Vous êtes sur la page 1sur 12

Terminale S – Chapitre 1 : Acides et bases

I – Réactions acido - basiques


1) Acides, bases
a) Acide selon Brönsted
Toute espèce chimique, ionique ou moléculaire, susceptible de céder un ou plusieurs protons H +
+
Exemples : H3O(aq) (ion oxonium), H 2O(l) , CH3COOH(aq) , CO2 , H2O(aq)

b) Base selon Brönsted


Toute espèce chimique ionique ou moléculaire, susceptible de capter un ou plusieurs protons H +
 2
Exemples : HO(aq) (ion hydroxyde), H 2O(l) , NH3(g) , CO3(aq) (ion carbonate)

Remarque : L’atome de 11 H contient un électron et un proton. H  est donc un proton.

2) Couples acide / base


a) Définition
Deux espèces chimiques constituent un couple acide / base s’il est possible de passer de l’un à l’autre par
perte ou gain de protons H +
 
Exemples : +
H3O(aq) / H 2O(l) , H2O(l) / HO(aq) , CH3COOH(aq) / CH3COO(aq) , NH4(aq) / NH3(g) ,
  2
CO2 , H2O(aq) / HCO3(aq) , HCO3(aq) / CO3(aq) .

Remarque : Les deux espèces chimiques constituant un couple acide / base sont dites conjuguées.
Remarque : si une espèce est l’acide d’un couple acide / base et la base d’un autre couple / acide base,

c’est une espèce amphotère (ou un ampholyte). Exemple : H 2O(l) , HCO3(aq) .

b) Demi – équation acido – basique

Ecriture formelle associée au couple acide / base : acide  base  H


+

Le signe = traduit le caractère réversible de la réaction.


3) Réaction acido – basique
a) Définition
Réaction chimique entre l’acide d’un couple acide / base et la base d’un autre couple acide / base.
b) Méthodologie
 Ecrire les couples acide / base et souligner les réactifs
 Ecrire les demi – équations acido – basique de façon à ce que les réactifs soient à gauche du signe =
 Réaliser une combinaison linéaire des deux demi – équations de manière à ce que les protons H +
n’apparaissent pas dans le bilan.
Exemple : réaction entre l’acide éthanoïque et l’ammoniaque
 
CH3COOH(aq) / CH3COO(aq) CH3COOH(aq)  CH3COO(aq)  H+

NH 4(aq) / NH3(g) NH3(g)  H+  NH4(aq)
 
CH3COOH(aq)  NH3(g) 
 CH3COO(aq)  NH4(aq)

-1-
Terminale S – Chapitre 1 : Acides et bases
II – Le pH et l’acidité d’une solution
Les propriétés acido – basiques d’une solution aqueuse dépendent de la concentration en ions oxonium
 H3O(aq)
+
 . Celle-ci peut varier de quelques mol / L à 1014 mol.L1 . L’utilisation de valeurs si différentes n’est
pas commode, on utilise une grandeur plus pratique : le pH.

1) Le pH
a) Définition

Pour une solution aqueuse diluée : pH   log  H3O(aq) 


+

 H3O(aq)
+
 : concentration de l’ion oxonium en mol.L1 .

POINT MATHS
f  x   log x est une fonction croissante définie sur 0;  .
Valeurs remarquables : limlog x  
x 0

log1  0 ; log10  1 ; log100  log102  2 ; log1000  log103  3 …


Généralisation : log10n  n

Exemples : si H3O(aq)
+
  1,0.102 mol.L1 , alors pH   log 1,0.102   2,0
Si H3O(aq)
+
  5,0.104 mol.L1 ; pH   log5,0.10 4 

Remarque : la fonction log x est la fonction inverse de 10 x , d’où  H3O   10


+  pH

Exemples : si pH  3,0 , H3O(aq)


+
  103,0  1,0.103 mol.L1
Si pH  8,5 , H3O(aq)
+
  108,5  3, 2.109 mol.L1

Remarque : les grandeurs pH et  H3O(aq)


+
 évoluent en sens inverse l’une de l’autre
pH grand  H3O(aq)
+
 petite
pH petit  H3O(aq)
+
 grande

b) Mesure
Elle est importante car elle donne accès à  H3O(aq)
+
 , et indirectement aux autres espèces en solution
aqueuse (cf. TP 1).
Le pH se mesure à l’aide d’un pH – mètre.
 Etalonnage d’un pH – mètre : nécessite la connaissance de la température des solutions étudiées. On
utilise des solutions étalon (ou solutions tampon) de pH connu et voisin du pH des solutions à étudier.
 Mesure. Avant chaque mesure, la sonde doit être rincée à l’eau distillée et séchée au papier Joseph. La
mesure est réalisée par immersion de la sonde dans la solution à étudiée, celle-ci doit être
homogénéisée.
 Précision. Le pH est en général mesuré à 0,1 près. D’où  H3O(aq)
+
 n’est connu qu’à environ 20 % près.
Toute  H3O(aq)
+
 découlant d’une mesure de pH ne doit jamais être exprimée avec plus de 2 C.S.

