Vous êtes sur la page 1sur 29

APPEL D’OFFRE N°11/2020

Le présent marché est passé en vertu :

- des statuts de la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) ;

Appel d’offre ayant pour objet la restauration au sein du


Centre Federal de Formation de Football à SAIDIA

1
Entre

La Fédération Royale Marocaine de Football « la FRMF », dont le siège est situé au 33, angle Avenue
Annakhil El Mehdi Benbarka Hay Riad Rabat, représentée par son Président Monsieur Fouzi Lekjaa,

D’une part,

Et

- Monsieur :

- Agissant en qualité de :)
- Au nom et pour le compte de : la société
- Forme juridique de la société :
- Au capital de : DHS
- Faisant élection de domicile :
- Inscrit au registre de commerce sous numéro Ville :
- Affilié à la C.N.S.S sous numéro
- Identifiant Fiscal :
- Patente N° :
- ICE :
- N° du compte bancaire (RIB) ouvert à de la, agence ….

D’autre part,

2
ARTICLE 1 : OBJET DU MARCHÉ
Le présent contrat a pour objet la réalisation des prestations de restauration collective
au sein du centre Federal de Formation de Football à Saidia.

ARTICLE 2 : BÉNÉFICIAIRES DES PRESTATIONS.


Les prestations objet du présent contrat sont destinées aux staffs et Joueurs.

ARTICLE 3 : PROGRAMME DE LA RESTAURATION COLLECTIVE

Les prestations de la restauration collective doivent être assurées tout le long de l’année
comme suit :
- Sur toute la période ;
- Sur des périodes identifiées sur l’année (semaine ou week-end selon le
cas) pour les formations d’animation qui s’y dérouleront ;
- Sur des périodes identifiées sur l’année (semaine ou week-end ou période
selon le cas) en fonction des programmes ;
Dans tous les cas, l’Administration communiquera au Titulaire en début de chaque année
un programme annuel prévisionnel pour la restauration collective.
L’administration fera part au Titulaire d’un programme trimestriel de restauration collective
au moins trente (30) jours à l’avance pour que celui-ci prenne les dispositions nécessaires
pour assurer les prestations dans de bonnes conditions.

ARTICLE 4 : PIÈCES CONSTITUTIVES DU CONTRAT


Les pièces constitutives sont les suivantes :

1- L’Acte d’Engagement ;
2- Le présent Cahier des Prescriptions Spéciales (CPS) ;
3- Le Bordereau des Prix Détail Estimatif ;

ARTICLE 5 : TEXTES GÉNÉRAUX


Le Titulaire est soumis aux dispositions des textes suivants :

- Décret N° 2-12-349 du 8 Joumada І 1434 (20 Mars 2013) relatif aux marchés publics.
- Loi N° 69-00 relative au contrôle financier de l’Etat sur les entreprises publiques et
autres organismes, promulgué par le dahir N° 1.03.195 du 16 Ramadan 1424 (11
Novembre 2003).
- La loi n° 112-13 du 29 Rabii II 1436 (19 Février 2015) relative au nantissement des
marchés publics.
- Textes officiels réglementant les accidents de travail, la main d’œuvre et les salaires
notamment les dahirs du 21/5/1943 et du 27/12/1944 tel qu’ils sont modifiés et
complétés.
- Décret 2.86.99 du 14 Mars 1986 pour l’application de la loi N° 30-85 relative à la TVA.
 Décret n°2-16-344 du 17 Chaoual 1437 (22 juillet 2016) fixant les délais de
paiement et aux intérêts moratoires relatifs aux commandes publiques.

3
 Décret n°2.14.272 du 14 mai 2014 relatif aux avances en matière des marchés
publics.
Ainsi que tous les textes réglementaires rendus applicables à la date de
la soumission.
 Décret n° 2332-01-2 du 22 rabii I 1423 – 4 juin 2002 approuvant le Cahier des
Clauses Administratives Générales applicables aux marchés de services portant
sur les prestations d’études et de maitrise d’œuvre passés pour le compte de l’état.
(CCAG-EMO). (BO n° 5010 du 06/06/2002)
Le Titulaire devra se procurer ces documents s’il ne les possède pas déjà et ne pourra
en aucun cas exciper de leur ignorance ni de se dérober aux obligations qui y sont
contenues.

ARTICLE 6 : ELECTION DE DOMICILE


A défaut par le Titulaire de satisfaire aux obligations qui lui sont imposées par l’article
17 du CCAG-EMO toutes les notifications qui se rapportent au contrat sont valables
lorsqu’elles ont été faites à l’adresse indiquée dans l’acte d’engagement.

ARTICLE 7 : DROITS DE TIMBRE ET D'ENREGISTREMENT


Conformément à l’article 8 de la loi de finance n° 68-17, le présent contrat est exonéré
des droits de timbre.

ARTICLE 8 : ASSURANCES ET RESPONSABILITÉS


Avant tout commencement des prestations, le Titulaire doit adresser au maître
d’ouvrage, les copies des polices d’assurances qu’il doit souscrire et qui doivent
couvrir les risques inhérents à l’exécution du contrat.

ARTICLE 9 : VALIDITÉ DU CONTRAT– APPROBATION DU CONTRAT


Le présent contrat ne sera valable, définitif et exécutoire qu’après son approbation par
le Président de la Fédération Royale Marocaine de Football,

ARTICLE 10 : ETENDUE DES OBLIGATIONS CONTRACTUELLES


Du seul fait de l’apposition de sa signature sur le cahier des prescriptions spéciales du
présent contrat, le titulaire :
 Renonce à se prévaloir de toute clause contraire à celles qui y figurent et, en
particulier, à celles qui accompagnaient son offre.
 Est réputé avoir une connaissance parfaite de l’étendue des prestations qui lui
sont confiés.
 Le titulaire est chargé, en plus de l’exécution des prestations objet du présent
contrat, du contrôle de la qualité des prestations. Il est de ce fait entièrement et
pleinement responsable des prestations réalisées, en dehors des cas de force
majeure, dans la limite définie par les dispositions du CCAG- EMO et dans les
conditions fixées au présent contrat à l’article 13 ci-après.
 Les visas et accords délivrés par l’Administration en application des clauses du
présent contrat n’atténuent en rien sa responsabilité. Elle demeure pleine et
entière en ce qui concerne le respect du délai d’exécution et la conformité des
prestations aux spécifications du contrat et aux textes généraux et réglementaires
en vigueur.

4
ARTICLE 11 : DURÉE DU CONTRAT
Le présent contrat est conclu pour une durée d’une année. Il prend effet à compter
du jour fixé par l’ordre de service prescrivant le commencement des prestations.

ARTICLE 12 : FORCE MAJEURE


Le titulaire de contrat ne sera pas exposé à des pénalités dans la mesure où son retard
ou tout autre manquement à l’une de ses obligations contractuelles, est due à un cas
de force majeure telle que définie par les articles 268 et 269 du dahir du 9 ramadan
1331 (12 août 1913) formant code des obligations et contrats.
En cas de force majeure, le Titulaire de contrat notifiera rapidement par écrit au maître
d’ouvrage l’existence de la force majeure, ses motifs ainsi que toutes les mesures
prises pour y remédier.
Sous réserve d’instructions contraires de l’Administration, le titulaire de contrat
continue à remplir ses obligations contractuelles dans la mesure du possible et pourra
le cas échéant, bénéficier d’une prorogation de délai d’une durée égale à la période
pendant laquelle il aura été mis dans l’incapacité d’exécuter ses obligations par suite
d’un cas de force majeure dûment justifié.

ARTICLE 13 : MAIN D’ŒUVRE


L’entrepreneur est soumis aux obligations prévues par les lois et règlements en
vigueur régissant notamment :
- le recrutement et le paiement des ouvriers ;
- les droits sociaux, l’hygiène, la sécurité des ouvriers et la couverture des
accidents de travail ;
- la couverture médicale de son personnel ;
- l’immigration au Maroc ;
- la protection des mineurs et des femmes.

