Vous êtes sur la page 1sur 14

Introduction 

:
Les routes sont utilisées par des millions de conducteurs qui
ne savent souvent absolument rien de la conception, de la
construction et de l'exploitation des routes. Il peut être utile à
ceux qui sont désireux de critiquer les lacunes des routes de
comprendre leur fonctionnement afin d’être plus
reconnaissants.

Une route se caractérise par les dimensions de sa chaussée, sa


structure, les caractéristiques de la couche de roulement et le
nombre de voies de circulation.

Concept Des Routes :

Un certain nombre d'études différentes doivent être effectuées


afin de concevoir une route.

Avant la construction d'une route, différents types de travaux


de conception et d'études sont réalisés simultanément, par
exemple la conception géométrique et les études
environnementales. Un grand nombre d'experts assistent les
ingénieurs de ces derniers, par exemple des écologistes, des
géographes, des archéologues, des sociologues, des architectes
paysagistes, des sociologues, des architectes et des
naturalistes.

Ce travail est long et complexe, mais nécessaire pour arriver à


un projet routier. Il se déroule sur une longue période de temps
en plusieurs étapes et comprend:

des études préliminaires, qui ont conduit à cette décision de


construire la route; travaux de conception, au cours desquels
les éléments constituant la structure sont précisés; suivi des
travaux, réception et ouverture de la route par le gestionnaire
du réseau.

1-études environnementales :

Il est nécessaire de prévoir l'impact de la construction de la


route sur l’environnement.

2-Conception géométrique :

Le réseau de drainage et les ouvrages d'art doivent être pris en


compte au même temps que la conception géométrique

3-Structure de la chaussée :
Un grand nombre de paramètres jouent un rôle dans la
conception de la structure de la chaussée.
Une route est un ouvrage d'art. Dans la conception, une grande
attention est donnée pour décider de la structure de la chaussée
et examiner les possibilités que les matériaux disponibles
fournissent. Toutes les alternatives possibles sont évaluées,
l'épaisseur de la structure et ses couches constituantes sont
Calculé en référence aux paramètres qui caractérisent la route:
les charges qu'il doit porter (trafic), le sol sur lequel il est
construit, le performances mécaniques des matériaux de
chaussée, les conditions climatiques et enfin le coût des
matériaux sur le chantier.

4-Résistance à l'usure :

Les camions sont responsables de la plupart de l'usure de la


route. Les matériaux utilisés doivent pouvoir pour résister aux
charges résultantes La conception de l'épaisseur de la route
concerne principalement la capacité à résister camions, qui
pèsent entre dix et quarante fois plus que la moyenne voiture
de voyageurs. Avant l'introduction de l'uniformité européenne
de 11,5 tonnes à l'essieu, la France partageait avec l'Espagne la
plus lourde charge par essieu trafic de camions (13 tonnes,
contre 10 tonnes au Royaume-Uni et Allemagne). Cela a
désavantagé le réseau français car sur en moyenne, un essieu
de 13 tonnes cause autant de dommages que dix essieux de 10
tonnes.

De plus, le trafic en question est canalisé pour que tous les


camions suivent le même chemin de roue. Répétition des
charges les plus élevées sur la même partie du la chaussée
entraîne une usure de la surface et une fatigue accélérée de la
route fondations. Les matériaux doivent donc posséder une
excellente mécanique performance. Des études de laboratoire
sont menées afin d'améliorer mélanges de matériaux et de
traitements, puis d'évaluer et de vérifier les performances tout
au long du processus de construction.

Emplois et économie :
Les routes sont nécessaires pour échanger les produits et
savoir-faire indispensables au développement. C'est pourquoi
les régions du monde qui connaissent une croissance
économique rapide ont de vastes programmes de construction
de routes et d'autoroutes. Les deux plus grandes entreprises de
construction routière au monde, toutes deux françaises,
participent à certains de ces programmes. Les routes sont un
secteur dynamique de l'économie qui crée des emplois.
Les grandes étapes d'un projet de
construction routière :
Les constructions routières demandent de longs mois de

planification avant les travaux eux-mêmes qui mobilisent

beaucoup moins de temps. Les différentes étapes

passent avant toute chose par plusieurs mois d'études

que l'entrepreneur exécutera seulement en dernier lieu.

Les étapes 1 à 3 n'interviennent que dans le cas d'un

tracé de route nouvelle. S'il s'agit d'une simple réfection,

le travail commencera à l'étape 4.

