Vous êtes sur la page 1sur 7

Paragraphe 1 : définition de l’audit interne et son évolution  

De nos jours, il est difficile de définir la notion de l’audit interne compte tenu de son évolution
remarquable dans le temps. Tout d’abord, le terme audit vient du verbe latin « auditus », qui
signifie « écoute », utilisé par les gouverneurs romains pour désigner un contrôle et approuver les
comptes financiers des régions au nom de leur empereur.

D’après un avis d’un professionnel de métier: l’audit est l’examen professionnel d’une information
en vue d’exprimer son opinion (à la fois responsable et indépendant) par référence à un critère de
qualité (régularité, sincérité et efficacité) pour un examen professionnel (selon méthodes
techniques et outils)

Du point lexique, le petit Larousse définit l’audit comme « une procédure consistant à s'assurer du
caractère complet, sincère et régulier des comptes d'une entreprise, à s'en porter garant auprès
des divers partenaires intéressés de la firme et, plus généralement, à porter un jugement sur la
qualité et la rigueur de sa gestion».

Du point historique, l’audit interne est un métier aussi ancien que la comptabilité et qui existait
depuis les activités commerciales. En effet, Au début du moyen âge, les sumériens ont compris
l’utilité de contrôle de la comptabilité de leurs affaires commerciales, leur permettant d’évaluer au
mieux leurs fortunes et découvrir facilement les erreurs pouvant donner des fausses informations
financière.

Et à partir du 20ème siècle, les pratiques de contrôle des comptes se sont développées en parallèle
avec l’évolution des transactions entre les entreprises dans leur environnement interne
qu’externe, et suite aux efforts des anglo-saxons, qui arrivent à définir de nouvelles méthodes pour
une vérification plus détaillée et exhaustive des pièces comptables avant validation de leurs états
financiers. Le 1er cabinet spécialisé en audit fut fondé à Londres ayant comme responsabilités :
détecter les fraudes et anomalies au sein des organismes, en exécutant aussi bien des missions
dans le cadre d’audit comptable et financier afin de certifier leurs comptes annuels.

Mais Avec la crise de 1929, les missions d’audit effectuées par les commissaires aux comptes on
été de plus en plus exécutées et coûtaient très chères, surtout avec le développement des activités
et spécialisation d’autres services, aussi à cette période, il y a eu divulgation des informations
financières trompeuses poussant les entreprises à désigner parmi leurs salariés pour devenir un
auditeur interne en vue de détacher quelques travaux des cabinets d’audit, leur permettant de
réduire le montant de leurs factures. Ainsi, grâce à l’apparition et développement de l’audit
financier comptable qu’apparait l’audit interne, les années passèrent et le champ d’application de
l’audit interne s’est élargi pour toucher d’autres domaines et services (approfondir les travaux
pour en apprécier la qualité, les processus, etc). En sorte qu’au bout de quelques années, définir
cette fonction fut de constituer un corps de doctrine et d’en faire une discipline. Ainsi sont nées, en
1941, les normes professionnelles de l’audit interne ainsi que l’organisation chargée de veiller à
leur bonne application : The Institute of Internal Auditors (IIA) que nous allons en parler dans le
prochain paragraphe. Ainsi, Pour mieux présenter l’historique de l'audit interne, en voici ci-dessous
un bref tableau expliquant les périodes de son évolution.
NO PERIODE PRESCRIPTEUR DE AUDITEURS OBJECTIF DE
L'AUDIT L'AUDITEUR
1 Avant J. Christ Rois, Empereurs, Clercs ou - Punir les voleurs
Eglises et Etat. Ecrivains pour les
détournements des
fonds ;
- Protéger le
patrimoine de
l'Etat.
2 700 à 1850 Actionnaires, Experts - Réprimer les
tribunaux et Etat. comptables fraudes et punir les
fraudeurs ; -
Protéger le
patrimoine de
l'Etat.

3 1850 à 1914 Etat et Professionnels de - Eviter les fraudes


actionnaires. comptabilité et et les erreurs ;
juristes. - Attester la
fiabilité des états
financiers.
4 1914 à 1940 Etat et Professionnels - Eviter les fraudes
actionnaires. d'audit et de et les erreurs ; -
comptabilité. Attester la fiabilité
des états
financiers.
5 1940 à 1970 Etat et Professionnels - Attester la
actionnaires. d'audit et de sincérité et la
comptabilité. régularité des états
financiers.

