Vous êtes sur la page 1sur 10

Figaro : journal non politique

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France


. Figaro : journal non politique. 1933-02-01.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des
reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public
provenant des collections de la BnF. Leur réutilisation s'inscrit dans le
cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :
- La réutilisation non commerciale de ces contenus ou dans le cadre
d’une publication académique ou scientifique est libre et gratuite
dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien
de la mention de source des contenus telle que précisée ci-après : «
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France » ou « Source
gallica.bnf.fr / BnF ».
- La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait
l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la
revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de
fourniture de service ou toute autre réutilisation des contenus
générant directement des revenus : publication vendue (à l’exception
des ouvrages académiques ou scientifiques), une exposition, une
production audiovisuelle, un service ou un produit payant, un support
à vocation promotionnelle etc.

CLIQUER ICI POUR ACCÉDER AUX TARIFS ET À LA LICENCE

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de


l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes
publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation


particulier. Il s'agit :

- des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur


appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés,
sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du
titulaire des droits.
- des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques
ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la
mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou
autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces
bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le


producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code
de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont


régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre
pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de
son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions


d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière
de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions,
il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet
1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter


utilisation.commerciale@bnf.fr.
,tÈs débuts
;•
LÀ VIE ARDENTE I tant d'ostentation, et justement parce
--^bk
BLASCO IBANEZ
im~

'-" •: qu'il était trop surpris par la fortune


pour y croire. S'il l'étalait, c'était afin
de se mieux persuader lui-même de sa
réalité.
Je le retrouvai à Nice, plus rayon-
LE CABINET DALADIER seront fermes et vigoureux. Mon impres-

sives.
sion est que le pays a besoin de calme, de
travail et c'est 1dans cette pensée que. le gou-
vernement s'ef forcera de réaliser ses pre-
mières mesures qui pourraient être déci-

Je voudrais dire combien j'apprécie


CHANCELIER HITLER
DU

»
nant que jamais, plein de projets gran- Le ministère de M. Daladier taire tel qu'il a été pratiqué jusqu'ici. Mais l'effort poursuivi dès aujourd'hui par
emploi le
dioses. II aimait Monte-Carlo, la foule sera un grand ministère s'il ce sont celles qui trouveront leur Georges Bonnet et Lamoureux dont le pro-
cosmopolite, les aventuriers de toute est à la taille des difficultés plus utile si M. Daladier a l'ambition de gramme financier démocratique, réaliste
Un comité vient de se former dans qui se dressent devant lui. Ces s'élever au-dessus des partis pour servir la et d'une heureuse inspiration me parait Comme entrée de jeu, le cabinet Hitler,
race il voyait sur ce fond de tableau rencontrer de larges adhésions. »
se répand en déclarations lénitives il pro-
le dessein d'élever à Paris un monu- la possibilité d'écrire de nombreux ro- difficultés, la déclaration ministérielle qui patrie dans les graves conjonctures qu'elle M. Daladier en prenant congé de ses in- teste qu'il ne cassera rien et qu'il sera
ment au grand romancier espagnol, mans ce en quoi il n'eut pas toujours sera lue vendredi ne les minimisera cer- traverse. En ce cas, il polariserait très vite terlocuteurs ajouta en guise de conclusion d'une sagesse exemplaire « Messieurs,
Vicente Blasco Ibanez. raison. Les enracinés fournissent de tainement pas. Ce document, à force d'être, autour de lui tous les partis nationaux dans Après les vagues qui ont déferlé, il ami de tout le monde.»
Mon Dieu, je sais qu'à cette idée la meilleurs types aux romanciers que les selon le mot de M. Poincaré, le bilan des le Parlement et, ce qui importe davantage, «
Cela est bel et bon. On ne demande d'ail-
y a certes des remous. Aussi je vais essayer
première réaction du Parisien sera de déracinés. L'artificiel pousse trop faci- faillites futures, doit contenir aujourd'hui, dans le pays. S'il est sincère et énergique, de redresser la situation avec le maximum leurs qu'à croire le « Fuhrer ». Malheu-
penser que si cela continue ainsi, Paris lement dans les milieux où la nécessité sous peine d'insincérité totale, l'aveu de la
qu'il soit lui-même afin de rendre la France d'énergie et de rapidité.» reusement on ne peut le croire sur parole,
aura plus de statues que d'arbres et n'apparaît qu'avec la mort. faillite présente. Faillite qui n'est pas seule- à elle-même en l'arrachant aux maléfices Ajoutons que M. Henry Chéron a trans- et il faut l'attendre aux actes. Or, à cet
qu'on ne pourra plus faire un pas sans ment financière et même qui, sous cette internationalistes qui l'ont conduite aux mis dès hier soir à MM. Georges Bonnet et égard, on se permettra de faire remarquer:!
Blasco Ibanez partit pour faire le Lamoureux les services des Finances et 1° Que Hitler et M. Hugenberg sont les
se heurter à un bonhomme de pierre. tour du monde avec une croisière or- forme, est la moins grave. Après les minis- bords de l'abîme. du Budget.
tères Herriot et Boncour, la grande faillite, Si la franchise de M. Daladier le qua- chefs de deux partis qui ont fait de la sup-
Du moins, l'effigie de Blasco Ibanez se ganisée par une compagnie américaine. pression du parlementarisme la base de
présentera-t-elle modestement ce « Il n'y aura que des milliardaires à celle qui entraîne toutes les autres, c'est lifie pour imposer à la France, après tant M. FRANÇOIS ALBERT, ieur programme. On ne voit donc pas qu'ils
n'était qu'un écrivain, il se dressera bord, disait-il, avec une satisfaction la faillite intellectuelle, morale et politique de mensonges, une cure de vérité, condition puissent être disposés à jouer la règle du
me du Cartel. Il ne s'est pas seulement montré première du salut, elle n'exclut pas, sem- AMBASSADEUR OTAGE
tout seul sur son socle, sans avoir be- évidente. » Les récits qu'il rapporta de jeu parlementaire c'est-à-dire à s'en al-
soin, pour y faire bonne figure, de s'ap- son voyage étaient fabuleux, comme incapable de tenir ses promesses, il a ag- ble-t-il,' une certaine habileté dans ses rap- ler s'ils sont renversés par le Reichstag <
Le groupe radical-socialiste de la Cham- à moins de supposer qu'ils veulent se sui-
puyer à un signal télégraphique, de lâ- tout ce qu'il racontait. gravé tous nos maux. En cela, il a trahi ports 'avec les socialistes. Cette habileté bre, qui s'était pourtant couché fort tard
cher un ballon captif ou d'attirer hors la confiance des électeurs, mais il est resté sert d'ailleurs de loyauté puisqu'elle lui lundi soir, s'est réuni hier matin et on s'y cider politiquement, ce qui est un kypp,
Il avait, effet, uneconversation thèse à tout le moins improbable
d'un portant quelconque une auto de éblouissanteen, et que son sens du comi-
fidèle à lui-même, car, ces maux, c'est son aura permis d'échapper à l'équivoque d'une est disputé ferme.
2°) Que le général von Schleicher est
marbre où de plâtre. Mais si nous ad- triomphe en 1924 qui les avait déchaînés. formule cartelliste qui, au point où en sont M. Garat, député des Basses*Pyrénées, a
que rendait plus éblouissante encore. Il tout d'abord interpellé M. Herriot $ur les tombé pour avoir voulu pratiquer une po-
mettons qu'il reste certains coins tran- parlait assez mal le français, ou plutôt
Il a failli aux devoirs essentiels de tout les choses, ne pourrait être qu'un men-
raisons du refus socialiste. Se sentant mis litique « socialedirectement opposée à
quilles où l'on peut encore dresser pro- le prononçait gouvernement maintenir l'ordre public, songe parlementaire ou une trahison na- celle des nationaux-allemands. Ayant réa-
mal, car il avait un vo- en cause, l'ancien président du conseil
visoirement un contemporain glorieux, l'équilibre des finances, la sécurité des fron- tionale. M. Daladier a sans doute jugé s'est défendu de porter la moindre res- lisé son dessein d'être dictateur économi-
cabulaire très riche, mais il disait é
avant de convertir son refuge en pour et qui donnait à tières. que, dans la commission des finances, com- ponsabilité dans le refus socialiste. que, il serait surprenant que M. Hugen-
e ou pour u, ce berg n'appliquât pas les tendances au pro-
parc à voitures, reconnaissons que ses moindres propos comme un arrière- En faisant appel aux syndicats illégaux me dans un laboratoire, l'expérience car-
telliste a épuisé ses possibilités, ou ses im-
M. Marchandeau a donné lecture du pro-
cès-verbal de l'entrevue de M. Daladier tectionnisme et à l'autarchie qui doivent
Blasco Ibanez n'est pas sans avoir ac- écho de clownerie. Cela
ne lui déplai- et aux organisations révolutionnaires, M. possibilités, avec le minimum de dégâts et avec les socialistes pour montrer combien favoriser les milieux agrariens aux dépens,
quis des droits à cet honneur. sait pas, car il ne détestait pas d'être Paul-Boncour a renversé l'ordre public et ceux-ci furent peu conciliants. du reste de la population
le maximum de clarté.
Il les a acquis d'abord pendant les drôle. Sa verve grandiloquente animait s'est renversé lui-même. Son collaborateur
Pour l'hypothèque de la IIe Inter-
Tout en estimant que la S.F.I.O. avait 3°) Que, en matière de politique exté-
années de guerre, où il prit parti pour les moindres aventures, dramatisait M. Chéron a renversé l'ordre dans la rue que fait à la commission des finances quelques rioure, les nouveaux dirigeants de l'Allema-
nationale sur la Chambre actuelle soit concessions sur son programme, M. Guer- gne se trouveront toujours d'accord pour
Ja France avec une ardeur et un amour chaque incident ou le tournait en bouf-
qui ne se démentirent jamais et où il fonnerie. Une mémoire infaillible ser-
par sa démagogie budgétaire sans le réta-
blir dans nos finances, et sans même pou- purgée sans être transférée sur l'avenir, a
nut déploré que ce parti n'eut pas com-
prisl'inopportunité de certaines mesures masquer leurs divergences éventuelles par
la servit autant qu'il le put. Je le con- vait cette conversation, et en particu- voir nous indiquer exactement le chiffre du pour que les socialistes ne prennent pas telles que la semaine de quarante heures un accroissement de leurs revendications.
leur revanche en 1936 en exploitant l'im- Ne pouvant plus faire de démagogie inté-
nus à cette époque. Il habitait, rue Ren- lier celle de l'œil, extraordinaire chez déficit. Dans notre politique extérieure, le ou de nouvelles compressions de crédits
popularité de mesures prises en dehors militaires. M. Nogaro a appuyé M. Guernut. rieure, ils se rattraperont sur la politique!
nequin, un appartement presque misé- lui. Je me souviens qu'un jour, comme déficit est encore plus incalculable surtout Mais M. Bergery, venant au secours. des étrangère.
depuis qu'il est multiplié par l'avènement d'eux, pour qu'ils ne méritent pas alors
rable, ayant échoué précédemment je lui parlais d'un restaurant de Mar- électoral la socialistes, a rappelé que certaines condi- Dans ces conditions, il est difficile d'ad-
dans ses entreprises de colonisation et seille, il m'en peignit aussitôt les gar- d'Hitler à Berlin. par leur pullulement « peau tions posées à la participation socialiste mettre que le cabinet Hitler-Hugenberg
de lapin» dont M. Herriot les a affublés, la rendaient difficile. Le député de Seine- laisse toutes choses en l'état. C'est à peu
n'ayant pas encore acquis la fortune çons qui, servant en manches de che- Le nouveau ministère sera dominé par la M. Daladier devra montrer autant d'éner- et-Oise s'est élevé contre 1 opportunisme près comme si Baggessen, le fameux cas-
presque fabuleuse que sa gloire aux mise, portaient lesdites manches ser- personnalité de son chef. Il a certaine- gie que de franchise. Quant aux actes à qu'il trouvait trop en honneur au groupe.
Etats-Unis lui attira par la suite. Il vi- rées par un élastique. Il avait à peine M. Herriot a répondu avec véhémence seur d'assiettes, avait promis de donner
vait au milieu de ses livres, sous un traversé l'endroit, mais ce détail de- ment de la franchise et de l'énergie puis- accomplir, les événements se chargent de il fallait se garder des réformes trop har- une représentation sans casser la moindre
les définir. A l'heure actuelle qui est celle dies. L'état de la trésorerie déconseillait vaisselle. Hitler et Hugenberg, bien que
grand portrait de Zola, et travaillait meurait gravé dans son esprit. Si l'on que ses ennemis et même ses amis le disent. les expériences dangereuses. relevant d'un genre moins badin, sont pri-
Ses ennemis pourraient, en effet, lui at- de l'évidence après une longue période de
sans relâche, ni fatigue. Il me parla songe qu'il avait, sur l'univers tout en- mystifications, la difficulté n'est pas de M. François-Albert a demandé que le sonniers, eux aussi, de leur « spécialité »,

.m
aussitôt avec enthousiasme de notre tier, promené les innombrables facettes tribuer ces qualités pour lui nuire, car elles fixât attitude à l'égard de M.
groupe
Daladier, et son Raymond Henry:
pays, du succès duquel il ne douta ja- d'un regard pareil, on comprendra
mais. Il avait choisi de plein gré Paris qu'il eût toujours à sa disposition un
pour y vivre, car il voulait "partager choix énorme d'images et de vues pit-
nos épreuves. Et comme il entendait toresques.
'' '
sont incompatibles avec le jeu parlemen-

' "v,
MINISTRES ni,
voir ce qu'il faut faire, c'est de le faire.

Im,i.hi n'i,
s'est offert à jouer le rôle
d'ambassadeur auprès du négociateur de
la rue •Saint-Dominique. M. Herriot a- dé-
sapprouvé cette, démarche, propregê-.
nèr M. Daladier. M. François-Albert l'a
r ^^s^
LA GRANDE ILLUSION

faire à sa façon de la propagande, il


créa dès cette Il y avait en lui du poète et de l'aven-
époque en Espagne, où turier, du tribun et de l'homme d'af-
il avait fondé une maison d'édition, une faires, mais le romancier l'emportait
faite quand même. mais n'est plus re-
venu. Ses collègues ont appris vers midi 30
qu'il était devenu ministre du travail.
Une démocratie
Après le départ du président du groupe,
collection de romans français emprun- sur tout et faisait l'unité de sa person-
tés aux maîtres comme aux jeunes écri- nalité complexe. Le roman permit au
vains d'alors.
Présidence du Conseil et Guerre.
Vice-présidence et Justice
EDOUARD DALADIER, (radical-socialiste).
EUGÈNE PENANCIER, (Gauche démocr.).
l'assemblée radicale a levé sa séance. Ré-
pandus dans les couloirs, les radicaux y
ont rencontré des socialistes. Il en est ré-
chinoise
poète et à l'aventurier, au tribun et à Affaires étrangères PAUL-BONCOUR, (aucun groupe). sulté de nombreux colloques et propos
Quand on regardait Vicente Blasco l'homme d'affaires, de s'exprimer plus vifs.
Intérieur
-^^^w»-
CAMILLE CHAUTEMPS, (radical-socialiste).
Ibanez, on était surtout frappé par librement qu'ils ne le purent faire dans (VOIR LA SUITE EN QUATRIÈME PAGE)
l'impression de force et de vitalité qui la vie. Et sa meilleure épopée demeure Finances GEORGES BONNET, (radical-socialiste). par le Dr A. LEGENDRE
se dégageait de lui: L'esprit chevale- son œuvre. Budget LAMOUREUX, (radical-socialiste). A la Chambre des députés, le 13 cou-
resque de Don Quichotte et le bon sens Je souhaite que nous voyions bien- EN MARGE rant, M. Paul-Boncour a salué les
de Sancho Pança s'étaient unis en lui tôt sur quelque place de Paris sa haute
pour former une âme commune à cet stature large et musclée, son lourd vi-
Commerce
Travaux publics

nationale.
Education
PAGANON, (radical-socialiste).
Louis SERRE, (Gauche démocratique).
ANATOLE DE MONZIE, (socialiste franç.). cParis va avoir
«efforts de la Chine pour se donner
des institutions libres ». Ainsi parla
Vandervelde, à son retour de Chine, en
homme corpulent, exubérant, enthou- sage boucané de Méditerranéen vieilli,
siaste, qui avait l'air d'un réservoir de au menton romain et aux lèvres joyeu- Marine GEORGES LEYGUES, (aucun groupe). 1931.
puissance. Créé par la nature pour la ses. Il nous fera penser à son œuvre
création, il semblait qu'il dût tout son chaotique, désordonnée et féconde
Marine marchande
Air
EUGÈNE FROT, (aucun groupe).
PIERRE COT, (radical-socialiste).
ses heures de chansons Notre ministre croit donc à une
grande démocratie jaune en formation,
il croit à un grand élan national de .tou-
temps à celle-ci. Attaqué, calomnié, comme la vie, et, comme elle, riche en P. T. T LAURENT EYNAC, (Gauche radicale). tes les classes vers un régime républi-
pourchassé, on l'eût cru sans ennemis ressources inattendues et en brusques Colonies ALBERT SARRAUT, (Gauche démocratique). cain avec, comme résultante, plus de
il n'avait pas le temps de penser à eux. coups de soleil..Et il nous rappellera le M. Chiappe sera loué par tous les Parisiens liberté, plus de bonheur. Est-ce là la
Agriculture HENRI QUEUILLE, (radical-socialiste).
Sa vraie force était dans la sympathie. grand ami de la France qui, aux heures
Et il avait besoin d'elle pour vivre. C'est de détresse, vint résolument s'asseoir à
un des rares romanciers que j'ai vus son foyer et lui dire son amour. Travail
Pensions

publique
MIELLET; (radical-socialiste).
FRANÇOIS ALBERT, (radical-socialiste).
pour avoir permis aux groupements profes-
sionnels du spectacle de faire « opérer» régu-
lièrement, deux fois par jour, sur la voie publi-
que, des chanteurs autorisés. La crise atteint
réalité, la leçon des événements, des
faits ?
Hélas Tout au contraire, c'est en
Chine une tyrannie plus lourde qu'à
aimer les romans des autres et traiter
toujours ses confrères en amis et non
en rivaux. On lui reprochait son style,
comme on le fait, en Angleterre, à John
Galsworthy, et, en Norvège, à Johan
Edmond Jaloux.

SIR AUSTEN CHAMBERLAIN


Santé
"1\'<
~s D'ÉTAT
SOUS^SEORÉT^IRES D~ÉTaT
DanIÊLOU, (Gauche radicale). tout le monde, mais les artistes sont, on le sait,
parmi les plus frappés. Un comité s'est formé
afin de les aider à lutter pendant cet âpre
hiver contre les conséquences du chômage.
aucune époque, une brutale dictature
qui se caractérise, sur tout le territoire,
par une régression de l'ordre féodal, la
lutte constante depuis vingt ans entre
demande que la France Présidence du Conseil GUY LA CHAMBRE, (Gauche indépend.). Et nous allons pouvoir entendre quotidienne- des clans militaires qui se disputent le
Bojer mais il était né pour produire, fasse confiance à l'Angleterre ment, de onze heures à quatorze heures, et de pouvoir, bataillent pour le plus riche
et non pour raffiner sur des formes Economie nationale R. PATENOTRE, (indépendant de gauche). dix-huit heures à vingt heures, un certain fief. Les ruines s'accumulent donc et
syntaxiques. Il le savait et puisait sa Travaux publics et Tourisme PIERRE APPELL, (républicain socialiste). nombre de musiciens strictement profession- les masses pantelantes réclament le re-
joie dans sa fécondité. Il ne laisse au- Dans le discours qu'il a prononcé à HUL!N, (radical socialiste).
nels, recrutés dans leurs groupements. Le com- tour des Mandchous, de la dynastie ré-
« Anglo-French Clubde Londres, en
Guerre muniqué porte « Leur répertoire aura pour pudiée en 1911 par une poignée de poli-
cun chef-d'œuvre, mais un torrent de l'réponse à l'allocution de M. Flaridin, sir Education nationale HIPPOLYTE Ducos, (radical-socialiste). fond les meilleures chansons en vogue, offertes ticiens, clientèle de certaine grande
livres, oit il y a du magnifique et du Austen Chamberlain, après avoir déclaré par MM. les éditeurs. Des emplacements seront puissance. Aucun doute que l'accord ne
médiocre, de l'emporté et du stagnant, qu'il était convaincu que seule une entente ultérieurement fixés pour les auditions.» soit fait aujourd'hui entre Chinois et
du tragique et du mélodramatique. Au- entre la Grande-Bretagne et la France pou- Les concerts sur la voie publique consti- Européens pour dénoncer la malfai-
dessus de cette masse flottent des pages
admirables une grouillante vie de pe-
vait réédifier une civilisation ébranlée,
ajouta qu'il voudrait interpréter person- Les premières heures ministérielles tuent un des tableaux traditionnels et si sance de ce nouveau régime qui ose se
qualifier « nationaliste », « républi-
tites
drale, gens dans l'ombre d'une cathé-
le spectacle
nellement l'esprit qu'entretient l'Angleterre
à l'égard de la France. n
continua-t-il, que
attrayants de notre ville. La Valse brune
le Rêve passe, la Madelon, Lisette et Lison, cain et n'a su jusqu'ici qu'exploiter
cyniquement, à son seul bénéfice, les
d'une inondation, un « Je dirais à la France, les Gars de la Marine, la Trompette en bois
éblouissement d'orangers en fleurs, un ce pays-ci n'oublie pas ses anciens amis. ont reçu sur nos carrefours leurs lettres de meilleures ressources du pays. Ce qui
combat de pieuvres, de hardies figu- Ce pays-ci est loyal envers ceux qui le
M. Albert Lebrun a aussitôt signé les dé- naturalisation parisiennes. Ce n'est ni dans le n'a pas empêché M. Vandervelde, l'en-
sont envers lui. Ayez confiance non seu- M. Edouard Daladier, suivant le pro-
procédé, hier, crets nomination minis- calme Passy ni dans le quartier des Buttes- voyé en Chine de tous les marxistes, do
res d'aventuriers ou de pêcheurs, des lement en nous mais en vous-mêmes. Nous gramme qu'il s'était tracé, a de des nouveaux
tres. Ces décrets paraissent ce matin au Chaumont que les échos des concerts en plein s'efforcer, comme aujourd'hui M. Blum
femmes naturellement simples ou arti- estimons que vous vous montrez craintifs au cours de la matinée, à la répartition air prennent leur accent et leur réso-nance et Lansbury, à pallier la responsabilité
ficieusement coquettes, tout un monde sans raison. Il nous semble que vous n'avez définitive des portefeuilles de son minis- Journal Officiel.
pas cette confiance qui fait naître un juge- tère. La traditionnelle cérémonie de la pré- symboliques. C'est sur les boulevards, à du Kouo Ming Tang dans les méfaits
civile, de la jacquerie
sensuel et avide, travaillé par les pas- ment sain et une vraie politique. Si vous Dès 8 h. 30, de retour au ministère de la sentation dura une demi-heure et selon l'heure où la sortie des bureaux et des ate- de la guerre com-
sions et réuni à la terre par le lien d'un étiez moins prompts à douter de vos amis reçut M. Eugène Frot, l'habitude, les membres du gouvernement liers répand partout une jeunesse vive et labo- muniste et dans les massacres constants
guerre, M. DaladierSerre,
panthéisme presque charnel, qui fait et plus disposés à croire en vous-mêmes, Pierre Cot, Louis président de la se laissèrent photographier en groupe sur rieuse, c'est rue de la Gaîté, où des bouti- de Chinois et d'étrangers. Il saijt pour,s
nous arriverions, vous et nous, à trouver Commission sénatoriale du commerce les marches du perron présidentiel. quiers familiers et des concierges béats pren- tant bien que Tchang Kaï Clftk \n\~
penser à celui de certains de nos maî- plus aisément et d'une façon plus directe Georges Bonnet, Camille Chautemps, de Avant de monter dans sa voiture, M. nent le frais sur le pas' des portes, c'est à même se voit contraint d'accuser les
tres. une solution aux problèmes du moment.» Monzie et M. Paul-Boncour. Ce dernier <xn% Edouard Daladier fit cette brève déclara- Montmartre, sous les pilastres métalliques de personnages « républicains » de son
Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse, nonça aux journalistes qu'il se rendrait à tion
Genève vendredi en tant que ministre des la station du métro Barbès-Rochechouart, qu'il clan au pouvoir d'être la cause directe
qui sont le roman de la guerre, eurent Les cours à Paris affaires étrangères. J'ai constitué, dans les délais que faut s'arrêter, observer et se laisser émouvoir du désordre actuel, poussant même,
«
en Amérique un succès formidable. des monnaies étrangères Pendant que M. Daladier s'assurait télé- je m'étais fixés, un gouvernement d'action quand un violon plein de bonne volonté tente dit-il, par leurs exactions, leurs rapines,
Blasco Ibanez connut la gloire sous sa phoniqueïnent la collaboration de M. Pa- républicaine, qui se présentera vendredi de l'emporter en noblesse sur la flûte parfois le paysan dans les bras du communiste.
forme la plus retentissante il fit des ganon, qui était à Grenoble, MM. Georges prochain devant les Chambres. Un conseil poussive et le piston rutilant. Autour, c'est le Vandervelde s'est aussi bien gardé de
Leygues, Queuille, Daniélou, Lamoureux, de cabinet se tiendra mercredi, à 10 heures, cercle habituel, avec ses figurants et ses figu- faire la moindre allusion au catéchisme
tournées de conférences triomphales, Albert Sarraut, Laurent Eynac, Penancier, au ministère de la guerre, et le conseil des rantes échappés des dizains de Coppée des de haine, de violence contre l'étranger,
écrivit dans d'innombrables journaux président de la Commission sénatoriale de
législation ministres se réunira vendredi matin, à sonnets de Laurent Tailhade, échappés etaussi qui s'enseigne dans toutes les écoles.
américains, vit ses livres portés sur arrivaient rue Saint-Dominique. l'Elysée.» Jamais meilleure occasion ne pouvait
l'écran. Il jouissait de cette apothéose, M. Painlevé, sollicité de demeurer mi-
nistre de l'air, se récusa en raison de son
des « crayons s> de Steinlen et des toiles de
Raffaëlli. Dans ces groupements spontanément cependant s'offrir à cet apôtre de la fra-
la journée, recevant les mem-
A la fin de
sans fausse humilité, s'amusant comme état de santé. bres de la presse, le nouveau président du formés et qui « reprennent au refrain» avec ternité universelle, admirateur du
un enfant de la notoriété, de l'argent, La venue de M. François-Albert au mi- Conseil leur a donné les précisions sui- un enthousiasme naïf, c'est l'âme même de Jeune-Chinois, pour rappeler celui-ci à
du luxe. Il avait eu une vie souvent dif- nistère de la guerre, surprit quelque peu. vantes la rue qui chante. C'est un peu l'âme du pays. quelque pudeur dans sa haine de race.
plusieurs de ses entreprises Ainsi qu'on le verra plus loin le président J'ai passé, leur a-t-il dit, mon après- Sur les strophes de Mes parents sont venus On sait aussi que socialistes et démo-
ficile du groupe radical-socialisteadjura M. Da- midi «
avaient échoué, ne lui laissant pas au- ladier de renoncer à constituer son cabi- solutions à mettre définitivement au point les me chercher se penche peut-être l'ombre des crates chrétiens font pression sur leurs
je crois nécessaires pour ré- petites filles d'Ile-de-France qui répètent des gouvernements, d'accord avec Nankin,
tre chose que des dettes mais ce chan- net, ce qui ne l'empêcha pas d'y accepter soudre lesque problèmes immédiats qui sont
gement de destin allait lui permettre de Encaisse-or (monnaies et lingots) de la Banque ensuite facilement un portefeuille. posés par la situation économique et finan-
rondes pour plaire à Gérard de Nerval, car pour qu'ils retirent leurs flottilles de
c'est la jeunesse et l'idéalisme que badauds, guerre du Yangtze et du Si-Kiang. Mais
passer ses derniers jours dans une cière.
de France A L'ELYSEE
Au 20 janvier 1933 82.305.917.155 francs ouvriers et midinettes reche.chent inconsciem- sans ces navires étrangers, toutes ces
opulence un peu criarde, qui convenait années, la Chine « républicaine aurait
à son goût. Jamais je n'ai rencontré
Tin homme aussi simple au milieu de
Proportion de l'encaisse-or aux engagements à vue «.
Au 20 janvier 1933 77,98
rateurs.
M. Edouard Daladier présenta à midi 30
au président de la République ses collabo-
» Je pense que le parlement et le pays
attendent le gouvernement à ses actes. J'ai
la certitude, tout au moins que ses actes
ment, parmi le fracas des autobus, sur la
feuille à vingt sous.
Gaétan San voisin.
commis des folies, détruit, massacré en-
core davantage dans les provinces. La
seule présence de ces navires a évité
des b.$catombes. Et, sans
grandescités du Yangtzeeux,
capturées par les communistes.

dites par Nankin et dénoncées par


M. Vandervelde et consorts.

une réellement pénible pour uri Fran-


toutes les
eussent été
Tfjls sont les services rendus à la
faction .nationaliste par ces « chiens
d'impérialistes », ces « sangsues », mau-

J'en reviens à la guerre civile, à


l'anarchie. A sujet, parmi les ré-
itexions de M.ceVandervelde, il y en a
çais cVst lorsqu'il vient comparer les
ifandit^et mercenaires de la Chine « ré-
pîubliSaine' » avec nos Vendéens de la
Révolution.
Ceux-ci se battirent pour
une idée, noble entre toutes,celle, de la
liberté de conscience, de leur droit à
pratiquer leur religion,défendre l'au-
tpl elt îiôème temps que le trône. Les
LES COURS, LES :ÀMBÀSS©ES,
Dans les Ambassades
Au déjeuner offert samedi eri l'honneur
de S. A. Em. le grand-maître de l'ordre souve-
rain et militaire de Malte, prince Chigi Albani,
par S. 'Exe, le comte Vannutelli Rey, ambassa-

Mgr Aticârà, notice apostoliquele maréchal


de la Cour comte de Patoul, la comtesse John
d'Oultremont, S. A. le prince de Ligne, ambas-
sadeur de Belgique à Rome S. A. S. le prince
F. de Croy, le prince et-la princesse de Merode
Westerloo, le chapitre des chevaliers hiéroso-
lymitafns belges, la suite du grand-maître' et
le personnel de l'ambassade.
Le dîner a .été suivi d'un concert-et. d'une
'
thé à cette formation bienfaisante, utile et
importante.

de Vendée aura lieu le samedi1février, dans


les salons des Centraux, 8, rue Jean-Goujon,
et s'annonce très brillait comme, les précé-
deur d'Italie à Bruxelles, ainsi que nous l'an- denfe/'v/
noncions hier, ^assistaient S. Em. le cardinal On peut trouver
des cartes

P. Paté, 9, rue
:r*•' T-i.l
Cortambett,
Durand, 4, place de la Madeleine.
V *»':
à 20 francs par
van Roey, archevêque de Malines le ministre personne. chez Mme de, Cavailhès du Ché,
des affaires-étrangères et Mme Hymans, S. ,Exc. 23, boulevard de' La Tour-Mauboutg Mme
et à la
'<
Le troisième bal de l'Aiguille française

maison
LrF
De nombreux

Ma. Michel Goi'rand


MONDE ET LA VILLE

faire-part s'étant égarés,


et de Mlle Véra Volmar
Rusen aura lieu aujourd'hui 1er février 1933, son cabinet, représentant M. Georges Bonnet, plus d'activité
et que la bénédiction nuptiale leur sera don- ancien ministre des travaux publics le pre-
née à midi très précis, au temple luthérien mier président de la cour de cassation Les-

s suédois, 9, |uje Guyot:
présent"' avis tient lieu 'd'invitation.
rr- Nous apprenons les fiançailles de M. de
Jean de Vaissièré,r garde général des eaux

Le comité organisateur de la tombola qui Peyret.


a été tirée au restaurant Bagdad, au cours d'un
dîner de gala au profit des œuvres de
S. A; i: '-et R. la Grande-Duchesse Hélène de
Russie, Princesse vNikoi'as 'de Grèce' indique
Deuils
Hier.. jont -été célébrées, en-, l'église Saint-
de
Margerie et Charles Laurent; ambassadeurs
France

au
le baron Ernest
et forêts, attaché au service des chasses pré- titut M. Hannotin, président de l'ordre des
sidentielles à Rambouillet, avec Mlle Monique
avocats Conseil d'Etat
Seillière,
et
de
«

l'Ins-
l'asthme à épine
gine microbienne.

