Vous êtes sur la page 1sur 298

Manuel d’utilisation et d’entretien

des groupes électrogènes

T16K - APM303
33504408601NE_23
T16K
Réf. moteur S4L2-SD
Réf. Alternateur KH00470T
Classe de performance G2

CARACTERISTIQUES GENERALES
Fréquence (Hz) 50 Hz
Tension de Référence (V) 400/230
Coffret Standard APM303
Coffret en Option TELYS
Coffret en Option M80
Coffret en Option APM403

PUISSANCES
ESP PRP
Tensions Ampères secours
DESCRIPTIF kWe kVA kWe kVA
Regulation mecanique
415/240 12.8 16 11.6 14.5 22
Châssis mecanosoudé avec suspensions anti-
vibratiles 400/230 12.8 16 11.6 14.5 23
Disjoncteur de puissance 380/220 12.8 16 11.6 14.5 24
Radiateur pour température faisceau 48/50°C maxi 200/115 12.8 16 11.6 14.5 46
avec ventilateur mécanique
240 TRI 12.8 16 11.6 14.5 38
Grille de protection ventilateur et parties tournantes
(Option CE) 230 TRI 12.8 16 11.6 14.5 40
Silencieux atténuation 9dB(A) livré séparé 220 TRI 12.8 16 11.6 14.5 42
Batterie(s) chargée(s) avec électrolyte 220/127 10.8 13.5 9.8 12.3 35
Démarreur et alternateur de charge 12V
Livré avec huile et liquide de refroidissement -30°C
ENCOMBREMENT VERSION COMPACT
Manuel d'utilisation et de mise en service
Longueur (mm) 1405
DEFINITION DES PUISSANCES Largeur (mm) 715
PRP : Puissance principale disponible en continue sous charge variable Hauteur (mm) 1053
pendant un nombre d'heure illimité par an en accord avec iso 8528-1.
ESP : Puissance Stand-by disponible pour une utilisation secours sous Poids net (kg) 406
charge variable en accord avec ISO8528-1, pas de surcharge disponible
dans ce service.
Capacité de réservoir (L) 50
CONDITIONS D'UTILISATION
Selon la norme ISO8528, la puissance nominale assignée du groupe ENCOMBREMENT VERSION INSONORISEE
électrogène est donnée pour une température d'air ambiant de 25°C,
d'une pression barométrique de 100 kPA (Environ 100m d'altitude), et Type d'insonorisation M126
une humidité relative de 30%. Pour des conditions particulières à votre Longueur (mm) 1750
installation, se reporter au tableau de détarage.
INCERTITUDE ASSOCIEE Largeur (mm) 775
Pour les groupes électrogènes utilisés en intérieur, pour lesquels les
niveaux de pression acoustique dépendent des conditions d'installation,
Hauteur (mm) 1230
il n'est pas possible de spécifier les niveaux de bruit ambiant dans les Poids net (kg) 554
instructions d'exploitation et de maintenance. Aussi, nos instructions
d'exploitation et de maintenance contiennent un avertissement Capacité de réservoir (L) 50
concernant les dangers du bruit aérien et la nécessité de mettre en
oeuvre des mesures préventives appropriées. Niveau de pression acoustique @1m dB(A) 72
Niveau de puissance acoustique garanti (Lwa) 89
Niveau de pression acoustique @7m dB(A) 59

17/07/2018
T16K
CARACTÉRISTIQUES MOTEUR

DONNEES GENERALES Moteur ECHAPPEMENT


Marque moteur MITSUBISHI Température gaz d'échappement @ ESP 50Hz (°C) 410
Réf. moteur S4L2-SD Débit gaz d'échappement @ ESP 50Hz (L/s) 48.70
Type aspiration Athmo Contre-pression echappement (mm H2O) 700
Disposition des cylindres L
Nombre de cylindres 4 CARBURANT
Cylindrée (L) 1.76 Conso. 100% charge ESP (L/h) 0
Refroidissemen air admission Conso. 100% charge PRP (L/h) 4.40
Alésage (mm) x Course (mm) 78 x 92 Conso. 75% charge (L/h) 3.40
Taux de compression 22 : 1 Conso. 50% charge (L/h) 2.60
Vitesse (RPM) 1500 Débit max. pompe fuel (L/h) 18
Vitesse de pistons (m/s) 4.60
Puissance ESP (kW) 15.80
HUILE
Classe de régulation (%) +/- 2.5%
Capacité huile (L) 5.90
PME @ PRP 50 Hz (bar) 6.50
Pression huile mini (bar) 1
Type de régulation Mécanique
Pression huile maxi (bar) 4
Conso. d'huile 100% ESP (L/h) 0.08
SYSTEME DE REFROIDISSEMENT
Capacité huile carter (L) 5.40
Capacité moteur et radiateur (L) 4.90

BILAN THERMIQUE
Chaleur rejetée dans l'échappement (kW)
Puissance ventilateur (kW) 0.70
Chaleur rayonnée (kW) 2
Débit d'air ventilateur Dp=0 (m3/s) 0.80
Contrepression disponible sur air (mm Chaleur rejetée dans l'eau HT (kW) 14
10
H2O)
Type de réfrigérant Glycol-Ethylene
AIR D'ADMISSION
Contre pression d'admission max (mm H2O) 200
Débit d'air combustion (L/s) 18.20
EMISSIONS
Emission PM (mg/Nm3) 5% O2 100
Emission CO (mg/Nm3) 5% O2 120
Emission HC+NOx (g/kW.h) 0
Emission HC (mg/Nm3) 5% O2 40

17/07/2018
T16K
CARACTÉRISTIQUES ALTERNATEUR

DONNEES GENERALES AUTRES DONNEES


Réf. Alternateur KH00470T Puissance nominale continue 40°C (kVA) 15
Nombre de Phase Triphasé Puissance secours 27°C (kVA) 16
Facteur Puissance (cos Phi) 0.80 Rendement à 100% de la charge (%) 86.30
Altitude (m) 0 à 1000 Débit d'air (m3/s) 0.05
Survitesse (rpm) 2250 Rapport de court circuit (Kcc) 1.10
Nombre de pôles 4 R. longitudinale synchrone non saturée (Xd) (%) 144
Capacité de maintien du court-circuit à R. transversale synchrone non saturée (Xq) (%) 80
Oui
3 In pendant 10s
CT transitoire à vide (T'do) (ms) 840
Classe d'isolement H
R. longitudinale transitoire saturée (X'd) (%) 12.40
Classe T° (H/125°) en continue 40°C H / 125°K
CT transitoire en Court circuit (T'd) (ms) 42
Classe T° (H/163°C) en secours 27°C H / 163°K
R. longitudinale subtransitoire saturée (X''d) (%) 8.50
%regulation_avr% #regulation_avr#
CT subtransitoire (T''d) (ms) 10
Distorsion Harmonique Totale à vide
2,8 R. transversale subtransitoire saturée (X''q) (%) 45.30
DHT (%)
Distorsion Harmonique Totale en CT subtransitoire (T''q) (ms) 9
2,2
charge linéaire DHT (%)
R. homopolaire non saturée (Xo) (%) 5.50
Forme d'onde : NEMA = TIF <45
R. inverse saturée (X2) (%) 14.90
Forme d'onde : CEI = FHT <2
CT de l'induit (Ta) (ms) 11
Nombre de paliers Mono Palier
Courant d'excitation à vide (io) (A) 0.35
Accouplement Direct
Régulation de tension à régime établi Courant d'excitation en charge (ic) (A) 1.20
1
(+/- %) Tension d'excitation en charge (uc) (V) 18.80
Temps de réponse (Delta U = 20% 200 Démarrage (Delta U = 20% perm. ou 30% trans.)
transitoire) (ms) 39.40
(kVA)
Indice de protection IP 23 Delta U transitoire 4/4 charge-Cos Phi 0,8 AR (%) 14.20
Technologie Sans bague ni Perte à vide (W) 457
balai
Dissipation de chaleur (W) 1905
Taux de déséquilibre maximum (%) 100

ENCOMBREMENT
Encombrement version insonorisée Encombrement DW version Compact
Type d'insonorisation M126 Type d'insonorisation
Longueur (mm) 1750 Longueur (mm) 1797
Largeur (mm) 775 Largeur (mm) 775
Hauteur (mm) 1230 Hauteur (mm) 1214
Poids net (kg) 554 Poids net (kg) 470
Capacité de réservoir (L) 50 Capacité de réservoir (L) 93
Niveau de pression acoustique @1m dB(A) 72 Niveau de pression acoustique @1m dB(A)
Niveau de puissance acoustique garanti (Lwa) 89 Niveau de puissance acoustique garanti (Lwa)
Niveau de pression acoustique @7m dB(A) 59 Niveau de pression acoustique @7m dB(A)
Encombrement DW version insonorisée
Type d'insonorisation M126 DW
Longueur (mm) 1797
Largeur (mm) 775
Hauteur (mm) 1391
Poids net (kg) 633
Capacité de réservoir (L) 93
Niveau de pression acoustique @1m dB(A) 71
Niveau de puissance acoustique garanti (Lwa) 89
Niveau de pression acoustique @7m dB(A) 59

17/07/2018
T16K
COFFRET

APM303, l'essentiel en toute simplicité TELYS, ergonomique et convivial

Extrêmement polyvalent, le coffret TELYS est complet mais


reste très accessible grâce à un travail en profondeur sur
l'optimisation de l'ergonomie et de la convivialité. Avec un
grand écran de visualisation, des boutons et une molette de
défilement, il opte pour la simplicité et met l'accent sur la
L’APM303 est un coffret polyvalent permettant un communication.
fonctionnement en mode manuel ou automatique. Il
propose les fonctionnalités suivantes : Il propose les fonctionnalités suivantes :
Mesures:
Tension simples et composées, niveau fuel. Mesures électriques : Voltmètre, Ampèremètre,
(Option : courants puissances actives, puissances Fréquencemètre.
apparentes, facteurs de puissance, compteur d’énergie
kW/h, pression d’huile, température de liquide de Paramètres moteur : Compteur horaire, Pression d'huile,
refroidissement) Température d'eau, Niveau fuel, Vitesse moteur, Tension
Supervision : batteries.
Communication Modbus RTU sur RS485
Reports : Alarmes et défauts : Pression d'huile, Température d'eau,
(Option : 2 reports configurables) Non démarrage, Survitesse, Mini/maxi alternateur,
Protections : Mini/maxi tension batterie, Arrêt d'urgence, Niveau fuel.
Survitesse, minimum et maximum de tension, minimum et
maximum de fréquence, pression d’huile, température de Ergonomie : Molette de navigation entre les différents
liquide de refroidissement (maximum de puissance active menus.
P<66kVA)
Traçabilité : Communication : Logiciel de pilotage et conduite à distance,
Pile de 12 événements mémorisés connexions USB, connexion PC.
Pour plus d'informations, veuillez consulter la fiche
technique de l’APM303. Pour plus d'informations sur le produit et ses options,
veuillez consulter la documentation commerciale.

17/07/2018
M80, report d'informations APM403, pilotage simple de groupe electrogene
et de centrale d’energie

Le coffret M80 possède une double fonctionnalité. Il sert de


simple bornier pour le raccordement d'une armoire Le contrôleur APM403 est un coffret polyvalent permettant
électrique et de tableau de bord à lecture directe dont les un fonctionnement en mode manuel ou automatique.
cadrans permettent une surveillance des paramètres de Mesures : tensions et courant
base de votre groupe électrogène. Compteurs de puissance kW/kWh/kVA
Caractéristiques standards : Voltmètre, Fréquencemètre.
Il propose les fonctionnalités suivantes : En option : Ampèremètre batterie.
Pilotage CAN J1939 ECU moteurs
Paramètres moteur : Tachymétrie, Compteur horaire, Alarmes et défauts : Pression huile, Température eau,
Indicateur température d'eau, Indicateur pression d'huile, Survitesse, Non démarrage, Mini/maxi alternateur, Bouton
Bouton d'arrêt d'urgence, Bornier de raccordement client, arrêt d’urgence.
Conformité CE. Paramètres moteur : Niveau fuel, Compteur horaire,
Tension batteries.
En option (standard en 24V): Pression huile, Température
eau.
Historique / Gestion des 300 derniers évènements du GE
Protections Groupe et Réseau
Gestion d’horloge
Connexions USB, USB Host et PC,
Communications : RS485
Protocole ModBUS /SNMP
En option : Ethernet, GPRS, contrôle à distance, 3G, 4G,
Websuperviseur, SMS, E-mails

17/07/2018
Manuel général et de sécurité

Groupe électrogène

GÉNÉRALITÉS - SÉCURITÉ - INSTALLATION

IZIDOC-1311_FR
17/07/2017 33532000101_6_1
MGS_ 33532000101_6_1

SOMMAIRE

1 Préambule................................................................................................................................................................................... 4
1.1 Description de la documentation des groupes électrogènes .............................................................................................. 4
1.2 Recommandations générales ............................................................................................................................................. 5
2 Consignes de sécurité................................................................................................................................................................. 6
2.1 Signification des pictogrammes présents sur le groupe électrogène ................................................................................. 6
2.2 Consignes générales.......................................................................................................................................................... 7
2.3 Risques liés aux phases de manutention ........................................................................................................................... 9
2.4 Risques d'électrocution ...................................................................................................................................................... 9
2.4.1 Secours aux personnes en cas de choc électrique ........................................................................................................ 9
2.5 Risques d'incendies, de brûlures et d'explosions ............................................................................................................. 10
2.6 Risques liés aux gaz d'échappement et aux produits toxiques ........................................................................................ 11
2.7 Risques liés au bruit ......................................................................................................................................................... 12
2.8 Consignes pour la protection de l'environnement ............................................................................................................. 12
3 Description générale du matériel............................................................................................................................................... 13
3.1 Plaques d'identification ..................................................................................................................................................... 13
3.1.1 Identification des groupes électrogènes ....................................................................................................................... 13
3.1.2 Emplacement des plaques sur groupes électrogènes avec et sans capot................................................................... 14
3.1.3 Emplacement des plaques sur groupes électrogènes en conteneur ............................................................................ 14
3.1.4 Identification des composants des groupes électrogènes ............................................................................................ 15
3.2 Groupe électrogène fixe ................................................................................................................................................... 16
3.2.1 Groupe électrogène sans capot de protection ............................................................................................................. 16
3.2.2 Groupe électrogène avec capot de protection ............................................................................................................. 17
3.3 Groupe électrogène mobile .............................................................................................................................................. 18
3.3.1 Groupe électrogène sans remorque ............................................................................................................................ 18
3.3.2 Groupe électrogène sur remorque ............................................................................................................................... 19
3.3.3 Mât d'éclairage ............................................................................................................................................................. 19
3.4 Groupe électrogène en conteneur .................................................................................................................................... 20
3.4.1 Conteneurs ISO 20 et ISO 40 ...................................................................................................................................... 21
3.4.2 Conteneur CPU 20 et CPU 40 ..................................................................................................................................... 22
3.4.3 Conteneur CIR 20 ........................................................................................................................................................ 23
3.4.4 Conteneur sur remorque .............................................................................................................................................. 23
3.5 Caractéristiques techniques et fonctionnement des équipements complémentaires (si équipés) .................................... 24
3.5.1 Bac de rétention des fluides intégré (option) ................................................................................................................ 24
3.5.2 Régulateur d'appoint d'huile automatique REN-RAB ................................................................................................... 25
3.5.2.1 Caractéristiques techniques .................................................................................................................................... 25
3.5.2.2 Fonctionnement ....................................................................................................................................................... 25
3.5.3 Pompe manuelle JAPY ................................................................................................................................................ 26
3.5.4 Electropompe JAPY ..................................................................................................................................................... 27
3.5.5 Clapet étouffoir............................................................................................................................................................. 28
3.5.6 Chargeur de batteries .................................................................................................................................................. 28
3.5.6.1 BC0512.................................................................................................................................................................... 29
3.5.6.2 BC0524.................................................................................................................................................................... 31
3.5.6.3 BC1012.................................................................................................................................................................... 33
3.5.6.4 BC1024.................................................................................................................................................................... 35
3.5.6.5 BC2024.................................................................................................................................................................... 37
4 Manutention .............................................................................................................................................................................. 39
4.1 Décharger le matériel ....................................................................................................................................................... 40
4.2 Déplacer le matériel par élingage ..................................................................................................................................... 40
4.2.1 Visualisation des points de levage ............................................................................................................................... 41
4.3 Déplacer le matériel par chariot élévateur ........................................................................................................................ 42
4.3.1 Manutentionner les groupes électrogènes avec et sans capot .................................................................................... 42
4.3.2 Manutentionner les groupes électrogènes en conteneur ............................................................................................. 42
4.4 Déplacer le matériel par treuil roulant ............................................................................................................................... 43
4.5 Déplacer le matériel par rouleaux ou système de rouleurs .............................................................................................. 43
5 Transport et stockage du groupe électrogène ........................................................................................................................... 44
5.1 Préparer le transport ........................................................................................................................................................ 44
5.2 Transport routier ............................................................................................................................................................... 44
5.2.1 Réglementation ADR sur les transports de matières dangereuses (TMD) .................................................................. 44
5.2.2 Groupes électrogènes avec et sans capot ................................................................................................................... 45
5.2.3 Groupes électrogènes en conteneur ............................................................................................................................ 46
5.3 Transport ferroviaire ......................................................................................................................................................... 47
5.3.1 Groupes électrogènes avec et sans capot ................................................................................................................... 47
5.3.2 Groupes électrogènes en conteneur ............................................................................................................................ 47
5.4 Transport maritime ........................................................................................................................................................... 47
5.4.1 Groupes électrogènes avec et sans capot ................................................................................................................... 47
5.4.2 Groupes électrogènes en conteneur ............................................................................................................................ 47
5.4.3 Accessoires et pièces de rechange ............................................................................................................................. 47
5.5 Transport aérien ............................................................................................................................................................... 47
5.6 Groupes électrogènes sur remorques .............................................................................................................................. 48
5.6.1 Consignes de sécurité ................................................................................................................................................. 48

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_0 _SOMMAIRE 1


5.6.2 Description.................................................................................................................................................................... 48
5.6.2.1 Les caracteristiques de poids ................................................................................................................................... 48
5.6.2.2 Les attelages ............................................................................................................................................................ 48
5.6.2.3 La signalisation ........................................................................................................................................................ 49
5.6.2.4 Les limites ................................................................................................................................................................ 49
5.6.3 Utilisation ...................................................................................................................................................................... 50
5.6.3.1 Vérifications préalables à l’attelage .......................................................................................................................... 51
5.6.3.2 Attelage d’une remorque équipée d’un anneau d’attelage ....................................................................................... 51
5.6.3.3 Attelage d’une remorque équipée d’une tête d’accouplement (rotule) ..................................................................... 52
5.6.3.3.1 Accouplement ................................................................................................................................................. 52
5.6.3.3.2 Indicateur d’usure (sur certains modèles) ....................................................................................................... 53
5.6.3.4 Conduite ................................................................................................................................................................... 53
5.6.3.5 Désaccouplement..................................................................................................................................................... 53
5.6.4 Informations techniques................................................................................................................................................ 54
5.6.4.1 Caractéristiques générales ....................................................................................................................................... 54
5.6.4.2 Roues et pneumatiques ........................................................................................................................................... 55
5.6.4.3 Fixations du groupe sur la remorque ........................................................................................................................ 55
5.6.4.4 Branchement des faisceaux électriques ................................................................................................................... 55
5.6.4.5 Echéancier d’entretien.............................................................................................................................................. 56
5.6.4.6 Tableaux de pannes ................................................................................................................................................. 57
6 Installation ................................................................................................................................................................................. 58
6.1 Consignes générales, pré-requis pour toute installation ................................................................................................... 58
6.1.1 Déterminer le lieu d'implantation................................................................................................................................... 58
6.1.2 Prévoir l'assise du groupe électrogène ......................................................................................................................... 59
6.1.3 Prévoir la gestion du combustible ................................................................................................................................. 60
6.1.3.1 Rappel de la réglementation applicable ................................................................................................................... 60
6.1.3.2 Description de l'installation ....................................................................................................................................... 61
6.1.4 Limiter les gênes sonores ............................................................................................................................................. 62
6.1.5 Monter les équipements complémentaires ................................................................................................................... 62
6.1.6 Protéger contre les surtensions .................................................................................................................................... 62
6.2 Groupes électrogènes sans capot, installation dans un local............................................................................................ 63
6.2.1 Introduction ................................................................................................................................................................... 63
6.2.2 Choisir le type de local.................................................................................................................................................. 64
6.2.3 Déterminer les dimensions et l'agencement du local .................................................................................................... 64
6.2.4 Ouvrir le local pour l'accès et la ventilation ................................................................................................................... 65
6.2.5 Prévoir un système de levage ...................................................................................................................................... 65
6.2.6 Insonoriser le local ........................................................................................................................................................ 66
6.2.6.1 Rappel de la réglementation applicable : Acoustique ............................................................................................... 66
6.2.6.2 Description de l'installation ....................................................................................................................................... 66
6.2.7 Définir le circuit d'échappement .................................................................................................................................... 67
6.2.7.1 Rappel de la réglementation applicable : émission d'échappement ......................................................................... 67
6.2.7.2 Description de l'installation ....................................................................................................................................... 68
6.2.8 Refroidissement ............................................................................................................................................................ 75
6.3 Groupes électrogènes avec capot et conteneurs, installation en extérieur ....................................................................... 76
6.3.1 Garantir une ventilation correcte ................................................................................................................................... 76
6.3.2 Garantir un échappement correct ................................................................................................................................. 77
6.4 Groupes électrogènes mobiles ......................................................................................................................................... 78
6.4.1 Groupe électrogène sur remorque ................................................................................................................................ 78
7 Mise en service .......................................................................................................................................................................... 79
7.1 Raccorder électriquement un groupe électrogène ............................................................................................................ 79
7.1.1 Installations basse tension............................................................................................................................................ 80
7.1.1.1 Câblage en basse tension ........................................................................................................................................ 80
7.1.1.2 Régime de neutre en basse tension ......................................................................................................................... 83
7.1.1.2.1 Schéma TT ..................................................................................................................................................... 84
7.1.1.2.2 Schéma TNS .................................................................................................................................................. 84
7.1.1.2.3 Schéma IT ...................................................................................................................................................... 85
7.1.2 Installations haute tension ............................................................................................................................................ 86
7.1.2.1 Câblage en haute tension ........................................................................................................................................ 86
7.1.2.2 Régime de neutre en haute tension ......................................................................................................................... 87
7.2 Carburants, lubrifiants et liquides de refroidissement ....................................................................................................... 88
7.2.1 Spécifications des carburants ....................................................................................................................................... 88
7.2.2 Spécifications des lubrifiants ........................................................................................................................................ 91
7.2.3 Spécifications des liquides de refroidissement ............................................................................................................. 94
7.3 Contrôler l'installation du groupe électrogène, première mise en service ......................................................................... 95
7.3.1 Réglages du variateur et du régulateur de température des aérorefroidisseurs ........................................................... 96
7.4 Préparer la conduite du groupe électrogène ..................................................................................................................... 97
7.5 Contrôler le groupe électrogène avant le démarrage ........................................................................................................ 97
7.6 Démarrer le groupe électrogène ....................................................................................................................................... 98
7.6.1 Groupes électrogènes équipés d'une chaudière de préchauffage ................................................................................ 98
7.6.2 Démarrage.................................................................................................................................................................... 98
7.7 Contrôler le groupe électrogène après le démarrage ........................................................................................................ 98
7.8 Fonctionnement ................................................................................................................................................................ 99
7.8.1 Eviter le fonctionnement sans charge ou en sous-charge ............................................................................................ 99
7.8.2 Prendre des mesures de sécurité durant le fonctionnement......................................................................................... 99
7.9 Arrêter le groupe électrogène ........................................................................................................................................... 99

2 Section 0 SOMMAIRE 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


8 Maintenance ........................................................................................................................................................................... 100
8.1 Plans de maintenance .................................................................................................................................................... 100
8.1.1 Bâtir un plan de maintenance adapté ........................................................................................................................ 101
8.2 Essais des groupes électrogènes................................................................................................................................... 104
8.3 Nettoyer un groupe électrogène ..................................................................................................................................... 105
8.3.1 Nettoyer un groupe électrogène avec capot de protection ......................................................................................... 105
8.3.1.1 Fréquence de nettoyage ........................................................................................................................................ 105
8.3.1.2 Mode opératoire de nettoyage ............................................................................................................................... 105
8.3.2 Nettoyer un groupe électrogène en conteneur ........................................................................................................... 108
8.3.2.1 Fréquence de nettoyage ........................................................................................................................................ 108
8.3.2.2 Mode opératoire de nettoyage ............................................................................................................................... 108
8.4 Principes généraux de maintenance des circuits ........................................................................................................... 111
8.4.1 Circuit d'huile ............................................................................................................................................................. 111
8.4.1.1 Prélèvement d'huile ............................................................................................................................................... 111
8.4.1.2 Vidange et remplacement du filtre à huile.............................................................................................................. 113
8.4.2 Circuit carburant......................................................................................................................................................... 114
8.4.2.1 Préfiltres carburant ................................................................................................................................................ 114
8.4.2.1.1 Maintenance des préfiltres ........................................................................................................................... 115
8.4.2.1.2 Purge de l'eau .............................................................................................................................................. 115
8.4.2.1.3 Remplacement du filtre ................................................................................................................................ 115
8.4.2.2 Purge du circuit d'alimentation carburant ............................................................................................................... 116
8.4.3 Circuit de refroidissement .......................................................................................................................................... 117
8.4.3.1 Echéances de vidange .......................................................................................................................................... 117
8.4.3.2 Prélèvement de liquide de refroidissement ............................................................................................................ 117
8.4.3.3 Vidange ................................................................................................................................................................. 118
8.4.3.4 Remplissage initial ................................................................................................................................................. 119
8.4.3.5 Essai d'étanchéité et complément ......................................................................................................................... 119
8.5 Filtre à air ....................................................................................................................................................................... 120
8.5.1 Filtre à air pour ambiance poussiéreuse .................................................................................................................... 120
8.6 Durites et flexibles .......................................................................................................................................................... 122
8.7 Batteries de démarrage .................................................................................................................................................. 123
8.7.1 Vérifier le niveau d'électrolyte .................................................................................................................................... 123
8.7.2 Vérifier la densité acide-tension ................................................................................................................................. 123
8.7.3 Brancher - Débrancher la batterie .............................................................................................................................. 124
8.7.4 Charger la batterie ..................................................................................................................................................... 124
8.7.5 Nettoyer la batterie..................................................................................................................................................... 124
8.8 Aéroréfrigérants.............................................................................................................................................................. 125
8.9 Maintenance des équipements complémentaires .......................................................................................................... 127
8.9.1 Silencieux d'échappement ......................................................................................................................................... 127
8.9.2 Pompe manuelle JAPY .............................................................................................................................................. 127
9 Stockage / Déstockage ........................................................................................................................................................... 129
10 Identification rapide des causes mineures possibles de pannes ............................................................................................. 130
10.1 Vérifications du groupe électrogène ............................................................................................................................... 130
10.2 Batteries de démarrage .................................................................................................................................................. 131
10.3 Pompe manuelle JAPY .................................................................................................................................................. 132
10.4 Electropompe JAPY ....................................................................................................................................................... 132
11 Glossaire ................................................................................................................................................................................. 133
12 Table des illustrations ............................................................................................................................................................. 139

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_0 _SOMMAIRE 3


1 Préambule

1.1 Description de la documentation des groupes électrogènes

La documentation livrée avec les groupes électrogènes définit l'ensemble des opérations d'utilisation et de maintenance du groupe
électrogène ou de la centrale électrique et donne les instructions de sécurité pour la protection des personnes et du matériel. Cette
documentation permet de prendre connaissance de l'équipement, de le faire fonctionner, de l'entretenir quotidiennement et
périodiquement. Elle est constituée des éléments suivants :
- Les consignes et règles de sécurité à respecter pour la protection des personnes,
- Les spécifications techniques du groupe électrogène (data-sheet) ;
- Les recommandations générales contenant entre autres :
 les indications de transport et de manutention ;
 les règles générales d’installation des groupes électrogènes ;
 les consignes générales de préparation des groupes électrogènes avant leur mise en service ;
 les spécifications des carburants, lubrifiants et liquides de refroidissement à utiliser ;
 les consignes particulières de maintenance ;
 les descriptifs et/ou consignes de maintenance de certains équipements optionnels.
- Les consignes d’utilisation du coffret de commande (si équipé).
- Le manuel d’utilisation et de maintenance du moteur équipant le groupe électrogène*.
- Le manuel de maintenance de l’alternateur équipant le groupe électrogène*.
- Les schémas électriques (document séparé ou inclus dans la documentation selon les cas).

Les informations et références aux réglementations contenues dans les manuels sont issues des données techniques disponibles
au moment de l’impression (les photos représentées dans nos manuels n’ayant aucune valeur contractuelle). Dans un souci
d’amélioration permanente de la qualité de nos produits, ces données sont susceptibles d’être modifiées sans préavis.
* Pour ce qui concerne les documentations des moteurs et des alternateurs équipant les groupes électrogènes, elles sont constituées
des manuels d’utilisation et de maintenance des moteurs (d’origine constructeur) et des manuels d’utilisation et de maintenance des
alternateurs (d’origine constructeur). Certains manuels d’utilisation et de maintenance des moteurs équipant les groupes électrogènes
présentent des coffrets de commande et indiquent des procédures de démarrage et d’arrêt des moteurs : nos groupes électrogènes
étant équipés de coffrets de commande spécifiques, seules les informations figurant dans la documentation des coffrets de
commande équipant nos groupes électrogènes sont à prendre en considération.
Par ailleurs et en fonction des critères de fabrication des groupes électrogènes, certains moteurs peuvent être équipés de câblages
électriques spécifiques différents de ceux décrits dans les documentations des moteurs.

Dans ce manuel, les textes d’avertissement sont traités de la manière suivante :

Danger immédiat.
Indique un danger imminent qui peut provoquer un décès ou une blessure grave. Le non-respect de la
consigne indiquée peut entraîner des conséquences graves pour la santé et la vie des personnes exposées.
DANGER

Danger potentiel.
Indique une situation dangereuse le cas échéant. Le non-respect de la consigne indiquée peut entraîner des
blessures légères sur des personnes exposées ou des dommages matériels.
ATTENTION

Les côtés gauche et droit sont vus depuis l’arrière du groupe électrogène (le radiateur se trouvant à l’avant). Les abréviations et mots
définis dans le glossaire ainsi que les renvois aux figures et chapitres sont indiqués en italique dans le document.

4 Section 1 Préambule 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


1.2 Recommandations générales

Lire attentivement l’ensemble du manuel d’utilisation et d’entretien du groupe électrogène et les consignes de sécurité fournies.
Toujours respecter impérativement les consignes et règles de sécurité ainsi que les législations en vigueur.
En cas de doute sur la compréhension des consignes données ou des opérations préconisées, faire appel à l’agent le plus proche.
Nos agents possèdent cette qualification et peuvent répondre à toutes les questions. Ils sont aussi à même de fournir des pièces
détachées ainsi que d’autres services. Ils disposent également de personnel formé pour assurer la maintenance corrective et
préventive ou encore la réfection complète des groupes électrogènes.
Toute opération non préconisée dans la documentation du groupe électrogène est à exclure ; aucun point de réglage ne doit être
modifié si ce n’est pas signifié expressément dans la documentation. Veiller à ce que toutes les opérations soient effectuées par du
personnel ayant reçu une formation appropriée. Ne jamais laisser d'autres personnes utiliser le groupe électrogène sans avoir
auparavant donné les instructions nécessaires. Ne jamais laisser un enfant toucher le groupe électrogène même à l'arrêt.
Dans tous les cas, respecter les règlements locaux en vigueur concernant l’utilisation des groupes électrogènes.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_1 _Préambule 5


2 Consignes de sécurité

2.1 Signification des pictogrammes présents sur le groupe électrogène

Lecture obligatoire Remplissage


Attention : danger de la notice du Attention : Remplissage
Carburant gazole. liquide de
général. matériel. danger électrique. huile.
refroidissement.

Attention : Attention : Attention :


Vidange liquide de
haute pièces tournantes ou danger, démarrage Vidange carburant. Vidange huile.
refroidissement.
température. en mouvement. automatique.

Attention : Raccordements
Attention : Vidange bac de Niveau haut bac
matières Terre. extérieurs
matières corrosives. rétention. de rétention.
explosives, risque en carburant.
d’explosion.

Faire le plein de
Interdit d’arroser Produit inflammable, liquide de
Flamme nue interdite flamme nue interdite
d’eau, lavage au Vanne de sélection Trappe de visite. refroidissement
et défense de fumer. et défense de fumer
jet interdit. de l’alimentation avant tout
carburant. préchauffage.

Danger :ne pas Attention : ouvrir


Consulter le ouvrir les portes les portes avant
Protection obligatoire Protection obligatoire
guide lorsque le groupe de faire démarrer Coupe batterie.
de la vue. de la vue et de l’ouïe.
d’informations. électrogène est en le groupe
marche. électrogène.

Point de levage Passage de fourche Danger de classe 3 : Patins de transport,


à retirer avant Arrimage :
obligatoire. pour levage. liquide inflammable. point de passage des sangles de
installation.
transport et calages des groupes
électrogènes.

6 Section 2 Consignes de sécurité 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


2.2 Consignes générales

Installation du matériel
L’installateur du matériel doit établir un document descriptif des éventuelles modifications apportées au matériel lors de l’installation.

Utilisation du matériel
- Avant toute intervention sur le matériel :
o Nommer un responsable d’exploitation.
o Le responsable d’exploitation a pour rôle de surveiller, directement ou indirectement, toute intervention sur le matériel
et de veiller à l’application des consignes de sécurité et d’exploitation.
o Le responsable d’exploitation devra lire et comprendre toute la documentation fournie avec le matériel.

- Information du personnel :
o Rappeler régulièrement les consignes de sécurité et d’exploitation au personnel d’exploitation.
o Prendre contact avec le concessionnaire pour toute question sur le matériel et toute demande de formation du
personnel.
o Mettre les notices constructeurs à disposition des utilisateurs (si possible sur place).

- Protection du personnel et du matériel :


o Porter des vêtements adaptés.
o S’écarter du matériel en fonctionnement.
o Tenir éloigné du matériel, les individus non habilités à intervenir, ainsi que les animaux. Appliquer cette consigne, que
le matériel soit en fonctionnement ou à l’arrêt.
o Protéger le matériel de toute projection de liquide et intempérie.
o Avant tout démarrage du matériel, remonter les capots de protection et fermer toutes les portes d’accès.
o Avant tout démarrage du moteur, vérifier la présence de filtre à air et d’un circuit d’extraction correct des gaz
d’échappement.
o Respecter les règlements en vigueur concernant l’utilisation du carburant.
o Utilisation formellement interdite d’eau de mer ou de tout autre produit électrolytique ou corrosif dans le circuit de
refroidissement.
o Procéder aux réglages du matériel en suivant les prescriptions des constructeurs.
o Vérifier le bon fonctionnement du matériel.
o Pour le matériel sur remorque : serrer le frein de stationnement lorsque le matériel est installé sur le site d'exploitation.
Pendant le calage en pente, s'assurer que personne n’est sur la trajectoire de la remorque.

Maintenance du matériel
- Compétences du personnel :
o Veiller à ce que la maintenance du matériel soit effectuée par du personnel ayant reçu une formation appropriée.

- Protection du personnel :
o Porter des vêtements et lunettes de protection adaptés.
o Déposer tout effet personnel susceptible de gêner lors de l’intervention : montre, gourmette, etc.
o Placer un panneau sur les commandes du matériel interdisant toute tentative de démarrage.
o Débrancher la batterie (et déconnecter le démarreur pneumatique, s’il y en a un) avant d’entreprendre toute opération
de maintenance.
o Manipuler le matériel suivant les règles de l’art, en employant des techniques ne mettant pas en danger le personnel.
o Porter impérativement une protection sur les mains lors de phase de détection des fuites.
o Vérifier périodiquement le bon fonctionnement des dispositifs de sécurité.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_2 _Consignes de sécurité 7


- Protection du matériel :
o Utiliser des outils en bon état et adaptés aux travaux à effectuer. S’assurer de la bonne compréhension du mode
d’emploi avant toute intervention.
o Respecter le tableau de maintenance et ses prescriptions. Dans des conditions poussiéreuses ou défavorables,
certaines périodes de maintenance devront être réduites.
o Vérifier que les pièces détachées montées sur le matériel sont exclusivement fournies par le concessionnaire.
o Manipuler le matériel suivant les règles de l’art, en employant des techniques ne risquant pas de provoquer de
détérioration matériel.
o Remplacer tout pictogramme de sécurité manquant ou illisible sur le matériel.
Nota : Les vis de fixation des protections des parties tournantes sont des vis imperdables équipées de rondelles de
retenue. Aussi, afin d’assurer l’intégrité de ce montage, il est interdit d’utiliser des visseuses/dévisseuses électriques ou
pneumatiques pour dévisser ces vis de fixation.

- Nettoyage du matériel :
o Nettoyer toute trace d’huile, de carburant ou de liquide de refroidissement avec un chiffon propre.
o Utiliser exclusivement des solvants de nettoyage autorisés.
o Moyens et produits de nettoyage formellement interdits :
 essence ou autres substances inflammables ;
 solution savonneuse contenant du chlore ou de l’ammoniaque ;
 nettoyeur haute pression.

- Consigne complémentaire :
o Si nécessaire, prendre contact avec le concessionnaire pour obtenir les services suivants :
 la réponse à toute question sur le matériel ;
 une formation du personnel ;
 la fourniture de la documentation nécessaire à la maintenance ;
 la fourniture de pièces détachées ;
 une intervention de maintenance corrective ou préventive.

Site d’exploitation
- Entretien :
o Nettoyer régulièrement l’ensemble du site d’exploitation avec du matériel de nettoyage adapté.
o La présence de matières dangereuses ou combustibles à l’intérieur des locaux doit être limitée aux nécessités de
l’exploitation.

- Accès :
o Interdire l’accès libre aux personnes étrangères à l’établissement, à l’exception de celles désignées par l’exploitant.

- Respect de l’environnement :
o Vidanger et jeter l’huile moteur dans un réceptacle prévu à cet effet (les distributeurs de carburant peuvent récupérer
l’huile usagée).
o Le brûlage des déchets à l’air libre est interdit.
o Déposer les eaux résiduaires, les boues et les déchets dans un centre de traitement spécialisé.

8 Section 2 Consignes de sécurité 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


2.3 Risques liés aux phases de manutention

PHASES DE MANUTENTION - RISQUE DE CHUTE

DANGER

- Choisir les engins et matériels de manutention appropriés en fonction du type de matériel à manutentionner. Vérifier que la
capacité de manutention est suffisante.
- Vérifier que les engins et matériels de manutention sont en bon état de fonctionnement.
- Respecter les instructions de manutention décrites dans la présente documentation et les consignes des pictogrammes
affichés sur le matériel à manutentionner.
- Veiller à ne jamais se placer sous la charge manutentionnée.
Nota : Les anneaux de levage prévus sur le matériel sont dimensionnés pour manutentionner le matériel seul. Dans le cas où des
équipements supplémentaires sont montés sur le matériel, une étude devra être menée pour définir le centre de gravité de l’ensemble
et vérifier la bonne tenue mécanique de la structure du matériel ainsi que de ses anneaux de levage.

2.4 Risques d'électrocution

MATÉRIEL ÉLECTRIQUE - RISQUE DE CHOC ÉLECTRIQUE

DANGER

- Lire attentivement la plaque d’identification constructeur. Les valeurs de tension, puissance, courant et fréquence sont
indiquées. Vérifier la concordance de ces valeurs avec l’installation à alimenter.
- Effectuer les raccordements électriques conformément aux normes et règlements en vigueur dans le pays d’utilisation et au
régime de neutre vendu.
- Faire intervenir un électricien qualifié pour les cas particuliers de connexion du matériel à un réseau électrique existant.
- Avant toute intervention d’installation et de maintenance, mettre le matériel hors tension (tension matériel, tension batterie
et tension réseau).
- Câbler le matériel en respectant le schéma électrique fourni par le constructeur.
- Manipuler le matériel les mains ou les pieds toujours au sec.
- Prendre toutes les précautions pour ne jamais toucher des câbles dénudés ou des connexions débranchées.
- Utiliser et maintenir les câbles en bon état, bien isolés et raccordés de façon correcte et définitive.
- Remplacer les équipements de protection contre les chocs électriques uniquement par des équipements identiques
(caractéristiques et valeurs nominales).
- Utiliser exclusivement des câbles souples résistants, à gaine caoutchouc, conformes à la CEI 245-4 ou des câbles
équivalents.
- Remonter les plaques de protection (obturateurs) après chaque opération de maintenance.

Nota : L’équipement électrique fourni avec le matériel est conforme à la norme NF C15.100 (France) ou aux normes des pays
concernés.

2.4.1 Secours aux personnes en cas de choc électrique

En cas de choc électrique, suivre les indications suivantes :

1. Eviter tout contact direct soit avec le conducteur sous tension, soit avec le corps de la victime.
2. Couper immédiatement la tension et actionner l’arrêt d’urgence du matériel mis en cause. Nota :
Une hâche peut être employée pour couper le fil sous tension. Prendre de très grandes précautions
pour éviter l'arc électrique qui en résulte.
3. En cas d’impossibilité d’atteindre le matériel : éloigner la victime du conducteur sous tension avec
un morceau de bois sec, des vêtements secs ou d'autres matériaux non-conducteurs.
4. S’éloigner avec la victime de toute situation de danger de mort.
5. Avertir les secours.
6. En cas d’arrêt respiratoire, commencer immédiatement la respiration artificielle.
7. En cas d’arrêt cardiaque, effectuer un massage cardiaque.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_2 _Consignes de sécurité 9


2.5 Risques d'incendies, de brûlures et d'explosions

CARBURANTS / PRODUITS INFLAMMABLES / FLUIDE SOUS PRESSION

- RISQUE DE BRÛLURE -
- RISQUE D’INCENDIE -
- RISQUE D’EXPLOSION -
DANGER

1. Avant tout démarrage du matériel, éloigner tout produit inflammable ou explosif (essence, huile, chiffon, etc.).
2. Interdiction de poser des matériaux combustibles sur les organes chauds du matériel (exemple : tuyau d’échappement).
3. Eviter tout contact avec les organes chauds du matériel (exemple : tuyau d’échappement).
4. Prévoir une ventilation adaptée au refroidissement correct du matériel.
5. Attendre l’arrêt et le refroidissement complet du moteur avant de retirer le bouchon du radiateur.
6. Attendre l’arrêt et le refroidissement complet du matériel avant de recouvrir le matériel (si nécessaire).
7. Dépressuriser les circuits d’air, d’huile et de refroidissement avant de déposer ou déconnecter tous raccords, conduites ou
éléments connectés.

Pour l’installation du matériel sur un véhicule ou autre matériel mobile, une étude préalable devra être menée afin
de prendre en compte les différentes spécificités d’utilisation du groupe électrogène.
ATTENTION

Carburants

- Respecter les règlements locaux en vigueur concernant le matériel exploité ainsi que
l’utilisation du carburant (essence, gasoil et gaz).
- Effectuer le plein en carburant moteur à l’arrêt (excepté pour le matériel disposant d’un
système de remplissage automatique).
- Interdiction de fumer, d’approcher une flamme ou de provoquer des étincelles pendant le
remplissage du réservoir.
- Prévoir une protection adaptée contre l’incendie et les explosions.
- Remplacer les canalisations dès que leur état l’exige.

Huiles

1. S’assurer que le système n’est plus sous pression avant toute intervention.
2. Eviter tout contact avec de l’huile chaude.
3. Attendre l’arrêt et le refroidissement complet du moteur, avant de faire le plein en huile.
4. Avant tout démarrage du moteur, remettre en place le bouchon de remplissage d’huile.
5. Interdiction de revêtir le matériel d’une fine couche d’huile dans le but de le protéger de la rouille.

Batterie

Interdiction de fumer, d’approcher une flamme ou de provoquer des étincelles à proximité des batteries (particulièrement lorsque
les batteries sont en cours de charge).

Gaz d’alimentation (concerne les groupes électrogènes fonctionnant au gaz) :

- Réclamer les notices techniques d’utilisation et les fiches de données de sécurité du GPL ou GN auprès du fournisseur de
gaz.
- Pour toute intervention sur une installation de gaz, faire intervenir un spécialiste reconnu.
- Effectuer les opérations d’approvisionnement en gaz exclusivement en extérieur et suivant la réglementation locale, dans
une zone éloignée de tout feu et non fréquentée par des personnes ou des animaux.
- Vérifier l’étanchéité du circuit d’alimentation en gaz avec de l’eau savonneuse et le circuit en pression ou avec un détecteur
de fuites.
- Interdiction de fumer, d’approcher une flamme ou de provoquer des étincelles pendant le remplissage de la citerne et à
proximité de groupe électrogène.

10 Section 2 Consignes de sécurité 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


2.6 Risques liés aux gaz d'échappement et aux produits toxiques

GAZ D’ÉCHAPPEMENT - PRODUITS TOXIQUES - RISQUE TOXIQUE

DANGER

Gaz d’échappement
- Prévoir une ventilation appropriée pour évacuer les gaz d’échappement vers l’extérieur et en éviter l’accumulation.
- Respecter les règlements locaux en vigueur concernant le matériel exploité ainsi que l’utilisation du carburant (essence,
gasoil et gaz).
- Examiner périodiquement l’échappement des gaz brûlés.
- Remplacer les canalisations dès que leur état l’exige.
Nota : L’oxyde de carbone présent dans les gaz d’échappement peut entraîner la mort si le taux de concentration est trop important
dans l’atmosphère que l’on respire.

Inhibiteur de corrosion présent dans le liquide de refroidissement (contient de l’alcali)


- Lire les prescriptions sur l’emballage.
- Tenir le produit hors de portée des enfants.
- Ne pas ingérer.
- Eviter tout contact prolongé ou répété avec la peau.
- Ne jamais mettre en contact avec les yeux.
En cas de contact avec les yeux :
1. Rincer immédiatement et abondamment à l’eau pendant au moins 15 minutes.
2. Appeler immédiatement un médecin.
En cas de contact avec la peau :
1. Laver abondamment à l’eau et au savon.
2. Appeler immédiatement un médecin.

Carburants et huiles
- Ne pas inhaler.
- Assurer une bonne ventilation.
- Utiliser un masque de protection adapté.

Electrolyte des batteries


- Eviter tout contact avec la peau et les yeux.
- Mettre des lunettes et des vêtements de protection adaptés et des gants résistant
aux bases fortes pour manipuler l’électrolyte.

En cas de projections dans les yeux :


1. Rincer immédiatement à l’eau courante et/ou avec une solution d’acide borique diluée à 10%.
2. Appeler immédiatement un médecin.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_2 _Consignes de sécurité 11


2.7 Risques liés au bruit

NIVEAU SONORE ÉLEVÉ - RISQUE DE PERTE D’AUDITION

DANGER
- Utiliser impérativement des protections auditives adaptées en cas de travail à proximité d’un groupe électrogène en
fonctionnement.
- Le niveau de pression acoustique mesuré à 1 m est mentionné sur la plaque de baptême du groupe électrogène.
Nota : Pour les groupes électrogènes utilisés en intérieur, pour lesquels les niveaux de bruit ambiant dépendent des conditions
d’installation, il n’est pas possible de spécifier ces niveaux de bruit ambiant dans les instructions d’exploitation. Comme une exposition
prolongée à un niveau de pression acoustique élevé peut engendrer des dommages auditifs permanents, il est nécessaire d’effectuer,
après l’installation, des mesures acoustiques pour déterminer le niveau de pression acoustique et, si nécessaire, mettre en œuvre
des mesures préventives appropriées.

2.8 Consignes pour la protection de l'environnement


L’huile, le carburant et le liquide de refroidissement sont des produits très toxiques pour l’environnement et pour la santé des
personnes : ne jamais les verser ou les laisser s’écouler au sol (récupérer les fluides dans des récipients appropriés et les ramener
à un point de collecte des déchets). Lorsque le groupe électrogène est hors d’usage (fin de vie du produit), l’amener à un point de
collecte de déchets. Pour éviter tout risque d’incendie, dégager une zone assez large autour du groupe électrogène (risque
d’étincelles). Pour réduire les nuisances sonores, éviter, dans la mesure du possible, la réverbération des sons sur les murs ou autres
constructions (amplification du volume).

12 Section 2 Consignes de sécurité 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


3 Description générale du matériel

Il existe 3 grands types de groupes électrogènes :


- Groupe électrogène fixe :
 sans capot de protection ;
 avec capot de protection.
- Groupe électrogène mobile :
 sans remorque ;
 avec remorque ;
 mât d’éclairage.
- Groupe électrogène en conteneur :
 sans remorque ;
 avec remorque.
Nota : Les groupes électrogènes mobiles possèdent toujours une protection (capot ou conteneur).

3.1 Plaques d'identification

3.1.1 Identification des groupes électrogènes

Les groupes électrogènes et leurs composants sont identifiés au moyen de plaques d’identification.
Les règles précises d’identification de chaque composant majeur (moteur, alternateur…) sont décrites dans les documents propres
à chaque fabricant se trouvant en annexes de ce manuel.
16
1

3
17
2
14

12 10 11 7 15

13 9 8

5 4 18

1 - Groupe électrogène
9 - Température ambiante maximale pour la puissance
2 - Marque du constructeur assignée (°C)
3 - Modèle 10 - Fréquence assignée (Hz)
4 - Numéro de série 11 - Vitesse de rotation du groupe électrogène (RPM)
5 - Année de fabrication 12- Tension assignée (V)
6 - Puissance assignée (kVA et kW) suivant la norme ISO 13 - Intensité assignée (A)
8528-1
14 - Masse (kg)
PRP : puissance principale
15 - Marquage CE
ESP : puissance de secours
16 - Marquage norme hors CE (exemple EAC)
7 - Facteur de puissance assigné
17 - Pression acoustique
8 - Altitude maximale du site au dessus du niveau de la mer
18 - Puissance acoustique
(m) pour la puissance assignée
Figure 1 : Exemple de plaque d’identification groupe électrogène

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_3 _Description générale du matériel 13


3.1.2 Emplacement des plaques sur groupes électrogènes avec et sans capot

La plaque d’identification des groupes électrogènes avec et sans capot de protection est collée en partie basse du châssis.

Plaque d’identification

Figure 2 : Emplacement de la plaque d’identification des groupes électrogènes avec et sans capot de protection

3.1.3 Emplacement des plaques sur groupes électrogènes en conteneur

La plaque d’identification des conteneurs est collée au niveau de l’arrêt d’urgence.

Plaque d’identification

Figure 3 : Emplacement de la plaque d’identification des groupes électrogènes en conteneur

14 Section 3 Description générale du matériel 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


3.1.4 Identification des composants des groupes électrogènes

Figure 4 : Exemples de plaques d’identification moteur

Figure 5 : Exemples de plaques d’identification alternateur

Figure 6 : Exemple de plaque d’identification d’armoire électrique

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_3 _Description générale du matériel 15


3.2 Groupe électrogène fixe

3.2.1 Groupe électrogène sans capot de protection


1

5 2

12

11

10

Figure 7 : Description générale d’un groupe électrogène sans capot de protection

1 Filtre à air 5 Moteur 9 Châssis


Grille de protection parties
2 Alternateur 6 10 Plaque d’identification
tournantes
3 Plots amortisseurs 7 Coffret de commande 11 Disjoncteur
4 Batterie de démarrage 8 Radiateur 12 Pupitre

16 Section 3 Description générale du matériel 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


3.2.2 Groupe électrogène avec capot de protection

1
2

6
3

15
8

14

13

10

12

11

Figure 8 : Description générale d’un groupe électrogène avec capot de protection

1 Anneau de levage 6 Moteur 11 Châssis


Grille de protection parties
2 Filtre à air 7 12 Plaque d’identification
tournantes
3 Alternateur 8 Echappement 13 Disjoncteur
4 Plots amortisseurs 9 Radiateur 14 Pupitre
5 Batterie de démarrage 10 Capot de protection 15 Coffret de commande

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_3 _Description générale du matériel 17


3.3 Groupe électrogène mobile

3.3.1 Groupe électrogène sans remorque

1
2

14
7

13

6 10

12
16
15 11

Figure 9 : Description générale d’un groupe électrogène avec capot de protection

1 Anneau de levage 6 Moteur 11 Châssis


Grille de protection parties
2 Filtre à air 7 12 Plaque d’identification
tournantes
3 Alternateur 8 Echappement 13 Disjoncteur
4 Plots amortisseurs 9 Radiateur 14 Coffret de commande
5 Batterie de démarrage 10 Capot de protection 15 Passages de fourches
16 Barre de traction

18 Section 3 Description générale du matériel 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


3.3.2 Groupe électrogène sur remorque

Tous les groupes électrogènes mobiles existent en version sur remorque.

Figure 10 : Exemple de groupe électrogène mobile sur remorque

3.3.3 Mât d'éclairage


Projecteurs

Mât

Groupe électrogène
avec capot de protection

Remorque

Figure 11 : Exemple de mât d’éclairage

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_3 _Description générale du matériel 19


3.4 Groupe électrogène en conteneur

Le concept CONTENERGY® se décline en 3 types de conteneurs :


- Les ISO 20 et 40,
- Le CIR 20,
- Les CPU 20 et 40.
Ces appellations commerciales* désignent des conteneurs normalisés ISO :

Normalisation 20 pieds 40 pieds


ISO
1CC 1CCC 1AAA
Homologation 6.058 m x 2.438 m x 2.591 m 6.058 m x 2.438 m x 2.896 m 12.192 m x 2.438 m x 2.896 m
C.S.C :
C.S.C - ISO20 ‘HC’ ISO40 ‘HC’

C.S.C CPU20 - CPU40

- CIR20 ‘Dry’ CIR20 ‘HC’ -

Le terme ‘HC’ désigne les conteneurs « High Cube » qui sont de grande capacité et d’une hauteur importante. Le terme ‘Dry’ désigne
les conteneurs de hauteur standard.

*ISO (faisant référence aux dimensions ISO) - CIR (Conteneur Industriel et Rental) - CPU (Contenerized Power Unit).

20 Section 3 Description générale du matériel 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


3.4.1 Conteneurs ISO 20 et ISO 40

Les conteneurs ISO 20 et ISO 40 en 20 pieds et 40 pieds sont conformes aux normes de l’ISO/TC104 et certifiés C.S.C.1 ce qui
autorise leur transport maritime.

Silencieux
Pupitre
AIPR

Pièges à sons

Grille
Radiateur d’entrée d’air
insonorisée

Figure 12 : Exemple de conteneur ISO 20

Réservoir
carburant

Silencieux

Pièges à sons

Grille
d’entrée d’air
insonorisée
AIPR
Radiateur

Figure 13 : Exemple de conteneur ISO 40

1 C.S.C. : Conteneur Safety Convention

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_3 _Description générale du matériel 21


3.4.2 Conteneur CPU 20 et CPU 40

Les conteneurs CPU 20 et CPU 40 sont des groupes électrogènes compacts conçus pour un niveau sonore faible et une grande
accessibilité. Les dimensions et coins ISO de ces modèles permettent l’utilisation des outillages de manutention et de transport ISO.

Faisceaux du Pupitre
Silencieux
radiateur

Grille
d’entrée d’air

Figure 14 : Exemple de conteneur CPU 20

Pièges à sons

Grille
d’entrée d’air Radiateur

Figure 15 : Exemple de conteneur CPU 40

22 Section 3 Description générale du matériel 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


3.4.3 Conteneur CIR 20

Les conteneurs CIR 20 (non certifiés C.S.C.) sont construits sur la base des conteneurs ISO 20 (conforme à l’ISO/TC104 sur
demande).
Ces conteneurs de faible niveau sonore sont bien adaptés aux applications mobiles et de location.
NOTA : La zone de non rétention doit être à l’air libre : ne pas obturer les orifices de drainage latéraux

Radiateur
Silencieux
Grille d’entrée
d’air insonorisée

Réservoir Orifice de drainage

Zone de non rétention

Figure 16 : Exemple de conteneur CIR 20

3.4.4 Conteneur sur remorque

Tous les groupes électrogènes en conteneurs (20 et 40 pieds) existent en version sur remorque.

Figure 17 : Exemple de conteneur sur remorque

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_3 _Description générale du matériel 23


3.5 Caractéristiques techniques et fonctionnement des équipements complémentaires (si
équipés)

3.5.1 Bac de rétention des fluides intégré (option)

Les éventuels écoulements des fluides contenus dans les groupes électrogènes (carburant, huile et liquide de refroidissement) sont
récupérés dans un bac de rétention intégré, si le groupe électrogène est équipé de cette option.
La capacité des bacs permet de récupérer 110% de la totalité des fluides contenus dans le groupe électrogène équipé.
Trois montages sont possibles :

Montage 2 : Bac de rétention des Montage 3 : Bac de rétention des


Montage 1 : Bac de rétention des
fluides rapporté sous le châssis du fluides intégré au châssis et réservoir
fluides intégré au châssis réservoir
groupe électrogène rapporté

Figure 18 : Bac de rétention des fluides intégré

Nota : Les groupes électrogènes équipés de l’option correspondant au montage 3 (cf. Figure : Bac de rétention des fluides intégré)
sont en plus équipés d’une indication de niveau haut dans le bac de rétention.
Dans tous les cas, il convient de vérifier régulièrement l’absence de fluides (carburant, huile et liquide de refroidissement ou eau de
pluie ou de condensation) dans les bacs de rétention. En cas de besoin, effectuer une vidange des bacs soit par l’orifice de vidange
soit par la pompe de vidange (pour les bacs équipés de cette pompe).

Vidanger les fluides du bac de rétention dans un réceptacle prévu à cet effet.
Interdiction de réaliser cette vidange sur le sol.
ATTENTION

24 Section 3 Description générale du matériel 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


3.5.2 Régulateur d'appoint d'huile automatique REN-RAB

Le régulateur REN type RAB 101 -70 est un régulateur de niveau d’huile pour toutes puissances de moteur. Il maintient un niveau
d’huile correct dans le carter moteur. Réglé sur le niveau d’huile "moteur en marche", il régule le niveau au fur et à mesure de la
consommation.

3.5.2.1 Caractéristiques techniques

La plupart des modèles possèdent un seuil d’alarme ou d’arrêt de niveau bas pour prévenir le manque d’alimentation d’huile, la
chute du niveau carter et éventuellement le trop plein.
Un seuil de niveau d’huile intégré déclenche une alarme ou arrête le moteur, prévient l’utilisateur en cas de manque d’alimentation
d’huile, le moteur continuant de consommer.

Figure 19 : Vue générale du régulateur

3.5.2.2 Fonctionnement

Lorsque le niveau d’huile dans le carter baisse, le flotteur descend et ouvre le clapet.
L’ouverture du clapet permet le passage de l’huile du réservoir au carter en passant par le régulateur.
Lorsque le niveau voulu est atteint dans le carter, le flotteur du régulateur monte entraînant la fermeture du clapet et l'arrêt du débit.
Par sa conception, le clapet est auto décrassant et ne peut se colmater.
A travers le régulateur un trou de 3 mm est suffisamment important pour permettre une remise à niveau dans le carter d'huile.

Figure 20 : Schéma simplifié de l'action du clapet

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_3 _Description générale du matériel 25


3.5.3 Pompe manuelle JAPY

La pompe est conçue pour transvaser des produits du type : eau, gasoil, huile, certains solvants.

