Vous êtes sur la page 1sur 5

Consultez les discussions, les statistiques et les profils des auteurs de cette publication sur: https://www.researchgate.

net/publication/344214103

Lésions acrales dans une population pédiatrique pendant la pandémie COVID-19: une
série de cas de 36 patients d'un seul hôpital en Espagne

Article dans World Journal of Pediatrics · Septembre 2020


DOI: 10.1007 / s12519-020-00390-0

CITATIONS LISE

3 30

7 auteurs , comprenant:

Pau Rosés Gibert


Osakidetza

4 PUBLICATIONS 15 CITATIONS

VOIR LE PROFIL

Tout le contenu suivant cette page a été téléchargé par Pau Rosés Gibert le 28 octobre 2020.

L'utilisateur a demandé une amélioration du fichier téléchargé.


Journal mondial de pédiatrie
https://doi.org/10.1007/s12519-020-00390-0

RAPPORT BREF

Lésions acrales dans une population pédiatrique pendant la pandémie de COVID-19:


une série de cas de 36 patients d'un seul hôpital en Espagne

Pau Rosés-Gibert 1 · Javier Gimeno Castillo 1 · Amaia Saenz Aguirre 1 · Francisco Javier De la Torre Gomar 1 · Lucía
Carnero González 1 · Zuriñe Martinez de Lagrán Alvarez de Arcaya 1 · Ricardo Gonzalez ‑ Perez 1

Reçu: 12 juin 2020 / Accepté: 24 août 2020


© Hôpital pour enfants, École de médecine de l'Université du Zhejiang 2020

Abstrait
Arrière-plan Décrire les découvertes acrales cutanées dans une population pédiatrique constatées au cours de cette pandémie.
Méthodes Une étude descriptive rétrospective a été réalisée pour collecter des données sur 36 patients de moins de 14 ans, présentant des
manifestations cutanées acrales suspectes pour la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).
Résultats Les patients étaient majoritairement des hommes (63,8%). L'âge moyen était de 11,11 ans. 66,67% des patients présentaient des papules
érythémateuses et 44,44% des macules purpuriques. Les pieds ont été touchés chez 97,22% des patients et les mains chez 5,55%. Les lésions étaient
asymptomatiques chez 50% des patients. 30,55% des patients ont présenté des signes extracutanés, précédant les lésions cutanées en 12,62 jours. Sept patients
ont subi des tests spécifiques de coronavirus aigu sévère 2 (SRAS-CoV-2); tous ces patients ont été testés négatifs.
Conclusions L'association entre ces symptômes et le SRAS-CoV-2 reste incertaine. Nous recommandons d'utiliser ces
manifestations comme signe d'infection par le SRAS-CoV-2 chez les enfants. Cela pourrait conduire à l'examen d'enfants
asymptomatiques et légèrement symptomatiques afin d'éviter les contagions.

Mots clés Lésions acrales · Acro-ischémie aiguë · Chilblain-like · COVID-19

introduction rapports de ces manifestations dans la population pédiatrique [ 9 , 12 , 13 ].


À l'hôpital universitaire Araba, à Vitoria-Gasteiz (nord de l'Espagne), le
En décembre 2019, des cas de pneumonie causés par un nouveau coronavirus nombre de consultations pour lésions acrales chez les enfants a
connu sous le nom de coronavirus aigu sévère 2 (SARS-CoV-2) ont été décrits largement dépassé l'habituel, ce qui a conduit à une exploration plus
dans un premier temps. Cette maladie a ensuite été nommée maladie à approfondie.
coronavirus 2019 (COVID-19) [ 1 ]. Le COVID-19 s'est répandu rapidement dans
le monde entier, entraînant une pandémie [ 2 ], annoncé le 11 mars 2020 par
l'Organisation mondiale de la santé. À ce jour (10 août 2020), l'Espagne est le Méthodes
11e pays le plus touché au monde avec 314362 cas et

