Vous êtes sur la page 1sur 135

GODIN ANNE

PROMOTION 2003-2005

MEMOIRE

LES CONTES ILLUSTRES JEUNESSE D'AFRIQUE NOIRE


DANS LE PAYSAGE EDITORIAL ET CULTUREL FRANÇAIS

Tuteur: Madame Hache-Bissette

INSTITUT UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE. René Descartes. Paris 5


Département Information et Communication
Option Métiers du Livre
143 avenue de Versailles
75016 PARIS
GODIN ANNE
PROMOTION 2003-2005

MEMOIRE

LES CONTES ILLUSTRES JEUNESSE D'AFRIQUE NOIRE


DANS LE PAYSAGE EDITORIAL ET CULTUREL FRANÇAIS

Tuteur: Madame Hache-Bissette

INSTITUT UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE. René Descartes. Paris 5


Département Information et Communication
Option Métiers du Livre
143 avenue de Versailles
75016 PARIS

2
REMERCIEMENTS

Je tenais à remercier Madame Françoise Hache-Bissette d'avoir accepté d'être ma


tutrice (J'y tenais tant!), d'avoir cru en mon projet et de m'avoir soutenue à chaque étape. Son
intérêt m'a encouragée à mener à bien ce mémoire qui me tenait, me tient et me tiendra
sûrement encore longtemps à cœur!
J'adresse également mes remerciements à Madame Decaux pour sa disponibilité, son
écoute attentive et ses précieux conseils.
Merci à tous les libraires, conteurs, bibliothécaires, auteurs et illustrateurs, professeurs
des écoles, éditeurs, associations qui, passionnés de littérature jeunesse et contes africains,
m'ont fait partager leur expérience et m'ont transmis leur savoir tels les griots d'Afrique
noire… Je retiendrai de ce mémoire ces formidables rencontres et échanges.
Un petit clin d'œil à Mathilde Taconet, étudiante en licence professionnelle édition à
Paris V, stagiaire chez Actes Sud Junior, qui a réceptionné mon courrier et a eu la gentillesse
de le transmettre à Madeleine Thoby, éditrice.
Et merci à Louis Armstrong, Duke Ellington, Glenn Miller, Ella Fitzgerald, Ray
Charles, Billie Holiday, Miles Davis, Dee Dee Bridgewater, Diana Krall et bien d'autres, qui
ont accompagné, sur des airs jazzys, mes longues plages d'écriture…

3
Le monde en fête

Création originale de Klaxon

4
PAROLES DE GRIOTS1

1
Source: Sagesse africaine de Mariama Hima, La Table Ronde, 2003

5
SOMMAIRE

Introduction ........................................................................................................................... 8

I- Les contes africains, de l'Afrique noire à la France: présentation................................ 10

1. L'Afrique noire, berceau de contes de tradition orale: tradition et caractéristiques....... 10


a) L'Afrique noire, une société orale............................................................................ 11
b) Le conteur, un passeur de textes.............................................................................. 12
c) Du conte aux épopées, les genres de la littérature orale d'Afrique noire................. 14
d) Les personnages du conte........................................................................................ 16
e) Les fonctions du conte: un miroir de la société........................................................18

2. Les enfants et les contes africains: quelle relation?....................................................... 20


a) En Afrique noire, pédagogie et initiation par le conte............................................. 20
b) Les contes africains pour les petits Français............................................................22

3. Les contes africains illustrés dans l'édition jeunesse en France: les éditeurs et leurs
fonds......................................................................................................................................... 26
a) Petite analyse générale de l'offre..............................................................................26
b) Les contes de Seuil Jeunesse: de véritables chefs-d'œuvre indétrônables............... 28
c) Autrement Jeunesse: Yves Pinguilly et Florence Koenig........................................ 31
d) Gautier-Languereau: le travail sur l'image...............................................................33
e) Didier Jeunesse: Comptines et berceuses du baobab...............................................34
f) Actes Sud Junior: une initiation aux contes africains...............................................34
g) Pastel: l'Afrique à travers les albums de Anne-Catherine de Boel.......................... 35
h) L'Ecole des Loisirs et les albums du Père Castor Flammarion: une approche
similaire du conte africain........................................................................................................ 37
i) Points de suspension pour une Afrique moderne......................................................38

II- Les grandes tendances du marché...................................................................................39

1. L'Epopée de Soundiata Keïta, le chef-d'œuvre de ces dernières années: étude littéraire et


graphique.................................................................................................................................. 39
a) L'histoire...................................................................................................................40
b) L'épopée de Soundiata Keïta vue par Dialiba Konaté: l'œuvre originale d'un griot
des temps modernes au parcours atypique............................................................................... 42
c) Martine Laffont un travail d'adaptation époustouflant............................................. 46

2. Du conte populaire et traditionnel au conte moderne: des différences d'écriture et


d'illustration.............................................................................................................................. 50
a) Le concept de contes populaires traditionnels et de contes modernes..................... 50
b) Anne-Catherine de Boel et Véronique Vernette: deux approches différentes de
l'Afrique....................................................................................................................................51
c) Rafara de Anne-Catherine de Boel: un conte populaire traditionnel de l'Afrique
noire..........................................................................................................................................52
d) Moi, j'attendais la pluie de Véronique Vernette: un conte moderne....................... 57

3. Les livres-CD: le conte lu dans la tradition orale?......................................................... 63

6
a) L'importance de la musique et des chants dans la société d'Afrique noire.............. 65
b) Wambi le chasseur d'antilopes: une idée originale pour un résultat décevant......... 65
c) Comptines et berceuses du baobab: un livre-CD magnifique, fort du savoir et de
l'expérience de Didier Jeunesse................................................................................................68

4- L'apparition de héros récurrents dans les albums ou l'occidentalisation du conte


d'Afrique noire?........................................................................................................................72
a) Une production atypique et dynamique................................................................... 73
b) Petite étude de cas: Zékéyé chez Hachette jeunesse................................................ 75

III- Diffusion et démocratisation des contes illustrés d'Afrique noire auprès du jeune
public....................................................................................................................................... 80

1. Les contes africains en librairie: étude des comportements d'achats et regard des
libraires sur la production.........................................................................................................81
a) Quelques observations qui révèlent un réel engouement pour les contes illustrés
d'Afrique noire..........................................................................................................................81
b) La place des contes illustrés d'Afrique noire dans les librairies.............................. 83
c) Les albums en tête des ventes.................................................................................. 84
d) Le regard des libraires sur la production..................................................................84

2. Les contes africains en bibliothèque.............................................................................. 88


a) Les politiques d'acquisition...................................................................................... 88
b) Les enfants dans leur rapport aux contes d'Afrique noire........................................ 89
c) La venue des conteurs et autres animations............................................................. 91

3. Les albums africains à l'école pour une institutionnalisation du conte: l'exemple de


Yakouba, sélection du Ministère de l'Education nationale.......................................................94
a) Les contes africains recommandés par l'Education nationale.................................. 94
b) Yakouba de Thierry Dedieu ou dans quelle mesure un conte d'Afrique noire peut-il
se prêter à une analyse de texte?.............................................................................................. 95

4- Le phénomène Kirikou et la sorcière ou comment les contes africains investissent les


salles de cinéma par le biais des films d'animation................................................................ 100

Conclusion............................................................................................................................. 103

ANNEXES...............................................................................................................................I

I. Articles et documents sources ........................................................................................II

II. Biographies d'auteurs & d'illustrateurs...............................................................XXXVII

III. Interviews et questionnaires............................................................................... .... XLV

IV. Bibliographie.................................................................................................... . .... LXIII

7
INTRODUCTION

En Afrique noire, les petits enfants sont bercés au son des contes, comptines, chants et
épopées dès leur plus jeune âge. Faisant partie intégrante de la culture africaine, ces contes
sont issus d'une tradition orale séculaire, transmise de génération en génération par les
conteurs, les griots, les sages, les vieillards, les femmes,…
Cette littérature orale a aujourd'hui dépassé les limites de l'Afrique noire, se répand à
travers le monde et trouve écho dans les adaptations musicales, scéniques, littéraires et
artistiques qui naissent de toute part. Dans l'ère actuelle, l'intérêt pour les cultures du monde
entier est réel et l'attirance pour l'Afrique noire, sa culture, ses formes artistiques et sa
littérature en est très certainement l'exemple le plus frappant aujourd'hui.
Forts de ce constat et attentifs aux désirs, exigences et goûts du public de plus en plus
tourné vers les cultures d'ailleurs, quelques éditeurs jeunesse français parmi les plus grands
tels que Didier Jeunesse, Seuil Jeunesse, Pastel, Actes Sud Junior ou Gautier-Languereau, ont
développé, depuis une dizaine d'années, une partie de leurs fonds autour des contes illustrés et
albums d'Afrique noire à l'intention des enfants de 3 à 10 ans.
Il semblerait ainsi que ces éditeurs cherchent à répondre au souhait qui anime nombre
d'adultes, des parents aux bibliothécaires, en passant par les professeurs: sensibiliser et
familiariser très tôt les enfants avec les cultures du monde entier et leur faire découvrir des
histoires venues d'ailleurs, notamment d'Afrique noire.
Mais qu'en est-il en réalité? Est-ce vraiment là leur ambition? Leurs politiques
éditoriales en matière de contes africains se définissent-elles comme telles? Comment ces
albums s'inscrivent-ils dans l'ensemble de leurs catalogues? Est-ce une tendance dans laquelle
s'engouffrent les éditeurs?
A travers une analyse très détaillée de la production allant de 1991 à 2005 qui
s'attardera longuement sur des études graphiques et littéraires de cas particuliers, nous allons
nous interroger sur la qualité de ces contes illustrés d'Afrique noire, sur leur accessibilité au
jeune public, leur respect de la tradition et leur créativité et comprendre comment ces contes
sont diffusés et amenés au grand public, quel est le rôle qui incombe aux différents acteurs
culturels (libraires, professeurs, bibliothécaires, conteurs,…) dans la démocratisation de ces
contes auprès du jeune public, quelles sont les initiatives menées dans ce sens et les moyens
disponibles. Nous nous attarderons également sur la perception que les enfants, les premiers
concernés tout de même, ont de ces contes illustrés d'Afrique noire, sur leurs préférences, …

8
Pour cela, nous replacerons dans un premier temps les contes africains dans leur
contexte, celui de la tradition orale, afin de mieux comprendre cette littérature, la place qu'elle
occupe dans la société africaine et disposer ainsi des outils nécessaires pour porter un regard
critique sur la production actuelle de contes illustrés en France. Avant de s'attarder sur l'étude
de cas particuliers qui permettra de mettre en évidence les grandes tendances du marché, nous
dresserons un rapide panorama des publications appartenant aux fonds d'éditeurs tels que
Seuil Jeunesse, Pastel, L'Ecole des Loisirs, Autrement Jeunesse,… Enfin, nous nous
intéresserons à la place occupée par ces contes dans le paysage culturel français avec la
multiplication des animations en bibliothèque, l'arrivée des contes illustrés d'Afrique noire à
l'école et la multiplication des supports de diffusion.

9
I- LES CONTES AFRICAINS, DE L'AFRIQUE NOIRE À LA FRANCE: PRÉSENTATION

1. L'Afrique noire, berceau de contes de tradition orale: tradition et


caractéristiques

Pour comprendre les contes d'Afrique noire et pouvoir ensuite analyser, comme nous
allons le faire, la production française de contes africains pour la jeunesse, il est important de
les replacer dans leur contexte, de comprendre le rôle qu'ils jouent dans la société africaine et
les fonctions qui leur sont attribuées. C'est l'enjeu de cette première sous-partie. Le second
point sur la relation enfants/contes africains viendra d'ailleurs compléter cette analyse.

Encore aujourd'hui, alors que l'Afrique noire se modernise, à son échelle et à son
rythme bien sûr, et que ses valeurs et mœurs évoluent, notamment influencées par les courants
occidentaux qui circulent de plus en plus facilement avec la généralisation, en milieu urbain,
des outils de communication et d'information tels que la télévision et la radio, la tradition
orale occupe une place importante dans la société. Toutefois, cette cohabitation entre société
traditionnelle et société moderne apparaît de moins en moins évidente, la plupart des éléments
de la tradition orale tels les devises, les proverbes (yasey en nigérien), les fables voire les
contes et les épopées appartiennent dorénavant au folklore et leurs valeurs sont de plus en plus
déconnectées du réel, surtout pour les jeunes générations, les premières touchées par cette
modernisation de la société africaine. Cela laisse présager un problème d'identité pour cette
jeune population urbaine partagée entre culture traditionnelle, toujours perpétuée dans le
cercle familial, et culture moderne.
Mais, si, en ville, la télévision a bien souvent
remplacé le conteur ou le griot auprès des jeunes enfants et
même des adultes, dans les villages isolés, au milieu de la
savane, c'est toujours le sage, qui, le soir, à la tombée de la
nuit, au pied de l'arbre à palabres, réunit tous les villageois
pour leur faire le récit d'une légende ou d'un conte que lui
L'arbre à palabres
ont transmis ses ancêtres. Essai sur les contes et récits traditionnels
d'Afrique noire
La tradition orale reste l'une des richesses et des Jacques Chevrier

caractéristiques de la société d'Afrique noire, même si


certaines légendes peuvent venir à disparaître dans les années à venir si elles ne sont plus
perpétuées par les anciens et transmises aux jeunes générations. En effet, en Afrique, seule la

10
transmission orale de génération en génération, assure la survie de cette littérature orale.
Amadou Hampaté Bâ, grand conteur et écrivain africain de réputation internationale, qui,
toute sa vie durant, a défendu, la littérature orale africaine, notamment à travers le mouvement
de la Négritude auquel il a pris part aux côtés de Léopold Senghor, avait pour habitude de
dire: "Un conte (ou un proverbe), c'est le message d'hier transmis à demain à travers
aujourd'hui". Mais il disait aussi, "En Afrique, chaque fois qu'un vieillard meurt, c'est une
bibliothèque qui brûle"…

a) L'Afrique noire, une société orale


Qu'est-ce que la littérature orale? Bien vaste question sur laquelle se sont penchés de
nombreux chercheurs, en particulier ces trente dernières années, où la diffusion de la
littérature orale africaine en Occident a connu un véritable essor. C'est à cette date que l'intérêt
manifesté par le public pour les formes orales via les représentations et spectacles, écrites via
les recueils de contes et artistiques à travers les expositions sur l'Afrique noire, n'a eu de cesse
de grandir. De nombreuses définitions de la littérature orale ont dès lors été proposées. Nous
retiendrons celle-ci: "La tradition orale est l'ensemble de tous les témoignages transmis
verbalement par un peuple sur son passé." On pourrait également très bien reprendre la
citation empruntée précédemment à Amadou Hampaté Bâ, en l'adaptant: "[La littérature
orale], c'est le message d'hier transmis à demain à travers aujourd'hui." Pour autant il ne s'agit
pas de penser littérature orale par opposition à littérature écrite. C'est souvent l'image qui
s'impose à l'esprit de tout à chacun lorsque l'on évoque la littérature orale africaine. La société
africaine, comme le souligne Jacques Chevrier, dans Essai sur les contes et récits
traditionnels d'Afrique Noire, n'est pas une société "sans écriture ". La réalité est toute autre.
De nombreux anthropologues ont ainsi montré qu'en Afrique noire, oralité et écriture ne
s'inscrivent pas dans un rapport de succession, d'évolution ou d'exclusion, mais qu'elles
correspondent, chacune à leur place, à des modes d'expression spécifiques obéissant à des
conditions de production, de transmission et de conservation étroitement dépendantes d'un
certain type de société. Si l'oralité est dominante en Afrique noire, elle n'exclut pas pour
autant certaines formes d'écriture. Ainsi idées et textes sont également véhiculés sous forme
écrite. De plus, la picturalité et le graphisme sont très présents dans les sociétés africaines.
Que ce soit sur les tissus, les instruments de musique, les poteries, les calebasses, les bijoux
ou bien les tatouages, fréquents chez les peuples d'Afrique Noire du Niger au Bénin en
passant par le Sénégal et le Burkina Faso, les symboles graphiques sont omniprésents et

11
renvoient à une signification bien précise. Ainsi, au Bénin, les
symboles royaux représentés sur des tapisseries bariolées qui
nous sont aujourd'hui familières- on trouve en effet des formes
éloignées chez les marchands de tissus, toiles et tapis de la
Goutte d'or à Paris par exemple- évoquent et témoignent de
l'histoire de chaque peuple. Prenons l'exemple de l'œuf tenu
entre deux mains. On raconte qu'autrefois les souverains du
Tissu africain du Bénin
Bénin choisissaient au jour de leur sacre "un nom fort" qui leur
servait ensuite de devise. Ainsi le prestigieux Kondo choisit, au moment de monter sur le
trône, la formule "Gbê han zin aï Gjrë", ce qui signifie "le monde tient l'œuf que la terre
désirait", d'où le symbole reproduit sur les tapisseries, qui, arrivées jusqu'à nous, ont conservé
l'histoire de Behanzin2. Dès lors, il n'est plus possible de penser les sociétés orales d'Afrique
noire par opposition avec les sociétés dites écrites.

b) Le conteur, un passeur de textes


La littérature orale traditionnelle d'Afrique noire est majoritairement liée à la vie
quotidienne, aussi est-elle susceptible d'être dite, chantée ou contée à tous les moments de la
journée: les femmes chantent lorsqu'elles vont puiser l'eau et, aux heures les plus chaudes de
l'après-midi, les vieillards, assis devant leur case, se lancent de le récit de grandes légendes et
proverbes en tentant de transmettre aux enfants les enseignements de leur sagesse,…
Mais traditionnellement, les contes restent proférés le soir, à la tombée de la nuit, une
fois les labeurs et travaux de la journée achevés. L'instant est propice à l'écoute et toute la
population du village (enfants, vieillards, hommes et femmes) est regroupée sur la place ou
dans la plus grande case ou encore à l'orée de la forêt. La récitation de la littérature orale est
un moment privilégié qui donne lieu à des échanges entre les villageois mais également avec
le conteur. Si bien souvent ce dernier fait figure de sage et est respecté pour le savoir et les
connaissances qu'il a accumulés tout au long de sa vie, il n'est pas le seul à prendre la parole,
il n'a en pas l'exclusivité. Tour à tour, les villageois vont eux-mêmes se lancer dans un récit,
faire part d'une anecdote, proposer une devinette, évoquer un proverbe, la parole circulant
ainsi dans l'assistance.
Dans les croyances de l'Afrique noire, conter le soir, c'est aussi aider la nuit à succéder
au jour et veiller au bon passage du jour suivant. Les esprits sont plongés dans une douce

2
Behanzin est issu de la formule "Gbê han zin aï Gjrë"

12
torpeur, la voix du conteur berce l'assistante qui se laisse porter par les histoires qu'il raconte.
Les conflits de la journée sont apaisés, le calme et la sérénité s'emparent des villageois.
S'accompagnant du mvet, sorte de cithare tétracorde, le
conteur entame son récit et introduit le public dans l'univers des
contes, des mythes et des épopées par une formule rituelle
d'ouverture. Les conteurs peuvent choisir de commencer ainsi: "Je
suis parti en voyage, j'ai traversé plusieurs mers et plusieurs déserts
et finalement je suis arrivé dans un royaume fabuleux. Devinez qui
j'ai rencontré en premier?". L'auditoire répond alors: "La tortue". Le Un mvet africain
Collection du Musée Dapper
conteur instaure ainsi, dès le départ, un rapport de confiance, de
(Paris)
convivialité et d'échange avec son public. Ce prélude permet ainsi de
fixer et d'attirer l'attention des auditeurs avant même que le récit ait débuté, mais c'est surtout
une invitation au voyage vers des contrées inconnues où le surnaturel et le merveilleux sont la
règle. De même, pour clore son récit, le conteur use d'une formule finale. Chez les Bambara,
peuple du Mali, il est coutume de dire: "Je remets mon conte là où je l'ai pris". Comme le fait
remarquer Jacques Chevrier, c'est là une manière de rappeler "l'anonymat dans lequel baigne
la tradition orale et son appartenance à un patrimoine qui est le bien de tous." D'autres
conteurs vont préférer des formules dans le style " Que ce ne soit pas ma fin, mais la fin du
conte."
Mais c'est bien le rapport qui est établi avec le public qui conditionne l'énonciation du
conte. D'un public à un autre, le conteur qui prendrait pour point de départ la même histoire,
ne la racontera pas de la même manière, ne s'attardera pas sur les mêmes épisodes, fera
évoluer les personnages différemment, etc. Cela est vrai pour tous les conteurs. C'est pourquoi
on trouve aujourd'hui plusieurs versions d'un même conte.
Mais le conteur est un acteur avant d'être un conteur. La mise en scène revêt une
importance toute aussi grande que le conte en lui-même qui, bien souvent, est connu de toute
l'assemblée. On reconnaît un bon conteur à ses qualités théâtrales. Tour à tour mime, bouffon,
danseur, il capte l'attention du public par un ensemble de procédés dramatiques qui définit le
style oral: position du corps, gestuelle, intonations, débit et volume de la voix, apostrophe du
public, musicalité des mots, … C'est l'art de la suggestion. Le conteur doit faire en sorte de
rendre vivante la scène afin que le public puisse réellement s'imaginer la situation et coller ses
propres images (mentales) sur les mots prononcés par le conteur. L'implication du public est
alors totale.

13
Enfin, d'une communauté à une autre, d'un peuple à un autre, on ne parlera pas
forcément de conteur mais on distinguera les bardes, les musiciens, les chanteurs, les griots,
les joueurs de mvet,… Ils ont chacun un rôle bien précis dans la société à laquelle ils
appartiennent et leurs fonctions peuvent évoluer de manière extrêmement subtile d'un groupe
à un autre. Nous ne tenterons pas de les répertorier dans leur ensemble ni de les hiérarchiser
les uns par rapport aux autres. Si nous voulions déjà considérer la catégorie des griots, il nous
faudrait pour cela présenter les gawlo, les mâbo, les tiapourta, etc. Retenons simplement que,
de manière générale, le griot est celui qui fait revivre le passé, il est le narrateur de l'histoire
du monde, le détenteur des récits relatifs aux fondations d'empires, aux généalogies, aux faits
et aux gestes des hommes illustres. Griots et conteurs sont très précieux aux sociétés
d'Afrique noire, on les traite avec respect. Considérés comme des porte-parole, ils sont
particulièrement recherchés en cas de conflit.

c) Du conte aux épopées, les genres de la littérature orale d'Afrique noire


L'interdit relatif à la narration diurne En Afrique, la parole, qui est entourée

Un peu partout en Afrique noire, la d'une certaine aura, est sacrée voire mythique
narration de conte durant la journée est interdite. et celui qui a la parole doit se plier à un certain
Dire un conte la journée porte malheur à celui qui
s'y risque. Cet interdit ne semble concerner que nombre de rituels et de règles très précis. Mais
les contes. Chez les Ewe du Togo, où les contes
apparaissent directement dérivés de l'histoire des ces règles sont toujours respectées par le
origines et des dieux, on estime que quiconque
transgressera l'interdit sera immédiatement frappé récitant de peur qu'un mauvais sort s'abatte sur
de cécité.
lui, son entourage, la caste ou le village auquel
il appartient. Aussi contraignants soient-ils, ces rituels n'entravent pas l'énonciation du conte,
de la fable ou de l'épopée à laquelle le conteur va se livrer. S'il est talentueux, ces rituels,
quelque peu théâtralisés, feront partie de la mise en scène et l'aideront à capter l'attention du
public.
Si nous parlons de genres aussi variés que le conte, la fable et l'épopée, c'est bien parce
que la littérature orale d'Afrique noire ne se limite pas uniquement au conte, contrairement à
l'idée répandue. Le terme "littérature orale" désigne en réalité un genre très vaste et diversifié.
De même et à tort, dans les pays occidentaux, le terme "conte" est employé comme un terme
générique pour désigner l'ensemble de cette littérature orale.
La littérature orale d'Afrique noire regroupe donc aussi bien les devinettes, les
formules divinatoires, les maximes et dictons, les louanges, et enfin, les plus connus, les
contes, les fables, les épopées, les proverbes, les chants, les comptines et les mythes.

14
Il est parfois difficile de discerner clairement la frontière entre deux genres comme
cela est le cas, par exemple, pour les contes et les mythes. Elle apparaît assez floue. Le mythe
est l'objet de solides croyances pour le peuple qui l'a produit. A la différence du conte dans
lequel le partage entre le réel et l'irréel tend à s'équilibrer, le mythe, lui, est intimement lié au
surnaturel. En Afrique noire, les peuples confèrent au mythe une grande importance. C'est la
"parole sérieuse". Toutefois, derrière le conte, plus qu'une forme plaisante, distrayante et
divertissante, se cache une portée plus didactique. Comme le remarquait François N'Sougan
Agblemagnon dans Sociologie des sociétés orales d'Afrique noire3, "le conte n'est pas
simplement une mise en scène de l'histoire des hommes; c'est un jeu cosmique qui reprend les
grands mythes de la nature…Le conte a donc pu être une manière voilée de parler des choses
sacrées, une manière de mettre les grandes vérités à la portée de tous". Le conte symboliserait
ainsi le passage du sacré au profane. C'est en partie ce qui explique la popularité du conte
auprès des populations d'Afrique noire par et pour lesquelles il est créé. Etroitement lié à la
culture et à la géographie du peuple qui l'a produit, le conte naît et vit de la collaboration entre
le peuple auditeur et le conteur respectueux de son idéologie et de sa culture. Genre le plus
traditionnel et le plus représentatif de la littérature orale, le conte, se transmet de génération en
génération. Différents types de contes coexistent les uns avec les autres, il est difficile d'en
dresser le classement mais il est important de garder à l'esprit qu'un grand nombre d'entre eux
partent d'une situation de manque due à la pauvreté, à la famine, à la solitude ou à toutes
autres calamités et catastrophes naturelles et aboutissent à la négation du manque initial.
Les contes sont très souvent émaillés de proverbes qui servent alors à souligner la
finalité morale du conte ou bien à mettre en évidence une leçon tirée de la sagesse des
anciens. Mais bien plus souvent encore, le conte trouve son origine dans un proverbe. C'est ce
dernier qui le fait naître. Le conte n'en est alors que l'illustration et le développement. Les
proverbes sont des vérités imagées. Il n'y a rien d'étonnant alors que proverbes et contes se
fondent en un tout, naissent de l'un et de l'autre et s'appuient l'un sur l'autre puisque tous les
deux, tels un fleuve, prennent leur source au même endroit: ils ont une origine commune et
servent un même dessein, celui de définir la place de l'homme dans la société africaine et
d'orienter son action ainsi que son existence dans un sens qui est plus ou moins prescrit par la
tradition.
La fable quant à elle ne diffère pas tellement du conte puisqu'il s'agit d'un récit
imaginaire ou mythologique destiné à illustrer un précepte. De forme courte et humoristique,
elle peut être assimilée à une anecdote.
3
Edition Mouton, 1969

15
L'épopée ou récit épique relate les exploits d'un héros qui a réellement existé et qui a
joué un rôle prépondérant dans l'histoire d'un peuple. Les épopées, racontées et sauvegardées
par des générations de conteurs et de griots, sont aujourd'hui encore source d'enseignement et
leurs héros restent des modèles de courage, de bravoure et d'honnêteté pour tous ceux qui ont
entendu le récit de leur exploit.
Les chants et comptines sont, pour leur part, associés à de
nombreuses activités de la journée et évènements de la vie. Ils
accompagnent les hommes à la guerre ou à la chasse, les
femmes dans les travaux domestiques, lorsqu'elles battent le mil
ou aux champs, leur petit toujours attaché dans leur dos et bercé
au son de douces comptines. Les chants ponctuent également les
cérémonies liées à la naissance, aux initiations et aux funérailles.
Ils recourent volontiers à l'image-symbole, aux rapprochements
insolites et à la métaphore. Leur poésie dépasse les limites du
réel.
Création originale de Sophie Diet
Auteur-Illustratice de contes illustrés
africains chez EDICEF (Le soleil et la
pluie : Moyi 'bula, L'Harmattan, 2003)
d) Les personnages du conte
Les personnages dans les contes d'Afrique noire sont très
nombreux. Les conteurs font appel à la fois aux humains (enfants, sages, vieillards, femmes,
sorciers, rois…), aux animaux (singes, éléphants, lions, lièvres, araignées, antilopes,…),
minéraux, végétaux (baobab, …) et objets (calebasse,…). Au fil des contes, le public
rencontrera également des figures surnaturelles (monstres, génies) et même allégoriques telles
que l'Amour, la Bonté ou la Mort. D'ailleurs, il n'y a rien de surprenant à voir intervenir dans
un même conte ces différents personnages. Ainsi dans le conte de la Fille de têtue4, l'un des
contes les plus répandus en Afrique noire et dont il existe de nombreuses variantes, la jeune
fille épouse, sans le savoir, un serpent métamorphosé en un beau jeune homme. Les animaux
restent cependant les personnages les plus fréquemment rencontrés dans les contes africains.
Selon Amadou Hampaté Bâ, les contes ayant pour personnages des animaux sont une ruse
fréquemment utilisée par les sages pour faire prendre conscience aux hommes de leurs
défauts, de leurs erreurs et de leurs attitudes maladroites sans blesser leur ego, les hommes
étant susceptibles et orgueilleux. Comme dans les fables qui recourent très fréquemment à ce
subterfuge, les animaux sont personnifiés et ont des traits de caractère prédéfinis. Selon

4
Cf conte en annexe page III

16
l'emploi rempli dans le conte, ils revêtiront un ou plusieurs de ces traits à la fois. Voici
quelques exemples:
Le lion symbolise la force et le courage
La hyène symbolise l'imbécillité, la gourmandise, la naïveté, la précipitation et la
laideur.
Le lièvre symbolise la ruse et la peur.
La panthère symbolise la rapidité, l'adresse, la traîtrise et la férocité.
La tortue symbolise la longévité, la protection et la lenteur.
La tourterelle symbolise la paix, la beauté et la délicatesse.
L'hippopotame symbolise la laideur, la brutalité et la stupidité
Enfin, l'éléphant symbolise la force, l'intelligence, la sociabilité et la
reconnaissance.
De plus, chaque animal remplit une fonction et joue un rôle bien précis. Considérons
la hyène et le lièvre. La hyène, qui rappelons-le est malhonnête, irréfléchie et brutale, échoue
toujours dans ses actions. A l'inverse, le lièvre, son rival, figure de la ruse, triomphe de toutes
les situations. Ainsi dans les contes en miroir, les deux personnages représentent les deux
aspects opposés de la personne humaine: le bien Le conte en miroir
et le mal: le lièvre l'emportant toujours sur la
La structure en miroir à laquelle les
hyène. conteurs recourent souvent dans les contes
initiatiques met en scène deux acteurs
Dans les contes d'Afrique noire, il n'est principaux. Le conte se joue en deux parties
symétriques. L'un après l'autre les héros
d'ailleurs pas toujours aisé de dissocier les entreprennent une quête au cours de laquelle ils
personnages les uns des autres et de comprendre sont soumis aux mêmes épreuves, mais leur
conduite opposée aboutit à des résultats
le rôle et la fonction de chacun. Discerner le diamétralement inversés: là ou le premier
triomphe par sa docilité et sa bonne conduite, le
symbolisme qui se cache dans chaque second, qui le jalouse et s'efforce indûment
d'obtenir les mêmes avantages, accomplit
personnage qu'il soit animal, être humain ou médiocrement les épreuves prescrites et
commet un certain nombre de déloyautés: il
objet, demande un certain entraînement et une perd et finit puni.
certaine vivacité d'esprit pour qui ne connaît pas
la littérature orale d'Afrique noire. De plus, le recours constant à des images, des métaphores
et des doubles langages qui s'apparente à un jeu pour les populations d'Afrique noire et
participe au plaisir d'écouter le conteur ou le griot, rend le conte peu accessible voire
hermétique aux non initiés. De nombreux schémas sont possibles. Prenons l'exemple des
contes initiatiques. Le héros (sujet) se voit attribuer une quête (objet) par un initiateur
(destinateur). Le rôle de l’initiateur est souvent, dans les contes initiatiques, attribué à la

17
marâtre qui exige du héros la réparation d’une faute commise (aller chercher une calebasse
neuve) ou un service (aller chercher de l’eau au fleuve). Pendant son aventure, le héros
rencontre des adjuvants qui l’aident généralement après un service rendu, par un don magique
ou une parole bénéfique. Il doit aussi affronter des opposants qui lui tendent des pièges pour
qu’il n’arrive pas au bout de sa quête. Enfin, le destinataire est celui à qui va profiter la quête.
Ces différents intervenants sont les personnages secondaires du conte. Ils vont tous avoir une
grande influence sur le déroulement de la quête.
Les figures que l'on retrouve le plus souvent dans les récits d'Afrique noire sont le
lièvre, l'araignée, le roi, la femme, la hyène, l'orphelin, le génie,…

e) Les fonctions du conte: un miroir de la société


Comme le laisse entendre la définition que nous avons donnée plus haut, la littérature
orale est à la fois tournée vers le passé puisque traditionnelle mais aussi vers le futur via la
transmission qui en est faite. Reflet de la société avant tout, la littérature orale n'est pas un
genre figé mais bien un genre qui évolue au gré des périodes, des besoins, des évènements, de
la situation politique du pays (guerres,…), … La littérature orale est structurée autour de deux
éléments sans lesquels elle ne peut exister: une partie stable et rigide qui constitue le noyau et
une partie souple que le conteur adapte en fonction de son talent et de sa personnalité et qui
s'ouvre à l'actualité.
Pour autant derrière cette forme mouvante, on retrouve quelques fonctions toujours
présentes à travers les siècles, les pays d'Afrique noire ou le répertoire du conteur. Comme les
personnages, les ficelles sont les mêmes.
La fonction première que l'on attribue au conte et qui aurait tendance à en faire oublier
les autres, reste la fonction ludique. Il est vrai que la plupart des textes traditionnels ont avant
tout une fonction de divertissement et de détente. Cela est vrai pour le conte mais aussi pour
les devinettes, les chants, les épopées ou les récits mythologiques, qui, comme le précise
Jacques Chevrier5 "répondent à l'un des besoins les plus fondamentaux de l'humanité qui est
d'écouter et de raconter des histoires." On comprend mieux pourquoi le cercle de veillée
autour du sage ou du griot du village s'est perpétué de siècle en siècle et continue à l'être.
Le conte et la littérature orale en général n'ont pas uniquement une fonction ludique,
mais comptent également une fonction pédagogique, politique, sociologique, initiatique et
fantasmatique. De plus, ils renferment toute l'histoire et la culture du pays, du peuple ou du
village auquel ils appartiennent, bien qu'il soit difficile de parler de notion d'appartenance
5
Essai sur les contes et récits traditionnels d'Afrique noire, Hatier, 1985

18
lorsque l'on considère les genres de la littérature orale dont l'une des caractéristiques est d'être
diffusés et communiqués par les conteurs de village en village. Les griots puisent dans leur
répertoire un texte à faire découvrir au nouveau public rencontré et récoltent au gré de leurs
voyages, légendes, fables, épopées ou anecdotes dont ils feront naître un conte. Mais c'est
justement ce travail de collectage qui fait en partie la richesse de la littérature orale d'Afrique
noire. En effet, ces petites scènes du quotidien, ces fables ou toute autre forme anodine
colportées par des générations successives de griots, sont autant de sources d'informations sur
une société, son fonctionnement (hiérarchie, …), ses habitudes culinaires, ses cérémonies et
festivités, sur sa faune et sa flore et ses croyances. Ces informations ont un intérêt, non
seulement pour les populations locales qui ont ainsi l'impression d'appartenir à une même
communauté qui partage une même culture et des mêmes valeurs, mais aussi pour des
ethnologues tels que Lévi-Strauss qui s'est intéressé à la question des contes africains et a
notamment consacré une étude au phénomène du mythe (La pensée sauvage). Enfin, le conte,
dans sa fonction sociologique et politique répond à une double nécessité. Généralement
inspiré de la vie quotidienne, le conte met en scène des problèmes pouvant entraver le
maintien et la survie du groupe (conflit entre deux co-épouses par exemple) et les détourne
(humour,…) afin de dédramatiser la situation ou, au contraire, d'en faire ressortir la gravité.
L'important pour le conteur est de susciter les réactions de l'auditoire, de provoquer une prise
de conscience et d'éveiller les sentiments. Alors seulement, le sage ou le conteur proposera
une solution au problème, afin de pallier les excès ou les débordements qui pourraient
survenir chez certains membres. On aboutit donc à une morale. Dès lors, on peut clairement
associer le conte à un enseignement. D'où sa fonction pédagogique: le rôle de la parole auprès
des enfants dans la tradition orale constitue un véritable apprentissage. Et c'est là toute la
question que nous allons observer dans la partie qui suit.

