Vous êtes sur la page 1sur 38

Fédération du Tourisme – CGEM 

Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
MAROC EXPERTISE 
    
 
 
 
    
E  TUDE SUR LA FISCALITE DU SECTEUR TOURISTIQUE 
    
   FEDARATION DU TOURISME – C G E M 
    
    
    
    
 
                                 JUIN 2003 
 
 
 
 
 
 
 
    
 

Maroc Expertise   ­ 1 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

SOMMAIRE 
I PARTIE INTRODUCTIVE………………………………………………………………...4 
   1/ OBJET ET CONTEXTE DE LA MISSION…………………………………..4 
   2/ DEMARCHE ADOPTEE…………………………………………………...….6 
II CONCLUSIONS DE CHAQUE AXE DE LA MISSION………………….…………….8 
Préalables……………………………………………………………………………………8 
1/ Axe 1 : l’état des lieux………………………………………..………..………………10 
Chapitre 1 : les mesures d’incitation…………………………………………..………….10 
Chapitre 2 : fiscalité de l’état…………………………………...………………………….15 
Chapitre 3 : fiscalité locale…………………………………………………………………18 
2/   Axe   2   :   l’étude   comparative   de   différents   modèles   fiscaux 
méditerranéens……………………………………………………………………………24 
Chapitre  1 :  la  cohérence  globale  du  système  fiscal  applicable  au  secteur 
touristique…………………………………………………………………………………...24 
Chapitre 2 : La pression fiscale en vigueur et les mesures incitatives……….………25 
3/    Axe  3 :  Propositions  pour  une  fiscalité  harmonieuse,  équitable  et  simple  du 
secteur……………………………………………….………………………………….…26 
Propositions préalables……………………………………………………………….…...27 
Chapitre 1 : propositions en matière d’incitation à l’investissement…………………..28 
Chapitre 2 : propositions en matière de fiscalité de l’état………………………………29 
Chapitre 3 : propositions en matière de fiscalité locale……………………………...…31 
III ANNEXES…………………………………………………………………………….….34 
Annexe  1 :  fiscalité  locale­Liste  des  taxes  et  impôts  appliqués  au  secteur  du 
tourisme…………………………………………………………………………………..…34 
Annexe 2 : Charte de l’investissement­ Article 17 : prise en charge par l’état de certaines 
dépenses……………………………..……………………………………..…...35 
Annexe  3 :  Liste  des  régions  et  provinces  bénéficiant  d’un  traitement  fiscal 
préférentiel………………………………………………………….……………..…….…..35 
Annexe 4 : poids de la fiscalité local ( cas hôteliers)………………………………..….37 
Annexe 5 : l’essentiel des requêtes de la CGEM en matière fiscale…………………38 
 
 
 

Maroc Expertise   ­ 2 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

I  PARTIE INTRODUCTIVE 
 
1/ OBJET ET CONTEXTE DE LA MISSION 
Contexte général 
Soucieuse de définir une nouvelle orientation en matière fiscale, la fédération du tourisme­ 
CGEM a décidé de mener une réflexion sur la fiscalité du Secteur : 
•  Capitale   pour  la  poursuite  des  objectifs  fixés  dans  l’accord  cadre  traduisant  les 
grandes orientations royales en matière de politique touristique ; en particulier au 
niveau des articles 19,21,22,23 et 24. 
•  Nécessaire pour mener  des négociations avec le ministère  en charge du tourisme et 
de l’instruction, le cas échéant, d’amendements au niveau de la prochaine loi de 
finances. 
La fédération plaide surtout en faveur d’une meilleure équité et justice fiscale .elle œuvre 
intensivement pour une fiscalité simple et claire dans l’esprit du Discours Royal du 10 
janvier 2001 et l’accord cadre précité (Cf. Développement  infra) qui insisté en particulier 
sur la nécessité de : 
 
   
 
 
   Redéfinir un dispositif fiscal cohérent et incitatif basé sur la 
  simplification, l’incitation et l’orientation ainsi que la compétitivité 
   internationale en mettant en relief quatre chapitres : 
 
 
 
1­  Les droits de Douanes 
2­  L’harmonisation et la simplification de la fiscalité nationale 
3­  La simplification de la fiscalité locale 
4­  La transparence fiscale 
 
 
 
 
 
Maroc Expertise   ­ 3 ­   Juin 2003 
 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

Les orientations du Discours Royal 
 
Extrait du Discours Royal du 10 janvier 2001 : 
« Nous avons le plaisir de rencontrer les promoteurs du tourisme vu l’intérêt particulier que Nous 
accordons  au  secteur  touristique  pour  triompher  le  Jihad  économique  et  social  et  créer  des 
emplois, et parant de notre souci d’augmenter le flux de touristes afin de le hisser au niveau des 
potentialités touristiques naturelles et culturelles considérables de notre pays ». 
« …Notre objectif étant de réhabiliter le secteur de tourisme en tant que secteur économique d’une 
grande priorité ». 
« …De même, le développement harmonieux du tourisme à l’échelon de l’ensemble du territoire 
national reste tributaire de l’adoption de l’approche régional et de l’implication des opérateurs, des 
élus, des organisations professionnelles, des autorités locales et des compétences régionales dans la 
promotion du tourisme local. Nous insistons également sur le rôle des collectivités locales dans 
l’encouragement  des  activités  touristiques  en  veillant  à  la  propreté  de  l ‘environnement ,  à 
l ‘esthétique  de  l’espace  touristique  et  à  l’organisation  des  activités  réactives  permanentes  qui 
rendent agréable et plaisant le séjour dans nos villes et nos compagnes ». 
« …Ces  orientations  portent  également  sur  l’accélération  de  la  simplification  et  la  mise  en 
harmonie de la fiscalité locale afin d’en faire un stimulant et non un obstacle à sa promotion ». 
Les mots à retenir : 
1.  Sa Majesté a un intérêt particulier pour le secteur touristique 
2.  Il souhaite réhabiliter  le secteur en tant que secteur économique de grande priorité ». 
3.  Sa  Majesté  insiste  sur  le  rôle  des  collectivités  locales  dans  l’encouragement  des  activités 
touristiques 
4.  parmi les orientations phares de son Discours figure indiscutablement la nécessaire accélération 
de la simplification et la mise en harmonie de la fiscalité locale afin d’en faire un stimulant 
du secteur et non un obstacle à sa promotion ». 
L’accord cadre 
Les orientations Royales ont été traduites fidèlement dans l’accord cadre signé à Agadir le 29 octobre 
2001 ; en particulier au niveau des articles 19,20,21,22,23 et 24. 
 
Extrait de l’accord cadre : 
1.  Redéfinir un dispositif fiscale et incitatif ( Article 19) 
« …Les parties conviennent de la poursuite des efforts pour améliorer le dispositif fiscal applicable au 
tourisme à la lumière des trois principes suivants : 
Maroc Expertise   ­ 4 ­   Juin 2003 
 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

•  Un principe de simplification et harmonisation 
•  Un principe d’incitation et d’orientation 
•  Un principe de compétitivité internationale ». 
2.  Droits des douanes ( Article 21) 
«  Les parties conviennent que les taux réduits de douanes prévus par la charte des investissements 
pour les importations des biens d’équipement industriels seront entendus aux biens utilisés pour 
l’équipement, l’aménagement et l’ameublement des entreprises touristiques,… ». 
3.  Harmonisation et simplification de la fiscalité nationale ( Article 22) 
« …Les  parties  s’engagent,  par  ailleurs ;  à  s’inscrire  dans  la  perspective  à  moyen  terme 
d’harmoniser le taux de TVA appliqué à l’hôtellerie, à l’ensemble des entreprises touristiques visées 
à l’article 20… ». 
4.  Mesures de simplification de la fiscalité locale (Article 23) 
« …Les parties conviennent à réaménager progressivement le dispositif de la fiscalité locale actuel en 
visant une rationalisation et une harmonisation de cette fiscalité ». 
5.  Transparence fiscale ( Article 24) 
« La fédération du tourisme de la CGEM s’engage à œuvrer auprès de ses affiliés en vue de les 
sensibiliser  aux nécessités d’une plus grande transparence en matière fiscale et de faire adhérer à 
la notion d’entreprise citoyenne et sociale ». 
Qu’en est il des suites données à ces dispositions ? 
Contexte et objet particuliers de notre mission – Etendue 
La mise en œuvre de notre mission s’inscrit dans le cadre d’une stratégie qui vise notamment à doter 
le Secteur «  d’une fiscalité juste, équitable et simple » ; dans l’esprit des orientations Royales de 
l’accord cadre. 
L’objectif de la mission est la réalisation d’une étude sur la fiscalité applicable dans le Secteur 
touristique. 
Notre  étude  qui  s’est  inspirée  des  dispositions  de  l’article  20  e  l’accord  cadre «   Définition  de 
l ‘entreprise touristique »,couve les entreprises hôtelières, les agences de voyages, les entreprises de 
location de voiture ( sauf chauffeur) et les entreprises de transport touristique. 
De par leur importance relative et significative, certains aspects propres à certains branches seront 
plus profondément examinés. 
2/ DEMARCHE ADOPTEE 
Partant des objectifs  assignés à notre mission , nous l’avons structuré en trois axes : 
Axe 1 : L’état des lieux 

Maroc Expertise   ­ 5 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

Axe 2 : L’étude comparative des différents modèles fiscaux méditerranéens 
Axe3 : propositions pour une fiscalité harmonieuse, équitable et simple du secteur 
 
