Vous êtes sur la page 1sur 3

UNIVERSITÉ DJILLALI LIABÉS DE SIDI BEL ABBÈS.

FACULTE DE TECHNOLOGIE
DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL ET TRAVAUX PUBLIC

2ème année Master « Matériaux en Génie Civil »


Module : Durabilité des matériaux
TP N°2 : Détermination du coefficient d'absorption
d'eau par capillarité du mortier durci
Norme européenne : NF EN 1015-18
Norme Française : P 12-318
1. Principe
Le coefficient d’absorption d’eau par capillarité est mesuré sur des éprouvettes de mortier
prismatiques, dans les conditions prescrites, à la pression atmosphérique. Après séchage jusqu'à
masse constante, une face de l’éprouvette est immergée dans 5 mm à 10 mm d’eau pendant une
durée spécifique. On détermine alors l’augmentation de la masse.
2. Appareillage
 Récipient, d’une profondeur minimale de 20 mm et d’une surface plane suffisamment grande
pour contenir les éprouvettes à immerger, équipé d’un dispositif permettant de maintenir un
niveau d’eau constant.
 Quatre cales ou éléments similaires par éprouvette, avec une surface de contact minimale, pour
poser l’éprouvette à une distance convenable du fond du récipient en fonction de la profondeur
d'immersion spécifiée.
 Chronomètre, gradué en secondes.
 Balance, d’une précision égale à 0,1 % de la masse totale sèche de l’éprouvette.
 Étuve ventilée, capable de maintenir une température de 60°C ± 5°C.
 Truelle ou couteau à enduire.
 Papier-filtre absorbant d’une masse volumique de 200 g/m2 ± 20 g/m2 et d’une capacité
d’absorption d’eau de 160 g/m2 ± 20 g/m2 ; 12 feuilles ayant chacune une taille approximative
de 150 mm × 175 mm
 Enceinte ou chambre de conditionnement, capable de maintenir une humidité relative de 95% ±
5% et de 65 % ± 5 %.
 Moule métallique et autre appareillage auxiliaire (pour fabriquer des éprouvettes prismatiques
de 160 mm × 40 mm × 40 mm), comme décrit dans l’EN 1015-11.
3. Produits
 Eau déminéralisée ou distillée.
 Produit d'étanchéité (par exemple, cire de paraffine ou résine synthétique réactive ayant un
point de fusion supérieur à 60°C).
4. Échantillonnage, préparation et stockage des éprouvettes
4.1. Généralités
L'échantillon de mortier frais doit avoir un volume minimal de 1,5 l ou au moins égal à 1,5 fois la
quantité de mortier nécessaire pour effectuer l’essai le choix devant se porter sur le volume le plus
élevé des deux. L’échantillon doit être obtenu par réduction de l’échantillon d’essai global à l’aide
d’un diviseur d’échantillon ou en utilisant la méthode de fractionnement ou en préparant en
laboratoire avec de l’eau et les autres constituants du mortier. Trois éprouvettes doivent être
préparées à partir de l’échantillon de mortier.
4.2. Mortiers préparés en laboratoire
La durée du malaxage du mortier doit être mesurée à partir du moment où tous les constituants ont
été introduits dans le malaxeur.

