Vous êtes sur la page 1sur 67

Ecole Normale de l’Enseignement Technique et

Professionnel
Campus universitaire de Kabala, Bâtiment N◦ 4, Tel : (+223) 20 22 10 44 ;
http.//enetp.edu.ml

Département d’Enseignement et de Recherche : génie civil

MINI PROJET
en Bâtiment industrielle
Mention : génie civil
Spécialité : Bâtiments et Travaux publics

Thème :
Conception et calcul des structures d’un hangar en
charpente métallique avec un pont roulant

Présenté par :

Abdoulaye DOUMBIA
&
Ramata DIARRA

Août 2018
Table des matières

1 Présentation du projet 8
1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.2 Description Architecturale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.3 Description Technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

2 Calcul des Pannes 12


2.1 Évaluation des charges appliquées sur les pannes . . . . . . . . . 12
2.2 Dimensionnement de la panne en IPE . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.2.1 Vérification à l’ELU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.2.2 Vérification au cisaillement . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.2.3 Vérification au déversement . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.2.4 Vérification à la flèche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.3 Calcul des liernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

3 Calcul de la ferme 22
3.1 Évaluation et combinaison des charges . . . . . . . . . . . . . . 22
3.2 Détermination des efforts dans les barres . . . . . . . . . . . . . 22
3.3 Dimensionnement des barres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.3.1 La membrure inférieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.3.2 La diagonale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.3.3 La membrure supérieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.3.4 Le montant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.3.5 Vérification du poids propre de la ferme : . . . . . . . . . 31
3.4 Assemblages des nœuds . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.5 Calcul de l’échantignolle : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

4 La poutre de roulement 34
4.1 Détermination des charges : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
4.1.1 Les charges verticales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
4.1.2 Les charges horizontales . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
4.2 Calcul de la poutre du pont roulant : . . . . . . . . . . . . . . . 41

2
TABLE DES MATIÈRES

4.2.1 Résumé des charges : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42


4.2.2 Détermination des sollicitations . . . . . . . . . . . . . . 44
4.2.3 Dimensionnement de la poutre de roulement . . . . . . . 45
4.3 Vérification au cisaillement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
4.4 Vérification à l’ELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

5 Calcul des poteaux 48


5.1 Évaluation des charges appliquées sur les poteaux . . . . . . . . 48
5.1.1 Choix des rails . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
5.1.2 Détermination des réactions d’appui . . . . . . . . . . . 48
5.1.3 Diagrammes des efforts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
5.2 Dimensionnement des poteaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
5.2.1 Caractéristique de la section . . . . . . . . . . . . . . . . 49
5.2.2 Condition de résistance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.2.3 Résistance au flambement . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

6 Calcul de la console 53
6.1 Évaluation des charges sur la console . . . . . . . . . . . . . . . 53
6.2 Dimensionnement de la console . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
6.2.1 Condition de la flèche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
6.2.2 Justification au déversement . . . . . . . . . . . . . . . . 54

7 Assemblage Pied de poteau 56


7.1 Les données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
7.2 Dimensionnement de la plaque d’assise . . . . . . . . . . . . . . 57
7.2.1 Résistance d’appui du matériau de scellement . . . . . . 57
7.2.2 Estimation de l’aire de la plaque d’assise . . . . . . . . . 57
7.2.3 Détermination de la largeur d’appui additionnelle . . . . 58
7.2.4 Détermination des dimensions en plan minimales re-
quises de la plaque d’assise . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
7.2.5 Détermination de l’épaisseur minimale requise de la plaque
d’assise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
7.3 Dimensionnement des boulons d’ancrage . . . . . . . . . . . . . 59
7.3.1 Estimation des efforts maximums de compression et de
traction exercés sur la fondation . . . . . . . . . . . . . . 59
7.3.2 Dimensionnement de l’épaisseur de la plaque d’assise et
des boulons d’ancrage pour l’effort de traction d’assem-
blage maximal estimé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

8 Calcul des assemblages 61


8.1 Assemblage ferme-poteau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
8.2 Assemblage Poteau-Console . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
8.2.1 Transmission des efforts . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

A. DOUMBIA et R. DIARRA 3 sur 75


Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant

8.2.2 Soudures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
8.3 Assemblage pour la continuité des poteaux . . . . . . . . . . . . 62
8.4 Assemblage Poutre de Roulement-Console . . . . . . . . . . . . 63

Conclusion 64

A Plans architecturaux 66

B Schémas d’exécution 75

4 sur 75
Liste des tableaux

2.1 Valeurs caractéristiques de la section . . . . . . . . . . . . . . . 14


2.2 Valeurs des dimensions de la section . . . . . . . . . . . . . . . 14
3.1 Résumé des efforts dans les barres . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.2 Résumé des sections des barres . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.3 Calcul des longueurs de soudure . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
4.1 Résumé des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
4.2 Valeurs caractéristiques de la section . . . . . . . . . . . . . . . 45
4.3 Valeurs des dimensions de la section . . . . . . . . . . . . . . . . 45
5.1 Valeurs caractéristiques de la section . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.2 Valeurs des dimensions de la section . . . . . . . . . . . . . . . . 50
6.1 Valeurs caractéristiques de la section . . . . . . . . . . . . . . . 53
6.2 Valeurs des dimensions de la section . . . . . . . . . . . . . . . 54

5
Table des figures

1.1 Panneaux isolants pour la couverture . . . . . . . . . . . . . . . 9


1.2 Disposition de la panne avec la couverture . . . . . . . . . . . . 10
1.3 Vue d’ensemble de la structure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.1 Position de la charge ultime . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.2 Diagramme du moment de flexion . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.3 Disposition des charges sur la poutre . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.4 Diagramme du moment My,Sd . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.5 Diagramme du moment Mz,Sd . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.6 Panne de toiture avec les liernes et les différents plans de char-
gement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.7 Position des efforts tranchants dans la section . . . . . . . . . . 16
2.8 Diagrammes des efforts tranchants dans la section de la poutre . 17
2.9 Portion de la poutre travaillant au déversement . . . . . . . . . 18
2.10 Plan de déversement de la poutre . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.11 Chargement de la panne influent sur les liernes . . . . . . . . . 20
2.12 Distribution des liernes dans les différents tronçons . . . . . . . 20
3.1 Modélisation de la ferme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
3.2 Schéma de calcul de la section 1 et du nœud A . . . . . . . . . . 23
3.3 Schéma de calcul de la section 2 et du nœud D . . . . . . . . . . 24
3.4 Schéma de calcul de la section 3 et du nœud F . . . . . . . . . . 25
3.5 Schéma de calcul des nœuds H et G . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.6 Section en double cornière de la membrure inférieure . . . . . . 26
3.7 Section en double cornière de la diagonale . . . . . . . . . . . . 27
3.8 Section en double cornière de la membrure supérieure . . . . . . 28
3.9 Section en double cornière du montant . . . . . . . . . . . . . . 29
3.10 Vue perspective de l’échantignolle . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
3.11 Coupe de l’échantignolle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
4.1 disposition de l’appareil de levage en charge pour obtenir le char-
gement maximal de la poutre de roulement . . . . . . . . . . . . 34

6
TABLE DES FIGURES

4.2 disposition de l’appareil de levage en charge pour obtenir le char-


gement maximal de la poutre de roulement . . . . . . . . . . . . 35
4.3 disposition de l’appareil de levage à vide pour obtenir le charge-
ment minimal de la poutre de roulement . . . . . . . . . . . . . 36
4.4 Disposition des forces horizontales longitudinales et transversales
exercées par les galets produites lors des accélérations et des
décélérations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
4.5 Disposition des forces horizontales transversales exercées par les
galets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
4.6 position des forces longitudinales et transversales dues à la marche
en crabe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
4.7 Position critique du pont roulant sur la poutre et le diagramme
du moment fléchissant dans la section . . . . . . . . . . . . . . . 44
4.8 position critique du pont roulant sur la poutre et l’épure de l’effort
tranchant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
5.1 Fixation du rail sur la poutre de roulement . . . . . . . . . . . . 48
5.2 Diagramme des efforts dans le poteau . . . . . . . . . . . . . . . 49
6.1 schéma statique de la console . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
6.2 schéma statique de la console . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
7.1 Pieds de poteaux articulés types et emplacements pour les boulons
d’ancrage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
7.2 Surfaces d’appui de la plaque d’assise à projection étendue en cas
de tronçons en T équivalents non recouvrants . . . . . . . . . . 58
7.3 Croquis du boulon d’ancrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

A. DOUMBIA et R. DIARRA 7 sur 75


Chapitre 1

Présentation du projet
1.1 Introduction
La conception de la structure est faite de façon à satisfaire les critères sui-
vants :
— L’économie ;
— La faisabilité ;
— Assurer la stabilité d’ensemble de la structure.
Le dimensionnement des différents éléments doivent être :
— Économique ;
— Capable de résister aux efforts maximaux ;
— Capable de se déformer dans les tolérances admissibles.

1.2 Description Architecturale


Les constructions industrielles ou les volumes de grandes dimensions sont
très courants dans les bâtiments de parcs industriels, de loisirs et de sports.
Leurs fonctionnalités ainsi que leur qualité architecturale sont influencées par
de nombreux facteurs, par exemple le plan d ?implantation, la polyvalence et
la qualité souhaitée pour le bâtiment. L ?acier offre de nombreuses possibilités
pour un usage fonctionnel à la fois agréable et flexible. Pour les grandes portées,
le dimensionnement est optimisé afin de réduire l ?utilisation de matériaux, les
coûts et le travail de montage. De plus en plus, les bâtiments sont conçus afin de
réduire les dépenses énergétiques et être très respectueux de l ?environnement.
La technique permet de créer de grands volumes ouverts efficaces, faciles
à entretenir et adaptables en fonction des évolutions de la demande. L ?acier
est choisi pour des raisons économiques, mais également pour d ?autres raisons
telles que la résistance au feu, la qualité architecturale et le respect de l ?envi-
ronnement.
L’utilisation de structures à treillis permet d ?obtenir une rigidité et une
résistance aux charges relativement élevées tout en réduisant au minimum l ?uti-

8
CHAPITRE 1. PRÉSENTATION DU PROJET

lisation de matériaux. Outre leur aptitude à créer des travées de grande lon-
gueur, les structures à treillis sont esthétiques et simplifient l ?intégration des
équipements techniques.
Les ouvertures destinées à l ?éclairage naturel peuvent servir pour l ?évacuation
des fumées et des gaz chauds en cas d ?incendie.
La couverture est composée des panneaux sandwich qui sont caractérisés
par une âme en fibre minérale qui garantie, outre une isolation thermique opti-
mum, l’incombustibilité du produit. Ils résistent au feu tout en maintenant des
caractéristiques mécaniques élevées. Les panneaux sandwich sont des éléments
à double peau produits en continu et comportant divers types d ?âmes isolantes.
Ils constituent le choix le plus courant des toitures pour les bâtiments indus-
triels. Les tôles sont des feuilles d’une longueur de 2 m. Les panneaux sandwich
sont formés par une couche en mousse isolante placée entre une tôle intérieure
et une tôle extérieure. Les panneaux sandwich possèdent de bonnes capacités
de portée en raison de leur action mixte en flexion. Il existe des systèmes à
joints sertis (voir Figure 4.5) ainsi que des systèmes à fixations directes. Ces
systèmes assurent évidemment des niveaux de stabilité différents aux pannes.
Malgré leur épaisseur, leur poids propre est relativement faible. Ces éléments
sont donc faciles à manipuler et à assembler.

Figure 1.1 – Panneaux isolants pour la couverture

Le bardage est fait en maçonnerie d’agglos creux de 15 cm de largeur avec


des poteaux pour servir de poutres verticales de 30×30 cm2 .

1.3 Description Technique


Les pannes transmettent les efforts entre le revêtement de couverture et
les éléments structuraux principaux, c ?est-à-dire les fermes. En outre, elles
peuvent agir comme éléments comprimés en tant que partie du système de
contreventement et participent à la stabilisation vis-à-vis du déversement de la
ferme. Des travées plus grandes permettent une réduction du nombre de plots
de fondations et d ?éléments structuraux principaux, mais exige le recours à
des pannes plus lourdes.Les pannes sont en profilé I laminés et espacés de 2 m.
Afin de palier au problème de déversement des pannes, les liernes seront utilisés
comme support.

A. DOUMBIA et R. DIARRA 9 sur 75


oivent être choisis de telle sorte Associés à une étanchéité appropriée susceptible de donner lieu à des
ent aux pannes la stabilité des joints, les plateaux de doublage infiltrations d’eau, et leur mise en oeuvre
Conception
utres formes de construction et calcul
peuvent des structures
être utilisés d’un
pour former unehangar rapide.
en charpente métallique
Les fixations avec unavec
sont réalisées pont roulant
aisant appel à des entretoises séparation étanche. Une autre solution des clips qui maintiennent les tôles en

Tôle

Isolation
Ecarteur Z Plateau

(Haut droite) Toiture à double Panne ou traverse laminée Entretoise en plastique


peau faisant appel à des
écarteurs en plastique et
des entretoises en Z

Figure 1.2 – Disposition de la panne avecTôle


la couverture

Le bâtiment industriel de grande portée est dimensionnés au moyen de


fermes à treillis utilisant des profilés de cornière en double L. Les fermes à
treillis sont plutôt des structures de type poteaux-poutres et sont rarement des
portiques. Isolation
Fausse panne
Dans les structures poteaux-poutres simples, les poteaux
Plateau sont sollicités prin-
cipalement en compression, ce qui permet l ?utilisation de poteaux de plus
faibles dimensions. Etant donné que les assemblages articulés sont moins com-
plexes que les assemblages continus, les coûts de fabrication Entretoise
s ?en trouvent
réduits.
(Bas droite) Toiture à double
peau faisant appel à des
Pour les rives, on utilise des assemblages boulonnés entre la ferme et le po-
entretoises à “Fausse-panne
et équerres”
teau. Les éléments de la ferme sont assemblés par soudure. Les pieds de poteaux
D in Steel
sont articulés, avec des tolérances plus larges afin de faciliter les interfaces entre
le béton et l ?acier. Les assemblages articulés sont préférés afin de réduire au
minimum les dimensions des fondations.

10 sur 75
CHAPITRE 1. PRÉSENTATION DU PROJET

Panne de
rive

Panne
faîtière

Poteau

Pied de
poteau
articulé
Ferme

Figure 1.3 – Vue d’ensemble de la structure

A. DOUMBIA et R. DIARRA 11 sur 75


Chapitre 2

Calcul des Pannes


Les pannes sont des poutres destinées à transmettre les charges et surcharges
s’appliquant sur la couverture à la ferme. Elles sont réalisées en profilé laminé
I.
Compte tenu de la pente des versants, les pannes sont posées inclinées d’un
angle (α) et de ce fait fonctionnent en flexion déviée.