Étudier le design
28 503 décès signalés.
Nous avons revu en profondeur la littérature concernant les Nous avons réalisé une étude descriptive rétrospective de notre
manifestations cutanées du COVID-19. Les manifestations cutanées les plus population pédiatrique (considérée comme âgée de moins de 14 ans en
fréquemment rapportées sont une éruption érythémateuse, vésiculaire ou Espagne). 36 enfants de notre région (Álava, Espagne) se sont présentés
urticarienne [ 3 - 6 ]. Il a également été décrit des cas présentant des lésions à notre institution avec des symptômes cutanés acral cohérents avec
acrales érythémateuses ou purpuriques [ 7 - 13 ], ce qui peut également être ceux décrits précédemment pour le COVID-19. La présente étude
courant. Il y en a peu comprend des patients évalués du 7 au 27 avril 2020. Toutes les études
sur l'homme et l'animal ont été approuvées par un comité d'examen
institutionnel.
* Pau Rosés-Gibert En raison du statut pandémique, les données sur tous les patients
pau_roses@hotmail.com
ont été obtenues grâce à des consultations de télédermatologie référées
1
Araba University Hospital, Francisco Leandro de Viana par des pédiatres de notre région. Pour cette raison, les enquêtes
Street, 01009 Vitoria, Espagne complémentaires ont été limitées.

13
Vol.: (0123456789)
Journal mondial de pédiatrie

Méthodes d'enregistrement des données Tableau 1 Manifestations cutanées et extracutanées ( n = 36)

Variables Valeurs, n (%)


Les données sur ces 36 enfants ont été compilées puis enregistrées à l'aide de
Morphologie
Microsoft Excel 2010. Nous avons enregistré l'âge, le sexe, les antécédents
Papules érythémateuses 24 (66,67)
médicaux et l'environnement épidémiologique (contact avec des patients
Macules purpuriques 16 (44,44)
COVID-19 confirmés ou suspectés). Le profil des lésions cutanées (macules
Tous les deux 4 (11,11)
purpuriques et papules érythémateuses) ainsi que leur localisation et leur
Érosion 5 (13,8)
durée ont été évalués. Symptomatologie liée aux manifestations cutanées
Gonflement 6 (16,67)
(douleur, prurit ou asymptomatique) et autres manifestations extracutanées
Distribution
suggérant une infection au COVID-19 (fièvre, toux, dyspnée, diarrhée, myalgie,
Mains 2 (5,55)
anosmie, agueusie), ainsi que leur relation temporaire avec des
Pieds 35 (97,22)
manifestations cutanées (antécédentes, coïncidentes, ultérieures) ont
Tous les deux 1 (2,78)
également été recueillies. De plus, tous les tests diagnostiques effectués, les
Latéralité
traitements reçus et l'évolution des signes cutanés et de l'infection ont été
Unilatéral 20 (41,67)
enregistrés.
Bilatéral 21 (58,33)
Symétrique 10 (47,62)
Asymétrique 11 (52,38)

analyses statistiques Symptomatologie


Prurit 14 (38,89)

L'analyse statistique a été réalisée à l'aide de Microsoft Excel La douleur 8 (22,22)

2010. L'âge et la durée des lésions étaient des variables Asymptomatique 18 (50,00)

quantitatives. La moyenne arithmétique et l'âge médian ont été Manifestations extracutanées ( n = 11)

calculés. D'autres variables étaient qualitatives ou dichotomiques et La fréquence 11 (30,55)


Taper
ont été résumées à l'aide de pourcentages.
Respiratoire 7 (63,64)
Non respiratoire 4 (36,36)
Période de latence (d) 12,62

