Vous êtes sur la page 1sur 5

Lycée Ibn Khaldoun Devoir de contrôle n°1 Classes : 4 SE 3

RADES Mathématiques
Durée : 2h
Mr ABIDI Farid 28 Oct 2008

Exercice 1: ( 4 points )
Dans le tableau ci-dessous, à chaque question une seule des réponses proposées est correcte.

Ecrire le numéro de chaque question et donner, sans justification, la réponse qui lui correspond.

Réponses
N Questions
a b c

Si z est un nombre complexe,


1 i Re  z   Re  z  Im  z 
alors Im(-iz) est égal a :

   
i i arg(z)    2    
2 Si z  e 2 e 6 alors : 2 6 arg(z)    2 
2 6
arg(z)   2 
6

Soit les points A(i) et B(-1).


Le cercle de centre
L’ensemble des points M Le cercle de
La droite (AB)  1  i 
iz  i diamètre [AB]   privé de
3 dont l’affixe z vérifie privée de A  2 
z i privé de B.
son point A.
soit réel est :

L’ensemble des points M(z)


4 Une droite Un point Un cercle
tels que z  i  0 est :

Exercice2: ( 6 points )
 

Dans le plan complexe, rapporté à un repère orthonormé direct O, u, v , on donne les points A 
et B d’affixes respectives zA  1 et z B  2. A tout point M du plan distinct de A, d’affixe z, on
z 1
associe le point M’ d’affixe z  .
z2

1. Déterminer l’ensemble des points M d’affixe z tels que z '  1.

2. Soit  un réel de l’intervalle  ,   , on suppose que z    ei .


1 3
2 2
a) Quel est l’ensemble des points M lorsque  décrit l’intervalle  ,   ?

ei  1
b) Montrer que, pour tout  de  ,   , z '  .
ei  1
c) A quel ensemble appartient le point M’ lorsque  décrit l’intervalle  ,   ?

© www.mathsecondaire.net page 1 / 5
Mr ABIDI Farid Devoir de contrôle n° 1 4 SE 3

Exercice 3: ( 5 points )

 
Dans le repère O,i, j , ci-dessous, est tracée les courbes représentatives (C) et (C’) respectives des

fonctions f et g. La fonction f est définie sur , 1 et la fonction g est définie sur 2, 4 .

(C')

(C)

1. Donner graphiquement : f(-1) , f(-2) , g(4) , g(3) , lim f (x) et lim g(x) .
x  x  2

2. En déduire g  f  2, 1 et lim g  f  x  .


x 

3. a) Montrer que pour tout réel a et b tels que a < b  1 , on a g  f  a   g  f  b  .

b) En déduire le sens de variation de la fonction g  f sur , 1 .


1
4. Prouver que l’équation g  f  x   admet une unique solution  dans l’intervalle ]-2,-1[.
2

Exercice4: ( 5 points )
1
On considère la suite  u n  définie sur  par : u 0  et pour tout n de  , u n 1  u n  u n 2 .
2

1. Calculer u1 et u 2 .

2. Etudier la monotonie de la suite  u n  .

 1  1
3. On pose f(x) = x  x 2 . Prouver que pour tout n de  , f   .
 n 2 n 3
1
4. Montrer par récurrence que, pour tout n de  , 0  u n  .
n2

5. Déterminer la limite de la suite  u n  .

© www.mathsecondaire.net page 2 / 5
Mr ABIDI Farid Devoir de contrôle n° 1 4 SE 3

Corrigé
Exercice 1 :
1.

N Question Justification ( non demandée) Réponses

Si z est un nombre complexe ,


1 i z  i Re  z   Im(z) b
alors Im(-iz) est égal a :

   
i i i i 3 1
2 Si z  e 2 e 6 alors : z e 2 e 6   i c
2 2

Soit les points A(i) et B(-1). iz  i  z 1 


  i 
z i  z i 
L’ensemble des points M(z) tel
c
3 iz  i z 1
que soit réel est :  imaginaire pur
z i z i

L’ensemble des points M(z) tels


4 z i  0  z  i b
que z  i  0 est :

Exercice 2:
 
 
Dans le plan complexe, rapporté à un repère orthonormé direct O, u, v , on donne les points A

et B d’affixes respectives zA  1 et z B  2. A tout point M du plan distinct de A, d’affixe z, on


z 1
associe le point M’ d’affixe z  .
z2

z 1 z 1
1. z' 1
z2
1
z2
   
 1  z  1  z  2  z  1  z  2  AM  BM

Donc l’ensemble des points tels que z '  1 est la médiatrice du segment [AB].

