Vous êtes sur la page 1sur 34

CHAPITRE

PROPRIETES MECANIQUES DES


MATERIAUX
ESSAIS MECANIQUES

Essais destructifs sur éprouvette :


la pièce est détruite pendant l’essai

Essais non-destructifs:
Ces essais sont utilisés sur les pièces
complexes, chères et difficiles à réaliser,
mais également pour valider une
hypothèse de travail ou un modèle
d’étude.
1. Essai de traction
L’essai de traction permet à lui seul de définir les caractéristiques mécaniques courantes
utilisées en RDM. La seule connaissance des paramètres de l’essai de traction permet de
prévoir le comportement d’une pièce sollicitée en cisaillement, traction, compression et
flexion.
ESSAI DE TRACTION
2. ESSAI DE TRACTION pour un matériaux ductile ou malléable

σ
E
Su Courbe de traction

Déformation élastique

B
T T
F
Sy Rupture
C D
A T Déformation plastique
T

Droite OA
σ = Eε T Striction T
E = tgα
T Rupture T
α
O
Parfaitement Zone Zone de ε
plastique d’écrouissage striction

Zone
élastique Zone de déformations plastiques
3. ESSAI DE TRACTION pour un matériaux fragile

σ Rr

Rr
E
Re 0.2
A’
A Rupture
Re

Parallèles

O ε Rr
ε = 0.002 (ou A% = 0.2)
4. ESSAI DE RESILIENCE (Mouton Charpy)

Éprouvette
5. ESSAI DE COMPRESSION
6. ESSAI DE DURETE

Dureté BRINELL (HB)

Dureté ROCKWELL (HRB) - (HRC)

Dureté VICKERS (HV)


SOLLICITATIONS SIMPLES

Traction – compression
Cisaillement
Flexion
Torsion
1. TRACTION - COMPRESSION

F
F S

S N
F N

N
 
S
F l
   E  E
S l
2. CISAILLEMENT

Lame 1 S1 F

Pièce F S2
Lame 2
Glissement de S1/S2

F
  avec S : section de la pièce
S
EXEMPLE D’APPLICATION DE CISAILLEMENT

Pièce

Cisaille hydraulique
3. FLEXION
y

RA RB

Compression
y
A B
x
Traction

M(x).y ah3 y
  avec I h
I z
12

a
Section de la poutre
4. TORSION

Au repos En charge

C
C D
A G B A G B
K α
K0 D0 C0
αx D0
C0 K0

x génératrice x génératrice

L L

max
 
Cr D 4
Ip
avec Ip  r
32
R
EXEMPLE DE POUTRES UTILISEES EN RDM
LIMITES DE LA RESISTANCE DES MATERIAUX

La RDM ne permet d’analyser que des solides dont la forme


est particulièrement simple: les poutres, les plaques et les
coques.

La RDM fait appel à des coefficients de concentration de


contraintes propre à chaque singularité.

Dégradation des propriétés mécaniques par


endommagement lors de l’évolution des propriétés des
matériaux en cours d’utilisation.
P P
D0

L0

 Les propriétés mécaniques d’un matériau nécessaires aux calculs de R.D.M. sont
obtenues par un essai de traction sur une éprouvette normalisée.

 L0 est la longueur calibrée, dont on mesure l’extension sous l’effet de la charge


axiale P

 D0 est le diamètre initiale de la partie correspondante.

 L’essai est conduit jusqu’à rupture de l’éprouvette.


P P



On définit la contrainte conventionnelle dans la partie calibrée de l’éprouvette par:

P
 
A0

Hypothèse: distribution uniforme de la charge P sur la section

Contrainte conventionnelle: charge rapportée à la section initiale A0

Contrainte rationnelle: charge rapportée à la section réelle de l’éprouvette

N m2  Pa
Unités SI: Unités de pression
N mm  2
MPa
D0

L0

P D0+ΔD P

L0+ΔL

A l’aide d’un extensomètre pincé sur l’éprouvette, on


mesure l’allongement ΔL de la longueur calibrée L0 sous l’effet
de la charge P, ainsi que la contraction ΔD du diamètre initial
D0.
La déformation unitaire axiale conventionnelle (moyenne) est définie par:

L L  L0
  
L0 L0

La déformation unitaire transversale (radiale ou diamétrale) par:

D D  D0
 tr  
D0 D0

Ce sont des nombres sans dimension donc indépendants du système d’unités


utilisé.

On les expriment souvent en m/m, µm/m ou en % .