ARTICLE 14 : PÉNALITÉS
Tout constat d’écart par rapport aux dispositions du contrat notamment :
 Le non-respect des menus définis d’un commun accord
 Le non-respect des horaires de distribution
 Le non-respect du grammage
 Le non-respect quantitatif de la commande journalière
 Analyses bactériologiques non conformes
 Absences des ustensiles (Assiettes, couverts, plateaux, bols...)
sera signalé au Titulaire qui devra y répondre immédiatement. Les justifications devront
être acceptées par le Maitre d’ouvrage.
Tout manquement fera l’objet de procès-verbal (PV) dressé, signé par l’Administration
et notifié au Titulaire.

Pour les manquements imputables au Titulaire ou non justifiés, il sera appliqué une
pénalité de 500,00 DH par manquement ayant fait l’objet de PV précités.
En cas de répétition de constat de même manquement plus de trois fois la pénalité
sera doublée soit 1.000,00 DH par manquement verbalisé.
Le montant des pénalités sera déduit d’office et sans mise en demeure préalable du
décompte des sommes dues au Titulaire.
Le montant des pénalités est plafonné à 10% du montant initial du contrat. Au cas où
le montant des pénalités dépasse ce plafond, le Maître d’ouvrage se réserve le droit
de résilier le contrat au tort du titulaire.

5
ARTICLE 15 : RÉSILIATION
Lorsque le titulaire ne se conforme pas, soit aux dispositions du contrat, soit aux ordres
de service qui lui sont donnés par le maître d’ouvrage, ce dernier le met en demeure
d’y satisfaire dans un délai déterminé par une décision qui lui est notifiée par un ordre
de service.
Passé ce délai, si le titulaire n’a pas exécuté les dispositions prescrites, le maître
d’ouvrage peut :
- Ordonner l’établissement d’une régie aux frais du Titulaire.
- Soit résilier le contrat aux torts du Titulaire et passer un nouveau contrat avec
un autre Titulaire ou un groupement des Titulaires pour l’achèvement des
fournitures selon la procédure d’appel d’offres.
- Soit prononcer la résiliation pure et simple du contrat assortie ou non de la
confiscation du cautionnement définitif

ARTICLE 16 : MESURES DE SÉCURITÉ


Le titulaire doit faire observer toutes les dispositions réglementaires relatives aux
mesures de sécurité.

ARTICLE 17 : RÉCEPTION DU CONTRAT


La réception provisoire et définitive du présent contrat sera prononcée à la fin de la
réalisation des prestations objet du présent contrat.

ARTICLE 18 : CONDITIONS ET MODALITÉS DE PAIEMENT


Le paiement des sommes dues au titre du contrat sera effectué en décomptes
mensuels des montants des prestations calculées sur la base du nombre des repas
distribués par mois, dans les conditions ci-après.
A la fin du mois, le titulaire du contrat remet au maître d’ouvrage une facture établie
en quatre exemplaires sur la base des réceptions effectués par l’Administration,
décrivant les repas distribués, le montant à payer ainsi que tous les éléments
nécessaires à la détermination de ce montant.
Après vérification et liquidation de la facture sur la base des pièces justificatives du
service fait, le maître d’ouvrage établit le décompte provisoire y afférent et procède
avec une promptitude raisonnable aux formalités nécessaires au mandatement de la
somme due au titulaire du contrat. Le montant à mandater est calculé par application
des prix unitaires des repas figurant au bordereau des prix–détail estimatif aux
quantités effectivement réalisées, en tenant compte le cas échéant de l’application
des pénalités de retard et de répercussion de la variation du taux de la T.V.A.
Les décomptes provisoires doivent être arrêtés en toutes lettres et certifiés exactes
par l’Administration. Le décompte définitif doit être, en plus de ce qui a précédé, signé
et approuvé par le titulaire de contrat.
L’Administration se libérera des sommes dues par lui au titulaire de contrat en faisant
donner crédit au compte ouvert au nom du titulaire de contrat.

ARTICLE 19: NANTISSEMENT


Dans l’éventualité d’une affection en nantissement du contrat, le titulaire bénéficiera
du régime institué par le Dahir 1.15.05 du 19/02/2015 relatif au nantissement des
marchés publics, il est précisé que, la liquidation des sommes dues,
l’ordonnancement et le paiement seront effectués par le maître d’ouvrage.
Le maître d’ouvrage est chargé de fournir, tant au titulaire qu’aux bénéficiaires du
nantissement ou subrogation, les renseignements et les états prévus à l’article à
l’article 8 de la loi n°112-13 promulgué par le Dahir 1.15.05 du 19/02/2015.
6
Il sera délivré au titulaire, sans frais, un exemplaire spécial du contrat portant la
mention « exemplaire unique » destiné à former titre.

ARTICLE 20 : CAUTIONNEMENT ET RETENUE DE GARANTIE.


- Le cautionnement définitif est fixé à 3% du montant initial du contrat.
- Le cautionnement définitif sera libéré dans les trois mois qui suivent la prononciation
de la réception définitive.

Il n’est pas prévu de retenue de garantie dans le cadre du présent contrat.

ARTICLE 21 : RÉVISION DES CLAUSES DU CONTRAT


Si au cours de l’exécution du contrat, son économie devait se trouver déséquilibrée,
les conditions contractuelles seraient réexaminées à l’initiative de l’une ou l’autre des
parties, sur production de justificatifs nécessaires.
Les cas suivants peuvent notamment entraîner un tel réexamen :
- Fréquentation effective du service de restauration sur une période de 60 jours
consécutifs inférieure à la fréquentation mensuelle ;
- Constat sur un mois donné d’une fréquentation journalière présentant des écarts
importants par rapport à la fréquentation mensuelle et entraînant des surcoûts
pour le RESTAURATEUR ;
- Suppression ou ajout d’un ou plusieurs services de repas ;
Toutes modifications des termes et conditions du contrat feront un avenant écrit.
La demande de réexamen est adressée par la partie qui en prend l’initiative par lettre
recommandée avec demande d’avis de réception.
A défaut d’accord entre les parties dans un délai de 60 jours suivant la date de
réception de la demande de réexamen, le contrat sera résilié sans mise en demeure
préalable,

ARTICLE 22 : LE RESPECT DU SECRET PROFESSIONNEL


Le titulaire et son personnel sont tenus au secret professionnel ,pendant toute la durée
du contrat et après son achèvement, sur les renseignements et documents recueillis
ou portés à leur connaissance à l'occasion de l'exécution du contrat .Sans autorisation
préalable de l'Administration, ils ne peuvent communiquer à des tiers la teneur de ces
renseignements et documents .De plus ,ils ne peuvent faire un usage préjudiciable à
l'Administration des renseignements qui leur sont fournis pour accomplir leur mission.

ARTICLE 23 : OBLIGATION DE DISCRÉTION


Le Titulaire qui, soit avant la notification du contrat, soit au cours de son exécution, a
reçu communication, à titre confidentiel, de renseignement, document ou objets
quelconques, est tenu de maintenir confidentielle cette communication. Ces
renseignements, documents ou objets quelconques ne peuvent, sans autorisation, être
communiqués à d’autres personnes que celles qui ont qualité pour en connaître.

ARTICLE 24 : RÈGLEMENT DES LITIGES


Tout litige entre le maître d’ouvrage et le Titulaire, relatif à l’interprétation ou à
l’exécution du présent contrat sera soumis aux Tribunaux Administratifs.

ARTICLE 25 : SITUATION PARTICULIÈRES


Le titulaire du contrat est tenu de collaborer étroitement et sans aucune condition avec
tous les moyens adéquats en cas de situation exceptionnelle ou d’urgences (tel que :
visites spéciales …)

7
Aucune des parties ne pourra être tenue à d'autres obligations que celles
expressément convenues par le contrat.
Toute modification quelconque des présentes devra nécessairement faire l'objet d'un
accord écrit et signé des personnes dûment habilitées à cet effet par chacune des
parties.
Le fait par l'une des parties de ne pas exiger l'exécution de certaines obligations
contractuelles ou de permettre un manquement aux termes de ce contrat ne pourra
être interprété, quelles que soient la durée et l'importance de cette tolérance, comme
un abandon de son droit à faire observer ultérieurement, à tout moment et sans préavis,
chacune des clauses et conditions des présentes.

