Vous êtes sur la page 1sur 73

Département Génie Electrique

Rapport de Stage de Fin d’Année


Pour l’obtention du titre
d’Ingénieur d’Etat de l’ENSET Mohammedia

Filière :
«Génie Electrique Option : Génie électrique et contrôle des
systèmes industriels»
GE-GECSI

Dimensionnement de l’installation BT d'une


nouvelle station de dessalement de l’eau

Lieu du stage : PROJETIA

Réalisé par : Encadré par :


M. Mehdi CHMAITI M. ELAATER MOHAMED

M. Nabil AYAT

Année Universitaire : 2019-2020

ENSET, Avenue Hassan II - B.P. 159 - Mohammedia - Maroc


 05 23 32 22 20 / 05 23 32 35 30 – Fax : 05 23 32 25 46 - Site Web: www.enset-media.ac.ma
E-Mail : enset-media@enset-media.ac.ma
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Dédicace
Je dédie mon projet de fin d’année à :

Mon Dieu, mon espoir, grâce à ALLAH que je suis là…!

Mes chers parents : CHMAITI Salah & ELMRINI Aicha qui sont le secret de ma
force, et ma chère grande mère YAKOUTI Aidiya, pour tous les longues années
d’accompagnement de sacrifices et de privations qui ne peuvent jamais
s’exprimer, aucun acte ou expression ne pourra exprimer mes sentiments de
reconnaissances, de gratitude et de dévouement envers vous !
Merci pour les valeurs nobles, l'éducation et le soutient permanent venu de votre
part.

Que dieu vous garde et vous procure santé et bonheur… !

Mes chers frères : Mina, Siham, Ayoub et Othman pour leur aide, et appui dans
les moments difficiles…

Pour l’énorme effort.

A toute la famille.

A mes meilleur(e)s ami(e)s pour leur soutien et leur accompagnement.


A mon binôme.

A tous les enseignants et collègues de l’ENSET.

A tous ceux qui, un jour, ont pensé à moi, les plus beaux mots ne sauraient
exprimer ma redevance

CHMAITI Mehdi

1
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Dédicaces
Je dédie mon projet de fin d’année à :

Mon Dieu le tout puissant pour sa bénédiction, il est toujours près de moi.

Ma très chère mère Najat,

En témoignage de ma fidèle affection, mon profond amour et ma


reconnaissance pour votre soutien et tous les sacrifices que vous n’avez pas
cessé de déployer afin de rendre ma vie aisée.

Mon cher père AYAT Abdelhak,

Aucune dédicace ne saurait exprimer l’amour, l’estime, le dévouement et le


respect que j’ai toujours eu pour vous. Rien au monde ne vaut les efforts fournis
jour et nuit pour mon éducation et mon bien être. Ce travail est le fruit de vos
sacrifices que vous avez consentis pour mon éducation et ma formation.
À mes sœurs Chaimae, Khouala, et mon frère Youness,

Je souhaite que vous trouviez en ce travail l’expression de mon amour fraternel.

A mes meilleur(e)s ami(e)s pour leur soutien et leur accompagnement.


A mon binôme Mehdi CHMAITI.

A tous les enseignants et collègues de l’ENSET.

A tous ceux qui, un jour, ont pensé à moi, les plus beaux mots ne sauraient
exprimer ma redevance.

AYAT Nabil

2
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Remerciement

Nul travail ne peut se réaliser sans les conseils et les suggestions des autres, pour cela
nous tenons à remercier tout d’abord ALLAH le tout puissant pour son aide et sa Bénédiction.

Nous remercions dans un premier temps, toute l’équipe pédagogique de L’ENSET et les
intervenants professionnels responsables de la formation. Nous adressons nos sincères
remerciements aux enseignants de la filière « Génie Eléctrique et Contrôle des Systèmes
Industriels »

Nous tenons à remercier vivement l’entreprise PROJECTIA de nous avoir accueillis


durant cette période pour effectuer notre stage de fin d’année, en nous offrant ainsi la possibilité
d’acquérir une expérience professionnelle très enrichissante.

Nous remercions très chaleureusement nos encadrants M. Zouhair ECH-CHARRADY


et M.ELAATER Mohamed pour la qualité de leurs encadrements et pour nous avoir fait
l’honneur de guider ce travail, auquel ils ont consacré un grand intérêt malgré leurs nombreuses
préoccupations et leurs grandes responsabilités. Nous sommes aussi grandement redevables
pour les connaissances et les idées qu’ils nous ont apportées tout au long de ce projet.

Nous remercions tous les membres du jury pour l’honneur qu’ils ont fait en acceptant
d’être présent le jour de soutenance de notre projet.

Nous remercions tous ceux qui nous ont aidés quotidiennement ou ponctuellement et
qui nous ont encouragés dans notre travail et rien ne se serait aussi bien déroulé sans le soutien
constant et chaleureux de tous les membres de nos familles ainsi que toutes autres personnes
qui nous sont chères.

3
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Résumé
L’Ecole Normale Supérieure d’Enseignement Technique de Mohammedia (ENSET-M),
une école qui forme des ingénieurs d’excellence qui se démarquent par leurs qualités d’analyse
et de réflexion, également par leurs ouverture d’esprit, leurs culture générale et leurs capacité à
concevoir, organiser, animer des évènements et réaliser des projets à la hauteur, qu’ils soient
associatifs, culturels, artistiques, environnementaux, sociaux ou sportifs.

Le présent travail s'inscrit dans le cadre de notre formation d’ingénieur à


l’École Normale Supérieure d’Enseignement Technique Mohammedia (ENSET-M), il s’agit de
notre projet de fin d’année, effectué au sein de la société PROJECTIA, d’une durée de 7
semaines, et ayant pour objectif, l’étude technique et dimensionnement de l’installation
électrique BT d’une nouvelle industrie de dessalement de l’eau.

Comme l’indique l’intitulé du rapport, notre travail consistait à dimensionner


l’installation électrique du poste 22 KV/400 V d’une nouvelle station de dessalement de l’eau.
C’est dans ce contexte que nous étions appelés à coopérer avec le personnel du département
étude pour mener à bien l’étude de ce projet.

Ce rapport est divisé en deux volets principaux. D’abord, la présentation de l’organisme


d’accueil ainsi qu’une généralité sur les stations de dessalement. Ensuite, dimensionnement de
l’installation BT d’une unité de dessalement de l’eau.

Mots clés :

Bilan de puissance, installation électrique, énergie réactive, Poste, haute tension, basse tension,
réseau de terre, jeux de barres, protection…

4
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Abstract
The Higher Normal School of Technical Education (ENSET-M), a school that trains
engineers of excellence who stand out for their analytical and reflective qualities, also for their
open-mindedness, their general culture and their ability to design, organize, animate events and
carry out projects to the height, whether they are associative, cultural, artistic, environmental,
social or sporting.

The present work is part of our engineering training in the Higher Normal School of
Technical Education (ENSET-M)), this is our end-of-year project, carried out within the
company PROJECTIA, lasting 7 weeks, and having for objective, the technical study and
dimensioning of the LV electrical installation of a new water desalination industry.

As indicated in the title of the report, our work consisted in dimensioning the electrical
installation of the 22 KV/400 V substation of a new water desalination plant. It is in this context
that we were called upon to cooperate with the staff of the design department to carry out the
study of this project.

This report is divided into two main parts. First, the presentation of the host organization
and a general overview of desalination plants. Then, dimensioning of the LV installation of a
water desalination unit.

Key words:

Power balance, electrical installation, reactive energy, substation, high voltage, low
voltage, earth network, busbars, protection...

5
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Table des matières


Introduction générale ................................................................................................................ 11

CHAPITRE I : Présentation de l’organisme d’accueil et contexte général du projet ............ 12

1 Présentation de PROJECTIA ........................................................................................... 13

1.1 Présentation de l'organisme d’accueil : ......................................................................... 13

1.2 Historique : .................................................................................................................... 13

1.3 Fiche signalétique : ........................................................................................................ 13

1.4 Organigramme de l’Enterprise : .................................................................................... 14

1.5 Secteurs d'activité : ........................................................................................................ 14

1.6 Les partenaires de la société : ........................................................................................ 15

1.7 Réalisation de PROJECTIA : ........................................................................................ 15

1.8 Moyens matériels .......................................................................................................... 18

1.8.1 Matériel informatique ......................................................................................... 18


1.8.2 Matériel de chantier ............................................................................................ 18
1.8.3 Matériel de transport et de manutention ............................................................. 18
2 Présentation du projet ....................................................................................................... 19

2.1 Les stations de dessalement........................................................................................... 19

2.1.1 Définition : ......................................................................................................... 19


2.1.2 Types des stations de dessalement ..................................................................... 19
2.1.2.1 Osmose inverse ......................................................................................................... 20
2.1.2.2 Electrodialyse ............................................................................................................ 21
2.1.2.3 Distillation par compression de vapeur..................................................................... 21
2.1.2.4 Distillation solaire ...................................................................................................... 21
2.2 Cahier de charge ............................................................................................................ 22

3 Planning du projet ............................................................................................................ 23

Conclusion du chapitre : ........................................................................................................... 23

CHAPITRE II : Dimensionnement de l’installation électrique............................................... 24

Introduction : ............................................................................................................................ 25

1 Dimensionnement du TSA : ............................................................................................. 25

6
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

1.1 Bilan de puissance : ....................................................................................................... 25

1.1.1 Bilan de puissance unité forage : ........................................................................ 26


1.1.2 Bilan de puissance unité regard d’arrivée : ........................................................ 27
1.1.3 Bilan de puissance unité pré chloration : ........................................................... 27
1.1.4 Bilan de puissance unité Bâche tampon : ........................................................... 27
1.1.5 Bilan de puissance unité de surpression : ........................................................... 27
1.1.6 Bilan de puissance unité filtres à sable : ............................................................ 27
1.1.7 Bilan de puissance unité ré minéralisation : ....................................................... 28
1.1.8 Bilan de puissance unité acidification : .............................................................. 28
1.1.9 Bilan de puissance unité séquestrant : ................................................................ 28
1.1.10 Bilan de puissance unité dé chloration : ............................................................. 28
1.1.11 Bilan de puissance unité chloration :.................................................................. 29
1.1.12 Bilan de puissance unité de surpression : ........................................................... 29
1.1.13 Bilan de puissance unité correction de PH : ....................................................... 29
1.1.14 Bilan de puissance unité osmoseur : .................................................................. 30
1.1.15 Bilan de puissance unité bâche tampon : ........................................................... 30
1.1.16 Bilan de puissance de château : .......................................................................... 30
1.1.17 Bilan de puissance éclairage, climatisation … ................................................... 31
1.1.18 Bilan de puissance global : ................................................................................. 31
1.2 Choix du transformateur MT/BT : ................................................................................ 31