Axe1 : L’état des lieux 
Cet axe a consisté en la réalisation d’une analyse du système fiscal actuellement en vigueur ; en 
identifiant  les impôts et taxes auxquels le secteur est soumis et en appréciant leur pertinence ; 
justification et base de calcul. 
Cette analyse ,couvrant  aussi bien la fiscalité d’exploitation que celle d’investissement, a été  
conduite en trois chapitres : 
•  Chapitre 1 : Les mesures d’incitation 
•  Chapitre 2 : Fiscalité de l’Etat 
•  Chapitre 3 : Fiscalité locale 
Pour des mesures de commodité, l’impôt des patentes et la taxe urbaine ont été traités au niveau de 
la  fiscalité  locale  étant  donné  que  l ‘essentiel  des  recettes  fiscales  y  afférentes  revient  aux 
collectivités locales ( l’Etat fixe le montant impositions et assure leur recouvrement). 
Notre analyse a été complétée par des cas réels d’opérateurs dans le secteur. Comme précisé dans 
notre lettre de mission , cette démarche nécessitait l’adhésion des différentes fédérations du secteur. 
A  cet  égard,  nous  avons  saisi  l’ALASCAM ,le  STT,laFNIH,ainsi  que  le  CRT  de  Casablanca  et 
Marrakech. Notre analyse tient compte des réponses reçues à la date du présent rapport. 
Axe 2 : L’étude comparative des différents modèles fiscaux méditerranéens 
Dans cet axe, nous avons réalisé une étude de droit comparé avec les systèmes fiscaux en vigueur 
dans les pays du bassin méditerranéen. 
L’étude comparative a couvert les aspects suivants : 
•  La cohérence globale du système fiscal applicable au secteur touristique 
•  La pression fiscale en vigueur 
•  Les incitations fiscales dont bénéficient les entreprises du secteur 
Notre étude s’est basée principalement sur les résultats de recherches documentaires et sur Internet, 
des contacts avec des organismes spécialisés ,et particulièrement sur une étroite collaboration avec 
la chaîne Accor ponctuée par des séances de travail tenues au Siège d’Accor à Paris. 
Axe3 : propositions pour une fiscalité harmonieuse, équitable et simple du secteur 
Dans ce dernier axe, il est question de formuler des propositions visant une refonte/ reforme de la 
fiscalité  du  Secteur  ou  tout  au  moins  une  adaptation  à  ses  spécificités  en  considération  des 
dispositions contenues dans l’accord cadre. 

Maroc Expertise   ­ 6 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

Les points de références se présentent comme suit : 
•  Principe de base de l’accord cadre, savoir : la redéfinition d’un dispositif fiscal cohérent et 
incitatif  basé  sur  la  simplification,  l’incitation  et  l’orientation  ainsi  que  la  compétitivité 
internationale 
•  Les conclusions des axes 1 et 2, 
•  Et  également  des  aménagement  proposés  par  les  différentes  fédérations  du  secteur 
touristique relevant de la CGEM. 
 
II CONCLUSIONS DE CHAQUE AXE DE LA MISSION
 
Préalables 
Comme indiqué ci dessus, notre analyse a couvert la fiscalité d’exploitation et d’investissement, sous 
les trois chapitres suivants : 
•  Chapitre 1 : Les mesures d’incitation 
•  Chapitre 2 : Fiscalité de l’Etat 
•  Chapitre 3 : Fiscalité locale 
Cette  typologie  faite,  il  nous  a  semblé  indispensable  de  distinguer  les  impositions  fixes  des 
impositions variables, que nous résumons ci dessous : 
 
Fiscalité de l’Etat 
    
Fiscalité d’investissement   Nature 
2.1 Droits de douanes   Variable 
2.2 Droits d’enregistrement   Variable 
    
Fiscalité d’exploitation   Nature 
2.3 Impôt sur les sociétés   Variable 
2.4 IGR   Variable 
2.5 Taxe sur la valeur ajoutée ( TVA)   Variable 
2.6 Taxe de la promotion touristique   Variable 
2.7 Taxe de licence   Variable 
2.8 Droits des pauvres   Variable 
2.9 Taxe à l’essieu   Fixe 

Maroc Expertise   ­ 7 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

 
Fiscalité locale 
 
Fiscalité d’investissement   Nature 
3.1 Impôts des patentes (*)   Fixe 
3.2 Taxe urbaine (*)   Fixe 
3.3 Taxe d’édilité   Fixe 
3.4 Contribution des riverains aux dépenses   Variable 
d’équipement et d’aménagement 
    
Fiscalité d’exploitation   Nature 
3.5 Taxe de fermeture tardive et d’ouverture   Variable 
matinale    Variable 
3.6 Taxe sur les débits de boissons   Variable 
3.7 Taxe de séjour   Variable 
3.8 Taxe de spectacle   Variable 
3.9 Taxes sur les billets d’accès aux piscines   Variable 
3.10 Taxes de stationnement   Fixe 
3.11 Taxe sur la licence des cars   Fixe 
3.12 Taxe d’enseigne   Fixe 
 
(*) : pour des mesures de commodité, l’impôt des patentes et de la taxe urbaine ont été traités au 
niveau de la fiscalité locale étant donné que l’essentiel des recettes fiscales y afférentes revient 
aux collectivités locales. 
Nous notons, au préalable, que tous les impôts ou taxes à caractère fixe pénalise l’entreprise 
Touristique. A défaut de les supprimer, la base de leur calcul devrait être révisée. Il s’agit des 
impositions suivantes : 
•  Fiscalité de l’Etat 
­  Taxe de licence 
­  Taxe à l’essieu 
•  Fiscalité locale 
­  Impôts des patentes  
­  Taxe urbaine 
­  Taxe d’édilité 
Maroc Expertise   ­ 8 ­   Juin 2003 
 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

­  Taxe de stationnement(*) 
­  Taxe sur la licence des cars 
­  Taxe d’enseigne 
(*) Droit de stationnement sur les véhicules affectés à un transport public des voyageurs 
dû également par des agences de location de voiture sans chauffeur. 
Les droits d’auteurs dus par les hôteliers devraient faire l’objet de discussion entre la Fédération 
du Tourisme, la FNIH et le BMDA. Ils  n’ont pas été intégrés dans la présente étude à la demande 
des hôteliers. 
La configuration actuelle du système fiscal applicable aux entreprises touristiques, notamment 
pour le chapitre de la fiscalité locale confirme qu’il s’agit du secteur qui paye le maximum de taxes 
et impôts aux communes. La distribution, tant quantitative que qualitative de ces impositions, fait 
d’emblée du tourisme le secteur le plus taxé en la matière. 
En effet, le secteur est concerné directement ou indirectement par 24 prélèvements sur les 
36 prévus par le Dahir instituant la fiscalité locale. 
(Cf.annexe 1) 
Le secteur est quelque part taxé pour l’exercice de son activité, abstraction faite de son niveau et 
ses performances. 
Si nous nous limitons aux seuls établissements hôteliers, il est clair qu’ils sont pénalisés par 
rapport aux sociétés industrielles ou autres entreprises de services installées dans la même 
commune et bénéficiant des mêmes « services ». Cet « attachement fiscal » demeure inexpliqué 
et injustifié. 
Nous présentons ci­après, la synthèse des trois axes de mission. 
 
1.  Axe 1 : l’état des lieux 
Chapitre 1 : Les mesures d’incitations 
Dans l’ensemble, nous estimons que les mesures d’incitation à l’investissement accordées au 
secteur touristique sont limitées et ne reflètent pas l’importance accordée au secteur notamment 
dans le cadre de l’accord cadre visant à réaliser l’objectif  de 10 millions de touristes d’ici 2010. 
Le point de départ de notre analyse sera sans doute les codes des investissements sectoriels, 
avant de passer en revue le contenu de la charte de l’investissement et ses implications sur 
l’arsenal fiscal actuellement en place par le biais des lois de finances (LF). Nous consacrons un 
point entier aux conventions avec l’Etat. 
 

Maroc Expertise   ­ 9 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

1.1 Les anciens codes des investissements 
A cet égard, il y a lieu de signaler la panoplie des avantages dont bénéficiaient les entreprises 
touristiques avant l’abrogation du code des investissement touristiques par la LF transitoire de 
1996 : 
Avantage consenti sous l’égide   Situation actuelle 
des codes des investissements   (*) 
    
Exonération du droit d’importation sur les matériels et outillages et  Avantage perdu 
biens  d’équipements  neufs  importés  ainsi  que  les  moyens  de  Paiement d’un DI Minimum 
transport touristique et les bateaux de plaisance, importés à l »état  de 2.5%. 
neuf sous réserve d’une liste d’exclusion ( arrêté 1326­88) 
    
Exonération totale de la patente pendant 10 ans et 7 ans pour les  Disposition   de   droit 
entreprises de transport touristique   commun⇒   exonération 
pour 5 ans du principal de 
l’impôt 
    
Réduction  de  50%  de  l’IS  pendant  les  5  premières  années       Avantage perdu 
d’exploitation 
    
Exonération  de  l’IS  pendant  les  5  premières  années  et  sa  Réduction  pour    50% 
réduction à 50% pour les 5 années suivantes pour les entreprises  pendant  les  5  premières 
qui s’implantent dans des régions qui « nécessitent  un traitement  années  (  CF.  Liste  en 
fiscal préférentiel » si on veut emprunter cette terminologie à la  annexe3) 
charte          ( l’ancien zooming)   Exonération IS ( 5 ans) et 
sa réduction à 50% ( au­
delà)  pour  la  partie  du 
chiffre  d’affaires  réalisée 
en devises 
    
Exonération automatique de l’IS pendant 5 ans et sa réduction à       Avantage perdu 
50% pour les 5 années suivantes pour les agences de voyage à 
partir de la première opération à l’étranger 