LA PLANIFICATION ET LA
CONSULTATION PUBLIQUE :
 
Dans les cas de construction d'une nouvelle route, la
première démarche consiste à informer le public qui est
en droit de donner son avis. Ces étapes de planification
et de consultation publique durent généralement de 6 à
12 mois.
 
La Direction de la planification et de la gestion des
terrains du ministère des Transports est chargée de
désigner un corridor routier tenant compte des
préoccupations techniques, environnementales, sociales
et économiques.

L'ÉTUDE D'IMPACT :
 
Le corridor routier est ensuite enregistré auprès du
ministère de l’Environnement et des gouvernements
locaux. Commence alors le processus provincial d’étude
d’impact sur l’environnement.
 
Cette étape peut durer d’un à trois ans suivant les
oppositions et difficultés rencontrées.

LE TRACÉ ET LES DEVIS :


 
Dès que l’agrément écologique est obtenu, la Direction
du tracé des routes du ministère se charge d'effectuer
un levé détaillé et de produire le tracé. Les devis sont
alors établis, y compris pour d'éventuels rachats de
terrains.
 
Le temps de réalisation de cette étape peut atteindre
deux ans en cas d'achats compliqués de terrains. Sans
ce souci, cette phase peut se dérouler bien plus
rapidement.

LES ÉTUDES, AVANT-PROJETS ET


PLANS :

 
Que ce soit pour le retraitement d'une chaussée,
un asphaltage de route, une réfection,
reconstruction ou la construction d'une toute
nouvelle route, plusieurs facteurs sont pris en
compte. Avant le premier passage de machine, les
démarches devant intervenir peuvent inclure :
 
•       L'étude d'opportunité
•       L'avant-projet préliminaire
•       L'avant-projet définitif
•       Les plans et devis préliminaires
•       Les plans et devis définitifs

 LA RÉALISATION DU PROJET


DE CONSTRUCTION ROUTIÈRE :
les plans sont prêts et approuvés par tous les
organismes chargés de veiller à leur conformité. Le
maître d'ouvrage peut dès lors mettre en place les
étapes de construction proprement dites avec
l'entrepreneur et les différents intervenants. La
réalisation d'une construction routière consiste en :

•       Le nivellement :

Après l’achat du terrain et le choix d’un entrepreneur,


les travaux de construction commencent sur le site de
la nouvelle route. Des panneaux de construction sont
installés pour aviser les automobilistes. Tous les
services publics pouvant être affectés sont enlevés ou
relocalisés. Des éléments écologiques comme les
clôtures anti-érosion et les ouvrages de contrôle de
l’érosion sont installés autour des cours d’eau.

Le secteur où la route doit être construite est déboisé.


Tous les arbres pouvant être récupérés sont coupés et
transportés aux scieries locales à des fins de
recyclage. Après l’abattage des arbres, les souches
sont enlevées à l’aide d’équipement comme les
d’essoucheuses, qui ne perturbent pas la terre
végétale précieuse.
La plupart des routes sont conçues pour maximiser les
matériaux accessibles sur le site. C’est ce qu’on
appelle l’excavation courante ou l’excavation de roches
compactes. Les déblais excavés sont déplacés par de
grandes machines comme les bulldozers, excavatrices
et camions. Toutefois, certains matériaux doivent
parfois être importés sur le site. Ces matériaux sont
désignés « matériaux d’emprunt ».

Au fur et à mesure de la construction de la route, les


couches de sol, de pierres et de pierres concassées
sont compactées par de l’équipement pour assurer la
solidité de la chaussée. Au fur et à mesure des
travaux, les secteurs exposés sont stabilisés par
l’ensemencement d’herbe. Les secteurs susceptibles à
l’érosion sont protégés par des roches appelées
perrés.

La dernière étape du nivellement d’un chemin est la


pose d’une couche de terre végétale sur les pentes et
l’hydro ensemencement. Par après, la route est prête à
être asphaltée.
  

Etude d’environnement :

Le nouveau corridor est enregistré auprès du


ministère de l’Environnement et des
Gouvernements locaux et le processus provincial
d’étude d’impact sur l’environnement commence.
Des levés préliminaires et des études
environnementales sont entrepris.
La ligne médiane de la route est aussi arpentée.
Les concepteurs utilisent cette information pour
créer les dessins préliminaires et déterminer la
superficie de terrain requise.
Les conseillers en environnement utilisent la ligne
médiane pour déterminer où pourraient se trouver
des zones sensibles. Les zones écologiquement
sensibles peuvent comprendre les zones de
plantes rares et des espèces menacées, les terres
humides, les ravages des chevreuils et des
orignaux (lieux d'hivernage fréquentés par ces
animaux), etc.
  