1.2.1 Définition : ......................................................................................................... 31


1.2.2 Paramètres caractérisant un transformateur : ..................................................... 32
1.2.3 Description des technologies : ............................................................................ 33
1.2.3.1 Transformateurs de type secs : ................................................................................. 33
1.2.3.2 Transformateurs de type immergés : ........................................................................ 33
1.2.4 Choix de la technologie : .................................................................................... 33
2 Compensation de l’énergie réactive : ............................................................................... 35

2.1 Principe de la compensation d’énergie réactive ............................................................ 35

2.2 Conception et dimensionnement de la compensation : ................................................. 36

2.2.1 Calcul de la puissance réactive ........................................................................... 36


2.2.2 Choix de la zone de compensation ..................................................................... 37
3 Appareils de coupure et de sectionnement ....................................................................... 40

7
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

3.1 Interrupteur : .................................................................................................................. 40

3.2 Contacteur : ................................................................................................................... 40

3.3 Fusible : ......................................................................................................................... 41

3.4 Sectionneur : .................................................................................................................. 42

3.5 Disjoncteur : .................................................................................................................. 43

4 Etude de l’installation de distribution Base Tension ........................................................ 45

4.1 Schéma unifilaire........................................................................................................... 46

4.2 Données de l’installation : ............................................................................................. 47

4.3 Dimensionnement des canalisations : ........................................................................... 48

4.3.1 Détermination du courant d’emplois Ib ............................................................. 50


4.3.2 Détermination de la section des conducteurs ..................................................... 52
4.3.3 Vérification de la chute de tension : ................................................................... 54
4.3.4 Le calcul des chutes de tension entre l’origine et tout point d’utilisation : ........ 56
4.3.5 Calcul du courant de court-circuit : .................................................................... 57
4.3.5.1 Méthode de calcul : ................................................................................................... 57
4.3.5.2 Détermination des intensités de court-circuit par les tableaux fabricants : ............. 59
Conclusion ................................................................................................................................ 61

Annexes .................................................................................................................................... 62

Annexe 1 : Choix des disjoncteurs Multi 9 .......................................................................... 63

Annexe 2 : Choix des disjoncteurs compact NS80 à 630..................................................... 65

Annexe 3 : Facteurs de correction ........................................................................................ 67

Annexe 4 : Tableau de détermination de la section minimale ............................................. 68

Annexe5 : Détermination des chutes de tension admissibles ............................................... 69

Annexe 6 : Détermination des courants de court-circuits (Icc) ............................................ 70

Annexe 7 : Tableau de détermination des courants de court-circuits (Icc) .......................... 71

8
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Liste des figures


Figure 1: L'organigramme de Projectia .................................................................................... 14
Figure 2: les partenaires de Projectia ....................................................................................... 15
Figure 3: Morocco mall ............................................................................................................ 15
Figure 4: Anfa Place ................................................................................................................. 16
Figure 5: Siège de RMA WATANIYA .................................................................................... 16
Figure 6: Siège de Maroc télécom ............................................................................................ 16
Figure 7: Matériel de transport et de manutention ................................................................... 18
Figure 8: Les divers procédés de dessalement ......................................................................... 20
Figure 9 : Principe de l'osmose et de l'osmose inverse ............................................................ 20
Figure 10 : Le dessalement électrodyalyse............................................................................... 21
Figure 11 : Le dessalement à vaporation .................................................................................. 21
Figure 12 : Distillation solaire .................................................................................................. 22
Figure 13: Bilan de puissance unité forage .............................................................................. 26
Figure 14: Bilan de puissance unité regard d’arrivée : ............................................................. 27
Figure 15: Bilan de puissance unité pré chloration .................................................................. 27
Figure 16: Bilan de puissance unité Bâche tampon ................................................................. 27
Figure 17: Bilan de puissance unité de surpression ................................................................. 27
Figure 18: Bilan de puissance unité filtres à sable ................................................................... 27
Figure 19: Bilan de puissance unité ré minéralisation ............................................................. 28
Figure 20: Bilan de puissance unité acidification .................................................................... 28
Figure 21: Bilan de puissance unité séquestrant ...................................................................... 28
Figure 22: Bilan de puissance unité dé chloration ................................................................... 28
Figure 23: Bilan de puissance unité chloration ........................................................................ 29
Figure 24: Bilan de puissance unité de surpression ................................................................. 29
Figure 25: Bilan de puissance unité correction de PH ............................................................. 29
Figure 26: Bilan de puissance unité osmoseur ......................................................................... 30
Figure 27: Bilan de puissance unité bâche tampon .................................................................. 30
Figure 28: Bilan de puissance de château ................................................................................ 30
Figure 29: Bilan de puissance éclairage, climatisation … ....................................................... 31
Figure 30: Bilan de puissance global : ..................................................................................... 31
Figure 31: consommation après et avant compensation........................................................... 35
Figure 32: Représentation vectorielle des différentes puissances ............................................ 36

9
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Figure 33 les zones de compensation ....................................................................................... 37


Figure 34 : méthode de choix du mode de compensation ........................................................ 39
Figure 35: Schéma unifilaire de l'installation ........................................................................... 46
Figure 37: procédure pour le dimensionnement des câbles et des dispositifs de protection .... 49
Figure 38: la procédure à suivre pour le dimensionnement des câbles et des dispositifs de
protection .................................................................................................................................. 49

Liste des tableaux


Tableau 1: Fiche signalétique ................................................................................................... 13
Tableau 2: L'organigramme de l'entreprise .............................................................................. 14
Tableau 3: Etude de Projectia .................................................................................................. 16
Tableau 4: Activité électricité industrielle ............................................................................... 17
Tableau 5: Activité VRD .......................................................................................................... 17
Tableau 6: Activité électricité tertiaire ..................................................................................... 17
Tableau 7: Activités énergie solaire ......................................................................................... 17
Tableau 8: Travaux divers ........................................................................................................ 17
Tableau 9: facteurs d’utilisation ............................................................................................... 26
Tableau 10: facteurs de simultanéité ........................................................................................ 26
Tableau 11: la valeur du courant de court-circuit triphasé du transformateur. ........................ 32
Tableau 12: avantages des zones de compensation .................................................................. 38
Tableau 13: Catégorie d’emploi des contacteurs en courant alternatif .................................... 41
Tableau 14: Courants assignés et conventionnels des fusibles gI ............................................ 42
Tableau 15: Types de disjoncteurs ........................................................................................... 43
Tableau 16: Données de l'installation....................................................................................... 48
Tableau 17: Détermination du courant d’emplois Ib................................................................ 51
Tableau 18: Détermination de la section des conducteurs ....................................................... 53
Tableau 19: Les chutes de tension admissibles ........................................................................ 54
Tableau 20: Vérification de la chute de tension ....................................................................... 55
Tableau 21: Le calcul des chutes de tension entre l’origine et tout point d’utilisation ............ 56
Tableau 22: calcul de court-circuit ........................................................................................... 58
Tableau 23: Détermination des intensités de court-circuit par les tableaux fabricants ............ 60

10
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Introduction générale
A cause de l’augmentation des activités industrielles, les entreprises présentent de multiples
besoins en termes de qualité et de performance sous les contraintes du budget et du respect du
délai, tout en assurant un coût acceptable pour leurs clients.

De ce fait, Projectia a déployé tous les moyens industriels et managériaux pour confirmer
sa présence à l’échelle nationale et conserver sa position parmi les leaders sur le marché
d’énergie électrique. Cependant, la continuité de distribution d’énergie électrique exige un
dimensionnement correct de chaque élément du réseau à savoir le transformateur, les câbles et
lignes…etc.

C’est dans ce cadre que s’inscrit notre projet de fin d’année au sein de cette société. Il
consiste à élaborer une étude de dimensionnement des appareillages électriques MT, BT, et des
services auxiliaires du poste 22 kV/400V, destiné à desservir en électricité le bâtiment industriel
de la station de dessalement.

Le présent rapport présente le travail effectué tout au long de la période de notre stage, qui
se divise en 2 chapitres :

 Le premier chapitre, présente la société d’accueil PROJECTIA ainsi qu’une description


du projet.
 Le deuxième chapitre se consacre à l’étude globale du projet en Basse tension,
commençant par le bilan de puissance et le choix du transformateur. Puis, l’étude de la
compensation de l’énergie réactive afin d’améliorer le facteur de puissance de
l’installation. Ensuite, dimensionnement des cellules et des appareillages de protection
et enfin, la présentation des méthodes de calcul théoriques des sections de câbles.

11
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

CHAPITRE I :
Présentation de l’organisme d’accueil et
contexte général du projet

L’objectif de ce chapitre est de situer le projet dans son environnement


organisationnel et contextuel, il porte sur deux parties ; la première est une
présentation globale de l’organisme d’accueil PROJETIA et son domaine d’activité,
la seconde partie consiste à présenter le contexte général du projet et le cahier des
charges.

12
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

1 Présentation de PROJECTIA
1.1 Présentation de l'organisme d’accueil :
PROJECTIA est une Société à Responsabilité Limitée à Associé Unique S.A.R.L.A.U,
créée en 2016 et ayant un capital de 500 000,00 Dirhams. Elle travaille dans tous les secteurs
concernés par des installations électriques en plus de travaux divers.

PROJECTIA prend en charge toutes les opérations relatives à l’installation électrique, et ce


depuis la conception et le choix de l’équipement jusqu’à la maintenance en passant par le
dimensionnement et la réalisation de projet.

1.2 Historique :
PROJECTIA a été créée par M. Abdessamad KASRI, Ingénieur de l’Institut National
Polytechnique de Grenoble (INPG), après avoir cumulé une grande expérience chez les plus
grands installateurs électriques du pays (VINCI ENERGIE et SPIE qui est devenue ENGIE),
en plus d’autres expériences dans la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage…

1.3 Fiche signalétique :

Dénomination sociale PROJECTIA

Siège social Casablanca

Date de création 2016

Statut juridique Organisme privé

Effectif du personnel 50 personnes, dont 5 Ingénieurs et équivalents.

Activité de La société prend en charge toutes les opérations relatives à


l’entreprise l’installation électrique

Téléphone 05 22 30 99 11

Email contact@projectia.ma

Identifiants de Numéro ICE: 00248421000086, RC: 335065, TP: 37956753,


l’entreprise IF: 15283029, CNSS: 4701159.