ARTICLE 26 : DÉTERMINATION ET RÉVISION DES PRIX


1- Caractères des prix
Les prix du contrat ont un caractère général conformément aux dispositions de l’article
34 du CCAG-EMO. Ces prix comprennent en plus de la marge bénéficiaire, la totalité
des coûts directs et indirects notamment les coûts du personnel, des produits de
nettoyage, de communication, de transport, de déplacement, ainsi que les autres frais
et dépenses encourus par le titulaire de contrat en raison de l’exécution des
prestations.
Les prix qui ont un caractère forfaitaire sont établis toutes taxes comprises (TTC). Ils
incluent les impôts, droits, taxes et autres charges imposées en vertu du droit
applicable. Ils tiennent compte de l’ensemble des prestations à fournir pour atteindre
les objectifs assignés, non seulement telles que ces prestations sont définies dans les
clauses techniques, mais encore telles qu’elles seront réellement exécutées.
2- Révision des prix :
Les prix du contrat sont établis en dirhams ; ils sont fermes et non révisables durant
toute la durée du contrat.

8
CLAUSES TECHNIQUES

ARTICLE 27 : INVENTAIRE DU MATÉRIEL EXISTANT

Le titulaire est tenu d’effectuer un inventaire du matériel existant au sein du centre


federal de formation de football à Saidia avant le démarrage.

ARTICLE 28 : EAU ET ELECTRICITÉ


L'eau et l’électricité nécessaire au fonctionnement de la cuisine seront à la charge de
l’administration.

ARTICLE 29 : GAZ DE CUISSON


Le gaz propane nécessaire à la cuisson des repas est à la charge du titulaire du
contrat.

ARTICLE 30 : GESTION DU PERSONNEL


Le titulaire du contrat affectera le personnel nécessaire au bon fonctionnement de la
cuisine et à la réalisation de sa mission dans les meilleures conditions. Il s’engage de
ce fait à affecter notamment le personnel sur la base duquel il a été retenu et à le
compléter, si nécessaire, par un personnel dont la compétence en matière de
restauration collective sera démontrée.
Il devra remettre à l'Administration une liste indiquant les noms et adresses et la
qualification des agents qui seront employés ainsi que leur affectation. Cette liste devra
être tenue à jour et faire mention des modifications qui peuvent intervenir dans la
composition du personnel et dans la distribution des tâches, notamment en cas
d'absence ou si un (e) employé (e) cesse son travail.
Le personnel ainsi affecté ne pourra être changé ou remplacé que par un profil
identique.
Le titulaire du contrat désignera notamment un Directeur de Restaurant et en
informera l’administration par écrit. Toute communication, suggestion ou réclamation
concernant le fonctionnement courant de la cuisine seront adressées à ce
responsable.
En cas d'inaptitude professionnelle ou de défaillance ou de conduite incompatible à
l’éthique constatées parmi les employés du titulaire (incompréhension des directives
et observations faites, méconnaissance des règles d’hygiènes…), l'administration se
réserve le droit d'exiger le remplacement, dans les 48 heures qui suivent, du personnel
récusé par elle.
Le personnel doit porter l'uniforme et une tenue appropriée conforme aux conditions
de l’activité, d'hygiène, de propreté et de sécurité mentionnant le nom de la société.
Le personnel est tenu également de porter en permanence un badge de travail
numéroté, portant le nom et prénom, la photographie de l'agent et disposer d’une carte
professionnelle.

ARTICLE 31 : CONTINUITÉ DE SERVICE


Le titulaire du contrat s'engage à respecter le principe d'assurer la continuité des
prestations. En cas de cessation concertée de travail du personnel, il doit le remplacer
immédiatement après accord de l'Administration.

9
ARTICLE 32 : CARACTÉRISTIQUES DES ALIMENTS UTILISÉS PAR LE TITULAIRE DE CONTRAT
Le titulaire de contrat est le seul responsable de la gestion des achats des aliments et
de la gestion de la dépense y afférente.
Le titulaire est tenu de se conformer aux textes législatifs et réglementaires en vigueur,
en matière de salubrité, de qualité, de traçabilité, d’étiquetage, d’emballage et de
transport.
Pour les denrées animales, un certificat sanitaire, attestant que ces produits ont été
soumis à l’inspection sanitaire vétérinaire est exigé à la livraison et avant sa réception.
A titre indicatif, les aliments utilisés par le titulaire du contrat doivent présenter les
caractéristiques suivantes :
1) Viandes rouges
Les viandes doivent provenir d’abattoirs autorisés à exercer et régulièrement surveillés
par les services vétérinaires conformément du dahir n°1-75-291 du 8 octobre 77
édictant des mesures relatives à l’inspection sanitaires et qualitative des animaux
vivants et des denrées animales ou d’origine animale et du décret n°2-98-617 du 5
janvier 99, pris pour son application.
Elles doivent être transportées dans des moyens de transport répondant aux
exigences du décret n°2-97-177 du 23 mars 99 relatif au transport des denrées
périssables.
Le titulaire doit présenter à l’administration, à l’occasion de chaque approvisionnement
en viande, le certificat sanitaire des produits de viandes livrés.
Viande de bœuf :
 La masse musculaire doit être grosse, compacte et ferme ;
 La couleur doit être rouge vive ;
 La graisse de couverture doit être blanche mince et ferme ;
 Le pourcentage des déchets et os doit être inférieur à 20% du poids total
de la carcasse ;
 La viande doit porter l’estampille rouge des abattoirs agrées ;
Viande d’agneau :
 Elle doit être de masse ferme, d’une couleur rouge vif et d’une graisse
blanche ;
 Elle doit être livrée en quartier entier et non souillée ;
 La viande doit porter l’estampille verte ou rouge des abattoirs agrées ;
 Les viandes femelles et les viandes estampillées bleues ne seront pas
acceptées.
2) Viande de volaille :
Les viandes doivent provenir des abattoirs avicoles agrées et régulièrement
contrôlés par les services vétérinaires.
Poulet et dinde : les poulets et dindes doivent présenter les caractéristiques
suivantes :
 Peau blanche, fine, translucide et avec absence de traumatismes ;
 Le bréchet doit être souple ;
 Les pilons doivent être courts, fermes et ronds ;
 Le cou doit être charnu, l’anus et croupion doivent être propres ;
 Le poulet ou la dinde à odeur de faisandage doit être rejeté et ne sera pas
réceptionné.

10
3) Produit de la pêche et de l’aquaculture :
Chaque lot doit être, au moment de sa livraison, accompagné d’un certificat sanitaire
vétérinaire, attestant de sa salubrité et sa conformité aux normes en vigueur.
Pour les produits de la pêche congelés, les conserves et les semi-conserves, doivent
provenir d’un établissement agréé conformément à la réglementation en vigueur.
 Poissons :
Il est préférable de n’utiliser que du poisson congelé pour sa qualité hygiénique
nutritionnelle et sa disponibilité. Les variétés recommandées sont : le sole, le merlan,
et le pageot…. Il doit être contenu dans un conditionnement d’origine, portant toutes
les indications d’étiquetage réglementaire. En cas de présence d'additifs, ceux-ci
doivent être clairement identifiés dans la liste des ingrédients.
Néanmoins, il serait préférable de le remplacer par le poisson frais pendant les
périodes de sa disponibilité sur le contrat ;
4) Lait et produits laitiers :
Ces produits doivent répondre aux dispositions du :
- décret n°2-00-425 du 7 décembre 2000 relatif à la production et la commercialisation
du lait et produits laitiers ;
- décret n°2-99-940 du 22 novembre modifiant et complément l’arrêté du 22 novembre
1921 relatif à la vente des beurres saindoux, huiles et matières grasses alimentaires.
 Lait et Yaourt :
Le lait doit être blanc, mat. Il doit provenir d'usines contrôlées et porter la date de
péremption, et présenté dans son emballage commercial d’origine.
Le produit YAOURT doit également parvenir d’usines contrôlées et porter la date de
préemption estampillée sur le couvercle.
Le lait en poudre, destiné uniquement pour les potages, doit être de première qualité,
livré dans son conditionnement d’origine qui doit faire ressortir toutes les indications
d’étiquetage réglementaires dont notamment la marque, l’adresse du fabricant, ainsi
que la date de péremption du produit.
 Beurre :
 La coloration doit être blanche ou jaunâtre ;
 L'arôme doit être particulière, odeur de crème fraîche ;
 La consistance du beurre doit être tartinable, sans parution de gouttelettes
d'eau ;
 Le beurre de goût rance, d'aspect collant ou suiffeux ne sera pas accepté.
 Il doit être contenu dans son emballage d’origine. Cet emballage doit porter
toutes les indications réglementaires d’étiquetage.

