Vous êtes sur la page 1sur 5

c 

 
   


Y 
 
 

A.Y Le parti comme instrument de la révolution.
B.Y la dictature du prolétariat.
C.Y La disparition progressive de l'Etat.
Y 

   

 

A.Y "Classe prolétarienne = parti communisme = pouvoir soviétique".
B.Y L'encadrement de la société par le parti : éducation et contrôle.


 
xévrier 1917, en pleine Guerre mondiale, une Révolution en Russie, notamment à Petrograd, met fin
au règne du tsar Nicolas II qui abdique le 16 mars. Exactement un mois plus tard, les Allemands
favorisent le retour de Lénine, exilé en Suisse depuis sept ans. Dès son arrivée à Petrograd le 4 avril,
accueilli au son de la Marseillaise, Lénine fait une conférence durant laquelle il présente ses ÿ 

: paix immédiate, pouvoir aux soviets, usines aux ouvriers et terres aux paysans. Puis, Lénine
prend la tête des bolcheviks extrémistes. En juillet, le gouvernement tente sans succès d͛écraser le
mouvement bolchévique, environ 200 000 personnes, en pleine expansion.

En août et septembre, alors qu͛une réunion de tous les partis politique est organisée mais à
l͛exception des bolcheviks, Lénine (réfugié alors en xinlande) entreprend la rédaction de  
 
, un manuscrit de réflexions personnelles destiné à ses camarades russes dans lequel on
retrouve ses principales idées :

Paragraphe 1 : La dictature du prolétariat est la seule façon de transformer la démocratie capitaliste


en société communiste.

Paragraphe 2 : Lénine nous avertit que pour libérer l͛humanité de l͛esclavage salarial, il faut parfois
utiliser la force pour briser la résistance de la classe bourgeoise et « là où il y a violence, il n͛y a pas
de liberté, pas de démocratie͙ »

Paragraphe 3 : Quand les capitalistes seront battus, il n͛y aura plus de classes sociales et c͛est alors
que l͛État disparaîtra et que l͛on pourra parler de liberté et la démocratie du peuple.

Paragraphe 4 : Les gens vivront de mieux en mieux en suivant les règles, même sans État.

Paragraphe 5 : Considérant l͛absence de classes, l͛État n͛est plus nécessaire, il devient « superflu » et
vu qu͛il n͛y aura plus d͛exploitation des pauvres par les riches, la criminalité baissera jusqu͛à
disparaître car c͛est la misère et la privation du peuple qui mène à ces actes.

Ce texte sera inachevé car interrompu par la Révolution d͛Octobre 1917. En effet, les bolcheviks, qui
contrôlent les soviets de Petrograd et de Moscou, déclenchent l͛insurrection. Alexandre Kerenski,
Premier ministre depuis juillet, et ancien allié de Lénine, est chassé du pouvoir pour être remplacé
par des 

 , dont Lénine et Trotski.

7 novembre 1917 : Inspiré par le manifeste du Parti communiste de Marx et Engels publié en 1848, le
Parti bolchévique prend le pouvoir. La Russie compte déjà plus de 160 millions personnes et la
population augmente vite : 1,7 % par an. Entre 70% et 96% de la population est analphabète͙ et cela
aurait joué un rôle fondamental dans le développement de la théorie et de la pratique du
bolchévisme en servant de prétexte et de justification.

28 janvier 1918 : Lénine crée l'Armée rouge pour défendre les intérêts révolutionnaires. En
septembre et novembre, la Première guerre mondiale prendre fin. En Russie, le parti communiste est
rebaptisé Parti communiste russe en 1922. C'est le seul parti autorisé, les autres sont interdits et
leurs membres poursuivis. En 1922, sous l'impulsion de la Révolution d͛Octobre, Lénine transforme
l͛ancien Empire russe en fondant l͛Union soviétique, un état fédéral aussi connu sous le nom d͛Union
des républiques socialistes soviétiques (URSS) qui existera jusqu͛en 1991.
3 avril 1922 : Bureaucrate laborieux et discret, Staline gravit silencieusement les échelons et devient
c 
   
, fonction qu'il transforme rapidement en poste le plus important du pays.
Alors que Lénine appréciait Staline pour son efficacité, lui assurant « que [sa] main ne tremble[rait]
pas », leurs relations politiques et personnelles se dégradent. Mais le 3 avril 1923 : Staline, 45 ans,
prend la tête du Parti communiste. Lénine redoute le clivage entre Staline et Trotski, qui pourrait
mettre à mal le Parti.