Tableau 1: Fiche signalétique

13
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

1.4 Organigramme de l’Enterprise :

Direction Générale

Direction administrative

Personnel technique

Ingénieurs chefs Conducteurs des Chefs de


Chefs d’équipes Aide techniciens
de projets travaux chantiers

Tableau
Figure 2:
1: L'organigramme
L'organigramme de
de l'entreprise
Projectia

1.5 Secteurs d'activité :

PROJECTIA mise sur la compétence de son équipe confirmée en matière d’étude,


dimensionnement, conseil, fourniture, installation, mise en service et maintenance, et ce pour :
- Les installations industrielles
- Les installations tertiaires
- Les postes MT/BT
- Les réseaux basse tension, moyenne tension et éclairage public
- Les courants faibles (précâblage informatique et téléphonie, système de sécurité incendie,
protection incendie, vidéosurveillance, contrôle d’accès, anti intrusion, sonorisation,
interphonie, vidéophonie…)
- TGBT et armoires électriques
- Stations photovoltaïques
- Stations de pompage, d’épuration, de dessalement…
- Postes THT/HT/MT (montage)

14
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

1.6 Les partenaires de la société :

Figure 2: les partenaires de Projectia

1.7 Réalisation de PROJECTIA :

 Morocco Mall

Figure 3: Morocco mall

15
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

 Anfa Place

Figure 4: Anfa Place

 Siège de Maroc Telecom (tour IGH)  Siège de RMA WATANIYA (3 tours IGH)

Figure 6: Siège de Maroc télécom Figure 5: Siège de RMA WATANIYA

 Etude

PROJET CLIENT

Analyse critique et calcul des coûts


NOVEC
d’installation et raccordement des postes et
lignes THT sur deux barrages KOGBEDOU
et FRANKONEDOU en GUINEE
CONAKRY

Tableau 3: Etude de Projectia

16
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

 Activité électricité industrielle


PROJET CLIENT LOTS REALISES

réseaux extérieure
Parc industriel de SOCODAM CIETEC Eclairage extérieure
DAVUM à Jorf Lasfar électricité de bâtiments

Tableau 4: Activité électricité industrielle


 Activité VRD
PROJET CLIENT LOTS REALISES

Voirie, assainissement, eau


Lotissement Ibn Elhaytham à potable, électricité, deux
Ain Attiq (4 hectares) H3 HOLDING postes 400KVA – éclairage
public - téléphonie

Tableau 5: Activité VRD

 Activité électricité tertiaire


PROJET CLIENT LOTS REALISES

Réaménagement de la salle des


marchés de la Banque Centrale CMS Courant fort- courant faible
Populaire au siège de
Casablanca
Tableau 6: Activité électricité tertiaire

 Activité énergie solaire

PROJET CLIENT

Station solaire de 200kWc pour une usine


NRJ INTRENATIONAL
frigorifique FRIGUS à TIT MELLIL

Tableau 7: Activités énergie solaire

 Travaux divers
PROJET CLIENT LOTS REALISES

Réalisation de coffrets de Terrassement – génie civil –


comptage de véhicules sur DDM fibre optique - câblage
plusieurs sorties de l’autoroute
Tableau 8: Travaux divers

17
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

1.8 Moyens matériels


1.8.1 Matériel informatique
 6 micro-ordinateurs
 3 photocopieuses
 3 imprimantes….
1.8.2 Matériel de chantier
 Ensemble d’appareils de mesure et test électrique et électronique
 Des multimètres
 Pince ampérométrique
 Des ohmmètres pour mesurer la résistance de la terre
 Des appareils pour mesures d’isolement des câbles
 Des cutters électriques….
 Ensemble d’outillage électrique
 Meules, scies sauteuses, perceuses, visseuses électriques…
 Ensemble d’outillage mécanique
 3 échafaudages de hauteurs 4m, 6m et 10m
 15 échelles
 Dérouleuses de câbles
 Plusieurs caisses à outils complètes
 Pince à sertir hydraulique…

1.8.3 Matériel de transport et de manutention


 5 véhicules
 Excavatrice (Poclain sur pneus de marque CATERPILLAR)

Figure 7: Matériel de transport et de manutention

18
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

2 Présentation du projet

2.1 Les stations de dessalement

La terre, planète bleue est constituée d’eau à la 3 /4 de sa surface, mais cette quantité d’eau
est salée ou non potable à plus de 99%. Ainsi les eaux douces naturelles sont rares, mal réparties,
et demeurent une ressource fugace, sensibles aux sécheresses. Bien que la politique de l’eau
soit un défi dans les pays subissant une pression sur les ressources en eau, cette politique est
soumise à des contraintes socio-économiques, juridiques, géopolitiques, qui bloquent le
développement de certaines régions. Face aux besoins d’eau douce dans le monde, pour la
consommation des populations, l’irrigation, et le développement touristique.il parait séduisant
et logique d’avoir recours au dessalement de l’eau de mer. Bien qu’un peu moins de 1% de
l’eau potable consommée dans le monde soit produite à partir du dessalement, les perspectives
offertes par cette technologie sont inexorablement randissantes. En effet, 40 % de la population
mondiale vit sur la côte, soit la zone d’utilisation raisonnable du dessalement. 17 000 unités de
production d’eau potable, soit 51 millions de m3/jour d’eau produite, la production d’eau
dessalée devrait dépasser 100 millions de m3/jour en 2016. La technologie de l’osmose inverse,
qui constituait 20% des unités de production au début des années 1980, s’impose aujourd’hui.

2.1.1 Définition :
Le dessalement de l'eau également appelé dessalage ou désalinisation est un processus qui
permet d'obtenir de l'eau douce potable ou, plus rarement en raison du coût, utilisable pour
l'irrigation à partir d'une eau saumâtre ou salée eau de mer notamment.

2.1.2 Types des stations de dessalement


Plusieurs procédés de dessalement ont été mis au point sur le marché mondial ; le choix
d’utilisation de chacun d’eux est relatif à la disponibilité de la source d’énergie qui fait
fonctionner l’appareillage de dessalement, les principales techniques de dessalement
mondialement connues sont :
 les procédés thermiques qui se basent sur le principe de l’évaporation de la
successive condensation
 les techniques membranaires qui utilisent les capacités de certaines membranes à
retenir les particules dissoutes dans l’eau.

19
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Figure 8: Les divers procédés de dessalement

2.1.2.1 Osmose inverse


L’osmose inverse est un procédé déjà ancien qui met en oeuvre des membranes denses
qui ne laissent passer que le solvant et qui arrêtent tous les sels. La séparation solvant-soluté
se fait par un mécanisme de solubilisation-diffusion : le solvant s’adsorbe dans la phase
membranaire puis diffuse à travers le matériau. La pression appliquée doit être supérieure à la
pression osmotique exercée en amont de la membrane par la solution filtrée pour observer un
flux de perméat à travers la membrane. Les pressions appliquées varient de 20 à 80 bars. Les
membranes d’osmose inverse peuvent retenir les ions monovalents par un mécanisme différent
qui fait appel à la solubilisation et la diffusion. Celui-ci considère que le taux de transmission
d’un soluté à travers une membrane d’osmose inverse résulte d’un processus dans lequel le
soluté se solubilise dans la phase membranaire puis diffuse à travers celle-ci pour rejoindre le
compartiment perméat. Les principales applications industrielles de l’osmose inverse sont les
suivantes :
 Dessalement d’eau de mer et d’eaux saumâtres.
 Elimination de pesticides et d’herbicides.
 Concentration d’antibiotiques.
 Production d’eau ultra pure (industrie électronique, pharmaceutique…).

Figure 9 : Principe de l'osmose et de l'osmose inverse

20
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

2.1.2.2 Electrodialyse
L’électrodialyse consiste à transférer des ions de sels dissous à travers des membranes
qui ne laisse pas passer l’eau épurée, le mouvement des ions est provoqué par un champ
électrique, l’électrode négative attire les cations, tandis que les anions se déplacent vers
l’électrode positive.

Figure 10 : le dessalement électrodyalyse


2.1.2.3 Distillation par compression de vapeur
L’eau de mer à dessaler est portée à ébullition dans une enceinte thermique isolée. La
vapeur produite est aspirée par le compresseur qui élève sa température de saturation .Cette
vapeur traverse ensuite un faisceau tubulaire placé à la base de l’enceinte et se condense en
provoquant l’ébullition de l’eau salée.

Figure 11 : le dessalement à vaporation

2.1.2.4 Distillation solaire


On utilise surtout la distillation solaire pour obtenir des petites quantités d’eau douce.
Cette méthode est fréquemment utilisée dans les îles grecques et en Polynésie par l’énergie
solaire 11 globale qui atteint le sol dans les régions tropicales et «équatoriales et qui est
d’environ 58.6 kJ (m2.min) et un évaporateur solaire constitué d’un bac pour contenir l’eau à
faire évaporer et pour absorber l’énergie solaire, une toiture de verre ou de matière plastique
ainsi que deux rigoles destinées à recevoir l’eau douce produite. L’énergie rayonnante de fiable
longueur d’onde traverse la toile de verre, absorbée en grande partie par l’eau et par le fond du

21
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

bac pour être convertie en énergie thermique produisant ainsi de l’eau douce qui s’infiltre vers
les rigoles se trouvant latéralement au bac.

Figure 12 : distillation solaire

2.2 Cahier de charge

Notre projet au sein de l’entreprise Projectia consiste à contribuer au


dimensionnement et conception du poste MT/BT à travers la réalisation des tâches
suivantes :

 Elaboration du Bilan de puissance.


 Choix du transformateur.
 Compensation de l’énergie réactive.
 Calcul de la section des câbles.
 Vérification des chutes de tension.
 Calcul des courants de court-circuit.
 Dimensionnement des appareilles de protection.
 Dimensionnement et choix des cellules.

22
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

3 Planning du projet
Dans cette partie, il s’agit de définir le planning prévisionnel des tâches décrites
dans les paragraphes précédents. Pour ce faire, nous avons utilisé un diagramme du Gant
qui est un outil permettant d’avoir une visualisation de toutes les tâches, leurs durées et
de la réaction de causalité entre les tâches du projet.

La période de stage est fixée à 7 semaine, ce qui nous a obligés à répartir les
différentes tâches du projet de telle sorte à couvrir la totalité de la période de stage.

La répartition temporelle des tâches est la suivante :

Conclusion du chapitre :
Cette partie introductive a été consacrée essentiellement à la présentation de
l’environnement de stage. Nous avons découvert l’entreprise d’accueil PROJECTIA, puis nous
avons présenté le contexte global de notre projet sous forme d’un cahier des charges qu’on va
traiter, ensuite on a présenté les différents outils informatiques qu’on va utiliser dans les
simulations, et finalement la planification du travail.

