Vous êtes sur la page 1sur 102

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID
TLEMCEN
FACULTE de Technologie
2019
Polycopié de cours :
Méthodes spectroscopiques d’analyse physico-chimiques

SOULIMANE Sofiane et
CHOUKCHOU-BRAHEM Esma
28/12/2019
République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la

Recherche Scientifique

Université de Tlemcen

Faculté de Technologie

Département de Génie Biomédical

Polycopié de cours (EB825)

Méthodes spectroscopiques d’analyse physico-chimiques

Préparé par :

SOULIMANE Sofiane et CHOUKCHOU-BRAHEM Esma

1
2
Préface

Ce polycopié de cours regroupe un certain nombre d’énoncé autour des techniques


spectroscopiques d’analyse physico-chimiques. Ce cours a été dispensé à la faculté de
technologie de l’université de Tlemcen durant les cinq dernières années pour le Master 1
Instrumentation Génie Biomédicale. En premier, nous donnons un historique et un aperçu sur
la notion de spectre et les types des interactions rayonnement-matière. Après, nous nous
attarderons sur les techniques spectrales en passant par la spectroscopie UV-Visible, la
spectroscopie Infra rouge, la spectroscopie d’absorption atomique la résonnance magnétique
nucléaire et la spectrométrie de masse. Le cours donne plusieurs exemples de spectres pour
faciliter la compréhension en se basant sur quelques travaux pratiques effectués au laboratoire
TOXICOMED. Aussi, quelques domaines d’application sont donnés à la fin de chaque partie.
Il est à signaler que ce polycopié donne une importance primordiale à l’introduction des
instrumentations utilisées sur les différentes techniques spectrales. Cela permettra à l’étudiant
d’aborder le rôle de chaque compartiment pouvant servir à l’étudiant spécialisé en
instrumentation biomédical à faire le diagnostic sur ces types d’appareil soit pour la mise en
marche, la calibration ou de la maintenance.

3
4
Table des matières
I. Généralités ..................................................................................................................................... 9
I.1. Rayonnements électromagnétiques ............................................................................................... 9
I.2. Etymologie et définition générale de la spectroscopie ............................................................... 10
I.3. Émission et absorption ................................................................................................................. 12
I.4. sous-couches électronique ............................................................................................................ 13
Chapitre 1. Spectroscopie UV-visible ................................................................................................ 18
II.1. Introduction ................................................................................................................................. 18
II.2. Les transitions électroniques ...................................................................................................... 18
II.3. Analyse quantitative .................................................................................................................... 20
II.4. Analyse qualitative ...................................................................................................................... 23
II.5. Règles de sélection ....................................................................................................................... 24
II.5.1. Types de transitions électroniques ...................................................................................... 25
II.5.2. Effets de l’environnement sur les transitions..................................................................... 27
II.5.2.1. Effet de la substitution .................................................................................................. 28
II.5.2.2. Effet de la conjugaison .................................................................................................. 29
II.5.2.3. Effet de solvant .............................................................................................................. 30
II.6. Domaine d’utilisation de la spectroscopie UV-visible .............................................................. 30
II.7. Instrumentation ........................................................................................................................... 32
II.7.1. Principe ................................................................................................................................. 32
II.7.3. Sources de lumières .............................................................................................................. 33
II.7.4. Cellules d’absorption ........................................................................................................... 34
Chapitre 2. Spectroscopie infrarouge ................................................................................................ 37
III.I. Introduction ................................................................................................................................ 37
III.2. Modes de vibrations ................................................................................................................... 38
III.3. Niveaux d’énergie de vibration................................................................................................. 39
III.4. Niveaux d’énergie de rotation................................................................................................... 41
III.5. Spectres de vibration-rotation .................................................................................................. 42
III.6. Absorption infrarouge et diffusion Raman ............................................................................. 42
III.7. Utilité des techniques spectroscopiques dans l’infrarouge..................................................... 45
III.7.1. Spectroscopie infrarouge et les autres techniques ........................................................... 45
III.6.2. Différence entre spectroscopie d’absorption dans l’infrarouge et la diffusion Raman 46
III.8. Instrumentation ......................................................................................................................... 47
Chapitre 3. Spectroscopie d’absorption atomique ........................................................................... 51
IV. 1. Introduction ............................................................................................................................... 51
IV.2. Principe ....................................................................................................................................... 51

5
IV.3. Appareillage................................................................................................................................ 53
IV.3.1. Sources ................................................................................................................................. 53
IV.3.1.1. Atomiseurs à flamme ................................................................................................... 55
IV.3.1.1. Atomiseur à four .......................................................................................................... 56
IV.4. Avantages et inconvénients de la spectroscopie d’absorption atomique............................... 57
IV.4. Applications de la spectroscopie d’absorption atomique ....................................................... 58
Chapitre 4. Spectroscopie de masse ................................................................................................... 60
V.1. Introduction ................................................................................................................................. 60
V.2. Principe......................................................................................................................................... 60
V.2.1. Action d'un champ électrique .............................................................................................. 62
V.2.2. Action d'un champ magnétique........................................................................................... 63
V.3. Ionisation de l'échantillon ........................................................................................................... 64
V.3.1. Ionisation par électrospray .................................................................................................. 64
V.3.2. Ionisation par impact électronique ..................................................................................... 65
V.3.3. Ionisation par Désorption .................................................................................................... 65
V.3.4. Ionisation chimique (IC) ...................................................................................................... 66
V.3.5. Ionisation par plasma (ICP/MS) ......................................................................................... 66
V.4. Détecteurs à ions .......................................................................................................................... 66
V.5. Performance des spectres de masse ........................................................................................... 67
V.5.1. Limite en masse..................................................................................................................... 67
V.5.2. Sensibilité............................................................................................................................... 67
V.5.3. Pouvoir de résolution ........................................................................................................... 67
V.6. Types de Spectromètre de masse ................................................................................................ 68
V.6.1. Spectrométrie à secteur magnétique et double focalisation .............................................. 68
V.6.1.1. Accélérateur d'ions ........................................................................................................ 69
V.6.1.2. Secteur électrostatique .................................................................................................. 69
V.6.1.2. Secteur magnétique ....................................................................................................... 70
V.6.2. Spectromètre à temps de vol ................................................................................................ 72
V.6.3. Spectromètre à résonance cyclotronique ............................................................................ 72
V.6.4. Spectromètre à filtre quadripolaire ................................................................................ 74
V.6.6. Spectromètre à piégeage d'ions ....................................................................................... 77
V.7. Identification d'un composé à l'aide d'une bibliothèque.......................................................... 78
I.8. Règles de fragmentation ............................................................................................................... 78
I.9. Application aux isotopes ............................................................................................................... 80
Chapitre 5. Résonnance magnétique nucléaire................................................................................. 85
VI.1. Introduction ................................................................................................................................ 85

6
VI.2. Principe ....................................................................................................................................... 85
VI.3. Déplacement chimique............................................................................................................... 89
VI.4. Intégration .................................................................................................................................. 89
VI.5. Blindage et Couplage s............................................................................................................... 91
pin-spin (multipicité) ........................................................................................................................... 91
VI.6. Choix du solvant......................................................................................................................... 93
VI.7. L’appareil de RMN .................................................................................................................... 93
Références bibliographiques ................................................................................................................ 99

7
Généralités

8
I. Généralités

Dans cette partie, nous allons décrire brièvement quelques propriétés des atomes et des
molécules abordées dans les cours fondamentaux de physique et / ou de chimie générale. Car,
il est possible d’en tirer profit pour identifier ces atomes et molécules, lors des analyses
structurales en biologie, biochimie ou en chimie organique.

I.1. Rayonnements électromagnétiques

Un rayonnement électromagnétique est caractérisé par la longueur d’onde λ, ou la fréquence ν.


La lumière blanche exemple de rayonnement électromagnétique, est une forme d’énergie
constituée d’ondes, c'est-à-dire de phénomènes vibratoires caractérisés par : une vitesse de
propagation (en l’occurrence c = 3.108 m.s-1, constante pour toutes les ondes
électromagnétiques dans le vide), une fréquence ν (nombre de vibrations par seconde) et une
longueur d’onde λ (distance parcourue pendant une vibration). Ces 3 longueurs sont liées par
la relation :

λ=c/ν (I.1)

Bien qu’il y ait une continuité totale dans les valeurs possibles de longueur d’onde (ou de
fréquence), on distingue (arbitrairement) sur cette base des domaines particuliers du
rayonnement électromagnétique.

9
Figure I.1. Longueurs d’onde et fréquences des radiations.

Le spectre électromagnétique représente la répartition des ondes électromagnétiques en


fonction de leur longueur d'onde, de leur fréquence ou bien encore de leur énergie. Ces deux
dernières grandeurs étant liées par la constante de Planck h :

E = h.ν (I.2)

Un rayonnement peut comporter toutes les fréquences (ou toutes les longueurs d’ondes) dans
un intervalle donné lors d’un spectre continu. La lumière solaire présente l’exemple les plus
marquant d’un spectre continu en passant de l’ultraviolet jusqu’à l’infrarouge. D’autres sources,
par contre, émettent un rayonnement à spectre discontinu. C’est le cas, par exemple, de la
lumière émise par une décharge électrique dans un gaz.

I.2. Etymologie et définition générale de la spectroscopie

La spectroscopie, ou spectrométrie, est l'étude du spectre électromagnétique d'un phénomène.


Le suffixe « -scopie » fait référence à l'observation visuelle, le suffixe « -métrie » fait référence
à l'enregistrement d'un signal par un appareil (table traçante ou enregistrement électronique).

10
L'instrument de mesure permettant d'obtenir un spectre est un spectromètre. La spectroscopie
est utilisée dans de nombreux domaines : astronomie, biophysique, chimie, physique atomique,
physique nucléaire, physique du solide... Il existe différents types de spectroscopies classées
suivant la grandeur physique mesurée ou le processus de la mesure.
La spectroscopie est l’étude de la distribution d’amplitude ou de puissance (carré de
l’amplitude) d’une grandeur en fonction de la fréquence ou longueur d’onde. En optique, le
terme « spectrométrie » désigne plus particulièrement l’ensemble des techniques instrumentales
d’analyse de la densité spectrale de puissance. La spectroscopie recouvre aussi d’autres
domaines :

- La spectroscopie optique (UV-visible, infrarouge, Raman, absorption atomique)


- la spectroscopie de masse, qui n’a plus de lien avec les fréquences et qui sépare les
espèces chimiques par leur masse moléculaire ;
- la spectroscopie des radiofréquences (résonance magnétique nucléaire, RMN) ;
- la spectroscopie des signaux électriques (analyseurs de spectres),
- la spectroscopie des rayons X, qui s’apparente à la spectrométrie optique, mais avec des
analyseurs très différents ;
- la spectroscopie des rayonnements ionisants, qui étudie leur répartition en fonction de
l’énergie des particules ou des quanta.

Les trois dernières ne seront pas abordées dans ce polycopié.

La spectroscopie optique a joué un rôle essentiel dans l’histoire de la physique. C’est d’abord
Isaac Newton qui fit progresser notre connaissance du monde avec l’analyse et la synthèse de
la lumière blanche. Ce fut ensuite Max Planck qui, voulant interpréter le spectre d’émission du
corps noir incandescent, résolut l’une des plus grandes énigmes scientifiques connue sous le
terme de « catastrophe ultraviolette ». Il apporta une réponse magistrale au problème de
l’émission du corps noir dans l’ultraviolet en introduisant la notion du quantum, dont l’existence
fut confirmée par Einstein dans l’interprétation de la photoémission électronique. Ce fut enfin
l’étude du spectre de l’atome d’hydrogène par Niels Bohr que la mécanique quantique,
introduite par Louis de Broglie d’après les idées initiales de Planck, permit d’expliquer de
manière exemplaire, avant de résoudre les innombrables phénomènes qui se manifestent dans
les interactions entre atomes ou molécules et rayonnements électromagnétiques.

11
La majeure partie de notre connaissance actuelle de la structure des atomes et des molécules
d’une part, et de celle des étoiles, des nébuleuses et des galaxies d’autre part, est issue de la
spectrométrie optique.
Des quantités d’informations énormes contenue dans un spectre optique à moyenne ou haute
résolution, liée aux progrès récents faits dans la construction des spectromètres et leur
automatisation, fait de la spectrométrie optique une technique aux applications nombreuses,
depuis les contrôles de processus en génie chimique jusqu’aux analyses biomédicales, en
passant par la surveillance de l’environnement ou le contrôle du fonctionnement d’un moteur à
explosion.
La spectroscopie d’émission ou d’absorption est un moyen de contrôle non destructif donnant
des informations très sûres sur la composition chimique de corps solides, liquides ou gazeux
(température, pression, pollution) en particulier sur des milieux fragiles ou inaccessibles
(plasmas, milieux dilués, flammes, inclusion minérales ou biologiques, etc.).

I.3. Émission et absorption

Il peut se produire des échanges énergétiques entre la matière et un rayonnement dans deux
sens :

- Émission : dans certaines conditions, la matière peut émettre du rayonnement. C’est le cas,
par exemple, de toutes les sources lumineuses : soleil, ampoule à incandescence, flammes, tubes
« fluos », vers luisants, etc.

- Absorption : l’énergie d’un rayonnement peut être absorbée par la matière. L’échauffement
d’un objet au soleil, l’absorption des rayons X par les parties denses de notre corps, le
phénomène de la couleur,… en sont autant d’exemples. Cette absorption peut avoir des effets
chimiques en déclenchant des réactions chimiques.

L’expérience montre que les atomes n’émettent un rayonnement que si on les soumet à une
excitation. Celle-ci peut se réaliser par chauffage (ex. : flamme jaune en présence de chlorure
de sodium) ou par l’action d’un champ électrique (ex. : décharge dans un gaz). Les spectres
obtenus à partir des rayonnements ainsi provoqués sont des spectres de raies. Ils comportent un
ensemble de fréquences, caractéristiques de chaque élément. L’analyse des spectres d’émission

12
peut donc constituer une méthode d’analyse chimique. Les métaux s’y prêtent particulièrement
bien, et c’est une méthode d’analyse des alliages. C’est aussi en analysant la lumière reçue des
étoiles que l’on peut savoir quels éléments chimiques y sont présents. Les fréquences
caractéristiques de chaque élément sont strictement invariables et on les utilise parfois comme
étalon pour la définition de certaines unités.

I.4. sous-couches électronique

Une sous-couche électronique est caractérisée par un couple (n, l ) de nombres quantiques. Cette
sous-couche peut contenir au maximum 2 (2 l + 1) électrons.

Figure I.2. Défintion des sous couches électroniques

Sachant que la classification électronique (état fondamental) des éléments, dans l’ordre de la
classification périodique (lignes 1 à 3).