bles.
couvé M. Paul Matter, procureur général, et tance capitale et il
les membres de la cour de cassation
respiratoire» d'ori-
Deux points sont acquis le facteur gé-
néral qui crée la prédisposition et le fac-
teur local qui déclenche la crise.
La bactériothérapie agit par un double
Le deuil était conduit par MM. Pierre Du- mécanisme
on nous prie de rappeler que le mariage de lac et Gentil, gendres du défunt.
par chocs protéiques et par
développement des leucocytoses sanguines
Dans l'assistance M. Bargeon, attaché à dont le pouvoir phagocytaire s'exerce avec
sur les microbes responsa-
Le diagnostic différentiel a une impor<-
ne faut réserver les mé-
M. thodes bactériothérapiques qu'aux asthmes
Louis Barthou, ancien ministre MM. Pierre à épine microbienne.
Tout en reconnaissant que la bactério-
thérapie

cassation le comte Louis d'Harcourt, le comte méthode thérapeutique


J. de Nadaillac, etc.
Le cercueil a été transporté à Senlis.

les lots qui n'ont pas encore été réclamés. En Symphorien, de,, Versailles, les obsèques de la guste Faure, la mère de notre 'éminent colla- faitLe professeur
me qui
n'est pas absolue dans ses résul-
tats, M. Haibe, se basant sur l'observation
à la cour de de plus de trois mille

frappe juste
cas, conclut que cette
constitue « une ar-
et fort» quand on y
recourt à temps, quand on l'utilise à bon
Nous apprenons la mort de Mme Au- escient, quand on la manie; judicieusement.
Mouriquand, de JLyon,
intéressante communication sur
a
voici les numéros comtesse Magdèleinè dé Riancey, chanoinesse borateur M. Gabriel Faure, décédée à Valence. fe'les une
mercenaires chinois se battent, eux,
pour' dès dépouilles opimes, pour la
brillante réception à laquelle étaient conviés
le corps diplomatique, les membres du. gouver-
1
Séries A-B 21, 149, 156, 526, 645, 809,'8t0: Ide l'ordre de Thérèse de Bavière. L'inhumation a eu lieu dans l'intimité, à
A
syndromes d'inassimilation
côlé
»..
des troubles nutritifs hypotro-
nement, ainsi que de nombreux membres de la Séries C-D 93, 730, 734, 739. F. La levée du corps a été faite, et l'absoute Tournon (Ardèche). Nous adressons,à notre phiques relevant de l'insuffisance ou de la
d'omination, pour des bénéfices Ipâlpa- noblesse -belge et de l'élite de la colonie itar Séries 'E-F; 10, 11, 303, 381, 898, 992. donnée par l'abbé Boyer, curé de la paroisse. collaborateur nos bien vives condoléances.
Mes. /.Tous les moyens leur sont bons lienne de Bruxelles. Ces lots se trouvent chez Mme V: Kômsta- Le deuil était représenté par le vicomte de Lyon,
carence alimentaire, des troubles digestifs
dius, 3, rue Lyautey, et seront à là disposition Riancey, officier de la Légion d'honneur, teur Arthur
On annonce, de la mort du -doc- existent, des syndromes d'inassimilatioji
]:>jpi!r*.àj*river à leurs fins de lucre ra- Rivière, spécialiste en oto-rhino- particulièrement caractérisés chez l'enfant.
S. Exc. le ministre de Belgique à Berlin des gagnants jusqu'au 15 mars prochaine' On officier de cavalerie en retraite, frère de la
pïnesy Meurtres et viols. Telle est la et la comtesse de Kerchove de Denterghem peut venir les y chercher les lundis et vendre- défunte le commandant R. de Lavigerie, de laryngologie, décédé subitement hier dans la Il faut distinguer les syndromes d'inas-
religion? du mercenaire chinois, de cette viennent -de donner, à la légation, un dîner en dis, de trois heures et demie à cinq heures.' l'infanterie coloniale, chevalier de la Légion clinique où il opérait. similation générale semblant porter sur la
lie de la population à la solde des tyrans l'honneur du ministre des affaires étrangères Valfleury. nutrition tout entière, des syndromes
du Kouo Ming Tang telle est sa pra- et la baronne von Neurath. Le septième bal de la Médequie française, d'honneur le vicomte d'Estaintot, le baron d'inassimilation spéciale portant sur le
lieu le lundi 27 février, sous.le haut d'Estaintot, ses neveux, et le comte Henry de
tique à. l'égard de ses frères et sœurs Y assistaient S. Exe. l'ambassadeur de aura gras métabolisme d'une ou d'un petit nombre
patronage du président de là République, dans, Montherlant, son petit-neveu. PETIT CARNET de substances.
de race. Et ce joli monde évoluerait, Grande-Bretagne et lady Rumbold, S. Exc. et
les salons de l'hôtel Continental, au profit des Du côté des dames par la comtesse de Parmi les syndromes d'inassimilation
paraît-il, vers la démocratie Mme Soif, général et Mme vo'n Winterfeld,
veuves et des orphelins de médecins. Riancey, sa belle-sœur la vicomtesse de Buy- générale on retiendra chez le nourisson
M. et Mme von Radowitz, baronne von Rhein-
baben, le ministre de Roumanie et Mme Com- A vingt-deux heures quinze soirée artistique, sieulx, la> vicomtesse d'Estaintot, la baronne S Madame F. Sorbier invite aimable certains syndromes asthrepsiques ou hy-
Mais, en dehors des reîtres, que dire, son
avec le concours de Mlle. Olga Soutzo, première d'Estaintot et Mme B. de Maisonneuve, ses clientèle à lui rendre visite, à partir de ce jour, potrophiques et, chez l'enfant plus âgé, le
des légions de bandits, communistes nen, M. Kariya, ministre de Hongrie le mi- danseuse de l'Opéra Mme Dolorès de Silvéra, nièces.
Le comte de Riancey, officier de cavalerie dans ses nouveaux salons de haute mode, 5, rue syndrome
où non, qui, sous la bannière républi- nistre de Suisse et Mme Dinichert, comte de des petits hépatiques iriassimi-
Bassewitz, M. Paul Lambotte, comte et com- de l'Opéra-Comique du chansonnier Georges lateurs, précédemment différencié par
caine, profitent du chaos actuel pour tesse de La Forest-Divonne, chevalier et Mme Chepfer, de M. Moyseenko, de l'Opéra russe en retraite, chevalier de la Légion d'honneur, Tronchet (Madeleine). Elle vous présentera l'auteur.
infliger au pays les pires souffrances ? de Schoutheete de Tervarent, chevalier d'Yde- du chef Indien Oskomon, des chœurs alsaciens. frère de la défunte, et la générale d'Estre- ses dernières créations pour la nouvelle saison Parmi les syndromes d'inassimilalion
Lisek'la presse de Chine et vous verrez A minuit trente, souper par petites tables, mont, sa sqeur, étant souffrants, n'avaient pu à des prix tout à fait exceptionnels. spéciale,
walle, baron et baronne de Gruben, M. Jacques
servi par des jeunes filles du monde médical, assister à Ja cérémonie. ceux d'inassimilation calcique
que,depuis trois ans surtout, chaque de Thier. L'inhumation a eu lieu au cimetière de sont les mieux étudiés, surtout du fait de
semaine, c'est un navrant récit d'atta- sous la direction du docteur Edouard de Po-
M. Antonio Sarla, secrétaireà l'ambas- miane. Orchestre jazz Maurice Maire. Orchestre Passy, dans la sépulture de famille. S Un coin de Lyon, aux Arcades, 78, avenue leur reproduction expérimentale.
Le médecin cherchera à préciser dans
ques de petites villes, de villages qui sade du Portugal à Rio-de-Janeiro, a été nommé des quatorze virtuoses1 russes du Prado. Aux obsèques de M. Verdier, célébrées des Champs-Elysées, commencera le 1" février chaque cas, le ou les facteurs d'inassimi-
sont pillés, incendiés, et les habitants secrétaire de la légation du Portugal à Paris. Prix des cartes soirée artistique et bal avant-hier, assistait le commandant Bertrand, sa grande réclame annuelle en tissus lingerie iatiou pour leur opposer une thérapeuti-
qui résistent massacrés, surtout les Dans le Monde 60 francs bal seulement, 30 francs souper, représentant'S. A. R. le Prince Sixte de Bour- pure, soie naturelle Toile de soie spéciale, que précise alimentaire, climatique, hé-
« possédants ». Si ceux-ci cachent leur


65 francs, avec champagne. Pour tous rensei- bon-Parme»
8 fr.; Crêpe chemisier, 13 fr.; Chine lingerie, patique, uviothérapique ou autres.
argent ou refusent de se soumettre à La duchesse de Rohan vient de convier gnements et cartes, s'adresser à la Société
-Nous rappelons que les obsèques de la 80 et 100 cm., 13 fr. Satin lingerie (quantité Le professeur Félix Terrien a cité qua-
la loi communiste, ils sont torturés, F. E. M., 95, rue du Cherche-Midi, Paris.

'
quelques amis pour visiter l'exposition, faite vicomtesse de Chézelles seront célébrées de- limitée), 16 fr.; Voile triple, 17 fr.; Crêpe tre cas d'affections oculaires, qui, vraisem-
exécutés avec ce raffinement de cruauté dans ses salons de l'avenue Malakoff, des Vénerie main 2 février, à dix heures, à Lierville «Diablotin», 25 fr.; Crêpe «mousseux», 29 fr. blablement d'origine tuberculeuse, ont été
si naturel au Chinois et dont il n'est
que trop coutumier corps scié en long
oû^èii large, éviscératioiî totale, écor-
châge à yif (lin'g che), énucléatioil des
tableaux et dessins exécutés par Mlles Hen-
riette:de.Rohan-Chabot, sa fille Juliette, Hen-
riette -et .Françoise-
-Baudon- de Mony, d'Oos'
tho,ve,MalyWalhain. Mlle J-eann-e de Dampierre
– ib-4 •,nîi'
Pour la troisième fois, ces ,joucs der-
niers,, <le Rallye Montpoupon; vient de décou- arrivée
pler, en forêt de Lancosme, avec le, méms
(Oïsç^if
ou cars
Départ de Saint-Lazare à 8 h. 55,
à Chars à 9 h. 46. Voitures à la gare lettes et
Citroën, ligne de Gisors.
Le
dentelles.
i" février, distribution gratuite de voi- heureusement
rapie.
la
influencés par la chrysothé-
Se basant sur les résultats heureux dé
chrysôthé"rapie'?dans le traitement de la
exposa également tdes. reliures artistiques, le succès. Un i?èau'vdix .cars'.jeunem^ntj,aprèfl; Nous apprenons la mort dô Mme Xavier tuberculose pulmonaire par les sels d'or,
yeux par coup de pouce, etc.; massa,; prince Hubert de Broglie-Ravel do remarqua- une chasse rapide et,un joyeux, débuché dans> Coùlon, présidente Hé,' la' Ligue des femmes S J^es Gants Fauvety. mettent en vente à des le; professeur Léon Bernand a-t-cUités1
cre de toute une. famille, femme et en- bles pointes sèches, M. Christian de Dampierre les' landes ensoleillées, prit l'eau à l'étang françaises db sa région, pieusement décédée, prix très réduits des fins de séries,, gants clas- que à plusieurs reprises, M. Terrien a li'aitô'
fants, si le père a réussi à s'échapper
et -ne peut payer la rançon fixée. Donc
orgie de sang et de lucre dans le sa-
une série d'aquarelles de chasses, et Mlle
Simone Walhain des sculptures.
Toutes ces œuvres révélaient vraiment un
disme. Ces hordes ont créé une telle réel talent, et l'organisation,, jointe aux con-
d'équipage.
de Bignotoy où il fut servi par le., maître munie des sacrements de l'Eglise, le 24 jan- siques, fantaisies, dernières nuances, nouveautés par le thiosulfate d'or et de sodium 16S
Assistaient à la chasse M. Bernard de La
vier, en' sa propriété de Pahissières (Lt'.rs). de printemps. A cette occasion, exposition et quatre cas en question et a réussi à les
Elle' était la mère de M. François Coulon, vente à partir du 1" févrieret suivants.
Motte Saint-Pierre, maître d'équipage Mme la belle-mère de M. Joseph Balas, et la
améliorer.
Il semble donc qu'on soit autorisé à re-
50, faubourg Saint-Honoré. courir à ce traitement, quand les niodes
épouvante que tous les Chinois qui le seils éclairés du maître Charles Walhain, valu- Bernard de La Motte Saint-Pierre,, baron et- grand'mère de M. Maxime Balas.
rent aux jeunes artistes amateurs les plus baronne de Lestrange, vicomte et vicomtesse Le présent avis tient lieu de faire-part. de traitement habituel ne donnent pas
peuvent émigrent en masse vers les chaleureuses
colonies étrangères et en Mandchourie tance. félicitations de l'élégante assis- Alain de Quénetain, M. Olivier de Lauriston- Les obsèques de Mme Antoine Falcon S Aujourd'hui mercredi et jours suivants, d'amélioration.
Boubers, M., Mme et Mlle Jahan de Lestang,. de Longevialle, née Andrée de Biré, décédée Rapports de M. Tiffeneau
chez Biliane, 26, place Vendôme, 1" étage, i de l'apiol, et de M. Lesage surl'hygiène de
la question
ou Mongolie. Des millions de paysans Pour terminer cette brillante réception, Mme et Mlle de Vaugelas, marquis d'Haram- le 19 janvier 1933, sur
ont fui ainsi devant la mort, ces derniè- jazz Routier de l'Ile-de-France, présidé le bure, Mme J. de Chandenay, M. et Mme Hu- vrier, à dix heures précises, auront lieu le samedi 4 fé- avant présentation collection été liquidation l'enfance
en 1932.
par en l'église Notre- complète modèles hiver, demi-saison robes,
res années. M. Chandon-Moët,exécuta quelques morceaux bert Grassal, Mlle de Boulémont, Mlle Del- Dame des Cordeliers, à Laval (Mayenne), Ch. Dauzats.
Et c'est aux hordes qui battent les MM. de musique. Parmi les scouts exécutants, citons rue, M. du Manoir, colonel et Mlles Goursaud, où l'on se. réunira. Cet avis tient lieu d'in- manteaux, etc.200 et 300. Chapeaux, 50.
Alain de Rohan, Michel de Gourlet, Robert commandant et comtesse de Moussac, M. de vitation.
chemins pour l'assouvissement de leurs Honnard, Jacques Clert, Jacques Josselin, etc. Maussabré, M. Johnston, M. et Mlle Rous- A l'Académie des Inscriptions
instincts, de leur bestialité, crue M. Van- Lé comte et la comtesse Giovanni Car- seau, docteur et Mlle Latour, Mme et Mlles –ir.NoUSv apprenonsla mort de Mme Louis S L'hiver à Nice.
dervelde assimile nos Vendéens qui al- delli viennent de donner, en leur résidence de Morin, M. de Chandenay, M. Bonargent, etc. Durand, née Antoinette Fahy, décédée, mmie Descendez à l'Hôtel Riilil, et Belles-Lettres
laient au combat en chantant des can- la rue Lyautey, une élégante réception et y Cercles des sacrements de l'Eglise, le 30 janvier 1933. Promenade des Anglais.
tiques. avaient convié prince et princesse Guy de Les obsèques auront lieu à Vaulx-en-Velin Nouvelle direction. Nouveaux prix. A la demande de l'Académie des Ins-
(Rhône).. criptions et Belles-Lettres, le ministre a
Polignac, comte et comtesse François de Ganay, S. A. I. et R. le Prince Henri-Pierre Un service célébré à Paris le lundi
Il va plus loin « On sent, avec la comte et comtesse Max de Pourtalès, prince d'Orléans-Bragance ayant daigné en mani- 6 février, à dix heures, sera décidé de porter de 10 à 15 le nombre des
clarté de l'évidence, qu'il n'y a pas de et princesse Jean Poniatowski, M. et Mme fester le désir, a été reçu membre permanent Pierre du Gros-Caillou, où en l'église Saint- S Les Verreries de Venise, 4, nie Saint-Phi- académiciens libres pris en dehors de
meilleures gens au monde que le Chi- Philippe Hottinguer, M. et Mme Claude Bar- du Cercle d'escrime Las-Cases, que préside l'on se réunira. lippe-du-Roule,présentent leurs nouveaux vases Paris.
nois », nous dit-il. Il pourrait distin- relet de Ricou, M. et Mme François Vernes,
Mme Jean Dollfus, Mlle E. de Sinçay,
le comte L. de Berti,er de Sauvigny. Nous apprenons la mort de M. Yves lumineux à 350 francs. C'est la solution la plus Grâce à cette mesure, cette illustre com-
pagnie pourra appeler à elle des savants
guer',rf Souriez-lui et vous verrez », af- M. et Gérard de Pourtalès, M; Georges Vernes.
A la dernière réunion de la commission Colcombet, décédé à Paris le 29 janvier 1933. élégante de l'éclairage indirect.
dont le précieux concours aidera à pour-
flrme-t-il. Mais alors pourquoi cet hu- comte d'admission du comité France-Amérique, ont Ses obsèques ont eu lieu, dans la plus strate
été admis au titre de membres: M. Ernesto On- intimité, en l'église Saint-Philippe du Roule. suivre des recherches sans cesse plus éten-
manitaire professionnel n'a-t-il pas pé- Naissances
neiïB;î/inférieur, dans la vraie Chine,
abordé des hordes communistes, leur
prêchant avec son- sourire la fraternité1 de
à l'égard de leurs frères de 'race ?M. 22
Vaiidervelde a jugé inutile cette inter-
M. Pierre Louvard et Madame, néenLoth,
sont heureux de faire part de .la naiasatlee^
leur fils Alain. r- Vihlers

vention il est optimiste. « La Chine,- Bienfaisance


écrit-il, est simplement à l'état de
mue. » C'est tout ce qu'a pu compren-
janvier.'
-
(M-eî-L.),

••*>'•.;• >>«
stt'wa :•
C'est au profit de la Fondation' Nelly
Martyl (premier dispensaire reconnu d'utilité
r
fray, présenté par M. Manuel Amunategui et

« Mon' Club », le cercle'


par Mme Cyril Berger, 'et dont le siège est
22, avenue de l'Opéra, organise pour le mois dans
Le comte et la comtesse Clauzel, très
M. Alejandro Huneeus, et Mme Ernesto On- touchés des nombreuses

'
marques de sympa- tèle que,comme chaque année, elle prolonge
fray, présentée par 'Mme Manuel Amunategui thie qu'ils ont reçues, expriment à leurs amis son' 'Exposition de Blanc jusqu'à fin février,
et Mme Alejandro Huneeus Mme Harry- et aux personnalités qui ont' bien' voulu as- et rappelle quelques-uns des prix, les plus inté-
Wearne, présentée par la comtesse de Chilly sister au service célébré à là mémoire de
et Mme ,jîates Batcheller. M. de Vienne, leur beau-père et père, leurs
féminin- fondé remerciements' 'émus. ••'••
ressants de son Catalogue.
et
>
S La Cour Batave informe sa fidèle clien- dues et plus variées.

Chemises, de- jour dame, façon main, 17,50


19. f. en couleur, 19 f. 50 et 25 f.; Culottes
A Puget-Ville (Var) vient de mourir, mêmes prix. Mouchoirs, batiste fil, 18 f. 50
>
Les
LA BONTE EN ACTION

chomëu~
dre M. Vandervelde. Et dire que, de- de février un programme varié. Outre les Théophile sa quatre-vingt-seizième année, Mme en linon, 21 f. Bas fil, tons mode, g f. 75 soie Ils sont des centaines chaque jour an
publique en 1927) qu'aura lieuune 'série de
comtesse Martin, mère de M. Louis Martin, naturelle, 16 f.
50. Blouses Vichy, 27 f. 50. Cercle Ronsard, ces chômeurs en faux col,
main* peUt-ètre, on en fera un ministre thés organisée par la Bernard de consultations de la voyante, les cocktails et sénateur du Var.
des affaires étrangères Ganay, qui en est l'animatrice dévouée. thés-bridges, qui ont lieu chaque vendredi Bavoirs, brodés main, 6 f. 75. Chemises de jour très dignes dans leur mise sobre, artistes,
Le premier thé est fixé au mercredi 8 février. et chaque samedi, de quinze à dix-neuf On annonce la mort, à Toulon, de M. homme, fileté blanc, 16 f. 90 percale d'Alsace, intellectuels, que la crise laisse sans res-
Bref, ce qu'il faut retenir de cet Il aura lieu, ainsi que ceux qui suivront, cha- heures, un grand gala de la Crémaillère Léon Gistucci, agrégé de l'Université, ancien ig f. 75. Caleçons fileté blanc, courts, g f. 75 sources et qui cachent leur détresse. Ceux-
exposé d'une douloureuse situation qui que jour, de quatre à sept heures, 154, boule- aura lieu, à vingt et une heures, avec cau- inspecteur d'académie des Côtes-du-Nord, du longs, 12 f. 50. Draps grand lit, cretonne, là ne touchent pas d'allocations, ils sont
aurait dû émouvoir tous les humani- vard Haussmann. Il sera servi par des jeunes serie de MM. José. ;Germàin et Joë Bridge. Cher et du Var, et ancien conseiller général 36 f. 75 métis, 44 f. 50 pur fil, 62 f. jour sans travail depuis des mois etn pourtant était
taires socialistes, c'est qu'il n'y a ja- femmes et des jeunes filles de la haute société Les vendredis 10 et 17, à vingt- et une heures, du canton de Bastelica (Corse). Agé de Venise, 82 f. toile de Vimoutiers, 95 f. Cercle ils ne récriminent pas. Mais ce
parisienne. tournoi de beauté et d'élégance le samedi 18, soixante-dix ans, il était père de M. Xavier Serviettes couleur, qui les accueille, ils mourraient de
mais eu en Chine de véritable révolu- C'est la quatrième fois que ces thés ont lieu à quinze heures, grand tournoi de bridge. Gistucci, premier secrétaire de M" de Moro- 33 f. Nappes, 160 X 160, froid et de misère. Là, pour trois francs
tion sociale, de changement dans les Giafferri. i8 f. 75. Serviettes nids d'abeilles, 24 f. et 29 f.; par jour, ils peuvent vivre et venir se
âmes. Car, chez elles, nos immortels avec grand succès au profit de ce dispensaire Mariages 54 f., 72 Let 79 f, Vitrages chauffer jusqu'au soir autour d'un grand
si nécessaire dans ce quartier populeux du En l'église Saint-Augustin ont été célé- éponge, ourlets jour,
principes n'évoquent aucune réalité dix-neuvième arrondissement, où sont nom- Nous rappelons que le mariage de M. brées, hier matin, les obsèques de M. Victor tulle, 11 f.Grand 90. Couvertures laine couleur, petit poêle qui ronfle
d'un pltt viande
Le déjeuner composé
dans l'état présent de leur évolution. breuses les familles pauvres chargées d'en- Jacques Auboyer-Treuille et de Mlle Jeannine Mercier, président honoraire à la cour de cas- lit, 62 f. lit, 90 francs. de et de légumes, d'un1
Il faudrait le comprendre. Cette pré- fants. C'est donc une très bonne œuvre de Palyart sera célébré aujourd'hui mercredi, à sation, président de la société des Amis des 41 à 45, boul. de Sébastopol 15, rue Royale.
fromage et d'un dessert leur coûte deux
tendue révolution, si différente de la réserver le plus souvent possible l'heure du midi, en l'église Saint-Augustin Livres, commandeur de la Légion d'honneur. Catalogue franco sur demande. francs cinquante le goûter cinquante cen-
a
nôtre, consisté dans la saisie brutale times1 (un grand bol de chocolat ou do
café au ]ait avec du pain à discrétion).
du pouvoir par un petit clan dirigé par Cette « maison » fut installée à leur
l'étranger et qui ne se maintient que
par la force, par ses armées de reîtres. TEMPS PROBABLE LES INCIDENTS M. DE FONTENAY PRESIDE
LE DINER
LA JOURNÉE intention en plein Montmartre, sur l'ini-
tiative de Mme Roger Sciaiiin aidée de M.
Grâce à une propagande effrontée qui A L'ECOLE D'HORTICULTURE Francoschini, directeur de l'hygiène à la
fut d'ailleurs organisée par Moscou en DE VERSAILLES. DES PARISIENS DE PARIS
préfecture de la Seine. Tous les chômeurs
1924, il a réussi à duper S. D. N. et Région parisienne. Temps médiocre. A l'Arc de Triomphe, la Flamme du Sou- intellectuels qui justifient de leur profes-
gouvernants, à se couvrir d'une défro- Ciel nuageux avec éclair cie.s., se couvrant 'a. par: "Tt~-f-. :rh venir sera ranimée par la Fédération des an- sion, y sont admis sans exception. L'autre
qu"ëJdév idaniGcmte, de faux représen-
tant du peuple chinois, d'un peuple qi\i
l'exècre. Et comme les. socialisfés:dù;
'
'l'Ouest avec 'pluie l'après-midi.'Vënï Sud-Ouest

ç\ v^i*(..
mùiérê 'à~ assez jôrt Température
MwîMë't: 5
stèSX'nnairei
M.
Oisef
Bonnefoy-SIboùr, préf~f ei,ne-et-
vient de prescrire une enquêteSpau
iStJJet des incidents qui se sont produits
-·ze:Yl.'FèT'_ ·
"Xiïnïïr soir, a eu lieu le dîner des Pari- ciens de la Rhénanie et de la Ruhr.
siens de Paris, appelé encore « dîner de Au Grand Palais Salon dés Indépen-
Molière», fêté de famille qui se déroula dants. ;iLf| Salon des Arts ménagers. J
jour, M. Dalimier, ministre du Travail;
était venu, quoique n'étant pas encore chô-
meur, partager leur repas. Le Comité l'avait
invité parce que J'oeuvre traverse une pé-
à l'Ecole- nationale dMior'ficnl-
monde entier, depuisMe voyage de- Van>- France. Régions Nord-Est et Centre récemment ture de Versailles. Cinq élèves de la troi-
près des rives -de -la Seine; face au vieux
.Louvre, dans une salle gardant une déco- Au T. C. Paris Championnats de France riode tragique et que les subventions qui
dervelde, considèrent la Chine comme
une Terre promise au marxisme, on Comme dans la région parisienne. sième promotion, qui avaient sifflé le pro- ration qui, pour être archaïque, n'en est sur courts couverts. lui- permettaient de
sées. Il « tenir sont épui-
Régions Nord et Ouest Ciel se couvrant fesseur faisant un cours de pomologie, que plus charmante. Midi 30, dans les salons de l'hôtel Lutetia lie reste, plus un sou en caisse et
les voit se dresser contre quiconque Autour d'un buste de Molière décoré de (boulevard Raspail) Déjeuner de la Fédéra- ces repas qu'on sert pour deux francs cin-
veut toucher a leur idole, le Kouo Ming par l'Ouest avec pluie. Vent Sud à Sud-Ouest avaient été punis. Les autres élèves ayant
quante coûtent en réalité quatre francs.
Tang. Que leur importe le servage, les fort. Température stationnaire. demandé au directeur, M. Pinellc'de' subir plantes vertes, un orchestre endiablé re- tion républicaine de la Seine, présidée
par Comment combler le déficit ? Fatidra-t-il
souffrances des masses chinoises, leur Autres régionsCiel nuageux avec belles cipé
la même punition, le prétendant avoir parti- prit au dessert tous les airs de Paris, puis M. de Fontenay, président du Conseil municipal.
au chahut, directeur, se rapportant vint le tour des toasts. refuser à manger à tous ces pauvres gens ?
douloureux calvaire depuis vingt ans ? éclaircies. Vent variable faible. Température aux indications du, professeur, refusa. 16 h. 15, à l'Université libre de Passy Le ministre a promis puisse-t-il tenir
M. Lenoble, président des Parisiens de
C'est là le scandale du jour Sauver le en baisse. Les élèves lui envoyèrent alors un 'ulti- Paris, eut un mot pour chacun. Il salua (5, rue des Vignes) Troisième leçon du cours parole que
En
le cercle ne fermerait pas
politicien d'abord 11 est tabou On l'a Aviation. a) Région parisienne matum, le menaçant de fairecinq grève au cass la présence de M. de Fontenay, président de M. Fernand Gregh sur «Victor Hugo vu ses portes. l'écoutant, un monsieur à
où sanction infligée élèves lie cheveux blancs, très correct dans son par-
bien vu à la séance du 13 on le verra Ciel nuageux avec éclaircies par nuages moyens, la aux du Conseil municipal, en des termes choi- d'aujourd'hui ». dessus noir, pleurait silencieusement et
aussi à Genève. Il ne crie plus « Mort serait pas levée ou s'il comptait persister sis, vanta les vertus politiques d'Edmond essuyait son lorgnon entre deux applaudis-
se couvrant ensuite par nuages moyens doublés à 20 h. 15, à l'Opéra Reprise de Guercœur.
aux tyrans », le socialiste il les bé- de nuages bas pluie l'après-midi. Vent Sud- façon. ne pas vouloir les punir de la même Teulet, qui fut l'ami de François Coppée, sements. Et fous, d'un seul cœur redevenu
Puis ils. commencèrent leur et celles de Lionel Nastorg, sans oublier 20 h. 30, au Théâtre des Champs-Elysées
nit ceux de Chine tout au moins. Ouestà Sud 60 à 80 kilomètres à l'heure. Visi- vement d'indiscipline en maintenant, mou- pen- les mérites du syndic, M. Victor Bucaille, Le Roi Lear (représentation d'Ermete Zacconi, confiant, ont crié « Merci »
bilité moyenne. dant près d'une heure, à l'intérieur de et ceux du vice-président de la commission en italien).
.Non, ceux-là ne jouent pas la comédie
Dr A. Legendre.
du Vieux Paris, M. Léon Riotor. de la misère et n'exploitent pas notre pi-
b) Vers Londres, Bruxelles Comme l'école le professeur, M, Lécolier, qui put, 20 h. 30, Renaissance Française (Cercle tié. Mais en attendant que les pouvoirs
dans la région parisienne. un moment, se considérer comme prison- Entre lui et M. de Fontenay, ce fut une National, officiels, qui gaspillent tant d'argent, puis-
nier. joute d'esprit, de l'esprit le plus parisien. 2, rue Portalis) Répétition générale
INCIDENTSA LA « NOUVELLE c) Vers Cologne, Strasbourg Nuages
Le conseil de discipline Le professeur Richet, nommé il y a de Le Flibustier, L'Eté de la Saint-Martin.
sent leur en reserver un peu, il yaura sans
réunira au- doute encore de longs jours sans feu et sans
moyens se doublant progressivementpar l'Ouest jourd'hui pour statuer sur le secas des élèves
ECOLE DE LA PAIX» de nuages bas avecpluie le soir. Vent Sud- compromis.
quelques jours président de l'Académie des
sciences, et qui est eu même temps le rale de Oh
20 h. 45, Nouveautés Répétition géné-
papa pain. Pour que leur marmite continue de
Ouest à Sud 45 à 70 kilomètres à l'heure. Visi- président honoraire de l'Association, salua
les assistants bouillir au Cercle Ronsard, il suffit de la
remplir avec des bons à quatre francs, des
Hier soir, M. Chastenet, codirecteur du bilité moyenne. en latin, au nom de Molière. bons qui représenteront autant de
Temps, donnait une conférence sur« le Manche, Accalmie le matin, suivie de Présentation de Collections On regretta l'absence de Mme Dussane, ACADEMIE DE MEDECINE
mais grâce à unpeine « plus de soixante qu'il y a de convives. Et, mon Dieu, repascette
rôle de la presse dans la formation de nouvelles pluies. Veut Sud modéré à fort. marmite n'est pas si grande, que des cœurs
ans », M. Vervoort, l'aimable vice-président
»
l'opinion publique à !a « Nouvelle Ecole Méditerranée. Amélioration. Ciel de l'Association, qui mériterait,
MAGGY ROUFF, 130, aven. des Champs- entrain, de présider un groupe des par son
généreux ne puissent arriver à la rempliri
de la Paix ». M. Joseph Barthélémy, de «inoins DEUX BELLES ELECTIONS Marie-Louise Lédé.
lTnstitiYt, s présidait la réunion. Des tru- nuageux avec belles éclaircies. Elysées, le 1" février, à 9 h. 15. de trente ans », la plus parisienne gaieté Adresser dons au Cercle Ronsard, 2,
blions pacifistes se montrèrent,à cette cc- Côte d'Azur Ciel peu nuageux. ARDANSE, 37, rue de la Bienfaisance, lie cessa de régner toute la soirée, qui L'Académie de médecine a élu hier asso- rue Ronsard.les
casion.' et à leur habitude, très belliqueux. le 2 février, à 5 h. 30. se termina fort tard après un bal et le ciés étrangers, au premier tour de scrutin On demande pour un monastère une
Disséminés dans la salle, ils poussèrent Corse. Ciel peu nuageux. tirage de la tombola* unanimité, sir Charles Scott e
dès' "Cris contre« les marchands de ca- Côte- Basque Améliorations belles En i: et à la presque
dépit des vicissitudes quotidiennes Sherrington et le docteur Morquio. machine à écrire même usagée. Les dons
nons;», à l'issue de la conférence et, de éclaircies. CORRESPONDANCE et de la gravité des événements, Paris
garde le sourire. H. Sir Charles Sherrington
de' physiologie l'Université
peuvent être adressés au Frère' 'JéaHJ' ZOJ'5"
est l'éminent pro- rue Monsieur, Paris
de •* >••: (7°); •
onze heures à minuit, vociférèrent, ten- fesseur
d'Oxford.
tant d'occuper la tribune sans y parvenir.
M. Joseph Barthélémy abandonna la pré-
sidence et se retira avant la fin de la
QJ^ ET Hi-A- Nous recevons la lettre suivante de M. Charles
Lallemand, de l'Académie des sciences WAGONS-LITS Notre Académie des Sciences l'avait élu,
le 10 décembre 1923, correspondant pour
L'ELECTION MUNICIPALE
DE DIMANCHE
manifestation, qui s'acheva à minuit. Monsieur le directeur, " sa section
était depuis
de médecine et chirurgie,
correspondant
et il
J* Le Comité de la Société des Poètes Les prix des billets de chemins de fer 1925 de l'Aca-
C'est dimanche prochain, 5 février, qti'9
_li _^|k^^>_ Le Figaro du 15 décembre dernier a
Français, réuni sous la présidence de M, publié et suppléments wagons-lits, pour les rela- démie de médecine. Membre de la Royal
Légion d'honneur RenéFauchois, vient de décerner les prix
suivants
sur le nouvel accumulateur à l'io.de
(Iodac) un article visant un « Rapport démie
l'Irak, la. Perse, les Indes, la Palestine et ton,
il est associé étranger de l'Aca- lieu, dans le 2" arrondissement de Paris
tions de Londres et Paris pour la Syrie, Society,nationale
des sciences de Washing- (quartier Gaillon), une élection pour le
concluant» que j'aurais, à ce sujet, pré- l'Egypte par les grands trains internatio- et de l'Académie royale des sciences remplacement, au Conseil municipal, dq
Prix Fouraignan Mme L. Guillet et senté à l'Académie de Suède, correspondant de l'Académie des M. Louis Aucoc, décédé.
M. G. Dessoudeix Prix
des sciences le 14 mars
Paid-Labbé-Vàu- 1932. Cette prétendue référence ayant naux « Simplon Orient -Express » et Lincei, de l'Académie royale des sciences Les candidats en présence sont -assez
Ministère des travaux publics quelin M. Gaston Simon Prix Charles- donné lieu à des appréciations inexactes « Taurus-Express », sont réduits de 10 0/0 des Pays-Bas, membre honoraire de l'Aca- nombreux. On remarque notamment MM.
Pitou M. Louis Foisil Prix d'Erlanger à partir du Ie' février 1933. En outre, il Pierre Dailly, Union républicaine et so-.
Sont promus officiers· dans certains organes financiers, je tiens est créé pour ces mêmes relations des bil- démie royale de médecine de Belgique.
MM. Hélary, Georges Lévi, Pinard, Vautier.
M. Paul Galland Prix de Pimodan à préciser que mon rôle, à cet égard, s'est lets aller et retour, valables deux ans, com-
ciale B. Robaglia, ancien député et an-
Le docteur L. Morquio est titulaire de la cien conseiller
Est nommé chevalier M. Ghirlnghelli. M. Dominique Vecchini Prix de Rohan borné à signaler à mes confrères, confor- municipal, concentration
Mme Jacques Sempré. mément aux traditions et sans engager ma portant une réduction de 32,5 0/0. D'im- chaire de clinique infantile à la Faculté républicaine Mallard, radical-socialiste
Ministère de l'Intérieur portantes réductions sont consenties aux de médecine de Montevideo. Lotte, républicain d'action nouvelle Jean
Les concours pour 1933-34 sont ouverts. responsabilité ni celle de l'Académie, une groupes d'au moins huit voyageurs. Le docteur Halbe, membre de l'Académie Baptiste, républicain démocrate
l?st nommé chevatier M. Honoré Ugo, vice- Demander les conditions
à M. Albert Wil- note de très grand intérêt rédigée par l'in- Pour tous renseignements complémen- royale de Belgique et directeur de l'Institut lay, candidat de l'artisanat Deslaurens, Dcboul-
président du Conseil génc-fal des Alpes-MaH- lemet, secrétaire général, 15, rue Versi-
venteur lui-même. a
taires, s'adresser aux agences Wagons-Lits- provincial de bactériologie de Namur, t Union républicaine nationale et sociale,
times. gnyj Paris (18e). Veuillez agréer». Cook. exposé ses idées sur la pathogénie de I etc., etc. • ~-1
'
DERNIERE HEURE JONES
LE JAPON A LA S. D. N. ^OHiITIGrCTE J^LLEl^J^ISriDE
Ili.A_ LE PROBLEME DES DETTES
parfumeur
Le gouvernement de Tokio Les points de vue anglais
Le chancelier Hitler aurait l'intention de demander et
américains
39 à 49, Avenue Viclor-Hugo
va envoyer des instructions annonce