Maroc Expertise   ­ 10 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

 
(*) :  les  avantages  accordés  aux  investisseurs  en  vertu  du  code  précité  (  code  des 
investissements touristiques) demeurent, néanmoins, en vigueur jusqu’à l’expiration de la durée, 
et aux conditions, pour lesquels ils étaient accordés. 
1.2 La charte de l’investissement  
Préambule 
Réunissant  dans  un  seul  texte  l’ensemble  des  mesures  d’incitation,  la  charte  contient  un 
ensemble de disposition visant à la fois : 
­  La simplification de la procédure administrative d’octroi des avantages, 
­  La généralisation et l’harmonisation des mesure d’encouragement, 
­  L’attribution automatique à tous les investisseurs quel qu’en soit le secteur ou le lieu 
d’implantation. 
  Rappel des objectif s de la charte de la charte d’investissement 
La charte d’investissement a fixé les objectifs fondamentaux de l’action de l’Etat ( sur 10 ans) en 
vue de développement et de la promotion des investissements par l’amélioration du climat et 
des conditions d’investissement , la révision  du  champ des encouragements fiscaux et la 
prise de mesures d’incitation à l’investissement      ( art 1). 
Les mesures prévues par cette charte tendent à l’incitation à l’investissement notamment par le 
biais de ( art2) 
•  La  réduction  de  la  charge  fiscale  afférente  aux  opérations  d’acquisition  des 
matériels ;outillages ;biens  d’équipement  et  terrains  nécessaires  à  la  réalisation  de 
l’investissement ; 
•  La réduction des taux d’imposition sur les revenus et les bénéfices ; 
•  Une meilleure répartition de la charge fiscale et bonne application des règles de libre 
concurrence,  notamment  par  la  révision  du  champ  d’application  des  exonérations 
fiscales accordées. 
La démarche suivi par le législateur, depuis l’adoption de la charte d’investissement, a consisté à 
faire basculer dans le droit commun ( par le biais des lois de finance) la panoplie des avantages 
autrefois concédés à des secteurs d’activités bien déterminés, et en même temps, éviter au 
Maximum les exonérations. 
C’est une question d’équité fiscale, l’objet finale étant d’aligner les opérateurs sur les mêmes 
règles de concurrence : tous les secteurs d’activités ( y compris le secteur touristique) peuvent 
bénéficier des avantages. Les anciens codes, par contre, accordaient des avantages à certains 
investisseurs/régions au dépend d’autres. 
Maroc Expertise   ­ 11 ­   Juin 2003 
 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

Toutefois, les activités confrontés à la concurrence sur les marchés étrangers ou à fort potentiel 
d’emplois  reçoivent  une  attention  particulière.  Il  s’agit  en  l’occurrence  des  exportations,  de 
l’artisanat et également l’hôtellerie. L’état apporte également son soutien financier aux zones 
moins développés ( les régions dont le niveau d’activité  économique exige un traitement fiscal 
préférentiel – Cf. Annexe 3). 
La charte d’investissement apporte donc une nouvelle philosophie, s’attachant essentiellement à 
définir avec précision le cadre réglementaire dans lequel un investisseur étranger ou marocain 
sera appelé à opérer. Elle est « censée » être définitive et ne pas changer sa trajectoire à 
l »occasion de chaque loi de finances, comme cela a toujours été le cas du temps des codes des 
investissements. 
  Traduction des objectifs de la charte d’Investissement 
Les principes fondamentaux de la charte, dite également code unique, sont : l’automaticité des 
avantages, la simplicité et la généralisation. 
Contrairement aux anciens codes, tous les secteurs seront regroupés au sein d’une même loi, 
qu’ils soient secondaires ou tertiaires. Le corollaire normal de cette démarche , est ce que le 
secteur touristique ne bénéficie plus d’incitations particulières , comme c’était le cas sous l’égide 
des anciens codes d’investissements. 
Il y a lieu de signaler que l’exonération du chiffre d’affaire de l’IS ou sa réduction à 50% pour les 
entreprises hôtelières ainsi que l’application du plafonnement de la base imposable à la patente ( 
pour les sociétés de service)n’ont été obtenues qu’à partir de 2000 et 2001. 
Les  atténuations  et  autres  avantages  fiscaux,  qui  existent  par  ailleurs  pour  le  reste  des 
impositions, constituent désormais  des mesures  de droit commun applicables à toutes les 
entreprises quel que soit leur secteur d’activité. 
  Qu’en est­il des mesures d’ordre fiscal prévues par la charte de l’Investissement et restant 
inapplicables ? 
    Droits de Douanes ( art.3) 
Ce qui est prévu 
• Le droit d’importation ne peut être inférieur à 2.5% ad valorem ; 
• Les biens d’équipement, matériels et outillages ainsi que leurs parties, pièces détachées et 
accessoires,  considérés  comme  nécessaire  à  la  promotion  et  au  développement  de 
l’investissement sont passibles d’un droit d’importation au taux minimum de 2.5% ou à un 
taux maximum de 10% ad valorem ; 

Maroc Expertise   ­ 12 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

• Les biens d’équipement, matériels, outillages et parties, pièces détachées et accessoires 
visés ci­dessus sont exonérés du prélèvement fiscal à l’importation en tenant compte des 
intérêts de l’économie nationale. 
Application au secteur touristique 
La loi de finances transitoires de 1996 a fixé une liste de matériel pouvant bénéficier de ces 
avantages ( article 4). Le matériel ne figurant pas sur cette liste demeure imposé à des taux ad 
valorem de 25%, 35% et 45%. Cette liste, à l’instar de celle qui était en vigueur sous l’égide des 
codes des investissements, pénalise les entreprises du secteur. 
   Impôt général sur le revenu ( art 8) 
Ce qui est prévu 
Il est procédé à un réaménagement des taux du barème de l’impôt général sur le revenu, le taux 
d’imposition maximum ne devant pas excéder 41.5%. 
Application au secteur touristique 
Cette mesure ,qui concerne l’ensemble des secteurs, n’a pas  été rendu applicable. 
    Fiscalité locale ( art 14) 
En ce qui concerne la fiscalité locale, il sera procédé à une simplification et une harmonisation des 
taux  maximums  et  des  assiettes  imposables  et  à  leur  adaptation  aux  nécessités  de 
développement et d’investissement. 
Application au secteur touristique 
Aucune disposition de ce type n’a concerné la fiscalité locale ( de manière générale). 
1.3 Convention avec l’Etat ( mesure de droit commun) 
Cinq ans après la promulgation de la loi­cadre formant la charte d’investissement ( loi n. 18­95 du 
8  novembre  1995),  les  modalités  d’application  de  l’article  17,  prise  en  charge  par  l’Etat  de 
certaines dépenses reproduit en annexe2, ont été prévues par le décret num 2­00­895 du 31 
janvier 2001, publié au bulletin officiel num 4874 du 15 février 2001. 
Ce texte précise les conditions que les investisseurs doivent remplir pour conclure une 
convention avec l’Etat. Rappelons qu’en vertu de cette convention, l’Etat s’engage à accorder 
des  exonérations  partielles  de  certaines  dépenses  liées  aux  projets  d’investissement  telles 
l’acquisition de terrains, les infrastructures hors site et les frais de la formation professionnelle. 
C’est ainsi que : 
•  Le  décret  fixe  le  seuil  d’éligibilité  à  l’aide  de  l’Etat  aux  investissements  égaux  ou 
supérieurs à 200 millions de DH. 
A noter  que la loi de Finances pour l’année budgétaire 1998­1999 ( article 7) a préalablement 
fixé ce seuil à 500 millions de DH et seules les entreprises qui remplissaient  cette condition 
Maroc Expertise   ­ 13 ­   Juin 2003 
 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

pouvaient  bénéficier  de  l’exonération  du  droit  d’importation,  du  PFI  et  de  la  TVA,  à 
l’importation des biens d’équipement, matériels et outillage nécessaires à la réalisation 
de leur projet. 
Ce  seuil  d’investissement  s’est  avéré  élevé  et  c’est  pour  encourager  la  réalisation  des 
investissements notamment étrangers que le gouvernement l’a revu à la baisse. 
•  Outre le montant de financement, l’investisseur  aura le choix entre plusieurs critères pour 
bénéficier de l'exonération. Il s’agit de : 
­  La création des postes de travail, dont l’effectif doit être égal ou supérieur à 250 
emplois ; 
­  La réalisation du projet dans les régions nécessitant une aide de l’Etat ; 
­  Du transfert de technologie via l’acquisition de brevets d’invention ; 
­  De la contribution à la protection de l’environnement. 
•  En pratique, les projets d’investissement qui remplissent une ou plusieurs de ces conditions 
bénéficient d’une aide budgétaire : 
­  Au niveau de l’acquisition des terrains : l’Etat fiance 20% de la valeur du lot : ces 
fonds seront débloqués directement sur présentation des justificatifs ; 
­  Au  niveau  des  dépenses  d’infrastructures :  l’intervention  de  l’Etat  ne  doit  pas 
dépasser 5% do montant global d’investissement .Toutefois, si le projet est prévu 
dans  une  zone  périurbaine  ou  rurale ;  la  participation  étatique  pourra  atteindre 
jusqu ‘à 10% du montant global. L’enveloppe est débloquée au fur et à mesure de la 
réalisation des travaux ; 
­  Au niveau de la formation professionnelle : L’Etat intervient à hauteur de 20% du 
coût. Deux modes de règlement sont prévus : le paiement direct ou la restitution 
après l’exécution du programme. 
1.4 Autres 
Depuis2000,  aucune  mesure  fiscale  n’a  été  prévue  pour  encourager  la  transformation  des 
entreprises  individuelles  imposées  à  l’IGR  en  sociétés  soumises  à  l’IS.

Maroc Expertise   ­ 14 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

 
L’essentiel à retenir 
 
1.  Le secteur ne bénéficie d’aucun dispositif fiscal incitatif particulier. Certains 
encouragements, prévus par les codes d’investissement abrogés à partir du 
er
1  janvier 1996 ; ont été perdus. 
Les lois de finances, qui ont suivi, ont également introduit des avantages 
fiscaux en faveur des certaines entreprises du secteur touristique mais ces 
dispositions demeurent de portée limitée. 
2.  Des mesures incitatives de l’investissement, pourtant prévues par la charte, 
n’ont pas profité aux entreprises relevant du secteur, ou elles n’ont pas encore 
été rendues applicables par une loi de finances. 
Il s’agit notamment de la simplification et l’harmonisation de la fiscalité locale, 
de la réduction des droits de douanes et du taux marginal de l’IGR. 
Ce constat illustre les limites liées à la nature du texte instituant la charte ; qui 
se  limite  à  l’énonciation  de  règles  générales  sans  applicabilité  pratique 
directe, laissant leur mise en œuvre à des dates ultérieures. 
3.  A la demande des promoteurs et des milieux d’affaires , mais aussi en raison 
du décalage avec la réalité, le seuil pour bénéficier d’une prise en charge de 
certains dépenses par l’Etat  et des avantages prévus par la LF 1997­98 est 
passé de 500 à 200 millions de DH. Ceci demeure insuffisant, et pour preuve 
de  patronat  (  par  le  biais  de  la  CGEM)  propose  que  le  volume 
d’investissement  ouvrant  droit  au  régime  conventionnel  soit  ramené  à  75 
millions de  DH. 
4.  Depuis  2000  aucune  mesure  fiscale  n’a  été  prévue  pour  encourager  la 
transformation  des  entreprises  individuelles  imposées  à  l’IGR  en  sociétés 
soumises à l’IS. 

