Vous êtes sur la page 1sur 4

Thème n°6 : Image numérique Partie 3

Ce que je dois
Expliciter des algorithmes associés à la prise de vue
retenir

III – 1 Construction d’une image et algorithmes de prise de vue


Les appareils photos numériques offrent une assistance lors de la prise de vue et du traitement de
l’image grâce à de nombreux algorithmes perfectionnés. Ces derniers permettent ainsi de réaliser des
photos d’excellente qualité, même avec un objectif et un capteur minuscules comme ceux des
téléphones mobiles.

Question : A partir des documents 1 et 2, quelle différence faite vous entre un stabilisateur mécanique
et un stabilisateur numérique ?

5
Question : Que permet le focus peaking ?

Si vous voulez en savoir plus sur le focus peaking , consultez le site :


https://phototrend.fr/2017/11/mp-202-focus-peaking-mise-au-point-photo/

Consulter le document sur Pronote ou MOODLE pour voir l’effet sur les couleurs.
Questions :
- Pourquoi corriger les couleurs des photos ?

- La correction de la saturation intervient-elle avant ou après la capture de l'image ?

6
Thème n°6 : Image numérique Partie 3
Ce que je dois
Expliciter des algorithmes associés à la prise de vue
retenir

III – 2 Algorithmes de compression d'image

Nous avons vu dans la partie II-1 que pour avoir une image la plus précise possible, il fallait un
grand nombre de pixels. Et plus il y a de pixels, plus la taille du fichier image sera importante.
Historiquement, l'espace de stockage coutait cher, et le transfert de données sur internet était lent
et limité. Pour réduire le stockage et faciliter les transferts, des informaticiens ont développés des
algorithmes de compression d'image.

Remarques :
 Les algorithmes que vous allez découvrir sont aussi appliqués pour comprimer des textes, du
son, des vidéos ou des programmes.
 Si vous avez un millier de photos à enregistrer, l'espace total de stockage sera de l'ordre de
quelques giga octets, ce qui ne représente pas grand-chose à l'heure actuelle. Mais avec les
70000 milliards de photos déposées sur Facebook chaque année, ou les milliards de milliards
de photos déposées sur internet, le problème de l'espace de stockage est en fait un problème
qui est toujours brulant d'actualité. Dans ce domaine, la recherche est toujours très intense.

La compression consiste à réduire la taille d'un fichier numérique à l’aide de diverses techniques.
La plupart sont basées sur des formules mathématiques qui permettent de traiter les redondances
(c’est-à-dire les éléments qui apparaissent plusieurs fois à l’identique) en les remplaçant par des
codes plus courts. Ceci permet, après une étape de décompression, de récupérer le fichier tel qu’il
était initialement. On parle alors de compression sans perte, par exemple la compression ZIP
utilisable sur tous types de données.
Il existe également des méthodes de compression avec perte, appliquées à des types de données
bien particuliers (sons, images ou vidéos). Le principe est d’éliminer les informations les moins
perceptibles de manière à obtenir un résultat qui paraisse identique à l’original. Exemple : le
format MP3 supprime les fréquences non audibles par l'oreille humaine.

a- La compression RLE (Run Length Encoding)

Cette compression est utilisée par les images bitmap (format .bmp)

Elle est basée sur la répétition d’éléments consécutifs.


Par exemple, la chaîne « AAAAHHHHHHHHHH » sera compressée en 4A10H soit un gain de
compression de (14-5)/14 = 64,3%. En revanche la chaîne REELLEMENT qui deviendrait
1R2E2L1E1M1E1N1T (soit -60% de gain de compression) ne sera pas compressée. En pratique
seules les séquences comportant plus de 3 répétitions d’un même élément sont compressées, les
autres sont conservées telles quelles, séparées des séquences compressées par un caractère spécial.

La compression RLE n’a donc d’intérêt que pour des images possédant de nombreux éléments
consécutifs redondants, notamment les images avec de larges parties uniformes. C’est ce qui
explique que les images BMP atteignent fréquemment des tailles importantes.

7
b- La compression LZW (Lempel- Ziv - Welch)

Du nom de ses inventeurs, cette méthode de compression est utilisée par les formats d’image GIF et
TIFF, mais aussi par les formats d’archive ZIP, ARJ, etc.

Le principe de base est de repérer des séquences qui apparaissent plusieurs fois, en construisant au
fur et à mesure un dictionnaire de séquences, et de les remplacer par leur indice dans le dictionnaire.

Dans le cas de la compression d’images GIF, elle est particulièrement adaptée pour des images avec
de grandes zones de même couleur ou des images géométriques. Elle est limitée à 256 couleurs, et
donc peu adaptée aux images photographiques. En revanche c’est l’un des seuls formats d’image (avec
le format PNG) qui permette de gérer la transparence, et c’est le seul qui gère des images animées
(constituées d’un ensemble d’images affichées l’une après l’autre).

c- La compression JPEG (Joint Photographic Expert Group)

Méthode de compression avec perte (correspondant au format .jpg)


Elle permet de réduire la taille jusqu’à 1/25e de l’original sans perte notable de qualité.
Elle est efficace sur des images photographiques, mais beaucoup moins sur des images géométriques,
pour lesquelles la perte d’information est souvent plus visible.

Le principe est, à partir de formules mathématiques compliquées, d’atténuer les détails en éliminant
le nombre de couleurs. Par exemple, si deux pixels ont des couleurs presque équivalentes
(100,100,100) et (100,100,99), on pourrait ne conserver en mémoire qu'une couleur et l'appliquer aux
deux pixels. L'information sur la deuxième couleur serait bien sûr perdue.

Le taux de compression est variable, ce qui permet de trouver un compromis entre réduction de la
taille et niveau de perte de détails acceptable. Le taux minimum est la compression sans perte
(réduction de la taille de moitié seulement), utilisée principalement pour la transmission d’images
médicales.

d- Questions : à l’aide des documents et éventuellement de recherches sur le web, répondez aux
questions suivantes :
o Quel est l'intérêt de comprimer le fichier d'une photo ?

o Que signifie compression avec perte ?

o Je veux enregistrer une photo, quel format de fichier semble adapté ?

III – 3 Synthèse
Préciser dans quel ordre sont effectuées les actions suivantes lors de la construction d’une image :
enregistrement sur carte mémoire, capture, stabilisation et aide à la mise au point, correction des
couleurs, enregistrement au format Raw, compression au format Jpeg.

Vous aimerez peut-être aussi