-2-
Terminale S – Chapitre 1 : Acides et bases
Exemple : pH  7,0;7,1 donc H3O(aq)
+
  107 ;107,1 mol.L1 

c’est-à-dire H3O(aq)
+
  1,0.107 ;7,9.108 mol.L1 
 H3O(aq)
+
   H3O(aq)+
 2,1.108
L’écart relatif est de   max min
  0, 21  21%
 H3O(aq)
+
 1, 0.107
min

Dans ce cas, il faudrait donc écrire H3O(aq)   9.108 mol.L1 à 1 C.S. !


+

2) Acidité ou basicité d’une solution


a) Produit ionique de l’eau
On constate expérimentalement que le produit des concentrations en ions oxonium et hydroxyde est
toujours égal à une constante. Cette constante, sans dimension, est notée K e et est appelée produit
ionique de l’eau. Sa valeur numérique dépend de la température.
14
A 25°C Ke  1,0.10
On a donc pour toute solution aqueuse dans laquelle toute réaction est achevée (ou à l’équilibre, cf. III 1)) :
 H3Oaq   HOaq    Ke , les concentrations étant exprimées en mol.L-1.
  
Remarque : il semble y avoir un problème d’homogénéité dans cette relation, cela est du au fait que
l’expression exacte du produit ionique repose sur un produit d’activités, or l’activité est une
grandeur sans dimension. Si la solution est suffisamment diluée, l’activité d’une espèce
chimique est égale à la concentration de celle-ci.

Remarque : on définit aussi une grandeur plus pratique à utiliser, le pKe   log Ke . A 25°C, pKe  14 .

b) Conséquence
 H3O(aq)
+
 et  HO(aq)

 sont liées : si l’on connaît l’une, on peut connaître l’autre.

POINT MATHS
log  a  b   log a  log b
a
log  log a  log b
b
Rappel : log10a  a et 10log a  a

Exemple 1 : A 25°C, le pH d’une solution d’acide HA(aq) est de 3,5. Déterminer  HO(aq)

 .
éq

Ke Ke 10 pKe
 10
pH  pKe 
 HO(aq)

     1010,5  3, 2.1011 mol.L1
éq  H3O(aq)

 10 pH 10 pH
éq

Exemple 2 : Déterminer le pH à 25°C d’une solution d’hydroxyde de sodium de concentration


c  1,0.103 mol.L1
Ke 1, 0.1014
pH   log  H3O(aq)
+
   log   log 3
  log1, 0.1011  11
éq  HO(aq)

 1, 0.10
éq

Ou
-3-
Terminale S – Chapitre 1 : Acides et bases
Ke
pH   log  H3O(aq)
+
   log   log K e  log c  pK e  log c  14  3, 0  11
éq  HO(aq)


éq

c) Acidité d’une solution, basicité d’une solution


On définit le caractère acide, basique ou neutre d’une solution aqueuse par comparaison de son pH avec
celui de l’eau pure.

Solution acide : H3O(aq)  sol.ac.  H3O(aq)  eau pure


+ +


 H3O +

(aq) sol.ac.  1,0.107 mol.L1

 log H3O +

(aq) sol.ac.   log 1,0.107 

pH  7,0

Solution basique : H3O(aq)  sol.basique  H3O(aq)  eau pure


+ +


H3O +

(aq) sol.basique  1,0.107 mol.L1

 log H3O +

(aq) sol.basique   log 1,0.107 

pH  7,0

Solution neutre : H3O(aq) sol.neutre  H3O(aq)  eau pure


+ +


H3O +

(aq) sol.neutre  1,0.107 mol.L1

 log H3O +

(aq) sol.neutre   log 1,0.107 

pH  7,0

D’où l’échelle de pH en solution aqueuse :

Sol. acides 7, 0 pH à 25°C


Sol. basiques

de + en + acide de + en + basique

-4-
Terminale S – Chapitre 1 : Acides et bases

pH de quelques milieux biologiques et boissons :

Remarque importante : ne pas confondre le caractère acide d’une espèce chimique, lié au fait qu’elle peut
céder un proton H + avec le caractère acide d’une solution aqueuse, lié à son pH et
à sa concentration en ions oxonium  H3O(aq)
+
 .
Même remarque pour base et solution basique.

