Vous êtes sur la page 1sur 7

Chapitre I 

: l’onde électromagnétique
L’onde électromagnétique est un résultat de la vibration couplée d'un
champ électrique et d'un champ magnétique variables dans le temps.

Figure I-1 nature et propagation d’une onde électromagnétique

Les variations des champs électriques et magnétiques sont liées par les équations de
Maxwell, on peut donc représenter l'onde par un seul de ces champs, en général le champ
électrique.
E ( ⃗r , t)=cos ( ωt− ⃗k . r⃗ + φ ) ⃗
⃗ E0 ( 1)
o E0 =‖⃗ E‖ est l’amplitude de l’onde ;
o ω est la pulsation et vaut 2 πc

o r⃗ est le vecteur position du point considéré ;
o k⃗ est le vecteur d’onde dont la norme vaut‖⃗k‖= 2 π ,  étant la longueur

d’onde ;
o φ est la phase à l’ origine.

I-1 Propriétés d’une onde électromagnétique


I-1-1 Etats de polarisation d’une onde électromagnétique
 Polarisations elliptique : Si le champ E dessine une ellipse dans le plan
d'onde, on parle de polarisation elliptique. L’ellipse est caractérisée par
le déphasage φentre les composantes Ex et Ey du champ électrique E
(Oxo, et Oyo étant dans un plan d’onde).
 polarisation circulaire : Si le champ E dessine un cercle dans le plan
d'onde, on parle de polarisation circulaire.
 polarisation linéaire : Si le champ E décrit un segment dans le plan
d'onde, on dit que la polarisation est linéaire.

Figure I-2 les états de polarisation d’une onde électromagnétique

I-2 Diffraction et interférences


La diffraction est le comportement des ondes lorsqu’elles rencontrent un obstacle ou
une ouverture ; le phénomène peut être interprété par la diffusion d’une onde par les points de
l'objet. Un signal ondulatoire est représenté une sinusoïde (des vagues). Le point clé du
phénomène d'interférences est que quand on additionne deux vagues, le signal qui en résulte
n'est pas toujours une vague deux fois plus haute. Parfois les vagues s'additionnent de manière
destructive. Le schéma ci-dessous montre la différence entre des interférences constructives et
destructives.
figure-I-3 les interférences constructives et destructives

Figure I-4 la diffraction

I-3 La diffusion et l’absorbation


1-3-1 La diffusion
e le c t r o m a g n e ti q u e

diffusion Compton

particules
diffusion Thomson
élémentaires
d iff u s io n

diffusion Compton
inverse

diffusion de Mie

diffusion Rayleigh
matière
diffusion Raman

La diffusion
Brillouin

Figure I-5 Schéma des types de diffusion électromagnétiques

1-3-2 L’Absorbation
L'absorption en optique, ou en électromagnétisme, désigne un processus
physique par lequel l'énergie électromagnétique est transformée en une autre forme
d'énergie.
Figure I-5 absorbation de photon ‘ onde électromagnétique’

Chapitre II : spectre de la lumière

II-1 la lumière blanche


La lumière qui regroupe l’ensemble des longueurs d’onde du spectre visible est appelée
lumière blanche.
On peut la décomposer à l’aide d’un prisme grâce au principe de réfraction.
Une onde électromagnétique qui passe à travers un milieu dispersif est déviée. L’angle de
déviation dépend de sa longueur d’onde.
Par conséquent, un faisceau de la lumière blanche qui traverse un prisme sera décomposé
en un spectre de faisceaux lumineux de couleurs différentes (c’est le principe de l’arc-en-ciel).

FIGURE II-1 : Décomposition par réfraction de la lumière blanche dans un prisme.

II-2 les différents types de spectres lumineux

 Les spectres continus


On dit que le spectre est continu si le spectre lumineux s’étend du violet au rouge sans
interruption, chaque couleur est appelée radiation lumineuse, caractérisée par sa longueur
d’onde.
Expérimentalement on constate que tout corps (gazeux ou solide) sous haute pression et à
haute température, donne naissance à un spectre continu de lumière.

Figure II-2 : Spectre d’un corps noir en fonction de la température de couleur

 Les spectres d’émission

Si on analyse la lumière émise par une lampe à vapeur de sodium (gaz peu dense et
chaud) à l'aide d'un prisme, on constate que le spectre de la lumière émise est constitué de
deux raies fines très intenses dans la partie jaune du spectre, se détachant sur fond noir.
Le spectre obtenu est discontinu et il est constitué d'un nombre limité de radiations.

Un gaz, à basse pression et à température élevée, émet une lumière constituée d'un
nombre restreint de radiations : on obtient un spectre de raies d'émission.
Figure II-3 montage pour obtenir un spectre d’émission (spectre de raies)

Les couleurs et les positions des raies dans le spectre sont caractéristiques des
atomes du gaz qui émettent ces radiations, autrement dit chaque élément chimique à
l'état gazeux possède son propre spectre de raies.

 Les spectres d’absorption


Les atomes peuvent non seulement émettre de la lumière mais également en
absorber. On peut constater ceci en faisant passer de la lumière blanche à travers
un gaz froid avant de la disperser par un prisme.
Lorsqu'un gaz à basse pression et à basse température est traversé par de la
lumière blanche, le spectre de la lumière transmise est constitué de raies noires se
détachant sur le fond coloré du spectre de la lumière blanche : c'est un spectre de
raies d'absorption.
La propriété importante de ce spectre de raies d'absorption est que ses raies se
produisent au même endroit que les raies d'émission : le gaz absorbe les radiations
qu'il serait capable d'émettre s'il était chaud.
Figure III-4 montage pour obtenir un spectre d’absorption

Vous aimerez peut-être aussi