Type Utilisation Vues éclatées Légende des repères


Eau
Gasoil
EP Huile
Liquide de
1. Levier
refroidissement
2. Couvercle
Eau 3. Piston + clapets + goupilles
Gasoil 4. Siège + clapets + goupilles
Huile 5. Corps
BP
Liquide de 6. Raccords + joints
refroidissement 7. Feutre + joint torique + joints raccords
Eau de mer 8. Bride presse étoupe + bague + tresse
Solvants non
HL
inflammables

Gasoil
HT
Huile 1. Levier
3. Piston + clapets + goupilles
4. Siège + clapets + goupilles
5. Corps
6. Raccords + joints
7. Feutre + joint torique + joints raccords
8. Couvercle
EZ Gasoil

La pression maximale dans le corps de la pompe ne doit pas excéder 10 bars. L’utilisation normale de la pompe ne doit pas demander
d’effort majeur pour l’utilisateur lors du pompage.
En cas de difficultés majeures pendant le pompage pour actionner le levier, ne pas forcer et vérifier la non présence de corps
étrangers dans les conduits du circuit d’aspiration, vidanger la pompe . Si les difficultés persistent, contacter un de nos agents.

Les débits horaires s'entendent à la cadence de coups doubles indiqués et pour une amplitude complète de la course du levier,
aspiration 1 mètre, refoulement 1 mètre, débit libre.
La capacité d'aspiration est indépendante de la grosseur de la pompe. Une pompe de taille n°0 ou n°5 a la même capacité
d'aspiration. Ces pompes peuvent atteindre 7 m d'aspiration manométrique avec de l'eau froide, au niveau de la mer et avec un
clapet de pied. Il convient de vérifier les conditions d’installation à l’aspiration : Ø de tuyau et longueur.

Taille Débit en m3/h Cadence Ø orifices HMT en m


0 0.9 80 1/2 " 30
1 1.3 80 3/4 " 22
2 2 80 1" 15
3 2.7 70 1 " 1/4 11
5 5 70 1 " 1/2 6

La présence d’air dans le circuit limite la capacité d’aspiration de la pompe, éviter toute entrée d'air, tous les joints doivent être
parfaitement étanches et la tuyauterie ne doit présenter aucune fissure ou porosité.

Figure 21 : Pompe manuelle JAPY

26 Section 3 Description générale du matériel 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


3.5.4 Electropompe JAPY

Données techniques :

- Débit maxi : 35 L/mn


- Pression maxi : 20 m de colonne liquide
- Hauteur d’aspiration maxi : 5 m
- Vitesse de rotation : 2800 tr/mn
- Equipée d’un by-pass
- Fonctionnement avec refoulement coupé 2 à 3 mn maxi
- Protection IP 55

Données électriques :

- Puissance : 0.37 kW
- Moteur fait pour un travail en continu

- JEV 10/658 monophasé 50 Hz : 220 V – 2.4 A – 240 V – 2.1 A


- JEV 10/658 monophasé 60 Hz : 208 V – 3.7 A – 277 V – 3.3 A

- JEV 11/661 triphasé 50 Hz : 380 V – 0.8 A – 415 V – 1 A


- JEV 11/661 triphasé 50 Hz : 200 V – 1.5 A – 240 V – 1.6 A Figure 22 : Electropompe JAPY JEV

- JEV 11/661 triphasé 60 Hz : 380 V – 0.9 A – 480 V – 1.4 A


- JEV 11/661 triphasé 50 Hz : 208 V – 1.8 A – 240 V – 2 A

Les moteurs ne sont pas anti-déflagrants.


Utiliser les électropompes JAPY uniquement dans des lieux dépourvus de vapeur inflammable.
DANGER

Fluides utilisables

- Eau, fuel, gasoil & huile fluide


- Viscosité maximum de 10 cst à température ambiante.

Fluides interdits

Fluides Dangers correspondants


Essence Feu, explosion
Liquides inflammables avec PM inférieur à 55 degrés C Feu, explosion
Eau Oxydation de la pompe
Liquides alimentaires Pollution des liquides
Liquides avec viscosité > 10 cst Surcharge du moteur
Liquides chimiques corrosifs Corrosion de la pompe
Solvants Dommage aux garnitures et joints

Ne jamais laisser tourner la pompe à vide.


Avant la mise en marche, fermer le robinet ou le pistolet au refoulement.
Le by-pass permettra à la pompe de fonctionner avec l'orifice de refoulement fermé pendant une période
limitée.
ATTENTION

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_3 _Description générale du matériel 27


3.5.5 Clapet étouffoir

Les clapets étouffoirs sont des organes de sécurité à fermeture automatique et à réarmement manuel.

SECTIONNEMENT
Porter des gants et manipuler les leviers des clapets étouffoirs avec précautions : risque de
blessure.
DANGER

Tous les modèles sont munis d’un système de réarmement constitué :


- soit d’un hexagone pour utilisation d’une clé.
- soit d’un levier pour actionnement direct.

Pour réarmer :
1. Se saisir du levier ou positionner la clé sur l’hexagone (pour une meilleure ergonomie nous conseillons l’emploi d’une clé à
œil).
2. Tourner lentement mais fermement dans le sens indiqué ci-dessous jusqu'à sentir le point d’enclenchement du verrouillage.
3. Relâcher progressivement l’effort : le clapet doit rester ouvert.

Figure 23 : Modèles de clapets étouffoirs

3.5.6 Chargeur de batteries

Les chargeurs de batteries sont des modules de charge pour alimentations électriques secourues, adaptés aux équipements et aux
systèmes avec des appels de courant : relais, moteurs, électrovannes, automates, dispositifs sonores d’alerte, etc. et de leurs circuits
permanents de surveillance, de signalisation, de contrôle et de commande ou destinés à la charge de batteries d'accumulateurs.
Ces modules chargeurs associés à des batteries constituent des ensembles chargeurs batteries qui sécurisent l’ensemble des
systèmes lors des défauts secteur.
Ils alimentent les équipements permanents (surveillance, signalisation, contrôle et commande) et assurent que la charge des batteries
soit maintenue.

28 Section 3 Description générale du matériel 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


3.5.6.1 BC0512

Données techniques
Tension DC 12 V
Courant nominal 5A
Gamme du courant 0~5A
Puissance nominale 60 W
Ondulation et bruit (max.) 120mVp-p
Gamme d’ajustement 12 ~ 15 V
SORTIE
tension
Précision ligne (+/-) 1.0%
Précision puissance (+/-) 1.0%
Temps de monte 500ms, 30 ms/230VAC 500 ms, 30 ms/115VAC à pleine puissance
Temps de maintien 50 ms/230VAC 20 ms/115VAC à pleine puissance
Ajuster la tension de sortie nécessaire avec le potentiomètre avant de connecter la
Information
batterie
Gamme tension 85 ~ 264VAC 120 ~ 370 VDC
Gamme fréquence 47 ~ 63 Hz
Rendement (typ.) 86%
ENTRÉE Courant AC (typ.) 1.8 A/115VAC 1A/230VAC
Courant d’appel (au Démarrage à froid 30A/115VAC 60A 230VAC
démarrage)
Courant de fuite <1mA/240VAC
105 ~ 150% de la puissance nominale
Surcharge Type de protection : limitation de courant, récupère automatiquement quand le
défaut disparaît
PROTECTIONS
15.6 ~ 18V
Surtension Type de protection : arrêt automatique de la tension. Débrancher le chargeur et
remettre sous tension
Valeurs nominales des contacts (max.) 30V/1A résistif
FONCTION Relais de défaut
Contact fermé = défaut
Température
(-)20 ~ (+)70°C (se référer à la courbe de déclassement)
(fonctionnement)
Humidité (fonctionnement) 20 ~ 90% du taux d’humidité sans condensation
ENVIRONNEMENT Stockage : température et (-)40 ~ (+)85°C, 10 ~ 95% taux d’humidité
humidité
Coefficient de température (+/-) 0,03%/°C (0 ~ 50°C)
Composants : 10 ~ 500 Hz, 2G 10 min./1 cycle, 60 min chacun selon les axes x,y,z
Vibration
; Boîtier : conforme avec IEC60068-2-6
Standards de sécurité UL508, UL60950-1, TUV EN60950-1 approuvé
Tenue en tension I/P-O/P:3KVAC I/P-FG:1.5KVAC O/P-FG:0.5KVAC
Résistance d’isolement I/P-O/P, I/P-FG, O/P-FG:>100M Ohm / 500VDC / 25°C / 70% taux d’humidité
SECURITÉ EMI conduction &
Conforme avec EN55011, EN55022 (CISPR22), EN61204-3 Class B
& CEM radiation
Courant harmonique Conforme avec EN61000-3-2,-3
Conforme avec EN61000-4-2, 3, 4, 5, 6, 8, 11, ENV50204, EN55024, EN61000-
Protections EMS
6-2, EN61204-3, niveau de l’industrie lourde, critère A
MTBF 299.2Khrs min MIL-HDBK-217F (25°C)
AUTRES Dimensions 40 x 90 x 100mm (L x H x P)
Emballage 0.33kg; 42pcs/14.8kg/0,82CUFT
Les paramètres non mentionnés sont évalués à 230V à charge nominale et à température ambiante de 25°C.
Ondulation et bruit sont mesurés à 20MHz de largeur de bande en utilisant une paire de câbles de 12" torsadés
se terminant par deux condensateurs en parallèle de 0.1µF & 47 µF.
NOTES L’alimentation stabilisée est un composant de l’équipement final. Celui-ci doit être re-confirmé s’il répond
toujours aux directives CEM.
Le temps de configuration est mesuré au premier démarrage à froid. L’activation / désactivation très rapide
de l’alimentation peut augmenter le temps de configuration.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_3 _Description générale du matériel 29


Caractéristiques mécaniques
Unité: mm

Schéma fonctionnel

Courbe de déclassement Connexion de la batterie

Courbe de charge VS Tension d’entrée (VAC)

30 Section 3 Description générale du matériel 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


3.5.6.2 BC0524

Données techniques
Tension DC 24 V
Courant nominal 5A
Gamme du courant 0~5A
Puissance nominale 120 W
Ondulation et bruit (max.) 120mVp-p
Gamme d’ajustement 24 ~ 29 V
SORTIE
tension
Précision ligne (+/-) 0.5%
Précision puissance (+/-) 0.5%
Temps de monte et de 2000ms, 70ms, 50ms/400VAC
maintien 2000ms, 70ms, 10ms/230VAC à pleine puissance
Ajuster la tension de sortie nécessaire avec le potentiomètre avant de connecter la
Information
batterie
Gamme tension 180 ~ 550VAC 254 ~ 780VDC
Gamme fréquence 47 ~ 63Hz
Rendement (typ.) 91% / 400V
ENTRÉE Courant AC (typ.) 0.55A/400VAC 1.2A/230VAC
Courant d’appel (au
Démarrage à froid 50A
démarrage)
Courant de fuite <3.5mA / 530VAC
105 ~ 130% de la puissance nominale
Surcharge Type de protection : limitation de courant, récupère automatiquement quand le défaut
disparaît
PROTECTIONS 31 ~ 37V
Surtension Type de protection : arrêt automatique de la tension. Débrancher le chargeur et
remettre sous tension
Températures hautes 110°C (+/-)5°C (TSW1)
Valeurs nominales des contacts (max.) : 30V / 1A résistif Contact ouvert = DC OK /
Relais de défaut
Contact fermé = DC NOK
FONCTION
Contact fermé = boost mode Tension boost =+4% au dessus de la tension de
Boost mode
maintien
Température
(-)25 ~ (+)70°C (se référer à la courbe de déclassement)
(fonctionnement)
Humidité (fonctionnement) 20 ~ 90% du taux d’humidité sans condensation
Stockage : température et
(-)40 ~ (+)85°C, 10 ~ 95% du taux d’humidité
ENVIRONNEMENT humidité
Coefficient de température (+/-)0.03%/°C (0 ~ 50°C)

Composants : 10 ~ 500 Hz, 2G 10 min./1 cycle, 60 min chacune selon les axes x,y,z;
Vibration
Boîtier : conforme à IEC60068-2-6
Standards de sécurité UL508 approuvé

Tenue en tension I/P-O/P:3KVAC I/P-FG:1.5KVAC O/P-FG:0.5KVAC O/P-DC OK:0.5KVAC

SECURITÉ Résistance d’isolement I/P-O/P, I/P-FG, O/P-FG:100M Ohm / 500VDC / 25°C / 70% RH
& CEM EMI conduction &
Conforme à EN55011 (CISPR11), EN55022 (CISPR22), EN61204-3 Class B
émission
Conforme à EN61000-4-2,3,4,5,6,8,11, ENV50204, EN61204-3, EN61000-6-2
EMS immunité
(EN50082-2), niveau de l’industrie lourde, critère A
MTBF 268Khrs min MIL-HDBK-217F (25°C)
AUTRES Dimensions 40 x 125.2 x 113.5mm (L x H x P)
Emballage 0.65Kg; 20pcs/14Kg/1.16CUFT
Les paramètres non mentionnés sont évalués à 400V AC à charge nominale et à température ambiante de 25°C.
Ondulation et bruit sont mesurés à 20MHz de largeur de bande en utilisant un cable de 12" torsadé se terminant
par deux condensateurs en parallèle de 0.1µF & 47µF.
NOTES L’alimentation stabilisée est un composant de l’équipement final. Celui-ci doit être re-confirmé s’il répond toujours
aux directives CEM.
Le temps de configuration est mesuré au premier démarrage à froid. L’activation / désactivation très rapide de
l’alimentation peut augmenter le temps de configuration.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_3 _Description générale du matériel 31


Caractéristiques mécaniques
Unité: mm

Schéma fonctionnel

Courbe de déclassement Connexion de la batterie

Courbe de charge VS Tension d’entrée (VAC)

32 Section 3 Description générale du matériel 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


3.5.6.3 BC1012

Données techniques
Tension DC 12 V
Courant nominal 10 A
Gamme du courant 0 ~ 10 A
Puissance nominale 120 W
Ondulation et bruit (max.) 120mVp-p
Gamme d’ajustement tension 12 ~ 15 V
SORTIE
Précision ligne (+/-) 0.5%
Précision puissance (+/-) 0.5%
2000ms, 70ms, 50ms/400VAC 2000ms, 70ms, 10ms/230VAC à pleine
Temps de monte et de maintien
puissance
Information Ajuster la tension de sortie nécessaire avec le potentiomètre avant de
connecter la batterie
Gamme tension 180 ~ 550VAC 254 ~ 780VDC
Gamme fréquence 47 ~ 63Hz
Rendement (typ.) 89.5% / 400V
ENTRÉE Courant AC (typ.) 0.55A/400VAC 1.2A/230VAC

Courant d’appel (au démarrage) Démarrage à froid 50A


Courant de fuite <3.5mA / 530VAC
105 ~ 130% de la puissance nominale
Surcharge Type de protection : limitation de courant, récupère automatiquement
quand le défaut disparaît
PROTECTIONS 16 ~ 18V
Surtension Type de protection : arrêt automatique de la tension. Débrancher le
chargeur et remettre sous tension
Températures hautes 105°C (+/-)5°C (TSW1)

Relais de défaut Type de protection : arrêt automatique de la tension, récupère


FONCTION automatiquement quand la température diminue

Boost mode Valeurs nominales des contacts (max.) : 30V / 1A résistif Contact ouvert =
DC OK / Contact fermé = DC NOK
Température (fonctionnement) Contact fermé = boost mode Tension boost =+4% au dessus de la tension
de maintien
Humidité (fonctionnement) (-)25 ~ (+)70°C (se référer à la courbe de déclassement)
ENVIRONNEMENT Stockage : température et humidité 20 ~ 90% du taux d’humidité sans condensation

Coefficient de température (-)40 ~ (+)85°C, 10 ~ 95% du taux d’humidité


Vibration (+/-)0.03%/°C (0 ~ 50°C)

Standards de sécurité Composants : 10 ~ 500 Hz, 2G 10 min./1 cycle, 60 min chacune selon les
axes x, y, z ; Boîtier : conforme à IEC60068-2-6

SECURITÉ Tenue en tension UL508 approuvé


& CEM
Résistance d’isolement I/P-O/P:3KVAC I/P-FG:1.5KVAC O/P-FG:0.5KVAC O/P-DC OK:0.5KVAC
EMI conduction & radiation I/P-O/P, I/P-FG, O/P-FG:100M Ohm / 500VDC / 25°C / 70% RH
Protections EMS Conforme à EN55011 (CISPR11), EN55022 (CISPR22), EN61204-3 Class
MTBF B
Conforme à EN61000-4-2,3,4,5,6,8,11, ENV50204, EN61204-3,
AUTRES Dimensions EN61000-6-2
40 (EN50082-2),
x 125.2 x 113.5mm x P) de l’industrie lourde, critère A
(L x Hniveau
Emballage 268Khrs min MIL-HDBK-217F (25°C)
Les paramètres non mentionnés sont évalués à 400VAC à charge nominale et à température ambiante de 25°C.
Ondulation et bruit sont mesurés à 20MHz de largeur de bande en utilisant une paire de câbles de 12" torsadés
se terminant par deux condensateurs en parallèle de 0.1µF & 47µF.
NOTES
L’alimentation stabilisée est un composant de l’équipement final. Celui-ci doit être re-confirmé s’il répond
toujours aux directives CEM.
Le temps de configuration est mesuré au premier démarrage à froid. L’activation / désactivation très rapide
de l’alimentation peut augmenter le temps de configuration.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_3 _Description générale du matériel 33


Caractéristiques mécaniques
Unité: mm

Schéma fonctionnel

Courbe de déclassement Connexion de la batterie

Courbe de charge VS Tension d’entrée (VAC)

34 Section 3 Description générale du matériel 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


3.5.6.4 BC1024

Données techniques
Tension DC 24 V
Courant nominal 10 A
Gamme du courant 0 ~ 10 A
Puissance nominale 240 W
Ondulation et bruit (max.) 150mVp-p
Gamme d’ajustement
tension 24 ~ 28 V
SORTIE
Précision ligne (+/-) 0.5%
Précision puissance (+/-) 1%
Temps de monte 800ms, 150ms/400VAC 1500ms, 150ms/230VAC à pleine charge
Temps de maintien 18ms / 400VAC 18ms / 230VAC à pleine charge

Information Ajuster la tension de sortie nécessaire avec le potentiomètre avant de connecter


la batterie
Gamme tension 180 ~ 550VAC 254 ~ 780VDC
Gamme fréquence 47 ~ 63Hz
Rendement (typ.) 91%
ENTRÉE Courant AC (typ.) 1A/400VAC 2A/230VAC
Courant d’appel (au
démarrage) Démarrage à froid 50A
Courant de fuite <3.5mA / 530VAC
105 ~ 130% de la puissance nominale
Surcharge Type de protection : limitation de courant, l’unité s’éteint après 3 sec., récupère
automatiquement quand le défaut disparaît
PROTECTIONS 29 ~ 33V
Surtension Type de protection : arrêt automatique de la tension, récupère automatiquement
après 1 min. quand le défaut disparaît
Températures hautes 90°C (+/-)5°C (TSW1)
Relais de défaut Type de protection : arrêt automatique de la tension, récupère automatiquement
quand la température diminue
FONCTION
60VDC/0.3A, 30VDC/1A, 30VAC/0.5A résistif Contact ouvert = DC OK / Contact fermé
Boost mode
= DC NOK
Température Contact fermé = boost mode
(fonctionnement) Tension Boost =+4% au dessus de la tension de maintien
Humidité (fonctionnement) (-)30 ~ (+)70°C (se référer à la courbe de déclassement)
ENVIRONNEMENT Stockage : température et
humidité 20 ~ 95% du taux d’humidité sans condensation
Coefficient de température (-)40 ~ (+)85°C, 10 ~ 95% du taux d’humidité
Vibration (+/-)0.03%/°C (0 ~ 50°C)
Standards de sécurité Composants : 10 ~ 500Hz, 2G 10min./1 cycle, 60 min. chacune selon les axes x,
y, z ; Boîtier : conforme à IEC60068-2-6
Tenue en tension UL508 approuvé, IEC60950-1 CB approuvé par SIQ, design GL
SECURITÉ
& CEM Résistance d’isolement I/P-O/P:3KVAC I/P-FG:2KVAC O/P-FG:0.5KVAC O/P-DC OK:0.5KVAC
EMI conduction & radiation I/P-O/P, I/P-FG, O/P-FG:100M Ohm / 500VDC / 25°C / 70% RH
Protections EMS Conforme à EN55011 (CISPR11), EN55022 (CISPR22), EN61204-3 Class B
MTBF Conforme à EN61000-4-2,3,4,5,6,8,11, EN55024, EN61000-6-2 (EN50082-2),
EN61204-3, niveau de l’industrie lourde, critère A
AUTRES
Dimensions 63 x 125.2 x 113.5mm (L x H x P)
Emballage 141.1K hrs min. MIL-HDBK-217F (25°C)
Les paramètres non mentionnés sont évalués à 400VAC à charge nominale et à température ambiante de 25°C.
Ondulation et bruit sont mesurés à 20MHz de largeur de bande en utilisant une paire de câbles de 12" torsadés se
terminant par deux condensateurs en parallèle de 0.1µF & 47µF.
NOTES L’alimentation stabilisée est un composant de l’équipement final. Celui-ci doit être re-confirmé s’il répond toujours
aux directives CEM.
Le temps de configuration est mesuré au premier démarrage à froid. L’activation / désactivation très rapide de
l’alimentation peut augmenter le temps de configuration.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_3 _Description générale du matériel 35


Caractéristiques mécaniques
Unité: mm

Schéma fonctionnel

Courbe de déclassement Connexion de la batterie

Courbe de charge VS Tension d’entrée (VAC)

36 Section 3 Description générale du matériel 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


3.5.6.5 BC2024

Données techniques
Tension DC 24 V
Courant nominal 20 A
Gamme du courant 0 ~ 20 A
Puissance nominale 480 W
Ondulation et bruit (max.) 100mVp-p
Gamme d’ajustement 24 ~ 28 V
SORTIE tension
Précision ligne (+/-) 0.5%
Précision puissance (+/-) 1%
Temps de monte 800ms, 150ms/400VAC 2000ms, 150ms/230VAC à pleine charge
Temps de maintien 18ms / 400VAC 16ms / 230VAC à pleine charge

Information Ajuster la tension de sortie nécessaire avec le potentiomètre avant de connecter


la batterie
Gamme tension 180 ~ 550VAC 254 ~ 780VDC
Gamme fréquence 47 ~ 63Hz
Rendement (typ.) 92%
ENTRÉE Courant AC (typ.) 1.6A/400VAC 4A/230VAC
Courant d’appel (au Démarrage à froid 50A
démarrage)
Courant de fuite <3.5mA / 530VAC
105 ~ 130% de la puissance nominale
Surcharge Type de protection : limitation de courant, l’unité s’éteint après 3 sec., récupère
automatiquement quand le défaut disparaît
PROTECTIONS 29 ~ 33V
Surtension Type de protection : arrêt automatique de la tension, récupère automatiquement
après 1 min. quand le défaut disparaît
Températures hautes 95°C (+/-)5°C (TSW)
Relais de défaut Type de protection : arrêt automatique de la tension, récupère automatiquement
quand la température diminue
FONCTION
60VDC/0.3A, 30VDC/1A, 30VAC/0.5A résistif Contact ouvert = DC OK / Contact
Boost mode
fermé = DC NOK
Température Contact fermé = boost mode Tension Boost =+4% au dessus de la tension de
(fonctionnement) maintien
Humidité (-)30 ~ (+)70°C (se référer à la courbe de déclassement)
(fonctionnement)
ENVIRONNEMENT Stockage : température et 20 ~ 95% du taux d’humidité sans condensation
humidité
Coefficient de (-)40 ~ (+)85°C, 10 ~ 95% RH
température
Vibration (+/-)0.03%/°C (0 ~ 50°C)
Standards de sécurité Composants : 10 ~ 500Hz, 2G 10min./1cycle, 60min. chacune selon les axes x,
y, z ; Boîtier : conforme à IEC60068-2-6
Tenue en tension UL508 approuvé, IEC60950-1 CB approuvé par SIQ, design GL
SECURITÉ
& CEM Résistance d’isolement I/P-O/P:3KVAC I/P-FG:2KVAC O/P-FG:0.5KVAC O/P-DC OK:0.5KVAC
EMI conduction & I/P-O/P, I/P-FG, O/P-FG:100M Ohm / 500VDC / 25°C / 70% RH
radiation
Protections EMS Conforme avec EN55022 (CISPR22), EN61204-3 Class B, EN61000-3-2,-3
MTBF Conforme avec EN61000-4-2,3,4,5,6,8,11, EN55024, EN61000-6-2 (EN50082-
2), EN61204-3, niveau de l’industrie lourde, critère A
AUTRES
Dimensions 85.5 x 125.2 x 128.5mm (L x H x P)
Emballage 112.8K hrs min. MIL-HDBK-217F (25°C)
Les paramètres non mentionnés sont évalués à 400VAC à charge nominale et à température ambiante de 25°C.
Ondulation et bruit sont mesurés à 20MHz de largeur de bande en utilisant une paire de câbles de 12" torsadés
se terminant par deux condensateurs en parallèle de 0.1µF & 47µF.
NOTES L’alimentation stabilisée est un composant de l’équipement final. Celui-ci doit être re-confirmé s’il répond toujours
aux directives CEM.
Le temps de configuration est mesuré au premier démarrage à froid. L’activation / désactivation très rapide de
l’alimentation peut augmenter le temps de configuration.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_3 _Description générale du matériel 37


Caractéristiques mécaniques
Unité: mm

Schéma fonctionnel

Courbe de déclassement Connexion de la batterie

Courbe de charge VS Tension d’entrée (VAC)

38 Section 3 Description générale du matériel 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


4 Manutention

PHASES DE MANUTENTION - RISQUE DE CHUTE


Lire attentivement les consignes de sécurité fournies.
LES PERSONNES AMENEES A MANUTENTIONNER LES GROUPES
ELECTROGENES DOIVENT ETRE FORMEES ET HABILITEES.
Les matériels de manutention ainsi que les points de levage du groupe électrogène
doivent faire l’objet de contrôles et de vérifications réguliers.
Avant tout déchargement ou déplacement du groupe électrogène, vérifier que le
DANGER dispositif de levage utilisé est à même de supporter la masse indiquée sur la
plaque d’identification du groupe électrogène (Voir chapitre dédié).
Toujours respecter impérativement les consignes et règles de sécurité ainsi que
les législations en vigueur.

Seuls les conteneurs C.S.C peuvent être gerbés.


Se reporter à la plaque baptême du conteneur inférieur pour déterminer la
masse maximale de la charge devant être gerbée.
Interdiction de gerber les autres modèles de groupes électrogènes.

Certains groupes électrogènes sont équipés de patins de transport de couleur


rouge, facilitant la manutention et le transport.
Démonter impérativement les patins de transport avant installation définitive
des groupes électrogènes concernés.

Interdiction de soulever un mât d’éclairage avec l’anneau de levage fixé sur le


groupe électrogène, mais utiliser les 4 anneaux de levage fixés sur la remorque.
ATTENTION

Certains groupes électrogènes ne peuvent pas être manutentionnés à l’aide de


l’anneau de levage situé sur le capot ou uniquement lorsque le réservoir à
carburant est vide : se conformer aux instructions données sous forme
d’autocollant le cas échéant. En cas de doute, contacter l’un de nos agents.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_4 _Manutention 39


4.1 Décharger le matériel

Pour décharger le matériel de son support de transport, respecter les étapes suivantes :
1. Choisir le lieu de déchargement du matériel, en fonction des critères suivants :
- La proximité entre le lieu de déchargement et l’emplacement d’utilisation du matériel.
- La facilité d’accès au matériel pour les phases de déplacement.
- La facilité de déplacement entre l’emplacement de déchargement et le lieu d’utilisation du matériel.
- La capacité du sol à recevoir la charge du matériel et de son engin de manutention.
2. Placer correctement le support de transport et l’engin de manutention (grue, chariot etc.).
3. Si le support de transport doit être déplacé, s’assurer que le matériel à manutentionner y est correctement fixé.
4. Dans le cas où le sol ne possède pas des caractéristiques correctes pour recevoir la charge du matériel et de son engin de
manutention, poser des madriers ou plaques de répartition suffisamment dimensionnés pour supporter la charge de
l’ensemble.
5. Choisir la méthode ainsi que les engins et matériels de manutention appropriés en fonction du type de matériel à
manutentionner. Vérifier que la capacité de manutention est suffisante (poids et distance de flèche nécessaire pour déposer
le matériel).
6. Lire attentivement les consignes liées aux méthodes de manutention dans le chapitre « Manutentionner le matériel » du
présent document et faire appel à un professionnel.

4.2 Déplacer le matériel par élingage


Rappel : Il est important de connaître et d’appliquer les règles et les bonnes pratiques de la manutention en toute sécurité. Les
principes de base à respecter sont :
- Personnel formé et habilité,
- Utiliser du matériel en bon état,
- Utiliser un accessoire adapté,
- Mettre en œuvre des mesures organisationnelles,
- Se conformer au cadre réglementaire et normatif.

Chaque point de levage du groupe électrogène est repéré par un pictogramme.


Utiliser exclusivement les points de levage repérés par le pictogramme.

ATTENTION

AVANT LA MANUTENTION
- Respecter les consignes de port des équipements de protection individuels.
- Vérifier l’intégrité :
 des accessoires de levage,
 des points de levage.
En cas de détection d’un défaut, ne pas procéder au levage et consigner l’accessoire. Informer son responsable.
- Vérifier la présence du marquage de la CMU (Charge Maximale d’Utilisation) et de l’identification de l’accessoire.
- S’équiper de longes, ventouses ou autre matériel permettant de s’éloigner de la charge.
- S’assurer que la méthode et les accessoires de manutention n’endommageront pas l’équipement à manutentionner,
notamment dans le cas des groupes électrogènes non capotés.
- S’assurer du verrouillage des crochets ou des points d’accroches.
- S’assurer que personne ne se trouve dans l’environnement de la charge au moment de la levée.

PENDANT LA MANUTENTION
- Éviter tout choc ou maniement brusque de la charge.
- Limiter au maximum le balancement de la charge.
- Veiller à ce que personne ne soit jamais sous la charge.
Préconisations générales :
- Fixer les accessoires de levage aux points de levage du groupe électrogène prévus pour cette opération.
- Tendre légèrement le dispositif de levage sans soulever le groupe électrogène.
- S’assurer de la bonne fixation des accessoires de levage et de la solidité de l’équipement.
- Soulever doucement et sans à-coup le groupe électrogène.
- Diriger et stabiliser le groupe électrogène vers l’emplacement choisi.
- Reposer doucement le groupe électrogène tout en continuant à le positionner.
- Détendre les accessoires de levage, puis les détacher des points de levage.

APRES LA MANUTENTION
- S’assurer de l’intégrité des points de levage.
- Prendre les dispositions nécessaires pour que l’équipement conserve sa capacité de manutention.

40 Section 4 Manutention 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


4.2.1 Visualisation des points de levage

Groupe électrogène sans capot

Groupe électrogène avec 4 passages de fourches Groupe électrogène avec 4 pattes de levage

Groupe électrogène avec capot de protection

Capot avec 1 anneau de levage Capot avec 2 pattes de levage Capot avec 4 pattes de levage

angle entre élingues ≤ 30° Longueur élingue ≥ 2x largeur capot

Longueur élingue

ou

Largeur capot
ATTENTION

Angle d’ouverture maximum des élingues pour groupe électrogène capoté avec pattes de levage

Conteneur

X4

NOTA : Le levage par les coins ISO supérieurs ne doit être réalisé qu’avec un SPREADER.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_4 _Manutention 41


4.3 Déplacer le matériel par chariot élévateur
Rappel : Il est important de connaître et d’appliquer les règles et les bonnes pratiques de la manutention en toute sécurité. Les
principes de base à respecter sont :
- Personnel formé et habilité,
- Utiliser du matériel en bon état,
- Utiliser un accessoire adapté,
- Mettre en œuvre des mesures organisationnelles,
- Se conformer au cadre réglementaire et normatif.

4.3.1 Manutentionner les groupes électrogènes avec et sans capot

Chaque zone de passage de fourche du groupe électrogène est repérée par un


pictogramme.
ATTENTION

Utiliser un chariot élévateur possédant des fourches plus longues que la largeur du châssis.

ATTENTION

1. Positionner les fourches du chariot élévateur sous le châssis (hormis pour les groupes électrogènes équipés de « passages
de fourche », dans ce cas positionner les fourches du chariot élévateur dans ces passages) en s’assurant que seule la
structure du châssis repose sur les fourches.
2. Soulever et manutentionner doucement le matériel.
3. Poser le groupe électrogène sur son lieu de déchargement.

Figure 24 : Exemples de manutention par chariots élévateurs

4.3.2 Manutentionner les groupes électrogènes en conteneur

La manutention des conteneurs n’est autorisée que pour les conteneurs équipés de
passage de fourche.
Chaque zone de passage de fourche du groupe électrogène est repérée par un
ATTENTION pictogramme.

Utiliser un chariot élévateur possédant des fourches plus longues que la largeur du châssis.
ATTENTION

42 Section 4 Manutention 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


4.4 Déplacer le matériel par treuil roulant
Rappel : Il est important de connaître et d’appliquer les règles et les bonnes pratiques de la manutention en toute sécurité. Les
principes de base à respecter sont :
- Personnel formé et habilité,
- Utiliser du matériel en bon état,
- Utiliser un accessoire adapté,
- Mettre en œuvre des mesures organisationnelles,
- Se conformer au cadre réglementaire et normatif.

Dans un local équipé d’un rail et d’un treuil roulant adaptés, procéder de la même manière que celle décrite dans le paragraphe
« Déplacer le matériel par élingage ».

Figure 25 : Exemple de manutention d’un groupe électrogène à l’aide d’un treuil roulant

4.5 Déplacer le matériel par rouleaux ou système de rouleurs


Rappel : Il est important de connaître et d’appliquer les règles et les bonnes pratiques de la manutention en toute sécurité. Les
principes de base à respecter sont :
- Personnel formé et habilité
- Utiliser du matériel en bon état
- Utiliser un accessoire adapté
- Mettre en œuvre des mesures organisationnelles
- Se conformer au cadre réglementaire et normatif

Utiliser du matériel en bon état et adapté au poids du matériel à déplacer.


En cas d’utilisation de tire fort lors du roulage, il y a lieu de mettre en place un système de freinage adéquat du déplacement de la
charge.

Seul les groupes électrogènes n’ayant pas de patins intégrés au châssis peuvent être déplacés à l’aide
de rouleaux ou de système de rouleurs.
La surface d’appui du châssis sur le dispositif de roulage ne doit pas présenter de déformations.
ATTENTION

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_4 _Manutention 43


5 Transport et stockage du groupe électrogène

Interdiction de faire fonctionner les groupes électrogènes lors de leur transport.

ATTENTION

5.1 Préparer le transport

Toutes les opérations de transport doivent s’effectuer conformément aux réglementations en vigueur des pays concernés.
Avant tout transport :
- Contrôler le bon état général du groupe électrogène et le bon serrage de ses visseries ;
- Vérifier que les robinets ou les vannes équipant le groupe électrogène sont correctement fermés (vanne de vidange,
robinet à carburant…) ;
- Contrôler l’absence de fuites ;
- Protéger le groupe électrogène de manière à ne pas l’endommager durant le transport.
Certains éléments du groupe électrogène (cheminée d’échappement, pare-étincelles, prolongateur d’échappement, climatisation,
aérorefroidisseurs…) doivent parfois être démontés pour le transport : les protéger pour leur transport, obturer leur emplacement et
s’assurer qu’ils sont correctement remis en place à l’issue.

5.2 Transport routier

5.2.1 Réglementation ADR sur les transports de matières dangereuses (TMD)

De quoi s’agit-il ?
La réglementation ADR découle d’un accord européen signé le 30 septembre 1957 pour réglementer le transport international routier
de marchandises dangereuses. Cet accord, modifié régulièrement depuis sa première mise en application, concerne tout transport
terrestre de marchandises dangereuses, ainsi que toutes les opérations inhérentes de chargement ou de déchargement d'un wagon
de chemin de fer ou d'un bateau de navigation intérieure soit en vue de, soit après l'exécution d'un tel transport effectué en totalité
ou en partie sur le territoire de l'Union Européenne.
Quels sont les pays concernés ?
Les pays signataires de l’ADR sont les suivants : Albanie, Allemagne, Andorre, Autriche, Azerbaïdjan, Belarus, Belgique, Bosnie-
Herzégovine, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, République de Macédoine, Russie, Finlande, France, Grèce,
Hongrie, Irlande, Italie, Kazakhstan, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Maroc, Moldavie, Monténégro, Pays-Bas,
Norvège, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Suisse, Tunisie, Turquie
et Ukraine.
Et les groupes électrogènes ?
La réglementation ADR (2013) a introduit la disposition spéciale 363 pour tenir compte du cas de groupes électrogènes dont le
réservoir contient du carburant pour qu’ils puissent être en état de fonctionner sans qu’il soit nécessaire de remplir d’abord leur
réservoir.
- Lorsque le moyen de confinement a une contenance supérieure à 60 litres mais ne dépassant pas
450 litres, la machine ou le matériel sont étiquetés sur un côté extérieur [...] et lorsque la contenance
est supérieure à 450 litres mais ne dépasse pas 1500 litres, la machine ou le matériel sont étiquetés
sur les quatre côtés extérieurs [...].

- Lorsque le moyen de confinement a une contenance supérieure à 1500 litres, la machine ou le


matériel portent des plaques-étiquettes sur les quatre côtés extérieurs et le document de transport
contient la mention supplémentaire "Transport selon la disposition spéciale 363".

44 Section 5 Transport et stockage du groupe électrogène 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


5.2.2 Groupes électrogènes avec et sans capot

Pour le transport routier des groupes électrogènes, respecter les étapes suivantes :
1. Choisir le matériel de transport (remorque, semi remorque…) approprié à cet usage et présentant toutes les garanties tant
sur le plan de la capacité à supporter la charge que sur les dispositifs de fixation.
2. Placer le groupe électrogène sur le matériel de transport : le positionner de préférence au niveau des essieux et le centrer
de façon à équilibrer la charge.
3. Caler et pointer les groupes électrogènes au plancher du matériel de transport ou utiliser des patins anti-glissements aux
quatre coins du groupe électrogène.
4. Sangler les groupes électrogènes à leur matériel de transport en vérifiant que le passage des sangles ne risque pas de
détériorer le matériel lors du transport.
Pour les groupes électrogènes équipés d’une barre de traction, le passage d’une sangle autour de la barre de traction est
possible.
5. Choisir l’itinéraire de transport permettant d’emprunter des routes carrossables et de qualité suffisante pour ne pas
endommager les groupes électrogènes embarqués.

Une charge mal arrimée représente un danger !


Une charge mal centrée ou mal positionnée provoque un risque de basculement. Toujours s’assurer que le
groupe électrogène est correctement arrimé et que le matériel d’arrimage est en bon état. Les sangles
d’arrimage doivent être positionnées de manière à garantir la stabilité de la charge sans l’endommager.
ATTENTION

1. Passer les sangles au niveau des


arceaux du côté interne des pattes
de levage.

20 - 30°

2. Fixer les sangles au plateau du


camion sans les croiser : l’angle
Capot double d’attache doit être compris entre 20
arceaux avec
et 30°.
pattes de
levage

3. Caler et pointer les groupes


électrogènes au plancher du
matériel de transport ou utiliser des
patins anti-glissements aux quatre
coins du groupe électrogène.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_5 _Transport et stockage du groupe électrogène 45


1. Passer les sangles au niveau de
l’arceau de chaque côté des 20 - 30°
pattes de levage.

2. Fixer les sangles au plateau du


camion en les croisant : l’angle
Capot simple
d’attache doit être compris entre
arceau avec
20 et 30°.
pattes de
levage

3. Caler et pointer les groupes


électrogènes au plancher du
matériel de transport ou utiliser
des patins anti-glissements aux
quatre coins du groupe
électrogène.

20 - 30°

1. Passer les sangles au niveau de


l’arceau de chaque côté de
l’anneau de levage en les
croisant.

2. Fixer les sangles au plateau du


Capot simple
camion : l’angle d’attache doit être
arceau avec
compris entre 20 et 30°.
anneau de
levage

3. Caler et pointer les groupes


électrogènes au plancher du
matériel de transport ou utiliser
des patins anti-glissements aux
quatre coins du groupe
électrogène.

Figure 26 : Exemple d’arrimages recommandés pour les groupes électrogènes avec capot de protection

5.2.3 Groupes électrogènes en conteneur

Pour le transport routier des groupes électrogènes en conteneurs, respecter les étapes suivantes :
1. Choisir le matériel de transport (porte conteneur…) approprié à cet usage et présentant toutes les garanties tant sur le plan
de la capacité à supporter la charge, que sur les dispositifs de fixation.
2. Choisir l’itinéraire de transport permettant d’emprunter des routes carrossables et de qualité suffisante pour ne pas
endommager le conteneur et son contenu.

46 Section 5 Transport et stockage du groupe électrogène 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


5.3 Transport ferroviaire

5.3.1 Groupes électrogènes avec et sans capot

Le transport ferroviaire des groupes électrogènes doit se faire en respectant les règles propres au transport ferroviaire.
Pour le transport ferroviaire des groupes électrogènes, choisir le matériel de transport approprié à cet usage et présentant toutes les
garanties tant sur le plan de la capacité à supporter la charge que sur les dispositifs de fixation.

5.3.2 Groupes électrogènes en conteneur

Le transport ferroviaire des conteneurs doit se faire en respectant les règles propres au transport ferroviaire.
Les conteneurs doivent recevoir les agréments indispensables pour le transport ferroviaire.
Pour le transport ferroviaire des groupes électrogènes en conteneurs, choisir le matériel de transport approprié à cet usage et
présentant toutes les garanties tant sur le plan de la capacité à supporter la charge, que sur les dispositifs de fixation.

5.4 Transport maritime

Interdiction de faire fonctionner les groupes électrogènes lors de leur transport.


Obturer impérativement les ouvertures (entrées et sorties d’air, échappement …).
Seuls les conteneurs C.S.C peuvent être gerbés. Interdiction de gerber les autres modèles de groupes
ATTENTION électrogènes qui doivent être transportés en cale.

5.4.1 Groupes électrogènes avec et sans capot

Il est fortement conseillé de transporter les groupes électrogènes en conteneur maritime. Choisir le matériel de transport approprié
et présentant toutes les garanties tant sur le plan de la protection et la capacité à supporter la charge que sur les dispositifs de
fixation. En cas d’utilisation d’un conteneur de groupage, prévoir un emballage en caisse de type SEI.

5.4.2 Groupes électrogènes en conteneur

Avant tout transport maritime :


1. S’assurer de l’étanchéité du conteneur : obturer impérativement les ouvertures (entrées et sorties d’air, échappement …).
2. Vérifier si le conteneur a une homologation C.S.C en cours de validité.
Pour les conteneurs homologués C.S.C :
Les groupes électrogènes en conteneurs homologués peuvent être transportés en qualité de conteneurs maritimes. Ils peuvent être
gerbés dans un navire cellulaire et sont préhensibles par le haut.
Pour les conteneurs non homologués :
Pour les groupes électrogènes en conteneurs non homologués, le transport en cale est préconisé.

5.4.3 Accessoires et pièces de rechange

Le transport de certains éléments du groupe électrogène ou de l’installation est souvent à organiser de façon séparée.
Il s’agit par exemple :
- Pour les groupes électrogènes : des cheminées d’échappement, aérorefroidisseurs et autres composants volumineux
nécessitant parfois d’être démontés pour le transport, ou encore des pièces de rechanges
- Pour les installations : des armoires électriques, des transformateurs, aérorefroidisseurs en terrasse et autres composants
électriques ou mécaniques.
Ces composants doivent être emballés dans des caisses SEI 4 a minima, avec une protection de catégorie C (caisse pleine sous
housse étanche) pour les matériels électriques.

5.5 Transport aérien

Selon la réglementation de l’ONU, les groupes électrogènes sont classifiés comme "marchandise dangereuse" répertoriée sous le
code UN 3166 - classe 9 - "Engine, internal combustion (flammable liquid powered)".
Pour tout transport aérien, les groupes électrogènes doivent disposer d’un marquage et d’une étiquette. Toute expédition de groupe
électrogène en aérien devra faire l’objet d’une déclaration préalable auprès de la compagnie aérienne.
Choisir le matériel de transport approprié à cet usage et présentant toutes les garanties tant sur le plan de la capacité à supporter la
charge, que sur les dispositifs de fixation. Emballer impérativement les matériels électriques tels que les armoires électriques ou les
transformateurs, en caisse SEI 4 C (caisse pleine sous housse étanche).

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_5 _Transport et stockage du groupe électrogène 47


5.6 Groupes électrogènes sur remorques

5.6.1 Consignes de sécurité

RISQUE D’ACCIDENTS
Avant chaque remorquage, vérifier impérativement le bon état de la remorque et la fixation du groupe
électrogène.
S’assurer à tout moment que :
- La manoeuvre engagée ne peut causer de dommage à autrui.
- Personne ne se trouve près du véhicule lors de l’utilisation de ses éléments mobiles ou de son
déplacement.
Effectuer les contrôles techniques exigés dans la réglementation.
Les réglages d’origine doivent être maintenus et contrôlés par des spécialistes.
Toujours respecter impérativement les consignes et règles de sécurité ainsi que les législations en
DANGER
vigueur.
Essayer de tracter une remorque avec un dispositif non conforme (barre, câbles, cordage, etc.) expose
à des accidents graves.

5.6.2 Description

5.6.2.1 Les caracteristiques de poids

P.T.A.C. : Poids Total Autorisé en Charge.


P.V. : Poids à Vide (G.1)*.
C.U. : Charge Utile = P.T.A.C. – P.V.
P.T.R.A. : Poids Total Roulant Autorisé.
* Voir carte grise du véhicule.
Contrôler avant chaque départ que les charges suivantes ne sont pas dépassées :
- la charge sur l’attelage,
- le P.T.A.C,
- le P.T.R.A.
Ces données figurent sur les plaques de charge des véhicules.

5.6.2.2 Les attelages

Crochet type JEEP :


Parfait pour tracter une remorque équipée d’un anneau d’attelage.
Norme BNA Ø68 int. tore Ø42
Norme NATO Ø76 int. tore Ø42

Crochet type MIXTE :


Parfait pour tracter une remorque équipée d’une boîte à rotule ou d’un anneau d’attelage.
Norme BNA Ø68 int. tore Ø42
Norme NATO Ø76 int. tore Ø42

Chape type MANOEUVRE ET DEPANNAGE :


Comme leur nom l’indique, ces pièces ne peuvent tracter en permanence une remorque.

Adaptateur pour anneau BNA et NATO :


Complètement interdit par la législation (dangereux).

48 Section 5 Transport et stockage du groupe électrogène 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


5.6.2.3 La signalisation

La remorque est équipée d’un dispositif d’éclairage conforme à la directive européenne 76/756/CE.
Eclairage/signalisation (uniquement pour les remorques "routières")
Les avertisseurs lumineux sont obligatoires pour la conduite sur route. La signalisation doit être conforme aux réglementations en
vigueur dans les pays d’utilisation.

Dispositifs réfléchissants avant (de couleur blanche)


Feux rouges arrières
+ indicateurs de changement de direction
+ feux stop

Dispositifs réfléchissants
arrière (triangle rouge)

Dispositifs réfléchissants latéraux (de couleur orange)

Figure 27 : Exemple de signalisation pour les remorques routières

5.6.2.4 Les limites

Limites de vitesse :
Nos remorques sont homologuées pour une vitesse maximale de 140 km/h sur routes (carrossables).
Nos remorques ne sont pas prévues pour une utilisation en tout-chemin ou tout-terrain.
Limitation spécifique : signalisation routière
Limites des obstacles franchissables (hauteur / vitesse) :
- Bordure de trottoir : 30 cm à 5 km/h
- Ralentisseur : 10 cm à 30 km/h

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_5 _Transport et stockage du groupe électrogène 49


5.6.3 Utilisation

La remorque doit être attelée horizontalement, en particulier pour les remorques à 2 essieux. Les 4 roues doivent être en contact
avec le sol.

CORRECT CORRECT
véhicule
Véhicule Véhicule
véhicule
tracteur
tracteur remorque ttracteur
racteur remorque
Remorque Remorque

INCORRECT INCORRECT

Véhicule
véhicule vVéhicule
éhicule
tracteur
tracteur ttracteur
racteur
remorque
Remorque
remorque
Remorque

Les commandes de frein sont prévues pour tracter des remorques derrière des véhicules de tourisme à suspension
souple. En cas d’utilisation derrière un poids lourd, prévoir obligatoirement la rotule montée sur amortisseur pour
éviter toute détérioration prématurée.
ATTENTION

50 Section 5 Transport et stockage du groupe électrogène 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


5.6.3.1 Vérifications préalables à l’attelage

Avant d'effectuer un remorquage, effectuer les vérifications suivantes :


- Véhicule tracteur
o Vérifier que le véhicule tracteur est habilité à tracter la remorque.
o Le véhicule ne doit être confié qu’à un chauffeur titulaire du permis correspondant.
- Zone d’attelage
o Vérifier l’état de l’anneau d’attelage ou de la boite à rotule. Ils ne doivent pas être endommagés.
o Serrer et goupiller les leviers de blocage des bras de timon (si équipé d’un timon réglable)
o La commande de freins ne doit aucunement être gênée par les ferrures de fixations.
- Remorque
o Serrage des roues.
o Pression des pneumatiques.
o Les pneumatiques doivent être exempts de coupures et ne pas être usés au delà des témoins d’usure.
o Les opérations d’entretien et de maintenance doivent avoir été réalisées.
o Serrage des vis du capotage du groupe électrogène.
o Fermeture des portes de capot.

Si l’accouplement n’est pas correctement réalisé, la remorque se séparera du véhicule tracteur. Le câble de
décrochage actionnera le frein de stationnement (qui est alors un frein d'urgence) dans l'hypothèse où la
remorque se détacherait du véhicule tracteur. Pour que ce dispositif de freinage remplisse pleinement son
rôle, il est impératif de respecter les consignes suivantes :
- Le câble de décrochage NE DOIT PAS être enroulé autour de la roulette de guidage car cela
interdirait le fonctionnement du frein d'urgence.
- Le câble de décrochage DOIT cheminer aussi droit que possible et n'être gêné en aucun point.
- Le câble de décrochage doit avoir une longueur suffisante pour que la prise de virages soit possible
et il ne doit être ni tendu ni entravé au cours de son utilisation car cela entraînerait l'actionnement du
ATTENTION frein de stationnement tandis que le véhicule est tracté.

Figure 28 : Câble de décrochage

5.6.3.2 Attelage d’une remorque équipée d’un anneau d’attelage

Le crochet doit correspondre au type d’anneau de la commande de frein.


Les anneaux peuvent pivoter autour de leur axe horizontal de +/-5° et suivant les recommandations du BNA, le crochet recevant
l’anneau doit être tournant.
Après l’accrochage de l’anneau, vérifier que les dispositifs de verrouillage (goupilles, clips, etc. …) sont bien mis en place et assurent
leur fonction.
Accouplement
1. Conduire le véhicule tracteur ou approcher la remorque (après avoir desserré le frein de stationnement, si équipé) jusqu’au
point d’accouplement.
2. Mettre la remorque en position horizontale à l’aide de la roulette de guidage (roue jockey).
3. Mettre l’anneau d’attelage au dessus du crochet du véhicule tracteur puis abaisser le timon réglable (si équipé) ou abaisser
l’avant de la remorque pour accrocher l’anneau dans le crochet, la remorque devant rester en position horizontale à l’issue
de ce réglage. Ajuster éventuellement la hauteur avec la roue jockey pour permettre l’accrochage.
4. Une fois cela réalisé, lever la roue jockey jusqu'à ce qu'elle décolle légèrement du sol et ne porte aucune charge.
5. Fixer le câble de décrochage au point d’attache situé sur la platine d’attelage (Cf. Figure : Câble de décrochage) puis brancher
la fiche du câble électrique qui commande l'éclairage des feux, des clignotants, etc. sur la prise du véhicule tracteur. Vérifier
le bon fonctionnement des feux du véhicule et de la remorque.
6. Remonter complètement la roue jockey et l'immobiliser en position en veillant à ce qu'elle ne gêne pas la tige de frein ni le
câble de décrochage. Dans le cas de roue jockey escamotable, s’assurer de la remise en place de la goupille de sécurité.
7. S'assurer que le frein de stationnement (si équipé) est complètement désengagé en abaissant à fond sa poignée. Le cas
échéant, retirer les cales de roue et les ranger.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_5 _Transport et stockage du groupe électrogène 51


5.6.3.3 Attelage d’une remorque équipée d’une tête d’accouplement (rotule)

La rotule doit être conforme à la norme ISO1103 (Ø50 mm).


S’assurer que l’accrochage est réalisé en soupesant toujours le timon avec les deux mains. S’assurer qu’il n’y a pas de jeu qu’il
faudrait impérativement corriger.
Ne pas se servir de la poignée de la boîte d’attache pour manoeuvrer le véhicule.
Vérifier régulièrement, l’état d’usure de la boîte d’attache grâce au témoin.

5.6.3.3.1 Accouplement

1. Conduire le véhicule tracteur ou approcher la remorque (après avoir desserré le frein de stationnement, si équipé) jusqu’au
point d’accouplement.
2. Ouvrir la tête d'accouplement. Pour cela, tirer la poignée d'accouplement (Cf. Figure : Exemple de tête d’accouplement) dans
la direction de la flèche.
Le mécanisme d'accouplement peut demeurer ouvert aussi longtemps que la tête d'accouplement ne repose pas sur la rotule
d'attelage.
3. Mettre la remorque en position horizontale à l’aide de la roulette de guidage (roue jockey) puis poser la tête d'accouplement
ouverte sur la rotule d'attelage en abaissant le timon réglable, si équipé, ou en abaissant l’avant de la remorque. Celle-ci
devant rester en position horizontale à l’issue de ce réglage.
Ajuster si nécessaire la hauteur avec la roue jockey. La tête d'accouplement se met en place automatiquement, ce qui
s'accompagne d'un déclic parfaitement audible, puis abaisser la poignée d'accouplement. Le mécanisme d'accouplement est
alors engagé et la poignée d'accouplement ne peut pas prendre une position plus basse (quand on la manœuvre à la main).
4. Une fois cela réalisé, lever la roue jockey jusqu'à ce qu'elle décolle légèrement du sol et ne porte aucune charge.
5. Fixer le câble au point d’attache situé sur la platine d’attelage (Cf. Figure: Câble de décrochage) puis brancher la fiche du
câble électrique qui commande l'éclairage des feux, des clignotants, etc. sur la prise du véhicule tracteur. Vérifier le bon
fonctionnement des feux du véhicule et de la remorque
6. Remonter complètement la roue jockey et l'immobiliser en position en veillant à ce qu'elle ne gêne ni la tige de frein ni le
câble de décrochage. Dans le cas d’une roue jockey escamotable, s’assurer de la remise en place de la goupille de sécurité.
7. S'assurer que le frein de stationnement (si équipé) est complètement désengagé en abaissant à fond sa poignée. Le cas
échéant, retirer les cales de roue et les ranger.

Figure 29 : Exemple de tête d’accouplement

52 Section 5 Transport et stockage du groupe électrogène 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


5.6.3.3.2 Indicateur d’usure (sur certains modèles)

La tête d'accouplement porte un indicateur d'usure (Cf. Figure : Indicateur d’usure) permettant d'apprécier si la limite d'usure de la
rotule d'attelage du véhicule tracteur ou celle de l'accouplement du véhicule tracté ont été atteintes.
Pour faire usage de cet indicateur, accoupler la remorque et déplacer le véhicule tracteur sur environ 500 m de façon que la tête
d'accouplement se mette en place. Cela fait, contrôler l'usure en procédant comme suit.
vert

rouge

Figure 30 : Indicateur d’usure


Si la section verte de l'indicateur est visible sur l'accouplement (l'accouplement étant réalisé), la tête d'accouplement est en bon état,
ou encore l'usure de la rotule d'attelage est inférieure à la limite prescrite.
Si la section verte de l'indicateur est complètement masquée et si seule la section rouge est visible, on peut supposer soit que la
rotule d'attelage a atteint la limite d'usure (diamètre < 49.61 mm), soit que la tête d'accouplement et la rotule d'attelage présentent
toutes deux des signes d'usure, soit enfin, que la rotule d'attelage est en bon état (diamètre de 50 mm) mais que la tête
d'accouplement est usée.

Dans ces conditions, la tête d'accouplement peut se libérer de la rotule d'attelage et la remorque se détacher
du véhicule tracteur. La tête d'accouplement et la rotule d'attelage doivent donc être vérifiées avant toute
nouvelle utilisation. Toute pièce défectueuse doit être impérativement remplacée.
ATTENTION

5.6.3.4 Conduite

Remorque de type "chantier"


Ces remorques ne sont pas équipées de frein principal et de ce fait ne peuvent être freinées en marche ; les pneumatiques sont
prévus pour une vitesse maximum de 27 km/h. Il est donc absolument interdit de dépasser cette vitesse.
Ces remorques ne sont également pas équipées de signalisation lumineuse. L’utilisation sur route est interdite.

Remorques de type "routière"

Une attention particulière sera apportée au serrage des roues des véhicules neufs et après chaque
démontage/remontage.
En effet, lors des premiers kilomètres, un échauffement des moyeux et des tambours de freins provoquera
une diminution du serrage des roues. Il est donc impératif de contrôler les serrages tous les 10 kilomètres
jusqu'à ce qu’aucun desserrage ne soit plus constaté.
ATTENTION
Le contrôle du serrage devra néanmoins être effectué avant chaque remorquage.

Pour toutes remorques, ne jamais braquer à 90° et forcer en marche arrière.


Le mode de conduite et la vitesse de roulage doivent être adaptés aux terrains, routes et chemins et au comportement de la remorque.
Faire un essai de freinage à une vitesse inférieure à 30 km/h.
Un roulage à allure soutenue provoque un échauffement des pneumatiques ; il est donc important de s'arrêter de temps en temps et
de contrôler ceux-ci. Un échauffement excessif peut provoquer un éclatement et par conséquent un accident grave. Lors des
manœuvres en marche arrière, ne pas oublier de verrouiller le frein à inertie.

5.6.3.5 Désaccouplement

1. Serrer à fond le frein de stationnement (si équipé) et immobiliser la remorque en plaçant des cales pour bloquer les roues.
2. Déverrouiller l’accouplement et soulever le timon, à l’aide de la roue jockey, pour le dégager de l’attelage du véhicule tracteur.
Le mécanisme de rétractation de la roue jockey (si équipé) doit se bloquer automatiquement avant que la roue jockey ne
touche le sol. Lorsque vous êtes certain que le mécanisme est verrouillé et que la roue supporte la charge, vous pouvez
décrocher la remorque du véhicule.
3. Débrancher la fiche du câble électrique qui commande l'éclairage des feux, des clignotants, etc. de la prise du véhicule
tracteur.
4. Enlever le câble de décrochage de la platine d’attelage.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_5 _Transport et stockage du groupe électrogène 53


5.6.4 Informations techniques
5.6.4.1 Caractéristiques générales

Timons disponibles :

Remorque de Chantier à Timon droit (RCTD)

Remorque Routière à Timon Fixe (RRTF)

Remorque Routière à Timon Articulé (RRTA)

Remorque Routière Freinée à Timon Articulée


(RRFTA)

Vues Capots PTAC Timons disponibles(1)

RRTA
M125 750 kg
RRTF

RCTD
750 kg RRTA
RRTF
M126
1300 kg RRFTA

M126 Double wall 1300 kg RRFTA

750 kg RTTA
M127
1600 kg RRFTA

M127 Double wall 2000 kg RRFTA

M128 / M129 2500 kg RRFTA

M128 Double wall 2500 kg RRFTA

M129 Double wall 3500 kg RRFTA

M226 3500 kg RRFTA

(1) : Attelages disponibles : anneau DIN40 / anneau 68x42 / anneau 76x42 / attache à boule 50 mm.

54 Section 5 Transport et stockage du groupe électrogène 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


5.6.4.2 Roues et pneumatiques

Respecter le couple de serrage préconisé.