à sa délégation au Reichstag de lui accorder les pleins pouvoirs restent encore très éloignés
sa Grande Vente Spéciale
d'Eaux de Cologne Savons
pour le
Lundi 6 Février à 9 h. 15
ToKio, 31 janvier. On attache une janvier. La conversation que le Tout-Puissant donne sa bénédiction A Dusseldorf, une bagarre a eu lieu en- LONDRES, 31 janvier. En dépit du
BERLIN, 31 long entretien qu'a eu M. lioosevelt avec
grande importance, dans les milieux gé- que le chancelier Hitler a eue dans l'après- pour recréer une Allemagne basée sur tre racistes et communistes, et le journal Eaux de Cologne
néralement bien informés, au fait que le midi avec Mgr Kaas a duré plus de deux l'honneur, la liberté et la paix sociale ». communiste local Die Freiheit a été sus- sir Ronald Lindsay, les points de vue res-
comte Uchida, ministre des affaires étran- pendu pour quatre semaines. tent loin de concorder entre les Etats-
gères, s'est rendu ce matin à Okitsu, où
heures. Le chef du parti du centre se Un télégramme de Hitler A Mours, des Casques d'Acier qui Unis et l'Angleterre, sur les problèmes Pour friction
rendit, en quittant la chancellerie, au pa- il> u«
il a eu un entretien avec le prince Saionji. lais du Reichstag, où il mit la fraction au chancelier Dollfuss avaient organisé une retraite aux flam- économiques et la question des dettes.
Il est peu probable que sir Ronald Lind-
Le double litre 72 tr.
Le comte Uchida a discuté avec ce der- parlementaire catholique au courant de Le chancelier Hitler a adressé à M.1 beaux ont essuyé des coups de feu, au La bonbonne, litres
nier le texte des instructions qui seront la marche des pourparlers. Dollfuss, chancelier d'Autriche, un télé- tournant d'une rue, et quatre des leurs ont say, attendu dimanche prochain à Lon- 70
5
envoyées au représentant du Japon à Ge- Si le vote du centre devait provoquer gramme lui exprimant ses vœux de pros- été grièvement blessés. Les assaillants, qui dres, conseille à M. Macdonald de se ren- degrés
nève. Le texte du message a été soumis dre, en mars prochain, à Warm-Springs,
hier à l'empereur, après une session spé-
soit une crise ministérielle immédiate, soit périté pour « le peuple frère de l'Autri- ont pu s'enfuir à la faveur de l'obscurité,
ont tiré de 60 à 70 coups de fusil. auprès de M. Roosevelt. Le litre
27fr.
la dissolution du Parlement, il est possible che allemande ». En attendant l'exposé de son ambassa-
ciale du cabinet. que les députés catholiques préféreraient A Kœnigsberg, les tentatives de démons- Ledouble litre 52 fr.
La délégation japonaise aura qualité s'abstenir que de se rendre responsables La direction de
la Reichswehr trations ont été arrêtées sans peine et le deur à Washington, le gouvernement bri-
tannique réservera sa décision pour la litres .Itl5ir«
pour discuter avec les représentants des d'une nouvelle crise gouvernementale. Le bruit court dans les milieux politi- journal communiste L'Echo de l'Est a été
désignation définitive de ses délégués. La bonbonne, 5
diverses puissances à Genève, tant que la Il parait que Hitler demandera au Par- ques que le général von Hammerstein, com- saisi pour avoir excité le prolétariat à la Savons
situation existant en Mandchourie n'aura grève générale. Le cabinet, qui a examiné hier la ques-
lement de lui accorder les pleins pouvoirs mandant en chef la Reichswehr, aurait tion des dettes, a poursuiviaujourd'hui
pas été modifiée. Le gouvernement japo-
nais déclare se désintéresser de l'attitude
dont il a besoin, comme tous les gouver- l'intention de donner sa démission, à la A Dortmund, des communistes qui dis-
tribuaient des tracts révolutionnaires ont cet examen. On déclare sans fondement les Bath Soap, la boîte 6 pains 9 fr.
nements précédents, pour commencer et suite de la retraite du général von Schlei-
de la Société des nations en ce qui con- pour suivre une œuvre gouvernementale cher. été arrêtés, tandis que les démonstrations bruits d'un désaccord entre MM. Macdo- Pour la toilette, la b. 12 p. 12 fr.
cerne l'application du paragraphe 4 de utile. se poursuivaient sans effusion de sang.
nald, Baldwin et Neville Chamberlain sur
l'article 15 «u covenant. Il est bien possible que, par esprit de Des incidents sanglants ont eu lieu à cette question. Nos produits sont inimitables
La loi accordant ces pleins pouvoirs doit solidarité avec l'ancien ministre de la M. Roosevelt et ses conseillers redoutent et aux mêmes prix qu'ailleurs
Les délégués japonais ont reçu l'ordre être votée par une majorité des deux tiers, Reichswehr, en faveur duquel le général Breslau. Une violente collision s'est no-
d'aviser les milieux de Genève que c'est ce qui rend très difficile la réalisation tamment produite entre communistes et un front commun européen pour les ré-
la nature des recommandations qui seront de ce projet. von Hammerstein était encore intervenu policiers. Les agents ont fait usage de parations et les dettes. Mais, de toutes
éventuellement faites au Japon, en appli- d'une manière pressante auprès du prési- leurs armes à feu un manifestant a été parts, on insiste auprès du nouveau prési-
Le ministre de l'intérieur, M. Frick, a dent du Reich lors de la crise ministé- dent élu pour qu'il ne réduise pas la dette
cation de cette clause du pacte, qui dé- déclaré à la presse que si le gouvernement rielle, le commandant de l'armée tire, en tué et deux autres grièvement blessés. britannique sans contre-partie de conces-
Le cabinet Vaïda Voïvode
terminera son retrait de la Société des na- ne pouvait obtenir ce -vote, il lui faudrait A la suite de ces incidents, le préfet
tions ou, au contraire, sa décision de res- recourir à une nouvelle dissolution du ce qui le concerne, les conséquences du de police a interdit, jusqu'à nouvel ordre, sions économiques. devant le Parlement roumain
ter membre de l'organisme de Genève. changement intervenu au ministère de la Les milieux politiques anglais commen-
Reichstag. Il est évident que si le Parle- Reichswehr. au parti communiste, d'organiser des ma- cent déjà à craindre que le bref espace de
ment venait à être congédié, Adolf Hitler Toutefois, on assure dans les milieux nifestations ou cortèges en plein air à
temps compris entre mars et juin ne per-
A la Conférence du Désarmement se trouverait dans une situation très avan- autorisés qu'aucune décision n'a encore Breslau. Bucarest, 31 janvier. Le
tageuse pour affronter de nouvelles élec- été prise. Le maintien du général A Leipzig, le Journal des travailleurs mette pas d'apporter à l'ensemble de la gouverne-
question des dettes une solution défini- ment s'est présenté aujourd'hui devant le
tions législatives. Même en comptant sur Hammerstein à la tête de l'armée, ouvon sa saxons^, à Essen, l'Echo de la Rhur, tous tive. Cette impression est renforcée par le Parlement.
la tolérance bienveillante du centre catho- démission, dépendront également de la dé- deux organes du parti communiste, ont La Chambre a tenu une séance très mou-
janvier.
GENÈVE, 31 Le bureau de la lique, il est impossible que cette majorité cision du nouveau ministre de la Reichs- été saisis pour avoir publié des articles caractère très complexe des négociations
Conférence du désarmement s'est occupé, jugés subversifs et mettant en danger la auxquelles la Grande-Bretagne est dési- vementée qui a duré six heures. Les re-
des deux tiers soit atteinte, étant donné wehr, le général présentants de toutes les fractions sont in-
ce matin, du problème des immunités en l'importance numérique des partis socia- von Blomberg. sûreté de l'Etat. reuse d'intéresser plusieurs des nations re-
faveur de ceux qui dénonceraient des D'autre part, à Berlin, des cortèges com- présentées à la Conférence économique. tervenus dans le débat et ont invité le
manquements aux conventions appliquées liste et communiste. Un communiqué de l'Agence Wolff munistes' ont été très facilement disloqués Aussi l'idée d'un moratoire commence- président du Conseil à préciser la position
dans leurs pays. Le nouveau Cabinet se réunira L'Agence Wolff communique dans les faubourgs de la capitale, quelques t-elle à prendre consistance. Les informa- cigouvernement vis-à-vis de la majorité
A la suite d'une discussion confuse sur aujourd'hui rixes se sont cependant produite un tions reçues de Washington donnent à en- et demandé si le parti national-paysan peut
le problème des législations nationales et « Les milieux .autorisés déclarent qu'un membre de l'association républicaine, La tendre que l'opinion américaine ne verrait rester au pouvoir après la démission de
danger de grève générale n'existe pas.
internationales, M. Massigli a déposé un Uri communiqué annonce que Hitler Aucune de faite jus- Bannière d'Empire, attaqué par neuf na-
blesse pas une telle mesure avec défaveur, et il M.LeManiu.
projet qui, sans porter atteinte autant que présidera demain une réunion du nouveau qu'ici. tentative grève n'a été zis en uniforme, a été à la tête est possible qu'il soit donné suite à cette premier ministre, M. Vaïda Voïvode,
possible aux droits des gouvernements, Cabinet du Reich. un peu plus loin, un nazi a été blessé par suggestion. a répondu, dans un discours souvent et
permettrait de résoudre la question. Ce » Les bruits concernant l'intervention
La discussion sera consacrée à l'élabo- projetée trois communistes. longuement applaudi. JI a rappelé la soli-
projet distingue deux cas ration de la déclaration ministérielle. Le ciations de la la Reichswehr, lors des négo- L'organe national-socialiste Angriff dé- L'Italie va envoyer une délégation darité qui l'unit depuis quarante
pour formation du gouverne- ans avec
1" La divulgation nouveau chancelier compte également se ment, sont entièrement controuvés. clare qu'on peut compter que le nouveau à Washington M. Maniu, et qui reste inébranlable. Abor-
2° Les dépositions devant la commis- présenter devant le Conseil d'Empire. autorisés, réitérant cabinet allemand adoptera « certaines me- dant les objections d'ordre constitution-
sion du désarmement. » Dans les milieux Rome, 31 janvier. M. Rossa, ambassa- nel, M. Vaïda Voïvode a rappelé que le
Au sujet des divulgations par de non-
M. Frick devant le Reichsrat la déclaration faite hier à la presse étran- sures de représailles contre le parti com- deur d'Italie à Washington, vient d'annon- rci lui avait confié la dernière fois la
gère, on souligne qu'aucun membre du ca- muniste ». Ce journal parle de « rigueurs
fonctionnaires, le projet prévoit que cel- M. Frick qui, en sa qualité de ministre de sans précédent contre les fidèles de Lé- cer au département d'Etat que son gouver- mission de procéder aux élections, lui di-
les-ci ne donneront lieu à aucune pour- n'a l'intention de faire des expérien-
l'intérieur du Reich, fait également fonc- binetquelconques nement, conformément à l'invitation reçue, sant qu'il désirait des élections absolument
dans les domaines écono- nine ».
suite, à moins que la dénonciation ne soit tion de président du Conseil d'Empire mique ces
et monétaire. Le changement dans On n'envisage pas, toutefois, pour le mo- enverra une délégation à Washington pour libres.
mensongère, mais à ce moment les pour- (Reichsrat), s'est présenté aujourd'hui de- la direction de la Reichsbank, ment du moins, la suppression pure et discuter le problème des dettes. « Nous devons donc lui exprimer de la
suites devraient être jugées publiquement. auxquels gratitude au nom de la nation entière, a
vant les membres du Conseil. bruits font allusion, n'est pas en simple du parti communiste allemand.
En ce qui concerne les dépositions de- Dans le discours qu'il a prononcé à cet- certains
question.» ajouté M. Vaïda. Le roi a réclamé ce re-
vant la commission du désarmement, le te occasion, le ministre de l'intérieur a Désordres à l'Université de Berlin Le conflit colombo-péruvien tour réel au constituiionnalisme. »
projet comporte l'immunité au sujet des souligné qu'il tenait absolument à colla- L'attitude des sociaux-démocrates La Chambre, unanime et debout, a ac-
fonctionnaires. Il n'a pas paru possible de borer dans une atmosphère de confiance Le Comité central du parti social-démo- Des désordres se sont produits ce matin clamé longuement le roi.
leur reconnaître le droit de déposer, mais avecles représentants des Etats particu- crate allemand, convoque d'urgence à Ber- à l'Université de Berlin entre étudiants La médiation du Brésil M. Vaïda a conclu dans un émouvant ap-
ils seraient tenus de signaler à leurs chefs liers au Conseil d'Empire. Il a précisé, en lin, nazis et israélites, les premiers voulant pel adressé à la majorité et à tous les par-
les manquements qu'ils auraient consta- a examiné aujourd'hui la situation
particulier, qu'il comprenait fort bien que politique Rio-de-Janeiro, 31 janvier. Le gouver- tis, pour une collaboration effective.
tés. Au cas oit les gouvernements ne tien- résultant de la formation du chasser ceux-ci des bâtiments de l'Uni- nement brésilien poursuit ses demandes Ce discours a été accueilli très favora-
draient pas compte de ces indications, les toutes les affaires du pays ne pouvaient cabinet Hitler-von Papen. versité.
être centralisées à Berlin et que, tout en Dans le discours qu'il a prononcé à de conciliation auprès du gouvernement blement par la majorité.
fonctionnaires pourraient alors saisir li- tenant compte de la nécessité de raffermir, cette occasion, M. Breitscheid, L'ex-kaiser va-t-il rentrer de Lima et de Bogota au sujet de l'affaire
brement la commission du désarmement. président de Leticin.
à l'égard de l'étranger, l'unité intérieure de la fraction social-démocrate
Un comité de rédaction étudiera la pro- du Reich, le cabinet Hitler laisserait aux tag, déclaré que depuis hier laausituation
Reichs- en Allemagne ? Dès à présent la Colombie et le Pérou L'ALLEMAGNE ET LES COLONIES
position de M. Massigli. a
Etats particuliers allemands la liberté in- politique sont d'accord pour que le territoire ac-
Avant de lever la séance, le président a Allemagne était entièrement LoNDRES, 31 janvier. Un rédacteur de
dispensable, en particulier dans le domai- renversée en et que le parti social-démocrate VEveninff Standard, ayant téléphoné au- tuellement occupé par des détachements
annoncé que la commission générale com- ne culturel. péruviens soit remis à un corps d'occu- Berlin, 31 janvier. La Société colo-
mencera ses travaux jeudi après-midi, par combattrait, par tous les moyens dont il jourd'hui à Doorn pour demander s'il était pation brésilien. Mais alors que le gou-
M. von Papen a pris possession -n dispose, la politique réactionnaire du gou- vrai que l'ex-kaiser se préparait à rentrer niale allemande a adressé aujourd'hui à.
•• ^-^
l'examen du plan constructif français.

LE CONFLIT
du Commissariat d'Empire en Prusse
Le vice-chancelier du Reich, M. von Pa-
vernement actuel. en Allemagne, le majordome de Guil-
M. Breitscheid a affirmé que les socia- laume II lui a répondu
listes ne se laisseraient pas imposer par « Sa Majesté Impériale n'a aucune opi-
vernement de Rio-de-Janeiro avait fait
part' dé cette suggestion, avec pour but
final la rétrocession à la Colombie de ]a
région contestée, le gouvernement de
Hitler un télégramme dans lequel elle ex-
prime l'espoir que le nouveau gouverne-
ment prendra les dispositions nécessaires
pen, a pris officiellement possession au- leurs adversaires la tactique qu'ils- doi- nion à exprimer au sujet du nouveau gou- « pour que le Reich recouvre les colonies
? BOLIVO-PARAGUAYEN jourd'hui du commissariat d'Empire en vent suivre, mais qu'ils décideraient eux- vernement allemand. Elle m'autorise à dé-
Lima voudrait que les habitants de Leti- qui lui ont été volées ».
Prusse. M. von Papen a prononcé, à cette cia puissent être consultés au moyen d'un
mêmes du moment où il conviendra d'em- mentir les informations d'après lesquelles plébiscite.
Selon une dépêche de La Paz, l'état-ma- occasion,
hauts
une courte allocution devant"losf
fonctionnaires des divers ministères
ployer toutes fleurs forces. elle aurait, pour le moment, l'intention de
quitter Doorn, et me charge de déclarer L'AFFAIRE V
jor annonce que, dans le secteur de Nana- prussiens. « Nous avons tous l'espoir, a dit le lea- La réponse du Pérou à Genève
wa, les Boliviens ont avancé de plusieurs der social-démocrate, que dans' cette lutte que l'histoire des automobiles qui seraient DES ARMES D'HIRTENBERG
kilomètres et se sont emparés d'impor- d'hui Le cabinet d'Empire a décidé aujour- contre la réaction, nous aurons de bon- prêtes à la transporter, avec sa suite, en GENÈVE 31 janvier. Le gouvernement
tantes positions. de soumettre à la signature du pré- nes relations avec les travailleurs commu- Allemagne, est une pure invention. » du Pérou a répondu officiellement à la
D'autre part, un communiqué du minis- sident d'Empire le décret aux termes du- nistes. La lutte du prolétariat contre le démarche de la Société des Nations qui Rome, 31 janvier. Au sujet du trafic
tère de la guerre annonce que les troupes ,d'Empire attributions
quel les du commissaire fascisme est entrée dans une phase nou- lui recommandait, ainsi qu'à la Colombie, d'armes d'Italie en Hongrie, par l'inter-
Prusse, qui avaient été dé- velle, et nous voudrions tous pouvoir es- GREVE DE CHEMINOTS l'acceptation de la procédure de médation médiaire de la manufacture autrichienne
paraguayennes ont repoussé les attaques léguées le en20 juillet dernier au chancelier d'Hirtenberg, on déclare, dans les milieux
boliviennes dans le secteur d'Ayala. Les d'Empire, pérer qu'à cette occasion nos rapports DANS L'IRLANDE DU NORD offerte par le Brésil. La communication
officiels italiens, qu'il ne s'agit que de
seront déléguées maintenant au
assaillants ont dû battre en retraite en vice-chancelier avec le parti communiste entrent éga- du gouvernement de Lima serait conçue
matériel de guerre autrichien abandonné

^-
laissant .plus de trois cents morts sur le et commissaire d'Empire lement dans une voie nouvelle. Tout dé- en termes extrêmement amicaux à l'égard
terrain. Prusse, M. Papen.en von pend maintenant de l'attitude des commu- de la Société des Nations et du Brésil. en Italie au moment de l'armistice et
Un manifeste de Hitler nistes à notre égard ». BELFAST, 31 janvier. Six mille che- qu'un négociant italien, agissant pour son
– ^«. M M B–K g"» m – K aux nationaux-socialistes Les représentants des syndicats et des
diverses organisations socialistes ont dé-
Le chancelier Hitler a adressé au parti claré, après M. Breitscheid, qu'il approu-
minots des chemins de fer de l'Irlande du
Nord se sont mis en grève à minuit.
La ville de Belfast est ravitaillée par des
InfoirmaLtiom©
compte personnel, avait expédié en Au-
triche, pour être réparé.
CHEMISIER national-socialiste un manifeste où, après vaient par avance toutes les mesures que camions, bien que la compagnie ait tenté
*++-+–
Le ministre de la justice japonais
12. rue Boissy-d'AnglasPARIS avoir déclaré « que les partis et les grou- déciderait le Comité du parti social-démo- de faire marcher quelques trains en ayant Rabais échappe à un attentat
SOLDE ACTUELLEMENT commune pes nationaux se sont unis en une lutte crate.
pour le relèvement de l'Allema-
recours au service des volontaires, mais
ses efforts ont été rendus à peu près vains
Pour renouvellement de stock après in-
janvier.
SES FINS DE COUPE Manifestations communistes ventaire, rabais de 5 à 25 p. 100 jusqu'au
depuis VU en te» tes gne », il affirme que les racistes mène- par les grévistes, qui, pour assurer le suc- 11 février sur nombreux menbles. Miroirs- Tokio, 31 M. Koyama, mi-
ront à bien « la tache colossale qui leur Un certain nombre de démonstrations cès de leur mouvement, ont coupé les com- nistre de
en chemises sur mesures Brot, Mirophars, etc. Chez BROT, S, rue attentat. ]a justice, vient d'échapper à un

EJDD E T
en popeline
depuis 'w
"TK *"cs pur fil QA9V ^cs est impartie ». communistes se sont produites dans de munications télégraphiques et empêché le Boissy-d'Anglas. Un réactionnaire avait lancé
bouteille pleine d'acide sulfurique dansune

REVUE
TQ E A
depuis l'occa- fonctionnement des signaux sur la ligne

SSE
Il conclut « en demandant à ses parti- nombreuses villes d'Allemagne,
pouvoir de
à la
Hitler. Dublin-Belfast.

L .A.
sans de lui accorder leur confiance, afin sion de l'arrivée

R,
ainsi qu'un lot peu important de pyjamas, chaussettes, navales, etc. au Jean de Paris demeure du ministre.

7* TT TT 'i, TQ E
DP TC9 'TEST' Tir' CS CS

L'aventure de M. Daladier I rences de vieux neuf que certains lui repro- tinuent, par une sorte d'habitude dévergondée, Verra-t-on, avec Hugenberg,l'étouffement des d'Acier et membre du cabinet Hitler, pro-
cheront sans doute, n'est point du tout, pour à jouer avec des cartes graisseuses sur le; tapis
troué d'un parlementarisme détourné de sa
l'
scandales de « Osthilfe » (œuvre de secours nonçait, voici quelques jours,
aux provinces de l'Est) ? La prime à l'expor- à Francfort. Nous un discours
tale qu'il faudra résoudre. Ou se soumettre ù
des réalités contre lesquelles on s'épuiserait
Une phrase de l'article de M. Blum, au l'accomplissement de l'œuvre nécessaire, un en vain, ou défaire l'ordre social à travers
gouvernement neutre. Que son chef demeure fonction. tation industrielle par la compression brutale en lisons le texte dans Dieu sait quelles aventures Mais une chose
POPULAIRE, consacré au commentaire au ministère de la guerre, cela justifie par-
se de Le contraste est saisissant. des salaires ? la KREUZ ZEITUNG et c'est un appel vi- est évidente si l'équilibre de la société était
des démarches de M. Daladier, éclaire faitement. La politique militaire la France Qui sera trompé dans le pays ? Qui sera goureux au militarisme détruit par un coup de force révolutionnaire,
pièce essentielle de sa
On n'en éprouve pas précisément un étranglé dans le ministère ? Le plus faible,
est pour longtemps une il n'en faudrait pas moins revenir sur ce que
avec rudesse les dispositions du parti so- polique tout court. Elle est liée aux plaisir esthétique l'Allemagne d'août 1914
néces- certes Mais qui sera le plus faible? Nous remercions le chancelier von Schlei- l'on a fait, abattre les nouveaux privilèges et
cialiste sités d'économiser qui s'imposent. Elle est liée était ressuscitée avant-hier dans les accla- Du côté nazi, Hitler est soutenu par l'as cher d'avoir proclamé que lc service militaire cesser de faire peser l'impôt sur une classe,
Le groupe parlementaire, dans sa grande à la conférence du désarmement qui poursuit mations de la foule et le délire général. aviateur de guerre, déjà président du Reichs- obligatoire est la meilleure école du peuple parce que, quand il n'y a plus de classe il
majorité, était favorable à la participation. laborieux elle est liée aux négo- tag, le volontaire capitaine Gœring. Celui-ci allemand. Nulle part on n'a mieux compris
son cours
Le destin d'Hitler pressurer, on est conduit à tout le
Daladier, qui sentait la nécessité d'en finir ciations indispensables elle est à la base se voit confier un ministère nouveau, consti- ces déclarations que dans les rangs
tué pour lui. Il devient ministre d'un départe- ciens soldats du front. 0
des an- monde et, malheureusement, pressurer
au milieu de la
vite, ayant réclamé une réponse dans la jour- d'un hypothétique rapprochement franco-alle- misère générale.
née même, le groupe, en majorité, acceptait mand. Dans tous les cas elle ne peut se con- Le chef national-socialiste arrive au ment où il compte une énorme majorité de C'est à eux, c'est aux militaires allemands
de donner lui-même la réponse demandée en cevoir que dans une réforme de la loi de 1875, pouvoir après une folle agitation démago- partisans, et qui prendrait une importance qui ont été au front qu'appartient l'avenir de La vérité. Mais elle n'est pas convain-
prenant devant le parti toute la responsabi- entièrement inadéquate aux besoins actuels. gique. Que fera-t-il ? Question posée avec capitale en cas de guerre civile ou autre ce- l'Allemagne Quiconque veut anéantir l'aye- cante pour tous.
lité de son acte. En effet, ou il faut revenir au service de sang-froid Jui de l'aviation dite commerciale. nir allemand devra commencer par anéantir
En revanche, le groupe n'entendait pas rom- deux ans, et c'est dans l'ordre financier et par la plupart des journaux. Le capitaine Gœring devient, en outre, pra- l'élément militaire allemand. Mais cet élé- Travaillons Pour qui ?
na- parlementaire une solution impossible ou De Saint-Brice, dans le JOURNAL tiquement, ministre de l'intérieur prussien. ment-là est immortel, indestructible, c'est le
pre avec la décision du dernierà congrès bien il faut réadapter à sa mission l'armée Le docteur Frick, président de la fraction meilleur et le plus noble bien allemand. Ja- Dans le COURRIER DE PHILIPPEVILLE,
tional. Il voulait que l'entente conclure se française d'après plan pratique. Cette ré- Hitler pourrait bien découvrir, après tant nazi au Reichstag est, lui, ministre de l'inté- mais, jamais, absolument jamais, on ne M. Hubert Forestier désigne les vrais res-
plaçât sur le plan et dans le cadre de la un
mo-
forme capitale, M. Edouard Daladier veut d'autres,
tion Huyghens. Non pas que sa majorité exi- l'accomplir. que la Roche tarpéienne n'est pas loin rieur du Reich. C'est dire qu'eu somme les pourra le tuer. Toujours, il surgit de nouveau, ponsables du mal, ceux mêmes qui se pré-
geât un engagement sur le contenu littéral Il
a fait déjà pour l'entreprendre du
effort auquel tous ceux qui le connaissent la
Capitole. N'est-ce pas ce calcul qui a dominé
répugnancedu vieil Hindenburg ? Sans doute,
hitlériens joignent à leurs propres forces comme le phénix de sa cendre. Il continue à
celles de la schupo prussienne. vivre, cet esprit qui a hérité de Bismarck et sentent aujourd'hui en guérisseurs
et total du cahier Huyghens. Mais il voulait un rendent justice. le maréchal-président, ou plutôt le clan qui Du côté nationaliste, M. von Papen, qui est de nos pères, et qui continuera à veiller fidè-
que le nouveau gouvernement, par ses paroles derrière lui, a-t-il pensé que l'évolution Le monde est malade. c'est incontestable.
et ses actes, se rattachât du moins à son es- On a imprimé, ici et là, que les chefs s'abrite peut se faire que dans deux sens ou bien
le vice-chancelier, se voit soutenu paf les titu- lement sur le Reich, à inspirer sa tâche, et Nous sommes tous mécontents. vous, moi,
prit, à son inspiration, à sa « direction gé- militaires responsables n'étaient pas hos- ne laires de tous les ministères économiques et qui n'aura de cesse jusqu'à ce que, au sein du tous les autres. La noie à payer nous paraît
les nazis se disciplineront au pouvoir, ou bien même financiers, car M. von Krosigk peut être Hcich allemand vive une natton allemande excessive. Sur le tas de milliards de nos im-
nérale ». tiles aux idées de M. Daladier. L'essentiel ils s'y discréditeront, laissant le champ libre à considéré comme lui étant acquis. unie, libre et heureuse.
D'autre part et ce point est capital la dictature. Le dilemme paraît d'autant pôts, nous sommes prêts à dresser une harri-
c'est une ardeur de bataille qui entraînait la en ce domaine où le débat ne peut être pluspure saisissant que la position du nouveau gou- M. Philippe Barrès ajoute que « toutes Des phrases ? Les troupes d'assaut d'Hit- cade et à brandir une hache pour couper la
majorité du groupe. C'est ù une bataille poli- politique est que la réorganisation soit vernement est plus bizarre c'est déjà tête
ler vont être incorporées aux forces mi- a de aux budgétivores. Vous avouerez qu'il v
tique et sociale qu'il voulait participer, bien établie en accord avec les organismes vernement de dictature puisqu'on n'a pasunencore gou- les nouvelles de détail s'effacent devant quoi
plutôt qu'à un gouvernement. la tempête d'émotion presque religieuse litaires régulières. Comme tout honnête homme qui paie, nous;
compétents et surtout éloignée de toute rallié le majorité centre catholique, sans lequel il n'y a nous sentons des démangeaisons de révolte.
« Une bataille politique et sociale »
inspiration antimilitariste. pas de parlementaire, mais c'est un qui soulève le peuple de Berlin ». Allons La révolte contre le fisc lin déposant chez le percepteur le lourd far-
avec les vacances de la légalité. Les radi- gouvernement de dictature qui escompte la tolé- Hitler expliquera les défaillances de son
caux devraient se rendre compte du dan-
Hitler arrive. rance du Reichstag. Les inventeurs de la combi-
naison se sont dit sans doute que l'opposition programme par quelque mythe comme Le plus important problème de l'heure C'est
deau de nos contributions nous avons l'im-
pression d'être voies comme en plein bois.
« l'encerclement » de 1914. Un peuple
le que choisit notre détrousseur
ger de certaines liaisons.
La plus vive impression qu'un Français parlementaire préférera laisser le nouveau cabi-
net faire ses preuves que de risquer de nou- n'est pas bouleversé vainement. présente est excellemment posé par M. narquoismoment pour nous glisser sous le nez en
Jugement puisse ressentir aujourd'hui est dans le velles élections dont les nazis triomphants tien- Edouard Julia dans le TEMPS criant au voleur. Il emporte nos économies
dans son sac de tire-laine.
.de M. Eugène Lautier (HOMME LI- contraste entre les événements de Berlin et draient les urnes.
Nous avons donc en perspective la prolonga-
Et les communistes ? Que ce soit à tort ou à raison, le fait est Mais ce détrousseur l'avez-vous reconnu1?.
BRE) ceux de Paris. tion d'une équivoque intérieure qui ne peut se que la fiscalité démocratique se heurte aux Regardez-le bien en face. C'est le socialiste-
mêmes obstacles que connut la fiscalité de collectiviste.
L'heure est grave. Jusqu'à présent,dignes
dans les Ce tableau de M. Martin-Mamy (AMI racheter qu'en ralliant les Allemands sur le Les «pensées » de l'HUMANITE vont l'ancien régime, avec cette différence qu'ayant Sous sa pression et sous ses menaces, les
moments décisifs, les républicains de DU PEUPLE du soir) terrain international. Comme ses prédécesseurs, vers les « camarades d'Allemagne, en ces retourné la question, elle croit pouvoir venir gouvernements, qui ont eu à subir ses exi-
ce nom ont su prendre les résolutions néces- Hitler ne peut recueillir de lauriers que sur le heures tragiques de l'histoire ouvrière in-
saires pour que ne se vérifiât point la sinistre Berlin acclame Hitler chancelier. terrain des revisions. Il en est, d'ailleurs, le à bout d'une minorité, qrâce à l'appui de la gences. se sont laissés peu à peu glisser sur
prophétie annonçant que la République fini- Le peuple allemand délire de joie. ternationale ». majorité. Toute la question est de savoir si la pente savonnée d'une descente qui conduit
partisan le plus acharné. Si son entrée en scène cette entreprise peut être pratiquement menée ù l'Etatisnic, au bout de laquelle c'est la cul-
rait dans l'imbécillité et le sang. plus tous Nous n'en dirons pas autant du peuple fran- ne suffit pas à galvaniser les résistances, on se Le nouveau chancelier est celui qui disait, à bien.
Pour l'imbécillité, nous n'avons çais, lequel doit se contenter de motifs de gaieté demande ce qu'il faudrait. il y a quelques mois
bute, le bas de laine vide de son contenu, la
infiniment plus humbles.
les jours le droit de faire les difficiles. Mais « Des têtes tombe- Une minorité payante. Lorsque les clas- ruine générale qui aboutit à la misère de l'ou-
tenons-nous-en là Chez nos voisins de l'Est, c'est la volonté Jusqu'ici, la politique parlementaire a ront » L'article premier de son programme, vrier, après l'avoir acculé au chômage forcé.
puissance qu'on fête. masqué, dans le public français, l'impor- c'est la mise hors la loi du parti communiste, ses moyennes seront définitivement abat- Voilà le résultat des menées socialistes pré-
Entre l'imbécillité et le sang, le chemin de Chez vainqueurs la dissolution des organisations ouvrières. tues, le barrage sera fragile contre les sentées sous le manteau de réformes démocra-
pente. nous, ce sont nos fautes de tance de l'événement.
est en pente. Et nous nous sentons sur vaincus que nous payons. M. Philippe Barrès, de Berlin, souligne
Et l'organe moscoutaire s'en prend aux expériences révolutionnaires. tiques.
la En Allemagne, une nation qui, depuis 1918, socialistes la socialdémocratie a permis Et maintenant qu'il a réussi son mauvais
La Défense nationale s'applique, d'instinct, à reconstituer l'autorité pour le MATIN l'incertitude de la poli- Ii apparaît de mieux en mieux que les espé- leur
coup, voilà le socialisme qui crie « Au vo-
M. Fernand de Brinon (INFORMA-
de l'Etat.
En France, une nation dissociée par de mau-
tique économique et intérieure militariste.
le retour de l'Allemagne réactionnaire et rances que l'on formait sur son rendement
sont de plus en plus erronées. En face de geois de tous les
et
qui accuse les gouvernements bour-
péchés d'Israël. C'est un peu
politiques qui semble Quelle sera donc la politique économique et Pour l'armée cette déception, cherchera-t-on à surmonter les trop commode.
TION) s'arrête aux desseins de réorgani- vaises mœurs
détachée de
et comme
sort, cependant que les sociale de ce gouvernement ? événements, à contraindre les choses, à bous-
sation militaire de M. Daladier son propre
Verra-t-on, avec Hitler, le partage des terres culer le pot de fleurs, comme on dit sous les L'électoralisme fait tout passer.
amuseurs qu'elle se donne lors des consultations hypothéquées, le maintien des hauts salaires ? Le ministre Seldte, chef du Casque toits de Paris ? Voilà l'énigme gouvernemen-
Le ministère Daladier, dépit des
en électorales et qui ne l'amusent même plus con-
appa- .Maurice Noël.
GAZETTE DES TRIBUNAUX LA DEFENSE DE L'ESPRIT L-A- JOTTZR^ÉIE POUTIQUE D'HIVER
SPORTS LIBRAIRIE
Le vieil Othello A l'Académie d'Education Le douzième de février Les Jeux Universitaires
de Bardonnèche PAUL BOURGET
et d'Entr'Aide sociale DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE
Quel âge a-t-il, Othello ? Certes il est
plus âgé que la frêle Desdémone, mais il
n'est cependant pas très vieux. Peu impor-
te, on est amoureux et jaloux à tout âge
-Z~ Institution
;'"d'un concours international AU SENAT A LA CHAMBRE
La victoire des skieurs français sur
skieurs suisses. les
Double vic-
AU
toire italienne. Mlle Marguette SERVICE
*•
Le temps d'aimer Jamais ne passé,'>• de romans contre le bolchevisme Bouvier, seconde dans le concours
Le Sénat a voté hier le douzième pro-
Non jamais le cosur n'est fermé,
L'Académie d'éducation et d'entr'aide visoire
X<€ projet de douzième provisoire pour
que le ministère défunt lui deman- février a été déposé hier matin à la Cham- de descente à skis, dames.
Hélas, vieux Jean, ce qui s'efface,
Ce qui s'en va, mon doux Horace;
dait. Il a voté parce
sociale que préside avec tant d'autorité autrement.
qu'il ne pouvait faire bre. Le trouvant sans doute trop nu, la Bardonnèche, 31 janvier. (De notre DE L'ORDRE
C'est le temps où l'on est aimé Mgr Baudrillart a tenu hier sa séance pu- Au commission des finances avait introduit y envoyé spécial). La bonne marche
blique annuelle. cours de la réunion de la commis- une disposition spéciale concernant le ba- des épreuves de la première journée des
.disait Victor Hugo vieilli. Le R. P. Yves de la Brière lut un rapport sion des finances qui avait précédé la rème de l'impôt sur le revenu. Mais le Jeux Olympiques universitaires a été con-
À soixante-dix ans, Antoine Denibaud,
concierge rue Ampère, aimait toujours.
sur les travaux et concours de l'Académie
durant l'année 1932.
séance, M. Milan avait renoncé à sa pro-
position de n'accorder qu'un demi-dou-
rapporteur général, M. Lamoureux, ajouta trecarrée par la température trop clémen-
qu'elle n'y tenait pas autrement et qu'elle te qui, en occasionnant un sérieux dégel In-16
Pli ON l»fr.
Mais il était aussi jaloux que le More de Les deux récompenses les plus impor- zième un vingt-quatrième provisoire. accepterait volontiers la disjonction. Celle- sur la patinoire, a empêché les épreuves
Venise. Il était marié et avait en outre une tantes accordées par l'Académie furent un Dans ces conditions, il ne pouvait y avoir ci fut demandée par M. de Lasteyrie, ap- prévues pour l'après-midi.
Fournier,
prix de 4.000 francs à Mlle Madeleine de discussion. Dès que M. Chéron, qui, à puyé par M. Cheron, et prononcée. Sur Le concours de descente en ski, dis-
> petite amie ». lui seul, représentait tout le gouverne-
Ellen'était pas très jeune non plus, la de Poitiers, pour 'un mémoire quoi, l'ensemble du projet fut adopté par putésur les pentes de Clavières, ne fut pas
440 voix contre 153. A l'Association des secrétaires
petite amie, Mme Angèle Arondel, puis- sur lit Préservation de la Tuberculose et
la Vie familiale, et un autre prix de 4:000 donna lecture de son rapport.
ment, eut déposé le projet, M. Henri Roy
,- A.
non plus favorisé par l'abondante chute
18 h. 30, la Chambre se réunit une deneige dela veille. Il donna pourtant de la conférence des avocats