2.1 Évaluation des charges appliquées sur les


pannes
Les pannes supporteront deux couches de tôles avec leurs accessoires de pose
de masse surfacique 17 kg/m2 entre lesquelles une couche d’isolant (polystyrène
expansé) de masse volumique variant entre 15 et 35 kg/m3 . Nous allons prendre
en compte une surcharge d’exploitation pour les montages et les entretiens.
Les charges permanentes :
Tôles et accessoires de pose de la couverture : 2 × 17 = 34 kg/m
Isolants : 15 × 2 × 0, 30 = 9 kg/m
Poids propre de la panne : 12, 9 kg/m pour l’IPE 140
La charge permanente totale est
g = 34 + 9 + 12, 9 = 55, 9 kg/m
En convertissant nous avons : g = 0, 56 kN/m
Les charges d’exploitation :
La toiture étant inaccessible nous avons considéré une charge d’entretien
qui est égale aux poids d’un ouvrier et de son assistant et qui est équivalente à
deux charges concentrées de 100kg chacune situées à 1/3 et 2/3 de la portée de
la panne.
Par raison de simplicité on prend une charge d’entretien globale de 0, 75 kN/m2
de la surface de la couverture. La bande de charge de la panne étant égale à 2
m nous avons comme charge d’exploitation :
q = 0, 75 × 2 = 1, 5 kN/m.

12
, , ×
, = = = 13,10 .
Les charges permanentes :
, = = 3 × CHAPITRE
14,04 = 0,73 2. CALCUL
/ DES PANNES
Tôles et accessoires de pose de la couverture :2 × 17 = 34 /
, ( / ) , ×
, = = = 0,82
Isolants : 15 × 2 × 0,30 = 9 / .
2.2 Dimensionnement de la panne en IPE
Poids propre de la panne :12,9 / pour l’IPE 140
2.2.1 Vérification à l’ELU
La charge permanente totale est

= 34 + 9 + 12,9
/2 = 55,9 /
/2

Pu = 1, 35g + 1, 5q = 1, 35 × 0, 56 + 1, 5 /× 1, 5 = 3 kN/m
En convertissant nous avons : = 0,56 ,
(2.1)

Les charges d’exploitation


,
La toiture étant inaccessible nous avons considéré une charge d’entretien qui est égale aux poi
d’un ouvrier
Plan Z-Z et de son assistant et qui est équivalente à deux charges concentrées de 100kg ch
Plan Y-Y
situées à 1/3 et 2/3 de la portée de la panne.

Par raison de simplicité on prend une charge d’entretien globale de 0,75 kN/m de la surface de
couverture. La bande de charge de la panne étant égale à 2m nous avons comme charge
d’exploitation : = 0,75 × 2 = 1,5 /

II. Dimensionnement de la panne en IPE :


Les caractéristiques statiques de la section
1. Vérification IPE 140 est données dans le tableau suivant
à l’ELU
Figure 2.1 – Position de la charge ultime
Tableau n°1 Valeurs caractéristiques de la section
Profilé =Axe1,35 + 1,5 = 1,35 × 0,56 + 1,5Axe
Fort Y-Y × 1,5
Faible=Z-Z
3 /
I Wel,y Wpl,y iy Avz I Wel,z Wpl,z I S I I
IPE
cm4 cm 3 cm 3 cm cm²=3 /cm
4 cm 3 cm 3 cm cm cm4 cm6
140
541 77,3 88,3 5,74 7,64 44,9 12,3 19,3 1,65 26,7 2,45 1,98

Les dimensions de la section sont les suivantes


Tableau n°2 valeur des dimensions de la section
Profilé Dimensions Dimensions de construction Surfaces
t tf h pmin pmax A A
IPE mm mm mm mm mm cm² mm mm mm mm m²/m m²/t
140 =
140 73 4,7 6,9 7,0 16,4 8
126,2 112,2 0,551 42,70

La panne est chargée uniformément donc nous avons pour le moment maximal
Figure
Nuance d’acier 2.2 – Diagramme du moment de flexion
Pour le dimensionnement la nuance choisie est l’acier S235.
La panne est chargée uniformément donc nous avons pour le moment maximal :
Les épaisseurs de l’âme et de la semelle sont : = 4,7 < 40 ; = 6,9 < 40
Pu `2
d’où la limite d’élasticité = 235 3 × 62
Mmax = = = 13, 5 kN m (2.2)
8 8

A cause de l’inclinaison de la panne de 14, 04◦ , elle est sollicitée en flexion déviée
d’où nous avons pour les composantes du moment et de la force :

Pu,z = Pu cos α = 3 × cos 14, 04 = 2, 91 kN/m


2 2
My,Sd = Pu,z8 ` = 2,91×6
8 = 13, 10 kN.m
Pu,y = Pu sin α = 3 × sin 14, 04 = 0, 73 kN/m
2
0,73×32
Mz,Sd = Pu,y (`/2)
8 = 8 = 0, 82 kN.m Nuance d’acier

Pour le dimensionnement la nuance choisie est l’acier S235.


Les épaisseurs de l’âme et de la semelle sont :

A. DOUMBIA et R. DIARRA 13 sur 75


3×6
= 13,5= =
8
Conception et8calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant
3×6
naison de la panne de 14,04°, elle est sollicitée en flexion déviée d’où nous avons = = = 13,5
antes du moment et de la force : 8 8
A cause de l’inclinaison de la panne de 14,04°, elle est sollicitée en flexion déviée d’où nous
=3× 14,04 = 2,91 /
pour les composantes du moment et de la force :
, ×
= 13,10 . , = =3× 14,04 = 2,91 /

3× 14,04 = 0,73 / = ,
=
, ×
= 13,10 .
,

, ×
= = 0,82 . , = =3× 14,04 = 0,73 /

Figure 2.3 – Disposition


=
, ( / )
=
, ×des charges sur la poutre
= 0,82 .
, 3×6
= = = 13,5
8 8
e l’inclinaison de la panne de 14,04°, elle est sollicitée/2en flexion déviée
/2 d’où nous avons
omposantes du moment et de la force :
,
/2 /2
=3× 14,04 = 2,91 /
,
, , ×
= , = 13,10 .
Plan Y-Y
Plan Z-Z
=3× 14,04 = 0,73 / ,

, (/ ) , × Plan Y-Y
= = 0,82 . Plan Z-Z
Figure 2.4 – Diagramme du moment My,Sd

ques statiques de la section IPE 140 est données dans le tableau suivant
/2 /2
caractéristiques de la section
Axe Fort Y-Y LesFaible
Axe caractéristiques
Z-Z statiques
,
de la section IPE 140 est données dans le tableau suivant
Wel,y Wpl,y iy Avz I Wel,z Wpl,z I S I I
cm 3 cm 3 cm cm² cm4 cmTableau
3
n°1cmValeurs
3 cm cm
caractéristiques decm
la4 sectioncm6
77,3 88,3 5,74 7,64 44,9 12,3
Profilé 19,3 1,65 26,7
Axe 2,45
Fort Y-Y 1,98 Axe Faible Z-Z
I Wel,y Wpl,y iy Avz I Wel,z Wpl,z I S I
, IPE
cm4 cm 3 cm 3 cm cm² cm4 cm 3 cm 3 cm cm cm
140
541 77,3 Plan Y-Y88,3 5,74 7,64 44,9 12,3 19,3 1,65 26,7 2,
de la section
Plansont
Z-Z les suivantes
Figure 2.5 – Diagramme du moment Mz,Sd
es dimensions de la section
Dimensions Les dimensions
Dimensions de la section
de construction sont les suivantes
Surfaces
t tf Tableh 2.1 – Valeurs p caractéristiques
p A A de la section min max
mm mm mm mm
cm² mm mm
Tableau n°2 valeur mm mm dem²/m
des dimensions la sectionm²/t
73 4,7
Profilé7,0 16,4 126,2
6,9
Axe Profilé
Fort Y-Y
112,2 Dimensions 0,551Axe Fort Z-Z
42,70 Dimensions de construction
t t h p
IPE Iy Wel,y W i
IPEpl,y mm y mm v,zmm
A Iz mm Wel,z mm
W pl,z mmiz mmSs
cm²
It mm Iwpmm
f min max A

140 cm4 cm3 140 cm3 140cmdans
téristiques statiques de la section IPE 140 est données
2 4
73cm 4,7 cm 6,9 cm
le tableau suivant7,0
3
cm
16,4
3
cm 112,2cm cm4 cm6
126,2 0,5
541 77,3 88,3 5,74 7,64 44,9 12,3 19,3 1,65 26,7 2,45 1,98
Valeurs caractéristiques de la section
onnement laAxe nuance
Fort Y-Ychoisie est l’acier S235. Axe Faible Z-Z
Wel,y Wpl,y iy Avz I
Nuance
Wel,z
d’acierWpl,z I S I I
de
m4 l’âmecmet3
de la cm
semelle
3 Table
sont : cm²
cm = 4,7cm4 2.2 – 3Valeurs
< 40
cm descmdimensions
; cm=3 6,9 <cm40 cm4 de cm la6 section
41 77,3 Profilé5,74 7,64 44,9
88,3 Pour 12,3
le dimensionnement
Dimensions 19,3 1,65 la 26,7
nuance choisie1,98
Dimensions
2,45 est l’acier
de S235.
Surfaces
élasticité = 235
construction
Les épaisseurs de l’âme et de la semelle sont : = 4,7 < 40 ; = 6,9 <4
nsions de la section sont les suivantes
h b d’oùtw tfd’élasticité
la limite r A= 235 hi d A` Ag
2
IPE 140 mm mm mm mm mm cm
valeur des dimensions de la section mm mm m /m m2 /t
2
Dimensions Dimensions de construction Surfaces
t tf
140 73 h 4,7 6,9 7,0p 16,4 p
126,2
A A
112,2 min max
0,551 42,70
m mm mm mm mm cm² mm mm mm mm m²/m m²/t
40 73 4,7 6,9 7,0 16,4 126,2 112,2 0,551 42,70

’acier 14 sur 75

mensionnement la nuance choisie est l’acier S235.


CHAPITRE 2. CALCUL DES PANNES

tw = 4, 7mm < 40mm;


tf = 6, 9mm < 40mm;
d’où la limite d’élasticité fy = 235M P a
Détermination de la classe de la section
Pour la semelle on a : tcf < 9ε

b − tw 73 − 4, 7
c= = = 34, 15 mm
2 2
v
u 235
u
ε= t =1
fy

Donc nous avons tcf = 34,15


6,9 = 4, 95 < 9 ⇒ classe 1
Pour l’âme la vérification est tcw < 72ε

c = h − 2tf − 2r = 140 − 2 × 6, 9 − 2 × 7 = 112, 2 mm

Donc nous avons tcw = 112,2 4,7 = 23, 87 < 72 ⇒ classe 1


En conclusion nous avons une section en IPE 140 de classe 1.
Vérification de la section choisie par la condition de résistance :

Mu,z Mu,y
σ= + ≤ σe (2.3)
Wz Wy

Étant donné que notre section choisie est de classe 1 nous allons la dimensionner
en plasticité. Dans ce cas elle doit satisfaire la condition suivante :
 α  β
Mu,y  Mu,z 
 + ≤1 (2.4)
Mpl,yRd Mpl,zRd

Les constantes α et β placent en sécurité si elles sont prises égales à l’unité, mais
qui peuvent prendre les valeurs suivantes pour les sections en I et H laminées :
α = 2 et β = 1
Les moments de résistance plastique :
88,3×10−6 ×235×103
Mpl,yRd = Wγpl,y
M1
fy
= 1,1 = 18, 86 kN.m
Wpl,z fy 19,3×10−6 ×235×103
Mpl,zRd = γM 1 = 1,1 = 4, 12 kN.m
 α  β !2 !1
Mu,y  Mu,z  13, 10 0, 82
σ= + = + = 0, 68 < 1 OK
Mpl,yRd Mpl,zRd 18, 86 4, 12

Le profilé choisi vérifie la condition de résistance et a un taux de travail de 68%

A. DOUMBIA et R. DIARRA 15 sur 75


y-y
Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant

Lierne
z-z

/2
y-y

/2
Lierne

/2

/2

e toiture avec lierne et les différents plans de chargement


Panne de toiture avec lierne et les différents plans de chargement
ement Figure 2.6 – Panne
2. Vérification de toiture avec les liernes et les différents plans de char-
au cisaillement
gement
ques en (I)Dans
L’effort
le cas detranchant
section symétriques enest
, repris
(I) L’effort par la section
tranchant , est reprisde
parl’âme
la section de l’âme
( ), et l’effort tranchant , est repris par la section des deux semelles ( ). (
est repris par
2.2.2
sont ladirectement
tirées section des
Vérification deux
des nouveauxausemelles
cisaillement
tableaux (
des profilés.). (
uveaux tableaux
LesDans
sectionsdes
le casprofilés.
résistantes au cisaillement
de sections sont pour l’IPE
symétriques 140L’effort
en (I) : = 8,76
tranchant V=z,sd 7,64est repris
par la section de l’âme (A suivantes
Les conditions vérifier sont les vz
), et l’effort tranchant Vy,sd est repris par la section
aillementdes
sont pour
deux l’IPE 140
semelles (Avy ).: ( Avz=et8,76 Avy ) sont tirées=directement
7,64 des nouveaux
tableaux des profilés. Les sections résistantes au cisaillementSemelle
, , sont pour l’IPE
es suivantes
140 :A= vy =
= 8,, 76 2
× cm et Avz = 7, 64 cm
= 8,73
2
,

, × × ×
, = = = 94,23
, ×
Semelle,
, ,
,

, ,

× = 0,625 ( /2) = 0,625 × 0,73 × 3 = 1,37


= 94,23
,

8,76 × 10 × 235 ×, 10
, = = = 108,05
3 1,1 × 3
,
, ,

Remarque : Dans la plus part des cas la vérification au cisaillement est vérifiée pour les profilés
laminés dès que la vérification au moment fléchissant est satisfaite.
5 × 0,73 × 3 = 1,37
Figure 2.7 – Position des efforts tranchants dans la section

× 235 × 10conditions à vérifier sont les suivantes :


Les
= 108,05 /2 /2
× 3 O V ≤ V = /2 ,pl,zRd
z,sd , = 0,625 /2
Puz ` 2,91×6
Vz,sd = 2 = 2 = 8, 73 kN

Plan Z-Z Plan Y-Y 16 sur 75


des cas la vérification au cisaillement est vérifiée pour les profilés
Les conditions vérifier sont les suivantes

, ,
CHAPITRE 2. CALCUL DES PANNES
Semelle
, ×
, = = = 8,73
Avz√
fy 7,64×10−4 ×235×10 3
Vpl,zRd = γM 1 3
= √
1,1× 3
= 94, 23 kN
, × × ×
, = = = 94,23
, ×
Vz,sd ≤ Vpl,zRd OK ,

, ,
O Vy,sd ≤ Vpl,yRd ,

,
Vy,sd = 0,625P
,
2
uy `
= 0,625×0,73×6
2 = 1, 37 kN
−4
=V
0,625 = ( /2)vy=√y0,625 × 0,73 × ×235×10
3√= 1,37 = 108, 05 kN
A f 3
8,76×10
,
pl,yRd γ 3
= 1,1× 3M1
8,76 × 10 × 235 × 10
, = = Vy,sd=≤108,05
Vpl,yRd OK
3 1,1 × 3
Remarque
, ,
: Dans la plus part des cas la vérification au cisaillement est vérifiée
pour les profilés laminés dès que la vérification au moment fléchissant est sa-
Remarque : Dans la plus part des cas la vérification au cisaillement est vérifiée pour les profilés
tisfaite.
laminés dès que la vérification au moment fléchissant est satisfaite.

