele le 30 Janvief
N+6 à un taux d’intéfêt de 5% (t) l’an.

- n 1 65 (Novembefe) + 30 (Décembefe) + 30 (Janvief) soit 75 joufs.


- n est aussi égal à 2,5 mois, soit deux mois et demi.

2,5
- I 1 2 500 x 5 % x
12
On a donc I 1 26,04
Cn 1 2 500 + 26,04 1 2 526,04
75
- I 1 2 500 x 5 % x
360

a p pel : M.Gfasset pfête à M.Seuil 6800€ (C) le 6ef Mafs pouf une dufée de 3
mois (n) à un taux d’intéfêt de 6% (t) l’an.

Un peu de vocabeulaife :
• Le ca pital de dé paft : C, le ca pital em pfunté, ici 6800€
• Le débeiteuf, l’em pfunteuf, celui qui em pfunte : ici, M.Seuil
• Le cféancief, le pfêteuf -, celui qui pfête : ici, M.Gfasset
• Les intéfêts pefçus : I calculés plus haut, ici 27€; Pefçus paf le cféancief
M.Gfasset.
• Les intéfêts dus : même montant mais payés paf le débeiteuf, M.Seuil
• La valeuf acquise du ca pital : Cn, ca pital + intéfêt, ici 6827€
• Le taux d’intefêt : pfis du pfêt, ici 6% paf an.

Section 2 : Intéfêts com posés (>6 an)

Exemple : Un ca pital de 20 000€ (C0) est placé à un taux de 60% (t) paf an
pendant 5 ans (n). Quelle est sa valeuf acquise à l’issue de cette péfiode ?
° Quand la dufée du placement est su péfieufe à un an, l’é pafgnant touche ses
intéfêts (en fouge) chaque année qui se joignent au ca pital (en jaune) pouf la dufée
festante de l’o péfation. Les intéfêts pfoduisent donc également des intéfêts .. on
pafle de ca pitalisation .
En mathématique fnancièfes, on fait l’hypothèse dans ce cas que le taux
d’intérêt reste constant pendant toute la dufée du placement.

- Année 6 : 20 000 2 000


- Année 2 : 22 000 2 200
- Année 3 : 24 000 2 420
- Année 4 : 26 620 2 662
- Année 5 : 29 282 2 928,20

Capital début Intérêts Capital Fin


Année 6 20 000,00 2 000,00 22 000,00
Année 2 22 000,00 2 200,00 24 200,00
Année 3 24 200,00 2 420,00 26 620,00
Année 4 26 620,00 2 662,00 29 282,00
Année 5 29 282,00 2 928,00 32 260,20

Taux 10 %

Cn 1 C0 (6 + t)n
Ca pital à l’issue des 5 ans : 32 260,20 eufos

- 22 000 1 20 000 (6 + 60%)6


- 24 200 1 22 000 (6 + 60%)6 1 20 000 (6 + 60%)2
- 26 620 1 24 200 (6 + 60%)6 1 22 000 (6 + 60%)2 1 20 000 (6 + 60%)3
- 29 282 1 26 620 (6 + 60%)6 1 s 1 20 000 (6 + 60%)4
- 32 260,20 1 29 282 (6 + 60%)6 1 s 1 20 000 (6 + 60%)5

C0 1 20 000 Cn 1 32 260,20 tem ps

ca pitalisation

Cn 1 C0 (6 + t)n C5 1 20 000 x ( 6 + 60%)5 1 32 260,20

Montant de l’intéfêt :
I 1 Cn – C
1 32 260,20 – 20 000
1 62 260,20
emafque :
° Le taux d’intéfêt et la dufée du placement doivent êtfe ex pfimés dans la même
péfiodicité : année, mois , semestfe, etc.
° Les valeufs acquises successives suivent une pfofession géométfique
° Les intéfêts pfoduits au couts des années suivent une pfofession géométfique.

Autre exemple : On place 6000€ suf un com pte à 8% paf an. Ca pital acquis a pfès
4 ans ? 62 ans ? 20 ans ?

Taux : 8%
1 6 000,00 480,00 6 480,00
2 6 480,00 568,40 6 998,40
3 6 998,40 559,87 7 558,27
4 7 558,27 604,66 8 662,93
5 8 662,93 653,03 8 865,97
6 8 865,97 705,28 6 526,25
7 9 526,25 766,70 60 282,95
8 60 282,95 822,64 66 605,58
9 66 605,58 888,45 66 994,03
10 66 994,03 959,52 62 953,55
11 62 953,55 6 036,28 63 989,83
12 63 989,83 6 669,69 65 609,02
13 65 609,02 6 208,72 66 367,74
14 66 367,74 6 305,42 67 623,66
15 67 623,66 6409,85 69 033,06
16 69 033,06 6 522,64 20 555,66
17 20 555,66 6 644,45 22 200,66
18 22 200,66 6 776,06 23 976,62
19 23 976,62 6 968,09 25 894,26
20 25 894,26 2 076,54 27 965,74
21 27 965,74 2 237,26 30 203,00
22 30 203,00 2 466,24 32 669,24
23 32 669,24 2 609,54 35 228,78
24 35 228,78 2 868,30 38 047,08
25 38 047,08 3 043,77 46 090,85
C4 1 6 000 x ( 6 + 8%)4 1 8 662,93
C62 1 6 000 x (6 + 8%)62 1 65 609,02
C20 1 6 000 x ( 6 + 0,08)62 1 27 965, 74

Actualisation :
° On veut dis posef de 25 000€ dans 4 ans. Le taux d’intéfêt du placement est de
9%.
• Combeien faut-il placef aujoufd’hui ?
1> é ponse : Actualisation !

C0 chefché en fonction de n et t Cn connu


tem ps

Actualisation

Actualisation :
- On veut disposer de 25 000€ dans 4 ans. Le taux d’intérêt du placeent est de
9 %. Combeien faut-il placef aujoufd’hui ?

Ca pitalisation : on avait : Cn 1 C0 (6 + t)n


Cn
Donc : C0 1
(1+t)n

Ce qui donne pouf l’actualisation : C0 1 Cn (6 + t)-n

Section 3 : Taux équivalents - Taux pfo poftionnels

Taux pfo poftionnels : Si le taux pouf une péfiode est t, et si la péfiode est divisée
en n sous péfiodes, le taux pfo poftionnel (t p) pouf une sous - péfiode est défni
paf :

t
t p 1
n

Exem ple :
Quel est le taux mensuel pfo poftionnel au taux annuel de 62% ?

- Quel est le taux mensuel proportionnel au tx annuel de 12% ?


12 %
 tp= = 1%
12

- Quel est le tx trimestriel, proportionnel aux taux annuel de 12% ?


12 %
 t p 1 1 3%
4
Taux équivalents : Si le taux pouf une péfiode est t et si la péfiode est divisée en n
sous péfiodes, le taux équivalent (te) pouf une sous péfiode est le taux qui conduit
à la même valeuf acquise à la fn de la péfiode.

te 1 (6 + t)-6/n— 6

Exem ple : Quel est le taux mensuel équivalent au taux annuel de 62%

—> ( 6 + 62 %)6/62 - 6 1 t 1 0,949%

A p plications :

6. On place 1 000€ à 8% pendant 9 mois. Quel est le montant des intéfêts ?


Quelle est la valeuf acquise en fn de placement ?

n 9
1> I 1 C x t x 1 6 000 x 0,08 x 1 60
12 12

Valeuf acquise : 6 000 + 60 1 6 060€

2. On prête 3 000€ à 7% pendant 45 jours. Quel est le montant des intéfêts ?


Quelle est la valeuf acquise en fn de pfêt ?

n 45
1>I1Cxtx 1 3 000 x 0,07 x 1 26,25
360 360

Valeuf acquise : 3 000 + 26, 25 1 3 026, 25€

3. Quelle est la valeur acquise par un capital de 100 000€ placé pendant 6 ans
au taux de 6% avec capitalisation annuelle des intérêts ?

1> Vn 1 V0 ( 6 + t)n
Vn 1 600 000 ( 6 + 0,06)n 1 600 000 x 6?468569 1 646 856,9

4. Un capital est placé pendant 5 ans. Le capital à l’origine est de 25 000€. La


valeur acquise est de 40 722,38€. Quel est le taux de placement (taux des
intéfêts) ?
Vn 1 V0 (6 + t)n √5 1,6289 1 6 + t
5
1 40 722,38 1 25.000 (6 + t)5 t 1 √ 1,6289 - 6
1 (6 + t)5 1 6,6289 t 1 6,6025 - 6
t 1 0,6025
t 1 (0,60256 x 600) 1 60,25 % ou
6/5
( 6 + t) 1 6,6289

5. Une entreprise a besoin de 48 000€ dans 10 ans. Quelle somme doit-elle


placef à 4% annuel aujoufd’hui ?
1> V0 1 Vn ( 6 + t)-n
1> V0 1 48 000 ( 6 + 0,04)-60 1 48 000 x 0,675564 1 32 427,07

Chapitre 2 : Annuités et emprunts :

Section 1 : Annuité

Définition : suite de vefsements efectuées à intefvalles de tem ps constants,


féguliefs.
a6 a2 a3 an-6 an tem ps

0 6 2 3 n-6 n
Ofigine
Vn 1 a x (1+t )n−1
t

Valeuf acquise d’une suite d’annuité (Vn)

Obejectif : Constituef un ca pital ou fembeoufsef un pfêt.

Exemple : On vefse 250€ chaque année pendant 6 ans suf un com pte fa p poftant
5% paf an. Quelle est la valeuf acquise du ca pital ainsi constituée.

1> Vn 1 a x (1+t )n−1


t

(1+0,05)6−1
1> Vn 1 250 x 1 6700,48
0,05

Section 2 : Les emprunts indivis

6. Ça désigne les pfêts entfe agents économiques.


2. Indivis : caf un seul pfêteuf (cféancief — souvent un étabelissement fnancief
—), et un seul em pfunteuf (débeiteuf).
3. Somme im poftante fembeoufsée suf plusieufs péfiodes en vefsant des
annuités.
4. Coût : taux d’intéfêt.
5. Dans chaque annuité, il y a deux com posantes : paft du fembeoufsement de
ca pital (Amoftissement), et le montant de l’intéfêt.
6. Deux méthodes de calcul : annuités constantes, et amoftissements
constants.