ans.
qu'elle avait fait la connaissance du con- deuxième fois, pendant quelques minutes, lieu à remarquables performances puis-
cierge il y a quelque vingt-cinq ans, et francs à Mme Eve Baudouin, pour un mé- Après une brève analyse du texte que
pour entendre son président l'informer que
de
qu'elleen avait un grand fils de quatorze moire sur le Retôur de la mère au foyer. le Sénat est invité à ratifier, le rapporteur le
deux premier réussit à dévaler plus de L'Association des secrétaires et anciens
Ja'oiïx. Les concours de 1933 auront pour objet général, vivement applaudi par toute l'as- que le Sénat avait adopté le douzième. kilomètres en deux minutes quatre secrétaires de la conférence des avocats,
et irascible, ce concierge. l'Enfance, le Chômage semblée, invita le gouvernement à apporr
la Préservation de l'Utilisation Séance vendredi prochain, à 15 heures, secondes. présidée par M. le bâtonnier Henri-Robert,
Le 30 octobre, il arriva chez Mme Aron- dans la Jeunesse et des loisirs ter, sans plus tarder, une solution aux pour la lecture de la déclaration ministé-
rielle.
La dénivellation entre le départ et l'ar- membre de l'Académie française, a tenu,
del dans un état de colère indescriptible. des travailleurs. graves problèmes actuellement en sus- rivée se montait à quelque six cent cin- au Palais de Justice, sa réunion annuelle.
Peut-être avait-il lu Shakespeare dans sa Le P. de La Brière annonça enfin que pens. •' quante mètres.
loge, en tout cas, comme Othello il saisit l'Académie d'éducation et d'entr'aide so- Nous insistons avec fermeté auprès du nou- Dans les groupes du Centre Cette épreuve, la première des jeux, vit
Le comité a été renouvelé pour partie.
Ont été nommésvice-présidents, M. le bâ-
un oreiller, chercha à étouffer Arondel- ciale instituait en 1933 un concours inter- veau gouvernement pour expédients,
que, par les moyens La gauche radicale de la Chambre a com- la victoire de l'Italie, tant au classement tonnier de Saint-Auban et M" Adolphe La-
Desdemone étendue sur son lit, et n'y par- national de romans sur le bolchevisme des- qu'il estimera Jes plus il mette individuel qu'au classement par équipe.
venant pas il tira sur elle deux coups de tinés à mettre en relief les ravages que la lo Parlement en mesure de résoudre au plus
muniqué une note dans laquelle « après avoir L'étudiant milanais Romualdo Borletti can, ancien membre du conseil de l'ordre,
tôt et dans des conditions normales les ques- constaté les relations cordiales qui se sont premier en deux minutes 4 se- en remplacement de M. le bâtonnier
revolver. Il la blessa, et la malheureuse diffusion des idées bolchevistes fait su- tions auxquelles les événements n'ont pas établies entre les délégations des trois se classa1/5 Léouzon le Duc, et le président Millerand.
passa six semaines à l'hôpital. bir à la àfamille, à la cité, à la société en- permis de fournir jusqu'à jour les solutions groupes de la gauche radicale, des indé- condes devant l'Anglais Mackintosh Le soir, un diner réunissait les notabili-
On aurait pu envoyer Denibaud en cour tière et chacune des valeurs spirituelles utiles.
ce
pendants de gauche et de la gauche indé- et devant son compatriote Guarneri. Nos tés du monde judiciaire et politique, au
d'assises. Mais il était vieux peut-être de l'idéal chrétien. compatriotes, Maurice et René Lafforgue,
aussi le jury l'eût-il acquitté, alors on l'en- Nous reviendrons demain sur cet impor- Le temps qui passe n'aggrave pas seulement pendante, a donné mission à ses délégués
de et René Jamet, tous du « Grenoble univer- cours duquel M" Henri-Robert a pris la

LA SAISON
les difficultés financières. Espérons dans le continuer cette collaboration et de parole.
voya pour coups et blessures devant la tant concours dont le premier prix sera plus proche avenir une action énergique et maintenir entre les trois délégations au sité Club », se classèrent en fort bon rang
seizième chambre correctionnelle. Après de 50.000 francs. décisive des pouvoirs publics. cours des événements actuels un contact et, par une coïncidence vraiment extraor-
plaidoirie de MI J. Ch. Legrand il fut La séance se termine par la lecture Puissent-ils, pleinement conscients des exi- étroit ». dinaire effectuèrent tous la descente dans
condamné à deux ans.de prison avec sur-
sis. Mme Arondel obtint 4.000 francs de
d'une importante et intéressante commu-
nication deM. de Lanzac de Laborie sur
l'Action sociale de la Société de Saint-
gences impérieuses de l'heure, maintenir dans
le pays, sur le plan matériel comme sur le r* r * le même temps de 3 minutes 18 secondes
4/5. Ceci bien que les départs eussent lieu,
A travers quelques stations suisses
provision. plan moral, la salutaire notion de l'ordre et La délégation commune de la gauche in- comme d'usage, séparés. On ne pourra pas
Georges Claretie. Vincent de Paul, qui joindra il y a cent de la discipline. dépendante, de la gauche radicale et des dire que l'équipe française n'est pas homo-
ans à aujourd'hui à travers le monde gène. Son classement d'ensemble est d'ail- ZERMATT
Par 243 voix contre 23 sur 271 votants, indépendants de gauche s'est à nouveau leurs
Nouvelles diverses 13.600 centres et 185.000 membres accom-
plissant un bien immense dans tous les le douzième fut voté.
Le Sénat s'ajourna ensuite sine die en
réunie à 18 heures. fort bon puisque la France prend
Elle a décidé « de conserver dans l'ave- la troisième place derrière l'Italie et l'An- Le Cervin. Nom prestigieux tout autant
domaines auprès des pauvres. laissant à son président le soin de le con- nir le contact cordial qui s'est établi en- gleterre, et devant la Suisse dont les peut-être que celui de mont Blanc. Evocateur
Paul Lesourd. tre les trois groupes qu'elle représente en skieurs sont cependant très réputés. d'épopée tragique il exerce un irrésistible at-
voquer. d'une action commune. Tandis que se disputaient les courses trait sur tous les amis de la montagne, sur les
La cathédrale d'Aix-en-Provence –4*s**> Au début de la séance, le comte de Blois vue» :Les délégués, conformément ski, la patinoire était le théâtre du
cambriolée LES INCIDENTS fut élu membre de la commission des bérations de leurs groupes respectifs, aux déli- de
premier match de hockey sur glace. Le touristes qui préfèrent à la sérénité des paysa-
finances, en remplacement de M.' Henry estimé qu'il convenait de rester dans l'ex- ont ges de plaine l'émouvante grandeur de l'Alpe.
Aix-en-Provence, 31 janvier. De^lii-
m WEC-SUR^ELOfT tournoi, qui réunit six équipes se dispute
Chéron, démissionnaire parce que minis- pectative jusqu'à que la déclaration mi- en deux poules de trois. D'une part, Depuis longtemps nous désirions contempler
'0 ,'é
ce Italie,
connus se sont introduits la nuit dernière, L'enquête confirme la violence tre; • M. Henry 1 Chef on, en entendant pro-j
nistérielle ait défini le -programme du gou- Hongrie et Tchéco-Slovaquie. D'autre part la légendaire pyramide rocheuse. Un voyage
par effraction, dans la cathédrale Saint- clamer çfi scrutin, pensa que si on ayait vernement. France 'Lettonie Suisse. La' première à Zermatt en période de sports d'hiver' allait
Sauveur, qui renferme des œuvres d'art de la démonstration eu un peu de patience, il eût volontiers M. Herriot» élu président du rencontre mettantetaux prises Italiens et l'occasion. •
de grande valeur. Les malfaiteurs ont frac- pu se succéder à lui-même. nous en fournir
groupe Hongrois fut âprement disputée. Elle vit Tout le long de la vallée du Viège, pendant
tnré le tabernacle et se sont emparés du
ciboire. QUIMPER, 30 janvier. L'enquête ou- Lé 'groupe radical s'est réuni de nouveau sombrer les espoirs italiens, car les chan- le pittoresque trajet de Brigue à Zermatt, dans
Le parquet verte par la gendarmerie de Pont-Aven, à 18 hi 45. Sur la proposition de M. Gri- ces de l'équipe des universitaires mila- le train électrique de la compagnie du Viège-
les
tin sur
d'Aix s'est transporté ce ma-
lieux. La police mobile a ou- sur
les incidents qui se sont déroulés hier L'attitude des collectivités soni»< le groupe a élu par acclamation à nais mises.
sont maintenant fortement compro-
La « squadra» milanaise se fit en Zermatt qui glissait comme un traineau sur la
soir, au domicile de M. Cadoret, député- l'unanimité M. Edouard Herriot comme
vert une enquête. maire, a révélé que c'est après avoir été nouveau président, ayant perdu M. Fran- effet battre in extremis par la solide équi- pente montante bordée de cascades figées dans
Les scandales de l'aviation grossièrement injuriée par les individus çois-Albert, devenu ministre du Travail. pe hongroise qui marqua un but deux mi- le granit, de bois de sapins poudrés, et de vil-
qui avaient envahi son domicile que Mme Une lettre de M. Edmond Philippar Un certain nombre de « Jeunes Turcs» nutes environ avant le coup de sifflet fi- lages rustiques, nous nous penchions à chaque
Confirmant l'ordonnance de M. Brack, Cadoret gifla M. d'Halluin, dit Dorgères, au président du Sénat eussent souhaité, assure-t-on, de voir se nal. Ce fut une sévère empoignade au cours •tournant par Ua fenêtre de notre confortable
juge d'instruction, la chambre des mises directeur du Progrès agricole de Rennes. prolonger quelque temps la vacance de la de laquelle furent distribuées une dizaine wagon dans l'espoir de découvrir le pic gigan-
en accusation a renvoyé devant la cour Ce dernier nie avoir riposté. Il est ce- M. Edmond Philippar, président de la présidence. C'est que, pendant ce temps, de minutes « de prison ». tesque, le « Matterhorn» comme on le nomme
d'assises, pour usage de faux, André Bouil- pendant incontestable que Mme Cadoret Fédération des industriels et commerçants la présidence du groupe était assurée de liens C'est une grosse déception pour les Ita-
Joux-Lafont pour faux et usage, Colin, dit fut également frappée, ainsi qu'un jeune dont l'équipe, en 1928 et en 1930, là-bas.
français, a adressé à M. Jules Jeanneney, droit par le premier vice-président, M. Gas- Ce n'est qu'en arrivant à Zermatt que nous
Serge Luco pour complicité de faux et artisan du pays, M. Kerlan, qui s'efforçait président du Sénat, une lettre dans la- ton Bergery. avait triomphé dans les deux précédents
usage, Charles Picherie, et pour compli- de la protéger. M. Kerlan porte à la face quelle sont trèsnettement rapprochées les Le groupe a chargé son bureau de ré- jeux universitaires. avons pu l'apercevoir. Oserons-nous dire que
cité d'usage de faux, le comte Jean de Lu- deux blessures assez graves. attitudes si opposées qu'ont prises les en- pondre favorablement à la proposition qui L'équipe française de bobsleigh, MM. nous avons été à la fois impressionné et déçu.
bersac. C'est alors qu'intervint M. Lehmeo, con- treprises privées de l'Etat au cours de la lui a été faite par le groupe du parti so- Charmot et Babouin ont eu, à l'entraîne- Impressionné par la forme étrange de ce bloc
CALENDRIER seiller municipal, qui, avec l'aide de quel-
ques voisins, chassa les manifestants, qui
crise. En voici les principaux passages cialiste français et qui tend au maintien ment un accident sans gravité. La direc-
tion de leur engin s'étant rompue, ils ont sur lequel la neige ne peut s'accrocher et qui
FISCAL « Notre Fédération a été profondément de la délégation des gauches. se détache, tout gris, dans l'immense chaos
étaient, paraît-il, une centaine. émue par les méthodes de discussion qui également Ajoutons que M. François-Albert cesse néanmoins pu achever la descente sans blanc. On dirait une immense cale posée là
M. Cadoret est attendu demain à Riec-
se sont instaurées à la Chambre des dépu- Commission ses fonctions de président de la autre dommage qu'une chaude émotion.
sur-Belon. des affaires étrangères où En résumé, belle journée pour l'Italie pour arrêter une roue démesurée, une roue
FEVRIER tés pour l'examen du budget de 1933. Nous bleue allant d'un bord à l'autre de l'horizon.
n'insisterons pas sur ce point les procé- M. sans doute il sera également remplacé par qui s'octroie deux victoires, et fort bonne
Taxe sur le chiffres d'affaires. Déclara- dés qui se sont fait.jour ont pu faire dou- Herriot. tenue de l'équipe des skieurs français qui Déçu parce que nous avions peine à croire
tion du mois précèdent au receveur des contri- L'AVIATEUR ROOD Le rapport général du Budget s'assurent une belle place d'honneur. que cette étroite pyramide montait jusqu'à
butions indirectes pour les commerçants et FAIT UNE CHUTE MORTELLE ter de la réalisation de l'assainissement
industriels soumis au régime ordinaire, et financier souhaitable, non seulement dans L'attribution à M. Lucien Lamoureux du
Le tournoi de hockey et les descentes 4.480 mètres, un peu plus de 300 mètres au-
paiement de l'impôt. notre pays, mais même en dehors de nos du Budget laisse vacant le rap- à skis, dames dessous du mont Blanc. Il est vrai que tous
Paiement du chiffre d'affaires pour les Saint-Moritz, 31 janvier. L'aviateur frontières, au point qu'un journal étranger portefeuille
port général du Budget à la Commission ..Le tournoi de hockey sur glace s'est les sommets qui l'entourent dépassent 4.000 mè-
commerçants et industriels soumis, au régime anglais Rood, qui séjourne actuellement à a pu écrire que « le succès de l'assainis- des Finances. tres et constituent des masses imposantes pri-
des acomptes provisionnels. La date de paie- Saint-Moritz, exécutait cet après-midjutles sement serait-la pierre de touche du par- .connaissait- hier poursuivi aujourd'hui sur la patinoire de vant l'œil de points de comparaison et que
ment de cette taxe varie suivant les localités vols acrobatiques au-dessus du lac gelé, lementarisme français ». On no encore soir Bardonnèche.
et la lettre par laquelle commence le nom qu'une candidature,, celle de M- Jacquier, La Hongrie a triomphé de la Tchécoslo- Zermatt est déjà à 1.600 mètres d'altitude.
du redevable A à F, du 1°' au 10 de chaque ayant comme passager le coureur de fond » Les"entreprises privées se sont effof-! député radical-socialiste de la Haute- vaquie par2 buts à 1, se qualifiant ainsi En regardant les arêtes de la pyramide, seu-
mois G à P, du 11 au 18 Qà Z et sociétés,, suisse Schaery lorsque son avion aitfait cées dans toute la mesure possible de pro-j Savoie, les voies d'accès au sommet, nous comprenions
du 19 au 26. une chute sur la glace. Rood a étê'twé'; céder à des compressions de dépenses pour la finale. D'autre part la Lettonie a
Avant le 28. Déclaration du montant des Schaer grièvement blessé. extrêmement rigoureuses, et elles n'ont La répartition politique çajtu la Suisse par un but à 0. Ces deux l'audace héroïque de ses premiers conquérants
salaires et rétributions payés en 1932 aux hésité à faire subir des réductions rencontres ont été très disputées. et nous admirions le calme tranquille de notre
con'triirut'ions directes pour la taxe d'appren- pas
sensibles au chapitre des appointements
du nouveau cabinet Les concours de descentes à skis réser- guide qui, au cours de nos promenades, nous
tissage (formules dans les mairies).
Déclaration au contrôleur des contribu- Chez les fonctionnaires et salaires de leur personnel en même Le cabinet comprend à la Chambre vés aux dames se sont déroulés. Ils ont été
enlevés par la représentante de l'Italie
disait en avoir fait déjà plus de soixante fois
tions directes du bénéfice net de 1932 par les temps qu'elles procédaient à un effort me. 11 membres du groupe radical socialis- Struckel. Notre compatriote Mlle Mar- l'ascension, une ascension aujourd'hui courante
commerçants et industriels dont le bénéfice catholiques thodique d'adaptation aux conditions éco- te MM. Daladier, Chautemps, Cot, Bon- Mlle guette Bouvier, s'est classée seconde et à condition d'avoir bonne tête, une énergie
est inférieur à 50.000 francs ou dont l'exercice nomiques nouvelles: Elles ne peuvent donc net, Lamoureux, Paganon, François-Albert, Mlle Dreher (Italie) est arrivée troisième. peu commune et une grande force physique.
comptable est clôturé avant le 1" décembre concevoir que l'Etat ne procède pas à un Queuille, Miellet, Hulin et Ducos 1, parti L'épreuve
1932 (formules dans les mairies). de slalom, descente compliquée Mais c'est l'été que Zermatt est le lieu de
Déclaration du chiffre d'affaires en 1932
Consulté par un certain nombre d'adhé- effort analogue par la simplification des socialiste français M. de Monzie 1, par- de virages selon un itinéraire imposé, s'est concentration des alpinistes. Nous étions dans
rouages qui dépendent de lui, par l'appel ti républicain socialiste M. Pierre Ap- déroulée également.
Jes commerçants et industriels vendant au
rents sur la question de la réduction ac-
au contrôleur des contributions directes pour tuellement envisagée des salaires, le comité
détail, etc. dont le chiffre d'affaires de 1932 général de l'Union nationale des fonction-
la coopération de toutes les catégories pel! 2, gauche radicale MM. Daniélou et n'a
de citoyens et par la révision des lois dont Laurent Eynac 1, gauche indépendante pas été proclamé.
Le classement officiel un Zermatt d'hiver, tout blanc, aménagé pour
les sports de la neige et de la glace.
la simplification est le vœu de tous. M. Guy La Chambre 1, indépendant de
Officieusement deux skieurs suisses sont La foule y est moins dense à cette époque
a dépassé un million (formules dans les mai- naires catholiques émet l'avis suivant tête.
ries). 1° Les fonctionnaires catholiques ont Quelles que soient, enfin, les gauche M. Patenôtre 2 n'appartenant en qu'au moment des ascensions. Quelques hôtels
Déclaration du revenu global au contrô- le devoir d'accepter une réduction équi- » mesures groupe MM. Leygues et Frot. Le concours de slalom
leur des contributionsdirectes, avec indication table de leurs traitements lorsque, dans qui pourraient être envisagées, la Fédéra- à aucun Au Sénat 3, gauche démocratique ra-
seulement sont ouverts parmi lesquels le splen-
un tion estime que les contribuables, qui dicale dide Victoria dans lequel nous accueillit aima-
par nature du revenu des éléments qui le com- but de salut public, des sacrifices équiva-
posent, ainsi que du montant des revenus de plient déjà sous le poids extrêmement cier, Serre, et radicale socialiste MM. Penan- lomVoici les résultats du concours de sla- blement son propriétaire M. le docteur Seiler,
quelque nature qu'ils soient, encaissé directe- lents sont demandés à toutes les catégories lourd des impôts, devraient pouvoir tenant à et Albert Sarraut 1, n'appar- président du Syndicat des Hôteliers de la Suisse.
ment ou indirectement à l'étranger. de citoyens compter d'une part que toutes contribu- aucun groupe M. Paul-Boncour. 1. Garnieri (Italie) 2. Sheiff et Shuner
Déclaration du dégrèvement pour charges 2° Si cette condition n'est pas remplie, tions supplémentaires ne devraient être quiLen'ont gouvernementcompte quatre membres (Suisse). Et cependant quel admirable visage a Zermatt
de famille au contrôleur des contributions di- traitements,
ils peuvent soutenr que la stabilité de leurs jamais été ministres ni sous-se- Le Français Lafforgue est sixième, Mau- sous la neige.
rectes. qui les prive, en période de que temporaires, et, d'autre part, qu'elles crétaires d'Etat rice dixième, Dewulf onzième. Le funiculaire qui monte l'été à Riffelberg et
Déclaration détaillée des avoirs à l'étran- prospérité, des gains dont peuvent bénéfi- seraient nécessairement liées à une amé- M. Eugène Penancier, sénateur de Seine- Par nations 1. Italie 2. Suisse
ger au contrôleur des contributions directes. cier d'autres catégories de citoyens, doit lioration des méthodes administratives et-Marne, depuis 1920, à Gornergratt, tout près du Cervin, nous laissa
Déclaration des bénéfices réalisés par les dont l'étude devrait être commencée sans Paris, il devient garde avocat à la cour de 3. France. Jean Dauven. à Riffelalp, dernière station hivernale, à proxi-
redevables assujettis à l'impôt sur les béné- constituer pour eux une sauvegarde à la- retard. » des Sceaux et vice- mité de splendides champs de ski, au centre
fices des professions non commerciales (les quelle ils peuvent d'autant plus légitime- président du conseil. 60 ans.
écrivains, savants et artistes peuvent bénéficier ment prétendre que certains moyens d'ac- Manifestation troublée M..Louis Serre, industriel, élu député en Conventions commerciales d'un inoubliabile panorama.
d'un régime spécial). contrôleur tion leur sont interdits en conscience et 1914, "sénateur depuis 1920, il était prési- Un jeune géologue suisse, sportif et savant,
Déclaration au des contribu- en droit Avant-hier soir, les contribuables d'Aix*- dent' de la Chambre de commerce. Il fait avec la Bulgarie et la Yougoslavie grand voyageur ayant parcouru le monde, M.
tions directes de la contenance et du revenu 3° Les fonctionnaires catholiques peu- en-Provence ont tenu, à la mairie, une partie de la gauche démocratique. 60 ans. Amstutz, nous accompagnait. Et c'est sans
cadastral des terres labourables par les agri- vent, soit isolément, soit au sein, des grou- réunion pour protester contre les projeta; Mi Pierz'e- Appel), ancien officier de Deux nouvelles conventions ont été con- doute grâce à lui, en l'écoutant, en face des
culteurs pour bénéficier du coefficient réduit. professionnels auxquels ils ap- financiers. Cette réunion a été troublée rine, fils de Paul Appell, l'ancien recteur ma-
Déclaration des déficits d'exploitation au pements
partiennent, faire valoir; leurs, légitimes re- par uji&.partiQ; des^assistajBts qui-ont voulue 'de 1 Université Dépufe "de 'fiTMaiiche, de- d'une hier clues par lelagouvernement
,part avec Bulgarie,
français,
d'autre part
plus formidables plissements terrestres de l'Eu-
contrôleur des contributions directes. empêcher les orateurs inscrits de «prendre rope que nous avons compris la formidable
Déclaration par certaines entreprises vendications en ce qui concerne la fixa- .« puis 191 8, après avoir été longtemps
chef avec la Yougoslavie, pour le règlement,
agricoles du bénéfice réel au contrôleur des tion de leurs traitements,
contributions directes.
mais
doivent la parole. La police a dû interv.e^ir
séparer les manifestants.
pou de (XrtHnet de M. Painlevé il est ministre par voie de compensation, des échéarces beauté de la montagne alpestre, toute sa poésie
aussi, cette poésie que le doux et grand Termier
s'abstenir de toute action contraire à la des travaux publics. 46 ans. commerciales entre la France et ces deux
M* Rooer-Adowhb LACAN. légalité, au respect de la discipline et à Les agents ont dû intervenir également M. G, Hulin, radical socialiste, avocat, à pays. savait dégager du travail des siècles sur la for-
à la sortie pour disperser les groupes qu| Poitiers*, député de la Vienne, sous-secré-

LA VIE SPORTIVE
Communiqué par La Pratique du Droit, l'exercice consciencieux des fonctions qui Ces deux conventions sont entrées en me et la structure de notre sol.
28, rue Serpente, Paris. leur sont confiées. s'étaient formés. taire à la guerre. Radical socialiste. 51 ans. application le 30 janvier. Louis Daney.