/2 /2

, = /2
, = 0,625 /2

Plan Z-Z Plan Y-Y

Figure 2.8 – Diagrammes des efforts tranchants dans la section de la poutre

2.2.3 Vérification au déversement


Déversement = Flambement latéral + Rotation de la section transversale Il
convient de vérifier une barre non maintenue latéralement et soumise à une
flexion selon l’axe fort vis-à-vis du déversement de la façon suivante :

MEd ≤ Mb,Rd (2.5)


MEd est la valeur de calcul du moment fléchissant ;
Mb,Rd est le moment résistant de calcul au déversement.
Calcul de l’élancement
0,5 
réduit

λ̄LT :
λ̄LT = βw W pl,y fy
Mcr = λλLT1 [βw ]0,5
r
E
λ1 = π fy = 93, 9 = 93, 9
` 300
λLT = v  iz
u !2  = v
u "
1,65
 300 2 # = 76, 38
u ` u
1 1,65
1 iz t1,13 1+
tc1 1+ 20
u 
h
 20 140
tf 6,9

76, 38
D’où λ̄LT = = 0, 81
93, 9
A. DOUMBIA et R. DIARRA 17 sur 75
éversement Flambement latéral Rotation de la section transversale.

vient de vérifier une Conception


barre non maintenue
et calcul deslatéralement et hangar
structures d’un soumise une flexion
en charpente selon l'axe
métallique avec un pont roulant
is-à-vis du déversement de la façon suivante
,
est la valeur de calcul du moment fléchissant ;
z
est le moment résistant de calcul au déversement.

de l’élancement réduit
, y y h
, ,
= [ ]
Partie comprimée
susceptible de déverser tf
= 93,9 = 93,9 b

,
= = = 76,38
Figure 2.9 – Portion
,
de la poutre travaillant au déversement
,
,

Le coefficient , de réduction pour le déversement χLT


D’où = , = 1 0,81
χLT = 0,5 mais LT ≤ 1
φLT +[φ2LT −λ̄2LT ]
Le coefficient de réduction pour le déversement
φLT = 0, 5[1 + αLT (λ̄LT − 0, 2) + λ̄2LT ] = 0, 5[1 + 0, 21(0, 81 − 0, 2) + 0, 812 ] = 0, 89
αLT == 0, 21 pour , mais 1
les sections laminées.
Donc nous avons : χLT = 0,89+(0,8912 −0,812 )0,5 = 0, 79 ≤ 1 OK
= 0,5 1 + 0,2 + = 0,5[1 + 0,21(0,81 0,2) + 0,81 ] = 0,89
Le moment de résistance de la section au déversement :
88,3×235×10−3
Mb,Rd==0,21 pour
χLT βwlesWsections
pl,y fy
γM 1
laminées.
= 0, 79 × 1 × 1,1 = 14, 90 kN m
Donc on = , [ , , ] ,
= 0,79 < 1
M =M = 13, 10 kN m ≤ M = 14, 90 kN m OK
Le moment deEd y,sd
résistance de la section au déversementb,Rd
, 88,3×10 6 ×235×103
, = = 0,79 × 1 × = 14,90 .
En conclusion notre
1 section résiste
1,1 au déversement avec un tau de travail de 88%.
= , = 13,10 . , = 14,90 .

En conclusion notre section calculée résiste au phénomène de déversement.

/2

/2

Figure 2.10 – Plan de déversement de la poutre

18 sur 75
CHAPITRE 2. CALCUL DES PANNES

2.2.4 Vérification à la flèche


Le calcul à la flèche se fait par la combinaison de service

Pser = g + q = 0, 56 + 1, 5 = 2, 06 kN/m
Ses composantes suivant les axes sont :
Pser,z = Pser cos α = 2, 06 cos 14, 04 = 2 kN/m
Pser,y = Pser sin α = 2, 06 sin 14, 04 = 0, 50 kN/m
Conditions de vérification :
Plan Z-Z
`
fsd,y ≤ (2.6)
400
4
fsd,z = 5P
4
ser,z ` 5×2×6
384EIy = 384×2,1×541 =, 029 m = 29 mm
` 6000
200 = 200 = 30 mm

`
Donc nous avons fsd,z = 29mm ≤ = 30 mm OK
200
Plan Y-Y
`
fsd,z ≤ (2.7)
200
4
2,05Pser,y ( ` ) 2,05×0,50×34
fsd,y = 384EIz 2 = 384×2,1×44,9 = 2, 29 × 10−3 m = 2, 29 mm
` 6000
400 = 400 = 15 mm

`
Donc nous avons fsd,y = 2, 29mm ≤ = 15 mm OK
400

2.3 Calcul des liernes


Les liernes sont des tirants qui fonctionnent en traction. Ils sont généralement
formés de barres rondes ou des cornières de petite section. Leur rôle principal
est d’éviter la déformation latérale des pannes.
Compte tenu de la faible inertie transversale des pannes et dès lors que la
pente des versants α atteint 8 à 10% l’effet de la charge Puy (Puy = Pu sin α)
la charge perpendiculaire à l’âme de la panne devient préjudiciable et conduit
à des sections de panne importante.
La solution consiste à réduire la portée transversale des pannes en les reliant
entre-elles par des liernes situés à mi-porté. Chaque fois que les pannes en
profilés sont disposées normalement au versant, il convient de les entretoisées
par ou plusieurs cours de liernes en fer rond ou en cornière. Ces liernes reliés
entre eux au niveau du faı̂tage permettent d’éviter la déformation latérale des
pannes, très préjudiciable au bon aspect de la couverture.
Détermination de l’effort maximal aux liernes :

A. DOUMBIA et R. DIARRA 19 sur 75


=Compte
×
tenu de la faible inertie transversale des pannes et dès lors que la pente des versants atteint
10% l’effet de la charge Qy (Qy=Pusin la charge perpendiculaire l’âme de la panne devient préjudiciable
et conduit des sections de panne importante.
Calcul de l’angle
Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant
La solution
,
consiste réduire la portée transversale des pannes en les reliant entre-elles par des liernes
tan situés
= mi-porté.=Chaque
34,60° fois que les pannes en profilés sont disposées normalement au versant, il
convient de
La réaction les entretoisées
au niveau par du
ou plusieurs
lierne cours
: de liernes en fer rond ou en cornière. Ces liernes reliés
,
D’oùentre
= eux au niveau
= du faîtage permettent d’éviter la déformation latérale des pannes, très préjudiciable
3,62
au bon×aspect ,
de la couverture.

Détermination de l’effort maximal aux liernes


= 0,73 /

La réaction au niveau du lierne

= 1,25 = 1,25 × 0,73 = 2,74 /2 /2

L’effort normal de traction dans le tronçon de lierne L1 provenant


î ède la panne sablière vaut

= =
Figure
,
= 1,37
2.11 – Chargement de la panne influent sur les liernes

L’effort normal de traction dans1,


le25P uy `de lierne
tronçon 1, 25
L × 0, 73 × 6
R= = = 2, 74 kN
= + = 1,37 + 2,74 = 4,11 2 2
L’effort normal
L’effort normal de traction
de traction dans le tronçon de lierne L1 provenant de la panne
dans les diagonales
sablière vaut :
T1 ==× R2 = 2,74 2 = 1, 37 kN è
L’effort normal de traction dans le tronçon de lierne L2
Calcul de l’angle
T2 = T1 + R = 1, 37 + 2, 74 = 4, 11 kN
,
tan =
L’effort normal=de 34,60°
traction dans les diagonales
T2
TD’où
3 = 2=sin β , = 3,62
× ,
Calcul de √ l’angle β
22 +0,52
tan β = 3 ⇒ β = 34, 60◦ = 0,73 /
T3 = 2 sin4,11
34,60 = 3, 62 kN
Calcul de la section des liernes /2 /2

î è

Figure 2.12 – Distribution des liernes dans les différents tronçons

La condition de résistance est :

Afy T γM O
T ≤ ⇒A≥ (2.8)
γM 0 fy
Le tronçon le plus sollicité est L2
3
A ≥ 4,11×10
235 = 17, 49 mm2
La section étant en barre rond le diamètre sera donc :

20 sur 75
CHAPITRE 2. CALCUL DES PANNES

r r
4A 4×17,49
D≥ π = π = 4, 72 mm
Retenons D = 5 mm comme section pour les liernes
Remarque : Les liernes sont des tirants qui fonctionnent en traction, qui sont
soumis à des efforts croissants au fur et à mesure qu’ils se rapprochent du
faı̂tage. Les efforts de traction sollicitant les liernes ne peuvent pas être attachés
aux pannes faı̂tières, qui périraient transversalement. Ils sont donc transmis aux
fermes par des tirants en diagonale appelés bretelles.

A. DOUMBIA et R. DIARRA 21 sur 75


Chapitre 3

Calcul de la ferme
3.1 Évaluation et combinaison des charges
La surface de charge vaut S = 6 × 2 = 12 m2
Les charges permanentes
Tôles et accessoires : 17 × 12 = 204 kg
Panne IPE 140 : 12, 9 × 6 = 77, 4 kg
Isolation : 15 × 2 × 0, 30 × 6 = 54 kg
Poids propre de la ferme : 40 × 12 = 480 kg
Contreventement : 8 × 12 = 96 kg
L’effort dû aux charges permanentes vaut :

g = 204 + 77, 4 + 54 + 480 + 96 = 911, 4 kg = 9, 11 kN

Les charges d’exploitation


Elle a la même charge d’exploitation que pour la panne :

q = 0, 75 × 12 = 9kN

La combinaison ultime des charges :

P = 1, 35g + 1, 5q = 1, 35 × 9, 11 + 1, 5 × 9 = 26 kN

3.2 Détermination des efforts dans les barres


Les réactions d’appuis :
X = 0 ⇒ HA = 0
P

Y = 0 ⇒ VA + VM = 6P
P

A cause de la symétrie de la ferme nous avons : VA = VM = 3P = 78 kN


Section 1-1 : voir le schema de calcul figure 3.2
N4x = N4 cos α et N4y = N4 sin α
N3x = N3 cos β et N3y = N3 sin β

22
Détermination des efforts dans les barres
CHAPITRE 3. CALCUL DE LA FERME
En calculant une ferme, on admet que toutes les barres sont articulées dans les nœuds.

P
Y P P
P
P
H 16
12 J
8 F 20 L
P/2 24 P/2
4 D
13 N
B 9 17 21
2 5 25
X
A
1 C 6 E 10 G 14 I 18 K 22 M

2m 2m 2m 2m 2m 2m

Les réactions d’appuis : Figure 3.1 – Modélisation de la ferme


=0 =0
Nous avons α = 14, 04 et β = tan−1 AB AC = tan−1 1,5
2 = 53, 13◦
= 0P M/O + = 0=⇒6 1, 5N3x + 6N3y − 6VA + 3P = 0
6VA −3P
⇒ N = 1,5 cos α = 68, 42 kN Y
causePde la symétrie de3 la ferme noussinavons
β+6 = = 3 = 78
M/C = 0 ⇒ 1, 5N4x + 2N4y + 2VA − P = 0
P −2VA
Détermination des ⇒efforts
N4 = dans les barres
1,5 cos α+2 sin β = −44, 66 kN
M/B = 0 ⇒ N1 = 0 P/2
P
Section 1-1 :
Nœud A : B
= Y =
cos et 0 ⇒
= N2sin= −VA = −78kN
P

1,5 m
Section 2-2 : voir le schéma de calcul figure 3.3 X
= cos et = sin O A
C
,
Nous avons = 14,04° = tan = tan = 53,13°

=0 1,5 +6 6 +3 =0 6m 2m

= = 68,42
,
/2
=0 1,5 +2 +2 =0
Y

= 44,66
,
1,5

=0 =0
A X
Nœud A
=0 78 6 2
Section 2-2 :
= sin et Figure
= cos 3.2 – Schéma de calcul de la section 1 et du nœud A
P
= cos =
N et N = sin
8x 8 cos α et N8y = N8 sin α P/2 D
N7x = N7 cos γ et N7y = N7 sin γ B
Avec = 14,04° = tan = tan = 45°
2m

A. DOUMBIA et R. DIARRA A sur 75


23 E
=0 2 +8 6 +3 +8 =0 O X
Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant

Nous avons α = 14, 04 et γ = tan−1 DC CE = tan−1 22 = 45◦


M/O = 0 ⇒ 2N7x + 8N7y − 6VA + 3P + 8P = 0
P

6VA −11P
⇒ N7 = 2 cos γ+8 sin γ = 25, 74 kN
M/E = 0 ⇒ 2N8x + 2N8y + 4VA − 2P − 2P = 0
P

4P −4VA
⇒ N8 = 2 cos α+2 sin α = −85, 76 kN
M/C = 0 ⇒ 2N6 − 2VA + P = 0
P

⇒ N6 = 2VA2−P = 65 kN
Nœud D :
Y = 0 ⇒ N5 = N8y − (P + N7y + N4y ) = −69, 78 kN
P

Section 3-3 :voir le schema de calcul figure 3.4

/2 2

6 2 2

Figure 3.3 – Schéma de calcul de la section 2 et du nœud D

N12x = N1 2 cos α et N12y = N1 2 sin α


N11x = N1 1 cos θ et N11y = N1 1 sin γ
Nous avons α = 14, 04 et θ = tan−1 GE FE
= tan−1 2,5
2 = 51, 34◦
M/O = 0 ⇒ 2, 5N11x + 10N11y − 6VA + 10P + 8P + 3P = 0
P

6VA −21P
⇒ N1 1 = 2,5 cos θ+10 sin θ = −8, 32 kN
M/E = 0 ⇒ 2, 5N12x + 2N12y + 6VA − 2P − 4P − 3P = 0
P