III – Les équilibres acido – basiques


1) Notion d’équilibre chimique
a) Mise en évidence expérimentale
Cf. TP 1 § 1)

b) Définition
Dans le cas de la réaction de CH3COOH(aq) avec l’eau, le réactif limitant n’est pas entièrement consommé,
il en reste à l’état final alors que le système n’évolue plus.
Quand le réactif limitant n’a pas totalement disparu à l’état final, on dit que la transformation est limitée.
On la symbolisera par le signe (au lieu de  ).
Autre exemple : l’autoprotolyse de l’eau 2 H2O l H3Oaq   HOaq  est une réaction très limitée mais elle
permet néanmoins d’expliquer la présence des ions hydroxyde et oxonium, même dans une
eau très pure. En effet, en toutes circonstances,  H3Oaq   HOaq    Ke .

Remarque : quand on ne sait pas, à priori, si une transformation est totale ou limitée, on utilise . Si on
démontre qu’elle est totale, on peut réécrire l’équation avec  .
Le système est dit dans un état d’équilibre chimique quand les concentrations et donc les quantités de
matière des différentes espèces (réactifs et produits) n’évoluent plus. Cet état correspond à l’état final. Cet
équilibre chimique est un équilibre dynamique : il ne se traduit pas par l’absence de réaction chimique, par
l’existence de deux transformations inverses mais se produisant simultanément (et à la même vitesse).

-5-
Terminale S – Chapitre 1 : Acides et bases
Remarque : on présentera le tableau d’avancement comme suit :
Equation chimique
E.I. x  0
E.Int. x  mol 
E.F. x  x f  xéq
E.F. si la réaction est totale x  xmax

c) Détermination du caractère total ou limité d’une réaction


Si xéq  x f  xmax la transformation est limitée.
Si xéq  x f  xmax la transformation est totale.

d) Taux d’avancement final d’une réaction


xf
f  , en général exprimé en %.
xmax
Si  f  1 la réaction est limitée.
Si  f  1 la réaction est totale.
Remarque : on ne peut jamais avoir  f  1 .

e) Déplacement d’équilibre
En général, une modification de la concentration d’un espèce au sein d’un système chimique à l’équilibre
provoque une évolution du système qui tend à s’opposer à cette modification.
Exemple : AH(aq)  H2O(l) A(aq)  H3O+(aq)
1
2

Si on acidifie le système, en rajoutant des ions H3Oaq  , ceux-ci seront consommés par la réaction
(2). Un nouvel équilibre sera atteint.

2) Force des acides et des bases


a) Acides forts, acides faibles
Lorsqu’on introduit un acide HA dans l’eau, il réagit avec la base H 2O .
L’acide est fort si cette réaction est quasi-totale, quelle que soit la concentration initiale en acide.
Son équation s’écrit alors : AH(aq)  H2O(l)   A(aq)  H3O+(aq)

Exemple : le chlorure d’hydrogène HCl g  réagit totalement avec l’eau, HCl g  est un acide fort
 H3Oaq   Claq 
HCl aq   H2O l 
On obtient alors une solution d’acide chlorhydrique.
L’acide est faible si sa réaction avec l’eau est limitée, elle conduit à un équilibre chimique.
Son équation s’écrit alors : AH(aq)  H2O(l) A(aq)  H3O+(aq)

Exemple : l’acide éthanoïque réagit de façon limitée avec l’eau, CH3COOH aq  est un acide faible.
CH3COOH aq   H2O l CH3COOaq   H3Oaq 

-6-
Terminale S – Chapitre 1 : Acides et bases
b) Bases fortes, bases faibles
Lorsqu’on introduit une base Aaq  dans l’eau, elle réagit avec l’acide H 2O .
La base est forte si cette réaction est quasi-totale, quelle que soit la concentration initiale en base.
 