6 1970 à 1990 Etat, banques et Professionnels - Attester la qualité


actionnaires. d'audit et de du contrôle interne
comptabilité. et le respect des
normes
comptables et
normes d'audits
7 A partir de 1990 Etat, banques, tiers Professionnels - Attester l'image
et actionnaires. d'audit et le conseil fidèle des comptes
et la qualité du
contrôle interne
dans le respect des
normes
internationales ;
- Protéger
l'entreprise contre
la fraude
1

1-2-les différentes conceptions d’audit interne :

1
C.LIONNEL et al, Op. Cit.; P. 17
Après avoir donné un bref aperçu historique sur l’audit interne, il convient de savoir de quoi s’agit-
il ?

De nombreuses organisations et auteurs sont intéressés par la définition de l'audit interne, il est
donc important de citer les définitions des instituts et des organisations et celles des auteurs
pour mieux comprendre ce concept.

 Définition proposée par l’IFACI :

Selon, l’IFACI « l’audit interne est une activité indépendante et objective qui donne à une
organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils pour
les améliorer, et contribuer à créer de la valeur ajoutée. Il aide cette organisation à atteindre ses
objectifs en évaluant, par une approche systématique et méthodique, ses processus de
management des risques, de contrôle, et de gouvernement d’entreprise, et en faisant des
propositions pour renforcer leur efficacité. »2

Sur la base de cette définition, nous trouvons les mots-clés suivants:

Activité indépendante et objective  :

 L’auditeur n’a ni autorité ni responsabilité à l’égard des activités qu’il audite (récente,
actuelle, ou prochaine).
 Les interventions sont menées par équipe, où les travaux des auditeurs sont supervisés par
le chef de mission, et ceux de chef de la mission par le responsable de l’audit interne.

Activité d’assurance  : L’audit interne permet d’assurer la direction sur l’application de ses
activités.

Activité de conseil : L’audit interne permet de conseiller les managers opérationnels et parfois la
direction et les aider à contrôler leur entité et améliorer son fonctionnement.

Valeur ajoutée : L’activité d’audit interne est créatrice de valeur ajoutée ; l’audit interne par sa
présence au sein de l’entreprise doit faire constater une amélioration substantielle au plan
qualitatif et quantitatif de ses activités.

 Définition proposée par l’IIA  :

« L’audit interne est une activité indépendante, objective et consultative destinée à valoriser et à
améliorer le fonctionnement de l’organisation. Il contribue à la réalisation des objectifs de
l’organisation en mettant à sa disposition une méthode systématique et structurée pour
l’évaluation et l’amélioration de l’efficacité des processus de gestion des risques, de contrôle et de
décision .»3

Par conséquent, les tâches de l'audit interne sont:

2
SCHICK, (Pierre) : mémento d’audit interne, édition Dunod, Paris, 2007, p.5. Cette définition est approuvée le
21 mars 2000 par le conseil d’administration de l’institut français de l’audit et du contrôle interne.
3
Définition officielle de l’audit interne éditée par l’institut des auditeurs internes, version française, 27-29 Avril
2005.
 d’améliorer le fonctionnement d’une organisation.
 D’aider l’organisation à atteindre ses objectifs.
 Autre définition approuvée par le conseil d’administration de l’IFACI   :

« L’audit interne est une fonction d’expertise indépendante au sein de l’entreprise, assistant la
direction de celle-ci pour le contrôle générale de ses activités. 4 »

Jetons un coup d'œil aux différents points dans cette définition :

« L’audit interne est une fonction d’expertise » : la fonction d’audit interne est un métier,

Une technique avec ses outils et sa méthodologie.

« …au sein de l’entreprise »: la fonction d’audit interne est exercée par du personnel appartenant à
l’entreprise.

« …assistant la direction de celle- ci » : l’audit interne est une fonction au service des responsables,
et ce à tous les nivaux.

