Vous êtes sur la page 1sur 10

Réussir ses plans

Henri Renaud

© Groupe Eyrolles,2002
ISBN :2-212-11096-0
Chapitre 2
Étapes et lignes d’avant-projet

1. Point de départ d’un avant-projet

2. Recherche et étapes d’élaboration en concertation

3. Pièces habitables et baies

4. Variantes indicatives en façade et toiture

5. Pavillon implanté en L avec variantes de toit

6. Forme de versants de toiture

7. Détails de construction

8. Illustrations : adaptation au terrain


1. POINT DE DÉPART D’UN AVANT-PROJET

Il s’agit de prendre en considération les données d’en- L’analyse des besoins doit rester centrée sur des priorités
semble à partir du terrain à construire et celles émanant de la d’ordre :
concertation avec les futurs occupants : – humain : comment vivre dans une maison en famille et ce
– les modes de vie de la famille au quotidien ; qui en découle pour la conception et la distribution des
Exemple : les repas sont-ils pris dans la cuisine ou dans le locaux de la zone jour et de la zone nuit ou repos ;
coin repas du séjour ? – technique : les solutions apportées pour le gros œuvre et le
– les besoins exprimés ou non par les parents, les enfants ou second œuvre à travers le choix des matériaux, des compo-
les adolescents ; sants, leurs propriétés et leurs caractéristiques ainsi que des
Exemples : une salle de bain familiale ou une salle de bain prescriptions de leur mise en œuvre ;
exclusive pour parents ; un accès direct cuisine-garage pour – économique : le projet est en fonction d’un budget maximal
la communication intérieure des locaux ou une cuisine vers généralement prévu et à ne pas dépasser, ce qui influence
le garage par un dégagement formant un sas. considérablement les choix du projet définitif.
– les aspirations des occupants sur des points sensibles comme
le confort thermique, acoustique, les surfaces et volumes des Plus l’analyse sera fine et mieux le projet sera défini afin d’éviter
pièces principales ou de service, les aspects architecturaux des modifications qui risquent de se répercuter par la suite.
extérieurs et intérieurs, etc.

2. RECHERCHE ET ÉTAPES D’ÉLABORATION EN CONCERTATION

Étape 1 : accorder la surface habitable Étape 2 : sélectionner les idées directrices


avec le budget prédéfini Il s’agit de définir et de structurer le schéma directeur qui
Le prix de revient de la construction seule est proportionnel à permet de conduire la recherche afin d’orienter la conception
la surface habitable et à la surface des annexes (garage et des locaux (fig. 1 à 3).
autres). Il s’agit donc de déterminer l’importance d’une cons-
truction individuelle et son montant global estimé dans une Exemples : Quelles sont les directions à préciser en
enveloppe financière. concertation entre le maître d’œuvre et le client pour
Il est nécessaire de circonscrire le cadre d’étude à l’aide d’un commencer le projet et bien élaborer les plans ?
prix moyen par mètre carré (restant toujours indicatif) qui sert 1er exemple : la création d’une zone jour pour les pièces de
de repère en vue d’une estimation globale approchée. vie (salon-séjour-cuisine) et d’une zone nuit pour les pièces
Chaque constructeur a une notion nette du prix moyen par de repos (chambres).
mètres carrés construits dans une région à partir de réalisa- 2e exemple : le décompte du nombre de chambres néces-
tions effectuées avec des prestations similaires. saires, de salles de bains ou de salles d’eau et leur agence-
L’objet de cette première étape est d’évaluer l’emprise au sol ment.
de la future maison à rez-de-chaussée ou avec un étage et À titre indicatif et en fonction des choix personnels, il peut
décider des contours géométriques : implantation en rectan- être prévu (fig. 1) :
gles, en rectangles accolés avec des redans, dispositions en L, – 1 chambre de parents avec une salle de bains attenante ;
en T, en V, en U, etc. suivant les possibilités offertes par le – 2 chambres d’enfants avec une salle d’eau séparée à proxi-
terrain. mité ;
– des chambres d’enfants ou d’adolescents avec une salle
Ces diverses implantations font l’objet d’avant-projets réels d’eau associée ; l’accès de chacune des chambres étant
présentés et détaillés ci-après. direct.