Résultats Symptômes

Toux 7 (63,64)
Nos résultats sont résumés dans le tableau 1 . Certaines images cliniques Fièvre 3 (27,27)
des lésions peuvent être trouvées dans les Fig. 1 et 2 . Diarrhée, nausées et 3 (27,27)
Sur 36 patients inclus dans notre étude, 23 (63,89%) étaient des hommes. Les vomissements Asthénie et myalgie 2 (18,18)
âges variaient de 3 à 13 ans, l'âge moyen étant de 11,1 ans et l'âge médian de 13

ans. Trois (8,33%) des patients ont eu des contacts étroits avec des agents de santé. affecté chez cinq (14,28%) patients. Une atteinte plantaire a été
Douze (33,33%) des patients ont rapporté des contacts étroits avec des personnes notée chez quatre (11,42%) patients. Les deux enfants avec atteinte
diagnostiquées avec ou avec une infection au COVID-19 cliniquement suspectée. de la main avaient des lésions sur le dos. Aucun des patients
Aucun des patients n'a rapporté de changement de médication un mois avant

l'apparition des symptômes cutanés.

Les résultats cliniques incluaient des papules érythémateuses chez 24


(66,67%) patients, semblables aux engelures. Seize (44,44%) patients avaient
des macules purpuriques. Quatre (11,11%) patients ont manifesté les deux.
Une ou plusieurs érosions étaient présentes dans cinq (13,89%) cas, et un
gonflement était présent chez six (16,67%) patients. Trente-cinq (97,22%)
patients ont montré une atteinte des pieds, tandis que les mains ont été
touchées chez deux (5,55%) patients. Un patient (2,77%) avait les deux mains
et les pieds touchés. Les lésions étaient bilatérales chez 21 (58,33%) patients.
Chez les individus présentant des lésions bilatérales, 10 (47,62%) étaient
symétriques et 11 (52,38%) asymétriques.
Dans l'atteinte du pied, le dos était atteint dans 21 cas (65,71%).
La pulpe des orteils était la deuxième localisation la plus fréquente, Fig. 1 Plaques érythémateuses de type engelure réparties dans le dos des
observée chez 12 patients (34,28%). Les talons étaient orteils droits