« … pour le contrôle générale de ses activités »  : la fonction d'audite interne joue le rôle d'une
assiste aux responsables de l'entreprise pour une meilleure maîtrise de leurs activités.

1-2-2-Le concept d’audit interne selon les auteurs

 Selon BARAZER.P, l’audit interne est une « fonction d’investigation et d’appréciation du


contrôle interne, exercée de façon périodique au sein de l’organisation pour aider les
responsables de tous niveaux à mieux maîtriser leurs activités.5 »
 Quand à Sawyer, il définit l’audit interne comme « une appréciation systématique et
objective par les auditeurs internes des divers activités et contrôles d’une institution ayant
pour but de déterminer :

 Si les informations financières et les données d’exploitation sont exactes et fiables ;

 Si les risques d’exploitation de l’institution sont identifiés et réduits au minimum ;

 Si les règlements externes ainsi que les politiques et procédures internes sont respectées ;

 Si les ressources sont utilisées de manière efficace et économique ;

 Et si les objectifs de l’institution sont effectivement atteints. Ces contrôles ont tous pour objectif
d’aider les membres de l’institution à remplir efficacement leurs fonctions. 6»

Robert OBERT de son coté le définit: « généralement, les définitions de l’audit interne donnés par
les auditeurs convergent vers une mission d’opinion :

 Confiée à un personnel indépendant et compétant ;


4
RENARD, (Jacques) : Op.cit, p.60.

5
Ibid., p.62.

6
LAWRENC, (Sawyer): The Practice of Modern Internal Auditing, 4émeédition, 1996, p.3.
 Utiliser une méthode spécifique ;

 Et justifier un niveau de diligence acceptable par rapport à des normes. 7 »

 Conclusion  :

Cependant, en se référant à la définition des institutions, aux travaux des chercheurs et à leurs
différents points de vue sur l'audit interne, on peut en déduire que, d'une part, il s'agit d'une tâche
réalisée par des auditeurs qualifiés, compétents et indépendants au sein de l'entreprise. En
revanche, les opérations d'investigation et d'évaluation à partir du référentiel contenant le
diagnostic conduiront à des recommandations.

Ainsi, la fonction d’audit interne contribue considérablement à l’évolution des différents processus
de l’entité en particulier, le management des risques, la gouvernance de l’entreprise et le contrôle
interne.

Paragraphe 2 : objectifs et principes de l’audit interne  :

Quelque soit le référentiel d’audi,t , ce dernier est la fonction de service des différents
départements de l'entreprise, (Finance, Ressources Humaines, réalisation du produit, …), En
fournissant des informations pertinentes à leurs dirigeants en temps réel, ils peuvent aider leurs
dirigeants à évaluer leur situation actuelle et à renforcer l'ensemble de leur organisation. En effet,
L'extension du champ d'intervention de l'audit à l'ensemble des processus, systèmes, fonctions,
opérations, comportements opérés au sein de l'entreprise ont permis de développer l'audit
opérationnel et de pénétrer les domaines jusque-là fermés à l'audit (l'industrie, les services, les
projets, etc. ). Cette évolution du concept et de la pratique de l'AI a permis de répondre à des
objectifs de contrôle interne jusque-là ignorés. On passe de l'audit de régularité des informations à
l'audit d'efficacité des organisations puis à l'audit de direction et de cohérence de la stratégie.

Principalement, l’audit interne répond à 5 objectifs :

-Vérifier les mesures prises pour assurer le respect des procédures légales et réglementaires en
vigueur (normes, textes réglementaires, cahier des charges, cahier des charges client, etc.)

- Evaluer les processus de management et l’application des procédures et instructions


opérationnelles (c.à.d. établies, connues, comprises et bien appliquées).

- Vérifier l’efficacité du domaine audité, c’est-à-dire son aptitude à atteindre ses objectifs.

- Déterminer des pistes d’amélioration et des recommandations pour conduire l’entreprise vers le
progrès.

- Conforter les bonnes pratiques observées pour inciter le personnel à la préservation du


patrimoine de la société.