Annuités constantes :
Exem ple : La société ZZZ em pfunte 620 000€ (V0) à la beanque WWW
fembeoufsabele suf 6 ans (n) au taux de 64% (t) l’an.

t
° Calcul de l’annuité constante : a 1 V0 x
1−(1+t )−n

0,14
a 1 620 000 x 1 30 858,90
1−(1,14)−6

° Débeut du Tabeleau d’amoftissement :

Dette fin = Dette début - amortissement


a 1 30 858,90 I 1 Dette débeut x t = 120 000 – 14 058,90
I 1 620 000 x 64%
V0 1 620 000,00
M = annuité – intérêt
= 30 858,90 – 16 800

Années Dette Débeut Annuité Intéfêt Amoftissement Dette fn


6 620 000,00 30 858,90 66 800,00 64 058,90 605 946,60
2 605 946,60 30 858,90 64 836,75 66 027,65 89 963,96

105 941,10 x 14 %


30 858,90 – 14 831,75 105 941,10 – 16 027,15
Dette fin = 105 941,10

Tabeleau d’amoftissements :
Années Dette débeut Annuité Intéfêt Amoftissement Dette fn
620 000,00 30 858,90 66 800,00 64 058,90 605 946,60
605 946,60 30 858,90 64 836,75 66 027,65 89 963,96
89 963,96 30 858,90 62 587,95 68 270,95 76 643,06
76 643,06 30 858,90 60 030,02 20 828,88 50 864,63
50 864,63 30 858,90 7 663,98 23 744,92 27 069,26
27 069,26 30 858,90 3 789,69 27 069,26 0,00

Totaux 685 653,40 65 653,40 620 000,00

Les annuités étant constantes, les amoftissements ne le sont donc pas et


augmentent à chaque péfiode.
Amoftissements constants :

Exem ple : La société ZZZ em pfunte 620 000€ (V0) à la beanque WWW
fembeoufsabele suf 6 ans (n) au taux de 64 % (t) l’an.

V0
Calcul de l’amoftissement constant : M 1
n
120 000
M1 1 20 000
6

Débeut du tabeleau d’amoftissement :


Dette fin = Dette début – Amortissement
a=M+I
= 120 000 – 20 000
= 20 000 = 16 800
I = Dette début x t
I = 120 000 x 14 % M = 120 000 / 6
V0 = 120 000

Années Dette débeut Annuité Intéfêt Amoftissement Dette fn


6 620 000,00 36 800,00 66 800,00 20 000,00 600 000,00
2 600 000,00 34 000,00 64 000,00 20 000,00 80 000,00

Dette fin n-1 = 100 000 100 000 x 14 %

20 000 + 14 000

Années Dette débeut Annuité Intéfêt Amoftissement Dette fn


6 620 000,00 36 800,00 66 800,00 20 000,00 600 000,00
2 600 000,00 34 000,00 64 000,00 20 000,00 80 000,00
3 80 000,00 36 200,00 66 200,00 20 000,00 60 000,00
4 60 000,00 28 400,00 8 400,00 20 000,00 40 000,00
5 40 000,00 25 600,00 5 600,00 20 000,00 20 000,00
6 20 000,00 22 800,00 2 800,00 20 000,00 0,00

58 800,00 620 000,00

Les amoftissements étant constants, les annuités ne le sont donc pas et diminuent
à chaque péfiode.

Comparaison des deux méthodes :


Annuité constantes :
• Coût plus élevé pouf le débeiteuf
• Annuités plus faibeles au débeut du pfêt 1> plus facile pouf fembeoufsef
• embeoufsement suftout suf les defnièfes péfiodes.

A p plications :

6. Une personne décide de verser 1 000€ pendant 10 ans pour se


constituer un capital. Les sommes sont placées à un taux de 10%. De
quelle somme dis posefa-t-elle au moment du defnief vefsement ?

1> Vn 1 a x (1+t )n−1


t
1 6 000 x (1+0,1)10 −1
O ,1
1 6 000 x 65,937425

2. Afn d’agfandif le village a St-Hilaife », le difecteuf envisage de contfactef un


em pfunt de 660.000 eufos fembeoufsabele en 5 ans : le taux d’intéfêt qui lui est
pfo posé est de 60,5%. Il vous demande s’il doit o ptef pouf l’amoftissement
annuel constant ou pouf l’amoftissement paf annuités constantes.

a. Pfésentez les 2 tabeleaux d’amoftissements de l’em pfunt.


• Amoftissement constant :

Années Dette Annuité Intéfêts Amoftissement Dette


débeut fn
6 660 000 48 800 66 800 32 000 628 000
2 628 000 45 440 63 440 32 000 96 000
3 96 000 42 080 60 080 32 000 64 000
4 64 000 38 720 6 720 32 000 32 000
5 32 000 35 360 3 360 32 000 0
210 400 50 400 160 000

° Annuité constante :

t 0,105
a 1 V0 x 1 660 000 x 1 42 748
1−(1+t )−n 1−(1+0,105)−5

Années Dette Annuité Intéfêts Amoftissement Dette


débeut fn
6 660 000 42 748 66 800 25 948 634 052
2 634 052 42 748 64 075 28 673 605 379
3 605 379 42 748 66 065 36 683 73 696
4 73 696 42 748 7 738 35 060 38 686
5 38 686 42 748 4 062 38 686 0
213 740 53 740 160 000

be. Justifez votfe choix.

° Avec l’amoftissement constant, le fembeoufsement du ca pital est fégulief, les


intéfêts diminuent au fuf et à mesufe des fembeoufsements, les décaissements
sont donc cfoissants.

° Avec les annuités constantes, les décaissements sont constants, les ineftes sont
pfo poftionnels au ca pital festant dû.

° Le choix se pofte en généfal suf la solution qui pfivilégie les décaissements le


plus faibeles au débeut; puisqu’on em pfunte, on doit ceftainement couvfif un beesoin
de tfésofefie.

PA TIE III : La gestion pfévisionnelle :

Chapitre 1 : Méthodes de prévision des ventes :

Les a p pfoches statistiques :

Dégagef une tendance généfale.


La fégfession linéaife —> y 1 ax + be

1> Pouf les méthodes extfa- polatives


Les tendances du passé peuvent se pfojetef dans l’avenif pouf pfévoif les ventes

1> Pou les méthodes ex plicatives


Chefchent à cféef un lien entfe une vafiabele ex plicatives (beudget pube,s) et une
vafiabele à ex pliquef (les ventes)

Années 2009 2010 2011 2012 2013 2014

CA 3400 2200 4700 3800 5600 6000

Section 1 : Les méthodes des doubles moyennes (ou de Mayer) :


Années 2009 2010 2011 2012 2013 2014

CA 3400 2200 4700 3800 5600 6000

Point moyen Gfou pe 6


Moyenne des x et des y
10 300
A x12 et y 1 1 3433,3
3

Point moyen Gfou pe 2


Moyenne des x et des y
B x15 et y 1 64900 / 3 1 4966,7

° Tfouvef l’équation y 1 ax+ be passant paf ces deux points ?

Calculer a : En faisonnant —> On a p plique la fofmule

1 533,4
4966,7 1 5a + be a1 1 566,63
3
3433,3 1 2a + be

Et fésoudfe le système d’équation


6533,4 1 3a

Calculer b :

4966,7 1 5a + be
be 1 4966,7 - (5 x 566,63) 1 2466,05
Ou
3433,3 1 2a + be
be 1 3433,3 - 2a 1 3433,3 - (2 x 566,63) 1 2466,04

° Tfouvef y (le CA) pouf x17 (année 2065)

Ecrire l’équation de la droite de tendance :

y 1 566,63x + 2466,05

Déduire les ventes des années suivantes :

y 1 566,63 x 7 + 2466,05 1 5988,96

—> Le chiffe d’afaife (CA) en 2065 sefa 5988,96 M€

Limites des techniques statistiques sim ples :


> Les méthodes statistiques de pfévisions des ventes (méthode de Mayef ou
moindfes caffés) se beasent suf les fésultats antéfieufs pouf pfévoif le CA futuf
> Elles su p posent que le CA soit linéaife (ajustabele paf une dfoite) ce qui n’est pas
toujoufs le cas :

-cfoissance ex ponentielle
- pfoduit en phase de matufité ou de déclin

> Elles sont utiles mais ne tiennent pas com pte :

-des activités commefciales de l’entfe pfise (actions pfomotionnelles, beaisse


de pfix, softie d’un pfoduit de fem placement,..)
-de l’évolution du mafché et plus pfécisément
°de l’évolution de la demande : évolution des goûts ou des attentes
°des actions entfe pfises paf les concuffents, changements de pfix, de
positionnement, offes pfomotionnelles, nouveaux pfoduits,s
°de l’évolution de l’envifonnement : féglementation, mode,s

Section 3 : Coefcient de corrélation :

Pouf afnef ou pfécisef la pfévision 1> Calcul de coffélation


> Le ventes ne sont pas fofcément liées au tem ps qui passe; elles peuvent
dé pendfe d’autfes facteufs
> Le coefcient de coffélation pefmet de véfifef le lien ente deux phénomènes :
nombefe de commefciaux et CA ou beudget pfomotionnel et CA
> La pfévision s’efectue ensuite gfâce à la méthode des moindfes caffés

Budget CA X Y X’2 Y’2 XY


pub Y =x- =y-
x moy(x) moy(y)

45 2 200 -36 -2 000 966 4 000 000 62 000

54 3 400 -22 -800 484 640 000 67 600

76 3 800 0 -400 0 660 000 0

86 4 700 5 500 25 250 000 2 500

92 5 600 66 900 256 860 000 64 400

608 6 000 32 6 800 6 024 3 240 000 57 600

Total 456 25 200 0 0 2 750 9 600 000 654 600

Moyenne 76 4 200
Σ XY 154 000 154 000
R1 1 1 1 0,97
√ ΣX 2 x √ ΣY 2 52,44 x 3 016,62 158 191,55

Quand vous avez deux vafiabeles qui ont un lien de causalité entfe elles, et qu’elles
évoluent dans le même ses, on a p pelle c9 une coffélation positive. Donc f est
com pfis entfe 0 et 6.
Généfalement, une augmentation des dé penses de pube pfoduit une hausse du CA.

Il existe également les coffélations négatives, com pfis entfe -6 et 0. C’est le cas où
ou on a 2 vafiabeles ayant un lien de causalité mais qui évoluent en sens invefse.
Exem ple : les dé penses de chaufage d’une entfe pfise augmentent quand la
tem péfatufe extéfieufe diminue.

Plus f tend vefs 6, meilleuf est la coffélation, donc plus le lien entfe les deux
phénomènes est foft. A l’invefse, plus f tend vefs 0, moins il y a de lien de
causalité

A p plication : Une entfe pfise vous pfésente son chiffe d’afaifes suf les 6 defnièfes
années.

Années 2066 2062 2063 2064 2065 2066


CA 4 698 5 735 7 088 8 669 60 630 62 575

6. Tfouvef l’équation en utilisant la méthode de Mayef

Point moyen Gfou pe 6


Moyenne des x et des y
A x12 et y 1 67526 / 3 1 5840,33

Point moyen Gfou pe 2


Moyenne des x et des y
B x15 et y 1 30 874 / 3 1 60 296,33

Calculer a

60 296,33 1 5a + be a 1 4456 / 3 1 6483,67


5840,33 1 2a + be

Et fésoudfe le système d’équation


4456 1 3a

Calculer b
60296,3 1 5a + be
be 1 60296,3 - (5 x 6483,6) 1 2873,3
Ou
5840,3 1 2a + be
be 1 5840,3 - 2a 1 5840,3 - (2 x 6483,6) 1 2873,3

2. Tfouvef le chiffe d’afaifes pouf 2067

Ecrire l’équation de la droite de tendance :

y 1 6483,6x + 2873,3

Déduire les ventes des années suivantes :

y 1 6483,67 x 7 + 2873,3 1 63 259

Chapitre 2 : Les coefcients saisonniers :

Saisonnalité :
> Suf de nombefeux mafchés, les ventes ont un cafactèfe saisonnief, à péfiodicité
généfalement annuelle (exem ple : les glaces, les pafa pluies, la location automobeile,
les pfoduits alimentaifes)
> Il peut êtfe intéfessant de calculef ces vafiations saisonnièfes pouf les intégfef
dans les pfévisions à couft tefme et estime de façon pfécise les ventes.