Tout pneumatique ayant subi un choc doit être contrôlé.
Les roues et pneumatiques doivent impérativement être remplacés par des roues et pneumatiques de taille et de caractéristiques
identiques.
Pression des pneumatiques en Bar
500 x 10 2.75 155 R 13 2.5 165 R 14 C 4.5 215/75 R 14 C 4.5
155/70 R 12 6.25 155/70 R13 2.2 175 R 14 C 4.5 185 R 15 C 4.5
135 R 13 2.4 165 R 13 2.3 185 R 14 C 4.5 225/75 R16 C 5.75
145 R 13 2.2 165/70 R 13 2.3 195 R 14 C 4.5
145/70 R 13 2.4 185/70 R 13 2.5 215 R 14 C 4.5

Couple de serrage des roues


Axe de 10 mm 60 N.m Axe de 14 mm 120 N.m Axe de 16 mm 120 N.m

5.6.4.3 Fixations du groupe sur la remorque

Caractéristiques de la visserie de fixation du groupe sur la remorque :


- Visserie préconisée : M16 classe 8.8 minimum
- Ecrou auto-freiné
- Couple de serrage préconisé (montage à sec) :
232 N.m pour vis M16 classe 8.8
262 N.m pour vis M16 classe 9.8
341 N.m pour vis M16 classe 10.9

5.6.4.4 Branchement des faisceaux électriques

Fiche 13 broches Fiche 7 broches

Détrompeur

Plot N° Affectation Couleur Plot N° Affectation Couleur


1 Clignotant gauche Jaune 1 Clignotant gauche Jaune
2 Feu brouillard Bleu 2 Feu brouillard Bleu
3 Masse Blanc 3 Masse Blanc
4 Clignotant droit Vert 4 Clignotant droit Vert
Feu droit + plaque Feu droit + plaque
5 Marron 5 Marron
d’immatriculation d’immatriculation
6 Stop Rouge 6 Stop Rouge
Feu gauche + plaque Feu gauche + plaque
7 Noir 7 Noir
d’immatriculation d’immatriculation
8 Feu de recul Gris
Alimentation positive
9 Marron-Bleu
permanente
Alimentation positive Marron-
10
après contact Rouge
11 Masse pour plot 10 Blanc-Rouge
12 Non affecté
13 Masse pour plot neuf Blanc-Noir

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_5 _Transport et stockage du groupe électrogène 55


5.6.4.5 Echéancier d’entretien

A la première mise en
Opérations Périodicité service et avant chaque Tous les 6 mois Tous les ans
remorquage
Etat général du véhicule 
Pression des pneumatiques 
Serrage des écrous de roues 
Efficacité du frein
 
automatique
Efficacité du frein de parc  
Réglage et répartition du
Contrôle  
freinage sur toutes les roues
Usure des garnitures de

freins et des tambours
Absence de jeu au niveau

des moyeux
Jeu dans le tube de traction 
Jeu de la boîte à rotule ou de

l’anneau
Glissières et articulations de
 
la commande de freinage
Graissage
Béquilles et tige de roue
 
jockey

Lubrifier ou graisser les pièces mobiles du dispositif d'accouplement (voir exemples de points de graissage sur la Figure : Points de
lubrification / graissage remorque).
Lubrifiant préconisé : graisse à usage général conforme à DIN 51825 KTA 3KA.

Figure 31 : Points de lubrification / graissage remorque

56 Section 5 Transport et stockage du groupe électrogène 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


5.6.4.6

Défaut constaté Origine Solutions

Amortisseur défectueux Remplacer l’amortisseur défectueux*


Freinage intempestif
Réglage incorrect de la tringle Refaire le réglage*

Mâchoires usées Remplacer les mâchoires*

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


Mâchoires non rodées Défaut s’éliminant seul, après rodage
Réglage incorrect Refaire le réglage*
Freinage trop faible
Frottement important sur le coulisseau Graisser les éléments coulissants
Tableaux de pannes

Corrosion du coulisseau Oter la corrosion et graisser


Hauteur d’attelage ne correspondant pas à celle du véhicule Régler la hauteur pour que les deux pièces soient dans le même
plan horizontal
Réglage incorrect de la tringlerie Refaire les réglages*

33532000101_6_1
Température du tambour
Réglage incorrect des freins Refaire les réglages*
anormalement chaude
Mâchoires, ressorts, tambours, câble de frein ou tringle Remplacer les pièces détériorées*
détériorés
Réglage incorrect de la tringlerie Refaire les réglages*
Eléments parasites sur le coulisseau Démonter, nettoyer et graisser*
Freinage par à-coups Corrosion du coulisseau Oter la corrosion et graisser
Détérioration des bagues de guidage du coulisseau Remplacer les bagues et, éventuellement le coulisseau et graisser*
Amortisseur défectueux Remplacer l’amortisseur*

Palonnier non équilibré Régler les palonniers*


Remorque ayant tendance à se Réglage différent des freins Refaire le réglage des freins*
déporter lors du freinage Câbles détériorés ou mal montés Remplacer les pièces détériorées et refaire le montage du câble*
Amortisseur défectueux Remplacer l’amortisseur*

Détérioration du coulisseau ou des bagues de guidage Remplacer les pièces défectueuses et graisser*
Au démarrage, la remorque retient Corrosion du coulisseau Oter la corrosion et graisser
le véhicule tracteur Tringlerie détériorée ou mal réglée Remplacer les pièces détériorées et refaire le réglage*
Amortisseur défectueux Remplacer l’amortisseur*

Jeu dans la tête d’attelage Tête usée (voir témoin d’usure) ou rotule usée Remplacer la tête ou la rotule*

Réglage incorrect Refaire le réglage*


Levier automatique :
Jeu J2 trop important (Maxi : 8 mm) Refaire le réglage*
Freinage trop faible en Course du levier trop importante
stationnement Levier à cliquet :
Jeu J2 trop important (Maxi : 2 mm) Refaire le réglage*
Secteur cranté détérioré Remplacer le secteur et refaire un réglage complet*
Cliquet du levier usé Remplacer le levier*

Section_5 _Transport et stockage du groupe électrogène


* : opérations à réaliser par du personnel qualifié

57
6 Installation

Le contenu de ce chapitre ne constitue que des recommandations générales.


Il est conseillé d’utiliser les services d’un professionnel pour assurer une installation et une mise en service correctes.
La responsabilité de la société ne saurait être engagée en cas de défaillance liée aux conditions d’installation.
ATTENTION

6.1 Consignes générales, pré-requis pour toute installation

6.1.1 Déterminer le lieu d'implantation

Le lieu d’implantation du groupe électrogène sera déterminé en fonction de l’application. Il n’y a pas de règles bien précises qui
régissent le choix de l’emplacement, mais les éléments suivants sont déterminants :
- la proximité du tableau de distribution électrique ;
- les nuisances occasionnées par le bruit ;
- l’alimentation en carburant ;
- l’évacuation des gaz brûlés ;
- la nature du sol.

Le choix de son emplacement reposera donc sur un compromis consciencieusement établi !

Terrain trop accidenté ou meuble.


Echappement et ventilation incorrects Accès sous dimensionné
Assise du groupe électrogène incorrecte

Remplissage carburant impossible Ouverture des portes du capot impossible

Figure 32 : Exemples de problèmes pouvant être rencontrés

58 Section 6 Installation 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


6.1.2 Prévoir l'assise du groupe électrogène

L’aire d’installation devra être suffisamment plane pour que le châssis y repose uniformément et résistante afin que le groupe
électrogène ne s’enfonce pas (dalle par exemple).
Par ailleurs, un groupe électrogène en fonctionnement génère une certaine quantité d’énergie vibratoire. Cette énergie vibratoire
chemine vers le sol par l’intermédiaire du châssis. Montés sur supports élastiques, nos groupes électrogènes ne nécessitent pas de
support particulier. Cependant, la surface sur laquelle reposent les groupes électrogènes doit être :
- suffisamment résistante ;
- désolidarisée du reste de la construction ;
- de niveau ;
- dalle lissée à la coulée ;
- dalle sans chape rapportée.
Dans le cas de risque de transmission de vibrations, le groupe électrogène pourra être installé sur une dalle désolidarisée,
éventuellement isolée par un matériau résilient. Cette solution est surtout employée dans le cas de groupes électrogènes de
puissance importante.

Certains groupes électrogènes sont équipés de patins de transport, de couleur rouge, facilitant la manutention
et le transport : démonter impérativement les patins de transport avant installation définitive des groupes
électrogènes concernés.
Interdiction de faire reposer les groupes électrogènes en conteneur sur leurs coins ISO. Un évidement est à
ATTENTION
réaliser dans la semelle béton au niveau des coins ISO.

IMPLANTATION CORRECTE

MAUVAISE IMPLANTATION

MAUVAISE IMPLANTATION

Figure 33 : Implantation des conteneurs au sol

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_6 _Installation 59


6.1.3 Prévoir la gestion du combustible

6.1.3.1 Rappel de la réglementation applicable

La réglementation concernant le carburant est propre à chaque pays. Se référer aux règles en vigueur dans le pays d’utilisation.
Exemple de la réglementation en vigueur en France :
Arrêté du 10/08/982.
Arrêté du 19/11/01 – Article EL73.
- Réservoir journalier carburant :
 La capacité maximale du Réservoir Journalier (RJ) dans le local groupe électrogène est de 500 L dans le cas d’un
Etablissement Recevant du Public (ERP).
 Placer le RJ dans un local séparé si son volume est supérieur à 500 L.
- Prévoir un bac de rétention d’une capacité supérieure à la capacité du RJ.
- Tuyauterie carburant :
 Si tuyauterie en charge et enterrée : double peau.
 Prévoir une vanne pompier entre la cuve principale et le RJ.
 Prévoir une vanne pompier entre le RJ et le moteur.
 Interdiction d’utiliser de la tuyauterie flexible dans les ERP.

La réglementation concernant l’implantation d’une cuve à carburant enterrée est propre à chaque pays. Se référer aux règles en
vigueur dans le pays concerné.
Exemple d’implantation d’une cuve à carburant enterrée selon la réglementation en vigueur en France :
Arrêté du 22/06/19984 articles 9 et 11.

EVENT 4m de haut MINI


à 3m feu nu-ouverture

10 mètres ISSUE DE
SECOURS

PROPRIETE

CUVE DE PROPRIETE
STOCKAGE
CARBURANT
OU GAZEUX
ENTERREE

DEPOTAGE

VOIE PUBLIQUE

Figure 34 : Exemple d’implantation d’une cuve à carburant en France

2 Arrêté du 10 août 1998 modifiant l’arrêté du 25 juillet 1997 relatif aux prescriptions générales applicables aux installations classées
pour la protection de l’environnement soumises à déclaration sous la rubrique n°2910 (Combustion).
3 Arrêté du 19 novembre 2001 portant approbation de dispositions complétant et modifiant le règlement de sécurité contre les
risques d’incendie et de panique dans les établissement recevant du public. Article EL 7 portant sur l’implantation des groupes
électrogènes.
4 Arrêté du 22/06/1998 relatif aux réservoir enterrés de liquides inflammables et de leurs équipements annexes.

60 Section 6 Installation 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


6.1.3.2 Description de l'installation

Le fuel étant classé "produit dangereux", certaines règles de stockage et de distribution sont à respecter, aussi il est nécessaire de
consulter les lois en vigueur au moment de l'installation.

Ne pas utiliser de récipients galvanisés ni de récipients à revêtement en laiton pour le stockage de carburant.

ATTENTION

Réservoir à remplissage manuel


Cette solution est valable pour un groupe électrogène à démarrage manuel et sous surveillance visuelle.
Souvent intégré au châssis, ce réservoir comporte :
- une jauge mécanique ;
- une goulotte de remplissage ;
- un orifice de vidange.
Réservoir à remplissage automatique situé dans le local
Ce genre d'installation est soumis à réglementation.
Solution à retenir pour les groupes électrogènes à démarrage automatique. Le remplissage du réservoir se fait automatiquement par
pompe électrique puisant dans une citerne de stockage principale. La limite de pression pour l’alimentation du réservoir journalier est
de 3 bars (risques de fuite et de détérioration en cas de dépassement).
Un tube de trop plein en retour vers la citerne est obligatoire. Sa section est au minimum de deux fois celle de la tuyauterie
d'alimentation.
Afin d'éviter le désamorçage, le réservoir est monté en légère charge par rapport au moteur diesel (sauf dans les parcs de
stationnement couverts).
Ce réservoir doit également être équipé d'une vanne pompier dont la commande se trouve impérativement à l'extérieur du local.

RM 6 7
21 REC REM

1
ASM
24
8 9 3 11 12 13 11 4 5
ASM
P c
25 14 15
10
27 19 2
VB
23
20

26

17

16
1 - Réservoir journalier V1 10 - Clapet anti-retour 19 - Dépotage
18 2 - Bac de rétention V2>V1 11 - Vanne 3 voies 20 - Jauge niveau
22
3 - Electropompe 12 - Filtre 21 - Event cuve
4 - Pompe manuelle 13 - Compteur 22 - Plaque de terre
5 - Détection fuite RJ 14 - Vanne police 23 - Vanne pompier
6 - Jauge de niveau RJ 15 - Vanne isolement moteur 24 - Boîtier vanne pompier
7 - Event RJ 16 - Cuve simple ou double paroi 25 - Boîtier vanne police
8 - Vanne d’isolement 17 - Limiteur de remplissage 26 - Traçage
9 - Filtre 18 - Clapet de pied avec filtre 27 - Détection fuite (si cuve double
parois)

Figure 35 : Exemple d’installation

Prévoir un bac de rétention capable de recueillir les fuites et dont la capacité est au moins égale à 110 % du volume total des fluides
présents dans le groupe électrogène (carburant, huile et liquide de refroidissement).

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_6 _Installation 61


6.1.4 Limiter les gênes sonores

Analyser les éventuelles nuisances sonores que peut provoquer le matériel sur l’environnement afin de ne pas perturber les riverains.
Prendre connaissance des réglementations en vigueur, afin de ne pas s’exposer à de futurs litiges.
Tenir compte en particulier du niveau sonore de l’ensemble et des effets de réverbérations des bâtiments.

Figure 36 : Exemples d’augmentation du niveau sonore due à la réverbération et à la directivité

6.1.5 Monter les équipements complémentaires

Certains équipements sont, pour des raisons contractuelles, logistiques ou techniques, non livrés, livrés séparément ou livrés non
montés. Il peut s'agir par exemple des éléments d'échappement (protection(s) partie(s) chaude(s), pare-étincelles, prolongateur ou
sortie d'échappement), de refroidissement, de ventilation ou de climatisation, ainsi que des éléments électriques tels que les armoires
électriques. Avant la mise en service du groupe électrogène, procéder au montage de ces éléments afin de garantir la conformité du
produit final aux réglementations applicables (exemple : conformité CE) en faisant appel à un professionnel si nécessaire.

6.1.6 Protéger contre les surtensions

Les groupes électrogènes ne sont pas équipés de dispositif de protection contre les surtensions provenant de décharges
atmosphériques ou dues à des manœuvres.
La société décline toute responsabilité en ce qui concerne toutes les avaries ayant pour cause ces phénomènes. Toutefois, il peut
être envisagé l’installation de parafoudres, étant entendu que ce montage n’assure pas une protection totale.

62 Section 6 Installation 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


6.2 Groupes électrogènes sans capot, installation dans un local

Le contenu de ce chapitre ne constitue que des recommandations générales.


Il est conseillé d’utiliser les services d’un professionnel pour assurer une installation et une mise en service correctes.
La responsabilité de la société ne saurait être engagée en cas de défaillance liée aux conditions d’installation.
ATTENTION

6.2.1 Introduction

Nota : Ne pas respecter les principes fondamentaux expose l’ensemble de l’installation à des dégradations et des usures anormales.
La procédure décrite répertorie les principaux impératifs d’installation d’un groupe électrogène "classique" composé d’un moteur
thermique, d’une génératrice et d’un tableau électrique. Ces impératifs doivent être considérés comme étant des principes généraux.
Pour toutes applications particulières et en cas de doute, nos services techniques vous conseilleront et étudieront spécifiquement
vos conditions d’installation. Les réglementations, dispositions et lois en vigueur dans les lieux d’installation devront en outre être
respectées.

PORTE COUPE-FEU

ÉVACUATION DES GAZ D'ÉCHAPPEMENT A


REJETS D'AIR L'EXTÉRIEUR DU LOCAL

STOCKAGE DE CARBURANT

ENTRÉE D'AIR

CABLES ÉLECTRIQUES

TUYAUTERIE DE FIXATION DU BORNE DE MISE A


CARBURANT GROUPE A LA LA TERRE
DALLE

Figure 37: Exemple de local groupe électrogène

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_6 _Installation 63


6.2.2 Choisir le type de local

Deux cas peuvent se présenter :

Prévoir un abri simple, protégeant des


Le niveau sonore n’est pas primordial.
intempéries (pluie, neige, orage, etc...).

Prévoir un local réalisé en maçonnerie


Le niveau sonore bas est un critère
béton banché ou parpaing plein de
important (ex. : groupe de secours ou
20 cm minimum, revêtu de matériaux
zone sensible au bruit).
absorbants, coupe-feu et isolants.

La tenue au feu doit être conforme à la législation en vigueur suivant le type de bâtiment.

ATTENTION

6.2.3 Déterminer les dimensions et l'agencement du local

Les dimensions et l’agencement du local sont déterminés en fonction de deux types d’impératifs :
- Impératifs statiques
Ce sont les dimensions du matériel installé et de ses périphériques, à savoir : nourrice de carburant journalière, armoire électrique,
silencieux, batteries,…etc.
- Impératifs dynamiques
Ce sont les dimensions à respecter autour de chaque
matériel afin de permettre la maintenance et les démontages
éventuels.
Un espace de 1 mètre environ autour du groupe électrogène
est à considérer comme le minimum indispensable pour
effectuer la maintenance sans être gêné. Il y aura lieu de
vérifier que les portes des groupes électrogènes avec capot
peuvent s’ouvrir entièrement, que l’accessibilité aux
matériels pour la maintenance soit possible et qu’un
démontage intégral du groupe électrogène puisse être
effectué.

Figure 38: Exemple dimensionnel d’un local


pour groupe électrogène avec capot

64 Section 6 Installation 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


6.2.4 Ouvrir le local pour l'accès et la ventilation

Accès
Prévoir une porte d’accès permettant le passage du groupe électrogène et de ses accessoires, de préférence dans l’axe de la dalle
du groupe électrogène.
Ventilation
- Prévoir des ouvertures d'entrées d’air frais et de sorties d'air chaud adaptées aux conditions d'emploi et au système de
refroidissement.
- Définir des ouvertures largement dimensionnées et en fonction des éléments suivants :
 la puissance du groupe électrogène ;
 les conditions atmosphériques ;
 le système de refroidissement ;
 le procédé d’insonorisation (si nécessaire).
- Garantir le balayage de l’air dans le sens suivant : Alternateur  Moteur  Radiateur.
- Prévoir l’entrée et le rejet d'air les plus directs possibles.
- Raccorder le système de refroidissement à une gaine ou au cache du rejet de façon étanche afin d'éviter tout recyclage d'air
chaud.
- S’assurer que les ouvertures d'entrées et de rejet d'air ne devront jamais être situées l'une à proximité de l'autre.

Evacuer les vapeurs du carter moteur de préférence à l’extérieur du local groupe électrogène afin d’éviter la
création d’un dépôt sur le radiateur provoquant son encrassement et la diminution de sa capacité de
refroidissement.

ATTENTION Assurer la récupération des vapeurs de carter moteur pour préserver l’environnement.

Nota : Un moteur thermique génère une certaine quantité de chaleur, qui doit être évacuée à l'extérieur du local, afin d'assurer un
fonctionnement correct du groupe électrogène. Ces calories dégagées par le groupe électrogène sont d'origines diverses :
- refroidissement des cylindres ;
- rayonnement du bloc moteur et du conduit d'échappement ;
- refroidissement de l'alternateur.
Une ventilation insuffisante causerait une augmentation de la température ambiante qui provoquerait au minimum une perte de
puissance du moteur allant jusqu'à l'arrêt du groupe électrogène.

6.2.5 Prévoir un système de levage

Le système de levage doit, normalement, faire partie intégrante de la construction. Il est constitué d’un treuil roulant se déplaçant sur
un rail d’acier en H ou I scellé dans les murs et dans le plafond. Ce système est généralement disposé au-dessus et dans l’axe
longitudinal du groupe électrogène, orienté vers la sortie.

Figure 39 : Exemple de système de levage

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_6 _Installation 65


6.2.6 Insonoriser le local

6.2.6.1 Rappel de la réglementation applicable : Acoustique

La réglementation concernant les émissions sonores est propre à chaque pays. Se référer aux règles en vigueur dans le pays
concerné.
Exemple de la réglementation en vigueur en France :
Arrêté du 25/07/97 rubrique 29105 - 8.1
- Les émissions sonores émises par l'installation ne doivent pas être à l'origine, dans les zones à émergence réglementée,
d'une émergence supérieure aux valeurs admissibles précisées dans le tableau suivant :

Niveau de bruit ambiant existant dans Emergence admissible pour la période Emergence admissible pour la période
les zones à émergence réglementées allant de 7 h à 22 h sauf dimanche et allant de 22 h à 7 h ainsi que dimanche
(incluant le bruit de l’établissement) jours fériés et jours fériés

Supérieur à 35 dB(A) et inférieur ou égal


6 dB(A) 4 dB(A)
à 45 dB(A)

Supérieur à 45 dB(A) 5 dB(A) 3 dB(A)

6.2.6.2 Description de l'installation

L’insonorisation du local sera réalisée suivant deux procédés :


- Isolation
Ce procédé consiste à empêcher le bruit de traverser les murs en jouant sur la masse, donc notamment l’épaisseur du mur.
- Absorption
Ce procédé consiste à employer des matériaux absorbant l’énergie sonore, il sera donc utilisé sur les ouvertures de ventilation. Il en
découlera une augmentation des sections d’entrée et de sortie d’air.
Les parois intérieures du local pourront également être tapissées d’un matériau absorbant, dont le but sera d’abaisser le niveau
sonore dans la salle, et par voix de conséquence, à travers les murs, les ouvertures de ventilation et la porte.
Dispositions générales :
 structure du bâtiment en béton banché ou parpaing plein, d’épaisseur 20 cm minimum ;
 dalle antivibratoire sous le groupe électrogène, lorsque celui-ci est attenant à des locaux sensibles ;
 revêtement des murs et du plafond éventuellement de matériaux absorbants ;
 choix du ou des silencieux d’échappement adapté ;
 porte insonorisée d’accès au local et, éventuellement, un sas, pour obtenir un niveau sonore très bas ;
 pièges à sons montés dans les gaines d’air d’entrée et de sortie.

Piège à sons

Silencieux

Piège à sons

Portes insonorisées

Figure 40 : Exemple d’installation

5 Arrêté du 25/07/97 relatif aux prescriptions générales applicables aux installations classées pour la protection de l'environnement
soumises à déclaration sous la rubrique n°2910 Combustion.

66 Section 6 Installation 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


6.2.7 Définir le circuit d'échappement

6.2.7.1 Rappel de la réglementation applicable : émission d'échappement

La réglementation concernant les émissions d’échappement est propre à chaque pays. Se référer aux règles en vigueur dans le pays
concerné.
Exemple de la réglementation en vigueur en France :
Moteur d’une puissance thermique consommée supérieure à 2000 kW.
Arrêté du 25/07/97 art. 6.2.6 - 2 modifié par l’arrêté du 15/08/00.
Polluants

Composés organiques volatils à


Monoxyde de
Type de combustible Dioxydes de soufre Oxydes d'azote (Nox) Poussières (PM) l'exclusion du méthane
carbone (CO)
(en équivalent CH4)

350
Gaz naturel et gaz de 50
30 700 si dual fioul en mode gaz 650 150
pétrole liquéfiés 150 pour les installations existantes
500 si fonctionnement < 500 h/an

FOD : 160 1500 650 150


100
Autres combustibles 2000 si fonctionnement < 500 h/an 50 si P > 10 MW et si agglomération
Fioul lourd : 1500
liquides 1900 si dual fioul en mode > 250 000 habitants (art 6.2.9)
3000 si DOM et si respect Directive 650 150
combustible liquide et si régime de 150 pour les installations existantes
1999/30/CE sur la qualité de l'air
rotation < 1200 tr/mn

Production
Applicabilité Production Production Production Production
Secours

Unités de mesures (mg/m3)

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_6 _Installation 67


6.2.7.2 Description de l'installation

Réaliser une étude de l'évacuation des gaz brûlés du groupe électrogène.


S’assurer de prendre en compte les critères influant pour cette étude :
- pertes de charge provoquées par l’échappement ;
- isolation thermique ;
- suspension de la tuyauterie ;
- niveau sonore ;
- pollution de l'air.
Veiller à ce que l’ensemble des éléments installés sur la ligne d’échappement ne génère pas de pertes de charge supérieures à la
pression admissible par le moteur.
Garantir que la tuyauterie du circuit d’échappement a un diamètre inférieur à celui du groupe électrogène (nous consulter pour
longueur importante) et s’assurer que sa direction sera telle qu'aucun retour de gaz ne se fasse dans le local.
S’assurer qu’un compensateur d'échappement est monté en sortie du moteur.
S’assurer que la tuyauterie est fixée de façon que son poids ne soit pas supporté par le compensateur. Celui-ci sera parfaitement
rectiligne (tout défaut d'alignement peut entraîner une rupture).

1 - Tuyauterie d'échappement
2 - Coudes
3 - Compensateur
4 - Purge de condensation
5 - Traversée de cloison - sortie en toiture
6 - Sortie d'échappement
7 - Suspente
8 - Cadre à épingles
9 - Pied de colonne
10 - Suspension des silencieux
11 - Isolation thermique
12 - Silencieux

Figure 41 : Exemple de circuit d’échappement des gaz brûlés

Nota 1 : Il faut retenir que plus un circuit est tortueux, plus il provoque des pertes de charge et que par voie de conséquence, son
diamètre sera important, lourd et ses supports et silencieux coûteux.
Nota 2 : Les éléments du circuit d’échappement repérés en Figure : Exemple de circuit d’échappement des gaz brûlés, sont détaillés
dans les paragraphes qui suivent.

68 Section 6 Installation 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


Eléments de tuyauterie
Repère 1 : la tuyauterie
L'utilisation de tuyauteries sans soudure est conseillée. Toutefois
pour des raisons de poids, des tuyauteries en tôle roulée peuvent
être utilisées. Dans tous les cas, il faut éviter les "barres" de
soudure à l'intérieur du conduit.

Repère 2 : les coudes


Les coudes devront avoir un rayon de courbure minimum égal à
2 fois le diamètre de la tuyauterie si possible en un seul élément. Figure 42 : Exemples de tuyauterie et coudes
Si le coude est fait en tôle soudée, vérifier que celui-ci comporte
au moins 3 secteurs pour les coudes à 90°.

Repère 3 : les compensateurs et flexibles


- Le compensateur permet d'absorber les déplacements
longitudinaux dus aux dilatations (environ
1 mm / mètre / 100° C).
- Le flexible permet des débattements latéraux
importants, mais de faible amplitude longitudinale.
Figure 43 : Exemple de compensateur et flexible

Repère 4 : purge des condensations et eaux de pluie


A prévoir en partie basse de l'installation ou à tout changement
de trajet horizontal/vertical, de façon à protéger le silencieux et le
moteur.

Figure 44 : Exemples de purges

Repère 5 : traversée de cloison - sortie en toiture


A prévoir à chaque passage de cloison et à la sortie en toiture.

Figure 45 : Exemples de traversées de cloison

Repère 6 : sortie d'échappement


Les sorties d'échappement servent à diffuser les gaz dans
l'atmosphère et à protéger la partie interne de la tuyauterie des
intempéries.

Figure 46 : Exemples de sorties d’échappement

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_6 _Installation 69


Fixations et suspensions du circuit d'échappement

Repère 7 : suspente
Généralement constituée d'un collier de fer plat fixé au plafond,
la suspente permet la libre dilatation de la tuyauterie.

Figure 47 : Exemples de suspentes

Repère 8 : cadre à épingles


Utilisé pour les parties verticales, le cadre à épingles permet la
dilatation de la tuyauterie tout en la maintenant latéralement.

Figure 48 : Exemples de cadre à épingles

Repère 9 : pied de colonne


Le pied de colonne est destiné à recevoir le poids de la
tuyauterie verticale.

Figure 49 : Exemples de pieds de colonne

Repère 10 : suspension des silencieux


Les suspensions de silencieux sont destinées à recevoir le
poids du silencieux, elles peuvent être verticales ou
horizontales.

Figure 50 : Exemples de suspensions

Isolation thermique
Repère 11 : isolation thermique
Suivant le type d'installation, on peut être amené à isoler la chaleur dégagée dans le local.
Une fois l'isolation faite, la température de surface ne doit pas être supérieure à 70 °C. Le matériau recommandé étant de la laine de
roche (à l'exclusion de l'amiante), il peut être recouvert éventuellement de coquilles aluminium, afin d'améliorer l'esthétique de
l'installation et la tenue du calorifuge.
Une épaisseur de laine de verre de 50 mm doit être considérée comme un minimum.

70 Section 6 Installation 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


Silencieux
Repère 12 : silencieux
Les silencieux atténuent le bruit par absorption ou déphasage de l'onde sonore. Un échappement devra être suspendu efficacement,
les supports ne devront en aucun cas être repris sur le groupe électrogène (sauf pour les montages d'origine).

Silencieux à absorption
Le passage du gaz s'effectue dans un conduit insonorisé
constitué d'un matériau absorbant de haute efficacité acoustique
protégé par une tôle perforée.

Figure 51 : Exemple de silencieux à absorption

Silencieux réactif absorbant


Le gaz entre dans une chambre de détente tapissée d'un
matériau absorbant, maintenue par des tôles perforées puis dans
un conduit insonorisé absorbant.

Figure 52 : Exemple de silencieux réactif absorbant

Silencieux "adapté"
Le silencieux dit "adapté" est monté directement sur le groupe
électrogène ou dans le capot. C'est un silencieux à absorption.

Figure 53 : Exemple de silencieux adapté

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_6 _Installation 71


Cheminée d'échappement

Rappel de la réglementation applicable : Hauteur cheminée


La réglementation concernant la hauteur de cheminée est propre à chaque pays. Se référer aux règles en vigueur dans le pays
concerné.
Exemple de la réglementation en vigueur en France :
Vitesse éjection mini : 25 m/s

Figure 54 : Schéma de principe du calcul de hauteur de cheminée

- Fonctionnement en secours de l’alimentation électrique principale avec présence d’un bâtiment dans un rayon de 15 mètres
de l’installation :
Arrêté du 25/07/97 rubrique 2910 - 6.2.2.E
 La hauteur de la cheminée d’évacuation devra dépasser de 3 mètres la hauteur des bâtiments situés à moins de
15 m autour de l’installation, sans toutefois être inférieure à 10 mètres.
Pour d < 15 m => Hchem = Hobst + 3

72 Section 6 Installation 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


Description de l'installation
Il existe différents types de cheminée d’échappement.

Cheminée autoportante Cheminée remontée en façade


Cheminée reposant sur un massif béton au sol et ayant une
reprise d’effort sur le bâtiment.

Cheminée autostable Cheminées gigogne


Cheminée reposant uniquement sur un massif béton au sol. Dans le cas d’une installation comportant plusieurs groupes
électrogènes, il est possible d’amener les différents conduits sur
Le dimensionnement du supportage de la cheminée devra une seule cheminée. Chaque conduit moteur devra être équipé
intégrer les contraintes du site et notamment les efforts d’un clapet anti-retour.
engendrés par le vent.

Cheminée sortie en toiture

Figure 55 : Exemples de cheminées d’échappement

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_6 _Installation 73


Pot collecteur de condensats
La pluie qui pénètre à l’intérieur du conduit de cheminée entraîne les suies chargées en particules imbrûlées et autres déchets nocifs
et est recueillie dans un pot collecteur installé au pied de la cheminée.
Le liquide ainsi collecté produit des boues qui se déposent au fond du récipient et qui sont évacuées à l’extérieur, au travers d’un
siphon dans un pot collecteur prévu à cet effet.

Conduit de cheminée

Récipient

Siphon

Pot collecteur
de condensats

Vanne de vidange

Figure 56 : Pot collecteur de condensats

74 Section 6 Installation 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


6.2.8 Refroidissement

Quatre formes de production de chaleur doivent être dissipées :


- la chaleur du ou des circuits de refroidissement du moteur ;
- les rayonnements thermiques du moteur et de l’échappement ;
- l’air de ventilation du local ;
- les gaz d'échappement.

Les systèmes décrits ci-après, évacuent et canalisent la chaleur produite par le circuit de refroidissement du moteur.
Radiateur ventilé
Le circuit de refroidissement du moteur est raccordé à un radiateur tubulaire à ailettes monté à l'extrémité du châssis. Ce radiateur
est refroidi par le ventilateur entraîné directement par le moteur.
Dans tous les cas l'air est soufflé dans le sens Ventilateur  Radiateur.
Nota : Un vase d’expansion permettra de compenser les variations de volume du liquide de refroidissement en fonction de la
température.

Aérorefroidisseur
Le circuit de refroidissement du moteur est raccordé à un aérorefroidisseur situé dans le local ou à l'extérieur de celui-ci.
Situé dans le local, le fonctionnement est identique au radiateur ventilé. Le(s) ventilateur(s) est (sont), soit attelé(s) au moteur, soit
entraîné(s) par un (des) moteur(s) électrique(s).
La mise en place de l'aérorefroidisseur à l'extérieur, sur le toit ou dans une autre salle a pour effet d'allonger les canalisations d'eau
de refroidissement et d'imposer une ventilation du local distincte du refroidissement.
Dans ces installations, les conditions de dégazage doivent être considérées avec encore plus d'attention que pour un radiateur.
Dans tous ces cas, l'aérorefrigérant est refroidi par le(s) ventilateur(s).

Echangeur à eau perdue


Ce genre de refroidissement entraîne une consommation non négligeable d'eau et par suite une dépense d'exploitation à considérer.
On s'y résout lorsque les dispositions locales, assurant le débit d'eau nécessaire, ne permettent pas de réaliser les dispositions de
ventilation à prévoir pour un refroidissement par radiateur ventilé ou aérorefroidisseur.
Ces installations à eau perdue comportent essentiellement un échangeur dont l'un des circuits muni d'un récipient d'expansion, est
raccordé au circuit de refroidissement du moteur. La pompe à eau de ce dernier assure la circulation. Le second circuit de l'échangeur
dit d'eau brute est raccordé entre la distribution d'eau de l'immeuble et l'égout. Une vanne montée en amont de l'échangeur permet
d'établir et d'interrompre la circulation. Pour les groupes électrogènes automatiques, cette vanne doit naturellement être prévue à
commande électrique (électrovanne).
L’échange thermique de ce système assure le refroidissement du moteur. Un système de ventilation est à prévoir pour le local et ce
type d'installation nécessite une étude détaillée.

Ventilation du local
Des ventilateurs extracteurs et/ou insufflateurs permettent dans les cas d’aéroréfrigérants extérieurs ou d’échangeur à eau perdue
d’évacuer les rayonnements thermiques du moteur et l'approvisionnement en air frais du local et du matériel.
Si des ventilateurs sont employés, plusieurs ventilateurs permettent, mieux qu'un gros appareil, de réguler la température.
La ventilation des locaux nécessite une étude détaillée et doit notamment tenir compte de la température d’air ambiant ainsi que de
la perte de charge des éléments placés dans l’entrée et le rejet d’air (grilles, pièges à sons…).

Nota : Dans le cas de refroidissement par radiateur ou aéroréfrigérant en local, il est important de tenir compte de l’augmentation de
température due aux rayonnements thermiques pour le dimensionnement de l’installation.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_6 _Installation 75


6.3 Groupes électrogènes avec capot et conteneurs, installation en extérieur

Le contenu de ce chapitre ne constitue que des recommandations générales.


Il est conseillé d’utiliser les services d’un professionnel pour assurer une installation et une mise en service correctes.
La responsabilité de la société ne saurait être engagée en cas de défaillance liée aux conditions d’installation.
ATTENTION

6.3.1 Garantir une ventilation correcte

Installer le matériel en prenant en compte les vents dominants : positionner les entrées d’air à l’opposé de ceux-ci afin de ne pas
subir de désagrément lors des conditions climatiques difficiles (entrées d’air, de neige, de sable,...).
Respecter une distance minimum de 2 mètres entre les entrées et sorties d’air du conteneur et tout obstacle à la ventilation.

Figure 57 : Contraintes d’implantation

76 Section 6 Installation 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


6.3.2 Garantir un échappement correct

S’assurer que les entrées d’air sont orientées à l’opposé des vents dominants afin de ne pas subir de désagrément lors des conditions
climatiques difficiles (entrées d’air, de neige, de sable,...).

Orienter le matériel de façon à ce que les fumées d'échappement ne gènent pas l'opérateur au pupitre.

1. Démonter impérativement la (les) tôle(s) obturatrice(s) de(s) sortie(s) d’échappement  (utilisée(s)


pour le transport).
2. Installer le(s) prolongateur(s)  fourni(s) avec le groupe électrogène en lieu et place de la (des)
tôle(s) obturatrice(s).
ATTENTION
3. Respecter impérativement un jeu de 3mm entre le prolongateur et le toit du capot.

≈ 3 mm

Figure 58 : Démontage de la tôle obturatrice Figure 59 : Montage du prolongateur

En cas d’utilisation de cheminée de hauteur importante, utiliser de préférence une cheminée autostable installée à côté du conteneur.

Figure 60 : Exemple d’installation de conteneur avec cheminée auto stable

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_6 _Installation 77


6.4 Groupes électrogènes mobiles

- Respecter les consignes d’installation données dans ce manuel.


- Réserver une aire d’installation plane et suffisamment résistante pour que le groupe électrogène ne s'enfonce pas. Elle
pourra être réalisée en béton ou encore avec des bastaings de forte section assemblés entre eux. Nota : Un groupe
électrogène ne reposant pas de façon correcte sur son assise (châssis ou remorque) sera soumis à des vibrations telles
que l'ensemble du matériel pourrait subir des dommages importants.
- Respecter impérativement le régime de neutre du groupe électrogène associé à la réglementation en vigueur, afin de garantir
la protection des personnes.
- Effectuer la mise à la terre du groupe électrogène. Pour cela, utiliser un fil de cuivre, de 25 mm 2 minimum pour un câble nu
et 16 mm2 pour un câble isolé, raccordé à la borne de mise à la terre du groupe électrogène et à un piquet de terre en acier
galvanisé enfoncé verticalement dans le sol (Cf. chapitre « Raccorder électriquement un groupe électrogène »).
- Protéger les groupes électrogènes sans capot des intempéries par une construction adéquate (Cf. chapitre « Installer un
groupe électrogène dans un local »).

6.4.1 Groupe électrogène sur remorque

Opérations à effectuer pour l’installation :


1. S'assurer que le sol est suffisamment résistant pour que l'ensemble ne s'enfonce pas.
2. Dételer la remorque conformément au paragraphe « Transport routier / Groupes électrogènes sur remorques / Atteler et
dételer la remorque ».
3. Immobiliser la remorque en plaçant des cales sous les roues.
4. Serrer à fond le frein de stationnement (si équipé).
5. A l'aide de la roulette avant, mettre le groupe électrogène le plus horizontal possible.
6. Descendre les béquilles (si équipé) et les verrouiller.

78 Section 6 Installation 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


7 Mise en service

Les vérifications générales mentionnées dans ce chapitre permettent d’assurer la mise en service du groupe électrogène. Elles
doivent être adaptées ou complétées en fonction des conditions réelles de mise en service.

MATÉRIEL ÉLECTRIQUE - RISQUE DE CHOC ÉLECTRIQUE


Seul du personnel qualifié ayant les compétences requises est habilité à mettre
en service les groupes électrogènes.
DANGER

- Le groupe électrogène doit répondre aux besoins de l’installation, du point de vue de son dimensionnement en puissance
et de sa configuration.
- L’installation doit avoir été effectuée dans les règles de l’art par une personne compétente : elle doit être propre,
correctement entretenue et régulièrement vérifiée durant toute la durée de vie du groupe électrogène.
- Lire attentivement les manuels d’utilisation et d’entretien fournis, noter les opérations de maintenance à effectuer et leurs
échéances. Vérifier régulièrement que ces échéances sont bien respectées durant toute la durée de vie du groupe
électrogène.

7.1 Raccorder électriquement un groupe électrogène

A l'issue des raccordements, s'assurer de l'étanchéité de l'installation au niveau des passages de câbles de
raccordement (groupe électrogène capoté notamment).

ATTENTION

Alimentation d'installation sans inverseur de source :


Lorsqu'un groupe électrogène alimente une installation, ce groupe électrogène doit impérativement être séparé du réseau de
distribution par un dispositif assurant le sectionnement (ouverture manuelle du disjoncteur de tête, par exemple) et raccordé en aval
de ce point de sectionnement de tête. Le maintien en position ouverte du point de sectionnement pendant le fonctionnement du
groupe électrogène doit être assuré soit par un dispositif de blocage, soit par une pancarte de consignation.

Installation fixe

Point de
sectionnement de tête
ouvert

Réseau

Groupe électrogène

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_7 _Mise en service 79


7.1.1 Installations basse tension

7.1.1.1 Câblage en basse tension

Généralités
Les installations électriques basses tensions sont soumises aux règles de la norme NFC 15.100 (France) ou aux normes des pays
concernés basées sur la norme internationale IEC 60364. Le cheminement des câbles doit notamment être conforme à la
NFC 15.100, paragraphe 528 « Perturbations électromagnétiques » ou à l’lEC 60364-4-44 « Protection contre les perturbations de
tension et les perturbations électromagnétiques ».
Par ailleurs, elles doivent également répondre aux règles du guide d’application NFC 15.401 (France) ou aux normes et règlements
des pays concernés.

Câbles de puissance
- Installer les câbles de puissance, de préférence, en caniveau ou sur chemin de câbles réservés à cet usage.
- Déterminer la section et le nombre de câbles en fonction du type des câbles et des normes en vigueur à respecter dans le
pays d'installation. Le choix des conducteurs doit être conforme à la norme internationale CEI 30364-5-52. Nota : Les
câbles de puissance peuvent être du type unipolaire ou multipolaire en fonction de la puissance du groupe électrogène.

Triphasé - Hypothèse de calcul


Mode de pose = câbles sur chemin de câbles ou tablette non perforée.
Chute de tension admissible = 5 %
Multiconducteurs ou uniconducteur jointif quand précision 4X…(1)
Type de câble PVC 70 °C (exemple H07RNF).
Température ambiante = 30 °C.
Section des câbles
Calibre disjoncteur
(A) 0 à 50 m 51 à 100 m 101 à 150 m
mm² / AWG mm² / AWG mm² / AWG
10 1.5 / 14 2.5 / 12 4 / 10
16 2.5 / 12 4 / 10 6/9
20 2.5 / 12 4 / 10 6/9
25 4 / 10 6/9 10 / 7
32 6/9 6/9 10 / 7
40 10 / 7 10 / 7 16 / 5
50 10 / 7 10 / 7 16 / 5
63 16 / 5 16 / 5 25 / 3
80 25 / 3 25 / 3 35 / 2
100 35 / 2 35 / 2 4X(1X50) / 0
125 (1) 4X(1X50) / 0 4X(1X50) / 0 4X(1X70) / 2/0
160 (1) 4X(1X70) / 2/0 4X(1X70) / 2/0 4X(1X95) / 4/0
250 (1) 4X(1X95) / 4/0 4X(1X150) / 2350MCM 4X(1X150) / 2350MCM
400 (1) 4X(1X185) / 0400MCM 4X(1X185) / 0400MCM 4X(1X185) / 0400MCM
630 (1) 4X(2X1X150) / 2x 2350MCM 4X(2X1X150) / 2x 2350MCM 4X(2X1X150) / 2x 2350MCM
Monophasé - Hypothèse de calcul
Mode de pose = câbles sur chemin de câbles ou tablette non perforée.
Chute de tension admissible = 5 %
Multiconducteurs.
Type de câble PVC 70 °C (exemple H07RNF).
Température ambiante =30 °C.
Section des câbles
Calibre disjoncteur
0 à 50 m 51 à 100 m 101 à 150 m
(A)
mm² / AWG mm² / AWG mm² / AWG
4 / 10 10 / 7 10 / 7
16 6/9 10 / 7 16 / 5
20 10 / 7 16 / 5 25 / 3
25 10 / 7 16 / 5 25 / 3
32 10 / 7 25 / 3 35 / 2
40 16 / 5 35 / 2 50 / 0
50 16 / 5 35 / 2 50 / 0
63 25 / 3 50 / 0 70 / 2/0
80 35 / 2 50 / 0 95 / 4/0
100 35 / 2 70 / 2/0 95 / 4/0
125 50 / 0 95 / 4/0 120 / 2250MCM

80 Section 7 Mise en service 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


Câbles de batteries
- Installer la (les) batterie(s) à proximité immédiate du démarreur électrique. Les câbles seront raccordés directement des
bornes de la batterie aux bornes du démarreur (§ "Brancher-Débrancher la batterie").
- Veiller à la correspondance des polarités entre la batterie et le démarreur. (Une inversion peut entraîner de graves dégâts
sur l’équipement électrique).
- Garantir une section minimale des câbles de 70 mm2. Cette section varie en fonction de la puissance du démarreur mais
aussi de la distance entre les batteries et le groupe électrogène (chutes de tension en ligne).

Protection des personnes


Références : NFC 15-100:2002 (France) – IEC 60364-4-41.
Afin d’assurer la protection des personnes contre les chocs électriques, les groupes électrogènes sont équipés d’une protection
générale à courant différentiel-résiduel réglée en « usine » pour un déclenchement instantané et une sensibilité de 30mA.

Toute modification du réglage de la protection différentielle générale peut mettre en danger des personnes.
Elle engage la responsabilité de l’utilisateur et ne doit être effectuée que par du personnel qualifié et habilité.

ATTENTION

Nota : En fin d’utilisation, lorsque le groupe électrogène est déconnecté d’une installation, un retour aux réglages « usine » de la
protection différentielle générale doit être effectuée et vérifiée par un personnel compétent.
Pour rendre effective la protection contre les chocs électriques, raccorder le groupe électrogène à la terre. Pour cela, utiliser un fil de
cuivre, de 25 mm2 minimum pour un câble nu et 16 mm2 pour un câble isolé, raccordé à la borne de mise à la terre du groupe
électrogène et à un piquet de terre en acier galvanisé enfoncé verticalement dans le sol.
S’assurer que la valeur de la résistance de ce piquet de terre est conforme aux valeurs indiquées dans le tableau ci-après (prendre
comme référence le réglage différentiel le plus élevé dans l’installation).

UI
La valeur de la résistance se calcule comme suit : R
I n
Valeur maximale de la résistance de prise de terre R (Ω) en fonction du courant de
fonctionnement du dispositif différentiel (temps de déclenchement n'excédant pas 1 seconde)

R Terre R Terre
I Δn
(Ω) (Ω)
différentiel
Ul : 50 V Ul : 25 V
≤ 30 mA 500 > 500
100 mA 500 250
300 mA 167 83
500 mA 100 50
1A 50 25
3A 17 8
5A 10 5
10A 5 2.5

La valeur UI : 25 V est exigée dans les installations de chantier, les bâtiments d'élevage,…

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_7 _Mise en service 81


Pour une tension de défaut de 25 V et un courant de défaut de 30 mA, ce piquet doit avoir une longueur minimale de : voir tableau
ci-dessous :

Longueur
Nature du terrain du piquet
en mètre
Terrains arables gras,
1
remblais compacts humides
Terrains arables maigres,
1
Gravier, remblais grossiers
Pour obtenir une longueur équivalente, on peut utiliser plusieurs piquets
Sols pierreux nus, sable sec, de terre reliés en parallèle et éloignés d’au moins leur longueur.
3.6
roches imperméables Exemple : 4 piquets de 1 mètre reliés entre eux et séparés
respectivement de 1 mètre.

Nota : Pour les Etats-Unis (référence National Electrical Code NFPA-70).


Le groupe électrogène doit être raccordé à la terre. A cet effet, utiliser un fil de cuivre de section minimum 13.3 mm² (ou AWG 6, au
plus) connecté à la borne de mise à la terre du générateur et une barre de mise à la terre en acier galvanisé enterrée verticalement
et complètement dans le sol.
Cette barre de mise à la terre enterrée complètement dans le sol doit avoir une longueur minimale de 2.5 m.

82 Section 7 Mise en service 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


7.1.1.2 Régime de neutre en basse tension

Le Schéma de Liaison à la Terre, ou SLT (anciennement Régime de neutre) de l’installation électrique définit la situation par
rapport à la terre du neutre du groupe électrogène et des masses de l’installation électrique côté utilisateur.
Les liaisons à la terre ont pour but de protéger les personnes et le matériel en maîtrisant les dangers causés par les défauts
d'isolement. En effet, pour des raisons de sécurité, toute partie active conductrice d'une installation est isolée par rapport aux masses.
Cet isolement peut se faire par éloignement, ou par l'utilisation de matériaux isolants. Mais avec le temps, l'isolation peut se détériorer
(à cause des vibrations, des chocs mécaniques, de la poussière, etc.), et donc mettre une masse a potentiel dangereux. Ce défaut
présente des risques pour les personnes, les biens mais aussi la continuité de service.
Les schémas de liaison à la terre sont codifiés suivant deux lettres qui définissent les connexions :
- La première lettre définit la connexion du neutre :
I Isolé ou relié à la terre par l’intermédiaire d’une impédance
T Relié à la terre

- La deuxième lettre définit la situation des masses de l’installation électrique :


T Reliées à la terre
N Reliées au neutre

Ex : IT = Neutre Isolé + Masses reliées à la terre

Nombre de
Régime Détection Remarque
conducteurs

Mesure du courant différentiel


TT 4 pôles Déclenchement au 1er défaut par DDR
résiduel

C 3 pôles
Sans mesure du courant différentiel Déclenchement par protection de
TN
résiduel surintensité au 1er défaut
S 4 pôles

Déclenchement au 2ème défaut par


IT SN 3 pôles Mesure de la résistance d’isolement
protection de surintensité

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_7 _Mise en service 83


7.1.1.2.1 Schéma TT

R R
Ph 1 Ph 1

Ph 2 Ph 2

id
Ph 3 Ph 3

N N

PE PE
id

R
R
Neutre à la terre Masse à la terre
T T

id
Terre du Terre des
neutre masses

Figure 61 : Régime de neutre TT

Le neutre de l’alternateur est relié à la terre, et les masses des équipements des utilisateurs disposent de leur propre raccordement
à la terre.
Ce schéma de liaison à la terre est le plus fréquent chez les particuliers en France.
Dans le schéma TT, la coupure automatique de l’alimentation électrique par l’intermédiaire d’un Dispositif Différentiel Résiduel (DDR)
est obligatoire en tête d’installation pour assurer la protection des personnes (ainsi que celui de valeur maximale 30mA sur les circuits
prises).

7.1.1.2.2 Schéma TNS

Dans le schéma TN, le neutre de l’alternateur est relié à la terre et les masses utilisateurs sont connectées au conducteur de
protection principal (PE) lui-même relié à la prise de terre.

Ph 1 Ph 1

Ph 2 Ph 2

Ph 3 Ph 3

N N

PE PE
id
Masse au neutre Conducteur de neutre
N Conducteur de protection
séparés
id

id

Neutre à la terre
T

Terre du
neutre

Figure 62 : Régime de neutre TN-S (terre et neutre séparés)

Dans le schéma TN-S, la coupure automatique de l’alimentation électrique est assurée par l’ouverture du disjoncteur de protection
contre les surintensités protégeant le circuit en défaut.
Le TN-S est obligatoire pour les réseaux ayant des conducteurs avec une section ≤ 16 mm2 Aluminium.

84 Section 7 Mise en service 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


7.1.1.2.3 Schéma IT

Ph 1

Ph 2

Ph 3

PE

Neutre isolé Masse à la terre


I T

Z CPI

Terre du Terre des


neutre masses

Ph 1 Ph 1
id
Ph 2 Ph 2

Ph 3 id Ph 3

N N

PE PE
id

id

id
id id

Z CPI Z CPI

id

1er défaut 2ème défaut

Figure 63 : Régime de neutre IT

Dans le schéma IT, le neutre de l’alternateur est relié à la terre à travers une impédance (Z) supérieure à
1000 ohms ou isolée (Z=∞). Les masses de l’installation sont reliées à la terre (Cf. Figure : Régime de neutre IT). Il est à noter qu’un
Contrôleur Permanent d’Isolement (CPI) est relié en parallèle sur cette impédance Z afin de contrôler à tout instant l’isolement du
circuit.
- Premier défaut : le courant passant dans la carcasse métallique traverse l’impédance Z du neutre, ce qui implique un courant
très faible (ou pratiquement nul si le neutre est isolé) et donc la tension de contact n’est pas dangereuse. C’est pour cela
que les hôpitaux, les salles de concert,…etc, utilisent ce schéma afin d’éviter une coupure lors d’un premier défaut. Le CPI,
quant à lui, détecte cette fuite et le signale grâce à un voyant et/ou une alarme.
- Deuxième défaut : les deux conducteurs concernés par les défauts d’isolement se retrouvent interconnectés d’où un court-
circuit. La coupure automatique de l’alimentation électrique est assurée par l’ouverture du disjoncteur de protection contre
les surintensités, comme dans le schéma TN. Il est à noter que le régime de neutre IT est à proscrire si vous ne disposez
pas de technicien capable d’intervenir 24/24h et 7/7 jours.
Pour le régime de neutre IT, dans le cas d’un transformateur abaisseur 20kV/400V, il est nécessaire de prévoir une protection contre
les surtensions pour le réseau 400V. Cette protection doit être placée entre la terre et le point neutre, si disponible ou une phase si
non disponible.
Pour un groupe électrogène BT, en régime IT, cette protection n’est pas nécessaire, la tension ne peut être supérieure à 500V.
La tension d’isolement du réseau doit être de la valeur de la tension composée.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_7 _Mise en service 85


7.1.2 Installations haute tension

7.1.2.1 Câblage en haute tension

Généralités
Sont appelées « installations électriques haute tension » (HTA) les installations dont la plage de tension est comprise entre 1 kV et
50 kV. Ces installations électriques haute tension sont soumises aux règles de la norme NFC 13.100 et plus particulièrement la NFC
13.200 (France, plage de tension de 1kV à 33kV) ou aux normes des pays concernés basées sur la norme IEC 62271. Le
cheminement des câbles doit notamment être conforme à la NFC 13.200, paragraphe 451 « Perturbations électromagnétiques » ou
aux IEC 62271-1 et IEC 62271-200.

Matériels
Le choix de la tenue du matériel se fera sur les critères suivants :
La tension de service devra impérativement être inférieure à la Exemple :
Tension tension assignée. - Tension de service : 20kV
Cette tension définira les valeurs de tension d’isolement. - Tension assignée : 24kV

Courant de courte durée admissible Exemple : 12.5kA/1s


Courant
Courant en service continu Exemple : 400A

Câbles de puissance
Les câbles haute tension doivent posséder des écrans métalliques sur l’isolant ou sur l’assemblage des câbles conducteurs pour
assurer :
- la mise à la terre tout le long du circuit
- écouler les courants capacitifs
- écouler les courants de défaut phase/terre
Le choix de la section se fera suivant l’étude de surintensité et des protections mises en œuvre.

Câbles de batteries
- Installer la (les) batterie(s) à proximité immédiate du démarreur électrique. Les câbles seront raccordés directement des
bornes de la batterie aux bornes du démarreur (§ "Brancher-Débrancher la batterie").
- Veiller à la correspondance des polarités entre la batterie et le démarreur. (Une inversion peut entraîner de graves dégâts
sur l’équipement électrique).
- Garantir une section minimale des câbles de 70 mm2. Cette section varie en fonction de la puissance du démarreur mais
aussi de la distance entre les batteries et le groupe électrogène (chutes de tension en ligne).

Protections des personnes


Un ensemble de matériel de protection et d’intervention en bon état doit être mis à disposition des opérateurs dans chaque local
comprenant des appareils sous tension HTA (gants, perche, tabouret, etc.).

MATÉRIEL ÉLECTRIQUE - RISQUE DE CHOC ÉLECTRIQUE

Protection contre les contacts directs :


La protection est réalisée par mise hors de portée des parties actives.
Utiliser impérativement des matériels HTA conforment aux normes en
vigueur et respecter les impositions de mise en œuvre du constructeur.

Protection contre les contacts indirects :


Réaliser impérativement une interconnexion totale des masses et des
éléments conducteurs au moyen de systèmes équipotentiels reliés à la
DANGER terre de l’installation. La section de ce conducteur de protection doit être
apte à véhiculée les courants de défaut (nécessité de calcul) et doit être au
minimale de 25mm² Cuivre ou de 35mm² Aluminium.

86 Section 7 Mise en service 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


7.1.2.2 Régime de neutre en haute tension

Possibilité de régime de neutre


La norme NFC 13.000 indique la classification suivante des schémas des liaisons à la terre. Le potentiel de neutre peut être fixé par
rapport à la terre suivant cinq méthodes :

Type de fixation du potentiel de neutre


Avantage(s) Inconvénient(s)
par rapport à la terre

Neutre isolé Continuité de service Surtensions

Neutre connecté à la terre à travers une


Faible courant de défaut Pas de continuité de service
résistance

- Limitation des courants de défaut


Neutre connecté à la terre à travers une Pas de continuité de service sur le
- Sélectivité
réactance faible (impédant) départ en défaut
- Faible coût

Neutre connecté à travers une - Surtensions limitées


Coût élevé
réactance de compensation - Continuité de service

Neutre connecté directement à la terre Simple à réaliser Courant de défaut important

Préconisation de choix du régime de neutre


Parmi toutes ces possibilités de raccordement, il est conseillé de privilégier le fonctionnement suivant :

RÉSEAU HTA SOURCES PERMANENTES DE


ALIMENTATION EXTERNE PRODUCTION OU DE REMPLACEMENT

GÉNÉRATEUR
INSTALLATION HOMOPOLAIRE

Figure 64 : Schéma d’alimentation incluant des sources externes pouvant être couplées au réseau HTA

Protection contre les surintensités :

L’ensemble des éléments réalisant une installation HTA doit être protégé par :
- Protection contre les surcharges : cette protection peut être réalisée par une image thermique ou
des capteurs de température.
- Protection contre les courts circuits : cette protection doit agir par coupure d’alimentation des
éléments dans un temps suffisamment court afin que ceux-ci ne soient pas endommagés.

ATTENTION Dans tous les cas, il est nécessaire de réaliser un calcul des courants de surcharge et de court circuit
spécifiques à l’installation. L’adjonction ou la suppression d’un générateur ou récepteur oblige à vérifier la
tenue des différents éléments de l’installation aux surintensités.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_7 _Mise en service 87


7.2 Carburants, lubrifiants et liquides de refroidissement

CARBURANTS / PRODUITS INFLAMMABLES / FLUIDE SOUS


PRESSION : RISQUE DE BRÛLURE - RISQUE D’INCENDIE -RISQUE
D’EXPLOSION

Les fluides utilisés par les groupes électrogènes, telles que les huiles,
carburants et liquide de refroidissement, sont des produits dangereux. Ne
pas ingérer, éviter tout contact prolongé ou répété avec la peau (le port des
DANGER gants est recommandé), tenir hors de portée des enfants.

Toutes les spécifications (caractéristiques des produits) figurent dans les manuels de maintenance des moteurs et des alternateurs
joints à ce manuel.
En complément de celles-ci, il est fortement recommandé d’utiliser les carburants, lubrifiants et liquides de refroidissement
mentionnés dans le chapitre « Spécifications ».