23
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

CHAPITRE II :
Dimensionnement de l’installation électrique

Dans ce chapitre on va mener une étude détaillée de la partie basse tension y compris
le bilan de puissance, le dimensionnement du TSA, des canalisations BT ainsi que les
appareils de protection. En suit, l’étude de la compensation de l’énergie réactive afin
d’améliorer le facteur de puissance de l’installation

24
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Introduction :
Au niveau de tout site de transformation d’énergie électrique, des sources auxiliaires
sont nécessaires au fonctionnement non-stop des différents organes de commande, de
transmission, de signalisation, de chauffage, de climatisation et d’éclairage.

Ces sources ou bien services auxiliaires peuvent alimentés des :

 Équipements de protection ;
 Équipements de contrôle et de commande ;
 Moteurs des disjoncteurs, sectionneurs, etc ;
 Chauffage et climatisation des locaux ;
 Éclairage des installations ;
 Etc…

1 Dimensionnement du TSA :

1.1 Bilan de puissance :

En se référant à la norme NF C 15-100 qui régit l’installation basse tension on relève que
pour dimensionner le transformateur, il faut déterminer la puissance apparente nominale, ce qui
revient à :

 Déterminer la puissance absorbée Pa de chaque récepteur alimenté par le TSA.


 Calculer la puissance d’utilisation de chaque récepteur (Pu = Pa x Ku)
 Multiplier la somme des puissances d'utilisation des récepteurs connectés à chaque
armoire par le facteur de simultanéité Ks.

Avec :

Facteur d’utilisation Ku :

Il a été défini pour chaque type de récepteur car les récepteurs en général ne sont pas
utilisés à pleine puissance. D’après la norme NF C15-100 le facteur d'utilisation des appareils
dans une installation industrielle peut varier entre 0,3 et 0,9.

En absence d'indications plus précises, un facteur d'utilisation de 0,75 peut généralement


être adopté pour les appareils à moteur. Pour les appareils d'éclairage et de chauffage, le facteur
d'utilisation est toujours égal à 1.

25
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Utilisation Facteur d’utilisation


Eclairage 1

Chauffage et conditionnement de l’air 1

Prises de courant 0,1 à 0,2


Pour le moteur le plus
1
Ascenseur et puissant
monte-charge Pour le moteur suivant 0,75
Pour les autres 0,6
Tableau 9: facteurs d’utilisation

Facteur de simultanéité :

Tous les récepteurs installés ne fonctionnent pas simultanément. C’est pour cela qu’il
est permis d’appliquer aux différents ensembles de récepteurs des facteurs de simultanéité.

Le facteur de simultanéité s’applique à chaque regroupement de récepteurs, d’après la


norme NFC 15 100 le facteur de simultanéité nécessite la connaissance détaillée de l’installation
considérée et l’expérience des conditions d’exploitation, notamment pour les moteurs et les
prises de courant.

Nombre de circuit Facteur de simultanéité

2 et 3 0,9

4 et 5 0,8

6 et 9 0,7

10 et plus 0,6
Tableau 10: facteurs de simultanéité

1.1.1 Bilan de puissance unité forage :

Figure 13: Bilan de puissance unité forage

26
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

1.1.2 Bilan de puissance unité regard d’arrivée :

Figure 14: Bilan de puissance unité regard d’arrivée :

1.1.3 Bilan de puissance unité pré chloration :

Figure 15: Bilan de puissance unité pré chloration

1.1.4 Bilan de puissance unité Bâche tampon :

Figure 16: Bilan de puissance unité Bâche tampon

1.1.5 Bilan de puissance unité de surpression :

Figure 17: Bilan de puissance unité de surpression

1.1.6 Bilan de puissance unité filtres à sable :

Figure 18: Bilan de puissance unité filtres à sable

27
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

1.1.7 Bilan de puissance unité ré minéralisation :

Figure 19: Bilan de puissance unité ré minéralisation

1.1.8 Bilan de puissance unité acidification :

Figure 20: Bilan de puissance unité acidification

1.1.9 Bilan de puissance unité séquestrant :

Figure 21: Bilan de puissance unité séquestrant

1.1.10 Bilan de puissance unité dé chloration :

Figure 22: Bilan de puissance unité dé chloration

28
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

1.1.11 Bilan de puissance unité chloration :

Figure 23: Bilan de puissance unité chloration

1.1.12 Bilan de puissance unité de surpression :

Figure 24: Bilan de puissance unité de surpression

1.1.13 Bilan de puissance unité correction de PH :

Figure 25: Bilan de puissance unité correction de PH

29
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

1.1.14 Bilan de puissance unité osmoseur :

Figure 26: Bilan de puissance unité osmoseur

1.1.15 Bilan de puissance unité bâche tampon :

Figure 27: Bilan de puissance unité bâche tampon

1.1.16 Bilan de puissance de château :

Figure 28: Bilan de puissance de château

30
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

1.1.17 Bilan de puissance éclairage, climatisation …

Figure 29: Bilan de puissance éclairage, climatisation …

1.1.18 Bilan de puissance global :

Figure 30: Bilan de puissance global :

1.2 Choix du transformateur MT/BT :

1.2.1 Définition :
Le transformateur permet de transférer de l’énergie (sous forme alternative) d’une source
à une charge, tout en modifiant la valeur de la tension. La tension peut être soit élevée ou
abaissée selon l’utilisation voulue. Le changement d’un niveau de tension à un autre se fait par
l’effet d’un champ magnétique. Parmi les applications des transformateurs, on note :

 Electronique :
 Alimentation a basse tension.
 Adaptation d’impédance.
 Electrotechnique :
 Transformation de la tension pour le transport et la distribution d’électricité.

31
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

 Alimentation a basse tension (par exemple, lampes halogènes.


 Mesure :
 Transformateurs d’intensité de courant.
 Transformateurs de potentiel.

Pour obtenir la puissance da la source d’alimentation, on multiplie la puissance fournie


par le réseau par le coefficient d’extension qui doit être compris entre 1.1 et 1.2. On prend
Ke=1.2, donc la puissance de transformateur est : 123,07 ×1.2= 147,69kVA. Cependant le choix
doit être fait parmi les transformateurs à puissances normalisées, listés dans le tableau 4. Dans
notre cas on choisira le transformateur de puissance égale à 160kVA.

1.2.2 Paramètres caractérisant un transformateur :


Un transformateur est défini, d’une part, par ses caractéristiques électriques et d’autre
part, par des caractéristiques liées à sa technologie et à ses conditions d’utilisation.

Caractéristiques électriques de notre transformateur :

D’après notre bilan de puissance on a relevés les informations suivantes :

 Puissance assignée Pn : valeur conventionnelle de la puissance apparente en kVA


destinée à servir de base à la construction du transformateur. C’est de 160KVA pour
notre cas.
 courant de court-circuit triphasé : Le tableau ci-dessous donne la valeur du courant de
court-circuit triphasé aux bornes d'un transformateur HTA/BT en fonction de sa
puissance, d'un réseau triphasé 400V et d'une puissance de court-circuit du réseau haute
tension de 500 MVA.

Puissance 50 100 160 250 400 630 800 1000 1250 1600 2000 2500
(KVA)
ICC tri (KA) 1.8 3.5 5.6 8.8 14.1 22.2 18.3 22.7 28.2 35.7 44 54.2

Tableau 11: la valeur du courant de court-circuit triphasé du transformateur.

 Fréquence : au Maroc, la fréquence du réseau est de 50 Hz.


 Tension nominale primaire : 22 KV.
 Tension nominale secondaire : 400 V entre phases.
 Tension d’isolement : 24 KV.

32
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

 Prise de réglage : elles agissent sur la plus haute tension et permettent d’adapter dans
des fourchettes ± 2,5% et ± 5% le transformateur à la valeur réelle de la tension
d’alimentation. Le transformateur doit être mis hors tension préalablement à la
commutation de ces prises.
 Couplages des enroulements : Dyn11, signifie que :
 le primaire est monté en triangle.
 le secondaire, avec un point neutre disponible sur borne, est monté en étoile.
 le déphasage entre les tensions primaires et secondaires est égal à : + 30°
électrique. Le nombre "11" signifie que la tension de la phase "1" du secondaire
est à "11 heures" tandis que la tension de la phase "1" du primaire est à "12
heures".

1.2.3 Description des technologies :


Il existe deux types de transformateurs :

 les transformateurs de type secs enrobés.


 les transformateurs de type immergés.

1.2.3.1 Transformateurs de type secs :


L’isolation des enroulements est réalisée par des isolants solides à base de résine. Le
refroidissement est donc réalisé par l’air ambiant sans liquide intermédiaire.

1.2.3.2 Transformateurs de type immergés :


Le liquide utilisé comme diélectrique dans les transformateurs immergés est l’huile
minérale. Toutefois des alternatives plus écologiques apparaissent, et l’on trouve des
transformateurs immergés dans :

 Soit de l’huile minérale, tirée du pétrole.


 Soit de l’huile végétale, extraite des plantes.

1.2.4 Choix de la technologie :


Actuellement, il est possible de choisir entre un transformateur de type sec ou de type
immergé dans l’huile jusqu’à 10 MVA.

Pour réaliser ce choix, plusieurs paramètres sont à prendre en considération, dont :

 La sécurité des personnes, au niveau du transformateur ou à son voisinage,


sécurité qui fait l’objet d’une réglementation et de recommandations officielles,

33
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

 Le bilan économique, compte tenu des avantages de chaque technique et de la


gamme des matériels existants.

Les règlements pouvant influés sur le choix sont les suivants :

 Transformateur de type sec :


 Dans certains pays, un transformateur de type sec est obligatoire dans les
immeubles de grande hauteur,
 Les transformateurs de type sec n’imposent aucune contrainte dans les autres
cas.
 Transformateur immergé dans un diélectrique liquide :
 Ce type de transformateur est généralement interdit dans les immeubles de
grande hauteur.
 Les contraintes d’installation, ou protections minimales contre les risques
d’incendie, varient selon la classe du diélectrique utilisé.
 Les pays dans lesquels l’utilisation d’un diélectrique liquide est largement
développée, les classent en différentes catégories selon leur performance de
tenue au feu. Celle-ci est caractérisée par deux critères : le point de feu et le
pouvoir calorifique inférieur.

Pour notre cas :

Les transformateurs électriques MT/BT 22Kv/400 V seront de type triphasé,


hermétiques, à remplissage d’huile, à isolement et refroidissement naturel dans
l’huile, conformément aux normes marocaines, à bornes embrochables, à circuit
magnétique en tôle à cristaux orientés à faibles pertes, cuve métallique et ambiance
40°C.