Maroc Expertise   ­ 15 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

Chapitre 2 : Fiscalité de l’Etat 
 
La synthèse de notre réflexion sur ce chapitre est présentée ci­après : 
 
  Fiscalité d’investissement 
 
2.1  Droit de douane 
 
Il n’existe pas de régime douanier particulier au secteur de tourisme. 
 
La loi de finance transitoire 1996 a certes fixé une liste de matériel pouvant bénéficier d’un 
taux minimum de 2,5% ad valorem ou à un taux maximum de 10% ad valorem. Le matériel 
ne figurant pas sur cette liste demeure imposé à 25%, 35% et 45%. Le secteur ne bénéficie 
pas des taux réduits précités. 
 
Nous signalons également un recul par rapport aux anciens codes des investissements. En 
effet, la charte a retenu des droits de douanes minimums (2,5% à 10%) pour l’importation 
des biens d’équipement, alors que ceux figurant sur les dossiers d’investissement étaient 
totalement exonérés. 
 
2.2  Droit d’enregistrement 
 
Les droits d’enregistrement sur les opérations d’apport ou d’augmentation de capital (0,5%) 
demeurent un frein pour certaines restructurations de capital. 
 
  Fiscalité d’exploitation 
 
2.3  Impôts sur  les sociétés (IS) 
 
  La loi 24­86 ne comporte pas un régime particulier pour le secteur tourisme. 
 
A  signaler,  que  les  agences  de  voyages  bénéficiaient  des  avantages  du  code  des 
investissements  touristiques.  Suite  à  l’abrogation  de  ces  dispositions  par  la  loi  des 

Maroc Expertise   ­ 16 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

finances 1996, les agences de voyages ont perdu le bénéfice de cette exonération. Les 
er
entreprises hôtelières ne l’ont récupéré qu’à parti du 1  juillet 2000. 
 
  Les agences de location de voiture et de transport touristique, au même titre que les 
agences de voyages, ne bénéficient de l’exonération de l’IS pour la partie de leur chiffre 
d’affaires réalisé en devises. La cohérence  et l’équité fiscale se trouvent altérées par 
cette situation. 
 
   La nature de l’activité des agences de voyages impose au professionnels du secteur de 
faire  face  à  des  charges  appuyées  par  des  pièces  justificatives  non  probantes, 
notamment la rémunération des guides, pourboires, les frais de taxis, les tickets d’entrée 
aux musées et Kasbah…etc.  Ce constat pourrait également être valable pour les autres 
entreprises du secteur. 
 
Il est souhaitable que cet aspect soit clarifié. 
 
  Au  niveau  de  l’activité  hôtelière,  les  taux  d’amortissement  des  immobilisations 
généralement appliqués s’alignent sur la liste préconisée par l’administration fiscale dans 
la circulaire de base commentant les dispositions de la loi instituant cet impôt et datant de 
1996. Ces taux ne reflètent pas la dépréciation réelle subie par les immobilisations et 
n’ont jamais fait l’objet d’une révision de la part de l’administration. 
 
Malgré le fait qu’ils aient été donnés à titre purement indicatif (taux généralement admis), 
l’administration a tendance à exiger leur application (lors de redressements découlant de 
contrôle fiscal). Les entreprises se trouvent généralement contraintes de s’y aligner. 
 
Considérant la situation actuelle du secteur caractérisée par une baisse d’activité, les 
amortissements constatés impactent nettement les résultats dégagés qui se traduisent 
par des pertes colossales pour l’ensemble des établissements, cette situation conduirait 
fatalement à la disparition d’un nombre important des hôtels de la place, compte tenu des 
dispositions juridiques prévues par le droit des affaires en matière de perte de capital 
social. 
 

Maroc Expertise   ­ 17 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

Ce constat concerne également les loueurs de voitures qui sont amenés à arrêter la mise 
en circulation de véhicules destinés à l’activité au terme d’une période inférieure à 4 ou 5 
ans généralement admis en matière d’amortissement du matériel de transport. 
 
2.4  Impôts Général sur les Revenus (IGR) 
 
  Les remarques relevées au niveau de l’IS sont aussi valables pour l’IGR. 
 
  Le secteur, marqué par l’effet de la saisonnalité qui se traduit également au niveau de 
l’emploi, ne bénéficie pas de traitement spécifique en matière d’IGR sur les salaires et les 
rémunérations accordés au personnel dit extra ou occasionnel. 
 
  Le  taux  marginal  de  41,5%  prévu  par  la  charte  d’investissement  n’est  pas  encore 
appliqué. 
 
2.5  Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) 
 
  Un manque d’homogénéité au niveau des taux appliqués aux différentes branches du 
secteur subsiste malgré les dispositions de l’accord cadre (10% pour l’hôtellerie, 20% 
pour les agences de voyages et location de voiture et 14% pour le transport touristique). 
 
2.6  Taxe de la promotion touristique : 
  
  Cette taxe fait double emploi avec la taxe de séjour (cf. développement infra). Elle est 
payée abstraction faite de l’encaissement de la créance client. 
 
2.7  Taxe de licence : 
Taxe de licence sur les établissements de consommation de boisson alcooliques 
 
  Arbitraire au niveau de la détermination de la base d’imposition qui dépend d’une assiette 
foncière plus au moins étendue en fonction de l’interprétation de l’administration. 
 
  Cette taxe continue à être calculée sur la base de la valeur locative au lieu du chiffre 
d’affaires. 

Maroc Expertise   ­ 18 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

 
  Cette taxe fait triple emploi avec la TVA et la taxe sur les débits de boissons. 
 
  L’abattement prévu par la loi de finances 1994 n’est obtenu automatiquement sur le plan 
pratique que suite à une demande de dégrèvement. 
 
2.8  Droits des pauvres : 
 
  Cette imposition constitue un double emploi avec la taxe de spectacle. Ce double emploi 
a été confirmé par le législateur quand il a prévu un taux réduit des droits des pauvres 
pour les établissements soumis à la taxe de spectacle. 
 
2.9  Taxe à l’essieu : 
 
  Il  s’agit  d’une  taxation  fixe  dont  les  droits  devraient  être  revus  pour  tenir  compte 
notamment de la saisonnalité de l’activité et tout simplement de l’utilisation effective des 
véhicules de transport touristique. 
 
En effet, le transport touristique constitue une activité saisonnière (3 à 5 mois dans 
l’année avec un kilométrage journalier maximum de 200Km). Les professionnels estiment 
que  ni  la  nature  de  la  suspension,  ni  l’agression  effective  de  la  chaussée  ni  enfin 
l’utilisation effective de la voirie ne sont pris en compte dans le calcul de ladite taxe. 
 
Source courrier du STT en date du 16 mai 2003. 
 
Nous vous signalons que le tarif de cette taxe en France est réduit pour les véhicules 
exploités en zone courte. 
 
  Selon l’échantillon couvert par notre étude, la taxe à l’essieu constitue plus que deux fois 
l’IS (ou la cotisation minimale) et plus qu’un 1% du chiffre d’affaires. 

Maroc Expertise   ­ 19 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

Chapitre 3 : Fiscalité locale 
Préambule 
  Le Dahir 1­89­187 relatif à la fiscalité des collectivités locales et leurs groupements n’a 
subi aucun changement notable depuis son entrée en vigueur fin 89, malgré le fait que la 
charte de l’investissement (cf. développement infra) ait prévu une réforme de la fiscalité 
locale par le biais d’une « simplification et une harmonisation des taux maximums et des 
assiettes  imposables  et  à  leur  adaptation  aux  nécessités  de  développement  et 
d’investissement ». 
  L’essentiel des impositions dites locales relève du domaine déclaratif, des impositions 
émises  par  voie  de  rôle  dépendent  également  de  déclarations  souscrites  par  les 
contribuables. 
Outre  les  contradictions  relevées  au  niveau  des  impositions  établies,  les  bases  et 
assiettes de ces impositions échappent aux procédures de contrôle de redressement et 
de remise en cause en vigueur au niveau des « grandes » impositions (IS, IGR, TVA et 
Droits d’enregistrement). 
  L’examen de l’échantillon d’entreprises hôtelières, objet de notre étude (dont les données 
sont détaillées en annexe 4), a permis de dégager les conclusions suivantes : 
Poids des taxes locales hors taxes foncières (Patente/TU/TE) :
  La charge fiscale relative aux impôts et taxes étatiques présente 2 à 4% du chiffre 
d’affaires hors hébergement. 
  Les  taxes  locales  qui  pèsent  lourdement  sur  les  performances  des  établissements 
hôtelières sont : 
­  Taxe de séjour qui présente généralement un pourcentage de 2 à 4% par rapport au 
chiffre d’affaires hébergement, 
­  Taxe de débit de boisson (dont la taux est variable en fonction de la catégorie et 
l’emplacement de l’établissement) qui présente 2 à 5% du chiffre d’affaires boisson, 
et 1% du chiffre d’affaires  nourritures et boissons. 
A noter, que les taxes locales sont généralement supérieures à la somme des taxes étatiques 
(hors taxes foncières) : Elles varient de 78 à 222% par rapport aux taxes étatiques. 
 
La sur taxation des établissements hôteliers sur le plan de la fiscalité locale se confirme 
par les données chiffrées présentées dans l’annexe 4. 
 
