Vous êtes sur la page 1sur 31

COTATION FONCTIONNELLE

1. Préliminaires
Lors de la conception d’un mécanisme dans les phases initiales la forme des pièces s’appuie sur une géométrie
nominale.
Ce modèle géométrique est constitué de formes parfaites, il sert aux calculs de mécanique (statique,
cinématique, dynamique) et au pré dimensionnement.
Ce modèle est très éloigné de la géométrie réelle, ces écarts entre modèle géométrique nominal et géométrie
réelle sont limités par les conditions fonctionnelles de:
 montage
 interchangeabilité
 fonctionnement
Les limites de ces écarts sont obtenues par:
 expérimentation
 calculs
 estimation
 empirisme

Dessin de définition  :
C’est un dessin de détail qui défini complètement la pièce pour assurer son aptitude à l’emploi. Il doit vérifier
deux exigences :
 ne pas permettre d’accepter de pièces mauvaises
 ne pas refuser les pièces bonnes

Macro-géométrie, elle concerne :


 La dimension
 La forme
 L’orientation
 La position
Micro-géométrie, elle concerne :
 l’ondulation
 la rugosité

Tolérancement  :
Cotation fonctionnelle 1
C’est la spécification des limites des écarts macro et micro-géométriques
2. Tolérancement dimensionnel

2.1. Système I.S.O. de tolérances et d’ajustements (ISO286.1 et ISO 20286)


Cote nominale  : dimension théorique de référence, inscrite sur le dessin elle est issue du dimensionnement.
Arbre : terme pour désigner une pièce cylindrique mâle, et par extension terme général pour désigner un
contenu.

Alésage  : terme pour désigner une pièce cylindrique femelle, et par extension terme général pour désigner un
contenant.

Ecart  : différence algébrique entre une dimension (mesurée) et la dimension nominale

Ecart supérieur  :
Alésage : ES = Dmaxi – Dnom.
ES : Ecart supérieur EI: Ecart inférieur
Arbre: es = Dmaxi – Dnom. d: cote nominale IT: Intervalle de tolérance

Ecart inférieur  :
Alésage : EI = Dmini – Dnom.
Arbre : ei = Dmini – Dnom.

Intervalle de tolérance : domaine


de variation autorisé de la cote
IT = Dmaxi – Dmini
Ecart fondamental :(ou position)
c’est celui des écarts choisis pour
définir la position de la zone de tolérance par rapport à la ligne zéro. Par convention c’est celui qui est le plus
proche de la ligne zéro. Les valeurs sont définies par des lettres.
Tableau écarts fondamentaux

Cotation fonctionnelle 2
Degré de tolérance (anciennement qualité) ensemble des tolérances correspondant à un même degré de
précision pour toutes les dimensions nominales. Les degrés de tolérance sont désignés par IT (International
Tolerance) suivi d’un nombre. Il y a 18 degrés de tolérance à usage général (IT1 à IT18) (et 2 degrés peu
utilisés IT0 et IT01).

Degrés de tolérances IT
(en micromètres)
Jusqu'à
3à6 6 10 18 30 50 80 120 180
Qualité 3 inclus inclus 10 18 30 50 80 120 180 250
5 4 5 6 8 9 11 13 15 18 20
6 6 8 9 11 13 16 19 22 25 29
7 10 12 15 18 21 25 30 35 40 46
8 14 18 22 27 33 39 46 54 63 72
9 25 30 36 43 52 62 74 87 100 115
10 40 48 58 70 84 100 120 140 160 185
11 60 75 90 110 130 160 190 220 250 290
12 100 120 150 180 210 250 300 350 400 460
13 140 180 220 270 330 390 460 540 630 720
14 250 300 360 430 520 620 740 870 1000 1 150
15 400 480 580 700 840 1000 1200 1400 1 600 1850
16 600 750 900 1 100 1300 1600 1900 2200 2500 2900

Classe de tolérance : c’est l’association d’un écart fondamental et d’un degré de tolérance. Par exemple H8
pour un alésage, f7 pour un arbre.