34
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

2 Compensation de l’énergie réactive :

2.1 Principe de la compensation d’énergie réactive

La circulation de l’énergie réactive a des incidences techniques importantes sur le choix


des matériels, le fonctionnement des réseaux et, par conséquent, des incidences
économiques. En effet, pour une même puissance active P utilisée, il faut fournir d’autant
plus de puissance apparente S que le cosφ est faible, c’est-à-dire que l’angle φ est élevé.
Ainsi, la circulation de l‘énergie réactive sur les réseaux de distribution entraîne, du fait
d’un courant appelé trop important :

 Des surcharges au niveau des transformateurs


 L’échauffement des câbles d’alimentation, donc des pertes d’énergie active

Pour ces raisons fondamentales, il est nécessaire de produire l’énergie réactive le plus
près possible des moteurs et des transformateurs, pour éviter qu’elle ne soit appelée sur le
réseau. Pour éviter de sur-calibrer son réseau, le distributeur d’énergie incite donc ses clients
à améliorer le facteur de puissance, par une facturation de l’énergie réactive au-delà d’un
certain seuil.

Le principe de la Compensation d’Energie Réactive est de générer la puissance réactive


à proximité de la charge, de manière à soulager la source d’alimentation. Des condensateurs
sont le plus communément utilisés pour fournir de la puissance réactive. Sur la figure 1, la
puissance réactive Qc fournie par des condensateurs permet de réduire la puissance
apparente de la valeur S à la valeur S’.

Figure 31: consommation après et avant compensation

35
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

2.2 Conception et dimensionnement de la compensation :

La détermination de la compensation d’une installation s’effectue en 4 étapes.

 Calcul de la puissance réactive


 Choix du mode de compensation
 Globale pour l’ensemble de l‘installation
 partielle par secteurs
 Individuelle par récepteur
 Choix du type de compensation
 Fixe par mise en/hors service d’une batterie fournissant une quantité fixe
de kvar
 Automatique par mise en/hors service de "gradins" fractionnant la
puissance de la batterie et permettant de s’adapter au besoin de kvar de
l’installation.
 Prise en compte des harmoniques

Dans ce qui suit, nous développons ces différentes étapes

2.2.1 Calcul de la puissance réactive


Il s’agit de déterminer la puissance réactive à installer afin d’augmenter le facteur de
puissance.

Ceci est illustré par la figure ci-dessous. Avec :


Q : Puissance réactive Avant compensation
Q’ : Puissance réactive Apres compensation
Qc : puissance de la batterie de condensateurs en kvar

Figure 32: Représentation vectorielle des différentes puissances

Pour calculer Qc deux approches sont possibles, en fonction des données disponibles :

 Calcul à partir des données de facturation (moins précise)

36
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

 Calcul à partir des données électriques de l’installation


1.1 Calcul à partir des données de l’installation

On a : = 𝑷 × 𝒕𝒂𝒏𝛗 ; 𝑸 ′ = 𝑷 × 𝒕𝒂𝒏𝛗′, Et : 𝑸𝒄 = 𝑸 − 𝑸 ′

D’où : 𝑸𝒄 = 𝑷 × (𝒕𝒂𝒏𝛗 − 𝒕𝒂𝒏𝛗′) avec φ : déphasage avant compensation et

Φ’ : déphasage après compensation

Pour notre ca on a un facteur de puissance sans compensation cos φ=0.88 et une


puissance active S=147.69 KVA, Le cahier de charge exige une compensation de l’énergie
réactive afin d’éteindre un cos φ de l’ordre de 0,94.

C.-à-d. que P=S x cosφ=129.96 KW, Donc on trouve : Qc= 22.97 KVAR

Dimensionnement de la capacité de notre batterie de condensateurs :

On sait que : Pour des condensateurs couplés en triangle : Qc= 3cωU²

Dans notre cas le couplage est un couplage triangle, alors : C= Qc/3ωU²

D’où notre batterie de condensateurs doit avoir une capacité d’environ : C=4,24 µF

2.2.2 Choix de la zone de compensation

Figure 33 les zones de compensation

Compensation globale (CG) : Dans le cas de la compensation globale, la production d’énergie


réactive est groupée en un seul endroit, le plus souvent dans le poste de transformation.
Toutefois, il n’est pas nécessaire que l’installation des condensateurs soit faite juste au niveau
du comptage. Au contraire, il est recommandé d’installer les condensateurs à un endroit
approprié qui tienne compte des contraintes diverses telles que l’encombrement.

37
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Compensation par secteur (CS) : Dans le cas de la compensation par secteur (ou atelier)
plusieurs récepteurs sont reliés à une batterie de condensateurs commune qui est manœuvrée
par son propre appareillage. Dans les grandes installations, la batterie compense l’ensemble des
consommateurs d’énergie réactive d’un atelier ou d’un secteur. Cette forme de compensation
est conseillée pour des installations où un certain nombre de récepteurs sont simultanément mis
en service et d’une façon quasi reproductible dans le temps.

Compensation individuelle (CI) : La compensation individuelle est surtout conseillée


lorsqu’un récepteur de puissance supérieure à 300 kW est présent, et s’il demeure sous tension
pendant la majeure partie des heures de travail. C’est surtout le cas des moteurs entraînant des
machines de grande inertie : centrifugeuses, compresseurs ou ventilateurs. La manœuvre de
l’interrupteur propre au récepteur provoque alors automatiquement l’enclenchement ou le
déclenchement du condensateur. La production d’énergie réactive se fait directement à l’endroit
où elle est consommée.

COMPENSATION GLOBALE COMPENSATION PAR COMPENSATION


SECTEUR INDIVIDUELLE

✓ Augmentation de la puissance ✓ Réduction des pertes en ✓Réduction des pertes


disponible au secondaire du ligne entre le sur toute la ligne entre le
transformateur transformateur et les transformateur et la
Tableaux Divisionnaires charge ✓Compensation
✓ Solution la plus économique
Avantages secteur d’énergie réactive au
plus près des appareils
✓ Solution économique
consommant du réactif

✓ Pas de réduction de pertes en ligne ✓ Solution généralement ✓ Solution la plus


(chutes de tension pour les charges utilisée pour réseau usine onéreuse compte tenu de
éloignées de la batterie de très étendu la multiplicité des
condensateurs) installations
Inconvénients
✓ Pas d’économies sur le
dimensionnement des équipements
électriques

Tableau 12: avantages des zones de compensation

38
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

On cherche essentiellement à supprimer les pénalités et soulager le poste de


transformation donc on choisit une compensation globale.

2. Choix du mode de compensation (fixe/variable)

En mode de compensation fixe l’ensemble de la batterie est mis en service, avec une valeur
fixée de KVAR. C’est un fonctionnement de type "tout ou rien". Les condensateurs sont d’une
puissance unitaire constante et leur mise en/hors service peut-être :

 Manuelle, par disjoncteur ou interrupteur


 Semi-automatique par contacteur
 Asservie aux bornes de récepteurs inductifs moteurs ou transformateurs

Pour la Compensation automatique Les batteries sont fractionnées en « gradins » avec


possibilité de mettre en service ou hors service plus ou moins de gradins en général de façon
automatique. C’est un "ajustement automatique" aux besoins. Ces batteries sont très utilisées
par certaines grosses industries (forte puissance installée) et les distributeurs d’énergie dans les
postes sources. Elle permet une régulation pas à pas de l’énergie réactive. Chaque gradin est
manœuvré avec un interrupteur ou un contacteur à coupure. L’enclenchement ou le
déclenchement des gradins de condensateurs peut être piloté par des relais varmétriques. Pour
cela, un transformateur de courant « TC » doit être placé en amont des récepteurs et des
batteries.

Le choix du mode sera déterminé en calculant le ratio 𝑸𝒄 / 𝑺𝑻 :

Figure 34 : méthode de choix du mode de compensation

39
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

3 Appareils de coupure et de sectionnement

3.1 Interrupteur :

C’est un appareil de commande, manuelle le plus souvent, capable de couper et de


fermer un circuit en service normal. Il possède 2 positions stables.

Les normes NF C 63-130 et CEI 947-3 définissent :


• La fréquence du cycle de manœuvres (maximum 600 / heures).
• L’endurance mécanique et électrique.
• Le pouvoir de coupure et de fermeture en fonctionnement normal et en fonctionnement
occasionnel.
• La catégorie d’emploi des interrupteurs.

• critères de choix des interrupteurs :

 Tension nominale : tension du réseau.


 Fréquence : fréquence du réseau.
 Intensité nominale : courant assigné de valeur immédiatement supérieur au courant de
la charge aval.
 Toutes les fonctions spécifiques.

3.2 Contacteur :

C’est un appareil de commande monostable, capable de couper et de fermer un


circuit en service normal. Il ne possède qu’une position stable : ouvert.

Les normes NF C 63-110 et CEI 947-4-1 définissent :


• La durée de fonctionnement (continu, ininterrompu, intermittent, temporaire).
• La fréquence du cycle de manœuvres (1 à 1200 cycles / heures).
• L’endurance mécanique (à vide) et électrique (en charge).
• La catégorie d’emploi des contacteurs.
• Le pouvoir de coupure et de fermeture assignés en fonction de sa catégorie d’emploi.

40
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

• Catégorie d’emploi des contacteurs en courant alternatif :

Catégorie Si la charge est… …le contacteur …pour une application


d’emploi commande…
AC1 non inductive La mise sous tension chauffage, distribution
cos ϕ 0,8
AC2 un moteur à bagues Le démarrage machine à tréfiler
cos ϕ 0,65 La coupure motrice
lancée
Le freinage par contre-
courant
La marche par à-coups
AC3 un moteur à cage cos Le démarrage compresseur, ascenseurs,
ϕ 0,45 pour I ≤ 100A La coupure motrice pompes, mélangeurs,
escaliers
cos ϕ 0,35 pour I > lancée
roulants, ventilateurs,
100A
convoyeurs, climatiseurs
AC4 un moteur à cage cos Le démarrage machines d’imprimerie,
ϕ 0,45 pour I ≤ 100A La coupure motrice tréfileuses
cos ϕ 0,35 pour I > lancée
100A Le freinage par contre-
courant
La marche par à-coups
L’inversion de sens de
marche
Tableau 13: Catégorie d’emploi des contacteurs en courant alternatif

• Critères de choix des contacteurs :

• Tension nominale : tension du réseau.


• Tension du circuit commande
• Fréquence : fréquence du réseau.
• Intensité nominale : courant assigné de valeur immédiatement supérieur au courant de la
charge aval.
• Toutes les fonctions spécifiques.

3.3 Fusible :

C’est un appareil de protection dont la fonction est d’ouvrir un circuit, par fusion
d’élément fusible, lorsque le courant dépasse la valeur donnée pendant un temps déterminé. Ils
existent avec ou sans voyant mécanique de fusion.