2. Les enfants et les contes africains: quelle relation?

19
a) En Afrique noire, pédagogie et initiation par le conte
En Afrique noire, il n'y a pas de contes qui soient, à proprement parler, pensés et créés
pour les enfants. Toutefois, quelques devinettes, chants et comptines appartiennent à un
répertoire que l'on pourrait qualifier de plus enfantin. Pourtant même les chants récités pour
bercer l'enfant le soir ou qui accompagnent les différents temps de la journée sont, comme
nous l'avons déjà évoqué, inspirés de la vie quotidienne. Il n'est ainsi pas rare que les
comptines évoquent un père mort à la chasse, la famine, le
bannissement, la polygamie, la maladie, La comptine se
transforme alors en complainte, les intonations de la voix se font
plus graves, le rythme devient plus lent6,… Pourtant si les
paroles sont plus dures, l'enfant, attaché dans le dos de sa mère,
ballotté au gré de ses mouvements, n'en reste pas moins bercé par
la douce mélancolie qui émane de la voix de sa mère. De même, le
soir, à la veillée, lorsque le griot réunit les villageois, le public
rassemblé est composé tant d'enfants en bas âge que d'hommes et de Illustration de
Anne Steinlein
femmes. Pour autant, le griot ne va pas adapter son répertoire à chaque
membre du public. Tous recevront la même parole en même temps. Toutefois, le griot
préférera commencer sa récitation par des proverbes, des devinettes, des fables. Les plus
jeunes assoupis, bientôt suivis de leurs aînés, il contera alors les grandes épopées et légendes
très tard dans la nuit. Mais très tôt les enfants africains apprennent le respect de la parole orale
et comprennent que tous les récits qui pourront leur être transmis par le conteur du village, le
sage, leur mère ou leurs grands-parents, constitueront l'une de leurs plus grandes richesses,
leur donnant les clés pour connaître les règles de vie de leur communauté, comprendre la
culture dans laquelle ils évoluent ainsi que le monde qui les entoure. C'est notamment à
travers les contes d'initiation que les jeunes gens découvrent la vie, ses rudiments,… Ainsi
dans la culture zoulou, les jeunes hommes sont initiés, dans un premier temps, aux techniques
de chasse à travers les récits des grandes épopées dans lesquelles s'illustrent les plus grands
chasseurs zoulous. On peut ainsi citer l'épopée de Chaka, qui parenthèse à part, a inspiré
L'Afrique Petit Chaka a Marie Sellier, même si l'histoire est au final bien éloignée de l'épopée
traditionnelle. En revanche, la qualité graphique de cet album est incontestable: les peintures
de Marion Lesage jonglant avec les bruns, les gris, les ocres sont somptueuses et la sélection
de masques et d'objets tirés des collections du musée des Arts d'Afrique et d'Océanie est
remarquable!. De même, dans la culture mandingue l'une des épopées initiatiques la plus
6
Cf Comptines et berceuses du baobab, page 68

20
L'Afrique Petit Chaka

Marie Sellier
Réunion des Musées Nationaux, 2000

racontée est l'épopée de Soundïata


Keïta, qui loue des valeurs telles que
la bravoure, la loyauté et le courage.
Là-encore cette épopée a été adaptée
en livre par Dialiba Konaté en 2002
Le grand-père de Petit Chaka lui conte l'histoire de son
pour Seuil jeunesse, cette fois-ci dans enfance au village, la pêche le long du fleuve jaune, les
esprits de la brousse, la magie de la nuit. Les aquarelles et les
le respect le plus total de l'épopée huiles de Marion Lesage ainsi que de très belles oeuvres d'art
africain ponctuent leur dialogue. Un très beau livre pour
traditionnelle. Cet album fera découvrir l'Afrique autrement. Un album d'une sensibilité
d'ailleurs l'objet d'une analyse extraordinaire. Le texte est présenté sous forme de questions
et de réponses entre le petit-fils et son grand-père. Le
complète dans la seconde partie de ce vocabulaire utilisé, d'une grande richesse sur la culture
africaine, inspire le respect et l'écoute. Les peintures, dans
mémoire les tons ocre et brun, pleine page, sont simples et
expressives. Des photographies d'œuvres africaines, insérées
Egalement transmis par les dans le texte, nous montrent que cet album est aussi un
documentaire sur une autre culture. Ce livre nous donne
parents et surtout les grands-parents l'espoir de rencontrer un jour Papa Membo et l'envie de
forts de leur expérience qui en fait de mieux connaître la culture africaine. Une grande réussite.

véritables bibliothèques vivantes- à Source: www.ricochet-jeunes.org

qui il incombe la perpétuation de la


tradition de génération en génération, les contes et l'ensemble de la littérature orale d'Afrique
noire demeurent l'un des principaux facteurs d'intégration sociale voire même de survie au
sein d'une communauté. Conditionnant la découverte du moi, la transmission de ces contes
qui inculquent aux enfants les valeurs traditionnelles, leur permet de se réaliser en tant que
personne à part entière, occupant une fonction bien précise au sein de la communauté. La
tradition orale joue ainsi un rôle prépondérant dans la transmission des connaissances. Sa
portée didactique est incontestable. Si comme nous l'avons vu dans la partie précédente, les
genres de la littérature expliquent et interprètent les faits, les règles de la nature, les
comportements humains et donnent à découvrir le passé d'une société, il y a toujours un
enseignement à retirer et une valeur à inculquer aux jeunes enfants africains. Que les thèmes
soient plutôt traditionnels et construits autour des personnages de la hyène et du lièvre ou
modernes (lutte contre le racisme, droit à la différence, …), ils véhiculent tous des valeurs
dignes d'être connues par les jeunes générations d'Afrique noire:
 La prudence indispensable à leur survie, la mémoire, la générosité et la pudeur.
 La ruse –sous une forme ou une autre- parce qu'elle est indispensable pour se défendre
contre les forces brutales et malfaisantes de l'environnement.

21
 Une bonne compréhension de la société dans laquelle ils sont appelés à vivre,
notamment les attitudes et comportements de ses membres. On veut aider les enfants à
trouver leur place dans cette communauté où chacun a une fonction spécifique à
remplir.
 La dignité
Pour conclure sur ce point, nous finirons par deux citations d'Amadou Hampaté Bâ:
"Il est peu de choses dans la tradition africaine, qui soient purement récréatives et
gratuites, dépourvues d'une visée éducative ou d'une fonction de transmission de
connaissances."
"Tout conte est plus ou moins initiatique, parce qu'il a toujours quelque chose à nous
apprendre sur nous-mêmes. C'est une véritable pédagogie orale. A défaut de livres, notre
enseignement se trouve dans les contes, les maximes, les traditions orales… Les contes,
parole vivante qui nous vient des ancêtres, sont appelés "le message d'hier, destiné à demain,
transmis à travers aujourd'hui." Un tel message, qui passe par le symbole et l'image et non par
des explications rationnelles, a le don de nous toucher, sans que nous nous en rendions
compte, au plus profond de nous-mêmes, et de traverser les siècles sans rien perdre de son
pouvoir. A ce titre, le conte est un moyen de transmission par excellence."

b) Les contes africains pour les petits Français


Le rapport au conte n'est plus le même et doit être totalement repensé. C'est d'ailleurs
là que réside l'enjeu principal pour les auteurs français ou africains, qui adaptent en livre, pour
les petits enfants français, les plus grands contes africains voire les réinventent ou imaginent
une histoire empruntant, de-ci de-là, certains personnages et caractéristiques de la littérature
orale s'autorisant quelques libertés par rapport à la tradition. Pour les enfants, lire un conte
d'Afrique noire, c'est aller à la rencontre d'une nouvelle culture dont ils ne connaissent ni ne
comprennent les pratiques, les mœurs, les rites et les habitudes. Par conséquent, sans
dénaturer le texte, les auteurs d'albums et de contes illustrés pour la jeunesse, se doivent, tout
en s'appuyant sur le travail de l'illustrateur, mettre à la hauteur des enfants des textes qui ne
sont toujours évidents à comprendre (puissance évocatrice du texte, symbolisme des
images,…). Le risque étant toujours de trop occidentaliser le conte, dans son fond comme
dans sa forme et de donner à voir aux enfants une réalité qui ne serait pas celle de l'Afrique.
Pour autant, l'auteur doit également veiller à ne pas enfermer dans un carcan les récits de
tradition orale qu'il a collectés en Afrique noire ou découverts dans un recueil de contes par
exemple. Il est en effet extrêmement important que les auteurs considèrent à la fois la

22
littérature traditionnelle d'Afrique noire composée de fables, contes ou épopées mais
également ses formes modernes (évolution des personnages, des histoires, de la morale, du
décor (plus urbain), du graphisme, etc). Comme nous le verrons plus en profondeur en
analysant quelques titres de la production actuelle de contes illustrés pour la jeunesse, la tâche
n'est pas aisée.
Mais concentrons-nous maintenant sur les conditions d'énonciation. La question est
justement de savoir si on peut encore parler d'énonciation. En effet, le passage de l'oral au
support écrit influe sur la lecture voire l'utilisation qui va être faite du conte. Le conteur en
tant que tel n'existe plus. Il peut y avoir un récitant (mère, grand-mère…) qui lit le texte à
l'enfant, mais celui-ci est en général en contact direct avec le texte. Il est maître de sa lecture.
Cette dernière ne s'accompagne donc pas d'une mise en scène particulière. Par conséquent,
alors que, comme nous avons pu le voir précédemment, le conte en Afrique noire est vivant et
changeant, sa forme devient fixe sur le papier. Il n'y pas de surprise. Tandis qu'en Afrique les
enfants peuvent entendre pour la énième fois le même conte avec toujours l'impression de le
redécouvrir grâce aux variantes que le conteur opère, le petit lecteur français relira toujours le
même texte et regardera les mêmes illustrations, associant toujours les mêmes images au
conte. Non seulement, sa vision du conte, mais aussi de l'Afrique n'évoluera pas de lecture en
lecture. D'où l'importance pour l'enfant de varier ses lectures. Les parents, qui comme nous
allons le voir restent les seuls intermédiaires avec le conte, doivent ainsi faire en sorte que
leurs enfants puissent lire différents contes africains dans lesquels l'approche tant littéraire que
graphique sera différente, proposant une toute autre image de l'Afrique. L'enfant aura alors
une vision beaucoup moins réductrice de l'Afrique noire.
Dorénavant, bien plus qu'en Afrique, parents et grands-parents jouent un rôle essentiel.
En effet, en l'absence du conteur, c'est à eux qu'incombent de rendre vivant le conte lors de la
lecture du soir, par exemple. Ce rôle est d'autant plus important que l'interactivité entre le
public ici représenté par les petits enfants français et le conteur n'est plus. Tout ce qui
caractérise le conte d'Afrique noire semble ainsi avoir disparu, jusqu'à la mise en scène et la
théâtralisation qui accompagnent la récitation. Aux adultes de tenter de recréer cet univers.
Pour cela plusieurs recours s'offrent à eux: 1) Inventer un prélude en n'hésitant pas à faire
appel à leur imagination ("Je vais te raconter l'histoire de Soundïata Keïta l'un des plus grands
héros que connut la culture mandingue. On raconte même…"), 2) Accélérer ou ralentir le
rythme de leur lecture en fonction de l'intensité dramatique du texte et travailler leur
intonation, 3) S'appuyer sur les illustrations qui animent le texte et plantent le décor.

23
Certes, la venue en bibliothèque de conteurs spécialisés en littérature africaine voire
d'origine africaine est peu répandue et marginale, toutefois les initiatives prises dans ce sens
sont aujourd'hui plus nombreuses. Peu d'enfants ont aujourd'hui la chance de rencontrer un
conteur et de découvrir la magie de ses récits. Pour avoir eu l'opportunité d'assister à une
représentation, je peux témoigner que, dit par un professionnel, le conte prend un tout autre
sens et le dépaysement est total!
Enfin, si la fonction pédagogique du conte africain est moins évidente ici, les enfants
plus qu'une morale y trouvent une merveilleuse leçon de sagesse et de vie et c'est ce qu'ils
conservent, plus ou moins inconsciemment, des différents contes qu'ils ont pu découvrir. S'ils
sont peu sensibles au côté surnaturel de la littérature orale africaine, ils attachent une grande
importance à l'histoire en elle-même et sont émerveillés par la découverte d'un monde
différent, régi par des règles qui leur sont inconnues. Le conte africain, bien plus que les
contes européens, leur entrouvre les portes d'un monde où ils peuvent laisser libre cours à leur
imagination et s'abandonner dans leurs songes, comme le fait remarquer Françoise Rachmuhl,
auteur de contes africains pour la jeunesse, récoltés lors de ses nombreux voyages en Afrique
noire. Profitant notamment des nombreux ateliers Dis, tu me racontes une histoire?
d'écriture de contes qu'elle anime, Françoise Rachmuhl Dis, tu me racontes une histoire?
s'est ainsi intéressée au rapport que les enfants
L'enfant regarde le livre familier.
entretiennent avec les contes africains et à la vision Les mots et les images. Il rêve. Il
sourit.
générale qu'ils ont, via cette littérature orale, de l'Afrique
A quoi servent les contes? A
noire. Elle a ainsi observé que les enfants ont besoin d'un imaginer, à apprendre, à
long temps d'imprégnation pour faire leurs toutes les comprendre, à s'exprimer.

données du conte et en apprécier pleinement la saveur. A apprivoiser la vie.

Leur facilité à se glisser dans le conte malgré la


Françoise Rachmulh
complexité de sa structure, est également surprenante.
L'enfant s'immisce à la place du héros et vit pleinement
les aventures qui jalonnent le conte. Comme le héros, il subit les épreuves d'un parcours
initiatique, franchit les étapes qui le mènent de l'enfance à l'âge adulte, passe par tous les états,
éprouvant tous les sentiments de la souffrance à la joie en passant par la peur. Les
illustrations, quant à elle, prolongent l'impression faite par le récit. Ajoutant des détails et
transmettant des informations qui ne se trouvent pas dans le texte, elles racontent à leur tour
une histoire, pas tout fait la même, pas tout fait une autre, et forment un tout harmonieux avec
le texte.

24
La lecture de contes africains permet aux enfants, passionnés par les grandes épopées
où les personnages s'illustrent par leur héroïsme, de s'ouvrir très tôt aux autres cultures, de
découvrir la culture africaine et d'appréhender le monde dans sa diversité.

3. Les contes africains illustrés dans l'édition jeunesse en France: les éditeurs et
leurs fonds

25
a) Petite analyse générale de l'offre
En France, l'édition de contes africains a connu, depuis le milieu des années 90, un
véritable renouveau. Depuis 2000, une nouvelle vague de publications déferle. Bien sûr, tout
est relatif. L'engouement des éditeurs de livres jeunesse tels que Seuil jeunesse ou L'Ecole des
loisirs, ne se manifeste pas par une inondation du marché. L'offre n'est en effet pas
pléthorique, peu d'éditeurs se plaçant encore sur ce secteur. Mais il n'est dorénavant plus
étonnant de voir au catalogue des éditeurs, un, deux voire plusieurs titres d'albums et de
contes illustrés sur le thème de l'Afrique noire. Toutefois, ce constat est parfois déroutant. De
quelle démarche relève la présence d'un unique titre sur l'Afrique dans le catalogue de
maisons telles que Mila éditions, Casterman ou Mango pour n'en citer que quelques-unes?
Leur présence dans le fonds de ces éditeurs semble plutôt anecdotique. N'appartenant pas à
une collection, comment rattacher ces albums à la politique éditoriale de ces maisons alors
qu'ils sont isolés du reste de leur catalogue? Il semblerait qu'il soit de bon ton, voire
politiquement correct de compter un titre sur l'Afrique noire dans son catalogue. Pourquoi?
Pour faire découvrir une nouvelle culture aux enfants? Ce serait juste pour des éditeurs
comme Seuil jeunesse ou Gautier Languereau, qui, comme me le faisait justement remarquer
Denis Hooge, libraire à Versailles (Librairie des Enfants)7, oeuvrent pour ouvrir d'autres
horizons aux enfants, refusant toute forme d'ethnocentrisme. Tandis que des éditeurs tels que
Casterman font preuve d'une certaine réserve voire frilosité, Seuil jeunesse, Gautier-
Languereau, Pastel, ou Points de suspension s'affirment sur le marché du conte d'Afrique
noire en n'hésitant pas à prendre des risques et en osant des paris éditoriaux totalement fous
dont le plus bel exemple reste L'épopée de Soundïata Keïta dont nous dévoilerons les clés
dans la prochaine partie. Servies par des auteurs et illustrateurs de qualité tels Yves Pinguilly8,
Véronique Vernette9, Anne-Catherine de Boel, Thierry Dedieu, Dialiba Konaté, Florence
Koening, Dominique Mwankumi, Laurent Corvaisier, Marc Daniau ou Muriel Carminati pour
ne citer que les plus connus et reconnus, les publications de contes illustrés africains sont
largement dynamisées ces derniers temps. Une petite dizaine de maisons d'édition s'illustre
aujourd'hui dans ce domaine, en développant un véritable fonds sur la thématique de l'Afrique
noire. Didier Jeunesse, Actes Sud Junior, Seuil Jeunesse, Pastel, Gautier-Languereau,
Autrement jeunesse, L'Ecole des Loisirs, Points de suspension, Père Castor Flammarion ou
encore Milan, chacune à leur manière, s'aventurent chaque fois plus en profondeur dans
l'univers du conte africain, proposant des albums qui, de manière générale, traitent avec
7
Cf interview de Denis Hooge en annexe page LVII
8
Cf biographie en annexe page XXXVIII
9
Cf biographie en annexe page XL

26
beaucoup de justesse, de qualité voire d'originalité les grands thèmes de la littérature orale
d'Afrique noire. Il y a encore quelques années, seuls des éditeurs tels qu'EDICEF comptant
des auteurs de renom tels que Véronique Tadjo, auteur-illustratrice de contes d'origine
africaine, Présence Africaine et Les Classiques africains, occupaient ce secteur. Spécialisés en
littérature africaine, leurs publications jeunesse Mon premier voyage

témoignent d'une sensibilité particulière: auteurs Likambo Kwadje


Illustrations de Dominique Mwankumi
africains, graphisme épuré, très "ethnique", que EDICEF - Collection : Camélon vert –2001
Chantal Giordani10 qualifierait d'esthétisant,…
Marginalisées, à l'exception de quelques titres de
la collection Caméléon vert chez Edicef, ces
publications ne suscitent guère l'intérêt des
enfants. L'émergence des albums publiés chez
Seuil jeunesse, Didier jeunesse ou Pastel viennent L'histoire de ce petit volume nous
plonge en pleine brousse au Congo, où un
bouleverser l'ordre établi et renverser les règles petit garçon, sous prétexte d'aller à l'école,
rêve de partir pour la grande ville. Il raconte
avec des formes ludiques, pédagogiques, ici les préparatifs de ce premier voyage, la
esthétiques et instructives à la fois. Ces éditeurs, séparation, la longue route... Mais ce volume
a également son intérêt puisque c'est le
soucieux de renouveler le genre tout en respectant premier travail de Dominique Mwankumi, il y
a plus de 10 ans. Ce livre a en effet été réalisé
la tradition, tel le griot en Afrique noire, à Kinshasa, lors d'un atelier avec Marie
Wabbes.
cherchent à transmettre des leçons de vie et à faire
Source : www.ricochet-jeunes.org
prendre goût aux enfants à ces histoires venues
d'ailleurs, en leur montrant très tôt la richesse des cultures qui les entourent afin qu'ils fassent
preuve, plus tard, d'une grande ouverture d'esprit. Pour autant, ces éditeurs n'oublient pas
qu'ils s'adressent à un public très jeune, parfois sensible. Parler d'une autre culture aux enfants
n'est pas toujours facile. Leur volonté de sensibiliser les enfants à une autre culture, en
défendant ses valeurs et ses coutumes, se heurte à certaines difficultés. En effet, comment
aborder des thèmes et pratiques culturelles comme la polygamie sans risquer de heurter les
enfants? Pour autant, il ne s'agit pas non plus de recourir à des formes trop édulcorées, dans
lesquelles ces pratiques, légitimes en Afrique noire, sont minimisées, détournées ou pire
passées sous silence. En prétendant faire découvrir aux enfants une autre culture, les éditeurs
se doivent d'être les plus objectifs, rigoureux et complets possibles. Il n'est pas envisageable
de donner une vision faussée ou incomplète de l'Afrique noire aux enfants car la lecture de tel
ou tel conte sur l'Afrique conditionne la représentation qu'ils ont de cette société et influe sur
le jugement qu'ils peuvent porter sur sa culture. Jusqu'à un certain âge, ces contes illustrés
10
Interview en annexe page XLVIII

27
sont sa seule référence et ils leur accordent tout crédit. Le tout est de trouver le ton juste pour
aborder de tels thèmes, la structure du récit, mêlant fiction et réalité et la présence des
illustrations, offrant, avec un peu d'imagination, maintes possibilités. De même, cela nous
ramène à un autre constat que nous avons déjà formulé antérieurement: transmettre la
littérature orale d'Afrique noire implique également de ne pas enfermer l'Afrique dans une
tradition trop lourde qui n'est plus toujours en phase avec la société africaine d'aujourd'hui,
mais d'ouvrir le champ des investigations à des thèmes modernes dont s'emparent les conteurs
actuels en Afrique noire (lutte contre le racisme, sida, droit à la différence,…) pour
sensibiliser les populations et provoquer une prise de conscience. Ces thèmes sont universels,
ils méritent d'être traités dans les albums africains pour enfants et de participer à montrer
l'image d'une Afrique noire plus moderne!

b) Les contes de Seuil Jeunesse: de véritables chefs-d'œuvre indétrônables!


De l'avis de nombreux professionnels (bibliothécaires et libraires), les contes parus ces
dernières années aux éditions Seuil jeunesse sont exceptionnels, tant d'un point de vue
littéraire que graphique. Tout bien considéré, ce sont de véritables œuvres d'art! Le fonds
constitué en quelques années par Seuil jeunesse est époustouflant de qualité, de richesse et de
diversité. Avec moins de huit titres, Seuil jeunesse propose un petit tour d'horizon du conte
d'Afrique noire à travers une approche différente d'un titre à l'autre.
Mais avant de s'attarder plus longuement sur ces albums, présentons rapidement les
éditions Seuil jeunesse, la branche jeunesse des éditions Seuil qui ont, elles-mêmes, été créées
en 1935. A la vue de toutes les publications de Seuil jeunesse, il apparaît donc clairement que
cette maison d'édition œuvre pour la défense du livre ainsi que pour le plaisir et le bonheur
des enfants pour qui chaque album est crée. Chaque titre du catalogue relève d'une démarche
individuelle et personnelle. Chaque livre est unique. Il n'y a pas un livre dans ce catalogue qui
se ressemble ni ne ressemble à ce qui a déjà été fait pour les enfants par des éditeurs
concurrents. Chaque album répond à sa propre logique, fait preuve d'originalité voire
d'anticonformisme. Il semble y avoir un perpétuel renouvellement et une remise en cause
constante. Auteurs et illustrateurs se relaient pour proposer, chaque fois, des formes
nouvelles. Les albums édités chez Seuil jeunesse surprennent, désarment, réjouissent,
interpellent, enthousiasment mais jamais ne laissent indifférent. Les contes africains tels que
L'épopée de Soundiata Keïta ou Yakouba s'insèrent à merveille dans cet ensemble riche et
varié.

28
Seuil jeunesse compte donc près de huit titres sur le thème de l'Afrique noire. Parmi
ces derniers, cinq se définissent véritablement comme des contes ou épopées issus de la
tradition orale africaine.
 L'Epopée de Soundiata Keïta, Dialiba Konaté. Adaptation Martine Laffon- (64 pages
– 26,5x37,5 – 19,50€) – Parution: octobre 2002, Prix Saint-Exupéry, francophonie
2003
Présentation de l'éditeur
Tout le savoir et l'art de Dialiba Konaté sont ici réunis pour rendre hommage à celui
qui fut autrefois, au clair pays de la savane, le fondateur de l'empire du
Mali (ou Manding): Soundiata Keïta. Retraçant les étapes de ce destin
hors du commun, ses dessins, exécutés selon différentes techniques
originales, forment une œuvre considérable patiemment construite depuis
plus de quarante ans. Dialiba Konaté rejoint ainsi la préoccupation des
griots et des sages généalogistes : que la mémoire du passé reste vive Visuel de couverture
L'Epopée de Sopundiata
pour construire le présent. Keïta Dialiba Konaté
Seuil jeunesse
 Le Prince Maghan Diawara et le Crocodile du lac Faguibine,
Dialiba Konaté (56 pages, 32x24 cm, 13€) – Parution: fin 2004.
Résumé
Maghan Diawara est un valeureux chasseur. Arrivé à Méma, il propose au chef de
débarrasser la tribu du crocodile géant qui, chaque jour, dévore bétail et bêtes. Grâce à sa
ruse et à son agilité, le chasseur saura rétablir la paix, et fera un chef juste et respecté. Dans
ce deuxième livre, Dialiba Konaté propose aux enfants un nouvel épisode de l'histoire
mandingue.
 Yakouba- Thierry Dedieu- (40 pages- 22x23 cm- 13,90€)- Parution: 1993- Sélection
de l'Education nationale- Prix Mille Pages des écoles, 1996- Prix sorcières album,
1995- Prix Octogone expression, 1995.
Résumé
Dans la tribu de Yakouba, pour prouver son courage et mériter de passer de
l'adolescence à l'âge adulte, il faut tuer le lion. Or le lion est blessé: Yakouba va-t-il l'achever
pour être un homme aux yeux de sa tribu ou l'épargner et sortir grandi à ses propres yeux ?
Un magnifique conte initiatique tout en noir et blanc sur le sens du courage et le droit à la
différence, qui plonge les enfants au cœur de l'Afrique et de ses lois.

29
 Contes d'Afrique- Henri Gougaud- Illustrations Marc Daniau- (96 pages- 16x22 cm-
15€).
 Mawati, l'enfant du désert, Muriel Carminati- Illustrations de Marc Daniau- (32
pages- 23x33- 13, 90€)- Parution: 2000
Critique
"Chaque page est un tableau. Rouge, sable, ocre, violet, les couleurs d'Afrique en
aplats splendides pour raconter l'histoire de Mawati, l'adolescent envoyé par sa tribu à la
recherche du chemin de l'eau. Un beau conte initiatique." (Télérama, 29/11/2000)
Commentaires de l'auteur
"Un jour, je suis tombée en arrêt devant la photographie d'un lac africain dans un
livre consacré au sel. Ce lac était si magique, si beau, si bleu que je me suis dit qu'un jour,
j'écrirais une histoire qui se terminerait sur ces rives-là. Et c'est ainsi qu'est né "Mawati,
l'enfant du désert". Cet album raconte comment Mawati, treize ans,
orphelin depuis peu, est chassé de son village avec ses trois chèvres. La
famine menace et personne ne veut le prendre en charge. Il va alors partir
sur des routes qui ne mènent apparemment nulle part... Il devra sacrifier
ses chèvres, affronter le lion rouge, la soif, la solitude, pour se sauver lui-
même... mais aussi sa communauté. Marc Daniau a traduit mon conte en
Visuel de couverture
images dynamiques et magnifiquement colorées. Inutile de vous dire que Mawati, l'enfant du
désert
le résultat comble mes espérances !" (Muriel Carminati) Muriel Carminati
Seuil jeunesse
L'ensemble de ces titres a été, en moyenne, imprimé à 6000
exemplaires pour le premier tirage. Certains, comme Yakouba, ont déjà été réimprimés à une
voire deux reprises. Maryvonne Corrigou, assistante d'édition chez Seuil Jeunesse, que j'ai
réussi à joindre par téléphone, m'a raconté que L'épopée de Soundïata Keïta, avant d'être un
livre, a surtout été un véritable coup de foudre pour la maison, tout comme cela fut le cas dix
ans plus tôt pour Yakouba. Lorsque les équipes ont vu ces deux textes, elles ont
immédiatement su qu'il fallait absolument éditer ces livres. Jamais elles n'avaient eu
connaissance de contes sur l'Afrique noire pour enfants qui soient aussi réussis et teintés de
tant de vérité. Que ce soit pour les albums de Dialiba Konaté, Muriel Carminati ou Thierry
Dedieu, "les textes ne sont pas faciles car très forts et puissants." "Au fond de nous-mêmes,
nous y avons toujours cru, mais nous avions peur que ces albums passent à côté de leur
public, soient mal accueillis et mal compris: les illustrations sont surprenantes, jamais l'image
n'a été traitée ainsi dans le livre pour enfants." Maryvonne Corrigou reconnaît que "c'est une
grande chance de pouvoir travailler comme nous le faisons chez Seuil jeunesse, sur des coups

30
de cœur,... Cela nous laisse beaucoup de liberté, nous permet de faire des rencontres
incroyables." Trois ans après sa sortie, L'Epopée de Soundiata Keïta est ainsi toujours aussi
présente en librairie." Depuis, nous avons de nouveau collaboré avec Dialiba Konaté et la
sortie, fin 2004, du Prince Maghan Diawara et le Crocodile du lac Faguibine fut un grand
bonheur."

c) Autrement Jeunesse: Yves Pinguilly et Florence Koenig


Autrement Jeunesse, maison d'édition créée en 1993, édite des livres du monde entier,
propose des albums innovants et des créations originales. Multipliant les collaborations avec
des auteurs et des illustrateurs de tous horizons, Autrement Jeunesse défend des concepts
originaux. Pour chaque album plein de couleurs et de vie, le travail de recherche graphique
occupe une place importante. Autrement Jeunesse cherche à donner naissance à des ouvrages
précurseurs, surprenants, pertinents et esthétiques, qui invitent à réfléchir, aident les enfants à
comprendre le monde. Chaque livre est le résultat d'un véritablement questionnement et d'une
recherche graphique, sa lecture éveille et stimule l'enfant. "Moment de rencontre avec une
écriture littéraire et graphique, un album peut toucher, intriguer, enthousiasmer aussi bien les
enfants que les adultes, car il parle d’eux tout autant que des autres et du monde… Les albums
Autrement Jeunesse sont ceux des auteurs et des illustrateurs que nous aimons et que nous
voulons soutenir. Drôles, étonnants, étranges… Leur diversité et leur richesse trouvent leur
écho dans nos lecteurs, tous différents les uns des autres. Ces albums suscitent toutes sortes
d’émotions et de sentiments.11"
C'est tout naturellement que les contes africains
écrits par Yves Pinguilly – griot des temps modernes qui
sillonne depuis des années l'Afrique noire et recueille de
merveilleux contes africains – et illustrés par Florence
Koenig, s'inscrivent dans cette démarche globale.
La couleur des yeux-
Ensemble, ils ont donné naissance à trois contes Yves Pinguilly&Florence Koenig Autrement
Jeunesse
illustrés, La soupe au pili-pili, La couleur des yeux et La
pluie des mots, résultat d'un subtil mariage entre la poésie d'Yves Pinguilly qui prend plaisir à
jouer avec les mots, à les détourner, à en extraire tout le sens et à en exalter les sonorités, et
les jeux de lumière et d'ombre auxquels se livre continuellement Florence Koenig qui travaille
aux pastels gras et développe un graphisme coloré, espiègle et plein d'humour. Ces albums

11
Extrait de la présentation des éditions Autrement jeunesse
sur www.autrement.com

31
sont un dépaysement total pour les enfants qui partent à la découverte de l'Afrique profonde,
la vraie, l'authentique. Que ce soit La soupe au pili-pili ou La pluie des mots, ces contes
respirent l'Afrique noire.
Sandrine Mini, éditrice chez Autrement Jeunesse et rencontrée lors du Salon du livre
de Paris en mars 2005, me racontait que, parmi tous les retours positifs qu'elle a pu recevoir
sur ces trois titres, l'un revient régulièrement: "La
La soupe au pili-pili
qualité des textes et la beauté des messages qu'ils
Yves Pinguilly- Illustrations Florence Kenig
véhiculent, voilà ce qui est apprécié dans les
albums de Yves Pinguilly. Le public reconnaît le
souci commun que nous partageons tous, Yves
[Pinguilly], Florence [Koenig] et nous à
Autrement Jeunesse, d'être le plus proche possible
de ce qu'est l'Afrique. Professionnels, parents et
Là-bas, le lion, roi de toute la
enfants l'expriment tous, chacun à leur manière." brousse, avait une fille qu’on appelait Assibi.
Il l’accompagnait toujours, où qu’elle aille,
L'approche entre mi-fiction et mi-réalité séduit entre les quatre horizons du royaume. Mais
dès qu’elle le pouvait, Assibi se cachait dans
(inconsciemment) les enfants. Le récit est vivant
le doux nid du vent. Là, elle retrouvait son
et proche d'eux. ami le lièvre… Quand son père décida de la
marier, il convoqua tous les animaux et leur
La couleur des yeux- (32 pages- 19,5x27, annonça que celui qui réussirait à avaler la
calebasse de soupe au pili-pili, sans jamais
12,20€)- Parution en 2001- Tirage à 6000 s’arrêter pour faire tchss ! tchss !tchss ! serait
le mari de sa fille…
exemplaires- Réimpression en 2004.
Source: www. autrement.com
La soupe au pili-pili – (32 pages- 19,5x27,
12,20€)- Parution en 2003- Tirage à 6000
Bintou quatre choux exemplaires – Réimpression en cours.

Sylviane A.Diouf
La pluie des mots- (32 pages- 19,5x27, 12,20€)-
Illustrations de Shane W.Ewans Parution en mars 2005- Tirage à 6000 exemplaires.

Bintou est une petite fille


africaine qui aimerait bien grandir d) Gautier-Languereau: le travail sur l'image
plus vite. Elle rêve surtout de
ressembler à sa grande sœur et d'avoir Si pour beaucoup, Gautier-Languereau est resté
les mêmes jolies tresses, alors qu'elle
doit se contenter de sa coiffure à l'éditeur de Bécassine, son catalogue, s'est depuis
quatre choux. Pour être coiffée comme
une grande, il faut le mériter. Quelle
est la vraie beauté? Et cette beauté, ne 32
prendrait-elle pas des chemins
détournés?
largement développé autour de thématiques beaucoup plus larges. Plus encore que pour leurs
textes de qualité reflétant vraiment l'Afrique noire, les albums de Gautier-Languerau méritent
d'être cités ici pour leur qualité graphique. De plus en plus, Gautier-Languereau s'oriente vers
un style tout en finesse, légèreté et fondus (beaucoup de travaux à l'aquarelle). Ce style très
vaporeux surprend au départ. Cette forme peu habituelle donne un second souffle au texte,
donne une autre vision de l'Afrique noire et de ses contes, ni moins traditionnelle, ni plus
moderne, juste différente. Cette approche est extrêmement intéressante. On aurait trop
tendance à associer les contes africains aux couleurs ocres et chaudes, bannissant le vert, le
bleu, etc.
Bintou quatre choux de Sylviane A.Diouf, illustré par Shane W. Evans (parution 2005)
en est le plus bel exemple. Ce livre innove 1) par son graphisme (association de couleurs
ocres et de tons pastels) et 2) par son thème, loin des thèmes traditionnels, n'ayant pas pour
intention première de véhiculer telle ou telle valeur, de délivrer telle ou telle leçon de
sagesse,… L'histoire que vit cette petite fille africaine, pourrait être également vécue par une
petite fille française. Et c'est justement là que réside toute la réussite de cet album.
L'identification à la petite fille est totale. Les sentiments qu'elle ressent sont universels et
communs à toutes les petites filles de la terre. Son histoire participe non seulement à montrer
aux enfants qu'en n'appartenant pas à une même culture, ils peuvent ressentir la même chose
mais aussi que l'Afrique noire ne se limite pas au lièvre, au chasseur, aux rites initiatiques,
etc..
Le style de Gautier-Languereau plaît beaucoup aux enfants. La douceur avec laquelle
les thèmes sont abordés permet notamment d'évoquer l'esclavage sans violence et sans risquer
de choquer les enfants. C'est le cas par exemple avec Vole, bel aigle, vole! Un conte africain
de Christopher Gregorowski, illustré par Niki Daly. Cet album est une magnifique parabole
des difficultés que rencontra le peuple noir, victime de l'esclavage, à se libérer du joug de ses
oppresseurs et à retrouver sa dignité.
Les quelques titres publiés chez Gautier-Languereau sont une invitation à l'évasion.
Dans chaque album, l'enfant découvrira une Afrique noire lumineuse et colorée, vivante et
animée.
Gautier-Languereau compte une dizaine de titres sur l'Afrique noire, accessible à partir
de quatre ou cinq ans, notamment pour les albums de Niki Daly (Bon appétit, Jamela) ou de
Cécile Geiger qui prend beaucoup de plaisir à peindre les animaux de la savane africaine pour
un rendu couleur très chatoyant et foisonnant.

