Vous êtes sur la page 1sur 2

ORGANISATION MARITIME INTERNATIONALE

4 ALBERT EMBANKMENT
LONDRES SE1 7SR F
Téléphone: 020-7735 7611
Télécopieur: 020-7587 3210
OMI

Réf. T2-OSS/2-7 MSC.1/Circ.1250


19 octobre 2007

MARGE DE SÉCURITÉ À PRÉVOIR POUR PROTÉGER LES SYSTÈMES RADAR

1 À sa quatre-vingt-troisième session (3-12 octobre 2007), le Comité de la sécurité


maritime, reconnaissant qu'il était important d'élaborer des critères visant à protéger les systèmes
radar de marine qui tiennent compte de marges de sécurité, a approuvé les orientations élaborées
par le Sous-comité de la sécurité de la navigation (NAV) à sa cinquante-troisième session, telles
qu'elles figurent en annexe.

2 Les Gouvernements Membres sont invités à porter les orientations ci-jointes à l'attention
des autorités chargées de la réglementation des radiocommunications au sein de leurs
Administrations.

***

I:\CIRC\MSC\01\1250.doc
MSC.1/Circ.1250

ANNEXE

MARGE DE SÉCURITÉ À PRÉVOIR POUR PROTÉGER LES SYSTÈMES RADAR

1 À sa cinquante-troisième session (23-27 juillet 2007), le Sous-comité de la sécurité de la


navigation a exprimé des craintes au sujet du partage des bandes de fréquences attribuées aux
radars de marine avec des services qui n'utilisent pas de radar, et il a noté que certaines
Administrations s'employaient à élaborer des critères de protection applicables aux systèmes
radars, qui devraient servir de base aux essais de partage avec divers systèmes n'utilisant pas de
radar. Ces critères de protection comprennent divers paramètres qui figurent dans les
recommandations de l'UIT-R. Ils ne sont toutefois pas susceptibles d'inclure de tolérances pour
tenir compte de l'"élément humain" dans le fonctionnement des radars de marine.

2 Le secteur aéronautique est pleinement conscient de cette lacune depuis de nombreuses


années. Dans tous les débats consacrés au partage de bandes de fréquences, il prévoit une "marge
de sécurité" qui assure la protection supplémentaire nécessaire contre les inégalités de
performance des différents opérateurs radar dans diverses conditions ambiantes et autres
circonstances.

3 Il a été fait rapport de résultats d'essais en mer effectués récemment à l'aide de radars dont
l'installation à bord est prescrite par la règle V/19 de la Convention SOLAS sur un navire en
service, avec des sources de brouillage (n'utilisant pas de radar) situées à terre, en ayant recours à
des cibles marines réalistes de faibles dimensions et à des radaristes expérimentés. Ces essais ont
fait apparaître, dans la détection des cibles, des différences sensibles qui peuvent être attribuées à
l'élément humain.

4 Le Sous-comité a conclu qu'il était nécessaire de tenir compte d'une "marge de sécurité"
pour renforcer la protection au cas où le partage de bandes de fréquences avec d'autres services
deviendrait une réalité, afin de veiller à ce que le radar de marine soit correctement protégé en
tant que service de sécurité.

5 Les Gouvernements Membres sont instamment priés de porter les renseignements


ci-dessus à l'attention des autorités chargées de la réglementation des radiocommunications au
sein de leurs Administrations.

__________

I:\CIRC\MSC\01\1250.doc