Vous êtes sur la page 1sur 2

MPSI 2 : 2020-2021 DS 9 : jeudi 29 /04/2021

(durée 35 min + 5 minutes pour l’envoi)


Recommandations :

 Les différents exercices ou problèmes sont à traiter de façon bien indépendante les uns des autres.
 Les candidats doivent respecter les notations de l’énoncé et préciser dans chaque cas la numérotation de la
question traitée.
 Ne négligez pas la qualité de la présentation et l’argumentation des réponses !
 N’oubliez pas de mettre en évidence vos résultats.

Problème 1 : Séparation des isotopes par spectrométrie de masse.


L’enrichissement de l’uranium a pour but d’élever la teneur en 235U de l’uranium de départ à une valeur optimale pour
l’application désirée. Une des méthodes est la spectrographie de masse qui reste la méthode la plus sensible d’analyse isotopique.
Elle a été employée pendant la seconde Guerre Mondiale dans l’usine Y12 d’Oak Ridge dans des dispositifs appelés Calutrons.

Un Calutron est un spectrographe de masse constitué de plusieurs parties (cf figure 1) :


− la chambre d’ionisation dans laquelle des atomes d’uranium 235 238
92 U et 92 U de masses respectives m1 et m2

portés à haute température sont ionisés en ions U+. On utilisera la valeur e = 1,6.10-19 C, si besoin. On
considérera qu’à la sortie de cette chambre, en O1, la vitesse des ions est quasi nulle ;
− la chambre d’accélération dans laquelle les ions sont accélérés entre O 1 et O2 sous l’action d’une
différence de potentiel établie entre les deux grilles G1 et G2 ;
− la chambre de déviation dans laquelle les ions sont déviés par un champ magnétique uniforme B de
direction perpendiculaire au plan de figure. Un collecteur d’ions est disposé entre M et N. Une fente centrée
sur O2 de largeur L dans le plan de la figure permet de choisir la largeur du faisceau incident. Une fente
collectrice centrée sur F est placée entre M et N et a pour largeur L’ dans le plan de la figure.

Les chambres sont sous vide. On négligera le poids des ions devant les autres forces et on
admettra qu’à la sortie de la chambre d’accélération, les vecteurs vitesse des ions sont contenus dans le plan
de la figure.

II.A – Accélération des ions


II.A.1) Quel doit être le signe de la différence de potentiel VG1 − VG2 pour que les ions soient accélérés entre
O1 et O2 ?
 238 
92 U et 92 U lorsqu’ils
II.A.2) Établir les expressions des vitesses u1 et u2 respectivement des ions 235
parviennent en O2 en fonction de m1, m2, e et U = VG1 − VG2.
II.A.3) L’énergie cinétique acquise par les ions en O2 est de 15,0 keV ; en déduire la valeur de la tension U
appliquée entre les deux grilles.
Déterminer numériquement les vitesses u1 et u2.
On donne pour 235 238
92 U et 92 U leurs masses molaires respectives 235,0439 g·mol−1 et 238,0508 g· mol−1. On
donne aussi la constante d’Avogadro : NA = 6,02.1023 mol-1.
II.B – Déviation des ions
II.B.1) Quel doit être le sens du champ magnétique B régnant dans la chambre de déviation pour que les
ions puissent atteindre le collecteur ?
II.B.2a) Appliquer le théorème de l’énergie cinétique pour montrer que le mouvement d’une particule dans
cette zone, est uniforme. On notera u sa vitesse.
2b). En admettant que la particule de masse m dans cette zone décrive une trajectoire circulaire
mu
uniforme de rayon R, établir que R  . En déduire l’écriture des rayon R1 et R2 (respectivement pour les
eB
 238 
ions 235
92 U et 92 U )

II.B.3) Le collecteur du Calutron consiste en un récipient métallique muni d’une fente centrée en F de
largeur L’, placée en M et N qui permet de recueillir les isotopes 235.
Quelle doit être la valeur du champ magnétique régnant dans le calutron sachant que F est placé à D = 940
mm de O2.
II.B.4) Le faisceau d’ions émis en O2 est un faisceau parallèle dans le plan de la figure. La fente du
collecteur a une largeur de L’= 4,0 mm dans la plan de la figure. Peut-il y avoir séparation isotopique dans le
récipient du collecteur ?

PROBLEME 2 : Caractéristiques du club de golf

Un club de golf est schématiquement composé de deux parties, rigidement


liées entre elles : le manche et la tête de club. Le joueur tient le club avec ses
mains par l’extrémité A du manche, et la tête de club est fixée à l’autre
extrémité B et entre en contact avec la balle lors de l’impact (voir figure 1).
Attention, dans tout l’énoncé, le mot « club » représentera l’ensemble
{manche et tête de club}.
Le manche est une tige rectiligne sans épaisseur de longueur AB = Lc et le
club possède un centre de masse Gc qu’on considérera situé sur le manche,
avec AGc=hc , une masse totale mc et un moment d’inertie total Jc par rapport
à un axe perpendiculaire passant par A. Il faut bien noter que la tête de club
est prise en compte dans Gc, mc et Jc. On cherche dans cette partie à
déterminer expérimentalement AGc= hc et Jc.

1) Expliquer brièvement, en s’appuyant sur un ou deux schéma(s) simple(s) et clair(s), pourquoi, en tendant
son index à l’horizontale et en s’arrangeant pour poser le club en équilibre dessus à l’horizontale, on
détermine la position de Gc.

I.A.2) Afin de mesurer Jc, on réalise à l’aide du club un pendule simple, en


suspendant l’extrémité supérieure du manche (point A) à un axe horizontal
(Az) fixe, par une liaison pivot sans frottement. On repère l’écart du club avec
la verticale par l’angle  (voir figure 2).
a) À l’aide du théorème du moment cinétique et en négligeant les frottements
de l’air, établir l’équation différentielle du mouvement.
b) On mesure la période des petites oscillations : T0 = 2,3 s. Exprimer Jc en
fonction de mc, g, hc et T0. Application numérique avec mc = 0,32 kg, g = 9,8
m s-2 et hc = 80 cm (données typiques pour un club de type « driver », utilisé
pour frapper les coups les plus longs).

Vous aimerez peut-être aussi