Vous êtes sur la page 1sur 202

MECANIQUE DES SOLS ET

INGENIERIE GEOTECHNIQUE

Mécanique des sols I


MDSI
Pr BEKKOUCHE Abdelmalek
Email : malek.bekkouche@gmail.com

2016 Pr A Bekkouche 1
MECANIQUE DES SOLS ET
INGENIERIE GEOTECHNIQUE

Licence Génie Civil

2016 Pr A Bekkouche 2
Caractéristiques Géologiques des sols
Paramètres Physiques des Sols

Termes rencontrés en géotechnique

Pr BEKKOUCHE Abdelmalek
2016 Pr A Bekkouche
Email : malek.bekkouche@gmail.com 3
Termes rencontrés en géotechnique

◼ Roches:
– les roches se présentent en masse ou en
fragments de grandes tailles. Elles sont
constituées par l'agglomération de minéraux qui
peuvent être identiques ou de natures
différentes.
– On distingue, d’après le mode de formation, les
roches magmatiques, les roches sédimentaires
et les roches métamorphiques.

2016 Pr A Bekkouche 4
Termes rencontrés en géotechnique

◼ Cailloux: Ce sont en général des éléments qui


proviennent des roches. Leurs formes peuvent être
arrondies ou présentant des aspérités, selon leurs
origines.
◼ Enrochements: C'est un ensemble de blocs de
roches liés ou non et utilisés pour la protection des
parties immergées des ouvrages d'art. On les utilise
aussi pour protéger les berges des barrages en
terre ou en remblai.

2016 Pr A Bekkouche 5
Termes rencontrés en géotechnique

◼ Grave: Terrain alluvionnaire, possédant une


granulométrie homogène, et est utilisé pour la
constitution de la couche de base des chaussées.

◼ Graviers: Ce sont des débris de pierre de grosseur


intermédiaire entre les sables et les cailloux. Doués
d'une forte perméabilité et de bonnes
caractéristiques mécaniques, les sols graveleux
constituent un bon sol de fondation

2016 Pr A Bekkouche 6
Termes rencontrés en géotechnique

◼ Sable: C'est un matériau formé d'éléments


quartzeux de grosseur entre 2mm et 20mm. On
distingue, en fonction du diamètre moyen des
grains, les sables grossiers, les sables moyens et les
sables fins. Secs ou saturés, les sables n'ont pas
de cohésion. Partiellement saturés, les eaux
capillaires les douent d'une légère cohésion, dite
cohésion apparente.

2016 Pr A Bekkouche 7
Termes rencontrés en géotechnique

◼ Limon: C'est un matériau de grosseur entre les


sables et les argiles. Contenant une teneur en
calcaire suffisante, ces sols deviennent fertiles. Ils
seront dits limons organiques s'ils contiennent des
matières organiques. Ces sols sont difficilement
compactables et ont de faibles portances.

2016 Pr A Bekkouche 8
Termes rencontrés en géotechnique

◼ Argile: C'est un matériau constitué d'éléments fins


allant au-delà de 0,002mm. Ces éléments sont
constitués par un complexe de silicate
d'hydroaluminium (Al2O3-nSiO2-H2O). La
montmorillonite, l'illite et la kaolinite constituent les
principaux groupes de familles des argiles. On peut
rencontrer des argiles qui portent le nom de la
région de leur provenance (ex: L'argile bleue de
Chicago). Imbibées d'eau, les argiles deviennent
malléables.

2016 Pr A Bekkouche 9
Termes rencontrés en géotechnique

◼ Calcaire: C'est le nom donné à un important


groupe de roches sédimentaires formées
principalement de carbonate de chaux. Les
propriétés de ces roches varient des roches tendres
aux roches dures.
◼ Marnes: Ce sont des roches meubles formées
principalement de deux constituants, les argiles et
les calcaires. Leurs propriétés varient donc, en
fonction du pourcentage de chaque constituant, des
argiles franches jusqu'aux calcaires francs. La
sensibilité à l'eau diminue quand la teneur en
2016
calcaire augmente. Pr A Bekkouche 10
Caractéristiques Géologiques des sols
Paramètres Physiques des Sols

• Origine des sols

2016 Pr A Bekkouche 11
Origine des sols

Cycle de formation des sols et des roches.

2016 Pr A Bekkouche 12
Origine des sols

Cycle de formation des sols et des roches.


2016 Pr A Bekkouche 13
Origine des sols

Décomposition d’organismes
Désagrégation des roches vivants

✓ Fissuration consécutive à la ✓ Végétaux


décompression, (tourbes),
✓ Attaque mécanique (chocs et ✓ Animaux (craies).
frottements), Suivant les conditions de
formation et de dépôt, les sols
✓ Attaque chimique. peuvent contenir des matières
organiques en proportion plus
ou moins élevées.
2016 Pr A Bekkouche 14
Description qualitative

Sol

Phase Solide Phase Liquide Phase Gazeuse

✓ Dimensions, ✓ Eau pure, ✓ Air,


✓ Formes, ✓ Eau salée, ✓ Vapeur d’eau,
✓ Nature ✓ …etc. ✓ Gaz
chimique, carbonique,
Le sol, matériau à trois phases
✓ Arrangement.
2016 Pr A Bekkouche ✓ …etc. 15
Caractéristiques Géologiques des sols
Paramètres Physiques des Sols

• Phases et constituants des sols

2016 Pr A Bekkouche 16
Phases des sols

Le sol, matériau à trois phases

SOLIDE

AIR

EAU

2016 Pr A Bekkouche 17
1. Phase solide

◼ Les propriétés physiques essentielles d'un sol pour


les applications de Génie Civil se déduisent
généralement de la taille des grains, de leurs
formes, de leurs arrangements, de la qualité de
leurs contacts, de leurs compositions
minéralogiques, etc.