sa partenaire. Mlle Aussem avait d'ail-


leurs l'intention de participer aussi au
TIR AUX PIGEONS Henri Potez, vient de lui céder le con-
trôle d'une de filiales, la Société C. A.
AUTOMOBILE
double mixte, mais ne put trouver de M. S., la S. G.ses
A. conservant néanmoins
partenaire. A Monte-Carlo des intérêts importants à la C. A. M. S.
Deux représentants italiens suscitent Monte-Carlo, 31janvier (de notre la Cette opération permettra d'intensifier Pneumatiques et bandages
ensuite la curiosité générale, ce sont correspondant particulier). collaboration entre les deux maisons semi-pneumatiques
La secon- mères et de la rendre plus efficace
CONCOURS HIPPIQUE 4.
lemand), 1.673 points 3. Herich Erdos, Deuxième tour George b. Pappado- Mlle Manzutto et Jatta, appartenant tous de épreuve de la saison a été tirée
jourd'hui par 46 tireurs. Il s'agit au-
en-
Les dernières modifications du Code
1.595 points Jean Henriot (Fran- poulo, 6-3, 6-2, 6-2. les deux à la première série. Ils n'ont du core. Lady Bailey, gênée
çais), 1.494 points. Simple dames. Deuxième tour
jamais encore pris part à un tournoi de Prix de Saint-Hubert, dont voici les ré- lard, par le brouil- de la Route portent notamment sur la
Le Tournoi de Bordeaux Le championnat mixte a été remporté Mlle Goldschmidt b. Mme Gorodnit- la Rieviera française. sultats n'a pas pu quitter hier Angou- question des pneumatiques des véhicules
L'épreuve importante de lundi était le par un couple autrichien Carl Zwnaek 1. Adclon (26 m. 1/4), baron de Vinck lême. L'article
poids lourds. sujet dit à
à ce
chenko, 6-0, 6-2 Mlle Payot b. Mlle La Hollande est représentée par Wil- (29), F. Colombel (22), 9 sur 9 4. Lan- peu près ceci
Prix de Verdun, military, handicap. 55 et Ida Papez. Haran, 6-2, 6-2 Mme Aubert b. Mlle lem Karsten. De nouvelles venues de
concurrents se sont présentés au
départ teri, Houde (24), 8 sur 9 6. Deloy (29), la région des Alpes,rumeurs,donneraient à croi-
la
le parcours a été excellent, malgré
et sévérité
des obstacles. Le capitaine
TENNIS Adamoff, w.-o.
Troisième tour Mme Michel Ber- Voici les principaux résultats des deux comte R. Czernin (26 1/4), Denoyer re que l'aviateur Bert Hinckler est tou-
premières journées (22), 7 sur 8. jours en vie.
Les roues des véhicules automobiles,
servant au transport des personnes et
nard b. Mlle Pannetier, 2-6, 6-4, 6-3. Poules gagnées par baron de Vinck, des marchandises, ainsi que les roues
Bertran de Balanda, déjà victorieux le Les Championnats de France On a, en conséquence, annulé un ser- de leurs remorques, doivent toutes être
premier jour, a remporté une nouvelle Double. Deuxième tour Lesueur- Simple. Premier tour Castoul b. de Dora et Warren. vice religieux qui avait été organisé à munies de bandages pneumatiques ou
victoire avec le pur sang Lad's Horsc, sur courts couverts Martin-Lcgeay b. Leven-Pappadopoulo, Newman, w.-o. Jatta b. James, 6-1, 6-0 Londres à la mémoire de l'aviateur.
le premier prix. Les deux rencontres les plus intéres- Aslangul-George b. Landry-de lord Charles Hope b. Aoun, 6-1, 6-3 Ell- de dispositifs, reconnus suffisants, au
par Houli, qui a obtenu Déan santes de la quatrième journée des
w.-o.
LA VOFLZ L'Air Propagande qui commence point de vue de l'élasticité, par des ar-
2. Baba, au capitaine 3. Cons- Buzelet, w.-o. mer b. capt. Godsel!, 6-0, 6-2 Crandeil très tôt cette année la saison de ses rêtés du ministre des Travaux publics.
tantin III, au capitaine Roques 4. rx Championnats de France sur courts cou- Quart de finale Merlin-Berthet b. b. comte Szapay, 6-4, 6-4 Kay Warden
Kayès, au capitaine de Saint-Ser- verts ont été celles qui mirent en pré- b. Another, w.-o. André Jaquemet 1). Les Régates internationales de Cannes tings manifestations, a organisé onze mee-
œquo R. Laurent-Bony, 4-6, 6-3, 6-2, 1-6, 8-6. en 1932. Il reste donc une possibilité d'emploi
nin, et Navette, au colonel Cavalié 6. sence Lesueur et Roche d'une part, Mer- Douhles mixtes. Deuxième tour comte de Iszkowski, 6-2, 6-2 Merritt b. Cannes, 31 janvier (de notre des bandages semi-pneumatiques qui ne
Datis, au capitaine Lauroa 7. Qua- lin-Berthet et R. Laurent-Bouy d'autre J. M. Abbot, w.-o. Minh b. W. Rad- corres- Dans l'ordre Argenton, Buzancais,
drille H, au capitaine Villa 8. Devonien, part. · Mlle Barbier-Merlin b. Mme et M. Au- cliffe, 6-4, 6-4.5 Rip Van Winkle b. Arms- pondant particulier). • Aujourd'hui Sancoins, Avallon, Saint-Germain-en- présentent, ainsi que l'ont démontré de
Jean Lesueur, qui vient de jouer en bert, 6-2, 6-4 Mlle Payot-Lesueur b. mardi se sont continuées les régîtes in- Laye, Bordeaux,
trons, 6-0, 6-4 Aeschliman, w.-o. Ro- ternationales La Châtré, Compiègne, nombreux rapports officiels, non seule-
au capitaine Fraval de Coatparquet 9.
Allemagne et qui n'avait pas pratiqué de Cannes et cette fois Chauny, Saint-Florentin, Montmirail. ment aucun inconvénient pour les routes

7-5.
Bartavelle, au capitaine Augère. Mlle Durand Mercier-Terrier, 6-4, 6-4 gers b. Mercier, w.-ô. Willem Karsten il
La réunion avait commencé par le Prix depuis plus d'un mois sur les courts cou- Mme Caron Culbert-Rodel b. Mlle Ber- b. H. A. C. Williams,. 6-J, 6-0. y eut une très belle victoire française 1.030 passagers ont été emmenés mais encore de nombreux avantages
verts parisiens, a été mis en difficulté thet-Berthet, w.-o.; Mme Roche-Goldsch- sur les deux nouveaux six mètres de cours de ces fêtes, avec les 2.017 passa- au pour les usagers. Nous pensons, ainsi
des Ecoles, pour les poulains français Deuxième tour Rogers b. Castoul, course
de 4,5 et 6 ans. Les partants ont été peu
nombreux. lui a
rapidité des courts du T. C. P. Il
par la fallu
se réadapter et Roche en a
midt b. miss Hardwyck-Landry, w.-o.
Les principales rencontres d'aujourd'hui
fi-2,
Simple dames. Premier tour
italiens dont la presse transal-
pine attendait si impatiemment les gers
Mme performances. Le six mètres de la jauge l'Air
de 1931 et les 1.709 de 1930,
Propagande (MM. Dravet et Gan-
que nous l'avons signalé à différentes
réprises, que les arrêtés du ministre des
Travaux
Les prix ont été remis 1. Gamin XI, profité pour accomplir une performance Burke Andrus, w.-o. Mme W. Radcliffe internationale Lina, à M. Louis-Louis neau) trois ans totalisé 4.756 vols
publics sauront s'inspirer de
par Nid d'Or, à M. Dupuy 2. Aïa, par qu'en d'autres cas il n'eut pu réaliser.
Sur son service très dur, Roche a F"
11 heures. Mlle Payot c. Mlle Gold- b. Mme de Costanzo,6-2, 6-1 Mlle Alice Dreyfus,, député de Cannes, remporta, de
a en
passagers en 35 meetings, et ceci ces considérations
dire
et n'entraveront, pour
paralyseront
Dénouste, à M. Cortambert Biqueyrie3. Hacha schmidt. Welvers b. lady Crosfield, 6-0, 6-2 Mlle en effet, la course do quinze milles en pour beaucoup grâce à la collaboration ne pas ne pas une
d'Erisalde, par Comtat, à M. monter aisément à la volée et terminer Goldschmidt c. George. industrie actuellement prospère.
4. Arabella III, par Bonbon Rose, à M. ainsi de nombreux points c'est ce qui 12 heures. Corell b. Mme John.Rogerson, 6-1, 6-1 3 h. 30 m. 5 s., devant Whisky, à M. de l'Air Service et du Farman ISO, pi-
explique la longueur de la partie. Ce- 14 h. 30. Borotra-Cochet c. Merlin- Mme Smallwood b. Mme Frank Lloyd, Bruzzo (Italie), 3 h. 33 m. 15 loté par Portal. Notons encore qu'on a songé égale-
Guidon 5. Hamigo, par Vélox, à M. Gui- Berthet. 6-4, 6-0 marquise du Crozet, w.-o. Viky-Il, à M. Rosasco (Italie), 3 h. 36 s., et C'est un beau résultat, car l\ plupart ment aux besoins de l'armée qui est
6. Hoggar, par Bonbon Rose, à M. pendant Jean Lesueur, reprenant peu à m. des meetings
don
peu la cadence, terminait avec plus de 15 h. 30. Boussus-M. Bernard c. As- Mlle Saint-Omer-R'oy b. miss Andrus, 16 secondes. furent organisés dans des comme les entreprises de travaux pu-
Alphaud 7. Frivole,Reyor. par Ardent Lut- villes de 2 à 5.000 habitants. blics obligée ses véhicules d'uti-
teur, à M. Dupuy. facilité qu'il n'en avait montré au début
de ce match.
langul-George. Très belle course effectuée par temps
Deuxième tour miss Muriel A. Tho- admirable, mer calme et légère brise Les participants furent de choix, nous liser le bandagepour
plein ou semi-pneuma-
En double, l'association Merlin-Ber- Le Tournoi du Gallia de Cannes comtesse Szapary b. Hon. Est-Nord-Est. y voyons des noms fameux Marcel tique. C'est pour cetet raison qu'on a
SPORTS D'HIVER mas, w.-o. interdit l'article suivant
thet ne s'affirma pas d'une grande classe.
Cakkes, 31 janvier (de notre corres- Mrs Montagu, 6-3, 6-4 miss Hewitt, Lina gagne Ja coupe offerte par la Dorét, Fieseler, Bellonte, Glardon, le
Elle effectua un jeu décousu devant pondant particulier) Le tournoi in»- walk-over. Société des Régates Cannoises. regretté Martin, Massotte, Portal, Bur- Les prescriptionsdu présent article ne
L'Autrichien Schaefer est pour la 5° fois l'équipe Bouy-Laurent et la partie n'eut
ternational du Gallia Lawn Tennis Club tin, Cavalli-Nique, Reservat, Seitz, Vin- sont applicables aux matériels spéciaux
d'attraits que par l'ardeur qu'y déployè- Le Tournoi du N. C. de Cannes chon, Salis, etc. les aviatrices Liesel
champion d'Europe de Cannes,qui a commencé hier lundi,est AVIATION des services de l'armée, de la marine
rent les concurrents à réaliser des bril-
marqué par la participation de Jacques Le Tournoi international du New Bach et Adrienne Bolland, les parachu- militaire et de l'aviation militaire
Les Championnats d'Europe masculins lants exploits personnels ou à commet- Courts Lawn-Tennis Club de Cannes tistes Romaneschi et Vassart.
de patinage artistique a eu lieu lundi Brugnon qui joue en simple, en double qu'autant qu'elles ne sont pas incompa-
soir au Ice Club de Westminster et le ti-
tre de magnifiques fautes tout aussi per-
avec l'Irlandais Rogers et en mixte avec s'est terminé hier mardi par la finale On le voit, MM. Dravet et Ganneau, tibles avec leurs caractéristiques tech-
sonnelles. M. C. la jeune Anglaise miss Hewitt, et au^si du double dames. Ce fut une écrasante NOUVELLES AERIENNES spécialisés dans l'organisation des mee-
tre est revenu pour la cinquième fois a Voici les résultats de cette journée celle de la championne allemande Mlle victoire de miss Ryan et Mrs Satterth- La Société générale aéronautique, tings, ont collaboré d'une façon intéres-
niques.
l'Autrichien Carl Schaefer. Premier tour Lesueur b. Cilly Aussem, qui ne jouera qu'en dou- waite qui éliminèrent par 6-1, 6-0, miss qui a toujours entretenu les meilleures sante à l'effort de propagande fait en La logique et le bon sens l'empor-
Voici les résultats Simple.
1. Schaeffer, 1.827 points; 2. Bayer (Al- Roche, 8-6, 2-6, 14-12, 6-4.- ble dames où miss Elisabeth Ryan ser:t Muriel Thomas et Mrs Walter Burke. relations avec la Société des aéroplanes France. tenti
LETTRES, THEATRE, SCIENCES ET ARTS
JOHN GALSWORTHY
i' EST
MORT
L.A VIE LITTÉRAIRE AU CHATEAU
DE VERSAILLES
Flaubert, l'homme et l'œuvre, par René Dumesnil,1 vol., Desclée de Brouwer. L'Unique passion de Flaubert, par Gérard-Gailly, 1 vol. Le Divan.
John Galsworthy venait à peine d'être
désigné comme lauréat du Prix Nobel qu'il M.André Pératé, le très distingué con-
est mort, à l'âge de soixante-six ans. C'est J'ai passé une belle semaine je le méro 24 des 75 exemplaires sur papier lecteurs, froidement accueillie par la de là que partirent les centai- servateur du château de Versailles, vient
une personnalité de premier ordre qui dis- dois à M. René Dumesnil. Ce n'est pas de Hollande. Sur la page aux larges critique, elle s'est imposée peu à peu nes de lettres de la magnifique, de la d'abandonner ses fonctions, atteint par1 la
paraît. C'était, en effet, comme l'écrivait dans « le monde des musiciens» qu'il marges s'étalele texte célèbre. Celle qui comme la plus importante et la plus pathétique correspondance oit Flaubert limite d'âge. Il est remplacé par M. Gaston
déjà, il y a-bon nombre d'années, M. Abel m'a conduit, ni dans les harmonieuses précède le faux titre porte écrits ces significative création romanesque du nous livre au'jour le jour les secrets Brière, qui, depuis 1920, était conservateur
Chevalley dans le Roman anglais de notre et sonores régions de la musique où il mots « A mon cher ami, le poète beau conteur des Trois Contes ainsi de son esthétique et de sa rhéiorique, adjoint du musée de Versailles.
temps (éd. Milford, Oxford), « le plus est un guide érudit et compétent. Je l'y J.-M. de Heredia. Flaubert. » A l'exem- la gloire de Flaubert est-elle plus vi- sa philosophie de l'art et de la vie. Pendant sa direction, qui dura treize >an-
complet le plus solide, le mieux équilibré, ai suivi plus, d'une fois, qu'il y étudiât plaire est jointe une lettre. J'y lis vante et plus assurée que jamais et, Les principes dont relève l'oeuvre de nées, M. Pératé sut enrichir le. musée de
peut7é,tre Je meilleur écrivain,- au sens le « rythme musical » ou le « Don ceci « L'envoi de mes gants sous dans la vaste bibliographie qui témoi- Flaubert, M. René Dumesnil les ana- Versailles d'oeuvres précieuses acquises ou
classique du terme, que l'Angleterre avait Juan » de Mozart, car l'oeuvre musico- faveur bleue est d'un homme dou- gne de sa durée et de sa vitalité, le livre lyse dans un des chapitres les plus habilement sollicitées de ses collègues, tel-
produit depuis trente ans ». « L'art de
Galsworthy écrivait encore, en 1925,
graphique de M. René Dumesnil est blement chic, tel, enfin, que je vous si complet et si solide de M. René Du- substantiels de son beau livre. Il y exa- les les admirables commodes de Boulle qui,
Mme Madeleine L. Cazamian dans la Revue abondante et variée, mais à côté du mu- avais jugé à première vue. Certai- mesnil se place au premier rang de la mine le romantisme et le classicisme revenues de la bibliothèque Mazarine à
sicographe il y a en lui un « flauber- nement, j'irai vous revoir, tant que littérature flaubertine. de Flaubert qui, contradictoires en Versailles, vont être incessamment ^placées
anglo-américaine s'adresse également à dans la chambre de Louis XIV.
l'imagination; à l'intelligence et au cœur. tiste », et c'est chez Flaubert que m'a vous ne serez pas guéri, et après, M. René Dumesnil y examine tout apparence, se concilient en lui dans une
C'est là ce qui lui donne son équilibre et mené cette fois, et une fois de plus, j'espère. En attendant, voici un d'abord l'hérédité de Flaubert. Cham- fructuéuse unité, d'où sort son objecti- Le nouveau conservateur du musée de
sa perfection, sa richesse, sa variété et ce l'auteur de Autour de Flaubert et de Saint Antoine. L'auteur et ses oeuvres penois par ses ascendants paternels, visme, mais si objectif qu'ait été le Versailles est né à Paris le 1er décem-
timbré enfin d'une harmonie peut-être En marge de Flaubert. Aujourd'hui, sont à vous, mon cher ami. G. Flau- bre 1871 ancien président de la Société
ses ascendants maternels font de lui point de vue où s'est tenu Flaubert, il d'histoire moderne et de la Société de l'his-
sans égale. » A tous ces éloges très mérités, M. René Dumesnil résume et complète bert. Vous aurez ma visite proba- un Normand et, du Normand, il a l'as- n'en est pas moins vrai que son-princi- toire française, et professeur à l'école du
ajoutons pourtant la constatation que ses travaux flaubertins, ses travaux blement samedi prochain. » Que pect physique. Il l'est aussi par nais- pal souci fut, selon l'expression de M.
Galsworthy, à cause même peut-être de Louvre, il a écrit différents ouvrages inté-
d'approche et d'alentour, pourrait-on n'étais-je là ce samedi de l'année 1874 sance et par éducation. Sa jeunesse a René Dumesnil « la transmutation de ressant l'histoire de l'art et des volumes
ses extraordinaires qualités, n'a jamais dire, par un important volume de plus où l'auteur de la Tentation de Saint la vie en œuvre d'art ». Il y eut donc
connu, en Angleterre, les même succès pour cadre l'Hôtel-Dieu de Rouen dont consacrés au parc de Versailles, à l'archi-
qu'un Dickens, un Wells et un Kipling. Ces de cinq cents pages qu'il consacre au Antoine vint rendre visite au futur au- son père est médecin-chef, J'rouville dans l'oeuvre de Flaubert une part tecture et à la décoration du château.
écrivains-là ont plu au peuple, justement grand écrivain normand, à sa vie et à teur des Trophées où il passe ses vacances, et la maison d'autobiographie dissimulée et on y
parce qu'ils en sortaient. Galsworthy, lui, son œuvre. Grâce à M. René Dumesnil, Cette lettre, qui ne figure pas dans de Croisset où il dépensera ses forces discerne la transformation de person-
appartient à une tout autre classe. Il a
passé par les Universités il a, pendant
c'est donc avec Flaubert que j'ai passé les éditions de la correspondance de
cette semaine, et elle fut belle, je le ré- Flaubert, n'y eût pas ajouté grand'-
en un labeur forcené et méticuleux, en
une incessante tension de volonté jus-
nages réels en personnages de réalité
objective. De ces personnages originel-
Carnet du Lecteur
sa jeunesse, voyagé autour du monde, pour pète. chose. Telle qu'elle est, et encore in- qu'au jour où il tombera en pleine vi- lement réels M. Dumesnil nous en si-
sa satisfaction personnelle, ainsi que, au Ce fort volume, où la biographie complète, cette correspondance est la gueur d'esprit sur la page inachevée. gnale quelques-uns qui figurent dans
XVI' siècle, les fils de grands seigneurs Jeunesse ardente et romantique que
faisaient le tour de l'Europe comme com- s'unit à la critique pour dresser devant source principale de toute étude sur celle de Flaubert, jeunesse pleine de
Madame Bovary et dans Un cœur sim-
Casemate 17. Histoire d'un groupe de
Flaubert. Elle nous renseigne non seu- ple. Ailleurs Flaubert a souvent utilisé
plément de leur éducation scolaire. Fils nous en sa vérité la stature vivante et lement projets, d'essais, de lectures, d'amitiés
d'un homme de loi, homme de loi lui- littéraire du « solitaire de Croisset », je sur les événements quotidiens des souvenirs personnels, mais nulle camarades, par Karl Brœger. Traduit de l'alle-
même, mais qui ne paraît guère avoir pra- l'ai lu avec un intérêt passionné, avec de son existence, mais elle nous fait et aussi de deuils et qu'assombrirent
les atteintes d'une névrose qui influera
part autant que dans l'Education sen- mand par G. Bourdoncle {Albin Michel).
tiqué, il n'a jamais compté sur sa plume l'attentive curiosité que j'éprouve tou- pénétrer dans l'intimité de sa pensée timentale. Ce chef-d'œuvre est une œu-
'y ex- sur safconceptionpessimiste du monde vre autobiographique, presque un livre Ce livre de guerre allemand
pour vivre, et il a ciselé ses oeuvres avec jours pour tout ce qui s'écrit sur l'ad- et de ses sentiments. Flaubert la .vie
et de la vie, qui le rendra sujet à une
a, parmi les
autres, un trait assez particulier l'oreille
lenteur, sans jamais consentir à se laisser mirable auteur de L'Education et pose ses idées sur l'art, sur et à clé, mais Flaubert y a transformé les en
mélancolie dont il cherchera le remède est absente. On- n'y entend ni le canon ni la
presser par ses éditeurs.- -Il remporta au de la Tentation. Si je n'ai pas lu sur son temps. Elle nous' dit ses affec- 'dans les longs voyages et dans la lu-
éléments autobiographiques au point de mitrailleuse tandis que'la lumière, la nuit, la
théâtre de véritables triomphes avec Sirife tousi les ouvrages que cite M. René tions et ses amitiés, ses goûts et ses leur donner une apparence rigoureuse- brume, la pluie y sont intensément présentes.
(le Conflit), Justice et The Silver box mière de l'Orient. Il s'y apaisera, mais ment objective et une valeur d'observa-
(l'Etui d'argent) mais, il y a seulement Dumesnil dans la bibliographie du dégoûts, son enthousiasme pour tout il demeurera toujours d'une extrême On remarquera de même que tout
se passe
sien, j'en connais cependant un bon ce qui est noble et grand, son dédain tion générale. Que Flaubert y soit Fré- comme si les mots courage ou héroïsme n'exis-
quelques semaines, il déclarait, au grand sensibilité. Rien de l'impassible chez
chagrin de ses metteurs en, scène, qu'il nombre, car mon flaubertisme date de pour tout ce qui est bas ou mesquin, Flaubert.
déric Moreau, que Mme Arnoux y soit taient pas au monde ou du moins qu'on dût,
renoncerait dorénavant à ce mode d'ex- loin, du jour où, collégien, je louai dans son amour fanatique de l'art, son désin- Elise Schlésinger, c'est Frédéric et Mme par une pudeur extrême, ne pas prêter conscien-
pression, car il trouvait déjà assez diffi- téressement de tout ce qui pourrait le Sa vie sentimentalel'atteste. A quinze Arnoux qui en sont l'héroïne et le héros ce ait mépris du danger oit au sacrifice extrême.
cile, confessa-t-il, de se faire comprendre
un petit cabinet de lecture de la rue de détourner de la voie solitaire et ascé- immortels. La vie vécue y est devenue Les grandes actions ont un naturel qui finit
Seine l'exemplaire fatigué et défraîchi ans, Elisa Schlésinger lui inspire un par bouleverser. Le tragique qui, aux dernières
par ses contemporains quand il entrait de Madame Bovary, que je cachais en tique qu'il a choisie, son mépris des amour passionné, un désir que la pos- de la 'vie impérissable. C'est ce que
Flaubert avait voulu. C'était le but de pages, atteint la grandeur est dans cette grande
avec eux en contact direct, et qu'il lui en classe sous la couverture d'une gram- compromissions profitables, des suc- session ne satisfera jamais et que ne lui amitié humaine que la mort et les pires sonf-
coûtait trop d'interposer encore des ac- maire grecque. De ce jour je fus flau- cès faciles et de la vaine gloire. II nous feront oublier ni l'Eulaïie Foucaud de son art admirable. Il l'a atteint.
teurs entre le public et sa personne. frances noue entre les camarades de combat.
bertiste, et je le suis resté. Depuis y révèle sa méthode de composition et Marseille ni la Safia égyptienne d'Es- A préciser cette identification de Fré- La casemate 17 est un petit poste souterrain,
D'autre part une grande partie de l'aris- lors, je n'ai jamais cessé de fréquenter de travail, ses joies laborieuses et Elle ses neh, ni la belle et insupportable Louise déric Moreau et de Flaubert, de Mme
tocratie anglaise ne s'intéressait pas à ses l'œuvre de Flaubert et tout ce qui s'y pathétiques déboires de styliste. Colet avec ses exigences, ses reproches, Arnoux et de Mme Schlésinger nul n'a savamment dissimulé, en avant de la première
livres parce qu'elle le jugeait de tendances ligne allemande. Une attaque française l'isole
trop socialisantes. Lorsque le roi voulut rattache, et à l'admiration de l'œuvre est, cette correspondance admirable, sa sa beauté de « Muse» et ses ridicules plus ingénieusement contribué que M. du reste de l'armée. Le bombardement l'écrase
•l'anoblir, il refusa cet honneur, de même s'est joint le respect pour l'homme qui confession d'homme et d'écrivain, le de bas-bleu, ni les faveurs de Jeanne Gérard Gailly. Dans un très curieux vo- et enterre les occupants. Le caporal qui avait
qu'il déclina toute décoration militaire lui voua héroïquement et magnifique- commentaire et la clé de son œuvre, de Tourbey avant qu'elle devînt. Mme lume intitulé Flaubert et les fantômes affronté le rideau de feu pour aller chercher
ment toutes les forces de son esprit et de cette œuvre dont la sévère et rigou- de Loynes, ni l'accueillante facilité de de Trouville, il a étudié la place que tint secours reviendra vainement vers ses soldats
pour son travail comme infirmier dans les Mme Sabatier, l'aimable Présidente
hôpitaux militaires pendant la guerre. Sa toutes les patiences de son laborieux reuse objectivité recouvre une si grande dans la vie sentimentale de Flaubert ses amis. Quelques jours plus tard, à l'arrière,
situation, en Grande-Bretagne, était donc génie. Sa haute et singulière figure part d'éléments personnels qui échap- qu'aimèrent aussi Théophile Gautier la femme qui devint la Mme Arnoux voyant un jeune et brillant officier maltraiter

pend.et
assez paradoxale. La plupart de ses pièces m'est demeurée continuellement pré- pèrent aux yeux des contemporains, et Charles Baudelaire. Durant toute sa du célèbre roman. Il nous a renseignés une recrue qui ressemblait à un des -martyrs du
et de ses romans (en particulier la longue sente et, à mesure que je le connais- mais qui nous apparaissent à présent et vie sentimentale Flaubert fut dominé sur l'invariable passion qu'elle inspira
poste, il souf flette le gradé. Ayant reconnu la
difficulté de faire comprendre son geste, il se
série qu'il réunit chez Heinemann sous le sais mieux, je l'admirais davantage. dont tient compte le beau livre de M. par le souvenir d'Elisa Sehlésinger. au jeune baigneur trouvillais, cette
titre de The Forsyte Saga, qui raconte l'his- René Dumesnil. Les Fantômes de Trouville» ne ces- laisse interner, quoique sain d'esprit il
toire d'une dynastie de grands bourgeois
britanniques) sont des analyses de l'égoïs-
Cette « connaissance de Flaubert,
Pour l'écrire, M. René Dumesnil a
«
sèrent de hanter en sa solitude le soli-
passion dont il demeura « ravagé ».
Aujourd'hui, dans une nouvelle étude se
La vie héroïque de l'avant, un réalisme, choisi,
je l'ai cherchée aussi dans les souvenirs trouvé de solides appuis dans la corres- taire de Croisset. qui.aipour titre L'Unique passion de
me de classe tel qu'il le distinguait dans la de ceux qui l'ont approché et qui me des visages variés, une tendresse secrète, un
vie des familles aristocratiques anglaises. pondance de Flaubert et il y a joint les Là seulement il est lui-même. Certes, Flaubert M. Gérard Gailly nous révèle sourd murmure de pitié, et puis tout de même,
faisaient, en quelque sorte, entrer dans
Mais, en même temps, ces familles anglai- apports d'une abondante et précise do- il n'est pas indifférent aux amitiés qui diverses circonstances de la vie d'Elisa ait premier, rang, les vertus militaires Case-
ses, il 'lés décrivait avec sympathie et une sa familiarité. Leur entremise me don- cumentation. Son Flaubert est ia mise sont venues à lui, à celles que lui témoi- Sehlésinger et nous montre l'influence mate 17 enrichit notre vision de la guerre. Il
sorte de douleur de les voir perdre de leur nait l'illusion d'avoir été l'un d'entre qu'elles eurent sur son attitude en- «
est à part » dans la littérature allemande.
au point de toutes les connaissances gnent une princesse Mathilde ou une
importance, car toute une partie de lui- eux, et cette illusion est si forte que actuelles sur le sujet. Ouvrons-le et George Sand, pas'plus qu'il ne l'est aux vers Flaubert. Grâce aux recherches
même restait attachée aux vieilles tradi- parfois je suis obligé de m'en défen- de M. Gérard Gailly nous savons Jean FjEéJpval,
tions de ces ancêtres. C'était un adversaire dre. Est-ce donc vrai que je n'ai ja- nous aurons sous les yeux tout l'hom- affections de famille auxquelles il ré-
de la bourgeoisie mais un adversaire du mais vu ce visage coloré, à la longue me et toute l'œuvre, et ce spectacle ne pond de tout son cœur délicat et atten- à peu près tout de la mélancolique
dedans et qui, sauf à certains moments fera que justifier notre respect et no- tif. On sait ce qu'il fut pour lui Louis existence d'Elisa Foucauld, mariée
moustache, aux yeux clairs que je LA CORRESPONDANCE GENERALE
d'exaspération, gardait une impartialité n'ai jamais entendu cette voix sonore tre admiration. L'œuvre, en eflei, a con- Bouilhet et l'on sait trop ce que fut une première fois à un certain
tout au moins apparente, comptant sur l'in- servé tout son prestige, si certaines par- pour lui un Maxime Du Camp, l'envieux Emile Judée et qui le quitta pour vivre
telligence de ses lecteurs, qui ne pouvaient proférer quelque paradoxe truculent ties ont subi une sorte de recui tandis et le « faux frère », médiocre person- maritalement avec Maurice Schlésinger DE J.-J. ROUSSEAU
donc être que peu nombreux, pour qu'ils ou déclamer quelque phrase sono- que d'autres ont acquis une valeur nage d'arriviste dont les procédés à son avant d'épouser ce dernier dès son veu-
le comprissent à demi-mot. re ? Que de fois j'ai interrogé José- proéminente. Madame Bovary reste égard furent inqualifiables. Flaubert vage. L'étude de M. Gérard Gailly est
Et ce fut ce qui constitua l'originalité Maria de Heredia sur ses relations avec un roman générateur qui détermina rencontra plus tard l'admiration filiale fort intéressante et il y a joint deux La publication de la Correspondance
de Galsworthy, cette façon si particulière le grand styliste dont l'exemple avait l'éclosion du Naturalisme, Salammbô d'un Maupassant et les sympathies ad- portraits de celle qui fut « l'unique générale de Jean-Jacques Rousseau, entre-
de laisser ses héros révéler le fond de leur contribué à lui donner le goût du la- est toujours considéré comme un chef- miratrices des Goncourt, de Zola et des passion » de l'auteur de l'Education prise par M. Pierre-Paul Plan, d'après les
âme par des gestes, des intonations, des beur patient, du mot précis, de l'image d'œuvre du roman épique et historique, jeunes Naturalistes de Médan. Du fond sentimentale. L'un d'eux est une litho- documents recueillis par Théophile Du-
actes à demi réalisés, méthode surtout re- juste Comme je l'enviais d'être allé à mais la Tentation de Saint Antoine, les graphie de Deveria, mais cette image four, progresse régulièrement.
de sa solitude, Flaubert se tint donc
commandable dans un pays où la politesse Croisset, d'avoir fait partie des réu- deux T.entation pour mieux dire, celle en contact avec ses amitiés diverses et nous ne la voyons pas avec les Les derniers volumes avaient montré
veut qu'on domine le plus possible ses nions qui se tenaient le dimanche chez de 1849 et celle de 1874, ont acquis successives, mais sa vraie vie fut à sa yeux de Flaubert. Elisa Schlésinger Rousseau quittant la Suisse pour l'Angle-
sentiments. Le procédé de Galsworthy, par Flaubert, rue Murillo ou boulevard du toute leur portée de hauts poèmes phi- terre où sa retentissante querelle avec Da-
certains côtés, ressemblait à celui de Mere- 'Temple table de travail. Ce fut là qu'au prix nous paraîtra toujours plus belle en vid Hume l'avait exaspéré, puis revenant
dith qui, dans son Egoïste, a si bien décor-
(
los-ophiques, tandis que Bouvard st d'efforts infinis, en des heures d'exal- Mme Arnoux, telle que l'évoque en sa
De ces relations de José-Maria de Pécuchet a pris place parmi les grands tation et de désespoir, ligne à ligne et sur le continent, hébergé d'abord près de
tiqué l'âme d'un homme dont les moindres prose magnifique le roman vrai où le Paris par le marquis de Mirabeau, puis à
démarches, fussent-elles très altruistes en Heredia et de Gustave Flaubert, j'ai romans satiriques. La for tune de page à page, par la refonte et la rature, grand Flaubert a mis tout son cœur, Trye, près de Gisors, par le prince de
apparence, n'étaient que le résultat d'un conservé un témoignage précieux. C'est l'Education sentimentale est encore naquirent Madame Bovary, Salammbô, tout son amour, et tout son art. Conti.
profond amour de soi. Mais, cette fois, un bel exemplaire de l'édition originale plus curieuse. Mal comprise à son ap- L'Education Sentimentale, Saint An- Nous allons le voir maintenant aux pri-
élargissant la recherche, c'était à un égoïs- de la Tentation de Saint Antoine, le nu- parition, peu goûtée de ses premiers toine, "Bouvard et Pécuchet. Ce fut Henri de Régnier,

I
ses, avec de nouvelles tribulations. Le sé-
me héréditaire que Galsworthy s'en pre- de l'Académie française.