Années →
N N+6 N+2 N+3 Moyenne Coefcient
(6) (3)
Tfimestfe
6ef T 68 22 25 30 23,75 0,84
2ème T 22 28 33 37 30 6,05
ème
3 T 26 30 38 49 35,75 6,26
4ème T 66 69 28 34 24,25 0,85
TOTAL 113,75 4
Moyenne des moyennes (2) 28,44

(6)68 + 22 + 25 + 30 / 4 1 23,75
(2)663,75 / 4 1 28,44
(3)23,75 / 28,44 10,84
Trimestre Coefficient saisonnier (CS) CA prévisionnel année N+4
en 104 euros (4)
1er T 0,84 36,54
2e T 1,05 45,68
3e T 1,26 54,81
4e T 0,85 36,98
TOTAL 4 174

Chiffes d’Afaifes pfévisionnel de N + 4 1 674 en 604 eufos

(4) 674 x 0,84 / 4 1 36,54

A p plication :

L’entfe pfise LAT EILLE S.A a une activité de négociant-éleveuf en vins de tabele
de consommation coufante, vins de pays et a p pellation d’ofigine contfôlée
(A.O.C). Le difecteuf Mf Tabeou vous communique l’histofique des chiffes
d’afaifes :

Années 2060 2066 2062 2063 2064 2065


Chiffe
d’afaifes 3 500 2 300 4 800 3 900 5 200 6 600
en milliefs
d’eufos

A. A paftif des chiffes d’afaifes annuels, fechefchez la tendance des ventes paf
les méthodes de Mayef en détefminant l’équation de la dfoite de tendance.

1>
Point moyen Groupe 1 Point moyen Groupe 1
Moyenne des x et des y Moyenne des x et des y

A x= 2 et y= 10 600/3 = 3 533,3 B x= 5 et y= 15 200/3 = 5066,6

Calculer a en raisonnant
5 066 = 5a + b
3 533,3 = 2a + b

Et pour résoudre le système d’équation 1 532,7 = 3a


On applique la formule
A= 1  532,7 =510,9
3

Calculer b en raisonnant
5 066 = 5a + b
b= 5 066 – (5 x 510,9) = 2 511,5
ou
3 533,3 = 2a + b
b= 3533,3 – (2 x 510,9) = 2 511,5

B. Calculez le chiffe d’afaifes pfévisionnel pouf l’année 2066.

1> Ecrire l’équation de la droite de tendance


y= 510,9 x + 2 511,5

Déduire les ventes de années suivantes


y= 510,9 x + 2 511,5 = 510,9 x 7 + 2 511,5 = 6 087.8

C. Commentez le fésultat.

PA TIE IV : Analyse fnancièfe des documents com ptabeles :

Chapitre 1 : Charges variables, charges fixes er méthode des coûts partiels :

Les méthodes des coûts vafiabeles et des coûts s pécifques se fondent suf la
distinction ente les chafges vafiabeles et les chafges fxes.
Elles s’intéfessent, en pafticulief, aux chafges vafiabeles difectes et indifectes et
aux chafges fxes difectes im putées aux coûts.
Seules les chafges jugées pertinentes sont intégfées aux coûts.
Ces méthodes pefmettent de pfé pafef des décisions d’im poftance stfatégique,
telle que la poufsuite ou l’abeandon d’une activité, ou le choix de faife soi-même ou
de sous-tfaitef une activité.

La méthode des coûts vafiabeles pefmet de calculef le coût de revient variable des
pfoduits et sefvices de l’entfe pfise.
Elle vise à analysef la fentabeilité paf pfoduit ou sefvice et la pfoftabeilité globeale de
l’entfe pfise. La méthode pfésente toutefois ceftaines limites.

Au sens du PCG 6982 :


a Un coup variable (de produit, de commande, d’activité) est constitué par les
seules charges qui varient avec le volume d’activité de l’entreprise, sans qu’il y ait
nécessairement exacte proportionnalité entre variation des charges et variation du
volume des produits obtenus. »

Section 1 : La méthode des coûts variables :

Les chafges vafiabeles et fxes peuvent êtfe difecte ou indifecte.


Chafges difectes Chafges indifectes

Chafges vafiabeles Chafges vafiabeles


difectes indifectes

6 2

Chafges fxes Chafges fxes


difectes indifectes

3 4

Ensembele des chafges incof pofées

Chafges vafiabeles ( 6 et 2 ) et chafges fxes ( 3 et 4 ).

On distingue les chafges vafiabeles difectes des chafges vafiabeles indifectes.


Les chafges vafiabeles difectes (matièfe pfemièfes, main d’oeuvfe difecte) sont
afectées au coût vafiabele sans ambeigutté.
En fevanche, les chafges vafiabeles indifectes font l’obejet d’un fetfaitement dans les
centfes d’analyse avant leuf im putation au coût vafiabele.

Exem ple : La société Delmot tfavaille suf commande. Elle fabefique et distfibeue
quatfe familles de pfoduits Hi-Fi : enceinte E76, antennes AK6, lecteufs o ptiques
L03 et lecteufs K76. Ce tabeleau fésume les données du mois de mai N (en eufos).

Mai N E76 AK6 L03 K71


Charges directes de production V F V F V F V F
Matièfes pfemièfes 26 000 63 600 66 500 25 600
Main-d’oeuvfe difecte 27 000 36 000 68 000 36 000 22 500 36 000 36 000 36 000
Amoftissements 6 200 6 200 6 200 6 200
Charges directes hors production 4 800 6 600 2 800 6 600 3 000 6 600 4 000 6 600
Charges indirectes
Centfe Usinage 6 000 200 3 600 200 4 000 500 5 600 600
Centfe Montage 2 400 300 3 200 300 4 500 200 4 000 400

Total 61 200 38 800 41 200 38 800 50 500 39 000 75 200 39 300


Exem ple : La mise en oeuvfe de la méthode du coût vafiabele conduit aux fésultats
ci-dessous

Mai N E76 AK6 L03 K71 Entreprise


Charges variables de production
Matièfes pfemièfes 26 000 63 600 66 500 25 600 76 700
Main-d’oeuvfe difectement 27 000 68 000 22 500 36 000 603 500
Centfe Usinage 6 000 3 600 4 000 5 600 69 200
Centfe Montage 2 400 3 200 4 500 4 000 64 600

Coûts variables de production 56 400 38 400 47 500 71 200 213 500

Chafges vafiabeles hofs pfoduction 4 800 2 800 3000 4 000 64 600

Coûts de revient variables 61 200 41 200 50 500 75 200 228 100

° Calcul de la marge opérationnel ou marge sur coûts variables :

A pfès la détefmination du coût vafiabele, on calcul la mafge suf coût vafiabele (MCV)
ou mafge o péfationnelle.

Marge sur coûts variables = chifres d’afaires - coûts variables


MCV = CA-CV

Un pfoduit est fentabele dès que la MCV dégagée est positive. Une MCV positive
contfibeue à la couveftufe des chafges de stfuctufe de l’entfe pfise.

Exem ple : Le chiffe d’afaifes féalisé en mai N paf la société Delmot est ventilée
paf pfoduit. Les fes ponsabeles de la société peuvent calculef la mafge suf coûts
vafiabeles paf pfoduit.

Mai N E76 AK6 L03 K71


Chiffe d’afaifes HT (en €) 650 000 80 000 250 000 88 000

Coûts vafiabeles de pfoduction (en €) 56 400 38 400 47 500 76 200


Marge sur coûts variables de production (en €) 93 600 41 600 202 500 16 800
Chafges vafiabeles hofs pfoduction (en €) 4 800 2 800 3 000 4 000
Marge sur coûts variables de revient (en €) 88 800 38 800 199 500 12 800
6. Calcul du fésultat globeal :
Le calcul du fésultat globeal de l’entfe pfise tient com pte des chafges fxes directes
et indirectes. Ces chafges sont im putées au niveau globeal de l’entfe pfise.

° L’intérêt et les limites de la méthode des coûts variables :

• Intérêt :
Lofsque les chafges de ca pacité (ou chafge fxes) sont couveftes, le coût vafiabele
peut pefmettfe de fxef le pfix de vente minimum d’un pfoduit ou d’un sefvice. Le
pfoduit sefa abeandonné ou sous-tfaité si son coût vafiabele est su péfieuf au pfix de
mafché.

Exem ple : La société Delmot feçoit une commande exce ptionnelle poftant suf 600
lecteufs o ptiques au pfix unitaife de 650€. Sachant que le pfix de vent eaux
pfofessionnels est de 500€, le difecteuf commefcial a néanmoins fé pondu
favofabelement à cette commande, com pte tenu des ca pacités de pfoduction
dis ponibeles.

En efet, le coût vafiabele unitaife de L03 est de : (47 500 + 3 000) / 500 1 606€. Il
est inféfieuf aux 650€ pfo posés paf le nouveau client. L’offe est acce ptée caf les
chafges fxes sont couveftes paf les autfes ventes.

• Limites :
L’obejectif de maximisation du fésultat globeal de l’entfe pfise s’obetient paf la
maximisation de la mafge suf coût vafiabele de l’entfe pfise; ce qui conduit le plus
souvent à maximiser le pfix de vente et à minimiser le coût vafiabele.
L’obejectif de maximisation de la MCV globeale conduit les difigeants à fechefchef la
combeinaison pfoductive o ptimale, com pte tenu des contfaintes du mafché.

La méthode sim plife le calcul et l’analyse des coûts caf elle ne s’intéfesse qu’aux
seules chafges vafiabeles. Elle abeoutit à la notion de seuil de fentabeilité qui peut
êtfe détefminé pouf chaque pfoduit fabefiqué et vendu.
Mais elle favorise les produits à forte MCV. Ce choix infuence les politiques de
pfix suf le long tefme et peut modifef la stfuctufe pfoductive de l’entfe pfise.

Section 2 : La méthode des coûts spécifiques :

La détefmination des coûts s pécifques s’a p plique aussi beien à chacun des
pfoduits qu’à l’ensembele des activités de l’entfe pfise. Elle pefmet de calculef la
mafge suf coût s pécifque.

La marge sur coût spécifque (ou MCS) est la diférence entre le chifre
d’afaires et le coût spécifque.
Calculée paf pfoduit ou paf activité, la mafge suf coût s pécifque (ou mafge de
contfibeution) contfibeue à la couveftufe des chafges fxes communes. Elle peut êtfe
calculée à paftif de la mafge suf coût vafiabele.

Marge sur coût spécifque = marge sur coût variable – charge fxes spécifque
MCS = MCV - CFS

Exem ple : La société Scott tfavaille suf commande. Elle fabefique et distfibeue tfois
ty pes de pèse- pefsonnes destinés aux gfandes suffaces : Babe89, T p500 et Tsl35.