2016 Pr A Bekkouche 18
1. Phase solide (suite)

◼ Pour les sols grenus, les grains sont le résultat


d'une désagrégation mécanique de la roche mère.
Ils gardent par conséquent la même structure
minéralogique. Ces éléments sont en général
quartzeux, donc insensibles à l'eau. C'est le cas des
sables et des graviers.
◼ Pour les argiles, les particules solides sont le
résultat d'une désagrégation de la roche mère suite
à des attaques chimiques combinées ou non avec
des attaques mécaniques ou physiques. Ces
éléments ont donc une structure minéralogique
différente de celle de la roche mère. Cette famille
2016
de sol est très sensiblePr AàBekkouche
l'eau. 19
2. Phase liquide

◼ Le liquide qui remplit les vides entre les


grains du sol est en général l'eau. Elle se
rencontre sous différentes formes:
– L'eau libre, dite aussi gravifique parce qu'elle s'écoule sous
l'effet de la gravité. C'est l'eau ordinaire rencontrée dans
les lacs et les rivières. Elle s’élimine à 100°C et peut
contenir des sels minéraux ou de l'air dissous.
– L'eau capillaire, c'est une eau qui est maintenue à l'aide de
force de tension superficielle entre les points de contact
des grains chez les sols partiellement saturés. Elle ne
s'écoule pas sous l'effet de la gravité mais s’élimine à
100°C.

2016 Pr A Bekkouche 20
2. Phase liquide (suite)

– L'eau adsorbée, dite aussi eau hygroscopique. Elle forme


une mince couche autour des particules argileuses. Elle
possède des propriétés plus proches des solides que des
liquides. Elle ne s’élimine qu'à de très fortes températures.
– L'eau de composition: Elle est constituée de molécules
d'eau qui entrent dans la composition minéralogique de
l'élément. Elle ne peut être libérée qu'en détruisant la
structure élémentaire du matériau.

2016 Pr A Bekkouche 21
3. Phase gazeuse

◼ Les sols renferment dans leurs interstices,


soit de l'air s'ils sont secs, soit un complexe
air- vapeur d'eau s'ils sont partiellement
saturés. On peut rencontrer des gaz issus
de la décomposition des matières
organiques chez les sols organiques.

2016 Pr A Bekkouche 22
Constituants d’un sol

Les éléments constitutifs d’un sol.


(a): Echantillon de sol grenu. (b): Particule de sol argileux.

2016 Pr A Bekkouche 23
1. Sols grenus

◼ Les sols grenus sont constitués de matière


inerte tel que le quartz.
◼ Leurs comportements dépendent
uniquement de la taille des grains, de leurs
formes, de leurs arrangements, etc...
◼ Pour ce type de sol, l'effet de surface est
négligeable devant l'effet de volume.

2016 Pr A Bekkouche 24
2. Structure des particules
argileuses
◼ Les minéraux argileux ont une structure en couche. Ils font
partie du groupe des phyllosilicates.
◼ L'argile est constituée d'un empilement de feuillets, le feuillet
est formé d'un empilement de couches octaédriques et/ou
tétraédriques liées entres- elles par des forces de nature
ionique qui lui permettent d'être stables et d'exister
indépendamment des autres.
◼ Une particule argileuse ou un grain est composé d'un
ensemble de paquets de feuillets.

2016 Pr A Bekkouche 25
Feuillet, paquet de feuillets et particule argileuse
2. Structure des particules
argileuses

Structure des argiles.


(a): Structure dispersée, (b): Structure
floculée.

Liaison entre les trois phases


2016 Pr A Bekkouche 26
Caractéristiques Géologiques des sols
Paramètres Physiques des Sols

• Minéraux argileux

Pr BEKKOUCHE Abdelmalek
2016 Pr A Bekkouche
Email : malek.bekkouche@gmail.com 27
Minéraux argileux

Halloysite
Electron
photomicrograph of a
Halloysite from Bedford,
Indiana.
Picture width is 2 mm
(Tovey, 1971).
Minéraux argileux

Attapulgite

Electron
photomicrograph of
Attapulgite from
Attapulgis, Georgia.
Picture width is 4.7 mm
(Tovey, 1971).

2016 Pr A Bekkouche 29
Minéraux argileux

Montmorillonite

Electron
photomicrograph of a
Montmorillonite
(Bentonite) from a Clay
Spur of Wyoming.
Picture width is 7.5 mm.
(Tovey, 1971).

2016 Pr A Bekkouche 30
Minéraux argileux

Lambe (1951)
Illite
2016 Pr A Bekkouche 31
Minéraux argileux

Kaolinite
Electron
photomicrograph of
well-crystallized
kaolinite from St.
Austell, Cornwell,
England. Picture width
is 17 mm (Tovey, 1971).

2016 Pr A Bekkouche 32
Minéraux argileux

Kaolinite

2016 Pr A Bekkouche 33
Caractéristiques Géologiques des sols
Paramètres Physiques des Sols

• Relations entre les phases du sol

2016 Pr A Bekkouche 34
États de l’eau dans le sol

L ’eau contenue se décompose en


1. eau liée (eau de constitution; ou absorbée)
2. eau Libre
3. Eau capillaire

2016 Pr A Bekkouche 35
Schématisation des 3 phases

Le sol, matériau à trois phases

Air

Eau

Solide

Squelette d’un Trois Phases


2016 Pr A Bekkouche 36
échantillon de sol
Schématisation des 3 phases

Sol sec(l’eau n’existe pas)

Air

Solide

2016 Squelette d’un Pr A Bekkouche


Deux Phases 37

échantillon de sol sec


Schématisation des 3 phases
Sol saturé (l’air n’existe pas)

Eau

Solide

Squelette d’un échantillon Deux Phases


2016 Pr A Bekkouche 38
de sol Saturé
Système des trois phases

Va Air Wa~0
Vv
Vw Eau Ww
VT W
T

Vs Solide Ws

Volume Poids (Weight)


Volume du solide = Vs Masse du solide = Ws
Volume d’eau = Vw Masse d’eau = Ww
Volume de l’Air = Va Masse de l’Air = Wa~0
Volume des Vides = Va + Vw = Vv
2016 Pr A Bekkouche 39
Relations entre les masses et les
volumes
Si l’on note W les masses et V les volumes, affectés des indices s, w et a
respectivement pour les trois phases solide, liquide et gazeuse, on définit :
Masse volumique de l’eau : Masse d’eau par unité de volume d’eau (kg/m3) :
W = 1.0 g/cm3 (à 4° C)
Paramètres d’état

w = w = 1000 Kg/m3
Vw
Masse volumique du sol : Masse globale des trois phases du sol par unité
de volume du sol (kg/m3) :
W
=
V
Masse volumique du sol sec : Masse des particules du sol (phase solide
seule) par unité de volume du sol (kg/m3).