5) Légumes frais :
Les légumes doivent être : frais, propres, bien colorés, fermes, entiers, exempts de
moisissures.
Ils ne doivent pas présenter :
 Ni de zone de verdissement ;
 Ni de zone de noircissement ;
 Ni de points de germination.

11
6) Fruits frais :
Ils doivent être en parfait état de fraîcheur, bien colorés, fermes, exempts de
moisissures et bien mûrs s'ils doivent être consommés immédiatement.
7) Fruits secs :
Ils doivent être exempts des signes de moisissure.
8) Légumes secs :
Les légumes secs doivent être : bien secs, coulants dans la main, brillants, lisses,
exempts de débris minéraux, de grains brisés de pellicules et de poussières. Ils doivent
être non piqués (signe de présence d'insectes), ne contiennent pas d'insectes vivants
ou morts, exempts d'odeur de moisi ou autre odeur anormale.
9) Œufs :
Les œufs doivent être de bonne qualité :
 Coquille intacte et propre
 Extra frais ;
 Poids : entre 50 et 60 grammes ;

10) Produit épicerie :


Riz : Il doit être constitué de grains entiers de même volume et de même forme avec :
 Absence de toute matière étrangère (poussière, débris
d'enveloppe) ;
 Absence de brisures, de grains colorés (jaunes, verdâtres ou
noirâtres) ou insuffisamment décortiqués ;
 Ne doit pas contenir d'insectes ni présenter une odeur
désagréable.
Pâtes : Les pâtes doivent être : translucides et de couleur ambrée.
Pain : Il doit être préparé à base de farine de blé tendre enrichie en fer et vitamines
de type B.
Sucre : Il doit être de couleur franche et ne pas être humide.
Huile : Elle doit être limpide, inodore, sans impureté, insipide, à l'exception de l'huile
d'olive.
Boîtes de conserve : Les boites de conserve ne doivent être
 Ni bombées : (accumulation des gaz)
 Ni fléchées: boite présentant une convexité qui disparaît à la pression
(remplissage-excessif).
 Ni fuites: défaut d'étanchéité visible ;
 Ni cabossées : ne pas présenter de déformations qui peuvent
camoufler un défaut (bombage).
Les boîtes de conserve doivent contenir toutes les indications réglementaires
d’étiquetage : dates de fabrication et de péremption; les origines…

ARTICLE 33 : TRANSPORT DES DENRÉES :


Les denrées sont transportées dans des véhicules propres et selon un
conditionnement adapté à chaque type de produit. Les produits nécessitant un
transport à une température réfrigérée, de façon à conserver la chaîne de froid
(produits laitiers, poissons, viande…), doivent être transportés dans des véhicules
frigorifiques.

12
Le personnel chargé de l’acheminement des produits, jusqu’à leur lieu d’entreposage,
doit observer des règles d’hygiène strictes.

ARTICLE 34 : RÉCEPTION DES DENRÉES ALIMENTAIRES


La réception des denrées alimentaires s’effectue par une commission de réception,
selon le calendrier de livraison arrêté en commun accord entre l’Administration et le
titulaire du contrat pendant les jours ouvrables durant l’horaire administratif.

ARTICLE 35 : ENTREPOSAGE
L’Administration met à la disposition du Titulaire du contrat un local dans l’enceinte de
la cuisine, affecté à la conservation des denrées et produits destinés à la préparation
des repas, ainsi que le matériel de réfrigération qu’il doit tenir en état de propreté
permanente.
Les légumes doivent être contenus dans des caisses et doivent être entreposés en
séparant les produits propres des produits souillés.
Les denrées d’origine animale doivent être conservées dans des températures
adaptées à chaque type de denrée. Elles doivent être déposées avec soin et dans des
conditionnements propres, nettoyés après chaque usage.
L’Administration se réserve le droit d’effectuer, à tout moment, des contrôles des lieux
de stockage.
Le conditionnement des repas doit se faire dans des containers adaptés permettant la
conservation à chaud des aliments et doit être entretenu en bon état de propreté.

ARTICLE 36 : SORTIE DES DENRÉES ALIMENTAIRES


Les denrées alimentaires qui serviront à la préparation des repas font l’objet de
vérification inopinée par l’Administration pour s’assurer de leur qualité.
La vérification s’effectue au regard des spécifications du contrat, du détail de la
commande journalière et du planning hebdomadaire. Elle porte sur :
 Les qualités organoleptiques et salubrité ;
 Le degré de maturité et de fraîcheur ;
 L’absence de fardage.
 La conformité aux normes de conditionnement et d’étiquetage ;
 Les indications réglementaires de l’étiquetage, pour les produits qui font l’objet
d’une réglementation en la matière
 Le respect, de manière générale, des produits aux spécifications et aux
conditions du présent contrat.
 Echantillonnage : l’administration se réserve le droit de prélever des
échantillons pour analyse des laboratoires spécialisés en la matière.
Si les vérifications ainsi effectuées révèlent des anomalies, les denrées seront
rejetées.

ARTICLE 37 : STRUCTURE D’UNE JOURNÉE D’ALIMENTATION :


1 –la journée d’alimentation et les repas sont constitués du petit-déjeuner, du déjeuner,
du goûter et du diner.
2- Elaboration des menus : Des menus hebdomadaires seront établis en commun
accord des deux parties contractantes tenant compte des catégories définies :
3-Les menus seront établis et soumis à la validation de l’Administration une semaine
avant sa mise en application. Les quantités données ci-dessous sont à titre indicatif et
elles ne peuvent se concevoir en dehors d'un plan alimentaire élaboré par
l’Administration et qui sera traduit secondairement en menu.

13
ARTICLE 38 – CONSISTANCE DES MISSIONS ET MODE DE RÉMUNÉRATION
Mission 1 : Achat et fourniture des produits alimentaires selon menu arrêté en
commun accord avec les concernés de la FRMF.
1- Le responsable de la restauration collective effectuera les achats correspondant
aux menus arrêtés avec les services concernés de la FRMF en respectant toutes les
normes d’hygiène et de sécurité détaillées dans le présent CPS.
2- Le restaurateur sera rémunéré par plats servis et ce en fonction du menu arrêté en
commun accord.

Mission 2 : Cuisson, préparation et service de distribution des menus.


Le responsable de la restauration collective aura la charge de la préparation et la
cuisson des différents repas suivant la consistance de chaque menu établi en commun
accord avec le responsable concerné de la FRMF.
Le titulaire du contrat s’engage à assurer la qualité de service rendu pour l’équilibre
alimentaire des sportifs et ce, par le respect des normes d’hygiène requises et la
conformité à l’apport nutritif et énergétique journalier.
Par ailleurs, il procédera à la distribution des différents menus selon le programme
prévisionnel fourni.
Ces prestations sont rémunérées à l’unité selon les listes des bénéficiaires.
Comptage du nombre des repas :
Les repas sont délivrés aux pensionnaires sur présentation de badges individuels (ou
tickets).
Les badges sont remis individuellement sous la responsabilité de la FRMF aux
pensionnaires admis à prendre le repas dans le restaurant. Lesdits badges permettent
d'effectuer un comptage exact du nombre de repas servis.
Le restaurateur tient à la disposition de la FRMF le décompte mensuel des repas servis
Mission 3 : Préparation et service des pauses café
Le titulaire du contrat s’engage à assurer le service de préparation et la distribution
des pauses café lors des évènements et manifestations exceptionnelles organisés par
le centre.
Ces prestations sont rémunérées à l’unité.

