Vous êtes sur la page 1sur 70

UNIVERSITÉ CADI AYYAD

ECOLE SUPERIEURE DE TECHNOLOGIE


ESSAOUIRA

Dimensionnement D’un Système


Autonome Destiné A L’irrigation
D’une Ferme Dans La Région De
Chichaoua
Projet de Fin d'Étude

Hasna SAADI
Houria BOUZGHIBA
Mohamed Amine FESSAS
Hamza ELAIRBATI

[Filière des Energies Renouvelables]

Encadré par : Pr Fatima Zahra AMATOUL


EST-Essaouira Du 06/02/2019 au 01/04/2019

Année universitaire : 2018-2019


ER
Remerciements

Nous tenons à remercier dans un premier temps, toute l’équipe pédagogique de l’école supérieure de
technologie d’Essaouira et les intervenants professionnels responsables de la formation Energies
Renouvelables. Avant d’entamer les différents chapitres de ce rapport, nous profitons de l’occasion
pour remercier tout d’abord notre professeur Fatima Zarha AMATOUL qui n’a pas cessé de nous
encourager pendant la durée du projet, ainsi pour sa générosité en matière de formation et
d’encadrement. Nous la remercions également pour l’aide et les conseils concernant les missions
évoquées dans ce rapport, qu’elle nous a apporté lors des différents suivis, et la confiance qu’elle
nous a témoigné. Nous remercions aussi Monsieur IHICHAM Mohammed , propriétaire de la ferme
étudiée pour sa générosité et sa bonne hospitalité. Nous tenons à remercier nos professeurs de nous
avoir incités à travailler en mettant à notre disposition leurs expériences et leurs compétences.

2
Table de matières
Remerciements ...................................................................................................................................2
Table de matières ...............................................................................................................................3
Liste de figures ....................................................................................................................................6
Chapitre I : Rayonnement Solaire Et Système Photovoltaïque .....................................................10
1.Introduction .............................................................................................................................11
2.Les ressources solaires ............................................................................................................11
3.L’effet de la rotation et de l’inclinaison de la terre sur le rayonnement .................................11
4.Rayonnement solaire disponible au niveau du sol ..................................................................13
4.1. Le rayonnement direct .....................................................................................................13
4.2. Le rayonnement diffus ....................................................................................................13
4.3. Le rayonnement réfléchi ..................................................................................................13
5.Coordonnées de position .........................................................................................................14
5.1. Repérage d’un endroit sur terre .......................................................................................14
5.1.1. La latitude ...............................................................................................................................14
5.1.2. La longitude ............................................................................................................................14
5.2. Repérage du soleil ...........................................................................................................14
5.2.1. La hauteur angulaire...............................................................................................................14
5.2.2. L’azimut solaire.......................................................................................................................14
6.Technologie solaire et système photovoltaïque ......................................................................14
6.1. L’énergie photovoltaïque ................................................................................................14
6.2. L’effet photovoltaïque .....................................................................................................15
6.3. Principe de fonctionnement .............................................................................................15
6.4. Circuit électrique équivalent ...........................................................................................16
6.5. Caractéristique I = f(V) ...................................................................................................18
6.5.1. Tension de circuit ouvert ........................................................................................................19
6.5.2. Courant de court-circuit .........................................................................................................19
6.6. Point de puissance maximale MPPT (Un Maximum Power Point Tracking) .................19
6.6.1. Puissance crête et rendement................................................................................................19
6.6.2. Le rendement .........................................................................................................................19
6.6.3. Facteur de forme ....................................................................................................................19
6.7. L’influence de l’éclairement ...........................................................................................20
6.8. Influence de la température .............................................................................................21
6.9. Association des cellules photovoltaïques ........................................................................22
6 .9.1. Association des cellules PV en série ......................................................................................22
3
6.9.2. Association des cellules PV en parallèle .................................................................................23
6.9.3. Association hybride (série/parallèle) .....................................................................................24
7.Différents types de système PV ..............................................................................................24
7.1. Système autonome...........................................................................................................25
7.2. Système photovoltaïque raccordé au réseau ....................................................................25
7.2.1. Connexion directe ..................................................................................................................26
7.2.2. Connexion à travers des réseaux résidentiels ........................................................................26
7.3. Système hybride ..............................................................................................................26
8.Conclusion ...............................................................................................................................26
Chapitre II : Dimensionnement D’un Système De Pompage Photovoltaïque ........................27
1.Introduction .............................................................................................................................28
2.Les composants d’un système de pompage solaire photovoltaïque ........................................28
2.1. Générateur photovoltaïque ..............................................................................................28
2.2. Armoire solaire ................................................................................................................28
2.3.Système motopompe ........................................................................................................29
2.4.Le réservoir ......................................................................................................................29
3.Terme hydraulique et signification .........................................................................................29
3.1. Débit ................................................................................................................................29
3.2.La hauteur manométrique totale HMT .............................................................................29
4.Méthode de dimensionnement ................................................................................................31
4.1.Estimation des besoins en eau ..........................................................................................31
4.2.Evaluation de l’énergie hydraulique nécessaire ...............................................................31
4.3.Estimation de la puissance électrique nécessaire .............................................................32
4.4.La puissance de champ photovoltaïque nécessaire ..........................................................32
4.5.La puissance crête du générateur photovoltaïque ............................................................33
4.6.La détermination du nombre des panneaux nécessaires pour l’installation .....................33
4.7. Dimensionnement d’onduleur .........................................................................................33
5.Application à la ferme .............................................................................................................33
5.1. Etude de site ....................................................................................................................33
5.2.Présentation de la ferme ...................................................................................................34
5.3. Besoin en eau ..................................................................................................................36
5.4. Calcul de l’énergie électrique ..........................................................................................39
5.5.Energie à produire ............................................................................................................39
5.6.La puissance crête ............................................................................................................39
5.7.Nombre des panneaux nécessaires ...................................................................................39
6.Capacité de filtrage ..................................................................................................................40
7.Etude du convertisseur DC/AC « Les onduleurs »..................................................................41
7.1. Définition ........................................................................................................................41
4
7.2. Symbole ...........................................................................................................................41
7.3. Onduleurs triphasés : Principe de fonctionnement ..........................................................42
7.4. Stratégie de commande d’un onduleur triphasé ..............................................................43
7.4.1. Stratégie de commande MLI Sinusoïdale ...............................................................................43
7.4.2 les caractéristiques de la commande MLI ...............................................................................44
7.4.3. Simulation de la commande « M LI » .....................................................................................44
7.5. Choix de l’onduleur .........................................................................................................46
8.Type d’association des panneaux ............................................................................................46
8.1. Calcule le nombre de modules photovoltaïque en série ..................................................46
8.2. Calcule le nombre de chaine photovoltaïque en parallèle ...............................................47
8.3. Compatibilité en puissance ..............................................................................................47
10.l’étude technico-économique du projet .................................................................................49
10.1. Caractéristiques des matériaux .....................................................................................49
10.2. Tableau financier et le temps de retour sur investissement ...........................................50
11.Conclusion .............................................................................................................................50
Chapitre III : Simulation Des Différents Composants Du Système ........................................51
1.Introduction .............................................................................................................................52
2.Simulation du panneau PV sous MATLAB SIULINKFig.31. Schéma bloc de branchement
un panneau PV ...........................................................................................................................52
3.Influence de l’éclairement .......................................................................................................53
4.Influence de la température .....................................................................................................54
5.Modélisation et simulation d’un générateur photovoltaïque ...................................................55
6.Simulation d’un onduleur ........................................................................................................58
7.conclusion : .............................................................................................................................59
Perspectives ................................................................................................................................60
Dimensionnement des batteries d’accumulateur ........................................................................61
Conclusion générale .....................................................................................................................65
Références bibliographiques .......................................................................................................66
ANNEXE .......................................................................................................................................67
1. Pompage à gaz .................................................................................................................67
2. Installation et principe de mise en marche .......................................................................67
3. Avantages comparatifs du gaz butane et de l’essence .....................................................67
4. Contraintes et risques de la technologie ...........................................................................68
5. Principe de fonctionnement .............................................................................................69
5.1 Les moteurs à explosion (à gaz butan) : ...........................................................................69
5.2 Etude de cycle théorique ..................................................................................................69

5
Liste de figures
Fig.1. Trajectoire du soleil selon les saisons ......................................................................................12
Fig.2. Effet de l’inclinaison sur le rayonnement, de mois en mois, à 45 de latitude..........................12
Fig.3. Les trois types du rayonnement ...............................................................................................13
Fig.5. Principe de fonctionnement d’une cellule photovoltaïque.......................................................16
Fig.6. Schéma équivalent d’une cellule photovoltaïque ....................................................................16
Fig.7. Caractéristique I=f(V) ..............................................................................................................18
Fig.8.Caractéristique P = f(v) .............................................................................................................20
Fig.9.Influence de l’éclairement .........................................................................................................21
Fig.10. Influence de la température sur la caractéristique I=f(V) ......................................................21
Fig.11. Association de Ns cellules PV en série ..................................................................................23
Fig.12. Association de Np cellules en parallèle ................................................................................24
Fig.13. Schéma d’une association hybride .........................................................................................24
Fig.14. Classification des systèmes photovoltaïques .........................................................................25
Fig.15. Schéma d’un système photovoltaïque autonome ...................................................................25
Fig.16. Schéma d’un système hybride (PV-éolienne). .......................................................................26
Fig.17. Les composants d’un système de pompage solaire photovoltaïque .......................................28
Fig.18.Schéma descriptive de la HMT ...............................................................................................30
Fig.19.Bassin de stockage au sein de la ferme ...................................................................................35
Fig.20. Les dimensions du bassin.......................................................................................................35
Fig.21. Plan de la ferme étudiée .........................................................................................................36
Fig.22. Types des cultures dans la ferme ...........................................................................................39
Fig.23.Le débit de la pompe en fonction de le HMT .........................................................................39
Fig.24.Fiche technique du panneau photovoltaïque ...........................................................................40
Fig.25. Schéma d’installation du système étudié. ..............................................................................40
Fig.26. Symbole de l’onduleur ...........................................................................................................41
Fig.27. Le circuit d’un onduleur triphasé ...........................................................................................42
Fig.28.1. Signe des 3 phases ..............................................................................................................44
Fig.28.2. Signe d'onde porteuse .........................................................................................................45
Fig.28. Simulation de la commande MLI ..........................................................................................45
Fig.29. Fiche technique de l’onduleur ................................................................................................46
Fig.30. Schéma électrique équivalant de système de pompage photovoltaïque ................................48
Fig.31. Panneau choisit ......................................................................................................................49
Fig.33. Type de moteur choisit...........................................................................................................49
Fig.32. Onduleur choisit .....................................................................................................................49
Fig.34. Schéma bloc de branchement un panneau PV .......................................................................52
6
Fig.35. Caractéristique 𝑰 = 𝒇(𝒗) de notre panneau ...........................................................................53
Fig.36. Caractéristique 𝑷 = 𝒇𝒗 du panneau PV ................................................................................53
Fig.37. L’influence de l’éclairement sur la caractéristique I=f(V) ....................................................53
Fig.38. L’influence de l’éclairement sur la caractéristique P=f(V) ....................................................53
Fig.39. L’influence de la température sur la caractéristique P=f(V) ..................................................54
Fig.40. L’influence de la température sur la caractéristique I=fV) ....................................................54
Fig.38. Modélisation du GPV sous Matlab/Simulink. .......................................................................57
Fig.39. Modèle de représentation du GPV. ........................................................................................57
Fig.40. Schéma de simulation du modèle de l’onduleur ...................................................................58
Fig.41. Résultats de simulation d’un onduleur ...................................................................................58
Fig.42. Schéma de simulation de la commande MLI .........................................................................59
Fig.43. Résultat de la commande MLI ...............................................................................................59
Fig.44. Schéma de la nouvelle installation .........................................................................................60
Fig.45. Organigramme de l’algorithme de perturbation et d’observation (P&O) ..............................63
Fig.46.cycle théorique du moteur .......................................................................................................69
Fig.47.fonctionnement d’un moteur à gaz..........................................................................................70

Liste des Tableaux


Tableau .1. Les caractéristiques de site ..............................................................................................34
Tableau .2. Besoin en eau selon les secteurs et leurs superficies .......................................................36
Tableau 3 : le prix des différents composants de l’installation photovoltaïque .................................50
Tableau 4 : Classification des batteries. .............................................................................................61
Tableau 5 : Comparaison de l’utilisation du gaz et de l’essence pour un tour d’irrigation d’une
ferme de 18 ha ....................................................................................................................................68

