Vous êtes sur la page 1sur 26

Le marché de capitaux

au Maroc

PREPARE PAR :
Oumaima

0
Sommaire
INTRODUCTION ........................................................................................................................2
AXE 1 : Présentation du marché de capitaux ...............................................................................3
Section 1 : Définition du marché de capitaux ...........................................................................3
Section 2 : Les fonctions économiques des marchés de capitaux ...............................................4
AXE 2 : Le marché monétaire .....................................................................................................6
Section 1 : Présentation du marché monétaire ........................................................................6
1. Définition du Marché Monétaire :................................................................................6
2. Modernisation du marché monétaire ...........................................................................6
3. Les rôles du marché monétaire ....................................................................................7
Section 2 : La structure du marché monétaire .........................................................................8
1. Le marché interbancaire .............................................................................................8
2. Le marché des titres de créances négociables .............................................................12
AXE 3 : Le marché financier .....................................................................................................17
Section 1 : Présentation du marché financier.........................................................................17
1. Définition du marché financier : ................................................................................17
2. Les compartiments du marché financier : ...................................................................17
Section 2 : Acteurs du marché financier ................................................................................18
Axe 4 : le marché de produits dérivés et le marché hypothécaire................................................22
Section 1 : le marché de produits dérivés ..............................................................................22
1. Définition et types....................................................................................................22
2. Les produits dérivés : ................................................................................................22
Section 2 : Le marché hypothécaire (immobilier) ...................................................................23
1. Définition du marché hypothécaire : ..........................................................................23
2. Le fonctionnement du marché hypothécaire : .............................................................23
Conclusion: ............................................................................................................................24
Webographie .........................................................................................................................25
Bibliographie .........................................................................................................................25

1
INTRODUCTION
Les marchés des capitaux constituent un secteur d’activité où l’objet recherché
et échangé est la monnaie. Une entreprise productive a besoin de la monnaie
pour acheter des biens d’équipement, des matières premières, et payer les
salaires. L’Etat a besoin de la monnaie pour assurer ses besoins. Pour dire les
choses autrement, c’est avec de la monnaie que les institutions financières
accordent des financements aux agents de l’économie. La collecte et la
redistribution des ressources monétaires peuvent aussi s’effectuer directement
sur des marchés de capitaux.

Les besoins de capitaux échangés sur les marchés n’étant pas nécessairement
des besoins de durées similaires, une distinction s’est faite entre

o Les marchés de capitaux à CT (le marché monétaire),


o Les marchés de capitaux à LT (le marché financier).

Avec le développement des échanges internationaux et l’apparition de crises


économiques et fin, les besoins d’outils de protection contre les variations de
cours ou de change sont apparus, donnant naissance aux marchés dérivés.

2
AXE 1 : Présentation du marché de capitaux
Section 1 : Définition du marché de capitaux
Les marchés de capitaux sont des marchés où s’échangent des fonds C-A-D l’argent matérialisé
par des titres ou des devises.
Les différents marchés sont liés entre eux aussi par des échéances allant du très court terme
au très long terme on distingue généralement dans ces marchés :
 Les titres du marché monétaire tels que les titres de créances négociables (très court
terme au moyen terme)
 Les titres du marché financier tels que les actions, les obligations et les produits
« HYBRIDES » qui se caractérisent généralement sur les échéances.
Le principal objectif de l’ensemble de ces marchés est de permettre à un certain nombre
d’acteurs économiques E/ses privées, E/ses publiques, l’Etat de se financer et aux autres
investisseurs institutionnels, ménages et E/ses d’effectuer des placements.

Sur les marchés de capitaux, on échange des capitaux, c'est-à-dire de l'argent matérialisé par
des titres ou des devises. Un continuum d'échéances, du très court terme au long terme, lie
aujourd'hui les marchés monétaire et financier. Les titres du marché monétaire (titres de
créances négociables et bons du Trésor) portent sur des échéances qui vont du très court au
moyen terme, tandis que ceux du marché financier (actions, obligations et produits hybrides)
se caractérisent généralement par des échéances de plus long terme. L'ensemble de ces titres
permet aux uns (entreprises, États) de se financer et aux autres (investisseurs institutionnels,
ménages, entreprises) d'effectuer des placements. Dans le jargon des comptables nationaux,
ceux qui ont des capitaux à offrir sont des agents à capacité de financement. Ces derniers
investissent sur les marchés monétaires et financiers du monde entier dans les titres émis par
d'autres opérateurs qui eux, à l'inverse, sont demandeurs de capitaux et sont appelés agents
à besoin de financement.