Son équation s’écrit alors A(aq)  H2O(l)   AH(aq)  HO(aq)

Exemple : l’hydrure de lithium réagit de façon totale avec l’eau. LiHs  est une base forte.
 Liaq   HOaq   H2g 
LiHs  H2O l 

La base est faible si sa réaction avec l’eau est limitée, elle conduit à un équilibre chimique. Son équation

s’écrit alors : A(aq)  H2O(l) AH(aq)  HO(aq)

Exemple : la méthylamine réagit de façon limitée avec l’eau. CH3 NH 2 aq  est une base faible.
CH3 NH2 aq   H2Ol CH3 NH3aq   HOaq 

c) Propriétés
La base conjuguée A  d’un acide faible HA est faible.
L’acide conjugué HA d’une base faible A  est faible.

d) Mélange d’un acide fort et d’une base forte


La réaction acido – basique entre la base forte d’un couple et un acide fort d’un autre couple est quasi –
totale. Elle est aussi exothermique (cf. TP 1). L’énergie thermique libérée par la réaction est d’autant plus
grande que les quantités de matière mises en jeu sont importantes.
Exemple (typique) : réaction entre H3Oaq  , acide du couple H3Oaq  / H 2O l
et HOaq  , base du couple H2O l / HOaq 
H3Oaq   HOaq  
 2 H2Ol

3) Constante d’acidité d’un couple acide – base


a) Définition

La constante d’acidité K A d’un couple acide base AH(aq) / A(aq) est la constante d’équilibre associée à la
réaction de l’acide du couple avec l’eau.

AH(aq)  H2O(l)  A(aq)  H3O(aq)
+

 A (aq)

  H3O(aq)
+

KA  éq éq

 AH (aq) 
éq

Les concentrations des espèces chimiques sont exprimées à l’équilibre.


K A ne depend que de la température pour un couple donné.
 pK
Remarque : il peut être commode d’utiliser pK A   log K A  K A  10 A

-7-
Terminale S – Chapitre 1 : Acides et bases
 NH3(aq)  H3O(aq)
+

Exemple 1 : K A  NH +
/ NH3(aq)   éq éq
 6,3.10 10 à 25°C
 NH 4(aq) 
4(aq) +
éq

D’où pK A  NH +
4(aq) / NH3(aq)   9, 2

CH3COO (aq)

 H3O(aq)+

Exemple 2 : K A  CH3COOH (aq) / CH 3COO 
(aq)   CH COOH  éq 1,6.10 5 à 25°C
éq

 3 (aq) 
éq

D’où pK A  CH3COOH(aq) / CH3COO 


(aq)   4,8
 H3O(aq)
+

Exemple 3 : K A  H3O +
/ H2 O(l)   éq
 1, 0
 H3O(aq) 
(aq) +
éq

D’où pK A  H3O +
(aq) / H2O(l)   0

Exemple 4 : K A  H2O(l) / HO(aq)



  H3O(aq)
+
 HO(aq)

  Ke 1,0.10 14 à 25°C
éq éq

D’où pK A  H2O(l) / HO(aq)



  pKe  14
Autres exemples :

b) Classement

Dans l’eau, plus le pK A du couple est grand (ou plus la constante d’acidité est petite), moins l’acide se
dissocie dans l’eau (ou plus l’acide est faible).
Dans l’eau, plus le pK A du couple est grand, plus la base se dissocie dans l’eau (ou moins la base est
faible).

-8-
Terminale S – Chapitre 1 : Acides et bases
c) Diagrammes de prédominance
i. Relation entre pH et pK A

 A (aq)

  H3O(aq)
+

KA  éq éq
donc
 AH (aq) 
éq

  A (aq)

  H3O(aq) +
    A (aq)

 
 
pK A   log K A   log  éq éq    log  éq   log  H3O(aq)

+

  AH (aq)     AH (aq)   éq
 éq   éq 
  A (aq)

 

 pK A   log  éq   pH
  AH (aq)  
 éq 
  A (aq)

 
  
D’où pH  pK  log éq
A
  AH (aq)  
 éq 

ii. Domaine de prédominance


C’est le domaine de pH pour lequel la concentration d’une espèce est supérieure à la concentration de
l’espèce conjuguée.


Soit un couple AH(aq) / A(aq) .
 A (aq)


 Si l’acide prédomine, alors  AH(aq)    A 
 donc éq
1
 AH (aq) 
éq (aq) éq
éq

 A  
(aq)
D’où log éq
 log1  0  pH  pK A  0  pH  pK A
 AH (aq) 
éq

 A (aq)


 Si la base prédomine, alors  AH(aq)    A 
 donc éq
1
 AH (aq) 
éq (aq) éq
éq

 A  
(aq)
D’où log éq
 log1  0  pH  pK A  0  pH  pK A
 AH (aq) 
éq

 A (aq)


 Si aucune des espèces n’est prédominante, alors  AH(aq)    A 
 donc éq
1
 AH (aq) 
éq (aq) éq
éq