CONN AÏSSÂNÇÉ SCIENT


nait et sans presque jamais, au rebours de jour à Trye-en-Vexin avait été marqué pé-
Meredith, sembler intervenir en personne
dans la recherche, si bien que le lecteur
s'imaginait aller lui-même de découverte
FIQUE niblement par la dramatique visite de Du
Peyrou et par les tracasseries d'une vale-
taille, qu'avaient sans doute excitée les
en découverte.
A quelle conclusion le romancier vou-
lait-il amener ce lecteur ? Nous ne le sa- ET C O N N AISSÂNCE VULGAIRE
commérages de Thérèse Levasseur. Rous-
seau, exaspéré, ne tient plus en place. Il
prend la fuite et va chercher un asile dans
vons,pas au juste il est probable qu'il a la région lyonnaise. Thérèse le rejoindra
plus tard à Bourgoin, où il commettra l'ex-
seulement entendu le conduire à plus de travagance de l'épouser. Sur ces.eiitrefai-
pitié, sans préconiser nettement aucune so- tes, l'absurde histoire du chamoiseur Thé-
lution politique du problème social. Tout observations
etnos expériences dans venin viendra tourmenter d'une façon
C'est un préjugé fort répandu et entre- le nes électriques d'une infinie subtilité. C'est t-on croire alors, loyalement, qu'on trou- vraiment excessive
au plus savons-nous qu'il estimait (et à tra- tenu, que de croire à une différence essen- champ des dimensions il notre mesure. splendide mais ce n'est tout de même vera dans la science de quoi plus ten- le trop sensible philo-
vers lui parlait sans doute la voix de ses tielle entre la connaissance scientifique et Du monde astronomique, par exemple, ne « sophe.
ancêtres du Devonshire) que l'Angleterre que de la technique. dre les bras vers un ciel vide» (Jean
la connaissance vulgaire. Il ne s'agit tou- nous ne savons rien que par l'usage de Ce que je dis là de l'observation s'étend Perrin) ? Tel est le sujet de ce XVIIIe tome de la
ne retrouverait sa grandeur passée que que
par jours, dans l'une comme dans l'autre, que lunettes, spectroscopes, clichés photogra- à l'expérience les possibilités d'interve- Correspondance, dans lequel on trouvera,
un retour à la terre. Nous savons aussi ré- de nous orienter à travers le monde de phiques. Du monde atomique, à l'opposé, nir activement dans les phénomènes et de Quiconque aime sincèrement la science avec 150 autres déjà connues, une quaran-
ce dont il rêvait n'était pas tant d'une nos expériences et d'y commander aux nous ne savons rien que par des procédés les diriger s'accroissent continuellement, éprouve de la gêne à lire ces. hors- taine de lettres entièrement inédites et une
volution sociale que d'une révolution mo- analogues et par des instruments à mesu-
rale qui ferait comprendre aux hommes événements, dans la mesure que nous a pour notre grand profit. Mais encore ce d'œuvre. Il suivra de préférence les philo- quinzaine qui le sont en partie.
qu'ils étaient tous frères. Mais surtout, il concédée la puissance supérieure, seule rer températures, pressions, chaleurs spé- n'est question que de degré l'homme sophes-savants qui ne cèdent pas aux Six belles planches hors texte en com-
répétait que son rôle n'était pas de donner capable de régenter souverainement le cifiques, etc. Du psychique d'autrui, nous ne reste homme, rivé aux chaînes d'une seule superstitions scientistes, qui distinguent plètent l'intérêt documentaire.
à ses concitoyens des leçons de politique, monde vrai. savons que notre psychique à nous; par- nature de connaissance technique ou scien- avec scrupule entre ce qu'ils savent de
mais simplement de les aider à voir, à com- Le fait est que les instruments et les comparaison entre nos manifestations ex- tifique. S'il prend son vol, ce n'est qu'en connaissance certaine, humaine, et les
prendre et à aimer. Et quand il disait cela,
il apparaît bien que c'était presque uni-
méthodes ont accompli des progrès extra- térieures respectives. En toutes ces circons-
ordinaires depuis un siècle, aussi bien tances nous ne prenons un contact direct
paroles fallacieusement imagées.
Et puis, au langage fruste de la vie ba- àgnés
excursions fantaisistes dans des
la porte desquels nous sommes consi-
domaines Nouvelles Artistiques
quement vers l'aristocratie qu'il se tour- pour l'étude de l'organique que pour celle qu'avec des instruments à notre taille. Si nale, l'homme de science a substitué des dans notre vie terrestre. Lorsque
nait. S'il s'est montré si dur pour les aris- de l'inorganique. Mais cela ne saurait jus- nous décrivons néanmoins une image du façons de s'exprimer beaucoup mieux Relativité, nous ferons de brèves incursions dans la
tocrates, ce n'était pas bien au contraire tifier la croyance que, dans un avenir monde qui, par la forme de nos discours, adaptées au comportement des faits dans mécaniquesdans le monde atomique et ses
indéterminé, une envolée définitive se semble s'en détacher, ce n'est qu'une appa- le monde, le mode mathématique par les soi-disantnouvellement définies, dans
parce qu'il jugeait que leur règne était produira au-dessus des pratiques de la vie rence, dont on ne doit pas être dupe. Der- théories matérialistes de la Au musée de Bordeaux
achevé. S'il voulait leur conversion, c'est quotidienne. Et ce n'est certes pas à dé- rière la poésie des descriptions, invariable- exemple. Ces perfectionnements,il les pro-
vie organique et psychique, nous
pour qu'ils redevinssent comme autrefois tromper le public que s'applique en général ment, nous n'exprimons jamais que ce que
longe en imprimant à sa pensée une direc- attacherons
à montrer,à la lumière
nous
les guides vénérés de la masse, les maîtres tion convenable, pour élaborer et formuler leur enseignement de Le musée d'Art ancien de Bordeauxvient

••
incontestés de la nation.
Charles Chassé.
la littérature de vulgarisation, avec son nos instruments, grossiers ou de haute per-
tour« merveilles de la science » Essayons fection, présentent à nos sens humains,
ici de montrer que les énoncés scienti- à notre jugement humain. Aucun autre
fiques, au sens philosophique du mot, ne contenu logique le fard seul est différent
logiquement les résultats obtenus, pour les rien dans
traduire au mieux des exigences de notre malgré le tapage
intelligence et de nos appétits d'ordre et d'elles,
d'économie. Ainsi en vient-il à codifier en ne soulève
strictement positif, que de recevoir une importante collection de
ces questions passionnantes, faïences, provenant de la donation Pelle-
tendancieux fait autour port. Cette donation comprenait également
des conflits scientifi- de nombreux souvenirs de Napoléon, parmi
valent jamais que par ce qui doit être selon les modes de présentation. C'est pure lois les régularités observées, les lois en ques avec le sentiment religieux que lesquels le Napoléon de Meissonier, bronze
entendu expérimentalement sous leurs pro- plaisanterie que la prétention de voir les plutôt, si l'on s'élève au-dessus des résul- à cire perdue.
AU MUSÉE SCHILLER positions, c'est-à-dire par ce qui s'exprime atomes ou de sentir à l'espace des dimen- théories. tats techniques du laboratoire, on ne peut
Bref, l'homme de science sait beaucoup conférer un sens à •• • "l

en dernière analyse au moyen de référen- sions que ni vous ni moi n'utilisons pour plus sur le monde que l'homme de la rue ce que l'on formule L'art moderne à Dresde <-
ces à des actes de la vie pratique. La situer un objet par rapport à des repères. qu'en donnant k Dieu et à l'Ame leur juste
science reste donc attachée par là à l'hum- Quelle différence y a-t-il donc entre il sait- mieux, il' classe mieux. Par ailleurs, place. Si je ne détestais la Une nouvelle galerie de peinture mo-
grosse caisse
La collection du baron von Gleichen- ble Terre ceux qui chantent le contraire l'image du monde que nous nous faisons aucune différence de nature entre leurs et les cymbales ces choses de véri- derne a été ouverte récemment à Dresde,
Russwurm, arrière-petit-fils du poète, vient nous trompent. dans notre existence quotidienne et celle savoirs. L'homme ds science, philosophe table science, jedans chanterais avec Renan, sur la Bruhlsche Terasse. Toutes les ten-
d'être versée au musée national Schiller Que font les hommes adonnés aux scien- à laquelle nous conduit le procédé scien- autant qu'expérimentateur, scrute le sens sans probablement m'accorder
avec lui dances de l'art allemand moderne y sont
ces ? Quel rapport y a-t-il entre ce qu'ils tifique ? D'où provient-elle ? logique de tous les énoncés. C'est alors pour le fond « C'est le Dieu éternel
de Marbach. Cette collection contient, no- qui représentées (F. von Reyskis, Ludwig
tamment, un portrait de Schiller, exécuté disent et ce qu'ils font ?Car, enfin, je D'abord, l'homme de science utilise des qu'il se sépare du commun, trop enclin se manifestera pleinement quand la science Richter, Bœcklin, Feuerbach, Max Klinger,
ne connais pas d'autre manière de donner moyens d'observation et d'expérience plus aux superstitions à l'égard d'une science ceindra la couronne monarchique Max Liebermann, Corinth, Slevogt, Fritz
pour sa femme en 1805 par Tischbein, des un sens à des paroles, à moins de n'y voir puissants télescopes et microscopes, au qu'on lui présente comme devant lui ser- gnera sans rivale. Alors, la Raison et ré- Uhde, Trubner, etc.). Une salle est
portraits de famille, des dessins, des aqua- que des sons ou de l'encre. Pour nous, lieu des simples yeux, par exemple. Le vir de religion ou d'antireiigion. Le véri- au monde sa beauté perdue. rendra von consacrée à l'école française et réunit des
relles, des volumes provenant de la biblio- hommes, l'univers, dans l'acception la millionième de millimètre, le millième de table savant reconnaît qu'il faut en venir Mais il y a science et science.
»
œuvres de Courbet, Couture, Van Gogh,
thèque de Schiller, ainsi que des objets plus étendue de ce terme, ne sera jamais seconde lui sont des unités courantes ses toujours aux lunettes, aux clichés, aux hor- Gauguin, Manet, Monet, Renoir, Puvis de
lui ayant appartenu. que ce que nous savons de lui par nos galvanomètres lui décèlent des phénomè- loges, aux règles graduées, etc. A qui fera- Général Vouillemin. Chavannes, Degas, Toulouse-Lautrec.
Bonne
COURRIER DE LA BOURSEàleurs

Marché généralement ferme.


lisse.
tes.
»>
1.340, a donné le ton aux autres
métallurgie

Fermeté des banques.


tenue du Suez et des che-
31janvier
seuls
deconstruc- L'ART

tout à fait la couronne danoise. En


Un telle sorte que les facteurs purement
nationaux de la cote du change
peu plus d'activité, surtout en Cou- jouent
Reprise marquée des Ren- vorables. ils sont fa- et
Quant au dollar canadien, il pa-
rait. d'autre part, glisser peu à peu
ne pas
de

touché 502 en cours de séance.


Des réalisations
ou
tion automobile. Citroën s'est avancé
de 519 à 537, et les Moteurs Gnome, de
459 à 490. Cette dernière valeur a même

très compréhen-
sibles, surtout un jour de liquidation,
après l'importante étape fournie de-
puis un mois se sont fait jour sur
va-

A l'Hôtel Drouot
Livres de toutes les époques
Me Maurice Ader et M. Georges An-
drieux
ET LA CURIOSITÉ

ont dispersé hier un excellent <s OH PAPA »


quelques mines d'or de Coulisse, mais ensemble de volumes composant la bi-
elles n'ont guère eu d'autre résultat bliothèque de M. X. et des autographes
ECHO
Spectacles
S El v PROPOS
Mlle Suzanne Dehelly fera sa rentrée dans
un rôle de demi-mondaine qui n'a pas
Les trois noms associés des Nouveautés, réussi. Mlle Davia sera une jeune fille vraie
9 Monsieur le Comte, de MM. Yvan
heures
Noé et H. de Vere-Stacpoole. (M. André
Leraur, Mme Jeanne Provost; MM. Marcel
Carpentier et Jacques Gretlllat).
VARIETES (Gut. 09-92), à 9 heures:
Aurélie, de Mme Germaine Lefrancq (Mmes
mins de fer. Amélioration du Marguerite Plerry; MM. Pauley, Marcel Val-
Métropolitain et de l'électricité en d'un cours voisin de celui du dollar appartenant à divers
que de marquer la courbe ascension- bum de 350 lettres autographes, presque d'André Barde et de Maurice Yvain évo- qui
amateurs. Un al- n'en est que plus dangereuse, et Mlle lée Mme Mady Berry. M. Larquet).
'; général. Avance du Rio et de américain vers une parité rappro- nelle d'un palier. Au Parquet, la Cen- toutes du xixe siècle, fut adjugé 1.250 quent un certain nombre de succès Pas Christiane Néré, une jeune mariée.
la Royal. Réalisations en mines chée de celle de la livre anglaise. tral Mining, qui s'était enlevée, dans francsLe Décaméron de Jean Boccace sur la bouche. Kadubec. Encore cinquante Carol, Du côté des hommes, nous verrons M.
ALBERT-I" telache.
d'or. L'explication n'en est pas plus diffi- la première séance, de 1.218 à 1.258, a (1757-1761), 3.500 francs Les Baisers, centimes. d'une rondeur communicative Ro-
cile. Au fond, le dollar canadien subi ensuite l'influence des disposi- de Dorat (1770), dans un maroquin de bert Darthez, Germain Champell et Pierre AMBIGU (Nord 36-31), à 8 h. 45: Topaze.
Sans que le marché se préoccupe reste bien soumis à l'influence de Une fois de plus, M. Benoît-Léon Deutsch Feuillère qui, abandonnant la comédie, fera ATELIER, 9heures Cyprien, La Paix.
de pénétrer les arcanes de la poli- tions dominantes du marché en ban- Chamholle-Duru, 1.160 francs Les Con- a confié les intérêts de son théâtre et de son
Le Temps est un songe; Mlle
tique, il lui est apparu que les so- son frère des Etats-Unis. C'est-à-dire tes de La Fontaine (Amsterdam, 1762), public à la même équipe. ses débuts dans l'opérette. AVENUE
que, et elle est revenue à 1.233. édition Fermiers Julie (Pitoëff).
que, comme pour lui, la tendance
cialistes se sont trouvés aussi près présente Les mines de cuivre se sont mon-
plaire
des
présent
Généraux,
maroquin
exem-
se réfère dit bien
Ajoutons les noms de M. Borels, Suzanne
Blanchet,
CHATELET (Gut. 02-S7), à 8 h. 30
est défavorable. Mais le sou- trées soutenues Rio, 1.485, puis 1.487 coré de dans un dé- Oh 1 Papa au genre « Mariette Fauré, L. Isidora et Lu-
du pouvoir que possible. L'annonce tien efficace que la Banque d'Angle- par Gravelot, 6.800 francs un parisien ». L'action, qui traite de la place cette Joussy. Kina-ltosa (André Baugé, Bach et Slm Viva).
contre 1.462. Reprise également des va- exemplaire
que leur couronnement officiel étail terre accorde au dollar américain, à sur japqjude
leurs de pétrole, mais plus nette et rie-Antoinette, par Pierre de Nohlac
La Reine Ma- importante que prennent les jeunes filles M. Jacques Baumer a mis la pièce en CLUNY (Odéon 07-7G), à 8 h. 45 Rose-
tlaric.
pour le moins ajourné ne pouvait, New-York, ne s'étend pas au dollar plus durable au Parquet qu'en Cou- (1890), 800 francs dans la société moderne,
les" Œuvres de Vol- à Paris, puis à Bandol. se passe d'abord scène, et M. Robert Quinault en a réglé COMŒDIA, à 9 h.:Une joliefille.
par contraste, que produire la meil- canadien,à Ottawa. Celui-ci est donc lisse. La Royal Duich s'est inscrite, aux taire, édition de Kclil, 1.000 francs les danses. DEJAZET, 8,30: Joseph est un cochon.
leure impression. En outre, la Bourse quelque peul'abandon sur la pente deux clôtures, à 1.585 et 1.580 contre Onze lettres de Gpbriele d'Annunzio A côté de l'excellent fantaisiste Boucot, se C'est dans deux décors de M. Bertin" que
n'a pas manqué d'observer que si où celui-là est arrêté, autant par les 1.555 la veille. La Shell, qui avait com- adressées à Sarah Bcrnhardt, 6.000 fr., Mlle Jacqueline Francell personnifiera une passent les trois actes de Oh1 Papa
DENFERT-ROCIIEREAU,à « h.: Etc., Etc.
EMBASSY, 9,15 La Femme d'une heure.
le Sacre de M. Blum n'a pas eu lieu, concours dont il bénéficie que par et 21 lettres de Victorien
mencé par s'avancer de 204 50 à 207 50, rait Bernhardt, 1.625 francs. Sardou à Sa- fausse jeune fille avec un charme et une dont l'exécution sera dirigée par M. Pierre FOLIES-WAGRAM relâche.
et si l'Investiture a été refusée à ses moyens propres. C'est un para- voix qui lui feront pardonner son mensonge. Chagnon. FONTAINE, 8,30: nouveau spectacle.
M. Renaudel, c'était en partie à doxe parmibeaucoup d'autres. a fini faible à 202 50.
causé d'elle dans la querelle des F.-F. L. Tapis d'Orient GOBELINS, à 8 h. 30 Paillasse.
Avant-hier, à la salle 12, Me Gabriel GR.-GUIGNOL, 9 h. La Prison du Vice.
radicaux et des socialistes, la ques- INFORMATIONS FINANCIERES et M. Enkiri ont obtenu 2.420 francs, Théâtres répétitions de Léopold le Bien-Aimé. MOULIN-CHANSON, 9 h.: Pays du Soleil.
tion de la suppression des titres au Les Cours caractéristiques pour un tapis Férahan 5.400 francs, BOUFFES PARISIENS (Gut. 45-58), à ŒUVRE (Trin. 42-52), à 8 h. 45 Une
porteur a été de première impor- pour un tapis de Chine 6.000 francs, 8 h. 45 Un Soir de Réveillon. Vilaine Femme.
tance. Il est excellent qu'elle ait été Les titres étrangers pour un tapis de Djouchaban 2.050 fr., CAPUCINES (Gut. 50-38), à 8 h. 45: PORTE SAINT MARTIN (Nord 37-53)
tranchée dans le sens qu'imposent tomparaiion NOMBRE
pour lm tapis de Yérovan 1.105 francs Ce soir Le Garçon de chez Prunier, d'André Barde, à 8 h. 15 Cyrano de Bergerac.
les réalités. Ayant, paraît-il, le loua- TITRES ;uu,"s
ai mars de «1res
in Jour prêt» traités
et leurs certificats représentatifs pour un tapis de Cuiné, et 2.200 francs, Michel Carré, Szulc. (Dorville, Pierrette RENAISSANCE (Nord 37-03), à 9 heures:
ble dessein de préserver la sécurité tapis Zilli Sultan. Marld, Eliane de Creus, Christiane Dor, Ed- Le Désir.
Le Journal Officiel vient de publier pour un Répétitions générales
extérieure du pays, M. Daladier a
agi logiquement en ne précipitant 4 1/2 1032 92
3 0/0
77..+
A.
45 -f
0 05 112.208
786;
1
le décret réglant l'émission en France
de certificats représentatifs de titres
Tableaux et objets d'art
M" Ed. Giard et M. de Beaumont ont NOUVEAUTES (Prov. 52-76), 4 8 h. '45
mond Roze, M. némy, Lestelly, Ruth Fel-
der, avec Christiane uclync).
COMEDIE DES CHAMPS-ELYSEES (Elys.
SCALA, à 8 h. 45 Le Progrès s'amuse.
STUDIO DES CHAMPS-ELYSEES. 8 h. 45:
Vénus et Adonis; Le Viol de Lucrèce.
pas l'économie nationale dans une 4 1/3 1033 0 20 945.
045
B. étrangers non abonnés. noté de leur côté1.200 pour Oh! Papa!, M. opérette de M. André Barde. 72-42), a 9 heures: La Margrave, de M. STUDIO DE PARIS, 9 h. 20 L'Ange.
aventure aux conséquences incalcu- B. France. 11820 93 45 + 0 25
Cette émission est soumise à l'appro- un vase balustre en biscuit francs, Maurice Yvain. Alfred Savoir (Mme Vera Serglne Mlles
lables.. Foncier.
+190
-h 15
139,
bation préalable du ministre des finan- turquoise, époque Kang-bi émaillé bleu Musique de
1.900 fr., COMPAGNIE DE LA RENAISSANCE FRAN- Lucienne Bogaert, Wenûling MM. Louis THEATRE DES ARTS relâche.
THEATRE DES CHAMPS-ELYSEES,8 h.
De
E
4785 74,
ces. Les établissements de banque doi- pour un groupe applique à cinq person- ÇAISE (Cercle National, 2, avenue Portails), Jouvet, Renoir, etc.) 36-74), à 8 h. 55
ces considérations objectives,
la Bourse a voulu se contenter. Elle
a même cru pouvoir y trouver des C. P. D.
Lyonnais. 2130
Sucz.
17405 ..+ 55
2200 +
+ 40

10
701j
231
91
vent souscrire au bureau de l'enregistre- nages Portement de la croix, Flan- à 8 h. 30 Le Flibustier, de Jean Richepin;
ment une déclaration préalable indi- dres, xvi" siècle, et 2.800 francs, pour L'Eté de la Saint-Martin, de H. Mellhac et
DAUNOU (Louvre
Azor. opérette de Gabaroche.
LYRIQUE (Archives 29-20), à
30
lien.
Le Roi Lear (Ermete Zacconi). En ita-
THEATRE DES DEUX-ANES (Marc. 10-
motifs d'envisager l'avenir avec un
Azote Norv. 835
1120Péchiney+ 13
+29
806; quant notamment le nombre, la nature deux sujets en bronze patiné du xvue L. Halévy.
et, s'il y a lieu, la valeur nominale des siècle, école française Vénus et Bac- 8
OAITE
h. 30 Le Pays du Sourire, de M. Franz 2C), à 9 h.:A la Poulbot.
soudain optimisme. De son attitude, Rio
il semblerait résulter que l'union des 1487..
1580.. + 25
Tinto
+25..
Dntch.
1762;
1791( titres étrangers qui doivent être repré- chus.
sentés par lesdits certificats. Me Buzot a adjugé 1.010 francs, un lit
Premières représentations t
Lehar
Mmes
(MM. Wllly
Georgette
Thunis, Paul Darnols
Simon, Cœcllla Navarre et
THEATRE DE DIX-HEURES (Marc. 07-
48), à 10 heures Martini, Rieux et Lou-
partis de gouvernement est pro- R. 2374;
Quant à ces certificats eux-mêmes, ils de repos Directoire 1.450 francs, un OPERA (Louvre 07-05), à 8 heures 15:
SI. Duvaleix).
GYMNASE (Prov. 16-15), à 9 heures:
lou liégoburu.
TBIAN.-LYR., 8 h. 30 Carabas et Cie.
chaine. Ses raisonnements sont, à sont extraits d'un registre à souche et canapé et deux bergères, et 1.010 francs, reprise de Guercœur. Félix, de M. Henry Bernstein (Mlle Gaby VIEUX-COLOMBIER, à 9 heures Nyola
cet égard, d'une rigueur toute car- A TRAVERS LES GROUPES doivent comporter plusieurs désigna- quatre chaises gondoles. THEATRE DES CHAMPS-ELYSEES, à Morlay MM. Constant Rémy, Berthter; liujoha, Nimurn.
tésienne. Sans en contester l'ordon- tions, notamment celle de l'établisse- Me Bignon et M. Logé ont obtenu 8 h. 30 Le Roi Lear (Représentation de Mme Maria Fromet MM. Blondeau, Dor-
ment de banque émetteur, et celle de 1.300 francs, pour un canapé d'époque Ermete Zaccont. en italien).
nance agréable, l'on ne se défendra La cotation d'un déport de 4 centi- la collectivité émettrice des titres étran- Louis XVI 1.305 francs, pour une ber- léac, Pally. Raymond-Marcel).

(
pas de douter que de telles métho- gers représentés. gère d'époque Directoire 2.900 francs,
matinée MADELEINE (Anjou 07-00), à 9 heures:
Notes et informations
des puissent utilement servir à pré- mes sur le 3 0/0 et de 5 centimes sur L'établissement émetteur sera chargé pour un salon Louis XIV 3.400 francs, En matinée Dans sa candeur naïve, de M. Jacques De-
les 4 0/0 1917 et 1918, qui prouve val (Mmes Marthe Régnier, Marthe Mellot,
juger la conduite du Parlement.
Quoi qu'il en soit, presque toute
la cote a marqué un pas en avant.
l'existence de positions vendeur, four-
nit une partie de l'explication de la
d'assurer le paiement à l'Etat de l'im- pour une salle à manger moderne en
pôt de 20 0/0 compté sur un montant acajou, et 1.500 francs, pour un bureau-
ne comportant, à l'exclusion de toute cylindre.
GRAND-GUIGNOL,
spectacle qu'en soirée.
S heures à
Lucienne Parizet; MM. Paul Bernard, Emile
même Roques, Raymond Marcel, Henry Boïc).
MATHURINS (Anjou 90-00), à 9 heures':
On annonce
Le théâtre de la Madeleine, qui avait
fermeté des Rentes, cela sans dimi-
Les Rentes, elles-mêmes, ne sont pas nuer l'influence du facteur politique.
restées en arrière. Quant aux va- Exception faite pour le 4 0/0 1925, qui
leurs étrangères, elles n'ont pas été a fléchi de 109 10 à 108 75, toutes les
autre déduction pour commissions ou
frais, que celle des impôts directement
prélevés dans le pays étranger d'origine n
Maurice Monda. .1 '"Ënjsoirëe • "$
La Voie lactée, de M. Alfred Savoir.
MICHEL (Anjou 35-02), à 9 heures
•-'> *:iP Teddy and Partner, de M. Yvan Noé (MM.
fait relâche hier et avant-hier, par suite
d'une indisposition d'artiste, reprend soir
le cours des représentations de Dans sa can-
a
moins favorisées que les titres na- séries ont monté le 3 0/0, à 77 contre sur le coupon brut. Vente d'aujourd'hui Pierre Fresnay, Rollln, René Blancard, Ro-
bert Darthez et Pasquali; Mlles Renée De- deur naïve.
tionaux. Dans cette ambiance, assez 76 95 le 4 0/0 1917, à 87 90 contre Caisse des Dépôts OPERA (Louvre 07-05), à 8 heures 15 villers. Pauline Carton). Les Vieux Bébés,
Guercœur (Mlles Yvonnn Gall, Doniau-Blanc, Un dîner, suivi d'une brillante réception,
animée et confiante, la liquidation 87 45 le 4 0/0 1918, à 87 10 contre et Consignations HOTEL DROUOT. Salle n° 6. Morère, Lapeyrette. M. Endrèze. Mlle Marisa de M. André Rivollet (Mlle Maud Loty, M.
vient d'être offert par Mme Pauline Do-
a passé pour ainsi dire inaperçue. 86 55 le 5 0/0 1920, à 118 90 contre Objets d'art anciens, princi-
Vente. Ferrer, M. Forti). Orch. M. François Ruhl- Robert Darthez).
nalda, la célèbre cantatrice que l'on a
Le taux des reports au Parquet a 118 30 le 4 1/2 0/0 A, à 92 45 contre Le bilan de cet Etablissement au 30 palement du xvme siècle, appartenant
M° ri MICHODIERE (Rich. 95-23), &g h. 45
été ramené de 1/4 à 1/8 0/0 mais 92 25, et le 4 1/2 0/0 B, à 93 50 con- juin 1932 se totalise à 47.085.079.892 fr. M. D. et à M.de G. Maurice nn.
ma COMEDIE-FRANÇAISE
(Gut. 02-22). a La Fleur des Pois, de M. Ed. Bourdet (MM. tant de fois applaudie dans toutes les gran-
contre 45.946.292.581 fr. au 31 mars 1932. Ader, successeur de Me Lair-Dubreuil Victor Boucher, Alerme et Saturnin Fabre; des villes d'Europe et d'Amérique. Nous
il demeure le plus souvent nominal tre 93 30. 8 h. 45 Le Secret, de M. Henry Bernstein noté la présence du ministre du Ca-
Au passif, les dépôts des Caisses MM. Schœller et Pape. (MiM. Alexandre, Yonnel, Pierre Bertin, Le Mmes Marguerite Deval et Yolande Laffon). avons
d'assez nombreux reports au pair Reprise, parmi les fonds d'Etat étran- d'épargne sont passés de 32.035.583.633
32.469.917.886 GoiT; Mmes Ventura, Madeleine Renaud, An- THEATRE lYIOQADOR (Trin. 18-37), à nada et de Mme Philippe Roy, de Mlle
sont encore enregistrés plusieurs gers, de l'Emprunt Young, à 680 contre francs à fr. Les fonds drée de Chauveron). S h. 30: L'Auberge du Cheval-Blanc, Renée du Minil, docteur et Mme P.-Emile
valeurs, .dont diverses Rentes, font 674, mais pendant la première séance de réserve et de garantie des Caisses CHEMIN DE FER DE PARIS A ORLEANS OPERA-COMIQUE (Gut. 05-76), à 8 heu- d'Erlck Charall (Robert Allard, Charpin, Weil, baronne Locré, MM. Pierre de Bré-
l'objet de déports. Aucune indica- seulement, le titre étant revenu à 676 d'épargne sont stationnaires à 2 mil- res 15 Manon, de Mas'senet (M. Sydney Goavec, Dorval, Bever; Mlles Ristori, Car- ville, Max d'Ollone, Jean-André Messager,
liards 150.039.175 fr. Les consignations dey, Reverelly, Monette Blnay, Regelly). Pierre Faubert.
tion positive n'est ainsi fournie sur ensuite. Les voyages aux Baléares Rayner, Mlle Agnus; MM. Lanzone, Gauld,
la proportion actuelle des acheteurs Rachats sur les fonds turcs, d'où ont augmenté d'un peu plus de 38 mil- .Iles du soleil, iles au climat délicieux, Ilérent, Jean Vieuille, Morturier; Mlles Le- MONTPARNASSE (Gaston Baty) (Danton
lions à 1.834.672.761 fr.; les dépôts di- bard. Delille. Bernadet). Orch.: M. Paul 89-90). à 9 heures A l'ombre du mal, Mademoiselle Julie, de StrindberK Le
et des vendeurs. les Baléares sont à la mode. La beauté de
journée, c'est qu'il avance du 4 0/0 Unifié, à 28 90 contre vers de 147 millions à 3.407.616.750 fr.; Bastide. M. H.-R. Lenormand. Têtes de rechange, de Temps est un songe, de Lenormand. deux
La leçon de la leurs paysages, des sites originaux comme
75, et du 5 0/0 1914, à 28 contre les créditeurs divers de 209 millions à Palma. Miramar et Formentor, l'intérêt de ODEON (Danton 58-13), a 8 heures 30: Jean-Victor Pellerin, mise en scène et dé- chefs-d'œuvre joués jusqu'au 12 février au
faut peu de chose, en somme, pour 27 3.944.804.744 fr. Les fonds des sociétés leurs monuments anciens et le bon marché L'Affaire des Poisons, de Victorien Sardou cors de Gaston Baty. théâtre de l'Avenue, par G. et Ludmilla
changer la physionomie générale de 27Les 15.
banques ont fait preuve de beau-
la Bourse et lui permettre l'espé- coup de fermeté
de secours mutuels sont en diminution du sejour
de 710.615.539 fr. à 695.217.773 fr. Les ?)ide
y
favorisent les villégiatures.
De Paris à Majorque, la voie lu plus ra-
(MM. Félix Oudart, Roger Weber, Lucien
Pascal, Louis Seigner, Paul OEttly; Mmes
NOUVEAUTES (Prov. 52-76), à 8 h. 45 Pitoëff et Germaine Dermoz.
Oh! Papa!, de MM. André Barde et Maurice
Banque de France, est celle du Pnrjs-quui d'Orsay-Tou-
produits réalisés sont passés'de 341 mil- ousc-Barcelonc; Jeanne Briey, i.ily Mounet, Brévllle, Sllvain, Yvaln (,M. Boucot; Mmes Jacqueline Fran- Théâtre Champs-Elysées..• CC
rance. 11.820 contre 11.630 Banque de Pa- Barcelone mérite d'ailleurs cell, Suzanne Dehelly, Davia; MM. Pierre DES
Les changes lions 111.138 fr. à 945.809.464 francs. de retenir le voyageur, et les excursions au- Madeleine Durct). soir, à 20 h. 3o, grand gala. Le tragédien
ris, 1.664 contre 1.631 Crédit Lyon- En ce qui concerne les comptes d'em- tour de cette immense et belle ville sont Demain, a 2 h. 15 « Clnna »; à 8 h. 45: Feuillère, Germain Champell, Mlle Chris- italien Ermete Zacconi, dans Le Roi Lear,
Nul mouvement intéressant lie peut nais, 2.130 contre 2.090 Union Pari- ploi, à l'actif, les rentes sur l'Etat et les d'un puissant intérêt, notamment dans Je La Tour de Kesle ». Hane Ncré, M. Robert Darthez). de Shakespeare.
s'observer en ce moment sur le mar- sienne, 450 contre 433. Comptoir d'Es- valeurs diverses sont passées de 25 mil- assurent
massif de Montserrat. D'excellents bateaux
les jours, sauf le dimanche, lit
PALAIS-ROYAL (Gut. 02-50), & 9 heu-
ché des grandes devises, pour cette compte, 1.172 contre 1.160. liards 408.816.723 fr. à 25.535.303.237 fr.; traverséetous la plus courte de Barcelone à AMBASSADEURS (Anjou 97-60), à 9 h.
res La Maison d'en face, de M. Paul Nt-
voix (Mmes Jane Renouardt, Mireille, Renée La répétition générale de Léopold le Bien-
raison, qui a déjà été dite ici, que Si l'action de capital Suez n'a que les Lons de la Défense et valeurs à Palma. 30 Le Cercle, de Somerset Maugham Varville, A. Champeaux; MM. Louvigny, avec Aimé, à l'Athénée, sera donnée à bureaux
la Banque d'Angleterre en règle à sa modérément monté, à 17.405 contre court terme de 5.519.161.045 francs à A l'intérieur de' Majorque,trainsdes circuits
adaptation de M. II. de Carbuccla (Huguette Duvallès. Paul Falvre). ouverts.
5.841.987.114 fr.; les -rets de 6 milliards d'autocars et des services de permet- POTINIERE (Central 86-21), à 9 heures
guise toutes les variations. 17.350, et si la part civile a même 105.670.857 fr. à 6.791.561.237 fr.; les tent au touriste de combiner facilement lui- Duflos, Marguerite Moreno, Lucien Rozen-
Eu .revanche,, deux monnaies se- perdu 30-fr., à .4.170, la part de fonda- comptes courants de 8.301.097.410 fr. à ntême des excursions. berg, Aimé Clarlond et Michel Simon). Les Hommes perdus (MM. Jean Janvier, Lï Syndicat des Auteurs Dramatiques
couidaires. subissent des fluctuations teur a vigoureusement progressé, de 8.396.304.978 francs.
Demandez des renseignements à l'Agence ANTOINE (Botzarls 21-00), à 8 h. 45 Maurice Lagrenee, J.-P. Aumont, Ph. Jan- donnera, samedi prochain, à 2 h. 30, au
des Chemins de fer d'Orléans et du Midi, Le Moulin de la Galette (MM. Henri RoUan, vier, Mlle Suzanne Stanley). théâtre Comœdia, son nouveau gala de
dont V'éssenliel doit être relevé. 15.305 à 15.405. Grands réseaux fran- 10, boulevard des Capucines, à Paris, où SAINT-GEORGES (Trin. 63-47), à 9 h.
La couronne danoise, d'une part, çais très calmes. Raffermissement du Société des Moteurs Gnome vous pourrez vous procurer un billet de Gaston Dubosc: Mmes Jeanne Bottel, Mar-
the AJyciii, Charlotte Barbicr-Kratiss). Trois et Une, de M. Dcnys Amiel (M. André
La Pièce en un Acte.
Au programme La clmmbre bleue, de
chemin de fer pour Barcelone et le billet de
a été victime d'un nouvel accès de Métropolitain. à 1.288 contre 1.277 et, '• et Rhône passage Bavcelone-Bu(ma.
ATHENEE (Central 82-23), relâche pour Luguet, Miles G.ibrlelle Dorziat, Alice Fleld, M. Léon Rey, d'après la nouvelle de Pros-
faiblesse. Pourquoi n: Cette devise ensuite, en deuxième séance, à 1.291. Les comptes de l'exercice clos le 15
MM. D. I.ecourtois et Jean Wall).
per Mérimée Vexte à Vencan, de M. F.-N.

la liv,rc sterling dans sa chute. Mais


Dans le groupe des valeurs d'élec-
a suivi le plus facilement du monde tricité,
un seul mouvement important
août dû
blée 1(9,32, qui seront soumis
15 février, font
à l'assem-
ressortir
un bé-
SURPASTILLES VICHY-ETAT 8
SARAH-BERNHARDT (Arch. 00-70), &
h. 30 Mon Curé chez les riches, de MM.
André de Lorde et Pierre Chaîne (MMj Hen-
Josse Argent de suite, de M. Gabriel
d'Hervilliez L'Indigent, de M. Charles Vil-
drac.
la réciproque n'est pas vraie. C'est la reprise de VUnion d'Electricité, il
francs, néfice net de 5.034.299 fr. contre 8 mil- Assainissent ry Laverne, Henri Monteux, A. Decœur, J.
le châtiment des monnaies satelli- 786 contre 771 les autres titres ont lions 803.483 francs l'exercice précédent. Mmes Jeanne Jchunno, Mad. Mlle Fanny Heldy repa-
tes. La puissante spéculation ac- été fermes, mais sans décalage sérieux. Le Conseil ne proposera pas
tribution de dividende.
de
dis-
la bouche Parfument l'haleineFacilitent la digestion
Dumontier
Thomas, Alice Trssol).
A L'OPÉRA.
raîtra vendredi dans La Traviata, avec M.
tuelleà la hausse du sterling néslise.qui regagné 26
Le Creusot, a THEATRE DE PARIS (Trin. 20-44), a Paul Vergnes et M. Endrèze, dans les deux

BOURSE IDXJ 3± JA3VVIER ±&33


brut fréeU" cours MARUHk» tTRANbbRS
Précéd» pPécéd,, C0llrs brul _1 précéd
tnRAMDIIC

~7~
TERME riniurp nprnipr
précedu co™s Aninvriuir
COMPTANT Clôture Dernier /innaD-rmuT
COMPTANT Clôture Dernier Revenu ^niuri-riiMT
COMPTANT Clôture Dernier Revenu rniMDT a mt
COMPTANT Clôture Dernier BAKlint
MARPUt PM BANyUt Clôture Dernier MADPUCO CTDXUPCQC Clôture Dernier

||
R"SJU cours pi,ecéd,, cours précM,.
cours cours

B. 4»«i&* «^0
Maroc5%1910

& g^ s,
762.. 765.. LONDRES
fo'Jïgïf "r S?* | Franoal.