Ws
2016
d =
Pr A Bekkouche 40
V
Relations entre les masses et les
volumes
Masse volumique des particules : Masse des particules du sol (phase
solide seule) par unité de volume des particules du sol (kg/m3).
Ws
s =
Vs
Masse volumique de l’air : Masse de l’air par unité de volume de l’air (kg/m3)
Wa
a =
Va
 Vv 
Masse volumique du sol saturé : Masse volumique du sol Ws + Ww  
dans l’hypothèse où tous les vides sont remplis d’eau (kg/m3).  sat =  Vw 
V

Densité G=
w
Masse volumique déjaugée du sol : Pr(kg/m
2016
3)
A Bekkouche
 ' =  sat −  w 41
Relations entre les masses

Teneur en eau : Rapport de la masse d’eau à la masse du sol


sec (sans unité ou en %)

w(% ) =
Ww
100%
Ws
Essai pour déterminer la Teneur en eau :

⚫ Pour déterminer la masse du sol sec Ws, on doit mettre un


échantillon humide de masse Wh dans une étuve à 105°C
pendant 24 heures. La masse de cet échantillon est la masse
du sol sec Ws .


2016
La masse d’eau Ww = Wh Pr–A W S
Bekkouche 42
Valeurs typiques du Poids
volumiques des grains solides
s (KN/m3)
Matériau

Gypse 23.2 s (KN/m3)


Matériau
Orthose 25.6
Kaolinite 26.0
Illite 26.0 Gravier, sable 26,5
Quartz 26.6 Sable limoneux, loess 26,7
Calcite 27.2 Limon 27,0
Muscovite 28.5 Argile limoneuse 27,5
Dolomite 28.7 Argile 28,0
Biolite 30.5
Mematite 5.20

Valeurs de s pour certains minéraux

2016 Pr A Bekkouche 43
Valeurs typiques du Poids
volumiques des grains solides

2016 (Lambe and Whitman, 1979) Pr A Bekkouche 44


(Goodman, 1989)
Poids volumiques des grains solides

2016 Pr A Bekkouche 45
Relations entre les paramètres
d’États
Masse volumique déjaugée du sol : (kg/m3)  ' =  sat −  w

Porosité : Volume des vides (phases liquide et gazeuse) par unité de volume du sol

Vv
n=
V
Indice des vides : Rapport du volume des vides (phases liquide et gazeuse) au
volume des particules du sol
Vv
e=
Vs
Teneur en eau : Rapport de la masse d’eau à la masse du sol sec (sans unité ou en %

Mw
2016
Pr A Bekkouche w= 46
Ms
Valeurs typiques de (e) et (n)

Simple cubic (SC), e = 0.91, Contracte

Cubic-tetrahedral (CT), e = 0.65, Dilate

2016 (Lambe and Whitman, 1979) Pr A Bekkouche 47


Valeurs typiques de (e) et (n)(Cont.)

◼Perméabilité hydraulique
▪ Quel est l’assemblage SC
(SC or CT) qui a une
e = 0.91
grande perméabilité?

CT
e = 0.65

L’eau (d’une manière générale les fluides) peut s’écouler


plus facilement quand la perméabilité est élevée
2016 Pr A Bekkouche 48
Valeurs typiques de (e) et (n)(Cont.)

Filtre
SC
e = 0.91

•Congestion CT
Les particules fines ne e = 0.65
peuvent passer à travers les
fines

2016 Pr A Bekkouche 49
Relations entre les paramètres
d’États

Teneur en eau de saturation : Teneur en eau du sol saturé (tous les vides sont
remplis d’eau) (sans unité ou %)
Vv  w
w=
Ms
Teneur en eau volumique : Rapport du volume d’eau au volume total du sol (sans
unité ou %)
Vw
=
V
Degré de saturation : Rapport du volume d’eau au volume des vides (sans unité ou

Vw
Sr =
Vv
2016 Pr A Bekkouche 50
Relations entre les paramètres
d’États
Relation entre la porosité et l’indice des vides :

e n
n= e=
1+ e 1− n

Relation entre le poids volumique sec et le poids volumique des particules

s
d = =  s (1 − n )
1+ e

Relation entre le poids volumique du sol et le poids volumique du sol sec


(ou des particules) :
 s (1 + w)
 =  d (1 + w) =
(1 + e)
2016 Pr A Bekkouche 51
Description Quantitative
Expressions de poids volumique du sol : (Non Saturé)
 s + eSr w
 =  d + nSr w  =  s (1 − n) + nSr w =
(1 + e)
Expression de la teneur en eau ou du degré de saturation
w
eSr w s w Sr =
w= Sr = .w = Gs.  1 1 
s  we e  w  − 
 d s 
Expression de poids volumique du sol : (Sol Saturé)
 s + e w
 =  d + n w  =  s (1 − n) + n w =
(1 + e)
Expression de la teneur en eau :
e w
w= e = w.Gs
s
2016 Pr A Bekkouche 52
Les unités de mesure
– Longueurs, surfaces, volumes et propriétés hydrauliques