7.2.1 Spécifications des carburants

Exigences générales de qualité

La qualité du carburant est primordiale pour la performance du moteur. Ceci concerne aussi bien les performances techniques,
comme la longévité, la puissance fournie et la consommation de carburant, ainsi que la capacité de respecter les exigences émises
par les autorités concernant les émissions polluantes. Seuls des carburants conformes aux exigences légales en vigueur et aux
normes nationales et internationales doivent être utilisés. Consulter le distributeur de carburant local pour s’informer des
caractéristiques du gazole disponible dans la région.
Exemples de normes et d'exigences :
Norme européenne (CEN) de carburant pour automobiles - carburants pour moteur Diesel
EN 590
(gazole) - exigences et méthodes d'essai
ASTM D 975 1-D et 2-D American Society for Testing and Materials : exigence de base aux États-Unis et au Canada
JIS KK 2204 Japanese Industrial Standards : normes industrielles japonaises

Respect des émissions polluantes

Les mesures de certification attestant que les valeurs limites d’émission légales sont respectées sont effectuées avec les carburants
certifiés conformes aux normes et exigence citées ci-dessus.

Tenue aux basses températures

Lorsque la température extérieure est basse, la fluidité du carburant Diesel peut devenir insuffisante suite à un dépôt de paraffine.
Aussi, afin d’éviter des dysfonctionnements (filtres bouchés, par ex.), se procurer, en hiver, des carburants Diesel suffisamment
fluides au froid.
Les exigences à respecter pour les différentes régions géographiques et pour les différentes saisons (hiver/été) sont spécifiées dans
les normes et/ou réglementations nationales. Les compagnies pétrolières doivent toujours veiller à fournir des carburants dont les
propriétés d'écoulement à froid sont correctes pour toute période de l'année. En général, le gazole reçoit des additifs pour qu’il puisse
être utilisé à basse température dans la région où il est commercialisé.
L’additivation du carburant doit respecter les recommandations des fabricants des moteurs et maintenir un pouvoir lubrifiant
convenable pour les systèmes d’injection. Il est préférable de privilégier les carburants additivés en raffinerie que ceux modifiés dans
la cuve de stockage.

88 Section 7 Mise en service 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


Caractéristiques générales du gazole

Le carburant utilisé doit avoir les caractéristiques suivantes (liste non exhaustive) :
La teneur en soufre doit correspondre aux réglementations sur les émissions en vigueur dans la région
où le groupe électrogène est utilisé.
Pour les États-Unis et les pays appliquant la réglementation EPA
Utiliser uniquement du gazole Ultra Low Sulfur Diesel (ULSD) d’une teneur maximale en soufre de 15
mg/kg pour les moteurs certifiés Intérim Tier 4 et Tier 4.
Pour l’Union européenne
Teneur en soufre
La directive 2009/30/CE, qui a pour objectif de limiter la pollution atmosphérique, impose l'utilisation d'un
gazole avec une très faible teneur en soufre de 10 mg/kg, pour les engins mobiles non routiers.
En France, cette obligation se traduit par la création d'un gazole, dit non routier « GNR ». La teneur
maximale en soufre admissible est de 10 mg/kg. Cependant, les États membres permettent que ces
gazoles contiennent jusqu'à 20 mg/kg de soufre au moment de leur distribution aux utilisateurs finaux. Il
est recommandé d’éviter le stockage prolongé du gazole non routier (plus de 6 mois).
La viscosité et la densité agissent directement sur les performances (puissance et consommation de
carburant), les émissions et la durée de vie du moteur. Un niveau de viscosité et de densité bas diminue
la puissance du moteur et augmente la consommation de carburant. Un niveau de densité et de viscosité
Viscosité et densité trop élevé nuit sérieusement à la durée de vie et au fonctionnement du système d'injection de carburant.
Pour maintenir une performance technique et environnementale adéquate, la viscosité et la densité
doivent être conformes aux spécifications indiquées dans les notices des fabricants des moteurs équipant
nos groupes électrogènes.
Pouvoir lubrifiant (ou
Afin de protéger le système d'injection de carburant contre toute usure excessive, le carburant doit
capacité de
impérativement avoir un pouvoir lubrifiant satisfaisant (se référer aux notices des fabricants des moteurs
lubrification ou
équipant nos groupes électrogènes).
onctuosité)
Le comportement d'allumage des carburants Diesel est décrit par l'indice de cétane. L'indice de cétane
Indice de cétane est important pour les émissions, la capacité de démarrage au froid et les bruits du moteur. Les exigences
techniques sont de 45 minimum.
Le carburant et le réservoir ne doivent pas contenir de l'eau. L'eau augmente la corrosion et l'usure des
pièces du moteur, particulièrement au niveau du système d'injection. De plus, l'eau favorise le
développement de bactéries et de champignons dans le réservoir, ce qui peut colmater le filtre à
Eau et contaminants
carburant. Le carburant ne doit contenir aucune sorte de résidus. Les contaminants organiques
(bactéries, champignons, etc.) peuvent bloquer les filtres à carburant ; les matériaux inorganiques dans
le carburant (poussière, sable) peuvent provoquer de graves dommages à l'équipement d'injection.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_7 _Mise en service 89


Carburants autorisés :

Remarques :
- 0,5% de souffre = 5000 ppm et 1% de souffre = 10000 ppm.
- AEG = EATS (Exhaust After Treatment System) = Système de traitement post échappement.
- HFRR (High Frequency Reciprocating Rig) : méthode d'essai pour évaluer la propriété lubrifiante des carburants diesels.
- FOD (Fuel Oil Domestique) : fioul domestique :

FOD : Nous recommandons d'améliorer les conditions de stockage par l’emploi de combustible prétraité en raffinerie afin de stabiliser
le carburant (éviter l'oxydation, le développement des bactéries et la corrosion). Nous recommandons d'ajouter un séparateur d'eau
entre le réservoir de stockage principal et le réservoir journalier.

Combustibles contenant du biodiesel : Nous recommandons d'améliorer les conditions de stockage par l’emploi de combustible
prétraité en raffinerie afin de stabiliser le carburant (éviter l'oxydation, le développement des bactéries et la corrosion)

Carburants Désignation Détails Restrictions


0,0015 % de soufre Max HFRR 460 mm
ASTM D975 1D (Routier)
ASTM D975 0,05% de soufre Max HFRR 460mm;
ASTM D975 2D Sans AEG
0,5% de soufre
Gazole routier CSR 4.0.05
EN590 EN590 Ratio de Biodiesel < 10%
Gazole non routier CSR 4.1.03
BS2869 2010 BS2869 2010 classA2 Gazole non routier 0.001 % de souffre Ratio de Biodiesel < 10%
Sans AEG
Renforcer la prefiltration du
CSR 4.4.06 combustible avec un préfiltre
FOD FOD disponible en France
DIN51603 séparateur d’eau entre le
stockage et le réservoir
journalier.
Max 7% de Biodiesel EN12214 mélangé avec
Bio Fuel EN 12214
du gazole ASTM D975 ou FOD
Sans AEG
Bio Diesel Max 7% de biodiesel ASTM D6751 mélangé
Bio Fuel ASTM D6751
avec carburant ASTM D975 ou FOD
Note: les moteurs de la série KD (K135 et K175) accepte un mélange à hauteur de 10 % de biodiesel.
Identique à
NATO F-54 (Routier) EN590 Ratio de Biodiesel < 10%
CSR 4.0.05
Identique à
XF-51 (Non routier) EN590 non routier Ratio de Biodiesel < 10%
CSR 4.1.02 à CSR 4.1.03
NATO F34 or F35 ou F44
NATO F-63 ou XF-63
+ Additif S1750
Combustibles D’une manière générale le kérosène est dommageable pour un moteur diesel :
Militaires 1-Viscosité trop faible => grippage et usure du système d’injection.
2-Indice de cétane trop bas => difficulté de démarrage voir non démarrage (interdit pour un usage secours).
3-Impact négatif sur la maintenance du moteur.
4-Impact négatif sur la consommation de combustible.
5-Impact négatif sur les émissions de polluant.
6-Impact négatif sur la puissance.

La version militaire additivée (Nato F-63 ou XF-63) du combustible Militaire sur base de Kérosène est la plus
adaptée à nos groupes électrogènes tout en conservant quand même les impacts négatifs sur les points (3 à
6).
Le fonctionnement avec un combustible NATO F-63 ou XF-63 est un choix de substitution dont l’utilisateur du
groupe doit assumer les impacts pour la durée de vie du moteur et les performances du groupe électrogène.

90 Section 7 Mise en service 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


7.2.2 Spécifications des lubrifiants

Indispensable pour le bon fonctionnement du moteur, il faut choisir l’huile en fonction de son utilisation. En effet, outre la fonction de
lubrification, une huile doit aussi :
- refroidir certaines pièces ;
- protéger les parties métalliques contre la corrosion ;
- accroître l’étanchéité notamment entre pistons, segments et cylindres ;
- évacuer des impuretés (jusqu’au filtre).

Il est recommandé d’utiliser un lubrifiant haut de gamme pour moteurs Diesel. Le tableau ci-dessous indique, par marque de moteurs,
les huiles recommandées.

MOTEUR HUILE
MARQUE TYPE MARQUE TYPE
KD27V12
K135 KD36V16 KOHLER GENLUB EVOLUTION 15W40
KD45V20
GENLUB EVOLUTION 15W40 (*)
(*) Préchauffage eau moteur obligatoire => système monté en
KOHLER
standard pour les applications ESP/DCP/LTP/PRP.
« KD series » KD62V12
K175 KD83V16 KOHLER
Nota : Dans le cas d’une utilisation sans préchauffage eau
KD103V20
moteur, les viscosités 10W40 ou 5W40 sont à utiliser.
(Exemple: Total Rubia works 2000 en 10W40 / Shell Rotella
T6 en 5W40)
LOMBARDINI
Tous KOHLER « HUILE 5W40 »
KOHLER
JOHN DEERE Tous KOHLER GENLUB EVOLUTION 15W40

MTU Tous KOHLER GENLUB EVOLUTION 15W40

MITSUBISHI Tous KOHLER GENLUB EVOLUTION 15W40


PERKINS Fuel KOHLER GENLUB EVOLUTION 15W40
Tous sauf
VOLVO KOHLER GENLUB EVOLUTION 15W40
TAD 733GE
TAD-733GE (avec filtre API: CI-4 ou CH-4
VOLVO
reniflard pour circuit fermé) (100% synthétique)
DOOSAN Tous KOHLER GENLUB EVOLUTION 15W40

“KD series” Exigence de performance de l’huile :

Classes de viscosité
Huile de base
recommandées
Toutes doivent etre conformes aux
Catégorie de l’huile KOHLER Classifications minimales
Famille de Famille de moteur à puissance élevée
moteur moteur turbocompressés
K135 K175
SAE 10W-30
ACEA E5-02 ou
Huile catégorie 1 SAE 10W-40 Non autorisé Base minérale
API CH-4 ou DHD-1
SAE 15W-40
ACEA E4 ou ACEA E7 SAE 5W-30
SAE 5W-40
ou SAE 10W-30
Huile catégorie 2 SAE 10W-40 Synthétique
API CI-4 Plus ou SAE 10W-40
SAE 15W-40 (*)
DHD-1 ou JASO DH-1 SAE 15W40
SAE 5W-30
ACEA E6 ou ACEA E9 SAE 5W-40
SAE 10W-30
Huile catégorie 2.1 ou SAE 10W-40 Synthétique
SAE 10W-40
API CJ-4 ou JASO DH-2 SAE 15W-40 (*)
SAE 15W40
SAE 5W-30
ACEA E4-12
Huile catégorie 3 SAE 5W-40 SAE 5W-40 Synthétique, VI > 160,
Ou
(Standard aujourd’hui) SAE 10W-30 SAE 10W-40 Et additifs pour usage longue durée
ACEA E4 et ACEA E7
SAE 10W-40
ACEA E6-12 SAE 5W-30
Huile catégorie 3.1 OU les deux SAE 5W-40 SAE 5W-40 Synthétique, VI > 160,
(standard aujourd’hui) ACEA E6 et ACEA E9 SAE 10W-30 SAE 10W-40 Et additifs pour usage longue durée
ou API "CK-4" SAE 10W-40
(*) 15W40 utilisation possible uniquement pour les moteurs de la famille K175 avec préchauffage eau.

Note: Pour utiliser une huile différente de la marque KOHLER, il est necessaire d’avoir l’approbation du bureau d’étude KOHLER
ou du service après vente.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_7 _Mise en service 91


Viscosité
La viscosité est une mesure de résistance à l'écoulement d'un fluide. La viscosité d'une huile moteur s'exprime par 2 grades SAE
(Society of Automotive Engineers). Un grade à froid et un grade à chaud. Le grade à froid se situe devant la lettre W.
Le 1er grade traduit la viscosité dynamique à froid, à savoir, la capacité à démarrer le moteur et à amorcer la pompe à huile
(et donc de graisser rapidement les différents organes). Plus le nombre est faible, plus l’huile est fluide.
Le 2ème grade traduit la viscosité cinématique à chaud. Plus le nombre est élevé, plus épais sera le film d'huile à chaud (il favorise
la protection et l'étanchéité). Plus le nombre est bas, meilleure sera la réduction de frottement à chaud (il favorise les économies de
carburant).
Afin d'assurer une protection immédiate à chaque démarrage du moteur, le choix du grade de viscosité à froid est primordial. L'huile
la plus fluide est la plus rapide pour le temps de mise en huile du moteur. Elle devra être choisie en fonction de la température
ambiante. Voir tableau ci-dessous.

Caractéristiques de l’huile KOHLER GENLUB EVOLUTION 15W40


Lubrifiant multigrade spécifique de très haute performance destiné aux moteurs des groupes électrogènes.

Utilisation :

« Energie »  Particulièrement destiné à la lubrification, en toute saison, des moteurs des groupes
électrogènes, mais aussi de tous moteurs stationnaires.
Tous moteurs conformes  Plus généralement, dédié à tous les moteurs ayant à fonctionner pendant de longues périodes
aux normes
TIER 1, TIER 2 et TIER 3 de pleine charge ou en phases d’accélération et de ralenti répétées.
 Spécialement recommandé pour les moteurs de technologie récente et répondant jusqu’à la
norme de dépollution EURO Phase IIIa ou US EPA TIER 3.

Performances :

ACEA : E7 (E5)
API : CI-4 / CH-4 / CF
Classifications JASO : Niveau DH-1
La formulation de KOHLER GENLUB EVOLUTION 15W-40 a été approuvée par les constructeurs
de moteurs qui équipent les groupes électrogènes, comme :
MTU (Category 2)
Conforme aux VOLVO (VDS-3)
spécifications KOHLER “KD series”

Avantages :

Sécurité totale  Excellente stabilité thermique permettant d’assurer une très bonne lubrification des parties
chaudes du moteur surtout lors de travaux pénibles et continus.
Grands espacements de  Pouvoirs renforcés en dispersion, en détergence et en anti-usure permettant de résister à
vidange
toutes les attaques que subit l’huile moteur pendant un long espacement de vidange :
Simplification de la poussières, suies, eau, gazole, acide de combustion
lubrification des moteurs  Permet de lubrifier tous types de moteurs d’ancienne génération ou de génération récente, de
marque et type sans distinction.

Caractéristiques :

KOHLER GENLUB EVOLUTION Unités 15W-40


Viscosité cinématique à 40 °C mm2/s (cSt) 103
Viscosité cinématique à 100 °C mm2/s (cSt) 14.0
Indice de viscosité / 141
TBN mg KOH/g 11.0
Les valeurs des caractéristiques figurant dans ce tableau sont des valeurs typiques données à titre indicatif.

92 Section 7 Mise en service 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


Caractéristiques de l’huile KOHLER « huile 5W40 » (hors KD series )
Lubrifiant multigrade de technologie de synthèse destiné aux moteurs essence et diesel des groupes électrogènes.

Utilisation :

« Energie »  Recommandée pour les moteurs à essence (multisoupapes, turbo, équipés ou non de
catalyseur) et Diesel, suralimentés ou non.
Injection directe  Particulièrement recommandée pour répondre aux exigences des moteurs Diesel à injection
directe.
Parcours les plus sévères  Utilisable dans des conditions de service les plus sévères.
Toutes saisons

Performances :

Classifications ACEA : A3/B4


API : SL/CF
La formulation de KOHLER « 5W-40 » a été approuvée par les constructeurs de moteurs qui
Conforme aux équipent les groupes électrogènes, comme :
spécifications KOHLER LOMBARDINI

Avantages :

Haute Performance  Très bonne protection des moteurs en particulier contre l’usure au niveau de la distribution.
 Exceptionnelle stabilité thermique et à l’oxydation prévenant toute dégradation même en
Augmentation de la utilisation très sévère.
durée de vie du moteur
 KOHLER 5W-40 a été conçu pour répondre aux exigences des constructeurs en termes
Intervalles de vidange d’intervalles de vidange allongés.
allongés

Caractéristiques :

KOHLER « 5W40 » Unités 5W-40


Masse volumique à 15°C Kg/m3 853
Viscosité à 40°C mm2/s 85
Viscosité à 100°C mm2/s 14
Point éclair Cleveland °C 228
Point d'écoulement °C -39
Les valeurs des caractéristiques figurant dans ce tableau sont des valeurs typiques données à titre indicatif.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_7 _Mise en service 93


7.2.3 Spécifications des liquides de refroidissement

Le système de refroidissement interne du moteur permet au moteur de fonctionner à une température exacte.
Le tableau ci-dessous indique, par marque de moteur, les liquides de refroidissement recommandés.

MOTEUR

MARQUE TYPE MARQUE TYPE

KHOLER Tous KHOLER GENCOOL PC -26

MITSUBISHI LLC
MITSUBISHI Tous
KHOLER GENCOOL PC -26

MTU Tous KHOLER GENCOOL PC -26

JOHN DEERE Tous KHOLER GENCOOL PC -26

VOLVO Tous KHOLER GENCOOL PC -26

DOOSAN Tous KHOLER GENCOOL PC -26

Caractéristiques du liquide de refroidissement GENCOOL PC -26


Performances
Le liquide de refroidissement GENCOOL PC -26 est un fluide de refroidissement, prêt à l’emploi, haute protection et produit à partir
d’un antigel homologué par la plupart des constructeurs (antigel concentré Power Cooling).
Il possède les performances suivantes :
- Anticorrosion renforcée : améliore l’efficacité et la longévité du système de refroidissement.
- Spécial haute température : favorise l’échange thermique.
- Protection longue durée : contre la surchauffe et la corrosion dans des conditions extrêmes d’utilisation.
- Compatible avec le liquide d’origine (il est toutefois recommandé de vidanger totalement le circuit de refroidissement lors du
remplacement du liquide).

Caractéristiques

Caractéristiques Unités Spécifications

Densité (masse volumique) à 20 °C kg/m3 1053 ± 3

pH pH 7.5 à 8.5

Réserve d’alcalinité ml ≥ 10

Température d’ébullition °C 105 ± 2

Température de congélation °C -26 ± 2

Valeurs types données à titre indicatif

94 Section 7 Mise en service 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


7.3 Contrôler l'installation du groupe électrogène, première mise en service

- Vérifier l’emplacement du groupe électrogène (stabilité, fixation, espace disponible, ventilation, échappement,…) Cf. chapitre
« Installation ».
- Vérifier que les bouchons, obturateurs et bandes adhésives de protection ont été enlevés.
- S’assurer que les sacs anti-humidité ont été enlevés dans les parties électriques (armoire ou pupitre de contrôle commande,
alternateur,…).
- Vérifier les raccordements électriques Cf. chapitre « Raccorder électriquement un groupe électrogène » :
 mise à la terre ;
 raccordements électriques de commande ;
 raccordements électriques de puissance ;
 système de charge des batteries de démarrage (calibre et tension) si le groupe électrogène en est équipé.
- Vérifier le bon fonctionnement des protections différentielles.
- Vérifier la tension de la (des) courroie(s) d’entraînement.
- Contrôler l’isolement de l’alternateur.
- Contrôler la (ou les) batterie(s) de démarrage (raccordement et charge) Cf. paragraphe « Batteries de démarrage ».
- Vérifier le système de charge des batteries de démarrage (si le groupe électrogène en est équipé).
- Vérifier les niveaux Cf. Manuel d’entretien du moteur :
 liquide de refroidissement ;
 huile ;
 carburant.
- Vérifier que les équipements complémentaires sont en bon état et capables de fonctionner (filtre à air notamment).
- Ouvrir le robinet d’appoint d’huile (si le groupe électrogène en est équipé).
- Ouvrir le robinet de carburant (si le groupe électrogène en est équipé).
- Sélectionner le mode d’alimentation en carburant (le cas échéant, cuve, réservoir journalier, etc.).
- En prenant toutes les précautions nécessaires et en respectant scrupuleusement les consignes de sécurité, purger l’air du
circuit à carburant et procéder à l’amorçage si nécessaire (Cf. manuel d’entretien du moteur).

Pour les groupes électrogènes équipés moteur de type MTU 2000Gx5 / MTU 2000Gx6 et d’un
radiateur Beaward : vérifier que la virole est centrée par rapport au radiateur.

Pour les groupes électrogènes équipés de moteurs MTU de la série 4000 : démonter impérativement le dispositif de blocage du
volant moteur (protection du vilebrequin pendant le transport) avant le premier démarrage du groupe électrogène.

Pour les groupes électrogènes équipés de moteurs de marque Lombardini / Kohler : ces moteurs nécessitent une période de
rodage. Pendant les 50 premières heures de fonctionnement, ne pas dépasser 70% de la puissance assignée.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_7 _Mise en service 95


7.3.1 Réglages du variateur et du régulateur de température des aérorefroidisseurs

Certains groupes électrogènes sont équipés de variateurs et de régulateurs de


température qui permettent de moduler la vitesse de rotation des ventilateurs en fonction
du refroidissement nécessaire au bon fonctionnement du groupe électrogène.

Afin d’assurer un bon fonctionnement de ce système, il est nécessaire à la mise en


service du groupe électrogènes d’effectuer certains réglages ou vérifications. La
procédure ci-dessous décrit ces opérations et est applicable aux systèmes de marque
Schneider équipés d’un variateur « ALTIVAR 21 » et d’un régulateur
« REG48PUN1JLU ».

Toutes les opérations s’effectuent lorsque le groupe est en fonctionnement.

ATTENTION

Vérification du paramétrage du régulateur de température

Vérifier les valeurs indiquées dans le tableau de paramétrage des valeurs du régulateur de température.

AFFICHAGE NOM DU PARAMETRE FONCTION VALEURS A VÉRIFIER

Définit le type du capteur


Type d’entrée de PV 1 (PT 100Ω)
d’entrée

Définit la position du séparateur


Position du séparateur décimal 1 (une décimale)
décimal de l’affichage PV/SV

Bascule entre les états


Commande d’opération de la fonction
d’opération de la fonction oFF (arrêt/fin)
rampe/palier
rampe/palier

Empêche l’affichage des erreurs


Verrouillage des touches 0 (pas de verrouillage)
de fonctionnement

Définit la plage de la sortie de


contrôle (OUT2) (configurée
Plage de OUT2 4-20 (4 mA à 20 mA)
également pour la sortie de
retransmission)

Paramètre d’allocation de la touche Définit la fonction de la touche 5 (Lancement de


USER USER l’autoréglage (standard))

96 Section 7 Mise en service 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


Nota : la consigne pour la mise en marche du variateur
de vitesse est une température eau à de 85°C.
 La lecture s’effectue directement sur l’afficheur du
régulateur de température.

Pour modifier cette consigne, agir sur les touches ci-


contre.

Lancement de l’auto-configuration
Le lancement de l’auto-configuration s’effectue groupe en charge à une puissance d’environ 75% de la puissance
assignée.
La consigne peut être modifiée selon l’environnement du groupe électrogène (pays chaud,…).
Le lancement de l’auto configuration s’effectue par un appui long sur la touche A/M.

7.4 Préparer la conduite du groupe électrogène

- Prendre connaissance des commandes utiles à l’utilisation du groupe électrogène.


- Lire et comprendre les menus « utilisateur » du coffret de commande.
- Bâtir un plan de maintenance adapté à la configuration de l’installation et du groupe électrogène - Cf. paragraphe « Plans de
maintenance ».
- Prendre connaissance du fonctionnement du groupe électrogène sans charge ou en sous-charge - Cf. « Contrôler le groupe
électrogène après le démarrage ».
- Prendre connaissance des spécifications des fluides (carburant, lubrifiant et liquide de refroidissement) - Cf. paragraphe
« Carburants, lubrifiants et liquides de refroidissement » et manuel d’entretien du moteur.

MATÉRIEL ÉLECTRIQUE - RISQUE DE CHOC ÉLECTRIQUE


Seul du personnel qualifié ayant les compétences requises est habilité à faire
démarrer les groupes électrogènes.
DANGER

7.5 Contrôler le groupe électrogène avant le démarrage

Lors de la vie du groupe électrogène, vérifier régulièrement ou avant tout démarrage pour les groupes électrogènes fonctionnant
occasionnellement la propreté, le bon état général de l’installation et du groupe électrogène et contrôler en particulier les points
suivants :
- Vérifier l’absence d’éléments pouvant obstruer les entrées et sorties d’air, les radiateurs et les ventilateurs (saletés, gel,
branchages, etc.).
- Vérifier les niveaux - Cf. manuel d’entretien du moteur :
 liquide de refroidissement ;
 huile ;
 carburant.
- Ouvrir le robinet d’appoint d’huile (si le groupe électrogène en est équipé).
- Ouvrir le robinet de carburant (si le groupe électrogène en est équipé).
- Sélectionner le mode d’alimentation en carburant (le cas échéant, cuve, réservoir journalier, etc.).
- Vérifier le système de charge des batteries de démarrage (si le groupe électrogène en est équipé).
- Contrôler la (ou les) batterie(s) de démarrage (raccordement et charge) - Cf. paragraphe « Batteries de démarrage ».

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_7 _Mise en service 97


7.6 Démarrer le groupe électrogène

7.6.1 Groupes électrogènes équipés d'une chaudière de préchauffage

Certains de nos groupes électrogènes sont équipés en option d’un système de préchauffage auxiliaire. Il peut, selon les
configurations, être activé automatiquement ou manuellement.

Pour mettre en marche le système de préchauffage manuellement :


1. A l’aide du coffret de commande, vérifier la température du liquide de refroidissement : si elle est inférieure à 45°C, il est
nécessaire de mettre en marche la chaudière de préchauffage.
2. Placer le groupe électrogène en mode de fonctionnement manuel - Cf. manuel d’utilisation du coffret de commande.
3. Vérifier que la vanne de préchauffage est sur la position « Préchauffage par chaudière fuel ».
4. Mettre en marche la chaudière en appuyant sur le bouton de mise en marche de la chaudière (placé sur le pupitre de
commande).
La chaudière de préchauffage s’arrête automatiquement lorsque la température du groupe électrogène atteint 55°C. Si ce n’est pas
le cas, la stopper manuellement en appuyant sur le bouton.

7.6.2 Démarrage

La procédure de démarrage diffère selon les configurations des groupes électrogènes et leur intégration dans l’installation. Pour les
groupes électrogènes équipés d’un coffret de commande, se reporter au manuel d’utilisation du coffret de commande pour les
explications sur les modes de démarrage manuel ou automatique ainsi que les configurations associées. Pour toute question, faire
appel à l’agent le plus proche.

7.7 Contrôler le groupe électrogène après le démarrage

Tests sans charge


- Vérifier les sécurités (arrêt d’urgence, pression d’huile, température du liquide refroidissement,…).
- Vérifier les paramètres mécaniques :
 paramètres du moteur (pression d’huile, température du liquide refroidissement) ;
 absence de vibrations anormales ;
 absence de bruits anormaux ;
 absence de fuites.
- Vérifier les paramètres électriques :
 tension, fréquence, intensité ;
 champ tournant.
Tests avec charge
- Vérifier les paramètres mécaniques :
 paramètres du moteur (pression d’huile, température du liquide refroidissement) ;
 absence de vibrations anormales ;
 absence de bruits anormaux ;
 absence de fuites.
- Vérifier les paramètres électriques :
 tension, fréquence, intensité ;
 champ tournant.

98 Section 7 Mise en service 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


7.8 Fonctionnement

7.8.1 Eviter le fonctionnement sans charge ou en sous-charge

Lors d’un fonctionnement sans charge ou à faible charge < à 30% de la puissance nominale, les conditions de fonctionnement ne
permettent pas au moteur d’être dans les conditions optimales. Les principales causes sont les suivantes :
- Le faible volume de combustible brûlé dans la chambre de combustion engendre une combustion incomplète ; l'énergie
thermique qui en résulte ne permet pas d'atteindre la température optimale de fonctionnement du moteur.
- Les moteurs suralimentés ont des rapports volumétriques plus faible (taux de compression faible sans suralimentation),
définis pour la pleine charge et mal adaptés à une bonne combustion à faible charge.

L'ensemble de ces facteurs conduit à un encrassement du moteur et en particulier de la segmentation et des soupapes qui conduit
à:
- une accélération de l’usure et un glaçage des chemises des cylindres ;
- une perte d'étanchéité des portées et parfois le gommage des tiges des soupapes.

En conséquence, l'exploitation de tout moteur suralimenté en faible charge (< à 30%) lors des essais ou en utilisation normale, ne
peut qu'avoir des répercussions néfastes sur le bon fonctionnement d'un moteur et sa durée de vie. Les échelons de maintenance
devront être raccourcis pour accompagner les conditions sévères de fonctionnement. Le raccourcissement des espacements de
vidange permet, entre autres, de renouveler plus souvent l'huile qui a tendance à s'encrasser d'imbrûlés et se polluer de combustible.
L'adjonction d'une résistance de ballast est généralement employé pour limiter les phases à faible charge et permettre périodiquement
d'atteindre la pleine charge nécessaire pour décrasser le moteur.
Enfin, lors de fonctionnement en sous charge, nous conseillons d'être vigilant pour ce qui concerne le circuit de reniflard d’huile et
plus particulièrement pour les moteurs qui ont la mise à l’air libre du carter moteur connectée à l’entrée du turbocompresseur (risque
d’absorption d’huile ou de vapeurs d’huile et accélération du régime du moteur).

7.8.2 Prendre des mesures de sécurité durant le fonctionnement

RISQUES D’ACCIDENTS GRAVES


Un groupe électrogène en fonctionnement représente un danger. Aucune opération de maintenance
ne doit être effectuée sur le groupe électrogène pendant son fonctionnement.
DANGER

Sur les groupes électrogènes de production (par exemple conteneur de type CPU20 ou CPU40 ou groupe électrogène spécifique),
le changement des filtres à carburant amont, fixés sur la face interne des portes latérales, peut être fait groupe électrogène en
fonctionnement. Pour ces opérations particulières, prévues mais exceptionnelles, prendre toutes les mesures de sécurité nécessaires
de manière à éviter tout accident, notamment :
- Porter les équipements de protection individuels nécessaires,
- Repérer avant l’opération tous les dangers potentiels (pièces tournantes, parties chaudes, etc),
- Repérer l’arrêt d’urgence et s’assurer qu’il est actionnable facilement à tout moment de l’opération (par l’opérateur ou par
une autre personne),
- Remplacer les filtres un à un, en coupant l’arrivée du carburant au fur et à mesure sur chaque filtre, en récupérant le
carburant dans un récipient prévu à cet effet.
Par ailleurs, durant le fonctionnement du groupe électrogène, le conteneur peut être en légère surpression ou dépression (aspiration
ou insufflation importante d’air par les ventilateurs de refroidissement selon les configurations). Ce processus normal peut amener
soit à une ouverture extérieure des portes latérales légèrement plus brusque lorsque le groupe électrogène est en fonctionnement
(les ouvrir avec prudence et uniquement lorsque nécessaire), soit à une fermeture inopinée des portes et à leur ouverture plus difficile
de l’intérieur (dans ce cas, stopper le groupe électrogène à l’aide de l’arrêt d’urgence).

7.9 Arrêter le groupe électrogène

La procédure d’arrêt diffère selon les configurations des groupes électrogènes et leur intégration dans l’installation.
Dans tous les cas :
- L’appui sur l’arrêt d’urgence pour stopper le groupe électrogène doit être réservé pour les cas exceptionnels mettant en jeu
la sécurité des personnes.
- Diminuer progressivement la charge demandée au groupe électrogène et laisser le groupe électrogène tourner à vide
(0 % de charge) une dizaine de minutes avant de l’arrêter.

Pour les groupes électrogènes équipés de coffrets de commande, se reporter au manuel d’utilisation du coffret de commande pour
les explications sur les modes d’arrêt manuel ou automatique ainsi que les configurations associées. Pour toute question, faire appel
à l’agent le plus proche.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_7 _Mise en service 99


8 Maintenance

RISQUES D’ACCIDENTS GRAVES


Les opérations de maintenance doivent être effectuées :
- dans des conditions de luminosité suffisante,
- groupe électrogène à l’arrêt et moteur froid,
- batterie de démarrage déconnectée,
DANGER - coup de point d’arrêt d’urgence enclenché.

Avant toute opération, prendre connaissance des consignes de sécurité. Veiller à ce que tous les réglages et réparations soient
effectués par du personnel ayant reçu une formation appropriée. Nos agents possèdent cette qualification et peuvent répondre à
toutes les questions. Ils sont aussi à même de fournir des pièces détachées et d’autres services et ils disposent de personnel formé
pour assurer l’entretien, la maintenance corrective et préventive ou encore la réfection complète des groupes électrogènes.

8.1 Plans de maintenance

L'exploitant doit s'assurer que son installation est en permanence en état de fonctionner :
- Effectuer les opérations de maintenance prévues dans la documentation fournie avec le groupe électrogène
- Effectuer des vérifications et essais périodiques permettant de s'assurer du bon fonctionnement de l'installation.
Ces maintenances, vérifications et essais réguliers doivent donner lieu à la tenue de registres de contrôle comportant les informations
suivantes : périodicité, nature des interventions, visites et/ou essais réalisés, date et heure d'exécution, compte-rendu d'opérations,
nom et signature de l'intervenant.

100 Section 8 Maintenance 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


8.1.1 Bâtir un plan de maintenance adapté

Les plans de maintenance (tableaux de maintenance périodique) sont définis dans les documentations
respectives (manuel d’entretien) des moteurs, des alternateurs et de certains équipements complémentaires.
En règle générale, ces plans distinguent l’utilisation en fonctionnement continu de l’utilisation en
fonctionnement secours. Ils tiennent par ailleurs compte des ingrédients utilisés (teneur en soufre du gasoil
ou qualité de l’huile de lubrification par exemple).
En prenant en compte la configuration de l’installation, du groupe électrogène et l’ensemble des
équipements, adapter le plan de maintenance proposé.

ATTENTION Se référer en priorité aux préconisations constructeurs, et se conformer à leurs règles d'entretien
lorsque les opérations sont réalisables.
Les opérations ci dessous constituent un complément aux préconisations constructeurs. En cas de
doute, contacter un de nos agents.

Il est par exemple recommandé d’effectuer les vérifications suivantes (liste non exhaustive) :

Fiche de bon usage (2 x par mois) Remarques


Sur l’ensemble de l’installation
Contrôler l'état de propreté
Contrôler l'absence de fuite
Contrôler le dégagement des entrées et sorties d’air
Contrôler les fixations et raccordements
Contrôler l'absence d'alarmes et défauts sur les afficheurs et/ou coffret de commande à la mise
sous tension (*)
Contrôler l'absence de corrosion tôlerie et la présence des autocollants relatifs à la sécurité
Circuit combustible
Contrôler le niveau de combustible dans la cuve extérieure et dans le réservoir journalier
Contrôler le fonctionnement du système de remplissage automatique du réservoir journalier (*)
Purger de l’eau et des sédiments des réservoirs et filtre(s) à combustible (suivant équipement)
Contrôler le fonctionnement de la vanne de coupure de l’alimentation en combustible réservée
aux services de secours (uniquement lorsque le groupe électrogène est à l’arrêt)
Circuits de préchauffage
Contrôler le fonctionnement du (des) préchauffage(s) (*)
Circuit d’air comprimé (suivant équipement, se réferer aux documentations
constructeurs)
Contrôler la pression d’air dans les bouteilles d'air comprimé du circuit d'air
Purger l’eau et les impuretés dans les bouteilles
Circuit d’huile
Contrôler le niveau d’huile carter moteur
Contrôler le niveau d’huile du réservoir d’appoint (suivant équipement)
Contrôler le fonctionnement du système d’appoint automatique (suivant équipement) (*)
Circuit de refroidissement
Contrôler le niveau du liquide de refroidissement
Contrôler le degré de protection contre le gel du liquide de refroidissement
Contrôler l'état de propreté (encrassement) des nids d’abeilles
Echappement (suivant équipement)
Purger les condensats de la ligne d'échappement
(*) Contrôle visuel à effectuer lors des essais périodiques

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_8 _Maintenance 101


Il est également recommandé de bâtir, en l’adaptant, un échéancier reprenant la trame ci-dessous :

TABLEAU DE BON USAGE


Se référer à la documentation constructeur pour les opérations d'entretien spécifiques

FREQUENCE (h)

1ère mise en service


NIVEAU (1)

Limite calendaire

Remarques
10h / 1xjour
Après 20h
OPERATIONS

1000 h
500 h
GROUPE ELECTROGENE
Essai en charge à 50% mini de la puissance nominale (idéalement 80 %)
pendant 1 heure après stabilisation des paramètres (2) et contrôles associés 1 1m
(Rappel : Ne se substitue pas aux préconisations constructeurs)
Contrôler l'absence de fuites 1 6m X X X
Contrôler visuellement l'état général 1 6m X X X
Contrôler l'indicateur de colmatage du (des) filtre(s) à air (si équipé) 1 6m X X X
Contrôler l'état et les connexions des durites et des flexibles 1 6m X X X
Nettoyer le groupe électrogène 1 6m X
Nettoyer avec de l'air comprimé basse pression les relais et les contacteurs 3 6m X
Contrôler l'état et les connexions des équipements électriques 1 6m X X X
Contrôler l'état des courroies d'entrainement 2 1a X X X
Contrôler et resserrer les fixations 1 1a X X X
Effectuer le test du relais différentiel (3) 3 1a X
CONTENEUR
Contrôler et purger si besoin les filtres carburant périphériques au(x)
2 6m X X X X
groupe(s) électrogène(s)
Remplacer les filtres carburant périphériques au(x) groupe(s) électrogène(s) 2 1a X
Contrôler l'état et la propreté des dispositifs d'entrées et de sorties d'air 2 6m X X X
Contrôler l'état et la propreté des radiateurs 2 1a X
Contrôler l'état et la propreté des pièges à son 2 1a X
BATTERIES
Contrôler le système de charge et l'état de charge des batteries de
3 6m X X
démarrage, de télécommande
Effectuer l'entretien des batteries (démarrage et télécommande si équipé) 3 1a X

CIRCUIT ECHAPPEMENT
Contrôler la tenue des éléments (tenue mécanique et altération des
2 1a X
matériaux)
Contrôler le serrage des différentes fixations (fixation support, charpente,
2 1a X
bridage du ou des silencieux).

Nettoyer le pare-étincelles si le groupe électrogène en est équipé 2 1a X


Contrôler les catalyseurs si les silencieux en sont équipés 2 1a X
VENTILATEUR
Nettoyer et contrôler l'état du ventilateur 2 1a X
Contrôler la fixation des grilles de protection/pare-volatiles et l'absence
2 1a X
d'obstacles.
Contrôler l'absence d'usure anormale du moteur,de signe de surchauffe 2 1a X
AEROREFROIDISSEUR
Purger les moteurs équipés de trous de purge 2 6m X
Contrôler l'état et la propreté des batteries de refroidissement 2 1a X
Contrôler l'état et les connexions des équipements électriques 3 1a X
Contrôler toute la boulonnerie apparente 2 1a X

102 Section 8 Maintenance 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


TABLEAU DE BON USAGE
Se référer à la documentation constructeur pour les opérations d'entretien spécifiques

FREQUENCE (h)

1ère mise en service


NIVEAU (1)

Limite calendaire

Remarques
10h / 1xjour
Après 20h
OPERATIONS

1000 h
500 h
REMORQUES
Contrôler l'état général du véhicule 2 6m X X X
Contrôler la pression des pneumatiques 2 6m X X X
Contrôler le serrage des écrous de roues 2 6m X X X
Contrôler l'efficacité du frein automatique 2 6m X
Contrôler l'efficacité du frein de parc 2 6m X
Contrôler le réglage et la répartition du freinage sur toutes les roues 2 6m X
Contrôler les glissières et les articulations de la commande de freinage 2 6m X
Contrôler les béquilles 2 6m X
Lubrifier ou graisser les pièces mobiles du dispositif d'accouplement 2 6m X
Contrôler l'usure des garnitures de freins et des tambours 2 1a X
Contrôler l'absence de jeu au niveau des moyeux 2 1a X
Contrôler le jeu dans le tube de traction 2 1a X
Contrôler le jeu de la boîte à rotule ou de l’anneau 2 1a X
Graisser les glissières et articulations de la commande de freinage 2 1a X
Graisser les béquilles et tige de roue jockey 2 1a X
(1) : 1 = Opérateur / 2 = Spécialiste (mécanique) / 3 = Spécialiste (électricité).
(2) : Essai à réaliser si le groupe électrogène n'a pas fonctionné à 4/4 de charge depuis 1 mois.
(3) : Contacter un de nos agents.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_8 _Maintenance 103


8.2 Essais des groupes électrogènes

Remarques sur le fonctionnement sans charge (à vide) et en sous charge


Lors d’un fonctionnement sans charge ou à faible charge < à 30% de la puissance nominale, les conditions de fonctionnement ne
permettent pas au moteur d’être dans les conditions optimales. Les principales causes sont les suivantes :
- Le faible volume de combustible brûlé dans la chambre de combustion engendre une combustion incomplète ; l'énergie
thermique qui en résulte ne permet pas d'atteindre la température optimale de fonctionnement du moteur.
- Les moteurs suralimentés ont des rapports volumétriques plus faible (taux de compression faible sans suralimentation),
définis pour la pleine charge et mal adaptés à une bonne combustion à faible charge.

L'ensemble de ces facteurs conduit à un encrassement du moteur et en particulier de la segmentation et des soupapes qui conduit
à:
- une accélération de l’usure et un glaçage des chemises des cylindres ;
- une perte d'étanchéité des portées et parfois le gommage des tiges des soupapes.

En conséquence, l'exploitation de tout moteur suralimenté en faible charge (< à 30%) lors des essais ou en utilisation normale, ne
peut qu'avoir des répercussions néfastes sur le bon fonctionnement d'un moteur et sa durée de vie. Les échelons de maintenance
devront être raccourcis pour accompagner les conditions sévères de fonctionnement. Le raccourcissement des espacements de
vidange permet, entre autres, de renouveler plus souvent l'huile qui a tendance à s'encrasser d'imbrûlés et se polluer de combustible.
L'adjonction d'une résistance de ballast est généralement employé pour limiter les phases à faible charge et permettre périodiquement
d'atteindre la pleine charge nécessaire pour décrasser le moteur.
Enfin, lors de fonctionnement en sous charge, nous conseillons d'être vigilant pour ce qui concerne le circuit de reniflard d’huile et
plus particulièrement pour les moteurs qui ont la mise à l’air libre du carter moteur connectée à l’entrée du turbocompresseur (risque
d’absorption d’huile ou de vapeurs d’huile et accélération du régime du moteur).

Essais en charge
Il est recommandé d’effectuer un essai en charge du groupe électrogène mensuellement pendant une durée d’environ 1 heure après
stabilisation des paramètres.
La charge devra être supérieure à 50 % de la puissance nominale (idéalement 80 %) pour garantir un décrassage du moteur et avoir
un aperçu convenable du fonctionnement du groupe électrogène.

Essais sans charge (à vide)


Cet essai n’est pas recommandé; il ne doit pas excéder 10 minutes et ne doit pas être répété sans essai mensuel en charge. Cet
essai permet uniquement de constater le bon démarrage du moteur. Il ne permet pas de vérifier le bon fonctionnement du groupe
électrogène.

Essais des groupes électrogènes source de sécurité (ne concerne que la France, Cf. NF E 37-312)
Pour les groupes électrogènes source de sécurité (GSS), les essais suivants doivent être réalisés :
- vérification périodique des niveaux d'huile, de liquide de refroidissement et de carburant, du dispositif de réchauffage du
moteur et de l'état de la source utilisée pour le démarrage (batterie ou air comprimé), par exemple tous les quinze jours ;
- essai de démarrage automatique avec une charge minimale de 50 % de la puissance nominale du groupe électrogène sur
utilisation ou sur résistance de ballast, par exemple tous les 6 mois. Lors de cet essai, la vanne de coupure de l’alimentation
en carburant, réservée à l’utilisation des services de secours, ne doit jamais être utilisée lorsque le groupe électrogène est
en fonctionnement.

104 Section 8 Maintenance 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


8.3 Nettoyer un groupe électrogène

Utilisation d'un nettoyeur haute pression :

- Nettoyer avec une pression d’utilisation inférieure à 120 bars,

- Respecter une distance minimale de 20 à 30 cm entre la buse du nettoyeur et la surface à nettoyer,

- Interdiction de nettoyer l'intérieur des capots et des conteneurs,


ATTENTION
- Ne pas pulvériser sur les équipements électriques extérieurs (Borniers, coffret de commande, …).

8.3.1 Nettoyer un groupe électrogène avec capot de protection

L’étanchéité entre le capot et le châssis et entre le châssis et le bac de rétention est assurée au moyen d’un joint.
Remplacer impérativement ce joint en cas de démontage du capot.

ATTENTION
Afin que la peinture garde toutes ses propriétés de protection, l’utilisateur est tenu d’entretenir les capots et les châssis.

8.3.1.1 Fréquence de nettoyage

Effectuer le nettoyage :
- autant que nécessaire ;
- tous les 6 mois au minimum ;
- après tout transport maritime.
Nettoyer plus fréquemment les groupes électrogènes s’ils sont installés dans des zones arborées ou en atmosphère corrosive, ou
s’ils ont été salis par des poussières ou des matières organiques (feuilles en décomposition, mousses, déjections…..).
Contrôler régulièrement que les orifices de drainage, conçus pour l’évacuation des eaux de pluie ou de condensation, ne sont pas
bouchés. En cas d’obturation, l’eau stagnante détériore le capot de protection du groupe électrogène et peut venir remplir le bac de
rétention (si équipé, optionnel).

8.3.1.2 Mode opératoire de nettoyage

Nettoyer l’intérieur et l’extérieur du groupe électrogène régulièrement :

L’emploi d’un abrasif est interdit.


Les mousses d’isolation sont fragiles, prendre garde à ne pas les abimer durant l’opération.
Pendant le nettoyage, veiller à ce que les orifices de drainage soient débouchés.
ATTENTION

1. Ouvrir les portes du groupe électrogène si nécessaire puis déposer les panneaux amovibles, conserver les vis.
2. Nettoyer l’intérieur du groupe électrogène : retirer les débris végétaux, feuilles et détritus éventuellement présents et vérifier
que les orifices de drainage sont débouchés.
3. Remettre en place les panneaux amovibles en les revissant soigneusement et refermer les portes du groupe électrogène le
cas échéant.
4. Laver l’extérieur du groupe électrogène avec un agent lessiviel (eau additionnée d’un détergent doux, ex. shampoing
automobile).
5. Rincer soigneusement à l’eau douce claire pour éliminer toute trace du produit de nettoyage avec une pression d’utilisation
inférieure à 120 bars (en cas d’utilisation d’un nettoyeur à haute pression, respecter une distance minimale de 20 à 30 cm
entre la buse du nettoyeur et la surface à nettoyer).
6. Pour les groupes électrogènes équipés d’un bac de rétention, procéder à la vidange en récupérant les fluides et, lorsque
cela est possible, vérifier le bon état et le fonctionnement du capteur de niveau haut du bac de rétention.
7. Essuyer avec un chiffon doux et absorbant.
L’utilisation d’une mousse nettoyante suivie d’un essuyage avec un chiffon doux et absorbant est également possible. Les tâches ou
salissures tenaces peuvent être éliminées avec un solvant adapté (white spirit ou équivalent) puis essuyées avec un chiffon doux et
absorbant.
Toute rayure importante devra faire l’objet d’un traitement curatif pour être éliminée. Ce traitement sera réalisé par un professionnel
compétent.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_8 _Maintenance 105


ORIFICES DE DRAINAGE : NE JAMAIS OBTURER
S'assurer que tous les orifices de drainage sont opérents, l'eau doit pouvoir s'évacuer à l'extérieur en toute
circonstance.
ATTENTION
Capots M1xx

Orifices de drainage

Panneau amovible
Capots M2xx

Orifices de drainage
Panneau amovible

Panneau amovible
Orifices de drainage

106 Section 8 Maintenance 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


Capots M3xx

Orifices de drainage Entrées d’air


Panneau amovible

Orifices de drainage

Panneau amovible
Capots M4xx

Panneau amovible Orifice de drainage

Figure 65 : Orifices de drainage pour les groupes électrogènes avec capot de protection

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_8 _Maintenance 107


8.3.2 Nettoyer un groupe électrogène en conteneur

8.3.2.1 Fréquence de nettoyage

Effectuer le nettoyage :
- autant que nécessaire ;
- tous les 6 mois au minimum ;
- après tout transport maritime.
Nettoyer plus fréquemment les groupes électrogènes en conteneur s’ils sont installés dans des zones arborées ou en atmosphère
corrosive, ou s’ils ont été salis par des poussières ou des matières organiques (feuilles en décomposition, mousses, déjections…..).

8.3.2.2 Mode opératoire de nettoyage

Nettoyer l’intérieur et l’extérieur du conteneur régulièrement :

L’emploi d’un abrasif est interdit.


Pendant le nettoyage, veiller à ce que les orifices de drainage soient débouchés.
ATTENTION

1. Ouvrir les portes du conteneur.


2. Inspecter et nettoyer l’intérieur du conteneur : retirer les débris végétaux, feuilles et détritus éventuellement présents et
vérifier que les orifices de drainage sont débouchés.
3. Vérifier le bon état et le fonctionnement du capteur de niveau haut du bac de rétention (si équipé).
4. Graisser les charnières et serrures et graisser les joints avec de la graisse silicone.
5. Laver l’extérieur du conteneur avec un agent lessiviel (eau additionnée d’un détergent doux, ex. shampoing automobile).
6. Rincer soigneusement à l’eau douce claire pour éliminer toute trace du produit de nettoyage avec une pression d’utilisation
inférieure à 120 bars (en cas d’utilisation d’un nettoyeur à haute pression, respecter une distance minimale de 20 à 30 cm
entre la buse du nettoyeur et la surface à nettoyer).
7. Essuyer avec un chiffon doux et absorbant.
L’utilisation d’une mousse nettoyante suivie d’un essuyage avec un chiffon doux et absorbant est également possible. Les tâches ou
salissures tenaces peuvent être éliminées avec un solvant adapté (white spirit ou équivalent) puis essuyées avec un chiffon doux et
absorbant.
Toute rayure importante devra faire l’objet d’un traitement curatif pour être éliminée. Ce traitement sera réalisé par un professionnel
compétent.

108 Section 8 Maintenance 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


ORIFICES DE DRAINAGE : NE JAMAIS OBTURER
S'assurer que tous les orifices de drainage sont opérents, l'eau doit pouvoir s'évacuer à l'extérieur en toute
circonstance.
ATTENTION

CIR 20 : orifices de drainages (X2)

Panneau
amovible

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_8 _Maintenance 109


CPU20 : orifices de drainages (X4)

CPU40 : orifices de drainages (X9)

110 Section 8 Maintenance 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


8.4 Principes généraux de maintenance des circuits

Ce chapitre rappelle les règles de principe pour la maintenance sur les circuits de lubrification, de carburant
et de refroidissement.

En prenant en compte la configuration de l’installation, du groupe électrogène et l’ensemble des équipements,


adapter les procédures proposées.

Se référer en priorité aux préconisations constructeurs, et se conformer à leurs règles d'entretien lorsque les
opérations sont réalisables.
ATTENTION
Les opérations ci-dessous constituent un complément aux préconisations constructeurs. En cas de doute,
contacter un de nos agents.

8.4.1 Circuit d'huile

Groupe électrogène à l’arrêt et coupe batterie ouvert.


Moteur à température de service.

Huile chaude.
L'huile peut contenir des résidus de combustion nocifs.
Danger de brûlure et d’empoisonnement !
DANGER - Portez des vêtements, des gants et des masques de protection.
- Eviter le contact avec la peau.
- Ne pas respirer les vapeurs d'huile.

8.4.1.1 Prélèvement d'huile

Pour effectuer correctement les comparaisons de résultats, il est nécessaire d'assurer la représentativité des échantillons grâce à un
mode de prélèvement convenable.

Des analyses devront être effectuées à échéances plus rapprochées dans des conditions d’utilisation sévères telles que :
- conditions climatiques extrêmes ;
- démarrages répétés ;
- moteur tournant majoritairement et longtemps à faible charge ;
- forte teneur en soufre dans le combustible de 0,5 à 1,5 % en poids.
Des signes indiquant que l'huile ne remplit plus sa fonction peuvent également être les suivants :
- dépots ou precipitations exceptionnellement importants à l'interieur du moteur et dans les composants de celui-ci, tels que
filtres, centrifuges ou séparateurs, en particulier en comparaison avec l'analyse précédente ;
- décoloration inhabituelle des composants.
Par précaution, transmettre également au laboratoire un flacon contenant un échantillon d’huile neuve qui servira de référentiel à
l’analyse de l’huile usagée.

POINT DE PRELEVEMENT :

Le prélèvement est effectué en un point représentatif du circuit, de préférence juste après l’arrêt de la machine :
- toujours sur le ou les points de prélèvement convenus ou installés ;
- à défaut, par le puit de jauge avec une seringue et un flexible ;
- en dernier recours, directement au point de vidange du carter d’huile après avoir purgé le fluide pollué en fond de carter.

PREPARATION DU POINT DE PRELEVEMENT :

Afin d’éviter toute pollution de l’échantillon :


- le point et le materiel de prélèvement feront l’objet, avant chaque prise d’échantillon, d’un nettoyage minutieux avant
l’ouverture du circuit ;
- dans la mesure du possible, s’affranchir des conditions d’environnement au moment de la prise d’échantillon (vent,
poussière, pluie,..).
Le flacon fourni par le laboratoire chargé de l’analyse sera rempli au ¾. En l’absence de flacon du laboratoire, prévoir une capacité
minimale de 125 ml.
Utiliser un flacon dépollué et convenablement étiqueté. Les informations importantes à noter lors du prélèvement sont :
- marque et type d’huile ;
- date du prélèvement ;
- type de matériel et numéro de série ;
- heures de fonctionnement depuis la mise en service ;
- heures de fonctionnement depuis la dernière vidange ;
- type de Prélèvement : lors de « la vidange » ou lors d’un « prélèvement » ;
- appoints d’huile éventuels, si tel est le cas, indiquez combien de litres ont été ajoutés ;
- interventions effectuées.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_8 _Maintenance 111


Les tests recommandés pour l’analyse sont les suivants :

Analyses spectrométriques (usure) Unités Paramètres physiques Unités


Fer (Fe) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg Viscosité à 40°C DIN 51562 mm²/s
Chrome (Cr) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg Viscosité à 100°C DIN 51562 mm²/s
Etain (Sn) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg
Aluminium (Al) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg Index de viscosité (VI) calc.
Nickel (Ni) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg Oxidation DIN 51451, DIN 51453 A/cm
Cuivre (Cu) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg Nitration DIN 51451, DIN 51453 A/cm
Plomb (Pb) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg
Molybdène (MO) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg Sulfatation DIN 51451, DIN 51453 A/cm
PQ-Index Dirt moving capability %
Impuretés TBN (total base number) DIN ISO 3771 mgKOH/g
Silicium (Si) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg TAN (total acid number) DIN EN 12634-1999-02 mgKOH/g
Potassium (K) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg pH
Sodium (Na) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg Adiditifs
Eau DIN 51 451 % Calcium (Ca) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg
Glycol DIN 51375-1 % Magnesium (Mg) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg
Huile végétale DIN 51639-4:2010-02 % Bore (B) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg
Combustible diesel DIN 51375-1 % Zinc (Zn) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg
Biodiesel DIN 51375-1 % Phosphore (P) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg
Suies (SiO) DIN 51452 % Barium (Ba) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg
Molybdène (Mo) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg
Souffre (S) DIN 51399-1:2012-5 mg/kg

METHODE DE PRELEVEMENT :

1ère méthode : prélèvement avec une seringue :

1. Raccorder sur la seringue un flexible.


2. Introduire l’autre extrémité du flexible dans le puit de jauge en veillant à ne pas atteindre le fond du carter.
3. Aspirer l’huile dans la seringue jusqu’à la remplir complètement.
4. Une fois la seringue remplie, retirer le flexible, vider la seringue dans le flacon et reboucher le aussitôt.
5. Si nécessaire, répéter l’opération jusqu’à remplir au ¾ le flacon.
6. Fermer le flacon en vissant soigneusement le bouchon et vérifier les informations sur l’étiquette.

2ème méthode : prélevement à un point de vidange :

Cette méthode peut être utilisée en l’adaptant lors de la vidange périodique du carter d’huile.

1. Placer une cuvette sous le point de vidange.


2. Ouvrir le point de vidange.
3. Laisser couler un peu de liquide avant d’effectuer le prélèvement.
4. Remplir soigneusement le flacon au ¾.
5. Fermer le flacon en vissant soigneusement le bouchon et vérifier les informations sur l’étiquette.
6. Refermer le point de vidange.
7. Refaire l’appoint si nécessaire.

112 Section 8 Maintenance 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


8.4.1.2 Vidange et remplacement du filtre à huile

Figure 66 : Exemples de robinet de vidange du carter d'huile Figure 67 : Pompe de vidange huile

1. Vidanger l’huile :

a) Utiliser un récipient d’une contenance adaptée.


b) Si équipé, fermer le robinet du réservoir d’appoint d’huile.
c) Ouvrir le robinet de vidange du carter d'huile.
d) En actionnant la pompe de vidange manuelle, vidanger l'huile du carter
moteur.

2. Changer le filtre à huile en procédant comme suit :

a) Déposer le filtre à huile au moyen d'un outil adéquat et mettre l’élément filtrant
au rebut.
b) Nettoyer la surface d'étanchéité sur la pièce de raccordement.
c) Contrôler la bague d’étanchéité du filtre neuf et l’enduire d’huile neuve.
d) Visser le filtre à huile neuf en suivant les préconisations constructeur.
e) Si équipé, remplacer les autres filtres de la même manière.

3. Fermer le robinet de vidange d'huile.

4. Remplir/Compléter le circuit d’huile :

a) Ouvrir le bouchon de remplissage.


b) Verser l'huile appropriée jusqu'au repère "maxi" de la jauge d’huile.
c) Fermer le bouchon de remplissage.

5. Vérification du niveau d’huile :

a) Retirer la jauge d'huile du tube de guidage et l'essuyer.


b) Introduire la jauge d’huile jusqu'en butée dans le tube de guidage, la retirer au bout de 10
secondes et contrôler le niveau d'huile.
c) Le niveau d'huile doit se situer entre "mini" et "maxi".
d) Si nécessaire, remplir avec de l'huile jusqu'au repère "maxi".
e) Introduire la jauge d’huile jusqu'en butée dans le tube de guidage.

6. Démarrer le groupe électrogène :

a) Si équipé, ouvrir le robinet du réservoir d’appoint d’huile.


b) Si équipé, mettre en service le système de prélubrification.
c) Si possible, virer le moteur à l'aide du dispositif de virage et vérifier à nouveau le niveau d’huile.
d) Démarrer le groupe électrogène.
e) Contrôler la pression d’huile moteur et l’étanchéité sur le filtre à huile.
f) Arrêter le moteur et attendre 10 minutes pour contrôler à nouveau le niveau d’huile.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_8 _Maintenance 113


8.4.2 Circuit carburant

DANGER D'INCENDIE ET D'EXPLOSION !