Dimension tolérancée : c’est la dimension nominale suivi de la classe de tolérance requis ou par les écarts
inscrits en clair.
Par exemple : 30 H7, 20f8, 75

Ajustement : il est désigné par les éléments suivants dans l’ordre :


1. la dimension nominale
2. le symbole de classe de tolérance pour l’alésage
3. le symbole de classe de tolérance pour l’arbre

Exemple : 50 H7/g6 ou 50
Types d’ajustements : 3 types d’assemblages peuvent être obtenus :
 ajustement avec jeu
 ajustement avec serrage
 ajustement incertain

Cotation fonctionnelle 3
Systèmes d’ajustement  : pour réduire le nombre d’ajustements possibles, deux systèmes ont été mis en place :
Alésage normal  : alésage H (écart inférieur nul)
Choix de l’écart de l’arbre de a à zc
Arbre normal  : arbre h (écart supérieur nul)
Choix de l’écart de l’alésage de A à ZC

Cotation fonctionnelle 4
Extraits de tolérances I.S.O. pour les alésages : 1m = 0,001mm
3 < 6 < 10 < 16 < 30 < 50 < 80 < 120 < 180 < 250 < 315 < 400 <
Ø Ø Ø Ø Ø Ø Ø Ø Ø Ø Ø Ø Ø
Alésages
 3  6  10 18  30  50  80 120  180 250 315  400  500
60 78 98 120 149 180 220 260 305 355 400 440 480
D10 20 30 40 50 65 80 100 120 145 170 190 210 230
16 22 28 34 41 50 60 71 83 96 108 119 131
F7 6 10 13 16 20 25 30 36 43 50 56 62 68
8 12 14 17 20 25 29 34 39 44 49 54 60
G6 2 4 5 6 7 9 10 12 14 15 17 18 20
6 8 9 11 13 16 19 22 25 29 32 36 40
H6 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
10 12 15 18 21 25 30 35 40 46 52 57 63
H7 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
14 18 22 27 33 39 46 54 63 72 81 89 97
H8 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
25 30 36 43 52 62 74 87 100 115 130 140 155
H9 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
40 48 58 70 84 100 120 140 160 185 210 230 250
H10 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
60 75 90 110 130 160 190 210 250 290 320 360 400
H11 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
100 120 150 180 210 250 300 350 400 460 520 570 630
H12 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
140 180 220 270 330 390 460 540 630 720 810 890 970
H13 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
4 6 8 10 12 14 18 22 26 30 36 39 43
J7 -6 -6 -7 -8 -9 -11 -12 -13 -14 -16 -16 -18 -20
0 2 2 2 2 3 4 4 4 5 5 7 8
K6 -6 -6 -7 -9 -11 -13 -15 -18 -21 -24 -27 -29 -32
0 3 5 6 6 7 9 10 12 13 16 17 18
K7 -9 -10 -10 -12 -15 -18 -21 -25 -28 -33 -36 -40 -45
-2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
M7 -12 -12 -15 -18 -21 -25 -30 -35 -40 -46 -52 -57 -63
-4 -4 -4 -5 -7 -8 -9 -10 -12 -14 -14 -16 -17
N7 -14 -16 -19 -23 -28 -33 -39 -45 -52 -60 -66 -73 -80
-4 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
N9 -29 -30 -36 -43 -52 -62 -74 -87 -100 -115 -130 -140 -155
-6 -9 -12 -15 -18 -21 -26 -30 -36 -41 -47 -51 -55
P6 -12 -17 -21 -26 -31 -37 -45 -52 -61 -70 -79 -87 -95
-6 -8 -9 -11 -14 -17 -21 -24 -28 -33 -36 -41 -45
P7 -16 -20 -24 -29 -35 -42 -51 -59 -68 -79 -88 -98 -108
-9 -12 -15 -18 -22 -26 -32 -37 -43 -50 -56 -62
P9 -31 -42 -51 -61 -74 -88 -106 -124 -143 -165 -186 -202
-68

Extraits de tolérances I.S.O. pour les arbres : 1m = 0,001mm


Au- 3 6 10 18 30 40 50 65 80 100 120 140 160 180 200 225 250 280 315 355
delà
A 6 10 18 30 40 50 65 80 100 120 140 160 180 200 225 250 280 315 355 400
inclus.
-270 -280 -290 -300 -310 -320 -340 -360 -380 -410 -460 -520 -580 -660 -740 -820 -920 -1050 -1200 -1350
a12 -390 -430 -470 -510 -560 -570 -640 -660 -730 -760 -860 -920 -980 -1120 -1200 -1280 -1440 -1570 -1770 -1920
-30 -40 -50 -65 -80 -100 -120 -145 -170 -190 -210
d6 -38 -49 -61 -78 -96 -119 -142 -170 -199 -222 -246
-20 -25 -32 -40 -50 -60 -72 -85 -100 -110 -125
e6 -28 -34 -43 -53 -66 -79 -94 -110 -129 -142 -161
-20 -25 -32 -40 -50 -60 -72 -85 -100 -110 -125
e13 -200 -245 -302 -370 -440 -520 -612 -715 -820 -920 -1015