Le 21 janvier 1924, souffrant depuis six ans notamment à cause d͛une tentative d͛assassinat en 1918
(la balle dans son cou serait l͛une des causes de ses attaques successives) et cloué au lit en silence
depuis près d͛un an, Lénine meurt à 53 ans. La lutte pour le pouvoir oppose Trotski et Staline mais ce
dernier, s͛appuyant sur la bourgeoisie naissante, exerce déjà une autorité considérable grâce à la
police et son clan de fidèles. À partir de conférences prononcées à l͛Université de Sverdlov entre le
26 avril et le 18 mai 1924, Staline publie 

 

 pour donner sa version des faits
et sa propre vision du projet communiste et l͛idéologie qui doit mener le Parti vers la «victoire
complète du socialisme. »

Paragraphe 1 : Le Parti n͛est pas une fin, mais un moyen pour combattre, un instrument du
prolétariat en étant sa « forme suprême d͛organisation » afin de conquérir le pouvoir dictatorial.

Paragraphe 2 et 3 : Le Parti est nécessaire non seulement pour cette conquête mais aussi pour
maintenir cette dictature révolutionnaire du prolétariat et cela dans une discipline rigoureuse du
Parti.

Paragraphe 4 : Staline entend éduquer la population et « inculquer » au peuple cet esprit de


discipline

Paragraphe 5 : Citant encore Lénine, Staline soutient que la force est nécessaire pour briser les
habitudes de millions de personnes et c͛est pourquoi le Parti doit lui aussi être fort et pédagogique͙

Paragraphe 6 : Staline rappelle que le Parti est l͛instrument de la dictature du prolétariat, que cela
est nécessaire pour conquérir le pouvoir mais qu͛après la disparition des classes, le Parti disparaîtra
également.

ÈY 
       
        c  



    
 

    

Y 
 
 
 

A.Y Le parti comme instrument de la révolution.

Dans le texte 2, ligne 1, Staline écrit que « Le Parti est la forme suprême d͛organisation du
prolétariat » (texte 2, l.1). Le terme de prolétariat désigne la classe inférieure du peuple, au XIXe
siècle on l͛utilise pour désigner la masse des travailleurs salariés. Le prolétariat, chez Marx a une
mission historique, il ne peut agir que par lui-même. C͛est lui qui doit renverser le capitalisme par
une révolution sociale et de le remplacer par une société où il n͛y aurait « plus de classe » (texte 1,
l.23), une « société communiste » (texte 1, l.21). Selon Marx, les intérêts du parti sont les mêmes que
ceux de la classe prolétarienne.
D'après Staline, le parti est aussi « l͛instrument de conquête de la dictature » (texte 2, l.7-8). On peut
donc dire que le parti est l'instrument de la Révolution. Chez Marx, la classe prolétarienne se réunit
au sein du parti de manière quasi-spontanée. Les prolétaires réunis en tant que classe conduisent la
Révolution. Cependant une nouvelle conception du parti surgit avec Lénine. Dans 
 (1903),
il estime que si la Révolution prolétarienne est faite par le prolétariat en tant que classe, elle sera
condamnée à l'échec à cause d'un manque d'organisation et d'un manque d'efficacité. Il condamne
donc toute action spontanée. Ainsi, le parti doit être une organisation rigoureusement centralisée, il
doit être composé de révolutionnaires professionnels qui se consacrent à cette activité
révolutionnaire dont ils connaissent les techniques. La Révolution, loin d'être menée par l'ensemble
des prolétaires, est donc en fait menée par la partie la plus consciente et la plus organisée du
prolétariat rassemblée au sein du parti. Ainsi le parti bolchevik, puis communiste à partir de 1922,
est l'agent du prolétariat.
Dans le texte 1, lignes 1, 2, 3 et 4, Lénine écrit que « le passage de la démocratie capitaliste à une
démocratie de plus en plus parfaite ne s͛opère pas aussi simplement et aussi aisément que se
l͛imaginent les professeurs libéraux et les opportunistes petits- bourgeois ». Il dénonce ici
l͛attentisme des mencheviks qui estiment, en s͛appuyant sur 
 de Marx, qu͛une révolution
prolétarienne est improbable dans la Russie, encore peu industrialisée, du début du siècle. L͛absence
de « lutte » (texte 2, l.22) des classes entre la bourgeoisie et le prolétariat industriel justifie selon eux
de pratiquer le réformisme et de rechercher des appuis dans la paysannerie en attendant un
moment plus propice à la Révolution. Lénine les accuse de trahir la Révolution. Dans sa conception
de la Révolution, Lénine s͛oppose à Marx qui estimait que la révolution devait commencer dans les
pays les plus évolués, les plus industrialisés ; ceux où le processus d͛évolution capitaliste serait le plus
avancé grâce à la concentration industrielle, et où, politiquement, les institutions et les mœurs
seraient les plus démocratisées.
Le parti prend une place importante dans le déclenchement de la Révolution, mais c͛est aussi lui qui
exerce la dictature du prolétariat.