En nous référant aux opinions de nombreux auteurs, nous pourrons classer les objectifs de l'audit
interne .en Quatre catégories complémentaires :

7
OBERT,(R) et MAIRESSE (M.P) : comptabilité et audit : manuel et application , DSCG4, édition Dunod, Paris,
2010.
1. Audit de régularité : A ce nivaux d’audit, l’auditeur consiste à vérifier la bonne application
des règles, procédures, descriptions de poste, organigrammes, systèmes d’information,
etc. En bref l’auditeur compare la règle et la réalité, ce qui devrait être et ce qui est.
Autrement dit il travaille par rapport à un référentiel, son action est relativement simple.
Ainsi il pourra déceler les non applications, les erreurs d’interprétations, et autres entorses
aux règles et aux normes et donc vérifier que :

 Les instructions de la direction générale et les dispositions légales et réglementaires sont


appliquées correctement ;

 Les procédures et les structures de l’entreprise fonctionnent de façon normale et qu’elles


produisent des informations fiables ;

 Le système de contrôle interne remplit sa mission sans défaillance.

Cet audit de régularité peut aussi s’appeler « audit de conformité » , les juristes distinguent que
dans le premier cas on observe la régularité par rapport aux règles internes de l’entreprise et dans
le second cas la conformité avec les dispositions légales et réglementaires. Néanmoins, dans les
deux cas la démarche est la même ; comparer la réalité au référentiel proposé. Cette démarche,
toujours essentielle pour un auditeur interne, s’est doublée d’une approche nouvelle : audit
d’efficacité.

2. L’audit d’efficacité : L’auditeur étant un spécialiste du diagnostic, de l’appréciation des


méthodes, procédures, analyses de postes et organisation du travail, il a prit l’habitude
d’émettre une opinion non seulement sur la bonne application des règles, mais également
sur leur qualité (opportunité des procédures, leurs utilités, leurs complexité, leurs
existence, etc.), on se situe alors dans une approche dynamique évolutive, de performance.
En effet, après avoir constaté les règles et procédures en place, l’auditeur aura la tâche de
les affiner, les améliorer avec , en point de mire, une recherche d’efficacité dont le critère
est l’atteinte des objectifs fixés, et d’efficience dont l’exercice est de faire le mieux
possible.
3. Audit de management : De plus que les audits de régularité et d’efficacité, l’audit de
management peut se résumer dans l’interrogation suivante : la politique régissant l’entité
auditée (direction, unité, fonction) est-elle en cohérence avec la stratégie de l’entreprise ?
À ce nivaux d’audit, l’auditeur interne est présenté par le responsable de secteur audité
ainsi que la politique qu’il doit conduire, en d’autres termes, c’est l’étape préalable
nécessaire à la demande d’appréciation du contrôle interne, il doit solliciter son
interlocuteur : « Monsieur le responsable de l’entretien, quel est votre politique
d’entretien ? »
« Monsieur le directeur des ventes, quelle est votre politique de vente ?etc. » Ce qui
signifie en clair, « comment concevez-vous la mission qui vous est assignée ? »
Ainsi, l’auditeur vérifiera dans quelle mesure cette politique est en ligne avec la stratégie
de l’entreprise ou avec les politiques qui en découlent. « La politique d’entretien est elle
cohérente par rapport à la politique d’investissement ? » « La politique de publicité est elle
en harmonie avec la politique de marketing ? » Donc l’audit de management est exercé par
des responsables d’audit interne, des chefs de missions ou à tous le moins par des
auditeurs très confirmé, cet audit peut se manifester sous la forme d’une mission d’audit
spécifique et portant sur un sujet fondamental, d’examen de conformité entre la politique
d’une fonction et la stratégie de l’entreprise.
4. Audit de stratégie : L’audit de stratégie est conçu comme une confrontation de l’ensemble
des politiques et stratégies de l’entreprise avec le milieu dans lequel elles se situent pour
vérifier la cohérence globale.il a pour objet d’évaluer la pertinence des orientations de
gestion et l’efficacité de la direction et de la gestion des équipes placées à la tête des
services audités. Toutefois, le rôle de l’auditeur interne se limite à souligner
éventuellement les incohérences, il ne saurait donc remettre en cause les politiques et
stratégies tracées par la direction générale.

Vous aimerez peut-être aussi