Fig. 1 : Schéma de principe des liaisons entre les pièces

18
On s’aperçoit que le mode de vie des occupants constitue au
3e exemple : une cuisine avec un accès direct au garage, à
départ un maillon important pour la conception d’une maison
une buanderie ou à une arrière-cuisine.
d’habitation sur mesure.
On peut souhaiter rentrer la voiture dans le garage et ache-
miner les provisions du marché directement dans la cuisine.
On peut aussi souhaiter ne pas avoir d’odeur d’essence
provenant du garage et demander un sas d’accès servant de
tampon aux odeurs. Étape 3 : concevoir la distribution des pièces
4e exemple : le séjour est organisé avec un coin repas atte- en fonction des liens à créer entre elles
nant à la cuisine. On effectue un schéma de principe sous forme de graphe
Dans ce cas, la cuisine peut avoir une surface plus réduite montrant les liaisons ou les dépendances entre les pièces ainsi
pour admettre seulement la prise du petit déjeuner. qu’entre les pièces et l’environnement extérieur vers une
terrasse ou un jardin, etc. (fig. 1 à 3).

Fig. 2 : Schéma graphique des liaisons entre les locaux sans tenir compte des surfaces

Fig. 3 : Graphe des liaisons avec figures géométriques diverses

19
Exemples suivant les fonctions attribuées aux locaux Étape 4 : positionner les baies dans les façades,
(fig. 1 à 3) : les pignons et la toiture
• Cas de pièces indépendantes : ce sont souvent les pièces Les fenêtres et portes-fenêtres sont positionnées en fonction :
telles que les chambres et le bureau qui préservent l’intimité
– de l’orientation de la façade ;
ou l’autonomie des personnes.
– de l’environnement immédiat : maisons voisines, haies,
• Cas de pièces associées : on trouve pour la facilité d’utilisa- jardin avec massifs, etc. (fig. 4 à 6) ;
tion la cuisine et le coin repas qui donnent sur une terrasse – du vis-à-vis direct proche ou plus éloigné mais plongeant
bien exposée. (immeuble collectif) ;
– de la nature du local : pièces de vie pour se sentir bien chez
• Cas de pièces dépendantes : la salle de bains des parents soi ou pièces de repos qui présentent moins d’exigences vis-
dont l’accès s’effectue uniquement de la chambre parents à-vis du voisinage ;
ou la salle d’eau accessible depuis une chambre d’enfants – de l’aménagement intérieur pour placer le mobilier, la
(fig. 1). cheminée, les tableaux, etc. ;
– de l’aspect extérieur pour l’harmonie de la façade.
• Cas de pièces de service : le garage attenant souvent à une
cuisine, une buanderie ou un local de chaufferie avec une La porte d’entrée est toujours considérée comme un élément de
chaudière et un ballon d’eau chaude, une machine à laver, décoration et de protection en façade principale.
etc. Elle s’accorde avec elle par le choix de sa forme soit rectangulaire,
en demi-cintre en haut de la baie ou en arc surbaissé avec une
imposte fixe en triangle. Elle peut être semi-vitrée ou vitrée sur la
Aide à la conception de la distribution personnalisée hauteur avec des protections en ferronnerie d’art.
en distinguant une zone jour et une zone nuit

Pièce Exposition Liaison avec Priorité d’utilisation Souhaits d’occupants

Séjour avec • Est sur façade rue • Cuisine pour les repas Repas familiaux au quotidien Large vue sur jardin arboré → porte-fenêtre
salon et • Ouest en façade • Entrée pour accès direct Coin salon avec télévision Cheminée pour les soirées hivernales
coin repas arrière • Dégagement pour se rendre Liaison avec terrasse sur jardin Sol carrelé ou marbre
dans les pièces de la zone nuit

Fenêtre ayant un rez-de-chaussée


en vis-à-vis (gêne à circonscrire
par un masque de verdure)

Fig. 4 : Vis-à-vis gênant : maison à étage Fig. 5 : Sur la droite, vue sur le paysage
et à rez-de-chaussée à grandes baies vitrées ou sur des massifs de verdure

La fenêtre n’a pas une vue directe sur le pavillon.


Des arbres de moyenne taille (3 à 8 m) pourront masquer latéralement à
condition d’être implantés à une distance de 2 m au moins de la limite
de parcelle.
Autre moyen à envisager :
réaliser une mini butte
avec des massifs composés
par des arbustes à feuilles
persistantes de petite et
moyenne taille.
Une simulation
d’implantation des arbres
ou des arbustes est
souhaitable.