Exemple: ε = 0.004 m/m = 4000 µm/m = 0.4%


IV – 1. COURBE DE TRACTION pour un matériaux ductile ou malléable

σ
E
Su Courbe de traction

Déformation élastique

B
T T
F
Sy Rupture
C D
A T Déformation plastique
T

Droite OA
σ = Eε T Striction T
E = tgα
T Rupture T
α
O
Parfaitement Zone Zone de ε
plastique d’écrouissage striction
P L
Zone   et  
élastique Zone de déformations plastiques A0 L0
IV – 2. COURBE DE TRACTION pour un matériau fragile

σ Rr

Su B

Sy 0.2 A’
A Rupture
Sy

Parallèles

O ε Rr
ε = 0.002 (ou A% = 0.2)
Dans la région élastique linéaire, σ et ε sont
proportionnels (Loi de Hooke):

  E
E : module d’élasticité du matériau (module d’Young)

Unités : Pa ou GPa (109 Pa)

Exemples : acier : E = 207 GPa


aluminium : E = 71 GPa
magnésium : E = 45 GPa
Si pendant l’essai de traction, on mesure la variation du
diamètre ΔD, on peut tracer une courbe (σ,εtr). On s’aperçoit
que cette courbe est similaire, au signe près, à la courbe (σ,ε).
Donc, dans le domaine élastique, εtr est proportionnelle à ε. Ou
encore:

 tr  
Le coefficient de proportionnalité est appelé coefficient de
Poisson du matériau. Il est sans dimension. De plus, on a
toujours:
0<  < 0.5
Exemples: acier :   0 .3
aluminium:   0.33
L’essai de traction donne les paramètres d’un
matériau qui sont nécessaires pour les calculs usuels
de la RDM: E, , Sy , Su .
Pour chaque matériau, on peut trouver ces valeurs
facilement dans les répertoires, les catalogues etc.

Les conditions d’utilisation des matériaux font souvent intervenir des facteurs
comme le temps ou la température. Ces facteurs ne sont pas pris en compte
dans l’essai de traction standard. Si nécessaire, on doit effectuer des essais
beaucoup plus complexes tels que:

a) Essais de rupture sous impact (essai Charpy).


b) Essais de fatigue (charge variable cyclique).
c) Essais de fluage à haute température.
E(GPa)  Sy(MPa) Su(MPa) densité α (/°C)
Fonte 103 0.25 138 7.2 12.1 10-6
grise
Acier à 207 0.29 240 414 7.86 12.1 10-6
structure
Aluminium 69 0.33 41 110 2.77 22.5 10-6
2024-T3 72 0.33 324 449 2.77 23.2 10-6
7075-T6
71 0.33 490 538 2.77 23.2 10-6

Laiton 110 0.34 170-365 400-515 8.75 17.6 10-6


Magnésium 25.2 10-6
AZ80A-F 47.5 0.35 193 296 1.83
Titane Ti- 110 0.31 869 925 4.46 9.36 10-6
6AI-4A
Exercice ( essai de traction)

Un essai de traction est effectué sur une éprouvette standard d’acier AISI 1018 CD:

- diamètre initial : 12.5 mm


- longueur calibrée : 50 mm
- diamètre final : 7.8 mm (à la section la plus petite après rupture)
- distance entre repères après rupture : 56.7 mm

Les mesures de charge et d’allongement correspondantes sont rassemblées dans le tableau


ci-dessous.

a) Représenter le diagramme complet contrainte-déformation unitaire.


Échelle: 50 MPa par cm et 0.02 mm/mm par cm.
Puis représenter sur la même feuille, la partie initiale de la courbe avec
la même échelle de contrainte, mais en prenant 1 cm pour 0.0005
mm/mm pour la déformation.

b) Déterminer : la limite d’élasticité apparente, la limite d’élasticité


conventionnelle correspondant à une déformation permanente de
0.2%, la contrainte ultime (avant striction), la contrainte
conventionnelle à la rupture, et le module d’Young.

c) Contrainte rationnelle (approximative) à la rupture?


Les mesures de charge et d’allongement correspondantes sont rassemblées dans
le tableau ci-dessous.

Charge Allongement Charge Allongement Charge Allongement


mm mm mm
kN kN kN
0.0 0.0 60.94 0.150 73.4 0.75
7.56 0.015 64.50 0.175 73.4 1.0
14.68 0.030 68.50 0.212 73.84 1.25
22.24 0.045 69.83 0.237 73.84 1.75
29.80 0.060 70.72 0.262 72.95 2.50
37.36 0.075 71.61 0.287 71.17 3.00
47.59 0.1 72.50 0.312 61.83 6.00
55.60 0.125 72.95 0.5 54.71 7.75
Solution
P L
  et  
A0 L0

σ (MPa) ε % σ (MPa) ε % σ (MPa) ε %


0.0 0.0 494.60 0.300 598.10 1.5
61.60 0.03 525.60 0.350 598.10 2.0
119.60 0.06 558.20 0.424 601.70 2.5
181.20 0.09 569.00 0.474 601.70 3.5
242.80 0.120 576.30 0.524 594.50 5.0
304.40 0.150 583.50 0.574 580.00 6.00
387.80 0.200 590.80 0.624 503.80 12.00
453.10 0.250 594.50 1.000 445.80 15.50
σ (MPa)

0.1 0.2 0.3 0.4 0.5


700 ε%

600 Échelle supérieure

500
Échelle inférieure
400
Limite élastique conventionnelle 0.2%Sy = 570 MPa

300 Limite d’élasticité apparente Sy = 360 MPa

Contrainte ultime Su = 602 MPa


200 E=200GPa

Contrainte nominale à la rupture Sf = 446 MPa


100
Contrainte rationnelle à la rupture Sf = 1145MPa

ε%
0 2 4 6 8 10 12 14 16