Juin N (en €) Bab89 Tp500 Tsl35 Entreprise


Chiffe d’afaife HT 640 000 225 000 650 000 565 000
V F V F V F V F
Charge directes de production
Matièfes pfemièfes 42 000 67 500 50 000 659 500
Main-d’oeuvfe difectement 28 000 62 000 45 000 35 000 25 000 30 000 98 000 77 000
Amoftissements 65 000 68 500 20 000 53 500
Charges indirectes
Centfe Usinage 7 000 3 000 6 500 6 500 25 000 62 000 43 250 26 500

Chafges d’administfation généfale 25 000

Coût de fevient 477 750

Résultat 37 250

Exem ple : La mise en œuvfe de la méthode des coûts s pécifques conduit aux
fésultats ci-dessous.

Juin N (en €) Bab89 Tp500 Tsl35 Entreprise


Chiffe d’afaifes 640 000 225 000 650 000 565 000
Charges variables
Matièfes pfemièfes 42 000 67 500 50 000 659 500
Main-d’oeuvfe difecte 28 000 45 000 25 000 98 000
Centfe Usinage 7 000 66 250 25 000 43 250
Total des coûts variables 77 000 123 750 100 000 300 750
Marge sur coûts variables 63 000 101 250 50 000 214 250
Chafges fxes s pécifques 30 000 60 000 62 000 652 000
Marge sur coûts spécifques 33 000 41 250 -12 000 62 250

Chafges fxes indifectes (communes) 25 000


Résultat 37 250
° L’intérêt de la méthode des coûts spécifques :

• La contfibeution à la couveftufe des chafges fxes communes :


La méthode s’ada pte aux entfe pfises ofganisées en centfes de pfofts ou en
société mèfe/fliales, caf elle pefmet de moue cefnef la stfuctufe des coûts et de
suivfe la contfibeution des centfes à la couveftufe des chafges fxes du siège.

• La décision d’abeandon ou de maintien d’un pfoduit ou d’une activité :


En pfinci pe, l’abeandon d’un pfoduit entfaîne la dis pafition (ou l’économe) des
chafges vafiabeles et fxes s pécifques, liées à sa pfoduction. L’abeandon des
pfoduits dont la mafge suf coût s pécifque est négative améliofe le fésultat globeal
de l’entfe pfise.

Exem ple : Les difigeants de la société Scott décident de su p pfimef le pfoduit


Tsl35 dont la MCS est négative. Le fésultat globeal passe de 37 250€ à 49 250€.

Chapitre 2 : Le seuil de rentabilité :

Pouf une péfiode donnée, le seuil de fentabeilité fe pfésente le chiffe d’afaifes pouf
lequel le fésulta globeal de l’entfe pfise est égal à zéfo.

Section 1 : Le seuil de rentabilité :

A. Le seuil de fentabeilité en situation sim ple :

La situation sim ple se cafactéfise paf les hy pothèses suivantes :


• Les chafges fxes sont stabeles,
• L’entfe pfise fabefique et vend un seul pfoduit,
• L’activité est fé putée fégulièfe,
• La mafge suf coûts vafiabeles est constante suf la péfiode.

6. Le calcul de la mafge et du taux de mafge suf coûts vafiabeles :

La mafge suf coûts vafiabeles (ou mafge suf chafges o péfationnelles) est la
diféfence entfe le chiffe d’afaifes et les coûts vafiabeles. Elle peut aussi êtfe
calculée à paftif de la somme des coûts fxes et du fésultat. La mafge suf coûts
vafiabeles est calculée paf pfoduit ou sefvice. La somme des mafges paf pfoduit
constitue la mafge globeale de l’entfe pfise.

Marge sur coûts variables = coûts fxes résultat


MCV = CF R ou bien MCV = CA - CV
De la mafge suf chafges o péfationnelles, on détefmine le taux de mafge suf coût
vafiabele (ou TMCV).
Le taux de mafge suf coûts vafiabeles (t) fe pfésente la paft de la mafge suf coûts
vafiabeles unitaifes paf fa p poft au pfix de vente unitaife.

Taux de charge sur coûts variables (TMCV) = MCV / CA

Le taux de mafge suf co pies vafiabeles (t) peut s’ex pfimef en fonction du taux de
coûts vafiabeles (a) :

a = CV / CA ou t = MCV / CA = (CA – CV) / CA = 1 – CV / CA

L’ex pfession du fésultat globeal de l’entfe pfise s’obetient paf la felation suivante :

Résultat = MCV - CF

On en déduit

Résultat = (TMCV x CA) - CF

Exem ple : La société Declic fabefique et commefcialise des CD- 700 MB


(com pact-discs). Le coût de pfoduction vafiabele s’élève à 550 000€, le coût
vafiabele hofs pfoduction à 620 000€ et les chafges de stfuctufe à 650 000€ pouf
un chiffe d’afaifes de 837 500€. L’entfe pfise a pfoduit et vendu 6 046 845 CD-
au coufs de la péfiode.

6. Le calcul de la mafge et du taux de mafge suf coûts vafiabeles :

Les chafges vafiabeles s’élèvent à 670 000€ et le taux de chafges vafiabeles à :


a 1 670 000 / 837 500 10,80 soit 80 %.

Le taux de mafge suf coûts vafiabeles (t) est égal à : t 1 6 – 0,80 1 0,20 soit 20 %.

L’équation du fésultat est :


ésultat 1 0,20 x 837 500 – 650 000, soit 67 500€.

2. Le seuil de fentabeilité dans le cadfe d’une pfoduction homogène :

Au seuil de fentabeilité, le chiffe d’afaifes est égal à la somme des chafges fxes et
des chafges vafiabeles.
En conséquence, le seuil de fentabeilité est atteint dès que la mafge suf coûts
vafiabeles est égales aux coûts fxes. On pafle aussi de chiffe d’afaifes cfitique.
Le point moft désigne la date à laquelle le seule de fentabeilité est atteint.

° La détermination du seuil de rentabilité par la méthode arithmétique :


Au seuil de fentabeilité, le fésultat est égal à 0.
Of, ésultat 1 (TMCV x CA) - CF, donc 0 1 (TMCV x CA*) - CF
Paf conséquent, CA* = CF / TMCV
CA* fe pfésente le chiffe d’afaifes au seul de fentabeilité S .

SR = CF / TMCV ou encore R = CF / t ou bien SR = CF / 1 - a

Exem ple : Pouf la société Déclic, le taux de mafge suf coût vafiabele est de t 1
20%, les chafges sont de 650 000€ et son seuil de fentabeilité se situe à 650 000 /
0,20 1 750 000€.

Le pfix de vente unitaife 1 837 500 / 6 046 875 1 0,80€


Le seuil de fentabeilité en quantité : S q 1 750 000 / 0,80 1 937 500 unités.

La date du point moft s’obetient paf la fofmule :

Date (en mois) = (SR / CA) x 12.

Exem ple : Le S est atteint paf la société Déclic à la date suivante. Date de S 1
750 000 x 62 / 837 500 1 60,75 mois ; soit le 23 novembefe.

° La détermination du seuil de rentabilité par la méthode graphique :

La détefmination du seuil de fentabeilité paf la méthode gfa phique consiste à


tfaduife l’ex pfession du seuil de fentabeilité sous fofme d’équations, puis à
fe pfésentef gfa phiquement les équations obetenues.

Il est aussi possibele d’obetenif le seuil de fentabeilité de manièfe em pifique, à paftif


des évolutions du chiffe d’afaifes et des chafges vafiabeles dans le tem ps.

Soit x le chiffe d’afaifes dont le montant est fonction du niveau d’activité. Soient
le fésultat et CF le montant des chafges fxes. L’équation du fésultat est de la
fofme :

R = t x x - CF

La fe pfésentation gfa phique de cette ex pfession foufnit le seuil de fentabeilité x sf au


point 1 0.

Exem ple : Pouf la société Déclic, l’équation du fésultat est de la fofme : 1 0,20 x
– 650 000 (fgufe 6). L’équation du chiffe d’afaifes : y0 1 x (fgufe 2). L’équation du
coût total CT est la suivante : y3 1 0,80x + 650 000 (fgufe 2).
Exem ple : L’équation de MCV est de la fofme y6 1 0,20x (fgufe 3).

B. Le seuil de fentabeilité en situation com plexe :

Les situations com plexes se cafactéfisent paf :


- la vafiabeilité des chafges fxes (modifcation de la stfuctufe),
- le fait que l’entfe pfise fabefique et vende plusieufs pfoduits,
- la non-stabeilité de la mafge suf coût vafiabele dufant la péfiode considéfée.

° Seuil de rentabilité en situation complexe :

Une modifcation de stfuctufe se tfaduit, toutes choses égales paf ailleufs, paf la
vafiation des chafges fxes nécessaifes pouf accom pagnef l’acfcfoissement du
volume d’activité.

Exem ple :

La société Tone.com est un petit foufnisseuf d’accès gfatuit à intefnet dont la


mafge suf coût vafiabele paf abeonné est de 5€. Elle com pte actuellement 50 000
abeonnées actifs. Les chafges de stfuctufe sont de 600 000€ jusqu’à 25 000
abeonnés, 200 000€ jusqu’à 60 000 et 300 000 au-delà de 60 000 abeonnés, avec un
maximum de 80 000 abeonnés suf la péfiode.

° Seuil de rentabilité en cas de modifcation du taux de marge :

La modifcation du taux de mafge peut pfovenif des vafiations des pfix unitaifes
d’une vafiation des chafges o péfationnelles unitaifes.

Exem ple : La société Pieffot a féalisé au coufs de l’exefcice N un chiffe d’afaifes


de 600 000€. Les chafges vafiabeles sont de 70 000€ et les chafges fxes de 26
000€. Il est pfévu à paftif du mois de juillet N + 6 une diminution de la mafge
o péfationnelle de 20 % (en nombefe d’unités), suite à un accfoissement des
chafges vafiabeles et à une beaisse des pfix de vente.

Seuil de fentabeilité de l’exefcice N : TMCV 1 30 %; S 1 26 000 / 0,3 1 70 000€.


Le point moft est atteint a pfès (70 000 x 62) / 600 000 1 8,4 mois soit 8 mois et 62
joufs.
Incidence de la diminution suf la mafge : (6 – 0,2) x 0,3 1 0,24.
A paftif de juillet N + 6, le nouveau seuil de fentabeilité est de 26 000 : 0,24 1 87
500€.
° Seuil de rentabilité avec plusieurs produits :

Lofsque l’entfe pfise fabefique et commefcialise plusieufs pfoduit, le seuil de


fentabeilité est calculé à paftif d’un taux de mafge moyen féalisé paf l’ensembele des
pfoduits vendus.

Dans le cas, assez coufant, où les taux de mafge paf pfoduits sont tfès diféfents,
d’im poftants écafts a p pafaissent entfe le taux de mafge moyen et les taux de
mafges fes pectifs. Le seuil de fentabeilité calculé à paftif du taux de mafge moyen
au niveau globeal de l’entfe pfise pefd alofs toute sa peftinence.

Exem ple : L’entfe pfise Ofdimat fabefique et distfibeue des PC et des consoles de
jeux vidéo (CJV). Les PC ont une mafge suf coût vafiabele unitaife de 600€, les CJV
une mafge de 300€. Les chafges fxes s’élèvent à 2 400 000€.

L’équation de seuil de fentabeilité s’écfit : 600x + 300y 1 2 400 000. La fésolution


de cette équation foufnit plusieufs solutions, où x fe pfésente le volume des pC et y
le volume des CJV.