ARTICLE 39 – PROGRAMME PRÉVISIONNEL DES REPAS PAR CATÉGORIE ET SUR 1 AN


Le programme prévisionnel des couverts servis par catégorie et sur une période de 1
an est donné à titre indicatif.

Menu Diététique : 100 Lits

Années 2021
Petit Dejeuner 29200 plats
Déjeuner 29200 plats
Collation 29200 plats
Diner 29200 plats
Total Repas Complets 29200

14
NB : Ces chiffres sont non contractuels et ne donnent droit à aucune indemnité
dans le cas de leur non réalisation.

ARTICLE 40 – CONSISTANCE DES MENUS


Les menus sont définis pour les besoins du Centre Federal de Formation de Football
à Saidia comme suit :

ÉQUIPE U-14, U-16, U-17

- Cornflakes,
- Œufs dur,
- Œufs brouillés,
- Omelettes,
- viennoiserie,
- Pain de mie,
Petit déjeuner
- Pain,
Servi à table - Confiture portion,
- Miel portion,
- Beurre portion,
- Jus d’orange nature,
- Fromage portion,
- Produits laitiers,
- The, lait froid, lait chaud, Café noir
- Salade variée
Déjeuner - Grosse pièce : 1 choix (volaille, poisson, viande)
Servi à Table - Garniture : 2 choix de garnitures
- Dessert : 1 fruit de saison, 1 produit laitier

- Soupe
Diner - Grosse pièce : 1 choix (volaille, poisson, viande)
Servi à Table - Garniture : 2 choix de garnitures
- Dessert : 1 fruit de saison, produit laitier

- Corbeille de fruits,
- Cornflakes 4 sortes 1er choix,
- Pain de mie,
- Confiture portion,
- Miel portion,
- Beurre portion,
Collation - Jus nature,
- Datte 1er choix,
- Fromage portion 1er choix,
- Produits laitiers,
- Thé, Café noir, lait froid, lait chaud, Chocolat chaud,
- Biscuits,
- barre de chocolat,
- Raisin, abricot, amande sec, pistache

PAUSES CAFES

- Gâteaux marocaines
- Gâteaux moderne
- Gâteaux prestige
Pause-café
- Gâteaux sales
VIP - Gâteaux soirées
- Navette
- Macaron
- Canapé

15
- Les amuses gueules
- Thé, café capsule
- Jus varie
- Eau minérale
- Gâteaux marocaines
Pause-café
- The
Normal - Café
- Eau minérale

ARTICLE 41 : HORAIRES DES REPAS


Les distributions et livraisons des repas doivent s’effectuer selon les horaires suivants :
Petit Déjeuner : De 07h 00 à 08h 30
Déjeuner : De 12h 30 à 13h 30
Collation : De 16h 30 à 17h 00
Dîner : De 19h 30 à 20h 30
NB : Ces horaires peuvent être modifiés en fonction des besoins et des
programmes des équipes nationales.

ARTICLE 42 : CONTRÔLE À LA CUISINE


Des contrôles réguliers ou inopinés peuvent être effectués par l’Administration au
niveau de la cuisine soit pour s’assurer des procédés utilisés au cours de la préparation
des repas, soit pour s’assurer, avant la distribution, que les repas répondent aux règles
de cuisson. Les remarques et observations relevées au cours de ces contrôles sont
consignées dans un Procès-verbal dont une copie sera adressée au Titulaire du
contrat qui est tenu de répondre par écrit à toutes les observations qui y sont portées.
Le contrôle portera, sans être limitatif, sur :
 L’hygiène du personnel de cuisine
 La propreté du matériel et des locaux
 La conformité des produits et ingrédients utilisés dans la préparation des repas
aux prescriptions du présent contrat
 La conformité des procédés utilisés dans la préparation aux règles de l’art.
 La qualité et la conformité des repas préparés

ARTICLE 43 : RÉCEPTION DES REPAS


Les repas doivent être conformes au menu du jour et aux prescriptions spécifiques à
chaque commande.
La réception est faite par le représentant de l’administration qui doit vérifier :
 L’heure de la distribution
 La concordance des repas livrés avec les menus et la commande
 La qualité des préparations, leur présentation, leur température
 L’état de propreté des agents proposés par le titulaire à cette tâche
 La conformité aux conditions d’hygiène.
 La présentation des repas et éventuellement leur saveur.
En cas de non-conformité aux quantités et qualités des rations prévues pour un repas,
le titulaire est sommé de remédier aux défauts constatés.
Au cas contraire, et selon la nature du défaut constaté, l’Administration procédera à
l’application des pénalités prévues à l’article 14 ci-dessus relatif aux pénalités.

16
Quand des risques sanitaires sont avérés au moment de la réception des repas ou au
cours des contrôles effectués par l’Administration, le Titulaire sera sommé de retirer
immédiatement de la consommation les produits contestés, indépendamment des
poursuites qui pourraient être engagées dans le de la législation sur la répression des
fraudes et la conformité sanitaire ainsi que des sanctions contractuelles qui pourraient
être prises. Le titulaire du contrat est ensuite tenu de prendre des mesures concrètes
pour assurer la prestation objet de contestation.

ARTICLE 44 : DISTRIBUTION DES REPAS


Le titulaire est tenu d’apporter à cette tâche le maximum de soins et sera faite dans
des ustensiles adéquats.
La distribution se fera conformément au planning préétabli.

ARTICLE 45 : CONDITIONS GÉNÉRALES D’HYGIÈNE


Le Titulaire de contrat s’engage à prendre toutes les mesures nécessaires pour
respecter les règles d’hygiène.
1 - Hygiène des locaux :
Le travail en cuisine doit être organisé de telle sorte que les produits assainis soient
éloignés des produits bruts ou des déchets.
Les locaux doivent être en permanence propres et en bon état d’entretien. Cela,
implique un programme de nettoyage qui sera affiché au niveau de la cuisine.
Après chaque journée de travail, les locaux et l’ensemble des postes de travail doivent
faire l’objet d’un nettoyage, d’un lavage et d’une désinfection :
 Plans de travail, ustensiles, planches à découper, évier seront nettoyés après
chaque usage ;
 Les chambres froides et les magasins seront nettoyés deux fois par semaine
et chaque fois que nécessaire ;
 Les murs, les plafonds, les vitres, seront entretenus deux fois par mois
 La hotte et les filtres seront dégraissés et nettoyés une fois par mois.
 Les locaux doivent être soigneusement fermés pour éviter l’entrée des
animaux.
2 – Hygiène du matériel
Les équipements seront nettoyés après chaque utilisation :
Les fours – marmites – sauteuses :
 Nettoyer l’habillage inox extérieur avec un produit récurant non abrasif.
 Nettoyer l’intérieur des fours avec un produit décapant non abrasif conforme
à cet usage ;
 Racler les plaques, les grils à la brosse métallique après et les huiler avec
une huile alimentaire ;
 Nettoyer les cuves des marmites et sauteuses avec eau chaude et
détergente, rincer et essuyer
Friteuses :
 Vidanger et filtrer le bain d’huile après chaque utilisation
 Débarrasser la friteuse de tous les résidus carbonés tapissant les parois de
l’appareil en nettoyant la cuve, les paniers et le couvercle avec brosse, eau
chaude et produit récurent non abrasif ;
 Rincer et essuyer.
Fourneaux :
- Frotter le dessus en fonte avec la toile émeri.