Les fusible gI ou gG protégent les installations contre les courts-circuits et les surcharges.

41
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

• Courants assignés et conventionnels des fusibles gI :

Courant assigné en A Courant conventionnel de Courant conventionnel de


non fusion Inf en A fusion I2 en A
In ≤ 4A 1,5 x In 2,1 x In
4 < In ≤ 10A 1,5 x In 1,9 x In
10 < In ≤ 25A 1,4 x In 1,75 x In
In > 25A 1,3 x In 1,6 x In
Tableau 14: Courants assignés et conventionnels des fusibles gI

Le courant conventionnel de fusion correspond à un temps de fusion de 1h.

Ceci explique pourquoi les fusibles ne sont pas adaptés pour protéger les faible
surcharges et il sera nécessaire de choisir une section de conducteurs supérieure au courant
d’emploi afin d’éviter la détérioration du câble suite à une surcharge de longue durée inférieure
aux caractéristiques du fusible.

Les fusible aM protégent les installations seulement contre les courts-circuits.

Ils s’utilisent en association avec des dispositifs de protection contre les surcharges.

• Critères de choix des fusibles :

• Tension nominale : tension du réseau.


• Intensité nominale : courant assigné de valeur immédiatement supérieur au courant de la
charge aval.
• Pouvoir de coupure du fusible
• Types de fusible (domestiques, gG ou gI, aM).

3.4 Sectionneur :

C’est un appareil de connexion à commande manuelle et à 2 positions stables qui assure


la fonction de sectionnement. Il ne possède ni pouvoir de fermeture ni pouvoir de coupure.

Son but est de séparer et isoler un circuit ou un appareil du reste de l’installation


électrique afin de garantir la sécurité des personnes ayant à intervenir sur l’installation pour
entretien ou réparation.

Pour remplir la fonction de sectionnement :


• La coupure doit être omnipolaire, c’est à dire que tous les conducteurs actifs doivent être
coupés - neutre compris (sauf le PEN).

42
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

• Il doit être verrouillable et cadenassable en position « ouvert ».


• Critères de choix des sectionneurs :

• Tension nominale : tension du réseau.


• Fréquence : fréquence du réseau.
• Intensité nominale : courant assigné de valeur immédiatement supérieur au courant de la
charge aval.
• Toutes les fonctions spécifiques.

3.5 Disjoncteur :

C’est un appareil de protection dont la fonction est d’ouvrir un circuit, lorsque le courant
dépasse la valeur donnée pendant un temps déterminé.

Il existe plusieurs types de disjoncteurs :

Type de Protection Protection contre les courts-circuits


déclencheur contre les
surcharges
Disjoncteurs Magnéto- Fixe : Seuil bas Seuil standard Seuil haut
domestiques Thermique Ir = In Type B Type C Type D
NF 61-410
3 In ≤ Im < 5 5 In ≤ Im < 10 10In ≤ Im< 20
In In In
Disjoncteurs Magnéto- Fixe : Seuil bas Seuil standard Seuil haut
industriels Thermique Ir = In Type B ou Z Type C Type D ou K
modulaires
3,2In≤Im<4,8 7 In ≤ Im < 10 10In ≤ Im< 14
In In In
Disjoncteurs Magnéto- Fixe : Fixe :
industriels Thermique Ir = In Im = 8 à 12 x In
CEI 947-2
Réglable : Réglable :
0,8 In ≤ Ir < In Seuil bas : 2 à 5 In
Seuil standard : 5 à 10 In
Electronique Long Retard Court Retard (CR : Isd) réglable :
(*) (LR) réglable : 1,5 Ir ≤ Im < 10 Ir
0,4 In ≤ Ir < In instantané (I ou Ii)
fixe : I = 12 à 15 In
Tableau 15: Types de disjoncteurs

La gamme s’étend de plus en plus et permet, en plus de la fonction du disjoncteur, de


communiquer par bus, de signaler à distance, de contrôler le charge, de mesurer les paramètres
pertinents de l’énergie distribuée.

43
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

 Le disjoncteur magnétothermique (ou électronique) protège les installations contre les


courts-circuits et les surcharges.
 Le magnétique (ou court retard) protège l’installation contre le court-circuit. Le
thermique (ou long retard) protège l’installation contre les surcharges.
• Caractéristiques fondamentales d’un disjoncteur :

Les caractéristiques fondamentales d’un disjoncteur sont :


• Tension assignée d’emploi Ue.
• Courant assigné ou nominal In.
• Courant de réglage (Irth ou Ir) des déclencheurs de surcharge.
• Courant de fonctionnement (Im ou Isd) des déclencheurs de court-circuit.
• Pouvoir de coupure (Icu ou Icn).

• Critères de choix des disjoncteurs :

Un exemple concret en fin de chapitre vous permettra de choisir des disjoncteurs mais d’autres
critères sont à prendre en compte tels que :

• Caractéristiques électriques de l’installation sur laquelle il est installé.


• Environnement dans lequel il se trouve (température, installation en armoire, conditions
climatiques).
• Impératifs d’exploitation (sélectivité, auxiliaires, accessoires).
• Règles d’installation en particulier pour la protection des personnes.
• Caractéristiques des récepteurs.

• Filiation entre disjoncteurs :

C’est l’utilisation du pouvoir de limitation des disjoncteurs Compact, lequel permet d’installer
en aval des disjoncteurs moins performants. Ils jouent un rôle de barrière pour les forts courants
de court-circuit. Ils permettent ainsi l’installation en aval de disjoncteurs ayant un pouvoir de
coupure très inférieur au courant de court-circuit présumé.

Seuls les essais en laboratoire permettent de s’assurer des conditions d’applications demandées
par la NF C 15100 et les associations possibles doivent être données par les constructeurs
(pages K212 à 219 du catalogue 2002 2003 distribution électrique Merlin Gerin).

Avantages de la filiation :

44
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

• Simplification des calculs de courant de court-circuit en aval, ces courants étant fortement
limités.
• Simplification du choix des appareils.
• Economie sur ces appareils puisque la limitation des courants de court-circuit permet
d’utiliser des appareils moins performants donc moins chers.
• Economie sur les enveloppes, puisque les appareils moins performants sont en général
moins encombrants.

4 Etude de l’installation de distribution Base Tension


On va déterminer les sections des conducteurs et choisir les disjoncteurs de protections.
Pour cela nous devons :
• Déterminer le calibre In des déclencheurs des disjoncteurs.
• Déterminer les sections des conducteurs.
• Vérifier si les chutes de tension sont correctes.
• Déterminer les courants de court-circuit.
• Choisir les disjoncteurs de protection.

45
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

4.1 Schéma unifilaire

Figure 35: Schéma unifilaire de l'installation

46
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

4.2 Données de l’installation :

Câble Quantité Mode de pose Nature de Température


l’isolant

C1 1 5 m de câble monoconducteur, seul, fixé en PR 50


apparent et espacés entre chaque phase.

C2 1 75 m de câble monoconducteur posé, seul, PVC 50


sur chemin de câbles perforés ou tablettes
perforées.

C3 1 75 m de câble monoconducteur posé, seul, PVC 50


sur chemin de câbles perforés ou tablettes
perforées.

C4 1 75 m de câble monoconducteur posé, seul, PVC 50


sur chemin de câbles perforés ou tablettes
perforées.

C5 1 90 m de câble monoconducteur posé, avec 3 PVC 50


autres circuits, sur chemin de câbles perforés
ou tablettes perforées.

C6 12 45 m de câble multiconducteur posé, seul, en PR 50


faux plafond.
C7 6 45 m de câble multiconducteur posé, seul, en PR 50
faux plafond.
C8 2 45 m de câble multiconducteur posé, seul, en PR 50
faux plafond.
C9 25 45 m de câble multiconducteur posé, seul, en PR 50
faux plafond.
C10 2 45 m de câble multiconducteur posé, seul, en PR 50
faux plafond.
C11 2 45 m de câble multiconducteur posé, seul, en PR 50
faux plafond.

47
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

C12 12 45 m de câble multiconducteur posé, seul, en PR 50


faux plafond.
C13 1 45 m de câble multiconducteur posé, seul, en PR 50
faux plafond.
C14 3 45 m de câble multiconducteur posé, seul, en PR 50
faux plafond.
C15 1 45 m de câble multiconducteur posé, seul, en PR 50
faux plafond.
C16 18 45 m de câble multiconducteur posé, seul, en PR 50
faux plafond.
C17 1 45 m de câble multiconducteur posé, seul, en PR 50
faux plafond.
C18 1 45 m de câble multiconducteur posé, seul, en PR 50
faux plafond.
C19 1 45 m de câble multiconducteur posé, seul, en PR 50
faux plafond.
C20 1 45 m de câble multiconducteur posé, seul, en PR 50
faux plafond.
Tableau 16: Données de l'installation

 Tous les conducteurs sont en cuivre.


 Le taux d’harmoniques sera considéré inférieur à 15% (TH < 15)

4.3 Dimensionnement des canalisations :

En conformité avec les recommandations de la norme NF C 15-100, le choix de la section


des canalisations et des dispositifs de protection doit satisfaire plusieurs conditions nécessaires
à la sécurité de l'installation.
La canalisation doit :

 Véhiculer le courant maximal d'emploi et ses pointes transitoires normales.


 Ne pas générer des chutes de tension supérieures aux valeurs admissibles.

La figure 10 représente la procédure à suivre pour le dimensionnement des câbles et des dispositifs
de protection :

48
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Figure
Figure37:
36:laprocédure
procédureààsuivre
suivrepour
pourleledimensionnement
dimensionnementdes
descâbles
câblesetetdes
desdispositifs
dispositifsdedeprotection
protection

49
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

4.3.1 Détermination du courant d’emplois Ib

Le courant d'emploi d'un circuit est le courant destiné à être transporté dans un circuit en
service normal, dans le cas de l'alimentation individuelle d'un appareil, le courant IB sera égal au
courant assigné de l'appareil alimenté.

Par contre, si la canalisation alimente plusieurs appareils, le courant IB sera égal à la somme des
courants absorbés, en tenant compte des facteurs d'utilisation et de simultanéité de l'installation.

 En courant alternatif :


En courant continu :
 Monophasé :
 Triphasé :

Avec :
P : la puissance absorbée en W ;

S : la puissance apparente en VA ;

U : la tension entre phase en V.