Les combustibles sont inflammables.
- Eviter le feu ouvert, les étincelles électriques et les sources d'allumage.
- Ne pas fumer.
DANGER
Groupe électrogène à l’arrêt et couipe batterie ouvert.
De graves blessures peuvent être occasionnées par la présence de carburant haute pression
dans les conduites de carburant.
Ne pas débrancher les conduites de carburant entre la pompe à carburant et les injecteurs.
Purger uniquement le circuit d'alimentation au niveau des filtres à carburant.
DANGER Avant d’intervenir, s’assurer que la pression est chutée dans le circuit.

8.4.2.1 Préfiltres carburant

Des filtres carburants additionnels sont montés sur certains groupes électrogènes. En plus des recommandations figurant dans les
manuels d’entretien des moteurs (filtres montés par les fabricants des moteurs), les opérations décrites dans ce paragraphe doivent
être effectuées.

A : FILTRE
B : JOINT
C : PURGE D’EAU D B
D : PURGE D’AIR
E : POMPE D’AMORÇAGE E
F : CAPTEUR DE PRESENCE D’EAU A

B VANNES D’ISOLEMENT
D

B
A

A
B
B
A
B
B

F C
C

Figure 68 : Exemples de préfiltres (changement de filtre par le bol)

D VANNE D’ISOLEMENT
B

Figure 69 : Exemples de préfiltres (changement de filtre par le couvercle)

114 Section 8 Maintenance 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


8.4.2.1.1 Maintenance des préfiltres

La fréquence de contrôle de la présence d’eau et du remplacement de l’élément filtrant dépend de la qualité et du niveau de
contaminants du carburant utilisé.

En usage courant, les périodicités suivantes peuvent être retenues :


- Contrôle de la présence d’eau :
 dans le cas de perte de puissance ;
 une fois par jour, si nécessaire.
- Remplacement de l’élément filtrant en même temps que le filtre carburant principal.

Nota : la présence d’eau dans le filtre est facile à contrôler ; l’eau ayant une densité plus forte que le carburant, elle apparait d’une
différente au fond du bol transparent.

8.4.2.1.2 Purge de l'eau

1. Arrêter le groupe électrogène et attendre que le moteur soit froid pour éviter tout risque d’incendie.
2. Si des filtres montés en série sont équipés d’une vanne d’isolement, isoler alternativement le filtre à purger.
2. Placer un récipient au niveau de la purge d’eau.
3. Dévisser (2 tours environ) la purge d’eau du bol et la purge d’air du filtre (si présente). Vidanger l’eau.
4. Fermer la purge d’eau et la purge d’air.
5. S’assurer de l’étanchéité des purges.

8.4.2.1.3 Remplacement du filtre

OPERATIONS PRELIMINAIRES :

1. Arrêter le groupe électrogène et attendre que le moteur soit froid pour éviter tout risque d’incendie.
2. Fermer la vanne d’isolement entre le réservoir et le filtre s’il y en a une.
3. Si des filtres montés en série sont équipés d’une vanne d’isolement, isoler alternativement le filtre à remplacer.

PROCEDURES DE PRINCIPE POUR LE REMPLACEMENT DU FILTRE

De manière générale, la procédure de remplacement accompagne le filtre de rechange.


Si besoin à l’issue du remplacement, purger le circuit d’alimentation carburant.

1er cas : changement de filtre par le bol

1. Ouvrir la purge d’air (si équipé).


2. Placer un récipient approprié au niveau de la purge d’eau pour récupérer le carburant.
3. Dévisser (2 tours environ) la purge d’eau du bol et vidanger le carburant.
4. Démonter, à la main si possible, les éléments nécessaires pour accéder à la cartouche filtrante. Mettre la cartouche
filtrante usagée au rebut.
5. S’assurer de l’intégrité et de la propreté des éléments (Support de filtre, bol, joints, …). Remplacer les éléments douteux.
6. Fermer les purges.
7. Lubrifier les joints avec de l’huile ou du carburant et mettre en place la cartouche filtrante neuve.
8. Remplir les éléments à remonter avec du carburant propre.
9. Serrer à la main l’ensemble sur le support de filtre.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_8 _Maintenance 115


2ème cas : changement de filtre par le couvercle

8.4.2.2 Purge du circuit d'alimentation carburant

La procédure d’amorçage du circuit d’alimentation est généralement décrite dans le manuel motoriste, suivre ces recommandations.
Les moteurs équipés de système d’amorçage automatique ne nécessitent pas d’amorçage manuel.

PROCEDURES DE PRINCIPE DE PURGE DU CIRCUIT D’ALIMENTATION CARBURANT :

1er cas : Sans pompe d’amorçage (la source de carburant doit être plus élevée que l’entrée du filtre)

1. Placer un récipient au niveau de la purge d’air pour récupérer le carburant.


2. Ouvrir la vanne police qui autorise l’alimentation en carburant du moteur.
3. Dévisser (2 tours environ) la vis de purge d’air du filtre carburant jusqu’à ce que le carburant s’écoule sans bulle.
4. Refermer la vis de purge d’air.
5. Effectuer un démarrage moteur et vérifier l’absence de fuite.

2ème cas : Avec une pompe d’amorçage manuelle, sans purge d’air manuelle

1. Ouvrir la vanne police qui autorise l’alimentation en carburant du moteur.


2. Actionner la pompe d’amorçage jusqu’à ce que le pompage soit difficile (point dur).
3. Attendre une minute et répéter l’opération.
4. Effectuer un démarrage moteur et vérifier l’absence de fuite.

3ème cas : Avec une pompe d’amorçage manuelle et purge d’air manuelle

1. Placer un récipient au niveau de la purge d’air pour récupérer le carburant.


2. Ouvrir la vanne police qui autorise l’alimentation en carburant du moteur.
3. Dévisser (2 tours environ) la vis de purge d’air du filtre carburant.
4. Actionner la pompe d’amorçage jusqu’à ce que le carburant s’écoule sans bulle.
5. Fermer la vis de purge. Continuer de pomper jusqu’à ce que le pompage soit difficile (point dur).
6. Effectuer un démarrage moteur et vérifier l’absence de fuite.

Si le démarrage échoue, refaire la procédure jusqu’à 3 fois maximum.

116 Section 8 Maintenance 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


8.4.3 Circuit de refroidissement

RISQUES DE BRULURES GRAVES !


Le liquide de refroidissement est un produit toxique pour la santé et pour l'environnement.
Ne pas ingérer!

Le liquide de refroidissement est inflammable.

Le liquide s'échappant brusquement du circuit de refroidissement peut causer de graves


brûlures.
DANGER Porter des vêtements, des gants en caoutchouc et des lunettes de protection.
Arrêter le moteur.
Ne retirer le bouchon de remplissage que lorsqu'il a suffisamment refroidi pour être tourné à
main nue. Commencer par tourner le bouchon jusqu'au premier cran pour éliminer la pression
puis le retirer entièrement.

Différents types de liquide de refroidissement ne doivent pas être mélangés les uns avec les autres.

Après une vidange du circuit de refroidissement, plusieurs remplissages successifs sont nécessaires pour remplir
complètement le circuit.

ATTENTION Avant de procéder au remplissage, s’assurer de disposer de liquide de refroidissement neuf en quantité suffisante
pour l’ensemble du circuit (moteur, tuyauteries, radiateur, …).

8.4.3.1 Echéances de vidange

En usage courant, les périodicités suivantes peuvent être retenues :


- Prélèvement pour analyse :
 1 fois par an ou toutes les 1000 heures (au premier des deux termes atteint) ;
 A chaque vidange.
- Vidange : tous les 2 ans ou 2000 heures (au premier des deux termes atteint).

8.4.3.2 Prélèvement de liquide de refroidissement

Pour effectuer correctement les comparaisons de résultats, il est nécessaire d'assurer la représentativité des échantillons grâce à un
mode de prélèvement convenable.

Des analyses du liquide de refroidissement régulières permettront de prévenir les problèmes de moteur bien avant qu'ils ne se
produisent, l'amélioration de fonctionnement des équipements et de réduire les réparations coûteuses.
Le test peut détecter :
- corrosion par cavitation ;
- répartition chimique ;
- les fuites de gaz de combustion ;
- contamination ;
- problêmes de sol électriques.

Des analyses devront être effectuées à échéances plus rapprochées dans des conditions d’utilisation sévères telles que :
- conditions climatiques extrêmes ;
- démarrages répétés ;
- moteur tournant souvent et longtemps au ralenti et à faible charge.
Des signes indiquant que le liquide de refroidissement ne remplit plus sa fonction peuvent également être les suivants :
- surchauffe moteur ;
- alteration de la couleur ;
- présence de dépôt.

POINT DE PRELEVEMENT :

Le prélèvement est effectué en un point représentatif du circuit, de préférence juste après l’arrêt de la machine :
- toujours sur le ou les points de prélèvement convenus ou installés ;
- à défaut, par la vanne de vidange du radiateur de refroidissement après avoir purgé le fluide pollué en fond de radiateur ;

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_8 _Maintenance 117


PREPARATION DU POINT DE PRELEVEMENT :

Afin d’éviter toute pollution de l’échantillon :


- le point et le materiel de prélèvement feront l’objet, avant chaque prise d’échantillon, d’un nettoyage minutieux avant
l’ouverture du circuit ;
- dans la mesure du possible, s’affranchir des conditions d’environnement au moment de la prise d’échantillon (vent,
poussière, pluie,..).
- le flacon fourni par le laboratoire chargé de l’analyse sera rempli au ¾. En l’absence de flacon du laboratoire, prévoir une
capacité minimale de 250 ml.
.Utiliser un flacon dépollué et convenablement étiqueté. Les informations importantes à noter lors du prélèvement sont :
- Marque et type ;
- date du prélèvement ;
- type de matériel et numéro de série ;
- heures de fonctionnement depuis la mise en service ;
- heures de fonctionnement depuis la dernière vidange ;
- type de Prélèvement : lors de « la vidange » ou lors d’un « prélèvement » ;
- appoints de liquide de refroidissement éventuels, si tel est le cas, indiquez combien de litres ont été ajoutés ;
- interventions effectuées.
Les tests recommandés pour l’analyse des liquides de refroidissements sont les suivants :
- pH ;
- analyses spectrométriques (Phosphore, Zinc, Calcium, …) ;
- addiditifs ;
- pourcentage du glycol/eau ;
- analyses physico chimiques (réserve d’alcalinité, densité, …);
- conductivité.

METHODE DE PRELEVEMENT :

Cette méthode peut être utilisée en l’adaptant lors de la vidange.

1. Placer une cuvette sous le point de vidange.


2. Tourner le bouchon du réservoir d'expansion jusqu'au premier cran pour éliminer la pression, puis le retirer entièrement.
3. Ouvrir le point de vidange.
4. Laisser couler environ 1 litre de liquide avant d’effectuer le prélèvement.
5. Prélever environ 1 litre de liquide.
6. Fermer le flacon en vissant soigneusement le bouchon et vérifier les informations sur l’étiquette.
7. Refermer le point de vidange.
8. Refaire l’appoint si nécessaire.
9. Mettre le bouchon du réservoir d’expansion en place, puis le fermer.

8.4.3.3 Vidange

Opérations préliminaires

1. Placer un récipient approprié pour recueillir le liquide de refroidissement sous les robinets de purge et bouchons de
vidange.
2. Arrêter le groupe de préchauffage (si équipé).

Procédure de principe pour la vidange :

1. Tourner le bouchon du réservoir d'expansion jusqu'au premier cran pour éliminer la pression, puis le retirer entièrement.
2. Ouvrir tous les points de vidange et laisser couler le liquide de refroidissement aux endroits suivants (selon
configurations) :
- vanne de vidange du radiateur ;
- bloc moteur ;
- Groupe de préchauffage ;
- Corps de pompe de refroidissement ;
- Pompe d’injection ;
- boîtier du thermostat ;
- tuyauteries du circuit de refroidissement équipés de purge.
3. Fermer tous les points de vidange ouverts.
4. Mettre le bouchon du réservoir d’expansion en place, puis le fermer.

118 Section 8 Maintenance 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


8.4.3.4 Remplissage initial

Privilégier le remplissage à l’aide d’une une pompe et par un point bas du circuit.

1er cas : Remplissage avec une pompe

1. Raccorder une pompe appropriée au point de vidange le plus bas avec un tuyau flexible.
2. Desserrer les points d’aération permanents et les points de purge d’air. Il est parfois nécessaire d’effectuer également une
purge au niveau du corps de pompe et du boitier de thermostat.
3. Tourner le bouchon du réservoir d'expansion jusqu'au premier cran pour éliminer la pression, puis le retirer entièrement.
4. Ouvrir la vanne de vidange et remplir le circuit de refroidissement avec la pompe avec une pression d'au moins 0,5 bar.
5. Au fur et à mesure du remplissage, lorsque le liquide exempt de bulles d’air s’écoule, refermer successivement les points
de purge et d’aération.
6. Remplir le circuit jusqu’à ce que le niveau dans le réservoir d'expansion soit au maxi.
7. Fermer la vanne de vidange.
8. Contrôler que le bouchon du réservoir d'expansion est en bon état, nettoyer les surfaces d'étanchéité si nécessaire.
9. Mettre le bouchon en place et le fermer.
10. Vérifier l’absence de fuite sur l’ensemble du circuit de refroidissement.
11. Démonter et nettoyer la pompe et le flexible.

2ème cas : Alternative, remplissage par le vase d’expansion :

1. Tourner le bouchon du réservoir d'expansion jusqu'au premier cran pour éliminer la pression, puis le retirer entièrement.
2. Desserrer les points d’aération permanents et les points de purge d’air. Il est parfois nécessaire d’effectuer également une
purge au niveau du corps de pompe et du boitier de thermostat.
3. Verser le liquide de refroidissement dans le réservoir d’expansion.
4. Au fur et à mesure du remplissage, lorsque le liquide exempt de bulle d’air s’écoule, refermer successivement les points
de purge et d’aération.
5. Remplir le réservoir d’expansion jusqu'au niveau maxi.
6. Contrôler que le bouchon du réservoir d'expansion est en bon état, nettoyer les surfaces d'étanchéité si nécessaire.
7. Mettre le bouchon en place et le fermer.
8. Couper l’alimentation carburant et lancer le moteur pendant 10 secondes au maximum.
9. Vérifier l’absence de fuite sur l’ensemble du circuit de refroidissement.
10. Tourner le bouchon du réservoir d'expansion jusqu'au premier cran pour éliminer la pression, puis le retirer entièrement.
11. Compléter le niveau de liquide de refroidissement jusqu’au niveau maxi.
12. Mettre le bouchon en place et le fermer.
13. Répéter les opérations de démarrage du moteur et de complément comme indiqué aux étapes précédentes de cette
procédure autant de fois qu'il est nécessaire pour ne plus avoir à faire l'appoint de liquide de refroidissement.

8.4.3.5 Essai d'étanchéité et complément

1. Démarrer le moteur sans charge jusqu’à ce la température d’eau atteigne 60-70 °C.
2. Arrêter le moteur et le laisser refroidir.
3. Vérifier l’absence de fuites sur l’ensemble du circuit de refroidissement.
4. Tourner le bouchon du réservoir d'expansion jusqu'au premier cran pour éliminer la pression, puis le retirer entièrement.
5. Compléter le niveau de liquide de refroidissement jusqu’au niveau maxi.
6. Répéter les opérations de démarrage du moteur et de complément comme indiqué aux étapes précédentes de cette
procédure autant de fois qu'il est nécessaire pour ne plus avoir à faire l'appoint de liquide de refroidissement.

Surveiller le niveau du liquide de refroidissement dans le vase d’expansion les deux démarrages suivants.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_8 _Maintenance 119


8.5 Filtre à air

Certaines documentations constructeurs ne définissent l'entretien des filtres à air que par le biais d'un
témoin de colmatage.
En l'absence de ce témoin, et sans indication complémentaire d'entretien, remplacer le(s) filtre(s) à air au
moins une fois par an, ou plus souvent si nécéssaire.
ATTENTION

8.5.1 Filtre à air pour ambiance poussiéreuse

Certains groupes électrogènes sont équipés de filtres à air pour ambiance poussiéreuse : la maintenance de ces filtres est définie
par l’état de l’indicateur de maintenance qui équipe ces filtres.
Nota : l’indicateur de maintenance peut être spécifique ou d’origine du fabricant du moteur. L’indicateur de maintenance est monté
sur le conduit d’arrivée d’air au moteur, après le filtre à air.
Fréquence de maintenance
- Ne pas juger l’état d’un filtre sur son aspect visuel.
- Une maintenance trop fréquente peut occasionner :
 des dégâts à la cartouche filtrante ;
 une installation incorrecte de la cartouche filtrante ;
 des introductions accidentelles de la poussière dans le moteur.

L’indicateur de maintenance spécifique


L’indicateur de maintenance indique le moment opportun pour le nettoyage et/ou le remplacement
de la cartouche filtrante. L’indicateur de maintenance est un appareil de mesure de pression
statique. Cette mesure s’effectue à la sortie du filtre vers le moteur. Elle indique le niveau de
restriction d’air (résistance à l’aspiration de l’air).
Les particules de poussière captées par la cartouche filtrante font augmenter graduellement le
niveau de restriction (résistance à l’aspiration de l’air) du filtre. A partir d’un certain niveau de
restriction, défini par le constructeur, l’indicateur de maintenance se déclenche.
L’indicateur de maintenance doit être serré sur le filtre, uniquement à la main.

Si le filtre à air est muni d’un clapet de dépoussiérage (A),


appuyer sur la pointe du clapet pour évacuer les particules de B
poussières accumulées.

Contrôler l’indicateur de maintenance du filtre à air (B). Lorsque


l’indicateur est rouge :

- Si indiqué, nettoyer le filtre à air autant de fois que


permis avant remplacement (en cas d’informations
divergentes respecter l’échéance la plus courte) ;
A
- Sinon, remplacer la cartouche filtrante à chaque
colmatage.

Réarmer l’indicateur.

120 Section 8 Maintenance 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


Procédure de maintenance

Ces opérations doivent être effectuées groupe électrogène à l’arrêt.


Ces opérations ne doivent être effectuées que par du personnel qualifié.
ATTENTION

1. Retirer la cartouche avec précaution. 2. Nettoyer soigneusement l’intérieur du corps du filtre ainsi
que les parties en contact avec les joints à l’aide d’un
chiffon humide propre.

3. Vérifier le bon état et contrôler l’élasticité des 4. Remonter la nouvelle cartouche filtrante et fermer le
joints de la nouvelle cartouche filtrante. couvercle avec précaution.

5. Contrôler l’étanchéité de l’ensemble du circuit 6. Réarmer l’indicateur de maintenance, en appuyant sur le


d’admission d’air. bouton repère C, après le changement de la cartouche
filtrante.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_8 _Maintenance 121


8.6 Durites et flexibles
La durée de vie d'une durite et/ou d'un flexible dépend essentiellement des contraintes internes et externes auxquels il sont soumis.
Aussi, il convient d’adapter la durée de vie d'une durite et/ou d'un flexible en mettant en oeuvre le plan d'action ci-dessous.

Création d’un tableau de suivi comprenant :


- Date de fabrication
- Date de mise en service
- Date de remplacement
Le tableau de suivi peut comprendre des enregistrements techniques qui permettent d’apporter des éléments qualitatif sur la durée
de vie de chaque durite et/ou flexible et ainsi faire évoluer, le cas échéant, les périodicités de remplacement.

Plan de surveillance recommandé


Contrôle visuel tous les 6 mois ou aussi souvent que nécéssaire en fonction des contraintes existantes.
Vérifier l’absence :
- de déformation permanente ou locale importante (enfoncement, écrasement, cloque, coudes, …)
- de craquelure externe ou dégradation de la texture externe
- d’endommagement de la couche externe dans toute son épaisseur
- d’entaille laissant apparaître la structure ou le renforcement
- de glissement du raccord sur le tuyau
- de trace de fuite ou de suintement
- de mauvais fonctionnement des raccords ou perte évidente d'étanchéité.

Remplacement après une durée de vie prédéterminée


Généralement la durée de vie varie de 1 à 10 ans en fonction des contraintes. La détermination de la durée de vie peut être issue
d'une expérience précédente, d'une exigence réglementaire, d'une analyse de la résistance de la durite et/ou du flexible par rapport
aux contraintes. L'analyse de risque peut influencer le plan de surveillance.
On peut évaluer le potentiel restant d'une durite et/ou d'un flexible au moment de son remplacement. Il faut faire une analyse de son
état (contrôle visuel, épreuve, analyse de son vieillissement, … ). Cette analyse est nécéssaire pour envisager une prolongation de
sa durée de vie.

122 Section 8 Maintenance 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


8.7 Batteries de démarrage

DANGER
Risque d’explosion ou d’incendie (présence d’oxygène et d’hydrogène). La batterie
ne doit jamais être exposée à une flamme nue ou à des étincelles.
Risque de formation d’étincelles et d’explosion. Lors du montage de la batterie, ne
jamais intervertir les polarités.
Ne pas court-circuiter les bornes de la batterie avec un outil ou un objet en métal.
Risque de blessure. L’électrolyte de batterie est extrêmement corrosif. Toujours
protéger les yeux, la peau et les vêtements lors de manipulation de batteries. Porter
systématiquement des lunettes et des gants de protection.
En cas de contact avec la peau, laver abondamment avec de l’eau et du savon. En cas
d’éclaboussures dans les yeux, rincer abondamment avec de l’eau et consulter
immédiatement un médecin.

8.7.1 Vérifier le niveau d'électrolyte

Le niveau d’électrolyte doit se situer à environ 10 mm au-dessus des plaques de


batterie.
1. Faire l’appoint avec de l’eau distillée, le cas échéant.
2. Verser l’eau distillée doucement pour éviter les éclaboussures.
Porter des lunettes de protection et des gants en caoutchouc lors de toute
manipulation de batterie (ajout d’eau, chargement, etc.).

Nota : certaines batteries sans maintenance sont sujettes à des instructions


spécifiques qu’il faudra observer.

Après l’appoint, la batterie doit être rechargée au moins 30 minutes.

8.7.2 Vérifier la densité acide-tension

Tous les 2 mois, les vérifications suivantes doivent être effectuées :


1. Vérifier la densité de l’acide contenu dans les éléments (tous les éléments de la batterie doivent avoir une densité identique ;
dans le cas contraire, il faut remplacer la batterie)
2. Vérifier la tension au repos.

Densité acide Etat de charge Tension au repos Constat / action


1.27 100 % Au-dessus de 12.60 V
1.25 80 % 12.54 V
1.20 60 % 12.36 V A partir de 60 % recharger
1.19 40 % 12.18 V Risque de sulfatation
1.13 20 % En-dessous de 11.88 V Inutilisable

Les résultats des mesures de densité et de tension permettent de définir un état de charge de la batterie. Si l’état de charge est
inférieur à 60 %, il faut recharger la batterie.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_8 _Maintenance 123


8.7.3 Brancher - Débrancher la batterie

Pour brancher la batterie :


1. Raccorder d’abord le câble de connexion rouge (+) à la borne positive de la
batterie.
2. Raccorder ensuite le câble noir (-) à la borne négative de la batterie.
Pour débrancher la batterie :
1. Déconnecter d’abord le câble noir (-).
2. Déconnecter ensuite le câble rouge (+).

8.7.4 Charger la batterie

Des batteries très déchargées ou sulfatées (formation de dépôt blanchâtre de sulfate de plomb sur les plaques qui devient dur) ne
peuvent plus se régénérer ou se charger dans un groupe électrogène.

Une batterie déchargée est à recharger immédiatement sinon elle subit des dommages irréparables.

ATTENTION

Charge de la batterie

Exemple de charge :
- batterie 12V 60 Ah = courant de charge 6 A ;
- état de charge : 50% (densité de l’acide 1,19 et tension au repos 12,30V) ;
- 30 Ah manquent à la batterie et doivent être rechargés.
- facteur de charge : 1,2 ;
- 30 Ah x 1,2 = 36 Ah à recharger ;
- courant de charge : 6A, environ 6 heures de charge nécessaires ; le courant de
charge doit toujours être à 1/10ème de la capacité nominale de la batterie.
La recharge est terminée lorsque la tension de la batterie et la densité de l’acide
n’augmentent plus.

La puissance du chargeur doit être adaptée à la batterie à charger et au temps de charge disponible.

Nota : si la recharge concerne plusieurs batteries connectées ensemble, les points suivants sont à contrôler :
- Les batteries sont-elles reliées en série ?
- La tension choisie est-elle exacte ? 1 batterie 12V, 3 batteries 36V.
- Régler le courant de charge d’après la batterie la plus faible.
- La différence de puissance entre les batteries doit être la plus faible possible.

8.7.5 Nettoyer la batterie

Maintenir les batteries propres et sèches. La présence d’impuretés et d’oxydation sur la


batterie et sur les bornes peut engendrer des sauts de courant, des chutes de tension et
une décharge, en particulier par temps humide.
1. Nettoyer toutes traces d’oxydation sur les bornes de batterie et les cosses de câble à
l’aide d’une brosse en laiton.
2. Serrer fermement les cosses de câble et les graisser avec de la graisse pour bornes
de batterie ou de la vaseline. Une cosse mal fixée peut entraîner des étincelles et donc
une explosion.

124 Section 8 Maintenance 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


8.8 Aéroréfrigérants

Avant toute intervention :


- Vérifier que l’appareil est hors tension.
- S’assurer que l’alimentation électrique est sécurisée.
- Faire descendre la température et la pression, pour toute intervention sur le faisceau.

Toute intervention doit être menée par du personnel qualifié.

ATTENTION

Vérifier périodiquement l’état d’encrassement du faisceau aileté et procéder au nettoyage aussi souvent que les conditions locales
le nécessitent. Nota : L’état de propreté est un facteur déterminant pour les performances et la durée de vie de l’appareil.
Les moteurs étant munis d’un système de recyclage des vapeurs d’huile, le faisceau ne doit pas être gras. Un nettoyage à l’air
comprimé dirigé parallèlement aux ailettes est, en règle générale, suffisant pour nettoyer le faisceau.
Dans tous les cas, le nettoyage devra se faire avec prudence afin de ne pas détériorer la surface ailetée.

Le mode opératoire décrit ci-dessous est un mode opératoire de principe.


Il devra être adapté à l’installation réellement montée. En cas de doute, s’adresser à un spécialiste.

ATTENTION

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_8 _Maintenance 125


1. Vidanger les circuits haute température (HT) et basse 2. Démonter les tuyauteries souples de liaison au moteur.
température (BT) de refroidissement par les piquages en
partie basse de l’aéroréfrigérant (bossage de purge et 3. Décâbler (après avoir sécurisé l’alimentation électrique)
d’évents disposés sur les collecteurs ou les tuyauteries). l’ensemble des ventilateurs extracteurs puis démonter
les ventilateurs en commençant par le haut de l’aéro-
réfrigérant.

Point de
Vidange
circuit BT
Point de
vidange
circuit HT

4. Procéder de la même façon pour les autres ventilateurs. 5. Démonter les tôles supports des ventilateurs.

6. Décâbler les servomoteurs de l’électrovolet. 7. Démonter l’électrovolet de manière à pouvoir accéder au


faisceau.

Servomoteurs Electrovolet
Boite de
raccordements
des
servomoteurs

8. Aspirer à l’aide d’un aspirateur industriel, l’ensemble des corps étrangers pouvant obstruer le faisceau. Souffler
éventuellement de l’air comprimé sur le faisceau.
9. En cas de présence de corps gras, utiliser des solvants du commerce pour nettoyer le faisceau.
10. Effectuer le remontage dans le sens inverse du démontage puis refermer les circuits et remplir le faisceau de liquide de
refroidissement antigel.

126 Section 8 Maintenance 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


8.9 Maintenance des équipements complémentaires

Ce chapitre contient les descriptions générales et les procédures de maintenance des équipements complémentaires pouvant
équiper nos groupes électrogènes.

8.9.1 Silencieux d'échappement

Les opérations de maintenance doivent obligatoirement être effectuées lors de l’arrêt complet du groupe
électrogène ou de l’installation, le moteur et ses composants étant froids.

ATTENTION

L’utilisateur doit effectuer annuellement les vérifications suivantes (ou plus fréquemment si les conditions d’installation ou d’utilisation
l’exigent) :
- contrôle de la tenue mécanique des éléments ;
- contrôle du serrage des différentes fixations ;
- contrôle du bon fonctionnement du système de drainage (cf. pot collecteur des condensats) ;
- nettoyage périodique des pare-étincelles si le silencieux en est équipé ;
- contrôle périodique des catalyseurs (efficacité et état) si les silencieux en sont équipés.

Toute réparation doit être effectuée par un personnel compétent.

8.9.2 Pompe manuelle JAPY

Echéances :

Chaque semaine : contrôler que les raccords sont bien serrés et ne présentent pas de fuites.
Chaque mois : contrôler le bon état du corps et du couvercle de la pompe et le maintenir au propre.

Pour une pompe utilisée tous les deux ou trois jours, il n'y a pas d'entretien particulier.
A l’entrée de l’hiver, vidanger la pompe, la protéger contre le gel en l’habillant ou en la démontant et la mettre à l’abri.

Pour une pompe qui n’est pas utilisee regulierement, il est necessaire, apres chaque periode d'utilisation, de
respecter strictement les consignes suivantes :
- s'assurer que la pompe est completement vidangée.
ATTENTION - lubrifier la pompe, afin qu'elle ne s'oxyde pas.

Procédure pour lubrifier la pompe manuelle

Le respect de ces consignes est indispensable pour garder les pompes en bon état de fonctionnement :
1. Démonter le raccord supérieur
2. Incliner le piston de la pompe à 55° avec le levier
3. À l'aide d'une seringue à huile équipée d'un embout coudé, introduire à très petite dose de l'huile
de vaseline contre la paroi cylindrique du corps de pompe. Faire basculer le piston de l'autre côté
et réaliser la même opération, toujours à très petite dose.
4. Actionner le levier une dizaine de fois, sur toute sa course, afin de répartir le lubrifiant sur toute
la périphérie du corps de pompe
5. Laisser ensuite le levier en position verticale.
6. Remonter le raccord

Suite à un défaut d’entretien sur une pompe qui n’a pas été utilisée pendant plusieurs semaines, le mécanisme
risque d’être bloqué par l’oxydation des éléments en fonte.

ATTENTION Dans ce cas, il faut procéder au démontage de la pompe (Contacter un de nos agent).

En cas de difficultés majeures pendant le pompage pour actionner le levier, ne pas forcer et vérifier la non présence de corps
étrangers dans les conduits du circuit d’aspiration, vidanger la pompe .

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_8 _Maintenance 127


Étanchéité des pompes série EP, BP et HL

1. Levier
2. Couvercle
3. Piston + clapets + goupilles
4. Siège + clapets + goupilles
5. Corps
6. Raccords + joints
7. Feutre + joint torique + joints raccords
8. Bride presse étoupe + bague + tresse

Sur les pompes de la série EP, BP, HL, l’étanchéité se fait par presse étoupe avec une tresse ET 209 en fils de ramié imprégnés de
PTFE. La vitesse de rotation de l’axe du piston est faible et ne peut entraîner une usure de celle-ci, même à sec.
Ce système ne peut pas être étanche à 100 % et nécessite un suivi régulier in-situ.
En cas de fuite, il faut comprimer la tresse, en serrant les 2 boulons, doucement et en alternance, sur la bride ovale qui s’appuie sur
une bague. Celle-ci comprime la tresse dans son logement. Après serrage, contrôler l’effort qu’il faut faire pour pomper. Le
mouvement doit rester aisé.
L’avantage de cette solution est de pouvoir intervenir sur l’étanchéité en externe sans le démontage du couvercle de la pompe.
Il existe un kit de joints complet.

Vidange :
Il est indispensable de prévoir un petit robinet ou une vis sur la tuyauterie d'aspiration à environ 0,70 m, au-dessous de la pompe. En
cas d'arrêt prolongé de fonctionnement, faire la vidange et introduire de l'huile de vaseline, par pulvérisation si possible, afin d'éviter
le blocage des organes intérieurs.

128 Section 8 Maintenance 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


9 Stockage / Déstockage

L’inutilisation d’un groupe électrogène peut engendrer des effets néfastes sur le moteur et l’alternateur. Afin de réduire ces effets, il
est conseillé de préparer et d’entreposer le groupe électrogène correctement.

Stockage du moteur
- Nettoyer le moteur.
- Remplacer tous les fluides par des fluides de protection ou des fluides neufs.
- Se référer à la documentation constructeur pour le détail des opérations de stockage ou de déstockage.

Stockage de l’alternateur
- Stocker l’alternateur dans un endroit sec (l’utilisation de radiateurs autonomes est conseillée afin de garder les bobinages
secs).
- Se référer à la documentation constructeur pour le détail des opérations de stockage ou de déstockage.

Stockage de(s) batterie(s)


- Stocker les batteries, prêtes à l’emploi, dans un endroit sec et frais (hors gel) protégées du soleil.
- Transporter et stocker les batteries en position verticale, pour éviter les risques d’écoulement d’acide.
- Laisser le cache borne sur la borne positive.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_9 _Stockage / Déstockage 129


10 Identification rapide des causes mineures possibles de pannes

10.1 Vérifications du groupe électrogène


En cas de panne, vérifier l’affichage du coffret de commande (si équipé) et se reporter le cas échéant aux significations des alarmes
et défauts et aux codes d’anomalies. Il est possible de vérifier les points suivants :

Le groupe électrogène… Vérifier que : Solutions à apporter :

Reprendre l’installation et la mise en


A un problème mécanique, ne L’installation et la mise en service ont
service, faire appel à un agent si
démarre pas ou fonctionne été effectuées correctement. NON
nécessaire.
anormalement
OUI
Les contrôles avant démarrage ont Reprendre les contrôles avant
bien été effectués. NON démarrage.
OUI
Vérifier les causes de pannes mineures
La batterie est correctement branchée
sur les batteries et les chargeurs de
et chargée. NON
batteries.
OUI
Le coffret de commande est
correctement paramétré, il n’affiche Se référer au manuel d’utilisation du
pas de défaut et n’est pas en mode NON coffret de commande.
« hors service ».
OUI
Les opérations de maintenance ont Réaliser les opérations de maintenance
été réalisées correctement, dans le nécessaires, faire appel à un agent si
NON
respect des échéances établies. nécessaire.
OUI
Éliminer la cause du déclenchement
Le clapet étouffoir est ouvert.
NON avant de le réarmer.
OUI
Faire vérifier le groupe électrogène et
l’installation par un agent.

A un problème électrique, ne Reprendre l’installation et la mise en


L’installation et la mise en service ont
débite pas de courant, service, faire appel à un agent si
été effectuées correctement. NON
l’installation n’est pas nécessaire.
alimentée OUI
Les raccordements électriques ont été
Suivre les préconisations des schémas
effectués conformément aux schémas
NON fournis.
fournis.
OUI
Le coffret de commande est
correctement paramétré, il n’affiche Se référer au manuel d’utilisation du
pas de défaut et n’est pas en mode NON coffret de commande.
« hors service ».
OUI
Le groupe électrogène répond, en
puissance et en configuration, à Faire appel à un agent.
NON
l’installation.
OUI
Les opérations de maintenance ont Réaliser les opérations de maintenance
été réalisées correctement, dans le nécessaires, faire appel à un agent si
NON
respect des échéances établies. nécessaire.
OUI
Le(s) disjoncteur(s) sont enclenchés. Faire appel à un agent.
NON
OUI

L’alternateur débite de la tension. Faire appel à un agent.


NON
OUI
Faire vérifier le groupe électrogène et
l’installation par un agent.

Si le problème persiste, faire appel à un agent. Les numéros de série du groupe électrogènes, moteur, alternateur et éventuellement
du coffret de commande (si équipé) seront bien souvent nécessaires.

130 Section 10 Identification rapide des causes mineures possibles de pannes 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01
10.2 Batteries de démarrage
Défaut constaté Origine probable Mesures ou observations
Mauvaise composition
Refroidir
L’acide chauffe au remplissage d’une Mauvais stockage
batterie neuve Charger la batterie
Stockage assez long dans un lieu
humide Contrôler la densité de l’acide
L’acide s’écoule par les trous de
Trop plein de remplissage de la batterie Baisser le niveau de liquide de batterie
remplissage
Bac de batterie non étanche Remplacer la batterie
Niveau d’acide trop bas Formation importante de gaz à cause Contrôler le chargeur et réparer si
d’une tension de charge trop élevée nécessaire
Charge insuffisante
Niveau d’acide trop bas Recharger la batterie
Court-circuit dans le circuit du courant
Mauvais comportement au démarrage Contrôler l’installation électrique
Défaut de consommation

La batterie a été remplie avec de l’acide Baisser le niveau de l’acide et remplir


Densité d’acide trop élevée avec de l’eau distillée. Répéter
à la place de l’eau
l’opération si besoin
Batterie vide Recharger la batterie
Démarrage difficile Batterie usagée ou défectueuse
Mauvais test de démarrage Capacité trop faible Remplacer la batterie
Batterie sulfatée

Mauvaise connexion électrique Serrer les extrémités des câbles de la


Bornes de batterie fondues batterie ou les remplacer si nécessaire et
Mauvais câblage de la batterie
remplacer la batterie
Un ou deux éléments dégazent
Élément(s) défectueux Remplacer la batterie
fortement lors d’une charge importante
État de charge trop faible Contrôler la charge
Court-circuit dans le circuit de courant
La batterie se décharge très vite Auto-décharge élevée (par exemple : par
salissure de l’électrolyte) Remplacer la batterie
Sulfatation (stockage de la batterie
déchargée)

Mauvaise référence de batterie Définir la bonne référence de batterie


pour l’utilisation préconisée
Courte durée de vie Trop de décharges profondes réitérées
Stockage trop long de la batterie Penser à charger la batterie à l’aide d’un
déchargée régulateur
Surcharge Vérifier le chargeur (régulateur de
Consommation d’eau élevée
Tension de charge trop élevée tension).
Étincelles après la charge de la batterie
Court-circuit
Branchement ou débranchement lors de
La batterie explose Remplacer la batterie
la charge
Défaut interne (par exemple :
interruption) et niveau d’électrolyte bas

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_10 _Identification rapide des causes mineures possibles de pannes 131
10.3 Pompe manuelle JAPY

Recherche et traitement des pannes


- La pompe n’aspire plus ou se désamorce :
 Il y a une entrée d’air : vérifier tous les joints et la tuyauterie d’aspiration.
 Le clapet du pied (soupape d’aspiration) ne fonctionne plus : il y a probablement une impureté ou un déchet quelconque
qui se place sous le clapet et l’empêche de reposer sur son siège, le vérifier.
 Des impuretés sont à l’intérieur de la pompe et bloquent les clapets : démonter le couvercle, nettoyer l’intérieur, vérifier
le libre jeu des clapets.

- Fuite au presse-étoupe :
 Serrer alternativement d’un tour ou deux les deux écrous de la bride presse-étoupe. Le cas échéant, démonter cette
bride, enlever le presse-étoupe qui se trouve à l’intérieur de son logement. Nettoyer ce logement en enlevant les résidus
de garniture. Changer cette dernière par de la tresse graphitée.
 S’il s’agit d’une pompe sans presse-étoupe, modèle 254, démonter le couvercle, changer le joint torique en s’assurant
que l’axe du piston n’est pas oxydé. Dans ce cas, le nettoyer soigneusement. Regarnir également la gorge de graisse
graphitée.

10.4 Electropompe JAPY

Les pompes ne nécessitent pas de maintenance particulière. Contrôler éventuellement les fuites au niveau des joints.
Recherche et traitement des pannes

Le moteur ne marche pas

Causes possibles Actions

Pas de courant électrique Contrôler les branchements

Désassembler la pompe du moteur


Rotor bloqué
Rechercher un éventuel corps étranger

Pas de débit ou pression insuffisante

Causes possibles Actions

Hauteur d’aspiration trop grande Rapprocher la pompe du liquide à pomper

Clapet de pied bloqué Nettoyer ou remplacer

Filtre bouché Nettoyer le filtre

Pertes de charges importantes Augmenter le diamètre des tuyaux

Soupape de by-pass bloquée Nettoyer ou remplacer

Air dans les tuyaux d’aspiration Contrôler l’étanchéité

Contrôler les branchements des tuyaux


Fuite de liquide
Changer les joints

132 Section 10 Identification rapide des causes mineures possibles de pannes 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01
11 Glossaire

European Agreement Concerning the International Carriage of Dangerous Goods by Road : accord
européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par route imposant les
ADR conditions pour les marchandises en cause, notamment pour l’emballage et l’étiquetage, et les
conditions notamment pour la construction, l’équipement et la circulation du véhicule transportant les
marchandises en cause.
Appellation désignant un équipement électrique (armoire ou coffret) qui reçoit le disjoncteur principal
AIPR (en aval de l’alternateur de puissance) et les départs auxiliaires. L’AIPR est généralement monté sur
le châssis de groupe électrogène. Il est utilisé pour l’intégration des disjoncteurs à partir de 800 A.
Auxiliaires
Les auxiliaires électriques d’un groupe électrogène sont des équipements électriques qui assurent le
(équipements auxiliaires
bon fonctionnement du groupe électrogène, en particulier celui du moteur thermique : chargeur de
électriques d’un groupe
batterie, préchauffage du moteur thermique, électropompe d’alimentation carburant etc.
électrogène)
C’est un bac qui permet de recueillir les fuites du groupe électrogène, afin que celles-ci ne polluent pas
Bac de rétention
l’environnement.
Barre de soudure C’est un cordon de soudure.
Boite C’est le nom commun donné au conteneur ISO.
Borne de raccordement d’un groupe électrogène identifiée par le marquage (PE) ou par un symbole
Borne de mise à la terre normalisé « Terre » et prévue pour permettre la mise à la terre du groupe électrogène. Cette borne est
(d’un groupe électrogène) reliée en interne aux masses du groupe électrogène et suivant le schéma des liaisons à la terre (SLT)
au neutre de l’alternateur.
Basse Tension Basse tension A : 50 V <BTA < 500 V en courant alternatif
BT
Basse tension B : 500 V <BTB < 1000 V en courant alternatif
Câble multipolaire Câble comprenant plus d’un conducteur isolé.
Câble tripolaire Câble multipolaire comprenant trois conducteurs isolés.
Câble unipolaire Câble comprenant un seul conducteur isolé.
La vérification du champ tournant sur une installation triphasée consiste à vérifier le sens de rotation
Champ tournant des phases à l’aide d’un appareil (testeur de rotation de phases ou rotophase) : lorsque les fiches de
(vérification du champ l’appareil repérées phase 1, phase 2, phase 3, sont connectées aux phases correspondantes du
tournant) réseau à vérifier, un affichage sur l’appareil permet de vérifier si l’ordre 1-2-3 indiqué par le repérage
réalisé sur les conducteurs testés (bornes, câbles) est correct ou non.
Classes d’application (ou de performance) : G1, G2, G3 et G4.
Classes de performance normalisées des groupes électrogènes définies par la norme ISO 8528-1 :
Elles définissent des exigences particulières de précision et de stabilité pour la tension et la fréquence
d’un groupe électrogène lors des variations de charge dans l’installation qu’il doit alimenter.
- Classe G1 : pour une application imposant des contraintes mineures de tension et de
fréquence ;
Classes d’application - Classe G2 : pour une application dont les contraintes sont sensiblement les mêmes que celles
(ou de performance) du réseau public ;
- Classe G3 : pour une application imposant des exigences sévères de stabilité de la tension,
de la fréquence et de la forme d’onde (exemple : télécommunications et charges régulées par
thyristors ;
- Classe G4 : pour une application imposant des exigences de stabilité particulièrement sévères
de la tension, de la fréquence et de la forme d’onde (exemple : traitement de données
informatiques).
Classe de puissance : COP, PRP, LTP, ESP, DCP et MAX.
Classe de puissance Classe de puissance normalisée d’un groupe électrogène définie par la norme ISO 8528-1 et ISO 8528-
8.
Pièce normalisée présente aux 8 extrémités des conteneurs ISO permettant la manutention et le
Coin ISO
transport des conteneurs.
CPI Contrôleur Permanent d’Isolement.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_11 _Glossaire 133


Conteneur Safety Convention.
Convention internationale règlementant la sécurité (ou convention C.S.C.) des conteneurs, qui a été
transposée en France par le Décret n° 80-837 du 20 octobre 1980 et les arrêtés pris pour son
application.
Ces arrêtés définissent les modalités pour l’obtention de l’agrément C.S.C. et listent les organismes
autorisés à délivrer cet agrément. Cet agrément matérialisé par une plaque normalisée fixée à demeure
sur chaque conteneur agréé est obligatoire pour autoriser son transport maritime. La charge que peut
supporter le conteneur en gerbage figure sur cette plaque.
Cet agrément est obtenu par le fabricant, pour chaque modèle de conteneur, par la remise d’un dossier
technique et après validation d’essais de type par l’organisme agréé.

CSC

DDR Dispositif Différentiel Résiduel.


Dépotage d’une cuve à
C’est le conduit de remplissage de la cuve à carburant.
carburant
Dispositif à courant différentiel-résiduel DDR.
Dispositif de protection contre les risques de choc électrique basé sur la détection d’un courant de fuite
anormal à la terre résultant d’un défaut d’isolement dans une installation électrique.
Ce dispositif est prévu pour déclencher la coupure de l’alimentation du circuit électrique en défaut
lorsque le courant de fuite à la terre devient supérieur au courant différentiel-résiduel maximal assigné
(sensibilité) du dispositif. La sensibilité et le temps de déclenchement peuvent-être fixes ou réglables
suivant le modèle du dispositif différentiel.
On les distingue suivant leur sensibilité :
Différentiel
- haute sensibilité (≤ 30 mA) ;
- moyenne sensibilité (100 mA à 1 A) ;
- basse sensibilité (3 A à 20 A).

Il existe trois types de dispositif différentiel :


- le disjoncteur différentiel ;
- l’interrupteur différentiel ;
- le relais différentiel.
Dispositif différentiel coupant l’alimentation d’un circuit électrique en cas de détection d’un courant de
Disjoncteur différentiel
défaut à la terre et également en cas de surcharge ou de court-circuit.
Différence entre le niveau de pression acoustique (« niveau sonore ») mesuré à un endroit donné de
Émergence
voisinage d’un groupe électrogène en fonctionnement et celui qui est mesuré lorsque ce groupe
(acoustique)
électrogène est à l’arrêt.
ERP Etablissement Recevant du Public.
Paramètre caractéristique d’une installation électrique à un instant donné obtenu en divisant la
puissance active P (kW) par la puissance apparente S (kVA) à cet instant. Le FP varie suivant la nature
des appareils alimentés à un instant donné (par exemple : lorsque des moteurs électriques puissants
sont mis en service, le FP diminue).
Facteur de puissance : Dans une installation la puissance active P (kW) et la puissance apparente S (KVA) sont liées au
cos φ * facteur de puissance FP par la relation : FP = P / S. Dans une installation comportant des appareils
divers en fonctionnement (éclairage, informatique, chauffage électrique, ascenseurs etc.) le FP se situe
en moyenne entre 0.8 et 1.
* le facteur de puissance d’une installation est parfois désigné comme le cosinus PHI (cos φ) de cette
installation.
Gerbage C’est l’action de superposer des contenants
GN Gaz Naturel
GNR Gazole Non Routier
GPL Gaz de Pétrole Liquéfié

134 Section 11 Glossaire 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


Haute Tension Haute tension A : 1000 V < HTA < 50 000 V en courant alternatif
HT
Haute tension B : 50 000 V < HTB en courant alternatif
L'impédance électrique mesure l'opposition d'un circuit électrique au passage d'un courant alternatif
sinusoïdal.
Impédance
Le concept d'impédance est une généralisation de la loi d'Ohm dans l'étude des circuits en courant
alternatif
Dispositif différentiel coupant l’alimentation d’un circuit électrique en cas de détection d’un courant de
Interrupteur différentiel défaut à la terre. A la différence du disjoncteur différentiel, l’interrupteur différentiel n’assure pas la
fonction de protection contre les surcharges et les courts-circuits.
Niveau de pression acoustique (d’un groupe électrogène).
Le niveau de pression acoustique LpA (appelé couramment « niveau sonore ») d’un groupe
électrogène est exprimé en dBA et est mesuré par une méthode normalisée à une distance donnée du
groupe électrogène. Il représente l’intensité sonore émise par le groupe électrogène et perçue par
l’oreille humaine en ce point. Le niveau de pression acoustique dépend du niveau de puissance
LpA
acoustique LWA du groupe électrogène et de la distance du point de mesure au groupe électrogène ;
cette distance doit donc toujours être précisée lorsqu’un niveau sonore est indiqué.
- Le niveau de pression acoustique indiqué dans le manuel d’instruction du groupe électrogène
est mesuré en champ libre à 1m du groupe électrogène en conformité avec les directives
européennes applicables.
Niveau de puissance acoustique garanti (d’un groupe électrogène).
Niveau d’émission sonore en dBA caractérisant l’énergie acoustique rayonnée par un groupe
électrogène. Le niveau de puissance acoustique est une caractéristique du groupe électrogène qui est
LWA invariable ; il ne doit pas être confondu avec le niveau de pression acoustique LpA (niveau sonore).
Le marquage du niveau de puissance acoustique garanti LWA sur la plaque d’identification des
groupes électrogènes destinés à être utilisés à l’extérieur des bâtiments dans un pays de l’Union
européenne répond à une obligation de la directive européenne 2000/14/CE.
Partie métallique d’un matériel électrique susceptible d’être touchée et qui n’est pas normalement sous
tension mais qui peut le devenir en cas de défaut d’isolement. Toutes les masses du groupe
Masse
électrogène sont connectées à une barre collectrice des masses équipée d’une borne de mise à la
terre du groupe électrogène.
La mise à la terre d’un groupe électrogène consiste à établir à l’aide d’un câble (conducteur de terre
Mise à la terre Vert-ET-JAUNE de section convenable à la puissance du groupe électrogène) une liaison électrique
(d’un groupe électrogène) entre la borne de mise à la terre du groupe électrogène et une prise de terre ou une borne de terre
locale d’une installation.
Monophasé
Un groupe électrogène (ou un alternateur) monophasé, délivre le courant électrique avec une seule
(groupe électrogène ou
phase et un neutre (2 pôles).
alternateur)
Ce sont les ouvertures rectangulaires sur la partie inférieure d’un châssis qui permettent de passer les
Passages de fourches
fourches pour déplacer le groupe électrogène.
Perte de charge Lors de l’écoulement d’un fluide dans un conduite, une perte d’énergie s’opère dûe à des frottements,
d’échappement on parle alors de perte de charge.
Pression moyenne effective.
La PME*, ou pression moyenne effective, est la pression qui, si elle était appliquée de façon constante
sur le piston d’un moteur à explosion pendant toute sa course motrice, permettrait d'obtenir un travail
identique à celui qui est réellement créé. Il s'agit donc d'une grandeur fictive, utile pour comparer
PME
différents moteurs et pour effectuer la détermination de la classe d’application du groupe électrogène
selon la norme ISO 8528 (classe G1, G2 ou G3). La PME est indiquée en Bar ou en kPa dans les
spécifications techniques des fabricants des moteurs thermiques.
* en anglais : BMEP (Brake Mean Effective Pressure).
Élément conducteur du courant enfoui dans le sol pour établir un contact électrique avec la terre locale
Prise de terre
(exemple : piquet de terre, feuillard à fond de fouille).
La puissance active P d’un groupe électrogène est la puissance réelle mesurable en kW fournie par ce
groupe électrogène à une installation. C’est la puissance mécanique du moteur thermique convertie en
puissance électrique par l’alternateur. Elle est reliée à la puissante apparente S (kVA) et au facteur de
puissance (PF) par la relation : P (kW) = S (kVA) x PF.
Puissance active (kW)
- La puissance active nominale (kW) figurant sur la plaque d’identification du groupe
électrogène est la puissance maximale que le groupe électrogène est capable de fournir dans
les conditions de fonctionnement définies par la classe de puissance (COP, PRP, LTP ou
ESP) assignée par le fabricant au groupe électrogène et indiquée sur la plaque d’identification.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_11 _Glossaire 135


La puissance apparente S fournie par un groupe électrogène à une installation est la puissance
calculée en kVA à partir de l’intensité (I) par phase et de la tension (U) entre phases indépendamment
du facteur de puissance (PF) de l’installation. La puissance apparente est calculée par les formules
suivantes :
- Groupe électrogène monophasé : S (kVA) = U (V) x I (kA) I (kA) = I (A) / 1000
- Groupe électrogène triphasé : S (kVA) = U (V) x I (kA) x √3
Exemple : un groupe électrogène triphasé délivre 400 V entre phases et 100 A par phase à une
installation. La puissance apparente S (kVA) = 400 x 0.100 x 1.732 = 69.28 kVA.

- Un groupe électrogènes triphasé est dimensionné et protégé (réglage du disjoncteur) pour


Puissance
pouvoir fournir sa puissance active nominale (kW) à une installation dont le facteur de
apparente (kVA)
puissance (FP) peut varier de 1 à 0.8.
- La puissance apparente nominale (kVA) indiquée sur la plaque d’identification d’un groupe
électrogène triphasé est déterminée pour un facteur de puissance (FP) nominal de 0.8 et est
donc égale à la puissance active nominale (kW) divisée par 0.8.
Exemple : Si la puissance active nominale d’un groupe électrogène triphasé est de 80 kW, la puissance
apparente nominale en kVA est : 80 / 0.8 = 100 kVA.

- Lorsque le facteur de puissance nominal (FP) indiqué sur la plaque d’identification d’un groupe
électrogène monophasé est de 1, la puissance apparente nominale (kVA) est égale à la
puissance active nominale (kW).
Puissance maximale en kW qu’un groupe électrogène est capable de fournir en continu sous charge
constante pendant un nombre illimité d’heures par an, dans les conditions de fonctionnement
convenues, les intervalles et modes opératoires de maintenance étant réalisés selon les exigences du
constructeur.

Puissance continue :
COP

Puissance maximale en kW qu’un groupe électrogène est capable de fournir en continu sous charge
variable pendant un nombre illimité d’heures par an, dans les conditions de fonctionnement convenues,
les intervalles et modes opératoires de maintenance étant réalisés selon les exigences du constructeur.
La puissance moyenne admissible (Ppp) sur une période de 24 h, ne doit pas dépasser 70 % de la
puissance principale, sauf accord contraire du fabricant du moteur thermique.

Puissance principale :
PRP

136 Section 11 Glossaire 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


Puissance maximale en kW disponible, pendant une séquence de puissance variable, dans les
conditions de fonctionnement spécifiées, qu’un groupe électrogène est capable de fournir jusqu’à 200 h
par an en cas d’interruption de l’énergie réseau ou dans des conditions d’essai, les intervalles et modes
opératoires de maintenance étant réalisés selon les exigences des constructeurs.
La puissance moyenne admissible (Ppp) sur une période de 24 h ne doit pas dépasser 70 % de la
puissance de secours d’urgence, sauf accord contraire convenu avec le fabricant du moteur thermique.

Puissance de secours
d’urgence : ESP

Puissance maximale en kW qu’un groupe électrogène est capable de fournir jusqu’à 500 h par an,
dans les conditions de fonctionnement convenues, les intervalles et modes opératoires de maintenance
étant réalisés selon les exigences des constructeurs.
NOTE : la puissance pour utilisation limitée (100 %) est limitée à une valeur maximale de 500 h par an.

Puissance pour
utilisation limitée : LTP

Puissance donnée en multipliant le courant et la tension que le groupe électrogène est capable de
fournir pendant au moins 5 min dans les limites de tension et de fréquence suivantes.

Puissance maximale : Note 1 à l’article: La tension de sortie prescrite doit être à ± 10 % de la tension assignée et la fréquence de sortie
MAX doit être à ± 8 % de la fréquence nominale.

Note 2 à l’article: Le dispositif de protection ne doit pas être activé pendant 5 min et les conditions de surcharge
doivent satisfaire les exigences du paragraphe 6.4 Conditions de surcharge de l’ISO 8528-8. Le ratio minimum entre
la puissance assignée (COP) et la puissance maximale (MAX) doit être tel que Pnominal/Pmax ≥ 0,75.

Expression parfois utilisée pour désigner le schéma des liaisons à la terre (SLT) d’une installation (Cf.
Régime de neutre
paragraphe « Régime de neutre »).
Dispositif différentiel n’assurant que la détection du courant de défaut à la terre dans un circuit
Relais différentiel électrique. Il est prévu pour être connecté à la commande d’un disjoncteur dont il déclenche l’ouverture
pour couper l’alimentation électrique lorsqu’un courant de défaut est détecté.

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_11 _Glossaire 137


RJ Réservoir Journalier.
C’est la roue se trouvant au niveau de la flèche d’une remorque. Elle peut être orientable et réglable
Roue jockey
en hauteur.
Schéma des liaisons à la terre.
SLT
(Cf. paragraphe « Régime de neutre »).
Très Basse Tension. TBT < 50 V en courant alternatif
TBT
TBT < 120 V en courant continu
Tension composée Tension entre deux phases quelconques d’un réseau triphasé.
Tension simple Tension entre le neutre et une quelconque des phases d’un réseau triphasé avec neutre.
Tableau Général Basse Tension.
TGBT C'est le tableau électrique basse tension des grandes installations électriques.
Ce tableau fait le lien entre l'arrivée du fournisseur et le réseau du client.
Traçage Système électrique (exemple : ruban chauffant) installé sur les tuyauteries ou les cuves de carburant
(circuit carburant) pour assurer leur mise hors gel.
Triphasé
Un groupe électrogène (ou un alternateur) triphasé, délivre le courant électrique avec trois phases (3
(groupe électrogène ou
pôles) ou avec trois phases et un neutre (4 pôles).
alternateur)
Il sert à compenser les variations de volume que subit la masse d’un fluide de l'installation suite aux
Vase d’expansion
fluctuations de température.