33
e) Didier Jeunesse: Comptines et berceuses du baobab
Didier Jeunesse, s'affirme chaque année un plus comme l'éditeur avec un grand E de
contes pour la jeunesse. Plutôt que de parler de politique éditoriale, il est plus juste d'évoquer
une sensibilité éditoriale. Plaisir du mot, goût pour les langues et les cultures du monde entier,
attachement à la tradition orale, sensibilisation à la musique, volonté de transmission,
originalité graphique voilà comment définir Didier Jeunesse, dont le catalogue se développe
aujourd'hui autour de l'album et du livre-CD.
Comptines et berceuses du baobab est, jusqu'à présent, le
seul titre sur le thème de l'Afrique noire figurant au catalogue
de Didier jeunesse. Mais quel titre! Collectés en Afrique noire
par Chantal Grosléziat et illustrés par Elodie Nouhen, ces
trente berceuses, chants de mariage ou de travail, danses et
comptines, participent, à leur manière, à faire découvrir,
l'Afrique noire aux enfants (dialectes, coutumes, gestuelles,
Visuel de couverture instruments, sons,…). La mise en musique est d'une qualité
Comptines et berceuses du baobab
Chantal Grosléziat exceptionnelle. Mais nous ne nous étendrons pas plus
Didier Jeunesse
longuement sur cet album qui fait l'objet d'une analyse
approfondie dans la seconde partie.
Précisons toutefois que ce livre-CD a été récompensé par le coup de cœur de
l'Académie Charles Cros et a reçu le Prix Sorcières en 2003.

f) Actes Sud Junior: une initiation aux contes africains


Ouvert sur les cultures du monde entier, Actes Sud Junior développe un fonds
intéressant en poésie, comptines et contes en livres- CD. Alors que les livres publiés chez
Actes Sud Junior sont généralement empreints d'originalité et répondent aux exigences
élevées de la maison, en terme de qualité tant conceptuelle que graphique ou littéraire, les
contes populaires africains mis en musique ici manquent un tantinet de saveur et semblent
déconnectés de la réalité. Ni assez africains, ni trop français, il est difficile de les identifier
comme appartenant à un genre. L'histoire se passe dans un pays de l'Afrique noire mais
l'approche est très occidentalisée. Mais là-encore nous ne nous aventurerons pas plus loin, ces
contes faisant l'objet d'une étude approfondie en seconde partie.
Citons toutefois ces deux albums-CD:
 Le lièvre et le crocodile- Hubert Nyssen- Illustrations de Serge Ceccarelli- 2002

34
 Wambi le chasseur d'antilopes- Anne Montaigne- Illustrations de Frédéric Rébéna-
2000- En co-édition avec le musée de la Musique
D'après les informations communiquées par Madeleine Thoby12, éditrice chez Actes
Sud Junior, ces deux titres, destinés aux enfants de sept à dix ans, ont été tirés à 6000
exemplaires. Wambi le chasseur d'antilopes à été réimprimé une fois à 4000 exemplaires.
Bien plus que faire découvrir une autre culture, Actes Sud Junior a voulu initier les enfants
aux musiques du monde avec la collection "Les contes du musée de la Musique". Pour cette
collection à laquelle appartient Wambi le chasseur d'antilopes et qui est née d'une initiative du
musée de la Musique (proposition d'un concept), Actes Sud Junior a fait appel à des auteurs
tels que Anne Montaigne pour qu'ils écrivent un conte "mettant en scène les instruments
conservés au musée." La mise en musique répond avant tout à cette volonté de faire entendre
ces instruments des quatre coins du monde, souvent inconnus… Ce projet ne s'inscrit pas dans
la défense de l'oralité. En effet, la motivation première n'est pas de transmettre aux enfants des
textes issus de la tradition africaine mais de faire œuvre de création: le conte, entièrement
imaginé par les auteurs, sert d'écrin à la musique. C'est le prétexte qui permet au CD d'exister,
aux dépens de l'histoire.

g) Pastel: l'Afrique à travers les albums de Anne-Catherine de Boel


Pastel, petite maison d'édition spécialisée en albums jeunesse, créée en 1989 et
installée en France, est diffusée en France par L'Ecole des loisirs. Dirigées par Chantal
Germain, les éditions Pastel peuvent se Koulkoul et Molokoloch

targuer d'éditer l'une des auteur- Anne-Catherine de Boel


Pastel-2002
illustratrices sur l'Afrique noire les plus en
vue actuellement.
Cette jeune femme passionnée par
l'Afrique noire où elle vit dorénavant
plusieurs mois
dans l'année, a
déjà réalisé six
Un récit de la savane adapté d'un conte populaire
albums pour africain. Koulkoul et Molokoloch sont deux paresseux
(mais des vrais, qui vivent dans les arbres!) qui
Pastel, dont décident de faire un bout de chemin ensemble.
Pendant leur sommeil, Koulkoul est avalé par un
quatre d'entre python, qui sera lui-même dévoré par un crocodile,
qui sera englouti par un jaguar d'eau… jusqu'à
eux se déroulent en Afrique noire, à l'intervention du petit chasseur Ubi. Une histoire
12
construite comme de nombreux contes sur le principe
Cf questionnaire en annexe page XLVI de répétition et illustrée de façon réaliste, à découvrir,
ne serait-ce que pour voir représenter un paresseux,
animal que l'on ne rencontre pas souvent dans la
littérature jeunesse. 35

Source: www.ricochet-jeunes.org
commencer par Rafara son tout premier album, conçu dès la fin de ses études de dessin à
l'Institut Saint-Luc de Liège. Chantal Germain fut prise d'un véritable coup de cœur pour ce
livre. Elle essaie d'ailleurs toujours de fonctionner ainsi, pour elle, c'est l'assurance qu'un livre
plaira et touchera le public. Depuis Rafara, Anne-Catherine de Boel signe tous les albums de
Pastel sur l'Afrique: Alba, Akli l'enfant du désert, Koulkoul et Molokoloch. La plupart du
temps elle propose texte et images, mais il lui arrive, comme cela fut le cas pour Akli, prince
du désert, de travailler à partir d'un texte proposé par Carl Norac, auteur de nombreux livres
publiés chez Pastel. L'Afrique noire est une source d'inspiration intarissable pour Anne-
Catherine de Boel qui y trouve toutes ses histoires. Sa palette de couleurs gorgée de soleil et
de chaleur, son graphisme si particulier (motifs ethniques, couleurs ocres,…) et son trait de
crayon si reconnaissable (rond et doux à la fois), participent à donner à ses albums un parfum
d'authenticité. Ouvrir un album d'Anne-Catherine de Boel c'est embarquer immédiatement
pour l'Afrique noire. Tant par les textes que par les illustrations, Anne-Catherine de Boel reste
très proche de la tradition africaine.
Le rapport qui unit Anne-Catherine de Boel et Pastel vient confirmer une tendance qui
veut que des éditeurs jeunesse, sur des thèmes aussi spécifiques que l'Afrique noire,
travaillent toujours avec le même auteur-illustrateur: Yves Pinguilly et Florence Koenig pour
Autrement Jeunesse ou Véronique Vernette auteur-illustratrice de nombreux albums africains
pour Points de suspension.
Rafara, Alba, Aliki, enfant du désert et Koulkoul et Molokoloch ont tous été imprimés
à 8000 exemplaires et réimprimés à l'exception de Koulkoul et Molokoloch13.

h) L'Ecole des Loisirs et les albums du Père Castor Flammarion: une approche
similaire du conte africain
On ne présente plus ces deux entités de l'édition jeunesse en France. Ces deux maisons
d'édition ont révolutionné les albums pour enfants au début du 20 ème (mise en page, place de
l'image, évolutions graphiques,…). Ils ont véritablement fait des livres pour les enfants, ce
qui n'avait jamais été fait auparavant, recherchant des formes qui plaisent aux petits lecteurs,
etc. Depuis toujours L'Ecole des Loisirs et Père Castor Flammarion proposent des livres
d'éveil ludiques grâce auxquels les enfants découvrent, en douceur et à leur rythme, la vie et le
monde.
La diversité et l'éclectisme de leur catalogue sont exceptionnels. Coexistent ainsi dans
un même catalogue (en l'occurrence Père Castor Flammarion),

13
Cf. questionnaire en annexe page XLVII

Visuel de couverture
Epanimondas 36
Odile Weulersee- Kersti Chaplet
Père Castor Flammarion
La chèvre de Monsieur Séguin et Epanimondas, un conte d'Afrique noire. Seulement qu'il
s'agisse d'un grand classique de la littérature ou d'un conte africain, tous les titres sont traités
de la même manière, sans changer de point de vue. Ainsi, de manière générale, il ressort des
catalogues de ces deux maisons d'édition une certaine uniformité. L'ensemble manque de
relief, originalité et créativité faisant défaut aux concepts développés,… On est très loin de
Petit-Bleu et Petit-Jaune de Léo Lionni (L'Ecole des Loisirs) qui, dans son genre, fait toujours
figure de modèle et de référence… Toutefois, reconnaissons que les formes proposées sont
plaisantes, attrayantes, douces et séduisent les enfants.
Père Castor Flammarion propose moins d'une dizaine de titres sur l'Afrique noire. Les
plus réussis et connus: Epanimondas d'Odile Weulersse et illustré par Kersti Chaplet,
L'Oiseau de pluie de Monique Bermond et illustré par Kersti Chaplet, Une histoire de singe
de M. d'Alençon, également illustré par Kersti Chaplet, …
De son côté, L'Ecole des Loisirs a réuni tout au long de ces nombreuses années un
grand nombre de contes et albums sur fond d'Afrique. Plus ou moins
réalistes, ils permettent toutefois aux enfants de découvrir l'Afrique
noire sous différents angles, avec parfois beaucoup d'humour et de
décalage: M'Toto de Anne Willsdorf, Pourquoi les libellules ont le
corps si long, Baobonbon de Satomi Ichikawa, … Notons que L'Ecole
des Loisirs collabore avec de nombreux auteurs d'origine africaine tels
que Dominique Mwankumi dont la sensibilité particulière, la vision de
l'Afrique et la connaissance de la culture africaine donnent naissance à Visuel de couverture
Les Fruits du soleil
de très beaux albums. Sous le pinceau de Dominique Mwankumi qui Dominique Mwankumi
L'Ecole des Loisirs
se replonge chaque fois dans ses souvenirs d'enfance, l'Afrique noire
révêt toutes ses couleurs, sa splendeur, sa profondeur et sa nature. Dominique Mwankumi a
ainsi écrit pour L'Ecole des Loisirs La pêche à la marmite, Les fruits du soleil ou encore Les
petits acrobates du Fleuve.

i) Points de suspension pour une Afrique moderne


Les éditions Points de suspension, dirigées par Brigitte Cazeux, ont été créées en 1996.
En moins de dix ans et une vingtaine de titres, il apparaît clairement que les éditions Points de
suspension souhaitent mettre à disposition des enfants des histoires venues d'ailleurs. Mais il
est encore difficile de définir très précisément la politique éditoriale de cette maison d'édition
pleine de promesses, portée par des amoureux du livre.

37
Toutefois, l'Afrique noire est un des principaux thèmes
des éditions Points de suspension qui ont collaboré à plusieurs
reprises avec Véronique Vernette14, auteur et illustratrice pour
enfants, passionnée depuis toujours par l'Afrique, dont nous
allons analyser l'œuvre dans la seconde partie. Retenons pour
l'heure, qu'elle cherche à montrer une Afrique moderne et
urbaine, inscrite dans l'air du temps, dans des albums très vivants
et colorés. Elle a notamment écrit Cocorico Poulet Piga et Moi,
Visuel de couverture
j'attendais la pluie. Parmi les autres titres sur l'Afrique noire au Cocorico poulet piga
Véronique Vernette
Points de suspension
catalogue de Points de suspension, le très réussi Frisettes en fêtes de
Bell Hooks et le livre-CD Mémoires de griot de Siré Camara, illustré par Anne Boscher.

II- Les grandes tendances du marché:

Préambule
Nous allons tenter dans cette partie de mettre en évidence les principales tendances
observées actuellement dans l'édition de contes illustrés africains pour la jeunesse. Pour
chaque thème et axe de réflexion, l'analyse s'appuiera sur une étude précise et concrète d'un
ou plusieurs titres en particulier. Cette analyse de cas permettra ainsi d'observer en profondeur
les politiques éditoriales des maisons d'édition que nous venons de passer en revue dans la
partie précédente. Quels sont les choix éditoriaux effectués? Quels sont les thèmes récurrents?
Quelles sont les représentations de l'Afrique noire que l'on retrouve d'album en album? Quelle
est la part d'originalité, de créativité et d'innovation que l'on peut accorder aux éditeurs face
au respect de la tradition? Comment est traitée la littérature orale africaine issue d'une
tradition séculaire dans les albums à destination des enfants? Autant de questions et bien
d'autres encore auxquelles nous chercherons à répondre en apportant un éclairage intéressant.

1. L'Epopée de Soundiata Keïta, le chef-d'œuvre de ces dernières années: étude


littéraire et graphique.

14
Rappel: Cf. biographie en annexe page XL

38
Comment entreprendre un mémoire sur les contes illustrés africains, sans évoquer
L'Epopée de Soundiata Keïta? Cet album est au conte africain, ce que La Joconde est au
Louvre… Il n'a vraiment pas usurpé son titre de chef-d'œuvre! A l'origine de cet album, une
rencontre entre Dialiba Konaté, l'auteur originaire du Sénégal et passionné par les grands
récits maliens et Seuil jeunesse, au début des années 2000. Dialiba
Konaté a proposé une œuvre gigantesque pour ne pas dire titanesque
à Seuil jeunesse qui a mis tout son savoir-faire, sa sensibilité
d'éditeur et son talent pour faire des travaux de cet auteur, un album
hors norme, à commencer par son format: 26,5x37,5 cm! Dans
l'ensemble de la production actuelle, il n'est pas un album sur le
thème de l'Afrique noire qui ne puisse prétendre égaler par son
graphisme, son écriture, sa forme et son originalité l'œuvre de
Dialiba Konaté. Chaque illustration de cet album est une œuvre d'art
Visuel de couverture
L'épopée de Soundiata Keïta
en soi. Dialiba Konaté
Seuil Jeunesse
A travers l'analyse que nous allons faire de ce conte, nous
nous interrogerons notamment sur son accessibilité pour les enfants. Il est en effet légitime de
se demander si la lecture de cette magnifique épopée, rendue grandiose par les dessins de
Dialiba Konaté, est véritablement à la portée des enfants. Le texte très littéraire et les dessins
extrêmement réalistes et évocateurs sont-ils faciles à interpréter pour les enfants?

a) L'histoire
L'épopée de Soundiata Keïta est certainement le récit épique le plus populaire
d'Afrique noire voire de tout le continent africain. Transmise depuis le 13ème siècle par les
griots, cette épopée relate l'extraordinaire destin de Soundiata Keïta, fils du roi Naré Maghan
Konaté et de Sougoulou, sa seconde femme. Soundiata Keïta fut empereur du Manding,
l'actuel Mali, de 1230 à 1255.
Qu'ils vivent dans un village perdu dans la savane africaine ou en plein cœur de Dakar,
tous les enfants africains connaissent l'histoire de Soundiata dont il existe de multiples
versions. Qu'elle leur soit contée par le griot du village ou narrée par leurs grands-parents,
tous sont conscients de la grande symbolique de cette épopée qui véhicule des valeurs telles
que la paix, la bravoure, l'honnêteté, la force, le courage et la droiture. Dans tous les esprits,
Soundiata reste depuis toutes ces années l'archétype du héros. Personne n'a jamais égalé sa
prouesse. Si les griots et les adultes continuent à raconter son histoire à travers toute l'Afrique

39
noire, c'est bien parce qu'avec les valeurs qu'il incarne, il fait encore figure de modèle! Et,
comme c'est souvent le cas en Afrique, ce n'est pas seulement pour l'histoire qu'elle raconte
que cette épopée est transmise de génération en génération, mais pour le rôle qu'elle peut
jouer dans l'éducation des enfants et la construction de leur personnalité.
Ce conte initiatique, tel que les griots le narrent, plante son décor dans le royaume du
Manding, à Niani où vit le roi Naré Maghan Konaté, père de deux enfants, la jeune Nana
Triban et Dankaran Toumani Keïta, le prince héritier qu'il a eu de son union avec la terrible
Sassouma Berté, assoiffée de pouvoir et qui attend impatiemment le jour où son fils montera
sur le trône. Mais une prédiction, comme il y en a toujours dans les épopées africaines, vient
bouleverser les certitudes du roi. Un devin lui prédit un jour: "Le Manding va sortir de la nuit.
Il n'est pas encore né celui à qui tu transmettras le royaume de tes ancêtres. Rien n'est certain,
mais je vois venir deux chasseurs étrangers dans ton village. Ils arrivent de loin.
Accompagnés d'une jeune fille. Elle est laide, elle est affreuse. Ses yeux sont trop grands et on
dirait qu'une bosse lui déforme le dos. Cette femme épouse-la. Elle te donnera un enfant. C'est
lui qui sera à jamais la gloire immortelle du Manding." 15La parole du sage se réalisa quelques
années plus tard lorsque deux chasseurs se présentèrent devant Naré Maghan Konaté
accompagnés d'une femme dont la silhouette, cachée sous une grande étole, laissait deviner la
bosse qu'elle avait dans le dos. L'un d'eux s'adressa au roi en ces termes: "Sougoulou Konté
est une femme extraordinaire. Elle doit être celle d'un roi. Veux-tu l'épouser?" C'est ainsi que,
de mémoire de griots, naquit Soundiata le 20 août 1190. Mais, il fallut rapidement se rendre à
l'évidence, Soundiata ne savait pas marcher, il était né paralysé. Le roi ne se remit pas de cette
déception et pensant avoir été trompé par le devin, il mourut de chagrin. Avant sa mort, il fit
appeler Soundiata près de lui et lui parla comme au nouveau roi, dans l'espoir qu'il monterait
sur le trône à la place de Dankaran, son premier fils dont il soupçonnait la méchanceté et la
vanité. "Mon fils, que ton destin s'accomplisse. Apprends à gouverner avec droiture et à
choisir des alliés sûrs. N'oublie jamais que tu viens du Manding et que Niani est ta ville
natale." Mais rien n'y fit, Dankaran prit place sur le trône et, conseillé par Sassouma Berté, sa
mère, il se révéla des plus cruels envers son peuple mais surtout envers Soundiata, les frères et
sœurs de ce dernier et Sougoulou, leur mère. Mais un jour, face aux humiliations subies
quotidiennement et souhaitant laver les affronts que Dankaran faisait subir à sa mère,
Soundiata, soutenu par l'ensemble des villageois, parvint à se mettre debout, révélant toute sa
force et sa volonté, défiant ainsi Dankaran. Ce dernier, humilié, n'a de cesse alors de fomenter
des complots dans l'espoir de tuer Soundiata qui jouit d'une grande popularité dans le
15
Source: L'Epopée de Soundiata Keita, Dialiba Konaté, Seuil Jeunesse

40
royaume. Mais sentant le danger approcher, Soundiata fuit avec sa mère et ses frères et sœurs
et rejoint le royaume de Farin Tounkara, son oncle. Là-bas, il apprend l'art de la chasse et
acquiert tout le savoir et les qualités nécessaires pour devenir un grand guerrier. Pendant ce
temps, à Niani, Soumangourou, roi de Sosso, terrible sorcier pouvant faire preuve d'une
barbarie extrême et capable de se métamorphoser de soixante-neuf façons, persécute les
habitants du village, qui, désespérés, rappellent Soundiata dans son royaume. La bataille
livrée sera alors terrible mais lors du combat final qui eut lieu à Kirina, Soundiata mit en
retraite Soumangourou en le blessant avec une flèche armée d'un ergot de coq blanc qui retira
tous ses pouvoirs au sorcier. Soundiata ramena ainsi la paix sur Niani et tous les chefs du
Manding reconnurent en lui leur empereur. Il régna sans partage sur le Mali jusqu'en 1255, où
il mourut.
Ainsi est racontée la légende de Soundiata en Afrique noire.

b) L'épopée de Soundiata Keïta vue par Dialiba Konaté: l'œuvre originale d'un
griot des temps modernes au parcours atypique
Si L'épopée de Soundiata Keïta fait figure d'exception parmi les publications actuelles
de contes africains en France, le parcours atypique de son auteur y est sûrement pour
beaucoup. Né en 1942 au Sénégal, enfant, il est émerveillé par les récits et contes qu'on lui
raconte. Il s'en nourrit et n'oublie jamais une histoire qu'on lui a racontée. A 23 ans, en 1965,
il arrive en France. Dessinateur à ses heures perdues, éminent savant des traditions malinkées,
il s'inscrit au début des années 80 à l'Université de Paris VIII-Saint-Denis, pour étudier les arts
plastiques. Jusqu'en 2000, durant près de quarante ans, Dialiba Konaté, a patiemment
retranscrit en images le récit mythique de Soundiata Keïta, fasciné par le destin exceptionnel
de ce guerrier. Chaque dessin travaillé au stylo à bille et aux crayons de couleur, témoigne de
la passion qui anime Dialiba Konaté. La minutie avec laquelle le dessin et la couleur ont été
travaillés, subjugue. Le souci du détail est étonnant: chaque muscle du corps est représenté,
les visages sont terriblement expressifs, … De plus, la perspective surprend. Elle n'est jamais
la même, tantôt la scène est représentée en plongée, tantôt la perspective est totalement
effacée et un personnage au second plan peut apparaître totalement disproportionné,… Rien
n'est superficiel dans les dessins de Dialiba Konaté, il n'y a pas d'artifice. Cela tient en partie
au fait que Dialiba Konaté a construit son récit à partir des images et non l'inverse. Les
dessins sont arrivés les premiers et ont constitué, au fur à mesure de leur création, une fresque
que Dialiba Konaté a alors "mise en mots". Le texte est né de l'image. Démarche originale, on

41
en conviendra. Le réalisme et la puissance évocatrice de ces images sont impressionnants. On
est très loin des formes habituelles servies par les illustrateurs français qui offrent parfois une
représentation très occidentalisée de l'Afrique noire (rondeurs des femmes, couleurs ocres,
marron et jaune prédominantes, omniprésence des animaux, illustrations très lisses, emploi
des symboles ethniques à contre-sens,…). Dialiba Konaté offre ainsi une représentation de
l'Afrique noire bien plus moderne et réaliste que ne le revendiquent certains jeunes
dessinateurs dont les illustrations, engluées dans un certain académisme, enferment l'Afrique
noire dans une tradition bien trop éloignée du présent. Chaque dessin respire ici l'Afrique. Le
regard avec lequel Dialiba Konaté observe l'Afrique et la façon dont il interprète l'épopée de
Soundiata sont dénués de tout jugement et de tout préjugé. Comme les griots en leur temps,
Dialiba Konaté a pour seul souci de transmettre ce conte issu de la tradition orale africaine
aux générations futures afin qu'il soit perpétué encore de nombreux siècles et passe les
frontières de l'Afrique. Dialiba Konaté a ainsi eu envie de le donner en cadeau aux enfants

42
43
44
français. Il ne fait aucun doute, les enfants découvrent, avec l'œuvre de Dialiba Konaté,
l'Afrique noire dans toute sa splendeur. Plus que raconter l'histoire de l'empereur du Mali, les
illustrations non seulement témoignent des modes de vie, des coutumes, des pratiques et des
croyances qui habitaient les populations du Mali au 12ème siècle et rythmaient leur quotidien,
mais racontent aussi l'histoire du peuple mandingue. En effet, c'est rare et donc mérite d'être
signalé ici, L'Epopée de Soundiata Keïta situe précisément l'histoire au Mali. C'est
extrêmement important car cela permet aux enfants d'appréhender l'Afrique noire, non comme
une entité en ne dissociant pas le Mali du Sénégal, mais comme un ensemble de pays ayant
chacun leur propre culture, coutume, etc. L'enfant n'est pas laissé dans un flou total. Ainsi,
l'histoire ne commence pas par une formule vague ("Il était une fois dans un village en
Afrique…"), mais le conte s'ouvre sur cette magnifique phrase qui plonge directement l'enfant
dans l'univers particulier des épopées qui évoluent à mi-chemin entre l'histoire et le mythe: "Il
y a très longtemps, plus de huit cent ans, à l'ouest de la grande Afrique, dans le petit royaume
du Manding, vivait, à Niani, un roi très beau et très aimé de son peuple, le roi Naré Maghan
Konaté. Il connaissait les secrets de la forêt et de la brousse comme son ancêtre le grand roi
chasseur Mamadi Kani, qui avait autrefois révélé aux hommes de sa lignée l'art de chasser et
de guérir les blessures et les maladies." Tel un griot, Dialiba Konaté happe l'enfant dans le
récit. Il emprunte d'ailleurs tous les procédés d'énonciation à la tradition orale de l'Afrique
noire. Ainsi l'épopée débute par un préambule: "Le monde est vieux, mais l'avenir sort du
passé. Ecoutez la parole des griots. Elle enseigne la sagesse et l'histoire car les hommes ont la
mémoire courte. Ecoutez l'histoire du fils du Buffle, du fils du Lion, l'histoire de Soundiata
Keïta qui fut parmi les plus grands rois, parmi les plus grands hommes, et que le clair pays, le
pays de la savane, se souvienne encore de son courage et de ses exploits." De même, à la fin
de l'épopée, dans le respect de la tradition des griots, Dialiba Konaté inscrit son conte dans la
mémoire collective et ne fait pas sienne cette histoire. Elle appartient dorénavant à tous ceux
qui l'ont lue. Voici la formule employée par Dialiba Konaté pour refermer l'histoire de
Soundiata, quitter le monde merveilleux du conte pour revenir à la réalité et ancrer ainsi cette
légende dans le subconscient de chacun: "Telle fut l'épopée de Soundiata, telle au Manding
elle fut racontée d'hier à aujourd'hui. Ecoutez la parole des griots, sachez qu'ils ont fait le
serment d'enseigner et de taire ce qui est à taire. Et que personne jamais n'oublie: nous
sommes petits devant les ancêtres. Près de Niani s'étend l'ombre d'un grand fromager. Ruines
amassées, grandeurs ensevelies, les rois ont succédé au roi, mais l'esprit de Soundiata vit
toujours, au Mali."

45
Toutefois, si la valeur intrinsèque de cet album- véritable travail d'orfèvre- est
indéniable, il n'en reste pas moins que le graphisme particulier qui est celui de Dialiba Konaté
peut surprendre les enfants. Le symbolisme des images est très fort et le travail de lecture est
important. Dans le catalogue des éditions Seuil Jeunesse, L'épopée de Soundiata Keïta est
recommandée aux enfants à partir de six ans. Même avec l'aide d'un adulte qui le seconderait
dans sa lecture, il n'est pas évident que l'enfant âgé de six ans parvienne à se familiariser avec
les images car (malheureusement) peu habitué à une telle approche et conception de l'image, à
en appréhender le sens et à en apprécier l'expression. Alors que nous louions précédemment
ce graphisme, nous voilà contraint de nous interroger sur son accessibilité. Il serait peut-être
alors plus judicieux de renverser le problème et de se demander si la cause de cette difficulté
éventuelle à apprécier à leur juste valeur les illustrations de cet album serait liée au manque de
diversité graphique à laquelle les enfants sont souvent confrontés (tous genres confondus): 1)
un certain nombre de maisons d'édition telles que Hachette jeunesse parmi les plus connues et
les plus représentées en librairies et grandes surfaces, proposent des albums dans lesquels les
illustrations sont très naïves et édulcorées et 2) les adultes optent trop souvent pour ces livres
qui manquent d'originalité dans l'idée qu'ils sont plus adaptés aux enfants. A l'inverse, il
faudrait multiplier les approches, familiariser très tôt les enfants avec des formes diverses et
variées afin qu'ils fassent preuve, plus tard, d'une grande ouverture d'esprit, qui, pour revenir
aux contes africains, est essentielle pour aborder des livres tels que L'Epopée de Soundiata
Keïta.
Toutefois, les illustrations de cet album restent vraiment très réalistes et emplies de
sens. De plus, tel que le livre a été conçu, les dessins ne viennent pas compléter le texte mais
forment un tout. Il est impossible de faire l'impasse dessus, ils font partie intégrante de
l'ensemble. L'alternance texte-images rythme l'album. Les planches de dessins peuvent
monopoliser plusieurs pages à la suite. Parfois, l'image est même traitée en double page (sur
du 26,5x37,5!): la puissance qui émane alors du dessin est absolue et ne peut laisser
indifférent, provoquant un sentiment de rejet ou d'émerveillement.
L'Epopée de Soundiata Keïta fait partie de ces livres qui susciteront une aversion
totale de la part des enfants, peu sensibles à leur esthétisme insolite et singulier, ou, à
l'inverse, les fascineront!

c) Martine Laffont un travail d'adaptation époustouflant


Si L'épopée de Soundiata Keïta surprend par son graphisme, le texte n'est pas en reste
et se révèle tout aussi remarquable.

46
Dialiba Konaté est resté extrêmement fidèle à la légende et aux textes traditionnels. Le
récit qu'il propose reprend les principaux épisodes qui réapparaissent, chaque fois, dans les
différentes versions que les griots content encore de nos jours en Afrique et qui circulent de
par le monde. Si son écriture est extrêmement imagée et symbolique, il n'en est rien dans le
texte édité par Seuil Jeunesse.
En effet, à la fois auteur et illustrateur de cet album, Dialiba Konaté a entrepris
l'écriture de l'histoire de Soundiata d'une manière qui lui est toute personnelle. S'il ressort de
cet album que texte et images ne font qu'un, c'est bien parce que Dialiba Konaté a inséré le
texte dans l'image une fois que celle-ci était créée. Le texte est né de l'image. Ainsi, tout au
long de cet album, en plus des pages de texte sur lesquelles nous allons revenir, le petit lecteur
attentionné et observateur retrouve l'histoire de Soundiata dans les petits rectangles blancs en
haut de chaque planche, dans les coins. Ces petits rectangles, écrits à la main et raturés,
constituent, ajoutés les uns aux autres, son manuscrit. Bien évidemment, un important travail
d'adaptation s'imposait. Cette tâche, pour ne pas dire honneur, est revenue à Martine Laffon.
Il fallait mettre le texte à la hauteur des enfants, fluidifier le récit, corriger les fautes de
style… Afin d'éviter contresens et mauvaises interprétations de ce mythe, Martine Laffon a
travaillé en étroite collaboration avec Dialiba Konaté. Mais donnons un exemple concret.
Voici un passage tel que l'a écrit Dialiba Konaté puis tel que Martine Laffon l'a adapté.
Toutes les fautes d'orthographe et maladresses commises par l'auteur sont bien évidemment
retranscrites comme telles.
Voici le texte original de Dialiba Konaté:" Soundiata Keïta prenna force et vigueur en
1219 un an après la mort de son père, le roi Naré Maghan Konaté. Sassouma Berté refusa de
donner la feuilles de baob à la mère de Soundiata Keïta. En même temps Sassouma Berta
lança des sarcasmes à la mère de Soundiata. Sogolon Conté, elle alla pleurnicher sur son
enfan, Soundiata Keïta, qui est toujours paralysé depuis sa naissance et en lui raconta tous
les sarcasmes que Samoussa Betré l'avait lancée. Soundiata Keïta appela son griot
traditionaliste, Diancouma Douga. Il demanda à son griot d'informer son forgeron, Soridian
Kanté, le fils de Nounou Faourou Kanté de lui faire une barre de fer à Soundiata. Il
empoigna la barre de fer, appuya sur ses genoux mais la barre de fer a donnée la force d'un
arc."
 Voici l'adaptation de Martine Laffon " Chaque chose à une cause. Pourquoi ce jour-
là, demanda-t-elle trois ou quatre feuilles de baobab pour préparer une bonne sauce à ses
enfants. La haine est parfois si dure qu'elle vous refuserait même la plus petite feuille du plus
petit arbre à sauce de la forêt. "Demande donc plutôt à ton fils d'aller t'en cueillir", ricana

47
Sassouma. Il y avait tant de méchanceté dans ses paroles que Sougoulou, humiliée, regretta
amèrement d'avoir enfanté ce Soundiata, bon à rien et paralysé. Quand Soundiata vit sa mère
pleurer, il comprit. "Console-toi ma mère, console-toi, lui répétait-il, je vais laver cet affront!
Aujourd'hui, je vais marcher. Tu voulais quelques feuilles de baobab pour ta sauce? C'est le
baobab tout entier que je déracinerai et chacun ainsi verra qui est ton fils!" Il ordonna à
Balafasséké, son griot qui était à ses côtés ce jour-là: "Cours, cours chez le forgeron et
rapporte-moi un arc de fer." Quand le vieux forgeron vit le griot arriver si vite, il sut qu'enfin
le grand jour était arrivé! Il appela six apprentis: "Que l'on apporte cet arc de fer à
Soundiata." "Lève-toi Soundiata!" cria Balafasséké. "Lève-toi!" supplia le vieux forgeron.
Mais l'arc se plia une première fois, puis une deuxième, puis une troisième fois."
Comme en témoignent ces extraits, le travail d'adaptation (indispensable) réalisé par
Martine Laffon rend le texte plus vivant (interventions des personnages,…) et participe en
cela à le rapprocher des enfants. Toutefois, l'intervention de Martine Laffon apporte une
dimension littéraire au texte qui rend parfois l'approche difficile. Ne serait-ce que la
construction des textes ou le vocabulaire utilisé, ils sont plus complexes. La lecture de
certains passages est rendue assez ardue. De plus, tout au long de l'album, l'enfant doit déjà se
familiariser avec des termes spécifiques propres à la culture africaine tels que "cauris", se
repérer entre les différents membres de la caste, dont les noms, assez complexes, ont des
sonorités proches les unes des autres, comprendre les allusions à la magie, etc.
Toutefois, ce constat permet de voir les limites et difficultés auxquelles a pu se heurter
Martine Laffon: rester proche du texte de Dialiba Konaté et l'adapter aux enfants tout en
veillant à ce qu'il n'y ait pas une trop grande différence entre la qualité des images et celle du
texte. Il aurait été impossible de proposer au final un album dont les textes auraient été dignes
d'un Martine et les illustrations aussi réussies et singulières que celles de Yakouba, conte
initiatique africain, également édité chez Seuil et travaillé uniquement en noir et blanc.
Il est évident qu'un enfant ne peut pas lire seul, à six ans ce texte. Un adulte doit être
présent pour l'aider à décrypter le texte et apporter les réponses aux nombreuses questions que
lui suscitera la lecture de ce conte. A lui d'adapter à son tour, de donner une explication
évasive sur une question s'il juge que l'enfant n'est pas assez mûr pour entendre telle ou telle
réponse, etc. L'adulte devient alors griot, à lui d'adapter l'histoire au public qu'il a en face de
lui.
Au final, il apparaît clairement que, dans le respect de la tradition orale, l'adaptation
n'aurait pu être différente. Souhaiter ne pas dénaturer le conte, c'est aussi accepter de ne pas
pouvoir librement intervenir dessus. Alors, si effectivement cet album, par son style, son

48
écriture, ses métaphores et ses évocations, n'est pas toujours facilement accessible aux
enfants, d'un autre côté, il en tire son originalité et sa qualité. Tout cela fait qu'il est
aujourd'hui possible de dire, en lisant L'Epopée de Soudiata Keïta, "Voici un conte illustré
africain pour les enfants qui s'inscrit dans la plus pure tradition. "

Cette étude de cas approfondie montre combien les éditions Seuil Jeunesse mènent un
travail sur le livre que l'on ne retrouve que chez les petits éditeurs indépendants mués par
l'amour du livre. Leur sensibilité pour le conte africain est réelle et c'est ce qui leur permet de
mener à bien des projets aussi gigantesques que cet album. Elles l'ont déjà prouvé
précédemment en publiant Yakouba ou Mawati, L'enfant du désert,… Non seulement, Seuil
Jeunesse n'a pas cherché à faire correspondre cet album avec une collection déjà existante
(cette maison d'édition n'a d'ailleurs pas une politique de collections), mais n'a pas non plus
voulu faire entrer cet album dans un moule occidental, lui faisant perdre au passage tout son
cachet. C'est notamment ce qui a permis de créer le format de l'album! Si un important travail
de sélection a été opéré sur les images (Dialiba Konaté a proposé un grand nombre de
planches. Une cinquantaine de dessins a été sélectionnée!), aucune modification n'a été
apportée sur les images en témoigne les blocs de textes toujours présents dans l'image!
L'œuvre de Dialiba Konaté n'a été en aucun cas altérée, mais au contraire mise en valeur par
le travail éditorial!
L'Epopée de Soundiata Keïta c'est l'histoire d'un incroyable pari éditorial, celui de
l'œuvre de toute une vie, celle de Dialiba Konaté!