13
Journal mondial de pédiatrie

côté plantaire des deux talons. Fait intéressant, ils se sont produits
jusqu'à 25 jours après le début de la quarantaine liée au COVID-19.
L'étiologie des lésions acrales reste incertaine [ 14 ]. Certains
auteurs [ 15 ] considèrent que l'éclosion de ces lésions pourrait être
causée par des changements de mode de vie dus à la quarantaine.
L'importance du temps froid a également été postulée comme
étant un élément déclencheur majeur de ces lésions [ 16 ].
Néanmoins, à la suite de l'épidémie concomitante de COVID-19,
nous considérons que le SRAS-CoV-2 est susceptible d'être associé.
D'une part, un processus microangiopathique et inflammatoire a
été documenté chez certains patients [ 8 , 11 , 17 ]. Magro et coll. [ 17 ]
ont rapporté que l'infection au COVID-19 peut provoquer
l'activation du complément par les voies alternatives et médiées par
la leptine, conduisant à l'inflammation et à la formation de
thrombus. Par la suite, Kanitakis et al. [ 18 ] ont confirmé cette
hypothèse, trouvant des dépôts d'endothélialite, de microthrombes
et de fibrine, ainsi que des dépôts d'immunoglobulines (IgM, IgA) et
de C3, sur les vaisseaux dermiques lors d'une immunofluorescence
directe. En parallèle, Colmenero et al. [ 19 ] ont finalement signalé la
Fig. 2 Macule brunâtre purpurique affectant le bord proximal de l'ongle du présence de particules virales dans les cellules endothéliales par
premier orteil du pied droit
microscopie électronique. Nous considérons que cette théorie
pourrait être l'explication la plus précise concernant le retard de ces
présentait une atteinte muqueuse. Les manifestations cutanées étaient manifestations cutanées et sa causalité.
asymptomatiques chez la moitié (50%) des patients. Le prurit était le En revanche, les articles publiés par Landa et al. [ 11 ] et Piccolo et al. [ dix ]
symptôme le plus fréquemment rapporté, ( n = 14, 38,89%), suivie de la proposent que ces lésions pourraient représenter une réaction
douleur ( n = 8, 22,22%). Ainsi, six (16,66%) patients ont utilisé des immunologique antigène-anticorps retardée au SRAS-CoV-2. Cela pourrait
traitements topiques, tels que des stéroïdes topiques ou des expliquer leur développement chez les patients asymptomatiques et peu
antibiotiques, en raison d'un inconfort local ou d'une ulcération. symptomatiques ainsi que leur évolution retardée par rapport aux
Des signes extracutanés ont été observés chez 11 (30,55%) patients, manifestations extra-cutanées. En outre, la négativité de la PCR dans
dont 7 (63,64%) présentaient des symptômes respiratoires (toux). De la l'écouvillon nasopharyngé pourrait également être expliquée par cette
fièvre (27,27%) et de la diarrhée (27,27%) ont été observées chez trois déclaration. Cliniquement, les lésions de type engelure, ainsi que les macules
patients. Deux (18,18%) patients ont présenté une asthénie et une purpuriques, ont tendance à être asymptomatiques et à évoluer avec une
myalgie. Des manifestations cutanées se sont développées après des évolution indolente [ 9 , dix , 12 , 13 ]. Ils apparaissent généralement chez les
symptômes externes chez huit (72,73%) patients avec une latence patients asymptomatiques ou paucisymptomatiques qui n'ont pas les critères
moyenne de 12,62 jours. Dans trois cas (27,27%), les symptômes cutanés supplémentaires nécessaires pour commander un test spécifique au
et extracutanés coïncidaient ou se chevauchaient. COVID-19 [ 7 , 9 , dix ]. Les résultats histopathologiques pourraient être utiles
Sept patients ont subi un test COVID-19 spécifique [tous les sept pour parvenir au diagnostic. Dans des cas similaires précédemment
ont subi un test de réaction en chaîne par polymérase (PCR), et un a rapportés, l'analyse histopathologique a montré des infiltrats lichénoïdes
également eu une sérologie (test d'immunochromatographie, superficiels et profonds, périvasculaires et péri-eccrins de lymphocytes, avec
Wondfo Biotech, Guangzhou, Chine)]. La latence moyenne altération vacuolaire de la couche basale et avec des kératinocytes
concernant la performance de ces tests après l'apparition des nécrotiques uniques dispersés [ 7 , 9 ]. L'extravasation des globules rouges et
symptômes était de 5,14 jours. Tous les tests étaient négatifs pour l'œdème cutané sont également souvent décrits [ 19 ]. Les données publiées
le SRAS-CoV-2. sur les tests sanguins complémentaires révèlent l'absence de résultats
pertinents [ 7 , 9 , 12 , 20 ]. Malheureusement, nous n'avons pas été en mesure
d'effectuer une biopsie cutanée ou des tests sanguins pour aucun de nos
Discussion patients en raison du manque de ressources et de l'évaluation à distance.

Au cours de l'épidémie pandémique de COVID-19, nous avons constaté Chez certains patients présentant des critères cliniques d'infection
des signes cutanés distinctifs chez les enfants. Ces cas peuvent se probable au COVID-19, une PCR à partir d'un écouvillon nasopharyngé a
présenter avec des papules érythémateuses acrales situées été réalisée, ainsi que des tests sérologiques pour les anticorps chez un
principalement sur le dos des doigts, imitant les engelures. Récemment, patient. Nous n'avons pas obtenu de confirmation en laboratoire du
nous avons reçu un nombre inhabituellement élevé de consultations COVID-19. Nous pensons que les résultats COVID-19-négatifs n'excluent
concernant les macules purpuriques, principalement situées sur le pas cette association, compte tenu du faible taux