Fig. 6 : Fenêtre avec vue directe sur le paysage et vue oblique sur un pavillon

20
3. PIÈCES HABITABLES ET BAIES

Chacune des pièces habitables doit trouver sa correspondance • Les liaisons avec les pièces voisines par des portes, double-
avec l’intérieur, les pièces voisines et les circulations dans porte ou baie libre pour un style à tendance ouverte.
l’espace de vie quotidienne et avec l’extérieur, l’environne- • La gêne ou non de vis-à-vis direct ou indirect du voisinage
ment, les maisons voisines en vue d’un échange visuel perma- construit pour placer les baies.
nent favorable et nécessaire au cours de la journée.
• Le mode de vie des futurs occupants avec un coin repas, un
coin loisir (télévision) ou un coin salon (agencement du
mobilier, utilisation, ambiance).
• L’autonomie par rapport aux pièces voisines dépendantes
Diverses solutions d’adaptation ou non du séjour pour les accès.
Elles sont à envisager en fonction du terrain et de l’environne- Un échange et une analyse sur des points clés sont indispensa-
ment en partant de critères de choix. bles avec le concepteur qui élabore l’avant-projet et tient
compte de l’avis des futurs occupants. L’observateur placé à
Exemple : la pièce du séjour et sa conception (fig. 7) l’intérieur doit se réjouir de l’aspect paysager. Placé à l’exté-
rieur, il doit aussi regarder la façade sans en rejeter les formes
• La surface minimale de la pièce suivant les attentes, le mobi-
ou les couleurs (fig. 8).
lier, l’usage quotidien ; etc.
L’intégration dans l’environnement nécessite souvent des
• La forme préférentielle : en rectangle, en L, en trapèze,
compromis entre les souhaits et la réalité du bâti existant ou à
avec pans, etc. en fonction de l’exposition et des autres
construire dont il faut s’accommoder.
pièces.

a Séjour rectangulaire
b Mur de façade avec pan
coupé et fenêtre
supplémentaire sur le
retour gauche
c et d Séjour en trapèze
e Façade arrière du séjour
avec trois pans pour un
ensoleillement maximal.
On prévoit une porte-
a b c d e
fenêtre implantée dans
chacun des pans.
Fig. 7 : Pièce de séjour modifiée sur une façade suivant le terrain et la zone constructible,
l’exposition, le paysage, etc.

L’implantation d’une pièce de vie


Elle s’effectue souvent
suivant l’exposition. Pour
l’équilibre, nous avons
besoin de lumière, de soleil,
de calme, de vue sur un coin
de verdure. En consé-
quence, le choix de l’empla-
cement et les dimensions
des baies vitrées s’effec-
tuent en donnant une large
place au paysage et aux
préférences personnelles.
Une baie est une ouverture
dans un mur pour loger une
menuiserie : une fenêtre ou
une porte-fenêtre, etc.

L’implantation d’une baie dans une pièce est


fonction de la maison du voisin et des
projets de plantation de massifs qui peuvent
masquer des vis-à-vis.

Fig. 8 : Choix de la position de la baie

21
4. VARIANTES INDICATIVES EN FAÇADE ET TOITURE

Vue Particularités : façade et toit

A Porche avec linteau rectiligne


Toiture à deux versants sur zone habitable et garage

B Auvent au droit de la porte d’entrée


Toiture décalée en hauteur au-dessus du garage

C Arc surbaissé du porche et linteau cintré du garage


Toit du garage décalé en hauteur par rapport au toit principal

D Maison à comble aménagé et garage double


Fenêtres de toit pour les pièces du comble aménagé

E Pièces du rez-de-chaussée avec fenêtres à la française


Combles avec lucarnes à croupes

F Rez-de-chaussée avec fenêtre et porte-fenêtre


Combles avec lucarnes à fronton dont l’une est sans allège

G Rez-de-chaussée avec fenêtres et volets battants


Combles éclairés par lucarnes identiques à fronton

H Rez-de-chaussée avec fenêtre et porte-fenêtre


Combles éclairés par des lucarnes à fronton dont l’une est
rentrante (à droite)

I Éclairage des combles : lucarne à fronton (à gauche) et


fenêtres de toit (Vélux ®) prévues sur les deux versants
Garage simple

Fig. 9 à 17 (de A à I) : Variantes en façade et en toiture

22
5. PAVILLON IMPLANTÉ EN L AVEC VARIANTES DE TOIT

Il s’agit d’un pavillon avec un sous-sol Versant


complet, un rez-de-chaussée et des combles Ligne de faîtage Noue
Outeau
aménagés.
Arêtier
Rive
Châssis Croupe
plein
cintre
 La première option pour le toit est
représentée à la figure 18.
On constate qu’un volume important des
combles, au droit de la porte d’entrée par
exemple, sera faiblement éclairé par des Portes- Porte
outeaux (fenêtres de toit de forme triangu- fenêtres de garage
laire) en cas de pièces habitables. Porte
d’entrée
Fenêtres

Fig. 18 : Maison en L avec croupes et pignon maçonné

La structure porteuse est constituée par


des refends terminés en pignon pour les
combles afin de supporter les pannes de la
charpente traditionnelle. Ainsi, un volume
central dans l’axe des combles est utilisable
pleinement (fig. 19).
Des portes de communication sont prévues
allégeant ainsi la maçonnerie des pignons
porteurs.