2016 Pr A Bekkouche 53
Les unités de mesure
– Longueurs, surfaces, volumes et propriétés hydrauliques

2016 Pr A Bekkouche 54
Les unités de mesure
- identification

2016 Pr A Bekkouche 55
Les unités de mesure
- identification

2016 Pr A Bekkouche 56
Caractéristiques Géologiques des sols
Paramètres Physiques des Sols

• Exemples

2016 Pr A Bekkouche 57
Exemple 1

◼ Déterminer e, n et Sr d’un échantillon de sol


dont les caractéristiques sont comme suit :
– Masse de l’échantillon = 1013g

– Volume de l’échantillon = 585.0cm3

– La densité des grain solides, Gs = 2.65

– La masse de l’échantillon sec = 904.0g

2016 Pr A Bekkouche 58
Exemple 1 (Solution)
Masse de l’échantillon = 1013g La densité des grain solides, Gs = 2.65
Volume de l’échantillon = 585.0cm3 La masse de l’échantillon sec= 904.0g

134.9cm3 Air Wa~0


W =1.00
243.9cm3
Eau 109.0g
109.0cm3
1013 g
585 cm3
s =2.65
341.1cm3 Solide 904.0g

2016
Volumes Pr A Bekkouche Masses 59
Exemple 1 (Solution)

134.9cm3 Air
W =1.00
243.9cm3
109.0cm3 Eau
585.0cm3
s =2.65
341.1cm3 Vv 243.9
e= = = 0.72
Solide Vs 341.1
Vv 243.9
n(%) = 100% = 100 = 41.7%
VT 585.0
Vw 109.0
Volumes S r (%) = 100% = 100 = 44.7%
Vv 243.9

2016 Pr A Bekkouche 60
Exemple 2

2016 Pr A Bekkouche 61
Exemple 2

2016 Pr A Bekkouche 62
Exemple 3

2016 Pr A Bekkouche 63
Exemple 3 - Solution

2016 Pr A Bekkouche 64
Caractéristiques Géologiques des sols
Paramètres Physiques des Sols

• Homework N°2

2016 Pr A Bekkouche 65
Homework N°1

A partir des principes de base connus, vérifier les


relations suivantes:
n
e=
1− n

 h = (1 − n). s + Sr .n. w (à partir du diagramme des phases)

1
d = h
1+ 

s −
n= (pour un sol saturé)
s −w
2016 Pr A Bekkouche 66
Homework

◼ Recommandations :
1. Tous les homeworks sont envoyés par email
avant jeudi Minuit aux enseignants concernés
2. Le nom du fichier contiendra votre nom plus la
section plus le numéro du homework
3. Nous donnons une importance capitale à la
présentation
4. Apprendre à travailler en équipe mais l’effort
personnel reste primordial car chacun doit faire
et envoyer son propre travail

2016 Pr A Bekkouche 67
n
e=
1- 1− n

◼ Ou bien
Vv V − Vs V 1 n
e= = = −1 = −1 =
Vs Vs Vs 1− n 1− n

2016 Pr A Bekkouche 68
2-  h = (1 − n). s + Sr .n. w

 h = (1 − n) s + S r  n   w

On a :
W Ws + Ww Ws Ww
h = = = +
V V V V
Ws Vs Vw
=  +w
V Vs V

 s (1 − n ) +  w
Vw
=
Vv
n
 s (1 − n ) +  w  n 
Vw
=
Vv

  h = (1 − n) s + Sr  n   w

2016 Pr A Bekkouche 69
2-  h = (1 − n). s + Sr .n. w
γh = (Ws+Ww)/V = Ws/V + Ww/v

= (Ws.Vs) / (Vs .V) + Ww/V

= γs .Vs/V + Ww/((Vv/n))

= γs. (V-Vv)/V + (n .Ww)/Vv

= γs .(1-n) + (n .γw.Vw)/Vv or (Vw/Vv=Sr)

= γ
s .(1= n).t.γw +
(1+−n.S
- n) Sr .n. w
h s

2016 Pr A Bekkouche 70
1
3-  d =  h
1+ 

1
d =h
1+ 
Ws W s  W W  h h
d = = =h s = h = =
V V W W W Ws + Ww W
1+ w
Ws Ws Ws

1
d =h
1+ 

2016 Pr A Bekkouche 71
1
3-  d =  h
1+ 

2016 Pr A Bekkouche 72
s −
4- n=
s −w

On a démontré dans la relation (2) que

 h = (1 − n) s + S r  n   w
Et pour un sol saturé, on a Sr=1, ce qui
nous donne :
 h = (1 − n ) s + n   w
= n( w −  s ) +  s s −h
n=
 −s
n= h
s −w
w −s
2016 Pr A Bekkouche 73
s −
4- n=
s −w

n= (γs- γ)/(γs- γw )

(γs- γ)/(γs- γw ) = (Ws/Vs-W/V)/(Ws/Vs-Wv/Vv)

= (WsV-WVs)/(Vs.V) .(Vs.Vv)/(WsVv- Wv.Vs)

= (Ws(Vs+Vv)-(Ws+Wv)Vs)/(WsVv- Wv.Vs) . Vv/V

= (Ws.Vs-Ws.Vs+WsVv- Wv.Vs)/(WsVv- Wv.Vs) . n

s −
n=
s −w
2016 Pr A Bekkouche 74
2016 Pr A Bekkouche 75
Vos questions

76
Séance III

Caractéristiques Géologiques des sols


Paramètres Physiques des Sols

• Identification des sols

2016 Pr A Bekkouche 78
Identification
Déterminer un ensemble de propriétés physiques ou
Identification
chimiques qui permettent de caractériser un sol.