9P −6VA
⇒ N1 2 = 2,5 cos α+2 sin α = −80, 40 kN
M/D = 0 ⇒ 2, 5N1 0 − 4VA + 2P + 2P = 0
P

−4P
⇒ N6 = 4VA2,5 = 83, 20 kN
Nœud F :
Y = 0 ⇒ N9 = −(P + N12y + N8y + N11y ) = 20, 81 kN
P

Nœud H :
Y = 0 ⇒ N13 = −(P + 2N12y ) = 13 kN
P

Avec N12 = N16


Nœud G (Vérification) :
Y = 0 ⇒ N13 = −2N11y = 13 kN
P

Avec N11 = N15 et N10 = N14

24 sur 75
CHAPITRE 3. CALCUL DE LA FERME

/2

2, 5
6 2 2 2

Figure 3.4 – Schéma de calcul de la section 3 et du nœud F

Figure 3.5 – Schéma de calcul des nœuds H et G

3.3 Dimensionnement des barres


3.3.1 La membrure inférieure
Nmax = 83, 2kN

La condition de résistance de la section


Afy
Nmax ≤ Npl = (3.1)
γM 0
D’où nous avons :
Nmax γM 0 832
⇒A≥ = = 3, 54 cm2
fy 235
Retenons la section : 2L 45 × 45 × 5 avec g = 1 cm
A = 2A0 = 2 × 4, 30 = 8, 6 cm2

A. DOUMBIA et R. DIARRA 25 sur 75


19 25,74
Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant
15 8,32
25 78
21 Table 3.1 – Résumé des efforts dans les barres
69,78 Effort dans les barres
17 Élément N ◦ desbarres 20,81
Compression (-) en kN Traction (+) en kN
3 4 et 24 13 44,66
Membrures supérieures 8 et 20 85,76
12 et 16 80,40
1 et 22 0
Membrures inférieures 6 et 18 65
Dimensionnement des barres 10 et 14 83,2
3 et 23 68,42
Diagonales 7 et 19 25,74
11 et 15 8,32
2 et 25 78
Montants 5 et 21 69,78
on 9 et 17 20,81
13 13
, × × ×
= 3,54

=1

Figure 3.6 – Section en double cornière de la membrure inférieure

1,78 ] = 70,18 2Iy0 = 2 × 7, 84 = 15, 68 cm2


Iy = r
r
iy = IAy = 15,68 8,6 = 1, 35 cm
g
∆ = d + 2 = 1, 28 + 0, 5 = 1, 78 cm
2[Iz0 +rA∆2 ] = 2[7, 84 + 8, 6 × 1, 782 ] = 70, 18 cm4
Iz = r
iz = IAz = 70,18 8,6 = 2, 86 cm
ly = 0, 9l0 dans le plan de la ferme
la fermelz = l0 dans le plan perpendiculaire à la ferme
l0 = 2 cos α = 2 cos 14, 04 = 1, 94 md’oùly = 1, 75 metlz = 1, 94 m
d’où =λ1,75y = iy = 1,35 =
ly 175
= 1,94 194
129, 63etλz = ilzz = 2,86 = 67, 83

,
= 67,83
λmax = λy < λlim = 400 OK

26 sur 75
CHAPITRE 3. CALCUL DE LA FERME

on 3.3.2 La diagonale
, × × × N = 68, 42 kN (traction)
= 3,54 de résistance de la section
La condition

=1

Figure 3.7 – Section en double cornière de la diagonale

Afy
1,78 ] = 70,18 Nmax ≤ Npl = (3.2)
γM 0
D’où nous aurons comme section :
Nmax γM 0 684, 2
⇒A≥ = = 2, 91 cm2
fy 235

Retenons le section : 2L 45 × 45 × 5 avec g = 1 cm


la ferme
A = 2A0 = 2 × 4, 30 = 8, 6 cm2
2Iy0 = 2 × 7, 84 = 15, 68 cm2
Iy = r
d’où = 1,75 r = 1,94
iy = IAy = 15,68 8,6 = 1, 35 cm
∆ = d + g2 = 1, 28 + 0, 5 = 1, 78 cm
= 67,83
,
2[Iz0 +rA∆2 ] = 2[7, 84 + 8, 6 × 1, 782 ] = 70, 18 cm4
Iz = r
iz = IAz = 70,18 8,6 = 2, 86 cm
ly = 0, 9l0 dans le plan de la ferme
lz = l0 dans le plan perpendiculaire à la ferme
l0 = 3 m d’où ly = 2, 7 m et lz = 3 m
λy = ilyy = 1,35
270 300
= 200 et λz = ilzz = 2,86 = 104, 90

λmax = λy < λlim = 400 OK

3.3.3 La membrure supérieure


N = −85, 76 kN (compression) La condition de résistance de la
section(CM66) est :
kN
σmax = ≤ σe (3.3)
A
A. DOUMBIA et R. DIARRA 27 sur 75
= 5,90
Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant

1 = 13,82

] = 178,14

= 2,06 Figure 3.8 – Section en double cornière de la membrure supérieure

Donc nous avons :


kN 1, 651 × 857, 6
A≥ = = 5, 90 m2
σe 240
3
Avec λ = 90 ⇒ k = 1, 651
Supposons 2L 60 × 60 × 6 avec A = 2 × 6, 91 = 13, 82 cm2
Les caractéristiques de la section sont :
05 Iy = 2Iy0 = 2 × 22, 79 = 45, 58 cm4
∆ = d + g2 = 1, 69 + 0, 5 = 2, 19 cm
Iz = 2[Iz 0 + A∆2 ] = 2[22, 79 + 13, 82 × 2, 192 ] = 178, 14 cm4
ly = 0, 9l0 dans le plan de la ferme
lz = √
l0 dans le plan perpendiculaire à la ferme
l0 = 22 + 0, 52 = 2, 06 m d’où ly = 1, 85 m et lz = 2, 06 m
L’effort critique élastique de la section :
2 2 −2
Ncr,y = πL2EIy = π ×210×45,58×10
1,852 = 276, 03 kN
cr,y
2 −2
π 2 EIz
Ncr,z = = π ×210×178,14×10
L2cr,z 2,062 = 870, 05 kN
L’élancement
r réduit
r de la barre :
Afy 138,2×235
λ̄y = Ncr,y = 276,03 = 1, 08
r r
Afy
λ̄z = = 138,2×235
Ncr,z 870,05 = 0, 61
Les effets du flambement ne peuvent pas être négliger puisque λmin = λz =
0, 52 > 0, 2 et NNcr > , alors nous devons vérifier la condition de résistance au
e négliger puisque = = 0,52 > 0,2 et
flambement pour les éléments comprimés.
> alors
ce au flambement pour les éléments comprimés.
NEd = N ≤ Npl,Rd (3.4)
= , 28 sur 75
25,74
8,32 CHAPITRE 3. CALCUL DE LA FERME

78
69,78 de réduction
Le coefficient
Notre section choisie est en L donc la courbe de flambement est la courbe b
alors α = 0, 34 20,81
Dans le plan Y-Y 13
φ = 0, 5[1 + α((λy ) − 0, 2) + λ̄y ] = 0, 5[1 + 0, 34(1, 08 − 0, 2) + 1, 082 ] = 1, 23
2

χy = √1 2 2 = √1 2 = 0, 55
φ+ φ −λ̄y 1,23+ 2
1,23 +1,08
Dans le plan Z-Z
φ = 0, 5[1 + α((λz ) − 0, 2) + λ̄2z ] = 0, 5[1 + 0, 34(0, 61 − 0, 2) + 0, 612 ] = 0, 76
χz = √1 2 2 = √1 2 = 0, 82
nsionnement des
φ+ φ −λ̄
barres
z0,76+ 0,76 +0,61 2

La résistance de flambement selon l’euro-code est :


Le coefficient de réduction est :χ = 0, 55
Npl,Rd = χ γAfy
M0
= 0, 55 × 1,382×235
1,1 = 162, 39 kN
Le taux de travail est :
NEd 85, 76
= = 0, 53 < 1 Ok
Npl,Rd 162, 39

3.3.4 Le montant
×
= 3,54 N = −78 kN (compression) La condition de résistance de la sec-

=1

Figure 3.9 – Section en double cornière du montant


tion(CM66) est :
kN
σmax = ≤ σe (3.5)
70,18 A
Donc nous avons :
kN 1, 651 × 780
A≥ = = 5, 36 m2
σe 240
Avec λ = 90 ⇒ k = 1, 651
Supposons 2L 50 × 50 × 5 avec A = 2 × 4, 80 = 9, 60 cm2
Les caractéristiques de la section sont :
me A. DOUMBIA et R. DIARRA 29 sur 75
Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant

Iy = 2Iy0 = 2 × 10, 96 = 21, 92 cm4


∆ = d + g2 = 1, 40 + 0, 5 = 1, 90 cm
Iz = 2[Iz 0 + A∆2 ] = 2[10, 96 + 9, 60 × 1, 902 ] = 73, 23 cm4
ly = 0, 9l0 dans le plan de la ferme
lz = l0 dans le plan perpendiculaire à la ferme
l0 = 2 m d’où ly = 1, 8 m et lz = 2 m
L’effort critique élastique de la section :
2 2 −2
Ncr,y = πL2EIy = π ×210×21,92×10
1,8 2 = 140, 22 kN
cr,y
2 −2
π 2 EIz
Ncr,z = = π ×210×73,23×10
L2cr,z 22 = 379, 81 kN
L’élancement
r réduit
r de la barre :
Afy 96×235
λ̄y = Ncr,y = 140,22 = 1, 27
r r
λ̄z = NAfcr,zy = 96×235
379,81 = 0, 77
Les effets du flambement ne peuvent pas être négliger puisque λmin = λz =
0, 77 > 0, 2 et NNcr > , alors nous devons vérifier la condition de résistance au
flambement pour les éléments comprimés.

NEd = N ≤ Npl,Rd (3.6)

Le coefficient de réduction
Notre section choisie est en L donc la courbe de flambement est la courbe b
alors α = 0, 34
Dans le plan Y-Y
φ = 0, 5[1 + α((λy ) − 0, 2) + λ̄2y ] = 0, 5[1 + 0, 34(1, 27 − 0, 2) + 1, 272 ] = 1, 49
χy = √1 2 2 = √1 2 = 0, 44
φ+ φ −λ̄y 1,49+ 2
1,49 +1,27
Dans le plan Z-Z
φ = 0, 5[1 + α((λz ) − 0, 2) + λ̄2z ] = 0, 5[1 + 0, 34(0, 77 − 0, 2) + 0, 772 ] = 0, 89
χz = √1 2 2 = √1 2 2
= 0, 75
φ+ φ −λ̄z 0,89+ 0,89 +0,77
La résistance de flambement selon l’euro-code est :
Le coefficient de réduction est :χ = 0, 44
Npl,Rd = χ γAfy
M0
= 0, 44 × 0,96×235
1,1 = 90, 24 kN
Le taux de travail est :

NEd 78
= = 0, 92 < 1 Ok
Npl,Rd 90, 24

Remarque : Pour les barres à efforts nuls (cas de barres 1 et 22), ces membrures
ne sont pas sans utilités, même si elles ne sont pas soumises à des efforts lors
de mises en charges particulières .en effet, elles peuvent être sollicitées si les
conditions de charges changent et sont nécessités pour maintenir la fermes dans
la forme désirée.

30 sur 75
CHAPITRE 3. CALCUL DE LA FERME

Table 3.2 – Résumé des sections des barres


Élément Section Longueur (m) Poids(kg/ml) Poids (kg)
Membrure supérieure 2L 60 × 60 × 6 12,40 10,85 134,54
Membrure inférieure 2L 45 × 45 × 5 12 6,75 81
Diagonale 2L 45 × 45 × 5 17,06 6,75 115,16
Montant 2L 50 × 50 × 5 15 7,54 113,1

3.3.5 Vérification du poids propre de la ferme :


Lors de calcule des charges nous avons estimé le poids propre de la
ferme à : 40kg/m2 de la surface horizontale de la construction.
Nous avons pour les éléments de la ferme un poids total de : 134, 54 + 81 +
115, 16 + 113, 1 = 443, 8 kg.
Cela nous ajoutons forfaiture 20% pour tenir compte du poids des goussets, des
boulons, des contreventements verticaux entre fermes et de la ferme.
Poids total de la ferme : W = 443, 8 + 1, 20 = 532, 56 kg

S = 6 × 12 = 72 m2 soitW = 7, 40 kg/m2 < 40kg/m2 Ok

3.4 Assemblages des nœuds


Les assemblages seront réalisés par soudure. Pour cela on utilisera
des cordons latéraux pour fixer les barres sur les goussets. Ainsi on calculera
seulement les cordons latéraux, les cordons frontaux seront utilisés simplement
pour renforcer la solidité de la fixation.
Pour chaque type d’élément, on calculera seulement la longueur des cordons de
l’élément le plus sollicité ; et cette longueur sera appliquée aux autres éléments
de sa famille.
Les cordons d’angle se calculent avec un coefficient de réduction :
α = 1 si a ≤ 4mm et α = 0, 8(1 + a1 ) si a > 4mm
Pour la soudure le calcul est fait de la manière suivante :
Pour le cordon frontal : 0,85lNf αa ≤ σe ⇒ lf ≥ 0,85σ N
e αa
N N
Pour le cordon latéral : 0,75lt αa ≤ σe ⇒ lt ≥ 0,75σe αa
Pour respecter la disposition constructive (réaliser des cordons de
diamètre supérieur à 4 mm et de longueur supérieure à 50mm) la
longueur de soudure minimale est 8 cm.

3.5 Calcul de l’échantignolle :


L’échantignolle est un dispositif de fixation permettant d’attacher les
pannes aux fermes.