7
Introduction générale
ctuellement, la production d’énergie électrique est un défi de la plus grande importance, pour

A les années à venir, aussi bien du point de vue écologique, qu’économique. Les besoins
énergétiques des sociétés industrialisées, mais aussi des pays en voie de développement ne
cessent de croitre.
On entend par énergie renouvelable, des énergies issues du soleil, du vent, de la chaleur de la terre,
de l’eau ou encore de la biomasse. A la différence des énergies fossiles, les Energies renouvelables
sont des énergies à ressource illimitée.
Aujourd’hui, l’essentiel de la production mondiale d’énergie provient de sources fossiles non
renouvelables. Ce type d’énergie donne lieu à des émissions de gaz à effet de serre et donc une
augmentation de la pollution. De plus, la consommation excessive de stock de ressources naturelles
réduit les réserves de ce type d’énergie de façon dangereuse pour les générations futures.
L’épuisement des ressources fossiles, à plus ou moins long terme, la flambée du cours du pétrole, la
lutte contre les émissions de gaz à effet de serre rendent urgentes la maîtrise des consommations et la
diversification des sources d’énergie ainsi que l’utilisation et le développement des énergies
renouvelables.
Les énergies renouvelables telles que l’énergie éolienne, l’énergie solaire, la biomasse et l’énergie
hydroélectrique, sont des alternatives prometteuses pour concurrencer les sources d’énergies de
nature fossile et nucléaire.
Cette transformation s’effectue sans bruit, sans émission de gaz, elle est donc une énergie totalement
propre. Par ailleurs, l’absence et le manque en mouvement des pièces mécaniques lui confèrent un
niveau de fiabilité inégalable (la durée de vie d’un module photovoltaïque est estimée généralement
par les experts à 30 ans).
Le rayonnement solaire est reparti sur toute la surface de la terre et ne cause aucun conflit entre les
pays contrairement au pétrole. Une partie de ce rayonnement peut être exploitée pour produire
directement de la chaleur (Technique du solaire thermique) ou de l’électricité (Technique du solaire
photovoltaïque). Les systèmes photovoltaïques semblent bien s’imposer comme moyen de
conversion de l’énergie solaire en énergie électrique. Ces systèmes se composent des champs de
modules et d’un ensemble de composants qui adaptent l’électricité produite par les modules aux
spécifications des récepteurs.
L’électricité photovoltaïque présente une option économique intéressante pour des sites non raccordés
au réseau de distribution centralisée. Lorsque les besoins à couvrir sont faibles, où l’absence d’une
maintenance lourde constitue un avantage évident. Les systèmes photovoltaïques trouvent alors leur
pleine justification dans les régions rurales isolées et les pays en voie de développement. Elle permet
de couvrir les besoins en électricité d’une habitation, tels que l’éclairage, le pompage de l’eau et la
production du froid, ...

8
De par sa situation géographique, le Maroc, bénéficie de conditions favorables pour la production et
l’utilisation de l’énergie solaire d’origine photovoltaïque. En effet, l’introduction de ce type énergies
peut être aisément envisagée sur de nombreux sites, vu son important potentiel solaire, notamment
dans le grand sud, qui est caractérisé par de très forts apports solaires avec une différence de
température diurne-nocturne très importante. Par conséquent, compte tenu de la baisse des revenus
de la rente pétrolière et de l’importance de son gisement solaire, le Maroc est condamné à inscrire
une nouvelle politique de reconversion énergétique comme perspective économique et
géostratégiques dans les prochaines décennies.
Dans notre travail, nous proposons l’étude du dimensionnement d’un système photovoltaïque
autonome destiné à l’irrigation d’une ferme agricole. Les besoins concernant le pompage de l’eau et
la conversion DC-AC, constituent l’essentiel de l’étude effectuée.
Ce projet est structuré en trois chapitres :
Le premier chapitre donne un bref aperçu sur l’énergie délivrée par le soleil et présente un état, non
exhaustif, des technologies solaires couramment employé actuellement.
Le deuxième chapitre concerne la méthode de dimensionnement appliquée au cas de la ferme étudiée,
une application a une ferme réelle dans la région de Chichaoua, le dimensionnement des différents
composants de notre système (onduleur, capacite de filtrage, panneaux), ainsi qu’une étude
économique du système.
Après la présentation de la ferme, de ses besoins en pompage et stockage, le troisième chapitre traite
de l’étude, la simulation des différents convertisseurs employés, notre panneau photovoltaïque utilisé,
et la configuration série-parallèle déjà démontrée.
Ce travail s’achève par une conclusion générale et quelques perspectives s’inscrivant dans de futurs
travaux sont mentionnées.
Enfin, des fiches techniques relatives aux composants et matériels étudiés et choisis sont présentés en
annexes.

9
Chapitre I : Rayonnement Solaire Et
Système Photovoltaïque

10
1.Introduction

Dans ce chapitre nous allons aborder le concept de l’énergie solaire, en expliquant comment l’énergie
solaire varie selon l’endroit et la saison, et comment estimer la quantité d’énergie solaire disponible
à un endroit donné.

2.Les ressources solaires

Le Soleil émet un rayonnement électromagnétique compris dans une bande de longueur d’onde
variant de 0,22 à 1,0 µm.
L’atmosphère terrestre reçoit ce rayonnement à une puissance moyenne de 1,37kilowatt au mètre
carré (kW/m²), à plus ou moins 3%, selon que la terre s’éloigne ou se rapproche du soleil dans sa
rotation autour de celui-ci. L’atmosphère en absorbe toutefois une partie, de sorte que la quantité
d’énergie atteignant la surface terrestre dépasse rarement 1,2kW/𝒎𝟐 (1200W/𝑚2 ). La rotation et
l’inclinaison de la Terre font également que l’énergie disponible en un point donné varie selon la
latitude, l’heure et la saison. Enfin, les nuages, le brouillard, les particules atmosphériques et divers
autres phénomènes météorologiques causent des variations horaires et quotidiennes qui tantôt
augmentent, tantôt diminuent le rayonnement solaire et le rendent diffus.

L’utilisation du rayonnement solaire comme source d’énergie pose donc un problème bien particulier.
En effet, le rayonnement solaire n’est pas toujours disponible ; en outre, on ne peut l’emmagasiner ni
le transporter. Le concepteur d’un système qui emploie le rayonnement solaire comme source
d’énergie doit donc déterminer la quantité d’énergie solaire disponible à l’endroit visé et le moment
où cette énergie est disponible.

3.L’effet de la rotation et de l’inclinaison de la terre sur le rayonnement

Il faut d’abord comprendre l’effet de la rotation (moment de la journée) et de l’inclinaison (saison de


l’année) de la Terre sur le rayonnement solaire. L’absorption atmosphérique est plus faible lorsque le
Soleil se trouve à son point le plus haut dans le ciel, c’est-à-dire plein sud dans l’hémisphère nord et
plein nord dans l’hémisphère sud. En effet, la distance que doit parcourir le rayonnement dans
l’atmosphère est plus courte lorsque le Soleil est directement au-dessus de l’endroit visé. C’est le «
midi solaire », moment où le rayonnement solaire direct est le plus intense. Comme le Soleil est plus
haut et que les journées sont plus longues en été, la quantité totale d’énergie reçue sur un plan
horizontal y est plus grande qu’en hiver.

11
Fig.1. Trajectoire du soleil selon les saisons

Inversement, le rayonnement atteint son intensité maximale lorsque le plan est perpendiculaire aux
rayons du Soleil, donc l’intensité du rayonnement solaire sur un plan quelconque augmente quand on
l’incline vers le Soleil.

Nous maximisons par conséquent la quantité d’énergie solaire directe captée quand nous changeons
constamment l’inclinaison du plan pour le maintenir à angle droit avec les rayons du Soleil. Si le
plan est fixe, la quantité d’énergie reçue sera moindre, car les rayons du Soleil le frapperont de biais
la majorité du temps.

La figure montre l’effet de l’angle d’inclinaison sur le rayonnement direct frappant un plan, de mois
en mois, à 45 de latitude. Lorsque l’inclinaison est égale à environ 35 par rapport à l’horizontale,
le plan capte à peu près la même quantité d’énergie solaire toute l’année. Le rayonnement annuel
capté est au maximum lorsque le plan est incliné à un angle égal à la latitude.

Fig.2. Effet de l’inclinaison sur le rayonnement, de mois en mois, à 45 de latitude

12
4.Rayonnement solaire disponible au niveau du sol

Pour pouvoir dimensionner une installation photovoltaïque, il est nécessaire de connaître la quantité
d’énergie disponible. Dans un plan donné, l’irradiation incidente, appelée irradiation globale, est la
somme de trois composantes (ou deux si le plan est horizontal).

Fig.3. Les trois types du rayonnement


4.1. Le rayonnement direct
Le plus puissant, qui provient directement du soleil en une ligne droite sans subir d’obstacles sur sa
trajectoire (nuage, immeubles…). C’est lui qui nous aveugle lorsque l’on cherche à regarder le soleil
par temps découvert.

La mesure du rayonnement solaire direct est faite à l’aide d’un pyrhéliomètre. Cet instrument est en
permanence orienté vers le Soleil et ne mesure que le rayonnement provenant du seul disque solaire.
Il a donc besoin d’un suiveur solaire.

4.2. Le rayonnement diffus


Provient des multiples diffractions et réflexions du rayonnement solaire direct par les nuages. C’est
grâce à lui qu’on peut voir clair même quand le temps est couvert.

La mesure du rayonnement solaire diffus est faite du même instrument, auquel nous avons adjoint un
écran occultant le rayonnement solaire direct. Cet écran peut être, soit un disque ou une sphère dirigée
en permanence vers le Soleil.

4.3. Le rayonnement réfléchi


Résulte de la réflexion du rayonnement solaire direct par le sol (albédo). Cette composante peut être
considérée nulle sur un plan horizontal non réfléchissant (pas de neige par exemple, car la neige est
l’un des éléments qui contribuent le plus à l’albédo).

Pour mesurer l’albédo, le rayonnement global descendant est mesuré avec un pyranomètre faisant
face au ciel, alors que le rayonnement réfléchi est mesuré avec un pyranomètre tourné vers le bas.

La somme du rayonnement direct, diffus et réfléchi est appelée « rayonnement solaire total » ou «
global ».
13
5.Coordonnées de position
5.1. Repérage d’un endroit sur terre
5.1.1. La latitude
La latitude est une coordonnée géographique représentée par une valeur angulaire, expression de la
position d’un point sur Terre, au nord ou au sud de l’équateur qui est le plan de référence. Est une
mesure angulaire, elle varie entre la valeur 0° à l'équateur et ± 90° aux pôles (positive dans
l’hémisphère nord et négative dans l’hémisphère sud).

5.1.2. La longitude
La longitude est une coordonnée géographique représentée par une valeur angulaire, expression du
positionnement Est-Ouest d’un point sur Terre. La longitude de référence sur Terre est le méridien
de Greenwich. C’est une mesure angulaire sur 360° par rapport à un méridien de référence. Elle se
mesure de 0° à 180° à l’Est du méridien de Greenwich et de0° à -180° à l’Ouest du méridien de
Greenwich. La valeur maximale de la longitude est donc 180°.

5.2. Repérage du soleil


5.2.1. La hauteur angulaire
C’est l’angle que fait la direction du Soleil avec sa projection sur un plan horizontal. La hauteur du
soleil, ou encore l’altitude, est l’angle formé par le plan horizontal du lieu considéré et le vecteur «
point local-soleil ». Cette hauteur du soleil intervient fortement sur la valeur de l’éclairement solaire
et pour apprécier cette valeur en un point et une heure donnée il est nécessaire de calculer cette hauteur
(la formule sera donnée par la suite).

5.2.2. L’azimut solaire


C’est l’angle que fait la direction de la projection du Soleil sur le plan horizontal avec la direction
Sud (dans l’hémisphère nord) ou Nord (dans l’hémisphère sud). L’angle est mesuré dans le sens des
aiguilles d’une montre dans l’hémisphère nord et dans le sens contraire dans l’hémisphère sud, en
utilisant les projections sur le plan horizontal du point d'observation. L’azimut est compté
positivement vers l’Ouest, négativement vers l’Est. Il est donc négatif le matin, nul à midi et positif
l’après-midi.

6.Technologie solaire et système photovoltaïque

6.1. L’énergie photovoltaïque


Photovoltaïque vient d’un recueil de deux mots « photo » qui signifie lumière et « voltaïque » qui a
pris son origine du nom d’un physicien italien Alessandro volta.