138 Section 11 Glossaire 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01


12 Table des illustrations

Figure 1 : Exemple de plaque d’identification groupe électrogène ..................................................................................................... 13


Figure 2 : Emplacement de la plaque d’identification des groupes électrogènes avec et sans capot de protection .......................... 14
Figure 3 : Emplacement de la plaque d’identification des groupes électrogènes en conteneur ......................................................... 14
Figure 4 : Exemples de plaques d’identification moteur ..................................................................................................................... 15
Figure 5 : Exemples de plaques d’identification alternateur ............................................................................................................... 15
Figure 6 : Exemple de plaque d’identification d’armoire électrique .................................................................................................... 15
Figure 7 : Description générale d’un groupe électrogène sans capot de protection .......................................................................... 16
Figure 8 : Description générale d’un groupe électrogène avec capot de protection .......................................................................... 17
Figure 9 : Description générale d’un groupe électrogène avec capot de protection .......................................................................... 18
Figure 10 : Exemple de groupe électrogène mobile sur remorque .................................................................................................... 19
Figure 11 : Exemple de mât d’éclairage ............................................................................................................................................ 19
Figure 12 : Exemple de conteneur ISO 20 ......................................................................................................................................... 21
Figure 13 : Exemple de conteneur ISO 40 ......................................................................................................................................... 21
Figure 14 : Exemple de conteneur CPU 20 ....................................................................................................................................... 22
Figure 15 : Exemple de conteneur CPU 40 ....................................................................................................................................... 22
Figure 16 : Exemple de conteneur CIR 20 ......................................................................................................................................... 23
Figure 17 : Exemple de conteneur sur remorque............................................................................................................................... 23
Figure 18 : Bac de rétention des fluides intégré................................................................................................................................. 24
Figure 19 : Vue générale du régulateur ............................................................................................................................................. 25
Figure 20 : Schéma simplifié de l'action du clapet ............................................................................................................................. 25
Figure 21 : Pompe manuelle JAPY .................................................................................................................................................... 26
Figure 22 : Electropompe JAPY JEV ................................................................................................................................................. 27
Figure 23 : Modèles de clapets étouffoirs .......................................................................................................................................... 28
Figure 24 : Exemples de manutention par chariots élévateurs .......................................................................................................... 42
Figure 25 : Exemple de manutention d’un groupe électrogène à l’aide d’un treuil roulant ................................................................. 43
Figure 26 : Exemple d’arrimages recommandés pour les groupes électrogènes avec capot de protection ...................................... 46
Figure 27 : Exemple de signalisation pour les remorques routières .................................................................................................. 49
Figure 28 : Câble de décrochage....................................................................................................................................................... 51
Figure 29 : Exemple de tête d’accouplement ..................................................................................................................................... 52
Figure 30 : Indicateur d’usure ............................................................................................................................................................ 53
Figure 31 : Points de lubrification / graissage remorque .................................................................................................................... 56
Figure 32 : Exemples de problèmes pouvant être rencontrés............................................................................................................ 58
Figure 33 : Implantation des conteneurs au sol ................................................................................................................................. 59
Figure 34 : Exemple d’implantation d’une cuve à carburant en France ............................................................................................. 60
Figure 35 : Exemple d’installation ...................................................................................................................................................... 61
Figure 36 : Exemples d’augmentation du niveau sonore due à la réverbération et à la directivité ..................................................... 62
Figure 37: Exemple de local groupe électrogène ............................................................................................................................... 63
Figure 38: Exemple dimensionnel d’un local...................................................................................................................................... 64
Figure 39 : Exemple de système de levage ....................................................................................................................................... 65
Figure 40 : Exemple d’installation ...................................................................................................................................................... 66
Figure 41 : Exemple de circuit d’échappement des gaz brûlés .......................................................................................................... 68
Figure 42 : Exemples de tuyauterie et coudes ................................................................................................................................... 69
Figure 43 : Exemple de compensateur et flexible .............................................................................................................................. 69
Figure 44 : Exemples de purges ........................................................................................................................................................ 69
Figure 45 : Exemples de traversées de cloison ................................................................................................................................. 69
Figure 46 : Exemples de sorties d’échappement ............................................................................................................................... 69
Figure 47 : Exemples de suspentes ................................................................................................................................................... 70
Figure 48 : Exemples de cadre à épingles ......................................................................................................................................... 70
Figure 49 : Exemples de pieds de colonne ........................................................................................................................................ 70
Figure 50 : Exemples de suspensions ............................................................................................................................................... 70
Figure 51 : Exemple de silencieux à absorption ................................................................................................................................ 71
Figure 52 : Exemple de silencieux réactif absorbant ......................................................................................................................... 71
Figure 53 : Exemple de silencieux adapté ......................................................................................................................................... 71
Figure 54 : Schéma de principe du calcul de hauteur de cheminée .................................................................................................. 72
Figure 55 : Exemples de cheminées d’échappement ........................................................................................................................ 73
Figure 56 : Pot collecteur de condensats ........................................................................................................................................... 74
Figure 57 : Contraintes d’implantation ............................................................................................................................................... 76
Figure 58 : Démontage de la tôle obturatrice ..................................................................................................................................... 77
Figure 59 : Montage du prolongateur ................................................................................................................................................. 77
Figure 60 : Exemple d’installation de conteneur avec cheminée auto stable ..................................................................................... 77
Figure 61 : Régime de neutre TT ....................................................................................................................................................... 84
Figure 62 : Régime de neutre TN-S (terre et neutre séparés) ........................................................................................................... 84
Figure 63 : Régime de neutre IT ........................................................................................................................................................ 85
Figure 64 : Schéma d’alimentation incluant des sources externes pouvant être couplées au réseau HTA ....................................... 87
Figure 65 : Orifices de drainage pour les groupes électrogènes avec capot de protection .............................................................. 107
Figure 66 : Exemples de robinet de vidange du carter d'huile ......................................................................................................... 113
Figure 67 : Pompe de vidange huile ................................................................................................................................................ 113
Figure 68 : Exemples de préfiltres (changement de filtre par le bol) ................................................................................................ 114
Figure 69 : Exemples de préfiltres (changement de filtre par le couvercle) ..................................................................................... 114

MGS_186_FR _17/07/2017 15:01 33532000101_6_1 Section_12 _Table des illustrations 139


140 Section 12 Table des illustrations 33532000101_6_1 MGS_186_FR _17/07/2017 15:01
Manuel d'Utilisation
Niveau Utilisateur

Coffret de commande

APM303

Version soft : 1.1.0
33502030801_1_1
23/01/2015
  Le  manuel  d’utilisation  « niveau  utilisateur »  est  destiné  à  un  public  ayant  les 
compétences  nécessaires  pour  mettre  en  œuvre  une  l’installation  (groupe 
électrogène  et  son  environnement).  Il  est  en  mesure  de  surveiller  son  bon 
fonctionnement  (marche,  arrêt,  réglages  de  base),  d’interpréter  les  indications  de 
quelque nature que ce soit (mécaniques, électriques) et peut être amené à contrôler 
un ou plusieurs paramètres.

 Le manuel d’utilisation « niveau opérateur » est destiné à un public ayant, en plus 
des  compétences  requises  pour  l’utilisateur,  celles  nécessaires  pour  modifier  un  ou 
plusieurs  paramètres,  afin  de  changer  le  fonctionnement  d’une  installation  (groupe 
électrogène  et  son  environnement).  Pour  cela,  l’opérateur  aura  suivi  au  préalable 
une formation dispensée par le constructeur.

 Le manuel d’utilisation « niveau spécialiste » est destiné à un public ayant, en plus 
des  compétences  requises  pour  l’opérateur,  celles  nécessaires  pour  réaliser  toute 
modification  spécifique  ou  complexe  d’une  installation  (groupe  électrogène  et  son 
environnement).  Pour  cela,  le  spécialiste  aura  suivi  au  préalable  une  formation 
dispensée par le constructeur. 
APM303 - QUICK START GUIDE page 1/2
abréviations utilisées : Groupe Electrogène = GE 5 - Fonctionnement en mode MANU : arrêt GE
Inverseur Normal/Secours=INS  Ouvrir manuellement le disjoncteur du GE (la charge est
1 - Consignes de sécurité coupée).
Lire les consignes de sécurité relatives à Laisser refroidir le moteur pendant 3 minutes.
la mise en service d’un GE. Appuyer sur le bouton STOP, la LED RUN s’éteint, le moteur
(voir Manuel Général et de Sécurité) s’arrête.
GE à l’arrêt, le coffret électrique peut être alimenté par une
tension dangereuse (préchauffage, chargeur de batterie). 6 - Fonctionnement en mode AUTO
En fonctionnement, l’APM303 est alimenté par une tension
dangereuse. Le mode AUTO est actif, seulement si la LED AUTO est
L’APM303 a été configuré en usine, toute modification de fixe.
paramètre peut rendre instable le groupe électrogène.
Vérifier que le disjoncteur du GE est fermé.
Appuyer sur le bouton AUTO, la LED AUTO s’allume, le mode
2 - Mise sous tension AUTO est sélectionné.
Fermer le coupe batterie (si équipé), Le démarrage est possible, si la LED ALARM! est éteinte.
Mettre sur ON le commutateur en façade du pupitre (si équipé). Le démarrage devient effectif sur activation de l’entrée remote
start/stop, qui doit être un contact () libre de potentiel (pas
3 - Contrôles avant démarrage de tension alternative ou continue).
Tension batterie, () par exemple venant d’un INS autopiloté.
Niveau d’huile moteur,
Niveau du liquide de refroidissement, Sur activation de l’entrée, la LED RUN clignote, le GE
Disjoncteur GE ouvert, démarre.
Si la LED ALARM! clignote, se reporter au paragraphe 7. Lorsque la tension et la fréquence sont stabilisées, la LED
4 - Face avant, boutons et LEDs RUN devient fixe, le GE prend la charge.
Sur désactivation de l’entrée remote start/stop, la LED RUN
 bouton STOP clignote.
arrêt GE et acquittement Après une période de refroidissement (3 minutes) (), le GE
défaut (si ALARM! clignote) s’arrête, la LED RUN s’éteint.
La LED AUTO reste allumée, le GE est en stand-by, prêt pour
 bouton AUTO
sélection du mode AUTO ou un nouveau démarrage.
du mode MANU () Si INS présent, régler correctement le cumul des périodes
de refroidissement.
 bouton START
marche GE le mode MANU est prioritaire sur le mode AUTO actif :
-l’appui sur le bouton START active le mode MANU,
LED éteinte -l’appui sur le bouton STOP arrête le GE.
 autres boutons
LED allumée accès aux écrans 7 - Apparition d’un anomalie
(voir paragraphe 13) La LED ALARM! clignote (voir paragraphe 13), cela signifie
LED clignotante
qu’une anomalie (alarme ou défaut) est présente.
ALARM! alarme = pas d’arrêt GE défaut = arrêt GE
pas d’anomalie (alarme ou défaut) Pour visualiser l’anomalie, appuyer sur ou pour faire
défaut présent mais acquitté apparaître l’écran ci-dessous :
anomalie présente (alarme ou défaut) A C
AUTO
mode MANU par défaut B D
mode AUTO sélectionné
remote start/stop effectif / refroidissement moteur
E
RUN
GE à l’arrêt A L’anomalie apparaît avec un numéro d’ordre
Pictogramme symbolisant l’anomalie (voir paragraphes 9
GE démarré (mode MANU) B et 11)
démarrage ou arrêt en cours
C Etat de l’anomalie (défaut seulement, voir paragraphe 10)
5 - Fonctionnement en mode MANU : marche GE Nombre d’heures de fonctionnement du GE à l’apparition
D de l’anomalie
Le mode MANU inhibe le mode AUTO.
Si la LED ALARM! est éteinte (pas de défaut présent), il est E Voir paragraphe 13 lorsque  clignote
possible de démarrer le GE.
Nota : dans cet écran, apparaissent aussi les évènements (voir
Appuyer sur le bouton START, la LED RUN clignote, le GE
paragraphe 12).
démarre.
Lorsque la tension et la fréquence sont stabilisées, la LED 8 - Alarme active et inactive
RUN devient fixe.
active
 Fermer manuellement le disjoncteur du GE, le GE débite
ou est prêt à débiter sur la charge. inactive
Contrôler les grandeurs électriques et mécaniques sur les
écrans de l’APM303 (voir paragraphe 13). Une alarme ne peut pas être acquittée, elle devient inactive
d’elle-même ou après intervention de l’utilisateur.
APM303 - QUICK START GUIDE page 2/2
9 - Liste des alarmes 13 - Affichage des différents écrans
tension batterie faible ou non fonctionnement de Défilement automatique de 7 écrans ( 1 à 6 + INIT).
l’alternateur de charge Défilement manuel de 6 écrans ( 1 à 6 ), par impulsions
successives sur ou .
1

batterie déchargée
niveau bas fuel
INIT

surcharge GE
1

rotation des phases alternateur


entrée alarme n°x (x=1, 2 ou 3)
INIT
maintenance du GE à réaliser (non contractuel)
conditions d’activation, voir manuel utilisateur, niveau opérateur 1
10 - Défaut actif et inactif - Acquittement
actif, non acquitté

inactif, non acquitté général ()

actif, acquitté 2
après appui sur

inactif, acquitté
après appui sur
courants & tensions ()
11 - Liste des défauts
3
arrêt d’urgence
1

niveau bas fuel


pression d’huile basse
1

température liquide refroidissement élevée puissances ()


survitesse 4
sous-vitesse
maxi tension alternateur (59)
mini tension alternateur (27)
maxi fréquence alternateur (81H) grandeurs mécaniques ()
mini fréquence alternateur (81L) 5
court-circuit alternateur (50/51)
non démarrage GE
non arrêt GE
entrée défaut n°x (x=1, 2 ou 3) compteurs ()()
position disjoncteur incohérente 6 
conditions d’activation, voir manuel utilisateur, niveau opérateur
 visible en défilement possible si 
12 - Liste des évènements automatique si : clignote
-alarme active
l’APM303 est mis sous tension -défaut actif
-défaut non acquitté 12 évènements et anomalies
démarrage en mode MANU
Lorsque  est fixe (après 4s), il est possible de visualiser la
1

démarrage en mode AUTO


suite des évènements et anomalies en appuyant sur .
arrêt en mode MANU
arrêt en mode AUTO
1

le mode AUTO est activé


etc.
le mode AUTO est désactivé
Lorsque le n°12 apparaît en bas d’écran, un nouvel appui sur
groupe stabilisé fait apparaître l’écran 1 .
démarrage automatique sur batterie faible
() indications non contractuelles () RAZ impossible
arrêt automatique après recharge batterie
14 - Pack report 2 sorties (option)
ordre Modbus reçu (voir manuel Modbus)
« alarme/défaut général » et « GE prêt à débiter »
Manuel d’utilisation et d’entretien

MITSUBISHI

Moteur

SERIE SL

99610-31120
33522049301_3_1
01/07/2009
Manuel d’utilisation et
d’entretien

MOTEURS DIESEL
MITSUBISHI

SÉRIE-SL

L’utilisateur et son supérieur sont priés de lire


attentivement ce Manuel d’utilisation et
d’entretien avant d’utiliser la machine, de
procéder à son inspection ou à son entretien.
N’utilisez jamais la machine et ne procédez
jamais à un entretien sans comprendre
pleinement ce manuel.

Juillet 2009

Publ. Nr. 99610-31120_FR


CHAPITRE GARANTIE LIMITÉE

Préface

Ce Manuel d’utilisation et d’entretien contient des informations détaillées


sur l’utilisation, l’inspection et l’entretien des moteurs
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Veuillez lire attentivement ce manuel avant de procéder à toute
utilisation, inspection et entretien, afin de garantir une utilisation et des
réparations adéquates.
Le non-respect des indications dans ce manuel peut entraîner de graves
accidents.

Garantie limitée
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. répare ou remplace les pièces qui lui
sont retournées si une inspection démontre qu’il y a lieu de parler d’un
défaut de matériau ou de main d’oeuvre.
La garantie fournie par Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. se limite à
proposer une réparation ou un remplacement des pièces.
Seul l’acheteur original peut bénéficier de la garantie. Les personnes
auxquelles la propriété est transférée par la suite ne bénéficient donc
pas de la garantie.
• Hormis les garanties fournies dans ce manuel,
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. ne fournit aucune garantie explicite
ou implicite relative notamment à la qualité marchande, l’aptitude à
une certaine utilisation, ou relative à toute violation de brevet.
• Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. décline toute responsabilité pour
tout dommage direct ou indirect, incluant mais non limité aux
dommages et autres frais découlant de tout abus, utilisation indue ou
détournement du moteur et des appareils fournis par ses soins.
• Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. n’est responsable d’aucun
dommage ou blessure corporelle découlant de toute modification
apportée sans notre accord écrit au moteur ou aux appareils que
nous avons fournis.
• Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. décline toute responsabilité pour
tout dommage ou perte de production causés par l’utilisation d’un
carburant, d’une huile pour moteur et ou d’un liquide de
refroidissement longue durée non recommandés par nos soins.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 3


CHAPITRE PRÉFACE

• Le propriétaire du moteur est responsable des travaux de


maintenance requis dont la liste est dressée dans ce manuel
d’utilisation.
• Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. peut être amené à refuser la
garantie si le moteur ou des parties de ce dernier sont tombés en
panne à cause d’un entretien inadéquat ou impropre.

Garantie relative aux émissions


n La garantie ci-dessous est valable pour les moteurs dont les taux
d’émission ont été approuvés par l’Agence États-Unienne de protection
environnementale.

Portée de la Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. garantit au premier propriétaire et à


garantie chaque acquéreur consécutif d’un moteur diesel non conçu pour la
route, que le système de régulation des émission du moteur concerné :
• est conçu, construit et équipé conformément à toutes les
réglementations de l’Agence de protection environnementale
américaine en vigueur au moment de la vente. Si le véhicule dans
lequel le moteur est installé est immatriculé dans l’état de Californie,
vous devez également tenir compte de la législation Californienne
relative aux émissions.
• est dépourvu de tout défaut de pièce ou main d’oeuvre pouvant
empêcher le moteur de respecter ces réglementations durant la
période de garantie.

Durée de la garan- La période de garantie des émissions est indiquée ci-dessous.


tie correspondante
Toutefois, si la garantie de votre moteur dure plus longtemps que la
garantie des émissions, cette dernière est alors prolongée jusqu’à être
de même durée que la période de garantie du moteur.
La période de garantie ci-dessous débute à la date de livraison du
moteur à son premier propriétaire.

Caractéristiques de Puissance maximale Puissance maximale Durée de la garantie


votre moteur correspondante
Vitesse variable ou kW < 19 N’importe quelle vitesse 1,500 heures ou
constante 2 années, l’échéance
arrivant en premier étant
applicable.
Vitesse constante 19 ≤ kW < 37 3800 min-1 ou plus 1,500 heures ou
2 années, l’échéance
arrivant en premier étant
applicable.

4 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE DÉCLARATION DE GARANTIE, RÉGULATION DES ÉMISSIONS EN CALIFORNIE, VOS DROITS ET
OBLIGATIONS EN MATIÈRE DE GARANTIE

Caractéristiques de Puissance maximale Puissance maximale Durée de la garantie


votre moteur correspondante
Vitesse constante 19 ≤ kW < 37 Moins de 3000 min-1 3000 heures ou
5 années, l’échéance
arrivant en premier étant
applicable.
Vitesse variable 19 ≤ kW < 37 N’importe quelle vitesse 3000 heures ou
5 années, l’échéance
arrivant en premier étant
applicable.
Vitesse variable ou kW ≥ 37 N’importe quelle vitesse 3000 heures ou
constante 5 années, l’échéance
arrivant en premier étant
applicable.

Pièces sous Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. garantit les pièces qui augmentent les
garantie émissions de polluants lorsqu’elles sont défectueuses.
Les pièces suivantes sont citées à titre d’exemple.
• Tubulure d’admission / d’échappement
• Ventilation du carter de moteur
• Système d’alimentation
• Buse d’injection de carburant

Garantie limitée Reportez-vous à "GARANTIE LIMITÉE".

Déclaration de garantie, régulation des émissions en


Californie, vos droits et obligations en matière de
garantie
n La garantie ci-dessous est valable pour les moteurs dont les taux
d’émission ont été approuvés par CARB, le Conseil Californien de
gestion de la qualité de l’air.
Le CARB (California Air Resources Board) est heureux de vous
expliquer la garantie du système de régulation des émissions sur
votre moteur de 2008 ou d’une date postérieure. En Californie, les
nouveaux moteurs à usage intensif hors route, doivent être conçus,
construits et équipés en conformité avec les normes anti-smog sévères
de l’état. Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. doit garantir le système de
régulation des émissions sur votre moteur pendant la période indiquée
ci-dessous, partant du principe que votre moteur a été correctement
utilisé et n’a pas souffert d’un entretien incorrect ou insuffisant.
Votre système de régulation des émissions peut comporter des pièces
telles que le système d’alimentation en carburant et le système
d’induction d’air. Peuvent également être inclus, les tuyaux, les
courroies, les connecteurs et autres dispositifs ayant trait aux émissions.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 5


CHAPITRE PRÉFACE

En cas de garantie applicable, Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. répare


votre moteur à usage intensif hors route sans aucun frais, la réparation
gratuite comprenant le diagnostique, les pièces et la main d’oeuvre.
Couverture de la garantie du fabricant :
Les moteurs à usage intensif hors route datant de 2008 ou des années
suivantes, sont garantis pendant toute la durée de la garantie. Si une
pièce quelconque de votre moteur relative aux émissions est
défectueuse, ladite pièce sera réparée ou remplacée par
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Responsabilités du propriétaire dans le cadre de la garantie :
• En tant que propriétaire du moteur à usage intensif hors route, vous
êtes responsable de l’exécution de l’entretien requis décrit dans votre
manuel de l’utilisateur. Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. vous
recommande de conserver toutes les factures d’entretien sur votre
moteur à usage intensif hors route. Cependant,
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. ne peut vous refuser la garantie
uniquement sur la base d’une absence de factures ou de votre
incapacité à assurer l’exécution de l’ensemble du planning
d’entretien.
• En votre qualité de propriétaire du moteur à usage intensif hors route,
vous devez cependant savoir que Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
est susceptible de vous refuser le droit à la garantie si votre moteur à
usage intensif hors route, ou une partie de ce dernier, est tombé(e) en
panne à cause d’une utilisation incorrecte, de négligence, d’un
entretien incorrecte ou de modifications non-approuvées.
• Votre moteur est conçu pour fonctionner uniquement au diesel.
L’utilisation de tout autre carburant met ce dernier en infraction vis-à-
vis de la législation Californienne en matière d’émissions.
• Il est de votre responsabilité d’entamer le processus de garantie. Le
CARB recommande de présenter votre moteur à usage intensif hors
route à un distributeur ou à un concessionnaire
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. dès qu’un problème se produit. Les
réparations sous garantie doivent être effectuées par le
concessionnaire ou le distributeur le plus rapidement possible.
Pour toute question relative à vos droits et obligations en matière de
garantie, veuillez contacter Mitsubishi Engine North America au
1-630-268-0750.
Portée de la garantie

a. La période de garantie débute à la date de livraison du moteur à


l’acquéreur en vue d’une utilisation.

b. Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. garantit à l’acquéreur en vue d’une


utilisation et tout acquéreur suivant du moteur enregistré dans l’état de
Californie que le moteur est :
1. Conçu, construit et équipé conformément à la réglementation

6 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE DÉCLARATION DE GARANTIE, RÉGULATION DES ÉMISSIONS EN CALIFORNIE, VOS DROITS ET
OBLIGATIONS EN MATIÈRE DE GARANTIE

applicable adoptée par le Air Resources Board.


2. Dépourvu de défauts de pièce et main d’oeuvre entraînant la panne
de la pièce sous garantie, identique en tout point matériel aux pièces
décrites dans la demande de certification déposée par
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. pour une période de 5 années, ou
de 3 000 heures de fonctionnement, la première échéance dans le
temps étant applicable. En l’absence d’un appareil de mesure des
heures d’utilisation, le moteur bénéficie d’une garantie de 5 ans. Pour
un moteur d’une puissance inférieure à 19 kW, et pour les moteurs à
vitesse constante d’une puissance inférieure à 37 kW et d’une
vitesse nominale égale ou supérieure à 3 000 min-1, la période de
garantie est de 2 ans ou 1 500 heures de fonctionnement, la
première échéance dans le temps étant applicable. En l’absence
d’un appareil de mesure des heures d’utilisation, le moteur bénéficie
d’une garantie de 2 ans.

c. La garantie des pièces relatives aux émissions est interprétée comme


suit :
1. Toute pièce garantie dont le remplacement ne fait pas partie de
l’entretien requis dans les instructions écrites requises par la sous-
section (e) fera l’objet d’une période de garantie telle que définie à sa
sous-section (b) (2). Si une telle pièce tombe en panne ou casse
pendant la période couverte par la garantie, la pièce en question
sera réparée ou remplacée par Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
conformément à la sous-section (4) ci-dessous. Toute pièce réparée
ou remplacée dans le cadre de la garantie bénéficie de la période de
garantie restante.
2. Toute pièce garantie dont l’inspection est planifiée dans les
instructions requises par la sous-section (e) fera l’objet d’une période
de garantie telle que définie à la sous-section (b) (2). Toute
instruction figurant dans les dites instructions et ayant pour objet de
’réparer ou remplacer selon les besoins’ ne réduit en rien la période
de garantie. Toute pièce réparée ou remplacée dans le cadre de la
garantie bénéficie de la période de garantie restante.
3. Toute pièce garantie dont le remplacement fait partie de l’entretien
requis dans les instructions écrites requises par la sous-section (e)
fera l’objet d’une garantie durant jusqu’au premier remplacement
prévu de la pièce en question. Si une telle pièce tombe en panne ou
casse avant son premier remplacement prévu, la pièce en question
sera réparée ou remplacée par Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
conformément à la sous-section (4) ci-dessous. Toute pièce réparée
ou remplacée dans le cadre de la garantie bénéficie de la période de
garantie restant pour atteindre la date du premier remplacement de
la pièce en question.
4. La réparation ou le remplacement dans le cadre de ces garantie de
toute pièce couverte par la garantie sera effectué(e) sans frais pour
le propriétaire à un poste de garantie.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 7


CHAPITRE PRÉFACE

5. Sans préjudice de ce qui est dit à la sous-section (4) ci-dessus, les


services ou réparation dans le cadre de la garantie seront fournis
dans tous les centre de distribution Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
bénéficiant d’une franchise permettant la réparation des moteurs
concernés.
6. Le propriétaire ne devra rien payer pour les travaux de diagnostic
visant à déterminer qu’une pièce sous garantie est effectivement
défectueuse, étant entendu que lesdits travaux de diagnostic sont
effectués par un poste de garantie.
7. Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. sera responsable des dégâts à tout
autre composant du moteur causés immédiatement par la panne
sous garantie de toute pièce garantie.
8. Pendant toute la durée de la période de garantie définie à la sous-
section (b) (2), Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. met à disposition un
stock de pièces garanties suffisant pour répondre à la demande
prévisible de telles pièces.
9. Toute pièce de rechange peut être utilisée pour l’entretien ou les
réparations et doit être fournie gratuitement au propriétaire. Ladite
utilisation ne doit pas réduire les obligations de garantie de
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
10. Les accessoires ou pièces modifiées qui n’ont pas été approuvés par
Air Resources Board ne peuvent être utilisés. L’utilisation de tout
accessoire ou pièce modifiées non homologués peut être une raison
de refus de garantie. Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. ne fournit pas
la garantie normalement fournie sur des pièces, s’il s’avère que
lesdites pièces sont endommagées du fait de l’utilisation
d’accessoires ou de pièces modifiées non homologués.
11. L’instance Californienne Air Resources Board peut demander à de
fournir Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. tout document décrivant les
procédures et la police d’assurance fournie par
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

d. Liste des pièces sous garantie


1. Dispositif de dosage de carburant
A. Dispositif d’alimentation.
B. Système de retour d’information sur le rapport air/carburant et
système de régulation.
C. Système d’enrichissement pour démarrage à froid.
2. Système d’induction d’air
A. Système régulé d’admission d’air chaud.
B. Tubulure d’admission.
C. Ensemble du volet de réchauffeur.

8 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE DÉCLARATION DE GARANTIE, RÉGULATION DES ÉMISSIONS EN CALIFORNIE, VOS DROITS ET
OBLIGATIONS EN MATIÈRE DE GARANTIE

D. Systèmes de turbocompresseur/compresseur volumétrique


E. Système de refroidissement de l’air chargé
3. Système de recirculation des gaz d’échappement (EGR)
A. Corps de soupape EGR et entretoise de carburateur si applicable.
B. Système de retour d’information EGR et de régulation.
4. Système d’injection d’air
A. Pompe à air ou soupape à pulsation.
B. Clapets affectant la répartition.
C. Tubulure de distribution.
5. Catalyseur ou systèmes de réacteur thermique
A. Convertisseur catalytique
B. Réacteur thermique.
C. Tubulure d’échappement.
6. Régulation des particules
A. Pièges, filtres, dépoussiéreurs électrostatiques ou tout autre
dispositif visant à capter les émissions de particules.
B. Régénérateurs, comburants, dispositifs pour adjuvants au
carburant et tout autre dispositif utilisé pour régénérer ou participer à
la régénération du dispositif de régulation des particules.
C. Recouvrement et manifold du dispositif de régulation.
D. Limiteurs de dégagement de fumée
7. Régulation poussée de l’oxyde d’azote (NOx)
A. Absorbeurs de NOx.
B. Catalyseurs de NOx appauvri.
C. Réduction catalytique sélective.
D. Systèmes de stockage/distribution de réducteur (urée/carburant)
8. Système de recyclage des gaz de carter (RGC)
A. Soupape de RGC.
B. Bouchon de l’orifice de remplissage d’huile.
9. Divers éléments utilisés dans les systèmes ci-dessus
A. Clapets et connecteurs réagissant au vide, à la température et au
temps écoulé.
B. Unités de commande électroniques, capteurs, solénoïdes et
faisceaux électriques.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 9


CHAPITRE PRÉFACE

C. Flexibles, courroies, connecteurs, assemblages, fixations,


raccords, conduites, garnitures ou dispositifs d’étanchéité et matériel
de montage.
D. Poulies, courroies et galets tendeurs.
E. Étiquettes d’information sur la régulation des émissions.
F. Toute autre pièce ayant principalement pour objet la réduction des
émissions ou susceptibles d’augmenter les émissions en cas de
panne sans dégradation importante des performances du moteur.

e. Avec tout nouveau moteur, Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. fournira à


son propriétaire des instructions écrites pour son entretien et son
utilisation.
Garantie limitée :
Reportez-vous à "GARANTIE LIMITÉE".

Information importante
• Pour éliminer tout danger latent, des activités de prévention des
accidents doivent être méthodiquement planifiées et menées en
permanence en prenant en considération tous les aspects du
fonctionnement du moteur, de son entretien et de son inspection. Tout
le personnel concerné, y compris les décideurs et les chefs, doit
participer activement, admettre son rôle, s’organiser et organiser ses
tâches afin de garantir un environnement sans dangers.
• Le principal objectif de sécurité est d’éviter les accidents pouvant
entraîner des blessures, des décès ou des dégâts matériels.
• Respectez à tout moment les lois et réglementations du
gouvernement national ou local.
• Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. ne peut prévoir tous les dangers
potentiels du moteur, notamment ceux résultant d’une erreur humaine
ou causés par l’environnement spécifique dans lequel le moteur est
utilisé. Considérant que de nombreuses actions ne peuvent être
entreprises, ou ne doivent pas être entreprises, il est impossible de
couvrir toutes les mesures de précaution dans ce manuel ou sur les
autocollants d’avertissement. Il est donc extrêmement important de
suivre les indications dans ce manuel et de prendre les mesures de
sécurité générales lors de l’utilisation du moteur, de son entretien et
de son inspection.
• Si le moteur est utilisé par des personnes dont le français n’est pas la
langue maternelle, le client doit leur fournir des conseils en matière
de sécurité. N’oubliez pas de reprendre dans la langue de l’opérateur
les signes de sécurité, de précaution et d’utilisation qui décrivent les
autocollants d’avertissements originaux.

10 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE AVERTISSEMENTS

• Le moteur doit être utilisé, entretenu et inspecté par un personnel


qualifié uniquement et disposant de connaissances approfondies des
moteurs et de leurs dangers et ayant été formé à la prévention des
risques.
• Afin d’éviter tout accident, évitez toute intervention autre que celles
décrites dans ce manuel et n’utilisez pas le moteur pour un but autre
que le but prescrit.
• Lors du transfert de propriété du moteur, assurez-vous de fournir
également son manuel au nouveau propriétaire. Communiquez
également à Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. le nom et l’adresse du
nouveau propriétaire du moteur.
• Ce manuel est protégé par le droit d’auteur et tous les droits sont
réservés. Il est interdit de reproduire, photocopier, traduire, ou
reproduire ce manuel, illustrations et références techniques incluses,
sur un support électronique ou lisible par une machine sans l’accord
préalable de Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
• Le contenu de ce manuel peut changer à tout moment et sans
avertissement que le moteur a été amélioré.
• Les images ou illustrations du produit dans ce manuel peuvent
différer du moteur en votre possession. Veuillez noter que, selon les
spécifications, des éléments décrits dans ce manuel peuvent différer
du moteur en votre possession pour ce qui est de leur forme ou
peuvent ne pas être installés sur votre moteur.
• Veuillez contacter un revendeur de Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
pour toute question ou toute information complémentaire.
• Si vous avez perdu ou endommagé ce manuel, procurez-vous en une
nouvelle copie le plus rapidement possible auprès d’un
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
• Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. recommande au propriétaire du
moteur d’installer un horomètre sur ce dernier afin de gérer
correctement les intervalles d’entretien et de réaliser la maintenance
en temps opportun.

Avertissements
Les moyens ci-dessous sont utilisés pour attirer l’attention des
opérateurs et du personnel d’entretien sur les risques potentiels du
moteur.
• Avertissements dans le manuel
• Autocollants d’avertissement apposés sur le moteur

Avertissement Les messages d’avertissement dans ce manuel décrivent les dangers


messages potentiels lors de l’utilisation, de l’inspection ou de l’entretien du moteur
et classent le danger potentiel en cinq catégories.
Le non respect de ces indications peut aboutir à de graves accidents
entraînant des blessures corporelle ou la mort dans le pire des cas.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 11


CHAPITRE PRÉFACE

Assurez-vous de bien comprendre les instructions et manipulez les


moteurs conformément aux instructions suivantes.

ä Indique une situation présentant un danger immédiat qui, s’il


n’est pas évité, peut entraîner des lésions graves voire mortelles.

ä Indique une situation présentant un danger potentiel qui, s’il


n’est pas évité, peut entraîner des lésions graves voire mortelles.

s Indique une situation présentant un danger potentiel qui, s’il


n’est pas évité, peut entraîner des lésions modérées voire
mineures.

ä Indique une situation présentant un danger potentiel qui, s’il


n’est pas évité, peut entraîner des dégâts matériels.

n Indique des informations importantes ou utiles pour l’utilisation du


moteur.

Unités de mesure
Les mesures se basent sur le système international d’unités et sont
converties dans le système métrique en utilisant les taux de conversion
suivants.
• Pression : 1 MPa = 10.197 kgf/cm2
• Couple de serrage : 1 N·m = 0.10197 kgf·m
• Force : 1 N = 0,10197 kgf
• Cheval vapeur : 1 kW = 1,341 HP (CV) = 1,3596 PS
• Mètre de mercure :1 kPa = 0,75 cm Hg
• Mètre d’eau : 1 kPa = 10.197 cm H2O (cm Aq)
• Vitesse du moteur : 1 min-1 = 1 rpm
• Viscosité cinétique : 1 mm2/s = 1 cSt

Abréviations, normes et autres


• API = American Petroleum Institute
• ASTM = American Society for Testing and Materials
• ISO = International Organization for Standardization
• JIS = Japanese Industrial Standards (normes industrielles
japonaises)
• LLC = Long Life Coolant (liquide de refroidissement longue durée)
• MIL = Military Specifications and Standards (Normes et
caractéristiques techniques militaires)

12 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE ABRÉVIATIONS, NORMES ET AUTRES

• MSDS = FSDS (fiche technique de santé et de sécurité)


• SAE = Society of Automotive Engineers

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 13


CHAPITRE PRÉFACE

14 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE

Table des matières

Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
Garantie limitée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
Garantie relative aux émissions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
Déclaration de garantie, régulation des émissions en
Californie, vos droits et obligations en matière de garantie . . . . . . 5
Information importante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
Avertissements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Unités de mesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Abréviations, normes et autres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

Table des matières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

1 Mesures élémentaires de sécurité . . . . . . . . . . . . . . 21


1.1 Incendie et explosions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
1.1.1 Interdiction d’utiliser une flamme nue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
1.1.2 La zone autour du moteur doit être propre et ordonnée . . . . . . . . . . 21
1.1.3 Faites attention à tout fuite de carburant, huile ou gaz
d’échappement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
1.1.4 Utilisez un éclairage qui ne risque pas d’entraîner d’explosion . . . . 22
1.1.5 Évitez tout court-circuit des fils électriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1.1.6 Conservez des extincteurs et des kits de premiers soins
à proximité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1.2 Éloignez-vous de toute pièce mobile ou en rotation . . . . 22
1.2.1 Installez des capots de protection autour des parties rotatives . . . . 23
1.2.2 Assurez-vous que la zone de travail est sans danger . . . . . . . . . . . 23
1.2.3 Éloignez-vous de toute partie mobile lorsque le moteur fonctionne . 23
1.2.4 Verrouillage et étiquetage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
1.2.5 Maintenez le moteur à l’arrêt pendant l’entretien . . . . . . . . . . . . . . . 24
1.2.6 Remettez toujours les clés à leur place après intervention . . . . . . . . 24
1.2.7 Il est interdit de modifier les réglages de vitesse du moteur . . . . . . . 24
1.3 Risque d’intoxication par gaz d’échappement . . . . . . . . 24
1.3.1 Utilisez le moteur dans un local bien aéré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 15


CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES

1.4 Attention aux chutes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25


1.4.1 Soulevez le moteur avec soin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
1.4.2 Ne montez pas sur le moteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
1.4.3 Utilisez toujours un échafaudage stable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
1.5 Protégez vos oreilles du bruit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26
1.5.1 Portez des protections auditives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
1.6 Attention aux brûlures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26
1.6.1 Évitez de toucher le moteur pendant ou immédiatement
après son fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
1.6.2 N’enlevez pas le bouchon de remplissage du radiateur
lorsque le moteur est chaud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
1.6.3 Ne touchez pas le carburant des injecteurs à haute pression . . . . . 27
1.6.4 Ajoutez du liquide de refroidissement uniquement lorsque
sa température a assez diminué . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
1.7 Faites attention lorsque vous manipulez du
carburant, de l’huile pour moteur ou du liquide
de refroidissement longue durée . . . . . . . . . . . . . . . . . .27
1.7.1 Utilisez uniquement le carburant, l’huile pour moteur
et le liquide de refroidissement longue durée (LLC) spécifiés . . . . . 27
1.7.2 Manipulez le liquide de refroidissement longue durée
avec précaution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
1.7.3 Élimination adéquate des déchets d’huile, liquide de
refroidissement longue durée ou non . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
1.8 Lorsque des irrégularités se produisent . . . . . . . . . . . . .28
1.8.1 N’ajoutez pas de liquide de refroidissement immédiatement
après un arrêt causé par une surchauffe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
1.8.2 Lors d’un arrêt anormal, évitez de redémarrer immédiatement . . . . 29
1.8.3 Évitez de faire fonctionner le moteur avec une faible
pression d’huile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
1.8.4 Arrêtez le moteur immédiatement en cas de rupture de la courroie 29
1.9 Entretien de la batterie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29
1.9.1 Manipulez la batterie correctement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
1.10 Autres précautions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30
1.10.1 Ne modifiez jamais le moteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
1.10.2 Respectez les règles de sécurité sur le chantier . . . . . . . . . . . . . . . 30
1.10.3 Vêtements de travail et matériel protecteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
1.10.4 Laissez les scellés intacts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
1.10.5 Procédez à toutes les inspections préalables au
fonctionnement, ainsi que les inspections périodiques indiquées . . 31
1.10.6 Rodage du moteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
1.10.7 Faites chauffer le moteur avant utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
1.10.8 Ne faites jamais fonctionner le moteur en surrégime . . . . . . . . . . . . 32
1.10.9 Faites refroidir le moteur avant de l’arrêter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
1.10.10 Protégez le moteur contre toute pénétration d’eau . . . . . . . . . . . . . 32
1.10.11 Nettoyez correctement le filtre à air et le dépoussiéreur primaire . . 33
1.10.12 Utilisez les outils les mieux adaptés à chaque tâche . . . . . . . . . . . . 33
1.10.13 Évitez une utilisation prolongée du démarreur . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
1.10.14 Ne coupez pas la batterie pendant le fonctionnement . . . . . . . . . . . 33
1.10.15 Précautions à prendre pour le transport du moteur . . . . . . . . . . . . . 33

16 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE

2 Nom des pièces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35


2.1 Diagrammes externes du moteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
2.1.1 S3L, S3L2 vue de gauche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
2.1.2 S3L, S3L2 vue de droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2.1.3 S4L, S4L2 vue de gauche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
2.1.4 S4L, S4L2 vue de droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
2.1.5 S4L2-T vue de gauche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
2.1.6 S4L2-T vue de droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
2.2 Équipement et instruments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
2.2.1 Interrupteur de démarreur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
2.2.2 Indicateur de préchauffage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.2.3 Thermomètre de l’eau et capteur thermique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.2.4 Ampèremètre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
2.2.5 Horomètre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
2.2.6 Solénoïde d’arrêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
2.3 Dispositifs de protection du moteur . . . . . . . . . . . . . . . . 44
2.3.1 Manocontacteur de pression d’huile du moteur . . . . . . . . . . . . . . . . 45
2.3.2 Thermocontact . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
2.3.3 Indicateur de filtre à air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

3 Fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3.1 Préparations au fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3.1.1 Extérieur du moteur - Inspection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3.1.2 Niveau d’électrolyte dans la batterie - Inspection . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.1.3 Niveau de carburant et d’huile - Vérification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3.1.4 Niveau d’huile du moteur - Vérification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
3.1.5 Niveau liquide de refroidissement - Vérification . . . . . . . . . . . . . . . . 51
3.2 Démarrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
3.2.1 Bougie de départ automatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
3.2.2 Bougie de départ manuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
3.3 Réchauffement du moteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
3.3.1 Vérification de la pression de l’huile pour moteur . . . . . . . . . . . . . . . 54
3.3.2 Inspection externe pendant le réchauffement . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
3.4 Fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
3.4.1 Précautions lors du fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
3.4.2 Inspection pendant le fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
3.5 Arrêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
3.5.1 Inspection après un arrêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

4 Carburant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
4.1 Carburant recommandé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
4.2 Manutention du carburant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 17


CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES

5 Huile pour moteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61


5.1 Huile pour moteur recommandée . . . . . . . . . . . . . . . . . .61
5.2 Sélection de la viscosité d’une huile . . . . . . . . . . . . . . . .61
5.3 Manipulation d’huile pour moteur . . . . . . . . . . . . . . . . . .62
5.4 L’huile pour moteur doit présenter les performances
suivantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63
5.5 Processus de dégradation de l’huile pour moteur . . . . .63
5.6 Définition des propriétés d’une huile pour moteur . . . . .64
5.6.1 Viscosité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
5.6.2 Indice de basicité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
5.6.3 Indice d’acidité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
5.6.4 Teneur en eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
5.6.5 Point d’éclair . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
5.6.6 Particules insolubles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
5.7 Limite d’utilisation de l’huile pour moteur . . . . . . . . . . . .65

6 Liquide de refroidissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
6.1 Eau recommandée comme liquide de refroidissement . .67
6.2 Liquide de refroidissement longue durée (LLC) . . . . . . .68
6.3 Véritable liquide de refroidissement longue durée . . . . .68
6.4 Autres marques de LLCs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68
6.5 Normes pour les autres marques de LLC . . . . . . . . . . . .69
6.5.1 Exigences générales par rapport au LLC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
6.5.2 Caractéristique LLC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
6.6 Entretien du liquide de refroidissement longue durée . .72
6.6.1 Intervalles de renouvellement du LLC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
6.6.2 Concentration de LLC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
6.7 Importance du liquide de refroidissement longue durée .73
6.8 Caractéristiques des additifs du LLC et
remarques importantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .74
6.9 Exemples d’anomalies causées par du liquide
de refroidissement longue durée (type amine) . . . . . . . .74
6.9.1 Usure par arrachement de particules de fer . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
6.9.2 Corrosion des pièces en aluminium . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
6.9.3 Piqûre et obstruction du radiateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75

7 Programme d’entretien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
7.1 Comment utiliser le programme d’entretien . . . . . . . . . .77
7.2 Programme d’entretien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77

18 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE

8 Procédures d’inspection périodique et d’entretien 79


8.1 Moteur de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
8.1.1 Courroie et sa tension - Inspection et réglage . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
8.2 Système d’alimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
8.2.1 Réservoir de carburant - Drainage de l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
8.2.2 Filtre de la pompe électrique à carburant - Inspection et nettoyage . 81
8.2.3 Système d’alimentation - Purge d’air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
8.2.4 Séparateur d’eau - Purge de l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
8.2.5 Filtre à carburant (type à cartouche) - Remplacement . . . . . . . . . . . 85
8.2.6 Élément de filtre à carburant (type à robinet
d’orientation) - Remplacement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
8.2.7 Filtre de la pompe électrique à carburant - Remplacement . . . . . . . 87
8.3 Système de graissage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
8.3.1 Huile pour moteur et filtre à huile - Remplacement . . . . . . . . . . . . . . 88
8.4 Système de refroidissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
8.4.1 Liquide de refroidissement - Remplacement . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
8.4.2 Ailettes de radiateur - Vérification et nettoyage . . . . . . . . . . . . . . . . 95
8.5 Systèmes d’admission et d’évacuation . . . . . . . . . . . . . . 96
8.5.1 Filtre à air - Vérification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
8.5.2 Turbocompresseur - Inspection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
8.5.3 Dépoussiéreur primaire - Nettoyage, inspection et remplacement . . 97
8.5.4 Élément de filtre à air - Nettoyage, vérification et remplacement . . . 98
8.6 Système électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
8.6.1 Batterie - inspection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
8.6.2 Niveau d’électrolyte dans la batterie - Inspection . . . . . . . . . . . . . . 100
8.6.3 Densité de l’électrolyte de la batterie - Vérification . . . . . . . . . . . . . 101
8.6.4 Démarreur - Inspection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
8.6.5 Alternateur - Inspection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102

9 Entreposage à long terme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103


9.1 Entreposage à long terme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
9.2 Entreposage du moteur dans un état
non-directement utilisable pendant 3 mois ou plus . . . 103
9.2.1 Préparation au stockage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
9.2.2 Entretien pendant l’entreposage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
9.2.3 Utilisation du moteur après une période d’entreposage . . . . . . . . . 104
9.3 Entreposage du moteur dans un état directement
utilisable pendant au moins 3 mois . . . . . . . . . . . . . . . 105
9.3.1 Mise en marche du moteur pour son entretien . . . . . . . . . . . . . . . . 105

10 Transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
10.1 Levage du moteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 19


CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES

11 Dépannage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
11.1 Mesures de précaution générales . . . . . . . . . . . . . . . .109
11.1.1 Contactez votre revendeur Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
pour tout service de réparation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
11.1.2 Considérations avant toute intervention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
11.1.3 Précautions à prendre par rapport aux salissures . . . . . . . . . . . . . 109
11.1.4 Précautions relatives à la manipulation des pièces . . . . . . . . . . . . 109
11.1.5 Sécurité lors de l’intervention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
11.2 Dépannage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
11.2.1 Le démarreur ne démarre pas ou démarre lentement,
entraînant une panne de démarrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110
11.2.2 Le démarreur s’active, mais le moteur ne démarre pas . . . . . . . . . .111
11.2.3 Baisse d’efficacité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112
11.2.4 Gaz d’échappement blanc ou bleu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113
11.2.5 Gaz d’échappement noir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114
11.2.6 Consommation de carburant élevée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115
11.2.7 Consommation d’huile pour moteur élevée . . . . . . . . . . . . . . . . . . .116
11.2.8 Surchauffe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .116
11.2.9 Pression de l’huile pour moteur faible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .117
11.3 En cas de panne d’essence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

12 Caractéristiques principales . . . . . . . . . . . . . . . . . .119


12.1 Caractéristiques principales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119

20 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


1 Mesures élémentaires de
sécurité

1.1 Incendie et explosions

ä Avertissements

1.1.1 Interdiction d’utiliser une flamme nue

Évitez la présence de flammes nues à proximité du moteur (et dans son


local). Des vapeurs de carburant ou tout autre gaz peuvent prendre feu
et provoquer des situations dangereuses.
Essuyez immédiatement et consciencieusement tout carburant, huile ou
liquide de refroidissement longue durée. Ces produits peuvent
s’enflammer et causer un incendie.
Conservez le carburant et l’huile pour moteur dans un lieu bien ventilé.
Assurez-vous que les bouchons des bidons de carburant ou d’huile pour
moteur sont fermés hermétiquement.
1.1.2 La zone autour du moteur doit être propre et ordonnée
Ne laissez pas de matériaux inflammables ou explosifs tels que du
carburant, de l’huile pour moteur ou du liquide de refroidissement longue
durée à proximité du moteur. De telles substances peuvent entraîner un
incendie ou une explosion.
Éliminez soigneusement toute poussière, saleté ou tout autre matière
étrangère accumulée sur le moteur et les éléments environnants. Ces
matières peuvent causer une surchauffe du moteur et entraîner un
incendie. Nettoyez tout particulièrement et avec soin la partie supérieure
de la batterie. La poussière peut être à l’origine d’un court-circuit.
1.1.3 Faites attention à tout fuite de carburant, huile ou gaz
d’échappement
Si vous constatez une fuite de carburant, d’huile ou de gaz
d’échappement, prenez immédiatement les mesures qui s’imposent pour
y remédier.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 21


CHAPITRE 1 MESURES ÉLÉMENTAIRES DE SÉCURITÉ

Si vous ne remédiez pas immédiatement à de tels fuites, le carburant ou


l’huile pour moteur peut atteindre des surfaces chaudes du moteur, les
gaz d’échappements chauds peuvent entrer en contact avec des
matériaux inflammables, entraînant des blessures corporelles et/ou des
dégâts matériels.
1.1.4 Utilisez un éclairage qui ne risque pas d’entraîner d’explosion
Lors de toute inspection du carburant, de l’huile pour moteur, du liquide
de refroidissement, de l’électrolyte de la batterie, utilisez un éclairage ne
risquant pas d’entraîner d’explosion. Un éclairage ordinaire peut
enflammer le gaz et entraîner son explosion.
1.1.5 Évitez tout court-circuit des fils électriques
Évitez d’inspecter ou de réparer le système électrique alors que le
conducteur de terre est branché à la batterie. Sinon un court-circuit peut
causer un incendie. Assurez-vous de débrancher le câble de la batterie
de la borne négative (-) avant d’entreprendre tous travaux.
Une borne mal branchée ou un câble/fil endommagé peuvent entraîner
un court-circuit et donc un incendie.
Avant de commencer la procédure d’entretien, inspectez les bornes, les
câbles et les fils électriques et réparez ou remplacez tout élément
défectueux.
1.1.6 Conservez des extincteurs et des kits de premiers soins
à proximité

Gardez des extincteurs à portée de main et assurez-vous que vous


savez vous en servir. Conservez un kit de premiers soins en un lieu
prévu à cet effet, ce dernier devant être pour tous et à tout moment
aisément accessible.
Établissez des procédures à suivre en cas d’incendie ou d’accident.
Déterminez un chemin d’évacuation et des points de rassemblement
ainsi que des moyens de communication en cas d’urgence.

1.2 Éloignez-vous de toute pièce mobile ou en rotation

ä Avertissements

22 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 1 ÉLOIGNEZ-VOUS DE TOUTE PIÈCE MOBILE OU EN ROTATION

1.2.1 Installez des capots de protection autour des parties rotatives

Assurez-vous que les capots de protection du moteur sont correctement


installés.
Réparez tout capot endommagé ou détaché. Ne retirez jamais les
capots de l’amortisseur, de l’arbre à came ou du culbuteur qui protègent
les parties rotatives pendant leur fonctionnement.
Lorsque le moteur entraîne un autre dispositif, assurez-vous de mettre
un capot de protection sur les pièces de connexion qui sont exposées,
par exemple sur les courroies d’entraînement et les accouplements.
Ne retirez jamais les capots de protection.
1.2.2 Assurez-vous que la zone de travail est sans danger
Avant de lancer le moteur, assurez-vous que rien ni personne ne se
trouve sur le moteur ni à proximité de ce dernier. Avertissez oralement
toute personne à proximité immédiate lorsque vous démarrez le moteur.
Abstenez-vous d’utiliser le moteur lorsqu’un signe placé sur le dispositif
de démarrage interdit de mettre le moteur en marche.
1.2.3 Éloignez-vous de toute partie mobile lorsque le moteur
fonctionne

Ne vous approchez pas des parties rotatives ou coulissantes du moteur


lorsque ce dernier est en fonctionnement. Éloignez des pièces en
rotation tout objet susceptible d’être happé par ces dernières.
De graves blessures corporelles peuvent être causées par un vêtement
ou une tenue happée par une pièce en rotation.
1.2.4 Verrouillage et étiquetage
Assurez-vous de procéder au verrouillage et à l’étiquetage avant toute
inspection ou entretien.
Le verrouillage et l’étiquetage sont des méthodes efficaces pour isoler
les machines et installations des sources d’énergie.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 23


CHAPITRE 1 MESURES ÉLÉMENTAIRES DE SÉCURITÉ

Pour procéder au verrouillage et à l’étiquetage, retirez la clé du


commutateur, mettez ce dernier sur OFF et apposez une pancarte
d’avertissement avec le message "Ne pas mettre en marche", ou un
message similaire, sur le commutateur.
La personne qui effectue l’inspection ou l’entretien doit conserver la clé
de démarrage pendant toute la durée des travaux.
1.2.5 Maintenez le moteur à l’arrêt pendant l’entretien
Assurez-vous que le moteur est à l’arrêt avant d’entamer la procédure
d’inspection et d’entretien. Ne tentez jamais de faire des réglages sur le
moteur lorsque ce dernier est en fonctionnement.
Des pièces rotatives telles qu’une courroie peuvent happer des
membres et causer de graves blessures.
1.2.6 Remettez toujours les clés à leur place après intervention
À la fin de votre inspection ou entretien, assurez-vous de n’avoir laissé
aucune clé. Pensez également à remettre le vireur en mode de
fonctionnement avant de démarrer le moteur.
Le fait de démarrer le moteur alors qu’il reste des clés dans le moteur ou
lorsque le vireur est embrayé peut, non seulement, abîmer le moteur
mais aussi causer des blessures corporelles.
1.2.7 Il est interdit de modifier les réglages de vitesse du moteur
Ne changez jamais le réglage de vitesse du moteur. Toute modification
du réglage peut entraîner un fonctionnement du moteur à une vitesse
excessive et des accidents.

1.3 Risque d’intoxication par gaz d’échappement

ä Avertissements

1.3.1 Utilisez le moteur dans un local bien aéré

Si le moteur est installé dans un local confiné, et si vous évacuez les gaz
de combustion vers l’extérieur, assurez-vous que les joints des conduits
d’échappement ne présentent aucune fuite de gaz.
Lorsque vous utilisez le moteur en tant que générateur portatif, évitez de
l’utiliser dans un local tel qu’un entrepôt ou un tunnel ou dans un lieu mal
ventilé. Lorsque vous ne pouvez faire autrement que de l’utiliser à
l’intérieur, évacuez les gaz d’échappement vers l’extérieur et ventilez
bien le local.

24 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 1 ATTENTION AUX CHUTES

Assurez-vous que les gaz d’échappement ne sont pas évacués


directement vers les bâtiments environnants et qu’ils ne risquent pas
d’incommoder les plantes et toute vie à l’extérieur.
Le gaz d’échappement du moteur contient du monoxyde de carbone et
d’autres substances nocives. Le gaz risque de vous empoisonner si
vous utilisez le moteur dans un local mal aéré.

1.4 Attention aux chutes

ä Avertissements

1.4.1 Soulevez le moteur avec soin

Pour soulever le moteur, utilisez des élingues capables de supporter le


poids du moteur.
Fixez les câbles métalliques aux œillets prévus sur le moteur à l’aide
d’une élingue adéquate.
Pendant le levage, prenez le centre de gravité du moteur en
considération pour qu’il ne perde pas son équilibre.
Assurez-vous que l’angle formé par les élingues et les œillets de levage
ne dépasse pas 60°. Si l’angle dépasse cette limite, les œillets soumis à
une charge excessive risquent d’être endommagés et de causer un
accident grave.
Si le câble métallique entre en contact avec la machine, introduisez un
chiffon ou tout autre rembourrage entre les deux pour éviter d’abîmer le
moteur et le câble.
1.4.2 Ne montez pas sur le moteur
Ne montez pas sur le moteur et évitez de marcher sur ses parties
latérales.
Pour accéder à la section supérieure du moteur, utilisez une échelle ou
un tabouret dans une position stable.
En marchant sur la machine, vous risquez non seulement
d’endommager des pièces de cette dernière, mais vous pouvez aussi en
tomber et sérieusement vous blesser.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 25


CHAPITRE 1 MESURES ÉLÉMENTAIRES DE SÉCURITÉ

1.4.3 Utilisez toujours un échafaudage stable

Utilisez une plateforme de travail stable lorsque vous travaillez sur la


partie supérieure du moteur ou des parties difficiles d’accès. Vous
risquez de vous blesser en montant sur un vieux tabouret ou sur une
caisse de pièces.
Évitez d’encombrer une plateforme de travail avec des objets inutiles.

1.5 Protégez vos oreilles du bruit

s Précautions

1.5.1 Portez des protections auditives

Portez toujours des protections auditives lorsque vous pénétrez dans le


local du moteur (salle des machines). Le bruit de la combustion et du
moteur en fonctionnement peut entraîner des troubles de l’ouïe.

1.6 Attention aux brûlures

s Précautions

1.6.1 Évitez de toucher le moteur pendant ou immédiatement


après son fonctionnement

Pour éviter toute brûlure, ne touchez pas le moteur pendant ou


immédiatement après son fonctionnement.
Un moteur chaud peut causer des brûlures.
Avant de procéder à des travaux d’entretien et d’inspection, assurez-
vous que le moteur ait assez refroidi en consultant le thermomètre.

26 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 1 FAITES ATTENTION LORSQUE VOUS MANIPULEZ DU CARBURANT, DE L’HUILE POUR MOTEUR
OU DU LIQUIDE DE REFROIDISSEMENT LONGUE DURÉE

1.6.2 N’enlevez pas le bouchon de remplissage du radiateur


lorsque le moteur est chaud
N’enlevez jamais le bouchon de remplissage du radiateur pendant ou
immédiatement après le fonctionnement du moteur. Avant d’enlevez le
bouchon de remplissage, arrêtez le moteur et attendez que le liquide de
refroidissement refroidisse suffisamment.
Lorsque vous enlevez le bouchon de remplissage, procédez lentement
pour permettre à la pression dans le réservoir de s’échapper. Portez des
gants en caoutchouc ou saisissez le bouchon avec un chiffon afin
d’éviter de vous faire brûler par la vapeur.
Lorsque vous remettez le bouchon en place, assurez-vous de le revisser
fermement.
Le liquide de refroidissement est chaud pendant le fonctionnement du
moteur et immédiatement après son arrêt. Si vous ouvrez le bouchon
alors que le liquide de refroidissement est chaud (température de
fonctionnement), du liquide brûlant peut s’échapper et vous brûler.
1.6.3 Ne touchez pas le carburant des injecteurs à haute pression
Ne touchez pas du carburant qui goutte ou s’échappe éventuellement
des injecteurs sous pression.
Le carburant est soumis à une pression élevée dans les injecteurs. S’il
entre en contact avec votre peau, il peut la pénétrer profondément et
causer la gangrène.
1.6.4 Ajoutez du liquide de refroidissement uniquement lorsque
sa température a assez diminué
Rajoutez du liquide de refroidissement après que ce dernier ait refroidi et
non dès que le moteur s’arrête. Sinon le liquide de refroidissement
risque de vous brûler.

1.7 Faites attention lorsque vous manipulez du


carburant, de l’huile pour moteur ou du liquide
de refroidissement longue durée

s Précautions

1.7.1 Utilisez uniquement le carburant, l’huile pour moteur


et le liquide de refroidissement longue durée (LLC) spécifiés
Utilisez le carburant, l’huile et le liquide de refroidissement longue durée
spécifiés dans ce manuel, et manipulez ces produits avec précaution.
L’utilisation de tout autre carburant, huile ou liquide de refroidissement,
ainsi qu’une mauvaise manipulation de ces produits, peut causer divers
problèmes et disfonctionnements du moteur.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 27


CHAPITRE 1 MESURES ÉLÉMENTAIRES DE SÉCURITÉ

Procurez-vous les fiches techniques de santé et de sécurité des produits


concernés auprès de leurs fabricants et appliquez les instructions de
manutention adéquates qui y figurent.
1.7.2 Manipulez le liquide de refroidissement longue durée
avec précaution
Lorsque vous manipulez du liquide de refroidissement longue durée,
portez toujours des gants en caoutchouc et un masque de protection. Si
du liquide de refroidissement longue durée, ou de l’eau en contenant,
entre en contact avec votre peau ou vos yeux, ou si vous avalez ces
produits, vous souffrirez d’inflammation, d’irritation ou
d’empoisonnement.
Si vous avalez accidentellement du liquide de refroidissement longue
durée, vomissez immédiatement et consultez un médecin. Si du liquide
de refroidissement longue durée pénètre dans vos yeux, rincez-les
immédiatement à grande eau et consultez un médecin. Si du liquide de
refroidissement longue durée éclabousse votre peau ou vos vêtements,
lavez-les immédiatement à grande eau.
Évitez tout contact entre une flamme et du liquide de refroidissement
longue durée. Ce dernier peut s’enflammer et entraîner un incendie. Le
liquide de refroidissement usagé récupéré du moteur est toxique. Ne le
jetez jamais dans les égouts. Jetez le liquide de refroidissement usagé
conformément aux lois et prescriptions applicables en la matière.
1.7.3 Élimination adéquate des déchets d’huile, liquide de
refroidissement longue durée ou non
Ne jetez pas l’huile pour moteur, le liquide de refroidissement (longue
durée) dans les égouts, une rivière, un lac ou tout autre lieu similaire.
Une telle manière de procéder est strictement défendue par la loi et la
réglementation.
Éliminez tout déchet d’huile, de liquide de refroidissement, longue durée
ou non, et tout autre déchet dangereux conformément aux lois et
réglementations applicables en la matière.