Essais d’Identification

Classification Essais chimiques

Analyse Granulométrique
Teneur en Carbonate de Calcium

Tamisage Sédimentométrie
> 80µm  80µm Essai au Bleu de Méthylène

Limites d ’Atterberg Équivalent de Sable Teneur en Matière Organique

2016 Pr A Bekkouche 79
Analyse granulométrique

Analyse Granulométrique

Tamisage Sédimentométrie

Éléments > 80µm Éléments < 80µm

Sol + Eau distillée + Eau distillée


Défloculant
24 h

Sol

2016 Pr A Bekkouche 80
Analyse granulométrique

◼ Tamisage Sédimentométrie (Hydrometer for


fine particles)
– Gradation or Mechanical
Analyses

2016 Pr A Bekkouche 81
Analyse granulométrique

2016 Pr A Bekkouche 82
Analyse granulométrique

2016 Pr A Bekkouche 83
Analyse granulométrique

Sieves larger
than the #4
sieve are
designated
by the size of
the openings
in the sieve

2016 Pr A Bekkouche 84
Analyse granulométrique

2016 Pr A Bekkouche 85
Granulométrie par Tamisage à sec
ou sous l’eau

Éléments > 80µm

Tamisage à sec Tamisage sous l’eau


2016 Pr A Bekkouche 86
Tamisage à sec ou sous l’eau

2016 Pr A Bekkouche 87
Analyse granulométrique

2016 Pr A Bekkouche 88
Analyse granulométrique par
Sédimentométrie

Éléments 
80µm

2016 Pr A Bekkouche 89
Identification
Granulométrie
Analyse granulométrique

Désignation des tamis


# 20

81
% Fines

Taille des grains, millimètres (log10)


2016 Pr A Bekkouche 91
Analyse granulométrique

2016 Pr A Bekkouche 92
Analyse granulométrique
Si l’on note Dp le diamètre correspondant à l’ordonnée p (%),
on appelle :

Diamètre efficace : D10

Coefficient d’uniformité ou de Hazen,


le rapport :

D60
Cu =
D10

Coefficient de courbure, le rapport :


(D30 )2
Cc =
D10 D60

2016 Pr A Bekkouche 93
Analyse granulométrique

Coefficient d’uniformité ou
de Hazen (uniformité)
D60
Cu =
D10

Coefficient de
courbure
(D30 )2
Cc =
D10 D60

2016 Pr A Bekkouche 94
Analyse granulométrique

2016 Pr A Bekkouche 95
Analyse granulométrique

2016 Pr A Bekkouche 96
Module de finesse (MF)
Le module de finesse (Mf) d’un granulat est égal au 1/100 de la somme des refus
cumulés (exprimée en pourcentage) des fraction granulaires obtenues sur les tamis de la
série 0,16 mm - 0,315 mm - 0,63 mm - 1,25 mm - 2,5 mm - 5 mm - 10 mm - 20 mm -
40 mm et 80 mm).
Plus le module de finesse est faible  plus le sable est riche en éléments fins

Exemple 1 : Mf = ( 87 + 79 + 66 + 48 + 27 + 5 + 0 + 0 + 0 + 0 )/ 100 =
3,12
Soil Separate Soil 1 Soil 2
Clay 10% 50%
Silt 30% 45%
Sand 60% 5%
Textural Class Sandy Loam Silty Clay

Textural Triangle
Some Influences of Soil Separates on Some
Properties and Behavior of Soils

Sandy Soils Silty Soils Clayey Soils


Low water holding capacity Medium-high WHC High WHC
(WHC)
More aeration, drainage Moderate aeration, drainage Poor aeration and drainage
Rapid decomposition of OM. Moderate decomp. of OM. Slow decomp of OM. High to
Thus, low OM Medium OM medium OM
Resists compaction Easily compacted More easily compacted
Poor supply and low Good supply and medium Medium to excellent supply and
capacity to hold plant capacity to hold nutrients high capacity to hold nutrients
nutrients
Little or no swelling and Little swelling and shrinking Moderate to high shrinking and
shrinking swelling
Mineralogy is mainly quartz Mainly quartz and other Mineralogy vary widely from simple
and other weathering primary minerals silicates to complex silicates
resistant minerals

2016 Pr A Bekkouche 102


Exemple 4

2016 Pr A Bekkouche 103


Exemple 4

2016 Pr A Bekkouche 104


Exemple 4

2016 Pr A Bekkouche 105


Exemple 4

2016 Pr A Bekkouche 106


Exemple 5

2016 Pr A Bekkouche 107


Caractéristiques Géologiques des sols
Paramètres Physiques des Sols

Equivalent de sable

2016 Pr A Bekkouche 108


Equivalent de sable

2016 Pr A Bekkouche 109


Equivalent de sable

Éléments < 5mm

h1
Es = 100
h1 + h2

Visuel Piston
2016 Pr A Bekkouche 110
Caractéristiques Géologiques des sols
Paramètres Physiques des Sols

Essai au Bleu de Méthylène

2016 Pr A Bekkouche 111


Essai au Bleu de Méthylène

Positif
Bleu méthylène

10 g de
sol

100 ml
d’eau

Négatif
2016 Pr A Bekkouche 112
Essai au Bleu de Méthylène

2016 Pr A Bekkouche 113


Essai au Bleu de Méthylène

VBS Catégorie de sol


VBS < 0,1 sol insensible à l’eau

0,2 ≤ VBS < 1,5 sol sablo limoneux, sensible à l'eau

1,5 ≤ VBS < 2,5 sol sablo argileux, peu plastiques

2,5 ≤ VBS < 6 sol limoneux de plasticité moyenne.

6 ≤ VBS < 8 sol argileux.


VBS > 8 sol très argileux.

2016 Pr A Bekkouche 114


Identification VBS [1]

2016 Pr A Bekkouche 115


Caractéristiques Géologiques des sols
Paramètres Physiques des Sols

Teneur en Carbonate de Calcium % de CaCO3

2016 Pr A Bekkouche 116


Teneur en Carbonate de Calcium % de
CaCO3

1 : Flacon avec ampoule de niveau.