Cette énergie est la sortie électrique du transfert d’énergie lumineuse reçu par les cellules du
photovoltaïque généralement à base de silicium cristallin qui représente le matériau plus utile au
niveau technologique et industriel.
14
6.2. L’effet photovoltaïque
Une cellule photovoltaïque est composée d’un monocristal telle que le silicium une partie de la
lumière est absorbée par les atomes constituée de matériaux semi-conducteurs tels que le silicium.

Lorsque le rayonnement solaire arrive sur un matériau semi-conducteur, il peut lui transmettre son
énergie.

Cette énergie stimule les électrons non connectés de l’atome et le fait se déplacer librement dans le
matériau créant ainsi un courant électrique.

6.3. Principe de fonctionnement


Un courant électrique est une circulation des électrons dans un sens bien précis. Pour obtenir ce
courant nous allons doper le silicium. Le dopage de silicium est une opération qui consiste à obtenir
d’un côté un surplus d’électrons et de l’autre côté un déficit d’électrons.

Les cellules solaires sont composées de deux éléments principaux :

Une couche supérieure est dopée avec des atomes de phosphore qui eux, comptent 5 électrons on
parle de dopage de type n comme négatif (un excès d’électrons).

Et l’autre (inférieure) couche est dopée avec des atomes de bore qui ont 3 électrons, On parle de
dopage de type p comme positif (un déficit d’électrons).

Lorsque la première est mise en contact avec la secondaire. Les électrons en excès dans le matériau
n diffusent dans le matériau p.

Or le déplacement d’électricité, créé par l’énergie des photons, est synonyme de production
d’électricité. Une tension se crée alors en présence de lumière aux bornes de la cellule. Sil’on ferme
le circuit à l’aide de n’importe quel dipôle telle qu’une lampe, le courant circule dans le circuit. Il est
important de noter que la tension est presque constante tandis que l’intensité varie
proportionnellement à la quantité de lumière reçue.

15
Contact sur zone n

Zone dopée n I
Collecte des
Zone dopée p Génération des
porteurs

porteurs

Contact sur zone p

Fig.5. Principe de fonctionnement d’une cellule photovoltaïque

6.4. Circuit électrique équivalent


Sous éclairement, la cellule photovoltaïque peut être représentée par un circuit électrique équivalent
schématisé par la figure suivante :

Il Rs
I
Id

D Rsh RL

Fig.6. Schéma équivalent d’une cellule photovoltaïque


Avec :

IL : source de courant.

D : diode matérialisant le fait que le courant ne circule que dans un seul sens.

Id : courant d’obscurité.

Rsh : Résistance shunt qui prend en compte les fuites de courant qui intervient entre les bornes
opposées positive et négative d’une cellule.

16
Rs : Résistance série qui est due au différentes résistance électrique que le courant rencontre sur
son parcourt.

I : courant de charge.

Rl : charge.

L’équation caractéristique est déduite à partir de la loi de Kirchhof

𝐼 = 𝐼𝑃𝐻 − 𝐼𝑑 − 𝐼𝑠ℎ (1-I)

Avec :

I: Courant générer par la cellule photovoltaïque

𝑰𝑷𝑯 : Photo courant par la cellule

𝑰𝒅 : Le courant circulant dans la diode

𝑰𝒔𝒉 :Le courant circulant dans la résistance 𝑅𝑠ℎ

Le photo-courant est proportionnel à l’éclairement et dépend aussi de la température, son expression


est la suivante :

𝐆
𝐈𝐩𝐡 = 𝐈𝐂𝐂 + 𝐤 𝐢 (𝐓𝐨𝐩 − 𝐓𝐫𝐞𝐟 )× 𝐆 (2-I)
𝟎

Avec :

𝑰𝑪𝑪 : Le courant de court-circuit

𝐤 𝐢 : Coefficient de la température de court-circuit

𝐓𝐨𝐩 : Température de fonctionnement de la cellule

𝐓𝐫𝐞𝐟 : Température référence de la cellule

𝑮𝟎 : L’éclairement pour STS

Le courant de la jonction𝑰𝒅 est donné par :


𝐕𝐝
𝐈𝐝= 𝐈𝐬 (𝐞𝐕𝐭𝐡 − 𝟏) (3-I)

Avec :

𝐈𝐬 : Courant de saturation

𝑽𝒕𝒉 : Tension Thermique

17
𝑨×𝑲×𝑻𝒐𝒑
𝑽𝒕𝒉 = (4-I)
𝒒

Avec :

A : Facteur d’idéalité de la diode

K : La constante de Boltzmann (1.3854× 10−23 𝐽/𝐾)

q : charge électrique élémentaire (1.6× 10−19 )

Si en remplace𝑰𝒔𝒉 et 𝐈𝐩𝐡 et𝐈𝐝 par ses expressions l’équation totale devient :

𝐕𝐝
𝐆 𝑽𝒅 +𝑹𝒔 ×𝑰
𝐈 = 𝐈𝐂𝐂 + 𝐤 𝐢 (𝐓𝐨𝐩 − 𝐓𝐫𝐞𝐟 )× 𝐆 − 𝐈𝐬 (𝐞 𝐕𝐭𝐡
− 𝟏)− (5-I)
𝟎 𝑹𝒔𝒉

6.5. Caractéristique I = f(V)


Le panneau photovoltaïque produit un courant i(t) électrique et une tension électrique v(t) et chaque
cellule photovoltaïque est caractérisée par une courbe courant-tension représentant l’ensemble des
configurations électrique que peut prendre la cellule.

A température et éclairement fixée, la caractéristique courant-tension d’une cellule photovoltaïque a


l’allure suivant :

10
Icc

4
I (A)

0
0 5 10 15 V (v) 20 25 30 Vco 35

Fig.7. Caractéristique I=f(V)


Avec :

Icc : tension de circuit à vide (le de fonctionnement à vide).

Vco : courant de court-circuit (le point de fonctionnement en court-circuit).

M : le point de la puissance max.

18
6.5.1. Tension de circuit ouvert
C’est la tension maximale aux bornes de la cellule à courant nul. Pour une cellule donnée, elle ne
varie presque pas avec l’éclairement au moins pour des éclairements supérieurs é 100 W/m². On la
mesure à l’aide d’un voltmètre.

6.5.2. Courant de court-circuit


C’est le courant maximum circulant la cellule à tension nulle, il est directement proportionnel à
l’énergie rayonnement reçue, c’est-à-dire à l’éclairement, à la température ambiante, à la vitesse de
circulation de l’air ambiant. On la mesure à l’aide d’un ampèremètre.

6.6. Point de puissance maximale MPPT (Un Maximum Power Point Tracking)
Un générateur photovoltaïque est un générateur dont la caractéristique, I= f(U) est fortement non
linéaire. En conséquence, pour un même éclairement, la puissance délivrée sera différente selon la
charge.

Un contrôleur MPPT permet donc de piloter le convertisseur statique reliant la charge et le panneau
photovoltaïque de manière à fournir en permanence le maximum de puissance à la charge.

Pmax=Iop x Vop (6-I)

6.6.1. Puissance crête et rendement


La puissance crête d’une installation photovoltaïque, aussi appelée puissance nominale, désigne la
puissance maximale dans les conditions STC (Standard Test Condition) que celle-ci peut délivrer au
réseau électrique.

6.6.2. Le rendement
Le d’une cellule photovoltaïque est le quotient de la puissance électrique générée et de la puissance
lumineuse reçue par la cellule.

𝑷𝒎
𝜼= (7-I)
𝑬.𝑺

Pm : la puissance maximale générée en W.

E : l’éclairement en W\ m².

S : la surface du photo-générateur en m².

6.6.3. Facteur de forme


Il permet de juger de la qualité d’une cellule photovoltaïque. Il est défini comme le rapport entre
le point de puissance maximum et le produit courant de court-circuit et la tension en circuit ouvert :

𝑷𝒎𝒂𝒙
𝑭𝑭 = (8-I)
𝑽𝒄𝒐.𝑰𝒄𝒄
19
FF ∶ Facteur de forme de la cellule photovoltaïque (%).

Pmax∶ Puissance maximale mesurée aux bornes de la cellule photovoltaïque (W).

Vco∶ Tension de circuit-ouvert mesurée aux bornes de la cellule photovoltaïque (V).

Icc∶ Intensité de courant de court-circuit mesurée aux bornes de la cellule photovoltaïque(A).

Généralement le facteur de forme prend des valeurs entre 0,6 et 0,85.

La caractéristique puissance tension P = f(V)

La puissance électrique P(W)disponible aux bornes d’une cellule PV est égale au produit du courant
continu fourni I par une tension continue donnée V

𝑷 = 𝑽. 𝑰 (9-I)

A chaque point de la caractéristique i=f(v) on peut calculer la puissance P et tracer la caractéristique


p=f(v) :

200

150
P (W)

100

50

0
V (v) 20
Fig.8.Caractéristique P = f(v)
0 5 10 15 25 30 35
6.7. L’influence de l’éclairement
L’énergie électrique produite par une cellule photovoltaïque dépend de l’éclairement qu’elle reçoit
sur sa surface. Or l’éclairement varie la caracteristique d’une cellule photovoltaique évolue.

La tension V max correspondant à la puissance maximale ne varie que très peu en fonction de
l’elecraiment, contrairement au courant I max qui augmente fortement avec l’éclairement.

20
2.5

Courant I(A) 2

1.5

0.5

0
0 10 20 30 V(v) 40
La tension 50 60 70

Fig.9.Influence de l’éclairement

6.8. Influence de la température


La température est un paramètre essentiel puisque les cellules sont exposées au rayonnement solaire,
susceptibles de les échauffer, or une partie du rayonnement absorbé n’est pas convertie en énergie
électrique : elle se dissipe sous forme de chaleur.

Plus la température augmente plus la tension diminue, plus la température augmente (cette
augmentation reste néanmoins négligeable au point de puissance maximale) et moins la cellule est
performante. L’augmentation de la température entraine globalement une perte non négligeable de
puissance.

Fig.10. Influence de la température sur la caractéristique I=f(V)

21
6.9. Association des cellules photovoltaïques
Une cellule photovoltaïque est un générateur électrique de très faible puissance par rapport aux
besoins de la plupart des applications domestiques ou bien industrielles. Par conséquence, ces
générateurs sont commercialisés sous forme des modules photovoltaïques associant des cellules soit
en série, en parallèle, ou série-parallèle (hybride) suivant les besoins de l’utilisation.

6 .9.1. Association des cellules PV en série


Une association de Ns cellules en série permet d’augmenter la tension du générateur photovoltaïque
tout en gardant la même courant. La caractéristique résultante du groupement en série sera donc
obtenue par l’addition des tensions élémentaires de chaque cellule PV,

L’équation (10-I) traduit les caractéristiques électriques d’une association série de Ns cellules.

𝑽′ 𝒄𝒐 = 𝑵𝒔. 𝑽𝒄𝒐 (10-I)

Avec : Vco : la tension du court-circuit

L’association série permet d’augmenter la tension de l’ensemble et donc faire accroitre la puissance
de l’ensemble. Les panneaux PV commerciaux sont habituellement réalisés en associant 36 cellules
en série [Vco = 0,6*36=21,6 V].Afin d’obtenir une tension optimale proche de celle de la batterie.

22
9
1 cellule
Ns cellules en serie
8

I (A)
4

0
0 10 20 30 40 50 60 70
V (v)

Fig.11. Association de Ns cellules PV en série

6.9.2. Association des cellules PV en parallèle


Une association parallèle de Np cellules est possible aussi et permet d’augmenter le courant de
court-circuit de générateur. Dans un groupement de cellules identiques réalisés en parallèle, ces
dernières sont soumises à la même tension et la caractéristique résultante est obtenue par addition
des courants élémentaires, Fig.12.

L’équation (11-I) traduit à son tour les caractéristiques électriques d’une association parallèle de Np
cellules.

𝑰′𝒄𝒄 = 𝑵𝒑. 𝑰𝒄𝒄 (11-I)

Avec :Icc : le courant du court-circuit.

23
18
1 cellule
Np cellules en parellele
16

14

12

10
I (A)

0
0 5 10 15 20 25 30 35
V (v)

Fig.12. Association de Np cellules en parallèle

6.9.3. Association hybride (série/parallèle)


Selon l’association série-parallèle des cellules, les valeurs du courant du court-circuit résultant et de
la tension à vide totale sont données par les relations suivantes :

Fig.13. Schéma d’une association hybride

7.Différents types de système PV

On peut classifier les systèmes PV selon le schéma suivant

24
systemes Photovoltaiques

installations connectées au
installations autonomes
reseau

connexion à
sans stockage avec stockage hybride connexion directe travers un reseau
residentiel

Application CA
Application CC generatrice diesel Eolienne

Fig.14. Classification des systèmes photovoltaïques


7.1. Système autonome
Ce type des systèmes est généralement utilisé dans les sites isole ou il n’y a pas de réseau. Il est
constitué d’un générateur photovoltaïque qui permet de fournir l’énergie électrique nécessaire, un
ensemble d’accumulateurs a pour rôle le stockage d’énergie car la consommation ne dépend pas des
heures d’ensoleillement, un régulateur qui a le rôle de protéger les batteries contre les surcharges et
les décharges profondes.