B.Y La dictature du prolétariat.

La Révolution doit mener à la mise en place de la « dictature du prolétariat » (texte 1, l.5-6). Cela fait
référence, selon Lénine, à l͛ « organisation des opprimés en caste dominante pour l͛écrasement des
oppresseurs » (texte 1, l9-10). Ce thème de « dictature du prolétariat » avait seulement été abordé
par Marx qui indiquait la nécessité d͛une phase transitoire entre le socialisme et le « communisme »
(texte 1, l.5) C͛est un concept marxiste qui a fait très polémique, en effet il semble que pour Marx et
Engels la dictature du prolétariat n͛est ni le fait d͛un homme, ni d͛un parti.
Lénine ne cache donc pas le caractère dictatorial du régime, il écrit « là où il y a écrasement, là où il y
a violence, il n͛y a pas de liberté, pas de démocratie » (texte 1, l.19-20). En fait, il reprend mots pour
mots une phrase d͛Engels que l͛on trouve dans une lettre adressée à Bebel et publiée en appendice
de la Critique du programme de Gotha de Karl Marx : « Or là où il y a écrasement, là où il y a violence,
il n͛y a pas de liberté, pas de démocratie ». En reprenant cette phrase d͛Engels et ce concept de
« dictature du prolétariat », il affirme son attachement à l͛idéologie de Marx. La « dictature du
prolétariat » se révèle être nécessaire pour assurer « le passage de la démocratie capitaliste à une
démocratie de plus en plus parfaite » (texte 1, l.1), c'est-à-dire à une « société communiste » (texte
1, l.15). C'est la prise du pouvoir des opprimés qui représentent la majorité sur la minorité des
oppresseurs. La Révolution n'est ni égalitaire, ni libérale : elle maintient une série de limitations à la
liberté des « oppresseurs » (texte 1, l.10), c'est à dire les exploiteurs, les capitalistes, qu͛il faut
écraser afin de libérer les « opprimés » (texte 1, l.9). Lénine légitime la dictature en faisant un
constat : tant qu͛il y a des « classes », il n͛y a pas de « liberté » (texte 1, l.16), en effet, une classe
opprime toujours l͛autre. En effet, la vraie question qui se pose quand on parle de liberté, c͛est la
liberté pour quelle classe ?

C.Y La disparition progressive de l͛Etat.