 

Maroc Expertise   ­ 20 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

Taxes Foncière : 
 
  L’impôt des patentes, la taxes d’édilité et taxe urbaine sont généralement supérieurs au 
montant de la cotisation minimale / IS versée par les établissement hôteliers (varie de 271 
à 486% de la cotisation minimale). 
L’essentiel de notre réflexion sur ce chapitre est présenté ci­ après : 
 
  Fiscalité d’investissement  
 
3.1 Impôts des patentes 
 
•  En dehors des abattements accordés aux entreprises hôtelières pour le calcul de bas e 
imposable, aucun régime spécifique aux entreprises relevant du secteur du tourisme n’a 
été aménagé par le texte régissant d’impôts des patentes. Pour rappel, la limitation de la 
base imposable, dont il est question ci­dessous, n’ a été accordée aux entreprises relevant 
du secteur ( prestataires de service) qu’ à partir de 2001 alors qu’elle était accordée aux 
sociétés industrielles et commerciales depuis 1998 ( limitation initiale à 100 MDH). 
•  L’importation des immobilisations dans l’hôtellerie donne lieu à un impôt des patentes 
important impactant de manière significative les résultats de ces établissements notamment 
en cas de crises où les immobilisations taxées sont en sous­activité. 
•   Le prix de revient des immobilisations base de calcul de la patente dans les établissements 
er
hôteliers est limité au plafond de 50 MDH pour les investissements réalisés à partir du 1  
janvier 2001. En effet, la loi de finances 2001, a introduit l’extension de la mesure du 
plafonnement de l’investissement à 50 MDH aux entreprises prestataires de services, pour 
le calcul de la valeur locative imposable à l’impôt des patentes et la taxe urbaine. Cette 
mesure ne profite pas aux investissements réalisés antérieurement à cette date et privilégie 
de fait les créations ou investissements initiés après cette date. Elle se traduit donc par une 
imposition inéquitable et nuit aux conditions normales de compétitivité et de concurrence. 
•   Pour illustrer e constat, nous reproduisons ci­dessous le différentiel de l’impôt des patentes 
pour un hôtel ayant un total d’investissement ( immobilisation base de la patente) pour 400 
MDH, selon deux hypothèses possibles : 
 
 

Maroc Expertise   ­ 21 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

1ere hypothèse   2eme hypothèse 
Etablissement crée en 1999 ne   Etablissement crée en 2001 bénéficiant de 
bénéficiant pas de limite de 50MDH   La limite de 50 MDH 
1.516 KDH   189 KDH 
 
Rapport de la pression fiscale = Montant de l’investissement en MDH/50 
Pour un investissement de 400 MDH, le différentiel d’imposition est un multiplicateur de 8 

 
• En égard notamment à la base de calcul de cet impôt assis sur la valeur des immobilisations ( 
valeur locative) au lieu de dépendre du niveau d’activité, il a toujours été considéré à juste titre 
comme impôt anti­économique. 
La patente ne prend pas en considération la réalité du secteur touristique du fait qu’elle est fixe 
non proportionnelle au volume de l’activité. Il s’agit d’une imposition qui ignore donc les 
spécificités de certaines entreprises dont l’activité est saisonnière. Cette situation confirme une 
incohérence du système fiscal dans la mesure où cette imposition est toujours plus importante 
que l’IS ou la cotisation minimale censée être la principale imposition des sociétés. 
A moins de le supprimer, cet import devrait être indexé sur le niveau d’activité ( taux d’occupation 
par exemple pour les hôteliers) ; afin d’intégrer une mesure de droit commun déjà prévue par le 
texte et la taxe urbaine – dégrèvement pour chômage ( Cf. développements infra). 
3.2 Taxe urbaine
•   Dans l’état actuel des choses ( texte en vigueur), le secteur touristique ne peut pas bénéficier 
de dégrèvement pour chômage en matière de TU reconnu actuellement aux seules sociétés 
industrielles. En effet, et selon les dispositions de l’article 22 du texte instituant la TU ( conditions 
de dégrèvements pour chômage) : «  les contribuables peuvent obtenir réduction ou décharge 
de  la  taxe  urbaine…,  lorsque,  par  suite  de  chômage,  ces  biens  sont  restés  inutilisés  ou 
improductifs de revenu pendant une période minimum de trois mois ». 
•  En  dehors  des  abattements    accordés  aux  entreprises  hôtelières  pour  le  calcul  de  base 
imposable, aucun régime spécifique aux entreprises relevant du secteur de tourisme n’est prévu 
par le texte régissant la taxe urbaine. 
• Il s’agit en outre d’une imposition fixe qui ne dépend pas de l’activité. 
3.3 Taxe d’édilité : 
( y compris la taxe additionnelle de 5 à 10% de la taxe d’édilité au profit des régions) 

Maroc Expertise   ­ 22 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

• Il s’agit également d’une imposition fixe qui n’est pas proportionnelle au niveau d’activité. Elle 
pénalise ainsi l’investissement, au même titre que la taxe urbaine et la patente. Une remise en 
cause de ce « trio » s »impose. 
• Si cette taxe est maintenue, nous estimons qu’il y a lieu de changer son intitulé. 
3.4 contributions  des riverains aux dépenses d’équipement et d’aménagement 
 
• Les  contributions  relatives  aux  chaussées,  trottoirs  et  caniveaux  sont  censées  avoir  été 
financées par le produit de la taxe urbaine et de l’impôt des patentes.(*) 
• S’agissant de la contribution aux frais d’un égout, cette contribution fait double emploi avec la 
redevance  collectée  par  les  régies  de  distribution  d’eau  et  d’électricité  au  moment  de 
raccordement au réseau d’assainissement liquide, dans la gestion est désormais confiés à ces 
régies. (*) 
 
(*) proposition FNIH 
 
  Fiscalité d’exploitation 
3.5 taxe de fermeture tardive et d’ouverture matinale 
•  Taxe s’ajoutant particulièrement à la taxe de débit  des boissons et la taxe de spectacle    pour 
alourdir la charge fiscale de l’investisseur. 
•  En l’absence de barème prédéfini, les modalités de calcul de cette taxe comportent une grande 
part de subjectivité. 
•  La  taxe  est  annuelle,  en  début  de  la  période  de  l’exploitation,  et  ne  fait  objet  d’aucun 
remboursement même dans le cas de fermeture de l’établissement pour quelque cause que ce 
soit . 
• Généralement, cette taxe ne fait pas l’objet de versement de la part des établissements hôteliers 
appelés de fait à fonctionner 24/24. Le statut de ces établissements vis à vis de cette taxe mérite 
d’être clarifié notamment du fait qu’ils ne sont pas cités expressément par le texte de loi ( 
champs d’application). 
3.6 taxe sur les débits de boissons : 
•  De par la rédaction de texte la régissant, la base de calcul de cette taxe est supposée être 
TTC. Toutefois, le législateur a généralement tendance à ne pas taxer une taxe . Cette position 
a été notamment confirmé par les modifications apportées au niveau de la loi de fiances 2001 
en ce qui concerne la base de calcul de la cotisation minimale au niveau de l’IS et l’IGR. 

Maroc Expertise   ­ 23 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

•  Le taux variable de la taxe sur les débits de boissons est un taux maximum annuel fixé de 
10%, fixé en fonction de la catégorie de l’emplacement de l’établissement. Sur le plan pratique, 
la variabilité de ce taux par commune devrait être entérinée par une autorité de régulation ( 
Ministère, Région, Wilaya , Préfecture). 
•  Cette taxe constitue un triple emploi  avec la TVA et la taxe de licence, elle impacte le montant 
du chiffre d’affaire boisson ( voir éventuellement un double emploi par rapport à la taxe de 
fermeture tardive, ouverture matinale et taxe de spectacle). 
3.7 Taxe de séjour : 
•  Le texte de loi a fixé un tarif maximum par personne et par nuitée en fonction de la catégorie 
de  l’établissement.  Cette  situation  se  traduit  par  l’application  des  tarifs  différents  dont  la 
justification n’a pu être établie par nos soins.  
•  Cette  taxe  présente  un  double  emploi    avec  la  TPT.  A  moins  de  la  supprimer,  les 
professionnels souhaitent d’en harmoniser les tarifs avec le TPT et différer son règlement 
jusqu’à recouvrement effectif des créances. 
 
Catégorie de classement de l’établissement   Tarif en dh  TPT en dh 
La catégorie «  Luxe »   30   10 
La catégorie « 5 étoiles » et les clubs privés (1)   25   7 
La catégorie «  4 étoiles » et les villages de vacances   7   5 
La catégorie «  3 étoiles » ; résidences touristiques ; motels 5   3 
La catégorie « 2 étoiles » et « 1 étoile »    3   2 
Les hôtels non classés, les auberges et les pensions   ­   1 
(1) pour ces deux catégories, le plafond de la taxe est fixé à 10% du prix de la nuitée par personne 
 
•  L’article  123  de  la  loi  30­89  stipule  que  les  exploitant  des  établissements  d’hébergement 
touristique doivent verser le produit de la taxe perçue au titre du trimestre précédent, alors que les 
régisseurs des communes exigent le règlement sur la base des nuitées enregistrées et pas sur la 
base de la taxe encaissée(1). 
(1) : Extraits lettre FNIH à Monsieur Le ministre de l’intérieur en date du 5 juin 2003 
3.8 Taxe de spectacle : 
La taxe de spectacle, assise sur les recettes hebdomadaires ( 8 à 14%), présente un double 
emploi particulièrement avec la taxe de débit de boisson et la TVA. 