Fig.15. Schéma d’un système photovoltaïque autonome

7.2. Système photovoltaïque raccordé au réseau


Les systèmes PV raccordées au réseau sont généralement divisés selon deux modes de connexion :

25
7.2.1. Connexion directe
Dans ce cas, toute l’énergie produite est vendue et le courant consommé est fournie par le réseau.

7.2.2. Connexion à travers des réseaux résidentiels


Lorsque la production dépasse la consommation dans les réseaux domestiques la puissance injectée
au réseau sera le surplus de la puissance produite. Le tarif d’achat du kWh produit par une installation
photovoltaïque est supérieur au prix pratiqué par les compagnies électriques pour la vente d’électricité
à leurs clients. Il est donc nécessaire de compter séparément les kWh injectés et ceux prélevés sur le
réseau, ce qui oblige à installer deux compteurs unidirectionnels (électroniques) un compteur qui
comptabilise l’énergie achetée au fournisseur d’énergie et un autre compteur mesure l’énergie
renvoyée sur le réseau électrique lorsque la production dépasse la consommation.

7.3. Système hybride


Lorsque le générateur PV ne couvre pas seul tous les besoins énergétiques tout, il possible d’introduire
d’autre sources (éolienne, petite hydraulique, biomasse, groupe diésel...) afin de mieux garantir la
qualité de l’approvisionnement en électricité. Ce type d’installation est alors dit hybride.

Fig.16. Schéma d’un système hybride (PV-éolienne).

8.Conclusion

Dans ce chapitre nous avons présenté le principe de conversion de l’énergie solaire en énergie
électrique par cellule photovoltaïque, ainsi que les différentes configurations des systèmes
photovoltaïques, et les paramètres qui influent sur la production d’électricité d’une cellule PV.
Maintenant on s’intéresse au dimensionnement d’une installation PV destinée à l’irrigation d’une
ferme dans la région de Chichaoua, c’est ce que nous allons voir dans le chapitre suivant.

26
Chapitre II : Dimensionnement D’un
Système De Pompage Photovoltaïque

27
1.Introduction

Un système de pompage photovoltaïque désigne le pompage d’eau à l’aide d’un système


photovoltaïque qui convertie l’énergie solaire en énergie électrique continue, cette énergie par la suite
va alimenter le composant le plus important qui nous permet de pomper l’eau c’est le group
motopompe.
Dans ce chapitre nous allons déterminer le besoin en eau de notre ferme choisie pour faire une
installation de pompage photovoltaïque, afin de compenser le mode de pompage à gaz.
Pour cela nous allons déterminer un cahier de charges qui comporte les multiples composants que
cette ferme aura besoin dans cette installation, sans batterie car le propriétaire veut juste utiliser ce
champ photovoltaïque pour l’irrigation et non pas pour alimenter son logement.
L’unité de base de ce système est les réservoirs d’eau, l’énergie électrique produite par les panneaux
solaires est utilisée pour faire fonctionner la pompe afin de stocker l’eau dans un réservoir au-dessus
du sol.

Un système de pompage photovoltaïque est composé de quatre éléments essentiels (voir Fig.17), dans
ce chapitre nous allons dimensionner tous ces composants d’une manière précise selon une méthode
théorique de dimensionnement afin de répondre aux besoins en eau d’une ferme tout l’année.

RESERVOIR
D’EAU
PANNEAUX
SOLAIRES PV

POMPE
ONDULEUR

Fig.17. Les composants d’un système de pompage solaire photovoltaïque

2.Les composants d’un système de pompage solaire photovoltaïque

2.1. Générateur photovoltaïque


Les cellules photovoltaïques permettent de convertir l’énergie solaire en énergie électrique continue
qui transforme à la suite en énergie électrique alternatif à l’aide d’un onduleur.

2.2. Armoire solaire


Elle est composée d’un ensemble des éléments de protection et un variateur de vitesse qui contient
lui-même des convertisseurs.

28
Selon le type de moteur on peut distinguer entre deux convertisseurs :

- Le convertisseur DC-DC (Hacheur) : c’est pour un moteur à courant continu afin d’extraire à
chaque instant le maximum de puissance disponible aux bornes du générateur photovoltaïque.
- Le convertisseur DC-AC (Onduleur) : lorsque le moteur est en courant alternatif il est besoin
d’un onduleur qui permet de transférer le courant continu produit par les panneaux
photovoltaïques en courant alternatif triphasé pour alimenter le groupe motopompe et protège la
pompe contre le fonctionnement à vide lorsqu’il n’y a pas d’eau dans le puits.

2.3.Système motopompe
Moteur : Les moteurs utilisés pour le pompage photovoltaïque sont des moteurs à courant continue
ou alternatif.

Pompe : pour bien choisir la pompe il est nécessaire de connaitre la quantité d’eau que la pompe peut
fournir durant un intervalle de temps donné (débit horaire) et généralement les pompes choisies
aussi selon la hauteur manométrique totale du puit.

2.4.Le réservoir
Le réservoir est un emplacement naturel ou artificiel utilisé pour le stockage d’eau sous pression afin
d’automatiser sa distribution,

3.Terme hydraulique et signification

3.1. Débit
Le débit Q est la quantité d’eau que la pompe peut fournir durant un intervalle de temps donné. En
pompage, le débit est habituellement donné en litre par heure (l/h). En pompage solaire, le débit (ou
3
le besoin en eau) est souvent exprimé en (𝑚 ⁄ℎ) [1].

3.2.La hauteur manométrique totale HMT


D’une pompe est la différence de pression en mètres de colonne d’eau entre les orifices d’aspiration
et de refoulement [2].

Il exprimé par la relation suivante :

𝑯𝑴𝑻 = 𝑯𝒈 + 𝑯𝒑 (1-II)

Hg : la hauteur géométrique c’est la distance entre les orifices d’aspiration (niveau dynamique)
et le point le plus élevé auquel on doit pomper l’eau (Hr).

29
RESERVOIR

Hr

LE SOL

Ns

Nd Rm
POMPE

Fig.18.Schéma descriptive de la HMT


Hr : Hauteur géométrique du sol au plan du haut du réservoir.

Nd : Niveau de la nappe statique (au repos).

Ns : Niveau dynamique de la nappe (pour un débit moyen).

Rm : Rabattement maximal avant d’arrêter la pompe.

Hp : Hauteur présent les pertes de charge produites par le frottement de l’eau sur les parois des
conduites. Ces pertes sont fonction de la longueur des conduites (L), de leur diamètre (D) et du débit
de la pompe (Q). Le diamètre des conduites doit être calculé afin que ces pertes de charge
correspondent au plus à 10 % de la hauteur géométrique totale [1].

On distingue deux types de pertes de charge : Pertes de charge linéaires et pertes de charge singulières
(Hp=Ps+Pl)

Pertes de charge linéaires Pl :sont des pertes liées à l’écoulement dans chaque point permanent au
long d’une conduite rectiligne, est donné par la formule générale suivante :

𝑳𝑽²
𝑯𝒍 = −𝝀 𝟐𝑫 (2-II)

Avec :

V : la vitesse moyenne d’écoulement dans la conduite (m/s)

L : longueur de la conduite (m)

D : diamètre de la conduite (m)

𝛌 : coefficient de perte charge linéaire. Il dépend de régime d’écoulement et notamment du nombre

30
Reynolds Re :

Si 𝑹𝒆 < 2000 :

𝟔𝟒
𝝀 = 𝑹𝒆 Formule de poiseuille

Si 𝟐𝟎𝟎𝟎 < 𝑅𝑒 < 105 :

𝟎,𝟑𝟏𝟔
𝝀= 𝟏 Formule Blasius
𝑹𝒆 ⁄𝟒

Avec :

𝑽.𝑫
𝑹𝒆 = (3-II)
𝟅

Où :

V : vitesse moyenne d’écoulement (m/S).

𝞋 : viscosité cinématique.

D : Diamètre de la canalisation.

Pertes de charge singulière Ps : sont des pertes liées à la reformulation des conduits exposés à des
brusques variations de section ou de direction.

On les exprime par :

𝐕𝟐
𝐏𝐬 = −𝐊𝐬 (4-II)
𝟐

Avec :

Coefficient (sans unité) de pertes de charge. Il dépend de la nature et de la géométrie de l’accident


de forme.

Les valeurs de Ks sont données par le constricteur dans leur catalogue.

4.Méthode de dimensionnement

4.1.Estimation des besoins en eau


Pour déterminer le volume d’eau journalier nécessaire, on se base sur le volume consommer durant
la période de besoin maximal, cela nécessite également une étude sur le volume consommé par chaque
secteur dans la ferme [2].

4.2.Evaluation de l’énergie hydraulique nécessaire


Après avoir déterminer le besoin en eau et la hauteur manométrique, l’énergie hydraulique journalière
nécessaire au relevage de l’eau est exprimée par la relation suivante [2] :
31
𝝆×𝒈×𝒗×𝑯𝑴𝑻
𝑬𝒉 = (5-II)
𝟑𝟔𝟎𝟎

Avec :

Eh : énergie hydraulique en watt heure(Wh).

𝞺 : la masse volumique du liquide (1000kg/𝑚3 ).

g : l’accélération de pesanteur (9,81m/s²).

3
v : volume d’eau (𝑚 ⁄𝐽).

HMT : la hauteur manométrique totale.

La pompe est choisie selon deux critères, le débit et la hauteur totale manométrique.

La pompe qui va être choisi est celle-ci qui a un débit horaire Qh sous la hauteur HMT ;

Tel que :

𝑽(𝒋𝒐𝒖𝒓𝒏.𝐦𝐚𝐱)
𝑸𝒉 = 𝒏𝒐𝒎𝒃𝒓𝒆 𝒅′ 𝒉𝒆𝒖𝒓𝒆 𝒅′𝒆𝒏𝒔𝒐𝒍𝒆𝒊𝒍𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕 (6-II)

4.3.Estimation de la puissance électrique nécessaire


Le moteur va absorber une puissance active, qui va se transformer en puissance mécanique, cette
dernière va être fournie à la pompe pour qu’elle se transforme en puissance hydraulique, tous ces
transformations occasionnent des pertes de puissance [3].

La puissance active consommée est :

𝐏𝐡
𝐏elec = (7-II)
𝛈 𝐭𝐨𝐭𝐚𝐥𝐞

Avec :𝜼𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 = 𝞰 moteur × 𝞰 pompe

4.4.La puissance de champ photovoltaïque nécessaire


L’énergie produite par un champ photovoltaïque est égale [3] :

𝐄é𝐥𝐞
𝐄𝐩 = (8-II)
𝐤

Avec :

Ep : énergie à produire en (Wh).

Eéle : énergie électrique en (Wh).

K : un coefficient correcteur dépendant de l’incertitude météorologique, de l’inclinaison des modules


solaires et du rendement global du système photovoltaïque. (0,55 à 0,75) [3].

32
4.5.La puissance crête du générateur photovoltaïque
La puissance crête du générateur photovoltaïque liée à l’irradiation de site étudié.

𝐄𝐩×𝐏𝐢
𝐏𝐜 = (9-II)
𝐈𝐫𝐫

Avec :

Pc : puissance crête (Wc).

Ep : énergie à produire en (Wh/jour).

Pi : puissance d’éclairement aux conditions STC= 1 kW/m².

𝑊ℎ

Irr : irradiation journalière en ( 𝑚²⁄𝑗𝑜𝑢𝑟 ).

4.6.La détermination du nombre des panneaux nécessaires pour l’installation


Le nombre de panneaux sera le rapport entre la puissance crête de champ photovoltaïque diviser et la
puissance crête d’un seul panneau.

𝐏𝐜
𝐍𝐩 = 𝐏𝐦 (10-II)

Avec :

Np : le nombre des panneaux photovoltaïques.

Pc : La puissance crête de champ photovoltaïque.

Pm : La puissance crête d’un seul panneau.

4.7. Dimensionnement d’onduleur


Le dimensionnement d’onduleur dépend généralement de trois critères :

-La puissance de ce dernier doit être supérieure ou égale à celle de la pompe.