Cotation fonctionnelle 5
-10 -13 -16 -20 -25 -30 -36 -43 -50 -56 -62
f5 -15 -19 -24 -29 -36 -43 -51 -61 -70 -79 -87
-10 -13 -16 -20 -25 -30 -36 -43 -50 -56 -62
f6 -18 -22 -27 -33 -41 -49 -58 -68 -79 -88 -98
-10 -13 -16 -20 -25 -30 -36 -43 -50 -56 -62
f7 -22 -28 -34 -41 -50 -60 -71 -83 -96 -108 -119
-4 -5 -6 -7 -9 -10 -12 -14 -15 -17 -18
g5 -9 -11 -14 -16 -20 -23 -27 -32 -35 -40 -43
-4 -5 -6 -7 -9 -10 -12 -14 -15 -17 -18
g6 -12 -14 -17 -20 -25 -29 -34 -39 -44 -49 -54
-4 -5 -6 -7 -9 -10 -12 -14 -15 -17 -18
g7 -16 -20 -24 -28 -34 -40 -47 -54 -61 -69 -75
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
h4 -4 -4 -5 -6 -7 -8 -10 -12 -14 -16 -18
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
h5 -5 -6 -8 -9 -11 -13 -15 -18 -20 -23 -25
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
h6 -8 -9 -11 -13 -16 -19 -22 -25 -29 -32 -36
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
h7 -12 -15 -18 -21 -25 -30 -35 -40 -46 -52 -57
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
h8 -18 -22 -27 -33 -39 -46 -54 -63 -72 -81 -89
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
h10 -48 -58 -70 -84 -100 -120 -140 -160 -185 -210 -230
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
h11 -75 -90 -110 -130 -160 -190 -220 -250 -290 -320 -360
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
h12 -120 -150 -180 -210 -250 -300 -350 -400 -460 -520 -570
+3 +4 +5 +5 +6 +6 +6 +7 +7 +7 +7
j5 -2 -2 -3 -4 -5 -7 -9 -11 -13 -16 -18
+6 +7 +8 +9 +11 +12 +13 +14 +16 +16 +18
j6 -2 -2 -3 -4 -5 -7 -9 -11 -13 -16 -18
+8 +10 +12 +13 +15 +18 +20 +22 +25 +26 +29
j7 -4 -5 -6 -8 -10 -12 -15 -18 -21 -26 -28
+2.5 +3 +4 +4.5 +5.5 +6.5 +7.5 +9 +10 +11.5 +12.5
js5 -2.5 -3 -4 -4.5 -5.5 -6.5 -7.5 -9 -10 -11.5 -12.5
+4 +4.5 +5.5 +6.5 +8 +9.5 +11 +12.5 +14.5 +16 +18
js6 -4 -4.5 -5.5 -6.5 -8 -9.5 -11 -12.5 -14.5 -16 -18
+6 +7.5 +9 +10.5 +12.5 +15 +17.5 +20 +23 +26 +28.5
js7 -6 -7.5 -9 -10.5 -12.5 -15 -17.5 -20 -23 -26 -28.5
+6 +7 +9 +11 +13 +15 +18 +21 +24 +27 +29
k5 +1 +1 +1 +2 +2 +2 +3 +3 +4 +4 +4
+9 +10 +12 +15 +18 +21 +25 +28 +33 +36 +40
k6 +1 +1 +1 +2 +2 +2 +3 +3 +4 +4 +4
+13 +16 +19 +23 +27 +32 +38 +43 +50 +56 +61
k7 +1 +1 +1 +2 +2 +2 +3 +3 +4 +4 +4
+9 +12 +15 +17 +20 +24 +28 +33 +37 +43 +46
m5 +4 +6 +7 +8 +9 +11 +13 +15 +17 +20 +21
+12 +15 +18 +21 +25 +30 +35 +40 +46 +52 +57
m6 +4 +6 +7 +8 +9 +11 +13 +15 +17 +20 +21
+16 +21 +25 +29 +34 +41 +48 +55 +63 +72 +78
m7 +4 +6 +7 +8 +9 +11 +13 +15 +17 +20 +21
+16 +19 +23 +28 +33 +39 +45 +52 +60 +66 +73
n6 +8 +10 +12 +15 +17 +20 +23 +27 +31 +34 +37
+20 +25 +30 +36 +42 +50 +58 +67 +77 +86 +94
n7 +8 +10 +12 +15 +17 +20 +23 +27 +31 +34 +37
+17 +21 +26 +31 +37 +45 +52 +61 +70 +79 +87
p5 +12 +15 +18 +22 +26 +32 +37 +43 +50 +56 +62
+20 +24 +29 +35 +42 +51 +59 +68 +79 +88 +98
p6 +12 +15 +18 +22 +26 +32 +37 +43 +50 +56 +62
+23 +28 +34 +41 +50 +60 +62 +73 +76 +88 +90 +93 +106 +109 +113 +126 +130 +144 +150
r6 +15 +19 +23 +28 +34 +41 +43 +51 +54 +63 +65 +68 +77 +80 +84 +94 +98 +108 +114