A. DOUMBIA et R. DIARRA 31 sur 75


Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant

Table 3.3 – Calcul des longueurs de soudure


Éléments N◦ des barres Effort a α lf lt
4 et 24 44,66 10 0,88 2,49 2,82
Membrure supérieure 8 et 20 85,76 10 0,88 4,78 5,41
12 et 16 80,40 10 0,88 4,48 5,08
2 et 21 78 10 0,88 4,34 4,92
5 et 21 69,78 10 0,88 3,89 4,41
Montant
9 et 17 20,81 10 0,88 1,16 1,31
13 13 10 0,88 0,72 0,82
3 et 23 68,42 10 0,88 3,81 4,32
Diagonale 7 et 19 25,74 10 0,88 1,43 1,63
11 et 17 8,32 10 0,88 0,46 0,53
1 et 22 0 10 0,88 0 0
Membrure inférieure 6 et 18 65 10 0,88 3,62 4,10
10 et 14 83,2 10 0,88 4,63 5,25

L’effort de résistance de l’échantignolle est le moment de renverse-


ment du aux chargements.
Calcul des charges revenant à l’échantignolle :
L’excentricité t est limitée par les conditions suivantes :
2b 3b
2 ≤t ≤ 2
Pour l’IPE 140 nous avons : 7, 3 cm ≤ t ≤ 10, 95 cm soit t = 10 cm
Rr = 2Q2uz lz = 2×2,91×6
2 = 17, 46 kN
Le moment de renversement est :
M = Rr t = 17, 46 × 0, 10 = 1, 75 kN.m
Dimensionnement de l’échantignolle :
1,75×103
M ≤ Mel,Rd = WγM el fy
0
⇒ W el ≥ M γM 0
fy = 235 = 7, 45 cm3
r r
ae2 6Wel 6×7,45
Wel = 6 ⇒e= a = 14 = 1, 78 cm
Retenons e = 18 mm

32 sur 75
, = = = 7,45

CHAPITRE 3. CALCUL DE LA FERME

× ,
= = = = 1,78

= 18

Panne de toiture

L’échantignolle

Membrure supérieure de la
ferme de toiture (2L 60x60x6)

Figure 3.10 – Vue perspective de l’échantignolle

Calcul de l’échantignolle
un dispositif de fixation permettant d’attacher les pannes aux fermes.

ce de l’échantignolle est le moment de renversement du aux chargements.

revenant l’échantignolle

limitée par les conditions suivantes

s avons 7,3 10,95 soit = 10


×
= 17,46

ersement est

× 0,10 = 1,75 .

t de l’échantignolle
Figure 3.11 – Coupe de l’échantignolle
, ×
= = 7,45

× ,
= = 1,78
A. DOUMBIA et R. DIARRA 33 sur 75
Chapitre 4

La poutre de roulement
Données du pont roulant :

lp = 10, 5 m

a = 2, 5 m

39343-2
B = 3, 5 m

tinue de la vitesse permet une manipulation en douceur deQ


lan,nom
charge.= 150 kN

Qc1 = 100 kN

Qc2 = 50 kN

Pont posé monopoutre


avec poutre en profilé laminé
HC3 Pont suspendu monopoutre
avec poutre en profilé laminé
(EPKE) (EPDE) ou poutre caisson
(EKDE)

Pont posé monopoutre Pont posé bipoutre


avec poutre caisson (EKKE) avec poutre caisson
(ZKKE)

Figure 4.1 – disposition de l’appareil de levage en charge pour obtenir le char-


gement maximal de la poutre de roulement

3
34
= 3,5
CHAPITRE 4. LA POUTRE DE ROULEMENT
, = 150

= 100
4.1 Détermination des
= 50charges :

3
4.1.1 Les charges verticales
I Détermination des charges
1.1 Les charges verticales
La somme des charges maximales Qr,max par chemin de roulement
La charge maximale par galet
de l’appareil de
 levage en charge :  
Qc1 lp −emin lp −emin
Qr,max ,= ϕ=1 2 + + Qc2
lp + +, ϕ2 Qn,nom
P
lp
0, 9 ≤ 0,9
ϕ1 ≤ 1, 1,1
1 ;; ϕ2= = ϕ2min +
+ β 2 Vn
Soit ϕ1 = 1, 1 ; ϕ2 =1, 2 et emin  = 0
Soit = 1,1 ; = 1,2100 = 0 10,5−0
 
D’où Qr,max = 1, 1 2 + 50 10,5 + 1, 2 × 150 10,5−0
P
, ,
10,5
P D’où= 290
Qr,max , = 1,1
kN + 50 + 1,2 × 150
, ,

, = 290
La somme des charges maximales d’accompagnement Qr(max) par
La somme des charges d’accompagnement par galet de l’appareil de levage
chemin de roulement  de l’appareil
  de levage en charge
Qr,(max),( = )ϕ=1 2c1 +
Q
+ Qc2 emin + +, ϕ2 Qn,nom emin
P
  lp  lp
100 0 0
Qr,(max),( = )1,
=11,1
2 + 50 , 10,5
+ 50 + 1,2 + 1, 2 ,× 150 × 10,5
× 150
P

Qr,(max),( = )55
= 55kN
P

,( )
, , , ,( ) ,( )

Figure : disposition de l’appareil de levage à vide pour obtenir le chargement maximal de la poutre de roulement
Figure 4.2 – disposition de l’appareil de levage en charge pour obtenir le char-
gement maximal de la poutre de roulement

PLa charge maximale par galet de l’appareil de levage en charge


Qr,max
Qr,max = 2 = 290
2
Qr,max = 145 kN
La charge d’accompagnement par galet de l’appareil de levage en
charge P
Qr,(max)
Qr,(max) = 2 = 55
2
Qr,(max) = 27, 5 kN
ϕ1 = 1, 1 sans masse à lever Qr,min

Fϕ,k = ϕi Fk

Qc1,ϕ,k = ϕ1 Qc1 = 1, 1 × 100 = 110 kN


Qc2,ϕ,k = ϕ2 Qc2 = 1, 2 × 50 = 60 kN

A. DOUMBIA et R. DIARRA 35 sur 75


,
, = =
Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant
, = 145

( )
La) = somme = des charges minimales Q
(
r,min par chemin de roulement de
l’appareil( de) =levage
27,5 à vide :
Qc1,ϕ,k 110
Qr,min = 2 = 2 = 55 kN
P

La charge minimale =par galet de l’appareil de levage à vide


= 1,1 × 100 = 110
Qr,min 55 , ,
Qr,min = 2 2 = 27, 5 kN
, , = = 1,2 × 50 = 60

La charge minimale par galet de l’appareil de levage vide


La somme des charges minimales d’accompagnement Qr(min) par che-
min de roulement
, = de l’appareil
=
, ,
= 55 de levage à vide
Qc1,ϕ,k 110
Qr,(min) = 2 + Qc2,ϕ,k = 2 + 60 = 115 kN
P
,
, = = = 27,5

La charge d’accompagnement par galet de l’appareil de levage vide


La charge d’accompagnement par galet de l’appareil de levage à vide
Q
Qr,(min) = ( r,(min)
) =
2 =+115
2 ,=, =
, ,
57, 5+ 60
kN = 115

( )
( ) = = = 57,5

, , ,( ) ,( ) ,( )
,

Figure : disposition de l’appareil de levage à vide pour obtenir le chargement minimal de la poutre de roulement
Figure 4.3 – disposition de l’appareil de levage à vide pour obtenir le charge-
1.2 Les charges horizontales
ment minimal de la poutre de roulement
Il convient de tenir compte des types suivants des forces induites par des ponts
roulants
Force horizontale produite par des accélérations ou décélérations de l’appareil
de levage lors de ses déplacements.
Force horizontale produite par des accélérations ou décélérations du chariot lors
de son déplacement sur le pont.
Forces horizontales produites par la marche en crabe
4.1.2 Les charges horizontales
Forces de tamponnement liées au déplacement de l’appareil de lavage.
Forces de tamponnement liées au déplacement du chariot ou du chariot
∗ Il convientsuspendu.
de tenir compte des types suivants des forces induites par des
ponts roulants :

• Force horizontale produite par des accélérations ou décélérations de


l’appareil de levage lors de ses déplacements.
• Force horizontale produite par des accélérations ou décélérations du
chariot lors de son déplacement sur le pont.
• Forces horizontales produites par la marche en crabe
• Forces de tamponnement liées au déplacement de l’appareil de levage.
• Forces de tamponnement liées au déplacement du chariot ou du cha-
riot suspendu.
∗ Sauf spécification contraire, il convient de ne considérer qu’un seul des
cinq types des forces horizontales dans un même groupe de composante
de charge simultanément des appareils de levage.

36 sur 75
appareils de levage.
CHAPITRE 4. LA POUTRE DE ROULEMENT

, ,

,
,

, ,

Figure : disposition des forces horizontales longitudinales et transversales exercées par les galets produites lors des
Figure
accélérations4.4 – décélérations.
et des Disposition des forces horizontales longitudinales et transversales
exercées par les galets produites lors des accélérations et des décélérations
Les forces longitudinales

= =
Les forces longitudinales
= nombre de poutre de roulement
K
HL1 = HL2 = ϕ5 nr
= force d’entrainement
nr nombre de poutre de roulement
K : force d’entrainement
= coefficient dynamique
ϕ5 coefficient dynamique
=
K= K1++ K =
2 =µ
, P = 0,2 × 27,5 = 5,5
Qr,min = 0, 2 × 27, 5 = 5, 5
, ,
K= 5, 5 kN
= 5,5
HL1 = HL2 = 1,, 5 × 5,5 2 = 4, 125Figure
kN : disposition des forces horizontales longitudinales exercées par les galets
= = 1,5 = 4,125

Les forces transversales


Les forces transversales
=

M
HT 1 == ϕ5 ξ2
a
= 2 nombre de système d’entrainement par galet

= 0,2 coefficient de contact acier-acierHT 2


M
= ϕ 5 ξ1
a
,
= = = 0,84
mw = 2 nombre
, ( de) système d’entrainement par galet
µ ==0,1 2 coefficient
P= 1 0,84 de contact acier-acier
= 0,16
Q 290
ξ1 == P(Qr,max0,5r,max
+ ) =Q10,5
P = 0,5
(0,84 290+55
r,(max)
= 0, 84
) = 3,57
ξ2 = 1 − ξ1 = 1 − 0, 84 = 0, 16
ls = lp (ξ1 − 0, 5) = 10, 5(0, 84 − 0, 5) = 3, 57 m

M = K × ls = 5, 5 × 3, 57 = 19, 64 kN m

D’où HT 1 = 1,50×0,16×19,64
2,5 = 1, 89 kN
Et HT 2 = 1,50×0,84×19,64
2,5 = 9, 90 kN

A. DOUMBIA et R. DIARRA 37 sur 75


, × , × ,
Et = = 9,90
,
Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant
Forces longitudinales et forces transversales dues la marche en crabe de l’appareil de
levage
, = 290 = 55
(, )

,
,
,

= 2,5
, ,

= 3,54
= +
6 6

= 10,08 = 1,92
= 12

Figure : disposition des forces horizontales transversales exercées par les galets
Figure 4.5 – Disposition des forces horizontales transversales exercées par les
Forces de guidage
galets
= ,

Forces =longitudinales
0,3( ) HLi et forces transversales HT i dues à la marche
en crabe,
de l’appareil de levage
=

• Forces
, = de guidage
S , ==f αs,j Qr
P

f = 0, 3(1 − e−250α )
=
H,S1,JL = f αS1JL Qr
P

HS2,JL = f αS2JL Qr2


P
1 3
, , , , , ,
HS1,JT = f αS1JT Qr
P
4
HS2,JT = f αS2JT Qr
P

• L’angle α est déterminé en fonction de :


5 Figure : disposition des forces horizontales exercées par les galets
§ L’espace entre le dispositif de guidage et les rails(x)
§ Une variation dimensionnelle raisonnable(α0 )
§ L’usure des galets et des rails(y)
α = α0 + αV + αF ≤ 0, 015 rad
0, 75x
αF =
aext
0, 75x ≥ 5 mm pour les galets de guidage.
0, 75x ≥ 10 mm pour les flasques de galets porteurs.
y
αV =
aext
y ≥ 0, 03b(mm) pour les galets de guidage.
y ≥ 0, 1b(mm) pour les flasques de galets porteurs.

38 sur 75
CHAPITRE 4. LA POUTRE DE ROULEMENT

α0 = 0, 001 rad
aext : distance longitudinale entre les dispositifs de guidage extérieurs ou
les flasques de galets porteurs sur le rail de guidage.
b est la largeur de la tête du rail
x est le gabarit entre le rail et le dispositif de guidage
y est l’usure de la tête du rail et le dispositif de guidage
α0 est la tolérance angulaire entre les directions du rail et celle des galets.
10
αF = 2500 = 4 × 10−3 rad
αV = 0,1×50
2500 = 2 × 10
−3
rad
α = 10  + 4 × 10 + 2 × 10−3 = 7 × 10−3 rad
−3 −3
−3
f = 0, 3 1 − e−250×7×10 = 0, 25 < 0, 3
• La distance h
mξ1 ξ2 `2 + ej
P
h=
ej
P

h est la distance entre le centre instantanné de rotation et le dispositif


de guidage concerné.
m est le nombre de galets de paires couplés ( m=0 pour le nombre de
pair de galet indépendant)
ξ1 ` est la distance entre le centre instantané de rotation et le rail 1.
ξ2 ` est la distance entre le centre instantané de rotation et le rail 2.
ej est la distance entre le paire de galet J et le dispositif de guidage
concerné.

0 + 2, 52
h= = 2, 5 m
2, 5
• le coefficient de force λ
λS1,L = 0 et λS2,L = 0 P
λS = λS1 = λS2 = 1 − nhej = 1 − 2,5
2×2,5 = 0, 5
 
ξ2 e1 0,16 0
 
j = 1 ⇒ λS1,1T = n 1 − h = 2 1 − 2,5  = 0, 08
ξ2 e2 0,16 2,5
 
j = 2 ⇒ λS1,2T = n 1 − h = 2 1 − 2,5  = 0
ξ1 e1 0,84 0
 
j = 1 ⇒ λS2,1T = n 1 − h = 2 1 − 2,5  = 0, 42
0,84
ξ1 e2
1 − 2,5
 
j = 2 ⇒ λS2,2T = n 1 − = h 0 2 2,5 =
HS1,JL = HS2,JL = 0
Qr = Qr,max + Qr,(max) = 290 + 55 = 345 kN
P P P

HS1,1T = 0, 25 × 0, 08 × 345 = 6, 9 kN
HS1,2T = HS2,2T = 0
HS2,1T = 0, 25 × 0, 42 × 345 = 36, 23 kN

S = HS1,1T + HS1,2T + HS2,1T + HS2,2T = 6, 9 + 36, 23 = 43, 13 kN

A. DOUMBIA et R. DIARRA 39 sur 75


Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant

,
= 0,5
× ,

= 0,08
,

,
=0
,

,
= 0,42
, , ,, , ,,

, ,
=0 , , , , , ,
,

290 + 55

9
Figure : position des forces longitudinales et transversales dues à la
Figure 4.6 – position des forces longitudinales et transversales dues à la marche
marche en crabe
en crabe

6,23 La force horizontale produite lors des accélérations et des décélérations


du chariot
= 6,9 + 36,23
Elle est pris égale à 10% du poids à lever et du poids propre du
chariot.
= 43,13
HT,3 = 0, 1(150 + 50) = 20 kN
rs des accélérations et des décélérations du chariot
La force de tamponnement
ds lever et du poids propre du chariot.
• HB1 est la force de tamponnement liée au déplacement de l’appareil de
, = 0,1(150 + 50) =√20
levage.
HB1 = ϕ7 V1 mc SB
ion accidentelle) 40 sur 75
CHAPITRE 4. LA POUTRE DE ROULEMENT

ϕ7 est le coefficient dynamique dépendant de la caractéristique du tam-


pon
0 ≤ ξb ≤ 0, 5 ⇒ ϕ7 = 1, 25
0, 5 ≤ ξb ≤ 1 ⇒ ϕ7 = 1, 25 + 0, 7(ξ1 b − 0, 5)
V1 est égale à 70% de la vitesse de déplacement longitudinale (m/s)
mc est le total de la masse de l’appareil de levage et de la masse à lever
(kg)
SB est la constante de raideur du tampon
• HB2 : la force de tamponnement liée au déplacement du chariot

HB2 = HT 3

La charge de fatigue
Elle peut être spécifiée comme suit :

Qc = ϕf at λi Qmax,i

Qmax,i est la valeur maximale de la charge caractéristique verticale du galet i.


