Vous êtes sur la page 1sur 18

Chapitre 11 – Emission et perception d’un son - ETAPE 2/7

Activité 0 : Je teste mes connaissances

Doc. 1 : Propagation d’un son


Se rendre sur l’affiche interactive ci-dessous afin de revoir les bases du collège. Ne pas oublier de cliquer sur les 3
liens vidéo de l’affiche !

Affiche : http://bit.ly/geniallySON1

Doc. 2 : Il y a de l’orage dans l’air !


Visionner le document suivant : http://bit.ly/VIDmeteo

Doc. 3 : Accordons nos violons !


Vidéo « C’est pas sorcier » (choisir les extraits pertinents).

https://www.youtube.com/watch?v=TZJxosX2mzM

Question 1.

Compléter les légendes du doc.1 et la phrase ci-dessous :

La membrane d’un ...................................... ou les branches d’un .................................... vibrent et transmettent cette
vibration à l’air ambiant. Le son se propage alors jusqu’à ................................. où le .......................... se met à son tour
à vibrer. Entre l’émetteur et le récepteur sonore, des zones de .............................. alternent périodiquement avec des
zones de ............................

Mots à insérer : surpression, dépression, tympan, diapason, haut-parleur, l’oreille.

Question 2. Un son peut se propager : Question 3. La vitesse de propagation d’un son :


 dans l’eau  dépend de sa fréquence
 dans l’air  dépend du milieu de propagation
 dans le vide  ne dépend ni de la fréquence, ni du milieu de
propagation

1 / 18
Question 4. La relation liant la vitesse de propagation Question 5a. La vitesse du son dans l’air …
d’un son v, la distance d parcourue par le son et la durée  vaut 34 m/s
t mise par le son pour parcourir cette distance est :  vaut 340 m/s
 v = d t  vaut 3 400 m/s
 v=d  est plus grande que la vitesse de la lumière
t  est plus petite que la vitesse de la lumière
 v = d+ t

Question 5b. A quelle vitesse le son se propage-t-il dans Question 6. L’homme entend …
le vide ?  Tous les sons
 Il ne peut pas se propager dans le vide  Les infrasons
 Il se propage très lentement, à moins de 10 m/s  Les ultrasons
 Il se propage extrêmement vite, à presque 300 000  Une partie des sons
km/s
 Il se propage relativement vite, environ 340 m/s

Question 8. Compléter le schéma ci-dessous en indiquant le domaine des sons audibles, le domaine des ultrasons et
le domaine des infrasons.

…………………………… …………………………… ……………………………

20 20 000
Fréquence (Hz)

Question 9. Avec quel appareil peut-on produire un Question 12. L’oreille humaine est un :
son ?  Emetteur d’ondes sonores
 un haut-parleur  Récepteur d’ondes sonores
 un sonomètre  Emetteur d’ondes électromagnétiques
 un microphone  Récepteur d’ondes électromagnétiques

Question 10. Le diapason est un : Question 13. Soit un instantané de l’animation proposée
 Emetteur d’ondes sonores dans l’affiche :
 Récepteur d’ondes sonores
 Emetteur d’ondes électromagnétiques
 Récepteur d’ondes électromagnétiques

Associer une légende à chaque lettre :


 Microphone :
 Haut-parleur :
 Molécules qui constituent l’air :
 Zone de « surpression » :
 Zone de « dépression » :

Question 14. Pourquoi, sur la vidéo dans l’affiche, ne Question 15. Qu’est-ce qui met directement les couches
voit-on pas les branches du diapason vibrer ? de molécules constituant l’air en vibration ?
 La vidéo est trop mal définie, c’est trouble  Les branches du diapason
 Les branches ne vibrent pas, il n’y a que l’air qui  Le marteau qui frappe le diapason
vibre  L’eau dans le bol
 Les branches vibrent beaucoup trop rapidement et
avec une amplitude trop faible