Sur les marchés de capitaux, on échange aussi, et de plus en plus, des risques. C'est l'objet des
marchés d'instruments dérivés. Comme leur nom l'indique, ces marchés dérivent des
compartiments de marché traditionnels.

Outre les émetteurs et les investisseurs, d'autres acteurs, tels que des banques centrales ou
des instances de supervision, interviennent sur les marchés de capitaux, les unes pour réguler

3
la liquidité des marchés ou stabiliser éventuellement la parité de leur monnaie sur le marché
des changes, les autres pour organiser les marchés et assurer la sécurité d'ensemble.

En résumé, Les marchés de capitaux comprennent les marchés de capitaux à court terme, c’est
le marché monétaire et le marché de capitaux à moyen et long terme (le marché des actions
et obligations) c’est le marché financier. A ces marchés vient s’ajouter le marché des produits
dérivés.

Section 2 : Les fonctions économiques des marchés de capitaux


Les marchés de capitaux remplissent cinq fonctions principales : mobiliser l’épargne, acquérir
de l’information et allouer les ressources, contrôler les entreprises et leurs managers,
diversifier (ou gérer) les risques et offrir des services facilitant l’échange, et garantir la
liquidité.

> Mobiliser l’épargne : la première fonction des marchés de capitaux est de collecter
l’épargne pour réaliser les projets d’investissement et de processus productifs
exploitant les économies d’échelle. Le rôle des marchés de capitaux est d’autant plus
important que c’est en permettant à chaque prêteur de disposer des titres
représentatifs d’une fraction minime de l’investissement que ce dernier peut être
réalisé. Les marchés de capitaux permettent donc une meilleure adéquation des
projets d’épargne aux projets d’investissement.
> Acquérir de l’information et allouer les ressources : les marchés de capitaux collectent
et traitent une grande quantité d’informations sur les firmes emprunteuses. La
pertinence des informations oriente les décisions des prêteurs d’allouer leurs épargnes
aux projets les plus rentables, stimulant ainsi la croissance.
> Contrôler les entreprises et leurs managers : cette fonction des marchés de capitaux
assure que les entreprises mettent en œuvre des règles de bonne gestion. En effet, les
cours des titres sont extrêmement sensibles à la qualité de la gestion des entreprises.
L’efficience d’un marché – sa capacité à refléter les informations privées et publiques
dans le cours des titres - permet de relier la rémunération des dirigeants à leur
performance, et par conséquent d’aligner l’intérêt des managers sur ceux des
actionnaires.

4
> Diversifier les risques et offrir des services facilitant l’échange : en offrant des
produits variés et en finançant un portefeuille de projets à maturité et à rendement
variables, les marchés de capitaux diversifient les risques et assurent la liquidité. Par
ailleurs, en offrant des services de paiement et de crédit, les marchés de capitaux et le
système financier en général facilitent l’échange et la spécialisation. Les gains de
productivité et d’innovation qui en résultent sont facteurs de croissance et de
développement.
> Garantir la liquidité des titres : le désir de liquidité des agents les conduit à préférer
des placements liquides à des engagements plus ou moins irréversibles dans des
projets d’investissement, même plus productifs. Les intérêts des prêteurs et des
emprunteurs sont contradictoires. Alors que de nombreux projets requièrent un
financement de long terme, les prêteurs préfèrent souvent des placements de court
terme. La liquidité des marchés- la facilité qu’ont les prêteurs de vendre leurs titres à
faible coût et sans incertitude quant au délai et au règlement de la transaction- agit
sur l’activité économique en réduisant le risque lié aux actifs financiers (Bencivenga,
Smith et Starr, 1996 ; Levine, 1991). En effet, elle permet aux épargnants d’acheter et
de vendre rapidement, à bon marché, lorsqu’ils souhaitent modifier leurs
portefeuilles. Dans le même temps les entreprises accèdent facilement au capital à
travers les émissions de titres. L’existence d’actifs moins risqués et la facilité d’accès
aux marchés de capitaux améliorent l’allocation du capital. Il en résulte une
augmentation de l’épargne et de l’investissement, et par conséquent une hausse du
taux de croissance économique.

5
AXE 2 : Le marché monétaire
Le marché monétaire est l’une des principales composantes du système financier. C’est un
marché qui permet aux banques de gérer leur excédents et déficits de trésorerie et aux
intervenants d’effectuer des placements et emprunts à court terme.