Au- 3 6 10 18 30 40 50 65 80 100 120 140 160 180 200 225 250 280 315 355

Cotation fonctionnelle 6
delà
A 6 10 18 30 40 50 65 80 100 120 140 160 180 200 225 250 280 315 355 400
inclus

Exercice : pour les ajustements suivants symboliser les écarts maxi et mini de l'arbre et de l'alésage et calculez
le jeu mini et le jeu maxi. Précisez le type d'ajustement pour chacun des cas
ø 60 H8f7 ø 60 H7g6 ø 60 H7h6 ø 60 H6js5 ø 60 H7m6 ø 60 H7p6
Exemples :
Les ajustements sont des catégories de dimensions tolérancées normalisées utilisées pour les assemblages de
deux pièces cylindriques ou prismatiques.

On trouve des ajustements avec jeu :


ø 80 H8f7
jeu mini = 0.030 mm
jeu Maxi = 0.106 mm

Des ajustements avec jeu incertain (jeu ou serrage):


ø 80 H7k6
jeu Maxi = 0.009 mm
Serrage Maxi = 0.002 mm

Des ajustements avec serrage ou interférence:


ø 80 H7p6
Serrage mini = 0.002 mm
Serrage Maxi = 0.051 mm

Cotation fonctionnelle 7
2.2 Structure générale d’un mécanisme
Exemple de structure simple :

Exigence fonctionnelle : condition géométrique imposée sur le mécanisme, pour éviter une défaillance du
mécanisme dans une configuration donnée.
Surface terminale d’une exigence : surface appartenant à une pièce du mécanisme sur laquelle porte l’exigence
fonctionnelle.
Pièce terminale d’un mécanisme : pièce comportant une ou plusieurs surfaces fonctionnelles terminales de cette
exigence.
Direction de l’analyse d’exigence : si elle existe, c’est la direction suivant laquelle est exprimée l’exigence
fonctionnelle.
Pièces influentes d’une exigence : ensemble des pièces qui interviennent dans le respect de l’exigence
fonctionnelle (les pièces non influentes peuvent être virtuellement démontées sans modifier le respect de
l’exigence).
Jonction : association de surfaces et de composants qui assurent le positionnement relatif des pièces ou des
blocs en contact (les jonctions sont indépendantes des exigences).
Monde extérieur : mécanisme ou environnement dans lequel est monté ou utilisé le mécanisme étudié (le
monde extérieur d’un moteur automobile est la caisse du véhicule).
Boucles de contact d’une exigence : chemin qui relie les surfaces fonctionnelles terminales en passant par les
pièces influentes de l’exigence.

1. Chaîne de cotes unidirectionnelles (NFE 04-550)


Chaînes de cotes  :
Dans un assemblage c’est l’ensemble des cotes nécessaires et suffisantes au respect des exigences
fonctionnelles. Les conditions-exigences fonctionnelles sont traduites en terme de « cote condition », les deux
éléments limitant la cote condition sont les « éléments terminaux » ou « surfaces terminales ».

Cotation fonctionnelle 8
Représentation vectorielle d’une chaîne de cotes

Par convention :
 La cote condition est représentée par un vecteur double (ou gras) et est désignée par une lettre
 Chaque cote de la chaîne est nommée par la lettre de la cote condition, suivi de l’indice de la pièce
correspondante
Règles  :
    
 On écrit l’équation vectorielle  a = a1 + a 2 + a 3 + a 4 ce qui donne l’équation
a = - a1 - a 2 + a 3 - a 4 ,
en tenant compte des limites minimales et maximales :
a maxi = a 3maxi - a1mini - a 2 mini - a 4 mini

a mini = a 3mini - a1maxi - a 2 maxi - a 4 maxi


 En faisant la différence termes à termes de ces deux équations on a :
IT (a) = IT (a1) + IT (a2) + IT (a3) + IT (a4) soit
IT (a) =  IT (ai)
 La chaîne de cotes doit être minimale (principe), ce qui entraîne qu’il y a une seule cote fonctionnelle
par pièce