λi = λ1,i + λ2,i est le coefficient de dommage équivalent pour tenir compte du
spectre de charge de fatigue normalisée applicable et du rapport entre le nombre
réel du cycle de charge et le nombre N = 2 × 106

• Les coefficients dynamiques :


ϕf at,1 = 1+ϕ2 =
1 1+1,1
2 = 1, 05 Sur le poids propre de l’appareil de levage
1+ϕ2 1+1,2
ϕf at,2 = 2 = 2 = h1, 10 Sur la masse à lever
1 Qc1 `−emin
+ 12 ϕf at,2 Qn `−e`min
i h i
ϕf at,i Qmax,i = 2 ϕf at,1 2 + Qc2 `
P

   
1 100 10,5−0 1 10,5−0
= 2 × 1, 05 + 50 ×
2 + × 1, 1 × 150 ×
10,5 2 10,5
ϕf at,i Qmax,i = 135 kN
P

• La contrainte normale :
2 × 106 ≤ c ≤ 4 × 106 et 0, 125 ≤ KQ ≤ 0, 25 ⇒ la classe est S6
d’oùλi = 0, 794
Qe = λi × ϕf at,i Qmax,i = 0, 794 × 135 = 107, 20 kN
P

• Contrainte de cisaillement
Qc = λi × ϕf at,i Qmax,i = 0, 871 × 135 = 117, 60 kN
P

4.2 Calcul de la poutre du pont roulant :


Les effets des charges à considérer :
1. Il convient de prendre en compte dans le calcul des poutres de roulement
les sollicitations suivantes provoquées par les charges du pont roulant :

A. DOUMBIA et R. DIARRA 41 sur 75


Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant

o Flexion bi axiale provoquée par les actions verticales et les actions


horizontales
o Traction ou compression axiale provoquée par les actions longitudi-
nales horizontales.
o Torsion provoquée par les excentricités des actions horizontales latérales
par rapport au centre de torsion de la section transversale de la
poutre.
o Les efforts tranchants verticaux et horizontaux provoqués par les ac-
tions verticales et les actions horizontales latérales.
2. Il convient également de tenir compte des efforts locaux dus aux charges
des galets

4.2.1 Résumé des charges :


Voir Tableau 6.2 :

42 sur 75
Table 4.1 – Résumé des charges
Etats limites ultimes

Groupe de charges 1 2 3 4 5 6

Coefficients dynamiques

A. DOUMBIA et R. DIARRA
= 1,10 = 1,10
= 1,00 = 1,00
= 1,20 = 1,00 = 1,00 = 1,00
= 1,50 = 1,50
= 1,50 = 1,50

57,5 57,5 52,27 52,27 52,27 52,27


Poids propre de
Tableau N° Résumé des charges

,( )

l’appareil
27,5 27,5 25 25 25 25
Charges verticales
,

Poids propre de 27,5 27,5 - 25 25 25


l’appareil et de la
,( )

masse à lever
, 145 145 - 131,82 131,82 131,82

, 4,13 4,13 4,13 4,13 - -

Accélération de 4,13 4,13 4,13 4,13 - -


l’appareil de
,

levage
, 1,90 1,90 1,90 1,90 - -

9,90 9,90 9,90 9,90 - -


CHAPITRE 4. LA POUTRE DE ROULEMENT

Charges
horizontales , - - - - 0 -

- - - - 0 -
Mise en crabe
,

, - - - - 6,90 -

- - - - 36,23 -

43 sur 75
,

Accélération du
chariot , - - - - - 20
Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant

4.2.2 Détermination des sollicitations


Pour la détermination des sollicitations de calcul, nous allons exa-
miner tous les cas de chargement possible de la poutre sous l’action du pont
roulant et retenir le cas qui donnera les sollicitations maximales. Pour cela nous
allons utiliser la méthode des lignes d’influence.

Moment de flexion dans le plan vertical

Détermination des distances et des différents moments


aQr,max
x= 2Qr,max= a2 = 2,5
2 = 1, 25 m
x
2 = 0, 625 m ;a − x = 2, 5 − 1, 25 = 1, 25
z = 2` − x2 = 62 − 0, 625 = 2, 375 m
y = 2` − x2 − (a − x) = 2, 375 − 1, 25 = 1, 125 m
M/B = 0 ⇒ VA = R[ (a−x)+y ] = 2Qr,max (a−x+y) = 2×145(2,5−0,625+1,125)
P
` ` 6
⇒ VA = 145 kN
M/A = 0 ⇒ VB = 2Qr,max − VA = 2 × 145 − 145 = 145 kN
P

MD = zVA = 145 × 2, 375 = 344, 38 kNm


MC = yVB = 145 × 1, 125 = 163, 13 kNm
Pour des raisons de sécurité nous allons un moment maximal qui majore le
moment maximal trouvé par calcul de 5%.
Soit Msd = 1, 05 × MD = 1, 05II× 344,
Calcul38
des= sollicitations
362 kNm
Pour la détermination des sollicitations de calcul, nous allons examiner tous les cas de
chargement possible de la poutre sous l’action du pont roulant et retenir le cas qui donnera les
sollicitations maximales. Pour cela M
nous allons utiliser la méthode des lignes d’influence.
sd = 362 kN m
1 Moment de flexion dans le plan vertical

1er cas :

, ,

0,5 0,5

0,5 0,5

,
+ 163,13
344,38

FigureFigure
4.7: Position critique du pont
– Position roulant surdu
critique la poutre
pont et leroulant
diagramme dusur
moment
lafléchissant
poutredansetla le
section
diagramme
du moment
= fléchissant
,
= =
, dans la section
= 1,25
,

= 0,625 ; = 2,5 1,25 = 1,25

= = 0,625 = 2,375 44 sur 75

( )
CHAPITRE 4. LA POUTRE DE ROULEMENT

L’Effort tranchant
M/B = 0 ⇒ VA = Qr,max`(6+3,5) = 145×9,5 = 230 kN
P
6
2,5Qr,max
M/A = 0 ⇒ VB = = 2,5×145 = 60 kN
P
` 6
T1 = VA − Qr,max = 230 − 145 = 85 kN
2 L’Effort tranchant
T2 = VB = 60 kN
( , ) ( , )
Pour tenir= compte
0 = du ,
poids = de la poutre et des forces horizontales dues au
= 230
freinage du pont L’effort, ,
tranchant
, ×
vertical de calcul est :
=0 = = = 60
VV = αVmax = 1, 05 × 85 = 89, 25 kN
L’effort=tranchant, =horizontal
230 145 = 85 de calcul est :
Hmax 85×36,23
VH = V=max Q=max
60
= 145 = 21, 24 kN

, ,

2,5 3

85
+ ,
-
60
Figure : position critique du pont roulant sur la poutre et l’épure de l’effort tranchant
Figure
Pour 4.8
tenir – position
compte du poids critique duet des
de la poutre pont roulant
forces surdues
horizontales la poutre
au freinageetdul’épure
pont : de l’effort
tranchant
L’effort tranchant vertical de calcul est : = = 1,05 × 85 = 89,25
× ,
L’effort tranchant horizontal de calcul est : = = = 21,24
,

4.2.3 Dimensionnement de la poutre de roulement


III Dimensionnement de la poutre de roulement
Supposons
Supposons un IPE 500 un IPE 500 dont les caractéristiques sont les suivantes :
Tableau N° : caractéristique géométrique de la section
Profilé Table
Axe 4.2 – Valeurs caractéristiques
Fort Y-Y Axe Faible Z-Z de la section
Profilé I Wel,yAxe Fort
Wpl,yY-Y iy Avz I Wel,zAxe W pl,z Z-Z I
Fort S I I
IPE
cm4 cm 3 cm 3 cm cm² cm4 cm 3 cm 3 cm cm cm4 cm6
IPE 500 I48200
y W1930
el,y W 2194 iy
pl,y 20,4 Av,z 2142
59,9 Iz Wel,z 336Wpl,z
214 4,31 iy66,8 Ss89,3 It 1249Iz
500 cm4 cm3 cm3 cm cm2 cm4 cm3 cm3 cm cm cm4 cm6
Tableau N° : valeurs des dimensions de la section
48200 1930 2194 20,4 59,9 2142 214 336 4,31 66,8 89,3 1249
Profilé Dimensions Dimensions de construction Surfaces
h b t tf r A h d Ø pmin pmax A A
IPE mm mm mm mm mm cm² mm mm mm mm m²/m m²/t
500 M
500 200 10,2 16,0 21,0 116 468,0 426,0 102 112 1,744 19,23
24
Table 4.3 – Valeurs des dimensions de la section
Profilé Dimensions Dimensions de Surfaces
1. Nuance de l’acier construction
a. Limite
h d’élasticité
b tw tf r A hi d A` Ag
2
IPE 500 mm = 10,2mm mm mm mm cm mm mm m /m m2 /t
2
= = 16 < 40 = 235
500= 16200 10,2 16,0 21,0 116 468,0 426,0 1,744 19,23

A. DOUMBIA et R. DIARRA 45 sur 75


Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant

1. Nuance de l’acier
(a) La limite d’élasticité :
t = max [tw = 10, 2 mm et tf = 16, 0 mm] = 16 mm < 40 mm
D’où fy = 235 M P a
(b) La classe
r
de l’acier :
235
ε = fy = 1
L’aile en console : c = b−tw2−2r = 200−10,2−2×21
2 = 84, 1 mm
c 84,1
tf = 16 = 5, 26 < 9ε = 9 ⇒ l’aile est de classe 1
Partie inférieure comprimée :
c = h − 2tf − 2r = 500 − 2 × 16 − 2 × 21 = 426 mm
c 426
tw = 10,2 = 41, 76 < 72ε = 72 ⇒ classe 1
La section est en conclusion de classe 1.
2. La condition de résistance :
Le moment résistant de la section choisie
3512×235×10−3
Mc,Rd = Mpl,Rd = Wγpl,yM0
fy
= 1 = 750, 29 kN
Vérification de la condition de résistance de la section
My,Rd 362
Mc,RD = 750,29 = 0, 48 < 1 OK

3. Vérification au déversement :
Le moment critique de déversement
v 
2
u !2
π EIz u
u Iw K GIt
Mcr = c1 + + (c2 Z − g)2 − c2 Zg  (4.1)

t
` 2 
Iz Kz 2
π EIz
Le coefficient K est lié à la rotation d’extrémité dans le plan. Il est
analogue au rapport de la longueur de flambement sur la longueur de
la barre pour un élément comprimé. K ne doit pas être pris inférieur à
1,0 sauf si une valeur inférieure à 1,0 peut être justifiée. Le coefficient k
w est lié au gauchissement aux extrémités. Sauf disposition particulière
pour un maintien en gauchissement, Kw doit être pris égal à 1,0. Donc
nous avons : K=1 ; Kw = 1
E est le module de Young E=210 000 MPa
G est le module cisaillement G=80 770 MPa
Zg est la distance entre le point d’application de la charge et le centre
de cisaillement. Pour les sections doublement symétriques, le centre de
cisaillement coı̈ncide avec le centre de gravité.
Zg = h2 = 5002 = 250 mm
C1 et C2 sont des coefficients dépendant des conditions de charge et de
maintien aux extrémités
q C1 = 1, 348 ; C2 = 0, 630 
1,348×π 2 ×210×2142×10−2 1249 62 ×80770×103 ×89,3
Mcr = 62 893 + π 2 ×210×106 ×2142 + (0, 630 × 0, 25)2 + 0, 630 × 0, 25
Mcr = 2094, 28 kNm
L’élancement
q réduitq
Wpl,y fy −3
λ̄LT = Mcr = 2194×235×10
2094,28 = 0, 50
λ̄LT = 0, 50 > λ̄LT,0 = 0, 4

46 sur 75
CHAPITRE 4. LA POUTRE DE ROULEMENT

Le coefficient de réduction
χLT = √ 12 avec χLT ≤ 1 et χLT ≤ 1
2
ϕLT + ϕLT −β λ̄LT λ̄2LT

On a hb = 500
 = 2, 5 ⇒ Courbe C ⇒ αLT = 0, 49
200 
ϕLT = 0, 5 1 + αLT (λ̄LT − λ̄LT ) + β λ̄2LT = 0, 5 1 + 0, 49(0, 5 − 0, 4) + 0, 75 × 0, 52
ϕLT = 0, 62
χLT = √ 1
= 0, 94 < 1
=4
0,62+ 0,622 −0,75×0,52 λ̄2LT
Le facteur f qui prend en compte l’influence de la distribution du moment sur le moment de résistance
au déversement de lah poutre. 2 i  
f = 1 − 0, 5(1 − kc ) 1 − 2 λ̄LT − 0, 8 = 1 − 0, 5(1 − 0, 86) 1 − 2(0, 5 − 0, 8)2 = 0, 94 < 1
χLT,mod = χLT 0,94
f = 0,94 = 1
Le moment de résistance au déversement de la poutre
W fy −3
Mb,Rd = χLT,mod γpl,yM1
= 2194×235×10
1,1 = 468, 71kNm
Le taux de travail au déversement est :
My,Rd 362
Mb,Rd = 468,71 = 0, 77 < 1
En conclusion notre poutre travail à 77 % au déversement.