Fig. 19 : Vue perspective de la structure

 La deuxième option tient compte d’un


meilleur éclairage naturel des pièces
dans les combles.
On prévoit deux lucarnes à croupes s’har-
monisant avec le toit et un outeau large-
ment dimensionné en façade Sud-Ouest
(photo 1).
Le pignon maçonné de la figure 19 dispa-
raît et la forme du toit à plusieurs versants
fait l’objet de la photo 1.
Cette solution a été retenue car elle
s’adapte à la fois aux critères :
– d’ordre esthétique pour le toit ;
– d’utilisation pour les occupants.

Photo 1 : Lucarnes à croupes et outeau

23
6. FORME DE VERSANTS DE TOITURE

a Versants réguliers : pente et longueur


de rampant a
b Versants de même pente mais
longueur différente de rampant b c

c Versants de pente différente

d Appentis de même pente mais


d’orientation différente
d e
e Pente différente sur un versant
(un versant à pente brisée) f

f Versants réguliers + un appentis


de même pente

Fig. 20 à 25 : Versants et appentis

7. DÉTAILS DE CONSTRUCTION

Détails extérieurs Détails intérieurs


Ils sont analysés pour aboutir à un choix de matériaux. Ils ont leur importance par leurs formes et dimensions.
Exemples : Le couronnement des murs avec une corniche en Ils peuvent par exemple concerner les portes intérieures, les
béton moulé ou une génoise en tuiles et en briques appa- revêtements de sols (moquette, parquet flottant ou non,
reillées, un débord de toit avec des chevrons habillés ou non, carrelages) ou les appareils sanitaires.
la forme et la nature des appuis de fenêtres et des seuils, le À titre indicatif, voici quelques implantations de modèles de
coloris des enduits extérieurs et des modénatures (motifs ou cheminée à compléter par des cotes d’encombrement (fig. 26
reliefs) en façade pour les angles et entourage des baies, etc. à 38).

doc. : Cheminées

Fig. 26 à 38 : Possibilités d’implantations


de cheminées

24
8. ILLUSTRATIONS : ADAPTATION AU TERRAIN

La future construction doit s’adapter au site par les


volumes, l’aspect de la toiture, les baies, etc.

Pavillon sur sous-sol établi


sur un terrain naturel surélevé
par rapport à la rue

Il s’agit de tirer parti au mieux de la topographie du


lot à bâtir afin d’inscrire les volumes créés dans l’en-
vironnement en tenant compte des maisons envi-
ronnantes.

• Création d’un sous-sol pour loger les voitures, la


chaufferie, la cave, la salle de jeux, etc.
• Aménagement d’un rez-de-chaussée accessible
sans escalier grâce à un plan incliné.
• Combles aménagés sans pignons grâce à un toit à
plusieurs versants (croupes). Fig. 39 : Vue des façades principales et de l’aménagement des contours

Le sous-sol sera mi-enterré sur une façade latérale ce Photo 2 : Vue de l’intérieur vers le jardin
qui permet l’éclairage naturel, et complètement
enterré du côté de l’entrée principale pour éviter
tout escalier ou perron.
Pour accéder au sous-sol, la pente descendante pour a
les voitures sera au plus de 15 %, le recul étant de
8,00 m par rapport à l’alignement de la rue.

Vue de l’intérieur d’un salon séjour


en construction
b b d
c
Les murs de façades et leurs baies forment un tout
en fonction :
– de l’orientation ;
– des maisons voisines construites ;
– de la surface du lot et des marges latérales à
respecter au pourtour de la maison ;
– des pièces à vivre (séjour, cuisine, etc.) ;
– des plantations existantes (arbres) ;
– des aménagements du terrain par des remblais ou
des déblais ;
– des contraintes précisées dans le cahier des
charges du lotissement. Fig. 40 : Disposition schématique en plan des portes-fenêtres sur jardin

La photo 2 présente un salon-séjour avec de larges a arc surbaissé à l’intérieur du séjour


baies orientées vers le jardin disposant d’une rangée
b portes-fenêtres disposées obliquement
d’arbres à feuillage persistant en fond de parcelle.
c porte-fenêtre centrée
L’implantation des baies permet ainsi de profiter de
d porte-fenêtre à droite et dans l’alignement du mur
l’ensoleillement tout au long de la journée.

25

Vous aimerez peut-être aussi