Exemple de conditions unilimites


La mise en position axiale d’un moyeu 2 sur un arbre 1 est réalisée par l’intermédiaire d’un appui plan court et
par un serrage (rondelle 3 + écrou 4).
L’exigence fonctionnelle nécessite :
 Un non contact de l’arbre et de la rondelle : condition JA
 Une prise totale de l’écrou sur le filetage: condition JB
 Une réserve de filetage : condition JC

Cotation fonctionnelle 9
3. Interdépendance entre la dimension et la géométrie
L’interdépendance entre la dimension et la géométrie peut être impliquée par :
 l’exigence d’enveloppe
 le principe du maximum de matière

3.1 Exigence d’enveloppe (ou principe de Taylor)ISO 8015/E04-561


Elle peut être appliquée à un élément isolé (cylindre par exemple) soit par un élément établi par deux surfaces
planes parallèles (élément de dimension) :
 l’enveloppe de forme parfaite à la dimension au maximum de matière de l’élément ne doit
pas être dépassée
 les dimensions locales de l’élément ne sont pas inférieures à la valeur minimale admissible

Cotation fonctionnelle 10
 Diamètre parfait au maximum de matière : 155 mm
 Diamètre parfait au minimum de matière : 154,96 mm
 Chaque diamètre local reste dans la tolérance dimensionnelle : 0,04 mm
3.2 Exigence du maximum de matière ISO 2692
Intérêt : facilite la production (avoir les I.T. les plus larges possibles) tout en assurant le libre assemblage des
éléments pour lesquels il y a interdépendance entre la dimension et la géométrie
4. Tolérancement géométrique
Les tolérances dimensionnelles ne suffisent pas toujours à définir rigoureusement la forme géométrique d’une
pièce. Des défauts géométriques nuisibles au fonctionnement et/ou au montage des éléments sont probables
malgré une cotation dimensionnelle tolérancée.

Cotation fonctionnelle 11
4.1Inscriptions normalisées
Eléments de référence
 Identification de l’élément : par une lettre majuscule inscrite à l’intérieur d’un cadre relié à un triangle
noirci ou non, celui-ci à sa base sur l’élément de référence (Figure 1: ligne 1)
 Eléments restreints : la référence ne concerne qu’une partie de la forme, la restriction est signalée par un
trait mixte fort et par des cotes (Figure 1: ligne 2)
 Références partielles : il est parfois nécessaire de repérer un ou plusieurs points, une ligne ou une zone
limitée comme élément de référence
 Dimensions théoriquement exactes : pour un élément de tolérance et pour un élément à tolérancer, il
faut souvent indiquer certaines cotes pour définir une cote, une position, un angle ou une orientation.
Ces cotes ne sont pas tolérancées et doivent être encadrées pour les différencier des autres cotes. (Figure
2: ligne 4)

Figure 1

Cotation fonctionnelle 12
Inscription de la cotation tolérancée
 Cas général : la forme à coter est repérée par une flèche reliée à un cadre rectangulaire. Dans le cadre et
dans les différentes cases sont inscrits dans l’ordre :
 Le symbole du défaut
 La valeur de la tolérance
 Et si nécessaire la lettre majuscule repérant l’élément de référence
 Cas exigeant plusieurs éléments de référence (Figure 2: ligne 2 et 3)
 Cas d’un élément restreint (Figure 2: ligne 5)
 Cas d’éléments séparés (Figure 1: ligne 3 et 4). Si l’exigence s’applique à l’ensemble de tous les
éléments, la mention « zone commune » est ajoutée.
 Cas d’une zone de tolérance projetée (Figure 2: ligne 8). Dans certains cas, la tolérance géométrique
n’est pas appliquée à l’élément ou à une forme mais uniquement à son prolongement (en dehors de
l’objet), spécification utilisée dans l’implantation des goujons, clavettes, goupilles…

Figure 2
Repérage des éléments de référence et des éléments tolérancés.
Les éléments tolérancés ou les éléments de référence peuvent être :
 Des lignes ou des surfaces
 Des axes ou des plans médians d’objets
 Des axes ou des plans médians d’une partie ou d’un tronçon d’un objet

Cotation fonctionnelle 13
Figure 3

Figure 4

Figure 5

Résumé du principe de tolérancement géométrique

Conventions :
Cotation fonctionnelle 14
Pour l’élément tolérancé (ISO 1101 -1983 §6)
La convention est basée sur la position de la flèche issue du cadre de tolérance (figure 6) :
 si la flèche issue du cadre de tolérance est directement appliquée sur la surface ou sur un trait de rappel,
l'élément tolérancé est directement la surface réelle (1, 2, 5).
 si la flèche issue du cadre de tolérance est en face de la cote de diamètre d'un cylindre, l'élément
tolérancé est l'axe du cylindre (6).
 si la flèche issue du cadre de tolérance est en face de la cote définissant la distance entre deux plans
parallèles, l'élément tolérancé est la surface médiane de ces deux plans (3).
 si la flèche est positionnée par une cote encadrée, l'élément tolérancé est limité à la section ainsi définie,
pour définir par exemple la ligne médiane de la section (4) ou le centre de la section (7).