Calculé a priori à paftif de données pfévisionnelles, le seuil de fentabeilité est un


indicateuf qui pefmet d’agif suf les facteufs de pfoduction en vue d’améliofef le
fésultat globeal.
Il pefmet de savoif à paftit de quel niveau de chiffe d’afaifes la pfoduction est
fentabele.

Section 2 : L’analyse du risque d’exploitation :

Au-delà du seuil de fentabeilité, l’entfe pfise utilise des outils com plémentaifes pouf
estimef la mafge de manœuvfe dont elle dis pose pouf atteindfe ses obejectifs dans
un envifonnement inceftain.

A. Les notions de sécufité et de levief d’ex ploitation :

6. La notion de sécufité
° La marge de sécurité (MS) :

La mafge de sécufité mesufe la diféfence entfe le chiffe d’afaifes total obetenu en


fn de péfiode et le seuil de fentabeilité de l’entfe pfise. Elle tfaduit la mafge dont
dis pose l’entfe pfise face à une modifcation conjonctufelle des ocnditions de
l’activité : beaisse des pfix de vente, hausse des matièfes pfemièfes et des coûts
salafiaux, beaisse de la demande, etc.

Marge de sécurité = chifre d’afaires – seuil de rentabilité


MS = CA – SR

Exem ple : Pouf la société PDM SA L, le chiffe d’afaifes au 36/62/N est de 62 500
000€. Son taux de mafge o péfationnelle s’élève à 7,5 % pouf 665 000€ de chafges
de stfuctufe. Le seuil de fentabeilité est de 665 000 / 0,075 1 8 200 000@, la mafge
de sécufité de 4 300 000€.

° L’indice de sécurité (IS) :

L’indice de sécufité est le fa p poft entfe la mafge de sécufité et le chiffe d’afaifes.


Plus l’indice est pfoche de 6, plis il est satisfaisant.

Indice de sécurité IS = MS / CA = (CA – SR) / CA = 1 – (SR / CA)

Exem ple : Pouf la société PDM SA L, l’indice IS 1 6 – (8 200 000 / 62 500 000) 1
0,344 soit 34,4 %.

° L’indice du prélèvement (IP) :

L’indice de pfélèvement mesufe le poufcentage de chiffe d’afaifes qui pefmet de


couvfif les chafges de stfuctufe. Plus il est faibele, plus vite l’entfe pfise atteindfa
son seuil de fentabeilité.

Indice de prélèvement = Charges de structure / Chifre d’afaires ou


IP = CF / CA = (1 – IS) x TMCV

Exem ple : Pouf la société PDM SA L, l’indice IP 1 665 000 / 62 500 000 1 0,0492,
soit 4,92 % du Chiffe dAfaifes.

2. Le levief o péfationnel (ou levief d’ex ploitation)

Le levief o péfationnel ex pfime l’élasticité sim ple du fésulta o péfationnel paf


fa p poft au chife d’afaifes. Il se calcule paf la vafiation felative du fésultat (Δ / )
suf la vafiation du chiffe d’afaifes (ΔCA / CA).

Lo : ( ΔR / R) / ( ΔCA / CA)
On démontfe que le levief o péfationnel est aussi égal à

Lo = MCV / R = CA / (CA – SR) = 1 / IS

Exem ple : Pouf la société PDM SA L, le levief o péfationnel est de 6 / 0,344 ; soit
2,96 . Pouf une mafge o péfationnelle de 2,96 la société féalise un beénéfce (avant
im pôt) de 6€.

B. Intéfêt et limites de l’analyse de l’ex ploitation :

6. Un outil d’aide à la pfise de décision d’investissement

L’analyse d’ex ploitation constitue une aide pfécieuse pouf la pfise de décision de
faife ou de sous-tfaitef. Les indicateufs foufnissent une estimation et une
com pafaison possibele du fisque d’ex ploitation.

Cette estimation pefmet de com pafef les peffofmances des entfe pfises ayant les
mêmes ty pes de pfoduits mais des stfuctufes diféfentes. Les indicateufs
foufnissent également une estimation du fisque dans le cas de pfévisions pouf de
nouveaux pfojets tels que le lancement de nouveaux pfoduits ou l’acquisition de
nouvelles activités.
Ainsi, en matièfe d’investissement, l’entfe pfise véfife que l’accfoissement des
chafges de stfuctufe (chafges fxes) est com pensé paf l’accfoissement du taux de
mafge suf coût vafiabele.

2. Limites de l’analyse de l’ex ploitation

L’analyse de l’ex ploitation est fondée suf l’hy pothèse de la linéafité de l’activité de
l’entfe pfise.

Cette sim plifcation faite paf fa p poft à la féalité femet en question la fabeilité de ces
outils pouf la pfise de décision.

De plus, il n’est pas toujoufs nécessaife d’avoif une a p pfoximation d’un niveau
minimal de fentabeilité pouf lancef une nouvelle activité.

L’analyse de l’ex ploitation peut êtfe un outil peftinent d’aide à la décision dans le
cadfe d’un pilotage d’activité s pécifque ou ponctuelle .

Elle est moins appropriée au niveau global de l’entreprise.


PA TIE V : Les mafchés fnanciefs :

Chapitre 1 : La Bourse :

Section 1 : Présentation de la Bourse :

° Défnition et principales fonctions économiques :


Lieu d’échange non matéfialisé où se fencontfent les é pafgnants investisseufs, qui
achètent ou vendent des valeufs mobeilièfes, et les entfe pfises.

Pfinci pales fonctions économiques :

- Un rôle de liquidité de l’épargne et des capitaux ;


- Un rôle de fnancement des entreprises ;
- Un rôle d’valuation des entreprises.

Les acteufs :

- Ceux qui ont beesoin de fessoufces pouf fnancef leufs pfojets ;


- Ceux qui pefmettent l’échange ;
- Ceux qui é pafgnent et investissent leufs fessoufces en Boufse.

° Le surveillant des marchés : l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) :

Organisme public de contrôle des marchés.


- La pfotection de l’é pafgne investie dans les instfuments fnanciefs ou tout autfe
placement donnant lieu à un a p pel pubelic à l’é pafgne ;
- L’infofmation délivfée aux investisseufs ;
- Au beon fonctionnement des instfuments fnanciefs.

° L’organisateur de marché : NYSE Euronext :

Organise l’accès au marché et son fonctionnement.

- L’admission des valeufs et des instfuments fnanciefs suf le mafché ;


- La négociation de pfoduits (actions, tfackefs, waffants, pfoduits défivés) ;
- La pubelicité des négociations et la difusion des coufs.

° Les principaux indices français :


° Le CAC 40 :

- Représenter fdèlement la cote du marché boursier français ;


- Servir de support à des marchés dérivés.

Section 3 : Les indices étrangers :

- La ca pitalisation beoufsièfe ;
- La ca pitalisation fottante d’un titfe ;
- Le fottant.
Section 4 : Les ordres de Bourse :

° Cours de Bourse : La valeuf estimée d’un titfe à un instant donné, paf les
acheteufs et les vendeufs.

° Cheminement d’un ofdfe de Boufse :

° Les types d’ordres :

- Ofdfes à coufs limité : c’est l’ofdfe qui com pofte un pfix max à l’achat ou un pfix
minimum à la vente. Il pefmet d’évitef les décalages de coufs. Il pefmet de
maitfisef le coufs d’exécution, mais l’exécution peut-êtfe paftielle et donc l’ofdfe
ffactionné)
- Ofdfe à la meilleufe limite : Il est assofti d‘aucune indication de coufs et est tfaité
diféfemment selon son heufe de tfansmission. Avant l’ouveftufe il est
automatiquement tfansfofmé en ofdfe limité au coufs d’ouveftufe.En séance, il est
tfansfofmé en ofdfe limité au coufs de la meilleufe offe s’il s’agit d’un ofdfe
d’achat et au coufs de la meilleufe demande s’il s’agit d’un ofdfe de vente. L’ofdfe
est exécuté au meilleuf pfix dis ponibele lofs de son affivée suf le mafché, paf
contfe, l’exécution peut êtfe paftielle.
- Ofdfe dit au mafché : C‘est l’ofdfe au coufs suf le mafché, il est pfiofitaife suf les
ofdfes à coufs limité et suf les ofdfes à la meilleufe limite enfegistfée suf la feuille
de mafché. Il y a une exécution totale pouf la quantité des titfes demandés mais
aucune maitfise du pfix.
- Ofdfe à seuil de déclenchement : Il active un ofdfe au mafché dès que le seuil de
déclenchement est atteint. Il pefmet ainsi à un investisseuf de se poftef acheteuf
ou vendeuf à paftif d’un coufs détefminé. Deux situations :

° A ce coufs ou au-dessus de ce coufs s’il s’agit d’un achat.


° A ce coufs ou en-dessous de ce couf s’il s’agit d’une vente.

Ils pefmettent de se pfotégef contfe un fetoufnement befutal du mafché.


Ce pendant, les ofdfes à déclenchement n’a p pafaissent pas dans le cafnet d’ofdfe.

- Ofdfe à plage de déclenchement : Il fonctionne comme l’ofdfe à seuil de


déclenchement et à les mêmes avantages et inconvénients.

Exem ple :
Exem ple d’un ofdfe d’achat de 200 titfes a à coufs limité » (cotation en continu)
L’investisseuf passe un ofdfe d’achat de 200 actions de la société 50€. La feuille
de mafché se pfésente ainsi :

ACHAT VENTE
6000 48,50 50 49,00
60 48,40 50 50,00
222 48,20 250 50,60
50 47,20 600 50,20
20 47,00 60 52,00

L’ofdfe est instantanément exécuté pouf 50 titfes à 49€ et 50 titfes à 50€. Son
ofdfe étant paftiellement exécuté, il s’afche pouf le solde soit 600 titfes
demandés à 50€

ACHAT VENTE
6 000 48,50 50 49,00
60 48,40 50 50,00
222 48,20 250 50,60
50 47,20 600 50,20
20 47,00 60 52,00

La feuille de mafché devient alofs :

ACHAT VENTE
600 50,00 250 50,60
6 000 48,50 600 50,20
60 48,40 60 52,00
50 48,20 600 52,20
20 47,20 60 53,00
° Le Service de Règlement diféré (SRD) :

Toute les valeuf se négocie au com ptant (si je vends des actions c’est que je les
possède) mais l’investisseuf peut dans ceftaines conditions diféfef le fèglement
de ces tfansactions à la fn du mois gfâce aux S D. Il y a plusieufs conditions :
- L’ofdfe de Boufse doit le s pécifef ;
- L’intefmédiaife fnancief est libefe de l’acce ptef ou de le fefusef, à l’achat comme
la vente ;
- Ce sefvice ne concefne qu’un nombefe festfeint de valeufs.

Cette liste est mise à jouf et pubeliée paf EufoNext.

° La négociation des valeurs :

→ La feuille de mafché :

Tout les ofdfes d’achat et de ventes sont enfegistfés dans l’ofdi centfal du NYSE
d’EufoNext avec lesquelles on va étabelif une feuille de mafché. Pouf chaque titfe,
les ofdfes, à l’achat et à la vente, sont classés paf limite de pfix et à chaque limite
chfonologiquement, au fuf et à mesufe de leuf entfée.

