Vous êtes sur la page 1sur 5

Les protections différentielles 

:
Les protections différentielles détectent les fuites de courant de l’installation électrique.
La norme donne l’obligation d’une détection avec déclenchement automatique à 30ma sur
les circuits d’installations électriques domestiques.
Les dispositifs différentiels à réarmement automatique sont interdits pour l’habitat.
Suivant la nécessité, la protection différentielle peut etre :

 Commune à plusieurs circuits,


 Dédiée à un circuit défini
Un interrupteur différentiel, inter diff ou ID détecte seulement les fuites de courant et
nécessite une protection complémentaire du circuit contre les surintensités contrairement à
un disjoncteur différentiel qui remplit les deux fonctions.
Lors de l’utilisation d’un interrupteur différentiel commun à un plusieurs circuits, l’ensemble
de ces circuits ne sera plus alimenté lors de son déclenchement. C’est pourquoi un
disjoncteur différentiel dédié à un circuit sensible trouve son utilité.
Il est impératif de vérifier la puissance simultanée de fonctionnement des équipements
alimentés depuis chaque interrupteur différentiel. Le calibre indiqué sur in ID est égal à son
pouvoir de coupure (interrupteur) et son intensité supportée. Un interrupteur différentiel ne
déclenchera pas en cas de surintensité (contrairement à un disjoncteur différentiel) et subira
par conséquent un échauffement
Les dispositifs différentiels possèdent un bouton « test » à manœuvrer mensuellement pour
contrôler leurs bons fonctionnements.

L’amendement A5 de la norme électrique prévoit :


 Une continuité de service par une répartition sous au moins 2 dispositifs différentiels
par installation électrique, des circuits de prises de courant et d’éclairages.
 Un maximum de 8 circuits électriques (disjoncteurs) par dispositif différentiel.
 Un type de protection différentiel en fonction du circuit électrique alimenté :
- De type A (ou F, OU B) en amont des protections du lave-linge, de la plaque
électrique ou cuisinière
- De type AC (ou A, ou F, ou B) pour les autres circuits.
 Un choix du calibre du dispositif différentiel :
- Soit par rapport à l’amont :
Intensité nominale (In) du dispositif différentiel > ou = à l’intensité nominale du disjoncteur
de branchement,
- Soit par rapport à l’aval :
Intensité nominale (In) du dispositif différentiel > ou = à 1 fois la somme des intensités
nominales des circuits d’alimentation de chauffage direct, d’eau chaude sanitaire
+ 0.5 fois la somme des intensités nominales des disjoncteurs d’alimentation d’autres
fonctions

Conseil :
- Il est plus judicieux de choisir un calibre de protection différentielle supérieur
(généralement 63A) au réglage du disjoncteur de branchement en prévision d’une
augmentation de puissance de ce dernier et afin de ne plus prendre en compte le
cumul des intensités des disjoncteurs raccordés en aval (limité dans tous les cas à 8).
L’alimentation des protections différentielles doit etre effectuée :

 Directement par peigne vertical alimenté par des conducteurs de section minimum
se rapportant au réglage maximum du disjoncteur de branchement :
- 10 mm² pour une intensité maximale de 45A
- 16 mm² pour une intensité maximale de 60A
- 25 mm² pour une intensité maximale de 90A
L’alimentation des disjoncteurs divisionnares depuis un dispositif différentiel doit etre
effectué par dfes peignes de raccordement horizontaux avec repérage de la phase et du
neutre ou directement embrochable. L’alimentation de ces peignes depuis une sorite basse
d’un dispositif différentiel doit etre réalisée en section minimum de 10 mm².

Disjoncteur :
Un disjoncteur est un dispositif automatique de coupure en cas de surintensité (court-circuit
ou surcharge) d’un circuit de l’installation électrique.