49
2- Du conte populaire et traditionnel au conte moderne: des différences d'écriture
et d'illustration

Etude de cas portant sur les œuvres de Anne-Catherine de Boel et Véronique Vernette:
Deux représentations de l'Afrique et de ses contes

A la vue de l'ensemble de la production actuelle de contes illustrés africains pour la


jeunesse, deux écoles semblent clairement se dessiner. D'un côté, on trouve les contes
populaires traditionnels particulièrement bien représentés dans les catalogues d'éditeurs et de
l'autre les contes modernes qui peignent une Afrique actuelle, plus urbaine et sédentarisée. Il
ne s'agit pas, bien sûr, de diviser le marché selon deux mouvements artistiques et littéraires,
niant par la même la part de créativité et d'originalité dont peuvent faire preuve les auteurs et
les illustrateurs. Cette observation n'a pas valeur de dogme, en témoignent des albums tels que
L'Epopée de Soundiata Keïta que nous venons d'analyser longuement, qui offrent une vision
de l'Afrique inattendue, aux antipodes de tout ce qui a pu être fait, ne répondant à aucune des
règles du marché et loin de toutes les représentations de l'Afrique noire communément
acceptées et répandues.
De plus, cette remarque ne remet d'ailleurs nullement en cause la qualité des albums
appartenant à l'un ou l'autre de ces "mouvements" qu'il serait absurde et incohérent d'opposer
radicalement, en les considérant l'un par rapport à l'autre et en tentant une analyse parallèle,
point par point. L'angle d'analyse adopté ne peut pas être le même.
Distinguer contes populaires traditionnels et contes modernes, ne s'apparente
nullement à opposer Anciens et Modernes, mais plutôt, en analysant les travaux de différents
auteurs-illustrateurs, à comprendre les deux démarches dans leur ensemble, à voir ce qu'elles
apportent, l'une comme l'autre, aux enfants et quelles en sont les limites.

a) Le concept de contes populaires traditionnels et de contes modernes


Le concept de contes populaires traditionnels désigne les albums qui s'inscrivent dans
le respect de la tradition africaine. Le texte est inspiré d'un récit issu de la tradition, récolté
auprès de la population locale à l'occasion d'un voyage en Afrique noire,… L'histoire n'est pas
le fruit de l'imagination de l'auteur. Il n'y a pas d'acte de création en soi. L'auteur travaille plus
à l'adaptation du texte, pour le rendre compréhensible et accessible aux enfants. La part de
création reste en revanche entière sur l'illustration. Toutefois, cette dernière manque bien
souvent d'originalité et d'innovation. En effet, les illustrateurs ne parviennent pas à prendre

50
assez de distance avec le texte et traitent l'image avec beaucoup trop de traditionalisme!
Certes, ils souhaitent rester fidèles à la tradition, mais qui a dit que l'Afrique noire c'était
seulement des couleurs chaudes, ocres et marron? Or c'est un fait, la plupart des illustrateurs
français de contes populaires traditionnels (La soupe au pili-pili, Alba, Rafara, Contes
d'Afrique, …) travaillent l'image avec ces couleurs, tant est si bien que cela devient un critère
de choix et d'identification pour les enfants qui repèrent un conte africain traditionnel à ses
illustrations ocres. La présence de ces couleurs dans un album sur l'Afrique légitimerait ainsi
son existence aux yeux des enfants. Pourtant, si l'on considère l'œuvre des illustrateurs
africains de contes pour la jeunesse, on constate qu'ils ont recours à l'ensemble des couleurs
que leur propose leur palette (jaune, vert,…) en variant les formes, les styles et les techniques.
D'ailleurs si le dessin à l'état brut (trait de crayon) varie d'un illustrateur à un autre
dans les albums édités en France, les techniques employées restent bien souvent les mêmes
(craies, pastels gras…). D'un livre à un autre, on a ainsi l'impression de retrouver les mêmes
illustrations: les paysages sont les mêmes, les villages avec leurs cases se ressemblent tous,
les femmes sont chaque fois occupées à piler le mil, les tissus sont tous de la même couleur…
Pourtant, il n'y a pas une seule représentation de l'Afrique noire possible, mais de multiples.
Le manque de diversité que l'on constate actuellement dans les contes traditionnels africains
pour la jeunesse incombe notamment aux éditeurs qui préfèrent, sûrs du succès qu'ils vont
rencontrer, publier des albums répondant aux canons esthétiques habituels et appréciés des
enfants, plutôt que sortir des sentiers battus et prendre le risque de proposer des albums qui
donnent une nouvelle image des contes traditionnels, intégrant la couleur et un graphisme plus
dépouillé par exemple, faisant ainsi appel à l'imaginaire de l'enfant, etc.
Par conséquent, peu d'éditeurs se risquent également à la publication de contes
modernes africains, dans lesquels les auteurs abandonnent la savane, les lions, les calebasses
et le mil au profit de l'effervescence de la ville avec ses maisons, ses voitures, ses étals, son
mode de vie, …

b) Anne-Catherine de Boel et Véronique Vernette: deux approches différentes de


l'Afrique
Aujourd'hui deux jeunes illustratrices, l'une belge et l'autre française, passionnées par
l'Afrique noire, incarnent ces deux mouvements: Anne-Catherine de Boel, éditée chez Pastel
et Véronique Vernette éditée chez Points de suspension. Sous leur crayon, l'Afrique noire
prend des couleurs et des formes différentes. Les histoires de l'une se déroulent dans une
Afrique intemporelle, en dehors de toutes les limites géographiques, en plein cœur d'une

51
brousse imaginaire et ont tout du récit traditionnel africain, tandis que les albums de l'autre
plantent leur décor au Burkina Faso et respirent l'Afrique contemporaine. Toutes les deux ont
l'expérience de l'Afrique. Anne-Catherine de Boel, l'auteur des contes traditionnels, vit six
mois de l'année en Afrique et recueille, de village en village, des récits de vie et des contes
traditionnels qu'elle met ensuite en image. Véronique Vernette16, qui prend plaisir dans
chacun de ses albums à faire revivre des scènes de la vie quotidienne observées lors de ses
longs séjours au Burkina Faso, en particulier à Ouagadougou, partage son temps entre
l'Afrique et la France. Toutes les deux retranscrivent pour les petits Français les images, les
impressions et les histoires accumulées en Afrique pour leur faire découvrir un échantillon de
l'Afrique noire, leur Afrique, à travers des contes mettant en scène de jeunes enfants. Les
petits lecteurs s'identifient ainsi à eux et font leurs les aventures qui surviennent aux petits
héros. C'est en accumulant différentes visions de l'Afrique, comme celles-ci, que les enfants
pourront, à leur tour, se construire leur propre représentation de l'Afrique et se faire une idée
de la vie au Mali, au Niger, au Sénégal, au Burkina Faso… Les travaux de ces deux jeunes
femmes témoignent des fossés qui séparent aujourd'hui la population des villes et celle des
villages perdus en pleine savane. On comprend maintenant combien il est important que les
éditeurs prennent le risque de publier ce qu'on a appelé des contes modernes. Ils ne sont pas
suffisamment bien représentés face aux contes traditionnels. Aujourd'hui, il n'y a bien que
Véronique Vernette qui parvienne à s'imposer dans le paysage éditorial français avec des
titres tels que Moi, j'attendais la pluie ou Cocorico Poulet Piga.

c) Rafara de Anne-Catherine de Boel: un conte populaire traditionnel d'Afrique


noire
Dans Rafara pas de singe, ni de lièvre et encore
moins de hyène. Pas de village non plus, ni de case. Certes,
il s'agit d'un conte traditionnel africain qui joue sur toutes
les nuances d'ocre et de jaune, mais la recherche graphique
est réelle. Anne-Catherine de Boel, use avec beaucoup de
finesse et de subtilité de toutes les ficelles que lui offre le
conte (merveilleux, mythologie…) pour tenter non pas de
Visuel de couverture
renouveler le genre, mais de diversifier les approches en Rafara: un conte populaire africain
Anne-Catherine de Boel
Pastel
faisant appel à l'imaginaire des enfants. Dans Rafara,

16
Cf. Biographie en annexe page XL

52
53
l'image est tout aussi importante que le texte, si ce n'est plus. En effet, celui-ci s'insère
discrètement dans l'image et n'est que très rarement au premier plan. Le texte vient expliquer
l'image, la compléter et non l'inverse. Le dessin, particulièrement expressif, raconte à lui seul
l'histoire. Les images sont parlantes et se suffiraient presque à elles-mêmes. Les images
délivrent assez de renseignements et d'informations pour que l'enfant, en feuilletant
simplement le livre, soit à même de suivre l'aventure de Rafara, la petite héroïne du conte, de
discerner les différents temps forts et de comprendre les différentes péripéties qui surviennent.
L'image constitue donc l'élément principal de cet album. En effet, l'histoire en elle-même n'est
que la retranscription la plus fidèle possible du conte populaire découvert en Afrique noire. La
plus grande part de création dans l'adaptation française de ce conte populaire a été réalisée sur
l'image.
Mais revenons un instant sur l'histoire de Rafara.
Rafara est une petite fille qui vit quelque part en Afrique. Elle a deux grandes sœurs
qui lui vouent, depuis toujours, une haine sans limite. Un jour, alors qu'elles cueillaient
ensemble des morelles dans les bois, les deux sœurs s'enfuient en courant et abandonnent la
petite fille dans la forêt tandis que la nuit approche. Alors que Rafara s'était endormie, un
affreux monstre, Trinobe, la kidnappe et la retient prisonnière dans son antre. Chaque jour, il
lui apporte toujours plus de nourriture, dans l'espoir qu'elle devienne bien grasse et bien dodue
pour qu'il puisse la manger. Chaque soir, il tâte ses côtes pour savoir quand elle sera "bien à
point." Une nuit, elle reçoit la visite d'une petite souris qui lui conseille de s'enfuir. "Lève-toi
et fuis immédiatement! Emporte ce bâton, cette pierre et cet œuf et, en chaque occasion,
écoute ton intuition". Le lendemain, Trinobe, fou de rage, s'aperçoit de l'absence de Rafara,
rentre dans une terrible colère et part à sa recherche. Il a vite fait de la rattraper. Rafara jette
alors le bâton derrière elle, l'implorant de se transformer en lac. Mais Trinobe, s'empresse de
boire toute l'eau du lac. Rafara s'empare alors de la pierre et souhaite de tout cœur qu'elle se
transforme en forêt, mais le monstre avec sa queue très puissante abat tous les arbres. Ne reste
plus que l'œuf. Rafara ne voit plus qu'une solution. L'œuf doit se transformer en montagne
pour qu'elle puisse échapper à la méchanceté de l'ogre et rentrer chez elle, saine et sauve,
grâce à l'aide de Vovondréo, le grand oiseau aux ailes puissantes."
Ce conte dans lequel on reconnaît l'histoire d'Hänsel et Gretel – de nombreux contes
français arrivés jusqu'en Afrique ont ainsi été adaptés dans la langue du pays et plongés dans
un cadre africain (redéfinition de l'histoire et des personnages, nouveau décor, …) – a en effet
tout du conte populaire traditionnel: 1) Le personnage principal est d'abord posé en victime
(méchanceté des sœurs, abandon et séquestration par Trinobe), 2) Arrive ensuite la mise à

54
55
l'épreuve (remise des armes : le bâton, la pierre et l'œuf, recommandations…) 3) L'épreuve en
elle-même a lieu ("combat" contre Trinobe- utilisation de la ruse et recours aux incantations
magiques), 4) La jeune initiée ressort vainqueur du duel (édification de la montagne et retour
au village en héroïne). Le jeune lecteur retrouve donc la structure habituelle, jusqu'au prélude
récité par un sage: "On raconte qu'elles étaient trois filles d'un même père. La plus jeune était
douce et gentille. Les deux aînés la jalousaient et lui voulaient du mal." En soi, l'écriture de ce
conte reste donc très traditionnelle.
En revanche, dans le graphisme, Anne-Catherine de Boel fait preuve d'originalité pour
ne pas dire d'innovation. Certes, nous l'avons déjà fait remarquer, cette jeune illustratrice joue
beaucoup sur les nuances ocres et marrons. Rafara elle-même, telle qu'elle est représentée, est
l'archétype même de la petite fille africaine que l'on retrouve dans tous les contes traditionnels
d'Afrique noire: rondeurs, proéminence des lèvres, nattes, visage poupon…
En revanche, le dessin est relativement épuré. Peu de détails encombrent l'illustration.
Tout est focalisé sur les personnages et l'action en elle-même. Beaucoup d'éléments sont
suggérés. Le lac est une étendue d'eau bleue, la forêt, une masse verte, etc. Mêlant travail à la
craie, le découpage de feuilles canson et la peinture, Anne-Catherine de Boel cherche à
surprendre le lecteur à chaque page, provoquant des réactions en chaîne, faisant passer d'un
état à un autre en alternant douceur du trait de crayon pour dessiner les rondeurs de Rafara et
représentation très géométrique pour symboliser le monstre dont le corps, tel les écailles d'un
poisson, est recouvert de signes ethniques.
Enfin, graphiquement parlant, voici l'un des éléments les plus intéressants de cet
album: certaines illustrations sont conçues de telle sorte qu'il y a différents niveaux de lecture
dans l'image. L'illustration est construite comme un cadre: au centre le dessin principal,
autrement dit, la photo, et autour le cadre en lui-même, composé d'une succession de saynètes,
à lire dans le sens des aguilles d'une montre. Avec un tel traitement de l'image, Anne-
Catherine de Boel s'autorise quelques libertés à l'égard des formes habituellement pratiquées
dans les contes traditionnels d'Afrique noire.
Rafara fait quelque peu figure d'exception parmi la production actuelle de contes
traditionnels africains. Cet album joue sur plusieurs plans à la fois, expérimente les limites du
genre, explore de nouvelles approches et contribue à montrer qu'il est possible, tout en
respectant la tradition, de prendre ses distances avec le texte et en faire sa propre
interprétation dans une mise en image originale.

56
d) Moi, j'attendais la pluie de Véronique Vernette: un conte moderne
Moi, j'attendais la pluie est aujourd'hui l'exemple le plus réussi de ce vers quoi
devraient tendre les contes modernes sur le thème de l'Afrique noire. Dans Moi, j'attendais la
pluie la savane, les baobabs, les griots, les chasseurs, les
lions, les lièvres et les sorciers ont définitivement disparu,
laissant place aux ruelles d'Ouagadougou, à la vie animée des
cours intérieures, aux bruits des voitures et des camions, aux
cris des enfants jouant sur la place, … Les petits lecteurs sont
plongés dans l'Afrique urbaine, civilisée et moderne et
découvrent la vie quotidienne dans la capitale du Burkina
Faso. Conçu tel un carnet de voyages, cet album n'a pas
d'ambition particulière si ce n'est faire découvrir aux petits
Visuel de couverture
enfants français une nouvelle image de l'Afrique noire, loin Moi, j'attendais la pluie
Véronique Vernette
de tous les clichés et représentations qu'ils peuvent avoir en Points de suspension

tête. Véronique Vernette a voulu, en conjuguant sa passion pour le dessin et l'Afrique,


partager avec les enfants les images qu'elle avait accumulées lors de ces nombreux voyages.
C'est ainsi qu'est né Moi, j'attendais la pluie. Ce magnifique album, très coloré,
raconte l'histoire d'une petite fille qui vit à Ouagadougou et désespère de voir arriver un jour
la pluie. Elle a décidé qu'elle attendrait toute la journée qu'il pleuve. Alors que, tout autour
d'elle, la vie continue, chacun s'afférant aux tâches quotidiennes (cuisine, lavage, …), la petite
fille passe son temps à scruter le ciel, surveillant chaque nuage. Le passage du livreur de bois,
la venue du masta (couturier ambulant) ou du pousseur de barriques (fontainier) ne
changeront rien à son attitude. Elle, elle attendait la pluie. Pourtant le soir, après le dîner, le
vent souffle de plus en plus fort, faisant avancer de gros nuages noirs. La pluie est enfin
arrivée! Alors que tout le monde se précipite pour échapper aux grosses gouttes, la petite fille
savoure cet instant avant de s'installer sur le canapé du salon, pour entendre tomber la pluie
sur la taule ondulée. Il n'y a pas plus belle musique à ses yeux…
Si l'on retrouve là un thème récurrent aux contes africains, la pluie, préoccupation de
tous en Afrique, là s'arrête toute comparaison possible avec les contes africains illustrés de la
tradition orale. Cet album n'appartient d'ailleurs à aucun genre. Il relève d'une démarche
originale, unique et personnelle comme les apprécie Points de suspension, la maison d'édition
de Véronique Vernette. Cette auteur-illustratrice se différencie du reste de la production
actuelle par une écriture et un graphisme à part.

57
58
Dans cet album, la petite fille est son propre maître. C'est elle qui fait l'action et
raconte son histoire à la première personne du singulier, "je". Le griot n'est plus là pour servir
d'intermédiaire entre le texte et le public. En guise de prélude, la petite fille commence ainsi
son histoire: "Voilà de longs mois que l'on n'avait pas vu ici une seule goutte de pluie. La ville
était toujours balayée par le même vent: les va-et-vient de l'harmattan. Ce jour-là j'attendais."
Toute distance avec le récit est abolie. Le petit lecteur est happé dans l'histoire et l'emploi de
la première personne du singulier contribue à faciliter le travail d'identification auquel les
enfants se livrent, immanquablement, lorsqu'ils commencent la lecture d'un album, qu'il
s'agisse d'ailleurs d'un conte africain ou d'un classique de la littérature jeunesse. Cette vérité
n'est pas propre aux contes africains.
Qui plus est, Véronique Vernette parvient tout au long de cet album, à conserver le ton
enfantin adopté dès la première page. L'écriture est très vivante, joyeuse et imagée. Les
phrases, très courtes, rythment l'histoire: "L'énorme camion de bois est passé. Safia a couru en
acheter. Moi, j'attendais la pluie." Il y a à peine plus de trois phrases par page. Le texte dit le
strict nécessaire, tout est dans l'image. A chaque page, la petite fille finit par un état du ciel:
"Le ciel restait immobile", "Pour la pluie il fallait encore patienter", "Toujours pas de
pluie",… Ce refrain n'est toutefois pas sans rappeler les phrases chantées qui, dans les contes
oraux, reviennent à chaque temps fort du récit et sont reprises en chœur par le public.
Plus que le texte, c'est l'image qui compte. Chaque dessin occupe une double page et
est travaillé au crayon de couleur et aux encres de couleur ce qui contribue à le rendre si
vivant et animé. Mais le graphisme de Véronique Vernette colle complètement au texte. Il
n'est pas sans rappeler les dessins des enfants. Ces derniers n'ont par conséquent aucune
difficulté à évoluer dans l'œuvre de Véronique Vernette. Les dessins leur parlent, sont proches
d'eux, mêmes s'ils racontent l'histoire d'une petite fille qui vit à des milliers de kilomètres
d'eux. La jeune femme a en effet sa propre définition de l'espace, des formes et des
proportions. Si elle crayonne les contours de chaque dessin, elle n'en respecte pas pour autant
les limites et Moi, j'attendais la pluie fourmille de légendes et de panneaux indicateurs ("chez
le grand-père", "centre- ville",…). Les enfants ont l'impression d'évoluer dans un labyrinthe.
La lecture de cet album pourrait être répétée une dizaine de fois que le parcours dans le texte
et les images ne serait pas le même. Dans Moi, j'attendais la pluie, on considère directement
le lecteur, il est totalement impliqué dans la lecture de ce texte. L'illustration, dans laquelle
toute perspective est gommée, est foisonnante et regorge de détails qui sont autant
d'informations sur la vie en Afrique noire de nos jours. Cet album a valeur documentaire.
Brigitte Cazeux, éditrice chez Points de Suspension, compare les travaux de Véronique

59
60
Vernette à "une œuvre de témoin hors du commun qui invite le lecteur à parcourir un pays
magique et attachant". Dans chaque coin et recoin de l'image, Véronique Vernette sème des
indices: la petite voiture faite de boîtes de conserve, la théière, la marmite, le sucre "la
gazelle", les épices (mil, cola,…) et les graines pour préparer le tô,… Pour les enfants la
lecture de l'image s'apparente à une chasse au trésor, l'enjeu étant de retrouver tous les
éléments dissimulés dans la page et qui, de près ou de loin, libèrent tout le sens de l'histoire.
Les petits lecteurs suivent le cours d'une journée et découvrent la vie au sein des cours
communes, l'importance de la famille, le troc, les pratiques culinaires, un vocabulaire précis
(tô, harmattan, masta, le gombo (sorte de piment), …), les tissus bariolés, les personnages de
la vie quotidienne et leur place dans cette micro-société (le livreur de bois, le pousseur de
barriques (autrement dit le livreur d'eau), le masta…). Sans qu'il n'y paraisse, l'enfant est
plongé dans la réalité de la vie au Burkina Faso. Rien n'échappe au regard de l'illustratrice qui
traite avec beaucoup d'humour l'image. Cette légèreté et cette insouciance manquaient
jusqu'alors aux albums sur l'Afrique noire.
Plus encore qu'une innovation graphique sans précédent, Véronique Vernette offre aux
enfants une nouvelle image de l'Afrique noire, les éveille et les sensibilise à une Afrique
différente, pleine de vie et d'avenir, dans laquelle les petites filles, comme celle que l'on suit
dans Moi, j'attendais la pluie, vont à l'école, s'amusent avec une poupée en chiffon, portent un
short et des espadrilles,…

Cette réflexion autour de la notion de contes traditionnels africains et contes modernes


nous a permis de mettre en évidence deux approches graphiques totalement différentes, à la
fois représentatives des genres qu'elles incarnent et innovantes. Ces deux titres font
aujourd'hui partie de ce qui se fait de mieux en matière de contes et d'albums sur l'Afrique
noire. Avec Rafara, Anne-Catherine de Boel montre qu'il n'est pas impossible d'illustrer un
conte populaire africain en faisant preuve d'un certain non-conformisme et en repoussant les
limites et règles graphiques établies jusqu'alors. Faut-il encore que les éditeurs, plutôt
conservateurs, acceptent, à l'image de Pastel, de s'engager dans cette direction, fassent preuve
d'une plus grande ouverture d'esprit et ne se laissent plus seulement convaincre pour ne pas
dire séduire, par des graphismes qui manquent de caractère et tombent dans l'inévitable abîme
des clichés. Inévitable aussi dans ces conditions que des albums tels que Moi, j'attendais la
pluie, soient si mal représentés dans la production actuelle de livres jeunesse. Pourtant, la
coexistence de ces deux genres est essentielle et reflète la réalité observée en Afrique qui est

61
de plus en plus, partagée entre traditionalisme et modernisme. On comprend alors aisément
que l'enjeu est grand pour les éditeurs jeunesse…

62
3. Les livres-CD: le conte lu dans le respect de la tradition orale?

L'exemple de Wambi le chasseur d'antilopes (Actes Sud junior)


et de
Comptines et berceuses du baobab (Didier jeunesse)

Les éditeurs, en particulier Père Castor Flammarion ou L'Ecole des Loisirs, manquent
parfois cruellement d'originalité, ce qui nuit considérablement à la qualité et à la diversité des
publications en terme de contes africains. Ils sont généralement farouchement attachés aux
contes traditionnels qui exaltent des valeurs telles que la loyauté, le courage, la solidarité ou
bien encore la paix, associant immanquablement l'Afrique noire à des thèmes tels que la pluie,
la savane ou la chasse et mettant en scène les personnages, de la manière la plus classique
qu'il soit, du lion au sorcier en passant par le Mémoires de griot
jeune chasseur.
Siré Camara
A l'inverse, des maisons d'édition Illustrations de Anne Boscher
Points de suspension, 2003
telles que Points de suspension, Seuil
Jeunesse, Didier Jeunesse ou encore
Gautier-Languereau rivalisent d'ingéniosité,
proposant des concepts uniques et
enthousiasmant, qui révèlent toutes les
richesses de l'Afrique noire et mettent en
valeur une tradition héritée de siècle en
siècle en l'inscrivant dans l'air du temps. "Mémoire de griot est un livre CD où petits et
grands sont invités à voyager en compagnie du
Parmi ces concepts, l'émergence des conteur Siré Camara et de l’illustratrice Anne
Boscher. Le lecteur est emmené, au gré de quatre
livres-CD autour des contes et des contes, sur les rives de fleuves majestueux, au cœur
de forêts denses et sombres, au-dessus des prairies
comptines est un phénomène intéressant qui sauvages de la savane…Ce livre CD présente
mérite qu'on s'y attarde. Pionnier sur ce quelques thèmes aussi variés que l'exclusion, la
recherche de la vérité, l'amitié… Et ce sont tantôt
secteur en 2000 avec Le Rap. Tom'bé le lion les hommes qui nous tiennent en haleine, tantôt les
animaux. Comme il l’a appris de ses ancêtres, ce
et le rap, Gallimard jeunesse a très griot jalonne ses histoires de mélodies qu’il
interprète sur le disque avec des instruments
rapidement été rattrapé par Actes Sud Junior traditionnels comme la Sanza et le Gongoma, le
Kamele-N'Goni, le M'Bolon, et par des instruments
en 2001 avec Wambi le chasseur de percussion comme le Djembé et les Tambours
d'antilopes, puis Didier Jeunesse en 2002 d’eau. Quand il chante, c’est en Soninké, le dialecte
de ses origines."
avec Comptines et berceuses du baobab qui
Source: Note de l'éditeur
rencontra un succès inattendu et, plus

63
récemment, Mémoires de griot chez Points de suspension. Chacun de ces livres-Cd semble
témoigner de l'envie de renouer avec la tradition orale et redonner aux enfants le plaisir
d'écouter un conte récité. De plus, ces livres-Cd donnent souvent lieu à une écoute en groupe
dans un esprit où la convivialité peut aider à l'appréciation et à la compréhension du conte.
D'ailleurs, ces livres-CD sont utilisés dans le cadre des animations mises en place avec les
enfants dans les écoles, les centres culturels, les bibliothèques,… C'est alors un moment
d'échange et de partage. La mise en musique du conte incite à une écoute collective et non
plus solitaire et isolée. Ce passage en version audio permet ainsi de recréer l'univers du conte.
Le récit est de nouveau transmis par voie orale. Les conditions d'énonciation et d'écoute
replacent les petits enfants français dans le contexte traditionnel de la transmission des récits
oraux en Afrique noire. En effet, tels les enfants suspendus aux lèvres du griot en Afrique, ils
sont absorbés par l'écoute du Cd et en oublient souvent de tourner les pages du livre, qui
devient presque secondaire. C'est exactement l'effet recherché par les éditeurs qui se placent
sur ce marché. Avec plus ou moins de talent, ils souhaitent tous recréer la magie du récit oral.
Si la recherche conceptuelle est intéressante, le travail musical réalisé sur chaque titre
surprend par sa qualité. Il y a un véritable souci de la part des éditeurs de coller au plus près
de l'Afrique noire et de sa musique en puisant dans son répertoire d'une richesse
exceptionnelle (multiplicité des rythmes, des sons, des instruments,...)! Les mélodies sont
celles de l'Afrique noire, les chants ne sont pas réinventés, etc.
On notera d'ailleurs que ces livres-Cd appartiennent souvent à des collections sur les
musiques du monde. C'est le cas pour Gallimard Jeunesse, Didier Jeunesse et Actes Sud
Junior. Il y a une véritable volonté de ne plus seulement donner à découvrir les contes mais
aussi la musique qui les accompagne et donner ainsi un plus grand aperçu de la culture
d'Afrique noire.
 Le Rap. Tom'bé, le lion et le rap fait donc partie des 13 titres de la collection Mes
premières découvertes de la musique dont voici la présentation proposée sur le site
www.gallimard-jeunesse.fr: "Mes premières découvertes de la musique, c'est le
résultat d'une alchimie réussie d'un texte d'auteur, d'illustrations hautes en couleurs et
d'une musique inédite. Ces livres sont de véritables petits contes musicaux. Un livre et
un CD audio, à regarder, lire et écouter à la fois. Sur une belle histoire
merveilleusement illustrée, une musique originale. Une initiation à la musique et à ses
instruments. Livres et CD sont réalisés avec le soutien du Conservatoire national de
région de Boulogne-Billancourt, en partenariat avec le Fonds d'Action Sacem."

64
 Comptines et berceuses du baobab (Didier Jeunesse) sont, quant à elles, extraites de la
collection Comptines du monde, qui compte aujourd'hui plus de 8 titres. Parmi les
pays mis à l'honneur: l'France, le Maghreb, l'France…
 Enfin, Wambi, le chasseur d'antilopes est l'un des nombreux livres-Cd de la collection
Les contes du musée de la Musique, dont voici la présentation faite dans le catalogue
2005: "Au gré des mots et des notes, un conte illustré, un cahier documentaire et un
CD font découvrir les instruments du monde entier. "

a) L'importance de la musique et des chants dans la société d'Afrique noire


Si les musiques africaines inspirent tant, c'est bien parce qu'elles occupent une place
essentielle dans les récits de tradition orale. Nous l'évoquions déjà au tout début de ce
mémoire, le griot s'accompagne très souvent d'un instrument (harpe, mvet, tam-tam…), le
conte en lui-même est généralement rythmé par une phrase chantée et les chansons et les
comptines constituent un genre à part entière de la tradition orale africaine. Le conte est un
moyen d'expression très important en Afrique noire qui fait appel aux chants, à la danse, …
La musique est omniprésente dans la tradition africaine et contribue à la beauté du
récit en le rendant vivant et expressif. Chansons, comptines, contes chantés et musique
occupent donc une place importante dans la société d'Afrique noire. Associés à toutes les
activités quotidiennes ou aux rituels et fêtes, ils célèbrent les temps forts de la journée et de la
vie, que ce soit au village ou en ville. De plus, cette tradition orale est loin d'être figée
puisqu'elle évolue en étroite harmonie avec la société: elle est vive, animée et rythmée.

b) Wambi le chasseur d'antilopes: une idée originale pour un résultat décevant


Actes Sud Junior fait partie de ces maisons d'édition qui proposent aux enfants des
livres originaux, intéressants, uniques et non infantilisants. De
plus, leur intérêt pour les cultures du monde entier est réel et leur
catalogue vient confirmer cette volonté qui les anime de faire
découvrir aux enfants les littératures d'ici et d'ailleurs par
diverses approches possibles.
Wambi le chasseur d'antilopes, le premier titre de la
collection Les contes du musée de la musique, est né de cette Visuel de couverture
Wambi, le chasseur d'antilopes
réflexion générale. L'idée de départ étant de mettre en scène un Anne Montange
Ill. Frédéric Rébéna
instrument exposé au Musée de la musique à Paris en créant une Actes Sud Junior

histoire autour qui sera ensuite mise en musique. Chaque

65
instrument est donc inséré dans un contexte. Dans Wambi le chasseur d'antilopes, l'instrument
observé est une harpe arquée, originaire du Gabon. C'est donc tout naturellement que le conte
imaginé par Anne Montange et illustré par Frédéric Rébéna, se déroule au Gabon. L'idée,
jamais développée auparavant par d'autres éditeurs, est plutôt prometteuse. Les possibilités
qui s'offrent tant à l'auteur qu'à l'illustrateur sont nombreuses. Ils ont entière liberté sur le texte
et l'illustration. La part de créativité est totale et contribuera à la réussite ou non du CD.
Au final, on obtient une histoire sur fond d'Afrique noire. Les éléments sont mis les
uns après les autres, sans lien entre eux. L'histoire, qui veut se situer dans la lignée des récits
traditionnels, n'est pas convaincante. Elle n'a rien d'un conte. Ecriture et illustration manquent
de relief et de saveur. La magie n'opère pas.
L'écriture est froide et distante. Elle ne laisse pas la possibilité au lecteur d'entrer dans
le texte, de se l'approprier et de s'évader. Elle ne sert vraiment que de prétexte pour mettre en
scène la harpe, pourtant la trame semble intéressante. L'histoire n'a rien de l'Afrique noire,
même si elle fait apparaître de-ci de-là un chasseur, une antilope, un sorcier, la magie, … Tout
n'est qu'amalgame d'idées et détournement d'images, de codes et de thèmes appartenant à la
tradition orale. Tout au long du récit, il y a un glissement perceptible vers une forme d'écriture
propre aux contes littéraires, qui conviendrait parfaitement pour Le Petit chaperon rouge, Le
Chat Botté ou Barbe-bleue mais n'est pas compatible avec un titre tel que Wambi le chasseur
d'antilopes! Cette combinaison d'images africaines occidentalisées et d'écriture stylisée et
littéraire est préjudiciable à ce livre-CD.
En effet, même la mise en musique n'est pas convaincante. Il y a bien un semblant de
tam-tam en fond sonore, un extrait de harpe arquée,… Mais tout cela reste très fade et semble
totalement artificiel. Le texte est posé sur la musique alors qu'il ne devrait faire qu'un avec
elle. Le rythme et les sons ne sont pas ceux de l'Afrique noire. Quant à la voix de la conteuse
et ses intonations, elles ne s'accordent pas avec l'esprit de l'Afrique et sont loin d'égaler le
talent de conteurs professionnels tels que Praline Gay-Para ou Pépito Matéo, qui ont déjà
publié des contes pour les enfants, notamment chez Didier Jeunesse. Anne Montange semble
raconter Hänsel et Gretel ou un autre classique du genre, avec beaucoup de conviction certes,
mais ce style n'est absolument pas adapté à ce conte d'ailleurs.
De plus, les illustrations sont tout aussi incohérentes. Elles ne collent pas avec le texte
et ne rendent pas l'ambiance de l'Afrique noire. Elles semblent appartenir à une autre histoire.
Il y a un décalage total entre le texte très voire trop littéraire et une image dans laquelle le
manque de réalisme, l'absence d'une expérience en Afrique (voyages, …) et la

66
67
méconnaissance du peuple du Gabon (postures et gestes occidentaux frappants,…) se font
cruellement ressentir. L'illustration n'est pas crédible.
Si le concept de départ est intéressant et original, il ne fait aucun doute qu'il n'a pas été
suffisamment bien exploité. Il y a un décalage permanent entre l'histoire qui est racontée et la
réalité de l'Afrique et de ses récits. C'est d'autant plus dommageable qu'un tel projet offrait les
moyens de faire preuve d'originalité dans le traitement du texte et de l'image, sans pour autant
remettre en cause les contes issus de la tradition orale africaine. Toutefois, cette expérience
met en évidence la difficulté rencontrée pour réaliser un album sur l'Afrique noire et l'adapter
en version orale en faisant appel à des auteurs et illustrateurs qui, comme c'est le cas ici pour
Anne Montange et Frédéric Rébéna, ne sont pas des spécialistes de l'Afrique noire et de ses
récits et ne connaissent le Gabon, le Niger, le Sénégal ou encore le Cameroun que par le biais
des livres et documentaires dont ils ont pu prendre connaissance. Le seul intérêt de ce livre-
CD reste le cahier documentaire de quatre pages en fin d'ouvrage qui présente, avec beaucoup
de pédagogie, la harpe arquée (historique, composition, symbolisme, emplois,…)
Derrière Wambi, le chasseur d'antilopes, de nombreux titres ont suivi dans la
collection Les contes du musée de la musique. L'approche est la même et toute la collection
est construite sur le même schéma. Par conséquent, on retrouve les mêmes lacunes. C'est
surprenant venant d'un éditeur tel que Actes Sud Junior qui propose généralement des livres
très aboutis et cohérents et se montre soucieux des valeurs, des images et idées véhiculées
dans ses albums…

c) Comptines et berceuses du baobab: un livre-CD magnifique, fort du savoir et


de l'expérience de Didier Jeunesse

Le succès rencontré par Comptines et berceuses du baobab auprès des enfants depuis
sa sortie en 2002 est un gage de qualité.
Au premier contact avec ce livre-CD c'est bien évidemment
les magnifiques illustrations (réalisées par Elodie Nouhen) qui
retiennent l'attention. Suaves mélanges de rouge, de jaune, de
violet, de marron et de bleu, les illustrations sont travaillées à la
manière des artistes africains: multiples couches de peinture,
intégration de différents matériaux dans l'image (fer, aluminium,
papier…), application de la matière à la main, collages, gravure Visuel de couverture
Comptines et berceuses du baobab
dans la peinture… Jamais l'Afrique noire avait été aussi bien

68
représentée dans un album pour la jeunesse. L'intégralité de la page est occupée, aucun blanc
n'est laissé et pourtant il n'y a pas d'impression de surcharge. Chaque double-page recrée un
nouvel univers en rapport avec la comptine, la mise en page est différente chaque fois. Tantôt
traitée avec humour, tantôt très réaliste, tantôt tout en non-dits et suggestions, l'image reste
toujours très douce. Il semble que les illustrations soient universelles et compréhensibles de
tous. Elles parlent ainsi d'amour, d'amitié, de bonheur, d'enfant, etc. En effet, quoi de plus
universel?
Mais si ce livre-Cd qui respire plus que tout l'Afrique noire, est tant plébiscité, c'est
pour le magnifique travail de collectage réalisé par Chantal Grosléziat et la mise en musique
dirigée par Paul Mindy.
Comptines et berceuses du baobab est en effet le fruit de nombreuses rencontres, d'un
long travail d'écoute et de sélection. Ces comptines ont été collectées auprès de familles
émigrées et de musiciens africains installés en France qui les ont emportées avec eux en
quittant l'Afrique de l'Ouest et Centrale dont ils sont originaires et continuent à les perpétuer,
les transmettant à leurs proches, leurs voisins, leurs amis… Ce sont eux-mêmes qui, le plus
souvent, interprètent les berceuses et comptines sur le CD. On reconnaît bien là le souci
d'authenticité qui anime et caractérise la maison d'édition Didier Jeunesse.
Plus qu'une invitation au voyage, ces trente comptines et berceuses entraînent les
enfants à la découverte de onze langues et dialectes, du Wolof largement répandu au Sénégal
au Kikongo qui rayonne du Congo en Angola sans oublier le Peul, le Sononike,…
Toutes issues de la tradition orale, ces comptines sont livrées à l'état brut, aucun travail
d'adaptation n'a été entrepris pour ne pas les dénaturer et les transmettre aux jeunes Français
dans leur intégralité, sans ornement,… Chantal Grosléziat en accord avec Didier Jeunesse a
voulu simplement les coucher sur le papier pour qu'elles ne disparaissent pas. Mais ce projet
n'avait de sens uniquement parce qu'il y avait derrière une possibilité de mise en musique. Il
aurait été impossible de les laisser figer sur le papier: comptines, berceuses, jeux de doigts et
jeux de rythmes sont faits pour être chantés, pour être vivants… Telles sont les raisons qui
justifient aux yeux de Didier Jeunesse l'existence de cette collection qui plus que symboliser,
incarne la diversité et la richesse des cultures du monde entier et s'évertue, avec un grand
plaisir, à les donner en partage aux enfants.
Depuis quelques années, Didier Jeunesse s'affirme comme l'éditeur de livre-CD pour
la jeunesse en France et souhaite vivement que les enfants apprennent les langues étrangères
de manière ludique et agréable avec ses collections de livres-CD pour tous les âges, de 3 à 10
ans. Avec Comptines et berceuses du baobab les enfants sont familiarisés avec les sonorités

69
70
des différentes langues et dialectes d'Afrique noire, découvrent la rythmique propre à la
culture africaine et commencent à distinguer et apprécier les différents instruments dont sont
issues les douces et harmonieuses mélodies entendues sur le CD (kora, piano à pouces, bala,
flûte, percussions,…). Tout au long de l'album, chaque comptine est retranscrite dans sa
langue originelle, puis traduite en français, tandis que, sur le CD, les chanteurs les interprètent
uniquement dans la version africaine.
L'adaptation musicale dirigée par Paul Mindy propose un univers riche et varié,
respectueux de la tradition, mais ouvert à la modernité et faisant appel à de multiples saveurs
et styles. Paul Mindy, grand percussionniste formé auprès des grands maîtres africains et
brésiliens, a fait en sorte que musique traditionnelle et inspiration contemporaine se rejoignent
sur ce CD.
Dans cet album-CD, tous ont cherché à restituer avec le plus de précision et de justesse
l'émotion, la richesse et l'éclectisme du répertoire enfantin d'Afrique noire qui recèle de styles,
de dialectes, de thèmes et de voix et se révèle très vivant, en prise avec le quotidien,
l'environnement, les relations humaines et sociales. La préoccupation première restant de faire
découvrir les dialectes africains aux enfants afin qu'ils y prennent goût à leurs rythmes et se
familiarisent avec les mots et les sonorités.
Le souhait de faire découvrir la culture d'Afrique noire est également très présent, en
témoigne l'importante annexe ajoutée en fin d'album qui réunit foule d'informations et repères
culturels, linguistiques, gestuels et sonores, recueillis par Chantal Grosléziat pour guider
l'écoute et la découverte de chaque comptine et berceuse.
Ce livre-CD est tout simplement époustouflant de créativité, d'originalité et
d'authenticité!