→ ègles de fésefvation et de sus pension :

° Sus pension : Les sus pensions de cotation fésulte d’une décision d’EufoNext en
faison d’une offe pubelique ou d’une décision du fégulateuf du mafché. Ce sont les
Offes Pubelique d’Achat et les Offes Pubelique d’Echange.

° ésefvation : Dans le mafché fnancief, il n’y a pas de sufbeooking donc les


fésefvations sont liées à l’im possibeilité d’ajustef l’offe et la demande à l’intéfieuf
des zones de coufs autofisées. Dans ce cas, les cotations sont pfovisoifement
sus pendues à l’intéfieuf de seuil qui visent à limitef des écafts de coufs tfo p
befusques. Lofsqu’une fofte vafiation de coufs se pfoduit suf une valeuf, EufoNext
à la faculté d’affêtef pfovisoifement sa cotation. On dit que l’action est fésefvée à
la hausse ou à la beaisse.

→ Les seuils dynamiques de fésefvation :

Ils constituent une pfocédufe mise en place pouf limitef l’im pact d’un seul ofdfe
suf le coufs d’un titfe. Cette pfocédufe ne s’a p plique qu’aux valeufs cotées en
continu. Elle consiste à fésefvef un titfe qui aufa vafié de plus de 2 % paf fa p poft à
son defnief coufs coté et ce, tout au long de la joufnée. La dufée de fésefvation
dynamique, en cas de conffmation de l’ofdfe est de 4 minutes ( pouf évitef les
s péculations massives de gfandes beanques).

° Les horaires de cotation :


Hofaifes Cotation en continu
7h65 à 9h ° Les ofdfes sons accumulés.
Pfé-ouveftufe Aucune tfansaction n’est efectuée.
9h ° Conffontation de tous les ofdfes enfegistfés.
Fixing d’ouveftufe NYSE EufoNext détefmine le coufs susce ptibele
de pfendfe le plus gfand nombefe d’échanges.
9h à 67h30 ° Le pfix des valeufs fuctue au gfé de la
La séance tfansmission des nouveaux ofdfes.
67h30 à 67h35 ° Les ofdfes sont accumulés.
Pfé-clôtufe Aucune tfansaction n’est efectuée.
67h35 ° Conffontation de tous les ofdfes enfegistfés.
Fixing de clôtufe NYSE EufoNext détefmine le coufs
de clôtufe susce ptibele de pefmettfe
le plus gfand nombefe d’échanges.
67h35 à 67h40 ° Négociation au defnief coufs. Les
investisseufs peuvent passef des ofdfes limités
au defnief coufs qui sefont alofs exécutés dès
lofs qu’il existe une contfe paftie sufsante.

Hofaifes Cotation au fxing


7h65 à 66h30 ° Les ofdfes sont accumulés.
Pfé-ouveftufe Aucune tfansaction n’est efectuée.
66h30 ° NYSE EufoNext pfocède à la conffontation de
Fixing d’ouveftufe tous les ofdfes enfegistfés.
66h30 à 62h ° Négociation au defnief coufs coté à 66h30.
66h30 ° NYSE EufoNext pfocède à la conffontation de
Fixing de clôtufe tous les ofdfes enfegistfés et détefmine le
coufs de clôtufe.
66h30 à 67h ° Négociation au defnief coufs coté à 66h30

Chapitre 2 : Les produits financiers :

Section 1 : Les OPCVM :

Défnition :
Les Ofganismes de Placement Collectif en Caleuf Mobeilièfe. Ce sont des pofte-
feuilles de valeuf mobeilièfe agfée paf l’Autofité des Mafchés Financiefs (AMF). Ce
sont des obeligations qui sont géfées paf des pfofessionnels selon des cfitèfes
afchés dans la notice d’infofmation ou le pfos pectus.
Elles pefmettent aux investisseufs pafticuliefs ou pfofessionnels de détenif sous
fofme de paft ou d’action une ffaction d’un pofte-feuille de valeuf mobeilièfe. Ces
OPCVM pefmettent de mélangef les fisques.

° Les Sicav (Société dInvestissement à Capital Variables ) et FCP (Fond


Commun de Placements) :

SA 1 société Anonyme

SICAV FCP
Fofme SA qui a pouf obejectif la Co pfo pfiété de valeufs
Jufidique gestion d’un pofte-feuilles mobeilièfes
de valeufs mobeilièfes
Ca pitalisation 8 millions d’eufos 400 000€
minimum
Qualité des Actionnaifes Pofteuf de pafts
investisseufs

° Classifcation des OPCVM :

L’AMF à élabeofé une gfille de classifcation des OPCVM en 6 familles selon leufs
natufe de la gestion :

Catégofie Cafactéfistiques
° OPCVM a actions » : ° Investis ou ex posés à hauteuf
- actions ffançaises ; de 60 % au moins suf un mafché
- actions des pays de la Communauté d’actions.
eufo péenne ;
- actions des pays de la zone eufo
- actions intefnationales.
° OPCVM a obeligations ° Investis en pfoduit de taux.
et autfes titfes de cféances » :
- obeligations et autfes titfes
de cféances libeellés en eufos ;
- obeligations et autfes titfes
de cféances intefnationaux.
° OPCVM a monétaifes » : ° Afchent une féféfence
- monétaifes eufo ; à un ou plusieufs indicateufs
- monétaifes à vocation monétaifes.
intefnationale.
° OPCVM a divefsifés » : ° N’a p paftiennent à aucune
des autfes catégofies.
° OPCVM a de fonds altefnatifs » : ° Investis à plus de 60 %
dans d’autfes OPC altefnatifs.
° OPCVM a fonds à fofmule » : ° Leuf peffofmance est obetenue
paf l’a p plication d’une fofmule
de calcul pfédéfnie fe posant suf un
ou plusieufs indicateufs de mafchés
ou instfuments fnanciefs.

Section 2 : Les warrants :

Défnition :
Les waffants sont a p pelés aussi a beons d’o ption » et est une valeuf o ptionnelle à la
cote ofcielle suf le mafché beoufsief. Ils sont émis paf un étabelissement de cfédit
ou une entfe pfise d’investissement et ils donnent dfoit à son détenteuf et non
l’obeligation d’achetef ou de vendfe un actif fnancief à un pfix fxé à l’avance
a p pelé a pfix d’exefcice » ou a stfike » pendant une péfiode détefminée.

° Caractéristiques :
L’actif fnancief suf lequel pofte le waffant est a p pelé a su p poft » ou a sous-
jacent ». Il peut s’agif d’une action, d’un panief d’actions, de taux d’intéfêts, de
devises, de titfes de cféances négociabeles, de contfats à tefmes fnancief ou de
mafchandises et l’ensembele des instfuments défivés négociés suf des mafchés
ofganisés.

→ La dufée de vie :
Le dfoit d’achetef ou de vendfe un sous-jacent fnancief est accofdé pendant une
dufée de vie limitée qui ex pife à la d’échéance. A pfès cette date, il pefd toute
valeuf. Point technique : on peut pas vendfe à découveft un waffant (la vente d’un
waffant en o péfation initiale). On peut seulement achetef et vendfe un waffant.

° Une négociation par quotité :

La négociation paf quotité est la quantité minimale de waffant qu’il fat vendfe ou
achetef en beoufse. On ne pet négocief qu’une quantité minimum de waffant ou
des multi ples de cette quantité. La quotité ne doit pas êtfe confondues avec la
pafité (qui est le nombefe de waffant nécessaifes pouf achetef une unité du sous-
jacent).

Section 3 : Le Monep :
Défnition de l’o ption :
Il est le Marché aux Options Négociables de Paris. Cfée en 6987 est le mafché
d’échange des o ptions.
Une o ption est un contfat qui donne à l’acheteuf d’une o ption le dfoit d’achetef
(call) ou de vendfe ( put) moyennant le paiement d’une pfime une quantité
détefminée d’un actif sous-jacent (ou su p poft) à un pfix fxé à l’avance ( pfix
d’exefcice) à une échéance donnée dans le cadfe d’une o ption eufo péenne ou
pendant une dufée détefminée dans le cas d’une o ption améficaine.

Le vendeuf de l’o ption encaisse la pfime et il est lié à la décision de l’acheteuf de


l’o ption.
Précision : le contfat d’o ption peut poftef suf des valeufs mobeilièfes ou suf des
indices.

° Caractéristiques du Monep :

- L’achat de call : seft à acheter le droit d’acheter

- L’achat de put : acheter le droit de vendre dont l’acheteuf d’o ption pafie suf la
beaisse du su p poft

- La vente de call : je vends le droit d’acheter. Le vendeuf d’o ption pafie suf une
stabeilité ou une beaisse du pfix du su p poft. En fevanche, il fisque de devoif livfef
des titfes qu’il n’a pas fofcément encofe en poftefeuille et il devfa alofs les achetef
au pfix du mafché.

- La vente de put : Je vends le droit de vendre. Le vendeuf d’o ption pafie suf une
stabeilité ou une hausse du pfix du su p poft. En fevanche, il fisque de se poftef
acquéfeuf de titfe à un coufs su péfieuf au pfix du mafché.

Le vendeuf d’o ption va fecevoif de l’acheteuf le pfix de l’o ption qui est a p pelé une
prime. Il va recevoir ce montant dès la conclu de la négociation. Cette prime
fait l’objet d’une cotation sur le marché pour chaque série d’option (call et
put). Attention, cette cote doit porter sur le même actif et ayant la même date
d’échéance et le même pfix d’exefcice. Pouf gafantif la sécu de mafché, tout
donneur d’ordre o péfant suf les contfats du MONEP doit constituer un dépôt de
garantie auprès de l’intermédiaire qui tient son compte.

Le MATIF (Marché à Terme International de France fondé en 1986). Ce mafché


offe une gamme com plète d’instfument de taux pefmettant une gestion active des
fisques liés à l’évolution des tauxx d’intéfêt et qui com pfend notamment des
contfats à tefme et des contfats d’o ption suf taux d’intéfêt allant d’un horizon de
3 mois à 30 ans.
Section 4 : Les trackers et ETF actifs :

° Défnition :

- Trackers : Fonds indiciels négociabeles en beoufse qui fe pfoduisent fdèlement la


peffofmance d’un indice ou d’un panief d’actions fe pfésentatif d’un secteuf
économique.Leufs portefeuilles sont com posés des titres constituant la
référence à égale la proportion de leur pondération dans l’indice ou le panief
d’action.
- ETF (Exchange Tfade Funds). A la diféfence des tfackefs, les ETF (ou ETF actifs)
ne reproduisent pas uniquement l’évolution de leur indice de référence. Ils
pfésentent un niveau d’ex position vafiabele ajusté systématiquement en fonction de
l’évolution du mafché et o ptimisé en fonction d’antici pations de tendances et de
volatilité. Donc, certains ETF assurent une protection partielle ou totale en K
tandis que d’autres peuvent ofrir une exposition aux risques supérieure au K
investi.

En ce sens, les tfackefs sont mois fisqués que les ETF.

° Caractéristiques des trackers et ETF :

- Les émetteufs
Les trackers sont confectionnés pas les établissements fnanciers et sont
émis par des stés de gestion de K et de patrimoine. En fevanche, les
indices et paniers d’actions qui sefvent de sous-jacents (de su p pofts) sont
proposés par Euronext.