2 : Burette graduée.
3 : Robinet.
4 : Bac d’eau de refroidissement à
température ambiante.
5 : Flacon à réaction.
6 : Tube à essai.
7 : Matériau soumis à essai.
8 : Système réfrigérant.
9 :Tubulure souple reliant « 1 » à « 2 »
10 : Liquide (avec colorant éventuel)
11 : Gaz dégagé par la réaction

2016 Pr A Bekkouche 117


Teneur en Carbonate de Calcium % de
CaCO3

Teneur en 100 - 95 - 65 -
35 - 5 % 5-0%
calcaire en % 95 % 65 % 35 %
Calcaire Argile
Roches Calcaire Marne Argile
argileux calcaire

2016 Pr A Bekkouche 118


Caractéristiques Géologiques des sols
Paramètres Physiques des Sols

Limites d’Atterberg

Pr BEKKOUCHE Abdelmalek

2016
Email : malek.bekkouche@gmail.com
Pr A Bekkouche 119
Feel Method (For quick field analysis)

The gritty, non-cohesive The smooth, dull The smooth, shiny


appearance and short appearance and appearance and
ribbon of a sandy loam crumbly ribbon of a silt long, flexible ribbon
loam. of a clay
2016 Pr A Bekkouche 120
Influence de l'eau sur la consistance
des argiles
◼ L'état de consistance d'une argile dépend de
sa teneur en eau.
◼ En effet, une argile sèche se comporte
comme un solide; gorgée d'eau, elle réagit
comme un liquide.
◼ L’ingénieur agronome suédois Atterberg
(1911) a proposé et définit cinq limites
séparant des domaines dans lesquels l’argile
réagit différemment en fonction de sa
teneur en eau:
2016 Pr A Bekkouche 121
Influence de l'eau sur la consistance
des argiles

Particule
argileuse

Eau

2016 Pr A Bekkouche 122


(Mitchell, 1993)
Limites de consistance des sols fins

◼ Albert Atterberg
(1846-1916) Swedish
Soil Scientist
….. Developed series of tests
for evaluating consistency
limits of soil (1911)
Influence de l'eau sur la consistance
des argiles

◼ Limite de cohésion : C’est la teneur en eau à laquelle


deux boules de sol collent entre elles.
◼ Limite de collage ( Sticky limit) : C’est la teneur en eau à
laquelle le sol colle à des surfaces métalliques. Elle a une très
grande importance pour les agronomes. Elle définie l’état du
sol pour lequel ce dernier se colle au matériel de labour.
◼ Limite de liquidité WL: C'est la teneur en eau qui sépare
l'état liquide de l'état plastique.
◼ Limite de plasticité WP: C'est la teneur en eau qui sépare
l'état plastique de l'état solide avec retrait.
◼ Limite de retrait (Shrinkage limit) WS: C'est la teneur en
eau qui sépare l'état solide avec retrait de l'état solide sans
retrait.
2016 Pr A Bekkouche 124
Teneur en eau et plasticité

◼ Etats de Consistance des particules fines


– Liquide
– Plastique
– Semi-solide
– solide Augmentation de la
teneur en eau

2016 Pr A Bekkouche 125


Limites d ’Atterberg
Différents états de l’argile en
fonction de la teneur en eau.

2016 Pr A Bekkouche 126


Arthur Casagrande (1902-1981)
▪ Arthur Casagrande (1902-
1981)
▪ ……Adopted these tests
for geotechnical engineering
purposes
▪ Joined Karl Terzaghi at MIT
in 1926 as his graduate
student
▪ Research project funded by
Bureau of Public Roads
▪ After completion of Ph.D at
MIT Casagrande initiated
Geotechnical Engineering
Program at Harvard
▪ Soil Plasticity and Soil
Classification (1932)
1. Limite de liquidité

Boite de Casagrande

2016 Pr A Bekkouche 128


Boite de Casagrande
Boite de Casagrande
Boite de Casagrande
1. Limite de liquidité

Boite de Casagrande

◼ Prepare paste of
soil finer than #
40 sieve
◼ Place Soil in Cup

2016 Pr A Bekkouche 132


1. Limite de liquidité

◼ Cut groove in soil paste with standard


grooving tool

2016 Pr A Bekkouche 133


1. Limite de liquidité

◼ The water content at


which a groove cut
in a soil paste will
close upon 25
repeated drops of a
brass cup with a
rubber base

2016 Pr A Bekkouche 134


1. Limite de liquidité

◼ Rotate cam and count number of blows of


cup required to close groove by 1/2”

2016 Pr A Bekkouche 135


1. Limite de liquidité

◼ Perform on 3 to 4 specimens that bracket 25


blows to close groove
◼ Obtain water content for each test
◼ Plot water content versus number of blows
on semi-log paper

2016 Pr A Bekkouche 136


1. Limite de liquidité

Interpolation LL = teneur en eau


correspondante à 25 coups
Log N

25

LL= w% Teneur en eau %


137

2016 Pr A Bekkouche
2. Limite de Plasticité - Plastic Limit

2016 Pr A Bekkouche 138


2. Limite de Plasticité - Plastic
Limit

◼ The water content at


which a 1/8”thread
of soil can be rolled
out but it begins to
crack and cannot
then be re-rolled

2016 Pr A Bekkouche 139


• Indice de Platicité -Plasticity Index

◼ Plasticity Index is the numerical difference


between the Liquid Limit w% and the
Plastic Limit w%

PL LL
w%

PI = LL - PL

Ip = WL − WP
2016 Pr A Bekkouche 140
Indice de Platicité -Plasticity Index

◼ It represents the range in water contents over


which a soil behaves in a plastic manner

PL w% LL

semi-solide PI = LL - PL liquide

plastique (remoldable)
L’indice de plasticité IP a un intérêt tout à fait
fondamental. Ainsi, pour les chantiers de terrassement,
des matériaux pour Lesquels IP > 30 sont difficiles à
mettre en place et à compacter.
2016 Pr A Bekkouche 141
LL ou WL < 16 % n’est pas réaliste

“A- Line”
PI, %

16 Liquid Limit, %
2016 Pr A Bekkouche 142
LL ou WL > 50% – Elevée - High
PI, %

2016 Pr A Bekkouche 143


Liquid Limit, % 50%
LL ou WL < 50% – Faible - Low
PI, %

2016 Liquid Limit, %Pr A Bekkouche 50% 144


Caractéristiques Géologiques des sols
Paramètres Physiques des Sols

Quelques Définitions

Pr BEKKOUCHE Abdelmalek
2016 Pr A Bekkouche
Email : malek.bekkouche@gmail.com 145
Définition de la plasticité

Indice de plasticité, %
“A- Line”

Sols plastique au
dessus de la ligne A
(ALine)

Limite de Liquidité, %
2016 Pr A Bekkouche 146
Définition de la plasticité

“A- Line”

