Vous êtes sur la page 1sur 7

INTRODUCTION

Les glucides sont des substances organiques contenant un groupement carbonyle (aldéhyde ou
cétone) et plusieurs groupements hydroxyles. On distingue deux types de glucides qui sont
des glucides simples et des glucides complexes. Notre manipulation se porte sur les Glucides
simples. Elle consiste premièrement une étude quantitative à partir d’un microdosage du
glucide par l’acide dinitrosalicylique et dans un second temps procéder à une analyse
qualitative basé sur le pouvoir réducteur et des réactions de coloration caractéristique.

ETUDE QUANTITATIVE : microdosage du glucose par l’acide dinitrosalicylique

 But

Notre manipulation vise à déterminer les concentrations en glucose de deux tubes inconnus
X1, X2 et celle du jus de coco numéroté Tube J.

 Principe

L’étude quantitative à partir du microdosage du glucose par l’acide dinitrosalicylique ne


permet pas la détermination de la concentration en glucose supérieure à 2,5g/l. on met à profit
le pouvoir réducteur du glucose pour former un complexe coloré après défécation.

 Protocole Expérimentale

Préparons six (6) tubes à essai d’un volume total de 1 ml selon la dilution consignée dans le
tableau suivant :

Tubes Témoin 1/5 1/10 1/20 1/25 1/50


Glucose (ml) 0 0.2 0.1 0.05 0.04 0.02
Eau distillée (ml) 1 0.8 0.9 0.95 0.96 0.98
Volume total (ml) 1 1 1 1 1 1
Concentration finale (g/l) 0 0.4 0.2 0.1 0.08 0.04

Préparons ensuit 3 autres tubes contenant respectivement les solutions inconnus X 1, X2 et jus
de coco numéroté Tube J.

Ajoutons 1ml du réactif de DNS à chaque tube et portons à ébullition (100°c) après agitation
pendant 5 min.

Ensuite, arrêter la réaction dans un bain d’eau glacée puis ajoutons 10ml d’eau distillée à
chaque tube tout en agitant par renversement des tubes. Puis nous avions attendu 20 min pour
lire les D.O. à 540 nm.
Pour la solution du jus de coco, elle était trop concentrée pour cela, nous l’avions dilué au
dixième (1/10) en prélevant 1 ml du jus puis compléter avec 9 ml d’eau distillée.

RESULTATS ET INTERPRETATIONS

 Calcul des concentrations finales en glucose des tubes

Ci Χ Vi 0,2 Χ 2
Tube 1/5: Cf (1/5) = = Cf (1/5) = 0,4g/l
vf 1

Ci Χ Vi 0.1 Χ 2
Tube 1/10: Cf (1/10) = = Cf (1/10) =0,2g/l
vf 1

Ci Χ Vi 0.05 Χ 2
Tube 1/20: Cf (1/20) = = Cf (1/20) =0,1g/l
vf 1

Ci Χ Vi 0.04 Χ 2
Tube 1/25: Cf (1/25) = = Cf (1/25) =0,08g/l
vf 1

Ci Χ Vi 0.02 Χ 2
Tube 1/50: Cf (1/50) = = Cf (1/50) =0,04g/l
vf 1

Les résultats des concentrations de glucose final et de densité optique de chaque tube sont
consignés dans le tableau ci-après :

Tubes Témoin 1/5 1/10 1/20 1/25 1/50 X1 X2 J


Concentration
0 0,4 0,2 0,1 0,08 0,04 - - -
finale en
glucose (g/l)

D.O. 0 0.225 0.124 0.047 0.034 0.016 0.099 0.16 0.051

 Détermination des concentrations des tubes X1, X2 et J par projection :

Étant donné que nous avions dilué la solution du jus de coco au dixième, nous allons devoir
multiplier la concentration du jus dilué par dix(10) pour retrouver la concentration du jus de
coco.
[J] = 10 Χ 0,095 g/l [J] = 0,95 g/l

Par projection sur la courbe étalon, nous avons obtenu :


Tubes X1 X2 J
Concentration (g/l) 0,18 0,29 0,95
D.O. 0,099 0,16 0,051

La concentration en glucose est plus élevée dans le jus de coco utilisé. Elle est de 0,95g/l et
reste supérieur aux concentrations des tubes de solution inconnus X1 et X2. Cependant la
solution de X2 est aussi plus concentrée que la solution de X1.