Lénine est l͛auteur d͛une conception originale sur l͛ « Etat » (texte 1, l.26) qui se distingue des idées
de Marx. Alors que celui-ci souhaitait la disparition prématurée de l͛institution étatique, Lénine
s͛appuie sur la « violence » (texte 1, l.19) révolutionnaire, considérée comme légitime, pour justifier
la captation du pouvoir d͛Etat par l͛élite du prolétariat. Lénine considère qu͛en tant qu͛ « appareil
spécial de contrainte » (texte 1, l.35), c'est-à-dire en tant qu͛instrument de domination, l͛Etat peut
être utile pour la destruction du capitalisme. En s͛emparant de l͛Etat, les prolétaires disposent d͛un
outil de répression contre les forces bourgeoises. La nouveauté qu͛apporte Lénine, c͛est l͛idée selon
laquelle la dictature du prolétariat peut s͛exercer par le biais de la violence. Lénine ne conteste
cependant pas l͛idée marxiste de dépérissement de l͛Etat. Mais à la différence de Marx, il identifie
deux phases distinctes :
-Y phase inférieure correspond au socialisme : l͛Etat nécessaire, mais c͛est un Etat de transition,
c͛est la « dictature du prolétariat » que nous avons étudié précédemment.
-Y phase supérieure : celle du « communisme », à ce stade « l͛Etat disparaît » (texte 1, l26).
« Le communisme rend l͛Etat tout à fait superflu, car il n͛y a plus de classe à écraser » (texte 1, l.37-
38).

Y 

   

 
 

A.Y « Classe prolétarienne = parti communiste = pouvoir soviétique ».



 Dans le deuxième texte à la ligne 1 on peut lire « Le parti est la forme suprême
d'organisation du prolétariat » on peut donc penser que pour les léninistes il est important que le
parti représente l'ensemble de la classe prolétarienne pour mieux la diriger. Pour lui seuls les
prolétaires doivent avoir des droits politiques, en effet même si il reconnaît l'existence d'autres
classes que le prolétariat et la bourgeoisie il pense qu'elles sont subordonnée au deux classes
dominantes, de plus les bourgeois ne peuvent avoir de droits politiques puisqu'ils sont les ennemis
de la majorité, ennemis des prolétaires. Le parti doit donc être le représentant des prolétaires afin
d'encadrer l'évolution de la révolution russe afin d'aboutir à une société communiste. Cette idée est
abordée à la ligne 2 avec « Il est le facteur essentiel de direction au sein de la classe des prolétaires ».
Cette phrase sous-entend que le parti bolchévik doit être doit être un organe de pouvoir dans la
société révolutionnaire, il doit être dépositaire au moins d'une partie de l'autorité. Cette autorité du
parti est légitimé par le fait que Lénine dans sa doctrine associe le parti au prolétariat, on ne peut
refuser le pouvoir au parti puisqu'il représente la seule classe à laquelle appartiennent les droits
politiques l'assimilation classe prolétarienne = parti communiste est invérifiable c'est pourquoi la
légitimité du parti communiste ne peut être remise en cause, en effet pourquoi remettre en question
le pouvoir d'un organe qui se bat pour les plus pauvres au détriment des plus riches . Les lignes 14 à
16 puis 21 à 24 nous apprennent que pour Lénine comme pour Staline le parti doit être le seul et
unique dépositaire du pouvoir avec « un seul point », « un seul endroit ». En effet Lénine met en
place dés 1917 une politique de parti unique en insistant sur le fait que c'est cet organe politique qui
doit centraliser tous les pouvoirs afin d'assurer la bonne évolution de la révolution. En janvier 1917
une tentative de formation d'un parlement démocratique a eut lieu néanmoins c'est un échec
puisque le projet est arrêté rapidement lorsque les bolchéviks n'ont pas eut la majorité lors des
élections. Lénine justifie cet acte par le fait que seul lui à la connaissance de la vérité de la lutte des
classes. Le parti ne peut partager son pouvoir en raison de sa nature, il ne peut confier des parcelles
de son pouvoir puisqu'il est censé représenté la totalité du prolétariat. La seule possibilité est que le
parti crée des institutions contrôlés par lui, les institutions de cet Etat-parti obtiendrai un caractère
prolétarien par leur affiliation au parti
La citation de Lénine « Classe prolétarienne = parti communiste = pouvoir soviétique » résume donc
la pensé de Lénine et de Staline au sujet de la place que doit prendre le parti communiste dans la
société russe : un parti unique qui centralise tout les pouvoir et qui représente l'ensemble de la
classe prolétarienne mais également un parti à la tête d'une organisation comparable à un Etat.