Figure 6

Pour l’élément de référence (ISO 8015 -1983 §8.2) (Figure 7)


Le triangle identificateur est dans le prolongement de la ligne de cote lorsque l’élément de référence est l’axe
(d’un cylindre) ou le plan médian (de deux plans) ainsi coté. Dans le cas contraire, la référence est la surface
elle-même ou une génératrice de cette surface.

Figure 7
 A : plan en bout de la pièce
 B : plan supérieur
 C : plan médian
 D : droite médiane de la section
 E : axe du cylindre
 F : génératrice du cylindre (dans le plan de la vue)
 G : centre de section

Cotation fonctionnelle 15
4.2Tolérances de forme
Elles sont intrinsèques aux surfaces.

Cotation fonctionnelle 16
4.3Tolérances d’orientation

Cotation fonctionnelle 17
4.4Tolérances de position
Elles définissent complètement les zones dans lesquelles doivent se trouver les surfaces réelles.

Cotation fonctionnelle 18
4.5Tolérances de battement.
Elles intègrent les défauts de forme et de position, mais pas les dimensions.
Battement simple.
Plusieurs mesures sont nécessaires pour contrôler toute la surface spécifiée et la tolérance doit être respectée
pour chaque position de mesure. Il n’y a pas au cours de la mesure de déplacement de l’instrument de mesure ni
de déplacement axial de la pièce.
Battement double.
Au cours du mesurage l’instrument de mesure de déplace le long d’une ligne fixe spécifiée pendant que
la pièce effectue une série de rotation autour de l’axe de référence.

Cotation fonctionnelle 19
4.6 Mise en position de pièces, méthode de tolérancement géométrique

Exemple liaison complète entre deux pièces


C’est un problème classique de mise en position et liaison encastrement par exemple d’un moteur sur un
support.
Exigences du concepteur :
 E1 : La mise en position entre les deux pièces est réalisée par :
 un appui plan
 un centrage court
 E2 : La liaison est complétée par une liaison par adhérence 4 vis M6

Jonctions et boucles de contact :


Pour E1. Apparaissent comme jonctions :
 2 plans P1 et P2
 2 cylindres C1 et C2

Cotation fonctionnelle 20
Pour E2. Apparaissent comme jonctions :
 4 plans P1 et P2, P3 et P22
 4 trous taraudés T1 et 4 filetages T2

Tableau de mise en position d’une pièce

Il permet de définir les systèmes de référence et la cotation des surfaces de jonctions


Nom de la pièce Support Repère :1
Type d’entité de liaison Plan Cylindre 4 taraudages
Surface assurant la mise
P1 C1 T1
en position
Type de contact Contact Jeu bloqué Jeu vis M6 serrage
Surface de la pièce
P2 C2 T2
d’appui
Primaire Secondaire Tertiaire

Création des systèmes de références


Pour la pièce 1 on crée le système de références A B C

Cotation partielle des trous taraudés


Inscription des tolérances relatives aux références définies ci-dessus. Ici il s'agit d'une localisation des trous
taraudés

Cotation fonctionnelle 21
MAXIMUM ET MINIMUM DE MATIERE

4.2.1 Exemple 1 : perpendicularité


Soit la liaison pivot réalisé par un emmanchement cylindrique (l/d  1) et un appui plan court (proche d’une
liaison ponctuelle)

Conditions de montage :
Les conditions les plus défavorables sont obtenues quand les pièces de l’assemblage sont dans leur état
maximal de matière (plus grand arbre, plus petit alésage) et que les défauts géométriques sont les plus grands
(ici perpendicularité)
En général le jeu étant faible on confond D’mini et Dmini, ainsi que d’maxi et dmaxi

Défaut de perpendicularité de l’arbre : t1


Défaut de perpendicularité de l’alésage : t2

A partir de la figure ci-dessus on déduit : t1 + t2 = J mini

Règle : la somme des tolérances de perpendicularité est égale au jeu minimal de l’ajustement

Répartition des tolérances : si on admet une même difficulté de réalisation sur l’arbre et l’alésage, on aura :
t1 = t2 = Jmini /2 = 0,01
D’où les dessins de définition partiels :