 A  
(aq)
D’où log éq
 log1  0  pK A  pH  0  pH  pK A
 AH (aq) 
éq

iii. Diagramme de prédominance

 AH(aq)    A(aq)

 pK A  AH(aq)    A(aq)

 pH
éq éq éq éq


AH(aq) domine A (aq) domine

-9-
Terminale S – Chapitre 1 : Acides et bases
Exemple 1 : NH +
4(aq) / NH3(aq) pK A  9, 2

 NH4(aq)    NH3(aq)  9, 2  NH4(aq)    NH3(aq) 


éq éq pH
éq éq

NH 4(aq) domine NH3(aq) domine


Exemple 2 : CH3COOH (aq) / CH3COO (aq) pK A  4,8

CH3COOH(aq)   CH3COO(aq)

 4,8 CH3COOH(aq)   CH3COO(aq)

 pH
éq éq éq éq


CH3COOH(aq) domine CH3COO(aq) domine
d) Applications
i. Cas des indicateurs colorés

 Indicateur coloré : couple acide / base noté HIn (aq) / In (aq) dont les teintes des deux espèces conjuguées
sont différentes. Ex
Exemple : Le BBT (bleu de bromothymol) : forme acide jaune et forme basique bleue ; la phénolphtaléine :
forme acide incolore et forme basique bleue, cf. livre, page de rabat.

 Dans l’intervalle pK A  1  pH  pK A  1 (appréciation à l’œil nu) appelé zone de virage,  HIn (aq)  et
 In (aq)

 sont du même ordre de grandeur, la teinte est intermédiaire, on l’appelle teinte sensible.

Exemple : BBT pK A  6,8


5,8 6,8 7,8 pH

Remarque : pour le BBT, les manuels donnent pour la zone de virage pH  6,0;7,6 .

ii. Cas des acides aminés H2N COOH


CH
On rappelle qu’un acide  -aminé est une espèce polyfonctionnelle de formule :
On trouve un groupement carboxyle et un groupement amine.
R
 acides carboxyliques :

pK A   2;5 en général
 amines :

pK A  9;10 en général
- 10 -
Terminale S – Chapitre 1 : Acides et bases
 acides aminés :

Remarque : La forme  H3 N  CHR  COO s’appelle zwitterion ou amphion.

iii. Cas des solutions tampons


La présence simultanée en solution des formes acide et basique d’un
couple acido – basique empêche le pH de varier sensiblement lors d’un
ajout modéré d’acide fort ou de base forte ou lors d’une dilution.
Une telle solution est appelée solution tampon. Elle est efficace pour
l’intervalle  pK A  1; pK A  1 autour du pK A du couple en jeu, car dans
cet intervalle, la forme acide et la forme basique du tampon sont toutes
deux présentes en quantités notables.
Remarque : le pH du sang est régulé (autour de 7,4) par les espèces du
couple H2CO3 / HCO3 (cf. activité « Régulation dans les
milieux biologiques »)

4) pH d’une solution d’acide ou de base


a) Acide fort

AH(aq)  H2O(l) 
 A(aq)  +
H3O(aq)
E.I. x  0 ni  HA  excès 0 0
E.Int. x  mol  ni  HA   x excès x x
E.F. x  xmax ni  HA   xmax  0 excès xmax xmax

 
xmax  ni  HA  d’où n f H3Oaq   ni  HA 

On a  H3Oaq   

n f H3Oaq    n  HA   c
i
HA
f Vsol Vsol
D’où pH   log H3O aq     log c , où c est exprimé en mol.L1

Exemple : déterminer le pH d’une solution d’acide chlorhydrique de concentration 5,0.103 mol.L1 .


pH   log c   log  5,0.103   2,3

- 11 -
Terminale S – Chapitre 1 : Acides et bases
b) Base forte
Aaq   H2O(l) 
 HA(aq)  
HO(aq)
E.I. x  0 ni  A   excès 0 0
E.Int. x  mol  ni  A    x excès x x
E.F. x  xmax ni  A   xmax  0 excès xmax xmax

xmax  ni  A   d’où n f  HO(aq)



  ni  A 
n f  HO(aq)

 ni  A  
On a  HO(aq)

    cA
f Vsol Vsol
Ke Ke
Or  H3Oaq   HOaq    Ke donc  H3Oaq   
      HO   c
  aq  
Ke
Donc pH   log  H3O aq     log

  log Ke  log c  pK e  log c
c
Exemple : déterminer à 25°C le pH d’une solution d’hydroxyde de sodium de concentration 1,0.102 mol.L1 .
pH  pKe  log c  14  log 1,0.102   14  2  12

- 12 -

Vous aimerez peut-être aussi