B. L͛encadrement de la société par le parti : éducation et contrôle.



Dans le second texte on peut déceler une certaine vocation éducative du parti, en effet aux
lignes 37 et 38 il écrit « C'est aider les masses prolétarienne à faire leur éducation ». Pour Lénine
comme pour Staline le prolétariat ne peut faire de lui même son éducation, le parti doit donc remplir
le rôle d'un guide, d'un éducateurs qui doit donner au prolétariat les valeurs nécessaire pour
l'émergence d'un régime socialiste. Cette éducation du prolétariat est un point sur lequel le
léninisme se rapproche du marxisme : pour Marx il était nécessaire que le prolétariat atteigne un
certain niveau d'instruction pour pouvoir se soulever contre le régime bourgeois. Néanmoins à
l'inverse de Marx, Lénine se méfie des mouvements spontané des masses, il pense que si le parti doit
éduquer les prolétaires pour rendre possible la révolution il doit également encadrer cette éducation
afin que les prolétaires ne soient pas tenter par le modèle bourgeois comme il le dit aux lignes 37 à
39 « Un rempart contre l'influence corrosive de l'élément petit-bourgeois et des habitudes petites -
bourgeoises ». Ainsi le parti pour les léninistes à pour but de lutter contre le retour des prolétaires à
un mode de pensé qui les rapprocherai des bourgeois et qui empêcherai l'émergence du régime
socialiste. Pour les léninistes l'éducation des masses prolétarienne doit les transformer en «une
force capable de supprimer les classes et de préparer les conditions nécessaires à l'organisation de la
production sociale »ligne 40 et 41. Les conditions nécessaires dont Staline parle sont liées à la
conscience de classe, le prolétariat ne peut être révolutionnaire sans cette conscience de classe et il
ne peut l'atteindre seul. Les prolétaires doivent comprendre qu'ils forment une seule et même classe
et que cette classe prend une place importante dans la société russe. Sans cette conscience de classe
les prolétaires se soumettent au pouvoir tsariste mais en prenant conscience de leur poids dans la
société russe ils peuvent devenir révolutionnaire et renverser le régime. Pour Lénine seuls les
« Bolchéviks » ligne 30 ont compris l'ampleur et l'enjeu de cette conscience de classe c'est pourquoi
c'est à eux et à eux seuls qu'il revient de diriger le parti pour que l'éducation du prolétariat se fasse
réellement et de manière efficace. Les Bolchéviks sont les intellectuels issus de la bourgeoisie mais
qui aspirent à un monde nouveau donc mettent au service de la classe ouvrière leur connaissances,
leur valeurs et leurs aspirations. Le texte de Staline présente un vocabulaire très autoritaire au sujet
du contrôle que doit exercer le parti sur le prolétariat. En effet le mots « discipline » répété aux
lignes 32, 35 puis 43 dans « un parti fort par sa cohésion et sa discipline » puis l'expression «
discipline de fer » à la ligne 33 montre que le parti n'a pas seulement pour but d'éduquer le
prolétariat il le contrôle également et ceci de manière radicale. La succession du mot discipline sert à
bien implanter la notion de discipline dans le léninisme. Les prolétaires doivent observer un certain
code de conduite sous peine de se voir sanctionner d'une quelconque manière. Cette ligne de
conduite commune doit permettre une meilleure « cohésion » ligne 37 de la classe prolétarienne afin
que celle ci demeure invulnérable face aux attaques de la bourgeoisie qui n'a plus de droits politiques
mais qui garde néanmoins une certaine autorité. Au même titre que l'éducation le contrôle du
prolétariat doit permettre de continuer la révolution vers un régime socialiste. Ce contrôle semble
beaucoup plus rigide avec Staline et laisse deviner les prémices du stalinisme.