13
Journal mondial de pédiatrie

des tests PCR positifs chez les enfants présentant des symptômes évocateurs 4. Henry D, Ackerman M, Sancelme E, Finon A, Esteve E. Éruption
urticarienne dans l'infection COVID-19. J Eur Acad Dermatol
du SRAS-CoV-2. En ce qui nous concerne, la négativité de l'écouvillon pourrait
Venereol. 2020; 34: e244–5.
s'expliquer par la disparition de la présence virale détectable après une brève
5. Su CJ, Lee CH. Exanthème viral dans COVID-19, une énigme clinique
évolution asymptomatique [ 12 ]. De plus, la sensibilité de certains des tests d'importance biologique. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2020; 34:
sérologiques actuellement disponibles est faible, ce qui confirme notre e251–2.
affirmation.
6. Marzano AV, Genovese G, Fabbrocini G, Pigatto P, Monfrecola G,
Piraccini BM, et al. Exanthème de type varicelle en tant que
La prise en charge des patients présentant des lésions de type
manifestation cutanée spécifique associée au COVID-19: série de cas
engelure et des macules acrales purpuriques n'est pas bien établie. Ils multicentrique de 22 patients. J Am Acad Dermatol. 2020; 83: 280-5.
restent généralement asymptomatiques ou montrent une évolution 7. Kolivras A, Dehavay F, Delplace D, Feoli F, Meiers I, Milone
L et coll. Engelures induites par une infection à coronavirus (COVID-19):
indolente; par conséquent, aucun traitement n'est nécessaire [ 7 , 9 ].
un rapport de cas avec des résultats histopathologiques. JAAD Case
Certains patients de notre série ont utilisé des stéroïdes topiques pour
Rep.2020; 6: 489–92.
une gêne locale. Des antibiotiques topiques étaient également 8. Alramthan A, Aldaraji W. Un cas de COVID-19 se présentant dans le
recommandés si les lésions présentaient des signes de nécrose ou tableau clinique ressemblant à la maladie d'engelures: premier rapport
du Moyen-Orient. Clin Exp Dermatol. 2020; 45: 746–8.
d'ulcération. Cette description clinique pourrait ouvrir la voie au
9. Romaní J, Baselga E, Mitjà O, Riera-Martí N, Garbayo P, Vicente
développement d'études plus approfondies, y compris des analyses
A et coll. Chilblain et lésions purpuriques acrales en Espagne pendant la
histopathologiques, des tests sanguins (y compris une formule sanguine détention de covid: analyse rétrospective de 12 cas. Actas Dermosi-
complète et un dépistage de la coagulopathie) et des tests sérologiques filiogr. 2020; 111: 426–9 ( en anglais, espagnol).

