Vous êtes sur la page 1sur 3

Cours du mercredi 7 avril (suite H5) à finir pour le mardi de la rentrée

• La IIIe République, un Empire colonial

Activité : analyse de documents sur Pearltrees


1) Situez l'empire colonial français (doc.1) (=localisez les possessions françaises et citez en
quelques exemples) En Afrique du nord principalement avec les AOF et AEF regroupant
AOF:
SENEGAL (Colonie : 1898-1958 ; Autonomie : 1958-1959)

MAURITANIE (Colonie)

GUINEE FRANCAISE (Colonie (1893-1958)

COTE D'IVOIRE (Colonie : 1893-1958 ; Autonomie : 1958-1960)

SENEGAMBIE ET NIGER (Colonie) / HAUT-SENEGAL ET NIGER (Colonie) / SOUDAN (Colonie)

NIGER (Colonie)

BENIN / DAHOMEY (Colonie : 1893-1958)

HAUTE-VOLTA (Colonie : 1904-1958 ; Autonomie : 1958-1960)

TOGO (Mandat)

AEF:
GABON (Colonie : 1883-1956 ; Autonomie : 1956-1960)

CONGO / MOYEN-CONGO (Colonie : 1879-1958 ; Autonomie : 1958-1960)

OUBANGUI-CHARI (Colonie : 1891-1958 ; Autonomie : 1958-1960)

TCHAD (Colonie)

CAMEROUN (Mandat : 1919-1958 ; Autonomie : 1958-1960)

2) Montrez quelle est sa place au regard des autres empires européens (doc. 2). (=comparez
l’empire français aux autres empires)
Elle est entouré de plusieurs colonies, en tout elles se classent en dexieme. Les colonies
britaniques sont implantés dans beaucoup de pays

3) Décrivez le document 3 (personnages, paysages, symboles) et interprétez le document : quel


message le dessinateur cherche-t-il à faire passer?
Ce document est la une du petit journal du 19 novembre 1911
Cette image est tres signifiante des colonies on voit une femme très blanche se faire supplier et
admirez par des personnes noirs, au fond on voit aussi des soldats et une autre personnes .

4) Porter un regard critique sur ce document. (=le document est-il neutre ? montre-t-il la
réalité ?) Je ne sait pas vraiment, la dame blanche à l'air passive et les soldats n'ont pas l'air tres
agressif, je n'en ai aucune idée

Définition colonie : territoire dominé directement par un pays étranger, appelé la métropole
Définition Colonisation = conquête et domination exercée sur un territoire et sa population
Quels sont les principes et les modalités de la politique coloniale de la IIIe République
jusqu’en 1914 ?

• L’expansion coloniale

De 1880 à 1914, la IIIe République mène une politique coloniale : elle se constitue un immense
empire colonial, dans lequel les populations sont soumises à la domination de la métropole,
sous toutes ses formes (économique, politique, culturelle).

Activité : Analyse du discours de J. Ferry (document sur Pearltrees)


1) Présentez le document de façon complète (n'oubliez pas de le situer dans son contexte). C'est
le Discours de Jules Ferry à la Chambre des Députés, 28 juillet 1885.
Jules Ferry avait été nommé porte-parole pour approcher une nouvelle conquete coloniale,
celle de Madagascar
2) Que défend Jules Ferry dans ce discours? Ils defend les colonies qui vont ou qui ont été
abdiquer par la france
3) Quels sont ses arguments?
Il dit qu'il ne faut pas se fier au choix des autres européens et suivre tout ça, il faut penser au
futur, c'est descendre du premier rang au troisième ou au quatrième toutes ces colonies
4) Portez un regard critique sur son discours.

• les raisons économiques


- Au XIXe siècle, l’Europe s’industrialise. Elle conforte son avance économique et technologique
sur le monde.
- De plus, lors de la 2e industrialisation, l’Europe a besoin de très grandes quantités de matières
premières pour ses usines (bois, coton pour le textile, caoutchouc, minerais). L’Asie et l’Afrique
apparaissent alors comme des lieux de production qu’il faut conquérir pour les exploiter.
- Enfin, la France, comme les autres pays d’Europe, a besoin de débouchés (=clients) pour ses
produits manufacturés : les colonies sont vues comme un immense marché, parfait pour
écouler ces produits.

• les raisons stratégiques


- L’impérialisme (=volonté de construire un empire) est vu comme un élément de prestige : il
s’agit pour les Français d’affirmer leur puissance nationale en constituant un empire colonial.
Les différents Etats européens entrent ainsi dans une véritable compétition pour les conquêtes
de l’Asie et de l’Afrique.
- L’Etat encourage ainsi les explorations en finançant des expéditions.