Dans ce nouveau contexte le rôle attribué à la Bank Al-Maghrib en matière de développement


et de régulation du marché monétaire a gagné en importance. La banque centrale c’est ainsi
dotée de nouveaux instruments lui permettant une meilleure transmission de ses décisions
en matière de taux à l’économie. Dans ce processus, Bank Al-Maghrib a été impliquée à deux
niveaux. Faisant partie de ce qui est communément appelé « autorités monétaires », elle a
participé activement à la modernisation du marché interbancaire dans son ensemble et, en
tant que Banque Centrale, elle a été amenée, du fait de ces mutations, à mieux préciser ses
attributions et à rénover ses instruments d’intervention en matière de conduite de la politique
monétaire et de contrôle de l’activité des établissements intervenants sur le marché
interbancaire.

Section 1 : Présentation du marché monétaire


1. Définition du Marché Monétaire :

Concernant la définition du marché monétaire, plusieurs définitions peuvent être recueillies,


notamment celles des économistes et des financiers.

Les économistes définissent le marché monétaire comme étant le lieu où s'effectuent l'offre
et la demande des capitaux à court terme, tandis que les financiers avancent que le marché
monétaire est le lieu où s'échangent quotidiennement, pour des durées essentiellement
courtes, des liquidités de la Banque Centrale contre des créances, permettant ainsi aux
banques débitrices d'assurer la rentabilité optimale de leurs avoirs.

2. Modernisation du marché monétaire

 Le principal instrument de politique monétaire


 Dès 1983, le trésor a eu accès au marché monétaire
 Ces émissions étaient réservées aux seules banques

6
 En 1988 le marché est ouvert aux établissements financiers et aux
entreprises publiques et privées
 Puis, en 1995, aux personnes physiques et aux non-résidents
 En 1996 à tous les intervenants
 En 1988 introduction de la technique des adjudications
 Modifications des modalités de refinancement des banques par
l’institut d’émission
 En 1988 : suppression des plafonds de réescompte des créances à CT
 En 1995 : suppression des plafonds de réescompte des crédits
privilégiés
 Rénovation des modalités d’intervention de BKAM.
 En 1995 introduction d’un deuxième compartiment sur les titres de
créance négociables.

3. Les rôles du marché monétaire


1- La redistribution entre les banques elles-mêmes de leurs déficits et
excédents de Liquidités ;
La principale activité d'une banque consiste à la collecte des dépôts
auprès des clients, ainsi qu'à l'octroi des crédits. Par ailleurs, durant une
période donnée, les banques se retrouvent dans la situation d'un
manque de liquidité, par le fait qu'elles ont eu à accorder plus des
crédits que des nouveaux dépôts, soit dans la situation de surliquidité
par le fait qu'elles ont eu à détenir plus des dépôts des capitaux qu'elles
ont accordés des crédits .Ainsi donc, les banques en excédent des
liquidités ont souvent intérêt à prêter aux banques en déficit des
liquidités contre paiement d'un intérêt. Le taux de ces intérêts est le
taux interbancaire.
2- Les ajustements de trésorerie entre les banques
Le marché interbancaire permet aux banques d'éliminer certains
risques qu'elles encourent lors de leurs opérations de collectes des
dépôts et d'octroi des crédits, en permettant à ces dernières d'opérer
des échanges, éventuellement temporaires, d'actifs sur le marché

7
monétaire. Parmi les risques que les banques encourent, nous pouvons
citer le risque de taux, le risque de change, le risque de liquidité
3- La régulation de la liquidité bancaire par la Banque centrale
Le rôle de la Banque Centrale est de régler l'alimentation en liquidités
du circuit bancaire, en fonction de certains objectifs (de prix, de taux
d'intérêt, de taux de change, de chômage, etc.) à partir de certains
instruments. La régulation de la liquidité bancaire se fait par des
opérations d'open market, par des liquidités permanentes et par des
réserves obligatoires.

Section 2 : La structure du marché monétaire


Le marché monétaire est organisé en un marché interbancaire réservé aux banques et un
marché de titres de créances réservé aux investisseurs :

Le Marché Le Marché Le Marché


interbancaire des TCN monétaire

1. Le marché interbancaire
a. Définition du marché interbancaire
C’est un marché sur lequel les banques échangent entre-elles leur liquidité bancaire et
où la banque centrale intervient également pour apporter ou reprendre des liquidités
Les prêts et emprunts garantis par des titres sont connus sous le terme pension. La
pension consiste en un transfert simultané, entre deux parties, de titres contre une
certaine somme d’argent, avec l’engagement des deux parties de procéder au
transfert inverse à une date ultérieure.
b. Les intervenants