La relation existante entre les concentrations et les D.O. est que plus le D.O. est élevée, plus
la concentration est grande.

Conclusion 
Par cette méthode nous avions démontré que le jus de coco reste un aliment riche en
nutriments comme des glucides simples.

II. ANALYSES QUALITATIVES


I-1) Méthode basée sur le pouvoir de réduction des glucides.
En milieu alcalin et à chaud les oses et dans certains conditions, les polyholosides peuvent
s’oxyder et en même temps réduire les substances. On parle alors de pouvoir réducteur .cette
propriété es dû à la présence de fonction hemi-acetalique libre. Le pouvoir réducteur peut être
mis en évidence par certaines réactions :

a) Réaction du miroir d’argent


Cette réaction est basée sur la réduction d’un complexe d’AgI
 Protocole expérimental
Dans un tube à essai très propre, nous avions introduit 5ml de la solution de nitrate d’argent à
5% et ajouté avec précaution de l’ammoniaque à 50%. Il apparait un précipité de couleur gris
puis on continue à ajouter de l’ammoniaque jusqu’à la rédissolution du précipité puis on
arrête.

Ajouter 3ml de solution de glucose à 0.2% et chauffer légèrement le tube.

 Résultats et Interprétation
Apres quelques minutes de chauffage nous observons une couche brillante d’argent
métallique sur la paroi du tube. Cette couche brillante est du à la réduction par le glucose de
l’ion Ag+ du nitrate en métal Ag°.

L’ajout d’une solution d’ammoniaque (0,5 ml dans notre cas) à la solution de nitrate d’argent
en milieu alcalin a entrainé l’apparition d’un précipité gris d’oxyde d’argent(Ag2O)

puis par la suite (c'est-à-dire 2ml du volume total d’ammoniaque utilisé dans notre cas), celui-
ci se dissout de nouveau pour donner le nitrate d’argent ammoniacal ([Ag(NH3)2] + ) selon les
équations suivantes:

AgNO3 Ag+ + NO-3


2Ag+ + 2OH- Ag2O + H2O
2Ag2O + 4NH3+ H2O 2[Ag (NH3)2]+ + 2OH-
Le glucose à son tour intervient grâce à sa fonction hémi-acétal libre pour réduire le nitrate
d’argent ammoniacal en argent métallique en s’oxydant en gluconate.

C6H12O6 + 3OH- C6H12O7 + 2 H2O + 2℮-


[Ag(NH3)2+ + ℮- Ag + 2 NH3 ]

C6H12O6 + 2[Ag(NH3)2+] + 3OH- C6H12O7 + 2H2O + 2Ag + 4 NH3


Glucose Nitrate d’argent métallique Gluconate Argent ammoniacal

Toutefois, le potentiel standard d’un couple acide carboxylique / aldéhyde varie entre -0.15 et
0. Le complexe Ag(NH3)+ est donc toujours un oxydant Suffisamment puissant.

Conclusion :

Cette méthode est utilisée pour la fabrication de miroirs, de vases Dewar et de boules
décoratives pour des sapins de noël.

b) Réduction de la liqueur de Fehling

C’est est une réaction chimique qui sert couramment à caractériser des aldéhydes par
leur oxydation par des ions cuivre II.

 Principe :
Au cours de la réaction, l'ion cuivre (II) oxyde l'aldéhyde pour donner un acide
carboxylique sous sa forme basique (ion carboxylate), et un précipité rouge brique
d'oxyde de cuivre(I) Cu2O selon l'équation d'oxydoréduction :

R-CHO + 2Cu2+ (aq) + 5HO− (aq) RCOO− + Cu2O(s) + 3H2O


Les cétones, qui ne peuvent subir d'oxydation ménagée, ne réagissent pas avec la liqueur de
Fehling.
 Mode opératoire :
Dans un(1) tube à essai mettons 2 ml de la solution de sulfate de cuivre à 2,5% ensuite 2 ml
de la solution de tartrate sodico-potassique à 10%, suivi de 2ml de soude à 5% et 5ml de
glucose à 0,2%. Puis porté à ébullition.