5 'l'o
tu/IZ Pologne 7 1927 1635 ..1635.. BANQUES
3% Pr 2225 i(i Béthune (Cu de) nouv 5700
•••••
302.
Portugal série 25 5725 q%
7695 77
8745
FONDS D'ÉTATS Occidentale.
3 1" 4110
*$ « 25 1 42 85 Charbonnages du Tonkin 2930 ..3055.. TERME 1 22 22

S 92OamortisVabï«!
103753% 8655 8710
--5%.
Rente Bons.
unifiée 4 255.. d. Roumanie
3050
742 4% 1922 213.. 212 Banque
(Houillères) parts
Afrique
4%-igla
Nndo-Chin
741
24582458 8 30>0
36
25
Commentry-Fourchambault 565.. 575..
Dombrowa

ê^is^
§oX;
5~01920a,mortlssabla.
'1917.
1 18 30 1 18 90 0/ 74114741/2
tr^32BA:
4 .09~0 S»
10910
-gg "Rvz.Aj&V&7%,929-
76 80
99.
63~ EuropeCenUPays)ord.
8375
77 20

^J^p^«5ôS»
~c.nt.<P~d ^i^^r^
20..E~~u,Ch..rd.
nzon. d'). 306
ê^VN.;f^ 1
2^
462 | |
pan.
BonsMaxicains6%1913. 196.. 202..C
Consolidés
476 74 114 74 112

•• ia 980

^«ïs:
S::
*9'8 Nord.«: !S8 2^ !° F 691/2

38-de t^f^X\T.K^t" |ii


• 1867-1869, =
3145 -grtfF^c=:^ô 633
i^à
Fundmg
637
^c-r^™:S^ |
6 90 Russie 4
458 33 Banque
France11630 5 «* .^H S™tà°FéS%19l9..7 365 30..
686 40
60 140 135 4 /•
Franco-Japonaise. 13Q

9/
| 6950 13J 50 90.. 1840 Banque Nationale d'Egypte. 2680.. 2680..

:?:: 29112 69126934 Aniche (Minos 1849


6O..Anzin 1245 1250 Brakpan 44050 69112

Sa»^
,g ,3 Bruav. 50 Chine 4 97 1245 1250 ra 436 50440 50 69. 3/4
314
<8*
458 33 Banque do
Y, 16754
l'Algérie
• • "S'
II63O

• h --••
H820
11820
Amortissable
"Stu-
]%%BM£^Ï= v.
18 85
™ 1903.
' %"l
s 0/~0192O 3011865Sante-Fé
11830
18
05
sx^îî? Sa
5%
S::
31 75
S
362
45 ë:±g–
30

!$:£ E mà*i0%
*• J020
des Pays
••
Pays du
du Nord
'| Cambodge
239.. 238
Italien unifiée 29 112

Sr^
463 1018
60 Compagnie Algérienne 4 (' 193 Créd.
25 Col Foncier 121 119 50
«c.=p.Bnd.:IA^ïï.S:?.r~: .«s 433
0«>ÇH.rÉ«^ .«4. | •; |
i:J

d'Egypte.
m 9225

40 50
93 45 Suisse

d-Orient --Combe
'» 137° ••
no
501 502 50
•• «g Turc
CaouUWsCS-Fin.noi^»S*
^fc;™™; %±
5

o^.
1-
C.mp, .a.ona, décompte Mg ii3 Tribut
Colombia. 61.. afc 30
96/3 .29716'"J.

r.à500.«• -6
,0. «:: «::
g-- 60
50
5 «v.tTFZ^ZVÏï^.
»• ««..n^ » «»
200..
:: France.
Foncierdo
[eônnT,1.!??.0: 2M 127"
395. du
-= t^.$..£. Trésor
g 748
«..«. ,s ah^™. «j™ ^{.> 45 Soc. f r
Alsacienne de Banque. 936.. 936.. &

m.
2$ 13ons
.1631 B. 17..

«
,ôô R'o Tinto 167. Wrs »
=

colon. et colon. '•• |078 4


0BLIGATI0Ns 25
ni'
Ea?leI'•»'•
*'•• 940.. 0754.?' 498.. 496.. "• 6 Jagersfontein 1641 650-- 653
Rarid.?" •5150^
E3or

|v-
47 (Mines de), Crown
Caisse "j • • ••• 18754%
,? Mokta-el-Hadid'. ordo
act.de 500 fr. 3215
'1

.Soc, 114 Oblia. décennales 1922-32. :< • fe 400.. !.ï 3215 3235
Mokta~el-Hadid, act.de 500 Fr. De Beers ordinaVrV.IIIIIIIIII 650..
«9 436 Jagersfontein
franc,
i lîil:
100
Soc. Eastpréférenc. f'ii"
-w
Fmanc. Caisse autonome Ys autonome 4 54 I76 4
HO
franç. et 1074
i/2 :•.&). 496.. %»?,
• 376 •Royal Duteh la"/
Métal. East
Flnanc, ,II"
Anac~j'
1078 498
Société Geduld
Rente Foncère «J-- l(^ •x » rfollars)
Générale préférence
45 621 6» 892 2 502 • Lille-Bonnier. > ord 430..
(Société Centrale). 11 7/ 71 1'2
*ï •
37 » °« S"»» • «g
g
503
Equateur. ;• 20
110 Dynamite "50 2010
428 11350
i ?71 ISIM

^s.
281.. 264..
G" Fonclere. »:: allie 2\h% EiVo.cw.pi. <»»
iSSï^S?. ACTIONS INDUSTRIELLES
~m;on.¡, «50.. Electro.Chimie M«.i

4
S1,*11 Gènerale Fcn""1111 17350::
1 m.» 11411450 <»» 2 3116: 2 5,'16.

421^» ;|;°|
..¡Sociétè 192Í ClOO dollars)3295 3295..

774. 2A: 5125


2/J\ Equ.w

.f:
17405:: 1894-9621/2% ,28,150,285..
32
481.
ri».
••
SI Iïï:: dë=ùr):5345.. i«g» 7 Ÿ.
< |oï 2 Mét. Kali
|^iïïl î. w^
«o or s ,39s • jg-:
2iUnlT 32 cPyrY
321Suez (part(cinquième) 4200::14170 7 ,92* 3525
Es,Alg « Sainte.Tn.rèse ,625
Kan.Saints.Thérèse. 16~
,«, Extrême.Orient. <» 50 7°-^»tl>:
762.. 795.. hors °
•• Ï. 1/2 370.. 40
w
6950
"Bî
190.. 191.. Escompte banqu o 0 .le
W2

300.
325.. 326.. 34.. Chemin
5/5OjEst .1034.. échina Rhôn.-Poulenc Matières Color. St-D.ni 1625 03/4.:
612
Mat334.. Ou.aljouiIr 18992 1?2% Ch.min Est-Alg,éri~n 48,1 91 3(4..

.|!°n^ 4550
974.
70

Z%™v.Ge^^ Ouest-Algérien. 370.. Escom


19O9?". 359.. 357.. a lioS 2 3/4 382.. 382.. 27.. 524.. 515.. 800.. 0

50¡M'd'
33150
5856!M'd"S49:;M5.3%%)~3.99 782 Afrique
~-°-~°-"9.ord.M..)72.
3% Occident. Franc. 3 409 3150 5() 809
î/2

^;&
405.. £
112

>$.$ ~,9,o23/4%M.t.295o29750 40.. Tunisions. 24 Franco-Polonaise Pêtro 3 S1/Paris 33918 3/8..


53/8. 86 94
tl%&
33943
i
| | JOUIS. 541
390
%, Ifl0..M.9..In.o.n.r.l«d.P.ri.237?..2»3.. ,«

935..
1442 '1445.. Maroc a.cer1903.1905 507460 $ià
56 'SS
56 ^« Q60 Q 1910 3 305 67 ,cc,
2995 2995
299~

^ff^^ Le Ripolin, g
180
64 33 «lw0 3575 ..3575 ir^m– «.4550 X

|
g
Paris.
S^i
Métropolitain -j m .2680
'££ 25. •• Hotchkiss. Il
42, /o
S
356..
S 3 °H'- «r- \lll tt:
19246% 974..
m
521
S
200
g
Eaux élect. Indo-Chine 2680..2660.. 64 33 Soie Artificielle (part). 1180
(part) 1196.. 50 112 25 Argent métal (comptent) 17 Il$. 17
285/2813/9
de Pans Tunis
19285% 52U. 521 200Eaux élect,

2^=:
50 Mét~opolita'n
50.. 424" 421:: unis 3 1B9.2 520.: lndo-Chine 2669 1180 1158 Hotchkiss. 1129 1 128 Cuivre (comptant)
«..Edison.
de
22 50/partSlenne Indust,rte, 665:: 673.. 20.. Soie art. d'I:,i~ux. 940..
0

2S;J?,'Str -TÏT8-dEleOtrlC'te1134 "1%1922


Crédit National
oW£ SOO
5%1919.
6||j-^f3;
5 o 192O
590.. 592..
525
>
Ho 4 862 880
Electricité de Strasbourg
883
\ll>™ .890.. Port du Rosario 22400.. 22200.. Hu.lva Copp.r
Transports en Commun 675 «••
69.. 45
Huiles de Pétrole 314., 320 CailCâbles
7). NEW-YORK
transier~ 1.
transfeTs 3391/2339916
jon^ur,
90 ..EauxetEcla.rageCLyonnaise). 531.. 530 US 44%'L~'t~Lots 910.. 911. 100 55800 25
1/2 ~39
80 501Electricité de la.d'Electricité, 114> = Z janv 1922531 5305050
Lots 100.: Strasbourg 55.. Commun. 192 Hydro-Elec.
675.. Pétroles.
J.gersfontoin. Cèr 23..
3Ij'; Mone
sur vu; 339
I":
|cnc,
22w!leCr'c!tIdee|^SeSin'e
34
671"
II4>
67?"
6o,~

525 1,9^4%
1930 910 911
895..
Electricité de 1951 1950.. Transporte
Transports en Huiles de
1 320..
126 Change
Câbles Parb!
iSSâSS^Mï::
10650AtchinsonTopeka. 44 3* "2
44518»916W4 112112

|||:r;^55r^ g.. g:: Maritim


525.. 890.. Varsovie ord 1650 1675
^fdUNÔrd:2^
2250Electrtc't~delaSelne. 22Z5683.. j.nv. 1923..
6%\uinI923. 523.. g525..
6% 219 43
Béné.cti ..5625
192
!| .0!Canad!an Pacifie V& Î3!iî
"5/6
90..E~ctr.c,.(CGcn.ra~d). oM.g.c. Com ggr!USl5:
SFonc18793%187926O% 5)7.. 5,6 En.rg,
3K:: SK:: 8::F^'Mr-«RH,n:lg::lg::
5)7.. ..ForcesMot.Agoût.6SO..)6S2..
42 50 du Maroc ?o6o ..2o6o
r.=£=: 5705 ..Kua~-Lumpur 96
.Sjô %£z^
))3;6
242..|_iévin
r;]:
60 220
ob9' M6
S
90
>5 En,rg,e Electr. Nord Franc.
Nord-Lum.erofâ ™ ™ |9j2 Djpart. j, rAi,m 1926..
71927.. m » 537 537 K ||| | “ »^ =^gQ 34g 3,6
du Refrain ."?.
845
3,920Br.ss.r!.<3ui!mes.3750..3795
Distillerie
16 25 Grands Moui. d.
de l'Indo-Chin
Corbeil, ord. 233.. 624.. 612.. 280
277.. 286 Miss0°ri
Chicago Rock
pacif c 2 7/8 3.1.
Island 4 3'4 41'2
• 635 630 J|5 69.
D.ves.
?% 69^
5
u. 343.. 60 Forces Motrices du Rhône
Nossi-Bé Lorrain
IO4- » 19 1/419 7/8


1038 NcwYorkC
XX ;A Thomson-Houston
32 50 Un, on d Electricité
7(j6 6 1928.. 1041
d. la Marne 6 54
6/
506.. 506..
-o 111? 3 "II. 315.. 315 416 50 Fore" Motric" du Rhône (parts) H34O.. 11400.. 60
3Ji
d'Asp.
708.. 700
7C0
Main Reef Consolidated W •92 184 •- Norfolk W.stsrn
P ae'f"18122 151/4
O||^°«/»
193. ,rtni*eitlc
3?5
Northern 1,2
122 1,2
261 268.. <i. Meurt.et-M 6"/o. 505 504
,s99 2 60 .343 ..343 Forces Mot. Vallée '64 162 Cimentsdu Français
Boulonnai 230
3705 225
3725 Malopolska
Malacca. ord .5»
«50 15 75 Pe
38"Reading.
&
3/4)8 5
»..
30 ,r.S,Ac1.nî!dUN,rd,tEst
3O.¡FOr,&ACiérie.duNordetEstf3i4"1340"

100
For. & Aciéries du Nord et
Schne.der CCreusoO '509
261
||5
-|34(|]|
266

51»
•• 5,7 de Meuse
du duNord 6 1921.538
Nord6%1921.
6 1923
1923. 56
530
513 543
5^0
55
513 w yFonc'19033%
.379
Corn- 899 £ bO
Q onc. |^||
|94..

365 37O
387 40..40..
382:: 387.:
..376
(paru
delaV¡enna'11~11~3OJO..
435
de la Vlenn 509. 510.. 20..
450
250
20.. d.I'lndo.Chine.
de l'Indo-Chin
d'Origny 3350 293
293..
(part)
300 Mexican-Eagl. Oil ord ,?.
3OO..Maxican-EagieOilord.
Michelin (part) 1 Ij" •• 1 1«
459 490
f~50«> 38

Southern
Reading. 301/4 Pac£c
151/4
3OIi4 295i6
295)88
-V,
•• L«na
..Courr.eresJref
]3•isAS01" e-neSet Lam £9 7 1927 538 543 Z
| |^||
i,23% 0^°
»

193..
68 65
(part) 1225 ..1 1230 >00
(psrt)
576..m
3400
Moteurs
Navig" de l'Afrique Gnome
.'$••
SouthePn-Railway
30 50 32 75 Union Paei« fl°; 75 3/4 76 5/8
l4^
1 /6 61(4 &

il /2% 39|^ i:
66 8630 6650
851.. Allied Chemical
du Nord 50 American
666 (part) Can
363 368
47/ 50 540.. 538.. o£°™ = /o 440
195.. Indochinois. d'Electricité ,Si|
'SI?-1^- Mozambique 18 3/4 18 3/8

'
20 Pas-de-CalaisS7 929. 926.1005 80 ,S5

293.
635.. 7% 927. 540 1010
540 fonc 80 Poliet 4 Chausson 850..

B
40 V,co,Bneet Nœux ^5 wm 40
25
Marocaine Distribution
Nantaise d'éclairage 432 430 65 1/2 85 5/8

850Nl<:kel
.Penarroya.
241^25251 Somme 6 54 1923. 507 507 ™£ *"»%
19277% 560..
4%
697 697 60.. part 1205.1212..
Marché
Chapal.885.69>
8650
Padang (Caoutchouc.) 2?0 282 American Sm.ltVnB
60 3/6 60 3/4
•> 13 1,8

-•
559.. 410.. Pena Copper 31.. 3IO
299.. American
3^ 75 Amar-ican Tobacco
Téléphona B» !» 1/2
Ponarroya
67501
266
j^ B5 85 VilleVille
deAlbertd'Albert
6% 6 54 ,mn"w2S" oi5" -UJ
II:
S Com
Com. 193O
Com 19304% 865..
865..660..
660.. 75 Pyrénéenne
75 75.. Pyréne.nne
Pyrénéenne d'Energie Electr..
dEnergleEleetr..
d'Energis Electr.. 1671"
1675 I«5
1675
36
1675
125..
Bon
125..Chapal 885 .895 418
Phosphates de Constantin» 29'f" 31?. American Tobacco
Phosphat.sdeConstantine..
IO45/fc;04
59 31
59 1/4
I/l.
Crédit Gen. des Pétroles 209 214 Ville de Reims 6 1927 1020 ..1025.. O gom 1931 4 161.. 161" Phosphates Tunisiens ?' • • «'•• Anaconda Copper
5,)
uom..a. 910.. 911.. 15 Radio-Electrique Çoty (Société anonyme) Randfontein
Y. Gaz.
161 155..
Plakalnilza 2.5.. Baldwing Steel.
Locomotiw«•>
162

820
BoMl-Malétra 6 1928. 39Q. 400 210 3.'<* 7 3/8

ord. 39 4.I
Radio-France 93 34 25 2\i
XX
"11107
395 405 527!: 5*5.
Eglises dévastées .303
~u.
15 7 50 Galeries Lafayett (part) 47500.. 95..48000.. 2 36
1;) Bethlehem 47'"1451/2 5/8

&£9:=^
5,Gafsa 502 Radio-Maritime 210.. Mines
20 Kuhlmann
y/yj 1107.
0'
5,01928.1 2
1928. 1000 1005 «isaoe «rraine 3% 790.. 785
0 •••••••• 298.. 298.. 1830
20
18 30 Lumière prior J$!
jouissance
SudSud 5"
soif • 37 37 01 01 Printemps, ord
Shell 426.. Conselldated 1,4 14 518 51S
502
v.
5I'~i<:Gafsa 1120.. S Printemps. 435.. 43) Rand Rand Mines 433 Consolidated Gaz 3?|;2
1120..
378
355. d« M emours
435 5(5 1/4
45 ..IProduits chim. d Alais. Froges jouissance 5975.. SVJ5 5935"
202 DuDont 5C Coty

.•: ~Igaro.

Chargeurs Réunis *£?• •• i6 industrie Sueriera Fr.0 6%1927 503.. 502
..Vo.tur..»P.r,.
VOItures à ParIs
g2o Atgérie3% 380
m--Wr-- afe1:™
A|5

Transatlantique ord m" |70 industriels Alsaciens 1921


Atgérie 30 1902
514 -4% 2

389 3 ancienne
^2..
387.. 366..
353:: ™ «cd-^m.
355..
319 20
45 Télégraphie
«..Téléphones sansf Fil
580..385..
™ 6745 6860
376
576. 95
45

..««..
&95
Agences
Le Didot-Bottin 2145
Hava 864..
2145 83..
893
Silva 2150 Springs.
Plana f 204 50
ii 2o General
25 25 46..
4304..
m
Electric Bond'ànd's'harê l7153t"1
Electrio
553.. 556 •• International Harveater 22. 22
Ï3
7 :1 17
ïîî
;2 3/8
I 8«
17 1,'8
!!i!2
39

•»«Mi*,rLlqtj.de
.'9P2 jj, 820
333.. 321.. 321.. Librairie Hachett Nigkel 1

.Ford. 306 306 7/6


Citroën. B., "*••99 Tunis
..Caoutchoucslndo-Ch.no519 537
|
,99 Indo-Chine
411.. 412.
sy'377..
1899-19OS -=
ndustrie textil 539 ••«£••
110 Librairie Hachette 20652065 2075 2075 Sub 85,3^73 Kennecott Copp.r 27
North American « 3'"> 9148 27 1/4

328.
«m 529 Occid.ntale (C'0 Terres 132..
- 3 ,1902-1907 350.. 350 /o lB&t> 335 Afrique 1765 1779
Tanganyika Rouges 83 50

"i
Paramount Corpo'r'aVion' u '/t 0 7/6


40

*'«»* 4%1931.67. f$
50 ^50
Tunisie
4% 3
1931
>k 1903 •••
870.. 870.. 4% ••
Lyon
377,375..
4% 38 Centrale d'Eclair» 8f(L.bon).. 810.. 610. 70
10 Air Liquide 433 55..Bergougnan.

(parts)2810 2635 Tharsis 274.. 2?4
1
Land. "'f. 4l'i 41,.41/2


g*50
98 Acétylène El.ctro-Métal 55 Bergougnan |23 50 Radio CorporE..
505ÚRad,oCorporation

.' \l^
375.. 20 2O..Acétylène8oElectro-Métal. 603 602 501
57 50 1«8.. Shell 412
.?.
96 700.. 700700Transvaal
TransvaalConsolidated
Consolidated Land.

–«^
5(1 274 128 700
Pathe-Cinema (jouissJ 12i50l26..
.Pathe-CmemaCcap.)
52 21/2% Fusion
31 Fusion anc
nouv. 340 345
Citroën (parts)
70 Aciéries de Longwy *» Tubes et F. de
pri
Sosnowic 57 50 Royal Dutch W.l. 18..

l^
%Q* 2M f™ J de Micheville 710.. 710.. 45 Cirages Français 720.. 715Union Corporati, Tubize 308.. 19 3/4 20 3,8
~,XX .-iPeugeot 5 ^5 2^,MnS%^Ôi ,924(Dawe^ 1OOL- 8350 6295 ene 338 50 346.. 30.. 163.. 3O7 Standard Oil New-Jersev. 29 5,'c 29 3/8
-.H» ..Raffineries. Sucrer, Sa/ '»2••]665 H70.. Anoleterr» 2 >4
|
6
3%1921.
92
329..
452 50 453.. At.l. Chantier, la Loire.. 430 444 Colonie. (Générale des) 329.. 75 50326..
78
455..
Union Corporation 307 U. S. Rubber
3Ot3

Common.
V 41/4 41/8
I/É26 i
6% div
40 de Colonies (Générale des) 326
Union Européenne Argentin S /o 19O7 •••••••••• j^j $: 308 305
3(18.. 305.. 80.. Const.
&
Nord d. la France.. 852
-Const,Nordd.laFrence..
321)
cap
Haut Kat«nBa 2540
priv 2280 2558 2285 u. Union
S. Steel Carbide 27 3/4
29
3 00 3 90 Bai-jeu. 2 'A ,340
783..Urikany
1415.. 28 l;8
,™
m |
3%,895.9OS
«923. r. azs. Ain 25
75 Continent. Compteurs à Gaz. 453..
Bec Auer
Eflypt&Rr^
130.. 133 Copper!i:"
Westmohouse Electric 28 7/8'4

E.
30 75Bel9iqU Utah 29
s,n-i,.VRusse<;0?S° ïxèV 465.. 454., 40 Bonn.vill. et Trav. 612.. 607.. Utah Copper.. 660 000 38..
lO.SijJserb.e 4 k amortissable 189S. 30 05 28 ÇO 514..519.. 65 Dragages Publ 790.. 1395..
450 2495 38.
2100 liiLand
~r~ Jn~
49 48 25 Midi Montagne 2465
H
5% 420- 420 30
420' 420.. Chantiers de Saint-Nazaire. 217 21 50 ..Maroc(C- 25.. 25 50 Titres traités .1. 28 7/8

-••
Decauville Générale du) 415.. 415 Vieille "°
i.lTurc Un.f.e
NoS^r=:S%1914. ,77 |75 %1889 sO/oFunding 13 55- 374 15
100 Chétillon-Commentry 234 ..2010. 450 Tabac du Maroc 7865 7880 Villemagne
f^ « 11
Brésil

S" S^
«zï^x: ••
15
J$fâg$£m « «?$
ii: e– E.Cr~F~.rEg~2~2~4~~7. 514


528

54 £,5,7
)9250
-92 50
5% I| série
S
«3
460..
S
««,.
85
85,. Flves,Llllo
460..
M50FOI,.Aciér.BankOmWa: 21.3"
2,3..
,o?5
214 50214"
Bank
28~ 50 Foncier Franc. Can.d 4490
Crédit 4500
West Rand. 97.. 95..
^CHANGES <com_T,
E. créd,, Foncer Egyptien
12L-RonTicnfni 1460 1485 ^ypt. unifiée 70 30 69 90 Orléans Bons déoennau]( 7o/o. 5i5 ..sis changes <t«me, =essouS (charbon) 6682 m 8698
(parts). =.Charb.n).475..478.
m

6,b. Cent[al Mon,ng. 478" 472.. Unifiée. 70 3o 69 go 3% 1921.


'•
)2L.Mcn~t.n.Egypt.Un.f.e.~
•• ^^i=" -8 56 5ô • Priïllé9 6I 1 II 3 |
.°~6?~Or..ansB=n.dec.nnau.7%.5)5..5)5.. r^:r-d^,b
297.. 296.. 8770 405.. 1.. COMPTANT
'S
Belgique(100 belgas). 35625
35625
S "S 6?
S

S™
CHANGES <T~M~
Zssj^êsv^ jj» j}« ,SS
475 478
,Si8

2 u w s%ane VUci" '"T^


•• ••
^:n351?,9o7. a^è*?^uœ >| >g ZZTZ. ^T^7^7. 0^777^7. UZK »

Sui.a.
&3 SIS
"| pfSutch ^xi'èmëâ)"
6
•» «»
IRoyal Dutch (dixièmes) 5o5
«
4210
T" l 5 Jlio
145.: "'al>on
.S105.. de Françsise). 779
~ï9Õ7: 43:: 23 50 %enc. M2
°"S
355 360
Senelle-Maubeug 839.. 830..
Métaux 775
0.03 RB èil 0.14 0.07
P.14 R. 0.02
0.30 B.
3410
7550.: 7600
3450 Roumanie.(100 zloty)
15 17474
£0 V'Û Sucrer-^afflneriri-k^p;; 142::
V. 507 23 75 Ou. 3 355.. 360..
346 N.w-York
Lcndres 0.02 P. 0.10B R ¡, R.
B. part
t: Suereret 49525 49525
Busser.
autres principaux rôks, sous la direction QAUIV1ONT-PALACE
de M. Cbarlie Rlvelk-
J» clown-acrobate manent .de 2 h.
à 8. & soir., 9 h.: Mata- :VICÏOR-HÏJG<Ï>ATHE Topaze.
Hari (Greta Garbo)*-
LES COURSES -Courses (aux Indes' r Chronique T. S. Fi
i !'
WiASfalNGTON-PALACE The Star Wif-
chez-elle », a Heuresi -Lucieuïre COÎLlSEE Seigneurs-^de la jungle. Mat., ness (Walter Huston). Nouvelle vietpir^
30 à' 20
A x'Opéra-Comique. Demain, reprise Boyer (Gui 9a-81). 14 h. h Soirée, 21 heures.
COUUCÉLLES (118, r. Courcelles), 2 h. 30 du cheval français Sans Ame
Les postes suisses se distinguent. Radio-
16, rue. Volney, & 10 û.:
LE ROBINSON,
de Les Noces de Figaro.
soirée dansante et attractions. h. 30. Soir., 9 h.: L'dmour et la Veine. fait A CANNES Sans Ame, ù M. Ed. Esmond, vient Suisse Alémanique présente les œuvres de
7
Léo Sevestre M.
actuellement un d'ajouter une nouvelle victoire à ses Conrad Beck, et Radio-Suisse romande
A la
heures,
GoMÉprË-FRANÇAiSÊj Demain, à
CIRQUE MEDRANO, 8 h, 45 Colleano.
CIRQUE D'HIVER, a A
deuxième quinzaine classique, bil- t'auto de la mort, etc. Mat.
45 Grock,
jeudi, samedi
EDEN Gare cenlrale.
EDOUARD-VII
ELYSEE
n.
llohber's ToosU
-GAU.MONT (rue t}uenfl-a-Ban>
stage dans les -studios de Berlin pour la
réalisation du film Son rêve divin, dont il
récents et prestigieux succès dans transmet
l'orchestre
un concert
symphonique
donné
de
« Genève
Paris,
Aujourd'hui, à 2 h. 15, courses à Cannes. Viceroy's Cup et dans la King Emperor pianiste français Long. Signalons, à Leipzig,
pai"
avec le la

wog.
2
lets roses Ruy Blas à 8 h. 30 abonne- et dimanche chart) Mandragore. est l'auteur. Gagnants de Figaro Cup, les deux principales épreuves du Inhigcnlc eu Tfluridè, de Gluck. P.-li.
ment BL'Autre danger. LUNA-PARK; mat' soirée samedi, diman- ERMITAGE (Th. Pathé-Natan), Champs- Son
départ pour Rom<: est fixé à fin Prix des Narcfsses. Fatalitas, Ecurie meeting d'hiver aux Indes. Il vient, en ll,ntrctan,
février à l'effet de mettre au point les ré-

tête.
-1
che et fêtes. Dancing-: vendredi, samedi, Elysées) llaim le Juif. Bara. effet, de s'adjuger les Eclipses Stakes
dimanche. FALGUIERE Million dollar legs. pétitions, des Chœurs de la Chapelle Sixtine Prix de Mandelieu. Mascaret, Polly- des Indes (50.000 roupies) devant Mas- Mercredi 1«r février
Bienfaisance. « La Grive », Obligée
de remettrel'année prochaine la création
d'œuvres de jeunes auteurs, reprendra, au Le Casino dé' Paris bat le record des re-
théâtre Albert-i", le 12 février, en soirfe, cettes de tous les théâtres de Paris avec
GAUMON.T-PALACE(place Clichy) (Marc. ainsi que les Trompettes vaticanes dont l'cnr
56-02) Cinq attractions. Perm. de 14 h.1 registrement a été. confié à
à 19 h. 30; soir., 21 h.! Le Jugement de, connue Louis Desmons,
sation film rêne
l'éditeur bien

âme.
çharié de la sonori-
divin, histoire d'une
Prix des Allées. Forll, Prior.
Prix de la Croisette. Ecurie Lieux,
à' une

kçd\ Jester, à une longueur, et Marapoti, MUSIQUE.
18 h. 50
Radio-Suisse alémanique,
Œuvres de Conrad Beck.
dio-Suisse romande. 19 h. 35 Bach, Mozart,
–«-
mouveux.
minuit. du Son Ilario.
<m>
Beethoven, Strawinski. National anglais,
Michel Auclair, de Charles Vildrac, créé par
JacquesCopeau, au théâtre du Vieux-
Joséphine
plus grand
Baker
succès
et' La Joie de Paris, le
du jour.
GAUMONT-THEATRE Service secret.
IMPEB1A.L-PATHE, de 14 h à 24 h. 30
Siéeple-Chase d'Essai, Maestro, Abri- Cours et Conférences
20 h. 15
Bach.
Schubert, V. Williams, Haeudel,
Radio-Paris, 21 h. Concert La-
' Mi « » cot III.
Colombier. Kiki (Annv Ondra). OPERA. Budapest, 18 h. 30 Ijfi.s Çpn.i.
Le spectacle sera complété par la création
Courrier Musical LORD-BYROSl, 122, Champs-Elysées. Ma-
tinée 14 h. 30, 16 h. 45. Soir., 21 h. 15;
Spectacles pour enfants A VINCENNES > tes d'Hoffmann (Offenbach).
(Gluck).
Letyzitf,
Pâm
de Quand les lettres flambent, de Pierre Aujourd'hui 19 h.: Iphitfénie en 'j'aurlde
Gnéditch', adaptation française de N. de
Driesen et Myriem Jane.
En matinée
Rome express (Conrad Weidt).
LUTETIA-PATHE Cœurs joyeux.
;MÀDËLEINE-CINEMA (Permanent de midi
'r 11 -r– A l'Université des
trot attelé. z 10.000 Gaveau, 45, rue La-Boétie, 15 h.
Prix de Chinon 21 15
Annales, salle
à
(Messager).
ris-P.T.l\, 20 h.
DANCING. Varsovie. h.
30
'.v
Madame Chrysanthëm,»:
Vienne,
Encouragée par le succès de sa manifes-
à 2 h. 30' du matin) Grand Hôtel. MENAGERIES francs, 2.250 mètres. 1. 'Gournay II, à M. Regards sur le Monde, première des trois
(au
,21 il.' 20. Londres .égional, 22 h. 30. «1-

;
tation de l'année dernière qui mi a permis r
MARIGNVAir Mail. G. Derossy (11. Dumontier) 2. Gabardine II, conférences
JARDIN D'ACCLIMATATION (BOU de Bou- '«' Trois forces coiruptritfes Jeudi 2 février
d'envoyer quarante enfants en vacances pen- Conœrts Touche, 4 heures 30, o, heures, MARIVAUX-PATHE, permanent de 13 h.
dant un mois, « La Grive» renqtivells son 8, boulevard de la.
Madeleme. à 20 li. Soirée, 21 11,;
à M. G. Brunet (H. Fortin) 3. Gurla, à M.
loirne), .-.
J.Léveillè (Gougeon). 3'30" 3/5, -3'31" 2/3, dey 'temps modernes.' T.'iJouii'» à- tout MUSIQUE. Prague, 18 h. 3û (Sonates
geste. généreux dansj'espûir..défairemieux h.; Mirages, de Paris
par.is,¡
une JARDIN'DES PLANTES (33, rue Cuvler). 3'31" 3/5. prix. Ce que gagnerait ntftrc- temps à de violon tle Beethoven. Paris P. T. T.,
eneoïe -cette année-ci.