13
Figure I.3. Classification électronique des éléments, dans l’ordre de la classification
périodique

Dans le cas de l’atome d’hydrogène, on peut représenter les couches électroniques ainsi que les
transitions lors de l’absorption ou émission

Dans sa partie visible, le spectre de l’atome H comprend quatre raies dites de Balmer,
respectivement rouge, bleue, indigo et violette, et notées Hα, Hβ, Hγ, Hδ. Cette série se
prolonge dans l’ultraviolet et comporte en fait une infinité de raies qui se resserrent au fur et à
mesure que la longueur d’onde diminue et dont la position tend vers une limite située à λ =
364,5 nm.

14
Figure I.4. Spectre de l’atome d’hydrogène

Les nombres d’ondes de toutes ces raies sont représentés, avec une exactitude remarquable, par
la relation de Balmer :

1 1
𝜎𝐵 = (1/𝜆)𝐵 = 𝑅𝐻 [22 − 𝑛2 ] (I.3)

avec RH constante de Rydberg (pour l’hydrogène) :

𝑒4𝑚
𝑅𝐻 = 8𝜀2 ℎ3𝑒𝐶 (I.4)
0

n entier supérieur ou égal à 3.

15
En étendant les études vers l’ultraviolet et vers l’infrarouge, on a pu vérifier que les autres raies
du spectre de H pouvaient aussi se grouper en séries et que, dans chaque série, les nombres
d’ondes étaient parfaitement représentés par une relation du type précédent.

On a ainsi, dans l’ultraviolet, la série de Lyman, avec n≥2 :

1 1
𝜎𝐵 = (1/𝜆)𝐵 = 𝑅𝐻 [ 2 − ] (I.5)
1 𝑛2

Dans l’infrarouge, la série de Paschen, avec n≥4:

1 1
𝜎𝐵 = (1/𝜆)𝐵 = 𝑅𝐻 [ − ] (1.6)
32 𝑛2

Puis la série de Brackett, avec n≥5:

1 1
𝜎𝐵 = (1/𝜆)𝐵 = 𝑅𝐻 [42 − 𝑛2 ] (1.7)


e=1,60217733 X 10-19 C
me=9,1093897 X 10-31 Kg
c=299792458 m/s
h=6,62607555 X 10-34
ε0=8,854187817 X 10-12 F/m

16
Chapitre 1. Spectroscopie UV-visible

17
Chapitre 1. Spectroscopie UV-visible

II.1. Introduction

Cette technique repose sur l’absorption du rayonnement par les molécules dans le domaine
allant de 190 à 800 nm, ce qui correspond à l’ultraviolet (190-400 nm) et au visible (400-800
nm). Certains spectrophotomètres couvrent aussi le proche infrarouge jusqu’à 2 500 nm.

Figure II.1. L’intervalle du rayonnement UV-visible par rapport aux autres rayonnements.

Le rayonnement UV-VIS (intervalle en couleur dans la figure ci-dessus) est considéré comme
une onde électromagnétique qui transporte une énergie E liée à sa fréquence ν par la relation :

E = hν = hc /λ (II.1)

avec h constante de Planck (h = 6,63 · 10–34 J·s), c vitesse de la lumière dans le milieu où se
propage l’onde (c = 3 · 108 m/s dans le vide), λ longueur d’onde du rayonnement, exprimée
habituellement en nanomètres (nm).

II.2. Les transitions électroniques

Pour les atomes, il n’existe que des états électroniques quantifiés susceptibles d’absorber des
photons. L’absorption du rayonnement se traduit par un spectre de raies pratiquement

18
monochromatiques, absorption qui est mise en œuvre dans la spectrophotométrie d’absorption
atomique.

Figure II.2. Différence entre les états d’énergie et spectres obtenus pour un atome et une
molécule diatomique.

Pour les molécules, même simples comme les molécules diatomiques, les niveaux d’énergie
quantifiés sont plus nombreux :

 les niveaux électroniques : les écarts d’énergie entre ces niveaux sont de l’ordre de
quelques électrons-volts, conduisant à des absorptions dans le domaine UV-VIS,
comme pour les atomes ;

19
 les niveaux de vibration : les écarts d’énergie de quelques dixièmes d’eV correspondent
à des absorptions dans le domaine de l’infrarouge moyen, soit de 2,5 à 40 μm (ou 4 000
à 50 cm–1);
 les niveaux de rotation : les écarts d’énergie sont de l’ordre de quelques millièmes d’eV,
correspondant à l’infrarouge lointain.

Quand les molécules sont soumises à un rayonnement du domaine UV-VIS à température


ambiante, ce c’est-à-dire qu’elles se trouvent dans leur état fondamental, aussi bien électronique
que vibrationnel, les transitions (absorptions) se produisent pour tous les niveaux d’énergie
supérieurs permis par les règles de sélection, aussi bien électroniques, vibrationnels et
rotationnels, ce qui explique la complexité des spectres d’absorption, même pour des molécules
simples. Cette complexité est montrée sur la figure ci-dessus par une comparaison entre un
spectre obtenu entre un atome et une molécule diatomique.

II.3. Analyse quantitative

On remarque que le domaine UV-VIS n’occupe qu’une faible partie du domaine d’existence
des rayonnements, allant des rayons cosmiques aux ondes radios. Dans l’UV-VIS, le domaine
de 190-800 nm correspond à des fréquences allant de 1,6 · 1015 Hz à 3,8 · 1014 Hz, et des
énergies de l’ordre de quelques électrons-volts (1 ev correspond à une longueur d’onde de 1
230 nm environ, donc l’UV-VIS de 200 à 800 nm correspond à des énergies de 6,5 à 1,5 eV
environ.). Ces énergies correspondent aux énergies de transition électronique des molécules : à
température ambiante, la plupart des molécules sont dans leur état électronique et leur état de
vibrations fondamentales, plusieurs états de rotation pouvant être occupés conformément à la
répartition de Boltzmann. Ces molécules vont donc pouvoir absorber des photons UV-VIS et
changer leurs états énergétiques électroniques, de vibration et de rotation. Ce qui explique la
complexité des spectres d’absorption, même pour des molécules simples à l’état gazeux. On
comprend aussi que le nombre de photons absorbés entraînant une diminution de l’intensité du
rayonnement UV-VIS transmis par le milieu, cette diminution va dépendre du nombre de
molécules traversées par le rayonnement. Ceci va se traduire par une loi d’absorption : la loi de
Beer-Lambert. Pour laquelle à une longueur d’onde où la molécule absorbe, il existe une
relation entre quantité de rayonnement transmis par le milieu et concentration des molécules
qui absorbent (on suppose que seule l’espèce à doser absorbe à cette longueur d’onde). Elle

20
relie l’absorption, à une longueur d’onde λ, et concentration c des molécules qui absorbent.
Si l’intensité du rayonnement à la longueur d’onde λ, avant traversée de la cellule, est I0λ ,
l’intensité, après traversée de la cellule, sera Iλ , reliée à I0λ par la relation :

𝐼𝜆 = 𝐼𝜆0 𝑒𝑥𝑝(−𝜀𝜆 𝑙𝑐) (II.2)

Et

𝐼𝜆0
𝐴𝜆 = 𝑙𝑔 = −𝜀𝜆 𝑙𝑐 (II.3)
𝐼𝜆

Où :
Aλ l’absorbance du à la longueur d’onde λ,
𝐼𝜆0
𝑙𝑔 logarithme en base 10,
𝐼𝜆

ελ coefficient spécifique d’absorbance molaire ou coefficient d’extinction molaire


en L.mole-1.cm-1,
l trajet optique de la cellule en cm,
c concentration en mole.L-1 des molécules qui absorbent à la longueur d’onde λ.

L’absorption du rayonnement UV-VIS par les molécules permet de mesurer le nombre (ou
plutôt la concentration) de ces molécules présentes dans le trajet du rayonnement. On ne
mesure pas directement ce nombre, mais on procède à un étalonnage en utilisant des mélanges
étalons de concentrations connues des molécules que l’on veut doser.

21
Figure II.3. Représentation schématique du trajet optique lors de l’application d’une cellule
d’absorption d’UV-visible lors d’une analyse spectroscopique.

Ces étalons sont placés dans des cellules d’absorption traversées par le rayonnement UV-VIS
(figure ci-dessus). La quantité de rayonnement absorbée dans les zones d’absorption spécifiques
des molécules à doser est déterminée par le spectrophotomètre.

Figure II.4. Tracé de la droite d’étalonnage et détermination des concentrations inconnues.

22
L’absorbance Aλ est donc proportionnelle à la concentration c des molécules de l’espèce qui
absorbe (seule !) à cette longueur d’onde λ. Il est alors possible de construire une droite
d’étalonnage en utilisant plusieurs concentrations connues de la molécule à doser et en
mesurant les absorbances correspondantes à la longueur d’onde λ. Cette droite d’étalonnage
permet le calcul de ελ .
En plaçant dans la cellule un échantillon dont on veut connaître la concentration céch ,
l’absorbance mesurée Aλéch permet le calcul direct de céch .

II.4. Analyse qualitative

La structure fine des spectres observée à l’état gazeux, disparaît quand la même molécule Est
mise en solution dans l’éthanol pour le benzène (figure ci-dessous).

Figure II.5. Spectre UV de benzène dans l’état gazeux (à gauche) et l’état liquide (à droite).

Pour toutes les molécules mises en solution, les spectres UV-VIS se présentent sous forme de
bandes plus ou moins larges, les interactions avec les solvants venant masquer la structure fine.
Cette structure fine n’apparaît que pour les gaz, à condition d’avoir des spectrophotomètres
possédant une résolution suffisante. Les gaz ne doivent pas photo-dissociés par le rayonnement,
comme le montrent les spectres de l’ozone et du dioxyde d’azote où ces deux gaz sont en effet
dissociés par le rayonnement UV : un ou des électrons sont éjectés de la molécule et emportent
une partie de l’énergie des photons incidents. L’énergie des photons n’étant pas quantifiée, la
structure fine du spectre disparaît, ce qui explique la présence de larges bandes d’absorption.

23
Pour les nombreuses molécules gazeuses qui absorbent dans l’UV-VIS comme le monoxyde
d’azote NO, le dioxyde de soufre SO2, l’ammoniac NH3 , le chlore Cl2 , l’hydrogène sulfuré
H2S, le benzène C6H6 ... Les spectres obtenus sont une véritable empreinte digitale de ces
molécules, si le spectromètre a une résolution suffisante. Pour un spectre UV-visible d’un gaz
peut être reconnu facilement, même dans un mélange.

Figure II.6. Spectre UV de quelques molécules en solution.

Dans le cas des liquides et des solutions, les interactions moléculaires viennent masquer les
structures fines observées pour les gaz : on ne retrouve alors que des bandes plus ou moins
larges qui peuvent rendre plus douteuse l’identification des molécules, ce qui explique que la
spectrométrie d’absorption dans l’ultraviolet et le visible est surtout une méthode d’analyse
qualitative. Dans le cas de mélanges simples avec peu de constituants qui absorbent, on peut
cependant identifier des espèces. Cette identification est rendue plus performante avec l’analyse
multi-variable des données.

II.5. Règles de sélection

Une transition UV-visible correspond à un saut d’un électro d’une orbitale moléculaire
fondamentale occupée à une orbitale moléculaire excité vacante. La matière absorbe alors un
photon dont l’énergie correspond à la différence d’énergie entre ces niveaux fondamental et
excité. Toutes les transitions énergétiquement possibles ne sont pas permises. Les règles de
sélection déterminent si une transition est permise (active) ou interdite (inactive). Les
transitions permises sont celles qui provoquent une variation du moment dipolaire électrique.

24
Une transition permise a lieu si les orbitales impliquées au cours de ce processus sont telles que
Δl = ±1 et ΔS = 0: le photon fait changer la symétrie de l'orbitale occupée par l'électron avant
et après la transition mais ne fait pas changer le spin de cet électron.

Les transitions électroniques correspondent au passage des électrons des orbitales moléculaires
liantes et non liantes remplies, vers des orbitales moléculaires anti-liantes non remplies. Sachant
que les Orbitales moléculaire : les orbitales atomiques se combinent pour créer de nouvelles
orbitales dites moléculaires

Figure II.6. Représentation schématique transitions électroniques correspondent au passage


des électrons des orbitales moléculaires liantes et non liantes remplies, vers des orbitales
moléculaires anti-liantes.

La longueur d’onde d’absorption dépend de la nature des orbitales mises en jeu. L’absorption
d’un photon dans le domaine UV-visible peut souvent être attribuée à des électrons appartenant
à de petits groupes d’atomes appelés chromophores (C=C, C=O, C=N, CΞC, CΞN…).

II.5.1. Types de transitions électroniques

Les transitions électroniques sont permises si Δl = ± 1 et ΔS = 0, c’est-à-dire qu’il y a


transition entre orbitales de même spin et de symétrie différente.

25
Les transitions permises sont :

σ σ*
n σ*
n π*
π π*

• Transition σ σ*:

La grande stabilité des liaisons σ des composés organiques fait que la transition d'un électron
d'une OM liante σ vers une OM antiliante σ* demande beaucoup d'énergie.
La bande d’absorption correspondante est intense et située dans l’UV-lointain, vers 130 nm.
Exemple de l’Ethane : λmax = 135 nm, ε= 10 000.

• Transition n π*

Cette transition résulte du passage d'un électron d'une OM non-liante n à une OM antiliante π*.
Ce type de transition a lieu dans le cas des molécules comportant un hétéroatome porteur de
doublets électroniques libres appartenant à un système insaturé.
La plus connue est celle qui correspond à la bande carbonyle située entre 270 et 280 nm. Le
coefficient d'absorption molaire est faible. Ethanal : λmax = 293 nm, ε = 12.

• Transition n  σ*

Le transfert d'un électron du doublet n d’un hétéroatome (O, N, S, Cl..) à un niveau σ* est
observé pour les alcools, les éthers, les amines ainsi que pour les dérivés halogénés.
Cette transition donne une bande d'intensité moyenne qui se situe à l'extrême limite du proche-
UV.
Méthanol : λmax = 183 nm, ε = 500; Ether diéthylique : λmax = 190 nm, ε = 2000; Ethylamine :
λmax = 210 nm, ε = 800.

26
• Transition π π*

La transition électronique dans les composés possédant une double liaison isolée conduit à une
forte bande d'absorption vers 165-200 nm.

• Transition d  d*

Dans les complexes des métaux de transition, on assiste sous l’effet du champ cristallin à une
levée de dégénérescence des orbitales d. En général, ces complexes sont colorés. Les
absorptions dans le visible sont le plus souvent dues à une transition d'un électron d'une orbitale
d peuplée à une orbitale d vide On parle de transition d–d*. Les coefficients d’extinction
molaire sont souvent très faibles, de 1 à 100 L.mol-1.cm-1.

II.5.2. Effets de l’environnement sur les transitions

Il existe quatre types d’effet pouvant influencer l’intensité ou la position d’un pic :

• Effet bathochrome : déplacement des bandes d'absorption vers les grandes longueurs
d'onde.
• Effet hypsochrome : déplacement des bandes d'absorption vers les courtes longueurs
d'onde.
• Effet hyperchrome : augmentation de l'intensité d'absorption.
• Effet hypochrome : diminution de l'intensité d'absorption.