- Les tensions générées : ces tensions doivent être compatible avec l’onduleur où la tension maximale
générer par le champ doit être inferieur que la tension maximale de l’onduleur et la tension minimale
du champ photovoltaïque doit être supérieur que la tension minimale de l’onduleur.

-Le courant maximale générer : doit être inférieur au courant admissible de l’onduleur.

5.Application à la ferme

5.1. Etude de site


Nous avons choisi une ferme dans la région de Chichaoua spécifiquement au Douar Agnoite avec
les caractéristiques suivantes :

33
Tableau .1. Les caractéristiques de site
Les caractéristiques Les valeurs

Superficie exploitée 17.6700 HA

Irradiation de site 5.3kWh/m²

Latitude 31.583

Longitude -8.316

Altitude 1347 m

Saison d’exploitation toute l’année

Profondeur du puit 50 m

5.2.Présentation de la ferme
La ferme est d’une superficie totale de 18.8201 HA, on soustrait de cette dernière la surface de la
piste qui est de 9320 m², la surface du bassin qui est de 2160 m², et la surface de l’abri qui est de 21
m².

Donc la superficie restante exploitée dans l’agriculture est de 176700 m² divisée en 7 secteurs, dont
3 secteurs sont destinés à la plantation des Maraichages tel que les pommes de terre, les carottes, les
aubergines etc.., avec une superficie de 79600 m², et 4 autres secteurs sont destinées à la plantation
des oliviers avec une superficie de 97100 m². Un puit de profondeur de 50 m, près d’un bassin de
volume 6650 𝒎𝟑 et de hauteur de 5 m.

Le projet est confiné dans l’irrigation de la ferme, dite « l’irrigation au fil du soleil », en utilisant un
bassin de stockage de dimension 6650𝒎𝟑 .

34
Fig.19.Bassin de stockage au sein de la ferme
53 m

49 m

45 m

35 m
56 m

52 m

Bassin
48 m

38 m

Fig.20. Les dimensions du bassin

35
Fig.21. Plan de la ferme étudiée
5.3. Besoin en eau

Tableau .2. Besoin en eau selon les secteurs et leurs superficies


Secteur Poste Cultures Durée d’irrigation Superficies Débits
(m²) (𝒎𝟑 /jour)

1 Maraichage 2h 17min 35s 4300 11.66

2 Maraichage 2h 17min 35s 5500 14.92


1
3 Maraichage 2h 17min 35s 2900 7.87

4 Maraichage 2h 17min 35s 6700 18.17

5 Maraichage 2h 17min 35s 7100 19.26

Total secteur 2h 17min 35s 26500 71.88

6 Maraichage 2h 17min 35s 6200 16.82

7 Maraichage 2h 17min 35s 4400 11.94


2
8 Maraichage 2h 17min 35s 6400 17.36

9 Maraichage 2h 17min 35s 7100 19.26

10 Maraichage 2h 17min 35s 3400 9.221

36
Total secteur 2h 17min 35s 34375 74.59

11 Maraichage 2h 17min 35s 6000 16.28


3
12 Maraichage 2h 17min 35s 3300 8.95

13 Maraichage 2h 17min 35s 8100 21.97

14 Maraichage 2h 17min 35s 8200 22.24

Total secteur 2h 17min 35s 25600 69.44

Total général Maraichage 6h 52min 45s 79600 215.92

15 Olivier 1h 27min 52s 2300 5.98

16 Olivier 1h 27min 52s 3500 9.11


4
17 Olivier 1h 27min 52s 2200 5.72

18 Olivier 1h 27min 52s 8500 22.11

19 Olivier 1h 27min 52s 7200 18.73

Total secteur 1h 27min 52s 23700 61.66

20 Olivier 1h 27min 52s 5400 14.05

21 Olivier 1h 27min 52s 9100 23.67


5
22 Olivier 1h 27min 52s 5500 14.31

23 Olivier 1h 27min 52s 5200 13.53

Total secteur 1h 27min 52s 25200 65.56

6 24 Olivier 1h 27min 52s 3800 9.89

25 Olivier 1h 27min 52s 2600 6.76

26 Olivier 1h 27min 52s 8100 21.07

27 Olivier 1h 27min 52s 7800 20.29

Total secteur 1h 27min 52s 22300 58.02

7 28 Olivier 1h 27min 52s 6900 17.95

29 Olivier 1h 27min 52s 3600 9.37

37
30 Olivier 1h 27min 52s 6000 15.61

31 Olivier 1h 27min 52s 5400 14.05

32 Olivier 1h 27min 52s 2400 6.24

33 Olivier 1h 27min 52s 1600 4.16

Total secteur 1h 27min 52s 25900 67.38

Total général Olivier 5h 51min 29s 97100 252.62

Total général March-Olive 12h 44min 14s 176700 468.52

38
Fig.22. Types des cultures dans la ferme
5.4. Calcul de l’énergie électrique

Fig.23.Le débit de la pompe en fonction de le HMT

Nous avons déjà une pompe de 18kW qui fonctionne 3.70h par jour(Fig.23), donc l’énergie électrique
nécessaire est de :

𝑬𝒆 = 𝑷𝒑 × 𝒉𝒆𝒖𝒓𝒆𝒔 𝒅𝒆 𝒇𝒐𝒏𝒄𝒕𝒊𝒐𝒏𝒏𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕 = 𝟔𝟔. 𝟔𝒌𝑾𝒉/𝒋𝒐𝒖𝒓

5.5.Energie à produire
Nous estimons la valeur de coefficient corrective à k = 0.65, donc :
𝟔𝟔𝟔𝟎𝟎
𝑬𝒑 = = 𝟏𝟎𝟐𝟒𝟔𝟏 𝑾𝒉
𝟎. 𝟔𝟓

5.6.La puissance crête


La puissance crête nécessaire pour le pompage d’eau est calculée par la relation suivante :

𝑬𝒄 𝟏𝟎𝟐𝟒𝟔𝟏 × 𝟏
𝑷𝒄 = = = 𝟏𝟗𝟑𝟑𝟐𝑾
𝑰𝒓 𝟓. 𝟑

5.7.Nombre des panneaux nécessaires


Nous s’intéressons à la gamme de module de 275 W du constructeur SOLAR JINKO (Fiche technique
: Fig.24)

𝟏𝟗𝟑𝟑𝟐
𝑷𝒑 = = 𝟕𝟎. 𝟐𝟗𝒑𝒂𝒏𝒏𝒆𝒂𝒖𝒙
𝟐𝟕𝟓

Donc il faut utiliser 71 panneaux photovoltaïques, mais pour le bon fonctionnement de la pompe on
les arrondit à 72 panneaux.
39
Fig.24.Fiche technique du panneau photovoltaïque

6.Capacité de filtrage

Le panneau photovoltaïque génère une tension continue, mais ondulée, cette ondulation est due au
changement de l’ensoleillement au cours de la journée, c’est pour cela on utilise un condensateur de
filtrage que nous allons le dimensionner par la suite. Le schéma de notre installation est le suivant :

Machine synchrone couplée


en étoile
Ipv
I
DC
Ic U=380 v
Uc
E= Vpv C

AC

Panneau
Photovoltaïque

Pompe

Fig.25. Schéma d’installation du système étudié.

Pour filtrer (ou lisser) le courant, on utilise un condensateur. C’est un composant électronique capable
d’accumuler le courant lorsque la tension augmente et de le restituer lorsque la tension chute. Branché
entre le pôle + et le pôle – de notre courant redressé il va donc encaisser les tensions de crête et
compenser les passages à 0V. La qualité du lissage dépend aussi du courant consommé et de la

40
fréquence : plus le circuit consomme de courant plus le condensateur se déchargera vite, et plus la
fréquence est élevée, plus il sera rechargé souvent.

Nous savons que :

𝒅𝑼𝒄
𝒊=𝑪 (11-II)
𝒅𝒕

Avec :

𝑼𝑪 : la tension aux bornes du condensateur.

Et puisque le courant est constant, on a donc :

𝑰 × 𝑻 = 𝑪 × ∆𝒖 (12-II)

Avec :

T : la période entre deux oscillations.

∆𝒖 : la variation de tension aux bornes du condensateur. On la prend souvent 10% de la tension de


panneau.

Nous obtentions donc :

𝑰
𝑪 = 𝒇 × ∆𝒖 (13-II)

I=8.61×4=34.44 A / 𝑼𝒄 =32×18=576 V

𝟑𝟒.𝟒𝟒𝟒
A.N. C = 𝟓.𝟕𝟔 ×𝟓𝟎 = 𝟎. 𝟏𝟏𝑭

Donc il nous faut une capacité de 0.11F

7.Etude du convertisseur DC/AC « Les onduleurs »

7.1. Définition
On appelle onduleur un convertisseur statique qui permet des échanges d’énergie entre une entrée
continue et une sortie alternative.

7.2. Symbole

Fig.26. Symbole de l’onduleur

41
Il existe deux types d’onduleurs :
Onduleur autonome impose sa propre fréquence à la charge et l’onduleur assisté la fréquence est
imposée par le réseau.

Les onduleurs généralement son utilisés pour alimenter les moteurs synchrones et asynchrones on
veut faire varier la vitesse (onduleur photovoltaïques), ou comme alimentations de secours, ou bien
comme une alimentation de dispositifs de chauffage par induction.

7.3. Onduleurs triphasés : Principe de fonctionnement

V1
k1 k2 k3
i1

E 1

K 1' K 2' K 3'


i3 V3

Fig.27. Le circuit d’un onduleur triphasé

L’onduleur triphasé constitué de trois bras et chaque bras composé de deux intercepteurs
électroniques et chaque interrupteur électronique se constitue d’une diode (pour assurer la continuité
de courant dans les deux sens) en parallèle d’un thyristor GTO commandé à l’ouverture et à la
fermeture [4][5].

𝟐л
• Les commandes des trois bras décalée entre elle de 𝟑

• Les interrupteurs d’un bras commandé de façon complémentaire.


• La charge est équilibrée :

𝑽 𝟏 + 𝑽𝟐 + 𝑽 𝟑 = 𝟎 (14-II)

Avec:
𝑼𝟏𝟐 −𝑼𝟑𝟏
𝑼𝟏𝟐 = 𝑽𝟏 − 𝑽𝟐 𝑽𝟏 = (15-II)
𝟑
𝑼𝟏𝟑 −𝑼𝟏𝟐
𝑼𝟐𝟑 = 𝑽𝟐 − 𝑽𝟑 𝑽𝟐 = 𝟑
(16-II)
𝑼𝟑𝟏 −𝑼𝟐𝟑
𝑼𝟑𝟏 = 𝑽𝟑 − 𝑽𝟏 𝑽𝟑 = (17-II)
𝟑

42
Le fonctionnement est comme suit [6] :
𝑼𝟏𝟐 −𝑼𝟑𝟏
On a :𝑽𝟏 = 𝟑
𝟐л
Les 3 bras est décalé entre elles de
𝟑

0 ≤ 𝑡 < 𝑇⁄6
𝟏
𝑼𝟏𝟐 = 𝑬 ; 𝑼𝟑𝟏 = 𝟎;𝑽𝟏 = 𝟑 𝑬
𝑇⁄ ≤ 𝑡 < 𝑇⁄
6 3
𝟏
𝑼𝟏𝟐 = 𝑬 ;𝑼𝟑𝟏 = −𝑬 ;𝑽𝟏 = 𝟑 𝟐𝑬
𝑇⁄ ≤ 𝑡 < 𝑇⁄
3 2
𝟏
𝑼𝟏𝟐 = 𝟎;𝑼𝟑𝟏 = −𝑬 ;𝑽𝟏 = 𝟑 𝑬

𝑇⁄ ≤ 𝑡 < 2𝑇⁄
2 3
−𝟏
𝑼𝟏𝟐 = −𝑬 ;𝑼𝟑𝟏 = 𝟎 ;𝑽𝟏 = 𝑬
𝟑

2𝑇⁄ ≤ 𝑡 < 5𝑇⁄


3 6
−𝟏
𝑼𝟏𝟐 = −𝑬 ;𝑼𝟑𝟏 = 𝑬 ;𝑽𝟏 = 𝟐𝑬
𝟑

5𝑇⁄ ≤ 𝑡 < 𝑇
6
−𝟏
𝑼𝟏𝟐 = 𝟎 ;𝑼𝟑𝟏 = 𝑬 ;𝑽𝟏 = 𝑬
𝟑

7.4. Stratégie de commande d’un onduleur triphasé


En électronique de puissance, les onduleurs de puissance deviennent de plus en plus incontournables.
Ils sont présents dans les domaines d’application les plus variés dont le plus connu est sans doute
celui de la variation de vitesse des machines à courant alternatif. Il existe différentes stratégies de
commande de modulation. Dans ce travail, on s’intéresse à la stratégie de la Modulation de Largeur
d’impulsion (MLI ou PWM : Pulse With Modulation) [7][9].