2 / 18
Question 16. Quel organe vibre sous l’effet des ondes
sonores ?
 Le tympan  La cochlée
 Le pavillon  La trompe d’Eustache
Question 17. Qu’est-ce qu’un son aigu ? Question 18. Le diapason vibre avec une fréquence f qui
 Un son qui fait mal aux oreilles vaut 440 Hz. Qu’est-ce que cela signifie ?
 Un son dont la fréquence de vibration est élevée  Les branches du diapason vibrent 440 fois par seconde.
 Un son que l’Homme ne peut pas entendre  Que le son émis se déplace dans l’air à la vitesse de 440
m/s
Question sur le doc.2
Question 19. Un son de fréquence f. Associer chaque Quelles sont, à votre avis, les affirmations correctes ?
fréquence avec le terme qui convient :  Pour déterminer la distance d’un éclair, il faut d’abord
 f = 50 Hz  son aigu compter la durée entre la vue de l’éclair et le bruit du
 f = 4 000 Hz  infrason tonnerre.
 f = 5 Hz  ultrason  Si l’on compte 6 secondes entre les 2, cela signifie que
 f = 40 000 Hz  son grave la foudre est tombée à 2 km de nous.
La vitesse de propagation du son dans l’air est 3 fois plus
petite que celle de la lumière.

Questions sur les signaux périodiques

Question 1

Le signal représenté ci-contre est périodique :

 OUI  NON

Question 2

Le signal représenté ci-contre est périodique :

 OUI  NON

Question 3

Le signal représenté ci-contre est périodique :

 OUI  NON

Question 4 Question 5
La période d’un signal périodique est: La fréquence d'un signal périodique est :
 la durée d'un motif élémentaire.  le nombre de motifs élémentaires par seconde.
 la plus petite durée au bout de laquelle le  le nombre de motifs élémentaires par minute.
phénomène se répète identique à lui-même.  l'inverse de l'amplitude du signal.
 exprimée en Hertz (Hz).  l'inverse de la période du signal.
 exprimée en seconde (s)
Question 6 Question 7
La relation liant la période T d'un phénomène Un signal périodique a obligatoirement la (les)
périodique et sa fréquence f est : propriété(s) suivante(s) :
 T = 1/f  T×f=1  f = 1/T  Le motif est symétrique par rapport à l’axe des
abscisses.
 Le motif se répète à des intervalles de même durée.
 Le motif présente alternativement des valeurs
positives et négatives.

3 / 18
Chapitre 11 – Emission et perception d’un son - ETAPE 2/7
Activité 1 : Emission et vitesse d’un son

Les instruments de musique à vent, à cordes ou à percussion sont constitués d’un vibrateur et d’un résonateur pour
produire une note audible.

PARTIE 1 : Emettre et étudier la propagation d’un son

https://www.youtube.com/watch?v=eKoxrJ2HhAI https://www.youtube.com/watch?v=AyV9EtMqiNw

https://www.youtube.com/watch?v=KokOyiwxRvU https://www.youtube.com/watch?v=p-3Z2DpEw08

1. Regarder les expériences des docs 1, 3 et 4.


2. Mettre en œuvre, à la maison, l’expérience du doc. 2. Vous pouvez utiliser un objet résonnant (couvercle de
casserole par exemple)
3. Expliquer comment l’action de la baguette sur le tambourin permet de mettre les grains de riz en mouvement.
4. D’après l’expérience du doc.3 Indiquer la différence fondamentale entre le son et la lumière.
5. Résumer le rôle des deux parties principales de la guitare.

4 / 18
PARTIE 2 : Vitesse d’une onde sonore

Doc. 1 : Autour des ondes ultrasonores

→ Les ondes ultrasonores sont des ondes progressives mécaniques inaudibles par
l’homme. Ici, on utilisera des ondes ultrasonores de fréquence voisine de 40 kHz.
→ Un émetteur d’ondes ultrasonores est un petit cristal qualifié de piézoélectrique

qui, lorsqu’il est alimenté par une tension, génère alors des ondes ultrasonores. Au contraire, un récepteur d’ondes
ultrasonores est un petit cristal qui, lorsqu’il reçoit des ondes ultrasonores, génère une tension à ses bornes.

→ Des salves d’ondes ultrasonores sont des impulsions d’ondes ultrasonores délivrées par l’émetteur à une
fréquence d’environ 100 salves par seconde, chaque salve ayant une "durée de vie" d’environ 3 ms.