COVID-19 plus précis. Si les résultats valident nos résultats, les


dix. Piccolo V, Neri I, Filippeschi C, Oranges T, Argenziano G, Battarra VC, et
al. Lésions de type Chilblain pendant l'épidémie de COVID-19: une étude
manifestations cutanées acrales représenteront un indice utile pour
préliminaire sur 63 patients. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2020; 34:
identifier le COVID-19 chez les enfants asymptomatiques et e291–3.
paucisymptomatiques et aideront à identifier les contacts et le besoin 11. Landa N, Mendieta-eckert M, Fonda-pascual P, Aguirre T. Lésions de type
Chil- blain sur les pieds et les mains pendant le diagnostic COVID-19. Int J
potentiel de quarantaine.
Dermatol. 2020; 59: 739–43.
12. Recalcati S, Barbagallo T, Frasin LA, Prestinari F, Cogliardi A,
Remerciements Nous tenons à remercier tous nos collègues du
Provero MC, et al. Lésions cutanées acrales au moment du COVID-
département de dermatologie de l'hôpital universitaire Araba pour leur
19. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2020; 34: e346–7.
collaboration. De plus, nous tenons également à remercier les pédiatres
13. Mazzotta F, Troccoli T.Acro-ischémie aiguë chez l'enfant au moment du
de notre hôpital et des centres de soins primaires locaux qui ont
COVID-19. Eur J Pediat Dermatol. 2020; 30: 71–4. Docampo-Simón A,
collaboré et nous ont aidés à réaliser cette étude.
14. Sánchez-Pujol MJ, Juan-Carpena G, Palazón-Cabanes JC, Vergara-De Caso
E, Berbegal L, et al. Les lésions cutanées acrales ressemblant à des
Les contributions de l'auteur RGP et GCJ ont contribué à parts égales à ce engelures sont-elles vraiment indicatives du COVID-19? Une étude
manuscrit. RGP et GCJ sont les principaux chercheurs de ce manuscrit. Tous les prospective et une revue de la littérature. J Eur Acad Dermatologie
auteurs ont contribué au concept, à la conception, à l'acquisition de données, à Venereol. 2020. https://doi.org/10.1111/jdv.16665 .
l'analyse et à l'interprétation des données, à la rédaction de l'article et à sa révision 15. Herman A, Peeters C, Verroken A, Tromme I, Tennstedt D, Marot
critique pour un contenu intellectuel important. Tous les auteurs ont approuvé la L et coll. Évaluation des engelures en tant que manifestation de la
soumission du manuscrit. pandémie COVID-19. JAMA Dermatology. 2020. https://doi.org/10.1001/
jamadermatol.2020.2368 .
Financement Cette recherche n'a reçu aucune subvention spécifique d'aucun organisme 16. Joob B, Wiwanitkit V. Commentaire sur "Lésions de type engelure chez
de financement des secteurs public, commercial ou sans but lucratif. les enfants suite à une infection suspectée au COVID-19". Pediatr
Dermatol. 2020; 37: 441.
17. Magro C, Mulvey JJ, Berlin D, Nuovo G, Salvatore S, Harp J, et al.
Conformité aux normes éthiques Complément des lésions microvasculaires associées et de la thrombose
dans la pathogenèse d'une infection sévère à COVID-19: un rapport de
Approbation éthique Toutes les études sur l'homme et l'animal ont été approuvées par le cinq cas. Transl Res. 2020; 220: 1–13.
comité d'examen institutionnel de l'hôpital universitaire Araba. 18. Kanitakis J, Lesort C, Danset M, Jullien D. Lésions acrales de type
Chilblain pendant la pandémie COVID-19 («COVID orteils»): étude
histologique, immunofluorescence et immunohistochimique de 17
Conflit d'intérêt Les auteurs déclarent qu'il n'y a pas de conflit
cas. J Am Acad Dermatol. 2020; 83: 870–5.
d'intérêts.
19. Colmenero I, Santonja C, Alonso-Riaño M, Noguera-Morel L,
Hernández-Martín A, Andina D, et al. L'infection endothéliale du
SRAS-CoV-2 provoque des engelures par le COVID-19: étude
histopathologique, immunohistochimique et ultrastructurale de
Les références sept cas pédiatriques. Br J Dermatol. 2020. https://doi.org/10.1111/BJD.19327
20. . Roca-Ginés J, Torres-Navarro I, Sánchez-Arráez J, Abril-Pérez
1. Zhu N, Zhang D, Wang W, Li X, Yang B, Song J, et al. Un nouveau C, Sabalza-Baztán O, Pardo-Granell S, et al. Évaluation des lésions acrales
coronavirus de patients atteints de pneumonie en Chine, 2019. N Engl J aiguës dans une série de cas d'enfants et d'adolescents pendant la
Med. 2020; 382: 727–33. pandémie de COVID-19. JAMA Dermatol. 2020. https: // doi. org / 10.1001
2. Cucinotta D, Vanelli M. L'OMS déclare que le COVID-19 est une / jamadermatol.2020.2340 .
pandémie. Acta Biomed. 2020; 91: 157–60.
3. Recalcati S. Manifestations cutanées dans COVID-19: une première Note de l'éditeur Springer Nature reste neutre en ce qui concerne les revendications juridictionnelles

perspective. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2020; 34: e212–3. dans les cartes publiées et les affiliations institutionnelles.

13

Viie
ewwppu
ubblliiccaattiioau
n sstta
attss