 Les banques : Principalement emprunteuses ;

8
 La BC : qui intervient au niveau de ce marché principalement pour faire
des régulations dans le cadre de la politique monétaire ;
 Les institutions publiques : BAM (régulateur), CDG (préteur), Trésor
public (emprunteur) : ces institutions peuvent avoir besoin de liquidités
et elles ont la possibilité d’intervenir sur ce marché ;
 Autres établissements financiers : CCG (Caisse centrale de garantie), Dar
Addamane.

c. Durée des transactions


L’instruction de Bank Al-Maghrib précise que « sont considérés sur le marché
monétaire, tous prêts ou emprunts au jour le jour et à terme fixe »
Sur ce marché se forme le taux interbancaire au jour le jour qui constitue un indicateur
de la liquidité de ce marché, La plupart des opérations ont une durée de 24 heures.
d. La raison d’être

 vue les déficits et les excédants des institutions financières ; les besoins de liquidité
Ont plus en plus augmenté d’où la nécessité de créer un marché interbancaire qui va
favoriser les échanges des fonds à court terme.
 Le marché interbancaire s’impose comme étant un espace d’échange entre multiples
opérationnels en revanche Banque Al Maghrib contrôle et impose les règles de jeux
afin de fixer le taux d’intérêt sur le marché interbancaire.

e. Les opérations d’échanges de liquidité sur le marché interbancaire


Le marché interbancaire est un marché quotidien ouvert aux différents intermédiaires
financiers, Les opérations du marché interbancaire Sont des opérations rémunérées
qui portent sur le transfert de liquidité entre les banques. Les plus importantes sont :

 Les « opérations en blanc » : sont des prêts accordés sans garantie


puisque au Maroc les intervenants de ce marché sont connues donc, il
n'y a pas une marge de risque.
 La « mise en pension » : consiste à prêter des liquidités contre une
garantie sous forme des titres de valeurs ou des effets qui garantissent
tout simplement le remboursement du prêt (les crédits accordés par
BAM dans un délai convenu d’avance (5jours ; 24heures).

9
Il existe trois types de procédures de pensions :

 Les pensions à une semaine sur appel d’offre qui sont à l’initiative
de BAM et qui ont pour objectif de mettre en concurrence les
différentes banques demandeuses de monnaie. Le taux de
refinancement qui ressort de cette procédure constitue une base
pour les pensions à cinq jours et à 24 heures.
 Les pensions à cinq jours sont à l’initiative des banques et sont
demandées à BAM deux fois par semaine.
 Les pensions à 24 heures peuvent se réaliser à la demande sont des
banques ou de BAM.

La BAM injecte de la liquidité dans le but de maintenir les taux


interbancaires au jour le jour à un niveau proche du principal du taux
directeur (3,25%), ou ponctionne la monnaie centrale pour le même but.

f. Formation des taux d’intérêt


Les taux d’intérêt se forment en fonction de la loi de l’offre et de la demande de
monnaie centrale et sont librement négocié :

 Resserrement des trésoreries des banques → hausse delà


demande de monnaie centrale → hausse du taux
d’intérêt.
 Excédent des trésoreries des banques → baisse de la
demande de monnaie centrale → baisse du taux
d’intérêt.
Bank Al Maghrib calcule et publie quotidiennement le taux moyen pondéré au
jour le jour (TMPjj) du marché monétaire interbancaire.
Le TMPjj est la moyenne pondérée des taux des transactions interbancaires de
la journée. Ce taux d’intérêt constitue la principale référence de ce marché et
aussi la cible opérationnelle de l’intervention de BAM.

10
Formule de calcul du TMPjj :

Avec : x = volume des transactions et : t = taux d’intérêt de l’opération

g. Les Interventions de la BC sur le marché interbancaire


La banque centrale, source de monnaie centrale, occupe une place centrale au sein de
ce marché, elle finance les banques de plusieurs manières et elle assure la liquidité de
l’économie en injectant ou en retirant de la monnaie, cette opération faite par :
 Les opérations d’open-market
Les opérations d’Open Market consistent pour BAM à intervenir sur le marché
monétaire pour contrôler la masse monétaire soit en vendant des titres de
créances, soit en rachetant ces titres (Bons du Trésor, obligations, etc.) Cette
intervention a pour objectif d’influencer les conditions du marché, en
particulier le taux d’intérêt (prix de la monnaie échangée) en vue d’agir sur
l’affectation des liquidités excédentaire des banques et par conséquent sur
leurs capacités à créer la monnaie.