1.8 Lorsque des irrégularités se produisent

s Précautions

1.8.1 N’ajoutez pas de liquide de refroidissement immédiatement


après un arrêt causé par une surchauffe
Si le moteur s’arrête soudainement, ou si vous devez l’arrêter
soudainement à cause d’une surchauffe, attendez avant d’ajouter du
liquide de refroidissement.

28 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 1 ENTRETIEN DE LA BATTERIE

En ajoutant de l’eau alors que le moteur est encore chaud, vous risquez
d’endommager des pièces telles que les culasses sous l’effet d’un
refroidissement soudain. Ajoutez du liquide de refroidissement
graduellement lorsque le moteur a entièrement refroidi.
1.8.2 Lors d’un arrêt anormal, évitez de redémarrer immédiatement
Si le moteur s’arrête inopinément, ne le faites pas redémarrer
immédiatement. Si le moteur s’arrête avec enclenchement d’une alarme,
trouvez et résolvez la cause du problème avant de redémarrer. Si vous
persistez à faire fonctionner le moteur sans résoudre les problèmes
indiqués, vous vous exposez à de plus gros problèmes.
1.8.3 Évitez de faire fonctionner le moteur avec une faible
pression d’huile
Si le moteur indique une pression d’huile anormalement basse, arrêtez-
le immédiatement et inspectez le système de lubrification pour trouver la
cause du problème. Les paliers et d’autres pièces risquent de se gripper
si vous continuez à utilisez le moteur avec une faible pression d’huile.
1.8.4 Arrêtez le moteur immédiatement en cas de rupture de la
courroie
Arrêtez le moteur immédiatement en cas de rupture de la courroie Un
fonctionnement prolongé du moteur alors que la courroie est cassé peut
entraîner une surchauffe du moteur, l’entrée en ébullition du liquide de
refroidissement qui passe alors à l’état gazeux, s’échappant du réservoir
ou du radiateur, au risque de de vous brûler.

1.9 Entretien de la batterie

s Précautions

1.9.1 Manipulez la batterie correctement

• N’utilisez jamais de flamme et évitez que des étincelles se produisent


à proximité de la batterie. La batterie produit de l’hydrogène et de
l’oxygène qui sont des gaz inflammables. Toute flamme ou étincelle à
proximité peut entraîner une explosion.
• N’utilisez pas de batterie dont le niveau de d’électrolyte est inférieur à
la limite indiquée par la ligne "LOWER LEVEL" (niveau minimum).
Une utilisation prolongée de la batterie peut entraîner une explosion.
• Évitez de court-circuiter les bornes de la batterie avec un outil ou tout
objet en métal.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 29


CHAPITRE 1 MESURES ÉLÉMENTAIRES DE SÉCURITÉ

• Lorsque vous enlevez la batterie, commencez toujours par


débrancher le câble de la borne négative (-). Lorsque vous branchez
la batterie, commencez toujours par le câble de la borne positive (+).
• Débranchez la batterie puis chargez-la dans un local bien aéré.
• Assurez-vous que les pinces de serrage des câbles sont solidement
fixées sur les bornes de la batterie. Une pince mal fixée peut
entraîner des étincelles et donc une explosion.
• Avant de procéder à l’entretien de composants électriques ou à une
soudure électrique, mettez l’interrupteur de la batterie en position
"Open/ OFF" ou débranchez la fiche de la borne négative (-) de la
batterie afin de couper le courant.
• L’électrolyte contient une solution d’acide sulfurique. Toute négligence
de manipulation de la batterie peut entraîner des brûlures cutanées
et/ou la perte de la vue. Évitez également d’ingérer l’électrolyte.
• Portez des lunettes de protection et des gants en caoutchouc lorsque
vous manipulez la batterie (ajout d’eau, chargement, etc.)
• Si de l’électrolyte se renverse de la batterie sur votre peau ou votre
vêtement, rincez-le immédiatement à grande eau. Utilisez du savon
pour parfaire le nettoyage.
• Toute éclaboussure d’électrolyte dans les yeux peut entraîner la
cécité. Si ce liquide pénètre dans vos yeux, rincez-les immédiatement
à grande eau et consultez immédiatement un médecin.
• Si vous ingérez accidentellement de l’électrolyte, gargarisez-vous à
grande eau, buvez une grande quantité d’eau et consultez
immédiatement un médecin.

1.10 Autres précautions

s Précautions

1.10.1 Ne modifiez jamais le moteur


Toute modification non autorisée du moteur annule la garantie dont il
bénéficie.
Une modification du moteur peut non seulement endommager ce dernier
mais également vous blesser sérieusement. Si vous devez apporter des
modifications au moteur, contactez un revendeur de
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
1.10.2 Respectez les règles de sécurité sur le chantier
Respectez les règles de sécurité établies dans votre atelier en matière
d’utilisation et d’entretien de moteur.
N’utilisez pas le moteur si vous ne vous sentez pas bien. Informez votre
chef de votre état. Vous risquez de faire des erreurs de manipulation
pouvant déboucher sur des accidents si vous n’êtes pas en possession
de tous vos moyens.

30 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 1 AUTRES PRÉCAUTIONS

Lorsque vous travaillez par équipes de deux ou plus, convenez de


signaux des mains pour communiquer entre vous.
1.10.3 Vêtements de travail et matériel protecteur
Portez un casque, un écran facial, des chaussures de sécurité, un
masque anti-poussière, des gants ou tout autre moyen de protection
requis par la situation. Lorsque vous manipulez de l’air comprimé portez
des lunettes de sécurité, un casque de sécurité, des gants et tout autre
moyen de protection requis.
Vous pouvez gravement vous blesser si vous travaillez sans ces moyens
de protection.
1.10.4 Laissez les scellés intacts
Pour garantir un fonctionnement adéquat du moteur, la tige de régulation
du carburant a été scellée. Il est ainsi impossible de modifier
accidentellement les réglages du volume d’injection ou de la vitesse de
rotation. L’utilisation du moteur en l’absence de ces sceaux peut
entraîner les problèmes décrits ci-dessous et annule la garantie.
• Usure rapide des pièces coulissantes et rotatives
• Endommagement du moteur, notamment grippage de pièces du
moteur.
• Augmentation considérable de la consommation de carburant et
d’huile lubrifiante
• Une dégradation des performances du moteur causée par un
déséquilibre entre le volume d’injection de carburant et le
fonctionnement du régulateur ou un fonctionnement du moteur en
roue libre pouvant déboucher sur un accident grave
1.10.5 Procédez à toutes les inspections préalables au
fonctionnement, ainsi que les inspections périodiques
indiquées
Menez les inspections avant fonctionnement et les inspections
périodiques comme décrit dans ce manuel.
Si vous ne procédez pas aux inspections indiquées, vous risquez divers
problèmes avec le moteur, des pièces endommagées et de graves
accidents.
1.10.6 Rodage du moteur
Pour roder les nouveaux moteurs ou les moteurs remis en état, faites
fonctionner le moteur à une vitesse inférieure à la vitesse spécifiée et à
un régime plus léger pendant les 50 premières heures de
fonctionnement.
Le fonctionnement d’un moteur nouveau ou remis en état dans des
conditions difficiles pendant la période de rodage réduit sa durée de vie.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 31


CHAPITRE 1 MESURES ÉLÉMENTAIRES DE SÉCURITÉ

1.10.7 Faites chauffer le moteur avant utilisation


Après avoir allumé le moteur, faites-le tourner au ralenti pendant 5 à
10 minutes pour le réchauffer. Mettez-le en service lorsque cette étape
est terminée. Le réchauffement du moteur permet de faire circuler le
lubrifiant dans tout le moteur. Ainsi, toutes les pièces sont bien lubrifiées
avant d’être soumises à un régime lourd.
Le réchauffement du moteur préalable à son fonctionnement permet de
bien le lubrifier, prolonge sa durée de vie et un fonctionnement
économique.
Ne prolongez pas trop longtemps la période de réchauffement du
moteur. Cela génère de la calamine dans les cylindres et cause donc
une combustion incomplète.
1.10.8 Ne faites jamais fonctionner le moteur en surrégime
Si le moteur semble être en surrégime (par exemple les gaz
d’échappement sont noirs), réduisez immédiatement le régime pour faire
fonctionner le moteur à un régime et à une puissance appropriées. Un
fonctionnement en surrégime entraîne non seulement une
surconsommation de carburant, mais également un excès de calamine
dans le moteur. La calamine entraîne divers problèmes et réduit la durée
de vie du moteur.
1.10.9 Faites refroidir le moteur avant de l’arrêter
Avant de couper le moteur, faites le tourner au ralenti pendant 5 à 6 mn
pour qu’il refroidisse.
Si vous coupez le moteur immédiatement après un fonctionnement à
régime élevé, le réchauffement des pièces du moteur réduit la durée de
vie du moteur.
Lors du refroidissement du moteur, vérifiez que ce dernier ne présente
rien d’anormal.
1.10.10 Protégez le moteur contre toute pénétration d’eau
Assurez-vous que de l’eau (par ex. de pluie) ne puisse pénétrer par les
entrées d’air ou les bouches de sortie.
Ne lavez pas le moteur lorsqu’il fonctionne. Le moteur peut aspirer du
liquide de lavage (eau).
Si vous faites démarrer le moteur alors que de l’eau se trouve dans les
chambres de combustion, vous risquez d’endommager l’intérieur du
moteur et de causer de graves accidents.

32 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 1 AUTRES PRÉCAUTIONS

1.10.11 Nettoyez correctement le filtre à air et le dépoussiéreur


primaire
Entretenez le moteur avec de l’air sous pression ou en utilisant un
dépoussiéreur primaire conformément aux instructions suivantes.
• Ne procédez pas à l’entretien du filtre à air ou du dépoussiéreur
primaire lorsque le moteur fonctionne. Le turbocompresseur peut
aspirer des particules étrangères qui risquent d’entraîner de graves
accidents.
• Retirez le filtre à air / dépoussiéreur primaire lentement pour éviter
que des particules étrangères accumulées n’en tombe. Dès que vous
avez retiré le filtre à air ou le dépoussiéreur primaire, couvrez
immédiatement l’ouverture (orifice d’admission du filtre à air, orifice
dans le corps du dépoussiéreur primaire) avec une bâche ou tout
moyen similaire évitant la pénétration de poussière dans le moteur.
• Nettoyez régulièrement le dépoussiéreur primaire Toute obstruction
du dépoussiéreur primaire peut entraîner une alimentation
insuffisante en air et une augmentation de la température des gaz
d’échappement.
• Si le moteur est doté d’un indicateur de poussière, procédez à
l’entretien lorsque le signal de risque d’engorgement apparaît.
1.10.12 Utilisez les outils les mieux adaptés à chaque tâche
Souvenez-vous de choisir les outils les mieux adaptés à chaque tâche et
de les utiliser correctement. Renouvelez tout outil endommagé.
1.10.13 Évitez une utilisation prolongée du démarreur
N’utilisez pas le démarreur pendant plus de 10 secondes d’affilée. Si le
moteur de démarre pas, attendez au moins 1 minute avant de démarrer
à nouveau.
Une utilisation continue du démarreur vide la batterie et grippe le
démarreur.
1.10.14 Ne coupez pas la batterie pendant le fonctionnement
Ne coupez pas la batterie pendant le fonctionnement.
Si la batterie est coupée (commutateur sur OFF) alors que le moteur
fonctionne, non seulement divers compteurs ne fonctionneront pas, mais
la diode et le transistor de l’alternateur seront endommagés.
1.10.15 Précautions à prendre pour le transport du moteur
Si vous voulez transporter le moteur par la route, considérez son poids,
sa largeur et sa hauteur pour un transport en toute sécurité.
Ayez soin de respecter le code de la route ainsi que tout autre loi ou
règlement relative au transport routier.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 33


CHAPITRE 1 MESURES ÉLÉMENTAIRES DE SÉCURITÉ

34 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


2 Nom des pièces

2.1 Diagrammes externes du moteur


Le diagramme externe est pour le type de moteur standard. La présence
et l’apparence de l’équipement diffère d’un type de moteur à l’autre.
2.1.1 S3L, S3L2 vue de gauche

v Avant x Arrière
a Ventilateur g Démarreur
b Alternateur h Volant
c Thermostat i Carter d’huile
d Oeillet de suspension avant j Courroie
e Orifice de remplissage d’huile k Prise de force
f Tubulure d’échappement

Illustration 2-1 Vue de gauche du moteur

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 35


CHAPITRE 2 NOM DES PIÈCES

2.1.2 S3L, S3L2 vue de droite

x Arrière v Avant
a Bouchon de purge du liquide de g Pompe à eau
refroidissement h Poulie de vilebrequin
b Solénoïde d’arrêt i Filtre à huile
c Oeillet de suspension arrière j Bouchon de vidange d’huile
d Cache de l’admission k Logement volant
e Injecteur de carburant l Jauge d’huile
f Pompe d’injection

Illustration 2-2 Vue de la droite du moteur

36 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 2 DIAGRAMMES EXTERNES DU MOTEUR

2.1.3 S4L, S4L2 vue de gauche

v Avant x Arrière
a Ventilateur g Démarreur
b Alternateur h Volant
c Thermostat i Carter d’huile
d Oeillet de suspension avant j Courroie
e Orifice de remplissage d’huile k Prise de force
f Tubulure d’échappement

Illustration 2-3 Vue de gauche du moteur

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 37


CHAPITRE 2 NOM DES PIÈCES

2.1.4 S4L, S4L2 vue de droite

x Arrière v Avant
a Bouchon de purge du liquide de g Pompe à eau
refroidissement h Poulie de vilebrequin
b Solénoïde d’arrêt i Jauge d’huile
c Oeillet de suspension arrière j Bouchon de vidange d’huile
d Cache de l’admission k Filtre à huile
e Injecteur de carburant l Logement volant
f Pompe d’injection

Illustration 2-4 Vue de la droite du moteur

38 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 2 DIAGRAMMES EXTERNES DU MOTEUR

2.1.5 S4L2-T vue de gauche

v Avant x Arrière
a Ventilateur f Tubulure d’échappement
b Alternateur g Démarreur
c Thermostat h Volant
d Orifice de remplissage d’huile i Carter d’huile
e Turbocompresseur j Courroie

Illustration 2-5 Vue de gauche du moteur

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 39


CHAPITRE 2 NOM DES PIÈCES

2.1.6 S4L2-T vue de droite

x Arrière v Avant
a Filtre à carburant h Poulie de vilebrequin
b Solénoïde d’arrêt i Bouchon de vidange d’huile
c Oeillet de suspension arrière j Jauge d’huile
d Cache de l’admission k Refroidisseur d’huile
e Injecteur de carburant l Filtre à huile
f Pompe d’injection m Logement volant
g Pompe à eau

Illustration 2-6 Vue de la droite du moteur

40 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 2 ÉQUIPEMENT ET INSTRUMENTS

2.2 Équipement et instruments


La présence et l’apparence de l’équipement diffère d’un type de moteur
à l’autre.
2.2.1 Interrupteur de démarreur
L’interrupteur de démarreur est utilisé pour faire démarrer le moteur.

a CHAUFFAGE c MARCHE
b ARRÊT d DÉMARRAGE

Illustration 2-7 Interrupteur de démarreur

CHALEUR Lorsque la clé se trouve dans cette position, les bougies de départ
chauffent et facilitent le démarrage d’un moteur froid.

ARRÊT Lorsque la clé se trouve dans cette position, l’alimentation électrique du


circuit électrique est coupée. Il est possible de retirer et d’introduire la clé
dans cette position. Pour arrêter le moteur, mettez la clé dans cette
position.

MARCHE Lorsque la clé est dans cette position, les circuits électriques sont sous
tension. Mettez la clé dans cette position après avoir démarré le moteur.

DÉMARRAGE Lorsque la clé est dans cette position, le démarreur lance le moteur et ce
dernier se met en marche. Lorsque vous lâchez la clé, elle revient
automatiquement en position "MARCHE".

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 41


CHAPITRE 2 NOM DES PIÈCES

2.2.2 Indicateur de préchauffage


L’indicateur de préchauffage montre l’état des bougies de départ.

a Type préchauffage auto (indicateur b Type préchauffage manuel (signal de


lumineux préchauffage) préchauffage)

Illustration 2-8 Indicateur de préchauffage

Type préchauffa- L’indicateur lumineux de préchauffage est allumé pendant la durée de


ge automatique décompte paramétrée pour la minuterie et éteint lorsque le préchauffage
est terminé.

Type à préchauffa- Le signal de préchauffage passe au rouge pour indiquer le préchauffage


ge manuel en cours de la bougie de départ.
2.2.3 Thermomètre de l’eau et capteur thermique
La température du liquide de refroidissement du moteur est détectée par
le capteur thermique et affichée sur le thermomètre de l’eau.

a Capteur thermique

Illustration 2-9 Thermomètre de l’eau et capteur thermique

Lorsque le thermomètre de l’eau indique 95 °C [203 F], faites tourner le


moteur en petite vitesse jusqu’à ce que la température redevienne
normale. Dès que la température de l’eau s’est normalisée, procédez
aux opérations de refroidissement pendant 5 ou 6 minutes, puis
inspectez le système de refroidissement.

42 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 2 ÉQUIPEMENT ET INSTRUMENTS

2.2.4 Ampèremètre
Il indique l’état de chargement de la batterie lorsque le moteur tourne.

Illustration 2-10 Ampèremètre

Lorsque la batterie est chargée, l’aiguille passe du côté positif (+).


Lorsque la batterie est déchargée, l’aiguille passe du côté négatif (+).
2.2.5 Horomètre
Il indique la durée de fonctionnement du moteur.

Illustration 2-11 Horomètre

Lorsque vous effectuez les opérations d’inspection et de maintenance


régulières, vérifiez l’intervalle de temps avec cet horomètre.
2.2.6 Solénoïde d’arrêt
Le solénoïde d’arrêt se charge de l’arrêt normal du fonctionnement du
moteur.
Le solénoïde d’arrêt déplace la crémaillère de la pompe d’injection de
carburant afin de couper l’alimentation en carburant et ainsi d’arrêter le
moteur.
Il y deux types de solénoïdes d’arrêt.
Type "RUN OFF" (ETS: Energized To Stop)

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 43


CHAPITRE 2 NOM DES PIÈCES

N’est pas activé lorsque le moteur fonctionne. Activé par un signal


d’arrêt pour arrêter le moteur.

a Solénoïde d’arrêt (ETS)

Illustration 2-12 Solénoïde d’arrêt

Type "RUN ON" (ETR: Energized To Run)


Est activé lorsque le moteur fonctionne et se désactive pour couper le
moteur.

2.3 Dispositifs de protection du moteur


Le dispositif de protection du moteur évite tout problème au moteur en
activant une alarme lorsqu’une situation anormale se produit. Arrêtez le
moteur si le dispositif de protection du moteur s’est enclenché,
recherchez la cause de la situation anormale et résolvez-la. Contactez
un revendeur Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. si vous n’arrivez pas à
identifier la cause du disfonctionnement. Les dispositifs de protection,
leur type (valeur programmée) ou leurs formes varient selon les
caractéristiques.

44 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 2 DISPOSITIFS DE PROTECTION DU MOTEUR

2.3.1 Manocontacteur de pression d’huile du moteur


Le manocontacteur de pression d’huile du moteur active le système
d’alarme ou arrête le moteur soudainement lorsque la pression de l’huile
pour moteur devient anormalement élevée.

a Manocontacteur de pression d’huile du moteur

Illustration 2-13 Manocontacteur de pression d’huile du moteur

2.3.2 Thermocontact
Le manocontacteur de pression d’huile du moteur enclenche une alarme
lorsque la température du liquide de refroidissement du moteur devient
élevée et atteint la température indiquée.

a Thermocontact

Illustration 2-14 Thermocontact

2.3.3 Indicateur de filtre à air


L’alarme de l’indicateur de filtre à air s’allume en rouge lorsque le filtre à
air se bouche et lorsque la différence de pression entre l’entrée et la
sortie d’air dans le filtre atteint une valeur spécifique. Le signal est une
simple indication et ne génère pas d’alarme. Il est donc nécessaire de
procéder à une inspection visuelle périodique. Appuyez sur le bouton de

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 45


CHAPITRE 2 NOM DES PIÈCES

remise en marche sur le haut de l’indicateur du filtre à air et débloquez le


signal après avoir nettoyé le filtre à air ou l’avoir remplacé par un
nouveau.

1 Bouton de réinitialisation 2 Signal (rouge)

Illustration 2-15 Indicateur de filtre à air

46 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


3 Fonctionnement

3.1 Préparations au fonctionnement

s Si un moteur présente un fonctionnement anormal, arrêtez-le et


corrigez le problème ou contactez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

Avant de démarrer le moteur, procédez toujours à l’inspection suivante.


3.1.1 Extérieur du moteur - Inspection

s Assurez-vous de conserver tout matériau inflammable à


distance du moteur et particulièrement des parties chaudes de ce
dernier telles que les tubulures d’échappement, ou la batterie.
Assurez-vous de l’absence de fuites de carburant ou d’huile.
Nettoyez la partie supérieure de la batterie. Des matériaux
inflammables à proximité de parties chaudes du moteur peuvent
causer un incendie. Assurez-vous de remédier à toute anomalie
constatée ou contactez votre revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

Inspectez le moteur de l’extérieur comme décrit ci-dessous.


1. Assurez-vous qu’aucun matériau inflammable ne se trouve à
proximité du moteur ou de la batterie. Vérifiez également que le
moteur et la batterie sont propres. Éliminez tout matériau
inflammable ou poussière que vous trouverez à proximité du moteur
ou de la batterie.
2. Vérifiez que les fils électriques des composants électriques et
notamment du démarreur et de l’alternateur sont bien branchés.
3. Vérifiez l’ensemble du moteur pour détecter tout fuite de carburant,
huile pour moteur ou liquide de refroidissement. Réparez toute fuite
détectée ou contactez votre revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. le plus proche.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 47


CHAPITRE 3 FONCTIONNEMENT

4. Assurez-vous que les valves, robinets, bouchons sont ouverts ou


fermés (serrés) correctement :
- Robinet d’alimentation en carburant : Ouvert
- Robinet de purge du liquide de refroidissement (bouchon) :
Fermé (serré)
- Robinet de purge d’huile : Fermé
3.1.2 Niveau d’électrolyte dans la batterie - Inspection

s Si de l’électrolyte se renverse sur votre peau ou vos vêtements,


rincez-le immédiatement à grande eau. Si de l’électrolyte pénètre
dans vos yeux, rincez-les immédiatement à grande eau et consultez
ensuite un médecin.
Évitez toute flamme nue ou autre source potentielle d’incendie à
proximité de la batterie. Lorsque vous intervenez sur la batterie,
faites attention aux étincelles causées par des courts-circuits
accidentels. Pour d’autres précautions à prendre lors de la
manipulation de la batterie, reportez-vous à la section “Entretien de
la batterie” à la page 29.

L’électrolyte dans la batterie s’évapore au fil de l’utilisation et son niveau


baisse graduellement. Le niveau adéquat d’électrolyte se trouve entre
les lignes LOWER LEVEL (niveau inférieur) et UPPER LEVEL (niveau
supérieur).
Pour ce qui est des batteries sans lignes de niveau, le niveau
d’électrolyte se trouve entre 10 et 15 mm [0,394 à 0,591 pouce] au-
dessus des plaques.

a 10 à 15 mm [0,394 à 0,591 pouces] c Niveau inférieur


b Niveau supérieur d Niveau adéquat

Illustration 3-1 Niveau d’électrolyte dans la batterie - Inspection

Si le niveau d’électrolyte est trop bas, enlevez le bouchon et ajoutez de


l’eau distillée jusqu’au niveau requis.
n Versez l’eau distillée doucement.

48 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 3 PRÉPARATIONS AU FONCTIONNEMENT

3.1.3 Niveau de carburant et d’huile - Vérification

ä Lors de travaux impliquant du carburant, assurez-vous qu’il n’y


a aucune flamme nue, aucune chauffage ni aucune autre source
potentielle d’incendie à proximité.
Essuyez immédiatement tout carburant renversé. Toute
éclaboussure de carburant peut s’enflammer et causer un incendie.

ä Laissez le filtre en place lorsque vous remplissez le réservoir de


carburant.
Consultez la section “Carburant recommandé” à la page 57 pour
savoir quel carburant utiliser.

Assurez-vous que le réservoir de carburant est plein.

Illustration 3-2 Niveau de carburant et d’huile - Vérification

Si le niveau est trop faible, remplissez le réservoir jusqu’au niveau


indiqué par "FULL" (plein).

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 49


CHAPITRE 3 FONCTIONNEMENT

3.1.4 Niveau d’huile du moteur - Vérification

ä Consultez la section “Huile pour moteur recommandée” à la


page 61 pour savoir quelle huile utiliser.

1. Sortez la jauge d’huile et nettoyez-la avec un chiffon.

a Orifice de remplissage d’huile d Bas


b Jauge d’huile e Inadéquat
c Élevé f Adéquat

Illustration 3-3 Orifice de remplissage et jauge d’huile

2. Introduisez la jauge d’huile entièrement dans son guide puis retirez-


la à nouveau.
3. Un niveau d’huile adéquat se trouve entre les marques haut et bas
sur la jauge d’huile. Si le niveau est bas, ajoutez de l’huile du type
indiqué.
4. N’oubliez pas de remettre en place le bouchon après le remplissage.
5. Assurez-vous que le carter d’huile et d’autres zones ne présentent
pas de fuites d’huile.

50 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 3 PRÉPARATIONS AU FONCTIONNEMENT

3.1.5 Niveau liquide de refroidissement - Vérification

ä Enlevez le bouchon du radiateur uniquement lorsque le moteur


a refroidi pour atteindre la température ambiante. Munissez-vous
d’un chiffon et dévissez le bouchon d’un demi-tour ou soulevez le
levier en position verticale pour laisser s’échapper toute pression
interne. N’ouvrez jamais le bouchon de remplissage du radiateur
lorsque le moteur est chaud. De la vapeur ou du produit de
refroidissement brûlant peut s’échapper et vous risquez de vous
brûler.

a Faites tourner le bouchon d’environ b Soulevez le levier en position


un demi-tour verticale

Illustration 3-4 Bouchon de remplissage du radiateur

1. Dévissez le bouchon du radiateur et vérifiez le niveau de liquide de


refroidissement.

Illustration 3-5 Niveau de liquide de refroidissement dans le radiateur

2. Si le niveau du liquide de refroidissement est bas, ajoutez-en


jusqu’au niveau indiqué.

ä Utilisez toujours du liquide de refroidissement à la même


concentration.

n Déterminez les quantités de liquide de refroidissement longue durée sur


la base de la capacité de refroidissement et du tableau de concentration
du liquide de refroidissement.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 51


CHAPITRE 3 FONCTIONNEMENT

Pour le liquide de refroidissement, voir le chapitre “Liquide de


refroidissement” à la page 67. Pour la capacité du liquide de
refroidissement, voir le chapitre “Caractéristiques principales” à la
page 119.
3. Si le moteur est équipé d’un moteur de secours, remplissez-le aussi
avec du liquide de refroidissement jusqu’au niveau indiqué par la
ligne [FULL].

a PLEIN b BAS

Illustration 3-6 Niveau du liquide de refroidissement dans le réservoir de secours

3.2 Démarrage
La méthode de démarrage change selon l’usage et les spécifications.
Démarrez le moteur conformément à la procédure indiquée.

ä Avant de lancer le moteur, assurez-vous que personne ne se


trouve à proximité du moteur et qu’aucun outil n’a été oublié à
l’intérieur du moteur ni sur ce dernier. D’une voix forte, avertissez
toute personne environnante que vous vous apprêtez à démarrer le
moteur.

ä Démarrez le moteur à vide. (Dégagez l’embrayage si présent.)


Une utilisation continue du démarreur vide la batterie et grippe le
démarreur. N’utilisez pas le démarreur pendant plus de
10 secondes d’affilée. Si le moteur ne démarre pas, attendez plus
d’1 mn avant de le démarrer à nouveau.

ä Lors du préchauffage, ne chauffez pas plus de 30 secondes de


suite (pour bougie de départ manuelle). Sinon la capacité de la
batterie se réduira rapidement, ainsi que la durée de vie de la
bougie de départ.

3.2.1 Bougie de départ automatique


1. Mettez la clé de démarrage en position "MARCHE". Assurez-vous
que les indicateurs de pression d’huile, de température de l’eau, de
chargement de la batterie, et de préchauffage s’allument en même

52 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 3 RÉCHAUFFEMENT DU MOTEUR

temps. Pour la durée d’éclairage de l’indicateur de préchauffage,


reportez-vous à Tableau 3-1 à la page 53.
n Lorsque le moteur est froid, mettez le levier de régulation de la vitesse
en position "PLEIN", puis mettez la clé de contact en position
"MARCHE".

Tableau 3-1 Durée du préchauffage (Bougie de départ automatique)


Caractéristiques Température de l’eau Délai de préchauffage
Type rapide Eau basse température Approx. 3 secondes
(bimatériaux) (5 °C [41°F] ou inférieure)
Température élevée de l’eau Approx. 1 secondes
(5 °C [41°F] ou supérieure)
Type standard N’importe quand Approx. 6 secondes

2. Lorsque le témoin lumineux de préchauffage s’est éteint, mettez la


clé de contact sur "DÉMARRAGE" et lancez le moteur. Le témoin de
préchauffage s’allume également en position de "DÉMARRAGE".
3. Relâchez la clé lorsque le moteur démarre. La clé de contact se met
automatiquement en position "MARCHE".
3.2.2 Bougie de départ manuel
1. Mettez la clé de contact en position "CHAUFFAGE". Les délais de
préchauffage sont les suivants, reportez-vous à Tableau 3-2 à la
page 53.

Tableau 3-2 Durée du préchauffage (Bougie de départ


manuel)
Température ambiante Délai de préchauffage
+ 5 °C [41 °F] ou plus Approx. 10 secondes
- 5 °C [23 °F] ou supérieure, Approx. 15 secondes
moins de + 5 °C [41 °F]
Moins de - 5 °C [41 °F] Approx. 20 secondes

2. Lorsque le témoin lumineux de préchauffage s’est allumé, mettez la


clé de contact sur "DÉMARRAGE" et lancez le moteur.
3. Relâchez la clé lorsque le moteur démarre. La clé de contact se met
automatiquement en position "MARCHE".

3.3 Réchauffement du moteur

ä Ne vous approchez pas des pièces en rotation lorsque le moteur


fonctionne. Vous risquez de vous faire happer et de vous blesser
gravement.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 53


CHAPITRE 3 FONCTIONNEMENT

Après avoir démarré le moteur, faites-le fonctionner à vide et à faible


vitesse pendant environ 5 à 10 mn pour le faire chauffer.
3.3.1 Vérification de la pression de l’huile pour moteur
Pendant la procédure de réchauffement, vérifiez si la pression de l’huile
se trouve dans la fourchette standard (0.15 MPa {1.5 kgf/cm2} [21 psi]
ou plus).
Assurez-vous également que le manomètre à huile fonctionne
correctement.
n Le manomètre à huile peut indiquer une valeur supérieure à la valeur
normale immédiatement après le démarrage du moteur du fait de la
faible température de l’huile. La pression diminue graduellement pour
atteindre un niveau normal alors que la température de l’huile augmente.
3.3.2 Inspection externe pendant le réchauffement
Inspectez l’extérieur du moteur pour détecter toute fuite de carburant,
d’huile pour moteur ou de liquide de refroidissement ainsi que toute fuite
éventuelle de gaz d’échappement des joints.

3.4 Fonctionnement
3.4.1 Précautions lors du fonctionnement

ä Ne vous approchez pas des pièces en rotation lorsque le moteur


fonctionne. Vous risquez de vous faire happer et de vous blesser
gravement.

s Abstenez-vous de toucher des pièces chaudes telles que les


tuyaux d’échappement pendant le fonctionnement du moteur ou
immédiatement après son arrêt. Un moteur chaud peut causer des
brûlures.

ä Le local du moteur doit toujours être correctement ventilé. Un


manque d’air dans le local peut faire monter la température
ambiante et affecter les performances du moteur.
Pendant les 50 premières heures, faites fonctionner le moteur à bas
régime afin de le roder. Faire forcer un moteur ou le faire
fonctionner dans des conditions difficiles pendant la période de
rodage peut réduire sa durée de vie.
Abstenez-vous de mettre le contacteur de batterie en position
"ARRÊT" lorsque le moteur fonctionne. Le fait de mettre le
contacteur de batterie en position OFF alors que le moteur
fonctionne arrête non seulement le fonctionnement des
instruments, mais peut également détériorer la diode de

54 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 3 FONCTIONNEMENT

l’alternateur et le régulateur.
Ne mettez jamais la clé en position "DÉMARRAGE" pendant le
fonctionnement. Le démarreur peut être endommagé.
Faites fonctionner le moteur 1h au maximum, lorsqu’il tourne à un
maximum de 30 % de son régime indiqué. Cela génère de la
calamine dans les cylindres et cause donc une combustion
incomplète. Afin d’éviter l’accumulation de calamine, faites
fonctionner le moteur à au moins 30 % de son régime indiqué
pendant 5 minutes consécutivement à un fonctionnement
ininterrompu.

3.4.2 Inspection pendant le fonctionnement


Examinez consciencieusement l’extérieur du moteur, assurez-vous que
les raccords des tuyaux ne présentent aucune fuite.
Prêtez attention à tous bruits anormaux du moteur tels que des
cognements.
Vérifiez la couleur des gaz d’échappement à la sortie du silencieux
d’échappement.
Assurez-vous que les instruments, notamment les instruments de
mesure, fonctionnent correctement et indiquent des valeurs normales.

Tableau 3-3 Valeurs normales à la vitesse nominale


Elément Standard
Pression huile pour moteur 0,29 à 0,49 MPa
{3 à 5 kgf/cm2}
[43 à 71 psi]
Température liquide de refroidissement 70 à 90 °C
[158 à 194 °F]

n (a) Arrêtez immédiatement le moteur lorsque la pression d’huile passe


en-dessous de 0,15 MPa {1,5 kgf/cm2} [21 psi] en fonctionnement
normal, ou en-dessous de 0,05 MPa {0,5 kgf/cm2} [7 psi] au ralenti.
Assurez-vous d’identifier et de résoudre la cause du problème avant de
redémarrer le moteur.
(b) Lorsque le thermocontact est activé en fonctionnement normal, faite
immédiatement tourner le moteur au ralenti et à petite vitesse jusqu’à ce
que sa température redevienne normale. Ensuite, faites fonctionner le
moteur pendant encore 5 à 6 minutes pour le laisser refroidir avant de
l’arrêter. Assurez-vous d’identifier et de résoudre la cause du problème
avant de redémarrer le moteur.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 55


CHAPITRE 3 FONCTIONNEMENT

3.5 Arrêt

s Un arrêt soudain du moteur alors qu’il est encore chaud du fait


de son fonctionnement à grande vitesse, peut entraîner une
surchauffe des pièces et réduire la durée de vie du moteur. Avant
d’arrêter le moteur, faites immédiatement tourner le moteur au
ralenti et à petite vitesse jusqu’à ce que sa température redevienne
normale, sauf en cas d’urgence. Ensuite, faites fonctionner le
moteur pendant encore 5 à 6 minutes pour le laisser refroidir avant
de l’arrêter et de l’inspecter.
Ne faites jamais accélérer le moteur avant de l’arrêter.
Ne faites pas redémarrer le moteur immédiatement après un arrêt
d’urgence. Lorsque vous arrêtez le moteur à cause d’une alarme,
assurez-vous d’identifier la cause du problème et de la résoudre
avant de remettre le moteur en marche. Inspectez le moteur pour
vous assurer qu’il ne présente pas à nouveau d’anomalies après
l’avoir remis en marche. Réparez immédiatement toute anomalie
constatée sur le moteur.

La méthode d’arrêt du moteur varie selon les spécifications.


Suivez les instructions afférentes aux spécifications de votre matériel.
3.5.1 Inspection après un arrêt
Inspectez le moteur pour détecter tout fuite de carburant, d’huile pour
moteur ou de liquide de refroidissement. Réparez toute fuite détectée ou
contactez votre revendeur Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

56 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


4 Carburant

4.1 Carburant recommandé

ä Utilisez uniquement le carburant recommandé dans ce manuel.


Ne remplissez pas le réservoir de carburant au-dessus du niveau
indiqué car cela entraîne un risque d’incendie.

Utilisez un carburant diesel équivalant à "JIS K 2204".

a Carburant diesel équivalent de


JIS K2204

Illustration 4-1 Carburant recommandé

Il est nécessaire de choisir un carburant dont le point d’écoulement est


adapté à la température ambiante.

4.2 Manutention du carburant


Lorsque vous utilisez du carburant entreposé dans une cuve, laissez-le
reposer pendant plus de 24 h pour que l’eau et la poussière se
décantent. Ce n’est qu’ensuite que vous utilisez le carburant propre de
la partie supérieure.
Remplissez la cuve de carburant ou de service après chaque utilisation.
Cela évite que l’eau se mélange au carburant dans la cuve et permet à
la poussière et à l’eau de prendre le temps de se décanter au fond de la
cuve.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 57


CHAPITRE 4 CARBURANT

Avant de faire le plein, nettoyez les zones autour des bouchons puis
enlevez les bouchons des bidons et de la cuve. Nettoyez également vos
mains et le tuyaux avant de refaire le plein. Lorsque vous utilisez une
pompe à main, assurez-vous de ne pas pomper de sédiments ou d’eau
accumulés au fond de la cuve.
N’oubliez pas d’utiliser un filtre lorsque vous remplissez la cuve de
carburant. Pour parfaire le filtrage, il est recommandé d’utiliser un chiffon
non pelucheux en combinaison avec le filtre.

Tableau 4-1 Propriétés du carburant, limites recommandée et d’usage


Propriétés Limites recommandées Limites d’utilisation Méthode de test
Point d’éclair 50 °C [122 °F] ou plus 45 °C [113 °F] JIS K 2265:2007
ISO 3769
ISO 2719
Distillation Point initial 170 °C [338 °F] ou plus JIS K 2254:1998
de ISO 3405
distillation
90 % 330 `à 380 °C [626 à 716 °F]
tempéra-
ture de
distillation
Point d’écoulement (PP) 6 °C [42,8 °F] ou inférieur à la température JIS K 2269:1987
ambiante ISO 3016
Point de trouble (CP) Inférieur à la température ambiante JIS K 2269:1987
ISO 3015
Température limite de 3 °C [37,4 °F] ou inférieur à la température JIS K 2288:2000
filtrabilité du carburant ambiante IP 309/96
(CFPP)
Résidu de carbone (10 0,1 % pondéral maximum 0,4 % pondéral maximum JIS K 2270:2000
% carburant du fond) ISO 6615
ISO 10370
Indice de cétane 45 ou supérieur 40 ou supérieur JIS K 2280:1996
ISO 5165
Indice de cétane 45 ou supérieur 40 ou supérieur JIS K 2280:1996
(nouveau type) ISO/DIS 4264
Viscosité cinétique 2.0 mm2/s [0,0031 p2/s] ou plus à 30 °C [86 °F] JIS K 2283:2000
8,0 mm2/s [0,0124 p2/s] ou plus à 30 °C [86 °F] ISO 3104
Teneur en soufre 0,2 % pondéral maximum JIS K 2541:2003
(Sauf dans les cas où la valeur est dictée par la (La teneur doit être aussi
régulation des émissions.) faible que celle du diesel.
ISO 4260
ISO 8754
Teneur en eau et 0,1 % volumique maximum JIS K 2275:1996
sédiments ISO 3733
Teneur en cendre 0,01 % de la masse au 0,03 % pondéral JIS K 2272:1998
maximum maximum ISO 6245
Corrosion sur cuivre Altération de la couleur = Lame de cuivre N° 3 ou JIS K 2513:2000
(3 h à 50 °C [122 °F]) inférieure ISO 2160

58 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 4 MANUTENTION DU CARBURANT

Tableau 4-1 Propriétés du carburant, limites recommandée et d’usage (Suite)


Propriétés Limites recommandées Limites d’utilisation Méthode de test
Densité à 15 °C [59 °F] 0,83 à 0,87 g/cm3 0,80 à 0,87 g/cm3 JIS K 2249:1995
[49,9424 à [49,9424 à ISO 3675
54,3123 livre/pied3] 54,3123 livre/pied3]
Colmatage 24 h à 75 % carbonisation ou 80 % carbonisation ou Fed 791B
250 °C moins moins
[482 °F]
24 h à 55 % carbonisation ou -
230 °C moins
[446 °F]
48 h à Sans goudron -
180 °C
[356 °F]
Substances 35 % du volume au maximum (total des composants JIS K 2536:2003
aromatiques (par aromatiques) ISO 3837
chromatographie liquide
haute performance)
Teneur en aromatique 8 % du volume au maximum JIS K 2536:2003
polycyclique IP 391
Asphaltène 0,1 % pondéral maximum -
Matière étrangères 5,0 mg/l ou moins JIS B 9931:2000
(matières étrangères à ISO 4405
l’arrivée de carburant
dans le moteur)
Onctuosité : MWSD 460 μm [0,02 pouces] ou moins (diamètre d’usure ISO 12156-1
(Diamètre d’usure calculé à WS 1,4 kPa {0,0143 kgf/cm2} [0,2031 psi])
moyen mesuré) par test
d’usure HFRR avec un
carburant à 60 °C
[140 °F]
BDF : Carburant La qualité du BDF sera conforme à JIS K 2390, JIS K 2390:2008 (FAME
biodiesel (FAME : EN14214, ou ASTM D6751 pour mélange)
Esther méthylique Le mélange d’un maximum de 5 % de BDF du ASTM D 6751
d’acides gras) volume total est toléré (Sauf dans les cas où la EN 14214
valeur est dictée par la régulation des émissions.)

n L’utilisation d’un carburant de caractéristiques inférieures aux limites


d’usage entraîne de la fumée blanche, un démarrage plus laborieux ou
une rotation instable.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 59


CHAPITRE 4 CARBURANT

60 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


5 Huile pour moteur

5.1 Huile pour moteur recommandée

s Utilisez uniquement l’huile pour moteur recommandée dans ce


manuel. N’utilisez jamais d’autre huile.
L’utilisation d’huiles inappropriées ou de qualité inférieure rend le
segment de piston collant, grippe le piston et le cylindre ou use
prématurément les paliers et les pièces mobiles et réduit
considérablement la durée de vie du moteur.

De nombreuses normes ont été élaborées sur la base de tests


spécifiques de moteurs et sont disponibles pour déterminer la qualité de
l’huile selon le moteur dans lequel elles sont utilisées et les conditions
de fonctionnement. Parmi ces normes, les classifications d’utilisation de
l’API (Institut du Pétrole Américain) sont les plus utilisées pour classer
les huiles pour moteurs. SAE précise uniquement la viscosité, alors que
la classe de service API indique le niveau de qualité de l’huile pour
moteur.
Veuillez utiliser la classe de service API CF pour l’huile lubrifiante pour
moteur.

a HUILE de classe CF b HUILE de classe CH-4


Classe de service API Classe de service API

Illustration 5-1 Huile pour moteur recommandée

5.2 Sélection de la viscosité d’une huile


Utilisez le tableau suivant pour sélectionner une huile dont la viscosité
est appropriée à la température ambiante. Une huile trop visqueuse
entraîne une perte de puissance et une hausse anormale de sa

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 61


CHAPITRE 5 HUILE POUR MOTEUR

température, alors qu’une huile trop peu visqueuse accélère l’usure liée
à une lubrification inadéquate et réduit par ailleurs le rendement du
moteur à cause des fuites de gaz de combustion.

a Température b Viscosité de l’huile pour moteur

Illustration 5-2 Sélection de la viscosité d’une huile

5.3 Manipulation d’huile pour moteur

ä Avant de remplir le moteur d’huile, arrêtez-le et assurez-vous de


l’absence de flammes nues ou d’autres sources potentielles
d’incendie près du moteur. Toute huile renversée ou qui a fuit sur
une surface chaude ou sur un composant électrique peut entraîner
un incendie. Essuyez immédiatement et consciencieusement toute
huile renversée. Après le remplissage, assurez-vous de bien
refermer le bouchon de remplissage.

ä Ne mélangez jamais différentes marques d’huile pour moteur. Le


mélange de diverses marques d’huile pour moteur risque
d’entraîner une réaction chimique des additifs dans les huiles
pouvant dégrader la qualité des huiles en question.

Lorsque vous manipulez des huiles dans des quantités supérieures aux
quantités légales, assurez-vous que les travaux sont effectués par une
station service et conformément à la loi. Utilisez une pompe à huile pour
vider le moteur ou un bidon d’huile. Abstenez-vous d’aspirer de l’huile
avec la bouche pour la siphonner.
Assurez-vous de bien refermer le bouchon après utilisation.
Conservez l’huile dans un lieu bien aéré et hors d’atteinte de la lumière
du soleil.
Assurez-vous d’obtenir la fiche technique de santé et de sécurité de
l’huile pour moteur utilisée et suivez-en les instructions.

62 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 5 L’HUILE POUR MOTEUR DOIT PRÉSENTER LES PERFORMANCES SUIVANTES

5.4 L’huile pour moteur doit présenter les performances


suivantes
L’huile pour moteur doit présenter les performances suivantes.
• Excellente capacité de dispersion (capacité de l’huile à disperser la
boue dans l’huile) à haute température, ce qui évite la détérioration
du moteur due à l’accumulation de boues et de suie.
• Excellente capacité à neutraliser les acides, afin d’inhiber l’oxydation
causée par le soufre dans le carburant.
• Excellente stabilité à l’oxydation à haute température se maintenant
pendant un fonctionnement continu à régime élevé.
• Viscosité assez concentrée pour préserver les performances lors d’un
démarrage à froid et la bonne lubrification à haute température.
• Bonne résistance à l’eau (rouille et corrosion).
• Bonne résistance à l’apparition de mousse susceptible de réduire la
qualité de la lubrification à cause de l’oxydation.

5.5 Processus de dégradation de l’huile pour moteur


• L’huile pour moteur se dégrade en partie de causes naturelles
et en partie à cause de la pollution. La dégradation naturelle de
l’huile a deux causes principales : l’une est l’oxydation ou la
décomposition thermique de l’huile de base et des additifs, et l’autre
est la dégradation des performances due à la consommation des
additifs lors de l’utilisation de l’huile.
• Les contaminants tels que les produits de la combustion du
carburant (suie, vapeur d’eau ou produits d’oxydation) qui
pénètrent dans l’huile influencent grandement sa qualité. La suie
adhère à la pellicule d’huile sur la paroi du cylindre et en est raclée
par le segment de piston. Cette suie augmente la proportion de
substances insolubles dans l’huile moteur et peut entraîner l’usure
des pistons et des parois de cylindre.
• Une poudre abrasive dans l’huile pour moteur accélère
également la détérioration et peut même entraîner une réaction
d’oxydation. La poussière et la saleté provenant de l’extérieur
détériorent également l’huile pour moteur. Au fil de l’utilisation, le
processus de contamination et de dégradation s’accélèrent.
• En petite quantité, les produits et contaminants présents dans
l’huile pour moteur ne sont pas dangereux car ils peuvent être
dispersés dans l’huile. Cependant, en grande quantité, ils peuvent
devenir nuisibles. De tels produits et contaminants s’écoulent du
carter d’huile et s’accumulent dans le piston et dans le circuit d’huile.
Une telle situation peut déboucher sur de sérieux problèmes tels
qu’un coincement d’un piston ou l’éraillure des paliers.
• Le soufre présent dans le carburant est brûlé et transformé en
gaz d’acide sulfureux et en gaz sulfurique qui usent par
corrosion les cylindres et les segments de piston. Un détergent

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 63


CHAPITRE 5 HUILE POUR MOTEUR

ajouté dans l’huile pour moteur les neutralise pour en faire des
substances non dangereuses. Alors que le détergent ajouté à l’huile
décroît au fil de son utilisation, la valeur de la basicité de l’huile pour
moteur diminue également. La réduction de la valeur de basicité
totale est à mettre en corrélation avec une réduction de la capacité à
disperser la suie. En conséquence, les dépôts sur les pistons
augmentent.
• À cause de la présence d’oxygène dans l’air, l’augmentation de
la température de l’huile sous l’effet d’un fonctionnement continu
à un régime élevé entraîne une dégradation par oxydation. Alors
que la dégradation causée par l’oxydation augmente, le produit de
cette oxydation se polymérise. Le polymère résultant de cette
oxydation augmente ainsi la viscosité de l’huile, ce qui entraîne
l’apparition de boues et de vernis. En conséquence, des problèmes
tels qu’un manque de lubrification et l’adhérence du segment de
piston se produisent. De plus, des substances acides entraînées par
l’oxydation peut causer des problèmes tels que la corrosion du palier.

5.6 Définition des propriétés d’une huile pour moteur


5.6.1 Viscosité
La viscosité est une propriété physique de base de l’huile pour moteur
qui est considérée comme le principal critère d’évaluation de l’huile.
La contamination de l’huile par des gaz de soufflage et sa détérioration
sous l’effet du vieillissement augmentent sa viscosité et dégradent les
propriétés de la viscosité, ce qui entraîne le dépôt de boues dans le
moteur et l’obturation du filtre à huile. Sous l’effet de la contamination de
l’huile par le carburant et du cisaillement des molécule de l’améliorant
d’indice de viscosité, l’huile perd de sa viscosité, la viscosité perd de ses
performances, ce qui entraîne une lubrification insuffisante et donc une
friction / usure des pièces du moteur.
5.6.2 Indice de basicité
L’indice de basicité indique la capacité à neutraliser les acides,
notamment les acides organiques résultant de l’oxydation de l’huile
moteur, les acides sulfureux ou l’acide sulfurique provenant du soufre
présent dans le carburant.
L’indice de basicité indiquant la quantité de dispersant détergent dans
l’huile peut être utilisé pour estimer la consommation d’additif dispersant
détergent basique. La capacité à disperser la boue diminue au fur et à
mesure de la consommation de dispersant détergent.
5.6.3 Indice d’acidité
L’indice d’acidité de l’huile augmente au fur et à mesure que l’acide
organique est dérivé par l’oxydation de l’huile moteur ou au fur et à
mesure que l’acide sulfurique ou sulfureux est dérivé par la combustion
du soufre dans le carburant ou au fur et à mesure que l’huile est souillée
par le résultat d’une combustion imparfaite.

64 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 5 LIMITE D’UTILISATION DE L’HUILE POUR MOTEUR

Une augmentation de l’indice d’acidité entraîne la corrosion ou l’usure


des pièces internes du moteur (notamment les chemises de cylindre ou
les parties métalliques) sous l’effet de la teneur en soufre ainsi que le
grippage des pistons à cause des boues.
5.6.4 Teneur en eau
La présence d’eau dans l’huile favorise la corrosion / l’usure et diminue
l’onctuosité dans les pièces coulissantes.
5.6.5 Point d’éclair
Le point d’éclair diminue sous l’effet de la contamination avec des
carburants. La mesure du point d’éclair permet de vérifier la dilution du
carburant. La dilution du carburant réduit la pellicule d’huile et entraîne
une lubrification insuffisante, source de friction et d’usure dans les
pièces du moteur.
5.6.6 Particules insolubles
Les particules insolubles comprennent les produits acides dans l’huile
pour moteur, les particules résultant d’une mauvaise combustion, la
boue ou la suie, les particules de métal abrasives et la poussière. Les
particules insolubles sont une indication de la dégradation /
contamination de l’huile.
Le dispersant détergent, qui est un additif, absorbe les particules de
boues et les disperse sous forme de fines particules. Il est possible de
connaître la densité totale des particules insolubles ainsi que la capacité
de dispersion restante en mesurant les particules insolubles et les
particules insolubles coagulées (à l’aide de produits chimiques spéciaux
permettant de neutraliser l’action du dispersant détergent et de collecter
les boues dispersées dans l’huile). Cela permet d’éviter le grippage ou
l’usure prématurée des segments de piston.

5.7 Limite d’utilisation de l’huile pour moteur


L’huile pour moteur se dégrade sous l’effet de son utilisation et au fil du
temps.
Pour déterminer le moment d’une vidange, analyser une huile usagée et
comprendre les conditions de détérioration et de dégradation de l’huile.
Ce facteur est également nécessaire lors de la comparaison des
résultats de l’analyse d’huile et de l’analyse du moteur incluant la
contamination interne, et les conditions d’usure du moteur et pour mieux
connaître les conditions de fonctionnement du moteur.
L’huile pour moteur a une influence sur la qualité d’huile pour moteur à
utiliser, les conditions de fonctionnement du moteur et la qualité du
carburant. Il est donc important d’analyser l’huile usagée, de
comprendre les circonstances de sa détérioration et de sa dégradation.
Il est nécessaire de faire fonctionner le moteur pour déterminer
l’intervalle de remplacement de l’huile moteur.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 65


CHAPITRE 5 HUILE POUR MOTEUR

Reportez-vous à Tableau 5-1 à la page 66 pour la détermination de la


dégradation des performances d’une huile pour moteur. Si l’un des
paramètres suivants ne respecte pas les limites, remplacez l’huile par
une huile neuve.

Tableau 5-1 Propriétés de l’huile pour moteur


Propriétés Standard Méthode de test
2
Viscosité mm /s + 30% au maximum d’huile neuve JIS K 2283:2007
[p2/s] à - 15% au maximum d’huile neuve ISO 3107
100 °C ISO 2909
[212 °F]
Indice de mg KOH/g 2,0 ou plus avec la méthode à l’acide JIS K 2501:2003
basicité chlorhydrique (HCL) ISO 3771
1/2 au minimum d’huile neuve avec la
méthode à l’acide perchlorique (PCA)
Indice mg KOH/g Jusqu’à + 3,0 d’huile neuve JIS K 2501:2003
d’acidité ISO 3771
Teneur en Vol % 0,2 au maximum JIS K 2275:1996
eau ISO 9029
Point °C 180 [356] au minimum JIS K 2265:2007
d’éclair ISO 3769
(test en ISO 2719
coupelle
ouverte)
Pentane % pondéral 0,5 au maximum ASTM D 893
insoluble
Pentane % pondéral 3,0 au maximum ASTM D 893
insoluble
coagulé

66 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


6 Liquide de
refroidissement

n Dans ce manuel, l’expression "liquide de refroidissement" désigne un


mélange d’eau et de liquide de refroidissement longue durée.

6.1 Eau recommandée comme liquide de


refroidissement
Utilisez une eau douce pour le système de refroidissement du moteur.
La qualité de l’eau doit être conforme à Tableau 6-1 à la page 67. La
qualité de l’eau doit se trouver dans la fourchette indiquée, mais elle
peut aussi en atteindre la limite.

Tableau 6-1 Normes de qualité de l’eau


Elément Symbole Unité Valeur Limite Principal effet négatif
chimique recomman
dée
pH (25 °C [77 °F]) - - De 6,5 à 8,0 De 6,5 à 8,5 Corrosion et rouille,
entartrage
Conductivité électrique - mS/m < 25 < 40 Corrosion et rouille,
(25 °C [77 °F]) entartrage
Dureté totale CaCO3 ppm < 95 < 100 Entartrage
M alcalinité CaCO3 ppm < 70 < 150 Entartrage
-
Ion de chlore Cl ppm < 100 < 100 Corrosion et rouille
Ion d’acide sulfurique SO4 2- ppm < 50 < 100 Corrosion et rouille
Total fer Fe ppm < 1.0 < 1.0 Entartrage
Silice SiO2 ppm < 30 < 50 Entartrage
Résidu d’évaporation - ppm < 250 < 400 Entartrage

n Les chiffres entre parenthèses indiquent la valeur standard. Outre les


caractéristiques ci-dessus, la turbidité doit être inférieure à 15 mg/litre.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 67


CHAPITRE 6 LIQUIDE DE REFROIDISSEMENT

6.2 Liquide de refroidissement longue durée (LLC)

s Si vous avalez accidentellement du liquide de refroidissement


(longue durée ou non), vomissez immédiatement et consultez un
médecin. Si du liquide de refroidissement longue durée pénètre
dans vos yeux, rincez-les immédiatement à grande eau et consultez
un médecin.

Assurez-vous d’utiliser du véritable liquide de refroidissement longue


durée (LLC) "GLASSY(du type éthylène glycol)" ou "PG GLASSY (du
type Non-amine)" de Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. Si vous êtes
contraint d’utiliser une autre marque de LLC, assurez-vous d’utiliser un
produit conforme aux spécifications de Mitsubishi Heavy Industries, Ltd..
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. ne fournit aucune garantie sur les
pannes causées par l’utilisation d’un liquide de refroidissement longue
durée non conforme aux spécifications.

6.3 Véritable liquide de refroidissement longue durée


Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. recommande l’utilisation de son liquide
de refroidissement longue durée "GLASSY long life coolant (de type
éthylène glycol)", et du liquide de refroidissement longue durée
écologique "PG GLASSY long life coolant (de type non-amine)", car ces
produits sont les plus appropriés au refroidissement des moteurs diesels
de Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

Illustration 6-1 GLASSY LLC

6.4 Autres marques de LLCs

ä Ne mélangez jamais de liquide de refroidissement longue durée


(LLC) Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. avec du LLC d’autres
marques. Tout mélange avec d’autres marques dégrade les
performances du liquide de refroidissement longue durée
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

68 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 6 NORMES POUR LES AUTRES MARQUES DE LLC

Lorsque vous utilisez du liquide de refroidissement longue durée (LLC)


"GLASSY long life coolant (du type éthylène glycol)" ou "PG GLASSY
long life coolant (du type Non-amine)", autre que celui de
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd., assurez-vous qu’il soit conforme aux
spécifications de Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Chaque fournisseur de liquide de refroidissement longue durée est
responsable de la qualité et des performances de son produit ainsi que
de la variation de ses composants.
Avant tout achat d’un liquide de refroidissement longue durée, assurez-
vous auprès du fournisseur que ce produit vous convient.
Utilisez uniquement un liquide de refroidissement longue durée tout
saison (de type non-amine). Abstenez-vous de remplacer le liquide de
refroidissement longue durée par de l’antigel.

6.5 Normes pour les autres marques de LLC


Si vous êtes contraint d’utiliser une autre marque de LLC, assurez-vous
d’utiliser un produit conforme aux spécifications suivantes.
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. ne fournit aucune garantie sur les
pannes causées par l’utilisation d’un liquide de refroidissement longue
durée non conforme aux spécifications.
6.5.1 Exigences générales par rapport au LLC
• Le liquide de refroidissement longue durée doit être un liquide
homogène.
• Le liquide de refroidissement longue durée ne doit pas causer de
corrosion ni de précipitation dans le système de refroidissement du
moteur lorsqu’il est dilué à 30 à 60 % de sa densité.
• Le liquide de refroidissement longue durée sera mélangé avec un
autre liquide de refroidissement longue durée répondant à ces
exigences. Les deux produits mélangés ne doivent pas avoir d’effet
séparateur l’un sur l’autre, ni réduire leurs performances mutuelles.
• Le bidon de liquide de refroidissement longue durée ne doit pas être
corrodé ni présenter de dépôt, même après une période de 6 mois de
stockage.
• Le liquide de refroidissement longue durée ne devra pas contenir de
résidus, même s’il est conservé à des températures atteignant - 20 à -
25 °C [- 4 à - 13 °F].
• La qualité associée à cette spécification est garantie pendant 2 ans
en cas de stockage dans un local à température ambiante normale.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 69


CHAPITRE 6 LIQUIDE DE REFROIDISSEMENT

6.5.2 Caractéristique LLC


Tout examen du liquide de refroidissement longue durée conformément
à JIS K2234 section 7 (méthodes d’examen) devra répondre à ces
caractéristiques. JIS K2234 couvre des sujets généraux et montre
l’échantillon d’examen.