 Prenons le cas de la protection du transformateur160kVA 400V :

On a S = √3 * U * I

Donc I = S / (√3 * U)
I = 160 * 103 / (√3 * 400)

Ib = 231A

 Pour le cas du moteur de 60 kW en 400V TRI

On a P = √3 * U * I * Cos (𝞿)

I = P / (√3 * U * Cos (𝞿))

I = 60 * 103 / √3 * 400 * Cos (0.8))

Ib= 108, 25 A

De la manière on va calculer les autres courants, le tableau ci-dessous résume les résultats :

50
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Disjoncteurs Quantité Informations sur le départ considéré : Courant Calibre du


d’emploi disjoncteur :
IB en A :

Q1 1 Protection du transformateur160kVA 400V 231A NS 250 250A

Q2 1 Départ moteurs en 400 V TRI 143.525 A NS 250 250A

Q3 1 Départ capteurs en 400 V TRI 3,1921A C60 4A

Q4 1 Départ éclairage, chauffage… 67,43 A NS 80 80A

Q5 1 Moteur de 60 kW en 400V TRI 108,25 A NS 160 160A

Q6 12 Moteur de 0.1 kW en 400V TRI 0.18 A C60 1A

Q7 6 Moteur de 10 kW en 400V TRI 18A C60 20A

Q8 2 Moteur de 30 kW en 400V TRI 54 A C60 63 A

Q9 25 Capteur de 0,01 KW en 400V TRI 0,014 A C60 1A

Q10 2 Capteur de 0,09 KW en 400V TRI 0,13 A C60 1A

Q11 2 Capteur de 0,018 KW en 400V TRI 0,026 A C60 1A

Q12 12 Capteur de 0,08 KW en 400V TRI 0,11 A C60 1A

Q13 1 Capteur de 0,07 KW en 400V TRI 0,1 A C60 1A

Q14 3 Capteur de 0,02 KW en 400V TRI 0,028 A C60 1A

Q15 1 Capteur de 0,18 KW en 400V TRI 0,26 A C60 1A

Q16 18 Capteur de 0,1 KW en 400V TRI 0,14 A C60 1A

Q17 1 Compresseur d’air de 5,5 KW en 400V TRI 9,92 A C60 10A

Q18 1 Local technique de 20 KW en 400 V TRI 30,38 A C60 32 A

Q19 1 Climatisation de 10 KW en 400 V TRI 18,04 A C60 20 A

Q20 1 Unité PC de 10 KW en 400 V TRI 15,19 A C60 16 A

Q21 1 Eclairage de 1,5 KW en 400 V TRI 2,20 A C60 <3A

Tableau 17: Détermination du courant d’emplois Ib

51
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

4.3.2 Détermination de la section des conducteurs


• Pour choisir la section des conducteurs, il faut tout d’abord déterminer la lettre de sélection
qui est liée à la nature du câble et au mode de pose :

• Pour le câble C2 (câble monoconducteur posé sur chemin de câbles perforés ou tablettes
perforées) on trouve, dans le premier tableau annexe 3, la lettre F.

• On détermine, grâce au 2ème tableau dans l’annexe 3, le facteur de correction K1 qui


prend en compte le mode de pose : dans ce cas K1 = 1 (lettre F – autres cas).

• On détermine, grâce au 3ème tableau de l’annexe 3, le facteur de correction K2 qui prend


en compte l’influence mutuelle d’autres circuits : dans ce cas K2 = 0,77 (câble mono
conducteur posé, avec 3 autres circuits, sur chemin de câbles perforés ou tablettes perforées
: 3 autres câbles + C2 = 4 circuits – lettre F et tablettes perforées).

• On détermine, grâce au 4ème tableau l’annexe 3, le facteur de correction K3 qui prend en


compte la température ambiante et la nature de l’isolant : dans ce cas K3 = 0,71
(température ambiante de 50°C et isolant en PVC).

• On effectue le produit K = K1 x K2 x K3 x Kn x Ks (*) : Dans ce cas K = 1 x 0,77 x 0,71


= 0,5467. (*) on ne tiendra pas compte des facteurs Kn et Ks (Kn = Ks = 1).

• On calcule l’intensité fictive I’z = Iz / K où :

• Iz correspond au courant admissible dans la canalisation (calibre du disjoncteur de


protection).

• I’z correspond au courant fictif traversant cette canalisation (tenant compte des différents
paramètres). Dans ce cas I’z = 160 / 0,5467= 292,665 A.
• Enfin, on choisit, à l’aide du tableau dans l’annexe 4, la section des conducteurs.
Pour le câble C2, on recherche sur la ligne correspondante à la lettre de sélection la nature
de l’isolant :

Lettre de sélection F et PVC 3 (isolant PVC et 3 conducteurs chargés).


Ensuite on cherche dans la colonne choisie, une intensité supérieure ou égale à I’z :
Dans ce cas on trouve 299A > 292,665 A.
On lit dans la colonne de gauche la section : 120mm2 en cuivre.
(Ou 240mm2 en aluminium pour 330A > 292,665A).

52
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Cable Quantité Letter de K1 K2 K3 K Caurant I’z=𝐼𝑧 Section cuivre en


𝑘
selection Iz mm2

C1 1 F 1 1 0,82 0,82 250 304.88 3*(1*150 mm2)

C2 1 F 1 1 0,71 0,71 250 352.11 185 mm2

C3 1 F 1 1 0,71 0,71 4 5.63 1,5 mm2

C4 1 F 1 1 0,71 0,71 80 112.68 35 mm2

C5 1 F 1 0,77 0,71 0,5467 160 292.67 120mm2

C6 12 B 0,9 1 0,82 0,738 1 1.36 1,5 mm2

C7 6 B 0,9 1 0,82 0,738 20 27.10 2,5 mm2

C8 2 B 0,9 1 0,82 0,738 63 85.37 25 mm2

C9 25 B 0,9 1 0,82 0,738 1 1.35 1,5 mm2

C10 2 B 0,9 1 0,82 0,738 1 1.36 1,5 mm2

C11 2 B 0,9 1 0,82 0,738 1 1.36 1,5 mm2

C12 12 B 0,9 1 0,82 0,738 1 1.36 1,5 mm2

C13 1 B 0,9 1 0,82 0,738 1 1.36 1,5 mm2

C14 3 B 0,9 1 0,82 0,738 1 1.36 1,5 mm2

C15 1 B 0,9 1 0,82 0,738 1 1.36 1,5 mm2

C16 18 B 0,9 1 0,82 0,738 1 1.36 1,5 mm2

C17 1 B 0,9 1 0,82 0,738 10 13.55 1,5 mm2

C18 1 B 0,9 1 0,82 0,738 32 43.36 6 mm2

C19 1 B 0,9 1 0,82 0,738 20 27.10 2,5 mm2

C20 1 B 0,9 1 0,82 0,738 16 21.68 2,5 mm2

C21 1 E 1 0,82 0,71 0,582 3 5.15 1,5 mm2

Tableau 18: Détermination de la section des conducteurs

53
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

4.3.3 Vérification de la chute de tension :

Après avoir calculé la section du conducteur, le calcul de la chute de tension est


indispensable pour assurer le bon fonctionnement de l’installation.

La chute de tension se calcule entre l’origine de l’installation et le récepteur, si la


chute de tension est acceptable, la section normalisée choisie est la section minimale
déjà calculée, sinon, la section minimale doit être augmentée avec vérification de la
chute de tension jusqu’à l’obtention d’une chute de tension conforme.

D’après la norme NFC 15 100, la chute de tension se détermine par les équations
suivantes :
 Pour un circuit triphasé :

 Pour un circuit monophasé :

Avec :

• 𝛥𝑈% : chute de tension en % ;


• L : la longueur du conducteur en km ;
• 𝐼𝐵 : courant d’emploi en A ;
• ρ : la résistivité du conducteur en Ω.mm2/m (23 mΩ.mm2/m pour le cuivre) ;
• S : la section du conducteur en mm2 ;
• X : 0,08 Ω/Km dans le cas des câbles multiconducteurs ou mono conducteurs ;
• U : la tension entre phases ; Cos 𝜑 : facteur de puissance.
Les chutes de tension admissibles sont :

Tableau 19: Les chutes de tension admissibles

54
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Câble Quanti Courant Section Longueur Cos ρ X 𝛥𝑈%


té d’emploie c en en m
mm2

C1 1 231A 150 10 0.8 0,023 0.00008 0.171%

C2 1 143.525 A 185 30 0.8 0,023 0.00008 0.276%

C3 1 3,1921A 1,5 30 0.8 0,023 0.00008 5.127%

C4 1 67,43 A 35 30 0.8 0,023 0.00008 0.084%

C5 1 108,25 A 120 50 0.8 0,023 0.00008 0.474%

C6 12 0.18 A 1,5 40 0.8 0,023 0.00008 0.039%

C7 6 18A 2,5 47 0.8 0,023 0.00008 2.725%

C8 2 54 A 25 70 0.8 0,023 0.00008 1.288%

C9 25 0,014 A 1,5 72 0.8 0,023 0.00008 0.005%

C10 2 0,13 A 1,5 69 0.8 0,023 0.00008 0.048%

C11 2 0,026 A 1,5 68 1 0,023 0.00008 0.012%

C12 12 0,11 A 1,5 80 1 0,023 0.00008 0.059%

C13 1 0,1 A 1,5 75 1 0,023 0.00008 0.050%

C14 3 0,028 A 1,5 74,5 1 0,023 0.00008 0.014%

C15 1 0,26 A 1,5 60 1 0,023 0.00008 0.104%

C16 18 0,14 A 1,5 70 1 0,023 0.00008 0.065%

C17 1 9,92 A 1,5 73 0.8 0,023 0.00008 3.877%

C18 1 30,38 A 6 60 0.95 0,023 0.00008 2.906%

C19 1 18,04 A 2,5 57 0.8 0,023 0.00008 3.312%

C20 1 15,19 A 2,5 47 0.95 0,023 0.00008 2.721%

C21 1 2,20 A 1,5 35 0.98 0,023 0.00008 0.504%

Tableau 20: Vérification de la chute de tension

55
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

4.3.4 Le calcul des chutes de tension entre l’origine et tout point d’utilisation :

Chute de tension entre Chute de Chute de Correct


l’origine de l’installation tension totale en tension tolérée ou
(transformateur) et… % Incorrect

Moteur de 60 KW 0.921% 8% Correct

16 moteurs de 0.1 KW 0.486% 8% Correct

6 moteurs de 10 KW 3.172% 8% Correct

16 moteurs de 0.1 KW 1.736% 8% Correct

2 moteurs de 30 KW 0.453% 8% Correct

12 moteurs de 0.08 KW 0.495% 8% Correct

25 capteurs de 0.01 KW 5.311% 8% Correct

2 filtres de 0.018 KW 5.357% 8% Correct

Capteur de 0.007 KW 5.349% 8% Correct

3 capteurs de 0.02KW 5.313% 8% Correct

Capteur de 0.18 KW 5.403% 8% Correct

18 capteurs de 0.1 KW 5.364% 8% Correct

Compresseur de 5 KW 4.133% 8% Correct

Local technique de 20 KW 3.161% 8% Correct

Climatisation de 10 KW 3.567% 8% Correct

Unité PC de 10 KW 2.976% 8% Correct

Eclairage de 1.5 KW 0.759% 6% Correct

Tableau 21: Le calcul des chutes de tension entre l’origine et tout point d’utilisation

56
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

4.3.5 Calcul du courant de court-circuit :


La connaissance des intensités du court-circuit Icc aux différents points d’une
installation est indispensable pour la conception d’un réseau. Elle permet de déterminer
le pouvoir de coupure des protections, la contrainte thermique des câbles et la
sélectivité.