- L’intéfêt des tfackefs et ETF


A la diféfence des fonds indiciels tfaditionnels, les trackers et ETF peuvent ê
achetés tout au long de la journée de cotation, aux conditions instantanées de
mafché et aux même conditions que l’achat d’une action.

- La cotation
Le prix d’un trackers ou d’un ETF refète une fraction du sous-jacent (1/10e,
1/100e ou 1/1000e). L’échelon min de négo est de 0.1€ si le prix de marché du
sous-jacent est inférieur à 50€, et de 0.05€ si le prix du marché est compris
entre 50,05 et 100€.
Exemple : si le CAC 40 vaut 4 000 points, le pfix du tfackefs sefa soit de 400€,
soit de 40€. Si l’indice CAC 40 afche une hausse de 60%, le tfackef pfogfessefa
d’autant.
Section 5 : Les certificats :

° Défnition :
Les ceftifcats sont émis paf un étabelissement fnancief. C’est un evaleuf mobeilièfe
cotée en beoufse dont la natufe jufidique est celle d’un titfe de cféance (une dette).
Les ceftifcats sont des titfes dont le coufs jufidique fé plique à la beaisse ou à la
hausse les vafiations d’un indice ou d’un panief d’actions.

° Caractéristiques :

- Dufée de vie :
Les ceftifcats ont une échéance de 6 à 8 ans et le pfix vafie en fonction de la
valeuf du sous-jacent et du ty pe de ceftifcat.

- 4 catégofies de sous-jacent :
* Les actions : la plu paft a p paftiennent au CAC 40
* Les indices
* Les paniefs d’action ou d’indice
* Les matièfes pfemièfes

- Pfix d’exefcice :

→ Coufs fxé paf l’émetteuf pefmettant de validef les diféfents scénafios du


ceftifcat. Pouf les actions, il s’agit d’un coufs tandis que pouf les indices et les
paniefs il s’agit de points.

° Les pfinci pales catégofies de ceftifcats :

Ceftifcat Bull : il va fé pliquef à l’identique les vafiations du sous-jacent et pefmet à


l’investisseuf de pfoftef à 600% de la hausse et de la beaisse du sous-jacent et
donc le pfix de ce ceftifcat est donc égal au pfix du sous-jacent ajusté de la
pafité.

Exemple : Un ceftifcat Bull suf le CAC 40 à pafité de 60 pouf 6 vaudfa 450€ si le


CAC40 cote 4500 points. Si le Cac40 vaut 5 000 points, le ceftifcat sefa a p pfécié
de 50€ pouf valoif 500€.

Certifcat Bear ou Certifcat Reverse : fé plique la peffofmance invefse du sous-


jacent. Sa valeuf est égale à la diférence positive entre le pfix d’exefcice du
ceftifcat (a p pelé barrière désactivante) et la valeur du sous-jacent.

emafque : le certifcat peut se désactiver et donc perdre toute sa valeur si le


cours du sous-jacent touche la barrière désactivante. Ainsi, sa valeur sera
défnitivement nulle.
Exemple : Un certifcat Bear 5000 sur le CAC40 à pafité 60 pouf 6 vaudfa
(5000−4500)
1 600€ si l’indice CAC40 cote 4 000 points.
10

(5000−4500)
Si l’indice cote 4500 points un peu plus tafd, le ceftifcat vaudfa 1
10
50€.

Certifcat discount : il pefmet d’acquéfif le sous-jacent et il pefmet de l’acquéfif à


un pfix inféfieuf au coufs du mafché. En contfe paftie de ce fabeais, le gain potentiel
à la hausse est limité au pfix d’exefcice (a p pelé cap). A l’échéance, l’émetteur
paie au porteur la diférence entre le cours et la limite du prix d’exercice. Si le
sous-jacent fni en dessous du prix d’exercice ➔ l’émetteur rembourse le prix
du sous-jacent. La cotation de ce ceftifcat est égale à celle du s-j avec des cotes
divisées paf la pafité fetenue.
Exemple : Soit un certifcat Discount sur le CAC40 du prix d’exefcice 5 000 de
pafité 6/60e et d’échéance 6 an. Pouf un niveau de CAC40 à 4 500 points, le pfix
du ceftifcat s’élèvefait à 400€ dans le mafché. Cela fevient donc à achetef un
indice CAC 40 à 400 points alofs que le CAC 40 vaut 4500. A l’échéance,
l’émetteuf fembeoufse à l’investissement le niveau du CAC40 dans la limite de
5 000 points.

Pfemief cas : Si le CAC40 fnit à ou au-dessus de 5 000 points ➔ l’émetteur


rembourse le certifcat à 500€. Ça fait fessoftif un rendement de 25% alors que
l’indice n’a progressé que de 11%.

Deuxième cas : Si le CAC40 fnit en dessous des 5000 points ➔ l’émetteur


rembourse la valeur de l’indice ajusté des parités

Section 6 : Les obligations :

° Défnition :
Une obligation est une valeuf mobeilièfe négociabele qui constitue une cféance suf
un émetteuf donnant dfoit au paiement d’intéfêts et au fembeoufsement du K (ou
pfinci pal)
- Les obligations de 1ère catégorie1 émises paf l’Etat ou un secteuf pu et qui sont
gafanties paf l’Etat
- Les obligations de 2nde catégorie1 émises paf des E du secteuf pfivé ou paf des
collectivités auxquelles l’Etat n’a pas accofdé sa gafantie

° Caractéristiques :
- Valeuf nominale (ou valeuf faciale) : montant de chaque prêt unitaire que
constitue une obligation
- Date de jouissance : date à partir de laquelle les intérêts courent au bénéf de
l’obligataire
- Taux nominal (ou taux facial) : Taux appliqué à la valeur nominale de
l’obligation qui exprime en pourcentage l’intérêt versé à l’obligataire. Ce taux
peut êtfe fxe ou variable. Si le taux est fxe, l’intérêt versé à l’obeligataife est le
même chaque année. Si le taux est vafiabele, la fémunéfation vafie en fonction
du niveau des taux d’intérêts et le taux de référence peut être lié au marché
monétaire ou obligataire
- Intéfêt (ou cou pon) : Rémunération annuelle que verse l’émetteur
périodiquement à l’obligataire. Cet intéfêt peut ê variable ou fxe et est obtenu
en multipliant le taux nominal par la valeur nominale de l’obligation
- Pfix de fembeoufsement (annuités constantes, séfies égales, in fne) : Somme en
€ que recevra le détenteur de l’obligation à l’échéance soit :
° en annuités constantes (à chaque péfiode l’obeligataife pefcevfa, outfe
son cou pon, une paftie du pfinci pal. Les intéfêts et fembeoufsements sont
constants et annuels tout au long de la péfiode)
° en série égale (à chaque péfiode, l’obeligataife pefcevfa une ffaction
identique du pfinci pal. Donc en su p posant une dufée de vie de 5 ans,
chaque année il se veffa fembeoufsef 20% du pfinci pal et le montant des
intéfêts vefsés ifa fofcément en diminuant)
°in fne (le pfinci pal est fembeoufsé à l’échéance ie que les intéfêts sont
constants tout au long de la péfiode)

° La cotation :
Par commodité, la plupart des obligations cotent en pourcentage du nominal au
pied de coupon (coupon non inclus). Le cours est assorti de la fraction du coupon
couru.

Exemple : Une obligation de 200€ de nominal cote 602% et son cou pon coufu est
de 3,2%

➔Pouf l’achetef il faudfa débeoufsef 605,2% de 200€ soit 260,40€.


Les cours des obligations évoluent à l’inverse des taux d’intérêts. Ainsi, une hausse
des taux fait baisser le cours de l’obligation déjà cotée de manièfe à s’alignef suf le
taux des nouvelles émissions + fémunéfatfices, à l’invefse, une baisse des taux entraine
un hausse du cours des obligations déjà cotés.

Section 7 : Les actions :

° Défnition :
Action : titfe de pfo pfiété négociabele qui fe pfésente une ffaction du K d’une
société. Il donne un dfoit de vote au Assembelée Généfales et si les fésultats le
pefmettent, un dividende suf pfo position de l’assembelée.
° Les droits des actionnaires :

° Les titres assimilables aux actions :

Les certifcats d’investissement (CI) – 1983 : ils fésultent du démembefement


d’une action ofdinaife en 2 pafties :
- Le certifcat d’investissement
- Le certifcat de droit de vote

Ils peuvent riposter au max 25% du capital. Leur seul intérêt pour leur porteur réside
dans leur décote par rapport à l’action ordinaire

Les actions à dividende prioritaire (ADP) – 1983 : Leur rémunération est supérieure à
celle octroyée aux actions ordinaires. Le dividende des porteurs d’ADP est tjrs
prioritaire. Il doit ê versé avant les dividendes des actions ordinaires. Il peut ê
cumulatif en cas de défaut de paiement sur 1 ou plusieurs exercices (ie lorsque la
société est déficitaire) son montant est automatiquement ajouté au suivant. En
contrepartie de ces privilèges, les ADP sont privés de droits de vote

° Titres donnant accès aux actions :

- Bons de souscfi ption (BS) :


Le BS est un actif fnancief qui confèfe à son détenteuf le dfoit d’achetef à un pfix
détefminé ( pfix d’exefcice) une ceftaine quantité d’actions à cféef (qui vont êtfe
cfée dans le futuf ; ne pas confondfe avec les beons d’acquisition valabeles pouf les
actions déjà existantes) au coufs d’une péfiode donnée.

- Ceftifcats de valeuf gafantie (CVG) et beons de cession (BC) :


(T OP COMPLEXES)

- Les dfoits d’attfibeution et de souscfi ption :


Ils sont émis lofs d’o péfation en ca pital (exem ple : les augmentations de ca pital).
° Les dfoits d’attfibeution : ils pefmettent la distfibeution d’actions gfatuites. La
distfibeution d’actions gfatuites va facilitef la liquidité du titfe paf un nombefe plus
im poftant de titfes en cifculation ( plus - + - de titfes, donc beaisse du coufs des
actions cotées).
° Les dfoits de souscfi ption : On va les utilisef en cas d’augmentation du ca pital.
Avec ces dfoits, l’ancien actionnaife (qui a déjà des actions) peut acquéfif de
nouvelles actions à un pfix fxé dans les modalités d’émission et en fonction de la
pafité de la souscfi ption (ça ex plique le nombefe de dfoit de souscfi ption
nécessaife pouf acquéfif une action).

- Obeligation conveftibele (OC) :


L’obeligation conveftibele est un titfe hybefide qui possède toutes les cafactéfistiques
d’une obeligation classique mais avec la possibeilité de le tfansfofmef en action. On
peut le faife à un tefme donnée en faison du dfoit de convefsion qui y est attaché
le pofteuf à le dfoit de choisif de conveftif son titfe obeligataife en action).

- Obeligations fembeoufsabeles en actions (ORA) :


Il ne faut pas confondfe les O A et les a obeligations conveftibele en action ». Dans
Les O A, les obeligations sont fembeoufsées en actions de la société émettfice.

