Vous êtes sur la page 1sur 15

Projet

Procédés et
Métallurgie de
Soudage
DMOS-P

Réalisé par : Mohamed Bahloul Yasmine Hammami

A.U : 2019/2020
Projet de Procédés et Métallurgie de Soudage
1. Introduire les informations relatives aux données de ce sujet dans le
DMOS-P (normes ; référence ; constructeur ; lieu… :
 Voir DMOS-P
2. Identifier par rapport aux normes spécifiques le(s) groupe(s) / sous-
groupe(s) des matériaux à assembler:

 Selon l’ISO 15608 :2013 (E), l’E36 appartient au 1ére groupe et le


deuxième sous-groupe par ce qu’il a une limite d’élasticité compris entre
275 et 360 MPA.
 Selon l’ISO 15608 :2013 (E), le XC 48 appartient au 11iéme groupe et le
deuxième sous-groupe par ce qu’il a un pourcentage de carbone compris
entre 0.35% et 0.5%.
3. Choisir le procédé de soudage que vous trouvez le plus adapté à cette
application tout en expliquant la démarche de votre choix ; Indiquer votre
choix sur le DMOS-P :
Taux de Positio Vitesse de Gaz Chantier/Atel Pénétration de Taux de Energie de Epaisseurs
dépôts ns soudage ier bain en mm dilution soudage soudables
(kg/h) (cm/min) (KJ/cm) (en mm)

SMAW De 1 à 3 Tous 10 à 25 Sans Chantier et 3à5 Faible < 20 1,5 minimale


Atelier

GMAW De 3 à 9 Tous 25 à 100 Avec Atelier 3à4 Moyen 2 à 20 0,8 minimale

GTAW Moins de 1 Tous 5 à 50 Avec Atelier 2à4 Très faible 1 à 30 0,8 minimale

SAW De 5 à 18 Plat 30 à 300 Sans Atelier 5 à 15 Fort 20 à 70 3 minimale

FCAW De 5 à 12 Tous 25 à 60 Sans Chantier et 3à5 Moyen 10 à 40 0,8 minimale


114 Atelier

FCAW De 5 à 12 Tous 25 à 100 Avec Atelier 3à4 Moyen 10 à 40 0,8 minimale


136
Procédés Coût de fonctionnement (DT/h) Consommables
SMAW 30 -Electrode enrobée
-Electricité
GMAW 40 -Gaz de protection
-Electricité
-Fil électrode d’apport
-Tube contact
GTAW 50 -Gaz de protection
-Electricité
-Electrode de tungstène
-Baguette TIG

Selon ces tableaux, les paramètres et les critères de notre application, nous
choisissons le procédé de soudage SMAW vu leurs faibles coûts et leurs
correspondances avec les critères de notre application.

 D’après Norme ISO 4063, le procédé de soudage qu’on a choisi se


rassemble à :
4. Proposer et ajouter dans le DMOS-P le schéma de préparation des bords
des pièces à assembler, conformément à la norme spécifique, en
identifiant tous les paramètres relatifs à la préparation ainsi que la
méthode de préparation et les autres informations utiles (avec ou sans
pointage ; avec ou sans support envers ; avec ou sans gougeage ; mono ou
multi passes ; passe étroite / passe large :

 Selon Norme ISO 9692 et suivant l’épaisseur des deux pièces à souder,
on a choisi ce type de préparation :
 Selon Norme 9606 on a :
PBW : Tôle (P) Bout à Bout (BW)

4.1. Par pointage :

Lorsque toutes les pièces et éléments nécessaires à une fabrication soudée


sont débités et chanfreinés et que le positionnement des pièces est conforme
au plan, le pointage par fusion permet la solidarisation des différentes pièces,
le réglage, le parallélisme et l’alignement parfait des éléments et le respect des
jeux entre chanfreins par la réalisation de points de soudure courts et solides.

Plusieurs points de soudure sont réalisés, judicieusement placés et


alternativement soudés pour contrecarrer les déformations et permettre un
alignement correct, un nivèlement des surfaces et un positionnement parfait
des éléments à souder.

L’opération de pointage peut éviter l’utilisation d’outils de positionnement


couteux

Un des avantages du pointage est la possibilité de refaire le positionnement


jugé imparfait par la suppression des points de soudure

Le pointage est une opération de soudage à part entière.