7.4.1. Stratégie de commande MLI Sinusoïdale


La technique de Modulation de Largeur d’impulsion proposée pour la première fois en 1981, par N.
Akira. Le principe général consiste à convertir une modulante (tension de référence au niveau
commande). Généralement sinusoïdale, en une tension sous forme de créneaux successifs, générée à
la sortie de l’onduleur (niveau puissance). Cette technique repose sur la comparaison entre deux
signaux :

Le premier, appelé signal de référence, est une image d'un signal sinusoïdal, ce qui est souhaitable à
la sortie de l'onduleur. Ce signal est contrôlé par amplitude et fréquence. Le second, appelé signal
porteur, détermine la vitesse de commutation des commutateurs statiques de l'onduleur. Il s'agit d'un

43
signal haut fréquence par rapport au signal de référence. L’intersection de ces signaux donne les
instants de commutation des interrupteurs. [4]

7.4.2 les caractéristiques de la commande MLI


• Le coefficient de réglage : défini comme le rapport de l'amplitude de modulation à la vague
de la vague porteuse. Il permet de définir l'amplitude de la vague fondamentale de modulation
de la latitude de l'impulsion [10] :

𝑽𝒎
𝑴𝑹 = (18-II)
𝑽𝒑

L’indice de modulation : Il est défini comme le rapport entre la fréquence porteuse et celle de l’onde
Modulante [5] :
𝒇𝒑
𝑴𝑰 = 𝒇 (19-II)
𝒎

Avantage de la MLI

• Elle Permet de produire un courant de charge très voisin d’une sinusoïdale.


• Elle Permet de réaliser une tension 𝑈𝑐 (t) aux bornes de la charge dont la décomposition en
série de Fourier ne contient pas d’harmoniques a fréquence trop basses.

7.4.3. Simulation de la commande « M LI »

Fig.28.1. Signe des 3 phases

44
Fig.28.2. Signe d'onde porteuse

Fig.28. Simulation de la commande MLI

45
7.5. Choix de l’onduleur

Pour que la pompe fonctionne dans de bonne condition il faut choisir un onduleur de puissance
supérieur ou égale à la puissance de la pompe, et pour éviter le sur dimensionnement ou sous-
dimensionnement la puissance nominale d’onduleur doit compris entre 80% et 110% de la puissance
crête du champ photovoltaïque.

Pour cela nous avons choisi d’utiliser un onduleur de marque Aurora Trio de ABB de puissance
20kW de fiche technique

Fig.29. Fiche technique de l’onduleur

8.Type d’association des panneaux

8.1. Calcule le nombre de modules photovoltaïque en série


• La tension maximale admissible en entrée de l’onduleur est : 𝑼𝒎𝒂𝒙 = 𝟏𝟎𝟎𝟎𝑽.
• La de tension MPPT en entrée de l’onduleur est : (500V-950V).

Détermination le nombre de module photovoltaïque en série compatible avec la plage de tension


MPPT de l’onduleur à partir de ces équations :

𝑽𝒎𝒑𝒑.𝒎𝒊𝒏
𝑵𝒔.𝒎𝒊𝒏 = 𝑬(𝑽 ) (20-II)
𝒎𝒑𝒑 ×𝟎.𝟖𝟓

𝑽𝒎𝒑𝒑.𝒎𝒂𝒙
𝑵𝒔.𝒎𝒂𝒙 = 𝑬(𝑽 ) (21-II)
𝒎𝒑𝒑 ×𝟏.𝟐𝟓

Avec :

• E(x) : signifie la partie entière de x.


• Le coefficient 1.15 est un coefficient de majoration permettant de calculer la tension MPP à -
20°C.

46
• Le coefficient 0.85 est un coefficient de minoration permettent de calculer la tension MPP à
70°C.
Nous avons
𝟓𝟎𝟎
𝑵𝒔.𝒎𝒊𝒏 = ( ) = 𝟏𝟖.
𝟑𝟐 × 𝟎. 𝟖𝟓
𝟗𝟓𝟎
𝑵𝒔.𝒎𝒂𝒙 =( ) = 𝟐𝟒.
𝟑𝟐 × 𝟏. 𝟐𝟓

Le nombre de module en série est compris entre 18 et 24.

Nous allons vérifier qu’avec 24 modules en série, on atteindra jamais la tension maximale admissible
en entée de l’onduleur𝑼𝒎𝒂𝒙 = 𝟏𝟎𝟎𝟎𝑽.

La tension maximale que peut fournir une chaine photovoltaïque composée de 24 modules en série
est :

𝑽𝒎𝒂𝒙 = 𝟐𝟒 × 𝑽𝒄𝒐 = 𝟐𝟒 × 𝟑𝟗. 𝟏 = 𝟗𝟑𝟖. 𝟒𝑽 < 1000𝑽.

Par conséquence une configuration de 24 modules en série est compatible avec la tension admissible
de l’onduleur.

8.2. Calcule le nombre de chaine photovoltaïque en parallèle


La fiche technique de notre onduleur nous indique que le courant maximal admissible est 50A/25A
par string (dispose de deux tracker).

Le nombre maximal de chaine photovoltaïque en parallèle se calcule par la formule suivante :

𝑰𝒎𝒂𝒙
𝑵𝒑 = 𝑬(𝑰 ) (22-II)
𝒄𝒄 ×𝟏.𝟐𝟓

• Le coefficient 1.25 est un coefficient de sécurité imposé par le guide UTE C15-712.
𝟐𝟓
𝑵𝒑 = (𝟗.𝟏𝟓×𝟏.𝟐𝟓) = 𝟐

Le nombre de chaine photovoltaïque, par tracker doit être égal à 2.

8.3. Compatibilité en puissance


La fiche technique nous indique les éléments suivants :

La puissance maximale admissible par m’onduleur est :𝑃𝑚𝑎𝑥 = 20750𝑊

D’après les calculs précédents, nous pouvons mettre au maximum 2 chaines par tracker. Chaque
chaine sera composée au minimum de 18 modules et au maximum de 24 modules en série. Cette
configuration maximale (2chaines de 18 modules, par tracker, nous avons deux trackers) présente
donc 72 modules sur un onduleur. Cela correspond à une puissance installée de
𝟕𝟐 × 𝟐𝟕𝟓 = 𝟏𝟗𝟖𝟎𝟎𝑾. Cette puissance installée est inférieure à la puissance maximale admissible
47
Chaine principale ic

Dc
L
Ec
c

Uc
Machine synchron

Capteur Hacheur parallèle Onduleur triphasé


solaire
Chaine auxiliaire
Ls
Uc
N1
Us

Hacheur série Batterie N2

Filtre de sortie

par notre onduleur (95% de la puissance de l’onduleur). Par conséquence la puissance installée est
compatible avec la puissance admissible de l’onduleur.

Fig.30. Schéma électrique équivalant de système de pompage photovoltaïque

9.Dimensionnement des câbles

Pour assurer le transport de l’énergie des modules jusqu’au onduleur. On se peut pas utiliser n’importe
quel câble électrique. Les câbles solaires sont étudiés pour résister aux conditions spéciales liées à
leur utilisation. Ils sont les seuls à pouvoir assurer une longue durée de vie (plus de 30ans), tout en
minimisant les pertes d’énergie. Les câbles ordinaires, même s’ils sont conçus pour un usage
extérieur, ne supportent pas aussi bien les variations de température (pouvant aller de -20° à 80° à
proximité des modules). Ainsi que l’exposition aux rayons ultra-violets. Tout cela en restant souples
et maniables. Ils sont équipés dans la majorité des cas d’une double isolation et ne possèdent pas des
substances inflammables ou toxiques ce qui accroit leur sécurité.
En pratique, un câble n’est pas un conducteur parfait, il se comporte comme une résistance.
Dans une installation photovoltaïque, cela va induire des pertes de puissances. L’optimisation
technico économique d’une installation photovoltaïque conduit donc à réduire au maximum ces
chutes de tensions.

48
Formule de section des câbles :

𝝆×𝟐×𝑳×𝑰
𝑺= (23-II)
𝜺×𝑽𝒂

Avec :
𝝆 : la resistivité du matériau conducteur (cuivre ou aluminium) en régime normal égale à 0.02314.

L : longueur du câble (m).

I : courant circulant dans le câble (A).

Va : Tension a l’origine du câble (V).

𝜺 : Chute de tension égale à 0.03.

Calculons la section des câbles entre le champ photovoltaïque et l’onduleur :


A.N :
𝟐 × 𝟎. 𝟎𝟐𝟑𝟏𝟒 × 𝟏𝟓 × 𝟗. 𝟏𝟓 × 𝟖=2.51 mm² = 4mm²
𝑺=
𝟎. 𝟎𝟑 × 𝟑𝟗. 𝟏 × 𝟏𝟕

10.l’étude technico-économique du projet

Dans la ferme étudié, le bassin nécessite 60 bouteilles de gaz 4800Dhs pour le remplir complétement
sans oublier qu’il faut faire cette opération toute les 15jours. Alors nous déduisons qu’il faudra 120
bouteilles par mois soit 9600dhs, donc la consommation annuelle de cette ferme est de 115200Dhs.

Le cout de l’installation du système photovoltaïque sur notre site tient en compte tous les couts relatifs
au montage du générateur photovoltaïque.

10.1. Caractéristiques des matériaux


Panneau solaire Moteur synchrone
Onduleur
• Modèle : JMK275PP-60 • Modèle : WR184J16
• Modèle : TRIO 20.0 TL
• Prix unitaire : 1500 Dhs • Prix unitaire : 62000Dhs
• Prix unitaire : 30900 Dhs

49
10.2. Tableau financier et le temps de retour sur investissement

Tableau 3 : le prix des différents composants de l’installation photovoltaïque


Matériels Prix (unité/mètre) /dhs Longueur / Nombre Montant total
(Dhs)

Panneau 1500 72 108000

Onduleur 30900 1 30900


Câbles 22 500 11000
Moteur 662.000 1 66200
Support fixation et - - 9000
main d’œuvre
Accessoires de - - 25000
protection
Prix total 250100

TVA (20%) 50020

TTC 300120

Sachant que la ferme consomme 115200 Dhs/An


• Le cout de l’installation de l’installation photovoltaïque est 965436 Dhs

𝒍𝒆 𝒄𝒐𝒖𝒕 𝒕𝒐𝒕𝒂𝒍𝒆 𝒅𝒆 𝒍′𝒊𝒏𝒔𝒕𝒂𝒍𝒍𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏


• Le temps de retour sur investissement : TRI =
𝒍𝒂 𝒓𝒆𝒄𝒆𝒕𝒕𝒆 𝒂𝒏𝒖𝒆𝒍𝒍𝒆

Donc on aboutit :

300120
TRI= = 3ans
115200

11.Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons dimensionné les multiples composants de cette installation
photovoltaïque pour répondre aux besoins en eau de la ferme étudiée tout au long de l’année. Nous
avons déduit qu’il faudra installer 72 panneaux photovoltaïques de types poly-cristallins de 275W,
ainsi que les associer en série (18 cellules) et en parallèle (4 branches), avec une capacité de filtrage
de 0.11F, et un onduleur de modèle TRIO 20.0 TL, pour atteindre la puissance demandée. Sans
oublier que le temps de retour sur investissement est environ de 3ans selon l’étude technico-
économique présentée précédemment.

50
Chapitre III : Simulation Des Différents
Composants Du Système

51
1.Introduction

En énergie renouvelable, il est important de signaler qu’il faut respecter un certain nombre d’étapes.
Ces dernières sont facilement déterminées si nous utilisons un logiciel relatif de simulation pour
définir les différents éléments constituants un system PV.

Dans ce chapitre, nous allons simuler les cellules PV à partir de MATLAB SIMULINK ensuite nous
présentons les résultats de simulation d’un champ PV de puissance 19.332 KWc, en utilisant une
technologie de modules au silicium poly cristallin d’une puissance 275W.

2.Simulation du panneau PV sous MATLAB SIULINKFig.31. Schéma bloc de branchement


un panneau PV

Fig.34. Schéma bloc de branchement un panneau PV

Le courant de court-circuit généré par notre panneau est de 9.15 A, et la tension de circuit ouvert est
39.1 V. D’où la puissance maximale délivré par notre module est 275 W. Normalement nous
devons avoir ces valeurs comme résultat dans les caractéristiques 𝐼 = 𝑓(𝑣) et 𝑃 = 𝑓(𝑣) de notre
simulation.