27
Figure II.7. Les quatre types d’effets pouvant influencer l’intensité ou la position d’un pic.

Les groupements chromophore sont des groupements insaturés covalent responsable de


l'absorption en spectroscopie UV-visible comme les liaisons :C=C, C=O, C=N, CΞC, CΞN. Un
changement sur la structure de la molécule peut être expliqué par ces quatre types d’effets.

II.5.2.1. Effet de la substitution

La position de la bande d’absorption dépend de la présence ou non de substituants sur le


groupement chromophore.

Figure II.8. Substituions du groupement éthylénique.

Par exemple, plus le groupe éthylénique est substitué, plus la bande d’absorption due à la
transition π π* est déplacée vers le visible : effet bathochrome.

28
II.5.2.2. Effet de la conjugaison

L’enchaînement d’insaturations entraîne la délocalisation des électrons π. Cette délocalisation


qui traduit la facilité des électrons à se mouvoir le long de la molécule est accompagnée d’un
rapprochement des niveaux d’énergies. Il en découle un effet bathochrome et un effet
hyperchrome sur la bande d’absorption correspondant à la transition π π*. Le même effet est
observé sur la transition n  π*.

Figure II.9. Effet de conjugaison sur l’absorption d’énergie.

Le déplacement bathochrome est à l'origine de la couleur de nombreux composés naturels dont


les formules semi-développées présentent des chromophores conjugués étendus. Ainsi la
couleur orangée du β-carotène (formule ci-dessous), provient de la réunion de onze doubles
liaisons conjuguées : λmax = 497 et 466 nm (dans le chloroforme).

Figure II.10. Effet bathochrome suite à ajout de groupement phénolique.


29
Pour les aromatiques polynucléaires, plus le nombre de cycles condensés augmente, plus
l’absorption se déplace vers de plus grandes longueurs d’onde jusqu’à ce qu’elle atteigne la
région du visible

II.5.2.3. Effet de solvant

La position, l’intensité et la forme des bandes d’absorption des composés en solution


dépendent du solvant. Ces changements traduisent les interactions physiques soluté-solvant
qui modifient la différence d’énergie entre état fondamental et état excité.

Figure II.11. Effet du type de solvant sur l’absorption d’énergie.

• Cas de la transition n  π* ⇒ λ diminue par augmentation de la polarité du


solvant: effet hypsochrome.
• Cas de la transition π π* ⇒ λ augmente par augmentation de la polarité du
solvant: effet bathochrome.

II.6. Domaine d’utilisation de la spectroscopie UV-visible

Les spectres UV fournissent généralement peu de renseignements sur la structure moléculaire


des composés comparés aux spectres IR. Néanmoins, on les utilise soit pour une confirmation
soit pour une identification grâce aux règles empiriques.

30
L’analyse quantitative par la spectrométrie UV-visible est très employée (beaucoup plus que
l’analyse qualitative) grâce à l’utilisation de la loi de Beer-Lambert.
Comme applications, on peut citer :

 Dosage du fer dans l’eau ou dans un médicament.


 Dosage des molécules actives dans une préparation pharmaceutique.
 Dosage du benzène dans le cyclohexane.

D’autres applications sont connues pour le Contrôle Qualité ou le suivi de la cinétique d’une
réaction, la détermination des constantes de dissociation des acides ou des constantes de
complexation, la détermination des masses molaires…

Ces applications peuvent être utilisées en laboratoire pour :

 le suivi de la cinétique des réactions chimiques,


 les mesures des constantes de dissociations des acides et bases,
 la détermination de la composition des mélanges,
 l’étude de l’isomérie,
 …

Cette technique est souvent utilisée par la police scientifique pour une expertise judiciaire.
Aussi dans l’environnement pour mesurer la toxité de l’air en mesurant le taux d’ozone dans
l’air des villes la présence des métaux lourds dans l’environnement, la mesure des phénols ou
de la matière organique dans l’eau. Cette technique est souvent utilisé dans les analyses pour :

 la lutte antidopage,
 l’agroalimentaire l’identification des couleurs,
 la pharmacologie, par exemple le doasse des métaux ou des molécules actives dans
les médicaments,
 La cosmétique et les filtres UV pour les crèmes solaires.

31
II.7. Instrumentation

II.7.1. Principe

Tout instrument de spectroscopie UV-visible contient les mêmes éléments de base, à savoir :

 une source de lumière


 un système pour moduler le rayonnement provenant de la source ;
 un monochromateur qui sert à éliminer toutes les radiations autres que celle à la
longueur d’onde λ0 ;
 une cellule d’absorption de l’échantillon
 un détecteur couplé à un système électronique pour enregistrer et traiter les signaux.

Deux montages peuvent existés :

 le simple faisceau qui peut être soit direct ou indirect selon la position de l’échantillon
par rapport au monochromateur ou le disperseur de longueurs d’onde,

Figure II.12. Montage simple faisceau direct (en haut) et indirect (en bas).

32
 le double faisceau avec la caractéristique

Figure II.13. Montage double faisceaux.

À côté de ces éléments essentiels, nous trouvons l’un ou l’autre complément suivant le degré
de perfectionnement de l’appareil. Il peut s’agir :

 d’un diviseur de faisceau lumineux dans les appareils à double faisceau,


 d’un correcteur d’absorptions non spécifiques,
 d’un système permettant la visualisation des signaux spécifiques et non spécifiques.

II.7.3. Sources de lumières

Les sources de rayonnement sont constituées généralement de deux lampes pour couvrir tout le
domaine UV-VIS. Dans le domaine de l’ultraviolet, on utilise une lampe au deutérium qui émet
un rayonnement continu, auquel se superposent deux raies de l’atome de deutérium. Dans le
visible, on utilise la lampe à filament de tungstène qui émet un spectre continu de type « corps
noir ». L’ampoule contient un halogène qui permet de porter le filament vers 2 850 K, sans trop
réduire sa durée de vie. Dans certains cas, on peut n’utiliser qu’une seule lampe comme la lampe
au xénon à haute pression, dont le spectre couvre tout le domaine UV-VIS.
La lampe au deutérium est utilisée dans l’UV car l’intensité du rayonnement est très faible dans
le visible. Le spectre émis est continu et diminue de l’UV au visible. Il présente deux raies à
486,0 et 656,1 nm qui peuvent permettre de vérifier le réglage des longueurs d’onde.
Dans le visible, on utilise la lampe à filament de tungstène dans une atmosphère contenant des
halogènes. Le spectre émis est proche du rayonnement du corps noir (loi de Planck) : à la

33
température de 2 850 K, le maximum d’intensité est situé vers 1 000 nm, donc dans le proche
infrarouge.
Monochromateurs et Polychromateurs. On utilise les deux termes pour distinguer les montages
à optique directe (monochromateurs) et ceux à optique inversée (spectrographes ou
polychromateurs)

Figure II. Représentation schématique d’un monochromateur dispersif séquentiel à montage


optique direct.

II.7.4. Cellules d’absorption

Elles dépendent de l’état physique des échantillons. Il existe une très grande variété de cellules
et de compartiments où s’installent ces cellules dont les trajets optiques peuvent aller de
quelques micromètres (détecteurs de chromatographie liquide à haute pression), à quelques
centaines de mètres ! (mesure des polluants atmosphériques en trajet ouvert).

34
Figure II.14. Cuves ou cellules pour l’analyse UV-visible.

Pour les solutions, on utilise le plus souvent des cellules parallélépipédiques, appelées aussi
cuvettes, dont le trajet optique est généralement de l’ordre du centimètre (figure ci-dessus).

Figure II.15. Intervalle d’absoption en UV de quelques molécules.

Les matériaux utilisés pour les fenêtres sont soit du quartz fondu, transparent jusqu’à 200 nm,
soit la silice fondue qui permet de descendre jusqu’à 170 nm (figure ci-dessus). Il existe des
cellules à usage unique en matière plastique, transparentes jusqu’à 320 nm, et des cellules en
verre transparentes jusqu’à 340 nm.

35
Chapitre 2. Spectroscopie infrarouge

36
Chapitre 2. Spectroscopie infrarouge

III.I. Introduction

D’après la mécanique quantique, l’énergie E d’une molécule (à l’exception de son énergie


cinétique) est quantifiée (c’est-à-dire qu’elle ne peut pas prendre n’importe quelle valeur) et
dépend de nombres entiers que l’on nomme nombres quantiques. Une molécule peut
schématiquement être considérée comme formée d’atomes dont les électrons assurent la liaison
chimique (liaison covalente).

Figure III. 1. Comparaison entre les niveaux d’énergie par rapport aux domaines spectraux.

E peut s’écrire sous la forme de la somme d’un terme électronique Ee dû à l’énergie des
électrons (L’énergie électronique Ee dépend du nombre d’électrons et de la forme de la
molécule. Cette énergie est détecté en spectroscopie UV-visible) , d’un terme Ev dû à
l’énergie vibrationnelle des noyaux et d’un terme rotationnel Er dû à la rotation de la molécule
:

E= Ee+ Ev+ Er (III.1)

37
Sachant que : Ee>> Ev>> Er

III.2. Modes de vibrations

Une molécule formée de N atomes possède 3N degrés de liberté. Parmi eux, trois représentent
la translation de la molécule dans son ensemble (le long des trois axes du repère x, y, z ) et
trois autres définissent la rotation de la molécule autour de chacun de ces axes. Finalement,
les mouvements internes de vibration de la molécule seront déterminés par les 3N – 6
coordonnées restantes (3N – 5 si la molécule est linéaire).

Figure III.2. Différence entre modes de d’élongation et de déformation.

Les fréquences de vibration dépendent des masses des atomes et des forces de liaison.

38
Figure III.3. Comparaison entre les modes de vibrations de valence ou d’élongation
symétrique (à gauche) ou antisymétrique (à droite).

Il est d’usage de classer en deux groupes les vibrations moléculaires. On distingue, d’une part,
les vibrations de valence ou d’élongation (symétriques ou antisymétriques) qui font intervenir
une (des) variation(s) de(s) longueur(s) de liaison(s), les angles que forment ces liaisons restant
constants.

Figure III.4. Les modes de déformation.

Dans le cas des modes de déformation, pour lesquels, au contraire, les liaisons gardent leur
longueur, mais les angles qu’elles forment varient.

III.3. Niveaux d’énergie de vibration

L’énergie Ev est due aux vibrations des noyaux de la molécule. Dans le cas d’une molécule
diatomique, elle dépend de leurs masses (m et M), et de leur arrangement. Ces vibrations
peuvent être appréhendées à partir du modèle de l’oscillateur harmonique, dans lequel deux
masses réunies par un ressort représentent de manière satisfaisante une liaison covalente. Dans
ce cas : la fréquence de vibration d’un tel oscillateur dépend de la masse des atomes et de la
force de la liaison par l’intermédiaire de la valeur de sa constante de raideur k. Si l’on admet

39
que l’oscillateur est harmonique, c’est-à-dire que l’élongation est proportionnelle à la force
exercée, alors la fréquence ν0 de la vibration vaut (loi de Hooke) :

1 𝐾 1/2
𝜈0 = 2𝜋 (𝜇 ) (III.2)

avec μ= mM/(m + M) masse réduite de l’oscillateur reliant entre elles les masses m et M.

Typiquement, pour une simple liaison : k ≈ 500 N · m–1, pour une double liaison : k ≈ 1 000 N
· m–1 et pour une triple liaison : k ≈ 1 500 N · m–1. La mécanique quantique établit que l’énergie
d’un tel oscillateur est quantifiée et dépend d’un nombre entier v, dit nombre quantique de
vibration :

𝐸𝑣 = (𝑣 + 1/2)ℎ𝜈0 (III.2)

En fait, la courbe réelle d’énergie potentielle d’une molécule diatomique ne s’identifie à celle
de l’oscillateur harmonique que pour de faibles déplacements par rapport à la distance
internucléaire d’équilibre ; elle s’en démarque pour les très faibles distances internucléaires,
où elle croît très vite à cause de la difficulté d’un trop grand rapprochement des noyaux, et
pour les grandes distances internucléaires, signifiant qu’au-delà d’une certaine séparation des
noyaux, la molécule est dissociée.

Figure III.5. Energie potentiel V montrant l’énergie de dissociation en fonction de la distance


intermoléculaire r pour le modèle harmonique (à gauche) et anharmonique (à droite).

40
Toutes ces caractéristiques de l’énergie sont incompatibles avec l’hypothèse de vibration
strictement harmonique. Cependant, elles apparaissent naturellement en supposant la vibration
anharmonique :

1 1 2
𝐸𝑣 = (𝑣 + 2) ℎ𝜈0 − (𝑣 + 2) 𝑋𝑒 ℎ𝜈0 (III.3)

La force de rappel exercée par l’oscillateur n’étant plus uniquement proportionnelle au


déplacement. La théorie montre qu’alors l’énergie de l’oscillateur dépend en outre d’un
nouveau paramètre : le paramètre d’anharmonicité xe.

III.4. Niveaux d’énergie de rotation

Outre les mouvements de vibration, les noyaux peuvent aussi effectuer des mouvements de
rotation. Par exemple, si on assimile une molécule diatomique à un rotateur rigide (c’est-à-
dire indéformable), la mécanique quantique montre que les énergies de rotation sont
quantifiées par le nombre quantique de rotation J :

EJ = BJ (J + 1) (III.4)

Où, B est la constante rotationnelle :

B = h2/8π2μa2 (III.5)

Avec, h constante de Planck, a distance internucléaire, μ masse réduite.

En pratique, la formule précédente n’est pas tout à fait exacte, car le rotateur n’est pas
vraiment rigide : en tournant, sa longueur varie à cause des forces centrifuges : il n’est donc
pas rigide. Dans ce cas, l’énergie du rotateur non-rigide est exprimé par :

EJ = BJ (J + 1) – DJ2(J + 1)2 (III.6)

Où, D est une constante nettement plus petite que B : pour HCI : B = 10,35 cm–1 et D =
0,0004 cm–1.
41
III.5. Spectres de vibration-rotation

C’est pour des molécules à l’état gazeux, sous faible pression, qu’il est possible d’observer
des spectres résolus de rotation et de vibration. Dans les liquides (et les solides) les
interactions entre molécules conduisent à des bandes moyennes larges. Les énergies mises en
jeu lors d’une transition vibrationnelle étant plus grandes que celles mises en jeu dans une
transition purement rotationnelle, alors qu’il est possible d’obtenir des spectres de rotation
pure, en éclairant un échantillon par des rayonnements d’énergie suffisamment faibles (micro-
ondes), il est exclu de ne pas modifier l’état rotationnel d’une molécule dès lors qu’on lui fait
subir une transition vibrationnelle. Les signaux d’absorption obtenus traduisent donc des
transitions mettant en jeu à la fois des niveaux d’énergie vibrationnels et rotationnels : ce sont
des spectres de vibration-Rotation.

En spectroscopie infrarouge et Raman, il est d’usage d’indexer par une lettre capitale les
structures de bandes correspondant aux transitions observées. On pourra parler de structure de
type :

(DJ = – 2), P (DJ = – 1), Q (DJ = 0), R (DJ = + 1) et S (DJ = + 2).