Cotation fonctionnelle 22
Principe du maximum de matière
Dans la cas où les pièces ne sont pas dans leur état maximal de matière, le jeu réel est supérieur au jeu minimal.
J réel > j mini
Dans ce cas le montage est possible avec des pièces dont les tolérances de perpendicularité t’1 et t’2
sont supérieures à t1 et t2 avec : t’1 + t’2 = J réel d’où :

t’1 = t1 + (dmaxi –d réel)


t’2 = t2 + (Dmaxi –D réel)

Cotation fonctionnelle 23
Pour ne pas éliminer les composants dont le montage est encore possible, on écrit à la suite de la tolérance
géométrique le symbole M , ce symbole indique :
 que la tolérance de perpendicularité a été calculée dans le cas du maximum de matière
 qu’un dépassement de la tolérance de perpendicularité est possible lorsque les pièces ne sont pas au
maximum de matière

! Dans le cas d’un ajustement de type Hh, le jeu minimal est nul ce qui entraîne des défauts de
perpendicularité nuls

4.2.2 Exemple2 : coaxialité


Condition de montage :
Une liaison pivot glissant est réalisé par l’association de deux lisons de type linéaires annulaires, la condition
de montage la plus défavorable est réalisée quand les pièces sont dans leur état maximal de matière et que les
défauts de coaxialité sont les plus grands. La condition de montage est J mini = 0

Cotation fonctionnelle 24
données : 40 H8 f7 : Ja mini = 0,025
20 H8 f7 : Jb mini = 0,020
la condition de montage est J mini = 0, ce qui donne la condition :
0 mini = -R2 maxi – t2/2 – r2 maxi + R1 mini – t1/2 – R1 mini
en ordonnant : (t1+t2)/2 = (R1 mini – R2maxi) + (r1 min – r2 maxi) t1 + t2 = Ja min + Jb mini

régle: la somme des tolérances de coaxialité est égale à la somme des jeux minimaux
répartition des tolérances : on peut proposer t1 = 0,03 et t2 = 0,015 (alésage plus difficile à réaliser que
l’arbre)
Principe du maximum de matière :
Dans le cas où les pièces ne sont pas dans leur état maximal de matière, le jeu réel est supérieur au jeu
minimal. L’interchangeabilité est encore possible avec des pièces dont les tolérances de coaxialité sont
supérieures à t1 et t2.
La relation précédente devient : t’1 + t’2 = ja réel + Jb réel
Ce qui conduit à :
t’1 = t1 + (D1 réel – D1 mini)+( d1 réel–d1 mini)
t’2 = t1 + (D2 maxi – D2 réel)+( d2 maxi–d2 réel)
Avantage : on accepte des pièces aptes au montage alors qu’elles auraient été refusées dans le cas d’une
cotation non maxi matière.

4.2.3. Exemple 3 : symétrie


Condition de montage :

Cotation fonctionnelle 25
Il s’agit sur cet exemple du montage d’une clavette dans son logement arbre et dans son logement moyeu, la
condition de montage la plus défavorable est réalisée quand les pièces sont dans leur état maximal de matière
et que les défauts de symétrie sont les plus grands.

La condition de montage est J mini = 0


Données : 14 D9 h9 : Ja mini = 0,05
50 H8 f7 : Jb mini = 0,025
Pour l’assemblage avec serrage 14 N9 h9 on considère que la clavette a éte correctement montée, c’est à dire
que le plan médian de la clavette est confondu avec le plan médian de son logement.
La condition de jeu mini donne :
0 mini = - (l/2) maxi – t2/2 –r maxi + R mini – t1/2 + (L/2) mini
(t1 + t2)/2 = R mini – r maxi + (Lmini + lmaxi)/2 soit :

t1 + t2 = Ja mini + Jb mini

Régle : la somme des tolérances de symétrie est égale à la somme des jeux minimaux des ajustements

Principe du maximum de matière :Si les éléments concernés ne sont pas dans leur état maximal de matière ,
les tolérances de symétrie peuvent être dépassées en fonction des jeux réels.
t’1 = t1 + (D1 réel – D1 mini)+( L réel–L mini)
t’2 = t1 + (d maxi – d réel)+( l maxi–l réel)
Zone de tolérance projetée :
La zone de tolérance pour la rainure de l’arbre s’inscrit en utilisant la zone de tolérance projetée, car dans le
calcul la zone de tolérance va au-delà de l’arbre. Mais pour les rainures de faible hauteur, il n’est pas essentiel
de spécifier cette prolongation de la tolérance car les écarts sont infimes.