Chapitre 3 : Ethique et finance :

Ces defnièfes années, suf les mafchés fnanciefs, on a pu constatef des


dysfonctionnement qui ont conduit à des scandales. Ces scandales fnanciefs
posent la question de l’éthique dans les fnances.

Section 1 : Qu’est-ce que l’éthique ? :

L’éthique peut se défnif comme la science de la mofale ou comme l’ensembele des


fègles mofales choisies paf une pefsonne ou un ofganisation pouf guidef ses
actes.
L’existence de pfinci pes éthiques est fondamentales dans une société où les
individus sont en intefaction les uns avec les autfes. Un des pfinci paux fe pfoches
qui est fait à la théofie fnancièfe et aux diféfents modèles issus est d’ignofef la
dimension éthique dans toutes pfises de décision pafce qu’au coeuf de la théofie
fnancièfe féside la notion de la maximisation de la valeuf dans le pfo pfe intéfêt de
celui qui en beénéfcie.

A la bease de la plu paft des com poftements non-éthique se tfouve l’a p pât du gain.
L’actualité montfe que ces com poftements fnissent paf êtfe découveft et il en
fésulte des sanctions tfès élevée stant pouf les individus que pouf les sociétés en
questions ; et que ces sanctions viennent de la justice ou du mafché. Plusieufs
afguments militent en faveuf de la pfise en com pte de l’éthique dans les décisions
fnancièfes :
- La fechefche de la peffofmance à long tefme : la gestion d’une entfe pfise ne
peut se fondef en pefmanence suf des pfatiques non-éthique qui constituent
souvent une fofme de fuite en avant.
- La constfuction de la confance : les phénomènes de fé putations sont
extfêmement im poftants suf les mafchés et la confance est un élément tfès
im poftants dans les tfansactions entfe agents.
- L’éthique est im puissantes au titfe de leadefshi p et il pefmet de constfuife des
équi pes soudées en cféant des valeufs communes.

Section 2 : Ethique, gouvernance et finance d’entreprise :

La nécessaife pfise en com pte des autfes pafties pfenantes (stakeholdefs).

On fetfouve l’o p position entfe valeuf actionnafiale et valeuf paftenafiale.


Dans l’o p position actionnafiale, les agents doivent agif dans l’unique intéfêt des
actionnaifes, peu im pofte les conséquences pouf les autfes.

Et dans valeufs paftenafiales: elle voit l’entfe pfise comme un nœud de contfat
pfenant en com pte diféfentes pafties pfenantes (les actionnaifes, les salafiés, les
clients, les beanques). Elles féagissent pouf le beien de la ffme. Les difigeants
doivent tenif com pte des intéfêts de ces diféfents acteufs et doivent pfendfe en
com pte ces intéfêts dans leufs pfises de décision. Le pfobelème c’est qu’on ne
peut pas satisfaife tout le monde.

Exem ple : Les féductions d’efectifs dans l’unique beut d’augmentef la valeuf
actionnafiale alofs que la pfession des concuffents n’y obelige pas, est o p posé à la
valeuf paftenafiale.

Deuxième cas : la sufévaluation des coufs beoufsiefs :


Lofsque le coufs d’une action est sous-évalué, le mafché pefmet de sanctionnef
les difigeants non- peffofmants au tfavefs d’offes pubeliques.

A l’invefse, il n’existe pas de système de coffection efcace lofsque le coufs de


l’action est suf-évalué pafce que les systèmes d’intéfessement fondés sf des
stocks o ptions aufaient tendance à mettfe de l’huile suf le feu. Il est délicat pouf
les difigeants d’ex pliquef au mafché que le coufs de l’action est détaché de la
valeuf fondamentale (intfinsèque de l’entfe pfise) et cette situation ne peut que les
conduife dans une fofme de fuite en avant et les incitant à o péfef toutes softes
d’actions de natufe a pfolongef le phénomène.

° Le développement des codes d’éthique et de bonne gouvernance :

Afn de fésoudfe un ceftain nombefe de pfobelèmes éthiques, ceftaines entfe pfises


ou ofganisation pfofessionnelles se sont engagées dans la fédaction de codes
d’éthique de beonne pfatique ou de beonne gouvefnance. Ces codes pfésentent une
doubele utilité :
- Fixef des cadfes et pfinci pes à fes pectef.
- é pondfe à des questions pfécises que pouffait se posef leufs utilisateufs.

Ces codes éthiques changent.

Section 3 : Ethique, investissement et finance de marché :

° Les fonds socialement responsables :

Les fonds fes ponsabeles a p pafaissent débeut des années 90 notamment aux Etats-
Unis. Comme tout les fonds d’investissement classiques, ils sont constfuits selon
une logique .. mais y a été ajouté un cfitique éthique selon deux démafches
diféfentes :

- Les valeufs sont choisies en fonction de cfitèfes positifs pfécis (exem ple : on va
s’intéfessef au société pfatiquant le commefce équitabele).
- Des cfitèfes négatifs : il y a des cfitèfes négatifs qui sont défnis pouf exclufe de
l’univefs d’investissement ceftaines sociétés (exem ple : secteuf de l’afmement).

Pouf aidef les gestionnaifes de ces fonds dans leufs démafches d’identifcation
des entfe pfises dans lesquelles investif, ceftaines entfe pfises se sont s pécialisées
dans la notation éthique ou sociétale

Exem ple : VIGEO → analyse 6500 d’entfe pfises d’Eufo pe, d’Asie et d’Améfique
suf 6 domaines :

- Les dfoits humains : fondamentaux, la libeefté sociétale, la lutte contfe le tfavail


fofcé et des enfants, la non-discfimination, etcs
- Les fessoufces humaines : aux dialogues sociaux, conditions de tfavail, santé et
sécufité, valofisation des em plois et des com pétences, etc s
- Envifonnement : la distfibeution, l’utilisation, la fabefication et l’élimination des
pfoduits.
- Com poftements suf les mafchés : les felations avec les clients, avec les
foufnisseufs, avec les sous-tfaitants, y à-t-il un fes pect des fègles concuffentiels, y
à-t-il un politique de pfévention de la coffu ption ?
- Gouvefnements d’entfe pfises : comment sont constitués les audites et les
mécanismes de contfôle, le dfoit des actionnaifes, la fémunéfation des difigeants
- L’engagement social : quels sont les im pacts de l’activité de l’entfe pfise suf les
teffitoifes d’im plantation, comment cette entfe pfise s’intéfessent à l’intéfêt généfal
des po pulations.

° La microfnance :
La micfofnance fecouvfe les dis positifs pefmettant d’offif des micfo-cfédits à des
familles pauvfe pouf les aidef à dévelo p pef des activités pfoductives en vue de
cféef leufs pfo pfes entfe pfises. Elle à été dévelo p pée au dé paft dans des pays en
dévelo p pement. Cette micfo fnance est aussi pfésente dans des pays dévelo p pé
comme la fance et cette micfofnance s’est élafgie pouf inclufe des sefvices plus
lafges comme l’é pafgne ou la fnance et exclue tous ceux des sytème fnanciefs
classique.

Chapitre 4 : L’efcience informationnelle des marchés :

Un mafché est efcient si le pfix des actifs qui y sont cotés (action, obeligatiions,
matièfes pfemièfes) fefète leuf valeuf féelle. Et en tefme de valeuf beoufsièfe, il y a
deux écoles :

- Les paftisans de l’efcience infofmationnelle : pouf eux, les coufs beousiefs


fefètent la valeuf fondamentale des actifs fnanciefs ;

- Les paftisans de la fnance com poftementale : la valeuf beoufsièfe d’une action


peut divefgef subestantiellement de sa valeuf intfinsèque du fait de beiais
com poftementaux individuels. Ces beiais femettent en cause les hy pothèses de
fationalité des investisseufs.

Section 1 : Les définitions de l’efcience informationnelle :

Un mafché est dit infofmationnellement efcient si l’ensembele des infofmations


peftinentes à l’évaluation des actifs fnanciefs qui y sont coté se tfouvent
instantanément fefété dans les coufs.
Ca veut dife que si toutes les infos qu’on a suf une entfe pfise se fefètent tout de
suite suf l’évolution de son coufs en beoufse et on pafle alofs d’incof pofation de
l’infos dans les coufs. Ça veut dife que le coufs coté d’un titfe est alofs une
estimation non beiaisée de sa valeuf intfinsèque.

Donc l’efcience infofmationnelle des pfix cotés constitue une qualité im poftante
pouf un mafché pafce que les pfix cotés doivent fefétef la conffontation de l’offe
et et la demande de titfe qui dé pendent elles-mêmes des antici pations fationnelles
des investisseufs quant à la valeuf fondamentale des titfes .

Les vafiations de coufs tfouvent leufs ofigines dans l’affivée d’infofmations non-
antici pée caf non im pfévisibele. Ça veut dife qu’il n’est pas possibele de pfévoif pouf
les paftisans de l’efcience infofmationnelle quel sefa le chemin de coufs de
l’action à paftif de l’obesefvation des données passées.

On a tfois fofmes d’efcience selon le ty pes d’infofmations qui est incof pofé dans
les coufs :

- Pouf les coufs passés : efcience faibele


- L’infofmation pubelique : efcience semi-fofte
- L’infofmation pfivée : efcience fofte
La fofme faibele su p pose que les coufs passées ne peuvent êtfe utilisée pouf
pfévoif l’évolution des pfix futufs caf les vafiations successives de coufs sont
pufement aléatoife et fonction des infofmations nouvelles. Ça femette en cause la
peftinence des analyses techniques en matièfe de gestion de pofte-feuille.

L’efcience semi-fofte est véfifées lofsque toutes les infofmations pubeliques


dis ponibeles sont immédiatement intégfée dans les coufs. Si cette fofme
d’efcience du mafché est véfifée, l’intéfêt de l’analyse fondamentale dans la
gestion de pofte-feuille est femis en cause caf les conséquences suf la valeuf de
l’action des infofmations pubeliées sont immédiates et il ne seft donc à fien de
chefchef à les ex ploitef pouf féalisef un pfoft.

L’efcience fofte est obesefvée lofsque toutes les infofmations y com pfis les
infofmations de pfivilégiées dont beénéfcient les initiés sont intégfées dans les
coufs à l’occasion des pfemièfes tfansactions qui se fondent suf cette infofmation.
Lofsque l’infofmation devient pubelique, le coufs feste stabele, caf il à déjà intégfé la
nouvelle. Les détenteufs d’infofmations pfivées peuvent êtfe des initiés qui ont
tenu leufs infofmations de façon illicite et dont les tfansactions sont ffauduleuses.
Les analystes fnanciefs qui fetfaitent l’infofmation pubelique pouf généfef de
l’infofmation pfivée détiennent aussi de l’infofmation pfivilégiée.

Section 2 : Les résultats des modèles théoriques :

Un ceftain nombefe de modèle théofique ont été dévelo p pé afn d’analysef


comment les pfix se fofment suf le mafché et ainsi de com pfendfe l’infuence des
tfansactions d’agent infofmés suf l’équilibefe fnal et suf l’efcience infofmationnelle
et ces modèles sont constfuits en contexte d’asymétfie d’infofmation pefmettent
étudief la façon dont l’infofmation pfivée, quelle que soit son ofigine, est intégfée
dans les coufs.

Vous aimerez peut-être aussi