11
Vente des bons de trésor
Surliquidité
par BC aux Banques
commerciales

Manque de Achat des bons du trésor


liquidité
aux banques commerciales

 Les facilités de paiement


Les banques qui ont un besoin de liquidité peuvent emprunter sans restrictions
auprès de la banque centrale, mais à taux supérieur au taux directeur.
Les banques qui ont un excès de liquidité peuvent placer leurs excédents
auprès de la banque centrale mais à taux inférieur au taux du marché.
Le minimum de facilité de dépôts est fixé à 10 millions de dirhams.
 Les réserves Obligatoires
Les réserves obligatoires sont des avoirs liquides, constitués en général de
monnaie centrale, que les banques doivent conserver dans leurs actifs. Ces
réserves sont calculées au Maroc en proportion de dépôts à vue gérés par les
banques (généralement entre 10 % et 15 %) ont pour objectif final de limiter
les liquidités bancaires et donc leurs capacités à transformer leurs
disponibilités en crédit.
La réserve monétaire permet à Bank Al-Maghrib d’augmenter les besoins des
banques en monnaie banque centrale. Bank Al-Maghrib impose à ce titre aux
banques de conserver sur leurs comptes courants auprès d’elle une proportion
de leurs exigibilités.
Par cette action, de manière contraignante, BAM orientait une partie des
ressources bancaires vers le financement de secteurs économiques particuliers
ou encore vers le financement de l’Etat en poussant les banques à acheter un
ensemble de titres de créance.

2. Le marché des titres de créances négociables


Il est créé en 1995 comme deuxième compartiment du marché monétaire. En plus des
banques, il est également ouvert aux agents non financiers et aux personnes physiques. Ce

12
marché concerne les acteurs économiques qui sont à la recherche de fonds pour assurer le
financement de leurs investissements.
Le marché des titres de créances négociables, permet à ces différents agents d’échanger leurs
titres spécifiques portant une reconnaissance de créance contre des ressources financières
immédiatement disponibles.

Il s’agit de titres suivants : les bons de trésor négociables (trésor), des certificats de dépôt
négociables (banques), des billets de trésorerie (SNF) et des bons de sociétés de financement
(société de financement).Les transactions sur ce marché se font de gré à gré.

Avec la création des TCN: l’ouverture du marché monétaire et son décloisonnement par
rapport au marché financier répondent à plusieurs motivations:

 Moderniser la place financière de Casablanca,


 Créer un marché de capitaux unifié,
 La levée du cloisonnement existant entre les différents
compartiments du marché monétaire, de manière à en
accroître la liquidité,
 Diversifier les moyens de financement et de placement.

A. Les catégories des titres de créances négociables


Sur ce marché,se négocient les nouveaux titres financiers à court terme (TCN) apparus
dans les années 1980 et 1990, On distingue :

Les titres de Créances Négociables

Bons de Trésor Autres TCN

Billets de Certificats Bons de


Trésorerie de Dépôts Sociétés de
Financement

13
a. les bons de trésor
Il s’agit de titres représentatifs de créances sur le trésor.

Ces titres sont émis par le trésor dans le cadre de séances d’adjudications périodiques portant
sur différentes maturités : court terme (13, 26, 52 semaines), moyen terme (2, 5 ans) et long
terme (10,30 ans). Ils sont créés dans le but de moderniser la gestion de la dette publique.

Ses acteurs sont : l'émetteur (l'Etat), Intermédiaires (la banque, sociétés de bourse et la
maison de réescompte (BT), les investisseurs (ce sont les gens qui désirent placer leurs fonds
en achetant les (BTN).

b. Les certificats de dépôt négociables (CDN)


Crées en 1995, ce sont des titres de créance émis par les établissements bancaires, sont des
titres constatant une dette remboursable à une échéance déterminée, intérêts compris.. Le
souscripteur peut être toute personne physique ou morale.

La durée des TCN va de 10 jours à 7 ans auplus.

c. Les billets de trésorerie


Il s’agit des titres de créances négociables émis par des entreprises non financières (disposant
d'un niveau de fonds propres au moins égal à 5 millions de DHS), d’une durée de 10 jours à un
an au plus d’un montant minimal de 100.000 DHS. Ils représentent un droit de créance et sont
rémunérés par intérêt fixe.

d. Les Bons de Société de Financement (BSF).


Ces bons ont été créés en 1995. Ce sont des titres de créances émis exclusivement par les
sociétés de financement, pour une durée allant de 2 ans à 7 ans et remboursables à terme
prédéterminé rapportant un intérêt.

