Vous êtes sur la page 1sur 8

Chapitre II : Les capteurs de température

I. Introduction
La thermométrie est un domaine de la physique s’intéressant à la mesure de la température.
L’unité de la température est le degré Celsius (°C) ou le degré Kelvin (°k).
T(k) = (C) +
Les capteurs de température peuvent être classés en deux catégories :
• Capteurs de température de contact :

• Pyromètres optiques (sans contact) :

II. Thermométrie par résistance


D’une façon générale, la résistance électrique varie en fonction de sa température selon une
loi de type :
R(T) = R 0 F(T,T0 )
Avec
R0 :.
F(T, T0) :

Remarque : pour T=T0 R(T = T0 ) = R 0 F(T = T0 ) = R 0  F(T = T0 ) = 1


II.1. Sondes à résistance métallique

Les résistances métalliques varient en fonction de leur température selon la loi :

Avec
A, B, C :
Remarques :
- Pour R(T = T0 ) = R 0  T0=0°C et F(T = T0 ) = 1 .

- L’augmentation de la température entraine une augmentation de la résistance métallique.

1
- Les matériaux utilisés pour la mesure de la température en fonction des résistances sont
souvent : Fer, Nickel, Rhodium, Indium, Platine et leurs alliages. Le Platine est le plus utilisé
à cause de ses bonnes caractéristiques chimiques.
- L’étendue de mesure dépend de la nature du métal.
Nickel : - 60°C → 180°C.
Cuivre : - 190°C → 150°C.
Platine : - 200°C → 650°C.
Exemple :
La relation résistance- Température pour une sonde à résistance de platine est :

Avec
, ,  : des constantes indépendantes de la température.
R(T = 0C) =
On peut négliger les constantes ,  et la relation devient : R(T) =
On définit la sensibilité thermique par :

1 d R(T)
Sth = = .
R 0 d T T =Ti

La sonde à résistance de platine est précise, stable et durable mais elle est couteuse.

II.2. Sondes à résistance semi conductrice

Les résistances semi-conductrices varient en fonction de leur température selon la loi :

Avec
C:
Remarque :
- La dépendance en température pour les semi-conducteur est environ 100 fois plus
importante que pour les métaux. Donc, les semi-conducteur sont très utiles pour mesurer les
très faibles variations de température. La résolution des sondes semi-conductrices est de
l’ordre de 10-4 °k.

2
- La loi de variation de la résistance semi-conductrice en fonction de la température est non
linéaire.
Exemple :
Les thermistances sont sont des résistances sensibles à la température qui sont comprimées et
moulées suivant différentes formes.

Les thermistances sont habituellement insérées dans un circuit en pont dont la tension de
sortie est fonction de la température, ou sur un diviseur de potentiel pour activer un circuit de
comparaison.
On distingue deux types de thermistances :

• CTN :

Les CTN sont fabriquées à base d'oxydes de métaux de transition (manganèse, cobalt, cuivre
et nickel). Ces oxydes sont semi-conducteurs.
Elles sont utilisées pour les mesures et le contrôle de la température, la suppression
d'impulsions transitoires, la mesure de flux de liquides.

La valeur nominale de la thermistance est fournie pour une température nominale de 25C.
Des courbes typiques de thermistance CTN sont présentées sur la figure ci-dessous.

Caractéristique typique d’une CTN.

3
CTP :

Les CTP sont fabriquées à base de titanate de baryum.


Elles peuvent être utilisées comme détecteur de température, pour protéger des composants
(moteurs, transformateurs) contre une élévation excessive de la température, la protection
contre des surintensités, détecteur de niveau de liquide (sa résistance, sera différente lorsque
le capteur est dans l'air ou plongé dans un liquide).

Caractéristique typique d’une CTN et CTP.


Les thermistances sont rapides (temps de réponse faible), de cout faible mais elles sont non
linéaire.

III. Thermométrie par thermocouple :


III.1. Définition :

On appelle thermoélectricité tout phénomène physique créant une tension électrique d’origine
thermique.

Effet «Seebeck » :

Il s’agit d’un circuit fermé constitué de deux conducteurs électrique « A » et « B » de nature


différentes et dont les jonctions sont à des températures T1 et T2 (T1≠T2) : il s’agit de la
création d’une force électromotrice dite de Seebeck :

- Dépend de la nature du conducteur.


- Dépend de la nature du T1 et T2.

Thermocouple :

4
En général, la température de la jonction froide T1 est connue donc on veut toujours mesurer
la température à la jonction chaude.

T1
MA
T
U V
Jonction
MB
chaude
Jonction
froide

U = ………..

T:

T1 :

Le tableau suivant indique la variation de coefficient K selon la nature des conducteurs


Type Alliage Fem (mV/°C) Température (°C)
J Fer / Cuivre-Nickel (Constantan) 0,051 -210 +1200
K Nickel-Chrome / Nickel-Aluminium 0,039 -270 +1370
S Platine-Rhodium / Platine 0,0055 -50 +1760
T Cuivre / Cuivre-Nickel (Constantan) 0,039 -270 +400

III.2. Technique de mesure :

Problématique :
i) Généralement la température de la jonction froide notée aussi la température de
référence est la température ambiante. Pour savoir déterminer T, on doit connaitre
Tréf.