En spectroscopie d’absorption infrarouge (Dv = + 1), seules les bandes PQR et PR sont
observées.

III.6. Absorption infrarouge et diffusion Raman

Si les radiations incidentes sont de faible énergie (longueur d’onde de l’ordre du millimètre),
seule l’énergie de rotation de la molécule est modifiée : c’est la spectroscopie micro-onde ou
hertzienne.
Si le rayonnement incident est de forte énergie (visible et proche ultraviolet), le spectre obtenu
est en général complexe en raison de la superposition de transitions de vibration et de rotation.
Nous nous intéresserons dans la suite au cas où le rayonnement incident est dans l’infrarouge
(longueur d’onde de l’ordre du micromètre) : dans ce cas, l’énergie vibrationnelle et l’énergie
rotationnelle de la molécule sont modifiées. C’est le domaine de la spectroscopie infrarouge.
42
L’interaction matière-rayonnement peut très schématiquement se diviser en trois classes de
phénomènes : l’absorption, la diffusion et l’émission. L’absorption et la diffusion sont des
phénomènes contribuant à l’affaiblissement d’un faisceau traversant un milieu matériel alors
que l’émission correspond au rayonnement thermique émis par tout corps en équilibre
thermique avec son environnement, à la température T.
La diffusion rassemble l’ensemble des phénomènes par lesquels le rayonnement change de
direction de propagation à la traversée d’un milieu. La diffusion peut être avec (diffusion
inélastique) ou sans (diffusion élastique) changement de longueur d’onde. Comme exemple de
diffusion inélastique le cas de la diffusion Raman, qui permet d’obtenir des informations sur
l’état vibrationnel des molécules.
Les origines de la diffusion élastique sont variées : elle peut être due à des fluctuations locales
de l’indice de réfraction ou à des phénomènes de diffraction par les bords de grains ou de
particules (obstacles). Dans ce dernier cas, la diffusion est maximale lorsque les grains ont une
taille sensiblement de l’ordre de la longueur d’onde du rayonnement.
Dans le cas l’énergie de vibration est quantifiée en niveaux discrets, l’interaction entre la
lumière caractérisée par un photon d’énergie hν et une molécule se trouvant dans un état donné
peut engendrer différents phénomènes :

 Si ν≈ νv , la transition la plus probable est la transition v  v + 1. C’est le phénomène


d’absorption infrarouge. Notons également la possibilité v  v – 1 qui est l’émission
stimulée, base du rayonnement laser. Toutes les autres transitions seraient interdites
dans l’approximation harmonique.
 Si ν est très grand par rapport à tous les νv , le phénomène le plus probable est alors
une diffusion pour laquelle le mécanisme peut être décrit, de façon très schématique,
de la manière suivante : lors de l’excitation par le photon d’énergie hν, la molécule
transite dans un état virtuel et redescend sur un niveau réel. On montre une nouvelle
fois que seuls les niveaux v – 1, v et v + 1 sont possibles, ce qui amène à une diffusion
de photons d’énergie hν (diffusion Rayleigh), h(ν – νv) (diffusion Raman Stokes) et
h(ν + νv) (diffusion Raman anti-Stokes). La diffusion Rayleigh est la plus probable,
alors que les diffusions Stokes et anti-Stokes sont très peu favorisées.

43
Figure III.6. Interaction entre un photon et la matière caractérisée par des niveaux d’énergie
vibrationnelle.

Le spectre caractéristique de l’échantillon peut en général être obtenu à partir de n’importe quel
état de l’échantillon : gazeux (flamme ou plasma), liquide (pur ou en solution) ou solide
(cristallin ou amorphe). En particulier la très faible diffusion de la molécule d’eau fait de l’effet
Raman un outil de choix pour l’étude des solutions aqueuses, par opposition à la spectroscopie
infrarouge pour laquelle les bandes d’absorption de l’eau rendent les mesures impossibles ou
très difficiles.
Il s’agit d’une technique optique non destructive qui se satisfait d’échantillons de très petite
taille (de l’ordre du micromètre cube) et qui en outre peut être utilisée à distance par
l’intermédiaire de fibres optiques. Par ailleurs, la gamme actuelle des rayonnements
d’excitation permet le plus souvent de s’affranchir du problème de la fluorescence et il est
souvent possible de travailler sans préparation particulière de l’échantillon.

44
Figure III.7. Exemple de spectre Raman.

Cette technique est donc susceptible d’applications nombreuses, même dans des milieux peu
accessibles (haute pression, température extrême, environnement toxique ou radioactif).
Dans le domaine de l’imagerie, la résolution spatiale de l’ordre du μm permet des analyses
topologiques ou cartographiques d’excellente qualité et plus détaillées que celles obtenues en
infrarouge, où la résolution est moins bonne. Par contre, les applications en analyse quantitative
sont moins nombreuses qu’en infrarouge du fait de l’effort expérimental nécessaire pour la
mesure et l’étalonnage des intensités des bandes Raman.

III.7. Utilité des techniques spectroscopiques dans l’infrarouge

III.7.1. Spectroscopie infrarouge et les autres techniques

Parmi les méthodes classiques de spectroscopies moléculaires optiques, on distingue en général


les spectroscopies UV-visible (absorption, fluorescence) qui mettent en jeu les niveaux
énergétiques électroniques, et les spectroscopies vibrationnelles (infrarouge et Raman). Très
schématiquement, l’utilisation de la spectroscopie dans l’UV-visible est en général limitée à
des molécules comportant des groupements dits « chromophores », c’est-à-dire présentant une

45
forte absorption dans le domaine spectral envisagé, alors que toute molécule possède un spectre
de vibration. Ainsi, les spectroscopies dans l’UV-visible sont en général moins sélectives que
les spectroscopies vibrationnelles, mais elles sont cependant plus sensibles : les coefficients
d’extinction molaire observés pour les transitions étant en général supérieurs d’un facteur 10 à
100 à ceux rencontrés dans les spectroscopies vibrationnelles. Les spectroscopies infrarouge et
Raman ont des sélectivités comparables, cependant, la spectroscopie Raman classique est en
général moins sensible que la spectroscopie infrarouge.

III.6.2. Différence entre spectroscopie d’absorption dans l’infrarouge et la diffusion


Raman

La spectroscopie Raman permet de caractériser certains modes de vibration moléculaire, mais


repose sur des règles de sélection différentes de celles de la spectroscopie infrarouge. Ainsi,
l’absorption du rayonnement infrarouge ne peut avoir lieu que si le mouvement de vibration
du mode considéré induit une variation du moment dipolaire électrique de la molécule, alors
que la diffusion Raman est observée lorsque le mouvement de vibration étudié entraîne une
variation de la polarisabilité moléculaire.

Sachant que :

• Moment dipolaire : Le moment dipolaire est une propriété vectorielle. Lorsque le


barycentre des charges positives (noyaux atomiques) ne coïncide pas avec celui des
charges négatives (électrons), la molécule est assimilable à un dipôle électrique formé
de deux charges ponctuelles + q et -q situées à une distance r :
• Polarisabilité moléculaire : La polarisabilité moléculaire traduit, quant à elle, la faculté
de déformation du nuage de charges électriques sous l’influence d’un champ
électrique uniforme, et se définit par

Une vibration de coordonnée normale Q peut donner lieu à une absorption Infrarouge, si elle
modifie l’une des composantes du moment dipolaire, c’est-à-dire si la dérivée (δmi / δQ)0
n’est pas nulle au voisinage de la position d’équilibre.
Une vibration de coordonnée normale Q est active en diffusion Raman, si elle fait varier une
des composantes αij de la polarisabilité, c’est-à-dire si la dérivée (δαij / δQ)0 n’est pas nulle.
46
Ces deux types de spectroscopies permettent donc de révéler les niveaux énergétiques de
vibration par des mécanismes différents et apportent bien souvent des informations tout à fait
complémentaires. Très schématiquement, les liaisons polaires, pourvues d’un fort moment
dipolaire, présenteront des absorptions importantes dans l’infrarouge, alors que les liaisons
covalentes, a priori plus polarisables, seront caractérisées par un spectre de diffusion Raman
significatif. Cette remarque a d’importantes conséquences sur le choix des solvants souhaitables
pour des études vibrationnelles : l’eau ne peut être utilisée dans l’infrarouge (trop forte
absorption), cependant, les solutions aqueuses pourront être étudiées par spectroscopie Raman,
le signal de l’eau étant faiblement intense et formé de peu de raies.

Cette complémentarité entre spectroscopies infrarouge et Raman se révèle de manière encore


plus profonde sur l’allure des spectres : par exemple, dans le cas de molécules possédant un
centre de symétrie : les modes de vibration actifs en Raman sont inactifs en infrarouge, et vice
versa (par exemple, pour l’éthylène, le benzène et les complexes octaédriques des métaux de
transition… les spectres infrarouge et Raman n’ont aucune fréquence fondamentale commune).
Signalons aussi, à titre d’illustration, le cas d’une molécule diatomique homonucléaire comme
N2 qui ne possède pas de moment dipolaire, et est donc inactive en infrarouge ; alors qu’une
raie est observée en Raman à 2 331 cm–1. En ce qui concerne des molécules polyatomiques
quelconques, l’analyse des modes actifs en Raman ou en infrarouge peut s’avérer délicate et
repose sur des considérations de symétrie précises (théorie des groupes) ; cependant, l’étude
comparée des spectres infrarouge et Raman ne peut être que fructueuse pour une caractérisation
vibrationnelle détaillée.

III.8. Instrumentation

Un avantage de la spectroscopie Raman est de permettre de couvrir l’intégralité du spectre de


vibration avec un seul instrument, alors qu’en spectroscopie infrarouge l’étude de l’infrarouge
lointain et de l’infrarouge moyen met en jeu deux appareils distincts. Cependant, il arrive
fréquemment que des problèmes de fluorescence de l’échantillon interdisent son étude en
Raman, problèmes qui ne se rencontrent pas en infrarouge.

47
Les spectromètres optiques ont en commun les éléments suivants :

• une source de radiation, qui doit émettre dans le domaine spectral voulu, ici
l’infrarouge ;
• le dispositif de sélection des longueurs d’onde ;
• le dispositif de positionnement de l’échantillon sur le faisceau ;
• le détecteur et l’enregistreur.

C’est l’optimisation de tous ces éléments, compte tenu du domaine de longueur d’onde étudié
et de la nature de l’échantillon (solide, liquide ou gaz), qui permet d’obtenir un spectre de
qualité.
La manière la plus naturelle d’enregistrer un spectre consiste à irradier l’échantillon
séquentiellement dans le domaine spectral considéré et à enregistrer le rapport entre l’intensité
du faisceau ayant traversé l’échantillon et l’intensité d’un signal de référence.
Il est également possible d’irradier l’échantillon simultanément avec toutes les longueurs
d’onde du domaine spectral envisagé et de détecter l’ensemble des radiations transmises à
travers un signal complexe nommé interférogramme, à partir duquel on calculera le spectre par
une opération dite transformation de Fourier. Cette méthode fait partie de la famille des
méthodes multiplex.

III.7.1. Sources de rayonnement infrarouge

Les sources de rayonnement infrarouge usuelles sont constituées par des solides portés à haute
température qui rayonnent par incandescence sachant que tout corps à la température T émet
un rayonnement. Classiquement, une céramique portée à 1 000 K peut être considérée comme
une source de rayonnement dans la gamme de 5 000 à 300 cm–1. Citons aussi la source « globar
» (de l’anglais glowing-bar ) qui est constituée d’un bâtonnet de carbure de silicium parcouru
par un courant électrique. Si le refroidissement est assuré par de l’air, la température est limitée
à 800 K, ce qui restreint le domaine utilisable à la gamme 4 500 à 300 cm –1 alors que si le
refroidissement est assuré par un courant d’eau, la température peut atteindre 1 200 K et le
domaine utilisable est donc plus vaste, de 8 000 à 50 cm–1.

48
III.7.2. Détecteurs de rayonnement infrarouge

Un détecteur est schématiquement caractérisé par sa sensibilité, son domaine spectral et son
efficacité quantique. La sensibilité représente le plus petit signal mesurable par le détecteur.
Elle est exprimée comme la quantité de lumière correspondant au bruit intrinsèque.
L’efficacité quantique est le rapport du courant induit sur le flux incident. Un bon détecteur
est caractérisé par une faible sensibilité et une grande efficacité quantique sur tout son
domaine spectral. Le bruit est commun à tous les détecteurs. On distingue :

• le bruit de détection (variations aléatoires du flux autour du signal) ;


• le signal d’obscurité, détecté même lorsque le détecteur ne reçoit aucun photon.

Un détecteur performant minimise toutes ces sources de bruit et est caractérisé par un rapport
signal/bruit élevé. En spectroscopies optiques on utilise :

• soit des détecteurs thermiques qui sont sensibles à la chaleur dégagée par l’absorption
des photons sur une cible noircie ;
• soit des détecteurs quantiques sensibles directement aux photons. Dans ce cas,
l’existence d’une bande d’énergie dans le matériau du détecteur se traduit par des
seuils de réponse haut et bas. Ces détecteurs possèdent en général une réponse plus
rapide que les détecteurs thermiques.

49
Chapitre 3. Spectroscopie
d’absorption atomique

50
Chapitre 3. Spectroscopie d’absorption atomique

IV. 1. Introduction

Parmi toutes les techniques disponibles à ce jour pour l’analyse minérale des éléments en
solution, les plus répandues sont la spectrométrie d’absorption atomique (SAA), la
spectrométrie d’émission atomique avec plasma induit auxquelles nous pouvons ajouter les
méthodes électrochimiques ainsi que la chromatographie ionique et l’électrophorèse capillaire.
En termes de sensibilité la SAA électrothermique (SAAE) offre des performances comparables
à celles de l’électrochimie, polarographie et voltamétrie. Dans la plupart des cas, les limites de
détection avoisinent le mg/dm3 et, à l’heure actuelle, la maîtrise des interférences permet de
réaliser l’analyse de milieux forts complexes et chargés en sel.
C’est grâce au développement de systèmes efficaces de correction des absorptions non
spécifiques, à l’apport considérable de l’informatique et à une meilleure connaissance des
phénomènes se déroulant avant et pendant l’atomisation, que la SAA a atteint aujourd’hui sa
maturité.

IV.2. Principe

La spectroscopie d’absorption atomique est basée sur le principe qu’une population d’atomes à
l’état E0 peut absorber des photons d’énergie hν et qu’une estimation du nombre de photons
absorbés peut être reliée à la concentration de l’élément dans la solution à analyser (loi de Beer-
Lambert).
Une population d’atomes est générée dans un atomiseur. Cette population est éclairée par un
rayonnement lumineux de longueur d’onde d’intensité I0:

l0 = 1/E1 · c (IV.1)

51
Figure IV.1. Principe général de la spectroscopie atomique en utilisant le diagramme
d’énergie.

Lors du passage de ce rayonnement au travers du nuage atomique, les atomes au niveau


fondamental E0 peuvent absorber de la lumière de telle sorte que, à la sortie du nuage, l’intensité
lumineuse est égale à I.