17
- Machine à hacher la viande : démonter, nettoyer à l’eau chaude plus détergent et
désinfecter après chaque utilisation.
Billots – planche à découper :
Gratter, raboter, lisser aussi souvent que nécessaire, nettoyer et désinfecter après
chaque utilisation.
Ustensiles de cuisine : nettoyer, laver avec eau plus détergent désinfecter et rincer
à l’eau bouillante.
Matériel de conditionnement et de transport :
Les containers et autre matériel de conditionnement doivent être nettoyés avec eau
chaude et détergent. Les chariots de transport de vivres seront nettoyés après chaque
usage et maintenus en bon état de propreté.
3 – Hygiène des aliments et des préparations :
Les conditions de transport, de conservation, de préparation et de la distribution ont
un impact important sur la qualité hygiénique des repas.
Aussi, des mesures d’hygiène doivent être observées par le personnel de Titulaire de
contrat au niveau de ces différentes étapes.
4 -Hygiène du transport :
Le transport des denrées alimentaires doit s’effectuer dans des véhicules appropriés
et maintenus en bon état de propreté. Les viandes, les poissons, et les produits laitiers
doivent être transportés dans des véhicules réfrigérés et équipés à cet effet.
5 – Hygiène de la conservation :
Selon leur nature, les aliments seront conservés dans les locaux propres et dans des
lieux appropriés.
6 – Hygiène des préparations :
 Décontaminer les aliments destinés à la préparation des crudités ;
 La viande sera découpée si possible le jour même de la cuisson ;
 La viande hachée sera préparée au dernier moment ;
 Les boites de conserve entamées et non utilisées entièrement doivent être
transvasées dans des récipients en verre ou en plastique.
 Les repas chauds sont à consommer dans les heures qui suivent la
préparation ;
 Les huiles de friture doivent être changées aussi souvent que nécessaire.
 Des contrôles bactériologiques de l’eau et des aliments doivent être
entrepris, par un hygiéniste, périodiquement et chaque fois que nécessaire ;
 Les restes sont dangereux, il est donc important de s’organiser pour éviter
d’avoir du surplus.
7 – Hygiène de la distribution :
Le matériel de distribution doit être en bon état de propreté. La manipulation des
aliments doit éviter tout risque de souillure ou de contamination. Les plats froids et
chauds seront déposés dans des emplacements séparés et adéquats. Les plats froids
doivent être conservés au frais. Les plats chauds doivent être dressés au fur et à
mesure du service. Les restes doivent être considérés comme dangereux.
8 – Hygiène du personnel du titulaire :
- Surveillance médicale :
 Le personnel doit disposer d’une carte sanitaire délivrée par les autorités
sanitaires après l’examen médical d’embauche. Un examen médical doit être
effectué régulièrement une fois par an, et à chaque fois qu’il s’impose.

18
 Le Titulaire doit produire le dossier médical du personnel, et soumettre ce
dernier, conformément à la législation en vigueur.
 La visite médicale et les analyses biologiques comprennent notamment :
 Sérodiagnostic de la syphilis.
 Prélèvement de gorge.
 Examen copro-parasitologique de selles.
 Radio pulmonaire ou radiographie.
 HIV
 Attestation du laboratoire de contrôles bactériologiques.
 Attestation du laboratoire médical agrée attestant le suivi régulier du personnel
employé selon les moyens en vigueur.
 L’Administration pourra avoir accès à tout moment aux dossiers médicaux du
personnel du titulaire et pourra, le cas échéant, faire effectuer à ses frais une
contre visite médicale.
 Le Titulaire doit écarter et remplacer immédiatement tout agent atteint
notamment de tuberculose, thyroïde, dysenterie, furonculose, pyodermite ou
toute autre lésion des mains et des avants bras. La reprise de travail ne sera
rétablie qu’après guérison complète confirmée par un certificat médical
prouvant l’absence de contagiosité.
9 – Hygiène corporelle :
- Le personnel de cuisine et toute personne manipulant les aliments doivent observer
une très grande propreté personnelle
10 – Hygiène vestimentaire :
L’habillement et linge nécessaires pour la réalisation de la mission sont à charge du
Titulaire de contrat. Le nombre de tenues par agent doit être suffisant pour permettre
le change chaque fois que nécessaire.
11 – Hygiène du linge :
- Les serviettes et torchons salis pendant la journée sont collectés et envoyés à la
lingerie. Quotidiennement, une nouvelle série de serviettes et de torchons doit être
mise à la disposition du personnel.

ARTICLE 46- FORMATION DU PERSONNEL


L’employeur a l’obligation de former son personnel. Cette formation continue à
l’hygiène alimentaire doit être adaptée aux besoins de chaque catégorie du personnel
et aux contraintes spécifiques de l’installation.

ARTICLE 47 : AUTOCONTRÔLE BACTÉRIOLOGIQUE


Pour prévenir tout risque de contamination des repas qu’elle produise, le Titulaire doit
effectuer un autocontrôle sur la conformité des matières premières et produits finis aux
critères microbiologiques réglementaires.
L’autocontrôle commence de la réception, stockage, transformations, distribution,
jusqu’au lavage vaisselle et doit être assisté par un hygiéniste.

ARTICLE 48 : EVACUATION DES DÉCHETS SOLIDES


- Les détritus et rebuts sont collectés dans des sacs et mis dans des poubelles munis
de couvercle.
- Dans l’attente de leur évacuation, les poubelles seront entreposées dans la
souillarde.
- Après chaque usage, les poubelles seront nettoyées et désinfectées.

19
ARTICLE 49: LUTTE CONTRE LES NUISANCES
- En renforcement des mesures d’hygiène, il est nécessaire d’effectuer régulièrement,
selon un planning préétabli, des opérations de dératisation, de désinsectisation et
d’élimination des chats de la cuisine.
- Après chacune de ces opérations, il faut procéder au nettoyage des locaux et des
équipements avant leur utilisation.

ARTICLE 50 : CONDITIONS DE SÉCURITÉ


Le travail en cuisine expose à des risques multiples qui peuvent être inhérents aux
installations techniques, à la négligence ou à l’imprudence de la personne. Le Titulaire
de contrat s’engage à renforcer les mesures de sécurité pour maîtriser les risques
potentiels : l’incendie, l’explosion, l’électrocution, les coupures, les chutes.

ARTICLE 51 : CONDITIONS D’ENTRETIEN


L’entretien des équipements, matériel et installations revêt une importance capitale
dans le bon fonctionnement d’une cuisine. Le Titulaire devra assurer l’entretien
préventif et curatif des équipements et installations de la cuisine mis en place.

ARTICLE 52 : LE PETIT MATÉRIEL ET USTENSILES DE CUISINE


Le titulaire s’engage à ses frais de fournir, entretenir et de renouveler le petit matériel
d’exploitation et de vaisselle (Nappe, plateaux de distribution, couverts, verres,
assiettes, cuillères, etc..).

ARTICLE 53 : ORGANISATION DES ÉVÈNEMENTS


Le prestataire devra assurer l’aménagement du terrain sur lequel seront dressés les
chapiteaux et/ou les dalots. Ainsi le prestataire se chargera de la mise à disposition
des dalots : transport, agencement interne, mobilier, toilettes chimique et équipements
son & lumière. Il devra, ainsi, prendre en charge les frais de location, d’assurance et
d’aménagement du site. Ces demandes seront formulées par l’administration du
centre au minimum 48 heures à l’avance.

ARTICLE 54 : BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES - DÉTAIL ESTIMATIF


DESIGNATION DES PRIX
Prix UNITE QUANTITE MONTANT HT
PRESTATIONS UNITAIRE HT
Mission : Achats de MP, Cuisson, préparation et service de distribution des menus
Prix N°1
en fonction de la proposition pré-établi (y compris le petit matériel : articles 52
1.1 Petit déjeuner U 29200
1.2 Déjeuner U 29200
1.3 Diner U 29200
1.4 Collation U 29200
Prix N°2 Mission 3 : Préparation et service des pauses café
2.1 Pause Café U 1000
2.2 Pause Café VIP U 1000
TOTAL HORS TVA
MONTANT TVA (TAUX = 20 %)

TOTAL EN DH T.T.C

20
REGLEMENT
DE LA CONSULTATION

21
ARTICLE 1: OBJET DE L’APPEL D’OFFRE
Le présent appel d’offre a pour objet de déterminer les conditions et les modalités de collaboration entre
la FRMF et le contractant pour l’exécution de la mission relative à la prestation de restauration au niveau
du centre féderal de formation de football à Saidia.