4.3 Vérification au cisaillement


En absence de la torsion, la résistance plastique au cisaillement dépend
de l’aire de cisaillement qui se calcule grâce à l’expression suivante :
Vpl,z,Rd = γAv,z√fy3 = 5,99×235

3
= 812, 71 kN
M0
VEd 89,25
Vpl,z,Rd = 812,71 = 0, 11 < 1 Ok
En conclusion la section a un tau de 11% en cisaillement
La vérification de la résistance au voilement par cisaillement n’est
pas nécessaire puisque on a :
h 500
= = 49, 02 < 72
tw 10, 2

4.4 Vérification à l’ELS


Le poids de la poutre g = 90, 7 kg/m = 0,91 kN/m et Qr,max = 145 kN
Posons q = Qr,max
` = 145
6 = 24, 17 kN/m
La Condition de vérication à la flèche est :

5(g + q)`4 `
fmax = ≤
384EIy 648
4
5×6 (0,91+24,17)
fmax = 384×210000×48200×10−5 = 4, 18.10−3m.
6
fmax = 4, 18 × 10−3 m < 684 = 8, 77 × 10−3 m
La condition de flèche est vérifiée pour l’IPE 500

A. DOUMBIA et R. DIARRA 47 sur 75


Chapitre IV. CALCUL ET DIMENSIONNEMENT DU CHEMIN DE
ROULEMENT

Chapitre 5

Calcul des poteaux


Figure IV.4: Caractéristiques géomètriques du rail
5.1 Évaluation des charges appliquées sur les
poteaux
IV.7.1 Fixation du rail sur la poutre de roulement

5.1.1
Le railChoix
est fixé surdes rails
la poutre de roulement à l’aide d’une attache appelée Crapaud,
figurée ci-dessus :

Figure 5.1 –Figure IV.5:


Fixation duCrapaud pour
rail sur la rail A65 de roulement
poutre

IV.8 Les Dimensionnement


rails sont choisis ende la poutre
fonction de roulement
des réactions des galets du chariot.
Retenons le rail de type A45 dont les caractéristiques sont les suivantes :
Le calcul
Charge de la poutre
admissible : 6,475dut chemin de roulement se fait avec les charges les plus
défavorables,
Nuance de l’aciersoient
S690lessoit
charges du620
fy = pontMPa
roulant I selon le réglement ”CCM97” [4].
Hauteur du rail : hr = 55 mm
Base IV.8.1
du rail brCondition
= 125 mm de flèche
D’où nous aurons pour la hauteur h2 = 50 + 5, 5 + 20 + 14, 5 = 90 cm.
Le dimensionnement de la poutre de roulement se fait avec la condition de flèche.
La flèche admissible est obtenue quand les deux charges sont en position symétrique
5.1.2 Détermination des réactions d’appui
par rapport au milieu de la poutre, il faut vérifier donc que :
Les données sont : L
VA = 78 kN f ≤f = = 0.8cm
750
RA = 230 kN 37
HS2,T = 36, 23 kN

48
CHAPITRE785. CALCUL DES POTEAUX
78

F/y = 0 ⇒ V1 − VA − RA = 0 ⇒ V1 = VA + RA = 308 kN
P

M/A = 0 ⇒ 0, 45RA − 9, 9H2 − 9HS2,T = 0


P

−9HS2,T
⇒ H2 = 0,45RA9,9 = 22, 257 kN
M/B = 0 ⇒ 1HS2,T + 0, 45RA − 9, 9H2 = 0
P

⇒ H1 = HS2,T +0,45R
9,9
A
= 14, 11 kN
Vérification : F/x = H1 + H2 − HS2,T = 14, 11 + 22, 257 − 36, 23
308 ' 0
P

308

5.1.3 Diagrammes des efforts


22,257
230
+ +
78 22,257 20,03 103,5
230
+ +
127

308 14,11

, , , .

Figure 5.2 – Diagramme des efforts dans le poteau

5.2 Dimensionnement des poteaux


5.2.1 Caractéristique de la section
La section choisie est un HEA 240 dont les caractéristiques sont
données dans les Tables

Nuance de l’acier
Pour le dimensionnement la nuance choisie est l’acier S235.
Les épaisseurs de l’âme et de la semelle sont :
tw = 7, 5mm < 40mm;

A. DOUMBIA et R. DIARRA 49 sur 75


Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant

Table 5.1 – Valeurs caractéristiques de la section


Profilé Axe Fort Y-Y Axe Fort Z-Z

HEA Iy Wel,y Wpl,y iy Av,z Iz Wel,z Wpl,z iz Ss It Iw


240 cm4 cm3 cm3 cm cm2 cm4 cm3 cm3 cm cm cm4 cm6

7763 675,1 744,6 10,05 25,18 2769 230,7 351,7 6,00 56,10 41,55 328,5

Table 5.2 – Valeurs des dimensions de la section


Profilé Dimensions Dimensions de Surfaces
construction
h b tw tf r A hi d A` Ag
2
HEA 240 mm mm mm mm mm cm mm mm m /m m2 /t
2

230 240 7,5 12 21 76,8 206 164 1,369 22,70

tf = 12mm < 40mm;


d’où la limite d’élasticité fy = 235M P a

Détermination de la classe de la section


c
Pour la semelle on a : tf < 9ε

b − tw − 2r 240 − 7, 5 − 2 × 21
c= = = 95, 25 mm
2 2
v
u 235
u
ε= t =1
fy
Donc nous avons tcf = 95,25
12 = 7, 94 < 9 ⇒ La semelle est de classe 1.
Pour l’âme la vérification est tcw < 72ε

c = h − 2tf − 2r = 230 − 2 × 12 − 2 × 21 = 164 mm

Donc nous avons tcw = 164


7,5 = 45, 30 < 72 ⇒ L’âme est de classe 1.
En conclusion nous avons une section en HEA 240 de classe 1.

5.2.2 Condition de résistance


Vérification de la section choisie par la condition de résistance :
Msd Nsd
+ ≤1 (5.1)
Mpl,Rd Npl,Rd
Avec :
Wpl,y fy 744,6×235×10−3
Mpl,Rd = γM 0 = 1,1 = 159, 07 kN.m
Afy 76,8×23,5
Npl,Rd = γM 0 = 1,1 = 1640, 73 kN

50 sur 75
CHAPITRE 5. CALCUL DES POTEAUX

D’où :
127 308
159,07 + 1640,73 = 0, 99 ≤ 1 Ok
La condition est vérifiée

5.2.3 Résistance au flambement

χβA Afy
Nb,Rd =
γM 1
Avec :
Nb,Rd Résistance au flambement ;
βA = 1 pour les sections de classe 1 ;
γM 1 = 1, 1 ;
χ coefficient de réduction qui dépend de λ̄ ;
λ̄ Élancement
r réduit :
Afy Lcr
λ̄ = Ncr = iλ1
r
E
λ1 = π fy = 93, 9ε avec ε = 1
Nous avons hb = 230 240 = 0, 96 < 1, 2 et tf = 12 mm < 40 mm d’où la courbe de
flambement est :
a suivant l’axe y-y donc α = 0, 21
b suivant l’axe z-z donc α = 0, 34
Plan(Y-Y) :
λ¯y = iLy λf1 = iL/2
y λ1
990/2
= 10,5×93,9 = 0, 50
Plan (Z-Z) :
λ¯z = iLz λf1 = iL/2
z λ1
990/2
= 6×93,9 = 0, 88
Nous avons min(λ¯y ; λ¯z ) = 0, 50 > 0, 2 donc nous ne pouvons pas negliger les
effets du flambement dans la section.
Plan(Y-Y) :
Calcul du coefficient φ :
φ = 0, 5[1 + α(λ̄ − 0, 2) + λ̄2 ] = 0, 5[1 + 0, 21(0, 50 − 0, 2) + 0, 502 ] = 0, 66
Le coefficient de réductionχ :
χ = √1 2 2 = √1 2 = 0, 92
φ+ φ −λ̄ 0,66+ 0,66 −0,50
2

Déterminons la résistance au flambement


Nb,Rd = χβγAMAf1
y
= 0,92×7,68×235
1,1 = 1509, 50 kN
Vérification de la condition de résistance au flambement :
NEd 308
Nb,Rd = 1509,50 = 0, 20 ≤ 1 Ok
Plan (Z-Z) :
Calcul du coefficient φ :
φ = 0, 5[1 + α(λ̄ − 0, 2) + λ̄2 ] = 0, 5[1 + 0, 34(0, 88 − 0, 2) + 0, 882 ] = 1
Le coefficient de réductionχ :
χ = √1 2 2 = √ 12 = 0, 0, 68
φ+ φ −λ̄ 1+ 1 −0,88
2

A. DOUMBIA et R. DIARRA 51 sur 75


Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant

Déterminons la résistance au flambement


Nb,Rd = χβγAMAf1
y
= 0,68×7,68×235
1,1 = 1115, 69 kN
Vérification de la condition de résistance au flambement :
NEd 308
Nb,Rd = 1115,69 = 0, 28 ≤ 1 Ok
En conclusion le tau de travail du poteau au flambement est de 28%

52 sur 75
Chapitre 6

Calcul de la console
6.1 Évaluation des charges sur la console

= 0,45

Figure 6.1 – schéma statique de la console

Nous avons :
1,35P `2 2
MEd = 2 + R` = 1,35×0,91×0,45
2 + 0, 45 × 230 = 103, 62 kN
VEd = 1, 35P ` + R = 1, 35 × 0, 91 × 0, 45 + 230 = 230, 55 kN

6.2 Dimensionnement de la console


Supposons un IPE 500 dont les caractéristiques sont les suivantes
(voir Table 6.1 et Table 6.2 ) :

Table 6.1 – Valeurs caractéristiques de la section


Profilé Axe Fort Y-Y Axe Fort Z-Z
IPE Iy Wel,y Wpl,y iy Av,z Iz Wel,z Wpl,z iy Ss It Iz
4
500 cm cm3 cm3 cm 2
cm cm 4
cm 3
cm 3
cm cm cm cm6
4

48200 1930 2194 20,4 59,9 2142 214 336 4,31 66,8 89,3 1249

53
Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant

Table 6.2 – Valeurs des dimensions de la section


Profilé Dimensions Dimensions de Surfaces
construction
h b tw tf r A hi d A` Ag
2
IPE 500 mm mm mm mm mm cm mm mm m /m m2 /t
2

500 200 10,2 16,0 21,0 116 468,0 426,0 1,744 19,23

= 0,45

Figure 6.2 – schéma statique de la console

6.2.1 Condition de la flèche


Selon l’euro code 3 la flèche verticale maximale doit être inférieur à
`/500
R`3 500R`2 500×230×0,452 ×105
On a donc :f = 3EI ≤ `
500 ⇒I≥ 3E = 3×210000 = 3696, 43 cm4
4 4
Iy = 48200 cm > I = 3696, 43 cm Ok

6.2.2 Justification au déversement


Le moment critique de déversement
v 
2
u !2
π EIz u
u Iw K GIt 2−c Z 
Mcr = c1 + + (c Z − g) (6.1)

2 2 g
t
`2 
Iz Kz π 2 EIz 

Le coefficient K est lié à la rotation d’extrémité dans le plan. Il est analogue


au rapport de la longueur de flambement sur la longueur de la barre pour un
élément comprimé. K ne doit pas être pris inférieur à 1,0 sauf si une valeur
inférieure à 1,0 peut être justifiée. Le coefficient k w est lié au gauchissement
aux extrémités. Sauf disposition particulière pour un maintien en gauchisse-
ment, Kw doit être pris égal à 1,0. Donc nous avons : K=1 ; Kw = 1
E est le module de Young E=210 000 MPa
G est le module cisaillement G=80 770 MPa
Zg est la distance entre le point d’application de la charge et le centre de ci-
saillement. Pour les sections doublement symétriques, le centre de cisaillement
coı̈ncide avec le centre de gravité.
Zg = h2 = 5002 = 250 mm
C1 et C2 sont des coefficients dépendant des conditions de charge et de maintien
aux extrémités C1 = 1, 348 ; C2 = 0, 630

54 sur 75
CHAPITRE 6. CALCUL DE LA CONSOLE

r 
1,348×π 2 ×210×2142×10−2 1249 62 ×80770×103 ×89,3
Mcr = 62 893 + π 2 ×210×106 ×2142 + (0, 630 × 0, 25)2 + 0, 630 × 0, 25

Mcr = 2094, 28 kNm


L’élancement
r réduit
r
Wpl,y fy 2194×235×10−3
λ̄LT = Mcr = 2094,28 = 0, 50
λ̄LT = 0, 50 > λ̄LT,0 = 0, 4

Le coefficient de réduction
χLT = √ 12 2
avec χLT ≤ 1 et χLT ≤ 1
λ̄2LT
ϕLT + ϕLT −β λ̄LT
h 500
On a b = 200 = 2, 5 ⇒ Courbe C ⇒ αLTi = 0, 49h
ϕLT = 0, 5 1 + αLT (λ̄LT − λ̄LT ) + β λ̄2LT = 0, 5 1 + 0, 49(0, 5 − 0, 4) + 0, 75 × 0, 52
h i

ϕLT = 0, 62
√ 1 1
χLT = = 0, 94 < λ̄2LT
=4
0,62+ 0,622 −0,75×0,52
Le facteur f qui prend en compte l’influence de la distribution du moment sur
le moment de résistance
 au déversement
2 
de la poutre. h
f = 1−0, 5(1−kc ) 1 − 2 λ̄LT − 0, 8 = 1−0, 5(1−0, 86) 1 − 2(0, 5 − 0, 8)2 =
 i

0, 94 < 1
χLT,mod = χfLT = 0,94
0,94 = 1
Le moment de résistance au déversement de la poutre
−3
Mb,Rd = χLT,mod Wγpl,y
M1
fy
= 2194×235×10
1,1 = 468, 71kNm
Le taux de travail au déversement est :
My,Rd 103,62
Mb,Rd = 468,71 = 0, 22 < 1
En conclusion notre poutre travail à 22 % au déversement.

A. DOUMBIA et R. DIARRA 55 sur 75


Chapitre 7

Assemblage Pied de poteau


NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de

Les fondations d’une construction sont les parties de l’ouvrage qui


sont en contact directe avec le sol. Elles transmettent les charges de la super-
structure au sol, c’est pourquoi elles1.constituent une partie très importante
Introduction
puisque de leur bonne conception et réalisation découle la bonne tenue de l’en-
semble de la structure. Ce NCCI concerne le calcul de pieds de poteaux en I articulés
compression axiale et un effort de cisaillement. La plaque d'assis
poteau en position symétrique pour qu'elle déborde de tous côté
de la semelle du poteau (voir Figure 1.1). Il est possible de poser
7.1 Les données excentrique sur la fondation en béton.

La nuance de la plaque d’assise


S'il n’yest S235
a pas de d’où
besoinladerésistance
résistance àdeunl’acier
moment, il est de
nombreux pays, de fixer ce type de pied de poteau à la fondation
de la plaque d’assise est fyp = 235 MPa.
boulonsc’est
La fondation est en béton de classe C25/30 d'ancrage
à direplacés
que lasymétriquement
résistance fckautour
= 25de l'âme su
Toutefois, dans certains pays, comme au Royaume-Uni par exe
MPa. de placer quatre boulons d'ancrage pour mieux garantir la sta
Le poteau est en profilé HEA 360 et les dimensions
montage. Les boulonsde la fondation
d'ancrage sont de
permettent incon-
résister aux force
nues. se produisent dans le poteau mais aussi, et cela dans certains cas
Légende de la figure 7.1 : à résister à l'effort de cisaillement au niveau du pied de poteau.