Notre confrère Henri Brochet avant eu


Au
En soirée
théâtre du
'Mi

Vieux-Colombier, tous
Boycrj.
MAX
clientej :v- LINDER PATHE

,r LES MIRACLES (100 r. Réaumur), 2 h.,


les 4 h. 30, h. li juillet.
Sd meilleure LE ZOO (Bots de Vriicénnesï,
J"
CINEMAS ">\
229 fr.
Gabardine
Prix
50.

de
".
Pari mutuel unifié (5
Placés-:
II, 191
Louviers
(Films pouvant être vus par des enfants) 10.000 francs, 2.250 mètres). 1. Hérésie, à
fr.
Gournay
50
francs).

(au trot
II,
Guzla,
72
Gagnant
24
l'r.
monté.
fr.
50
50.
écoutci' un conseil do 'saint'-faul >par- '19 h. ,10 de Copenhague Musique danoise.
le R. l\ Sansbrii
A 17 h., le R.' P. Sanson répétera cette Franck, Delius, Nord
tCàmigsuerg, 19. h.10: Mozart, KorngoW, V
Glàzounov.
inique, conférence.
h.
Mozarl.
Concert
régional 19 h. 30.
Wagner. iile-\fi
Radio-SuisseRome,
la douleur de perdre son père, la première !l W
rsprésentation du spectaCle des Compagnons soirs, à 21 heures, Nyota Inyoka et ses bal- MOULIN-ROUGE, de 14 h. à 19 h. Soirée, COLISEE, 2 h. 30 Seigneurs de la Jun- M. P. Châtain (Ed. Picard) 2. Harvey, à Demain, gala de danses. H. Vaca- 19 h. 45 Haendcl, Plntli, Pedrollo, Beetho'J
de Jeux, annoncée pour aujourd'hui, est re-

Falguière)
lets,
mise au dimanches février, à 2 h. 30 (q, rue tion au
et le daijsjur
théâtre,
japonais
Littré' ij-87..
.Nimura.

Samedi prochain 4' février, .Salle, del la


Loca- 20 li. 45
MOVIE-GARDEN
nous la liberté!
Le Crime du
(34,
Bouif
rue
(Tremel).
Marbcuf) •> y!À:\
i.
gle.
GRAND
MOZART-PATHE Pour vivre heureux. 2 h. 30 Monsieur de Pouroeaugnac.
h.
CINEMA (55, '' %•'
avenue Bosquet).
Mme Bazin-Limel (Chrétien)
pe Y, à Mme
3'31" 3/5, 3'39" 4/5.
Villenave
Pari mutuel unifié (5 francs). Gagnant
A la Nursery du REX. 2 h. 30 et 4 h. 30: 21 fr.Placés Hérésie, 10 fr. Harvey,
3.
(Neveux).
Héliotro-
,3'33",

8 fr.,
resco et les Sakharoff. Le soir 9 h., troi- ven,
sième conférence d'Edouard
« La France,
y--
Espagne,
ril
Italie
+ .[-> .V
Herriot
».
20 h.
fiançais,
bussy.sr.
Martucci, Chabricr.
30

THEATRE.
Cruche,
Mcndelssolin,
21 h. œuvres
Berlioz.
pour
_
Stryxltoiiytty-
piano
Radio-Paris, 20 h.
Courteline.
Bruxelles

Paris P. T.
de Def- r,.
La
J'
Pour fêter la rosette d'officier de la Lé- Société de Géographie (184, boulevard Saint- OLYMPIA-CINEMA (Permanent de 9 30 Héliotrope Y, 15 fr. 50. de
à 1 h. 30) Voyage de noces. distractions pour enfants. Société dtes; Conférences, 184, bou- 21 h. 15 Plus que reine, d'Emile Bergerat.
gion d'honneur de son président, André Germain), à 4 heures 45, concert, pour les Prix de Tresses (au trot attelé. 10.000 POUR LES ENFANTS. Poste Parisien;
Baugé, l'Association des Artistes lyriques de enfants. OMNIA-PATHE Topaze. URSULINES, 2 h., 40 Igloo (Documen-
francs, 2.625 mètres). 1. Fémina III, à levard Sairit-Gerniaih. Aujourd'hui, à 11) h. Le Petit Monde.
Œuvres de G. Bizet, Gounod, Léo De- dePAGODE (57 bis, rue Babylone) (Pèrm. taire). Mme C. Begou (Bégou) 2. Fol Enfant, à 2 h. 30, cours de M. André Maurois sur régional, DANCING. Varsovie, 22 h.
théâtre anciens combattants organise un
grand déjeuner, le lundi 6 février prochain, libes, avec le concours de Gabrielle Gills,
à midii au Cercle d'Iéna, avenue d'Iéna.
2 h. 30 à 7 li. Soir., 9 h.:
la Veine.
L'Amour et, L
< Mme J. VasMur (Janssen) 3. Fragson,
M. J. Henard-Manccau (Sourroubillc), 4'2'% Edouard VII
Marchés commerciaux
à « Edouard VII et son Uemps le roi,
LA PAROLE.
22 'h. 30.
».
Londres
Poste Parisien, 20 h. 30S

'
Hélène Léon et des petites Lucie Norero et Monsieur 4'03" 4/5, 4'04" 4/5. l'Institut. Catholique .Soirée poétique Montmartre et le quarlict)
Nanou Toinct. PALA1S-ROCHECHOUART de, 14 h. 30, à
L. Pourceaugnac. Pari mutuel unifié (5 francs). Gagnant · « L'architecture gothique
».par M. Che-
latin.
Le ténor Alvarez, qui fut un des plus cé-
de Crémone. h. 13 fr. Placés Fémina III, G fr. 50 Fol
PARAMOUN.T (Permanent de 9 à h.)ï
2 Enfant, 16 fr. Fragson, 9 francs. nesseau (réservé aux.jCiUnes filles).
lèbres artistes de l'Opéra, particulièrement Ne sois pas jalouse. r" CHEMINS DE FER DE PARIS A ORLEANS
apprécié dans les drames de Wagner, tels CONCERTS 1
LÀMOtffâEUX 5ALLf H
6AVEAUH
les de M. 0.
pe
LE PASSY, 95, r. de Passy Les 13 mal-<
:.?.< ::: -U
BOURSE F.. j
i>E
/-
<
COMMERCE. Paris, 21 jan-
Prix
francs,
de
2.600
Bernai; (au
mètres).
trot attelé.
1. Hermit,
20.000
à M. Passy
14 h. 45, à l'Université libre 'de
« La femme' et, la vie », par Sports
ET DU MIDI
d'hiver aux Pyrénées
que les Maîtres chanteurs. La Valkyrie, 19331. Céran-Maillard (R. Céran-Maillard) 2. Hé- Mme Marcelle Tinayro.. (Hiver 1932-1933)
Tristan et Ysenlt, vient de mourir à Nice THEATRE PIGALLE, Saison cinématogra- vier lictte Leyb., au Haras de Chipot (R.-C. St-
où il s'était retiré depuis quelques années. Mercredi Wolff phique. CAOUTCHOUCS. Cour., 2 30 à 2 40; 3. 15 h. 45, à l'Institut Catholique Billets spéciaux

«"pX. t.
Ce soir 9 h. Dlr. A. monard) Héraut II, à M. L. Liauzu (Lc- départ de Paris-quai d'Orsay
HASPAIL 210 (Danton 1G-44)
7e Symphonie de Beethoven. Ettidcs I Falscher Flagge (Service secrel).
Unter févr., 2 30; mars, 2 i!0 à 2 40; 3 d'avril, prince). 4'0«" 1/5, 4'08" 3/5, 4'08" 4/5.
2 40 2 50; mal, 2 40 à 2 50; 3 de juille), à
mutuel unifié (5 francs). Gagnant
« Le jugement et le raisonnement »,' par
le R. P. Peilhaube (résent; aux jeunes rjusqu'au
an
gare de Paris-quai d'Orsay délivre, La
Latine», iVcrlnl. Sliéhëracnde, Ravel
Mme MABIINEI,
enntat. REX L'Etrange Mission de Nordland. 2 50 à 2 00.
Pari
14 fr. Sd. Placés Hermit, 7 fr. Héliette 31 tnors 1933, pour
Font-Romeu-Odcillo-Vla, Bagnèrcs-dcrLu-t
Music Halls, Cabarets Concerto en si bémol, Brnhms
ARiHtrft RUBINSTEIN
HOYAL-PATHE
STUDIO PARNASSE,
Topaze. SUCRES' Cbur., 208;
perra. 2 à 7. Soir., 208à 208 50; 3 de févr., 208; 3 de mars,
févr., 208; mars, Leyb., Jl fr. 50; Héraut II, 7 fr. 50.
Prix de Domfront (au trot monté. 10.000 « L'état présent la
17 h. 15, à
de
l'Institut Catholique
psychologie
clîon, Superbagnères, Gripp (par Bngnères-
», par dc-Hlgorre), Laruns Eaux Bonnes, Mont-1
9 h.: Bdrnuni was ri'glit. 208 50; :i d'avril, 209. francs, 2.825 mètres). 1. Gouverneur II, à M. Dwelshausen. Louis-La Cabanasse,
Damnes du Prince Igor, Borodine STUDIO PIGALLE (11, place Plgalle) Cote officielle 20S. 1° Des biilets spéciaux d'aller et retour-
et Cirques Dimanche 3 h. Dlr. A. Wolff, concours Histoires extrnordinatres. 2 h. 45 à 7 h. 80j 8G0 N;
AliCOÔLS LIBRES. Cour., 860; févr.,
M. L. Bègue (Pli. Hanse)
la comtesse de la Jonchère (R. Picard) 3.
de
2. Goutroune, a
let)
18 h., à la Sorbonne (amph.
la
Michc-
lutte en tontes classes comportant sur les prix
des billets simples des tarifs généraux de
de Mme BAI-GUKRIE, cnntnt. et df soir., 8 h. 45. V; févr., 870 V;
3 d'avril, 875 mars, 860; 3 de Gouville, Mme L.
il
4'21" 3/5,
Olry-Roederer
4'25"
(Hiaud).
contre
« Le service
l'alcoolisme
social dans
le Dr Ar- G. V. une réduction de 25 0/0 en première1
M. Marcel CIAMPI, pianiste STUDIO 28 (10, rue Tholozé.),3 h.,9 h.: mars, 875 A. 4'lfl" 2/5, 3/5. », par et de 20 0/0 en deuxième et troisième
En soirée Orages. BLDS Cour., 107; fëvr., 109 25 et 109; Pari mutuel unifié (5 francs). Gagnant mand-Delille.. classe
classes, et valables 21 jours dimanches et
Cinémas URSULINES, 2 h. 40,
10 h. 50: Igloo (Avent. polaires)'
i'ix. 50, 8 Ji, ,40, mars, 110
et 110 25;113
75
3
"et 110 50; .'1 de févr;, 110 50
de- inars, .112 25. l.ot llli 75
67 fr. Placés Gouverneur H, 19 fr. 50
Goutroune, 14 fr 50 Gouville, 8 fr. 50. cartes) 20 h. 30 à'
Notes
la Sorbonne
de voyages
(amph.
an
Des-
Canada
jours
longation
de fêtes compris, sans faculté de pro-
CASINO DE PARIS, à B h. SOt La J0I8 «
de Paris, revue nouvelle, avec Joséphine
BaKBjv
FOLIES-BERGERE, a8 n.3&]ht.'M*yiJj! ,f;
]>.y AÇRicuiirEpii'sVi
j-ue:;iiiAftîinés);"Sth.>
0- li.<saHi,jdliii^2. ,ma| ?,B, ej.5
d Amour, 60 lalileaui, de. MM, Aiaurlce ,11er- ÛUit -jeunes fûtes ,,èli, bqleaff. ,»- lï'X fgfS]
STUDIO
3 d'avril,
Cote officielle
et 113 25.
107.
80; mars, 81 75; 3 de Jcyr., 81 50 à 82; card II.. à M. M.
d'avril,
Prix d'Orlhez (an trop attelé. "–12.000 et a,u<x*EtAts-Uni.8, v, par M, HelJjrojHiijiv 2f" Vesi billets d'aller et retour individuels
francs. 'J;250, mètres).» 1. Fend .l'Air,A,
AVO'îM&. Xoîir;, 79 25 et 78 75; févr., M.. J. Trajicuux (Unlhlou)
Fontanès, à
A. N-tirguel
Cil. Priasco
(Vandcnberg)
.(H,.
Franc.-J?1t! M, Lcpriucb
Masson)..
3,
t- li., à
Ririguef..
l'Institut national
X
Les., ray.ofls- cp;smi<ju,e,s '».»' par tlon'"de
-t
agrono-
de fiu de semaine, comportant une rédiic-
•slirlples
dredi
h
-r-«;
50 0/0 sur les prix des billets'
place entière et valables du vèiU
mardi suivant,24 heures, san?t->.s,
3 do mars, 83,25 et 83; 3 84 25. 21 an
inlt.B cl .toan Le Seyeux. avec Drëa.n, AKTiSi'lC-C:lNEMÀ Vôui- vivre heureux. FAIUNÏJS '.Dfe"îÈON^»MATIO'H.±' Cote 3'24" 2/5, 3'25" 2/5, 4'25" 4/5: mique
li.l
,<i~ Iptrod*ictipn générale faculté de prolongation.

*'
n, par
EMPIRE, a s. h. 30:• I.y> Oauty, Buster
West,. Nouveau programme. Mat.: Jeudi, Scarface,
AUBEKÎ'-PALACE,de 9 h. 30à 2 neures: io; r. Tholdzé T.l.j. 3 h--p ™* ^&~j
officieuse 165. Pari mutuel unifié (5,francs).
42 fr. Placés l-'end f'Air, 15 fr. Franc
Gagnant M. de «
VelcpurL..
samedi, dimanche et lundi.
ALHAMBRA, 2 h. et 0 h. spectacle de
mûslc-hfill. 9
PAVILLON, music-hall. Ma&uy Marvyl, les Marte,
BONAPARTE (place Salnt-Sulpice),à 3 b.,
h. (Sam., dim., 2 mat.: 2 h.30.
légende hongrpise (Aiinabella).
5 il.).:
2 grands chefs-d'œuvre
ORAGES COTONS. -^KkrHavfk' Fév.Jîlt); mars,
214; avril
:,j .i Picard II,

août, 218; sept., 219; odt., 220; nov., Mme Olry-Rœdercr (M. Dejean)
28 fr. Foutanès, 13 francs.
Prix de. Touraine (au trot monté. 20.000
21âSVmuI, -218; juin, 210; juillet, francs. 2.250 mètres).- 1. Gouttières, à M. René Héron de Villefosse, attaché
Falaise, au Petit Palais, commenceravendredi
VITTEL]

Micpaïlo.fr, et 10 attractions. Do 2 b. 45
a 7 fi. 4 5 et 'tic 9 heures à minuit. 10
CAMEO
heures à 0 h. 30.
(Ï18,i av.
SOLITUDE
II n été perdu une mariée. De Version franc, île CONSTANT BEMY 221; dée., 223. –t Ventes 250 balles. 218;
CAFES. Janr., 190 75; févr., 187 75; Faurand
à M. Basquin (Chrétien)
(J. Vacher). 3'2S"
2.
3. Franco, h M. une série de conférences sur « Les pro-
4/5, 3'29" 1/5, menades parisiennes
». La première GRANDE SOURCE I


CHAMI'S-ELYSEES des Champs- avril, 185.25; mal, 188; juin, 3'30" 3/5. Paris
Pari mutuel unifié, (5 francs). Gagnant traitera ». et des grands
LUNE-HOUSSE,Le Pays du fou-rire, re- « du sol de
vue dé Rend Sarvil (I)orln, Léon Michel, Elysccs). Mal., 14 h. ii 20 h.; soir, 21 h. nouvelle version sonore
mars,
182 75;
185-75;
juillet, 180 75; n'oût, 180; sept., 180;
fr Gouttières, Falaise, espaces (Salle des Alliés, -7-9, avenue GOBTTE-GRAVEliLE-DlABETE ^H [
1'. Bac); 15 Le Président fantôme.
Location Marc! oct., 179 5;0; nov., 179; déc, 177
36-07 50. Ven- 52
20 fr. 50
Placés
France, 26 francs.
14 fr. 50
des Champs-Elysées). •

tC~t
EMBASSY, danc. Mat. et soir. CINE-OPERA (32, av. de l'Opéra). Per- tes 4.250 sacs.

EtI))Tr ^jj
^M
E(f^ f\Ë Ë? t~ t*.
^PQI T ^T
)~t~~
H^M EpL
ET
Edb IKSL VT%. fean S H KM Entrée
T
"OU*
|d des Italiens
27 rue de la
rue de Michodière
la Michodière
DEMONSTRATION PUBLIQUE et GRATUITE de la METHODE
Le 3 février, à 15 h., 18 h., 19 h.
pour l'Enseignement Pratique des Langues.
COURS en toutes langues (particuliers
Les 6 et 7 février OUVERTURE DE NOUVEAUX
ESSAI GRATUIT.^f
perfectionnement *ESSAI
(particuliers et collectifs). Débutants et perfectionnement
BERLITZ ^L
GRATUIT.t

HOTELS ET PENSIONS ,A::n.n..O.:J1, c s C 1 a ssêes


w PARAISSANT TOUS LES JOURS SAUF LE DIMANCHE 1.1~.
PARIS Muette, 35. r. Singer, Auteuil 16-93. Pens.

HOTEL BURQUNDY
dans famille Prix très modérés. Repas.
je prends pensionnaires sur la Riviera,
Prix avantageux. Cuisine soignée.
offres d'empa [suite] dem. d'emploi [suite) dem. d'emploi [suite) dem. d'emploi [suite] dem. d'emploi [su/ue] AUTOMOBILES
S, r. Duphot (1er), derrière place Vendôme,
Ch.. i pcis. dep. ss z pers., 35 av.b., 30.
Ecrire n° 7899, Figaro (Annonces)..
ch.,cab.toil.poib,
-•••.-! .'dlotl
CUISINIERES (suite) GOUV. D'ENFANTS (suite) BONNES A TOUT FAIRE (suite) FEMMES DE.)ÇPft$BRE
(suite) NOURR., (suite) BONNES D'ENF.
l'ens. depuis 50 fr. Tél. ds ttes les chambres.
A Dni Jlôtel, 12, ,r.JuIicUe-lamber^ .Çh.,
"P"^av.J<i.
16" arr. Fâm. franc., disp.b.
«au cpiif.cb"«rfr.vjQuis3.'Balon,s. bains,:pr.
oit ",2 pers. en pens. Rens.
1. Passy 64-55.,
•;•.
Bonne' çulsinicre-pâtissière de préférence Jnè âûV'ê. !àm., exc.éd., br.él., piano, ch. 'Dlle dés. 'place bonne-tout faire comme
61-97. Jeune
fîlio Alsacienne d. place comme fme Nounou Italienne, bonnes' reféri^1 demande
de chambre début. Marie, 43, r. Sponlini. place: Lcriti:q'utinHr.'Sr.-BdBeaumarchais
occasions
AMSTEL
A lyicnpijl HOTEL,
de b. et Kéh l'ens. dep, 40.
Calme, r.;r;~ienfaisan~e.
jo,'coni. Bienfaisance,
rtf T13 1 EL. Calme, cqnf. Baisse de prix.
Chambres meafalées-
.sjeuaây»

Dem.
demandée

cuis.
5°.
province
'l.M't').
franç.Ut'r.fÉie
Loir-et-Cher.
lIA^-tinU; jjc présenter de dix heures à douze heures 1cmpl.
fc.iisp%0igncc:i,. ¡
très-,
Verbales.
près enf- à partir 3 ans. Excell. rélér. 46

QSiivetrî»,
j-nÇ»
Ecr.nû
Irlandais^
7981,
Isss
Figaro
référ.
jkpuiiï6 n..Miss Sciées, ^3,-r.Ampèr^j«cS,-ine
hab.
Marceau. Elys.
(Annonc.).
cours,!
début. S'ad. 44, av.

boa a., recom. par maîtres, réîér.2 fois mais.,


cuis., lav. repass*,
s^Si.itladjpM'r* P anser entret.
Elise, igi.Bd
4 a., Fme
de.ch. 38 a.,çqrœ|tr.b.serv.,cout.lihgî,
comp.Pereire mén., tr.b.réf., d.,
pt, 'Marguerite, i9,r.Biot.
i'-« fme de ch. service, partie, sérieuses
,n.i- ii, m,v 1». NURSES Divers-1
taft très .1I-S6, t~)&è;i-
ETQILE-CE^AMIC-HQTEL, 34, av. Na- dep. 40Û f.
gram, tt cpnf., asc., ttl. privé. A partir de
fr.
Ternes. Mais, part., cosy, ch., conf. mod.,
11, r. Saussier-Leroy. Carn.
meublées. pied-à-terre. Tout conf. Dem,
99-29. prop. Pas mén. Réf.
14 h 15 h.: 19,
cuisinière
vilIa'rffV Roule;
remplacer
li'.ià midi ou OIW pari. part.
Neuilly-s.-S. l'après-midi. G. Duplaà,
place
ailgjais, -esp.,âgatderait

gouvern.
isS.r.Pamrrîrnont.
^nfah't1t,
ay.^fill.
camp, tte
5
à
a.,
cap., un peu
ch.pl.av.son
l'année chez
enf.,
enf.
aim.
Fontainc-la-Guyon(E.-L.)
pers,
pût.,
exc.réf.,
27 a.,
ir.
Ecr.:
références. Germaine-Marie, ,52 bis, r.Gauthey Nurse Suisse, école de Fribourg, ch.. place
Femme de chambre, 27 ans,
GERMAINE,
demande
d'Enghien,,
extra.
5..
nouveau-né.
Jne
CLAIRE, 2o, boulevard Voltaire
HOTCHKISS
nUltnMMch). mi tr. hein, cari-oss/'1' d

t_
IS Ch. av. bains, de 2s 45à fr. la jnée. Chambres pouvant chef pour Jnc~fÏÏiîr~ch. enf. et classee châtr 5. rue fille sér., exe. référ. verb., sach: tr. bien tôlée, et. méc, garantie vendue comme neuve, ;
Cond. pr séj. Loc. au mois, 200, 300, 400 fr. Téléphone ville dans toutes les chambres. 3 mois camp. Env. copie réf., ind. gages dé- espagn. JLuisa, i2i,Bd Bincau, Netiilly-s.-S. Gran dvilliers, Jne fille sachant coudre cherche place de coudre, ch. place près enfants à partir de très bas prix.
'Charics-FIoquet 109 bis, avenue Mozart.
(6o..Orff.avec bains et w.-c.privés.) Depuis 400 francs .par .-niois.
-'Garnot
,34,- -rue :sirés7< 'EctiiS' ;N^ ••I940, riB8rov*(Ann.)i Anglaise 26
73-98: cherché" place avec jeunes [' CHAUFFEURS-MECANICIENS femme ,dç chambre.Simone, 90, av': d'Iéna1. 2. bai. ;Mflft.;VfCtoHn,"4*_r:a/.
E L j
NEIJIt'LV'Xes Charmettes, 9, villaRoule LieErènaudes, 34. ans-
j 1 »

Miss COONEY, 59, avenue des Maître Femme de chambre service courant, longues
(74,av.Roule),cuis.solgn., régimes. Pens.d. 40 f. OPERA (aoo m.). Chamb. meubl., tt conf. FEMMES DE CHAMBRE enfants. Champs-Elysées, 5M -Le Ferreux (Seine). chauff. 25 a, Télï le matin référ". Me COU/fALLEg, ,51, ,av. Bugcalidr VALETS DE CHAMBRE GARAGE
teléph. ds les chamb., dep. 400 fr. par mois Littré- rec.
55-20.sonARMAND, 34', Bd.'j.Garibaldi.
NEtJILLV (Pte Maillot), 5, r. F.-Déroulède. Grand Hôtel Haussmann, 6, rue du Helder. Dem. fme ch. 25-35'a., exp., conn. Wcn serv. Gduvcrn. d'enf. ch. pi.; JittïL, ail., excèll.
de Cuurceiles.
F. de ch., 38 a., b. coût., rép., fin,! mén' f. MAITRES D'HOTEL
P. île f. tr. conf., cuis, bourg. Dep. 35 fr. boul.. a., 16 réf. Réf.vcrb. Ecr. 8138, Figaro (An.)
I
le).
tab., coût., repass., av.Raphaël.
un peu mén. Se prés. 10 références. Alex, 83, Chauff.-mécan., 3 8 a. même serv.cotir. francs» Pris
Mêihe direct. Hostell. du Lys. Chantilly. Ouv. Pers. sérieuse loue belle ch., gd conf., genre il
ri, à 6, 2 bis, Sér. réf. exig. Jnefille Anglaise, éduc, music, dlpl. famille, ch. place stable. Ecrire HARDY, Fme de ch. expér,, tr. b. ling., d. pl. ch. 1 ou Maître. d'hô.tel-va)ct. 48 a.,m. long, DUA
ROX A OUPR
L,UUCI\garo I7°
tteSJann. Repos. Week end. Forf.ioo.Wag.94-84. studio, .pour mons. seul, quarts Exelmans, 4 exe.
pair «0
rue Borghèse, à Neuilly-sur-Seine. verb. MAKIE, 9/ r. Bassano. référ. verb." HËNRT,Vo8, 75,
mois ensol., aérée^ Bains. Très bne f. de ch., très au cour. serv. dame, I.R.A.M., cherche fam..paris, place auétude. 2 mait, Réf. r. de Longchamp. Montparnasse,
fr.
MAPTHA Hôtel, 97, r.Lauristôn (Etoi- 400Ecrire N" 7976, Figaro -(Annonces).
par
lingerie. Sér. réf. verb. cxig. Se présen- libre quelques heures par jour pour Chauff. -méc. Paris, voy., réf., ch. Femme de chambre, 31 ans, demande place Val. de ch. ttes" mains, 25 a' prés, par 41, rue Falguière. Téléph. Turb. 66-54.T
fr. conf. h. à h. Références élogieuses. Walter, 2, r. Decamps pi. Feignez, cxp., 10, r.Ed. -Vaillant,
20 a.
Levallois (S.). stable Paris, table si
pens. 40 avec tt ter 21, rue Leroux, 9 à ir et 2 6
petites. Chaùff.-mécan. aidant
très
possible.
pour
Marie-Louise,
sans serv.
bis, d'Iéna.
maît. Aut. 71-71. Ernest, ioo.av.Paul-Doumer ¡

Luxembourg, 20, r. Servandoni. Chamb. av. Maisons de repos Dem. f. de oh. fais. ménage soigneusement. Ecrire Cunningham, Gouvern.-institut. Anglaise, pour les ménage, bonnes référ., 21 av.
J. Alsac. IS ans dem. place val. de chambre.
de Wagram dem. place. Victor. (16").
et 'S. pens., tt cft., cuis. soig. Dant. 86-48. Se
née
prés, .mercredi
KEMGEN,
soir
88,
et jeudi
de
toute
Tocqueville,
la jour-
88. Inst.-gouv. Angl.,cath.,
77, avenue
long. et lues Chauf.-méc., très bnes
3, avenue
réf., ch.
Rodin
place stable,
Jnef.
Marguerite,
27 a. ch.
2,
pl.
imp.
stable f.do
Bcàufils, à
ch. bn courant.
Aubervillierf.
Bonnes référ. J. Herment, 224, Bd St-Germain LOCATIOHS
Maison de Famille. Retraite. Repos. Confort. « La Provençale ». Convalescence, retraite, rue
références. Zonia, 11 bis,r. Lord-Byron (8«). prêt.- mod. Ecrire: Marcel, .24, rue Chauchat Tchécoslovaque dame, Maître d'h. -valet, 54 arg., b. réf., dem.
Prit modérés. ^8 bis, Bd d'Argenson, Neullly. malades chroniques, confort moderne, parc. Vtesse de Chahot dem., pour château Pas-de- pari, allem., franç., connais. place ou extra. Pierre,a.,66, r. la Jonquièrc.
Dr, 1, r. d. Ecoles, Fontenay-aux-Roses.T.85 Calais, fme de ch. sach. bien coudre. INSTITUTRICES Chauff.-mécan., 32 a., célib., dem. place service courant voyag., cuis., bnes réf. Valet pied-val. ch., 22
15,1avenuem. 78, demande
D'AUTOMOBILES
« Les Marronniers », 24, r. des Marronniers
3o, rue de la Bienfaisance, avant midi. «table m. b., logé, nourri ou non. Hab. voy. verb., ch.pl.stab. Mocker, 7, r. Meyerbecr. place. Bnes réf. Jean, a., Malakoff.
(16*). Pension ou demi-pens. Service appart. Pouponnières Sér. réf. verb. ARMAND, 195, Fg-St-Honoré Fme de chambre sans serv. table, entret.lingp
Le
Pxtdéf. tte concurr.Gd cft, air, soleil, terrasse
« PARIS-DINARD » Pouponnière autorisée, surveillance médicale.
Circulaire, Le Vésinet (S.-O.). Tél. 618.
presse. Dem. f. de chamb., serv. table, coût., Recom.instit.Angl. faisant cl.fr., mus. Mme
mén. Réf. verb. RIOU, 23,
Dem. f. de ch., 20-30 a., conn. bien cout., pair
quai d'Orsay. de Rochecouste, 28, r. Boissy-d'Anglas (8e). Chauif.-mécan. 44 a. ch. place ou
J. f. dipl. angl., allem., désire pension au Chauffeur-mécanicien 46
extra. et neuf, été campagne ou, mer. Libre de Maître d'h.
Excell. références. JEAN, 49, Bd Perdre. suite.ANGELE. 82, Bd des Batignollcs.
verbales.
ou
BLANC,
vatct'lm..

Fme de ch., 40 a., couture,.ch. pl., extra ou Autrichien '30 a.' ch. pi. maître d'hôtel ou
22,
d'h.,
tue de
long, références
l'Elysée, 22.
Hotchkiss. Dam. dés.louer moit.fraiî, moitié
temps, voit. avec chauffeur. 1,400 fr. env. V
Ecr.re n° 8m, Figaro (Annonces). '
29, rue Cassette (Luxembourg}. Neuf. 1, r. mén., serv. table, reposs. Sérieuses réf. exig. dans famille française. Ecrire a., très bonnes ré- journées
stable bourg. Ecr.: 8078, Figaro (Ann.). val. de ch. Parle angl. Charles, 30, r.Lauristôn
férences, cherche place maison bourg.
Calme. Vue sur jardin. So ch. av, w.-c. privé Villégiatures Se présenter Weil, s, rue de Luyncs (7e). N°. 8144, Figaro (Annonces). S'adresser: Chauvel, de Chaillot. Fme de ch. couturière, 30 a., excell. référ., Ex-valet demande à faire ménage. Références.
50 bains. Chambres depuis 30 fr. 41, rue
institut, BURGRAVE, 2, rue Dupin, 2.
Avfy pens. 55 fr. a pers., 1 lits 90 fr.
Réduction mois. Menton, C. d'Azur, séjour Idéal. Hôtel Prin- sach.