Mis à part la "déroute" d'Actes Sud Junior avec Wambi le chasseur d'antilopes, il
apparaît clairement que les éditeurs qui se lancent dans l'aventure du livre-Cd sont tous mués
par la volonté de renouer avec la tradition orale, en apportant une dimension supplémentaire
au conte avec sa mise en musique. L'instrumentation permet ainsi de découvrir les sons, les
rythmes et les instruments de l'Afrique noire et d'explorer plus en profondeur la société
africaine à travers ses pratiques culturelles.

71
4- L'apparition de héros récurrents dans les albums ou l'occidentalisation du
conte d'Afrique noire?

Le cas Zékéyé chez Hachette jeunesse

Parmi les grandes tendances du marché, l'apparition de séries dédiées à un seul et


même héros ne passe pas inaperçue. Quelques éditeurs comme Hachette jeunesse, Casterman
ou Magnard ont développé des collections entièrement consacrées aux aventures d'un petit
enfant africain. De livre en livre, les enfants retrouvent le même personnage. Au même titre
que leurs contemporains Oui-Oui, Caillou, Juliette, Franklin ou Martine qui remportent tous
les suffrages du jeune public, Tibilli, Zékéyé, Jamela ou Boubou le pygmée sont identifiés par
les enfants et les professionnels comme des héros à part entière de la littérature jeunesse. De
plus en plus présents dans les librairies et bibliothèques, ils deviennent familiers aux enfants.
De plus, le héros étant toujours un jeune bambin africain, l'identification au personnage est
totale.
 Tibilli, petit personnage créé par Andrée Prigent, est édité
par Magnard jeunesse. Sortie en 1990, la série compte
aujourd'hui près d'une dizaine de titres (Tibili le petit
garçon qui ne voulait pas aller à l'école, Tibili et le chien
du coiffeur, Tibili et la gazelle…). Dans chaque album,
les enfants, de 5 ans et plus, suivent les péripéties de ce Visuel de couverture
Tibilli et le chien du coiffeur
petit garçon qui habite la Côte d'Ivoire et qui, comme tous Andrée Prigent
Magnard Jeunesse
les petits enfants, fait des bêtises, passe beaucoup de temps
à s'amuser… Mais il peut également se montrer héroïque, lorsqu'il parvient par
exemple à retrouver et à sauver Mézou, le chien du coiffeur perdu dans la savane et
manquant cruellement d'eau.
 Jamela est une petite fille très malicieuse, une véritable chipie. Elle aussi fait plein de
bêtises. Imaginée par Niki Daly, Jamela débarque en 1999
chez Gautier-Languereau avec Kwela, kwela, Jamela!
L'atmosphère lumineuse et colorée de l'Afrique noire trouve
toute son expression sous le pinceau de Niki Daly, dont les
aquarelles vivantes et animées donnent lieu à des albums très
chaleureux. Deux titres sont parus aujourd'hui, Kwela,
kwela,Jamela! et Bon appétit Jamela (2002).

72
 Boubou, le petit Pygmée créé en 2003 par Cyril Hahn est Visuel de couverture
Bon appétit, Jamela
Niki Daly
un personnage "haut comme trois pommes" qui, de manière Gautier-Languereau

très ludique, fait découvrir l'Afrique aux enfants dès leur


plus jeune âge (dès 1 ½ ans). Là-encore traités
avec beaucoup d'humour, les petits albums de
Cyril Hahn surprennent par leur capacité à se
mettre à la hauteur des enfants, traitant de manière
libre de l'Afrique et ne s'encombrant pas des
représentations traditionnellement acceptées. Au Visuel de couverture
Boubou le petit pygmée
final, on obtient des albums légers, amusants et Cyril Hahn
Casterman
colorés loin des images figées de l'Afrique noire que
l'on peut rencontrer dans les contes illustrés jeunesse. La série de Boubou, le petit
Pygmée compte cinq titres (La culotte de Boubou, Boubou et Baya la girafe, Boubou à
la ville,…). Boubou le petit Pygmée, le tout premier album paru, a obtenu en 2003 le
prix du salon de la petite enfance lors du salon de Gaillac.
 Enfin, Zékéyé sur lequel nous allons plus longuement nous attarder dans les
paragraphes suivants, a été créé au début des années 90 par Nathalie Dieterlé, née au
Ghana. Plus d'une quinzaine de titres est parue depuis 1991.

a) Une production atypique et dynamique


Comme le laissent présager les petites présentations que nous venons de réaliser, ces
albums sont très souvent originaux. Les auteurs ne manquent pas d'idées pour éveiller l'intérêt
des enfants. Les illustrations pétillent d'espièglerie, de ruse, de bonhomie et de couleurs. Si
ces collections fonctionnent, c'est bien parce qu'elles ne se prennent pas au sérieux et n'ont
rien de traditionnel tant dans le travail d'écriture que le graphique. En effet, les auteurs-
illustrateurs prennent leurs distances avec les textes de tradition orale, sans pour autant être en
décalage total avec l'Afrique noire, ses réalités, sa culture,… Les auteurs s'appuient sur des
éléments empruntés à la tradition et à la culture africaines, mais les replacent dans une histoire
qu'ils imaginent pour les petits enfants français de telle sorte que ces éléments se fondent dans
le récit. Il n'y a pas d'incohérence ni d'anachronisme. Le plus frappant dans ces albums reste le
souci toujours apparent des auteurs d'adapter le récit et les illustrations au public auquel ils
s'adressent, en prenant en compte leur âge, leur perception du monde, leur niveau de réflexion
et leur capacité de lecture. L'écriture et le graphisme sont d'abord pensés en fonction du public
ciblé et évoluent avec lui.

73
Le plus étonnant reste que ces albums n'ont rien perdu à être déclinés sur plusieurs
titres. Jusqu'à présent, les études que nous avons réalisées, ont montré, majoritairement, que
les principaux éditeurs qui s'illustrent sur le marché des contes illustrés d'Afrique noire pour la
jeunesse veillaient à conserver le caractère unique des albums qu'ils publient, à faire des livres
d'exception tels que L'Epopée de Soundiata Keïta, à préserver leur authenticité,… En d'autres
termes, faire un conte africain s'apparenterait à réaliser un "one-shot". Il semble en effet
inconcevable pour des éditeurs tels que Seuil Jeunesse de faire une série autour d'un même
personnage. S'ils vont souhaiter collaborer à plusieurs reprises avec un même auteur-
illustrateur sur différents projets, toutes leurs publications sont avant tout question de coups
de cœur, de rencontres fortuites,… Faire d'un concept et d'une histoire une collection,
reviendrait pour eux à exploiter un filon porteur, à en user jusqu'à la trame et à couler les
contes africains dans un moule qui n'est pas le leur… Il y a dans l'idée que le concept de série
est rattaché à la culture occidentale. Dans un sens, ce point de vue est tout à fait défendable.
Toutefois, on peut aussi rester perplexe… On arrive alors à démontrer qu'un tel raisonnement
finit par être absurde. En effet, si les contes africains ne sont pas faits pour être déclinés dans
une collection, à quel titre, en tant que récits issus de la tradition orale, peuvent-ils alors être
transcrits à l'écrit? Adapter à l'écrit une littérature de tradition orale c'est déjà la modifier, en
influant sur sa forme.
Les collections autour de Jamela, Tibilli ou Zékéyé qui existent parfois depuis plus
d'une dizaine d'années, balayent tous ces préjugés. Non seulement l'offre est intéressante,
variée et originale, mais la démarche est également dépourvue des dimensions marketing
habituellement rattachées aux séries. Il n'y a pas de matraquage publicitaire, ni de produit
dérivé, ni d'opération cadeau ou toute autre action de ce genre que l'on peut observer pour
Franklin, T'Choupi,… D'ailleurs même pour les albums de Kirikou de Michel Ocelot, édités
chez Milan jeunesse, (Kirikou et la Sorcière, Kirikou et la Hyène noire, Kirikou et le Buffle
aux cornes d'or,…) et qui ont un statut particulier lié au film d'animation, on observe peu ces
pratiques. Pourtant, les éditeurs chez lesquels sont publiés Tibili et le chien du coiffeur,
Zékéyé et la toute petite musique ou Boubou et Baya la girafe pour ne citer que quelques
titres, sont partisans de cette méthode, en particulier Hachette Jeunesse. Mais il semblerait que
la préoccupation première ne soit pas de rentabiliser ces titres, mais de donner à un plus grand
nombre de lecteurs la possibilité de se familiariser avec l'Afrique noire, grâce à une approche
la moins esthétisante et élitiste possible. En effet, Zékéyé édité chez Hachette jeunesse ne
touchera pas le même public que Comptines et berceuses du baobab, le livre-CD sur l'Afrique
noire de Didier Jeunesse ou L'Epopée de Soundiata Keïta éditée chez Seuil Jeunesse (prix

74
(12€ pour Zékéyé, 23,50€ pour Comptines et berceuses du baobab), canaux de distribution
(Zékéyé est présent dans les supermarchés et les grandes surfaces), accessibilité du
concept,…)
b) Petite étude de cas: Zékéyé chez Hachette jeunesse
Zékéyé est sans nul doute le héros africain le plus connu des enfants, c'est aussi le plus
ancien puisqu'il a fait sa première apparition en 1991. Réempruntant à la tradition la figure du
petit garçon à peine plus grand que le pouce qui fut également réutilisée par Michel Ocelot
pour Kirikou, Nathalie Dieterlé rend le personnage très attachant. Les enfants se prennent
ainsi facilement de sympathie pour Zékéyé qui éveille leur instinct de protection.
Mi-inspirées de la tradition et de la culture africaines et mi-imaginées et inventées, les
aventures de Zékéyé plongent les enfants dans une représentation très moderne de l'Afrique
traditionnelle, grâce à une illustration qui ne surcharge pas la page, surprend par sa simplicité
et joue beaucoup sur la symbolique gestuelle, l'expression du visage… Le trait ne s'encombre
pas des détails mais s'applique à reconstituer l'univers dans lequel évolue Zékéyé. Le
graphisme est extrêmement dynamique, vif et alerte à l'image du texte dans lequel les phrases,
très courtes, impriment un rythme très soutenu. La phrase est musicale. L'auteur n'hésite pas
d'ailleurs à recourir aux onomatopées (Tam Ta Ta Ta ou Et Zi et Zi et Zou et Zou, pour imiter
le son de la musique), sons, phrases chantées, images… L'écriture parvient à recréer le parler
des enfants. Cette écriture donne l'impression que c'est un enfant qui raconte l'histoire avec
son enthousiasme, sa naïveté et son innocence. Elle va à l'essentiel et n'a aucun mal à se
mettre à hauteur des enfants. Mais la principale innovation vient de l'illustration qui, pleine
d'humour, contraste avec le texte. Les enfants sont particulièrement sensibles à ce genre
d'approche. L'auteur s'amuse de ce décalage permanent entre texte et images. Ce concept n'est
pas sans rappeler Jujube ou M'Toto de Anne Wildsorf. Zékéyé, ni tout à fait traditionnel, ni
tout à fait moderne détourne avec originalité et habileté la forme première des contes
d'Afrique noire en les prenant à contre-pied. C'est justement cette synthèse entre tradition et
modernité qui réussit à Zékéyé.
En effet, si les albums de Zékéyé sont très vivants,
dynamiques et colorés, les clins d'œil à la tradition orale sont
permanents à commencer par exemple par le joueur de mvet
qui, dans Zékéyé et la toute petite musique, ouvre le conte sur
quelques notes de musique et le referme par un récapitulatif de
l'histoire qui sert à faire repasser le conte dans l'anonymat: "Le
tam-tam a apporté la pluie, la pluie a apporté les moustiques,
Visuel de couverture
Zékéyé et la toute petite musique
Nathalie Dieterlé 75
Hachette jeunesse
les grenouilles ont mangé les moustiques, les serpents ont mangé les grenouilles, Zékéyé a
emmené les serpents loin très

76
77
loin dans la forêt. Et voilà, mon histoire finit là." Si cette formule aide à identifier l'histoire de
Zékéyé comme un conte, l'utilisation des codes propres à la tradition d'Afrique noire ne
s'arrête pas là. La structure même du récit est reconnaissable: Zékéyé et la toute petite
musique est construit tel un conte en cascade, chaque réaction donnant lieu à une autre,
chaque élément en entraînant un autre,…
Pour resituer l'histoire, voici un petit résumé: chez les Bamilékés, la fête bat son plein:
les habitants appellent la pluie. De partout, on entend le son des tam-tam, des flûtes,…
Lorsque la pluie arrive enfin, les moustiques envahissent le village. Pour les sages, seules les
grenouilles pourront les en débarrasser. Mais les grenouilles finissent par se multiplier et sont
partout à la fois. Seuls les serpents pourront les anéantir. Mais ces derniers se multiplient à
leur tout et envahissent le village, etc…
Ce genre de structure est coutumier en Afrique noire et particulièrement utilisé dans
les fables qui mettent en scène les animaux et s'adressent aux enfants. Nathalie Dieterlé
réutilise donc ici une forme très répandue en la réinterprétant dans un style totalement
différent. Toutefois, si Nathalie Dieterlé a adopté cette structure, c'est bien plus pour son
potentiel comique et humoristique, que ses origines et sa valeur intrinsèque.

Comme en témoigne l'exemple de Zékéyé, les collections consacrées à un même petit


héros rendent accessibles à un large public les contes africains. Les enfants se sentent plus
proches du héros qui leur ressemble et vit à la même époque qu'eux (Jamela et Tibili). Les
auteurs veillent à ce que leurs héros ne soient pas simplement héroïques mais humains: ils
font des erreurs ou plutôt des bêtises, passent par toutes sortes de sentiments (peine, colère,
joie, inquiétude,…), découvrent la vie, vivent de grandes histoires d'amitié, vont à l'école…
Aussi surprenant que cela puisse paraître, les contes qui sont imaginés autour de leurs petits
personnages n'auraient presque rien à envier à la tradition! La grande réussite de ces séries est
justement de parvenir à faire le pont entre tradition et modernité, sans que l'histoire n'en
pâtisse. Le conte résiste bien à cette adaptation en série puisque ce n'est pas seulement le
conte qui s'adapte à cette nouvelle forme, mais aussi la série qui s'adapte à ce genre de
littérature, tant est si bien que la saveur et l'originalité de ces contes sont préservées pour ne
pas dire renforcées…

78
79
Les tendances actuelles du marché mettent en évidence une offre riche, variée et de
qualité, portée par des éditeurs pleinement impliqués qui ont une sensibilité particulière pour
les cultures du monde entier, et pas seulement l'Afrique noire. Les concepts et les titres
défendus sont, dans une large majorité, originaux, percutants, séduisants et surprenants par
leur qualité, leur richesse et leur éclectisme. Tous, de L'Epopée de Soundiata Keïta à Zékéyé,
donnent à voir une image de l'Afrique différente. Cette diversité est essentielle! De plus en
plus d'enfants, d'horizons différents, lisent des contes illustrés d'Afrique noire, dès leur plus
jeune âge, notamment depuis la déferlante Kirikou. Comment cela s'explique-t-il? Qu'est-ce
qui plaît tant aux enfants dans les albums sur l'Afrique noire? Quelle place occupent-ils dans
la vie des petits lecteurs? Comment bibliothécaires et libraires perçoivent-ils la production
actuelle? Nous allons tenter de donner un maximum de réponses à ces questions dans la partie
suivante.

80
III- Diffusion et démocratisation des contes illustrés africains auprès du jeune
public

La production de contes illustrés sur l'Afrique noire profite d'un contexte actuel très
porteur. En effet, l'intérêt que les Français portent aux cultures du monde entier ne cesse de
s'accroître. De plus en plus de manifestations mettent à l'honneur ces cultures: moult
conférences, expositions ou rencontres ont lieu autour du thème de l'Asie, de l'Afrique,…
Ainsi, l'engouement des Français pour la culture africaine est réel. Nombreux fréquentent des
expositions d'art primitif africain, aménagent leur maison avec des meubles et objets issus de
l'artisanat traditionnel d'Afrique noire, se passionnent pour la littérature africaine, mais
surtout, et c'est ce qui nous intéresse ici, ils souhaitent sensibiliser très tôt les enfants à la
culture africaine, les familiariser avec ses formes artistiques et littéraires, leur apprendre les
différents peuples et leurs coutumes,… Tout passe par les adultes: ce sont eux qui ont le
pouvoir de leur faire découvrir cette culture et pour cela, ils disposent aujourd'hui d'outils et
de ressources inespérés qui ne s'arrêtent pas aux livres mais s'étendent à la musique, aux
dessins animés, aux films, aux animations, aux jeux,… C'est justement cette association qui
est intéressante. Dans le monde actuel où les échanges se multiplient, ouvrir l'esprit des
enfants aux cultures du monde entier, et pas seulement l'Afrique, est essentiel pour une
meilleure compréhension du monde qui les entoure, pour une meilleure insertion au sein de la
société,… Il apparaît ainsi clairement que les contes illustrés d'Afrique noire en tant que
contes venus d'ailleurs ayant des valeurs et des enseignements différents, ont un rôle
important à jouer dans l'éducation des enfants et pourront les aider à mieux appréhender le
monde dans lequel ils évoluent, Le conte africain révèle toute sa dimension pédagogique
(transmission de valeurs,...). Les principaux acteurs culturels de l'enfance en ont parfaitement
conscience et mettent en œuvre les moyens nécessaires pour que les enfants côtoient
régulièrement cette culture. Si les livres (albums, contes illustrés,…) représentent un appui
considérable, la musique, l'art, les films d'animation, la venue de conteurs en bibliothèque
sont extrêmement importants et contribuent à une meilleure diffusion et démocratisation des
contes illustrés africains auprès du jeune public. Qu'ils soient parents, grands-parents,
bibliothécaires, professeurs (les contes illustrés africains ont en effet fait leur apparition à
l'école) conteurs professionnels, libraires voire scénaristes de films, tous ont un rôle à jouer.
Ils sont le lien entre les contes illustrés et les enfants.

81
1. Les contes africains en librairie: étude des comportements d'achats et regard
des libraires sur la production

a) Quelques observations qui révèlent un réel engouement pour les contes


illustrés d'Afrique noire
Forts d'une production de qualité qui n'a cessé de se développer en France depuis une
petite dizaine d'années et de l'intérêt manifeste pour la culture d'Afrique noire, les contes
illustrés africains jeunesse sont de plus en plus présents en librairie. Si l'offre a évolué, la
demande aussi. En effet, pour avoir interrogé quelques clients de manière totalement
informelle au cours de mes visites d'observation en librairie (Librairie des Enfants à
Versailles, Librairie Privat à Paris, Librairie Gibert Joseph à Paris et Versailles, pour les plus
connues, et quelques petites librairies parisiennes de quartier découvertes par hasard), il
apparaît clairement que les parents sont aujourd'hui très attirés par les contes et albums venus
d'ailleurs. Ils sont nombreux à affirmer que cette littérature enfantine les séduit par la beauté
des dessins et des textes. Qu'il s'agisse des contes d'Afrique noire ou d'Asie, ils apprécient que
les textes et les illustrations ne soient pas, de manière générale, trop enfantines comme c'est
encore très souvent le cas dans les albums pour enfants. Beaucoup précisent ainsi qu'ils sont
très sensibles à l'originalité du graphisme, dans le sens où il est peu représentatif de ce qui
peut se faire en littérature jeunesse. S'il est perçu comme original, c'est bien parce qu'il
appartient à une autre culture. Mais il est vrai que les illustrateurs de contes africains font
souvent preuve d'une originalité graphique certaine que l'on ne retrouve pas ailleurs. On pense
ainsi à Dialiba Konaté pour L'Epopée de Soundiata Keïta, à Marc Daniau pour Mawati
l'enfant du désert, mélange très réussi d'aplats de couleurs rouge, marron, jaune et violet, à
Véronique Vernette avec Cocorico Poulet Piga ou Moi, j'attendais la pluie, à Elodie Nouhen
pour Comptines et berceuses du baobab,... Il est vrai que, bien souvent, les illustrations
témoignent d'une réelle recherche et il semblerait que le public y soit particulièrement
sensible. Si tant d'adultes m'ont semblé enthousiasmés par les contes illustrés d'Afrique noire
actuellement disponibles, c'est bien parce qu'ils répondent au plus près à leur attente, à savoir
celle de faire découvrir aux enfants la culture africaine. De plus, les contes illustrés africains
incarnent aux yeux de ces adultes le dépaysement, le rêve et l'évasion. Cette pensée est certes
très stéréotypée et proche du cliché, mais n'en est pas moins étrangère au succès rencontré en
librairie par les contes illustrés d'Afrique noire auprès d'un public d'adultes et en particulier
des parents.

82
Cette première observation met en évidence un constat que les libraires font
quotidiennement. Bien plus encore que pour le reste de la littérature jeunesse, ce sont les
parents qui choisissent pour les enfants, comme le déplore Marie-Odile Boyer, libraire à
Présence Africaine (librairie spécialisée en littérature africaine à Paris) qui encourage les
parents à laisser évoluer seuls les enfants dans le rayon. "C'est vrai que je préfère et que je
conseille aux parents de laisser les enfants choisir leur livre."17 De son côté, Denis Hooge,
responsable de la Librairie des Enfants à Versailles, fait le même constat mais sa réflexion,
sur ce point, est plus pointue18. S'il admet également que "les enfants vont rarement exprimer
une demande précise", il n'en rejette pas moins la faute sur les parents qui, selon lui, jouent un
rôle fondamental dans le rapport que les enfants entretiennent par la suite avec les contes
africains. Pour lui, ce sont les adultes qui sont à l'origine de l'intérêt que les enfants pourront
porter aux contes d'Afrique noire. En effet, selon lui, les enfants exprimant une demande à
partir de ce qu'ils connaissent déjà, le travail effectué en amont par les parents, les professeurs
ou les bibliothécaires est essentiel. "Ce sont les éléments déclencheurs qui sollicitent l'enfant,
lui ouvrent des portes et lui font découvrir une littérature autre que celle qu'il connaît déjà. A
partir de là, il y a un enchaînement qui se met en place et les enfants s'intéressent à ces contes
d'ailleurs." En somme la curiosité qui anime les adultes n'est que bénéfique puisqu'elle crée
une dynamique autour des contes illustrés africains. De manière générale, les libraires
constatent que les adultes qui s'intéressent à ces contes ont tous l'envie de faire partager leur
goût prononcé pour cette littérature aux enfants qui font partie de leur entourage.
Toutefois, il y a une exception à la règle. S'il est vrai que les enfants émettent rarement
une demande spécifique, ils sont très nombreux à réclamer Kirikou et la sorcière à leurs
parents. Restez à observer quelques minutes seulement le rayon contes ou Afrique d'un espace
jeunesse et vous aurez très certainement le loisir d'entendre un enfant s'exclamer "Kirikou!…
Maman regarde Kirikou.!" Comme le souligne, Marie-Odile Boyer "Kirikou est un véritable
phénomène depuis plusieurs années maintenant. […] Kirikou a eu un fort impact et fait
presque l'unanimité auprès des enfants." En quelques années, il est devenu le référent en terme
de contes d'Afrique noire. Il est incontournable. Cet album est d'ailleurs présent dans la
plupart des librairies qu'elles soient ou non spécialisées en jeunesse et indépendamment de la
superficie consacrée aux livres jeunesse. Si un seul conte sur l'Afrique il y a, c'est celui-ci. Si
le petit personnage de Kirikou est connu d'un grand nombre d'enfants, c'est avant tout grâce à
l'adaptation cinématographique de Michel Ocelot (Kirikou et la sorcière) qui remporte encore

17
Cf interview en annexe page LIV
18
Cf interview en annexe page LVII

83
aujourd'hui un vif succès. Ce phénomène est extrêmement intéressant puisqu'il a permis 1) de
désacraliser les contres africains, 2) de les porter à la connaissance des enfants et 3) de
contribuer à les familiariser avec cette littérature19.

b) La place des contes illustrés d'Afrique noire dans les librairies


A l'écoute de la clientèle, les libraires sont de plus en plus nombreux à développer un
fonds important sur les contes venus d'ailleurs, et en particulier sur l'Afrique. Désormais, il
n'est ainsi plus rare de voir un rayonnage consacré aux contes d'ailleurs avec une large partie
sur l'Afrique. Denis Hooge, qui a opté pour cette classification, affirme quant à lui ne pas y
avoir recouru "au titre d'une thématique qui [lui] est régulièrement demandée", mais par souci
de cohérence et dans le respect de l'organisation générale de la librairie. "A vrai dire, nous
fonctionnons depuis longtemps avec un rangement thématique. Nous avons ainsi développé
des thématiques autour des sorcières, des brigands, des loups, des fées… Somme toute, cela
reste très classique. Pour les contes des autres continents au format album, nous les avons
effectivement réunis ensemble." Quand bien même, cet accès thématique révèle que les
libraires considèrent la production de contes d'Asie, d'Afrique ou d'Amérique du sud comme
un genre à part entière, représentatif de la littérature jeunesse actuelle.
De plus, le choix proposé tient compte de l'ensemble de la production. La quasi-
totalité des éditeurs, pour ne pas dire des titres, est généralement représentée. Ceci est
notamment rendu possible grâce à la relativité de la production. Si évolution du nombre de
titres il y a, cela reste mesuré. Toutefois, tous les libraires s'accordent à dire qu'il y a là un réel
potentiel qui vise notamment à démocratiser cette littérature. Mais, pour en revenir aux fonds
présents en librairie, on observe ainsi que se côtoient sur les étagères les albums d'Afrique
noire édités par des maisons telles que Seuil Jeunesse ou Didier Jeunesse, incontournables en
terme de livres jeunesse ou des petites structures indépendantes, encore peu connues du
public, telles que Points de suspension. Chaque maison d'édition présente sur le marché des
contes illustrés d'Afrique noire, peut ainsi espérer avoir une vitrine. L'offre proposée par les
libraires reflète donc la diversité de la production.
Les libraires y sont d'ailleurs attachés. Très souvent conquis par les albums proposés
aujourd'hui par les éditeurs jeunesse, ils souhaitent les faire découvrir au plus grand nombre
dans leur ensemble. S'il est évident que tout libraire se doit de connaître le fonds de sa
librairie et se tenir régulièrement informé des parutions, leur connaissance des titres consacrés
19
L'adaptation cinématographique fait l'objet d'une analyse approfondie dans le dernier chapitre de ce mémoire:
"Le phénomène Kirikou et la sorcière ou comment les contes africains investissent les salles de cinéma par le
biais des contes africains. ", page 98

84
à l'Afrique noire surprend. De L'Epopée de Soundiata Keïta à Cocorico Poulet Piga en
passant par Bintou quatre choux et La soupe au pili-pili, non seulement aucun de ces titres
leur est inconnu, mais bien souvent ils en connaissent parfaitement l'histoire. Ils semblent
ainsi tout aussi séduits par ces albums que le public…. Ce constat est d'ailleurs tout autant
valable pour un libraire tel que Francis Hooge, qui déborde d'enthousiasme et devient très
volubile à la vue de L'Epopée de Soundiata Keïta (pour qui le connaît bien, ce n'est pas
habituel!) ou le responsable jeunesse de l'Univers du livre à Saint-Germain-en-Laye.

c) Les albums en tête des ventes


Certes, les chiffres de vente n'ont rien de commun avec Carole la luciole ou Mireille
l'abeille d'Antoon Krings chez Gallimard jeunesse, mais le succès remporté par Alba ou
Rafara de Anne-Catherine de Boel, n'a rien à envier aux Drôles de Petites Bêtes! Tous les
libraires s'accordent pour dire que ces deux albums avec Kirikou et la sorcière sont sans
aucun doute les plus vendus en librairie actuellement. Suivent ensuite les albums de Yves
Pinguilly édités chez Autrement jeunesse, Yakouba de Thierry Dedieu, puis les petits contes
illustrés édités chez L'Ecole des Loisirs (Baobonbon, les albums de Dominique Mwankumi,
Y-a-t-il des ours en Afrique?,...) et Père Castor Flammarion (3 contes d'Afrique,
Epanimondas,…). L'Epopée de Soundiata Keïta se vend également très bien, même si son
prix (19,50€) et son grand format restent assez dissuasifs. De plus, son graphisme surprenant
et particulier, mais pourtant sans égal, n'est pas toujours apprécié à sa juste valeur. D'après les
témoignages de plusieurs libraires que j'ai pu recueillir au hasard de mes visites en librairie,
les parents hésitent souvent à acheter cet album de peur que les illustrations ne soient pas
adaptées à la sensibilité des enfants et la lecture trop dense. Pourtant, nous l'avons déjà
démontré, tout repose sur la manière d'aborder le livre et de raconter l'histoire aux enfants.

d) Le regard des libraires sur la production


Si les libraires sont tous extrêmement exigeants et critiques dès qu'il est question de
livres jeunesse, ils reconnaissent la qualité des contes illustrés d'Afrique noire actuellement
commercialisés. De plus, ils partagent très souvent le souhait des éditeurs qui, comme
l'exprime très justement Denis Hooge, "oeuvrent pour une ouverture aux cultures du monde
entier." Chaque titre étant le fruit de cet "investissement", pour reprendre le terme employé
par le libraire de la Librairie des Enfants à Versailles. Il semblerait ainsi que beaucoup de
libraires se retrouvent dans cette production qui fait non seulement preuve de qualité, mais
reflète une image assez juste et complète de la culture africaine.

85
Pourtant les avis divergent encore parfois: d'un libraire à un autre, le regard porté sur
les titres actuels varie parfois de manière surprenante. Il est ainsi intéressant de s'attarder
quelques instants sur les témoignages de Denis Hooge, qui rappelons-le est libraire à la
Librairie des Enfants à Versailles et grand spécialiste des livres pour enfants et Marie-Odile
Boyer qui est libraire à Présence Africaine et particulièrement sensible à toutes les questions
qui touchent à l'Afrique noire, d'autant plus lorsqu'elles renvoient aux enfants20.
Denis Hooge est très attentif à la volonté des éditeurs de faire découvrir aux enfants la
culture africaine à travers des albums qui mettent en scène une histoire adaptée aux jeunes
enfants occidentaux. Il n'a de cesse de louer la qualité de titres tels que L'Epopée de
Soundiata Keïta, la révélation de ces dernières années à ses yeux, Yakouba ou encore Rafara.
De manière générale, il se montre très enthousiaste et se réjouit de l'inspiration dont font
preuve éditeurs et auteurs pour créer des albums dans lesquels il y a alchimie entre le texte et
l'image. Denis Hooge semble d'ailleurs très largement rassuré de voir que seuls quelques
éditeurs s'intéressent à ce marché: "Les éditeurs ne sont tout de même pas si nombreux à s'être
positionnés sur ce marché. L'engouement des éditeurs reste raisonnable. Leur démarche
première n'est pas lucrative. […] Les éditeurs ne sont pas dans une logique marketing et
éditoriale de rentabilisation et d'exploitation d'un concept au maximum. C'est d'ailleurs ce qui
leur permet d'avoir une grande liberté quant à la publication de ces contes africains et de
proposer ainsi des livres originaux et créatifs." Si l'originalité et la créativité des albums qui
lui sont proposés sont en effet autant de critères de sélection pour figurer dans les rayons de sa
librairie, Denis Hooge, dans les choix qu'il opère, veille avec beaucoup d'application à ce que
1) "l'écriture soit adaptée aux enfants occidentaux sans pour autant que la nature même du
conte change", 2) le conte se prête à la fois à la "mise à l'écrit" tout en permettant le retour à
l'oralité ("Même retranscrit dans un livre, le texte doit toujours pouvoir être conté à l'oral.[…]
Tout repose sur la qualité du passage de l'oral à l'écrit par l'auteur puis sur l'aisance avec
laquelle le conteur (professeur, bibliothécaire, parent, conteur professionnel,…) pourra de
nouveau passer de l'écrit à l'oral") et 3) les illustrations viennent "renforcer le texte,
l'accompagner et dévoiler toutes ses richesses cachées."
Si Denis Hooge se montre particulièrement exigeant, Marie-Odile Boyer porte quant à
elle un regard extrêmement critique sur la production. Si, au final, elle apprécie l'intérêt qui se
développe de toute part pour les contes africains et les efforts fournis par quelques éditeurs
tels que Milan jeunesse ou Points de suspension pour proposer des formes originales, elle
n'est pas convaincue que la démarche et l'ambition des maisons d'édition jeunesse soient
20
Rappel: Retrouvez les interviews en annexe page LIV (Marie-Odile Boyer) et LVII (Denis Hooge)

86
vraiment de faire découvrir aux jeunes enfants la littérature orale d'Afrique noire et la culture
africaine. En effet, si son point de vue n'est pas toujours convaincant sur certains aspects21,
elle soulève des questions essentielles, quasiment éthiques. Plus encore que le manque de
diversité dans les termes abordés et les formes proposées (concentration sur les contes et peu
d'explorations vers l'épopée, la fable ou le mythe), signe d'un problème de politique éditoriale,
Marie-Odile Boyer s'inquiète de l'image de l'Afrique noire renvoyée et colportée par les
éditeurs auprès des enfants par le bais des contes illustrés et albums qui sont commercialisés.
En effet, toujours selon elle, les éditeurs cherchent uniquement à satisfaire l'attente du public
qui, curieux de l'Afrique noire, s'en fait une certaine représentation qu'il crée de toute pièce
empruntant de-ci de-là des caractéristiques et des valeurs propres à l'Afrique et à sa culture.
Mais ceci ne donne lieu qu'à un amalgame d'éléments désordonnés et confus qui, sortis de leur
contexte, n'ont aucun sens. Marie-Odile Boyer le dénonce et désapprouve les éditeurs qui
proposent "au public la forme qu'il attend" et manquent de curiosité notamment "pour
retrouver et comprendre les origines des contes adaptés", contribuant ainsi au manque
d'éclectisme qui caractérise le marché à ses yeux et perpétuant les a priori qui circulent sur
l'Afrique noire et sa culture. "Les éditeurs diffusent une image très restrictive de l'Afrique
noire puisqu'elle n'est constituée que de fragments de sa culture, telle que [le public] se
l'imagine". Si les accusations de Marie-Odile Boyer sont sans détours et nous les partageons
en partie ayant nous-mêmes constaté que certains albums avaient une forme bien trop
occidentalisée qui dénaturait le conte en lui-même, il ne s'agit pas d'oublier que l'on s'adresse
ici à des enfants et qu'il est donc nécessaire d'adapter le texte, dans une certaine mesure, afin
de le mettre à leur portée.

