Vous êtes sur la page 1sur 5

I.

REVENUS IMPOSABLES
 Revenus professionnels
1. Définition
2. Base d’imposition
a. Le régime du résultat net réel
1. Détermination de la base imposable
2. Conditions d’application
3. Cas pratique
b. Le régime du résultat net simplifié
1. Détermination de la base imposable
2. Conditions d’application
3. Cas pratique

Définition

Sont considérés comme revenus professionnels :

 Les bénéfices réalisés par les personnes physiques et provenant de l’exercice :

 Des professions commerciales, industrielles et artisanales ;

 Des professions de promoteur immobilier, de lotisseur de terrains, ou de marchand de biens ;

 D’une profession libérale ou de toute profession autre que celles visées ci-dessus ;

 Les revenus ayant un caractère répétitif ;

 Les produits bruts que les personnes physiques ou les personnes morales ne relevant pas de
l’impôt sur les sociétés et n’ayant pas leur domicile fiscal ou siège au Maroc perçoivent, en
contrepartie de travaux exécutés ou de services rendus pour le compte de personnes physiques ou
morales domiciliées ou exerçant une activité au Maroc, lorsque ces travaux et services ne se
rattachent pas à l’activité d’un établissement au Maroc de la personne physique ou morale non
résidente.

Base d’imposition

Les revenus professionnels sont déterminés d’après le régime du résultat net réel.
Toutefois, les contribuables exerçant leur activité à titre individuel ou dans le cadre d’une société de
fait, peuvent opter pour l’un des trois régimes suivants :
 Régime du résultat net simplifié ;
 Régime de la contribution professionnelle unique ;
 Régime de l’auto-entrepreneur.
Le bénéfice des sociétés non passibles de l’impôt sur les sociétés est déterminé :
 Obligatoirement selon le régime du résultat net réel en ce qui concerne les sociétés en nom
collectif, les sociétés en commandite simple et les sociétés en participation ;

 Sur option pour le régime du résultat net simplifié ou celui de la contribution


professionnelle unique en ce qui concerne les indivisions et les sociétés de fait.

Le régime du résultat net réel

Le RNR est le régime de droit commun. Il est obligatoire lorsque certains critères sont réunis.
Après ces critères, on présentera les modes de déterminations du RNR

Conditions d’application

Le bénéfice des sociétés de personnes (SNC, SCS, et AP) est obligatoirement imposable selon
le régime du bénéfice net réel. Les dites sociétés sont imposées à l’IR professionnel au nom
du principal associé lorsqu’elles n’ont pas opté pour l’IS.
Peuvent opter pour le régime du résultat net réel les entreprises individuelles, les sociétés
de fait et les indivisions dont le CA annuel est supérieur à :
- 2.000.000 de dirhams pour les activités commerciales, industrielles, artisanales ou
d’armateur pour la pêche ;
- 500.000 de dirhams pour les prestataires de service et les professions libérales.

Détermination de la base imposable

Le bénéfice fiscal imposable à l’IR selon le régime du résultat net réel est calculé en
éliminant des produits imposables les charges déductible. De ce fait les règles de
détermination de l’assiette de l’IS sont en grande partie applicables au régime de l’IR
professionnel. À l’exception des réintégrations suivantes:

 Tous prélèvements effectués par l'exploitant d'une entreprise individuelle, ou les


membres dirigeants des sociétés de fait, des associations en participation, des
sociétés en nom collectif et des sociétés en commandite simple.
 Les rémunérations des associés non dirigeants des sociétés et associations visées ci-
dessus ne peuvent être comprises dans les charges déductibles que lorsqu'elles sont
la contrepartie de services effectivement rendus à la société ou à l'association, en
leur qualité de salariés.
 Les intérêts servis à l’associé principal en contre partie des avances accordées à
l’entreprise.

Le déficit réalisé au titre d’un exercice donné peut être déduit du bénéfice des exercices
suivants dans la limite de quatre exercices. Cette limitation de quatre ans ne s’applique pas
aux déficits correspondant aux amortissements qui restent déductible sans aucune limitation
de délai.

La cotisation minimale (CM) doit être calculée et versée avant le 31 janvier, et ce quel que
soit le résultat de l’exercice. Elle ne constitue pas un impôt mais un acompte sur l’IR
professionnel.

La base de calcul de la CM est composée des mêmes éléments que ceux retenus pour son
calcul dans le cadre de l’IS.

Le taux normal de la CM est fixé à 0.50%.

Le taux réduit de la CM est fixé à 0.25 pour les produits de première nécessité.

Un taux de 6% est appliqué sur les professions libérales.

Le montant de la CM ne peut être en tout cas inférieur à 1500 dh.

En matière de l’IR, la CM n’est pas due par les contribuables pendant les trois premiers
exercices suivant la date du début de leur activité professionnelle.

La CM est toutefois imputable sur l’IR dû de l’exercice. Deux cas à distinguer

1er cas :

IR dû est supérieur à la CM, le reliquat doit être versé à l’état avant le 31 mars.

Reliquat = IR dû – CM

2ème cas :

IR dû est inférieur à la CM, l’excédent reste acquis au trésor public.

Excédent = CM – IR dû
Cas pratique

Le régime du résultat net simplifié

Conditions d’application

Peuvent opter pour Le régime du résultat net simplifié les entreprises individuelles, les
sociétés de fait et les indivisions dont la CA annuel inférieur à :

2.000.000 de dirhams pour les activités commerciales, industrielles, artisanales ou armateur


pour la pêche.

500.000 de dirhams pour les professions libérales et les prestations de service.

Détermination de la base imposable

Le résultat net imposable est déterminé selon les règles et dans les mêmes conditions
applicables au résultat net réel avec toutefois une simplification. En effet, le résultat net
simplifié est déterminé d’après l’excédent des produits imposables sur les charges
déductibles à l’exclusion des provisions. En cas de déficit, le report n’est pas admis.

Cas pratique