Figure IV.2. Principe de formation du nuage atomique.

La longueur d’onde n’a pas changé. Les atomes qui sont passés à l’état excité E 1 vont très
rapidement (10-5 à 10-9 s) revenir à l’état fondamental en émettant un photon de même énergie
que celle de celui qui a été absorbé et, par conséquent, à la même longueur d’onde l0.

52
IV.3. Appareillage

La figure ci-dessous représente le schéma d’un spectromètre d’absorption atomique

Figure IV.3. Schéma de base de la spectroscopie d’absorption atomique

La spectroscopie d’absorption atomique est formé en général de :


• une source de lumière (source primaire) qui produit une radiation caractéristique de
l’élément à doser à la longueur d’onde l0 ;
• un système pour moduler le rayonnement provenant de la source ;
• un atomiseur dont le rôle est de produire un nuage d’atomes à l’état fondamental ;
• un monochromateur qui sert à éliminer toutes les radiations autres que celle à la
longueur d’onde l0 ;
• un détecteur couplé à un système électronique pour enregistrer et traiter les signaux.

IV.3.1. Sources

Les qualités essentielles d’une source utilisable en spectroscopie optique sont : une stabilité et
une puissance suffisantes. La puissance lumineuse d’une source varie de manière exponentielle
avec la puissance électrique du générateur. La stabilité est donc assurée par la régulation de la
puissance électrique.
Lampes à vapeur de métal : Consistent en une enceinte transparente contenant l’élément gazeux
à basse pression. L’excitation des raies caractéristiques se produit par application d’une

53
différence de potentiel entre deux électrodes. La conduction se fait par ionisation du métal :
ordinairement, un chauffage initial est requis pour obtenir une pression de vapeur suffisante :
dès que l’ionisation a débuté, elle se maintient d’elle-même. A côté du spectre de raies, les
lampes à vapeur métallique produisent un spectre continu dont l’intensité dépend de la nature
du métal et de la pression dans la lampe. Les lampes les plus courantes sont :

La lampe à vapeur de mercure : séries de raies de 254 à 734 nm.


La lampe à vapeur de sodium : 2 raies dominantes à 589,0 et 589,6 nm

Lampes à cathode creuse : de tels systèmes produisent des spectres de raies caractéristiques
d’un grand nombre d’éléments. La figure 4.14 en donne un schéma. La cathode est construite
au moyen du métal dont on désire mesurer le spectre ou est recouverte d’une couche de ce
métal. Ces lampes sont donc spécifiques. On construit cependant des lampes multi-élémentaires
dans lesquelles la cathode est recouverte d’un mélange des éléments à analyser. Un potentiel
appliqué entre les électrodes provoque l’ionisation du gaz et on obtient un courant de 5 à 10
mA par migration des ions aux électrodes. Si le potentiel est suffisant, les cations en heurtant
la cathode lui arrachent des atomes de sa surface, ce qui produit un nuage atomique (processus
de pulvérisation). Une partie de ces atomes est dans un état excité, ils retournent vers l’état
fondamental par émission de radiations caractéristiques. La conformation cylindrique de la
cathode favorise la concentration du rayonnement en une région limitée du tube. Elle augmente
aussi la redéposition, sur la cathode, des atomes de métal plutôt que sur les parois du tube.

Figure IV.4. Présentation schématique d’unE lampe à cathode creuse.

54
La cathode creuse est fabriquée au moyen du métal dont on désire mesurer le spectre ou est
recouverte d’une couche de ce métal ou d’un mélange de métaux.

IV.3.1. Atomiseurs

Le rôle de l’atomiseur est de réaliser une population d’atomes représentative de la composition


de l’échantillon en solution.

IV.3.1.1. Atomiseurs à flamme

Nous avons vu, cependant, que même à 3000-4000 K, la proportion d’atomes excités est faible,
sauf pour les éléments à très bas potentiel d’ionisation. La population est donc essentiellement
constituée, en général, d’atomes neutres non excités. Il y a par ailleurs moyen de pallier aux
inconvénients dus à l’émission de flamme par « hachage » du faisceau incident, mais nous
n’entrerons pas dans les détails de ce procédé. Le problème de formation d’oxydes représente
un autre problème technique à contourner. On le minimise soit en augmentant la température
de la flamme, soit en utilisant un mélange gazeux plus riche en combustible. Les flammes les
plus courantes sont : Air – propane ≈ 1950 °C, air – acétylène ≈ 2200 °C et N2O – acétylène ≈
2950 °C.

Fréquemment, on utilise des brûleurs allongés d’un trajet optique atteignant 10 cm, ce qui
augmente la sensibilité, et la nébulisation est faite par ultrasons, technique qui fournit des
gouttelettes de volume plus uniforme que par simple aspiration.

55
Figure IV.5. Schéma d’un brûleur de spectroscope d’absorption atomique.

Notons spécifiquement le nébuliseur, qui assure l’aspiration et la pulvérisation de l’échantillon


dans la chambre de mélange des gaz. Les gouttelettes qui seraient trop grosses pour assurer une
bonne atomisation dans la flamme sont précipitées par le dispositif de triage, avant de s’écouler
vers l’évacuation.

IV.3.1.1. Atomiseur à four

Le système le plus utilisé est le four tubulaire de Massmann (Figure ci-dessous). Le chauffage
est réalisé par effet Joule dans le tube graphite lui-même. On introduit un petit volume de
solution (5 – 10 μl) dans un tube par l’orifice (a) du tube de graphite.

56
Figure IV.6. Schéma d’un four en graphite de type Massmann : (a) Orifice du tube de
graphite ; (b) Cône en graphite ; (c) Ouverture d’introduction de l’échantillon ; (d) Support ;
(e) Isolant.

En général, on dispose d’une sélection de programmes automatiques qui assurent les meilleures
performances dans chaque cas particulier. Par exemple : séchage 15’’ à 100 °C, minéralisation
60’’ à 400 °C, atomisation 10’’ à 2100 °C (mesure de l’absorbance), nettoyage de four 5’’ à
2600 °C. La limite de détection peut être 1000 fois plus basse avec le four de Massmann qu’avec
une flamme. La cadence d’analyse est cependant plus faible qu’avec une flamme.

IV.4. Avantages et inconvénients de la spectroscopie d’absorption atomique

Le premier inconvénient est le fait qu’il est nécessaire de mettre en solution les échantillons,
qui peut être lente et délicate. On peut citer ces quelques avantages de l’absorption atomique :

 Rapidité des mesures


 Spécificité spectrale
 Bonne précision relative
 Excellente limite de détection pour un grand nombre d’éléments. A ce niveau,
d’ailleurs, l’expérience montre que l’émission et l’absorption atomiques sont deux
techniques complémentaires.
57
Par contre, la nature même de la source (majoritairement des lampes à cathode creuse) proscrit
l’analyse multiélémentaire simultanée. Il s’agit donc d’une analyse séquentielle. Nous l’avons
signalé, le commerce fournit des lampes multiélémentaires, mais, en général, leur rapport signal
/ bruit est plus faible que celui des lampes monoélémentaires. En outre, le risque d’interférence
augmente avec le nombre d’éléments. Les lampes multiélémentaires peuvent cependant être
utiles en analyse de routine.

IV.4. Applications de la spectroscopie d’absorption atomique

Elles touchent de nombreux domaines dont nous pouvons citer ces exemples :

 Analyse clinique : analyse de métaux dans les fluides biologiques comme le sang et
l’urine.
 Analyse environnementale : détermination de la quantité de certains éléments dans
l’eau des rivières, de la mer, de l’eau potable et dans le pétrole.
 Industrie pharmaceutique : L’utilisation courante de catalyseurs (métalliques) dans la
synthèse de médicaments, nécessite la vérification de l’absence de traces de ce dernier
dans les produits finis.
 Industrie minière : En déterminant la quantité d’un élément déterminé dans des
échantillons de minerais, il est possible d’évaluer la rentabilité de l’exploitation ce ces
minerais.
 Médecine légale : Dosage de substances toxiques (ex. : arsenic) dans des tissus
(cheveux, ongles, etc.)
 Alimentation et cosmétique : Dosage de substances toxiques.

58
Chapitre 4. Spectroscopie de masse

59
Chapitre 4. Spectroscopie de masse

V.1. Introduction

La spectrométrie de masse permet de recueillir des informations sur la nature, la composition


et la structure des espèces présentes dans l'échantillon. Cette technique se repose sur la
détermination des masses atomiques ou moléculaires des espèces individuelles présentes dans
l’échantillon à analyser. La spectroscopie de masse trouve ses applications dans des secteurs
très divers, tels ceux de la chimie organique, de la biochimie, de la parachimie, de
l'environnement, de l'agro-alimentaire, de la géochimie, ainsi que dans beaucoup de contrôles
de procédés industriels. Les instruments de la spectroscopie de masse sont des appareils de
conceptions diverses, dont certains dérivent de montages imaginés au début du 20ème siècle par
les physiciens pour l'étude des particules ou des atomes ionisés tandis que d'autres utilisent le
principe des pièges à ions. Les appareils se répartissent en cinq catégories distinctes suivant
leur conception. Certains utilisent, après ionisation, des champs électriques et magnétiques,
d’autres uniquement des champs électriques. Les appareils sont utilisés seuls ou, le plus souvent
en aval de techniques séparatives comme la chromatographie. La technique est très répandue
en raison de son couplage avec d’autres techniques et de son extrême sensibilité.

V.2. Principe

L'analyse par spectroscopie de masse repose sur l'ionisation de l'échantillon, afin de créer des
ions. Ces espèces chargées sont alors soumises à l'action de champs électriques et/ou
magnétiques, suivant les appareils. L'étude des trajectoires suivies permet de déterminer le
rapport masse/charge des ions.

60
Figure V.1. Schéma du principe de fonctionnement de la spectroscopie de masse.

En résumé, lorsque l'on soumet un composé moléculaire à cette analyse, on initie un processus
en plusieurs étapes enchaînées :

 Ionisation : les molécules présentes dans l'échantillon passent à l'état gazeux, par
effet du vide, et sont ionisés par un des procédés existants. Il en résulte un mélange
d'ions issus de la fragmentation des molécules de départ.

 Accélération : sitôt formés, les ions sont dirigés vers le dispositif de séparation, par
effet d'un champ électrique qui accroît leur énergie cinétique.

 Séparation : les ions sont alors triés suivant leur rapport masse/charge (m/e).
Plusieurs procédés peuvent être employés à cette fin.

 Détection : après séparation, les ions sont recueillis par un détecteur sensible aux
charges électriques transportées.

 Traitement du signal : le signal en sortie de l'appareil conduit au spectre de masse,


représentation conventionnelle de l'abondance des ions en fonction de leur rapport
masse/charge, mesurable jusqu'à 104.

Pour cette technique, on accède aux masses individuelles des ions présents avec plus ou moins
de précision. Les meilleurs appareils peuvent déterminer les masses avec une extrême précision
:

 la marge d'erreur ne dépasse pas 10-5 uma. Tous les appareils, quelles que soient leur
performances, conduisent à une présentation standardisée des résultats sous forme de
spectre de fragmentation qui correspond à une répartition des ions, regroupés aux

61
valeurs nominales entières (qui n'existe que de nom et non de fait) les plus proches de
leur masse réelles, et dont les intensités sont exprimée en % du pic le plus intense, appelé
pic de base.
 Ce spectre à raie discrets correspond à la distribution des masses réparties en classes
dont les hauteurs sont proportionnelles à leurs abondances, n'est autre qu'une sorte
d'histogramme. Néanmoins, cette représentation a pour inconvénient qu'à une même
masse nominale, il peut correspondre plusieurs ions, par ailleurs totalement différents,
qui se confondent dans ce type de représentation. C'est pourquoi les spectromètres de
masse permettent également une autre présentation des résultats, sous forme d'un tracé
continu des masses balayées. Les signaux prennent alors l'aspect de pics gaussiens, plus
ou moins larges selon l'appareil. La position de chaque maximum correspond à un
rapport masse/charge précis.
 Pour identifier un composé moléculaire par spectrométrie de masse, on dispose de deux
approches : soit en faisant appel à une bibliothèque où est répertorié un grand nombre
de spectres, parmi lesquels on retrouvera celui du composé étudié s'il existe dans la
collection, soit en essayant de reconstituer la structure du composé de départ à la
manière d'un puzzle. Laseconde méthode est un exercice d'une grande difficulté, les
fragmentations étant souvent assez difficilement prévisibles. Il faut alors disposer de
plusieurs spectres, enregistrés dans des conditions différentes.
 La spectroscopie de masse est devenue progressivement un moyen d'investigation
irremplaçable des composés structurés. Elle s'applique également à l'analyse de la
composition élémentaire des milieux inorganiques (technique ICP/MS) et peut être
étendue à l'étude des mélanges moléculaires, à condition de placer en amont du
spectromètre de masse un chromatographe (liquide ou gazeux) ou une électrophorèse
capillaire pour séparer les composés.

V.2.1. Action d'un champ électrique

Le fonctionnement des diverses catégories de spectromètres de masse est basé sur l'action des
champs électrique et magnétique sur les ions dans le vide. Lorsque l'on crée une différence de
potentiel (V ) entre deux plaques parallèles distantes de d, il apparaît un champ électrique
uniforme si le milieu est homogène et orienté vers les faibles potentiels :

→ = 𝑉 ⁄𝑑 (V.1)
𝐸

62
Cette grandeur vectorielle détermine la force de Coulomb qui s'exerce sur l'ion de masse m
porteur de la charge q et placé dans ce champ.

→=→ (V.2)
𝐹 𝑞𝐸

Cette force de Coulomb est indépendante de la vitesse de l'ion. En spectrométrie de masse, on


remplace souvent q par e ou z pour désigner la charge, bien que les ions portent quelquefois
plus d'une seule charge élémentaire.

V.2.2. Action d'un champ magnétique

La force qui s'exerce sur une particule ou un ion, porteur d'une charge q, animé d'une vitesse et
soumis à l'action d'un champ d'induction magnétique B, est donnée par une expression connue
sous le nom de formule de Lorentz que l'on écrit :

→ = → ˄→ (V.3)
𝐹 𝑞𝑣 𝐵

L'ion amorce une trajectoire circulaire de rayon R, dans un plan perpendiculaire à B. Donc,
l’accélération qui donne directement la force motrice :

a = v2/R (V.4)

Donc :

𝑚 𝑅𝐵
= (V.5)
𝑒 𝑣

Ou :

𝑚𝑣
𝑅= (V.6)
𝑒𝐵

63
La spectrométrie de masse ne permet d'accéder qu'au rapport masse/charge des ions, porté en
abscisse du spectre (c'est pourquoi on écrit par convention m/q ou m/e). Si tous les ions portent
la même charge, l'échelle de masse est la même, à un facteur près. C'est pourquoi l'échelle des
spectres est indiquée en uma (ou en Dalton Da).