52
Fig.35. Caractéristique 𝑰 = 𝒇(𝒗) de notre panneau

Fig.36. Caractéristique 𝑷 = 𝒇(𝒗) du panneau PV

3.Influence de l’éclairement
L'énergie électrique produite par la cellule dépend de la lumière qu'elle reçoit. Sur la figure (Fig.33)
respectivement, les caractéristiques des cellules photovoltaïques IV et PV sont présentées avec une
variation de l'éclairement à une température constante T = 25 °C.

Fig.37. L’influence de l’éclairement sur la caractéristique I=f(V)

Fig.38. L’influence de l’éclairement sur la caractéristique P=f(V)

53
Les courbes permettent de constater que l’effet de l’éclairage dépend de la valeur fortement actuelle.
Par contre, la tension diminue légèrement. Courant presque proportionnelle à la lumière, de sorte que
le point de puissance maximale varie et est à peu près la même tension.
4.Influence de la température
Comme vu dans le premier chapitre, l’influence de la température est importante et a implications
pour la conception des panneaux et des systèmes photovoltaïques. La température est un paramètre
important car les cellules sont exposées au rayonnement solaire,
le plus susceptible les réchauffera. De plus, une partie du rayonnement absorbé n'est pas convertie en
énergie électrique, il se dissipe sous forme de chaleur.
Les figure ci-dessous, montrent que la tension en circuit ouvert de la cellule chute fortement avec
la température. Plus la température est élevée, plus la cellule est petite la performance Par contre,
le courant augmente légèrement en intensité : cette augmentation reste néanmoins insignifiante au
point de puissance maximale (E = 1000 W / m2)
Fig.39.

L’influence de la température sur la caractéristique P=f(V)

Fig.40. L’influence de la température sur la caractéristique I=fV)

54
5.Modélisation et simulation d’un générateur photovoltaïque
Le générateur photoélectrique est représenté par un modèle standard avec une diode, établit par
Shockley pour une seule cellule photovoltaïque, et généralisé à un GPV, en le considérant comme un
ensemble de modules identiques connectés en série et / ou en parallèle.
Iph Rs
I
G Id Irs
T D Rsh RL

Fig.37. Schéma électrique d’une cellule photovoltaïque

𝑮
𝑰𝒑𝒉 = [𝑰𝑪𝑪 + 𝑲𝑰 (𝑻𝒐𝒑 − 𝑻𝒓𝒆𝒇 ) ] (1-III)
𝑮𝟎

La température en kelvin

55
𝑰𝒄𝒄
𝑰𝒅 = 𝑽𝒄𝒐 𝒒 (2-III)
( )
[𝒆 𝑵𝒔 𝑲𝑨𝑻 −𝟏]

𝟏 𝟏
𝒒𝑬𝒈( − )
𝟑 𝑻𝒓𝒆𝒇 𝑻𝒄
𝑻𝒄
𝑰𝒔 = 𝑰𝒅 ( ) (𝒆 𝑲𝑨 ) (3-III)
𝑻𝒓𝒆𝒇

56
𝒒(𝑽𝒑𝒗 +𝑰𝒑𝒗 𝑹𝒔 )
𝑽+𝑰𝑹𝒔
𝑰 = 𝑵𝒑 𝑰𝒑𝒉 − 𝑵𝑷 𝑰𝒔 [𝒆 𝑲𝑨 − 𝟏] − (4-III)
𝑹𝑺

Fig.38. Modélisation du GPV sous Matlab/Simulink.

Les diagrammes précédents sont regroupés dans un seul bloc qui représente notre GPV
illustré par la figure suivante :

Fig.39. Modèle de représentation du GPV.

57
6.Simulation d’un onduleur
Le schéma de simulation du modèle établi précédemment dans l’environnement
MATLAB/SIMULINK est donné par la figure (Fig.38)

Fig.40. Schéma de simulation du modèle de l’onduleur

Fig.41. Résultats de simulation d’un onduleur

58
Fig.42. Schéma de simulation de la commande MLI

Fig.43. Résultat de la commande MLI

7.conclusion :

On a consacré ce chapitre 3 à simuler les cellules PV et l’onduleur à partir de MATLAB


SIMULINK. Nous avions présenté les résultats la simulation d’un champ PV de puissance
19.332 KWc en tenant compte de l’influence de l’éclairement et de la température sur les
caractéristiques P=f(V) et I=f(V), ainsi que les résultats aboutit lors de la simulation de l’onduleur à
l’aide de la méthode MLI.

59
Perspectives
Notre projet de fin d’étude est sur l’étude d’un système autonome destiné à l’irrigation d’une ferme,
et lorsqu’on parle d’autonomie, on parle directement d’un système de stockage. Malgré que notre
cahier de charges ne contient pas des batteries, nous pouvons proposer sur le propriétaire de notre
ferme un système supplémentaire qui lui permettra d’éclairer le logement à l’intérieur de la ferme
pendant la nuit, ou bien alimenter les caméras de surveillance. Le schéma de la nouvelle installation
devient comme suit :

Régulateur

Utilisation en
courant continue

DC

DC DC
Utilisation en
Alternatif
( pompage,
AC éclairage .. )

Champ PV
Batteries
d’accumulateur

Fig.44. Schéma de la nouvelle installation

Les batteries solaires stockent l'énergie produite par les panneaux photovoltaïques afin d’assurer
l'alimentation électrique en toutes circonstances (jour ou nuit, ciel dégagé ou couvert). Une batterie
utilisée avec des panneaux solaires est une batterie à décharge lente (appelée aussi batterie solaire).
Ces batteries sont spécifiquement conçues pour les applications solaires. Elles n'ont pas les mêmes
caractéristiques qu'une batterie de voiture par exemple, elles se déchargent plus progressivement et
supportent mieux les décharges fréquentes peu profondes.

Un régulateur a aussi un rôle très important dans une installation solaire car le niveau de charge des
batteries solaires ne doit être ni trop bas (pas en dessous de 40%) ni trop haut (ne pas dépasser 95%).
Des charges trop faibles ou trop importantes non régulées détériorent les batteries et limitent leur
durée de vie.

60
Dimensionnement des batteries
d’accumulateur
Il existe trois types des batteries solaires dans le marché, nous pouvons les classifier selon leurs durées
de vie, leurs prix, et leurs puissances.

Le tableau suivant représente les classifications des batteries.

Tableau 4 : Classification des batteries.

Type Tension Puissance Prix(DH) Cycle de


charge/décharge
Batterie AGM 12 V 165 Ah 4470 600-700 cycles
Batterie solaire gel 12 V 185 Ah 3100 +2500 cycles
Batterie solaire gel 12 V 230 Ah 5990 +2500 cycles
Batterie AGM 12 V 220 Ah 5450 600-700 cycles
Batterie solaire gel 2V 1695 Ah 9350 +2500 cycles
Batterie à plomb ouvert 6V 770 Ah 8990 400-500 cycles
Batterie solaire gel 2V 2230 Ah 10150 +2500 cycles
Batterie à plomb ouvert 12 V 503 Ah 4270 400-500 cycles
Batterie à plomb ouvert 2V 4560 Ah 19390 400-500 cycles

Pour mieux définir notre étude, nous avons intérêt de calculer le nombre des batteries nécessaires
pour notre installation, le convertisseur convenable, ainsi que le régulateur de charge.

Pendant la nuit, le propriétaire alimente le logement qui consomme un besoin de 2.6kWh/jour. Par
ailleurs nous avons choisi d'utiliser des batteries AGM 12V de capacité 220Ah car elles supportent
les cycles « charge et décharge », ne demandent pas de l'entretien et ne contiennent pas du plomb
particulièrement polluant.

Notre installation se trouve dans un site isolé, pendant la saison des pluies, il arrive que le temps soit
couvert 4-5 jours à la suite. Des périodes de mauvais temps plus longue existent mais sont rares.
Comme il s'agit d'alimenter une pompe et un logement. On choisit donc une autonomie moyenne : 4
jours.

On arrive à trouver une quantité d’énergie qui vaut :

𝑬𝒄′ = 𝟐. 𝟔 × 𝟒 = 𝟏𝟎. 𝟒 𝒌𝑾𝒉

61
L'électricité qui sort des batteries n'arrive pas entièrement à nos appareils électriques : une partie est
perdue dans les fils et lors de la conversion continu-alternatif par l'onduleur. La quantité d'énergie
que devront restituer nos batteries est donc en fait :

𝑬𝒄′
𝑬𝒄" =
𝜼𝒐𝒏𝒅𝒖𝒍𝒆𝒖𝒓 × (𝟏 − 𝒑𝒆𝒓𝒕𝒆𝒔 𝒅𝒆 𝒍𝒊𝒈𝒏𝒆)

Nous prenons les valeurs moyennes suivantes :

𝜂𝑜𝑛𝑑𝑢𝑙𝑒𝑢𝑟 = 0.9

(1-pertes de ligne) = 0.97

Donc La quantité d'énergie à restituer est :

𝟐𝟒𝟗. 𝟐𝟏
𝑬𝒓 = = 𝟏𝟏. 𝟗𝟏𝒌𝑾𝒉
𝟎. 𝟗 × 𝟎. 𝟗𝟕
Pour que nos batteries aient une meilleure durée de vie, nous ne devons pas les décharger
complétement : Il faut fixer une profondeur maximale de décharge. En générale cette profondeur varie
de 30 à 80%. Une bonne valeur intermédiaire est 50%, c'est-à-dire que nous n'utiliserez en fait que la
moitié de la capacité de nos batteries.

Pour notre installation on prend une profondeur maximale de décharge de 50%, la capacité des
batteries doit donc être :

𝑬𝒓
𝑬= = 𝟐𝟑. 𝟖𝟐𝒌𝑾𝒉
𝒑𝒓𝒐𝒇𝒐𝒏𝒅𝒆𝒖𝒓 𝒎𝒂𝒙

En déduire le nombre de batteries :

𝟐𝟑. 𝟖𝟐 × 𝟏𝟎𝟎𝟎
𝑵= = 𝟗. 𝟎𝟐
𝟏𝟐 × 𝟐𝟐𝟎
Nous avons besoin donc de 10 batteries.

Le convertisseur DC-DC

Nous pouvons brancher une batterie solaire directement sur un panneau solaire, mais nous risquons
d'endommager la batterie si la tension à la sortie des panneaux dépasse la tension que doit supporter
la batterie. C'est pour cela qu'il est vivement recommandé d'installer un convertisseur DC-DC entre
le panneau solaire photovoltaïque et la/les batteries solaires.

Le régulateur
62
Il y on a deux types principaux des régulateurs :

Régulateurs PWM (Pulse With Modulation), qui connectent directement le panneau solaire à la
batterie : c'est la tension de la batterie qui détermine la tension de fonctionnement du panneau. En
fonction de l'état de charge de la batterie, les systèmes PWM débitent une plus ou moins grande partie
de la puissance des panneaux effectivement disponible. En moyenne, cela représente une perte
d'environ 15-35%.

Régulateurs MPPT (Maximum Power Point Tracking) ont le principe de suivre le point de puissance
maximale d'une source électrique non linéaire. Un régulateur MPPT permet de fournir en permanence
le maximum de puissance des panneaux à la charge des batteries : la baisse de tension est compensée
par la hausse de l'intensité du courant. En moyenne, cela représente une perte de 5% seulement. La
recherche de la MPPT se fait par plusieurs méthodes, souvent la plus utilisée est la méthode PO qui
suit l’algorithme suivant :

Fig.45. Organigramme de l’algorithme de perturbation et d’observation (P&O)


Cet algorithme est basé sur la perturbation du système par l’augmentation ou la diminution de𝑉𝑝𝑣 ou
en agissant directement sur le rapport cyclique du convertisseur DC-DC, puis l’observation de l’effet
sur la puissance de sortie du panneau. Si la valeur de la puissance actuelle P(k) du panneau est
supérieure à la valeur précédente P (k-1) alors on garde la même direction de la perturbation

63
précédente sinon on inverse la perturbation du cycle précédent. La figure 20 donne l’organigramme
de l’algorithme.
Les régulateurs PWM sont très bon marché et existent avec de nombreuses options (modes
crépusculaires, télécommande, écran LCD, sorties USB, etc). Les régulateurs MPPT sont beaucoup
plus chers mais assure un rendement optimal à votre installation.
Pour notre étude, nous avons déjà choisi un onduleur avec régulateur intégré.