PI, %

Sols plastiques ou
peu plastiques au
dessous de la ligne
A (ALine)

Liquid Limit, %
2016 Pr A Bekkouche 147
U-Line Significance

wl = 0,9(Ip-8)
“U- Line”

Correct tests PI, %


never plot
above U-line
and LL
values are
never < 16

2016 Pr A Bekkouche Liquid Limit, % 148

16
Plasticity Chart
Unified Soil Classification System Plasticity Chart

60

50
PLASTICITY INDEX

40 CH

30

CL
20 MH
CL-ML

10
ML

0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
LIQUID LIMIT
2016 Pr A Bekkouche 149
Abaque de plasticité

2016 Pr A Bekkouche 150


Abaque de plasticité

2016 Pr A Bekkouche 151


Example Plot of LL, PI

LL PI
42 18
Plastic or Not ??
18 5
102 54

2016 Pr A Bekkouche 152


Classification des sols (modified from BS5930,
1981)

2016 Pr A Bekkouche 153


Indice de consistance IC et
indice de liquidité IL

◼ Indice de plasticité: ◼ Indice de consistance IC et


indice de liquidité IL:
Ip = WL − WP WL − W W − WP
IC = ,IL = , IC + IL = 1
Teneur en eau Indice de Indice de
IP IP
W consistance liquidité
<Wp >1 négatif
= Wp 1 0
Wp<W< Wl 1-0 0-1
=Wl 0 1
> Wl négatif >1

Valeurs des indices de liquidité et


2016
de consistance. Pr A Bekkouche 154
Activité d'une argile

Les limites d'Atterberg sont liées à la quantité d'argile contenue


dans le sol. Ceci est exprimé à travers le rapport ci-dessous
proposé par Skempton (1953) :

IP
Ac =
C
Ce rapport est appelé activité colloïdale ou simplement activité. C
représente le pourcentage d'éléments inférieurs à 2 mm; c'est à dire
les éléments argileux. Description Activité
Inactive <0.75
Normale 0.75 - 1.25
Active 1.25 - 2
Très active >2 ( 6 ou plus)
(ex :Bentonite)
2016 Pr A Bekkouche 155
Ordres de grandeur de Wl, Ip, et Ac
pour les principales familles de sol
Minéral Wl (%) Ip (%) Activité

Kaolinite 40 - 60 10 - 25 0.4

Illite 80 - 120 50 - 70 0.9

Montmorillonite Na 700 650 7

Autres Montmorillonites 300 - 650 200 - 500 1.5

Sols granulaires 20 ou moins 0 0

Valeurs de WL, Ip et de l’activité de certains sols


2016 Pr A Bekkouche 156
Retrait - Gonflement

2016 Pr A Bekkouche 157


INTRODUCTION

➢ Le phénomène de Retrait-Gonflement est principalement lié aux


variations de la teneur en eau et à l’état de chargement.
➢ La variation de la teneur en eau est remarquable dans les zones
semi-arides, moyennes et semi-humides.
INTRODUCTION

RETRAIT - DOMMAGES
GONFLEMENT IMPORTANTS

France 2 milliards FF  20 000 logts

USA 9 milliards $  500 000 logts


Algérie des milliards de DA  ???
INTRODUCTION

Ain Aminas 27 ars  270 m d’eau


Réservoir de 270 m3
Sols expansifs

2016 Pr A Bekkouche 161


Mécanisme de gonflement

GONFLEMEN
T
Interfoliaire Interparticulaire

H0 H1

t=0 t=T t=0 t=T


Gonflement
Gonflement
faible mais non
assez important
négligeable
Courbe de transition état solide - liquide

Vo: Volume initial de l’échantillon


saturé
Vd: Volume final de l’échantillon
à la limite de retrait
Vs = Volume des grains solides
Vw = Volume de l’eau
Va = Volume de l’air

2016 Pr A Bekkouche 163


Degré de Retrait - Scheidig 1934

◼ Degré de retrait Sr

◼ Vo: Volume initial de l’échantillon saturé


◼ Vd: Volume final de l’échantillon à la limite de retrait

2016 Pr A Bekkouche 164


Taux de retrait SR

◼ Le taux de retrait est comme le rapport de


la variation de volume comme un
pourcentage du volume du sol sec, à la
variation de la teneur en eau au dessus de
la limite de retrait correspondante

◼ wo-ws = Variation de la teneur en eau


◼ Vs = Volume des grains solides
2016 Pr A Bekkouche 165
Taux de retrait SR

Gm: est la densité du sol dans son état sec

2016 Pr A Bekkouche 166


Retrait volumique et retrait linéaire

◼ Retrait volumique Sv

◼ Retrait linéaire Ls

◼ Calculer à partir de SR avec réduction de


volume est linéaire et uniforme dans toutes
les directions
2016 Pr A Bekkouche 167
Relation Sv - Ls

2016 Pr A Bekkouche 168


Relation Ls – Potentiel retrait
gonflement

2016 Pr A Bekkouche 169


Mécanisme de retrait - gonflement

2016 Pr A Bekkouche 170


Identification des sols gonflants

2016 Pr A Bekkouche 171


Classification de Williams et
Donaldson (1980)

40

48
Variation de teneur en eau

Remède:
• Se fonder là ou le sol n’est pas perturbé,
• Prévoir des chaînages continu ou des ossatures,
Comment faire face aux effets de ce phénomène ?
Fondations sur sols expansifs

2016 Pr A Bekkouche 178


Fondations sur sols expansifs

2016 Pr A Bekkouche 179


Fondations sur sols expansifs

2016 Pr A Bekkouche 180


Fondations sur sols expansifs

2016 Pr A Bekkouche 181


Fondations sur sols expansifs

Végétation: Rabattement de la nappe:

Remède:

- Eloigner les arbres de la structure,


- Fonder là ou le sol n’est pas perturbé.
Fondations sur sols expansifs

Dispositions nécessaire contre le retrait-gonflement


Fondations sur sols expansifs

Fondations sur sols expansifs

2016 Pr A Bekkouche 184


Fondations sur sols expansifs

2016 Pr A Bekkouche 185


Fondations sur sols expansifs

2016 Pr A Bekkouche 186


Fondations sur sols expansifs
• Les bâtiments et particulièrement les logements individuels, sont
rarement conçus pour résister ou s'adapter aux cycles de gonflement et
de retrait des sols argileux qui accompagnent les cycles de pluie et de
sécheresse.
• Des fissures caractéristiques en v apparaissent, et dans les cas
extrêmes, la stabilité générale peut être mise en péril. Les dommages
touchent également les voiries et réseaux divers, Les réseaux de
drainages subissent par exemple des inversions de pentes qui
provoquent le débordement des drains et en conséquence alimentent
elles-mêmes le phénomène.