B. Les caractéristiques des TCN


Les TCN confèrent à l’acquéreur un droit de créance matérialisé par un bon ou un billet et
rémunéré d’un intérêt.

Pour rendre plus aisées les comparaisons entre les différents titres de créances négociables
et faciliter ainsi l'émergence d'un véritable marché, les autorités monétaires ont harmonisé
les montants minimums, C'est ainsi que le montant minimum a été fixé, par l'arrêté du

14
Ministère des Finances du 10 juillet 2001 à 100.000 Dhs pour les différentes catégories de
titres négociables.

La transparence étant l'une des clés qui conditionnent le bon fonctionnement d'un marché et
favorisent sa croissance, c'est dans ce sens que la loi 35-94 a énoncé dans son article 15 que
« les émetteurs de TCN sont tenus d'établir un dossier d'informations relatif à leur activité, à
leur situation économique et financière et à leur programme d'émission.

Ces informations sont mises à la disposition du public au siège de l'émetteur et auprès des
banques domiciliataires des titres.

Le tableau suivant présente certaines caractéristiques de ces TCN

C. Rôle des TCN


Avec la mise en place de ces TCN, ce marché est devenu de plus en plus animé, plus souple
et plus adapté aux besoins des investisseurs, la création du marché des TCN a permis:
 Un décloisonnement des marchés des capitaux,
 L’encouragement du financement désintermédié des entreprises,
 Une réduction des coûts de financements,
 De réduire la dépendance des entreprises vis à vis des banques,
 A l’Etat de se financer à court et moyen terme à des conditions
avantageuses,

15
 A Banque Al Maghrib de mettre en œuvre une politique monétaire
basée sur le taux d’intérêts.

16
AXE 3 : Le marché financier
Section 1 : Présentation du marché financier
1. Définition du marché financier :
Les marchés financiers sont les marchés sur lesquels se rencontrent les demandes et les
offres de capitaux à long terme.

2. Les compartiments du marché financier :


Le marché financier repose sur l'activité de deux compartiments. Un marché primaire, celui
des émissions, et un marché secondaire, celui de la revente, appelé plus communément la
bourse. Le marché primaire.

 Un marché primaire : C’est le marché de l’émission ou marché du « neuf » : c’est le


lieu de souscription des titres qui sont créés pour la première fois. Ainsi une entreprise
qui vend directement ses titres à des actionnaires lors d’une introduction en bourse
passera par le MP et ensuite ces mêmes actionnaires pourront les vendre sur le
marché secondaire donc via la bourse.
Ce marché n’est pas localisé parce que la vente initiale de titres aux souscripteurs n’a
pas lieu en public. La vente est organisée pour le compte de :
- L’Etat (Trésor) par la banque centrale à travers des séances d’adjudications
publiques
- L’emprunteur-émetteur par une banque d’affaires qui gère l’émission et garantit
le placement de ces titres à un certain prix et les vend au public soit de gré à gré
soit par le biais d’une offre publique.

Le marché primaire est un marché où l’Etat, les collectivités locales et les entreprises
peuvent donc faire directement appel à l’épargne, pour obtenir des capitaux à long
terme.

Sur ce marché, une entreprise peut émettre deux principaux types de titres : Des
actions, ou des obligations.

 Un marché secondaire

17
Les instruments financiers, créés au préalable, sont librement négociés entre deux ou
plusieurs investisseurs.

La réalisation de la transaction n’influence pas les engagements pris par l’émetteur, qui
est tout à fait étranger à la transaction.

Les marchés secondaires assurent la liquidité sur des instruments créés préalablement
sur un marché primaire.

Ils offrent la possibilité à un investisseur de la première heure de se dégager d’une


position qu’il a prise.

Section 2 : Acteurs du marché financier


Sur le marché financier intervient tout agent désirant soit se procurer un capital pour créer
une entreprise soit financier un investissement productif en émettant des titres et les
principaux émetteurs de titres sont :

1. La Bourse des Valeurs de Casablanca

La gestion de la bourse des valeurs de Casablanca est confiée à une société anonyme
appelée la Bourse des Valeurs de Casablanca (BVC).

Le capital de la société gestionnaire de la bourse est souscrit dans son intégralité par les
sociétés de bourse agréées, il est détenu à tout moment à parts égales par l’ensemble des
sociétés de bourse.