Maroc Expertise   ­ 24 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

Cette taxation affecte de manière significative la rentabilité des points de vente organisant des 
spectacles et confirme les carences caractérisant le secteur en matière d’animation. 
3.9 Taxe sur les billets d’accès aux piscines : 
taxe sur les billets d’accès aux manifestations sportives et aux piscines privées ouvertes au public 
• Le taux maximum de cette taxe est fixé par le texte relatif à la fiscalité des collectivités locales à 
15%. Le même constat établi pour la taxe sur les débits de boisson est également valable pour 
cette taxe 
Les établissements hôteliers ne doivent être assujettis à cette taxe 
3.10 Taxe de stationnement 
Droit de stationnement sur les véhicules affectés à un transport public de voyageurs 
•    La rédaction de l’article 68 du Dahir relatif à la fiscalité des collectivités locales : «  champ 
d’application­ Sans préjudice des droits qui peuvent être perçus par les communes pour les 
services rendus dans les gares routières de voyageurs, sont passible du droit de stationnement, 
ère
les véhicules affectés à un service de transport public de voyageurs y compris les taxis de 1  et 
ème
2   catégories » laisse entendre que cette taxe n ‘est pas due par des agences de location de 
voiture sans chauffeur. Cependant, l’article instituant la tarification les intègre parmi les entités 
devant s’acquitter de cette taxe. 
•   Le barème d’imposition à cette taxe a fixé des taux maximums, ce qui risque d’affecter 
l’égalité des opérateurs devant cette imposition. Il s’agit ,en outre, d’une taxation fixe dont la 
suppression a été toujours revendiquée par les opérateurs du secteur ( transport touristique et 
location  de  voitures).  Cette  suppression  est  d’autant  justifiée  notamment  au  niveau  des 
communes qui concèdent leur territoire à des sociétés d’horodateurs. 
3.11 Taxe sur la licence des cars 
•  Il s’agit d’une taxation fixe qui ne dépend pas de l’utilisation du véhicule. 
3.12 Taxe d’enseigne :
•  L’ensemble des entreprises marocaines considère que cette taxation est excessive et se limite 
au strict minimum ( fixe de 150 dh). Devant participer à l’embellissement de la ville, la mise 
en place des enseignes devrait être encouragée. A défaut de la supprimer ( Cf. Nos 
propositions), les taux et bases d’imposition à la taxe d’enseigne devraient être ramenés à 
des proportions raisonnables ( voir instaurer une imposition fixe). 
 
 
 
 

Maroc Expertise   ­ 25 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

2.   Axe  2 :  l’étude  comparative  de  différents  modèles  fiscaux 
méditerranéens 
L’étude comparative que nous avons réalisée a couvert les pays suivants : 
Rive Sud 
•  Tunisie 
•  Egypte 
•  Israeil 
Rive Nord 
•  Espagne 
•  France 
•  Grèce 
•  Turquie 
A  travers l’appréciation des trois aspects suivants : 
•  La cohérence globale du système fiscal applicable au secteur touristique 
•  La pression fiscale en vigueur 
•  Les incitations fiscales sont bénéficient les entreprises du Secteur 
Les conclusions de nos travaux se présentent comme suit : 
Chapitre 1 : La cohérence globale du système fiscal applicable au secteur touristique 
 
Notre avis dépend dans la large mesure de la transposition des constats que nous avons pu établir 
au niveau de l’axe 1.Il découle de l’appréciation que nous avons pu faire pour les systèmes Tunisien 
et Français.  
•  Notre avis 
Le système fiscal applicable au secteur de Tourisme au Maroc reste lourd par rapport à ceux en 
vigueur en France et en Tunisie. 
La multiplicité des taxes et impôts, notamment celle à caractère foncier et local, une caractéristique 
propre et fondamentale du système marocain 
Chapitre 2 : La pression fiscale en vigueur et les mesures incitatives 
La pression fiscale en vigueur au Maroc reste importante en  égard aux éléments suivants : 
•  Une fiscalité locale lourde et pénalisante 
•  Une imposition fiscale importante 

Maroc Expertise   ­ 26 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

•  Une pression fiscale importante en matière d’IGR tant en matière de taux marginal qu’en 
matière d’imposition des faibles revenus. 
La fiscalité des dividendes demeure, également pénalisante. 
La fiscalité du Secteur, tant locale qu’étatique, demeure globalement complexe, peu cohérente 
avec une pression importante due notamment à des impositions qui ne dépendent pas du 
niveau d’activité. 
 
3.  Axe 3 : Propositions pour une fiscalité harmonieuse, équitable et 
simple du secteur 
Le contexte 
Le secteur du tourisme constitue l’un des piliers de l’économie marocaine. Cette importance 
devrait être traduite par des mesures encourageantes sur le plan fiscal, afin de lui permettre : 
•  D’être compétitif et de faire face à la concurrence très vive notamment dans les pays de la 
méditerranée  
•  D’atteindre l’objectif appuyé par Sa Majesté : 10 millions de touristes d’ici 2010 
•  De gérer sereinement les moments de crise, comme ceux rencontrés ces dernières années 
( 11 septembre, Guerre sur l’Irak, événement du 16 Mai 2003 à Casablanca). 
Les principes de base de nos propositions 
•  Principe 1 : Simplification – cohérence 
•  Principe 2 : Harmonisation – Equité 
•  Principe 3 : Transparence 
•  Principe 4 : Prise ne compte des requêtes de la CGEM(*) et fédérations du secteur en 
matière fiscale 
(*) : la CGEM focalise l’essentiel de ses requêtes sur les mesures de simplification ou de baisse 
des taux d’impôts. Nous reproduisons l’essentiel de ces requêtes en annexe 5. 
•  Principe 5 : Incitation – Compétitivité internationale. 
Par  l’amélioration  de  la  Compétitivité­  Prix  du  produit  Maroc  et  de  la  rentabilité  des 
investissements touristiques. 
Partant  de  ces  principes  de  base  inspirés  de  l’accord  cadre,  de  l’urgence  d’application  des 
dispositions qui y sont contenues, des spécificités du secteur et des conclusions des axes 1 et 2, 
ainsi que des aménagements proposés par les différentes fédérations du Secteur Touristique 
relevant de la CGEM, nous émettons les propositions suivantes, que nous rangeons sous les 
mêmes chapitres de notre étude : 

Maroc Expertise   ­ 27 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

•  Chapitre 1 : Propositions en matière d’incitation à l’investissement dans le secteur 
•  Chapitre 2 : propositions en matière de fiscalité de l’Etat 
•  Chapitre 3 : Propositions en matière de fiscalité locale 
 
Propositions préalables  
• Au chapitre  de la simplification ; il y a lieu de noter la nécessaire réduction du nombres 
de taxes et impôts locaux appliqués au secteur du Tourisme, afin notamment d’éviter les 
doubles emplois. 
• Pour un souci d’équité, il est indispensable de revoir les bases d’imposition et abandonner 
toutes  les  impositions  qualifiées  comme  « fixes ».  Qu  chapitre  de  la  cohérence  et 
l’harmonisation, il convient – en outre­ de traiter les opérations du secteur à savoir : les 
entreprises hôtelières, les agences de voyages, les entreprises de location de voitures ( 
sans chauffeur) et les entreprises de transport touristique ; de la meme facon. 
• En ce qui concerne la transparence, il s’avère opportun de réaménager certaines modalités 
d’imposition et de contrôle. 
• Enfin les incitations accordées tant par la législation marocaine pour certains secteurs que 
celle consentie par les pays du pourtour méditerranéen doivent être considérées pour 
assurer la compétitivité du produit touristique marocain. 
Les aménagements proposés sont détaillés ci dessous. La portée des propositions formulées 
ne doit pas remettre en cause les équilibres budgétaires actuels. 
La première idée qui se dégage de notre réflexion consiste en l’aménagement à terme de la 
fiscalité du secteur autour des impôts et taxes suivantes : 
Fiscalité Etatique : IS , TVA, IGR 
Fiscalité particulière : 
o  Taxe foncière unique englobant la taxe urbaine, la taxe d’édilité et la patente, avec 
des aménagements au niveau de l’assiette et modalités de calcul. 
o  Taxe locale touristique unique : 
­  Due par les hôteliers sur le chiffre d’affaires encaissé excepté l’hébergement 
­  Et par les autres opérateurs du secteur sur le bénéfice réalisé 
­  L’actuelle taxe pour la promotion touristique sera prélevée sur les recettes des 
communes, et verra – indirectement­ la participation de l’ensemble des opérateurs du 
secteur 

Maroc Expertise   ­ 28 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

Fiscalité  accessoire :  Droits  d’enregistrement,  droits  de  douanes,…tenant  compte  de 
l’aménagement du cadre incitatif. 
 
Chapitre1 : Propositions en matière d’incitation à l’investissement 
L’objectif est de proposer un système fiscal incitatif pour le secteur du tourisme s’intègrent 
dans  la  philosophie  générale  du  dispositif  fiscal  en  vigueur  et  de  la  charte  des 
investissements, et écartant la promulgation d’un code spécifique pour ledit secteur. 
A cet égard, nous formulons les propositions suivantes : 
•  Activer l’entrée en vigueur des mesures prévues par la charte d’investissement par la 
simplification  et  l’harmonisation  de  la  fiscalité  locale  (  Cf.Chapitre3  ci­joint),  la 
réduction des droits de douanes et du taux marginal de l’IGR à  41.5%. 
•  Baisser le volume d’investissement ouvrant droit au régime conventionnel qui s’établit 
actuellement à 200 millions de dhs,,jugé excessif au vu de l’importance de certains 
investissements initiés particulièrement par les nationaux. 
Cette proposition va également  dans le sens du projet de création de six nouvelles 
stations balnéaires (*) et des revendications de la CGEM ( 75 MDH). 
•  Encourager  la  transformation  des  entreprises  individuelles  imposées  à  l’IGR  en 
sociétés soumises à l’IS. 
•  Consentir des exonérations plus importantes en vue du développement régional. 
(*) : Saidia­Ras El Ma­Province de Berkane et Nador ;khmis Sahel­Province de Larache ;El Haouzia­
Province d’Essaouira ;Taghazout­Province d’Agadir ; Plage Blanche­Province de Gulemim) 
 
Chapitre2 : Propositions en matière de fiscalité d l’Etat 
 
Droits de Douanes 
Revoir la liste du matériel soumis à droit réduit ( 2.5 ou 10%) 
Droits d’enregistrement 
Soumettre les opérations d’apport ou d’augmentation de capital à un droit fixe. 
IS 
• Etendre l'exonération de l »impôt sur les sociétés ( IS) pendant 5 ans et sa réduction de 
50% pour les années suivantes à toutes les entreprises du secteur au titre du chiffre 
d’affaires  réalisé  en  devises,  conformément  aux  dispositions  de  l’accord  cadre  visant 
notamment l’harmonisation de la fiscalité touristique. 