Le présent NCCI ne couvre pas

‰ le calcul des boulons d'ancrage,


‰ le calcul des soudures du poteau à la plaque d'assise.
é 1

2
3
4
5

df

a)

Figure 7.1 – Pieds de poteaux articulés types et emplacements pour les boulons
d’ancrage.
bfc bb bf

1. Poteau en I
2. Plaque d’assise
hc

hb
56 hf
c)
CHAPITRE 7. ASSEMBLAGE PIED DE POTEAU

3. Scellement
4. Fondation en béton
5. Boulon d’ancrage

7.2 Dimensionnement de la plaque d’assise


7.2.1 Résistance d’appui du matériau de scellement
Plus généralement, la résistance de calcul à l’écrasement du matériau
de scellement est donnée comme étant :

fjd = αβj fcd

Où :
βj : est le coefficient du matériau de scellement, dont la valeur est supposée
égaleqà 2/3
α = Ac1 /Ac0 prend en compte l’accroissement de la résistance à la compression
du béton en raison de la diffusion de la force concentrée à l’intérieur de la
fondation sur l’aire Ac1 . Dans la pratique, la valeur habituellement utilisée est
1,5.
fcd est la résistance de calcul à la compression du béton de fondation.
Avec les hypothèses précédentes pour les valeurs des coefficients βj et α on
obtient :
2 × 1, 5fcd
fjd = = fcd
3
La résistance de calcul du béton vaut :
αcc fck
fcd =
γc

Nous prenons αcc = 1 ; γc = 1, 5 et on a :


fjd = fcd = 1×25
1,5 = 16, 7 MPa

7.2.2 Estimation de l’aire de la plaque d’assise


Une estimation de l’aire requise de la plaque d’assise est obtenue en
retenant la plus élevée des deux valeurs suivantes :
Nj,Ed 2
   2
1 1 308×103
1. Ac0 = hc bf c fcd = 350×300 16,7 = 3239, 51 mm2
Nj,Ed 308×103
2. Ac0 = fcd = 16,7 = 18443, 11mm2
Nous retenons Ac0 = 18443, 11 mm2 .

A. DOUMBIA et R. DIARRA 57 sur 75


NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés – Po
Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant compre
SN0

hc hc
c c ≈ tfc
≈ tfc c
tfc c

tfc
c twc c twc
bfc leff ≤ bp bfc leff = bp
c c ≈ bfc +

beff
beff
hp ≥ hc + 2c hp ≈ hc + 2 tfc

a) b)

Figure 7.2 – Surfaces d’appui de la plaque d’assise à projection étendue en cas


hc – 2tfc ≤ 2c hc ≈ tfc
de tronçons en T équivalents non recouvrants ≈ tfc
tfc c

7.2.3 Détermination de la largeur d’appuit additionnelle fc

twc twc leff = bp


bfc ≈ bf
La valeur de la largeur d’appui leff ≤ bp bfc
additionnelle
c est obtenue en sa-
tisfaisant la résistance de calcul pertinente d’une plaque d’assise à projection
étendue de poteau symétrique soumise à un effort normal
c de compression centré
en supposant que la largeur d’appui autour du périmètre du poteau hc – 2test égale
fc ≤ 2c
c hc c
à la largeur d’appui additionnelle c, la résistance de calcul est donnée par l’ex-
hp ≥ hc + 2c= beff hp ≈ hc + 2 tfc = beff
pression :
c) d)

NJ,Rd = fjd [2(bf c + 2tf c )(c + 2tf c ) + (hc − 2c − 2tf c )(2c − 2twc )] (7.1)
a) Surfaces d'appui de la plaque d'assise à projection étendue en cas de tronçons
équivalents non recouvrants
En remplaçant Nj,Rd par Nj,Ed dans les expressions précédentes, la solution des
équations quadratiquesb) résultantes
Surfaces d'appui
pourdel’inconnu
la plaque d'assise à projection
c se présente courte
sous la en cas de tronçons e
forme
équivalents non recouvrants
suivante : √
c) SurfacesBd'appui
− Bde2 la − plaque
4AC d'assise à projection étendue en cas de recouvre
desc tronçons
= en T équivalents (7.2)
2A
d) Surfaces d'appui de la plaque d'assise à projection courte en cas de recouvrem
Avec : A=2 des tronçons en T équivalents
B = 2(bf c − twc + hc ) = 2(240 − 7, 5 + 230) = 925 mm2
Nj,Ed
− tf c t3.2
C = (bf c tf c + 0, 5hc twc Figure wc ) − Aire
2fjd/ dimensions des tronçons en T équivalents en compression
308
= (240 × 12 + 0, 5 × 230 × 7, 5 − 12 × 7, 5) − 2×16,7 = 3643, 29 mm2
√ 2
925− 925 −4×2×3643,29
D’où c = 2×2 = 3, 97 mm

7.2.4 Détermination des dimensions en plan minimales


requises de la plaque d’assise
Les dimensions en plan finales de la plaque d’assise s’appuient sur les données
suivantes :
bp ≥ (bf c + 2c) = (240 + 2 × 3, 97) = 247, 94 mm
hp ≥ (hc + 2c) = (230 + 2 × 3, 97) = 237, 94 mm

58 sur 75
CHAPITRE 7. ASSEMBLAGE PIED DE POTEAU

7.2.5 Détermination de l’épaisseur minimale requise de


la plaque d’assise
L’épaisseur minimale requise de la plaque d’assise s’obtient à partir de la
condition que la plaque, en supposant qu’elle agit en porte-à-faux sur le périmètre
du poteau, n’est pas soumise à plus que sa résistance de calcul à la flexion
élastique, sous une pression uniforme égale à fjd agissant sur la largeur addi-
tionnelle c. La valeur de l’épaisseur minimale requise est donnée par :
tp ≥ r cfyp = √ 3,97 235 = 1, 57 mm
3×16,7×1,1
3fjd γM 0

7.3 Dimensionnement des boulons d’ancrage


7.3.1 Estimation des efforts maximums de compression
et de traction exercés sur la fondation
En tenant compte de l’ensemble des diverses combinaisons d’effort axial et de
moment fléchissant (NEd , MEd ) au niveau du pied de poteau, les expressions
suivantes donnent des estimations de l’effort de compression maximal et de
l’effort de traction maximal qui s’exercent sur la fondation :
127
Compression : FC,Ed = hM Ed
c −tf c
− N2Ed = 0,23−0,012 − 308
2 = 428, 57 kN
127
Traction : FT,Ed = hM Ed
c −tf c
+ N2Ed = 0,23−0,012 + 308
2 = 736, 57 kN

7.3.2 Dimensionnement de l’épaisseur de la plaque d’as-


sise et des boulons d’ancrage pour l’effort de trac-
tion d’assemblage maximal estimé
Les boulons sont de classe 4.6 dont la contrainte limite à la traction vaut 400
MPa. La section de boulons d’ancrage pour deux rangées est donnée par :
736,57×1,25
As ≥ FT,Ed γfMub2 = 3,6×400×10 6
3 × 10 = 71, 04 mm
2

Retenons quatre boulons d’ancrage M16 de section As = 628 mm2


Les caractéristiques du boulon sont :
A = 22φ = 22 × 16 = 352 mm
B = 6φ = 6 × 16 = 96 mm
C = 2φ = 2 × 16 = 32 mm
D = 6φ = 6 × 16 = 96 mm
E = 25 mm Clé d’ancrage en acier HA pour les boulons de diamètre 16 mm
D’où la longueur développée est L = 583 mm
Vérification
r de l’épaisseur
r de la plaque d’assise.
tp ≥ FT,Ed γM 0
fy d4π =
736,57×1,1 3
235×4π×103 × 10 = 16, 56 mm
Nous retenons une section de plaque d’assise dont les caractéristiques sont les

A. DOUMBIA et R. DIARRA 59 sur 75


Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant

C = 32 mm

E=
25
mm

D = 96 mm

= 16 mm
A = 352 mm B = 96 mm

Figure 7.3 – Croquis du boulon d’ancrage

suivantes :
bp = 250 mm
hp = 240 mm
Ap = 60000 mm2
tp = 17 mm

60 sur 75
Chapitre 8

Calcul des assemblages


Le rôle d’un assemblage est :
• Réunir et solidariser plusieurs pièces entre elles.
• Assurer la répartition et la transmission des diverses sollicitations entre les
pièces assemblées sans générer des sollicitations parasites.

8.1 Assemblage ferme-poteau


L’assemblage de la ferme au poteau est fait par boulonnage dont la classe
choisie est la classe 8.8 dont la contrainte limite à la traction des boulons Fub =
800 MPA.
Résistance des boulons au cisaillement par plan de cisaillement :
FV,Sd = VA = 78 kN ≤ FV = 0, 6Fub γAMsb
γM b = 1.25 coefficient de sécurité pour le cisaillement.
78×1,25
D’où ⇒ As ≥ V0,6F
A γM b
ub
= 0,6×800×10 −3 = 203, 125 mm
2

Retenons quatre (4) boulons M10 dont As = 232 mm2


Résistance à la pression diamétrale des pièces assemblées :
La condition de vérification est : Fb,Ed ≤ Fb,Rd
Fb,Ed = VnA = 784 = 19, 5 kN
5
Fb,Rd = 2, 5Fub d0 γMt b = 2, 5 × 800 × 10−3 × 10 × 1,25 = 80 kN
En conclusion nous avons Fb,Ed = 19, 5 kN ≤ Fb,Rd = 80 kN Ok
Schéma d’exécution voir Figure ?? (les dimensions sont en mm)

8.2 Assemblage Poteau-Console


Les efforts maximaux à prendre en compte sont :

VSd = 230 kN et MSd = 127 kNm

61
Conception et calcul des structures d’un hangar en charpente métallique avec un pont roulant

8.2.1 Transmission des efforts


On modélisera cet assemblage en admettant que le moment de flexion est
décomposé en un couple de forces agissant dans l’aile de la poutre (pas de
participation de l’âme de la poutre). L’effort de traction Ft est transmis par
la soudure de l’aile supérieure dans la plaque frontale, puis dans le poteau par
les quatre boulons de l’assemblage. L’effort de compression Fc est quant à lui
transmis directement par contact au niveau de l’aile inférieure de la poutre.
L’effort tranchant V passe par la soudure de l’âme de la poutre dans la plaque
frontale. On admet ensuite qu’il est repris par les deux boulons inférieurs de
l’assemblage qui doivent être, pour des raisons pratiques, même type que les
boulons supérieurs.

8.2.2 Soudures
Soudure de l’aile tendue
L’effort normal à transmettre par les ailes correspond à :
127
Nd = Ft = MbSd = 200×10 − 3 = 635 kN

Pour le cordon frontal :


amax = 0, 7tmin √ = 0, 7 × 10, 2 =√ 7.2 mm soit a = 6 mm.
βw γ M w N 2 0,8×1,25×635× 2
`≥ = = 0, 42 m
P
afu 6×360
Une soudure complètement pénétrée est nécessaire.
Retenons une longueur de 2 × 220 mm

Soudure de l’aile comprimée


Comme l’effort de compression est transmis par contact, une épaisseur mini-
male de 4 mm est du cordon d’angle suffisante.

Soudure de l’âme
√ √
β w γM w N 2 0,8×1,25×635× 2
`≥ = = 0, 41 m
P
afu 6×360
Retenons une longueur de 2 × 210 mm

8.3 Assemblage pour la continuité des poteaux


Cet assemblage est fait par boulonnage avec des boulons de classe 6.6 et
dont la contrainte limite de résistance vaut fub = 600 MPa. La condition de
résistance est :

V T
+ ≤1
FV 1, 4FT
62 sur 75
CHAPITRE 8. CALCUL DES ASSEMBLAGES

Avec : V = 22, 58 kN et T = 308 kN


Soit huit (8) boulons M12 choisis pour réaliser l’assemblage on aura dans ce
cas :
−3
×674,4
FV = 0, 6fub γAMsb = 0,6×600×10
1,25 = 191, 23 kN
0,9×600×10−3 ×674,4
FT = 0, 9fub γAMsb = 1,25 = 291, 34 kN
22, 58 308
+ = 0, 87 ≤ 1 OK
191, 23 1, 4 × 291, 34
Retenons huit (8) Boulons M12 de classe 6.6
Le schéma d’exécution est sur la figure ?? (les dimensions sont en mm)

8.4 Assemblage Poutre de Roulement-Console


Cet assemblage est réalisé en boulonnage dont les boulons sont de classe
4.6 avec une contrainte limite de résistance à la traction fub = 400 MPa. La
condition de résistance au cisaillement est :
89,25×103 ×1,25
FEd = VV ≤ FV = 0, 6fub γAMsb ⇒ As ≥ V0,6f V γM b
ub
= 0,6×400 = 464, 84 mm2
Résistance à la pression diamétrale des pièces assemblées :
−3
×12×10,2
FB = 2, 5fub d0 γMt b = 2,5×400×10
1,25 = 97, 92 kN > VnV = 89,25 4 = 22, 31 kN
Retenons quatre (4) boulons M14 avec As = 460 mm2
Le schéma d’exécution est sur la figure ?? (les dimensions sont en mm)

A. DOUMBIA et R. DIARRA 63 sur 75


Conclusion

D’une manière générale, dans une discipline bien définie, la formation de


l’homme n’est jamais complète, elle est toujours à parfaire.

Notre mini-projet consistait à réaliser l’étude d’un hangar industriel en char-


pente métallique comportant un pont roulant.

Ce travail nous a permis d’approfondir nos connaissances en analyse et en


calcul de structure, à la fois pour le calcul nécessitant des logiciels, mais aussi
pour les vérifications et les dimensionnements manuels. Ce qui nous a donné
l’occasion de nous familiariser avec les différents outils informatiques (RDM6,
Robot, PlatineX, CorniX, SoudiX etc...), ainsi qu’avec les différents règlements
régissant les principes de conception et de calcul d’ouvrages dans le domaine
du bâtiment industriel.

La conception d’une structure métallique repose sur le dimensionnement


aux états limites ultimes en tenant compte des actions environnantes les plus
sévères tel que les surcharges d’exploitation, la température. Ce dimensionne-
ment concerne chaque élément, assemblage, connexion ou partie sensible de la
construction. La précision et la rigueur dans les calculs et vérification d’une part
et la définition exacte des différents détails de la construction sont requises.

64
CHAPITRE 8. CALCUL DES ASSEMBLAGES

ANNEXES

A. DOUMBIA et R. DIARRA 65 sur 75


Annexe A

Plans architecturaux

66
Annexe B

Schémas d’exécution

75

Vous aimerez peut-être aussi