V.3. Ionisation de l'échantillon

Le mode d'introduction dans le spectromètre de masse varie suivant l'état physique de


l'échantillon et la technique choisie. Dans le cas d'un gaz ou d'un composé à l'état de vapeur, on
introduit un peu de l'échantillon dans un réservoir qui communique avec la chambre d'ionisation
par une fuite réglable. Pour un liquide, on utilise une microseringue. Le liquide se trouve
vaporisé par effet du vide régnant dans la chambre d'ionisation. Les solides peuvent être
introduits en les déposants à l'extrémité d'une canne métallique chauffante, pour assurer la
sublimation du composé, ou par évaporation à partir d'une solution dans un solvant volatil.
Lors d’un couplage avec une technique chrmatographique, il consiste à réunir la colonne
capillaire et le spectromètre de masse, soit en introduisant directement l'extrémité de la colonne
dans la chambre d'ionisation, soit par le relais d'un capillaire de transfert chauffé, placé entre le
chromatographe et le spectromètre de masse. A condition que le débit dans la colonne ne
dépasse pas quelques ml/min, et que les colonnes soient très longues, les pompes peuvent
maintenir le vide nécessaire à l'analyse.

V.3.1. Ionisation par électrospray

Les ions formés par ce type d’ionisation possèdent un rapport m/z (masse sur charge) élevé,
ce qui permet de faire l’analyse de molécules de masse molaire élevée comme les protéines.
Parmi les inconvénients de cette méthode d’ionisation :

 Limité à un débit assez faible (quelques μl par minute).


 Problème de nébulisation si changement de solvant (utilisation de gradient).

64
Figure V.2. Représentation schématique de l’ionisation par électrospray.

Il y a eu des développements récents dans ce mode d’ionisation, comme :

 Addition de gaz qui aide à la nébulisation du liquide et à la désolvatation des ions.


 Chauffage du capillaire (permet d’augmenter le débit).

V.3.2. Ionisation par impact électronique

L'ionisation par impact électronique, dérive des premières expériences sur les tubes à
décharge, les "rayons canaux" et les rayons cathodiques. Elle est provoquée par impact
d'électrons sur l'échantillon. Le standard d'ionisation – 70 eV – est obtenu avec des électrons
produits par effet thermoionique, accélérés par une différence de potentiel de 70 V. Afin
d'accroître, sur le spectre, l'intensité relative du pic moléculaire M, il est possible de choisir
une énergie d'ionisation plus faible.

V.3.3. Ionisation par Désorption

L'échantillon est ionisé par impact d'atomes lourds (Xe ou Ar), ou avec des ions (Cs+ ou Na+),
animés d'une grande vitesse. Ainsi dans la méthode de bombardement par des atomes rapides
(FAB), on ionise un gaz atomique avec des électrons, puis on accélère les ions formés afin de
les faire entrer en collision avec des atomes du gaz restés à l'état neutre. Ceux-ci sont projetés
65
à grande vitesse sur l'échantillon déposé, à l'état de film, sur un support métallique. Cette
technique évite de chauffer les composés et permet de faire des études de plus longue durée.

V.3.4. Ionisation chimique (IC)

L'échantillon est bombardé par des ions issus de petites molécules. Pour cela, on introduit dans
la chambre d'ionisation, conjointement au composé à analyser, un gaz en large excès, tel que le
méthane, l'ammoniac ou l'isobutane, à la pression de 0,1 Pa. On bombarde ce mélange par des
électrons. La pression du gaz étant telle que le libre parcours moyen des molécules est faible, il
se produit des collisions entre les espèces réactives. En général, la présence d'ions relativement
lourds dans ces milieux rend inopportune l'étude du spectre en dessous de 45 uma.

V.3.5. Ionisation par plasma (ICP/MS)

Cette méthode est réservée à l'analyse élémentaire des échantillons en solution aqueuse. Elle
convient bien aux sels inorganiques. L'échantillon nébulisé est introduit au centre d'un plasma
d'argon placé à l'entrée du spectromètre et dont la température est de l'ordre de 7000 K. Après
désolvatation, vaporisation et dissociation, les éléments dont l'énergie de première ionisation
est inférieure à 10 eV sont totalement ionisés (ceci concerne une cinquantaine d'éléments). Les
ions sont aspirés par le spectromètre de masse en passant par une interface conçue autour d'un
dispositif séparateur refroidi, assez semblable au système utilisé dans le couplage CLHP/SM.

V.4. Détecteurs à ions

La détection repose sur les mesures électriques des charges transportées pour lesquelles on
retrouve des principes qui sont communs avec la détection des photons. Ces détecteurs fixes
imposent que l'on explore le domaine m/e par un balayage en fonction du temps. Certains
modèles ont une telle sensibilité qu'ils peuvent repérer l'impact d'un seul ion. On distingue deux
types de détecteurs :

66
 Les multiplicateurs d'électrons à dynodes séparées : le fonctionnement est comparable
aux photomultiplicateurs, si ce n'est que cette fois, l'arrachement initial d'électrons n'est
pas provoqué par l'impact d'un photon, mais par l'impact d'un ion. Malheureusement,
ces détecteurs vieillissent assez mal, mais il est possible de les remplacer par des
photomultiplicateurs, en ajoutant un système de conversion ion → photon, ce qui
conduit à un montage appelé dynolite.

 Les multiplicateurs d'électrons à dynode continue (channeltron) : les ions sont déviés
vers un collecteur dont l'entrée en forme de cornet est constitué d'un verre dopé au
plomb qui fait office de cathode de conversion. Les électrons libérés sont attirés par un
gradient de potentiel vers une électrode positive. Les chocs successifs des électrons sur
les parois provoquent leur multiplication, comme sur des dynodes séparées. Le
montage est désaxé, par rapport à la trajectoire incidente des ions, pour préserver la
partie sensible du détecteur de l'impact des espèces neutres ainsi que des photons émis
par le filament, susceptibles également d'arracher des électrons.

V.5. Performance des spectres de masse

V.5.1. Limite en masse

Chaque appareil permet la mesure du rapport m/e des ions jusqu'à une valeur limite. Cette valeur
supérieure est exprimée en uma pour un ion porteur d'une seule charge élémentaire. Certains
constructeurs prennent pour valeur, la masse à partir de laquelle on ne peut distinguer M de
M+1. Il va de soi que si l'ion est porteur de n charges, la limite en masse se trouve multipliée
par n.

V.5.2. Sensibilité

La sensibilité d'un appareil se mesure en masse d'échantillon consommé par seconde (de l'ordre
du pg), pour obtenir un signal d'intensité normalisée.

V.5.3. Pouvoir de résolution

67
Les pics des spectres de masses des appareillent présentent l'aspect de courbes gaussiennes plus
ou moins larges par la suite d'imperfections diverses. Le pouvoir de résolution est un paramètre
qui permet de juger de l'efficacité des appareils à séparer des ions de masses voisines. Il est
définit par R = M/ΔM, calculé sur un enregistrement réel, après que l'appareil ait été réglé au
mieux de ses performances. La masse M est mesurée au milieu du pic choisi. Quant à ΔM, il
correspond :

 soit à la largeur du pic à mi-hauteur, en unités de masse.

 soit à l'écart minimum entre deux masses voisines, de même intensité, tel que la
vallée, entre les pics ne dépasse pas 10 % de leur hauteur.

Figure V.3. Pouvoir de résolution.

Le pouvoir de résolution est sans dimension. Avec des appareils à secteur magnétique, ΔM
varie avec M et il faut donc préciser la masse ayant servi au calcul. Avec des appareils à filtres
quadripolaires, ΔM est constant.

V.6. Types de Spectromètre de masse

V.6.1. Spectrométrie à secteur magnétique et double focalisation

Cette catégorie d'appareils sépare les ions par effet d'un champ magnétique orienté
perpendiculairement à la trajectoire des ions. Dans certains montages, l'ordre des deux secteurs
est inversé (le secteur électrostatique est placé avant le secteur magnétique). Etant donné la
quantité d'informations produites au cours d'une seule analyse, le traitement des données par

68
l'ordinateur s'avère indispensable pour la correction, la manipulation, la conservation et la
visualisation des données, sans oublier l'impression des résultats et le diagnostic des pannes de
l'appareil.

V.6.1.1. Accélérateur d'ions

Environ 5 % des ions formés amorcent le parcours qui va les mener jusqu'au détecteur. Les ions
(supposés ici positifs) sont accélérés au moyen de plusieurs plaques portées à des potentiels
négatifs croissants, la différence de potentiel totale pouvant atteindre 10 000 V. Le vide doit
être excellent pour éviter la formation d'arcs électriques. Les ions acquièrent tous une même
énergie cinétique :

Ec = e.U (V.7)

La vitesse acquise après accélération est donc inversement proportionnelle à la racine carrée de
leur masse :

2𝑒𝑈
𝑣𝑖 = √ 𝑚 (V.8)
𝑖

Cependant leur énergie cinétique E0 avant accélération, bien que très petite devant celle qu'ils
ont acquise, est la cause d'une faible dispersion de leur énergie cinétique totale.

Etotale = E0 + Ec (V.9)

V.6.1.2. Secteur électrostatique

L'inhomogénéité énergétique précitée est neutralisée en faisant passer les ions à travers un
secteur constitué de deux électrodes cylindriques concentriques qui sélectionnent les ions ayant
la même énergie, quelle que soit leur masse. Ce système à champ radial, également focalisateur
en direction, redresse les trajectoires quelque peu divergentes, à l'entrée du secteur. La force :

69
→=→
𝐹 𝑒𝐸

s'exerce sur les ions est perpendiculaire à la trajectoire centrale de rayon R et ne modifie donc
pas leur énergie. En grandeur, elle est égale à F = mv2/R. En remplaçant le produit mv2 par son
équivalent en fonction de tension accélératrice (mv2 = 2eU), on aboutit à la relation fixant les
conditions de passage des ions dans le secteur radial :
2𝑈
𝐸=
𝑅

Figure V.4. Représentation schématique du secteur électrostatique.

Lorsque E et U sont reliés par cette expression, seuls les ions ayant exactement l'énergie
acquise au cours de l'accélération passeront par la fente de sortie. En reliant U à la différence
de potentiel V entre les plaques du secteurs distantes de d (E = V.d), l'expression devient :

2𝑑
𝑉= 𝑈 (V.9)
𝑅

V.6.1.2. Secteur magnétique

A la suite du secteur électrostatique, se trouve le secteur magnétique. Les appareils se partagent


entre le montage Nier-Johnson pour lequel la courbure imposée par le champ magnétique est
de même sens que la courbure due au secteur électrostatique et le montage de type Mattauch-
Herzog où ces deux courbures sont opposées.
70
Figure V.4. Représentation schématique du secteur magnétique.

En éliminant la vitesse v par combinaison des relations vues précédemment, on retrouve la


formule de déflexion des appareils classiques à secteur magnétique :

𝑚 𝑅2 𝐵2
= (V.10)
𝑒 2𝑈

Seuls les ions ayant suivi la trajectoire de rayon R, imposé par la construction, pourront être
détectés. Par conséquent, pour repérer les masses présentes on fait varier B (mode normal
d'utilisation) ou U, de manière progressive, pour que les ions suivent successivement l'unique
parcours qui permet leur détection.
Comme le secteur électrostatique, le secteur magnétique – encore appelé prisme magnétique –
est focalisateur en direction : un faisceau d'ions identiques abordant le secteur magnétique sous
un petit angle de divergence α, est focalisé en F2, fente image de F1. A chaque instant une seule
masse peut suivre la trajectoire de rayon R.
Le qualificatif de double focalisation donné à ces appareils, vient de ce que les montages en
tandem des deux secteurs permettent de corriger à la fois les aberrations angulaires et en énergie
des ions (focalisation en direction par le secteur magnétique et en vitesse par le secteur
électrostatique).

71
V.6.2. Spectromètre à temps de vol

L'interdépendance entre la masse et la vitesse des ions est à la base du principe des appareils à
temps de vol. Les ions sont soumis, durant un temps très bref, à un potentiel accélérateur (ex.
2000 V durant 10μs, de manière répétitive). L'instrument mesure ensuite le temps nécessaire
aux divers ions pulsés pour parcourir, d'un mouvement rectiligne uniforme dans le vide du tube
analyseur, une distance L, libre de tout champ. En éliminant v entre les deux expressions :
½ mv2 = eU (V.11)

Et
L = vt (V.12)

La relation classique de ces appareils qui relie temps de parcours et masse :

2𝑒𝑈 2
𝑚= 𝑡 (V.13)
𝐿2

La résolution de ces appareils a longtemps été faible par suite de manque de précision dans la
mesure des temps très brefs et de la dispersion énergétique des ions. Pour améliorer ce
paramètre, la solution actuelle consiste à employer un laser pour obtenir des durées d'ionisation
de quelques nanosecondes.

V.6.3. Spectromètre à résonance cyclotronique

Cette catégorie de spectromètre utilise la technique des pièges magnétiques à ions. Elle conduit
à une très grande précision dans la mesure des masses, mais leur prix élevé reste un handicap à
leur diffusion.
Lorsque des ions sont soumis à l'action d'un champ d'induction magnétique sous une incidence
normale à leur direction, ils amorcent un mouvement circulaire dans leur plan de propagation.
Le rayon du cercle décrit se calcule facilement, comme nous l'avons vu, à partir de la formule
de Lorentz.
Si v est faible, le rayon du cercle sera suffisamment petit (quelques mm) pour que l'ion décrive
toute la circonférence et se maintienne aussi longtemps qu'on le veut dans la chambre

72
d'ionisation moyennant quelques précautions (haut vide, répulsion des parois). A partir des
relations générales :

ω = v/R (V.14)

et

ν = ω/2π (V.15)

On peut calculer la fréquence de rotation des ions et arriver à l'équation du cyclotron :

𝑒𝐵
𝜈 = 2𝜋𝑚 (V.16)

La fréquence ν de l'ion et le rayon de sa trajectoire dépendent de sa masse, mais non de sa


vitesse. Par conséquent il y aura, à un instant donné, autant de fréquences différentes que d'ions
de masses différentes dans le piège. Les ions sont formés par l'impact d'un faisceau d'électrons
qui pénètre dans une cellule de section rectangulaire placée dans le champ magnétique, comme
indiqué sur la figure ci-dessous.

Figure V.6. Détection par Spectromètre à résonance cyclotronique.

73
Ces ions, prisonniers dans un puits de potentiel par l'effet d'une polarité de + 1V appliquée aux
parois 1 et 2, décrivent des orbites circulaires avec des fréquences caractéristiques. Toutes ces
trajectoires forment un ensemble incohérent qui n'exerce pas d'effet macroscopique à l'extérieur
de la cellule, il n'y a donc pas de signal détectable. L'analyse des masses consiste précisément
à déterminer les différentes fréquences des ions.