Maroc Expertise   ­ 29 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

• Fixer des règles spécifiques quant aux conditions de déductibilité de certaines dépenses 
engagés notamment par les agences de voyages ( exemple accord avec l’association des 
transitaires agrées en douanes). Le plafonds et normes propres aux entreprises du secteur 
doivent être arrêtés après étude par les professionnels et approbation par les différentes 
fédérations. 
• Clarifier les règles d’amortissement pour les entreprises hôtelières ainsi que les loueurs de 
voitures, et fixer les taux à appliquer ( cet aspect pourra être définitivement solutionné dans 
le cadre de l’élaboration de plans comptables sectoriels). 
IGR 
• Opérer les mêmes aménagements proposés pour l’IS. 
• Prévoir des règles souples et avantageuses en matière de fiscalisation des rémunérations 
accordées au personnel occasionnel ou saisonnier. 
• Rendre applicable la réduction du taux marginal de 41.5% ( tel que prévu par la charte 
d’investissement). 
TVA 
• Appliquer un taux unique de TVA de 10% pour l’ensemble des opérateurs relevant du 
secteur , pour respecter les engagements pris dans l’accord cadre( article 22 Cf.Supra). 
• Exonérer de la TVA les dépenses de publicité engagées par les entreprises du secteur afin 
d’encourager l’effort du marketing et de la publicité qu’elles doivent fournir en relation avec 
la portée de l’accord cadre. Cette mesure, qui considère  ces dépenses comme des 
investissements, aura pour effet d’alléger la trésorerie des entreprises touristiques. 
La justification économique de cette proposition tient au fait que ces dépenses concernent 
les exercices ultérieurs, par le biais de gain de productivités réalisés ( à réaliser) suite à leur 
engagement. 
TPT 
• Supprimer la taxe pour la promotion touristique qui sera directement prélevée sur les 
recettes  des  communes  (  financée  par  tous  les  opérateurs  du  secteur)  et  versée  à 
l’ONMT.Ce mode de calcul et de versement institue indirectement la généralisation de la 
participation de l’ensemble des opérateur du secteur. Une quote­part doit également revenir 
à la promotion régionale ( Cf. Développements chapitre 3 ci dessous). 
Taxe de licence 
•  Exclure les entreprises hôtelières du champ d’application de cette taxe. 
 

Maroc Expertise   ­ 30 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

Taxe de l’essieu 
• Exclure les entreprises de transport touristique du champ d’application de cette taxe afin de 
leur assurer la compétitivité internationale. 
• Revoir  les  modalités  de  calcul  de  cette  taxe  en  fonction  de  l’utilisation  effective  des 
véhicules de transport touristique. 
Droits des pauvres 
• Exclure  les  hôteliers  du  secteur  du  champ  d’application  des  droits  des  pauvres. 
Considérant la situation du fait actuelle, cette démarche pourrait engendrer des risques au 
titre de la période antérieure. 
 
   
L’équilibre général du Budget demeure globalement respecté dans la mesure où 
 
la  baisse  des  impositions  entraînera  une  augmentation  de  l’imposition  des 
 
revenus (IS notamment) 
 
 
 
Chapitre 3 : Propositions en matière de fiscalité locale 
La réforme de la fiscalité local 
  Accélérer  la  réforme  de  Dahir  relatif  à  la  fiscalité  des  collectivités  locales  et  leurs 
groupements. 
Cette réforme déjà prévue par la charte tarde à voir le jour. En effet, le législateur a 
abrogé  les  anciens  codes  des  investissements  en  retirant  les  nombreux  avantages 
auparavant consentis par les 8 codes qui étaient en vigueur, tout en prévoyant d’atténuer 
l’effet de rééquilibrage par la simplification et la révision de la fiscalité locale. 
Elle  a  été  reprise  tant  dans  le  discours  Royal  du  10  Janvier  2001  « la  nécessaire 
accélération de la simplification et la mise en harmonie de la fiscalité locale afin d’en faire 
un stimulant du secteur et bon un obstacle à sa promotion » qu’au niveau de l’accord 
cadre « une rationalisation et une harmonisation de cette fiscalité ». 
L’application  de  cette  démarche  finalisera  l’esprit  de  la  charte  et  permettra  aux 
entreprises du secteur de se mettre à niveau avec les pays du bassin méditerranéen en 
la matière. 
La suppression des Impositions « fixes » 
  Exclure les entreprises du secteur du champ d’application des impositions « fixes » : 
­  Taxe de Stationnement 
­  Taxe sur la licence des cars 
Maroc Expertise   ­ 31 ­   Juin 2003 
 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

La suppression des doubles Impositions « fixes » 
  Exclure les entreprises du secteur du champ d’application des impositions faisant double 
emploi : 
­  Taxe de fermeture et d’ouverture matinale 
­  Taxe sur les débits de boissons 
­  Taxe de séjour 
­  Taxe de spectacle 
­  Taxe sur les billets d’accès aux piscines (hôteliers) 
­  Contributions relatives aux chaussées, trottoirs et caniveaux et construction d’égouts. 
­  Taxe d’enseigne (*) 
(*) : L’exclusion des entreprises du secteur du champ d’application de cette taxe se justifie 
par le fait que le reste des entreprises marocaines ne paye pas la « taxe locale touristique » 
(cf. Développements infra). 
La réforme de la fiscalité « foncière » : Le trio « patente, taxe urbaine et taxe d’édilité » 
  A Court Terme : 
­  limiter  la  base  d’imposition  à  50MDH  quelle  que  soit  la  date  d’acquisition  des 
immobilisations 
Cette disposition de limitation de la base d’imposition demeure propre au système 
fiscal marocain. 
­  Conserver  les  abattements  profitant  aux  entreprises  hôtelières  en  raison  de 
l’importance des immobilisations qu’elles détiennent. 
­  Atténuer le caractère fixe de ces impositions par leur indexation au volume d’activité 
(en fonction du taux d’occupation) afin d’élargir aux entreprises hôtelières notamment 
le bénéfice de la notion de chômage reconnue actuellement aux seules sociétés 
industrielles 
Et alléger le poids de ces impositions qui ne tiennent pas compte de la saisonnalité qui 
frappe certaines entreprises du secteur. 
­  Changer l’intitulé de la taxe d’édilité : proposition « taxe d’environnement » 
  Au Moyen Terme : 
­  Créer une taxe foncière unique due aux collectivités locales, et englobant la taxe 
urbaine, la taxe d’édilité et la patente avec le maintien des aménagement susvisés 
­  Revoir  les  modalités  de  son  paiement  en  instaurant  un  système  de  paiement 
fractionné similaire à celui prévu par le texte instituant l’IS. 
Institution d’une taxe locale touristique unique : 

Maroc Expertise   ­ 32 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

Appelée « Taxe de Promotion Touristique » par analogie à l’actuelle TPT 
Ou  encore  « Taxe  de  Promotion  Touristique  Régionale »  en  raison  du  découpage 
administratif en région 
  Du par les hôteliers sur le chiffre d’affaire encaissé, excepté l’hébergement déjà taxé au 
niveau  de  la  taxe  foncière/recoupée  avec  les  déclarations  de  TVA  (chiffre  d’affaires 
encaissé) 
Cette taxe devra être assise sur le chiffre d’affaires HT (hors hébergement pour les 
hôteliers) selon un barème dégressif à définir (pour ne pas pénaliser les hôtels 5 étoiles 
et rester juste et équitable pour des catégories inférieures). 
  Et par les autres opérateurs du secteur sur la base du bénéfice réalisé 
  Payable mensuellement 
  Dont une quote­part est versée à l’actuel l’ONMT et un fonds pour la promotion régionale. 
Le barème d’imposition (du chiffre d’affaires ou du bénéfice), mûrement réfléchi, devra être 
arrêté par la Fédération en fonction des éléments en sa possession avant de le proposer à 
ses interlocuteurs. 
Institution d’un contrôle des impositions locales 
Instaurer un contrôle de la taxe locale touristique et taxe foncière, censées être déclaratives, 
dans  le  cadre  du  contrôle  couvrant  l’impôt  sur  les  sociétés,  l’IGR  et  la  TVA.  Tout 
redressement  touchant  les  bases  d’imposition  devra  s’étendre  également  aux  taxes 
précitées, pour respecter l’objectif de transparence arrêté par l’accord cadre. 
NOTA : Homogénéité et équité des propositions 
Considérant les éléments suivants : 
•  Suppression des doubles emplois 
•  Base de la pression fiscale découlant notamment de la baisse du taux de TVA ( 20 et 
14  à  10%)  et  pour  les  agences  de  voyages,  transporteurs  touristiques  et  la 
généralisation de l’exonération et la réduction de l’IS du chiffre d’affaires en devises à 
l’ensemble des entreprises du secteur. 
•  Institution d’une taxe locale unique de promotion touristique assise sur le chiffre 
d’affaire hors hébergement pour les hôteliers et sur le bénéfice pour le reste des 
entreprises du secteur. 
Nous estimons que les propositions émises aboutissent à un système fiscal harmonieux, 
cohérent, simple et équitable. 
Une étude comparative de l’application de ce système aux différentes entreprises du 
secteur et ses incidences sur la pression fiscale n’est pas, à notre avis, nécessaire. 
Maroc Expertise   ­ 33 ­   Juin 2003 
 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

 
 
III. ANNEXES 
 
Annexe 1 : fiscalité locale­ Liste des taxes et impôts appliqués au secteur du tourisme. 
Annexe 2 : Charte de l’investissement –Article 17 : Prise en charge par l’Etat de certaines 
dépenses 
Annexe 3 : Liste des régions et provinces bénéficiant d’un traitement fiscal préférentiel 
Annexe4 : Poids de la fiscalité locale 
Annexe 5 : L’essentiel des requêtes de la CGEM en matière fiscale 
 
 
  Annexe  1 :  fiscalité  locale­  Liste  des  taxes  et  impôts  appliqués  au 
 
secteur du tourisme. 
 