Si le point de vue des libraires diverge encore entre les libraires spécialistes de
littérature jeunesse qui souhaitent donner aux enfants la possibilité de découvrir de nouveaux
horizons afin d'éveiller leur intérêt et les encourager ainsi à poursuivre cette découverte
arrivés à l'âge adulte, et les puristes de la littérature orale d'Afrique noire qui défendent la
tradition et le respect de la culture (ce sont là deux positions totalement défendables), il n'en
reste pas moins que la clientèle pour ces contes n'a de cesse de se développer et les enfants qui
ont découvert les contes africains pour la première fois avec Kirikou et la sorcière grâce à
l'album édité par Milan jeunesse vont peut-être devenir de grands lecteurs de contes africains,
21
Son discours mérite d'être modéré sur certains points, notamment lorsqu'elle évoque la multiplication des
collections jeunesse sur l'Afrique noire. Nous l'avons en effet montré tout au long de ce mémoire, le nombre
d'éditeurs qui sont véritablement présents sur le marché des contes illustrés africains reste faible aujourd'hui (une
grande dizaine). De même si l'on considère l'ensemble de la production de livres jeunesse tous genres confondus
(romans, albums, etc.), il n'y a pas ou peu de collections entièrement consacrées à l'Afrique!

87
se plonger avec plaisir dans la lecture de Rafara, puis de l'Afrique Petit Chaka et pourquoi pas
se lancer un jour dans la lecture de L'Epopée de Soundiata Keïta… Comme aime le dire Denis
Hooge, "en tant que libraires nous sommes là pour donner envie aux enfants de lire, de
s'intéresser à toutes sortes d'albums, de développer leur goût des livres, d'éveiller leur intérêt
pour les questions fondamentales de la vie et les sensibiliser aux cultures qui les entourent.
C'est vrai pour beaucoup de livres jeunesse, mais particulièrement pour les contes d'Afrique
noire dont les enseignements sont vraiment très profonds."

2. Les contes africains en bibliothèque

Les bibliothèques offrent un magnifique tremplin aux contes illustrés d'Afrique noire.
En effet, elles sont l'endroit, par excellence, dans lequel les enfants évoluent de manière libre

88
et sans contrainte et font leurs propres découvertes. Aujourd'hui largement représentés dans le
fonds de toutes les bibliothèques municipales de France, les contes africains côtoient dans les
rayonnages des contes plus classiques tels que Hänsel et Gretel ou Le Chat botté. En
bibliothèque, il n'y a en effet aucune distinction faite entre les contes africains ou venus
d'ailleurs et le reste du fonds "contes" comme c'est souvent le cas en libraire. Les contes
africains font rarement l'objet d'un rangement thématique particulier. Ils sont inclus dans le
fonds "contes". Cela contribue à donner aux enfants une vue globale. Pour les bibliothécaires,
il n'y a pas de raison de faire une distinction dont les enfants risqueraient de ne pas cerner
l'enjeu et qui, dans l'état actuel des choses, est de moins en moins fondée. Pour prendre un
exemple, Chantal Giordini22, conservatrice à la bibliothèque Couronnes à Paris23, souligne que
séparer les livres appartenant au fonds Afrique du reste des collections de la bibliothèque
n'aurait pas de sens. "Une telle organisation n'aurait pas été adaptée à notre jeune public et
l'idée de différencier ces livres du reste de la production jeunesse référencée dans la
bibliothèque n'est pas une bonne idée. C'est important de les inclure à l'ensemble du fonds et
que cela fasse un tout aux yeux des enfants." De plus, les jeunes lecteurs sont, aujourd'hui,
plus qu'il y a quelques années, familiarisés très tôt aux cultures du monde entier ne serait-ce
parce qu'ils sont très tôt initiés à internet qui s'avère une magnifique source d'informations ou
bien parce que les enseignants, dès l'école maternelle et le primaire, leur font appréhender la
diversité des cultures dans lesquelles ils évoluent. De nos jours, les enfants sont ainsi dès leur
plus jeune âge en contact avec un grand nombre de cultures différentes (évolution des
échanges, immigration, …) Tous les témoignages recueillis, montrent que les bibliothécaires
l'ont tous bien compris.

a) Les politiques d'acquisition


Les bibliothécaires sont aujourd'hui très impliqués dans l'approche que les jeunes
lecteurs peuvent avoir des cultures du bout du monde à travers les albums qui leur sont
destinés et se sentent investis d'une fonction importante, conscients du rôle qu'ils peuvent
jouer auprès des enfants, aux côtés des écoles et des centres de loisirs comme le fait
remarquer Viviane Ezratty, conservateur en chef de la bibliothèque L'Heure joyeuse à Paris 24.
Les fonds de contes et albums sur l'Afrique noire surprennent par leur diversité et leur qualité.
En effet, ils sont, dans la grande majorité des cas, parfaitement actualisés et présentent dans
leur quasi-totalité la production de ces dix dernières années. Il n'est pas un conte illustré qui
22
Cf Interview en annexe page XLVIII
23
Cette bibliothèque possède un fonds thématique sur l'Afrique.
24
CF Interview en annexe page LXI

89
manque à l'appel: Mawati l'enfant du désert, Rafara, Alba, La couleur des yeux, Yakouba,
Zékéyé, M'Toto, Cocorico Poulet Piga, L'Epopée de Soundiata Keïta, L'Afrique Petit Chaka,,
L'Oiseau de Pluie, La pêche à la mammite, Epanimondas… Les bibliothécaires, à l'image de
Vivaine Ezratty, essaient "dans un premier temps d'avoir tous les titres qui sont un peu
incontournables aujourd'hui et qui rencontrent un certain succès." Toutefois, tous les
bibliothécaires s'accordent pour dire qu'il est nécessaire d'ouvrir le plus largement possible le
champ des acquisitions. Ainsi, il n'est pas rare de voir sur les rayonnages des bibliothèques
des contes africains édités par Edicef, principalement dans la collection Caméléon Vert, par
Les classiques africains, ou par Karthala pour ne citer que quelques exemples. Viviane Ezratty
précise également que les acquisitions de contes édités en Afrique noire tendent à se
développer dans l'ensemble du réseau de la Ville de Paris et pas seulement à L'Heure Joyeuse,
même si la qualité de ces ouvrages tant en termes techniques (papier, reliure,…) que littéraires
et graphiques (illustrations quasi-inexistantes ou très dépouillées,…) n'est pas toujours
convaincante. Spécialisée sur l'Afrique, la bibliothèque Couronnes suit les mêmes axes en
matière d'acquisition, prônant la diversité et la multiplicité des approches pour permettre
"différents niveaux d'accès pour les enfants". Si le souci premier des bibliothécaires reste la
qualité littéraire et graphique des contes africains et le degré d'adaptation au jeune lectorat, ils
apprécient découvrir des albums qui sont issus d'un long travail de recherche, qui témoignent
d'une grande créativité et qui défendent un concept original. Ceci explique pourquoi
Comptines et berceuses du baobab ou L'Epopée de Soundiata Keïta ont provoqué tant
d'enthousiasme dans la profession.

b) Les enfants dans leur rapport aux contes d'Afrique noire


Les bibliothèques sont un lieu de prédilection pour qui veut observer les
comportements de lecture des enfants et leur approche des contes illustrés d'Afrique noire.
Nous retrouvons certains constats déjà faits précédemment au cours de l'étude de la
place des contes africains en librairie. Ainsi, les bibliothécaires observent que rares sont les
enfants qui vont choisir un album pour la seule raison qu'il s'agit d'un conte africain. Pour
Viviane Erzatty et Chantal Giordani, les enfants fonctionnent par coups de cœur comme ils le
font toujours. "[Les enfants] vont prendre un livre parce qu'un personnage leur plaît les
couleurs sont jolies, l'histoire les captive…" Deuxième constat qui revient toujours, parents et
instituteurs sont bien souvent à l'origine de l'intérêt que les enfants manifestent aux contes
africains. "Ils cherchent à faire découvrir à leurs enfants ou à leurs élèves ces contes et plus
largement la culture africaine.", dixit Viviane Ezratty.

90
Toutefois, le comportement des enfants qui évoluent dans une bibliothèque n'est pas le
même qu'en librairie. Ils se déplacent généralement de manière plus libre dans les rayons et la
présence des parents se fait moins ressentir (les parents n'interviennent souvent qu'au moment
du choix final avant le passage à la banque de prêt). Les petits lecteurs disposent souvent de
plus de temps lorsqu'ils viennent à la bibliothèque. Il n'est ainsi pas rare de voir les jeunes
enfants s'installer dans un endroit de la bibliothèque avec un livre et en entamer la lecture
avec une délectation certaine. Ils prennent ainsi le temps de s'imprégner du livre en question,
d'en apprécier les personnages et l'histoire,…
Leurs goûts sont étonnement assez variés et les portent tout aussi bien à lire les albums
d'EDICEF que Yakouba, dont le succès qui n'a jamais cessé en dis ans d'existence, continue
de surprendre, à relire pour la troisième fois Kirikou et la sorcière, à rêver à l'Afrique noire
grâce aux histoires et dessins de Dominique Mwankumi, à retrouver Zékéyé leur petit héros
favori dans le dernier opus de la série, à se délecter de Rafara et Alba qui sont régulièrement
empruntés, à s'amuser avec la lecture de M'Toto de Anne Wildorf, voire à s'aventurer vers des
albums plus conséquents comme L'Epopée de Soundiata Keïta. D'ailleurs les livres qui
remportent le plus de succès auprès des enfants en bibliothèque sont toujours les mêmes.
Kirikou et la sorcière caracole en tête, loin devant Rafara, Yakouba ou les albums de Yves
Pinguilly et Florence Koenig…
Viviane Ezratty et Chantal Giordani s'accordent pour dire que les enfants sont très
sensibles à la cohérence et à l'harmonie qui ressortent du texte et des images d'un album. "Les
enfants attachent beaucoup d'importance aux images et au graphisme. Le texte et l'image
constituent alors un tout, au point qu'il n'est pas possible pour les enfants de penser le texte
sans l'image et l'image sans le texte. […] Il faut ainsi qu'il y ait corrélation parfaite entre l'un
et l'autre. Si le texte est mauvais mais que le dessin est bon, le livre ne retiendra toutefois pas
l'attention de l'enfant. Il en ira de même si les illustrations ne sont pas de qualité même si le
texte est magnifiquement écrit25." Les enfants sont très exigeants.
En revanche, si, comme le fait remarquer Chantal Giordani, la lecture de contes
africains suscite beaucoup de curiosité et de questions de la part des petits lecteurs, ils ne vont
pas l'exprimer directement et demandent peu l'aide des bibliothécaires. En revanche, les
séances de lecture orale qui peuvent par exemple être mises en place à la bibliothèque à
l'occasion de l'accueil de groupes scolaires, comme c'est le cas à la bibliothèque Couronnes,
encouragent les enfants à poser des questions, à réfléchir sur l'histoire, à s'imaginer la vie en
Afrique noire et à échanger leurs impressions avec leurs camarades. Dans ce contexte plus
25
Chantal Giordani

91
convivial, les bibliothécaires recueillent les impressions des enfants afin de connaître leur avis
sur les albums présents dans la bibliothèque. Ceci est souvent fait de manière indirecte sans
que les enfants s'en aperçoivent, au cours de la discussion née de la lecture d'un conte. C'est
un moyen de connaître leurs goûts, de s'enquérir de leurs attentes, de mieux adapter les
acquisitions en fonction de leurs demandes,… Obtenir des retours sur les dernières
nouveautés de la bibliothèque en terme de contes et albums sur l'Afrique noire, intéresse les
bibliothécaires. C'est un moyen de connaître leur cote de popularité et d'entrevoir les réponses
qu'ils se sont posés lors de la réunion de sélection: Ce livre est-il bien adapté à notre public?
L'histoire est-elle facilement accessible? Les enfants vont-ils s'y reconnaître? L'illustration
n'est-elle pas trop chargée de symbolisme? Seul l'accueil que les enfants réservent aux albums
sur l'Afrique laisse présumer de leur vie en bibliothèque! Mais, à l'heure actuelle, où "il y a
une véritable adéquation entre les livres pensés par les éditeurs et le public auquel ils
s'adressent"26, rares sont les albums totalement boudés par les enfants.

c) La venue des conteurs et autres animations


Il est de plus en plus de bibliothèques qui mettent en place des animations, expositions
et organisent des évènements en partenariat avec les autres structures culturelles de la ville
(théâtre, centre social (exemple: partenariat entre la bibliothèque Couronnes et le centre social
Archipélia)…). L'investissement dont font preuve les bibliothécaires et les acteurs
socioculturels autour des contes africains est particulièrement dynamique et productif. Même
si le manque de moyens, de temps et d'espace auquel se heurtent régulièrement les
bibliothécaires, représente un frein majeur à la mise en place d'animations au sein ou à
l'extérieur de la bibliothèque, tous font preuve d'initiative et de créativité et redoublent
d'imagination pour créer l'événement à partir de la venue d'un conteur ou l'organisation de la
fête du conte, comme celle qui se tient, tous les ans, au moment du Printemps des poètes, à
Saint-Quentin-en-Yvelines et consacre quelques ateliers (écriture, dessins,…), rencontres et
spectacles aux contes d'Afrique ou d'ailleurs. Parmi les initiatives qui reviennent chaque
année, notons également les Rencontres africaines d'Ivry-sur-Seine qui proposaient cette
année, du 12 février au 19 avril 2005, un large programme de rencontres, débats, conférences,
spectacles et ateliers sur l'Afrique noire francophone. Des conférences sont également
régulièrement mises en place à l'attention des adultes afin de leur faire toucher au plus près les
réalités du conte africain, leur donner les moyens de comprendre ces contes issus de la
littérature orale, de les interpréter et de les communiquer ensuite aux enfants: lorsque l'adulte
26
Rappel: Chantal Giordani dans l'interview réalisée le 18/03/05 et insérée en annexe pageXLVIII

92
est face à un conte africain, il ne lui suffit pas de le lire à son enfant mais de le mettre en
scène, de lui donner vie et de lui en expliquer les enjeux et la morale de manière ludique. Ces
conférences s'adressent souvent aux professionnels du livre et de l'enfance, aux parents, aux
professeurs,… On peut citer comme exemple la conférence "Du conte oral au conte écrit et
vice versa" qui s'est tenue le mercredi 13 avril 2005 à l'Hôtel d'agglomération de Montigny-le-
Bretonneux à l'occasion de la Fête du conte de Saint-Quentin en Yvelines.
Les exemples que l'on vient de citer montrent combien les animations portant sur les
contes africains ou plus généralement la littérature orale peuvent toucher un large public et
créer l'évènement à l'échelle locale ou régionale. Certes, les principales animations ont
souvent lieu à l'échelle locale, au niveau des bibliothèques de quartier. On ne compte plus les
heures du conte consacrées aux contes africains durant lesquelles les bibliothécaires vont
relire, plusieurs fois, à la demande des enfants, le même album (Alba, Kirikou,
Baobonbon,…), les petites mises en scènes qui sont préparées avec les groupes scolaires, les
ateliers d'écriture,… Ce sont là les animations qui sont le plus appréciées et demandées par les
enfants, comme l'observe quotidiennement Madame Michèle, bibliothécaire à l'Heure Joyeuse
de Versailles. Sa collègue de Paris, Vivaine Ezratty, précise quant à elle que les animations
mises en place autour de l'Afrique noire dans l'ensemble du réseau de la Ville de Paris se sont
multipliées au cours des dernières années (expositions, ateliers, spectacles, venue de
conteurs,…) sous l'impulsion des bibliothécaires qui "fournissent un travail d'ouverture sur
l'autre et sur le monde pour faire découvrir aux enfants les cultures qui les entourent." En
feuilletant le cahier jeunesse du programme En vue du réseau de la Ville de Paris, il n'est en
effet pas rare de repérer plusieurs animations (heure du conte, spectacle,…) portant sur
l'Afrique noire et les contes africains.
Mais tous les bibliothécaires rencontrés sont unanimes! Aucune animation ne peut
remplacer la venue d'un conteur professionnel tel Pépitéo Matéo ou Blaise Anelone, conteur
d'origine africaine. Ils n'ont pas leur égal pour animer la rencontre, captiver l'assistance et
faire de la récitation d'un conte un moment de partage qui transporte les enfants dans un
fantastique voyage en Afrique noire où le lion, la marâtre, le chasseur, les antilopes le petit
enfant, le lièvre, la pluie, et tant d'autres thèmes et personnages prennent tout leur sens."La
venue d'un conteur africain donne vie au conte et fait appel à l'imaginaire des enfants.27"
En parallèle, l'article écrit par Roseline Rabin, étudiante en analyse littéraire et histoire
de langue, paru dans le numéro 216 de La Revue des Livres pour Enfants se révèle

27
Viviane Ezratty

93
extrêmement complet et intéressant28. "Pour une optimisation de la venue du conteur africain"
traite essentiellement de la venue des conteurs africains dans les écoles, mais certaines
réflexions sont également valables pour les bibliothèques et surtout, mettent en relief les
enjeux culturels que représentent l'intervention de ces conteurs auprès des jeunes enfants.

Les bibliothèques jouent un rôle essentiel dans la diffusion et la démocratisation des


contes illustrés d'Afrique noire, de la mise à disposition des albums à leur mise en scène dans
des ateliers ou animations en tout genre. Les actions menées jusqu'à présent sont très
enthousiasmantes! De plus, elles incluent l'ensemble des acteurs de la vie sociale et culturelle,
à commencer par les écoles qui, comme le souligne Roseline Rabin, s'ouvrent de plus en plus
aux échanges interculturels.

3. Les albums africains à l'école pour une institutionnalisation du conte:


l'exemple de Yakouba, sélection du Ministère de l'Education nationale

a) Les contes africains recommandés par l'Education nationale


Ces dernières années, les contes d'Afrique noire ont fait leur entrée à l'école. Certes la
sélection de quelques contes illustrés et albums sur l'Afrique noire dans les listes de livres
recommandés par le Ministère de l'Education nationale n'y est pas étrangère29. Cette initiative
28
Article inséré en annexe page V
29
CF en annexe les listes officielles des ouvrages recommandés par de l'Education nationale page IX et page
XVII Les titres sur l'Afrique sont surlignés en vert.

94
de l'Education nationale n'en est pas moins encourageante. En effet, en faisant figurer des
titres comme Yakouba de Thierry Dedieu, Little Lou de Jean Claverie, Solinké du grand
fleuve de Anne Jonaz et illustré par le non moins talentueux François Roca ou encore La
lionne solitaire et les bébés autruches de Verma Aardema dans les listes d'ouvrages de
références pour les cycles I à III, l'Education nationale fait preuve d'une large ouverture
d'esprit et dépoussière considérablement l'image parfois très académique et conventionnelle
qu'elle renvoyait auparavant. Dorénavant, Le Petit chaperon rouge, La chèvre de Monsieur
Seguin, Boucle d'or ou La petite fille aux allumettes ne sont plus les seuls contes dignes d'être
étudiés à l'école. Aux côtés de ces grands classiques incontournables, pour ne pas dire
indétrônables, coexistent aujourd'hui ces contes venus d'ailleurs, qui parlent d'une autre
contrée et d'une autre culture, racontent des histoires qui mettent en scène des personnages
méconnus par les petits Français et hautement symboliques dont l'interprétation via le travail
de lecture du texte et de l'image surprend les enfants peu habitués à se livrer ainsi à cet
exercice et peu familiarisés avec cette littérature. C'est justement là toute l'ambition de
l'Education nationale qui souhaite, pour les élèves, comme elle l'affirme dans son programme,
développer une culture littéraire et artistique forte, dès l'école primaire. La liste officielle des
contes recommandés en 2004-2005 par l'Education nationale pour les cycles I à III reflète,
dans l'ensemble, une volonté farouche de familiariser les enfants avec des écritures en tout
genre, des albums atypiques, un travail graphique hors pair (découpages et collages de
Martine Bourre, ethnicité du graphisme de Véronique Tadjo,…) et surtout les confronter à la
diversité des cultures qui les entoure. Cette ouverture sur les contes d'Afrique noire s'insère
donc dans une perspective beaucoup plus large. Dans l'idéal, les enfants découvrent dans un
même temps des contes illustrés d'Afrique noire tels que Yakouba, des contes et albums sur le
thème de l'Asie (Le génie du pousse-pousse de Jean-Côme Noguès aux éditions Milan,
Contes du Viêt-nam de Nguyën-Xuan-Hung chez Père Castor Flammarion,…), des contes des
îles avec Oriyou et le pécheur et autres contes de la Caraïbe de Praline Gay-Para et illustrés
par Chen Jiang Hong chez L'Ecole des Loisirs,… Cette approche est extrêmement
intéressante, non seulement parce qu'elle reconnaît l'ensemble de ces contes comme des
genres à part entière les uns des autres, représentatifs de la littérature jeunesse actuelle et les
légitime en admettant leurs qualités pédagogiques. Jusqu'à présent les cultures d'ailleurs
n'étaient que très peu transmises à l'école et évoquées de manière occasionnelle, mais des
facteurs tels que la multiplication des échanges ou le rapprochement des peuples ne serait-ce
que par l'évolution des moyens de communication expliquent l'émergence de cette littérature
dans les classes. Pour en revenir aux contes africains, la sélection de contes illustrés tels que

95
Yakouba ou Solinké du grand fleuve a mis à disposition des professeurs de l'école primaire
des outils de travail intéressants et porteurs. En effet, certains d'entre eux regrettaient de ne
pas avoir de support didactique sur lequel s'appuyer, conscients que les ateliers qu'ils
pouvaient proposer aux enfants (chants africains, musique, danses, initiation aux contes via
des textes trouvés sur internet ou dans des recueils de contes traditionnels,…) relevaient plutôt
du "bricolage", même si leurs initiatives (souvent isolées) traduisaient une volonté de bien
faire.
De plus, le choix des livres effectué par le Ministère de l'Education nationale se révèle
extrêmement pertinent. En effet, qu'il s'agisse de Yakouba, de La lionne solitaire et les bébés
autruches, de Mamy Wata et le monstre de Véronique Tadjo édité chez EDICEF, de Kirikou
et la sorcière ou de Solinké du grand fleuve, chacun de ces albums est plébiscité par les
professionnels du livre et de la jeunesse (libraires, bibliothécaires,…) qui retrouvent dans les
textes et les illustrations l'authenticité de l'Afrique noire. Rien n'est tronqué ou exagéré dans
ces albums qui donnent à voir un visage juste de l'Afrique noire.

b) Yakouba de Thierry Dedieu ou dans quelle mesure un conte d'Afrique noire


peut-il se prêter à une analyse de texte?
Yakouba, paru en 1994, chez Seuil Jeunesse, est très certainement l'album le plus
étudié à l'école. Toujours est-il que l'album de Thierry Dedieu fait partie des premiers contes
africains à avoir été sélectionnés par le Ministère de l'Education nationale pour figurer dans la
liste des ouvrages de littérature du cycle III. Rappelons que Yakouba a reçu en 1996, le prix
Mille pages des écoles.
Avec Yakouba, Thierry Dedieu fait vivre aux jeunes élèves l'initiation d'un jeune
garçon qui est en âge de devenir guerrier. Pour cela, le jeune Yakouba doit faire preuve de
courage et affronter seul un lion, afin d'être reconnu comme un guerrier aux yeux des siens.
En laissant la vie sauve à l'animal blessé, Yakouba réalise sans doute le plus bel acte de

96
97
bravoure et de loyauté qui n'ait jamais été accompli, mais perd toute la considération de son
peuple qui le bannit et lui confie la garde du troupeau, à l'écart du village. "C'est à peu près à
cette époque que le bétail ne fut plus jamais attaqué par les lions"… Telles sont la fin du conte
et la "morale" de l'histoire…
Ce conte initiatique dont l'écriture et le graphisme sont extrêmement puissants et non
dépourvus de symbolisme, est un merveilleux hommage à l'Afrique noire. Cet album, travaillé
exclusivement au fusain, est tout en noir et blanc, le trait est précis, l'illustration extrêmement
juste, prenante et évocatrice. Les sentiments aussi variés que la peur, la sérénité, le calme, la
béatitude, la révolte transpercent l'image. Chaque illustration est d'une beauté, d'une
authenticité et d'une force inégalables, collant au plus près du texte, venant le compléter et
révéler tout ce qui y est sous-entendu. L'écriture est étonnamment ciselée: "Le jour comme la
nuit, épier, scruter, oublier la peur qui serre le ventre, qui transfigure les ombres, rend les
plantes griffues et le vent rugissant. Attendre des heures et puis soudain…" Chaque mot est
pesé, l'auteur n'en abuse pas préférant aller à l'économie, les mots s'effaçant devant l'image,…
A la fois déconcertant de simplicité car vrai et complexe par l'enjeu et les sentiments qu'il met
en scène, ce conte séduit pourtant tous les enfants qui abordent très naturellement l'histoire
comme le fait remarquer Chantal Giordani, qui rappelons-le, est bibliothécaire à la
bibliothèque Couronnes.
A la vue de telles qualités graphiques et littéraires, il s'avère extrêmement intéressant
que ce conte puisse être étudié à l'école. Une analyse approfondie et construite permet ainsi
d'aider les enfants à mieux appréhender ce conte, d'en saisir toute la signification et en
comprendre l'enjeu en le remplaçant dans son contexte, l'Afrique noire. En effet, il semble
clairement que, pour les professeurs, tout l'objectif de l'étude à laquelle ils vont se livrer avec
la participation des élèves est de parvenir à dépasser l'histoire même de Yakouba, le petit
guerrier, de faire en sorte qu'ils s'approprient les valeurs de courage et de droit à la différence
incarnées par le héros, s'intéressent à la forme du conte qui respecte la structure des textes
traditionnels d'Afrique noire et s'ouvrent à la culture africaine.
Aussi surprenant que cela puisse paraître, toutes les études et analyses qui sont, par
exemple, disponibles sur internet30 sont loin de répondre à cette attente. En effet, l'analyse se
veut extrêmement littéraire voire "intellectualisée". L'étude ne considère pas le conte comme
issu ou inspiré d'une longue tradition orale et ne s'attarde pas sur les codes, les fonctions et les
valeurs propres aux contes africains que l'on retrouve, sans peine, dans Yakouba. C'est tout à

30
Un exemple d'analyse est joint en annexe page XIX

98
99
fait incohérent. Les professeurs, toujours d'après les différents exemples glanés sur internet,
observent Yakouba avec les mêmes critères qu'ils emploieraient pour étudier Peau d'Âne. En
gardant ainsi le même angle de réflexion, ils cherchent à fondre ce conte dans un moule qui
n'est pas le sien. En somme, le regard porté sur Yakouba est profondément "occidental". On
s'interroge alors si faire une étude trop littéraire d'un tel conte ne reviendrait pas à en perdre,
le sens ou plutôt l'essence même voire la nature profonde. En effet, en Afrique noire, le conte
qui est transmis et porté à la connaissance des enfants, est plutôt pensé comme un don. C'est
un enseignement en soi et c'est à force de pratique et d'écoute que les enfants comprendront le
sens caché des mots et feront leurs les valeurs qu'il incarne. En Afrique, il n'est nullement
question de disséquer le conte ni de le retourner dans tous les sens pour en extraire toute la
quintessence.
Il est donc difficile de savoir jusqu'où l'analyse qui peut être faite en cours permet de
mieux comprendre le conte et quand elle bascule dans une interprétation chimérique qui
s'éloigne de l'histoire et déplace le conte hors des limites de la culture africaine. La frontière
est facilement franchie. Cela révèle combien il est difficile de travailler sur des contes qui sont
issus d'une culture différente, qu'elle soit d'ailleurs africaine, asiatique, des caraïbes…. On
comprendra d'ailleurs que la tâche est d'autant plus ardue pour les professeurs qui, partagés
entre le désir de livrer une analyse complète, structurée et précise et de faire découvrir
l'Afrique noire à travers l'histoire du petit Yakouba par exemple, font face à des jeunes élèves
qui placent toute leur confiance en eux et accordent tout crédit à leurs paroles.

Toutefois, l'apparition d'albums tels que Yakouba dans la liste des ouvrages
recommandés par le Ministère de l'Education nationale, laisse envisager l'importance du rôle
que les professeurs sont amenés à jouer dans les prochaines années, multiplication des
parutions sur l'Afrique noire oblige! On peut ainsi imaginer que des titres comme L'Epopée
de Soundiata Keïta de Dialiba Konaté (qui serait édité à l'occasion en mini par Seuil (14,7x 21
cm), pour reprendre l'astuce déjà utilisée pour Yakouba), La soupe au pili-pili de Yves
Pinguilly, Rafara ou encore Moi, j'attendais la pluie de Véronique Vernette fassent leur entrée
dans cette liste! La sélection de contes d'Afrique noire parmi les ouvrages recommandés par
l'Education nationale représente ainsi une avancée considérable dans la démocratisation de
cette littérature en France.

100
4- Le phénomène Kirikou et la sorcière ou comment les contes africains
investissent les salles de cinéma par le biais des films d'animation

Il est impossible de refermer ce mémoire sans


évoquer le film d'animation de Michel Ocelot, Kirikou
et la sorcière, sorti dans les salles françaises en 1998.
Ce dessin animé est un véritable petit bijou, une perle
de l'animation. Kirikou et la sorcière éblouit par la
finesse de son graphisme, la splendeur des décors, la
richesse et la subtilité des couleurs. Il n'y a pas d'âge
pour aimer ce film qui est un véritable enchantement!
Kirikou et la sorcière est une histoire magique:
Une petite voix se fait entendre dans le ventre d'une
femme enceinte. "Mère, enfante-moi!" Celle-ci lui
répond "Un enfant qui parle dans le ventre de sa mère
s'enfante tout seul." C'est ainsi que vient au monde le
Affiche de Kirikou et la sorcière
minuscule Kirikou dans un village de l'Afrique de Film d'animation de Michel Ocelot
1998
l'Ouest sur lequel une terrible sorcière, Karaba, a jeté un
mauvais sort (assèchement de la source, disparition de tous les hommes,…). Mais Kirikou
sitôt sorti du ventre de sa mère, veut délivrer le village de son emprise maléfique et découvrir
le secret de sa méchanceté. Au travers d'aventures fantastiques, Kirikou arrivera jusqu'à la
Montagne interdite où vit Karaba…31
Salué par les critiques lors de sa sortie nationale ("Un miracle d'intelligence et de
poésie. Une réussite.", Les Echos - "La sorcière vous ensorcellera, Kirikou vous enchantera",
Télérama - "Intelligent et subtil, époustouflant de beauté". La Tribune,…), Kirikou a réalisé
près de 1,5 millions d'entrées à ce jour32! L'intérêt suscité par ce dessin animé n'a cessé de
croître en sept ans d'existence. Les quelques salles dans lesquelles il est encore diffusé, font
toujours recette pour le plus grand plaisir des enfants et… des parents. La sortie en VHS puis
DVD du film de Michel Ocelot n'a fait qu'affirmer l'engouement qui s'est emparé des Français
pour ce tout petit enfant africain qui est plein d'espièglerie, d'intelligence, de joie de vivre, de
courage, mais surtout n'a qu'une envie, celle de découvrir pourquoi Karaba, la sorcière, est si
méchante et accable son village. Si le film en lui-même rencontre un énorme succès, sa cote
31
Pour en savoir plus sur l'histoire, lire la critique réalisée par Philippe Serve sur son site perso,
http://pserve.club.fr/Kirikou.html- Cette critique est présente en annexe page XXV
32
Source: Tous fous de Kirikou, Cécile Mury, Télérama n°2885, page 35 à 38. Cet article est inclus dans les
annexes page XXIX

101
de popularité atteignant des sommets phénoménaux, inattendus pour ne pas dire inespérés par
Michel Ocelot qui a construit Kirikou et la sorcière de manière quasi-artisanale (peu de
moyens, absence de publicité,…), les produits dérivés comme l'album du même non ou le
livre de coloriage, tous deux édités chez Milan jeunesse, réalisent des chiffres de vente
incroyables, dignes des produits dérivés d'un Walt Disney! Le succès remporté en librairie,
en vidéoclub et en bibliothèque par l'histoire de ce minuscule enfant en a surpris plus d'un, à
commencer par l'équipe du film! Ainsi, il n'est pas rare de voir figurer au catalogue des
bibliothèques jeunesse plusieurs exemplaires de l'album et au minimum une version VHS et
DVD de Kirikou et la sorcière. Mais il est plus étonnant encore de constater que les adultes
comme les enfants se sont pris de passion pour ce film, tous connaissent l'histoire. Kirikou et
la sorcière fait dorénavant partie de "l'imaginaire collectif" pour reprendre l'expression
employée par Cécile Mury.
Le succès remporté par Kirikou et la sorcière doit beaucoup au talent de Michel
Ocelot qui a réalisé un merveilleux travail de montage, de colorisation, de son et surtout
d'écriture. Si les images du film sont flamboyantes, le choix des couleurs qui oscillent dans la
gamme des couleurs chaudes et ors, étant d'une qualité rare, la grande richesse de ce film reste
l'histoire sur laquelle il est basé. Si le film donne l'impression, même à ceux qui ne
connaissent pas l'Afrique, d'être plongés en plein cœur de l'Afrique noire, c'est bien parce que
Michel Ocelot a emprunté l'histoire de Kirikou à un conte populaire africain, changeant le
nom de son héros, modifiant quelques points de l'histoire et recréant une nouvelle fin,
heureuse celle-ci. "Les racines de Kirikou sont authentiquement africaines"33. Le film a même
été en partie réalisé en Afrique, du côté de Dakar! De même, paroles et musiques sont de
Youssou N'Dour, musicien sénégalais, très connu en France. Bref, tout respire l'Afrique dans
ce dessin animé. On retrouve dans ce film tous les codes, fonctions et caractéristiques propres
aux contes africains. Ce fut d'ailleurs le sujet d'une étude menée par le centre culturel Les
Grignoux à Liège et intitulée Kirikou et la sorcière, un conte africain34 dont la lecture met en
évidence les qualités de l'adaptation réalisée par Michel Ocelot, qui n'a rien concédé de la
tradition africaine à la modernité des techniques, aux exigences cinématographiques, à
l'évolution de la société, à la culture occidentale ni aux lois du marché. C'est d'ailleurs ce qui
explique pourquoi Kirikou et la sorcière, remporte aujourd'hui beaucoup de succès auprès des
populations africaines du Bénin, du Congo ou du Mali, pays sillonnés par des associations
telles que Cinéma numérique ambulant (CNA), qui projètent le film devant un parterre de

33
Cécile Mury
34
Un extrait de cette étude est inséré aux annexes, page XXXII

102
villageois enthousiastes35. "Né dans les contes populaires, Kirikou et la sorcière a conquis les
petits Français avant de revenir au pays", voici résumée par Cécile Mury l'histoire de Kirikou
et la sorcière!
Mais, contre toute attente, l'histoire de Kirikou ne s'arrête pas là! Michel Ocelot
revient à l'assaut des salles obscures dès décembre 2005 avec un nouveau volet de la saga
Kirikou, intitulé Kirikou et les bêtes sauvages! Dépassé par le succès rencontré par Kirikou et
la sorcière, Michel Ocelot était régulièrement sollicité par les enfants et les adultes depuis
sept ans pour donner une suite aux aventures de Kirikou. L'arrivée de ce nouvel opus, très
attendu, promet d'être largement médiatisée. Le film a d'ailleurs déjà fait l'objet d'une
présentation en avant première lors du 58ème Festival de Cannes, vendredi 13 mai 2005 devant
un parterre de jeunes écoliers. Pas encore en salle et déjà le tapis rouge lui est déroulé! Ne
reste plus qu'à espérer que cela portera chance à Michel Ocelot et que cette suite sera aussi
merveilleuse que Kirikou et la sorcière…

Si Kirikou n'est pas le seul dessin animé sur l'Afrique noire, il reste aujourd'hui le plus
connu en France. L'identification des enfants à ce petit personnage très attachant est totale.
Evoquez ce dessin animé à des enfants et vous verrez qu'il n'est pas rare de les entendre
reprendre en chœur le chant qui scande l'histoire de Kirikou tout au long du film: "Kirikou, il
n'est pas grand, mais il est vaillant! Kirikou, il est petit, mais c'est mon ami!". Le phénomène
Kirikou, aussi colossal soit-il, confirme en réalité une tendance que l'on observe depuis
quelques années maintenant dans le paysage audiovisuel et culturel français. Les films
d'animation et dessins animés sur fond d'Afrique, d'Inde, de Chine ou des Îles sont de plus
présents, réalisent des scores intéressants au box-office et s'arrachent en Dvd et VHS. Il y a eu
bien sûr Princes et Princesses du même Michel Ocelot ou dans un registre un peu différent,
Le Roi Lion, Pocahontas ou Mulan tous les trois créés dans les studios Walt Disney. Tous, à
travers les merveilleuses aventures de leurs héros, ouvrent de larges horizons aux enfants pour
une ouverture sur les autres et le monde. Kirikou a ainsi offert une magnifique vitrine aux
contes africains en général et fait découvrir aux enfants un genre qui leur était, pour beaucoup,
inconnu. Grâce au film de Michel Ocelot, les enfants ont aujourd'hui conscience qu'il y a
ailleurs, dans les pays lointains d'Afrique noire, plein de petits Kirikou qui ont tous des
aventures et des histoires à faire partager.
CONCLUSION