U(mv)

T1 T2 T(°C)

U1 =
U2 =

K : sensibilité (pente)

5
Une variation de Tréf va décaler les mesures d’une erreur de zéro « 0 ».

ii) On ne peut pas mesurer directement les tensions des thermocouples car le simple
fait de le connecter sur un voltmètre crée des nouveaux thermocouples par les
liaisons entre les fils du thermocouple et les bornes en cuivre ou en laiton du
voltmètre.

Exemple avec un thermocouple cuivre-constantan (Cu/C) :

Nous voulons que le voltmètre lise seulement la tension générée par le thermocouple J1, c’est-
à-dire V1 mais nous avons créé deux autres jonctions métalliques J2 et J3. Comme J3 est une
liaison cuivre sur cuivre, il n’y a pas de création d’effet thermoélectrique. En revanche, J2 est
une liaison cuivre constantan qui ajoute la tension V2 en opposition avec V1.

La lecture sur le voltmètre sera proportionnelle à la différence de température entre J1


et J2.

Nous ne pourrons connaître la température de J1 que si nous connaissons d’abord celle


de J2.

iii) Lorsque les files conducteurs sont longs (liaison avec automate), la tension
mesurée subit une chute de tension.

Solution :

On se propose d’utiliser deux thermocouples pour mesurer une température T, pour cela on
submerge le deuxième dans l’eau glacé.

V=

Même température ambiante pour les deux thermocouples : donc…….

A 0°C, Tc2 = 0°C

Donc : V =

6
TDN°1
EXERCICE 1 :
On désire mesurer la température en utilisant une sonde à résistance semi-conductrice régit
par l’équation suivante :
 1 1 
R(T) = R 0 exp  ( − ) 
 T T0 

Avec β=4000°K, T0=300°K et R0=5000Ω.


R0 : Résistance à la température T0.
β : est supposée constante dans le domaine de température utilisé.
1- La valeur de la de la résistance mesurée est R=1000±5Ω, calculer la valeur de la
température correspondante ainsi que son incertitude.
2- Trouver la sensibilité de ce capteur à cette température.
Cette température peut être aussi mesurée en utilisant une sonde à résistance de platine
(Pt100) dont la variation de la résistance avec la température est donnée par :

R() = R 0 (1 + 3,9 10−3 )

R 0 = R(T = 0C) = 100


 : valeur de la température en °C.
3- Trouver la sensibilité de ce capteur.
4- Comparer la sensibilité des deux capteurs.

EXERCICE 2 :
Soit un thermocouple de type K dont la relation reliant la fem à la température est :

U=k (T-Tref)

1- Tracer sur la même courbe l’allure de :


U0=f(T) pour une température de référence Tref=0°C.
UTF=f(T) pour une température de référence Tref=TF>0.
2- Exprimer UTF en fonction de U0.
3- On mesure une fem égale à 6,72 mV avec la soudure froide à 20°C.
Quelle est la température de la soudure chaude, sachant que le thermocouple a un pouvoir
thermoélectrique (fem à 0°C) égale à 40,4µV/K entre 0°C et 250°C.

7
EXERCICE 3 :
On se propose de mesurer une température variable entre 0°C et 100°C à l’aide d’une sonde à
résistance métallique et un thermocouple.

Partie A : Sonde à résistance métallique


La relation résistance-Température est donnée par :
R(T ) = R0 (1 + 3,9110−3  T ) avec R(T = 0C ) = R0 = 100

1- Calculer les valeurs R50 et R100 de la résistance R(T) respectivement à 50°C et à 100°C.
2- Le capteur de température utilisé est un capteur actif ou passif ?
3- On désire réaliser un transmetteur délivrant un signal U(tension), en utilisant le montage
suivant :

I=cte

R(T) R1
Sonde B
E U=VB-VD
D

R2 R3
VD VB

La tension de sortie (U) est variable entre 0 mV et 50 mV lorsque la température varie de


0°C et 100°C.

a) Quel est le rôle de ce montage transmetteur?


b) Déterminer l’expression de U en fonction de R(T), R1, R2, R3 et E.
c) On suppose que R1= R2= R3, retrouver l’expression de U en fonction de R(T), R1 et E.
d) Calculer la valeur de R1, sachant que pour T=0°C on a U=0 V.
dU
S=
e) Déterminer la sensibilité du système (sonde +transmetteur) : dT T =0C

Partie B : thermocouple
Le thermocouple utilisé étant de type E admettant un pouvoir thermoélectrique égale à 58,67
µV/°C.
a) Donner 2 autres types de thermocouples
b) Pour Tref = 10°C et la fem du capteur est égale à 4,7 mV, déterminer la température de
la jonction chaude.

Vous aimerez peut-être aussi