   
 
    
Imposition Directe ( 12)   Imposition Indirecte (12) 
•   Taxe d’édilité  • Taxe sur les eaux minérales et de table 
•  taxe de séjour  • Sur taxe d’estampillage des tapis 
•  Taxe sur spectacle  • Droits d’abattage & Surtaxe d’abattage au 
•  Taxe pour fermeture tardive ou pour ouverture   profit de la bienfaisance 
matinale  • Taxe sur la dégradation des chaussées 
•  Taxe sur débit de boissons  • Droits perçus sur les marchés et lieux de 
•  Taxe sur les billets d’accès aux manifestations   vente publics 
sportives et piscines privées ouvertes au public  • Droits de fourrière 
•  Taxe sur  licence de taxis et cars de transport  • Redevance sur les ventes dans les 
public de voyageurs   marchés de gros et halles aux poissons 
•  Contribution de riverains aux dépenses  • Taxe additionnelle à la redevance pour 
d’équipement et d ‘aménagement   licence de pêche en mer 
•  Taxe sur les terrains urbains non bâtis  • Taxe additionnelle à la taxe sur les contrats 
•  Taxe de légalisation des signatures et   d’assurances 
certification conforme de copies  • Taxe sur les services portuaires 
  • Taxe de vérification des véhicules 
automobiles dont l’age excède 10 ans 
• Redevance d’occupation temporaire(1) 

Maroc Expertise   ­ 34 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

 
 
 
Hors champ (12)    
•  Taxe sur les opérations de   NB : Cette annexe reprend l’ensemble des taxes et 
lotissement                                  impôts prévus par   
•  Taxe sur les motocyclettes            le Dahir de la fiscalité des collectivités locales 
dont la cylindrée est égale ou   (en dehors de la   
supérieure à 125 cm3            patente et taxe urbaine qui sont des taxes 
•  Taxe sur les établissements    étatiques mais  
d’enseignement privés            considérées dans la présente étude comme 
•  Taxe sur permis de chasse    des taxes locales)                                                        
•  Taxe sur les colporteurs 
vendant sur la voie publique 
•  Droits d’état civil 
•  Taxe sur les permis de 
conduire 
•  Taxe sur les opérations de 
morcellement 
•  Taxe sur la vente des produits 
forestiers 
•  Taxe sur l’extraction des 
produits de carrières 
•  Taxe sur les exploitations 
minières 
•   
•  Taxe additionnelle à la taxe 
communale sur l’extraction des 
produits de carrières. 
 
                                                                                            
(1)  Du domaine public communal pour usage lié à la construction, commercial, industriel 
ou professionnel & redevance d’occupation temporaire du domaine public communal 
par des biens meubles et immeubles liés à l’exercice d’un commerce, d’une industrie 
ou d’une profession. 
 
Le secteur est concerné directement ou indirectement par 24 prélèvements sur les 
36 prévus par le Dahir instituant la fiscalité locale. 
  
Annexe 2 : Charte de l’investissement – Article 17 : Prise en 
charge par l’Etat de certaines dépenses 
 
« Les entreprises dont le programme d’investissement est très important en raison de son 
montant, du nombre d’emplois stables à créer, de la région dans laquelle il doit être 
réalisé, de la technologie dont il assurera le transfert ou de sa contribution à la protection 
de l’environnement, peuvent conclure avec l’Etat des contrats particuliers leur accordant, 
outre les avantages prévus dans la présente loi­cadre et dans les textes pris pour son 
application, une exonération partielles des dépenses ci­après : 
 

Maroc Expertise   ­ 35 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique       

­  Dépenses d’acquisition du terrain nécessaire à la réalisation de 
l’investissement ; 
­  dépenses d’infrastructure externe ; 
­  frais de formation professionnelle. 
 
Les contrats visés ci­dessus peuvent comporter des clauses stipulant qu’il sera procédé 
au règlement de tout différend afférent à l’investissement, pouvant naître entre l’Etat 
marocain et l’investisseur étranger, conformément aux conventions internationales 
ratifiées par le Maroc en matière d’arbitrage international » 
 
Annexe 3 : Liste des régions et provinces bénéficiant d’un 
traitement fiscal préférentiel 
     (Réduction de 50% l’IS ou de l’IGR pour les entreprises qui y sont implantées) 
            (Source : Décret n° 2­98­520 du 30 juin 1998, modifié par le décret n° 2­99­242 
du 30 juin 1999) 
 
O AL HOCEIMA                                                      O      BERKANE                                           
O     BOUJDOUR 
O  CHEFCHAOUENE                                               O      ES SAMARA                                       
O        GUELMIM 
O   JERADA                                                               O    LAAYOUNE                                        
O    LARACHE 
O    NADOR                                                               O   OUED ED DAHAB                              
O   OUJDA ANGAD 
O   TANGER ASSILAH                                            O    FAHS BNI MKADA                            
O    TAN TAN 
O   TAOUNATE                                                        O    TAOURIRT                                          
O    TAZA 
O    TATA                                                                  O    TETOUAN   
 

Maroc Expertise   ­ 36 ­   Juin 2003 


 
Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique 
 
 
 
Annexe 4 : Poids de la fiscalité locale (cas hôteliers) 

 
Hôtels   A         B         C         D       
Catégories   Luxe         5 étoiles         5 étoiles         5 étoiles       
Chiffre d’affaires (CA) global   155 041         42 508         29 502         52 352       
CA hébergement   77 508         20 897         23 222         29 602       
CA nourriture   45 490         15 768         10 211         13 521       
CA boissons   11 504         4 780         3 946         6 160       
Divers   20 539         1 063         1 992         593       
Total CA hors hébergement   77 533         21 611         16 151         20 247       
                                     
Nombre des chambres   314         222         139         182       
Taux d’occupation   38.69 %         44.10%         41.4%         67.78%       
Charges financières   18.048         10.527         N.C         419       
Dotations d’amortissements   67.693         4.913         N.C         1.938       
CM / IS Théorique   775         213         148         262       
Charges fiscales globales   6 761         2 062         1 189         1 642       
1. Charges fiscales étatiques (1)   2 880   42%      750   36%      267   22%      711   43%    
Patente   2 000      69%   300      40%   63      24%   119      17% 
Taxe de promotion touristique   823      29%   358      48%   182      68%   579      81% 
Taxe de licence   57      2%   92      12%   22      8%   13      2% 
2. Charges fiscales locales :   3 881   58%      1 312   64%      922   78%      931       
Taxe de débit des boissons   345      9%   239      18%   197      21%   151      16% 
Taxe de séjour   1 646      42%   767      58%   649      70%   662      71% 
Taxe de spectacle   101      3%   ­      0%   38      4%   34      4% 
Taxe urbaine – taxe d’édilité   1 765      45%   306      24%   22      2%   13      1% 
Taxe de fermeture tardive et   ­      0%   ­      0%   16      2%   65      7% 
d’ouverture matinale      
Taxe d’enseigne   24      1%   ­      0%   ­      0%   6      1% 
Droits de douane payés sur   ­         ­         ­         ­       
l’importation de matériel 
Droit des pauvres   ­         ­         ­         ­       
N.C : Non communiqué 
(*) : Exonéré 
(1) : Hors IS / CM 
 
 

Maroc Expertise   ­ 37 ­   Juin 2003 


Fédération du Tourisme – CGEM 
Etude sur la fiscalité du Secteur Touristique 
 
 
 
 
Catégories                        Luxe   5 étoiles   5 étoiles   5 étoiles  5 étoiles 
Somme des taxes locales    3 881  1 891  922  931   558
% Taxes locales / CA hors   5%   6%   6%   5%   4% 
hébergement 
% Taxe de séjour / CA hors   2%   3%   4%   3%   1% 
hébergement 
% Taxe de séjour / CA Hébergement   2%   3%   3%   2%   1% 
% Taxe boissons / CA Boissons   3%   5%   5%   2%   5% 
Somme des taxes étatiques   4 656  750  415  973   777
% Patente / CM   258%   # # # # #   # # # # #   45%   167% 
% TU – TE / CM   228%   144%   15%   234%   104% 
% Patente / CA hébergement   3%   # # # # #   # # # # #   0,40%   1,41% 
% TPT / CA Hébergement   1%   2%   1%   2%   0,2% 
% Taxes foncières / CM   486%  # # # # #   # # # # #   279%   271%
          
Nous avons ainsi saisi par courrier le 6 mai 2003 les présidents de la FNIH, la FNAVM, l’ALASCAM et 
le STT,  avec une relance datée du 23 Mai 2003, envoyée également aux Présidents des CRT de 
Casablanca et Marrakech. 
 
A la date de la présente, nous avons effectivement reçu des réponses du STT, de la FNIH et de la 
FNAVM qui n’ont pas pu répondre parfaitement aux demandes formulées. 
 
 
    
   Annexe 5 : L’essentiel des requêtes de la CGEM en matière 
   fiscale  
Propositions de la CGEM (avant la promulgation de la loi de finances 2003) 
 
La CGEM focalise l’essentiel de ses requêtes sur les mesures de simplification ou de 
baisse des taux d’impôts. 
 
  IGR :  
O Révision du seuil affranchi de l’IGR de 20.000 à 24.000 dirhams 

O Application du taux maximum de 41,5 % sur la tranche de revenu au­delà de 

120.000 dirhams   
     bruts annuels tels que cela est prévu par la charte d’investissement. 

O Réduction de moitié de l’IGR pour les jeunes recrues. 

 
  Patente : 
O Suppression 
O Dans l’attente 
 
  Revue la base imposable, (base de calcul = valeur nette 
comptable des immobilisations physiques plutôt que la valeur 
vénale). 
  Plafonnement de l’assiette à 20 millions de dirhams, quelle que 
soit la date d’acquisition des matériels et outillages 
  Réduction des taux d’estimation de la valeur locative à un taux 
unique de 2 %. 
       
  Baisse du seuil du régime conventionnel à 75 millions de dirhams. 

Maroc Expertise   ­ 38 ­   Juin 2003