V.6.4. Spectromètre à filtre quadripolaire

C'est dans la catégorie des montages moins coûteux et peu encombrants que se situent les
appareils à champ électrique seul basés sur les filtres quadripolaires, très utilisés comme
détecteurs de masses dans la technique couplée CG/SM ainsi que dans nombre d'applications
industrielles concernant le vide ou l'analyse des gaz. Un filtre quadripolaire est composé de
quatre barres conductrices de quelques décimètres de longueur, raccordées électriquement deux
à deux. Entre lesquelles, on crée une différence de potentiel, en posant que la distance minimale
entre deux barres opposées est égale à 2r0. Le potentiel U, en tout point M situé dans un plan
xOy à l'intérieur du quadripôle a pour valeur dans le référentiel choisi, quel que soit z :

𝑉0 𝑥 2 −𝑦2
𝑢= (V.17)
2 𝑟02

U peut varier de –V0/2 à V0/2, la différence de potentiel totale étant V0. Le potentiel U est nul
en O, le milieu étant supposé homogène. Tous les plans perpendiculaires à Oz étant semblables,
la composante du champ électrique est également nulle dans la direction Oz. L'expression, ci-
dessus, implique que dans tout plan xOy les points ayant même potentiel sont situés sur les
branches d'une hyperbole équilatère dont les asymptotes sont les droites y = ± x.
A chaque valeur du potentiel correspond le tracé d'une branche d'hyperbole. Les lignes de
champ sont des trajectoires orthogonales aux courbes équipotentielles ; en chaque point Mxyz,
le champ électrique a pour valeur :

 si U = +V0/2 y2 = x2 – r02
 si U = -V0/2 y2 = x2 + r02

74
Figure V.7. Principe de détection par Spectromètre à filtre quadripôle.

Lorsqu'un ion positif entre dans le filtre, les composantes de son vecteur vitesse dans les trois
directions xyz vont déterminer sa trajectoire qui sera, en général, complexe sauf dans deux cas
bien particuliers :

 composante de vitesse nulle suivant Oy : dans ce cas, la trajectoire reste dans le plan
xOy. L'ion se déplace entre deux parois chargées positivement qui le repoussent vers
le centre, correspondant à une vallée de potentiel. Une transposition imagée est celle
d'une bille que l'on lance dans l'axe d'une gouttière horizontale. Le trajet central est
favorisé, même s'il existe une composante de vitesse selon Ox, auquel cas la bille
effectuera des oscillations.

75
 composante de vitesse nulle suivant Ox : la trajectoire se situe dans le plan yOz ; la
situation des différente de la précédente. L'ion, attiré vers les barres chargées
négativement, est sur une bosse de potentiel, correspondant à une trajectoire instable
(l'amplitude va dépasser r0). Pour reprendre l'image précédente, il faudrait envisager
cette fois une bille que l'on enverrait sur le dos d'une gouttière : on imagine aisément
la trajectoire qu'elle suivrait.

On superpose à la tension continue V0 une tension alternative VRF de fréquence ν et d'amplitude


maximale VM (ν est de l'ordre de 1,2 MHz et VM/V0 de 6).

VRF = VMcos(2πνt) (V.19)

Les tensions alternatives sont déphasées de π entre les deux jeux de barres. En chaque point, à
l'intérieur du filtre, mis à part l'axe Oz, le potentiel varie, de même que le champ :

𝑉 𝑥 2 −𝑦 2
𝑢 = [ 20 + 𝑉𝑀 cos(2πνt) ] (V.20)
𝑟02

76
V.6.6. Spectromètre à piégeage d'ions

Un dernier type d'appareil est représenté par les pièges électriques à ions, par opposition aux
pièges magnétiques des montages à résonance cyclotronique. Les ions sont confinés entre des
électrodes de formes particulières, soumises à des potentiels de radiofréquence. Simples en
apparence, mais complexes d'un point de vue fondamental, ces détecteurs à piégeage d'ions sont
plus sensibles que des filtres quadrupolaires. Le volume délimité par les électrodes, dites
supérieure, inférieure et annulaire, constitue à la fois la chambre d'ionisation et le filtre de
masse.

Figure V.8. Principe de détection par Spectromètre à piégeage d’ions.

Le composé introduit dans cette cavité est ionisé par un bombardement d'électrons, de très
courte durée définie par une électrode de contrôle. Une radiofréquence fixe, appliquée à
l'électrode annulaire, confine les ions formés dans l'espace central où ils décrivent des
trajectoires complexes, amorties par effet d'une faible pression d'hélium, de l'ordre de 0,01 Pa.

77
L'analyse des ions se fait en les extrayant dans l'ordre des masses croissantes par augmentation
de l'amplitude du champ de radiofréquence : l'amplitude d'oscillation des ions croît dans la
direction axiale et va jusqu'à conduire à leur éjection vers les électrodes d'entrée ou de sortie.
Ceux qui traversent l'électrode de sortie, percée en son centre, atteignent le détecteur
(channeltron). Par introduction conjointe de l'échantillon et d'un gaz réactant dans le piège on
obtient, sans autres modification, une ionisation chimique.

V.7. Identification d'un composé à l'aide d'une bibliothèque

Plusieurs algorithmes de comparaison sont utilisés pour retrouver dans une bibliothèque quels
sont les spectres les plus semblables à celui que l'on veut identifier. Généralement, la recherche
est divisée en trois stades :

 Réduction des données : Le spectre du composé est ramené à 16 pics au maximum, en


donnant la préférence aux pics lourds, plus significatifs que les pics légers. De même,
chaque spectre en bibliothèque est réduit à 8 pics.

 Pré-recherche : On sélectionne les spectres réduits de la spectrothèque, ayant les pics


aux mêmes positions que dans le spectre réduit du composé, même si l'intensité est
différente.

 Recherche principale : la sélection précédente est reprise par un algorithme plus fin,
qui, à partir de critères de choix faisant intervenir intensité, masse et rareté du pic,
affecte un indice de 0 à 1000 (identité) à chaque spectre, ce qui permet de les classer
par similarité croissante. Cet algorithme de pureté n'est pas unique. En modifiant les
critères de choix, on peut évidemment affiner la recherche en procédant par
recoupement entre divers classements.
Ce procédé est devenu d'usage courant pour l'analyse des composés répertoriés.

I.8. Règles de fragmentation

La représentation sous forme graphique de l'abondance des ions sur la base de leur rapport
masse/charge constitue le spectre de masse. Celui-ci traduit la fragmentation, à l'échelle

78
statistique, du très grand nombre d'espèces individuelles qui composent tout produit soumis à
cette analyse.

L'identification des composés avec l'aide d'une bibliothèque constitue une aide efficace, mais
cette approche peut conduire à des erreurs. C'est pourquoi l'interprétation de la nature et l'origine
des pics de fragmentation en masse reste toujours d'un grand intérêt. Des ouvrages spécialisés
y sont consacrés. Elle nécessite une grande expérience. Le chimiste organicien y est
généralement bien préparé, car il retrouve les mêmes types d'ions dans les mécanismes
réactionnels en phases condensées, à la différence cependant que les ions se déplacent ici dans
le vide et sans entrer en collision. Les temps de parcours étant très brefs, on peut envisager des
espèces très instables. Toutes les liaisons n'ont pas la même prédisposition à se couper. En
ionisation électronique, l'action commence par l'arrachement d'un électron de la molécule,
appartenant à une liaison ou à un doublet libre. A ce stade, la molécule est ionisée, mais non
fragmentée. Dans un second temps, l'ion moléculaire va pouvoir évoluer. Ainsi l'ionisation de
l'isobutane peut conduire à la perte d'un radical méthyle, le cation isopropyle sera favorisé car
il est thermodynamiquement plus stable que le cation méthyle.

Figure V. Fragmentation du 2-butanone.

79
Pour les composés qui comportent des hétéroatomes, l'ionisation se porte de préférence sur l'un
d'eux. Les modes de décomposition sont plus nombreux. La fragmentation de la butanone fait
ainsi apparaître l'ion acétyle 43, l'ion 57 étant 10 fois moins intense.

Figure V. Spectre de fragmentation du 2-butanone.

A côté de ces exemples élémentaires de fragmentation, il existe bien d'autres transformations


possibles dans lesquelles les ions se réarrangent, quelquefois suivant des voies très complexes.
Toutes ces transformations font l'objet de règles semi-empiriques qui sont utilisées dans l'étude
des composés inconnus et qui servent aussi, plus simplement, à contrôler les résultats auxquels
conduisent les recherches automatisées avec les bibliothèques.

I.9. Application aux isotopes

Si l'appareil ne permet d'accéder qu'aux masses nominales, on compare les intensités des pics
de l'amas isotopique de l'ion parent (pics M, M+1, M+2, etc.) car elles reflètent les abondances
isotopiques naturelles des éléments présents. Les amas isotopiques forment des combinaisons
uniques pour chaque formule brute. La méthode de calcul des hauteurs relatives des pics d’un
motif isotopique peut s’illustrer en considérant une molécule contenant deux atomes d’un
élément comportant deux isotopes d’abondances a et b et de masses ma et mb. La probabilité de
trouver la masse 2ma est égale à a2, celle de trouver la masse ma + mb est égale à 2ab (le facteur
2 provenant du fait qu’il existe, pour cette masse, deux arrangements possibles des deux
atomes), enfin la probabilité de trouver la masse 2mb est égale à b2.

80
Figure V. Isotopes de quelques atomes et leurs abondances en milieu naturel.

En prenant l’exemple du Cl:


a = 75,77 % ; ma = 34,968 853, b = 24,23 % ;mb = 36,965 903
• l’intensité du pic 2ma = 69,937 706 : a2 = 57,41 %
• l’intensité du pic ma+mb = 71,934 756 : 2ab = 36,72 %
• l’intensité du pic 2mb = 73,931 806 : b2= 5,87 %

Figure V. spectre du Cl et Cl2.

On remarque que les trois probabilités a2 + 2ab + b2 établies précédemment correspondent au


développement du binôme :

(a + b)2 (V.211)

81
D’une manière générale, si une molécule possède n atomes d’un élément possédant p isotopes
d’abondances ai , leurs contributions seront déduites des termes du polynôme :

(a1 + a2 + ... + ap)n. (V.22)

En prenant l’exemple de molécule à base des atomes de Br, et Cl :

Figure V. Spectre de molécule à base Br, Cl

82
Ce calcul sera répété pour chaque élément, et chacune des probabilités de trouver une masse
déterminée sera obtenue en faisant le produit des termes correspondants provenant de chaque
polynôme.

83
Chapitre 5. Résonnance Magnétique
Nucléaire

84
Chapitre 5. Résonnance magnétique nucléaire

VI.1. Introduction

La RMN est une méthode spectroscopique récente (1950 - 1960) dont le développement et les
performances s’accroissent de façon spectaculaire. La RMN est aujourd’hui, dans le domaine
médical, une méthode d’investigation plus précise que les rayons X. L’imagerie par résonance
magnétique d’organes quelconques du corps humain est très efficace pour le diagnostic
médical.

La spectroscopie infrarouge donne des renseignements sur les groupes fonctionnels d’une
molécule organique. La RMN donne une image du squelette hydrocarboné d’une molécule.
La RMN est basée sur l’absorption d’ondes radio par certains noyaux atomiques des
molécules quand celles-ci sont placées dans un champ magnétique.

Figure VI.1. Schéma de principe de l’appareil de RMN

La RMN est une technique qui permet d’identifier la structure de composé, elle précise la
formule développée et la stéréochimie des molécules.

VI.2. Principe

Les noyaux des éléments peuvent être divisés en deux catégories : ceux qui possèdent un spin
et ceux qui n’en possèdent pas. Les noyaux 1H, 13C, 19F et de beaucoup d’atomes possèdent un

85
spin. Parce qu’ils portent une charge +, ils se comportent donc comme de petits barreaux
aimantés. La RMN s’applique aux éléments possédant un nombre de spin nucléaire non nul.
Un nucléide quelconque 𝐴𝑍𝑋 a un nombre de spin I non nul si les nombres Z (nombre de
protons) et A (nombre de masse) ne sont pas tous les deux pairs.
Les noyaux possédant un spin se comportent comme des aimants. En l’absence de champ
magnétique appliqué, l’orientation de ces moments est aléatoire. En présence d’un champ
magnétique, les orientations sont soit parallèle soit antiparallèle au champ. L’état de spin
parallèle est légèrement plus stable que l’état antiparallèle.

Figure VI.2. Phénomène de résonnance de spin sous l’effet d’un champ magnétique en
absorbant une onde radio.

Lorsqu’un proton est plongé dans un champ magnétique, il se comporte comme un petit
aimant. Il dispose de deux états d’énergie E1 et E2 d’autant plus éloignés que le champ le
champ magnétique est intense.

Il peut passer de l’état E1 à l’état E2 en absorbant un rayonnement électromagnétique d’une


fréquence ν telle que :

ΔE = E2 – E1 = hν (VI.1)

Sous l’effet d’un champ magnétique et lorsqu’une fréquence radio appliquée à une molécule
dans ce champ magnétique fait passer le spin d’un noyau de l’état parallèle à antiparallèle, ce
noyau est dit en résonance. Cette absorption correspond à un phénomène appelé résonance.

86
La fréquence de résonance νréf d’un proton est modifiée par la présence d’électrons dans son
environnement qui diminuent l’intensité du champ magnétique perçu par le proton. C’est ce
qu’on appelle l’effet écran.

La fréquence de résonance d’un proton au sein d’une molécule dépend donc des liaisons et
atomes voisins. Il est par conséquent possible de déterminer l’environnement chimique d’un
proton en étudiant sa fréquence de résonance.

E = h

H0

Figure VI.3. Différence d’énergie entre les états de spin du noyau d’hydrogène selon la
puissance du champ magnétique externe.

La différence d’énergie, ΔE, existant entre les deux états de spin dépend de la force du champ
extérieur, Ho. Plus le champ est fort, plus grande sera la ΔE.

Le niveau d’énergie du spin parallèle est plus peuplé que le niveau d’énergie du spin
antiparallèle. Pour observer un signal, il faut peupler le niveau d’énergie du spin antiparallèle.
Pour cela, on soumet l’échantillon à un second champ magnétique dont la fréquence est dans
le domaine des ondes radio (60-700 MHz).
La RMN s’utilise en général en complément de méthodes permettant d’identifier la formule
brute de la molécule (spectrométrie de masse par exemple). Elle peut aussi s’employer en
complément de la spectroscopie infrarouge qui permet d’identifier la présence de certaines
fonctions chimiques ou certains types de liaisons.

87
Pour des composés simples, il est également possible de comparer le spectre obtenu à une
banque de donnée de spectres de molécules connues.

Figure VI.4. Exemple de spectre RMN 1H.

En connaissant la formule brute de la molécule, la RMN permet de déterminer sa structure à


partir des éléments suivants :

• La valeur des déplacements chimiques des différents signaux permet d’identifier


certaines liaisons et groupements chimiques : des fourchettes de déplacements
chimiques sont connues suivant le type de groupement ou liaison.
• La courbe d’intégration permet de déterminer le nombre de protons équivalents entre
eux et les proportions entre les différents types de protons.
• La multiplicité des pics permet de connaître le nombre de protons portés par les
carbones voisins.

En recoupant toute les informations, il est possible d’identifier la molécule analysée.