• les raisons idéologiques


- Au XIXe siècle, l’opinion publique européenne est convaincue de la supériorité de l’ « homme
blanc ». Ainsi, un des arguments en faveur de la colonisation est celui de la « mission
civilisatrice » des Européens, basée sur une vision raciste du monde : ils estiment devoir
apporter savoir et culture aux autres peuples, jugés inférieurs.

Ces différents facteurs expliquent que la IIIe République relance ainsi la politique de conquête
dès 1870. L’expansion s’accélère à partir des années 1880-1890 : par exemple la Tunisie (1881)
et l’Indochine (1887) sont intégrées à l’empire, dans le cadre d’une véritable « course aux
colonies » contre les autres puissances.
- La conquête se fait par la violence avec des expéditions militaires pour prendre possession des
territoires et les « pacifier », mais l’armée est accompagnée de missionnaires et de
commerçants.
L’Empire colonial français passe ainsi d’1 million de km 2 en 1870 à 11 millions de km2 en 1914,
avec 48 millions d’habitants (dans les colonies), derrière l’empire britannique.
2. Les sociétés coloniales
Définition Sociétés coloniales = sociétés en territoire colonisé, marquées par la différence,
l’inégalité, mais aussi le contact entre les colonisés et les colons. Elles sont très complexes.

• Des sociétés dominées

La domination est violente et multiforme.


- une domination politique : Les populations colonisées sont dépossédées de leur souveraineté
(= de leur pouvoir).
Le Code de l’indigénat est un ensemble de règles spécifiques pour les colonisés, mis en place
d’abord en Algérie à partir de 1875 : il maintient les colonisés dans une situation d’infériorité.
En effet, ils peuvent être condamnés à une peine sans aucun jugement ! (Par exemple, on peut
appliquer une peine de prison à un indigène en cas de retard de paiement de l’impôt ou de
propos tenus en public contre la métropole.) Les libertés fondamentales sont donc bafouées. Ce
Code est ensuite diffusé aux autres colonies à partir de 1887.
De plus, la République refuse la citoyenneté aux colonisés : ils sont seulement des sujets de la
république française.

- une domination économique : les colonisateurs prônent la mise en valeur des colonies par la
construction d’infrastructures. Il s’agit avant tout de faciliter l’exploitation et l’exportation des
matières premières (agricoles mais aussi minerais) vers la France. Pour cette mise en valeur, les
colons ont largement recours au travail forcé (rappel : l’esclavage a été aboli par la France
depuis 1848) : il s’agit de « prestations obligatoires » imposées aux indigènes pour les chantiers
déclarés d’utilité publique. Ces travaux font de nombreuses victimes.
De plus, les colons s’accaparent des terres dont ils exproprient les indigènes : en Algérie, près de
la moitié des terres agricoles appartiennent désormais à des colons européens !

- une domination culturelle : la colonisation, censée apporter d’immenses progrès aux sociétés
colonisées, contribue en fait à les bouleverser en profondeur. L’école valorise la culture française
et sert la propagande coloniale. La République diffuse un discours raciste qui discrimine les
indigène. En réalité, la scolarisation et les progrès médicaux dans les colonies sont très limités,
ils ne touchent bien souvent qu’une minorité urbaine (donc les populations des campagnes
bénéficient peu voire pas du tout de ces « progrès »).

• Des sociétés hiérarchisées et complexes (voir documents sur Pearltrees pour illustrer)

Dans les colonies, la métropole impose une hiérarchisation entre les catégories de populations
et une ségrégation se met en place.
- Certains indigènes, appartenant à l’élite, peuvent tirer bénéfice de la colonisation et
fréquentent les colons au quotidien. D’autres connaissent une ascension sociale, en s’engageant
dans l’armée ou comme instituteurs. Ils accèdent alors à un salaire qui leur permet d’accéder à
un rang social supérieur à celui d’origine et, souvent, ils adoptent le style de vie français
(vêtements, loisirs…). Les autorités coloniales les appellent les « évolués ». Seulement, ils sont
très peu nombreux. La plupart des colonisés sont cantonnés aux tâches subalternes : ouvriers
sur les chantiers avec le travail forcé, domestiques, etc.
- Le métissage est souvent limité, du fait du racisme et de la ségrégation qui empêchent une
réelle cohabitation entre colons et colonisés : l’entre-soi est favorisé. Par exemple, dans les
grandes villes coloniales, le quartier français est séparé des autres quartiers.

Vous aimerez peut-être aussi