Vous êtes sur la page 1sur 10

Cours : Diagnostic et réparation Pr. Said KENAI, U.

Blida1

CAUSES DES DESORDRES DES STRUCTURES EN BETON ARME

I. CAUSES LIEE A LA PHASE CONCEPTION

1. Choix de terrain inadéquat


 Terrain inondable
 Terrain inconstructible
 Levé topographique non détaillé ou non pris en considération par l’architecte.

2. Absence ou insuffisance de l’étude géotechnique

 Absence ou manque d’essais et de paramètres pour le dimensionnement des ouvrages.


 Manque d’investigation en profondeur suffisante ou insuffisance du nombre d’essai en
espace (zones non explorées). Non détection de cavités ou de présence d’eau. Agressivité
de sol ou des eaux souterraines non signalées. Risque de glissements de terrain. Terrain
on homogène.

3. Conception générale défaillante

 Absence ou insuffisance grave de contreventement pour résister, soit à l’action du


vent, soit à l’action d’autres forces horizontales.
 Instabilité sous l’action de charges verticales.
 Poussées de voûtes ou de formes non équilibrées et efforts résultant de la transmission

de charges par des poteaux inclinés non équilibrés.


 Erreurs dans les hypothèses de calcul :
i. Sur les actions et combinaisons d’actions.
ii. Sur les déformations imposées.
iii. Sur les valeurs de caractère mécanique des matériaux.
 Inadéquation des modèles de calcul
i. Pour la détermination des sollicitations et de leurs combinaisons.
ii. Pour l’étude de la stabilité générale ou locale (équilibre statique,
contreventent, stabilité de forme).
iii. Pour la prise en compte des phénomènes diffères (retrait, fluage).

4. Dispositions incorrectes des armatures

Ce sont des erreurs de calcul ou de dessin et manque de communication entre


ingénieur de calcul et dessinateur et manque de vérifications et contrôle).

1
Cours : Diagnostic et réparation Pr. Said KENAI, U. Blida1

 Barres de renfort trop courtes. Risque de fissures en A et B.

 Longueur des chapeaux sur appuis encadrés par des travées de portée très différente.
Armature prolongée est nécessaire sur toute la longueur de la petite travée (premier
schéma est faux et il faut adapter le 2eme schéma)

 La répartition des armatures transversales doit suivre les variations de l’effort


tranchant le long de la ligne moyenne de la poutre.
 Prévoir les armatures de répartition ( 1/4) comme dans les cas de parois de cuves et
de réservoirs et parois de silos.

2
Cours : Diagnostic et réparation Pr. Said KENAI, U. Blida1

 Poussée à vide des armatures comme dans les cas de Poutre brisée (paillasse d’escalier,
armatures de goussets, poutre continue avec décrochement). Respecter les schémas
donner à droite et éviter ceux de gauche.

3
Cours : Diagnostic et réparation Pr. Said KENAI, U. Blida1






 Disposition de ferraillage au voisinage des vides.


o Trous réalisés dans les poutres pour passage des gaines.
o Trémies et vides réalisés dans les planchers et les voiles.
o Ouvertures dans les parois de cuves.
Les vides doivent être encadrés par des armatures dont la section est au moins égale à
celle des armatures interrompues.

4
Cours : Diagnostic et réparation Pr. Said KENAI, U. Blida1

 Appuis sur consoles et disposition de ferraillage.


Il convient de disposer les appuis reposant sur des consoles en retrait par rapport au nez de ce
dernier. Eviter les armatures de gros diamètre terminées par des crochets
Il convient de disposer des armatures bouclées à plat de faible diamètre.

Zone de
désordres

 Disposition défectueuse Disposition correcte

5
Cours : Diagnostic et réparation Pr. Said KENAI, U. Blida1

 Codage défectueux de barres de gros diamètre.


 Section d’encastrement de consoles de grande portée (turbines de stades..).
 Nœuds de porte à faux.
 Respecter les conditions de pliage porté sur les fiches d’identification de l’acier.
 Vérifier la condition de non écrasement du béton.
 Porter sur les plans les indicatives de rayon de courbure
 Représentation des dispositions de ferraillage.
 Faire des dessins complets et à l’échelle.

II. CAUSES LIEES A L’EXECUTION

II.1 Préparation de l’exécution


 Insuffisance des documents d’exécution
 Insuffisance de leur vérification par le maître d’œuvre
 Non respect des documents contractuels
 Erreurs de cotes et absence d’indications de tolérances
 Absence de dessins de détails dont dépend la faisabilité
 Préparation insuffisante du phasage et des réglages d’exécution
 Déficiences du contrôle de qualité
 Qualité insuffisante ou défectueuse des matériaux, produits et composants y compris
dans les étaiements et ouvrages provisoires
 Insuffisance ou absence de contrôle (entrepreneurs et maître d’ouvre) à la mise en
ouvre des aciers et des bétons.

 Non respect des prescriptions technologiques (adjuvants, gel, eaux, décoffrage..).