ARTICLE 2: MAITRE D'OUVRAGE

Le maître d'ouvrage du marché qui sera passé suite au présent appel d'offre est la FRMF.

ARTICLE 3: CONDITIONS REQUISES DES CONCURRENTS

1- Seules peuvent participer au présent appel d’offres les personnes physiques ou morales qui :
 justifient des capacités juridiques, techniques et financières requises ;
 sont en situation fiscale régulière, pour avoir souscrit leurs déclarations et réglé les sommes
exigibles ou, à défaut de règlement, constitué des garanties suffisantes pour le comptable
chargé du recouvrement ;
 sont affiliées à la CNSS et souscrivent régulièrement leurs déclarations de salaires auprès de
cet organisme.

2- Ne sont pas admises à participer à la présente consultation :


 Les personnes en liquidation judiciaire ;
 Les personnes en redressement judiciaire, sauf autorisation spéciale délivrée par l’autorité
judiciaire compétente.
 Les personnes ayant fait l’objet d’une exclusion temporaire ou définitive.

ARTICLE 4: LISTE DES PIECES JUSTIFIANT LES CAPACITES ET LES QUALITES DES
CONCURRENTS ET PIECES COMPLEMENTAIRES:

Les pièces à fournir par les concurrents, outre le CPS paraphé et signé, sont:

1) Un dossier administratif comprenant :

a- La déclaration sur l’honneur comportant les indications et les engagements précisés;


b- La ou les pièces justifiant les pouvoirs conférés à la personne agissant au nom du concurrent;
ces pièces varient selon la forme juridique du concurrent :
 S’il s’agit d’une personne physique agissant pour son propre compte, aucune pièce n’est
exigée ;
 S’il s’agit d’un représentant, celui-ci doit présenter selon le cas :
 Une copie conforme de la procuration légalisée lorsqu’il agit au nom d’une personne
physique ;
 Un extrait des statuts de la société et/ou le procès-verbal de l’organe compétent pour
donner pouvoir selon la forme juridique de la société, lorsqu’il agit au nom d’une
personne morale ;
 L’acte par lequel la personne habilitée délègue son pouvoir à une tierce personne, le
cas échéant.
c- L’attestation ou copie certifiée conforme délivrée depuis moins d’un an par l’Administration
compétente du lieu d’imposition certifiant que le concurrent et en situation fiscale régulière ;
d- L’attestation ou copie certifiée conforme délivrée depuis moins d’un an par l’Administration de
la CNSS certifiant que le concurrent et en situation régulière en vers cet organisme ;
e- Le certificat d’immatriculation au registre de commerce pour les personnes assujetties à
l’obligation d’immatriculation conformément à la législation en vigueur;

N.B : Les concurrents non installés au Maroc doivent fournir l’équivalent des attestations visées au
paragraphe c, d et f ci-dessus, et à défaut une déclaration faite devant une autorité judiciaire ou
administrative, un notaire ou un organisme professionnel qualifié lorsque de tels documents ne sont pas
délivrés par leur pays d’origine.

22
2) Un dossier technique comprenant :

a- Une note indiquant les moyens humains et techniques du concurrent, le lieu, la date, la nature
et l’importance des prestations qu’il a exécutées ou à l’exécution desquelles il a participé ;
b- Les attestations délivrées par les hommes de l’art sous la direction desquels lesdites prestations
ont été exécutées ou par les bénéficiaires publics ou privés desdites prestations. Chaque
attestation précise notamment la nature des prestations, la montant, les délais et les dates de
réalisation, l’appréciation, le nom et la qualité du signataire ;

N.B : Toutes les pièces exigées par le dossier d’appel d’offres doivent être originales ou certifiées
conformes

ARTICLE 5: COMPOSITION DU DOSSIER D'APPEL D'OFFRES

Le dossier d’appel d’offres comprend :

 Copie de la circulaire ;
 Un exemplaire du cahier des prescriptions spéciales et technique ;
 Le modèle de déclaration sur l’honneur ;
 Le modèle de l’acte d’engagement;
 Le bordereau des prix;
 Le présent règlement de consultation ;

ARTICLE 6: MODIFICATION DANS LE DOSSIER D'APPEL D'OFFRES

Des modifications peuvent être introduites dans le dossier d’appel d’offres. Ces modifications ne
peuvent en aucun cas changer l’objet du marché.
Si des modifications sont introduites dans le dossier d’appel d’offres, elles seront communiquées à tous
les concurrents ayant retiré ledit dossier suffisamment à l’avance et en tout cas avant la date d’ouverture
prévue pour la réunion de la commission d’appel d’offres.
Lorsque ces modifications nécessitent le report de la date d’ouverture prévue pour la réunion de la
commission d’appel d’offres, ce report sera publié.

ARTICLE 7: REPARTITION EN LOT

Le présent règlement de consultation concerne un appel d'offres lancé en lot unique.

ARTICLE 8: RETRAIT DES DOSSIERS D'APPEL D'OFFRES

Le dossier d’appel d’offres est mis à la disposition des concurrents dans le ou les bureau(x) indiqué(s)
dans la lettre d’invitation à soumissionner à cet appel d’offres restreint jusqu’à la date limite de remise
des offres. Il est remis gratuitement aux concurrents.

ARTICLE 9 : INFORMATION DES CONCURRENTS


Tout éclaircissement ou renseignement fourni par le maître d’ouvrage à un concurrent à
la demande de ce dernier sera communiqué le même jour et dans les mêmes
conditions aux autres concurrents qui ont retiré le dossier d’appel d’offres et ce par
lettre recommandée avec accusé de réception ou par fax confirmé ou par voie
électronique. Il est également mis à la disposition de tous autres concurrents, et
communiqué aux membres de la commission d’appel d’offres.
ARTICLE 10 : CONTENU ET PRESENTATION DES DOSSIERS DES CONCURRENTS

1. Contenu des dossiers

Les dossiers présentés par les concurrents doivent comporter :


 Un dossier administratif précité (Cf. article 4 ci-dessus) ;
 Un dossier technique précité (Cf. article 4 ci-dessus) ;
 C.P.S paraphé et signé ;

23
 Une offre financière comprenant :
 L’acte d’engagement établi ;
 Le bordereau des prix

NB: Le montant de l’acte d’engagement ainsi que les prix du bordereau des prix doivent être indiqués
en chiffres et en toutes lettres

2. Présentation des dossiers des concurrents

Le dossier présenté par chaque concurrent est mis dans un pli cacheté portant :

o Le nom et l’adresse du concurrent ;


o L’objet du marché
o L’avertissement que « les plis ne doivent être ouverts que par le président de la
commission d’appel d'offres lors de la séance d'examen des offres »

Ce pli contient trois enveloppes comprenant pour chacune :


a- La première enveloppe : Le dossier administratif, le dossier technique et C.P.S. Cette
enveloppe doit être cachetée et porter de façon apparente, outre les indications portées sur
le pli, la mention “dossiers administratif et technique et C.P.S” ;
b- La deuxième enveloppe : L’offre financière du soumissionnaire. Cette enveloppe doit être
cachetée et porter de façon apparente, outre les indications portées sur le pli, la mention
“offre financière” ;

ARTICLE 11: DEPOT DES PLIS DES CONCURRENTS

Les plis sont déposés dans le bureau d’ordre de la FRMF/LOC indiqué dans la lettre d’invitation à
soumissionner à cet appel d’offres restreint.
Le délai pour la réception des plis expire à la date et à l’heure fixée dans la lettre d’invitation à
soumissionner à cet appel d’offres restreint.
Les plis déposés ou reçus postérieurement au jour et à l’heure fixés ne sont pas admis.
A leur réception, les plis sont enregistrés par le maître d’ouvrage dans leur ordre d’arrivée, sur un
registre spécial. Le numéro d’enregistrement ainsi que la date et l’heure d’arrivée sont portées sur les
plis remis.
Les plis resteront cachetés et seront tenus en lieu sûr jusqu’à leur ouverture.