Doc. 2 : Vitesse du son dans différents milieux


La vitesse du son dépend du milieu de propagation de l’onde sonore. Voici quelques valeurs de référence :

− Vitesse du son dans l’air à 25°C : 340m.s-1



Vitesse du son dans l’eau : de l’ordre de 1500 m.s-1

Doc. 3 : Détermination historique de la vitesse de propagation du son dans l’eau à Genève.


Daniel Colladon est à l'origine de ces travaux ; il fit ses études au début du XIXème, à ce qui était encore l'Académie
de Genève. Quelques années plus tard, professeur de physique dans cette même Académie, il entreprit sur le lac
Léman, nous sommes en 1826, une série d'expériences ayant pour but de déterminer la vitesse de propagation du
son dans l'eau.

Figure 1: Dispositif qui Figure 2: D. Colladon après


permet l'émission des avoir enclenché son
signaux acoustique et chronomètre se met à
visuel. l'écoute du signal
acoustique.

À quelque deux cents mètres au large de Rolle, un assistant se tenait dans une barque, à laquelle était suspendue
une cloche. Le rôle de cet assistant était d'actionner un long manche terminé par un marteau. Ce marteau
permettait de frapper sur une cloche immergée au bout d'une chaîne (Figure 1). Colladon, lui, se tenait à
équidistance de la côte mais du côté français, au large de Thonon. Dès qu'il percevait un signal lumineux à l'horizon,
il enclenchait un chronomètre et se mettait à l'écoute du stimulus.

5 / 18
Dans un premier temps en plongeant la tête directement dans l'eau puis, après avoir perfectionné le système, à
l'aide d'un cornet dont l'embouchure immergée était fermée par une membrane en tôle (Figure 2). À l'instant où il
entendait le signal acoustique, Colladon déclenchait son chronomètre. La rotondité de la planète interdisait aux
expérimentateurs de biaiser les résultats en anticipant le départ du stimulus. La courbure de la terre entre ces deux
rives, éloignées entre elles de 13 887 mètres, leur interdisait de se voir. Colladon ne pouvait présager du moment
où son collègue allait donner le signal. Les résultats enregistrés au moyen de ce dispositif et ses calculs mènent
Colladon à la conclusion suivante: "La moyenne de plusieurs expériences donna 9 secondes 1/10, pour le temps de
propagation sous l'eau. Dans l'air, le son eût mis 40 secondes 14/100. La vitesse du son dans l'eau pure, à la
température de +8°, fut déterminée à 1435 mètres par seconde, au lieu de 336 mètres dans l'air à +8 degrés"
(Source : Figuier, 1884, pp. 82).

Introduction historique
1. A l’aide d’un calcul, retrouver les résultats obtenus historiquement pour la vitesse de propagation du son
dans l’eau et dans l’air.

Mesure de la vitesse du son avec l’application Phyphox pour téléphone portable et tablette

Cette mesure nécessite l’utilisation de 2 appareils possédant l’application et un décamètre.

1. Expérience
• Ouvrir l’application et sélectionner « Accoustic Stopwatch » ou « chronmètre sonore » dans le menu d’accueil.
• Ajuster le bruit de fond (« threshold » ou « seuil »). Pour cela mettre en marche l’application. Si le chronomètre
ne se met pas en route, le bruit de fond est bien calibré. Au contraire, s’il se déclenche, augmenter la valeur
du bruit de fond jusqu’à ce qu’il ne se déclenche plus.
• Placer les 2 téléphones à une distance d l’un de l’autre (mesurer
précisément d avec le décamètre, on prendra d ≈ 5 m).

• Mettre à zéro le chronomètre de chaque téléphone. Clapper des mains une seule fois vers le premier téléphone
puis une fois vers le second téléphone. Le chronomètre se déclenche instantanément au premier clap et
s’arrête sur le deuxième pour chacun des téléphones.

• Noter les valeurs du temps pour chacun des chronomètres des deux dispositifs :
Temps affiché par le dispositif 1 : t1 = ………………………
Temps affiché par le dispositif 2 : t2 = ……………………..

2. Explication de la méthode

Lors du premier clap, le son émis déclenche le premier dispositif lorsqu’il


arrive à sa hauteur. Puis, le son se propage à la vitesse v jusqu’au
deuxième dispositif et le déclenche à son tour mais avec un retard Δt par
rapport au premier qui dépend de la vitesse de propagation du son.