Ce courant est la surintensité produite par un défaut ayant une impédance négligeable
entre des conducteurs actifs présentant une différence de potentiel en service normal.

4.3.5.1 Méthode de calcul :


Il existe principalement deux méthodes de calcul de court-circuit :
 La méthode de composition : c’est une méthode conventionnelle et plus
rapide, elle permet de calculer le courant de court-circuit minimal.
 La méthode des impédances : cette méthode consiste à calculer l’impédance
Z de la boucle de défaut en tenant compte de l’impédance de la source d’alimentation
(réseau, batteries, groupe électrogène…). Cette méthode est précise et permet de
calculer le courant de courtcircuit maximal, mais nécessite la connaissance des
paramètres du circuit en défaut.

Pour notre étude, nous allons utiliser la méthode des impédances, alors le courant de
courtcircuit est calculé par l’équation suivante :

 Pour un courant alternatif :

Avec :
 U : la tension entre phase en V ;
 : la somme verticale des résistances de la boucle de défaut ;
 : la somme verticale des réactances de la boucle défaut.

Les résistances et les réactances dépendent des éléments constituant l’installation. Les
différentes expressions de R et X sont illustrées dans le tableau suivant :

57
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Partie de l’installation Résistance (mΩ) Réactance (mΩ)


Réseau amont 𝑅𝑎 = 0,1 × 𝑍𝑎 𝑋𝑎 = 0,995 × 𝑍𝑎
1,05 × 𝑈𝑛²
𝑍𝑎 =
𝑆𝑐𝑐
Avec :
𝑈𝑛 : tension nominale ;
𝑆𝑐𝑐 : puissance de court-circuit du réseau à haute tension en KVA.
Transformateur 𝑅𝑇𝑟 = 0,31 × 𝑍𝑇𝑟 𝑋𝑇𝑟 = 0,95 × 𝑍𝑇𝑟
(1,05 × 𝑈𝑛) ² × 𝑈𝑐𝑐
𝑍𝑇𝑟 =
𝑆 × 100
Avec :
𝑈𝑐𝑐 : tension de court-circuit du transformateur ;
𝑆 : puissance apparente du transformateur en KVA.
Liaison 𝐿 𝑋𝐿 = 0,09 × 𝐿 (Câble uni-jointifs)
𝑅𝐿 = 𝜌 × 𝑆
𝑋𝐿 = 0,13 × 𝐿 (Câble uni-espacés)

𝑋𝐿 = 0,08 × 𝐿 (câble uni-trèfle ou


multiconducteurs)
𝜌 = 22,5 𝑚Ω𝑚𝑚2/𝑚 pour le cuivre ;

𝜌 = 36 𝑚Ω𝑚𝑚2/𝑚 pour l’aluminium.


Tableau 22: calcul de court-circuit

Pour un courant continu :

Avec :
• Un : la tension nominale en V ;
• 𝑍𝐶𝐶 : l’impédance du circuit de défaut en mΩ ;
Si la charge est alimentée par la batterie 𝑍𝐶𝐶 = 0,9𝑅𝐵 + 2𝑅𝐵𝐿 + 2𝑅𝐶

Si la charge est alimentée par le chargeur 𝑍𝐶𝐶 = 𝑅𝑟𝑒𝑑 + 2𝑅𝑅𝐿 + 2𝑅𝐶

𝑅𝐵 : la résistance de la batterie en cas de court-circuit ;


𝑅𝑅𝐿 : la résistance du conducteur dans la branche du chargeur ;
𝑅𝐵𝐿 : la résistance du conducteur dans la branche de la batterie ;
𝑅𝐶 : la résistance de la branche commune ;

58
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Remarque :
Cette méthode rigoureuse, par le calcul, est assez longue et fastidieuse à étudier (elle est utilisée
dans la plupart des logiciels de calcul tel qu’Ecodial de la société Schneider).

Une méthode plus rapide et plus simple consiste à déterminer les intensités de court-circuit à
l’aide de tableaux. Cette méthode est moins précise mais suffit largement pour déterminer les
intensités de court-circuit afin de choisir les disjoncteurs.

4.3.5.2 Détermination des intensités de court-circuit par les tableaux fabricants :


Cette méthode consiste à évaluer l’Icc aval en fonction de l’Icc amont et en ne conservant, entre
ces 2 points, que la longueur et la section du câble qui les relie. On négligera les jeux de barres,
les disjoncteurs, les raccordements du transformateur (s’ils ne sont pas trop long).

 Avant de commencer il faut déterminer l’Icc du transformateur. Le tableau donne


directement la valeur, pour un transformateur sec de 160kVA en 410V : Icc= 5,59 kA.
 On peut aussi calculer cet Icc si on connaît la tension de court-circuit du transformateur :
Transformateur 160kVA 410V Ucc = 4%
Il suffit de calculer le courant nominal In = S /U x √3 = 160 000 / (410 x √3)
= 225,30A. L’intensité de court-circuit Icc = 225,30 x 100 / 6 = 5630 A soit
5,63kA.

 Pour utiliser le tableau K50 il suffit de choisir l’Icc du transformateur comme Icc amont.
Dans le cas proposé on prendra 7 kA (> à 5,59 kA ou 5,63kA).

 Pour le départ Q17 à étudier on voit sur le schéma, qu’entre le transformateur et Q17, il y
a le câble C4 (30 m de 35 mm2) : Il suffit de prendre la ligne correspondante au 35mm2
cuivre (haut du tableau) et de chercher une longueur la ligne juste inférieure ou égale à la
longueur de 30m. on trouve 30m.
 A la verticale de cette valeur et de la ligne Icc amont 7 kA on trouve l’Icc aval égal à 4,9
kA

Remarques : Comme cet Icc permet de choisir le pouvoir de coupure du disjoncteur on préfère
augmenter l’Icc au point choisi, c’est pour cela que si l’Icc amont ne se trouve pas dans le
tableau on prendra une valeur supérieure à celui-ci. Pour les mêmes raisons, les longueurs de
câbles seront prises plus courtes si on ne trouve pas la valeur dans le tableau. Les sections,
quant à elles, sont normalisées et donc se trouve dans le tableau.

59
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Disjoncteur Icc amont en kA Longueur du câble Section du câble Icc aval en kA

Q1 7 kA 10 3*(1*150 mm2) 7 kA

Q2 7 kA 30 185 mm2 7 kA

Q3 7 kA 30 1,5 mm2 7 kA

Q4 7 kA 30 35 mm2 7 kA

Q5 7 kA 50 120mm2 6.5 kA

Q6 7 kA 40 1,5 mm2 0.9 kA

Q7 7 kA 47 2,5 mm2 0.9 kA

Q8 7 kA 70 25 mm2 3.1 kA

Q9 7 kA 72 1,5 mm2 0.9 kA

Q10 7 kA 69 1,5 mm2 0.9 kA

Q11 7 kA 68 1,5 mm2 0.9 kA

Q12 7 kA 80 1,5 mm2 0.9 kA

Q13 7 kA 75 1,5 mm2 0.9 kA

Q14 7 kA 74,5 1,5 mm2 0.9 kA

Q15 7 kA 60 1,5 mm2 0.9 kA

Q16 7 kA 70 1,5 mm2 0.9 kA

Q17 7 kA 73 1,5 mm2 0.9 kA

Q18 7 kA 60 6 mm2 1.20.9 kA

Q19 7 kA 57 2,5 mm2 0.9 kA

Q20 7 kA 47 2,5 mm2 0.9 kA

Tableau 23: Détermination des intensités de court-circuit par les tableaux fabricants

60
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Conclusion
L’objectif du projet que nous avons effectué au sein de la société Projectia, était l’étude
et dimensionnement de l’installation BT du poste 20 KV/ 400V, d’une nouvelle unité de
dessalement de l’eau qui vise à la construction d’une unité de déminé ration et du réseau de
distribution d’eau portable à la commune d’cheira, province de l’aayoùn. Ce travail a été réalisé
tout en respectant le cahier des charges qui nous a été proposé afin de dimensionner cette
installation BT.

A l’issue des 10 premiers jours de stage, nous avons concouru les différentes étapes de
l'étude d'une affaire au sein de la société, et ceci partant du bureau d’étude et passant par le
chiffrage et l’organisation du projet. Durant les derniers jours restants, nous avons complété
nos travaux en confinement à domicile à cause de l’épidémie du COVID-19, tout en intégrant
à chaque fois, les orientations et les priorités de l’entreprise, ainsi que les remarques des
professionnels et des encadrants.

Le respect du cahier des charges été une close indispensable qui nous a poussés à suivre
la vraie démarche pour répondre au marché proposé. Nous nous sommes basés sur la norme
NFC 15-100 pour dimensionner l’installation, ainsi que l’élaboration des schémas unifilaires
du poste.

Ce travail que nous avons réalisé, nous a permis d’une part, de nous intégrer dans le
milieu industriel, et faire face aux contraintes du domaine professionnel afin de nous adapter
aux critères exigés au sein d’un organisme de travail. D’autre part un tel stage nous a ouvert
l’occasion d’établir des relations avec des personnes compétentes dans le domaine électrique
qui nous ont aidés à développer nos capacités d’adaptation et à enrichir nos connaissances
techniques. Il nous a permis de mieux percevoir les différents défis que peut rencontrer un
ingénieur dans la réalisation de ses projets.

61
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Annexes

62
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Annexe 1 : Choix des disjoncteurs Multi 9

63
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

64
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Annexe 2 : Choix des disjoncteurs compact NS80 à 630

65
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

66
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Annexe 3 : Facteurs de correction

67
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Annexe 4 : Tableau de détermination de la section minimale

68
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Annexe5 : Détermination des chutes de tension admissibles

69
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Annexe 6 : Détermination des courants de court-circuits (Icc)

70
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

Annexe 7 : Tableau de détermination des courants de court-circuits (Icc)

71
RAPPORT DU PROJET DE FIN D’ANNEE

72

Vous aimerez peut-être aussi