 Non-respect des règles de l’art, fausses manœuvres, mauvaise qualification

II.2 Erreurs pendant l’exécution :

a) Choix des matériaux :

- Granulats :
 Éléments fins dans le sable : retrait augmente et résistance à al compression
diminue.
 Exemple :
Es =100 retrait 3 x
Es =83 5x + Résistance
Es =60 8x
 Excès d’éléments fins entraîne une augmentation de la quantité d’eau de
gâchage donc une augmentation de retrait et une diminution de la résistance

6
Cours : Diagnostic et réparation Pr. Said KENAI, U. Blida1

R
é
é
h
h
h
2
5
5
5
5 E/C
5
 Incidence d’éléments à caractère expansif ou réactif
 Gypse é
é
 Granulats réactifs
 é éléments gélifs
Incidents des
2
 Forme des éléments (sphériques meilleures)
2
2
- Ciment :
2
 Variation et variabilité de la résistance
2
 Type de ciment2 (peu ou très réactif)
2
- Eau de gâchage : 2
 Présence de chlorure et de sels dissous retrait et corrosion
 Matière en suspension (fines) à limiter.

 Dosage en eau excessive ou ajout lors de coulage.

- Adjuvants :
 Type, dosage, % d’acides, chlorures, ….

b) Fabrication et mise en œuvre :


- Excès d’eau retrait et diminution de résistance
- Absence de cure diminution de résistance et de durabilité et fissuration. Durée
minimale de cure humide est de 3 à 7 jours en général et de 10 à 14 jours en climat
chaud.
- Vibrations : manque de vibration donnera lieu à des ségrégations et perte de
résistance.
- Transport : durée doit être inférieure à 1h30 en général et 1h en climat chaud.

c) Opération de coffrage :
- Insuffisance ou même absence de contreventement des étais (risque d’effondrement
pour les cas de hauteurs élevées comme les planchers des salles de sport et coupoles
de mosquées).
- Appuis défectueux sur le sol ou sur les planchers inférieurs (cas des balcons en cas
de pluie).
- Sous estimation des actions (accumulation des matériaux, impact….)
- Soin insuffisant apporté à la résistance du coffrage des parties délicates
(articulation) ; joints de dilatation, …

7
Cours : Diagnostic et réparation Pr. Said KENAI, U. Blida1

d) Ferraillage :
- Distance d’enrobage insuffisante qui risque de provoquer la corrosion à long terme.
- Ancrage insuffisant des barres et recouvrement insuffisant.
- Inversion de ferraillage ( cas des radiers et balcons...)
e) Décoffrage :
- doit être progressive et n’intervenir que lorsque le béton a acquis une résistance
suffisante. Le contrôle par éprouvettes conservées sur chantier à proximité de
l’ouvrage est recommandé.

III.CAUSES LIEES AUX CONDITIONS D’EXPLOITATION

- Relâchement de la surveillance
- Exécution différée de travaux d’entretien
- Effet de conditions atmosphériques (eau, gel…)
- Changement d’usage (stockage, réception du public comme écoles et cliniques).
-Ajout d’étage
- Vieillissement de l’ouvrage
 Matériaux
 Fatigue de la structure
- Actions abusives
 Dépassement de charges autorisées
- Actions naturelles ou extérieures
 Tassement ou glissement de terrains

 Chocs de véhicules et bateaux


 Ambiance agressive
 Incendie
 Séisme

IV. EXEMPLE DE CAUSES TRADITIONNELLES DE LA PATHOLOGIE


SISMIQUE :

a) Erreurs de conception :
- Maçonnerie non chaînées
- Bâtiments avec vides sanitaires sur poteaux courts
- Salles de classe ou autres locaux avec ouvertures en vasistas (apparition de poteaux
courts)
- Constructions sur étages souples entrainant le phénomène (P - ∆)
- Dissymétrie structurale en élévation et surtout en plan
- Toitures ou planchers lourds avec de rigidités relatives "poutre-poteau".
- Disposition constructives non adaptées
b) Calcul :
- Absence tout court de calcul parasismique
c) Réalisation :
- La qualité des matériaux et composants
- Mise en œuvre

8
Cours : Diagnostic et réparation Pr. Said KENAI, U. Blida1

Les principales causes de fissuration du béton sont reprises dans le tableau suivant. Il faut
toute fois remarquer que la fissuration est souvent due à une combinaison de plusieurs
causes

Avant durcissement Dégâts dus au gel -Retrait en phase plastique (*)


Déformation en phase plastique -Tassement en phase plastique
(*)
Mouvements -Déformation du coffrage

Après durcissement Sollicitations physiques -Retrait des agrégats


-Retrait hydraulique (*)
-Faïençage (*)
Sollicitations chimiques -Corrosion de l’armature (°)
-Réaction des granulats et /ou
du ciment (°)

Sollicitations thermiques -Cycles de gel-dégel (°)


-Variations de température
-Retrait thermique (*)
-Bridage
-Gradient de température

interne

Sollicitation structurelles -Traction


-Compression
-Effort tranchant
-Flexion
(°) Ces phénomènes sont étudiés dans le cadre du traitement d’autres cas pathologiques
(*) Cause les plus fréquentes
La figure 2 donne un aperçu des différents types de fissures que l’on peut rencontrer

9
Cours : Diagnostic et réparation Pr. Said KENAI, U. Blida1

10

Vous aimerez peut-être aussi