Agitons pour bien mélanger le contenu du tube et Portons le tube à ébullition pendant
quelques minutes.

 Résultats et interprétation

Après les quelques minutes d’ébullition, on observe alors l’apparition d'un précipité d’abord

jaune-rougeâtre et ensuite cette coloration devient rouge brique.

La coloration rouges est un précipité d’oxyde cuivreux Cu2O provenant de la réduction par le
glucose de l’hydroxyde cuivrique Cu(OH)2, cette coloration es maintenu par le tartrate sodico-
potassique.

2Cu(OH)2 Cu2o + 2H2O + 1/2O2

La liqueur de Fehling est une solution renfermant des ions cuivre II (Cu++), de couleur bleue
en milieu basique (les ions Cu++ sont maintenus en solution grâce au double tartrate de Na + et
K+).A chaud, en présence d’une substance réductrice, la liqueur de Fehling donne un précipité
rouge brique d’oxyde de cuivre Cu2O.Il y a eu donc réduction du glucose (passage Cu de la
forme cuivrique Cu++ à la forme cuivreux Cu+) selon l’équation :

CuSO4 + 2NaOH Na2SO4 + Cu (OH)2


2 Cu(OH)2 2H2O + Cu2O + ½ O2
Cu(OH)2 = Liqueur de Fehling
½ O2 : servira à oxyder le glucose
C6H12O6 + 2 Cu(OH)2 chauffage Cu2O + 2H2O + C6H12O7
Glucose Liqueur de Fehling oxyde de cuivre Gluconate

c) Réduction de l’acide picrique


 Principe : l’acide picrique jaune serais réduit en milieu alcalin et à chaux en acide
picranique rouge
 Mode opératoire
Mettons 2 ml d’une solution de glucose à 0,2% dans un tube à essai ensuite, ajoutons 2ml
d’une solution alcaline de picrate de sodium et en fin ajoutons 0,5ml de solution saturée d
carbonate de sodium. Puis portons le tout au chauffage au bain-marie pendant quelques
minutes.

 Résultats et interprétations

Le tube à essai sorti après quelques minutes passé dans le bain-marie, nous observons une
coloration rouge brun, cette coloration marque une réaction dite positive. Cette coloration
s’explique par la réduction de l’acide picrique jaune en acide picramique rouge brun intense
par le glucose. Ceci s’illustre par l’équation suivante :

I-2 ) réaction de coloration caractéristiques


a) Réaction de Molisch
Cette réaction est caractéristique de tous les glucides à partir cinq (5) carbones. En milieu
acide concentré et à chaud, les oses se transforment en Furfural (pour les pentoses) et
Hydroxyméthylfurfural (pour les hexoses) par cyclisation et déshydratation. Ces dérivés on la
propriété de réagir avec les phénols comme alpha-naphtol pour donner des colorations
caractéristiques. Dans le cas d'une réaction positive avec ᾳ -naphtol, un anneau rouge violace
apparaît à l'interface acide sulfurique-solution du sucre.

 Mode opératoire
Mettons 2 ml de solution de glucose à 0,2% dans un tube à essai et 1 ml de solution
alcoolique de ᾳ- Naphtol à 1% et versons le tout sur 2ml d’acide sulfurique pur en faisant
couler lentement le long de la paroi interne du tube à essai.

 Réactions et interprétation

A la suite de l’ajout de l’acide des deux solutions sur l’acide sulfurique, on note un
réchauffement du tube à essai ; cela signifie que la réaction est exothermique à la différence
des précédentes. A la surface de séparation des deux liquides on observe un anneau pourpre.
Par ailleurs, l’apparition de la coloration verte obtenue simultanément est due uniquement à
l’action de l’acide sulfurique sur l’ ᾳ- Naphtol. Cette réaction s’illustre par les équations
suivantes :

Conclusion 
Pour les glucides en générale, nous avons l’étude qualitative portant sur les réactions de
réduction et de coloration du glucose à travers les différentes réactions permettant ainsi de
mettre en évidence le pouvoir réducteur du glucose.

Vous aimerez peut-être aussi