2. Soit  un réel de l’intervalle  ,   , on suppose que z    ei .


1 3
2 2

1 3 1 3 1 3 3  1
a) z    ei  z   ei d 'où z    M  où    
2 2 2 2 2 2 2  2

 
 1 
d 'autre part arg  z      2   u, M    2  , or      
 2

© www.mathsecondaire.net page 3 / 5
Mr ABIDI Farid Devoir de contrôle n° 1 4 SE 3

il en résulte que l’ensemble des points M lorsque


 décrit l’intervalle ]-  est le cercle de
3
centre  et de rayon .
2

 1 3 i  3 i 3
  e 1 e 
z  1  2 2   i
2  e 1 .
b) z    2
z  2  1 3 i  3 i 3 ei  1
e 
  e  2 2 2
 2 2 
2
 i 2  
i
 
i  i
 
i  
 2i sin  e 2
i
 e   e 2
e 2
e 2
 e 2
 e 2 i

ei 1   
c) z '  i      2

 i tan
e  1  i  2 
i
 i  i

i   i 2
e 2 e 2  e 2 
i
e   e e 2 cos e 2
2 2 2

  2
 

    
Lorsque  décrit l’intervalle  ,   , décrit   ,  donc tan décrit  . Il en résulte
2  2 2 2

que l’ensemble des points M’, lorsque  décrit l’intervalle  ,   , est l’axe imaginaire O, v .  

Exercice 3 :

1. f(-1) = 4 , f(-2) = 3 , g(4) = 0 , g(3) = 1 , lim f (x) = 2 et lim g(x) =  .


x  x  2

2. f est continue et strictement sur , 1 et g est continue et strictement croissante sur 2, 4 donc
g  f  2, 1  g  f  2, 1  g f (1),f (2)   g 3, 4  g(4),g(3)   0,1
lim f (x)  2 et lim g(x)   donc lim g  f  x    .
x  x 2 x 

3. a) a < b  1  f (a)  f (b)  g  f  a    g  f (b)  d’où a  b  1  g  f  a   g  f  b  .

b) On en déduit que la fonction g  f est strictement décroissante sur , 1 .


4. La fonction g  f est continue et strictement décroissante sur  2, 1 , g  f  2, 1  0,1
1 1
et   0,1 donc l’équation g  f  x   admet une unique solution  dans l’intervalle ]-2,-1[.
2 2

© www.mathsecondaire.net page 4 / 5
Mr ABIDI Farid Devoir de contrôle n° 1 4 SE 3

Exercice 4:

1
On considère la suite  u n  définie sur  par : u 0  et pour tout n de  , u n 1  u n  u n 2 .
2

1 1 1 1 1 3
1. Calculer u1  u 0  u 0 2    et u 2    .
2 4 4 4 16 16
2. Pour tout entier naturel n , u n 1  u n  u n 2  0 donc la suite  u n  est décroissante.

3. a) Pour tout n de  ,
 n  2  n  3   n  3   n  2 
2
 1  1 1 1 1
f     
 n  2  n  3 n  2  n  2 n  3  n  2   n  3
2 2

1

 n  2   n  3
2

1 1 1  1  1
Donc , pour tout n de  ,    0 donc f  
n  2  n  2 n  3
2
 n 2 n 3

1 1
4. On a : u 0  donc 0  u 0  .
2 02

1 1
On suppose que : 0  u n  , n   , et on montre que 0  u n 1  .
n2 n 3

 1
Remarquons que la fonction f est dérivable sur 0,  et que pour tout x de  0,1 , on a
 2
1  1
f '(x)  1  2x  0 . Comme f '(x)  0  x  alors f est strictement croissante sur 0,  .
2  2

1  1   1 
Il en résulte : 0  u n   f 0  f  u n   f    0  u n 1  f  
n2 n2 n2

 1  1 1
Or f   donc 0  u n 1  .
 n 2 n 3 n 3

1
Par suite, pour tout entier n , 0  u n 
n2

1 1
5. On a : pour tout entier n , 0  u n  et lim  0 donc lim u n  0.
n2 n  n  2 n 

© www.mathsecondaire.net page 5 / 5

Vous aimerez peut-être aussi