1
Le mortier doit être amené à une consistance définie, comme spécifiée dans l’EN 1015-2, et
déterminée conformément à l’EN 1015-3. Cette valeur doit être consignée.
4.3. Autres mortiers
Les mortiers prêts à l’emploi (mortiers industriels humides avec retardateur de prise incorporé) et
les mortiers humides prédosés de chaux aérienne/sable, lorsqu’ils ne contiennent pas de liants
hydrauliques, doivent être utilisés avant la fin de leur durée d’ouvrabilité spécifiée pour la
préparation des éprouvettes.
Avant de procéder aux essais, la gâchée doit être remuée doucement à la main, à l’aide d’une truelle
ou d’un couteau à enduire, pendant 5s à 10s pour empêcher une fausse prise, etc., mais sans
toutefois effectuer un malaxage supplémentaire de la gâchée.
La consistance du mortier de l’échantillon d’essai global doit être déterminée conformément à l’EN
1015-3 et consignée.
4.4. Préparation et séchage des éprouvettes
Préparer trois éprouvettes prismatiques, chacune de dimensions 160 mm×40mm×40mm
conformément à l’EN 1015-11. Placer du papier-filtre au fond du moule métallique, remplir le moule
de mortier et araser l’excédent à la surface en haut du moule. Disposer une feuille de papier-filtre à
la surface du mortier. Laisser sécher les éprouvettes dans les conditions décrites au Tableau 1. À la
fin de la période de séchage, démouler les éprouvettes.
Appliquer le produit d'étanchéité spécifié sur les quatre faces longues des éprouvettes, puis casser
ces dernières en deux.
4.5. Séchage
Sécher les éprouvettes jusqu’à masse constante dans une étuve ventilée à une température de 60°C ±
5°C. La masse constante (M0) est atteinte lorsque deux pesages consécutifs effectués à 24 h
d’intervalle au cours du processus de séchage, font apparaître une perte de masse inférieure ou
égale à 0,2 % de la masse totale.
Consigner la masse sèche de chaque éprouvette (M3) pour les mortiers de rénovation uniquement.
Tableau 1 : Séchage des éprouvettes
Temps de séchage à une température de 20°C ± 2°C en jours
Type de mortier 95 % ± 5 % humidité relative (HR) 65 % ± 5 % HR
Dans le moule a) Démoulées Démoulées
Mortiers de chaux 5 2 21
Mortiers de ciment/chaux dans
lesquels la quantité de chaux est
5 2 21
supérieure à 50 % du poids total
du liant
Ciment et autres mortiers
2 5 21
de ciment/chaux
Mortiers avec d’autres liants
2 5 21
hydrauliques
Mortiers retardés 5 2 21
a) Dans certains cas, une durée de stockage plus longue dans le moule peut se révéler nécessaire.

5. Mode opératoire
Placer les éprouvettes dans le récipient, surface de rupture des prismes cassés tournée vers le bas, en
les posant sur les quatre cales, de manière à ce qu’elles ne touchent pas le fond du récipient et
qu’elles soient immergées dans de l’eau à une profondeur de 5 mm à 10 mm pendant la durée de
l’essai (voir Figure 1).

2
Pour assurer l'immersion totale des éprouvettes à finition rugueuse et éviter la formation de bulles
d'air sous les éprouvettes, les immerger dans l’eau en les inclinant.
Déclencher le chronomètre. Maintenir le niveau d’eau constant pendant tout l’essai.
Couvrir le récipient pour éviter l’évaporation à la surface des éprouvettes immergées.
Si une trace visible d'humidité apparaît sur la surface libre des éprouvettes, arrêter l’essai. Casser les
éprouvettes pour vérifier qu’elles sont complètement saturées. Dans ce cas, peser alors les deux
morceaux ensemble. Dans le cas contraire, refaire l’essai avec une nouvelle éprouvette.
Note : Un produit d’étanchéité inadapté à la surface longue du prisme peut être la cause d’une
éprouvette qui apparaît incomplètement saturée une fois cassée. Il convient en conséquence de
porter un soin particulier à la préparation de l’éprouvette de remplacement.

En ce qui concerne les mortiers autres que ceux de rénovation :


Retirer les éprouvettes du récipient après 10 min, essuyer brièvement leur surface avec un chiffon
humide, peser les éprouvettes (M1) et les replacer dans le récipient. Après 90 min, répéter l’opération
et peser à nouveau les éprouvettes (M2).
En ce qui concerne les mortiers de rénovation uniquement :
Retirer les éprouvettes du récipient après 24 h et les peser (M3). Immédiatement après, casser chaque
éprouvette sur sa longueur afin d’obtenir des pièces d’environ 80 mm×40mm×20 mm. Mesurer la
hauteur de pénétration de l’eau au centre de l’éprouvette parallèlement à sa longueur de 80 mm,
avec une précision de 1 mm.

Légende :
1 : Prisme
2 : Face de rupture du prisme
3 : Surface de l’eau
A = 80 mm environ
B : Profondeur d’immersion de 5 à 10 mm
10 mm dans le cas d’une surface très
rugueuse.

Figure 1 : Éprouvettes d'enduit


6. Calcul et expression des résultats
Pour les mortiers autres que ceux de rénovation, le coefficient d’absorption d’eau par capillarité est
par définition égal à la pente de la droite reliant les points significatifs des mesurages effectués après
10 min et après 90 min.
Calculer ce coefficient à l’aide de la formule suivante : 𝐶 = 0,1 𝑀2 − 𝑀1 [kg/ (m2.min0,5)]
Pour les mortiers de rénovation uniquement, calculer l’absorption d’eau après 24 h, à l’aide de la
formule suivante : 𝐶 = 0,625 𝑀3 − 𝑀0 [kg/m2]

Vous aimerez peut-être aussi