•       La réalisation d'éventuels ouvrages


Les ouvrages servent à maintenir la circulation sur les
routes, les voies ferrées ou les cours d’eau.

Ils sont aussi désignés passages supérieurs,


passages inférieurs ou ponts. Les ouvrages peuvent
être à une seule travée ou à plusieurs travées
séparées par des colonnes.

Un ouvrage comprend les semelles de fondation, les


colonnes, les poutres de couronnement, les butées, les
poutres et un tablier.
La semelle de fondation est la base de l’ouvrage. La
colonne est posée sur la semelle et soutient la poutre
de couronnement. La poutre de couronnement soutient
les poutres et les poutres soutiennent le tablier. Les
butées forment le début et la fin de l’ouvrage et
supportent aussi les poutres.

La première étape dans la construction d’un ouvrage


est d’établir une semelle de fondation solide.
Habituellement, l’ouvrage est installé sur un terrain
ferme. Si le terrain n’est pas suffisamment ferme, des
piliers sont enfoncés pour fournir le soutien nécessaire.
Par après, la forme de la semelle est moulée à l’aide
d’un « coffrage » et le béton est coulé dans le coffrage.
Lorsque la semelle de fondation est suffisamment
durcie, les colonnes sont « formées » au dessus,
suivies de la poutre de couronnement. Les butées sont
alors terminées. Lorsque tous les travaux sont
achevés, les poutres sont installées. Elles peuvent être
en béton ou en métal.

Lorsque les poutres sont placées, le tablier peut être


installé. Un garde fou est installé et le tablier est
imperméabilisé pour empêcher l’eau de s’infiltrer dans
le béton. La touche finale est l’asphaltage du tablier et
le marquage de la chaussée.
  

•       L'asphaltage
Le ministère des Transports et de l'Infrastructure utilise
de l’asphalte pour couvrir la chaussée. L’asphalte est
un mélange de pierres, de sable et de ciment
d’asphalte qui donne à l’asphalte sa couleur noire et en
assure la cohésive. L’asphalte est posé et compactée
afin de créer une surface lisse et dense pour la
circulation. La chaussée est en pente afin que l’eau
s’écoule de la route.
Une fois l’asphalte posé, le garde-fou et le câblage
électrique pour les lumières et les panneaux installés,
la chaussée est marquée. La route peut maintenant
être ouverte à la circulation.

•       La signalisation

Conclusion :
 
Chaque phase est l'affaire d'un professionnel approuvé,
responsable de l'exécution minutieuse de sa partie du
projet. Tous ces longs mois de planification et d'études
ne doivent pas rester vains et surtout il y va de la
sécurité des usagers de la route.
 
Le nivellement sert à fournir un tracé stabilisé,
particulièrement délicat à obtenir en zones à risques où
peuvent se produire éboulements, inondations,
infiltrations, gel, etc.
 
Les ouvrages peuvent être des ponts, des tunnels ou
des passages particuliers comme les passages à
niveau. Dans tous les cas, l'important est de fournir une
semelle et un tablier prêts pour l'avant-dernière et
importante étape de l'asphaltage.
 
Le revêtement en asphalte est à la fois souple et flexible.
Il est sensible aux variations climatiques. Il réagit par
exemple aux fortes chaleurs ou aux cycles de gel et
dégel. Il peut être salutaire d'intervenir sur toutes les
surfaces asphaltées grâce à l'utilisation d'un
scellant. Consolider, protéger et colmater un asphaltage
permet de prévenir fissures, craquelages, enfoncements
et autres dégradations diverses.
 
Et enfin - et seulement ! - quand tout ce travail est
achevé, les derniers aménagements peuvent
commencer avec la signalisation, le marquage de la
chaussée et la très attendue ouverture officielle de la
route en toute sécurité pour les usagers.

Les Sources :
 Planete-tp
planete-tp : All about public works
(planete-tp.com)
 Le Journal de Montréal
Les grandes étapes d'un projet de
construction routière | JDM
(journaldemontreal.com)
 Brunswick Canada
Étapes de la construction d’une route
(gnb.ca)

Vous aimerez peut-être aussi