35
Lire l'article de Cécile Mury, annexé page XXVIII

103
La réflexion que nous avons menée tout au long de ce mémoire, nous a permis de
mettre en évidence combien les contes illustrés d'Afrique noire tels que L'Epopée de
Soundiata Keïta, Rafara, Mawati, l'enfant du désert, Epanimondas, Moi, j'attendais la pluie,
La soupe au pili-pili, Comptines et berceuses du baobab, Zékéyé et la toute petite musique,
Yakouba ou La pluie des mots, sont d'une qualité, d'une richesse et d'une originalité
exceptionnelles qui contribuent à différencier ces albums du reste de la production éditoriale
jeunesse. Non seulement, ces titres s'illustrent dans le domaine des contes africains pour les
enfants, mais font même, pour certains, figure de chefs-d'œuvre dans l'ensemble de la
littérature jeunesse: qu'il s'agisse de Rafara, de L'Epopée de Soundiata Keïta, de Yakouba ou
de Comptines et berceuses du baobab, tous récompensés par de nombreux prix, ils ont gagné
la reconnaissance des professionnels et du public.
Alors que nous craignions que les éditeurs se soient massivement emparés d'un thème
sans réelle motivation, seulement parce que le public semblait demandeur d'albums pour
enfants qui soient plus exotiques et ouverts sur les cultures du monde entier et notamment
l'Afrique noire, nous avons constaté que seule une dizaine d'éditeurs significatifs est
réellement présente sur ce marché. Pour beaucoup, ils parviennent à une synthèse entre
respect de la tradition, modernité de l'approche, originalité graphique, ouverture sur l'Afrique
contemporaine qui donne lieu à des albums originaux, surprenants, parfois intrigants, toujours
enthousiasmants mais qui témoignent tous d'une recherche profonde, d'une innovation
certaine tant en matière de livres jeunesse que de contes africains et d'une réflexion pionnière.
Des éditeurs tels que Seuil Jeunesse ou Didier Jeunesse osent prendre des risques, oublier
leurs intérêts pour penser exclusivement à ceux des enfants et se risquer à des paris éditoriaux.
C'est justement ce qui fait la qualité de leurs albums. Certes, il reste cependant quelques
irréductibles qui se retranchent trop facilement derrière la tradition, manquent de créativité ou,
à l'inverse, par une mauvaise interprétation des contes de tradition orale ou une
méconnaissance de l'Afrique noire, s'autorisent trop de libertés et offrent ainsi des albums
dont le résultat s'avère décevant.
Toujours est-il que cette production, qui a connu un formidable essor et renouveau
depuis cinq ou six ans, a permis de faire découvrir aux enfants mais aussi aux adultes, un
genre à part entière, aux richesses inépuisables. Si ces contes illustrés jeunesse font
aujourd'hui partie du paysage éditorial français, ils jouent également un rôle culturel et
pédagogique non négligeable. Bibliothécaires, libraires, animateurs, professeurs, conteurs
voire cinéastes tels que Michel Ocelot, ont pris le relais des éditeurs et s'attachent à faire

104
découvrir aux enfants l'Afrique noire à travers ses grandes légendes, ses épopées et ses contes.
Les contes d'Afrique noire sortent ainsi de l'anonymat, se démocratisent et vont à la rencontre
d'un nouveau public, extrêmement hétérogène. En effet, la diversité des approches et des
moyens de communication (livres, films d'animation, spectacles pour enfants,…) permet de
toucher des enfants d'horizons différents.
Cette effervescence qui s'est emparée des éditeurs et des différents acteurs sociaux est
très porteuse pour les contes illustrés africains! Les projets proposés sont tous prometteurs et
enthousiasmants. Il ne reste plus qu'à espérer que l'intérêt manifesté pour l'Afrique noire et ses
contes perdurera dans le temps et que les éditeurs seront longtemps encore animés par cette
volonté de faire découvrir la culture de l'Afrique noire aux enfants. Après une si belle
décennie, il serait dommage que ces contes retombent dans l'indifférence générale qui
priverait les prochaines générations d'enfants du plaisir d'entendre ces merveilleux récits…

105
ANNEXES

106
II

Biographies d'auteurs & d'illustrateurs

107
VERONIQUE VERNETTE
Auteur-illustratrice française
Marseille, 1972

Par Anne Godin

Biographie:

Véronique Vernette est née à Marseille en 1972. De Valence, où elle passe une partie
de son enfance, à Saint-Etienne, où elle suit des études à l'école des Beaux-Arts et obtient au
terme d'un cursus de cinq ans un Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique
(DNSEP), le dessin l'a toujours accompagnée. "Elle ne se souvient pas n'avoir jamais
dessiné". C'est ainsi que Brigitte Cazeaux, son éditrice chez Points de suspension, se plaît à la
présenter. Dès l'âge de sept ans, elle prend des cours de dessin. Plus tard, lors de vacances à la
montagne, elle se revoit passant le plus clair de son temps à observer la nature qui l'entoure
avant de noircir de croquis ses carnets qui ne la quittaient jamais. Elle en a gardé un goût
prononcé pour l'observation et une capacité à saisir et à rendre le plus fidèlement possible des
expressions, des sensations, des instantanés de vie… Depuis, le dessin fait partie intégrante de
la vie de cette jeune femme, au point qu'elle reconnaît qu'il lui est devenu vital! "J'ai toujours
dessiné et n'imagine pas arrêter, même si c'était pour mon seul plaisir et besoin!"
Dès son plus jeune âge, Véronique Vernette ressent une attirance inexplicable pour
l'Afrique. "J'ai toujours eu envie d'y aller." Pendant des années, elle va se documenter sur
l'Afrique, lire de nombreux livres sur la culture et l'art africains, visiter des expositions,
visionner des films… En 1991, alors qu'elle vient tout juste d'obtenir son diplôme, son rêve se
réalise enfin. Dans le cadre d'un chantier européen, elle s'envole pour l'Afrique. Elle ne
regrettera jamais d'avoir saisi cette opportunité qui lui a permis de découvrir le Burkina Faso
qu'elle ne quittera plus vraiment depuis, y séjournant trois à six mois par an! Sur place, elle a
rencontré de nombreux artistes, conteurs et artisans qui lui ont montré et raconté leur pays
comme aucun livre n'aurait pu le faire. Lors de ce premier voyage, Véronique Vernette est
séduite par la vie au Burkina Faso et plus particulièrement à Ouagadougou, capitale du pays
où elle séjourne. Elle a ainsi réuni un grand nombre de photos, images, impressions et croquis
de petites scènes du quotidien qu'elle a pris plaisir à dessiner, installée dans la rue tandis qu'un
attroupement se formait petit à petit autour d'elle: les enfants qui jouent dans la rue, les
mamans… C'est l'occasion, pour elle, de discuter avec la population locale… Ce sont des
moments privilégiés comme ceux là que Véronique Vernette apprécie et qui réapparaissent,
sous une autre forme, dans les albums qu'elle écrit une fois de retour en France. C'est
sûrement là, la plus belle façon que pouvait trouver Véronique Vernette pour conjuguer sa
passion pour le dessin et l'Afrique.
Cocorico Poulet Piga, le premier album de Véronique Vernette et le plus connu, paru
en 1999 aux éditions Points de suspension, est ainsi né de l'envie de raconter ses voyages, de
montrer les dessins qu'elle en rapporte, de faire partager aux enfants tout ce "fouillis
d'images" qui lui vient à l'esprit lorsqu'elle pense au Burkina Faso, et leur faire découvrir
l'effervescence de la vie quotidienne en Afrique à travers l'histoire de Piga, un poulet que l'on
emmène au grand marché de Ouagadougou pour être vendu. Après avoir voyagé dans un bus
bondé, Piga arrive à Ouagadougou où le marché bat son plein dans la cacophonie générale,
sur fond de trocs et marchandages. Heureusement, Piga parvient à s'enfuir à travers le
labyrinthe des nombreuses petites baraques.
Découverte pour le public, ce premier album s'avéra également être une véritable
révélation pour Véronique Vernette puisque la jeune femme ne se destinait pas, jusqu'alors, à

108
écrire pour les enfants. "Au départ mon envie était plutôt de faire des livres illustrés pour
adultes, mais cela étant rare, je me suis tournée vers la jeunesse et j'ai écrit en fonction de cet
âge "à viser"." Mais elle reste intimement convaincue que la plupart de ses albums peuvent
aussi s'adresser aux adultes, pourvu qu'ils n'aient pas tout perdu de leur âme d'enfant et qu'ils
aient gardé une part de cette légèreté enfantine qui permet d'entrer dans l'univers de ses
livres…
Depuis Cocorico Poulet Piga une dizaine d'albums a suivi, tantôt sur le thème de
l'Afrique qui reste la principale source d'inspiration de cet auteur, tantôt sur les thèmes de
l'amitié (L'amie pour la vie d'Ava aux éditions Autrement, 2001), du dessin (Les couleurs
d'Eugène édité chez Frimousse en 2000) ou encore des affres de la création et de l'écriture
avec La petite fabrique d'histoires aux éditions Points de suspension (2003) qui raconte, avec
beaucoup d'humour, comment un grand faiseur d'histoires à l'imagination fantaisiste et
débordante, se débat avec des personnages tous aussi originaux, farfelus et incontrôlables les
uns que les autres (le chat-martien, la princesse-volante…) pour inventer une histoire inédite
qui plaira aux enfants. Véronique Vernette a d'ailleurs écrit cette histoire pour répondre aux
enfants qui n'avaient de cesse de lui demander "Comment naissent les histoires?."
Véronique Vernette est souvent éditée chez Points de suspension, la maison d'édition
qui l'a faite découvrir au grand public et avec laquelle elle a construit au fil des années et des
parutions une véritable relation de travail et de confiance."Peu à peu, je crois qu'on a
découvert qu'on avait envie de travailler dans un même état d'esprit, un même but, ce qui a
donné lieu à plusieurs albums. […] Je propose régulièrement des albums à peu près terminés,
textes et images." Elle apprécie la liberté que lui laisse son éditrice, Brigitte Cazeaux, tout en
attachant une grande importance au regard que cette dernière porte sur son travail. "Points de
suspension est une petite maison qui fait vivre les livres, bien au-delà de leur parution, grâce à
des événementiels, des expositions. Ils soutiennent beaucoup leurs auteurs." Véronique
Vernette travaille également sur commande pour des éditeurs tels que Lito pour qui elle a
réalisé les illustrations du petit livre J'écris des mots avec les autocollants en 2001, des
Contes d'Afrique en 2002 et des Fables de la Fontaine en 2004, même si l'approche est
totalement différente. "Il y a une grande différence entre un texte que j'ai écrit moi-même et
un texte qui m'a été donné lorsque je dois les illustrer. Je ne me les approprie pas de la même
manière, je ne m'y plonge pas de la même façon. Je m'amuse beaucoup plus à faire les images
car je sais mieux pourquoi et comment je les construis. Les textes sont plus faits sur le
ressenti, en comprenant moins pourquoi ils tiennent (ou pas) debout! Mais quand le texte est
là, je prends aussi beaucoup de plaisir dans son rapport avec l'image. L'image n'est pas
seulement là pour être redondante du texte, mais pour raconter, elle aussi, quelque chose. On
s'y balade et on y "lit" des choses que le texte ne nous livre pas forcément. A l'inverse, tout ce
qui est dit dans le texte n'est pas nécessairement représenté dans l'image. Mes textes seuls ne
me suffisent pas. Un livre d'images seules me paraît en revanche envisageable!"
Les projets ne manquent pas à cette jeune femme qui vient de publier aux éditions du
Jasmin, Contes burkinabés, des textes qu'elle avait recueillis lors d'un voyage au Burkina
Faso. "Il y a toujours une idée qui me trotte dans la tête… Un livre-CD avec un musicien, une
histoire à finir soi-même dans laquelle le lecteur interviendrait, …" Et quel plaisir de les voir
enfin se concrétiser et aboutir comme ce fut le cas pour Moi, j'attendais la pluie, fin 2004, qui
raconte l'histoire d'une petite fille africaine qui a décidé de ne pas quitter la cour de sa maison
tant qu'il n'aurait pas plu, tandis que la vie suit son cours avec le passage du masta (couturier
ambulant) et du livreur de bois! Comme cette petite fille qui désespérait de voir enfin tomber
la pluie, cet album attendait depuis des mois d'être publié lorsqu'il a été choisi par la Ville de
Nanterre pour être offert à tous les enfants de maternelle de la ville à Noël. A cette occasion,
une exposition autour de l'œuvre de Véronique Vernette avait été mise en place dans les
locaux de la bibliothèque municipale afin de faire découvrir aux enfants l'univers graphique

109
des albums de cet auteur ainsi que les couleurs et les images de l'Afrique qui lui sont chères.
Dans chaque espace, les responsables de l'exposition avaient veillé à recréer le décor de
chaque album: une maison à ciel ouvert pour Moi, j'attendais la pluie, un garage pour Chez
Adama, mécanique générale ou un labyrinthe d'étals pour le marché d'Ouagadougou dans
Cocorico Poulet Piga. Les enfants pouvaient également retrouver, tout au long du parcours de
l'exposition, des originaux, des croquis de personnages, des images et des photos prêtés par
l'auteur.
Les interventions de Véronique Vernette auprès du jeune public ne s'arrêtent pas là. Si
elle participe à de nombreux évènements et manifestations autour du livre jeunesse (salons du
livre,…), elle se déplace dans les écoles et les bibliothèques que ce soit au Burkina Faso ou en
France pour parler de ses albums, de ses voyages, de son métier d'auteur-illustrateur, mais
aussi, et c'est ce qu'elle préfère, pour mettre en place des ateliers-dessin où elle s'applique à
montrer aux enfants ses techniques pour ensuite les faire travailler sur les couleurs, les formes
et les matières. "Ces interventions donnent lieu à des échanges extrêmement intéressants et
enrichissants.[…] C'est une occasion de discuter sur ce qu'est l'illustration, sur ce que je pense
que doit être un livre pour enfant, sur ce qui plaît aux enfants…". Sa conception du livre
jeunesse tend à évoluer au gré de ces rencontres, mais c'est surtout au contact de sa fille, née
fin 2004, que sa perception et son approche de la production jeunesse ne sont plus tout à fait
les mêmes. "Je comprends mieux l'univers enfantin et je sens que le regard que je porte sur les
livres pour enfants évolue."
Cette jeune femme attachante, au parcours artistique original, passionnée pour
l'Afrique, semble avoir encore bien des projets pour émerveiller les enfants par des dessins et
des histoires venues d'ailleurs.

Analyse de l'œuvre et du style:

D'album en album, Véronique Vernette est parvenue à imposer un style qui lui est
propre, tant du point de vue de l'écriture que du graphisme. Elle a fait sa marque de fabrique
des dessins naïfs et enfantins qui caractérisent tous ses albums. En effet, ses illustrations ne
sont pas sans rappeler les dessins que les enfants font à la maternelle et au primaire sur leurs
cahiers de poésie. Tout comme les enfants, Véronique Vernette a sa propre définition de
l'espace, des formes, des proportions… Elle ne respecte pas les contours des dessins faits au
trait, elle légende ses illustrations avec des flèches et adopte des points de vue inhabituels
(contre-plongée). Ses dessins regorgent de détails dans une mise en espace où la perspective
est gommée. "Je représente assez peu les perspectives traditionnelles car je dessine les espaces
que je reconstruis d'après mes souvenirs. C'est pour cela que mes dessins fourmillent de
panneaux indicatifs, comme autant de repères cartographiques." Véronique Vernette crée ainsi
l'image dans l'image. C'est justement ce fourmillement qui fait la richesse graphique de ses
albums dans lesquels elle s'approprie puis réinterprète les dessins, croquis et souvenirs
accumulés lors de ses voyages en Afrique.
Son style si dense et insolite à la fois se prête à merveille à la peinture de l'Afrique
urbaine d'aujourd'hui à laquelle elle se livre dans Cocorico poulet Piga, Chez Adama,
mécanique générale ou bien encore dans Moi, j'attendais la pluie. Rares sont les livres pour
enfants qui montrent une telle représentation de l'Afrique où les vélos, les bus, les chariots et
autres images animées de la ville remplacent la savane, les singes, les éléphants, les sorciers et
les griots…
Dans ses albums aux couleurs vives, Véronique Vernette décrit, au plus près, le
quotidien des habitants de la ville, témoigne de la vie économique et rend avec un souci
d'authenticité évident les pratiques culturelles en Afrique. Rien n'est laissé au hasard, jusqu'au

110
sucre "la gazelle" ou au savon "kisenbon". L'image qui occupe toujours une double-page,
recèle de petits détails qui offrent plusieurs niveaux de lecture et impliquent plus que jamais le
lecteur dans l'histoire. La lecture s'apparente alors à une chasse au trésor dans laquelle l'enfant
prendra plaisir à rechercher tous les éléments plus ou moins dissimulés qui, ajoutés les uns
aux autres, libèrent tout le sens de l'histoire. Dans ses albums, Véronique Vernette recense
tous les objets du quotidien, toutes les odeurs et couleurs, tous les bruits caractéristiques de
l'Afrique. C'est sûrement ce qui amène Brigitte Cazeaux à comparer quelques-uns des albums
de Véronique Vernette à des "inventaires à la Prévert".
Son écriture qui est très simple, très imagée et emplie d'humour, se fond dans l'image.
Véronique Vernette aime en appeler à tous les sens du lecteur et n'hésite pas à user
d'onomatopées ou tout autre procédé pour rendre, par exemple, le brouhaha ambiant qui règne
au marché d'Ouagadougou: "Le petit bus se noie dans la ville pleine de bruits. Tohu-Bohu,
klaxons, jurons." Le texte et les illustrations interagissent l'un sur l'autre et se complètent,
entraînant le petit lecteur dans un récit rythmé et endiablé. Le texte, posé de manière libre
dans l'illustration dans une typographie originale, suit ainsi les formes, les courbes et les
ondulations du dessin de telle sorte qu'il semble faire partie intégrante de l'illustration et vice-
versa.
Les enfants se glissent aisément dans ce style qui leur semble proche et familier
puisque faisant appel à des codes qu'ils utilisent eux-mêmes. Ils parviennent ainsi à s'identifier
aux petits personnages auxquels Véronique Vernette donne vie dans ses albums.
Les albums de Véronique Vernette constituent "une œuvre de témoin hors du commun
qui invite le lecteur à parcourir un pays magique et attachant", dixit Brigitte Cazeaux.

Bibliographie:

Véronique Vernette, auteur d'ouvrages illustrés:

Cocorico Poulet Piga/ Véronique Vernette.- Cergy-Pontoise : Points de suspension,


1999.- [30] p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 23 cm.

Les couleurs d'Eugène/ Véronique Vernette.- Montrouge: Éd. Frimousse, 2000.- 19 p.


: ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 25 cm + 1 magazine à colorier.

Chez Adama: mécanique générale/ Véronique Vernette.- Cergy-Pontoise : Points de


suspension, 2001.- [28] p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 16 x 24.

La petite fabrique d'histoires/ Véronique Vernette.- Cergy-Pontoise : Points de


suspension, 2003.- [24] p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 16 x 24.

Moi, j'attendais la pluie / Véronique Vernette.- Cergy-Pontoise : Points de


suspension, 2004.- [28] p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 23 cm.

Contes burkinabés/ [recueillis et ill. par] Véronique Vernette.- Clichy : Éd. du Jasmin,
2005.-34 p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 22 cm.

Les ouvrages illustrés par Véronique Vernette:

111
L'amie pour la vie d'Ava/ texte de Sylvie Rouch ; ill. de Véronique Vernette.- Paris:
Autrement, 2001.- 25 p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 20 cm.

J'écris des mots avec les autocollants: dès 4 ans/ texte d'Arnaud Alméras ; ill. de
Véronique Vernette.- Champigny-sur-Marne : Lito, 2001.- 24 cm.
Vol. 1, A la ferme
Vol. 2, La fête
Vol. 3, Je m'habille tout seul

Contes d'Afrique/ racontés par Ann Rocard.- Champigny-sur-Marne : Éd. Lito, cop.
2002.- 125 p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 29 cm.

Le buveur de pluie / texte de Boubacar Diallo ; ill. de Véronique Vernette.- Bordeaux:


La Compagnie créative; Conakry : Éd. Ganndal, 2004.- 22p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ;
28 cm.

112
III

Interviews et questionnaires

113
Actes Sud Junior – Questionnaire complété par Madeleine Thoby, éditrice

Quel était le tirage initialement prévu pour les livres de Wambi le chasseur
d'antilopes dans la collection "Les contes du musée de la musique" et Le lièvre et le
crocodile dans la collection "Les Contes à plusieurs voix"? Quand sont-ils parus? Ont-ils
été réimprimés depuis?

6000 exemplaires
Parution en 2000
Oui- 1 fois à 4000 exemplaires

Dans le cadre de ces deux collections, comment sont recueillis les textes? Ces textes
sont-ils adaptés de contes traditionnels?

Ce sont des textes de commande, fait


- pour Wambi à Anne Montage, conteuse au musée de la Musique
- pour Le lièvre et le crocodile, proposé par D. Barbara, auteur et
directrice de collection

Pour la collection "Les contes du musée de la Musique" quelle est votre politique
éditoriale? En quelle année et comment cette collection est-elle née? Pourquoi une co-
édition avec le musée de la Musique?

- Publier des contes qui mettent en scène les instruments conservés au musée
- En 2000, pour 12 titres seulement
- Cela nous a été proposé par le musée, qui n'est pas éditeur à proprement
parler.

De quelle démarche relève la mise en musique (oralité,…) ?

- Mettre en scène l'instrument concerné.

A quel public s'adressent ces deux collections?

- Enfants de 7 à 10 ans

Quelles sont les actions menées pour faire connaître les titres qui paraissent dans
ces deux collections? Quels sont les retours que vous avez?

- En direction des supports spécialisés enfants


- En direction des supports spécialisés musique
- Très bons retours

114
Pastel – Questionnaire complété par Ch. Germain, éditrice

Quel était le tirage initialement prévu pour les livres Rafara, Alaba et Aliki? Ont-ils
été réimprimés?

Ils avaient été tirés à 8000 exemplaires. Ils ont tous trois été réimprimés.

Comment avez-vous découvert le manuscrit de Rafara, premier livre que vous avez
publié de Anne-Catherine de Boel? Dorénavant, Anne- Catherine continue-t-elle à vous
soumettre des manuscrits ou bien est-ce vous qui lui faites une commande?

Anne-Catherine, qui terminait ses études d’illustration est venue nous voir avec le
projet de Rafara. Nous ne faisons jamais de commande. Elle nous propose des textes ou
travaille avec des auteurs comme Carl Norac.

Pourquoi avoir choisi de l'éditer? Qu'est ce qui vous a plu dans le travail graphique
de cette jeune illustratrice? Quel est le public que vous avez voulu toucher?

J’aime ce que fait Anne-Catherine et, d’une façon générale, je fonctionne par coups de
cœur dans mon travail d’éditrice. Je ne cherche pas à toucher “un public” (ce qui est une
démarche vaine, à mon avis).

Actuellement, on constate que les éditeurs jeunesse sont plus nombreux à


développer des titres et/ou des collections autour de l'Afrique et de ses contes traditionnels.
Quelles sont les motivations qui vous ont amené à enrichir votre catalogue d'albums sur
l'Afrique? Pour vous être positionnés sur ce marché, comment définiriez-vous votre
politique éditoriale?

Anne-Catherine vit la plupart du temps en Afrique, ce qui explique son inspiration. De


nouveau, je n’essaye jamais de “me positionner sur un marché”. Je travaille avec des auteurs
et illustrateurs dans le respect de leur liberté et de ce qu’ils proposent.

Quels sont les retours que vous avez sur les albums de Anne-Catherine de Boel?

Excellents retours tant au niveau de la critique que de la vente en librairie. Les


bibliothécaires témoignent aussi de l’enthousiasme des enfants.

115
Le 18/03/05

BIBLIOTHEQUE COURONNES
66 rue des Couronnes
75020 Paris
01 40 33 26 01

INTERVIEW DE CHANTAL GIORDANI


Conservateur

Bibliothèque Couronnes- Présentation

La bibliothèque Couronnes, située entre Belleville et Ménilmontant, est soucieuse de


refléter la diversité des cultures qui caractérise le quartier et son public. Elle propose depuis
plusieurs années, outre sa collection générale, un fonds thématique sur l'Afrique noire et le
monde arabe ainsi qu'un fonds de musique africaine à la discothèque. L'établissement a été
rénové en 1992.

Interview

Pourriez-vous, dans un premier temps, me présenter le public qui fréquente la


bibliothèque. Quels enfants accueillez-vous? Travaillez-vous en partenariat avec les écoles,
les centres sociaux, les haltes-garderies, les crèches? Dans le cadre de ces partenariats,
avez-vous déjà mis en place des animations autour des contes africains ou de l'Afrique?

Le public que nous accueillons est assez diversifié, à l'image des habitants du quartier.
De plus, alors qu'il y a encore quelques mois nous touchions essentiellement une population
maghrébine et africaine, ces derniers temps, nous remarquons que la communauté chinoise du
quartier ne cesse de s'agrandir. De plus en plus d'enfants chinois fréquentent ainsi la
bibliothèque. Les enfants que nous accueillons sont d'origines et de milieux sociaux
différents. Il est vrai que notre fonds thématique sur la littérature maghrébine et africaine
attire un public très large qui dépasse les limites du quartier. Les enfants qui fréquentent la
bibliothèque sont âgés de quelques mois à 15 ans.
Pour répondre à la deuxième partie de votre question, nous avons, en effet, monté des
partenariats actifs avec les acteurs et les antennes sociales du quartier et de l'arrondissement.
Nous travaillons beaucoup avec le centre social "Archipélia" installé un peu plus haut dans la
rue. Ce partenariat a été mis en place il y a deux ans maintenant et les résultats sont
encourageants même si cela nous demande un grand investissement et une attention
particulière. Nous ne disposons pas vraiment de moyens pour ces activités extérieures à la
bibliothèque. Nous avons eu, au début, le soutien d'une médiatrice qui faisait le lien entre le
centre et la bibliothèque. Cela nous a permis de mettre en place une véritable collaboration
entre nos deux établissements et d'instaurer une relation de confiance. Nous nous y rendons
une fois par mois et nous efforçons d'y attirer, ensemble, parents et enfants. Ce n'est pas
facile. Les enfants sont souvent livrés à eux-mêmes dans le quartier et lorsqu'ils viennent à la
bibliothèque, c'est souvent seuls. L'été, le centre social étant fermé, nous avons mis en place
un système de "bibliothèque hors les murs" afin de conserver le lien que nous avons tissé tout
au long de l'année avec les enfants et les parents quand ils sont présents. C'est important. Une

116
rupture de deux mois serait vraiment préjudiciable. Nous nous réunissons alors dans le parc de
Belleville, juste en face. Une fois par mois, nous nous déplaçons également dans les locaux de
la PMI du 20ème arrondissement avec des livres et des jouets. Nous prenons le relais des
assistantes maternelles le temps d'un espace lecture.

Vous possédez un fonds thématique sur l'Afrique noire. Quels sont les moyens dont vous
disposez et les actions que vous mettez en place pour faire connaître ce fonds? A qui s'adressent ces
initiatives?

Le fonds thématique jeunesse est né du fonds thématique adultes, il y a une dizaine


d'années. Ce fonds adultes avait besoin d'être restructuré. On y trouvait des contes pour
enfants, etc. Ce n'était plus possible. Certains livres sont ainsi remontés en jeunesse et nous
avons alors commencé à développer ce fonds thématique sur l'Afrique et le Maghreb. De plus,
ces dernières années la production a connu un véritable essor. En ce qui concerne la
répartition dans l'espace, nous avons choisi de ne pas séparer les albums, romans ou contes
appartenant à ce fonds, des autres collections de la section jeunesse. Une telle organisation
n'aurait pas été adaptée à un jeune public et l'idée de différencier ces livres du reste de la
production jeunesse référencée dans la bibliothèque n'est pas une bonne idée. C'est important
de les inclure à l'ensemble du fonds afin qu'ils fassent un tout aux yeux des enfants. Nous
avons donc opté pour un système de petites pastilles qui permet de repérer les livres qui
appartiennent à ce fonds thématique. Mais c'est surtout pour les parents, les professeurs du
tout Paris qui se déplacent jusqu'ici, les membres de centres sociaux et associations, les
étudiants qui ,comme vous, manifestent un intérêt pour la littérature jeunesse sur l'Afrique et
pour nous-mêmes que cela est utile. Les enfants n'y prêtent guère attention.
Nous ne menons pas d'actions ou d'initiatives particulières pour faire connaître notre
fonds. Celles qui existent sont essentiellement liées au partenariat avec Archipelia ou la PMI
du 20ème. En 2001, nous avons cependant réalisé une bibliographie du fonds sur l'Afrique
noire, distribuée gratuitement au public et diffusée dans plusieurs bibliothèques du réseau. En
réalité, plus qu'une bibliographie, nous avons dressé le catalogue du fonds sur l'Afrique noire
de la bibliothèque Couronnes. En revanche, faute de place et de moyens, l'organisation
d'animations telle que la venue d'un conteur, n'est pas facile à mettre en place.

Au sein de ce fonds thématique Afrique, quelle est la place réservée aux contes
africains?

De manière générale, nous achetons tout ce qui sort, à partir du moment où cela est
bien adapté au jeune public que nous touchons tant du point de vue du texte que de
l'illustration. La production est souvent de qualité. Il est rare que nous soyons déçus par ce
que nous découvrons lors de la réception des nouvelles acquisitions. Bien sûr, selon les
éditeurs, la forme donnée à ces contes est plus ou moins occidentalisée. Les histoires sont
placées dans un contexte africain mais ne s'apparentent en aucun cas aux contes de tradition
africaine même s'ils en empruntent par-ci par-là les codes, etc. . Pour autant, nous souhaitons
les faire figurer au catalogue de la bibliothèque. Cela permet différents niveaux d'accès pour
les enfants. Enfin, au niveau du budget, s'il nous faut choisir entre un conte russe et un conte
africain, nous préférerons, le plus souvent, le conte africain.

Quel est le rapport que les enfants entretiennent avec les contes africains? Vont-ils
facilement vers ces albums? Avez-vous eu l'occasion de remarquer que la lecture de ces
contes suscitait des questions particulières?

117
Il y a souvent beaucoup de curiosité de la part des enfants pour les contes africains
mais ils ne vont pas spontanément nous l'exprimer. L'accueil de groupes solaires est l'occasion
d'avoir des retours sur ces contes. Au cours des séances de lecture orale, les enfants vont nous
poser beaucoup de questions. Ils attachent une grande importance aux détails, ils vont poser
des questions sur les objets typiques de là-bas: la calebasse,… Sinon, les contes et histoires
parus chez EDICEF dans la collection "Caméléon Vert" rencontrent beaucoup de succès
auprès des enfants du quartier.

Certains thèmes tels que la mort, la famine, la sécheresse, la rivalité, le mariage, la


maternité sont récurrents dans les contes africains. On y retrouve très souvent les animaux
de la brousse, le sage, la figure de la calebasse, le roi, les deux sœurs… Certains de ces
thèmes et personnages sont-ils plus évocateurs que d'autres pour les enfants?

Ce ne sont pas tant les thèmes abordés mais plus la façon dont le sujet est abordé qui
guide les enfants dans leurs choix. Certes, d'un enfant à un autre, cela change, mais ils aiment
bien, par exemple, lorsque l'histoire telle qu'elle est racontée et l'illustration telle qu'elle a été
pensée, sont en décalage avec le thème. Les enfants apprécient notamment les livres pleins
d'humour tels que Jujube ou M'Toto, tous les deux de Anne Wildsorf. L'univers est très coloré
et ces albums inscrits dans le contexte de l'Afrique surprennent. Les enfants attachent, de
manière générale, beaucoup d'importance à l'illustration et à la présentation générale du livre.
Ce sont elles qui priment. Ce qui explique notamment pourquoi les livres édités chez des
éditeurs tels que Présence Africaine, L'Harmattan, Karthala ou Les Classiques africains ne
rencontrent pas beaucoup de succès auprès des enfants. Lorsque l'album est trop esthétisant, il
est peu emprunté. Le soin apporté à la présentation est loin de pouvoir rivaliser avec les
albums parus au Seuil, chez Gautier Languereau, chez L'Ecole des Loisirs,… Mais cela reste
toujours intéressant de voir comment les enfants passent avec aisance d'un conte plus
traditionnel tel que Alba de Anne-Catherine de Boel ou Mawati, l'enfant du désert à des
albums beaucoup plus libres, parfois un peu tirés par les cheveux.

Les enfants parviennent-ils facilement à s'identifier aux personnages de ces contes


qui sont issus d'une culture et d'une tradition qui leur sont souvent méconnues ou mal
connues? Ils sont pour beaucoup nés en France, vont à l'école, etc. Leur arrivent-ils de
faire des parallèles avec les contes qu'ils connaissent? La lecture du conte populaire
Rafara aux éditions Pastel, illustré par Anne-Catherine de Boel, évoque un conte classique
très connu en France: Hänsel et Gretel. Est-ce que les enfants réussissent à percevoir ce
parallèle et à faire la gymnastique d'un conte à l'autre?

Vous faites bien de citer Rafara. Il fait partie des contes que nous emportons presque
toujours avec nous lorsque nous nous rendons au centre social ou dans les locaux de la PMI.
Cet album fait partie de ceux qui rencontrent le plus de succès auprès des enfants.
L'identification à la petite fille est totale. Elle a le même âge qu'eux, la même couleur de peau,
etc. Mais de là à y voir Hansel et Gretel… Bien souvent ils ne connaissent pas Grimm.
Toutefois, quel que soit le conte africain que l'on pourrait considérer, le travail d'identification
se fait aisément. Le conte a une forme universelle, les héros sont proches des enfants, tout
comme eux, ils rencontrent des problèmes, éprouvent des sentiments à ceci près que le décor
est planté en Afrique et non en France.

Pensez-vous que l'histoire est toujours à la portée des enfants? Issus d'une culture
de tradition orale, les contes africains ont leurs propres codes, structures et fonctions. Les
références à la culture africaine sont, cela va de soi, nombreuses tout comme les niveaux

118
de lecture et les textes, même lorsqu'ils s'adressent aux tout-petits sont très puissants et
profonds, abordant parfois des sujets difficiles. Dans ces conditions, les enfants
parviennent-ils à en saisir toute la signification? Quels sont les éléments du conte auxquels
ils attachent le plus d'importance?

C'est difficile à dire. En plus selon l'origine des enfants, la perception qu'ils vont avoir
du conte va être totalement différente. Ils ne seront pas sensibles aux mêmes choses, l'histoire
n'évoquera pas les mêmes réalités pour eux,… Si l'on considère Yakouba de Thierry Dedieu,
la puissance évocatrice du texte ne sera pas aussi forte pour un petit Parisien que pour un petit
Africain. L'exploit que doit accomplir Yakouba le petit chasseur, héros du livre, en affrontant
le lion et la décision qu'il doit prendre au cours de ce duel, n'auront pas la même portée
symbolique pour un petit Parisien et un petit Africain. Ils ne comprendront pas le livre de la
même manière. Des éléments échapperont à l'un comme à l'autre. Toujours est-il que cet
album, dont le travail graphique est époustouflant, a remporté un succès fou auprès de tous les
enfants et du grand public en général. Yakouba est un album qui sort très régulièrement à la
bibliothèque Couronnes. Il fait partie de ceux que les enfants d'origine africaine empruntent le
plus.

Par conséquent, pensez-vous que les contes qui sont actuellement édités par des
maisons telles que Seuil, l'Ecole des Loisirs ou Père Castor Flammarion sont, avant tout,
pensés en fonction et pour les enfants? Sont-ils bien adaptés à ce jeune public?

Oui, totalement. Il y a une véritable adéquation entre les livres pensés par les éditeurs
et le public auquel ils s'adressent. Mais il est vrai que les albums et contes proposés sur le
thème de l'Afrique auraient tendance à donner une image trop lisse de l'Afrique. Dans ce
constat je n'englobe pas les livres parus chez Seuil, chez Pastel, chez Gautier-Languereau,
chez Autrement Jeunesse, etc. En revanche, je reproche à des éditeurs comme Père Castor
Flammarion ou L'Ecole des Loisirs, de proposer des livres dont le rendu est beaucoup trop
lisse. Mais, mes propos sont à double tranchant. Tout à l'heure je vous parlais de Jujube et
M'Toto, qui, sans être lisses, renouvellent l'idée que l'on peut se faire de l'Afrique en montrant
de nouvelles images. C'est important aussi. Il ne faudrait pas non plus enfermer l'Afrique dans
une tradition trop lourde à porter en ne donnant à découvrir aux enfants que des contes ancrés
dans une tradition passée et un temps plus ou moins révolu. L'Afrique a le droit d'évoluer, les
histoires ne se passent plus exclusivement dans la savane ou dans le village.

On assiste ces derniers temps à un véritable engouement pour la culture africaine.


Cela se manifeste notamment par la multiplication des parutions dans ce domaine. Ce
phénomène n'a échappé à personne et encore moins aux éditeurs jeunesse qui ne
manquent pas de bonnes idées pour publier chaque année de nouveaux albums et contes
sur l'Afrique. Que pensez-vous de cette production actuelle? Face à un tel engouement, la
qualité des textes et des illustrations est-elle, selon vous, préservée ou craignez-vous que,
pour faire face à la concurrence et répondre à une demande croissante, les éditeurs
finissent un jour par publier pour publier?