Le pointage est une opération essentielle à réussite d’un accostage de pièces à


souder

Cette opération de pointage ne doit pas êtrenégligée


L’opération de pointage est de préférenceréalisée par un personnel
expérimenté et qualifié pour la fabrication de qualité

Les précautions à prendre lors de pointage sont les mêmes que à prendre lors
du soudage

4.2. Sans Support à l’envers :


 Le placage de la latte sur les pièces à souder doit être le plus précis
possible
 La déformation des pièces du soudage engendre le décollement de
l’adhésif et le soulèvement de la latte céramique
 Contrôle non destructif difficile du joint après soudage pour l’assemblage
avec latte subsistante
 Exige une propreté soignée des surfaces d’application des adhésifs de
latte support
 Latte céramique relativement couteuse à l’achat
 Pollution du bain de fusion avec les lattes en cuivre (risque de
fissuration)
 Ne pas utiliser de latte subsistante (risque de rétention de liquide) sur les
joints exposées à la corrosion
4.3. Sans Gougeage :

 Ne nécessite pas de gougeage.

4.4. Multi-passes :

 Suivant notre épaisseur et le taux de dépôt du procédé de soudage


SMAW, nous avons besoins de plusieurs passes
4.5. Passe étroite ou large :

On prend comme :

 1ére passe une passe étroite pour faire la pénétration ;


 Pour les autres passes on choisit des passes larges pour le remplissage.
5. Proposer et ajouter dans DMOS-P le schéma de disposition des passes :

6. Choisir et ajouter dans le DMOS-P les informations relatives au(x)


consommable(s) du procédé de soudage choisi (métal d’apport ; gaz de
protection :

 Vitesse d’avance: entre 15 et 20 cm/min donc vitesse moyenne égale à 17.5


cm/min
Pour l’énergie de soudage on a :

7. Déterminer et ajouter dans le DMOS-P les paramètres de soudage de(s)


passe(s) à réaliser pour réussir cet assemblage tout en expliquant, avec les
documents et les références bibliographiques, la démarche de
détermination de ces paramètres et en effectuant les calculs nécessaires :

 D’après L’ISO2560 : produits consommables pour le soudage manuel à


l’arc : électrode enrobés : Classification
8. Dans le cas où il y a un risque de fissuration (ou rupture), déterminer la/les
température(s) de préchauffage ou d’entre passes qui permettent d’éviter
ce risque en prenant comme condition que la dureté de la ZAT doit être
inférieure à la dureté critique HVc = 328 :
On remarque pour l'acier E36 un risque de fissuration pour des énergies de
soudage faibles et des contraintes élevées,alors que l'acier XC48 présente un
risque de fissuration important même pour des contraintes quasi nulles et pour
des énergies inférieures à 15 kj/cm.

Pour prévoir les conditions de soudage permettant d'éviter lafissuration, il faut


se fixer une valeur de contrainte rendantcompte du degré de bridage.

 On se référent aux ces diagrammes, on va chercher la structure :


Passe Temps de Vitesse de Structure
refroidissement Refroidissement
entre [800 - [°C/s]
500] en (s)
XC48 E36 XC48 E36
1 3 3 200 200 Martensitique
2 7 7 75 75 Martensitique
3 7 7 75 75 Martensitique
4 7 7 75 75 Martensitique
5 7 7 75 75 Martensitique
6 7 7 75 75 Martensitique
7 7 7 75 75 Martensitique
Passe 1 Passe de 2 à 7
Préchauffage ou Oui, préchauffage car la Oui, chauffage entre
chauffage entre dureté est supérieur à la passe car la dureté est
passes (oui ou non ) dureté critique (sup à supérieur à la dureté
328HV) critique (sup à 328 HV)
Température de E36 XC48
préchauffage
Il faut ne Il faut ne
dépasser dépasser
pas la pas la
dureté dureté
critique critique
donc TR donc TR sup
sup à 12s à 15s donc
donc TP= TP= 400°C
350°C
Température de
chauffage entre E36 XC48
passes

Il faut ne Il faut ne
dépasser dépasser
pas la pas la
dureté dureté
critique critique
donc TR donc TR
sup à 14 s sup à 14 s
donc donc
TC=200°C TC=300°C

Vous aimerez peut-être aussi