6 / 18
Lors du deuxième clap, le son émis arrête le chronomètre du
second dispositif lorsqu’il arrive à sa hauteur. Puis le son se
propage à la vitesse v jusqu’au premier dispositif et l’arrête à
son tour mais avec un retard Δt par rapport au deuxième
dispositif. Le retard est le même car le son parcourt la même
distance.

La différence entre les deux temps t1 et t2 mesurés par les deux chronomètres correspond aux 2 retards cumulés
mis par le son pour parcourir deux fois la distance d.
On peut alors calculer la vitesse de propagation du son.

3. Résultats de l’expérience
D’après ce qui précède, exprimer puis calculer la vitesse du son par cette méthode plusieurs fois de suite.
Vous rassemblerez vos résultats dans un tableau consignant les temps t1 et t2, la durée Δt puis la vitesse v.

Appeler le professeur en cas de difficultés pour :


- trouver la relation à utiliser pour calculer la vitesse du son ;
- élaborer un tableau clair pour consigner les résultats des mesures.

4. Exploitation des résultats


Questions :
1) Que pensez-vous des valeurs obtenues pour la vitesse de propagation du son ?
2) A l’aide du tableau suivant, indiquer quel type d’erreur est rencontrée avec cette expérience ?

Cas recherché Cas n°1 : erreurs aléatoires Cas n°2 : erreurs Cas n°3 : erreurs aléatoires
systématiques et systématiques.

Tous les impacts sont Si les impacts sont très Si les impacts sont groupés Si les impacts sont étalés et
proches du centre de la étalés mais centrés en mais loin du centre de la loin du centre de la cible.
cible. moyenne sur le centre de la cible.
cible.

7 / 18
Chapitre 11 – Emission et perception d’un son - ETAPE 3/7
Activité 2 : Perception d’un son

En musique, on parle de fausse note lorsque la note jouée n’est pas celle attendue ou encore lorsqu’elle n’est pas
jouée. Une note de musique est caractérisée par sa période et sa fréquence.
Comment mesurer la période T et calculer la fréquence f d’un signal sonore ?

1. Document A : A l’aide des trois acquisitions, vérifier la phrase écrite en italique dans le document.

2. Proposer et mettre en œuvre une méthode permettant de déterminer la fréquence des notes.

3. En appliquant la méthode proposée, vérifier si le guitariste a joué une fausse note.

8 / 18
Chapitre 11 : Emission et perception d’un son - ETAPE 4/7
Activité 3 : Eviter les risques auditifs

9 / 18
10 / 18
Chapitre 11 : Emission et perception d’un son - ETAPE 4/7
Activité 4 : Un concert

Un concert
Julie veut aller à un concert. Ses parents ne veulent pas qu’elle soit trop
proche des haut-parleurs.
Pourquoi ses parents sont-ils si insistants ?

Doc. 1a : Intensité sonore I


L’intensité sonore I est liée à l’amplitude de la vibration sonore.

P
Elle est en réalité définie par : I = , où P est la puissance sonore émise (en watts W) et S la surface qui reçoit cette
S
puissance (en m2). Unité : le W.m-2.

Elle est donc directement liée au volume perçu. Lorsqu’il y a plusieurs sources, les intensités sonores s’additionnent.

Le seuil de l’audition de l’audition correspond à une intense sonore reçue I0=10-12 W.m-2, celui de la douleur à I=
1 W.m-2.
Doc. 1b : Evolution de l’intensité sonore en fonction de la distance

La source S correspond à la position d’un haut-parleur.

Doc. 2 : Le niveau d’intensité sonore L

Le niveau d’intensité sonore L sert à exprimer combien de fois une intensité sonore est plus grande qu’une autre
de référence. Elle se mesure en décibels (dB) avec un sonomètre.

Le niveau d’intensité sonore augmente de 10 dB chaque fois que l’intensité sonore est multipliée par 10.

Remarque : Cette relation se traduit mathématiquement en utilisant la fonction logarithme (log) accessible sur les
calculatrices avec la touche log. Ainsi, le niveau sonore L correspond à une intensité sonore I, vaut :
𝑰
L=10.log(𝑰 ) avec I0=10-12 W.m-2
𝟎

11 / 18
Doc. 3 : L’ennemi n° 1 de nos cellules sensorielles : le bruit !