Sa mission s’articule autour des points suivants :

 Prononcer l’introduction des valeurs mobilières à la cote de la Bourse des valeurs et


leur radiation ;
 Organiser les séances de cotation à travers un système électronique ;
 Veiller à la conformité des opérations effectuées par les Sociétés de Bourse ;
 Porter à la connaissance du Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières toute
infraction qu’elle aura relevée dans l’exercice de sa mission.
2. Les sociétés de bourse

Les sociétés de bourse sont les seules habilitées à exercer directement le métier
d’intermédiation et de négociation en bourse.

18
Les sociétés de bourse bénéficient d’un monopole de négociation des valeurs mobilières
inscrites à la bourse des valeurs.

La création d’une société de bourse est soumise à autorisation du Ministère des Finances.
Par ailleurs, avant d’exercer son activité, toute société de bourse doit présenter des
garanties suffisantes d’un point de vue organisationnel, technique et financier.

Le capital social de la société de bourse doit être d’au moins de 1,5 millions de Dirhams,
lorsque son activité concerne l’exécution des opérations de bourse ; il doit être supérieur
à 5 millions de dirhams lorsqu’elle assure également la garde des titres et la contrepartie.
Les sociétés de bourse ont pour rôle :

 D’exécuter les opérations de bourse ;


 De placer les titres émis par des personnes morales faisant appel public à l’épargne;
 D’assurer la garde des titres ;
 D’entreprendre le démarchage de la clientèle (pour l’acquisition des valeurs
mobilières).

Les transactions effectuées par l’entremise des sociétés de bourse donnent lieu au
paiement de commissions par le vendeur et l'acheteur au profit de la société gestionnaire.

3. Le Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières

Le Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières (CDVM) est un établissement public de


surveillance et de contrôle des opérateurs de bourse. Il a pour missions principales de :

 Protéger l'épargne investie en valeurs mobilières ou en autres placements suite à


un appel public à l'épargne ;
 Veiller au respect de la loi par les intermédiaires financiers (sociétés de bourse,
banques et OPCVM) ;
 Informer les investisseurs par la délivrance d'un visa aux notes d'information qui
sont mises à la disposition du public. Ces notes sont publiées lorsqu'il y a un appel
public à l'épargne, (introduction en bourse, émission de valeurs mobilières,
augmentation de capital...) ;
 Instruire les demandes d'agrément des SICAV et des fonds communs de placement
(FCP).

19
4. Les banques

Les banques ne bénéficient pas d’un accès direct au marché boursier. Leur intervention
dans le domaine des titres est centrée autour de la conservation de valeurs mobilières et
de la collecte des ordres des clients pour les acheminer vers les sociétés de bourse.

5. Maroclear

Maroclear ou Dépositaire Central est chargé de :

 Réaliser tout acte de conservation adaptés à la nature et à la forme des titres qui
lui sont confiés (action, obligations,…) ;
 Administrer les comptes courants de valeurs mobilières ouverts au nom de ses
affiliés (banques, émetteurs, sociétés de bourse et OPCVM)
 Exercer des contrôles sur la tenue de la comptabilité titres des banques et sociétés
de bourse.
6. Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM)

Pour le petit épargnant qui désire investir en Bourse et qui n’a aucune idée des valeurs à
acheter ou à vendre, il lui est conseillé de placer son argent dans ce qu’on appelle un
organisme de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM). Les OPCVM sont créés
pour les raisons suivantes :

 Assurer une répartition des risques inhérents aux valeurs mobilières pour une
meilleure gestion des portefeuilles, surtout ceux des particuliers qui n’ont pas une
connaissance approfondie sur les différents marchés boursiers ;
 Décharger les épargnants des soucis liés à la complexité du suivi des valeurs
mobilières ;
 Offrir des produits permettant de bénéficier d’avantages fiscaux.

Les O.P.C.V.M sont composés des:

- Sociétés d’Investissement à Capital Variable (S.I.C.A.V) ;


- Fonds Communs de Placement (F.C.P).
- Les OPCVM se répartissent en quatre types :
- Les OPCVM actions.
- Les OPCVM obligations ;

20
- Les OPCVM diversifiés ;
- Les OPCVM monétaires.

Notons que les OPCVM diversifiés ont pour but, l’acquisition d’un portefeuille, portant sur
différents types de valeurs mobilières de manière à diviser le risque.

21
Axe 4 : le marché de produits dérivés et le marché hypothécaire
Section 1 : le marché de produits dérivés
1. Définition et types
Contrairement aux marchés actions et aux marchés obligataires, les marchés dérivés ne
portent pas sur un élément d'actif de l'entreprise, mais sur des produits qui en sont dérivés,
le sous-jacent pouvant alors être une action, un indice boursier, ou encore une certaine
quantité de matières premières.