Vous avez raison de parler d'engouement même si tout est relatif. Les parutions se font
en effet plus nombreuses depuis quelques années et on a parfois la désagréable impression de
retrouver la même chose d'un éditeur à un autre. Mais cette impression se dissipe rapidement.
En y regardant bien, il n'y pas tant d'éditeurs qui se placent sérieusement sur ce secteur. Mais
c'est effectivement un thème à la mode. Pour autant, je ne pense pas qu'on puisse en arriver au
point où les éditeurs finiront par publier pour publier. Enfin, j'espère! Parmi ceux qui se

119
distinguent vraiment dans la publication de contes africains, dans le sens où ils présentent
plusieurs titres sur ce thème dans leur catalogue, l'attention qu'ils portent à la qualité littéraire
et artistique des livres ne fait aucun doute. D'un éditeur à un autre, le regard porté sur
l'Afrique varie, les thèmes se font différents, le graphisme aussi et c'est ce qui fait la grande
richesse de la production actuelle. Mais, vous avez raison les idées ne manquent pas, d'autant
que les auteurs et illustrateurs qualifiés qui ont une sensibilité particulière pour l'Afrique ne
manquent pas.

Pour vous, quel est le rôle des images dans ces contes africains? L'illustration finit-
elle par l'emporter sur le texte ou est-elle là pour l'accompagner et le compléter? Quel est
le rapport texte-images dans le conte illustré?

Comme on l'évoquait tout à l'heure, les enfants attachent beaucoup d'importance aux
images et au graphisme. Si ce dernier est original, cela les interpellera. Le texte et les images
constituent alors un tout, au point qu'il n'est plus possible pour les enfants de penser le texte
sans l'image et l'image sans le texte. Pensez par exemple à L'Epopée de Soundiata Keïta…
Comment dissocier dans ce livre, l'image de l'écrit et vice-versa? Il faut qu'il y ait une
corrélation parfaite entre l'un et l'autre. Si le texte est mauvais mais que le dessin est bon, le
livre ne retiendra toutefois pas l'attention de l'enfant. Il en ira de même si les illustrations ne
sont pas de qualité même si le texte est magnifiquement écrit. Je me répète, mais le conte
illustré doit vraiment former un tout, texte et images.

Y a t-il un illustrateur en particulier dont le travail vous plaît et dont vous êtes
quasiment sûre d'acquérir, à chaque fois, le livre pour la bibliothèque? Pourquoi?

Je pense à Véronique Tadja, auteur-illustratrice d'origine africaine, qui publie


beaucoup chez Edicef. Elle a notamment écrit Le grain de maïs magique, Grand-mère
Nanan…J'aime beaucoup le travail de Dominique Mwankumi qui a écrit La marmite et Les
petits acrobates du fleuve tous les deux publiés chez L'Ecole des Loisirs. Il y a aussi Zaü avec
Léon et son croco par exemple.

Quels sont les titres qui remportent le plus de succès auprès des enfants?

En premier, Kirikou et la sorcière. La plupart des enfants a vu le film et ils ont envie
de retrouver l'atmosphère du dessin animé dans le livre. Ce livre est un véritable phénomène.
Au centre Archipélia, les enfants nous le redemandent à chaque fois! L'histoire est
universelle! Sinon, le enfants aiment beaucoup Rafara, Yakouba, L'Afrique Petit Chaka, les
albums de Anne Wildorf,…

En tant que bibliothécaire, quels sont les contes illustrés qui vous ont le plus séduite
ces dernières années? En quoi vous semblent-ils particulièrement réussis?

L'épopée de Soundiatia Keïta qui est vraiment étonnante au niveau de l'illustration,


mais peut-être difficile d'accès pour les jeunes. De plus, il y a une vraie prise de risques de la
part de l'éditeur, Seuil Jeunesse, sur ce livre. C'est aussi ce que j'apprécie dans ce livre.
Jujube qui se démarque de la production par son originalité.
L'Afrique petit Chaka

120
Que pensez-vous des livres CD? Je pense notamment à Comptines et berceuses du
baobab de Didier Jeunesse.

Il y a un véritablement mouvement général au niveau éditorial autour du livre CD en


ce moment. On en voit de plus en plus, pas seulement en jeunesse d'ailleurs. Par définition, le
livre CD est une forme tout à fait appropriée aux contes africains qui sont issus d'une tradition
orale. Mais jusqu'à présent je reste assez déçue par tout ce qui est fait. Comptines et berceuses
du baobab est le seul qui m'a véritablement touchée. Il est tout simplement magnifique et le
travail de collectage réalisé est mémorable. De plus, la musique n'est pas plaquée sur le texte,
il y a un respect du texte, du son et de l'image et une recherche d'harmonie entre les trois.

121
Le 24/02/05
PRESENCE AFRICAINE
Editions/Librairie
25, bis rue des Ecoles
75005 Paris
01 43 54 13 74

INTERVIEW DE MARIE-ODILE BOYER


Libraire

Présence Africaine- Présentation:

Présence Africaine est avant tout une maison d'édition créée en 1949 et dirigée par
Alioune Diop. Cette maison a pour vocation de donner la possibilité aux écrivains africains de
s'exprimer. Ainsi, elle s'est ouverte à tous les genres littéraires et a accueilli des textes de
toutes tendances dans la mesure où ils rendaient compte authentiquement des réalités
africaines. Aujourd'hui une grande partie de ce qu'on appelle la littérature négro-africaine
d'expression française est publiée par les éditions Présence Africaine.
Une librairie est rattachée aux éditions Présence Africaine. Cet espace est dédié à la
culture africaine et propose non seulement l'ensemble de la production des éditions Présence
Africaine, mais également une sélection d'ouvrages parus en Afrique ainsi que de nombreux
titres issus de la production française sur le thème de l'Afrique et ce, dans l'ensemble des
domaines, dont celui de la jeunesse.
La librairie est tenue depuis huit ans par Marie-Odile Boyer, qui a précédemment
travaillé au Musée de l'Homme à Paris. Elle a une réflexion intéressante voire engagée (il m'a
parfois été nécessaire de prendre un peu de recul sur son discours) et porte un regard très
lucide et critique sur la production éditoriale française des contes africains pour la jeunesse.

Interview:

En tant que libraire, quels comportements d'achats observez-vous? Est-ce plutôt les
enfants ou bien les parents qui vont les premiers vers les contes africains?
Notre clientèle compte beaucoup de personnes d'origine africaine et antillaise, mais
pas seulement bien sûr. Je veux dire par là que c'est une clientèle bien spécifique qui
fréquente la librairie. Généralement lorsque les gens poussent la porte de la librairie, ils ont
toujours une idée de ce qu'ils veulent et de ce qu'ils cherchent. Donc, pour en revenir à votre
question, j'observe, bien souvent, qu'on achète un conte africain pour faire un cadeau à un
enfant que cela soit le sien ou celui d'un ami. A côté de cela, il y a le cas des parents qui
veulent familiariser leurs enfants avec la culture africaine. Bien sûr beaucoup de parents
d'origine africaine mais pas seulement. Sinon, c'est vrai que je préfère et je que conseille aux
parents de laisser les enfants choisir leur livre.

Est-ce que pour vous il y a certains thèmes qui sont récurrents? Certains titres sont-
ils incontournables?
Si effectivement il y a certains thèmes qui reviennent souvent, c'est plutôt le signe d'un
problème de politique éditoriale. Les éditeurs français font bien trop souvent appel à des

122
auteurs occidentaux et ne font donc pas assez appel aux auteurs africains eux-mêmes. Il y a un
véritable problème au niveau de la recherche et du travail réalisés pour retrouver et
comprendre les origines des contes adaptés. En même temps, on ne trouve pas assez de contes
en bilingue. Mais là, on aborde une autre question encore. De plus, on fait des contes africains
un sous-genre alors qu'il s'agit d'un genre à part entière. Et par conséquent, la portée de ces
contes est considérablement minimisée. Je remarque que n'importe qui aurait tendance à se
faire auteur de contes africains. Or, tout le monde ne peut pas reprendre à son compte des
contes africains, c'est le cas de le dire. Ils appartiennent à une tradition, ils sont ancrés dans
une culture: ils ont une signification propre, il y a des codes différents des nôtres, …Je pense
vraiment qu'il faut y voir un problème de politique éditoriale. Les éditeurs n'ont pas cette
curiosité d'aller vers l'étranger.

Pensez-vous que le phénomène de Kirikou qui est l'exemple typique du titre qui
revient aux lèvres de tous lorsque l'on parle de contes africains, est à l'origine de cette
nouvelle tendance qui veut que le conte africain soit à la mode?
Oui, je comprends ce que vous voulez dire en parlant de mode. Mais ce n'est pas
particulier à aujourd'hui. Il n'y a pas vraiment d'effet de mode. Je dirais plutôt que les contes
ethniques ont toujours beaucoup plu. Tantôt ce sont les contes chinois, tantôt les contes
indiens, tantôt africains… Sans cela, c'est vrai que Kirikou est un véritable phénomène depuis
plusieurs années maintenant. C'est d'ailleurs une des premières fois, si ce n'est pas la première,
que les petits enfants noirs avaient un héros qui leur ressemblait. Kirikou a eu un fort impact
et a presque fait l'unanimité auprès des enfants: je le vois tous les jours. Mais là encore,
Michel Ocelot s'est inspiré d'un conte africain Izé-Gani de Boubou Hama pour écrire Kirikou.
Seulement, on parle de Kirikou mais absolument pas de Izé-Gani.

Pour vous, les éditeurs français ne prennent donc pas assez de risques?
Totalement. Le public se fait une certaine représentation de l'Afrique, de sa culture et
par ce biais-là des contes africains eux-mêmes. Les éditeurs répondent ni plus ni moins à cela,
en proposant au public la forme qu'il attend. C'est ce qui fait qu'à mon goût il y a beaucoup
d'albums africains pour enfants qui se ressemblent sur le marché actuellement. C'est un
constat qui est triste. Les éditeurs sont là pour faire un livre qui marche et qui se vend vite. Ils
créent et pensent en terme de bénéfices. Il y a une forme qui plaît et, à partir de là, ils
exploitent le filon. Au risque de me répéter, je constate véritablement un manque de curiosité
des éditeurs. A la vue des fonds d'éditeurs, on s'aperçoit qu'ils ont bien souvent à leur
catalogue plusieurs versions d'un même conte. Il existe aujourd'hui beaucoup d'a priori sur la
culture africaine et ces a priori sont cultivés par le comportement des éditeurs qui par leur
frilosité ne vont pas chercher plus loin et diffusent une image de l'Afrique très restrictive
puisqu'elle n'est constituée que de fragments de cette culture, telle que l'on se l'imagine. Il y a
un réel problème qui est d'autant plus regrettable lorsqu'on s'adresse à un jeune public. Alors
qu'aux premiers abords, on pourrait croire face à la multiplication des collections jeunesse sur
l'Afrique qu'il y a une volonté de la part des éditeurs de faire connaître la culture de ce
continent aux enfants français, on s'aperçoit que, pour beaucoup, ce n'est pas le cas. Et donc
au lieu de tirer la culture africaine vers le haut, les éditeurs, par leur comportement, font tout
le contraire.

Toutefois, est-ce qu'il y a quelques titres qui vous semblent sortir du lot?
Oui, heureusement. Je pense surtout en terme d'éditeurs. Les éditions Milan Jeunesse,
par exemple, font un effort particulier. Chez Points de suspension et Actes Sud, on trouve
également quelques bons titres. Ces éditeurs ne sont pas dans cette logique de collections
entières dédiées à l'Afrique. Lorsqu'il y a collection, cela s'apparente plus à un coup marketing

123
si je puis dire. Ils fonctionnent plus en terme de coups de cœur, de livres-objets, de one-shot.
Qui plus est, ils élargissent le champ du conte, ouvrent sur l'album, le roman... On a trop
souvent tendance à limiter la littérature africaine aux contes dans sa définition la plus stricte.
C'est bien dommage car la littérature africaine est porteuse de messages. De manière générale,
dans bien des esprits, la culture africaine se limite d'ailleurs à la musique et aux contes. Cela a
bien évidemment des conséquences sur l'interprétation que l'on fait des contes. Et puis bien
sûr, on n'accorde pas la même légitimité aux auteurs africains. C'est malheureux à dire, mais
c'est vrai. Les préjugés persistent et il y a une certaine image de l'Afrique et des Africains qui
est ni plus ni moins rejetée.

124
Le 8/03/05

LIBRAIRIE DES ENFANTS


24, rue du Vieux Versailles
78000 Versailles
01 39 50 05 09
http://perso.wanadoo.fr/librairie.des.enfants/

INTERVIEW DE DENIS HOOGE


Libraire

Librairie des Enfants- Présentation:

Au cœur du quartier historique de la ville, la Librairie des Enfants à Versailles est


incontournable et sa renommée s'étend bien au-delà des limites de la ville royale. Cette
librairie propose près de 10 000 références de l'édition jeunesse! La Librairie des Enfants est
une véritable caverne d'Ali Baba pour les petits… et les grands. Carole et Denis Hooge, qui
président à la destinée du lieu depuis vingt ans, transmettent si bien leur passion de la
littérature que l'on s'attarde volontiers. A la faveur de leur déménagement en 1997, ils ont pu
développer leur rayon jeux de société et proposent régulièrement rencontres et signatures.

Au sein de la librairie, avez-vous remarqué si les enfants sont particulièrement


attirés par les contes africains? Est-ce que ces histoires issues de pays lointains et d'une
culture différente de la leur, leur plaisent? Est-ce les enfants qui vont les premiers vers ces
livres ou bien, comme on peut encore souvent l'observer, est-ce plutôt les parents qui vont
proposer à leurs enfants un album?

On ne peut vraisemblablement pas parler de demande spécifique venant des enfants.


C'est d'ailleurs vrai pour l'ensemble des livres jeunesse. Les enfants vont rarement exprimer
une demande précise comme telle sauf dans le cas d'un personnage incontournable ou d'une
collection récurrente. Un enfant ne dira pas "je veux un conte africain" comme il dira "je veux
Les Drôles de Petites Bêtes". Sur ce point je pense que nous sommes d'accord. Les enfants
vont exprimer une demande à partir de ce qu'ils connaissent déjà. A l'école, dans une
bibliothèque, au centre de loisirs ou chez un copain, quelqu'un leur a fait découvrir une
histoire, un personnage et c'est à partir de là que les enfants vont vouloir posséder le conte en
question ou vont demander à connaître d'autres contes sur le même thème. Le travail effectué
en amont par les parents, les bibliothécaires et les enseignants est essentiel. Ce sont les
éléments déclencheurs qui sollicitent l'enfant, lui ouvrent des portes et lui font découvrir une
littérature autre que celle qu'il connaît, puisque issue d'une autre culture. A partir de là, il y a
un enchaînement qui se met en place et les enfants s'intéressent à ces contes d'ailleurs, qu'ils

125
soient d'Afrique, d'Asie… Bien sûr, cela exige qu'il y ait derrière une production de qualité.
C'est le cas actuellement. Les éditeurs oeuvrent pour une ouverture aux cultures du monde
entier. Il me semble qu'il y a un réel investissement de leur part. C'est un secteur qui est
aujourd'hui dynamique et créatif. Qui plus est, des évènements tels que le Salon du livre,
pourraient avoir un fort impact sur cette production de livres pour enfants sur l'Afrique, si
c'était le thème à l'honneur. On a pu constater cet effet l'an passé avec l'année de la Chine en
France. Les parutions sur le thème de la Chine se sont multipliées, ce qui est d'autant plus
intéressant, car ces parutions sont de qualité. De tels évènements ont un effet boule de neige
sur la production. Cela fait quelques années maintenant que rien n'a été fait autour de
l'Afrique. C'est peut-être dommage…

Les contes africains ont d'ailleurs leurs propres codes, paroles, fonctions,
caractéristiques… Bien qu'adaptés, pensez-vous que certains titres restent difficiles d'accès
aux enfants?

Il est vrai que le conte africain est une littérature à part entière avec, comme vous
venez de le dire, ses codes, ses fonctions… C'est propre à chaque culture. Mais l'important est
de ne pas généraliser. Un constat aussi général que celui que vous proposez, ne reflèterait pas
une tendance que l'on retrouverait nécessairement dans les contes africains pour les enfants.
Mieux vaut individualiser cette analyse, si je puis dire, en considérant chaque titre
indépendamment l'un de l'autre et en se posant toujours la question de savoir si l'écriture est
adaptée aux enfants occidentaux sans pour autant que la nature même du conte change. Il me
semble que c'est sur ce point qu'il est nécessaire de s'attarder si l'on souhaite porter un regard
critique sur les parutions. D'ailleurs dans le cas des contes illustrés ce n'est pas seulement
l'écriture à laquelle il faut être attentif, il est important de voir si le dessin et le graphisme sont
eux aussi adaptés aux enfants.

J'ai pu constater que vous aviez regroupé ensemble les albums sur le thème de
l'Afrique. D'ailleurs, de plus en plus de libraires optent pour cette solution. Pourquoi avoir
fait ce choix? Est-ce parce qu'il s'agit d'une thématique que les clients vous demandent
régulièrement?

A vrai dire, nous fonctionnons depuis longtemps avec un rangement thématique. Nous
avons ainsi développé des thématiques autour des sorcières, des brigands, des loups, des
fées… Somme toute, cela reste assez classique. Pour les contes des autres continents, au
format album, nous les avons effectivement réunis ensemble. Cela s'est fait dans la continuité
de cette logique que nous avons adoptée et non pas au titre d'une thématique qui nous est
régulièrement demandée. C'est plus un choix de librairie, une politique…

Les contes africains sont issus de la littérature orale. Trouvez-vous que le passage
de l'oral à l'écrit est particulièrement abouti et réussi dans les albums et contes illustrés
africains qui sont actuellement édités par les éditeurs français? Si tel n'est pas le cas,
pensez-vous que cela est en partie dû à une méconnaissance de l'Afrique et de sa culture
tant de la part des éditeurs que des auteurs?

Là-encore je ne pense pas qu'il faille tenter de généraliser. Personnellement, je trouve


que la production actuelle est de qualité et qu'il y a une véritable volonté de la part des
éditeurs d'ouvrir sur d'autres cultures. Les textes sont plutôt bien choisis. Les éditeurs
travaillent avec des auteurs dont le travail est reconnu. Je pense par exemple à Dialiba Konaté

126
qui a réalisé un chef-d'œuvre avec L'épopée de Soudiata Keïta36. Le travail sur le passage de
l'oral à l'écrit est effectivement extrêmement important. C'est ce qui prime dans un conte. Le
conte doit se prêter à la mise à l'écrit et l'écriture doit en même temps permettre un retour à
l'oralité. Même retranscrit dans un livre, le texte doit toujours pouvoir être conté à l'oral. Cela
reste tout de même la vocation première du conte! Pour l'auteur, il est important de parvenir à
un compromis entre oral et écrit. L'idéal est d'arriver à une synthèse qui trouve un juste milieu
entre le français trop littéraire et le langage parlé et qui respecte le rythme du conte de sorte
que le conteur quel qu'il soit, réussisse à s'approprier le conte. Ainsi pour L'épopée de
Soudiata Keïta, Dialiba Konaté a travaillé avec Martine Laffon pour trouver un juste équilibre
entre le texte et les images, entre le conte issu de la tradition et de la culture africaines et
l'adaptation en français.

Actuellement il est de bon ton dans l'édition jeunesse d'avoir ne serait-ce qu'un titre
consacré à l'Afrique à son catalogue. Est-ce le reflet d'une véritable volonté de la part des
éditeurs de répondre à l'attente de leur public, parents et enfants à la fois, en leur faisant
découvrir la culture des pays africains ou bien sommes-nous dans une "logique de
production"?

Je dirais que nous n'en sommes pas là et heureusement! Tous les éditeurs ne
s'engouffrent pas sur ce marché. C'est justement ce qui préserve la qualité des titres parus! Les
éditeurs ne sont tout de même pas si nombreux à s'être positionnés sur ce marché.
L'engouement des éditeurs reste raisonnable. Leur démarche première n'est pas lucrative. Leur
politique est véritablement de faire découvrir de nouveaux horizons et de nouvelles cultures
aux enfants. Seuil jeunesse en est le meilleur exemple à mon goût avec L'épopée de Soudiata
Keïta. La demande n'étant pas celle des Drôles de Petites Bêtes pour reprendre l'exemple que
je vous donnais précédemment, les éditeurs ne sont pas dans une logique marketing et
éditoriale de rentabilisation et d'exploitation d'un concept au maximum. C'est d'ailleurs ce qui
permet aux éditeurs d'avoir une grande liberté quant à la publication de ces contes africains et
de proposer ainsi des livres originaux et créatifs. A l'heure actuelle, on ne court pas de risque.

Dans ces conditions, quels sont vos critères de sélection? Comment choisissez-vous
les contes africains que vous proposez dans la librairie?

Je recherche des contes qui témoignent du point de vue de l'écriture et du graphisme


d'une démarche originale. La qualité des textes et des illustrations doit être irréprochable. Je
pense que, pour les enfants, plus que pour tout autre public, il est nécessaire de faire preuve
d'un grand niveau d'exigences. Nous l'évoquions tout à l'heure, il est primordial de veiller, lors
du choix d'un conte, à ce que celui-ci se prête facilement à la lecture à haute voix dans son
écriture et son adaptation. C'est essentiel! Au risque de me répéter, je veux vraiment insister
sur le fait que tout repose sur la qualité du passage de l'oral à l'écrit par l'auteur puis sur
l'aisance avec laquelle le conteur (professeur, bibliothécaire, parent, conteur professionnel…)
pourra passer de nouveau de l'écrit à l'oral. En somme, le texte se doit de ne pas avoir été trop
travaillé, de ne pas être trop littéraire.

Quel est, selon vous, le rôle joué par les illustrations dans les contes africains?

L'illustration est extrêmement importante dans l'album pour enfants. Si l'on considère
les contes africains, leur mise en images apporte une autre dimension au conte. L'illustration
renforce le texte, le complète, l'accompagne et dévoile toutes ses richesses cachées. L'enfant
36
Aux éditions Seuil

127
se sent plus proche du conte, il peut mettre plus facilement des images sur les mots sans que
cela soit un frein à son imagination. Petit à petit, à travers ses lectures, il commence à se
construire une représentation de l'Afrique. L'illustration aide l'enfant à entrer dans l'univers de
l'Afrique. Il est porté par les dessins… A travers l'illustration, il voyage et découvre l'Afrique.

De manière générale, trouvez-vous que les illustrations soient de qualité dans les
contes africains illustrés pour les enfants?

Totalement. Personnellement, je vais à nouveau faire référence à L'épopée de Soudiata


Keïta, mais je trouve que le travail graphique réalisé sur ce conte est tout simplement
fabuleux. La richesse de l'illustration est époustouflante! Il n'y a qu'à le feuilleter pour s'en
rendre compte. Les illustrations dans les contes africains jouent beaucoup à surprendre les
enfants, à être en décalage avec le texte, à provoquer l'effet de surprise pour susciter des
réactions et des interrogations multiples de leur part et faire en sorte qu'ils entrent totalement
dans le conte et s'accoutument à son univers. Parfois, les enfants vont attacher de l'importance
à un détail en particulier. C'est ce qui va retenir leur attention et ce dont ils vont se rappeler.
Dans leurs souvenirs, ils rattacheront un conte qu'ils ont lu à une image et à un détail précis
qui seront, selon eux, les plus représentatifs de l'histoire.

Pourriez-vous me citer deux ou trois titres de contes illustrés africains qui, à vos
yeux, se démarquent de la production actuelle pour la jeunesse par leur qualité? Est-ce
également ceux qui plaisent aux enfants?

Je pense à quatre ou cinq livres en particulier. En premier, je dirais L'épopée de


Soudiata Keïta de Dialiba Konaté Cela ne doit pas vous surprendre, j'ai déjà dû l'évoquer deux
ou trois fois depuis que nous discutons ensemble. C'est le conte illustré de ces dernières
années qui m'a le plus marqué. Ensuite, je pense aux albums de Anne-Catherine de Boel:
Rafara, Alba37… Lors de leur parution, ces titres ont apporté du sang neuf dans l'illustration
des contes africains. Je pense aussi à Véronique Vernette. Bien sûr, il y a aussi Yakouba38 de
Thierry Dedieu. Tout simplement magnifique. Enfin, je pense également à Solinké du grand
fleuve39 illustré par François Roca.

Vous organisez régulièrement des évènements tels que des rencontres avec des
auteurs ou des ateliers créatifs. Avez-vous déjà mis en place par le passé des animations
autour du thème de l'Afrique et des contes africains?

Jusqu'à présent nous n'avons encore mis en place aucun évènement sur le conte
africain mais nous y pensons régulièrement. J'aimerais notamment pouvoir organiser une
animation autour de L'épopée de Soudiata Keïta. J'ai déjà eu l'occasion d'en parler avec
Dialiba Konaté avec qui je suis en contact. J'aurais grand plaisir à le faire venir pour qu'il
raconte cette histoire aux enfants. Cela doit être fabuleux de l'entendre conter. De plus, je ne
crois pas me tromper en disant qu'à chaque fois, il doit raconter ce conte-épopée de façon
différente. Je pense très sérieusement organiser une animation autour de ce thème en partie
parce que je trouve très positif et encourageant cet effort de la part des éditeurs de vouloir
faire découvrir aux enfants cette culture d'ailleurs. Et il est de notre ressort, en tant que
libraire, de prendre le relais.

37
Aux éditions Pastel
38
Aux éditions Seuil
39
Aux éditions Albin Michel Jeunesse

128
Le 26/02/05

BIBLIOTHEQUE L'HEURE JOYEUSE


6-12 rue des Prêtres Saint Séverin
75005 Paris
01 43 25 83 24

INTERVIEW DE VIVIANE EZRATTY


Conservateur en chef

Bibliothèque Heure Joyeuse- Présentation:

Il n'est plus nécessaire de présenter la bibliothèque de L'Heure Joyeuse de Paris dont la


renommée s'étend bien au-delà des limites de Paname. Chercheurs, professionnels du livre et
de la petite enfance et professeurs viennent de toute la France, voire de l'étranger, pour
consulter le fonds de la bibliothèque, extrêmement riche. Bibliothèque de prêt, l'Heure
Joyeuse allie en effet un fonds moderne et varié et un fonds historique de littérature pour la
jeunesse, constitué d'une importante collection de livres rares et épuisés, du 18ème siècle à nos
jours et de microsillons. Elle offre à son public une des plus importantes collections pour la
jeunesse en France. De plus, elle met à la disposition des étudiants, professeurs et chercheurs
un fonds dit "professionnel " qui réunit l'ensemble des principaux ouvrages de référence sur la
littérature pour enfants.

Etant donné que vous touchez un public très large (enfants, enseignants,
médiateurs culturels,...), quel intérêt manifeste-t-il pour les contes africains illustrés? En
particulier, quelle est l'attitude des enfants?
A l'Heure Joyeuse nous ne sommes pas spécialisés dans le conte africain pour enfants
comme peut l'être la bibliothèque Couronnes et j'avoue que je ne connais pas très bien ce
domaine. Toutefois, nous possédons un fonds non négligeable de contes africains, auquel
vient régulièrement s'ajouter des nouveautés. En ce qui concerne les enfants et le fait qu'ils
choisissent de lire un conte africain, je dirais que c'est une question de coup de cœur. Les
enfants fonctionnent d'ailleurs toujours ainsi. Ils vont prendre un livre parce qu'un personnage
leur plaît, les couleurs sont jolies, l'histoire les captive… On peut trouver un tas de raisons. Il
peut y en avoir autant qu'il y a d'enfants. Ce n'est pas parce que c'est un conte africain que les
enfants vont le choisir ou du moins pas uniquement. Il n'existe pas de règles. D'autre part,
j'observe souvent que ce sont les parents et les instituteurs qui empruntent des contes
africains. Ils cherchent à faire découvrir à leurs enfants ou à leurs élèves ces contes et plus
largement la culture africaine. C'est une thématique qui est de plus en plus présentée à l'école
et sur laquelle les professeurs travaillent beaucoup à l'heure actuelle.

Comment vous inscrivez-vous alors au sein de cette dynamique? Quel rôle pouvez-
vous jouer? Quelle est votre politique d'acquisition?
C'est vrai qu'en tant que bibliothécaires nous avons un rôle à jouer aux côtés des
écoles, des centres de loisirs… Il y a de plus en plus d'acteurs culturels et sociaux qui mènent
des initiatives intéressantes autour du conte africain, d'autant que ces dernières années les
parutions dans ce domaine se sont multipliées. De notre côté, nous constatons qu'il y a une
réelle demande et nous nous efforçons d'y répondre au mieux. Nous essayons dans un premier
temps d'avoir tous les titres qui sont un peu incontournables aujourd'hui et qui rencontrent un

129
certain succès. Au niveau du conte illustré, je pense par exemple à Alba, L'épopée de
Soundiata Keït, Mawati l'enfant du désert, Rafara… Nous n'achetons pas uniquement la
production de Seuil, de Pastel, de l'Ecole des loisirs, d'Albin Michel ou bien encore de Père
Castor Flammarion, nous faisons également l'acquisition de contes parus chez L'Harmattan ou
Les Classiques africains. Nous allons même jusqu'à travailler avec des éditions africaines. Ce
n'est pas toujours facile. Il y a déjà eu quelques commandes passées qui ne sont jamais
arrivées. Mais au-delà de ces problèmes techniques liés notamment à la distribution, il est vrai
que la qualité des contes de là-bas n'est pas la même. Je veux dire par là qu'il n'y a pas tant de
soin apporté à la présentation, l'illustration n'est pas aussi jolie… En même temps, c'est
vraiment difficile de porter un jugement. Derrière ce constat il y a sûrement un problème de
moyens, mais je pense que cela vient aussi de l'approche qui est faite du conte. L'Afrique reste
une société orale et le texte prime encore sur l'image. Là-bas on raconte… Il ne faut pas non
plus oublier l'action du Musée Dapper qui publie de très jolies choses avec le souci de montrer
des images de l'Afrique et d'en faire découvrir la culture.

Vous venez de soulever le problème d'une approche différente du conte entre


l'Afrique et la France. Plus précisément, comment cela se manifeste-t-il?
Je dirais tout simplement que le conte africain à ses propres codes qui ne sont pas
toujours facilement accessibles aux enfants. Même nous, en tant qu'adultes, il nous arrive de
rencontrer quelques difficultés à la lecture de ces contes: il n'est pas facile d'en saisir le sens et
de les interpréter. Mais là encore c'est lié à la culture africaine, à son histoire, à ses valeurs…
Dans toutes les civilisations, le conte est lié à la société et donc à la culture. C'est pourquoi
lorsque nous hésitons à acquérir un livre, bien souvent c'est parce que nous sommes amenés à
nous interroger sur son accessibilité pour notre public. Nous touchons alors au problème du
choc entre les cultures. Dès lors que nous choisissons de le faire entrer dans la bibliothèque,
nous prenons le risque qu'il ne plaise pas, qu'il ne soit pas compris ou, à l'inverse, qu'il
remporte un vif succès auprès des enfants…C'est une de nos grandes missions: tenter,
innover, s'aventurer, prendre des initiatives… Il sera toujours temps par la suite de retirer le
livre des rayonnages s'il ne plaît pas ou ne correspond pas aux enfants. Nous ne pouvons pas
présumer à l'avance de l'accueil que les enfants réserveront à tel ou tel conte. C'est en cela que
c'est intéressant.

Avez-vous déjà mis en place des animations autour du conte africain? De quels
types sont-elles?
Il y a bien évidemment beaucoup d'animations et évènements qui sont créés autour du
conte africain et plus largement autour de l'Afrique. Ce n'est d'ailleurs pas propre à l'Heure
Joyeuse mais vrai pour l'ensemble du réseau de la ville de Paris, où depuis toujours les
bibliothécaires fournissent un énorme travail d'ouverture sur l'autre et sur le monde pour faire
découvrir aux enfants les cultures qui les entourent. Cela peut passer par des expositions, des
ateliers, des spectacles, la venue de conteurs… La lecture d'un conte africain suscitant
beaucoup de questions de la part des enfants, rien ne vaut la venue d'un conteur qui donne vie
au conte et fait appel à l'imaginaire des enfants. C'est très profitable aux enfants. Je pense
vraiment qu'il est bon que leur approche du conte et de la culture africaine soit dans ces cas-là
la plus ouverte possible. Je vois cela un peu comme une toile d'araignée ou plusieurs éléments
influeraient les uns sur les autres.

130
IV

Bibliographie

131
Bibliographie:

Cette bibliographie ne se veut en aucun cas exhaustive. La masse de livres, de


documents, d'articles, d'albums jeunesse, de sites et de pages web consultés ne peut être
entièrement répertoriée ici! Voici, donc les principales sources d'information qui m'ont aidée à
élaborer et rédiger mon mémoire.

Essais et monographies:

Essai sur les contes et récits traditionnels d'Afrique noire, Jacques Chevrier, Ed.
Hatier, 1985

Les contes africains, Jean Cauvin, Les classiques africains, 1992

Les albums jeunesse:

L'Epopée de Soundiata Keïta, Dialiba Konaté, Seuil Jeunesse, 2002

Comptines et berceuses du baobab, Chantal Groszéliat, Ill. Elodie Nouhen, Didier


Jeunesse, 2003

Wambi le chasseur d'antilopes, Anne Montange, Ill. Frédéric Rébéna, Actes Sud
Junior, 2001

Rafara: un conte populaire africain, Anne-Catherine de Boel, Pastel, 2000

Alba, Anne-Catherine de Boel, Pastel, 2002

Yakouba, Thierry Dedieu, Seuil Jeunesse, 1994

Bintou, quatre choux!, Sylviane A.Diouf, Ill. Shane W. Evans, Gautier-Languereau,


2003

Cocorico Poulet Piga, Véronique Vernette, Points de suspension, 1999

Contes burkinabés, Véronique Vernette, Editions du Jasmin, 2005

Moi, j'attendais la pluie, Véronique Vernette, Points de suspension, 2004

Tibili et le chien du coiffeur, Andrée Prigent, Magnard jeunesse, 2000

L'Afrique Petit Chaka, Marie Sellier, Marion Lesage., Réunion des Musées nationaux,
2000

La pluie des mots, Yves Pinguilly, Ill. Florence Keonig, Autrement Jeunesse 2005.

La couleur des yeux, Yves Pinguilly, Ill. Florence Keonig, Autrement Jeunesse, 2001

132
La soupe au pili-pili, Yves Pinguilly, Ill. Florence Keonig, Autrement Jeunesse, 2003

Zékéyé et la toute petite musique, Natahalie Dieterlé, Hachette jeunesse, 2004

Epanimondas, Odile Weulersse, Ill. Kersti Chaplet, Père Castor Flammarion, 1997
Baobonbon, Satomi Ichikawa, L'Ecole des Loisirs, 2001

Les fruits du soleil, Dominique Mwankumi, L'Ecole des Loisirs, 1998

Mawati, l'enfant du désert, Muriel Curmuriati, Seuil Jeunesse, 2000

,…

Les revues:

Takam Tikou, n°6, Albums d'Afrique noire, 1998. Revue spécialisée sur les
littératures d'Afrique, diffusée par la Joie par les livres

La Revue de la Joie par les livres. Dépouillement de tous les numéros pour une
sélection de tous les articles traitant de l'Afrique noire, des contes, de l'image dans le livre
pour enfants,…

Africultures, n°22, Créations africaines pour la jeunesse, L'Harmattan, 1999.

TDC, n°832, Les Contes, Mars 2002.

InterCDI. Dépouillement des numéros depuis une dizaine d'années: sélection


d'articles traitant de la lecture des contes à l'école.

Les sites web:

www.ricochet-jeunes.org: site du Centre International d'Etudes en Littérature Jeunesse


(CILJ).
www.contesafricains.com: site de Laetitia Moisant, webmaster et ancienne étudiante
en lettres qui a créée son site il y a trois ans maintenant. Passionnée de contes africains, elle
avait réalisé son mémoire de maîtrise sur la littérature orale d'Afrique noire. C'est donc tout
naturellement qu'elle a voulu faire partager sa passion via ce site.
www.lajoieparleslivres.com: site du réseau de la Joie par les livres
www.didierjeunesse.com: site des éditions Didier jeunesse
www.actessud.com: sites des éditions Actes Sud
www.autrement.com: site des éditions Autrement jeunesse
www.afrilivres.com/jeunesse/index.asp: portail livres de Africultures.com,
essentiellement tourné vers les livres jeunesse édités en Afrique.

Les films:

Kirikou et la sorcière, Michel Ocelot, 1998

133
Et bien sûr, les catalogues 2005 des éditeurs: Actes Sud Junior, Seuil Jeunesse,
L'Ecole des Loisirs, Autrement Jeunesse, Gautier-Languereau, Père Castor Flammarion,
Didier Jeunesse,…

134
Illustration de couverture: Sophie Diet- Création originale

Achevé d'imprimer le 16.05.05


Imprimé en 3 exemplaires
Police de caractère utilisée: Times New Roman

135

Vous aimerez peut-être aussi