Attention !! nous avons à la naissance qu'un capital très limité de cellules sensorielles (Cellules ciliées) (moins de
15.000) ! Et ces cellules une fois détruites ne "repoussent" pas !
https://www.youtube.com/watch?time_continue=27&v=mZmlUvHomrA
Cette animation (à visualiser) représente, à l'échelle d'une de nos cellules sensorielles, les dégâts causés par les
sons (bruits) trop forts.
Jusqu'à 80-85 dB, la cellule ne souffre pas et notre capital audition n'est pas altéré. Au-delà, ce sont d'abord les cils
qui sont petit à petit détruits, jusqu'à une disparition totale ; ensuite, la cellule meurt et notre capital auditif est
définitivement altéré : c'est la surdité, qui peut être totale si toutes nos cellules sensorielles ont subi le même sort.

D’après le site :

http://www.cochlea.org/bruit-attention-danger-!-protection

Doc. 4 : Sons et bruits dangereux : Relation niveau/durée, législation

D’après le site :

http://www.cochlea.org/bruit-attention-danger-!-protection

1. Indiquer le domaine de fréquence des sons audibles.

2. Quel est le nom des cellules transmettant le signal sonore ? Quelles sont les particularités de ces cellules ?

3. A partir de quel niveau d’intensité sonore, le bruit est-il nocif ? Pourquoi ?

4. Quel niveau sonore maximal doivent respecter les discothèques, salles de concert et autres cinémas ? Pourquoi ?

5. D’après le document 1, indiquer la relation liant l’intensité sonore pour un récepteur de surface S situé à une
distance r du haut-parleur à l’intensité sonore pour le même récepteur de surface S situé à une distance 2r du
récepteur.

6. Retour sur la problématique : Expliquer à Julie l’insistance de ses parents. Que lui conseillez-vous ?

12 / 18
Chapitre 11 : Emission et perception d’un son - ETAPE 4/7
Activité expérimentale n°1 : Produire et analyser un son

PARTIE 1 : Donnons le LA !
Doc. 1 : Donnons le « La » !
Avant de jouer toute œuvre musicale, les musiciens d’un
orchestre accordent leur instrument. Par tradition, c’est le
joueur de hautbois (ou le pianiste) qui donne le « La »,
permettant ainsi au 1er violon puis à tous les musiciens de s’accorder.
Il existe d’autres méthodes pour produire le « La » également appelé «La3» ou
« La 440 ».

Comment un instrument de musique peut-il produire un « La3 » ?


Tous les « La3 » produits sont-ils identiques ?

Doc. 2 : Le Diapason
Le « La » peut être produit par un instrument nommé diapason, qui peut être électronique ou mécanique.
Comment cet instrument peut-il produire un son musical ? Quelles sont les caractéristiques du son émis ?

Composition d’un diapason :

Remarque : Il est possible de dissocier les branches de la caisse de résonance.

Doc. 3 : Représentation temporelle d’un son


A l’aide d’un microphone relié à la carte son d’un ordinateur, on peut enregistrer des sons pour les traiter à l’aide
d’un logiciel adapté. Il est ainsi possible d’obtenir la représentation temporelle du son.

Doc. 4 : Enregistrement et étude d’un son avec Audacity


▪ Enregistrer un son : Brancher le micro puis ouvrir Audacity. Lancer l’acquisition en cliquant sur

Enregistrement . Stopper l’acquisition en cliquant sur Stop . Le signal sonore apparait à l’écran
avec l’amplitude en ordonnée et le temps en abscisse.
▪ Modifier l’échelle : Utiliser l’Outil Zoom . En faisant un clic gauche sur l’axe des abscisses, on zoome
horizontalement ; en faisant un clic droit on « dézoome". Même chose avec l’axe des ordonnées.
▪ Sélectionner une partie du signal : utiliser l’Outil de Sélection pour choisir une portion de
l’enregistrement. La durée de la sélection est indiquée en bas de la fenêtre.

13 / 18
Doc. 5 : Période, fréquence et amplitude
Un signal périodique est caractérisé par
un motif élémentaire qui se répète au
cours du temps.