Il y a deux types de marchés dérivés :

> Le marché organisé (marché à terme de la bourse) : Les transactions sur produits
dérivés sont organisées et enregistrés auprès de la bourse. Par exemple, lorsqu'un
opérateur A achète un contrat à un opérateur B, la transaction est en réalité divisée
en deux : A achète à la bourse, B rend à la bourse (chambre de compensation).Alors
on dit que la bourse est l'acheteur de tous les vendeurs et le vendeur de tous les
acheteurs.
> Le marché de gré à gré (hors bourse) : c'est le marché sur lequel la transaction est
conclue directement entre le vendeur et l'acheteur et ce sont généralement des
opérations dangereuses, vu qu'elles ne font l'objet d'aucun contrôle.

2. Les produits dérivés :


Les produits dérivés tendent à croitre en nombre et en sophistication, ils sont majoritairement
utilisés comme couverture contre les risques des taux d'intérêts :

- Les contrats à terme (futur) : engagement d'achat ou de vente à une date future
d'un produit à un prix convenu à l'avance les contras peuvent porter sur un taux
d'intérêt, des valeurs mobilières, des devises ou des matières premières.
- Les contrats d'option : droit mais non obligation de vendre ou d'acheter une
quantité déterminée d'un actif à un prix fixe moyennant le paiement d'une prime.
Les options permettent de se prémunir contre les évolutions défavorables de l'actif
tout en conservant la possibilité de bénéficier des évolutions favorables.
- Les contrats d'échanges (swaps) : échange croisé de taux d'intérêt (taux variable
contre taux fixe) ou de devises par lequel deux agents s'échangent les éléments de

22
leurs dettes, cela à fin de se couvrir contre les risques de fluctuation d'un actif ou
d'obtenir de meilleures condition financières.

Section 2 : Le marché hypothécaire (immobilier)


1. Définition du marché hypothécaire :
Le financement du logement par les banques pose le problème de leurs refinancement alors
que la plus part d'entre elles ne dispose que de ressources de durée.

Dans le but d'assurer une adéquation entre financement et refinancement, il existe le marché
des créances hypothécaire c'est-à-dire, afin de réduire et allonger la durée du cout des crédits
immobiliers aux particuliers.

Les intervenants sont :

o Les organismes prêteurs à l'occasion du crédit immobilier.


o La caisse de refinancement hypothécaire.

2. Le fonctionnement du marché hypothécaire :


Les établissements prêteurs émettent des billets hypothécaires correspondants aux prêts
consentis aux particuliers, garantis par des hypothèses et respectant les règles ordinaires du
marché hypothécaires, qu'ils peuvent refinancer à tout moment auprès de la caisse de
refinancement hypothécaire(CRM).

La caisse de refinancement hypothécaire a pour actionnaire 18 établissements de crédit, disp


osant à son actif de billets hypothécaire, elle émet en continu des titres obligatoires cotés en
bourse et de durée de vie très longue (10 à 20 ans).

23
Conclusion:

Une économie ne peut promouvoir son développement qu'avec l'existence d'un


marché de capitaux actif et organisé et d'un système bancaire fiable.

Les marchés de capitaux constituent une source importante du financement de


l’économie. En effet, ils jouent de nos jours un rôle de plus en plus important et
ils influencent toutes les modalités de la sphère monétaire et financière, Ex : « Le
mode de financement des banques influence la rémunération de l’épargne, le
coût du financement accordé aux agents non financiers ».

Les marchés de capitaux influencent également en grande partie des cours


« physiques » (cours des matières premières et cours de l’immobilier).

Au Maroc, avec la mondialisation des marchés, les marchés de capitaux se


présentent de plus en plus comme une source alternative et durable pour le
financement des entreprises. La création de la bourse de Casablanca et sa
dynamique récente témoignent du rôle que jouent les marchés de capitaux au
Maroc.

24
Webographie

lavieeco.com

ammc.ma

etudier.com

cdgcapitalbourse.ma

lafinancepourtous.com

epargne.ooreka.fr

clicours.com

fimarkets.com

universalis.fr/encyclopédie

tel.archives-ouvertes.fr

memoireonline.com

actufinance.fr

ammc.ma

ladissertation.com

finances.gov.ma

leconomiste.com

Bibliographie
 BORDES, « La politique monétaire », Edition la découverte, 2007
 Rapports annuels 2005 & 2006», Bank Al-Maghrib

25

Vous aimerez peut-être aussi