ARTICLE 12: RETRAIT DES PLIS

Tout pli déposé ou reçu peut être retiré antérieurement au jour et à l’heure fixée dans la lettre d’invitation
à soumissionner à cet appel d’offres restreint.
Le retrait du pli fait l’objet d’une demande écrite et signée par le concurrent ou son représentant dûment
habilité. La date et l’heure de retrait sont enregistrées par le maître d’ouvrage dans un registre spécial.

ARTICLE 13: DELAI DE VALIDITE DES OFFRES

Les soumissionnaires qui n’ont pas retiré définitivement leur pli dans les conditions prévues à l’article
12 ci-dessus resteront engagés par leurs offres pendant un délai de quatre-vingt-dix (90) jours, à
compter de la date d’ouverture des plis.
Si, dans ce délai, le choix de l'attributaire ne peut être arrêté, le maître d’ouvrage pourra demander aux
soumissionnaires, par lettre recommandée avec accusé de réception ou courrier électronique confirmé,
de prolonger la validité de leurs offres. Seuls les soumissionnaires qui auront donné leur accord par
lettre recommandée avec accusé de réception ou courrier électronique confirmé, adressé au maître
d’ouvrages resteront engagés pendant le nouveau délai.

ARTICLE 14: RESULTAT DE L’APPEL D’OFFRES

Le maître d’ouvrage n’est pas tenu de donner suite au présent appel d’offres.
Aucun soumissionnaire ne peut prétendre à indemnité dans le cas où ses propositions ne sont pas
acceptées.

24
ARTICLE 15: CRITERES D'APPRECIATION DES CAPACITES TECHNIQUES ET FINANCIERES
DES CONCURRENTS

La commission apprécie les capacités financières et techniques en rapport avec la nature et


l’importance des prestations objet du présent appel d’offres et au vu des éléments contenus dans les
dossiers administratif et technique de chaque concurrent.

ARTICLE 16: CRITERES D'EVALUATION DES OFFRES

Les offres sont examinées conformément aux dispositions ci-après.


Elles seront évaluées sur la base des critères ci-après :

 Phase 1 : Analyse des dossiers administratif et technique

Cette analyse vise à s'assurer de la conformité aux dispositions par rapport aux stipulations du cahier
des prescriptions spéciales notamment, les pièces des dossiers administratif et technique.

 Phase 2 : Analyse financière comparative des offres

Cette analyse permettra de comparer les prix selon plusieurs critères : par par poste et par type de
prestation sur la base du bordereau des prix - détails estimatifs ventilés conformément aux
prescriptions du CPS (cf. ci-dessus).

LU ET ACCEPTE PAR:

25
ANNEXE 1
MODELE DE DECLARATION SUR L’HONNEUR (*)

Je soussigné,

Nom et prénom
Qualité
Domicile
Agissant en qualité de
Au nom et pour le compte de
Capital social
Forme juridique de la société
Adresse du siège social
Affiliée à la CNSS sous le numéro
(1)
Inscrite au registre de commerce
n°……………..à…………
RIB n°…….
N° de taxe professionnelle (1)

DECLARE SUR L’HONNEUR

1) M’engager à couvrir, par une police d’assurance, les risques découlant de mon activité
professionnelle
2) Que je remplis les conditions et les formes de passation des marchés applicables à la FRMF.
3) M’engager, si j’envisage de recourir à la sous-traitance, que celle-ci ne peut porter sur la totalité
du marché, et m’assure que les sous-traitants remplissent également les conditions prévues
dans les termes de références et que la sous traitance ne peut dépasser 50% du marché, ni
portée sur le lot ou le corps d’état principal du marché.
4) M’engager à ne pas recourir par moi-même ou par personne interposée à des pratiques de
fraude ou de corruption de personnes qui interviennent à quelque titre que ce soit dans les
différentes procédures de passation, de gestion et d’exécution du présent marché.
5) M’engager à ne pas faire, par moi-même ou par personnes interposées, des promesses, des
dons ou des présents en vue d’influer sur les différentes procédures de conclusion du présent
marché.
Je certifie l’exactitude des renseignements contenus dans la présente déclaration sur l’honneur et dans
les pièces fournies dans mon dossier de candidature.

26
Je reconnais avoir pris connaissance des sanctions prévues par la réglementation en vigueur relative à
l’inexactitude à la déclaration sur l’honneur.

Fait à ……………………, le …………………………

Signature et cachet du concurrent

(1) Pour les concurrents non installés au Maroc, préciser la référence aux documents équivalents
lorsque ces documents ne sont pas délivrés par leur pays d’origine ou de provenance.
(*) En cas de groupement, chacun des membres doit présenter sa propre déclaration sur
l’honneur.

27
ANNEXE 2
MODELE D’ACTE D’ENGAGEMENT

A- PARTIE RESERVEE A LA FRMF

Objet :………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………….. .

B- PARTIE RESERVEE AU CONCURRENT

POUR LES PERSONNES PHYSIQUES


Je soussigné ………………………………….……… (prénom, nom et qualité), agissant en mon nom
Personnel et pour mon propre compte………………………….…
Adresse de domicile élu…………………………………….……….…………..…
Affilié à la CNSS sous le N°…………………………………………………..……..…
Inscrit au registre du commerce :……………………..(localité) sous le n°………………….…
N° taxe professionnelle:……………………………………………………………….…
POUR LES PERSONNES MORALES

Je soussigné…………….………(prénom, nom et qualité au sein de l’entreprise) agissant au nom


Et pour le compte de ……………………………(raison sociale et forme juridique de la Société)
Au capital de ………………..…, adresse du siège social de la société ……………………………..…,
Adresse du domicile élu ………………………….…………………………………………………………
Affilié à la CNSS sous le n° …………………………………………………………………………………
Inscrit au registre de commerce de ……………………… (localité)
sous le N° Taxe Professionnelle ……………………..……………………………………
En vertu des pouvoirs qui me sont conférés :
a) Après avoir pris connaissance du dossier d’appel à la concurrence ;
b) Après avoir apprécié à mon point de vue et sous ma responsabilité kla nature et les difficultés que
comportent ces prestations :

Remets, revêtus de ma signature, un bordereau de prix et ou un détail estimatif établis


conformément aux modèles figurant audit dossier.
M’engage à exécuter lesdites prestations conformément aux prescriptions du dossier
d’appel à la concurrence et moyennant les prix que j’ai établis moi-même, lesquelles
font ressortir :
- Montant hors TVA : (en lettres et en chiffres)
-Taux de la TVA : ( en
pourcentage)
- Montant de la TVA : (en lettres et en chiffres)
- Montant TVA comprise : (en lettres et en chiffres)

La FRMF/LOC se libérera des sommes dues par elle en faisant dans les crédits au
compte ouvert……… (à la Trésorerie Générale, bancaire ou postal) ouvert à mon nom
(ou au nom de la société ………………. à……….(localité) sous le relevé d’identité
bancaire (RIB) numéro……………………………………….. ……………………………
Fait à…………..….. le……………

SIGNATURE ET CACHET DU
CONCURRENT

28
ANNEXE 3
MODELE CURRICULUM VITAE
1. Fonction proposée dans le projet :

2. Nom de famille :

3. Prénom(s) :

4. Date de naissance :

5. Nationalité :

6. État civil :

7. Éducation

Établissement
Titre(s) ou diplôme(s) obtenu(s):
[de (date) - à (date)]

8. Appartenance à un organisme professionnel

9. Fonction actuelle

10. Qualifications principales: (utiles pour le projet)

11. Expérience professionnelle

De(date) - à Lieu Entreprise Fonction Description


(date)

12. Autres informations utiles (par exemple, informatique, statistique, publications, etc. …)

29

Vous aimerez peut-être aussi