Un signal périodique est défini par :

▪ Sa période, de symbole T : C’est la durée du motif. Elle s’exprime en seconde

▪ Sa fréquence, de symbole f : C’est le nombre de motifs par seconde. Elle


s’exprime en Hertz (Hz). On la calcule en utilisant la formule :

▪ Son amplitude : C’est la valeur maximale du signal.

Questions :

1. Proposer un protocole afin de mette en évidence le rôle des différentes parties d’un diapason. Le réaliser. Noter
vos observations.
2. Conclure sur le rôle des différentes parties du diapason.
3. Proposer puis réaliser un protocole permettant d’obtenir la représentation temporelle du son émis par un
diapason.
4. Le signal est-il périodique ? Quelle est sa forme ?
5. Mesurer sa période.
6. Calculer sa fréquence. Retrouve-t-on la note prévue ? (Utiliser le document dans la partie 2)

Doc. 6 : Produire un « La » avec un microcontrôleur


a) Matériel
− Ordinateur avec logiciel Arduino IDE
− Carte arduino Uno
− Haut-parleur miniature 8Ω, 5W
− Résistance de 220 Ω
− Fils de connexion

b) Schéma du montage
Le Haut-parleur étant relié à la broche 9

c) Programme

La fonction tone() permet de générer un signal périodique d’une


fréquence et d’une durée donnée : tone(broche,fréquence,durée).

La valeur de la durée est en millisecondes.

14 / 18
Questions :
7. Réaliser le montage du document 6b).

8. Compléter le programme du document 6c) pour obtenir le « La ».


9. Exécuter le programme.
10. Vérifier expérimentalement la fréquence de la note obtenue.
11. Le « La » émis par le diapason est-il identique au « La » émis par le microcontrôleur ?

PARTIE 2 : De la note à la mélodie

Un microcontrôleur est un circuit intégré qui rassemble les éléments essentiels d'un ordinateur :
processeur, mémoires, unités périphériques et interfaces d'entrées-sorties.
Par rapport à des systèmes électroniques à base de microprocesseurs et autres composants séparés,
les microcontrôleurs permettent de diminuer la taille, la consommation électrique et le coût des
produits.
Les microcontrôleurs sont fréquemment utilisés dans les systèmes embarqués, comme les
contrôleurs des moteurs automobiles, les télécommandes, les appareils de bureau,
l'électroménager, les jouets, la téléphonie mobile, etc.
Dans les jouets, associés à un haut-parleur, ils permettent, entre autres, de programmer des
mélodies
Quelles sont les caractéristiques physiques d’une mélodie et comment la programmer ?

La mélodie étudiée aujourd’hui est donnée ci-dessous :

1. En utilisant la fiche technique ci-dessous, légendée la partition en indiquant le nom de chaque note présente
dans la mélodie.

15 / 18
Schéma du montage :

La sortie utilisée est une sortie numérique cela


signifie que le signal émis (à destination) du
haut-parleur est le suivant :
- 50% du temps le signal possède sa valeur
maximale, on dit qu’il est en état haut (HIGH en
anglais)
- 50% du temps le signal possède sa valeur
minimale (nulle), on dit qu’il est en état bas
(LOW en anglais)

2. Écriture du programme.
a. Voici le code permettant d’émettre la première note : Relier chaque instruction au commentaire correspondant.

• // Attendre 400 millisecondes

• // on définit le pin 6 (celui relié au haut-parleur) comme un pin de sortie de la


carte

• // Émettre, sur la broche 6, un signal carré de fréquence 659 Hz pendant 400


millisecondes.

b. Ouvrir le logiciel Arduino et compléter le programme


précédent pour qu’il puisse jouer la mélodie étudiée dans
la partie 2.
Pour cela utiliser le document ci-dessous :

16 / 18
c. Vérifier votre programme en utilisant le bouton , les erreurs s’affichent en rouge dans le cadre située sous le
programme.

d. Corriger les erreurs (s’il y en a).

3. Écoute de la mélodie.
a. Brancher la carte sur l’ordinateur et dans le menu outils / port choisir le port où est branché la carte Arduino. Puis

téléverser votre programme sur la carte en cliquant sur .

b. La mélodie jouée est-elle identique à celle écoutée au début du TP ? Proposer une explication et modifier votre
programme pour le corriger.

17 / 18
18 / 18

Vous aimerez peut-être aussi