64
Conclusion générale
L es exigences du protocole de Kyoto imposent une mutation énergétique basé sur des énergies
non polluantes. L’énergie solaire de nature photovoltaïque est, aussi bien du point de vue
technique qu’économique, une alternative intéressante pour les sites non raccordés au réseau de
distribution centralisée. Elle devrait devenir l’énergie du futur, parce que l’électricité qu’elle produit
respecte globalement l’environnement grâce l’absence d’émission de CO2.
D’autre part, lorsque les besoins á couvrir sont faibles les systèmes photovoltaïques trouvent leur
pleine justification. Ce type d’énergie décentralisée peut être utilisée hors réseau dans le secteur des
habitations secondaires, des refuges de montagnes, et dans les régions déshéritées où l’isolement est
très accentué (un tiers de la population mondiale n’a pas accès á l’énergie électrique).
L’énergie photovoltaïque permet de couvrir les besoins d’une habitation en électricité tels que
l’éclairage, le pompage de l’eau ou la production du froid.
Le coût lié á l’éclairage des locaux représentant environ 10% de la facture électrique, convaincre les
consommateurs de réaliser un bon éclairage autonome, est un excellent argument, car une installation
d’éclairage bien pensée peut contribuer á la rentabilité d’une activité par des gains financiers, par une
réflexion sur les coûts d’exploitation et de maintenance et des gains de productivité.
De même, le pompage photovoltaïque est l’une des applications les plus prometteuses de l’utilisation
de l’énergie solaire et trouve naturellement sa place dans les sites ruraux agricoles.
Le type de stockage généralement utilisé dans ce système est la batterie au plomb. La maturité dont
cette technologie fait preuve et son faible coût en sont les raisons principales. Pour contribuer á la
solution des problèmes d’énergie dans les sites ruraux isolés, il est intéressant de développer des
sources décentralisées reposant sur l’énergie photovoltaïque. Dans la recherche de telles solutions, le
dimensionnement est une étape primordiale dans les buts de rationalisation et d’amortissement des
investissements réalisés.
Ce travail consiste donc en étude de l’irrigation d’une ferme agricole avec un système solaire
photovoltaïque autonome. Le dimensionnement est défini comme étant la solution basée sur le
compromis entre le coût et la fiabilité ou en d’autres termes, la meilleure combinaison dimension du
générateur pour obtenir une fiabilité déterminée.
Nous avons proposé une méthode destinée á l’étude du dimensionnement du système photovoltaïque
comprenant l’éclairage des différents locaux de la ferme, le stockage de l’énergie et le pompage de
l’eau. Nous complétons le projet par la simulation des différents composants de notre système.
A cet effet, le présent projet a été structuré de la manière suivante :
Le premier chapitre donne une description générale, le principe de fonctionnement de chaque élément
constituant un système photovoltaïque et un aperes technologies solaires couramment employés
actuellement.
Le deuxième chapitre concerne le détail du dimensionnement appliqué au cas de la ferme étudiée.
Les besoins en pompage de l’eau et le choix des composants.
Le troisième chapitre traite de l’étude, l’étude et l’analyse des principaux convertisseurs employés
dans les installations photovoltaïques. La commande MLI a présentée et analysée. Les résultats de
simulation numérique sont donnés á titre d’exemple.

65
Références bibliographiques

[1] R. JIMMY, D. THOMAS, S.ERIC et S.S.BOCAR : Le pompge photovoltaïque. Eric Schiller, 17 février
2007.
[2] A.HADJ ARAB, M.BENGHANEM et A.GhARBI : « Dimensionnement de systèmes de pompage
photovoltaïque ».2005.
[3] M.L.LOUAZENE, D.KORICHI et B.AZOUI : « Dimensionnement d’un système de pompage
photovoltaïque application sur le site de ouargla ». Mars 2013
[4] B.Hosseini, «Prototypage rapide à base de FPGA d’un algorithme de contrôle avancé pour le moteur à
induction», Université de Québec a trois rivières, Canada. 2010.
[5] A.Meroufel, «Contrôle de la machine asynchrone» Recueil, Université Djilali Liabés Sidi Bel Abbes,
Algérie 2009.
[6] B. Mohamed, « commande directe du couple par (DTC-SMC) d’un actionneur Asynchrone Destine par un
Bras de Robot» Mémoire de Magister, Université de Batna, Algérie.2009.
[7] S.Arezki, «Contribution au contrôle directe du couple (DTC) d’une machine asynchrone à cage alimenté
par un onduleur multi niveaux» Mémoire de Magister, Université M’hammed Bougara de boumerdes,
Algérie. 2009.
[8] R.Saleh, «Application à la machine asynchrone : commande vectorielle sans capteurs mécanique SVPWM
mode glissant MRAS» Mémoire de Magister, Université Mentouri de Constantine, Algérie. 2009.
[9] H.Mohammed Illyés, «commande sans capteur d’un moteur synchrone à aimant permanant (MSAP) par
l’utilisation de la commande directe du couple et d’un observateur de vitesse à mode glissant» Mémoire de
Magister, Université de Biskra, Algérie.2010.

[10] R. Tadili et M. N. Bargach. « Une méthode d’estimation du rayonnement solaire global reçu par
une surface inclinée Application aux sites marocains ». La Météorologie. 2005, 5, 46.
[11] Mekki ADDOU et Abderrahim BEDDIAF. Dimensionnement d’une installation photovoltaïque
autonome pour l’alimentation d’une ferme. Réseaux Electriques & Réseaux Electriques Intelligents.
Université Abou Bekr Belkaïd– Tlemcen Faculté de TECHNOLOGIE. 2016. 138.
[12] Fabien TODESCHINI. « Dimensionnement energetique de reseaux de capteurs ultra-compacts
autonomes en énergie. Électronique ». ÉCOLE DOCTORALE STITS. 2014. 205.
[13] M. Boulkamh, « Contribution à l'étude, la simulation et l'analyse des pompes accostées par
l'énergie solaire », Mémoire de Magistère, Université Mentourie de Constantine, 2008.

66
ANNEXE
1. Pompage à gaz
Au Maroc, le gaz butane est fortement subventionné pour son usage domestique, et est devenu depuis
une dizaine d’années une des sources principales d’énergie utilisées pour le pompage de l’eau
souterraine dans les exploitations agricoles. Du fait de son coût élevé pour les finances publiques, il
est envisagé un arrêt de cette subvention, couplé à une éventuelle subvention à l’investissement en
énergie solaire. La présente étude analyse l’impact de scénarios d’évolutions des politiques
énergétiques nationales sur des exploitations irrigantes. Ces évolutions possibles de type d’énergie
utilisé sont analysées à la fois en termes de rentabilité et selon le point de vue de l’exploitant lui même

Après la modification, la motopompe est démarrée avec un peu d’essence. Ensuite on ferme le robinet
d’essence puis on ouvre celui du gaz avant que le moteur ne s’arrête. Par itération, le régime du
moteur est stabilisé par le bouton de réglage du flux du gaz.

La principale raison qui pousse les producteurs à l’adoption de cette technologie est la réduction du
coût d’irrigation.

Bien que présentant des avantages, l’utilisation du gaz butane rencontre des contraintes et présente
des risques.

2. Installation et principe de mise en marche


Avant l’installation, le carburateur de la motopompe est modifié par les réparateurs de motopompe
ou remplacé par un carburateur pré-modifié (par d’autres réparateurs).

Pour modifier le carburateur, un trou est fait au niveau du carburateur. On insère un tuyau en fer collé
avec de la colle de telle sorte qu’il n’y ait pas de fuite de gaz. Ce tuyau est joint à un autre qui conduit
jusqu’à la bouteille de gaz.

Après la modification, la motopompe est démarrée avec un peu d’essence. Ensuite on ferme le robinet
d’essence puis on ouvre celui du gaz avant que le moteur ne s’arrête. Par itération, le régime du
moteur est stabilisé par le bouton de réglage du flux du gaz.

3. Avantages comparatifs du gaz butane et de l’essence


La principale raison qui pousse les producteurs à l’adoption de cette technologie est la réduction du
coût d’irrigation. En plus de cet avantage, l’utilisation du gaz est moins pénible que celle de l’essence
car les producteurs ne vérifient qu’une seule fois dans la journée dans le puit alors qu’avec l’essence,
il faut à chaque 3 heures vérifier pour remplir le réservoir dont la capacité est de 2,5 litres. Cet
avantage existe seulement chez les producteurs ayant des bouteilles de gaz hors du puit.

67
Dans la région de Chichaoua sur le site de Mjat, un exploitant agricole, a conduit une expérience pour
comparer l’utilisation du gaz et celle de l’essence sur sa ferme de 18 ha.

Le tableau 1 présente le résultat pour un tour d’irrigation de sa ferme de 18 ha.

Tableau 5 : Comparaison de l’utilisation du gaz et de l’essence pour un tour d’irrigation


d’une ferme de 18 ha
Combustible Superficie Quantité Cout Différence
irriguée (ha)
(marge gagnée)
Essence 18 1.98 m3 20255 MAD

Gaz 18 60 bouteille de 12 4800 MAD 15455 MAD


kg

L’analyse de ce tableau nous montre que ce producteur gagne 15455 MAD par tour d’irrigation sur
sa ferme de 18 ha en irrigant avec du gaz. Ce qui fait un gain de 848.61 MAD à l’hectare avec
l’utilisation du gaz par rapport à l’essence.

4. Contraintes et risques de la technologie


Bien que présentant des avantages, l’utilisation du gaz butane rencontre des contraintes et présente
des risques. On peut citer entre autres :

- Les contraintes
• Difficultés dans l’adoption : coût élevé du dispositif au démarrage.
• Difficultés à maîtriser le réglage du flux de gaz.

- Les risques
• Risque d’inflammation en cas de fuite, ce risque est très élevé car la motopompe et la bouteille
de gaz sont majoritairement dans le même puit.
• Les producteurs ne connaissent pas les dangers encourus avec le butane.

- Mesure d’atténuation des risques


• Avoir toujours un équipement (extincteur à gaz ou à défaut un sac en jute et de l’eau à coté)
pour prévenir les cas d’inflammation.
• Déposer la bouteille de gaz au dehors du contre puits et à l’ombre en utilisant un tuyau de
conduit suffisamment long pour relier la bouteille et la motopompe.
• Maintenir toujours le réservoir vide et verser chaque fois un peu de carburant (essence) pour
démarrer la motopompe et après couper l’alimentation de l’essence pour régler le flux de gaz.

68
• Eviter de fumer ou approcher du feu à côté du dispositif (surtout au démarrage de la
motopompe).

5. Principe de fonctionnement
5.1 Les moteurs à explosion (à gaz butan) :
• La combustion du mélange air / gaz butan est amorcée par l’étincelle d’une bougie
d’allumage
• Système d’allumage commandé
• Le mélange air / gaz butan peut s’effectuer par :
- Carburateur

- Injection directe du gaz butan

5.2 Etude de cycle théorique

Fig.46.cycle théorique du moteur

• Phase 0-1 ou 1er temps : c’est la phase d’admission de l’air, la soupape d’admission s’ouvre, un peu
de combustible (gaz butane) est aussi aspirée. À la fin de cette phase, la soupape d’admission se ferme
et on travaille avec l’air enfermé à la température T1.

• Phase 1-2 ou 2ème temps (Compression adiabatique réversible) : le piston remonte et le gaz est
comprimé, la phase est rapide et comme les échanges thermiques sont lents, la transformation est
adiabatique (cas idéal), on la suppose en général aussi quasi-statique et donc isentropique.

• Phase 2-3 (Combustion isobare - injection de gazole) : explosion, à cet instant une étincelle
provoque l’explosion du mélange, il y a accroissement de la pression par l’explosion, à volume
constant car le piston n’a pas le temps de réagir (cas idéal)

• Phase 3-4 ou 3ème temps (Détente adiabatique réversible et effet moteur) : l’air chauffé se détend en
repoussant le piston et en fournissant un travail (δW =-p dV<0), on l’idéalise par une transformation
isentropique

69
• Phase 4-1 ou 4ème temps (Mise à l’atmosphère et échappement) : la soupape d’échappement s’ouvre,
la pression interne retombe instantanément à la pression atmosphérique (donc à volume constant),
puis le piston remonte en repoussant l’air restant (retour à 0)

• Les quatre phases de fonctionnement du moteur ont été définies dès 1862 par Beau de Rochas
- Admission : aspiration d’air ou de mélange air / gaz butan
- Compression de l’air ou du mélange
- Inflammation rapide et détente du piston
- Échappement des gaz brûlés

Fig.47.fonctionnement d’un moteur à gaz

70