• Aussi, les routes non conçues pour les sols gonflants sont quasi
détruites après quelques cycles par l'action conjuguée d'une part du
retrait- fissuration qui favorise la pénétration de l'eau d’où le
gonflement. En plus, l'argile gorgée d'eau ne présente aucune
résistance au poinçonnement par les roues des véhicules.
Fondations sur sols expansifs

CONCEPTION DES FONDATIONS

Il y a essentiellement deux méthodes de conception des fondations


pour les sols sujets à des gonflements ou à des retraits:

• Les fondations superficielles peuvent subir d'importants


mouvements absolus (totaux) et différentiels des sols
présentant un risque de gonflement ou de retrait allant de
modéré à fort.

• Les fondations profondes peuvent éliminer complètement les


mouvements absolus et différentiels au sein de la structure
principale.
Fondations sur sols expansifs

a. Dalles sur terre-plein :

Radier nervuré

• Des couches épaisses de sols non argileux recouvrant des dépôts


d'argile peuvent réduire les mouvements différentiels de dalles ou de
semelles placées au-dessus.
Fondations sur sols expansifs

b- Semelles étendues:

• L'avantage de placer des semelles étalées aussi


profondément que possible est pour réduire au minimum les
dangers de la végétation à racines profondes et contrecarré
par l'avantage de maintenir les excavations de sous-sol aussi
peu profondes que possible pour réduire au minimum l'effet
de déchargement-soulèvement.
Fondations sur sols expansifs

c- Pieux profonds ou fondations sur pieux:


Si l'on fait suffisamment attention pour isoler les coiffes de pieux, les
poutres et autres éléments porteurs du sol par des vides adéquats ou des
vides sanitaires, les pieux profonds ou les fondations sur pieux sont très
efficaces pour les sols présentant un risque élevé de gonflement ou de
retrait.
◼ Accorder une attention toute particulière à
des détails tels que:
– le contrôle de l'humidité dans tous les vides et
vides sanitaires et
– les raccords flexibles pour la plomberie et les
autres équipements supportés par le sol.

2016 Pr A Bekkouche 192


2016 Pr A Bekkouche 193
Classification des sols grenus
Classification des sols grenus en laboratoire (plus de 50 % d’éléments > 0,08 mm)
Symbole
Définitions LPC Conditions Appellations
(USCS)
Cu= D60 /D10> 4 et 1
Grave propre
moins de 5 % Gb (GW) < Cc= (D30)2
bien graduée
d’éléments < /D10D60< 3
G 0,08 mm Une des conditions de Grave propre mal
r Plus de 50 % des Gm (GP) Gb n’est pas satisfaite graduée
a éléments > 0,08
v mm ont un Limites d’Atterberg au- Grave limoneuse
e diamètre > 2 mm GL (GM) dessous de la ligne A
plus de 12 % (figure 3.14)
s d’éléments <
0,08 mm Limites d’Atterberg au- Grave argileuse
GA (GC) dessus de la ligne A
(figure 3.14)
Cu= D60 /D10> 6 Sable propre bien
moins de 5 % Sb (SW) et 1 < Cc= (D30)2 gradué
d’éléments < /D10D60< 3
S 0,08 mm Une des conditions de Sable propre mal
Plus de 50 % des Sm (SP) gradué
a Sb n’est pas satis-faite
éléments > 0,08
b mm ont un Limites d’Atterberg au- Sable limoneux
l diamètre < 2 mm SL (SM) dessous de la ligne A
e plus de 12 % (figure 3.14)
d’éléments <
0,08 mm Limites d’Atterberg au- Sable argileux
SA (SC) dessus de la ligne A
(figure 3.14)

2016 Lorsque la teneur en particules fines (< Pr


0,08 mm) est comprise entre 5 et 12 %, on utilise un double
A Bekkouche 194
symbole. Par exemple : Sb-SL.
Classification des sols fins

2016 Pr A Bekkouche 195


Classification des sols
Classification LCPC Modifiée

2016 Pr A Bekkouche 196


Exemple 6

Un échantillon d'argile saturée a une masse de


1526 g; après passage à l'étuve, sa masse
n'est plus que 1053g. Le constituant des
grains solides a une densité de 2,7.
Calculer:
• La teneur en eau  ;
• L'indice des vides e ;
• La porosité n ;
• Le poids volumique humide h ;
• La densité Gh.
On prendra g = 9,81m/s².
2016 Pr A Bekkouche 197
Exemple 7
Lors d’une opération du tamisage à sec de 3500g d'un sable
préalablement séché, on constate d'abord que la passoire de
12,5mm ne retienne aucune fraction du matériau. On utilise alors
une colonne de six tamis dont l'ouverture intérieure des mailles
est, respectivement de haut en bas: 5 ; 2 ; 1 ; 0,5 ; 0,2 et 0,1
mm. Le refus sur chacun de six tamis est le suivant (de haut en
bas): 217g; 868g; 1095g; 809g; 444g; 39g .
•Quel est le tamisât recueilli du dernier tamis ?
•Tracer la courbe granulométrique de ce sable.
•Déterminer le diamètre efficace D10.
•Déterminer le coefficient d'uniformité Cu.
•Classifier ce sol.

2016 Pr A Bekkouche 198


« La vie d’un ingénieur Civil. »
Toujours sages…….
Vos questions

201

Vous aimerez peut-être aussi