88
VI.3. Déplacement chimique

Un spectre RMN comporte des pics ou séries de pics appelés « signaux » correspondants à la
résonance des différents protons présents dans la molécule. Ces signaux sont placés sur un axe
horizontal indiquant une grandeur appelée « déplacement chimique » notée δ et exprimée en
partie par million (ppm).
Expérimentalement, au lieu de mesurer la fréquence de résonance des protons, on mesure le
déplacement chimique. Le déplacement chimique reflète le décalage entre la fréquence de
résonance des protons de la molécule étudiée et une fréquence de résonance prise pour
référence. La référence utilisée en RMN est le TMS : tétraméthyle silane Si(CH3)4. Le TMS a
plusieurs avantages :

• Il possède 12 protons équivalents : il donne un seul signal.


• Le signal est intense (12H) : on utilise une petite quantité.
• Inerte et volatil.

Le déplacement chimique est donné par la relation suivante :

𝜈é𝑐ℎ𝑎𝑛 −𝜈𝑟é𝑓
𝛿= . 106 (VI.2)
𝜈𝑟é𝑓

L’unité de ce déplacement est en ppm (partie par million).

VI.4. Intégration

L’intensité relative d’un signal correspond à l’abondance relative du noyau qui en est la cause.
En mesurant la surface sous un pic et en la comparant aux autres pics, il est possible d’estimer
le nombre de protons correspondant à chaque pic.
Une molécule contient des protons identiques qui seront représentés par un seul pic dont l’air
est proportionnel au nombre de protons présents. Le spectre RMN du proton aura donc
plusieurs signaux avec différents déplacements chimiques, représentant les différents
environnements et non le nombre de protons présents. L’intégration des signaux afin d’obtenir
l’air sous les pics permet de connaitre le nombre total de protons présents.

89
La molécule d’éthanol La molécule d’éthane-1,2-diol

CH3 – CH2 – OH HO – CH2 – CH2 – OH

– Les 3 protons de CH3 sont – Les deux groupes CH2 ont des
équivalents protons équivalents.
– Les 2 protons de CH2 sont – Les deux groupes hydroxyle OH
équivalents ont des protons équivalen

Figure VI.5. Notion de protons équivalents

Des protons sont dits équivalents si leur environnement chimique est le même. En particulier,
des protons sont équivalents :

 s’ils sont portés par un atome ne comportant que des liaisons simples.
 s’ils sont portés par deux atomes identiques ayant le même environnement. De tels
atomes sont alors symétriques l’un de l’autre par l’un des éléments de symétrie de la
molécule (plan, axe ou centre de symétrie).

Par définition, des protons équivalents possèdent le même environnement chimique et


perçoivent donc le même champ magnétique : des protons équivalents ont le même
déplacement chimique et forment un seul et même signal sur un spectre RMN. Ce signal est
proportionnel au nombre de protons équivalents présents.

Les spectromètres RMN sont équipés d’un intégrateur électronique qui trace une courbe
d’intégration au-dessus de chaque pic. Les hauteurs de ces courbes d’intégration sont
proportionnelles aux surfaces sous les pics.

90
Figure VI.6. Spectre RMN du formiate de méthyle.

Pour calculer le nombre de protons équivalents correspondants à chaque pic, on peut utiliser
la formule suivante :

(𝑣𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑙′ 𝑖𝑛𝑡é𝑔𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑢 𝑝𝑖𝑐) 𝑥 (𝛴 𝑑𝑒𝑠 ℎ𝑦𝑑𝑟𝑜𝑔è𝑛𝑒𝑠)


𝑁𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑝𝑟𝑜𝑡𝑜𝑛𝑠 é𝑞𝑢𝑖𝑣𝑎𝑙𝑒𝑛𝑡𝑠 = (VI.3)
𝛴 𝑑𝑒𝑠 𝑖𝑛𝑡é𝑔𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠

VI.5. Blindage et Couplage s

pin-spin (multipicité)

Lorsque le déplacement chimique est faible, l’environnement du proton est chargé d’électrons
qui font écran, le proton est dit blindé. Inversement, lorsque le signal a un grand déplacement
chimique, il y a d’électrons qui font écran, le proton est dit « déblindé ». Les atomes
fortement électronégatifs (attirant les électrons vers eux) entraînent une augmentation du
déplacement chimique car les électrons seront plus proches de cet atome. Les liaisons
multiples ont également un effet « déblindant ».
Lorsqu’un noyau de 1H possède des noyaux 1H dans son voisinage, il subit non seulement le
champ magnétique de l’appareil, mais également ceux de petits champs induits par les 1H
voisins.

91
Dans le cas où 1Ha a un voisin non équivalent 1Hb,

Le proton 1Ha est affecté par le champ magnétique local induit par 1Hb du à ses deux
orientations.
Le proton 1Ha subit le champ magnétique H0±hlocal : son signal sera scindé en deux pics
égaux, appelé doublet.
Dans le cas où le noyau 1H possède n1H voisins, son signal sera scindé en n+1 pics.

Figure VI.7. Spectre RMN 1H du propanol.

L’amplitude du couplage, ou le nombre de hertz par lequel le signal est scindé est appelé
constante de couplage, symbolisée J. Cette constante est affectée par la disposition des atomes
dans l’espace. Ainsi le couplage de deux hydrogènes en cis sera différent de celui de deux
hydrogènes en trans par exemple.

92
VI.6. Choix du solvant

En RMN 1H, on utilise les solvants deutérés et les appareils sont réglés de sorte à bloquer le
signal du deutérium. Un pic relatif au solvant est quand même observé, il est dû à l'impureté
de 1H présente dans le solvant deutéré. Par exemple dans le cas de CDCl3, un pic est observé
à 7,26 ppm, il est dû à l'impureté CHCl3 présente dans CDCl3.
En RMN 13C, on utilise en général CDCl3 qui donne un triplet à 77 ppm. Ce triplet est dû au
couplage de 13C avec 2D: Pour 2D: I = 1 donc 2nI + 1 = 2 x 1 x 1 + 1 = 3 triplet.
La présence d'impureté de 1H dans le solvant est sans importance dans ce cas vu que le
spectre 13C est découplé. Dans le cas du diméthylsulfoxide deutéré O=S(CD3)2:
 En RMN 13C:2nI + 1 = 2x3x1+1 = 7 septuplet qui apparait à 39,7 ppm.
 En RMN 1H: l'impureté 1H présente est couplée avec les 2 noyaux de 2D:
2nI + 1 = 2x2x1+1 = 5 quintuplet qui apparait à 2,49 ppm.

VI.7. L’appareil de RMN

L’excitation des protons nécessite un champ magnétique intense de l’ordre de centaines de


Mega Hertz. Ce champ magnétique est créé par une bobine supraconductrice parcourue par un
champ électrique. L’échantillon est placé au centre de la bobine.
Afin de permettre à la bobine d’être supraconductrice, celle ci est plongée dans un bain
d’hélium. La bobine dégageant de la chaleur, l’hélium à tendance à s’évaporer. Pour ralentir
l’évaporation et maintenir le système à une température constante, la RMN possède une double
enveloppe (à la manière d’un thermos) dans lequel est injecté de l’azote liquide (environ -
196°C).
Au niveau commercial pour les laboratoires, il existe des appareils de RMN allant de 100 à
1000 MHz. Les champs classiques sont de 300-500 MHz. Plus l’intensité est importante plus
les spectres obtenus sont détaillés et l’identification de composés en faibles quantités peut-être
réalisée.

93
Figure VI. Photos des équipements RMN 400, 600 et 1000.

Les appareils RMN sont très imposants en comparaison à d’autres appareillages de chimie
analytique. En effet, il faut protéger la bobine de la chaleur extérieure, et surtout l’opérateur du
champ magnétique intense. Pour des raisons pratiques, on imagine aussi facilement l’intérêt de
ne pas avoir un fort aimant sans protection à proximité des bureaux. Il est d’ailleurs
recommandé d’enlever ses bijoux, cartes de crédit avant de pénétrer dans la pièce où est situé
l’appareil.

L’échantillon est placé dans un tube de verre entre les 2 pôles du puissant aimant. L’élévation
de température nécessite la mise en place d’un circuit de refroidissement de l’aimant. Pour des
champs importants (2 tesla et plus), on a recours à des cryoaimants utilisant des bobines
supraconductrices refroidies à l’hélium liquide.

94
Figure VI. Circuit de refroidissement cryogénique de l’aimant

L’échantillon est exposé à une radiofréquence constante dans un champ magnétique d’intensité
variable. Lorsque le champ magnétique atteint une intensité spécifique, certains noyaux
absorbent de l’énergie et la résonance se manifeste. Cette absorption induit un très faible
courant électrique, qui circule dans la bobine réceptrice entourant l’échantillon et un pic
apparaît.

Les appareils de routine actuels utilisent des électro-aimants dont les champs magnétiques
valent 1,409 ; 2,115 : 5,872 et 11,743 correspondant respectivement à 60, 90, 250 et 500 MHz,
pour la résonance du proton. On utilise d’ailleurs très souvent cette grandeur, la fréquence, pour
caractériser l’appareil. Dans ces appareils à onde continue, la fréquence est fixée par l’émetteur
et on fait un balayage en faisant varier très légèrement le champ B0 à l’aide d’un variateur de
champ pour obtenir la résonance.

Le besoin de sensibilité et de résolution plus élevées ont conduit à la production d’appareils de


fréquence allant de 200 à 500 et même 600 MHz. Pour tous les appareils de fréquence
supérieure à 100 MHz, on utilise des cryoaimants. Le spectromètre est aussi équipé d’un
émetteur-récepteur de radiofréquence : il s’agit d’une bobine alimentée par un courant
alternatif. Le tube contenant l’échantillon est placé dans une sonde, qui contient les bobines
d’émission et de réception, et sur un support spécial qui permet de faire tourner l’échantillon
autour de son axe vertical dans le but d’améliorer l’homogénéité du champ.

95
Figure VI. Tube RMN avec spinner.

La figure ci-dessus montre un type d’éprouvette de verre dont les dimensions sont :
 Longueur du tube : 18 cm
 Diamètre externe : 5 mm
 Diamètre interne : 4 mm

La plupart du temps, l’analyse RMN se déroule en phase liquide. Cependant, elle est également
possible en phase solide avec une adaptation de l’appareillage. Les fortes interactions des
molécules entre elles en phase solide donne des signaux moins résolus (pics larges). Ces
spectres sont donc moins facilement exploitables.
Pour l’analyse en phase liquide, l’échantillon doit être solubilisé dans un solvant deutéré
(hydrogènes remplacée par son isotope le deutérium), car le deutérium n’est pas excité par le
champ magnétique. Il n’interférera donc pas avec le signal du soluté. Dans un solvant classique
(avec hydrogène), le spectre RMN est impacté par les signaux des protons du solvant ainsi que
les interactions de ceux-ci avec la molécule analysée.
L’analyte en solution est placé dans un fin tube en verre adapté. Le tube est introduit au sein de
l’appareil et l’analyse est lancée via l’ordinateur. 5 min plus tard le spectre apparaît à l’écran.
Le manipulateur doit ensuite l’interpréter.

96
Le principe de la RMN est également exploité en imagerie médicale. Cette technique est plus
connue sous le nom d’Imagerie par Résonance Magnétique. A noter que le mot nucléaire a été
éliminé car il était susceptible d’effrayer les patients, le confondant avec l’énergie nucléaire. A
savoir que nucléaire signifie simplement noyau.
De la même manière que la molécule en RMN, le patient est placé au sein d’une grande bobine
produisant un fort champ électromagnétique (du même ordre que pour la RMN sur les
molécules) et les protons contenus par le corps humain sont excités. Ensuite, la différence réside
dans la reconstitution du signal.
Dans le cas de l’IRM des capteurs restituent l’intensité du signal à chaque endroit de la zone
étudié. L’intensité lumineuse de chaque pixel est proportionnelle à l’intensité du signal. Cela
permet d’obtenir une image ressemblant à une radiographie (rayons X), avec des zones sombres
et d’autres plus claires selon la forme des tissus humain étudiés. A l’inverse de la radiographie
par rayon X, ce sont les tissus mous les plus visibles. Les os contiennent trop peu de protons
pour être bien visibles à l’IRM.

97
Références bibliographiques

98
Références bibliographiques

1. Nenner I, Beswick et Jouvet C. la lumière, scalpel des molecules. La recherche, 273,

(1995).

2. Poulton G.A. Isomer Analysis by spectral methods. J. Chem. Ed., 52, p 397-398

(1975).

3. Bernardi C, Dauge M, Maday Y. - Spectral methods for axisymmetric domains,

vol. 3 of Series in Applied Mathematics (Paris)

4. Gauthier-Villars, Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier, Numerical algorithms

and tests due to Mejdi Azaïez, Paris (1999).

5. TECHNIQUES DE L’INGE NIEUR. SPECTROMÉTRIE S. RUBRIQUE /

REF : 42390210

6. Douglas A. Skoog Principles of Instrumental Analysis, Third Edition, Saunders

College Publishing (1985)

7. Bernhard Welz Atomic Absorption Spectrometry, Second, Completely Revised

Edition, VCH Verlagsgesellschaft mbH (1985)

8. Sune Svanberg Atomic and Molecular Spectroscopy, Basic Aspects and Practical

Applications, Second Edition, Springer-Verlag Berlin Heidelberg (1992)

99
9. William G. Schrenk Analytical Atomic Spectroscopy, Plenum Press, New York

(1975) 5 Peter F. Bernath Spectra of atoms and Molecules, Oxford University Press

(1995)

10. A. G. Gaydon The Spectroscopy of Flames, Second Edition, John Wiley & Sons, New

York (1974)

11. M. L. Parsons, B. W. Smith, and G. E. Bentley Handbook of Flame Spectroscopy,

Plenum Press, New York (1975)

12. Kay Niemax Analytical Aspects of Atomic Laser Spectrochemistry, Harwood

Academic Publishers GmbH (1989)

13. Ronald C Denney, Roy Sinclair Visible and Ultraviolet Spectroscopy, Analytical

Chemistry by Open Learning, John Wiley & Sons (1987)

14. C. Th. J. Alkemade and R Herrmann Fundamentals of Analytical Flame Spectroscopy,

John Wiley & Sons, New York (1979)

15. C. Th. J. Alkemade et al. Analytical Flame Spectroscopy, Selected Topics,

SpringerVerlag New York (1970)

16. Vaclav Sychra, Vratislav Svoboda, Ivan Rubeska Atomic Fluorescence Spectroscopy,

Van Nostrand Reinhold Company Ltd (1975)

100
17. Ruth E. Whan et al. ASM Handbook, Formerly Ninth Edition, Metals Handbook,

Volume 10 Materials Characterization, ASM International (1986)

18. K. Dittrich and R. Wennrich Laser Vaporization in Atomic Spectroscopy, Pergamon

Press Ltd (1984)

19. Sabrina Belaid. Polycopié de Cours : Méthodes Spectroscopiques d’Analyse Physico-

Chimiques Université de Bejaia (2013).

20. Steve GILLET. Polycopié de Cours : Méthodes analytiques et instrumentation. Haute

école Charlemagne (2015).

101