4.2.4. Exemple 4 : localisation

Cotation fonctionnelle 26
Condition de montage :
Il s’agit du montage d’une bride de tyauterie, les trous étant à leur diamètre minimal, doivent lasser passer un
boulon de diamètre maximal. Le centrage des deux brides est réalisé par un ajustement de 90 H11d11

Mise en évidence de la tolérance de localisation

Cote théorique : cote encadrée sur le dessin pour montrer qu’il n’y a pas oubli de la tolérance mais que celle-ci
est précisée ailleurs : les cotes théoriques d’un même assemblage sont identiques.
L’axe réel des trous est au plus distant de l’axe théorique de (Dmini-dmaxi)/2, ce qui entraîne que la zone de
tolérance de position est un cylindre de révolution admettant pour axe l’axe théorique du boulon (qui est aussi
celui des trous) et dont la section droite est le cercle de diamètre : t = t =Dmini – dmaxi
Boulon HM8 qualité 11 d  80 0,06
Trou 9 H11
0,06
90

t = t = 9 – 8 t = 1

cotation « classique » 6x 8H11

Cotation fonctionnelle 27
Principe du maximum de matière : Si les éléments concernés ne sont pas dans leur état maximal de matière ,
les tolérances de symétrie peuvent être dépassées en fonction des jeux réels.

Cotation fonctionnelle 28
Bibliographie 

Guide du dessinateur industriel par A. Chevalier. Editions Hachette Technique

Guide des sciences et technologies industrielles par J.L. Fanchon. Editions Afnor Nathan

Tolérancement : langage des normes I.S.O. par B. Anselmetti. Editions Hermes

Tolérancement : Méthode de cotation fonctionnelle par B. Anselmetti. Editions Hermes

Site de Matthieu Barreau

Documentation sur pages suivantes

Tolérances générales
Ajustements

Cotation fonctionnelle 29
TOLERANCES GENERALES
Les tolérances générales permettent de fixer les limites des contraintes liées à une pièce en
allégeant les écritures.
La lecture du dessin s'en trouve grandement facilitée, les formes de la pièce restent les plus
apparentes.
Les contraintes plus spécifiques sont tout de suite repérées par les précisions de tolérances
qui les accompagnent.
Par rapport aux tolérances générales, les tolérances plus petites seront plus facilement prises
en compte lors du décodage, les tolérances plus grandes révèlent le choix d'une fabrication
plus aisée donc plus économique.

Tolérances des éléments usinés NF EN 22-768


Dimensions et cotes de liaison Angles cassés Dimensions angulaires
Rayons et Chanfreins Dimension du coté le plus court

Classe de 0,5 à 3 6à 30 à 120 à 0,5 à 3 Jusqu'à 10 à 50 50 à 120 à


3à6 3à6 >6
précision inclus 30 120 400 inclus 10 inclus 120 400
f (fin) ± 0,05 ± 0,05 ± 0,1 ± 0,15 ± 0,2 ± 0,2 ± 0,5 ±1 ± 1° ± 30' ± 20' ± 10'
m (moyen) ± 0,1 ± 0,1 ± 0,2 ± 0,3 ± 0,5 ± 0,2 ± 0,5 ±1 ± 1° ± 30' ± 20' ± 10'
c (large) ± 0,2 ± 0,3 ± 0,5 ± 0,8 ± 1,2 ± 0.4 ±1 ± 2 ± 1°30' ± 1° ± 30' ± 15'
v (très large) - ± 0,5 ±1 ± 1,5 ±2,5 ± 0,4 ±1 ±2 ± 3° ± 2° ± 1° ± 30'

Tolérances géométriques

Tolérances Axial ou radial

100
Classe de Jusqu'à 10 à 30 30 à 100 à Jusqu'à 100 à Jusqu'à
à Toutes dimensions
précision 10 inclus 100 300 100 300 100
300
H (fin) 0,02 0,06 0,1 0,2 0,2 0,3 0,5 0,5 0,1
K (moyen) 0,05 0,1 0,2 0,4 0,4 0,6 0,6 0,6 0,2
L (large) 0,1 0,2 0,4 0,8 0,6 1 0,6 1 0,5

Même valeur que la tolérance Même valeur que la tolérance Les écarts de coaxialité sont
dimensionnelle ou de rectitude ou de diamétrale mais à condition de rester limités par les tolérances de
planéité si elles sont supérieures. inférieure à la tolérance de battement. battement.

Règles générales :
Si plusieurs tolérances géométriques s'appliquent à un élément, retenir la tolérance la plus large.
Choisir comme référence le plus long des deux éléments. Si les deux éléments ont la même dimension nominale, chacun
d’eux peut être pris comme référence.

Cotation fonctionnelle 30
Cotation fonctionnelle 31

Vous aimerez peut-être aussi