Tableau 6-2 Caractéristique LLC (Fiche 1 de 3)


Propriétés Standard
Externe Aucune précipitation
Densité Minimum 1,112 g/cm3
[69,4199 livre/pied3] (20/20 °C)
[68/68 °F] (solution mère)
Teneur en eau Maximum 5,0 % pondéral
(Solution mère)
Température de gel 30 % du volume Maximum - 14,5 °C [6 °F]
50 % du volume Maximum - 34,0 °C [- 29 °F]
Température d’ébullition Minimum 155 °C [311 °F]
(Solution mère)
pH 7,0 à 11,0 (30% en volume)
Formation de bulles (ASTM D 3306-01) 30 % du volume Maximum 4,0 ml
1
33 /3 % en volume Maximum 150 ml, Disparition
des bulles dans les
5 secondes.
Adaptabilité à de l’eau calcaire Maximum 1,0 (50 % du
volume)
Causticité envers les En éprouvette Variation de Aluminium ± 0,30 mg/cm2
métaux (88 ± 2 °C poids
Fonte ± 0,15 mg/cm2
[190 ± 36 °F], 336 ± 2 h,
30 % en volume (E.G), Acier ± 0,15 mg/cm2
50 % en volume (P.G)) Laiton ± 0,15 mg/cm2
Soudure ± 0,30 mg/cm2
Cuivre ± 0,15 mg/cm2
Aspect des pièces après test Aucune corrosion de surface,
sauf entre l’échantillon de test
et la pièce d’écartement Une
décoloration est acceptable.
Production de bulles pendant le test Pas de débordement de bulles
Propriétés du pH de 6,5 à 11,0
liquide après
Variation de pH ± 1.0
le test
Précipitation Maximum 0,5% du volume
Apparence du liquide Aucune décoloration,
séparation ni gel remarquable.

70 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 6 NORMES POUR LES AUTRES MARQUES DE LLC

Tableau 6-2 Caractéristique LLC (Fiche 2 de 3)


Propriétés Standard
Circulation causticité En éprouvette Variation de Aluminium, ± 0,30 mg/cm2
métallique poids Fonte, Acier,
(98 ± 2 °C [208 ± 36 °F], Laiton,
1000 h, Soudure,
30 % en volume (E.G), Cuivre
50 % en volume (P.G)) Aspect des pièces après test Aucune corrosion de surface,
sauf entre l’échantillon de test
et la pièce d’écartement Une
décoloration est acceptable.
Propriétés du pH de 7,0 à 9,0
liquide après
Variation de pH ± 1.0
le test
Changement pré-alcalinité ± 15 %
Précipitation 1,0 % du volume
Apparence du liquide Aucune décoloration,
séparation ni gel remarquable.
Densité Fe, Cu, Al, Zn, Maximum 10 ppm
ionique Pb, NH4+
Circulation causticité En éprouvette Variation de Aluminium ± 0,60 mg/cm2
métallique poids
Fonte ± 0,30 mg/cm2
(88 ± 3 °C [190 ± 37 °F],
1000 ± 2 h, Acier ± 0,30 mg/cm2
30% en volume (E.G)) Laiton ± 0,30 mg/cm2
Soudure ± 0,60 mg/cm2
Cuivre ± 0,30 mg/cm2
Aspect des pièces après test Aucune corrosion de surface,
sauf entre l’échantillon de test
et la pièce d’écartement Une
décoloration est acceptable.
Propriétés du pH de 6,5 à 11,0
liquide après
Variation de pH Maximum ± 1,0
le test
Apparence du liquide Aucune décoloration,
séparation ni gel remarquable.
État des Joint d’étanchéité de la pompe Pas troublé pendant le test
pièces
Intérieur du corps de pompe et Aucune corrosion apparente
pale

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 71


CHAPITRE 6 LIQUIDE DE REFROIDISSEMENT

Tableau 6-2 Caractéristique LLC (Fiche 3 de 3)


Propriétés Standard
Capacité d’adaptation Silicone Modification résistance à la - 60 à 0 %
du caoutchouc traction
(30 % du volume, Modification allongement - 40 à + 20 %
115 °C [239 °F],
360 h) Modification volume 0 à + 40 %
Modification dureté - 20 à + 10 %
Caoutchouc à Modification résistance à la 0 à + 10 %
base traction
d’acrylonitrile- Modification allongement - 15 à + 15 %
butadiène
Modification volume 0 à + 40 %
Modification dureté - 10 à 0 %
EPDM Modification résistance à la 0 à + 10 %
traction
Modification allongement - 30 à 0 %
Modification volume 0 à + 10 %
Modification dureté - 10 à 0 %
Stabilité au stockage en % du volume (30 % du volume, température Maximum 0,3
ambiante, 6 h)

6.6 Entretien du liquide de refroidissement longue durée

s Si vous avalez accidentellement du liquide de refroidissement


(longue durée ou non), vomissez immédiatement et consultez un
médecin. Si du liquide de refroidissement longue durée pénètre
dans vos yeux, rincez-les immédiatement à grande eau et consultez
un médecin.
le liquide de refroidissement longue durée est toxique. Ne jetez
jamais du liquide de refroidissement longue durée usagé dans les
égouts. Consultez le distributeur de liquide de refroidissement
longue durée pour l’élimination de ce produit.

6.6.1 Intervalles de renouvellement du LLC

ä Assurez-vous de renouveler le liquide de refroidissement


longue durée (LLC) aux intervalles indiqués dans le programme
d’entretien dans ce manuel.
Le non renouvellement du LLC peut entraîner des pannes dues à la
dégradation des performances anti-corrosion et à la cavitation.

Le liquide de refroidissement mélangé au liquide de refroidissement


longue durée recommandé par Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. a une
durée de vie de 2 ans. Assurez-vous de remplacer le liquide de
refroidissement au moins tous les 2 ans.

72 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 6 IMPORTANCE DU LIQUIDE DE REFROIDISSEMENT LONGUE DURÉE

6.6.2 Concentration de LLC


Assurez que la concentration en liquide de refroidissement longue durée
est de 30 %(GLASSY) et de 40 % (PG GLASSY) à n’importe quelle
température. Un liquide de refroidissement longue durée d’une
concentration inférieure à 30 % ne fournit pas de protection adéquate
contre la corrosion. Une concentration inférieure à 10 % peut accélérer
la corrosion.
Lorsque vous ajoutez du liquide de refroidissement, n’ajoutez pas d’eau
du robinet. Utilisez toujours du liquide de refroidissement à la même
concentration en LLC.

Tableau 6-3 Concentration de LLC recommandée


Elément Type Externe Température ambiante la plus basse
- 10 °C - 20 °C - 30 °C - 45 °C
[14 °F] ou [- 4 °F] ou [- 22 °F] ou [- 40 °F] ou
supérieure supérieure supérieure supérieure
Concentration de liquide GLASSY Vert 30 40 50 60
de refroidissement
PG Rouge 40 55 70 -
longue durée (%)
GLASSY

n (a) Si la température de l’air extérieur est au maximum de -30 °C, utilisez


"GLASSY".
(b) La concentration ci-dessus se base sur du liquide de refroidissement
longue durée "GLASSY long life coolant" (de type éthylène glycol) ou
"PG GLASSY long life coolant" (type non-amine) de
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. Pour déterminer une concentration de
liquide de refroidissement longue durée exacte, reportez-vous aux
instructions du liquide de refroidissement longue durée utilisé.

6.7 Importance du liquide de refroidissement longue


durée
La tendance actuelle est celle des moteurs plus petits et plus légers
fournissant une plus grande puissance pour une consommation de
carburation et des rejets de gaz polluants limités.
Les conditions auxquelles est soumis le liquide de refroidissement du
moteur sont de plus en plus exigeantes, à cause d’une durée de
fonctionnement prolongée, d’une température de liquide de
refroidissement plus élevée et d’une plus grande vitesse de circulation
du liquide de refroidissement.
Divers matériaux tels que l’acier, l’aluminium, le cuivre, la soudure et le
caoutchouc sont utilisés dans un système de refroidissement et ils sont
également soumis aux conditions extrêmes décrites ci-dessus. Chacun
de ces matériaux présente une ionisation différente, ce qui accélère la

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 73


CHAPITRE 6 LIQUIDE DE REFROIDISSEMENT

corrosion par le biais du liquide de refroidissement moteur. Pour éviter


un tel problème, il est très important d’utiliser un liquide de
refroidissement longue durée contenant des additifs anti-corrosion.

6.8 Caractéristiques des additifs du LLC et


remarques importantes
Le liquide de refroidissement longue durée contient divers produits
chimiques dans des proportions entraînant des réactions chimiques qui
neutralisent la corrosion (ionisation) des pièces du moteur en contact
avec le liquide de refroidissement. Le liquide de refroidissement longue
durée perd de son efficacité aussi bien sous l’effet de son utilisation que
du temps qui passe.
De plus, si les additifs chimiques du liquide de refroidissement longue
durée ne sont pas entretenus, une partie d’entre eux peut rapidement
s’épuiser, ce qui entraîne une dissolution des métaux au lieu de les
protéger de la corrosion. En conséquence, d’autres produits chimiques
visant à éviter la corrosion réagissent aux particules de métal et
accélèrent la corrosion. Cet état entraîne une corrosion plus grave que si
de l’eau douce sans additifs était utilisée. Ce problème est typique de
l’utilisation d’un liquide de refroidissement longue durée inadéquat.

6.9 Exemples d’anomalies causées par du liquide


de refroidissement longue durée (type amine)
6.9.1 Usure par arrachement de particules de fer
Les amines suppriment généralement bien l’oxydation des métaux
ferreux, mais ils sont connus pour poser des problèmes avec les pièces
en cuivre.
Les particules de cuivre (corrosion du cuivre) présentes dans le système
de refroidissement se déposent sur les pièces en fer et ce dépôt
entraîne la corrosion et l’usure par arrachement de particules des pièces
en acier ayant une ionisation élevée sous l’effet de pile locale ou de la
corrosion galvanique.
6.9.2 Corrosion des pièces en aluminium
Le silicate est très efficace pour protéger l’aluminium de la rouille.
Cependant, il est instable dans une solution d’un pH égal ou inférieur à
9. Il peut alors se transformer en gel et se précipiter dans la solution.
C’est pour cette raison qu’un pH autour de 10 est généralement
recommandé, afin d’assurer un haut niveau d’alcalinité.
Cependant, lorsque le silicate est entièrement consommé, le haut niveau
d’alcalinité entraîne une attaque chimique de l’aluminium. Pour éviter ce
problème, il est nécessaire d’entretenir correctement le liquide de
refroidissement. À titre d’exemple, l’usure rapide des garnitures

74 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 6 EXEMPLES D’ANOMALIES CAUSÉES PAR DU LIQUIDE DE REFROIDISSEMENT LONGUE DURÉE
(TYPE AMINE)

mécaniques de la pompe à eau peut être entraînée par les effets


secondaires de la formation de gel de silicate. Corrosion des pièces en
aluminium lorsque tout le silicate a été consommé.
6.9.3 Piqûre et obstruction du radiateur
Lorsque le liquide de refroidissement longue durée se dégrade, ou
lorsque sa concentration dans le liquide de refroidissement est trop
faible, sa capacité anti-corrosion se dégrade et entraîne la corrosion des
métaux. Le laiton et la soudure ont tendance à se corroder plus
rapidement que d’autres métaux, et la corrosion de ces métaux entraîne
des fuites d’eau et des colmatages. Exemple : Trous et colmatages dans
le radiateur

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 75


CHAPITRE 6 LIQUIDE DE REFROIDISSEMENT

76 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


7 Programme d’entretien

7.1 Comment utiliser le programme d’entretien


Une inspection périodique augmente la durée de vie du moteur et
contribue à son fonctionnement sûr. Assurez-vous de mener l’inspection
et l’entretien conformément au programme d’entretien.
Le programme d’entretien indique les intervalles de service standard. Si
vous remarquez des anomalies, telles qu’un bruit anormal, des gaz
d’échappement noirs, blancs ou anormalement chauds, des vibrations
anormales et des fuites de carburant, d’huile ou de gaz d’échappement,
assurez-vous de procéder aux travaux d’inspection et d’entretien, quel
que soient les intervalles de service recommandés dans le "Programme
d’entretien".
n L’intervalle entre les diverses interventions de service dépend de
l’utilisation et des conditions de fonctionnement, ainsi que de la
consommation de carburant, d’huile et de liquide de refroidissement.
Consultez le journal du fonctionnement du moteur pour déterminer les
intervalles de service les plus appropriés. (N’hésitez pas à consulter un
revendeur Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. au sujet de ces intervalles
de service.)
Révisez les éléments au multiple des exigences originales. Par exemple,
à la 1 000 ème heure de fonctionnement, révisez également les
éléments devant être révisés toutes les 250 heures et toutes les
50 heures.
Les éléments marqués d’un * sur le programme d’entretien nécessitent
des outils particuliers ou un équipement volumineux. Veuillez contacter
un revendeur Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. pour la révision de ces
éléments.

7.2 Programme d’entretien

Tableau 7-1 Programme d’entretien


Intervalle Élément à réviser à la page
Toutes les 50 h de “Réservoir de carburant - Drainage de l’eau” à la page 80
fonctionnement (en présence d’un séparateur d’eau, videz l’eau environ toutes les 500 h ou
1 année de fonctionnement.)
“Filtre à air - Vérification” à la page 96

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 77


CHAPITRE 7 PROGRAMME D’ENTRETIEN

Tableau 7-1 Programme d’entretien (Suite)


Intervalle Élément à réviser à la page
Après les 50 premières “Filtre de la pompe électrique à carburant - Inspection et nettoyage” à la
heures de page 81
fonctionnement pour un “Huile pour moteur et filtre à huile - Remplacement” à la page 88
moteur neuf ou rénové
Boulons et écrous sur le moteur - Resserrer *
Toutes les 100 h de “Filtre de la pompe électrique à carburant - Inspection et nettoyage” à la
fonctionnement page 81
Toutes les 250 h de “Huile pour moteur et filtre à huile - Remplacement” à la page 88
fonctionnement
“Courroie et sa tension - Inspection et réglage” à la page 79
“Ailettes de radiateur - Vérification et nettoyage” à la page 95
Toutes les 400 h de “Filtre à carburant (type à cartouche) - Remplacement” à la page 85
fonctionnement
Toutes les 500 h de “Élément de filtre à carburant (type à robinet d’orientation) - Remplacement” à
fonctionnement la page 86
“Filtre de la pompe électrique à carburant - Remplacement” à la page 87
Jeu de soupape - Inspection *
Nettoyage du réservoir de carburant (toutes les 500 heures defonctionnement
ou chaque année) *
Vérification de la bougie de départ *
Toutes les 1000 h de “Démarreur - Inspection” à la page 102
fonctionnement
“Alternateur - Inspection” à la page 102
Boulons et écrous sur le moteur - Resserrer *
Toutes les 1500 h de Buse d’injection - Nettoyage *
fonctionnement
Toutes les 3000 h de Injecteur de carburant - Vérification et entretien *
fonctionnement
“Turbocompresseur - Inspection” à la page 96
Tous les 2 ans “Liquide de refroidissement - Remplacement” à la page 92
Selon les besoins “Dépoussiéreur primaire - Nettoyage, inspection et remplacement” à la
page 97
“Élément de filtre à air - Nettoyage, vérification et remplacement” à la page 98
“Système d’alimentation - Purge d’air” à la page 82
“Séparateur d’eau - Purge de l’eau” à la page 84
“Densité de l’électrolyte de la batterie - Vérification” à la page 101
*. Les éléments marqués d’un * sur le programme d’entretien nécessitent des outils particuliers ou un
équipement volumineux. Veuillez contacter un revendeur Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. pour la révision de
ces éléments.

78 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


8 Procédures d’inspection
périodique et d’entretien

8.1 Moteur de base


8.1.1 Courroie et sa tension - Inspection et réglage

ä Remplacez la courroie si vous observez des défauts tels que


des coupures au cours de l’inspection.
Assurez-vous que la courroie n’entre pas en contact avec de l’huile
ou de la graisse. De tels produits peuvent faire patiner la courroie
et réduire sa durée de vie.
Une tension excessive de la courroie peut entraîner une usure
rapide du palier de l’alternateur et réduire la durée de vie de la
courroie. Réglez précisément la tension de la courroie en suivant la
procédure ci-dessous.

Courroie - Inspec- 1. Procédez à une inspection visuelle de la courroie pour détecter tout
tion dégât. Remplacez la courroie par une nouvelle si vous constatez des
irrégularités.
2. Inspection tension de la courroie (fléchissement).
Poussez la courroie vers le bas à mi-chemin entre les poulies. Si le
fléchissement est de 12 mm [0,47 pouce], la tension est correcte.
Force de compression de la courroie : Env. 98 N {10 kgf} [22 livre par
pied].
3. Si le fléchissement de la courroie n’est pas standard, réglez la
tension de la courroie.

Tension courroie 1. Enlevez le capot de la courroie.


trapézoïdale (côté
alternateur) -
Réglage

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 79


CHAPITRE 8 PROCÉDURES D’INSPECTION PÉRIODIQUE ET D’ENTRETIEN

2. Dévissez toutes les vis de fixation de l’alternateur et de la plaque de


réglage.

a Plaque de réglage b Vis de fixation

Illustration 8-1 Courroie et sa tension - Inspection et réglage

3. Déplacez l’alternateur pour régler la tension de la courroie.


4. Après avoir réglé la tension de la courroie, vissez toutes les vis de
fixation de l’alternateur et de la plaque de réglage.
5. Mettez en place le capot de la courroie.

8.2 Système d’alimentation


8.2.1 Réservoir de carburant - Drainage de l’eau

ä Lors de travaux impliquant du carburant, assurez-vous qu’il n’y


a aucune flamme nue, aucune chauffage ni aucune autre source
potentielle d’incendie à proximité. Essuyez immédiatement tout
carburant renversé. Toute éclaboussure de carburant peut
s’enflammer et causer un incendie.

ä Laissez le filtre en place lorsque vous faites le plein de


carburant. Consultez la section “Carburant recommandé” à la
page 57 pour savoir quel carburant utiliser.
La procédure de purge d’eau décrite ci-dessous est communément
utilisée. Il se peut que certaines applications soient équipées d’un
réservoir de carburant différent.

Si le carburant se mélange à des particules étrangères telles que de la


poussière ou de l’eau, cela peut diminuer l’efficacité du système
d’alimentation et entraîner des pannes de ce dernier. Afin d’éviter de tels
problèmes, purgez le réservoir de carburant comme indiqué ci-dessous.
1. Posez une cuvette d’une capacité d’au moins 2 litres [0,5 U.S. gal.]
sous le robinet de purge du réservoir de carburant.

80 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 8 SYSTÈME D’ALIMENTATION

2. Ouvrez le robinet de purge du réservoir de carburant et laissez


s’écouler au moins 1 à 2 l de carburant [0,3 à 0,5 U.S. gal.].

a Robinet de purge

Illustration 8-2 Réservoir de carburant - Drainage de l’eau

3. Assurez-vous que l’eau et les particules étrangères s’écoulent en


même temps que le carburant. Refermez le robinet de purge.
8.2.2 Filtre de la pompe électrique à carburant - Inspection et
nettoyage

ä Lorsque vous manipulez du carburant, assurez-vous qu’il n’y a


aucune flamme nue ni aucune autre source potentielle d’incendie
près du moteur. Essuyez immédiatement tout carburant renversé.
Toute éclaboussure de carburant peut s’enflammer et causer un
incendie.

1. Nettoyez autour de la pompe électrique à carburant.


2. Assurez-vous que la clé du démarreur en position "OFF" (éteinte).
3. Mettez un récipient sous la pompe électrique à carburant.
4. Fermez le robinet d’admission de carburant vers le moteur.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 81


CHAPITRE 8 PROCÉDURES D’INSPECTION PÉRIODIQUE ET D’ENTRETIEN

5. Enlevez le cache inférieur de la pompe électrique à carburant.

a Joint d Aimant
b Filtre e Cache
c Joint

Illustration 8-3 Filtre de la pompe électrique à carburant - Inspection et nettoyage

6. Trempez les joints, le filtre, l’aimant et le cache dans du carburant


pour les nettoyer.
7. Assurez-vous qu’aucune pièce n’est abîmée et le cas échéant,
remplacez-là par une neuve.
8. Remontez toutes les pièces en ordre inverse.
9. Ouvrez le robinet principal du réservoir de carburant.
10. Mettez la clé de démarrage en position "MARCHE".
11. Assurez-vous que la pompe électrique à carburant produise un
cliquetis et que le carburant commence à couler.
12. Assurez-vous que la pompe électrique à carburant ne fuit pas. Si
vous trouvez une fuite, démontez à nouveau.
13. Purgez l’air du système d’alimentation.
Reportez-vous à la section “Système d’alimentation - Purge d’air” à
la page 82.
8.2.3 Système d’alimentation - Purge d’air

ä Lorsque vous manipulez du carburant, assurez-vous qu’il n’y a


aucune flamme nue ni aucune autre source potentielle d’incendie
près du moteur. Essuyez immédiatement tout carburant renversé.
Toute éclaboussure de carburant peut s’enflammer et causer un
incendie.

Lors du nettoyage ou du remplacement de pièces du système


d’alimentation, purgez l’air de chaque pièce.
n L’air éventuellement présent dans l’injecteur de carburant et ses tuyaux
est automatiquement évacué lorsque vous faites démarrer le moteur.

82 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 8 SYSTÈME D’ALIMENTATION

Élément de filtre à 1. Mettez le robinet du filtre à carburant en position "AIR".


carburant (type à
robinet d’orienta-
tion) - Purge de
l’air

a Tube de trop-plein c ON (Marche)


b Levier du robinet d AIR

Illustration 8-4 Élément de filtre à carburant (type à robinet d’orientation) - Purge


de l’air

2. Amenez du carburant avec la pompe électrique à carburant.


3. Remettez le robinet en position "ON" (ouvert) lorsque le carburant
qui s’écoule du tube de trop-plein ne contient plus de bulles d’air.
4. Coupez l’alimentation en carburant.

Filtres à carburant 1. Dévissez le bouchon d’aération 1 sur le filtre à carburant.


(type à cartouche)
- Purge de l’air

aBouchon d’aération 1 b Bouchon d’aération 2

Illustration 8-5 Filtres à carburant (type à cartouche) - Purge de l’air

2. Amenez du carburant avec la pompe électrique à carburant.


3. Lorsque le carburant s’écoulant du bouchon d’aération 1 ne
comporte plus de bulles d’air, arrêtez l’amorçage et refermez le
bouchon d’aération 1 au couple de serrage spécifié.
4. Dévissez le bouchon d’aération 2 sur le filtre à carburant.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 83


CHAPITRE 8 PROCÉDURES D’INSPECTION PÉRIODIQUE ET D’ENTRETIEN

5. Lorsque le carburant s’écoulant du bouchon d’aération 2 ne


comporte plus de bulles d’air, arrêtez l’amorçage et refermez le
bouchon d’aération 2 au couple de serrage spécifié.
6. Coupez l’alimentation en carburant.

Séparateur d’eau - 1. Dévissez le bouchon d’aération 1 sur l’orifice d’admission en


Purge d’air carburant du séparateur d’eau.

a Bouchon de purge d’air b Bouchon de purge d’air


du côté de l’alimentation en carburant du côté de la sortie de carburant

Illustration 8-6 Séparateur d’eau - Purge d’air

2. Amenez du carburant avec la pompe électrique à carburant.


3. Lorsque le carburant s’écoulant du bouchon d’aération de l’arrivée
d’essence ne comporte plus de bulles d’air, arrêtez l’amorçage et
refermez le bouchon d’aération au couple de serrage spécifié.
4. Dévissez le bouchon d’aération sur la sortie de carburant.
5. Lorsque le carburant s’écoulant du bouchon d’aération de la sortie de
carburant ne comporte plus de bulles d’air, arrêtez l’amorçage et
refermez le bouchon d’aération au couple de serrage spécifié.
6. Coupez l’alimentation en carburant.
8.2.4 Séparateur d’eau - Purge de l’eau

ä Lorsque vous manipulez du carburant, assurez-vous qu’il n’y a


aucune flamme nue ni aucune autre source potentielle d’incendie
près du moteur.

ä Essuyez immédiatement tout carburant renversé. Toute


éclaboussure de carburant peut s’enflammer et causer un incendie.

1. Nettoyez autour du séparateur d’eau.


2. Mettez un récipient sous le séparateur d’eau.

84 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 8 SYSTÈME D’ALIMENTATION

3. Tournez le robinet en position "C" (close - fermé) pour arrêter


l’écoulement du carburant.

a C (Close - Fermé) e Joint torique


b O (Open - Ouvert) f Élément
c Écrou à oeillet g Robinet
d Coupelle

Illustration 8-7 Séparateur d’eau - Purge de l’eau

4. Retirez l’écrou à oeillet et la coupelle.


5. Éliminez l’eau dans la coupelle et trempez l’élément dans du
carburant pour le nettoyer.
6. Posez en faisant attention le filtre et la coupelle sur le joint torique,
puis fixez le tout avec l’écrou à oeillet.
7. Purgez l’air du séparateur d’eau
(Reportez-vous à la section “Séparateur d’eau - Purge d’air” à la
page 84).
8. Mettez le robinet en position "O" (Ouvert), faites démarrer le moteur
et laissez-le tourner au ralenti pendant plusieurs minutes.
9. Assurez-vous que le séparateur d’eau ne présente pas de fuite de
carburant. Si vous trouvez une fuite, dévissez l’écrou à oeillet et
vérifiez si le joint torique est abîmé.
8.2.5 Filtre à carburant (type à cartouche) - Remplacement

ä Lorsque vous manipulez du carburant, assurez-vous qu’il n’y a


aucune flamme nue ni aucune autre source potentielle d’incendie
près du moteur.
Essuyez immédiatement tout carburant renversé. Toute
éclaboussure de carburant peut s’enflammer et causer un incendie.

1. Nettoyez la zone autour des filtres à carburant.


2. Mettez un récipient sous le filtre à carburant.
3. Mettez un bouchon sur le tuyau de carburant et arrêtez l’écoulement
du carburant.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 85


CHAPITRE 8 PROCÉDURES D’INSPECTION PÉRIODIQUE ET D’ENTRETIEN

4. Remplacez le filtre à carburant par un neuf.

Illustration 8-8 Filtre à carburant (type à cartouche) - Remplacement

5. Purgez l’air du filtre à carburant.


Reportez-vous à la section “Système d’alimentation - Purge d’air” à
la page 82.
6. Faites démarrer le moteur et faites le tourner à vide pendant
plusieurs minutes.
7. Assurez-vous de l’absence de fuites dans le filtre à carburant. Si
vous trouvez une fuite, revissez bien la bride de fixation du tuyau de
carburant.
8.2.6 Élément de filtre à carburant (type à robinet
d’orientation) - Remplacement

ä Lorsque vous manipulez du carburant, assurez-vous qu’il n’y a


aucune flamme nue ni aucune autre source potentielle d’incendie
près du moteur. Essuyez immédiatement tout carburant renversé.
Toute éclaboussure de carburant peut s’enflammer et causer un
incendie.

1. Nettoyez la zone autour des filtres à carburant.


2. Mettez un récipient sous le filtre à carburant.

86 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 8 SYSTÈME D’ALIMENTATION

3. Tournez le robinet en position "C" (close - fermé), arrêtez


l’écoulement du carburant.

a Robinet e Coupelle
b OFF (Arrêt) f Joint torique
c ON (Marche) g Élément
d Écrou à oeillet

Illustration 8-9 Élément de filtre à carburant (type à robinet


d’orientation) - Remplacement

4. Retirez l’écrou à oeillet et la coupelle, changez l’élément de filtre par


un neuf, puis revissez l’écrou à oeillet.
5. Purgez l’air du filtre à carburant.
Reportez-vous à la section “Système d’alimentation - Purge d’air” à
la page 82.
6. Mettez le robinet en position "On" (Ouvert), faites démarrer le moteur
et laissez-le tourner au ralenti pendant plusieurs minutes.
7. Assurez-vous de l’absence de fuites dans le filtre à carburant. Si
vous trouvez une fuite, dévissez l’écrou à oeillet et vérifiez si le joint
torique est abîmé.
8.2.7 Filtre de la pompe électrique à carburant - Remplacement

ä Lorsque vous manipulez du carburant, assurez-vous qu’il n’y a


aucune flamme nue ni aucune autre source potentielle d’incendie
près du moteur.

ä Essuyez immédiatement tout carburant renversé. Toute


éclaboussure de carburant peut s’enflammer et causer un incendie.

1. Nettoyez autour de la pompe électrique à carburant.


2. Assurez-vous que la clé du démarreur en position "OFF" (éteinte).
3. Mettez un récipient sous la pompe électrique à carburant.
4. Fermez le robinet d’admission de carburant vers le moteur.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 87


CHAPITRE 8 PROCÉDURES D’INSPECTION PÉRIODIQUE ET D’ENTRETIEN

5. Enlevez le cache inférieur de la pompe électrique à carburant.

a Joint d Aimant
b Filtre e Cache
c Joint

Illustration 8-10 Filtre de la pompe électrique à carburant - Remplacement

6. Remplacez l’élément par un neuf.


7. Assurez-vous qu’aucune pièce n’est abîmée et le cas échéant,
remplacez-là par une neuve.
8. Remontez toutes les pièces en ordre inverse.
9. Ouvrez le robinet principal du réservoir de carburant.
10. Mettez la clé de démarrage en position "MARCHE".
11. Assurez-vous que la pompe électrique à carburant produise un
cliquetis et que le carburant commence à couler.
12. Assurez-vous que la pompe électrique à carburant ne fuit pas. Si
vous trouvez une fuite, démontez à nouveau.
13. Purgez l’air du système d’alimentation.
Reportez-vous à la section “Système d’alimentation - Purge d’air” à
la page 82.

8.3 Système de graissage


8.3.1 Huile pour moteur et filtre à huile - Remplacement

s Portez des gants lorsque vous vidangez l’huile ou remplacez le


filtre à huile. La chaleur de l’huile pour moteur et des pièces peut
vous brûler.

88 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 8 SYSTÈME DE GRAISSAGE

ä Ne jetez pas l’huile usagée n’importe où. La loi l’interdit.


Consultez un revendeur de Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. pour
l’élimination de ce produit.
Remplacez l’huile pour moteur et le filtre à huile en même temps.
Il est également recommandé de vérifier et d’analyser les
propriétés de l’huile lors de son renouvellement.
Ne réutilisez pas le filtre à huile car ce dernier est en papier. Lors
du remplacement des filtres, renouvelez toujours les joints.

Huile pour moteur Après arrêt du moteur, vidangez l’huile pour moteur par l’orifice prévu à
- Vidange cet effet.

a Bouchon de vidange d’huile pour moteur

Illustration 8-11 Bouchon de vidange d’huile pour moteur

n Évitez toute purge par aspiration.

Huile pour moteur 1. Assurez-vous que le bouchon de vidange d’huile est bien revissé.
- Remplissage
2. Enlevez le capuchon de remplissage d’huile.
3. Remplissez le réservoir d’huile moteur avec l’huile requise jusqu’au
niveau indiqué.
n Consultez la section “Huile pour moteur recommandée” à la page 61
pour savoir quelle huile utiliser. Pour la capacité de l’huile pour moteur,
voir le chapitre “Caractéristiques principales” à la page 119.
4. Vérifiez le niveau d’huile dans le carter d’huile comme suit :

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 89


CHAPITRE 8 PROCÉDURES D’INSPECTION PÉRIODIQUE ET D’ENTRETIEN

5. Sortez la jauge d’huile et nettoyez-la avec un chiffon.

a Orifice de remplissage d’huile d Bas


b Jauge d’huile e Inadéquat
c Élevé f Adéquat

Illustration 8-12 Huile pour moteur - Remplissage

6. Introduisez la jauge d’huile entièrement dans son guide puis retirez-


la à nouveau.
7. Un niveau d’huile adéquat se trouve entre les marques haut et bas
sur la jauge d’huile. Si le niveau est bas, ajoutez de l’huile du type
indiqué.
8. Assurez-vous que le carter d’huile et d’autres zones ne présentent
pas de fuites d’huile. Réparez toute fuite d’huile observée.
9. Lancez le moteur avec le démarreur pendant environ 10 secondes
tout en tirant sur le levier d’arrêt et alimentez tout le moteur en huile
pour moteur. Faites une pause d’1 minute, puis répétez l’opération 2
à 3 fois. Lubrifiez ainsi toutes les pièces du moteur.
n Procédez aux préparatifs pour le système de refroidissement.
10. Vérifiez à nouveau le niveau d’huile avec la jauge et ajoutez de
l’huile jusqu’au niveau indiqué.

Filtre à huile -
Remplacement

ä N’utilisez pas de filtre dont la cartouche est cabossée.


Le filtre peut être endommagé ou du carburant peut fuir et causer
un incendie.

90 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 8 SYSTÈME DE GRAISSAGE

ä Afin d’éviter d’endommager le filtre, n’utilisez pas de clé lors de


l’installation. Serrez le filtre manuellement.

1. Nettoyez autour des filtres à huile.

a Filtre à huile

Illustration 8-13 Filtre à huile

2. Mettez un récipient sous le filtre à huile.


3. À l’aide d’une clé pour filtre, retirez le filtre à huile.
n Vérifiez l’élément du filtre à huile qui a été enlevé. Si vous trouvez des
particules de métal, contactez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
4. Avec un chiffon, essuyez soigneusement tout huile du support du
filtre à huile.
5. Assurez-vous que le nouveau filtre à huile repose correctement sur
le joint.
6. Appliquez une huile pour moteur propre sur le joint.

a Appliquer de l’huile pour moteur

Illustration 8-14 Filtre à huile

7. Mettez le filtre à huile en place. Lorsque le joint du filtre repose sur la


surface d’installation du filtre, serrez le filtre au couple de serrage
spécifié.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 91


CHAPITRE 8 PROCÉDURES D’INSPECTION PÉRIODIQUE ET D’ENTRETIEN

8.4 Système de refroidissement


8.4.1 Liquide de refroidissement - Remplacement

ä Enlevez le bouchon du radiateur uniquement lorsque le moteur


a refroidi pour atteindre la température ambiante. Munissez-vous
d’un chiffon et dévissez le bouchon d’un demi-tour ou soulevez le
levier en position verticale pour laisser s’échapper toute pression
interne. N’ouvrez jamais le bouchon de remplissage du radiateur
lorsque le moteur est chaud. De la vapeur ou du produit de
refroidissement brûlant peut s’échapper et vous risquez de vous
brûler.
Le liquide de refroidissement usagé (contenant du LLC) récupéré
du moteur est toxique. Ne le jetez jamais dans les égouts.
Consultez votre revendeur Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. ou une
entreprise de traitement des déchets industriels pour éliminer le
liquide de refroidissement usagé.

a Faites tourner le bouchon d’environ b Soulevez le levier en position


un demi-tour verticale

Illustration 8-15 Bouchon de remplissage du radiateur

ä La durée de vie du liquide de refroidissement longue durée est


de 2 ans. Assurez-vous de remplacer le liquide de refroidissement
au moins tous les 2 ans.

Liquide de refroi- 1. Si vous vidangez le liquide de refroidissement immédiatement après


dissement- que le moteur ait fonctionné, faites tourner le moteur au ralenti
Vidange pendant 5 à 6 minutes afin d’abaisser la température du liquide de
refroidissement à environ 70 à 80 degrés [158 à 176 °F].

92 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 8 SYSTÈME DE REFROIDISSEMENT

2. Ouvrez le bouchon de remplissage du radiateur.

a Robinet de purge du liquide b Bouchon de remplissage du radiateur


de refroidissement

Illustration 8-16 Robinet de purge du liquide de refroidissement (radiateur)

3. Mettez un bidon de réception du liquide de refroidissement sous les


robinets de purge et bouchons de vidange, puis ouvrez les robinets
et bouchons en question pour vider le liquide de refroidissement.

Système de refroi-
dissement - Net-
toyage

ä Nettoyez le système de refroidissement lors de la première


utilisation du moteur ou lorsque vous remettez le moteur en service
après une période de stockage sans liquide de refroidissement.

1. Refermez les robinets de purge et bouchons de vidange du liquide


de refroidissement.

a Bouchon de purge d’eau

Illustration 8-17 Bouchon de vidange du liquide de refroidissement (moteur)

2. Versez une solution de nettoyage (non corrosive pour le caoutchouc


et les métaux) dans le système de refroidissement et faites
fonctionner le moteur à 800 à 900 min-1 pendant environ 15 minutes,
puis vidangez la solution de nettoyage.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 93


CHAPITRE 8 PROCÉDURES D’INSPECTION PÉRIODIQUE ET D’ENTRETIEN

3. Refermez les robinets de purge et bouchons de vidange du liquide


de refroidissement.
4. Versez de l’eau fraîche et faites fonctionner le moteur à 800 à
900 min-1 pendant environ 10 minutes.
Répétez le rinçage jusqu’à ce que l’eau de drainage soit propre et
claire.

Liquide de refroi- 1. Resserrez les robinets de purge et bouchons de vidange du liquide


dissement - de refroidissement.
Appoint
2. Enlevez le bouchon de remplissage du radiateur et versez du liquide
de refroidissement longue durée non dilué.
n Déterminez la quantité de liquide de refroidissement longue durée et
d’eau à ajouter à l’aide du tableau de concentration du liquide de
refroidissement longue durée. Pour le liquide de refroidissement, voir le
chapitre “Liquide de refroidissement” à la page 67. Pour la capacité du
liquide de refroidissement, voir le chapitre “Caractéristiques principales”
à la page 119.
3. Versez doucement de l’eau (eau douce avec un minimum
d’impuretés, par exemple de l’eau du robinet) jusqu’à atteindre le
niveau de remplissage ("FULL").

Illustration 8-18 Niveau de liquide de refroidissement dans le radiateur

4. Assurez-vous que le radiateur et d’autres pièces ne présentent pas


de fuite de liquide de refroidissement. Réparez tout fuite de liquide
de refroidissement que vous avez identifiée.
5. Lorsque le liquide de refroidissement atteint la ligne de niveau
"FULL" (plein), fermez fermement le bouchon de remplissage du
radiateur.
6. Lancez le moteur avec le démarreur pendant environ 10 secondes
tout en tirant sur le levier d’arrêt. Faites une pause d’1 minute, puis
répétez l’opération 2 à 3 fois pour purger le système de
refroidissement.

94 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 8 SYSTÈME DE REFROIDISSEMENT

7. Vérifiez le niveau de liquide de refroidissement dans le radiateur. Si


le moteur est équipé d’un réservoir de secours, remplissez-le aussi
avec du liquide de refroidissement jusqu’au niveau de la ligne
"FULL".

a PLEIN b BAS

Illustration 8-19 Réservoir de secours

ä Utilisez toujours du liquide de refroidissement à la même


concentration.

8.4.2 Ailettes de radiateur - Vérification et nettoyage

s Lorsque vous manipulez de l’air comprimé portez des lunettes


de sécurité, un casque de sécurité, des gants et tout autre moyen
de protection requis. Vous pouvez gravement vous blesser si vous
travaillez sans ces moyens de protection.

Examinez les ailettes de radiateur pour identifier d’éventuels trous ou


fissures.
Pour nettoyer les ailettes de radiateur, soufflez de l’air comprimé dans la
direction opposée à l’écoulement normal de l’air.

Illustration 8-20 Ailettes de radiateur - Nettoyage

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 95


CHAPITRE 8 PROCÉDURES D’INSPECTION PÉRIODIQUE ET D’ENTRETIEN

8.5 Systèmes d’admission et d’évacuation


8.5.1 Filtre à air - Vérification

ä La procédure de vérification décrite ci-dessous est


communément utilisée. Il se peut que certaines applications soient
équipée d’un filtre à air différent.

1. Vérifiez que le filtre à air n’est pas encrassé.


2. S’il est encrassé, la marque rouge est visible.

a Bouton de réinitialisation b Signal (rouge)

Illustration 8-21 Filtre à air - Vérification

3. Nettoyez ou remplacez immédiatement le filtre à air lorsque la


marque devient rouge.
n Pour le nettoyage du filtre à air, reportez-vous à la section “Élément de
filtre à air - Nettoyage, vérification et remplacement” à la page 98.
8.5.2 Turbocompresseur - Inspection

s Vérifiez le turbocompresseur lorsque le moteur est froid.


Assurez-vous également que le volant du compresseur n’est pas
en rotation avant d’inspecter le turbocompresseur.

ä Si le gaz d’échappement présente une couleur anormale,


inspectez également le turbocompresseur.

96 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 8 SYSTÈMES D’ADMISSION ET D’ÉVACUATION

Déconnectez le tuyau du côté de l’entrée d’air. Maintenez à la main


l’écrou du volant du compresseur et faites tourner le volant pour détecter
tout jeu ou bruit anormal.

Illustration 8-22 Turbocompresseur - Inspection

Remplacez le turbocompresseur en cas de jeu ou bruit anormal.


n Contactez votre revendeur Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. lorsque
vous voulez enlever et inspecter le turbocompresseur.
8.5.3 Dépoussiéreur primaire - Nettoyage, inspection et
remplacement

s Ne révisez jamais le dépoussiéreur primaire lorsque le moteur


tourne. Si vous révisez le filtre à air alors que le moteur fonctionne,
vous risquez de laisser pénétrer dans le moteur des particules
étrangères qui entraînent une usure rapide et raccourcissent la
durée de vie du moteur.

Le dépoussiéreur primaire est posé sur le silencieux du


turbocompresseur pour éviter que des particules étrangères soient
aspirées et pour maintenir les performances du moteur à leur plus haut
niveau. Assurez-vous de nettoyer le dépoussiéreur primaire comme
indiqué ci-dessous.
1. Enlevez le dépoussiéreur primaire du silencieux et nettoyez le
dépoussiéreur primaire à la main avec un détergent doux.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 97


CHAPITRE 8 PROCÉDURES D’INSPECTION PÉRIODIQUE ET D’ENTRETIEN

a Eau d (Rinçage)
b (Lavage) e (Séchage)
c Détergent doux f Installation

Illustration 8-23 Dépoussiéreur primaire - Nettoyage

2. Rincez le dépoussiéreur primaire à l’eau fraîche


3. Inspectez le dépoussiéreur primaire pour détecter tout défaut après
l’avoir soigneusement séché. Remplacez le dépoussiéreur primaire
par un nouveau si vous constatez des irrégularités.
4. Remettez le dépoussiéreur primaires sur le silencieux après l’avoir
nettoyé, inspecté et éventuellement remplacé.
8.5.4 Élément de filtre à air - Nettoyage, vérification et
remplacement

s Lorsque vous manipulez de l’air comprimé portez des lunettes


de sécurité, un masque anti-poussière, un casque de sécurité, des
gants et tout autre moyen de protection requis. Vous pouvez
gravement vous blesser si vous travaillez sans ces moyens de
protection.
Ne révisez jamais le filtre à air lorsque le moteur tourne. Si vous
révisez le filtre à air alors que le moteur fonctionne, vous risquez
de laisser pénétrer dans le moteur des particules étrangères qui
entraînent une usure rapide et raccourcissent la durée de vie du
moteur. Ne frappez ni ne chauffez jamais l’élément.

98 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 8 SYSTÈMES D’ADMISSION ET D’ÉVACUATION

ä La procédure de nettoyage, inspection et remplacement décrite


ci-dessous est communément utilisée. Il se peut que certaines
applications soient équipée d’un filtre à air différent.

1. Retirez le couvercle du filtre à air et le boulon à oreilles.

a Corps c Boulon à oreilles


b Élément de filtre à air

Illustration 8-24 Élément du filtre à air - Retrait

2. Retirez le filtre à air du logement.


3. Éliminez la poussière et toute autre saleté sur la face intérieure du
filtre avec de l’air comprimé (maximum de 0,69 MPa {7 kgf/cm2})
[100 psi] au maximum).
4. Pour déloger toute poussière collée sur le filtre, appliquez à distance
de l’air comprimé sur la face extérieure du filtre.
Appliquez de l’air comprimé le long des plis de l’intérieur vers
l’extérieur. Ensuite, appliquez à nouveau de l’air comprimé sur la
face extérieure et sur la face intérieure.

a Nettoyage b Vérification

Illustration 8-25 Élément de filtre à air - Vérification et nettoyage

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 99


CHAPITRE 8 PROCÉDURES D’INSPECTION PÉRIODIQUE ET D’ENTRETIEN

5. Après le nettoyage, examinez le filtre en l’éclairant de l’intérieur afin


de vérifier s’il présente des coupures, des trous ou de l’usure.
6. Remplacez le filtre à air par un nouveau si vous constatez des
irrégularités.
7. Remontez le filtre à air tel quel.

ä Remplacez le filtre par un neuf si vous avez remarqué des


coupures, des trous ou de l’usure sur le filtre, ou si l’indicateur du
filtre devient rouge peu après la remise en place du filtre nettoyé.

Après avoir nettoyé ou remplacé le filtre à air, appuyez sur le bouton de


réinitialisation pour remettre l’indicateur a zéro.

a Bouton de réinitialisation b Signal (rouge)

Illustration 8-26 Filtre à air - Vérification

8.6 Système électrique


8.6.1 Batterie - inspection

s Si de l’électrolyte se renverse sur votre peau, rincez-le


immédiatement à grande eau. Si de l’électrolyte pénètre dans vos
yeux, rincez-les immédiatement à grande eau et consultez
immédiatement un médecin.

s Évitez toute flamme nue ou autre source potentielle d’incendie à


proximité de la batterie. Lorsque vous intervenez sur la batterie,
faites attention aux étincelles causées par des courts-circuits
accidentels.

8.6.2 Niveau d’électrolyte dans la batterie - Inspection


L’électrolyte dans la batterie s’évapore au fil de l’utilisation et son niveau
baisse graduellement. Le niveau adéquat d’électrolyte se trouve entre
les lignes LOWER LEVEL (niveau inférieur) et UPPER LEVEL (niveau
supérieur).

100 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 8 SYSTÈME ÉLECTRIQUE

Pour ce qui est des batteries sans lignes de niveau, le niveau


d’électrolyte se trouve entre 10 et 15 mm [0,394 à 0,591 pouce] au-
dessus des plaques.

a 10 à 15 mm [0,394 à 0,591 pouces] c Niveau inférieur


b Niveau supérieur d Niveau adéquat

Illustration 8-27 Niveau d’électrolyte dans la batterie - Inspection

Si le niveau d’électrolyte est trop bas, enlevez le bouchon et ajoutez de


l’eau distillée jusqu’au niveau requis.
n Versez l’eau distillée doucement.
8.6.3 Densité de l’électrolyte de la batterie - Vérification

a Tube en verre c Flotteur


b Électrolyte d Surface de l’électrolyte

Illustration 8-28 Densité de l’électrolyte de la batterie - Vérification

Chargez l’électrolyte si la densité mesurée à 20 °C [68 °F] est inférieure


à 1,22.

Tableau 8-1 Densité de l’électrolyte


Densité à 20 °C [68 °F] Condition Solution
De 1,26 à 1,28 Entièrement chargé -
De 1,22 à 1,26 Chargé Charger
Moins de 1,22 Déchargé Charger

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 101


CHAPITRE 8 PROCÉDURES D’INSPECTION PÉRIODIQUE ET D’ENTRETIEN

8.6.4 Démarreur - Inspection


Inspectez le démarreur pour détecter tout endommagement.

a Démarreur

Illustration 8-29 Démarreur - Inspection

Si le démarreur sont poussiéreux, dépoussiérez-le avec de l’air


comprimé.
n Si le démarreur est défectueux, consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
8.6.5 Alternateur - Inspection
Inspectez l’alternateur pour détecter tout endommagement.

a Alternateur

Illustration 8-30 Alternateur - Inspection

Si le démarreur sont poussiéreux, dépoussiérez-le avec de l’air


comprimé.
Retirez la courroie et vérifiez à la main que la poulie tourne sans à coup.
n Si l’alternateur est défectueux, consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

102 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


9 Entreposage à long terme

9.1 Entreposage à long terme


Vous trouverez ci-dessous la description de la procédure d’entreposage
du moteur, en état de fonctionnement direct ou non, pour une durée de
3 mois ou plus.
Si le moteur reste à l’arrêt sans entretien pendant trois mois ou plus, les
pièces internes du moteur peuvent rouiller, ce qui peut endommager le
moteur.
Lorsque vous entreposez le moteur pour une durée prolongée, assurez-
vous de suivre les instructions ci-dessous.

9.2 Entreposage du moteur dans un état


non-directement utilisable pendant 3 mois ou plus
9.2.1 Préparation au stockage
1. Vidangez l’huile pour moteur et remplacez-la par une huile neuve.
2. Remplissez le réservoir à carburant d’un mélange de carburant
contenant 50 % d’huile anti-rouille (NP-9).
3. Faites fonctionner le moteur à vide et à vitesse minimum pendant 5 à
10 mn.
4. Juste avant d’arrêter le moteur, vaporisez un inhibiteur de corrosion
volatile par l’orifice d’admission afin d’éviter que le système d’air
d’admission ne se mette à rouiller.
5. Alors que le moteur est à l’arrêt, vidangez le réservoir du mélange de
carburant.
6. Appliquez généreusement une huile anti-rouille (NP-3) sur les parties
exposées de la machine.
7. Fermez hermétiquement l’admission d’air, la sortie d’air, le reniflard
et tout autre ouverture avec du ruban adhésif renforcé de toile.
8. Couvrez l’ensemble du moteur.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 103


CHAPITRE 9 ENTREPOSAGE À LONG TERME

n (a) Stockez le moteur dans un local bien aéré


(b) il n’est pas nécessaire de vidanger le liquide de refroidissement car il
contient du LLC. (Ajoutez du LLC pour augmenter la concentration
jusqu’à 30 à 60 %.).
(c) Mettez un écriteau en un lieu visible sur lequel est indiqué que l’huile
anti-rouille dans le moteur doit être remplacée par de l’huile moteur et
qu’il faut faire le plein de carburant avant d’utiliser le moteur après une
période d’entreposage.
(d) De l’huile pour moteur neuve peut remplacer une huile anti-corrosion
(NP-10-2) du système de lubrification.

Huile anti-rouille et
inhibiteur de cor- Tableau 9-1 Huile anti-rouille et inhibiteur de corrosion
rosion recomman- recommandés
dés
Nr. JIS Produit recommandé Application
K 2246 NP-3 Nippon Oil Corporation Prévention de la rouille
Anti Rouille P-1600 sur les surfaces
exposées de la machine
NP-9 Nippon Oil Corporation Prévention de la rouille
Anti Rouille P-2400 dans le système
d’alimentation
NP-10-2 Nippon Oil Corporation Prévention de la rouille
Anti Rouille P-230 dans le circuit d’huile
Z 1519 - Ryoukou Kagaku Prévention de la rouille
VCI Diana ND volatile dans le système
corrosion inhibitor d’admission d’air

9.2.2 Entretien pendant l’entreposage


Chargez la batterie une fois par mois. Vérifiez préalablement que le
niveau d’électrolyte est adéquat, puis chargez la batterie.
9.2.3 Utilisation du moteur après une période d’entreposage
1. Retirez la bâche recouvrant le moteur.
2. Branchez une batterie entièrement chargée.
3. Enlevez les caches des démarreurs et de l’alternateur.
4. Réglez la tension de la courroie.
n Vérifiez et réglez la tension de la courroie trapézoïdale. Reportez-vous à
la section “Courroie et sa tension - Inspection et réglage” à la page 79.
5. Enlevez le ruban adhésif qui bouche les ouvertures du moteur.
6. Branchez les tuyaux.
n Consultez la section “Huile pour moteur recommandée” à la page 61
pour savoir quelle huile utiliser.
7. Faites le plein de carburant et purgez l’air qui se trouve dans le
système d’alimentation.

104 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 9 ENTREPOSAGE DU MOTEUR DANS UN ÉTAT DIRECTEMENT UTILISABLE PENDANT AU MOINS
3 MOIS

n Pour purger le système d’alimentation, reportez-vous à la


section “Système d’alimentation - Purge d’air” à la page 82.
8. Inspectez l’ensemble du moteur.
9. Enlevez les caches du culbuteur et lubrifiez les mécanismes des
soupapes.
10. Lancez le moteur avec le démarreur pendant environ 10 secondes
tout en tirant sur le levier d’arrêt. Faites une pause d’1 minute, puis
répétez l’opération 2 à 3 fois.
11. Assurez-vous que la pression de l’huile pour moteur augmente.
12. Procédez à un réchauffement pendant une période suffisamment
longue.
n Pour démarrer le moteur, reportez-vous à la section “Démarrage” à la
page 52.
13. Appliquez une charge et augmentez la vitesse du moteur jusqu’à la
vitesse indiquée.

9.3 Entreposage du moteur dans un état directement


utilisable pendant au moins 3 mois
Si le moteur n’est pas utilisé pendant un stockage de trois mois ou plus,
les pièces internes peuvent rouiller et perdre leur couche protectrice
d’huile.
En conséquence, le moteur peut se gripper lorsque vous le faites
démarrer après un entreposage. Pour éviter un tel risque, vous devez
faire régulièrement fonctionner le moteur pendant son stockage.
9.3.1 Mise en marche du moteur pour son entretien
En vu de l’entretien du moteur, faites-le fonctionner au moins une fois
par mois comme indiqué ci-dessous.
1. Lancez le moteur avec le démarreur pendant environ 10 secondes
tout en tirant sur le levier d’arrêt. Faites une pause d’1 minute, puis
répétez l’opération 2 à 3 fois.
2. Assurez-vous que la pression de l’huile pour moteur augmente.
3. Faites fonctionner le moteur à vide pendant 5 à 10 minutes à des fins
de maintenance.
n Pour démarrer le moteur, reportez-vous à la section “Démarrage” à la
page 52.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 105


CHAPITRE 9 ENTREPOSAGE À LONG TERME

106 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


10 Transport

10.1 Levage du moteur

ä Pour soulever le moteur, utilisez des cordes, des manilles et des


élingues capables de supporter le poids du moteur.
Fixez les câbles métalliques aux œillets prévus sur le moteur à
l’aide d’une élingue adéquate.
Assurez-vous que le moteur reste en équilibre en tenant compte de
son centre de gravité.
Assurez-vous que l’angle formé par les élingues et les œillets de
levage ne dépasse pas 60°. Si l’angle dépasse cette limite, les
œillets soumis à une charge excessive risquent d’être
endommagés et de causer un accident grave. Fixez les câbles
métallique aux oeillets de suspension après avoir retiré le capot
des tuyaux et l’isolant proche des oeillets de suspension. Utilisez
des chiffons ou tout autre rembourrage pour éviter que les câbles
n’entrent en contact avec le moteur.

a Oeillet de suspension avant b Oeillet de suspension arrière

Illustration 10-1 Oeillets de suspension

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 107


CHAPITRE 10 TRANSPORT

a Centre du moteur c Centre de gravité


b Centre du vilebrequin

Illustration 10-2 Centre de gravité du moteur (caractéristiques standard)

108 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


11 Dépannage

11.1 Mesures de précaution générales


11.1.1 Contactez votre revendeur Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
pour tout service de réparation
La réparation d’un moteur en panne peut nécessiter un équipement
spécifique ou impliquer un travail potentiellement dangereux, sauf dans
le cas de procédures simples telles que le renouvellement ou l’ajout de
carburant, d’huile pour moteur et de liquide de refroidissement. Si votre
moteur tombe en panne, contactez votre revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
11.1.2 Considérations avant toute intervention
Avant tout dépannage, considérez les causes possibles du problème et
tentez de savoir si le même problème s’est déjà produit.
Vérifiez les pièces susceptibles de causer le problème dans l’ordre le
plus efficace.
Lorsque vous démontez un composant, faites très attention à l’ordre de
démontage afin de pouvoir procéder au remontage dans l’ordre inverse.
11.1.3 Précautions à prendre par rapport aux salissures
La poussière et autres corps étrangers sont la cause la plus courante
d’usure rapide des pièces.
Lorsque vous démontez un composant, prenez les mesures nécessaires
pour éviter que de la poussière ou des corps étrangers ne pénètrent
dans le composant démonté.
11.1.4 Précautions relatives à la manipulation des pièces
Manipulez les pièces avec précautions.
Lorsque vous remplacez des pièces, reportez-vous au catalogue des
pièces et utilisez des pièces d’origines pour le remplacement.
11.1.5 Sécurité lors de l’intervention
Assurez-vous d’utiliser des clés de la taille adéquate. L’utilisation d’une
clé de la mauvaise taille endommage l’écrou et peut entraîner des
blessures corporelles.
Utilisez les outils adéquats et procédez avec la plus grande précaution.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 109


CHAPITRE 11 DÉPANNAGE

Assurez-vous d’estimer correctement le poids de la pièce à démonter. Si


elle est plus lourde que vous ne pensiez, elle peut tomber lors du
levage, s’abîmer et entraîner des blessures corporelles.

11.2 Dépannage
11.2.1 Le démarreur ne démarre pas ou démarre lentement,
entraînant une panne de démarrage

Tableau 11-1 Le démarreur ne démarre pas ou démarre lentement, entraînant une


panne de démarrage
Cause Solutions
Système électrique Branchement de câbles • Vérifiez le fusible du courant continu.
défectueux • Vérifiez le branchement des câbles entre la
batterie, le démarreur et le commutateur du
démarreur.
Batterie insuffisamment • Vérifiez l’alternateur. (Reportez-vous à
chargée la page 102)
• Vérifiez et réglez la courroie. (Reportez-vous à
la page 79)
Batterie défectueuse • Vérifiez la densité de l’électrolyte de la batterie.
(Reportez-vous à la page 101)
• Chargez la batterie.
• Remplacez la batterie.
Démarreur ou relais de • Consultez un revendeur
démarrage défectueux Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Système de graissage Huile trop visqueuse • Utilisez une huile pour moteur appropriée.
(Reportez-vous à la page 61)
Trop d’huile • Vérifiez la quantité d’huile pour moteur et le
système de lubrification. (Reportez-vous à
la page 50)
Mécanique moteur Usure rapide ou blocage • Consultez un revendeur
des parties coulissantes Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

110 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 11 DÉPANNAGE

11.2.2 Le démarreur s’active, mais le moteur ne démarre pas

Tableau 11-2 Le démarreur s’active, mais le moteur ne démarre pas


Cause Solutions
Système d’alimentation Panne de carburant, • Inspectez le réservoir de carburant, remplissez-
conduit bouché le, purgez l’air. (Reportez-vous à la page 80)
• Vérifiez les conduits et robinets à essence.
Carburant aux propriétés • Utilisez un carburant approprié. (Reportez-vous à
inadaptées la page 57)
• Éliminez la poussière, les impuretés dans l’eau.
(Reportez-vous à la page 80)
Fuite de carburant dans • Vérifiez les anomalies et resserrez les tuyaux
les conduits de carburant concernés.
et les tuyaux d’injection. • Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Filtre à carburant bouché • Inspectez et remplacez le filtre à carburant.
(Reportez-vous à la page 85) ou (Reportez-vous
à la page 86)
• Filtre-tamis - Nettoyage
Pompe d’alimentation en • Consultez un revendeur
carburant défectueuse Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Pompe d’injection de • Vérifiez le mouvement de la crémaillère.
carburant défectueuse • Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Buse d’injection de • Consultez un revendeur
carburant défectueuse Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Système d’admission Quantité d’air insuffisante • Nettoyez, inspectez et remplacez le
d’air dépoussiéreur primaire. (Reportez-vous à
la page 97)
• Nettoyez, inspectez et remplacez le filtre à air.
(Reportez-vous à la page 98)
Système de commande Régulateur défectueux • Tige de régulation du carburant - Vérification
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Moteur de base Faible pression de • Consultez un revendeur
compression Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 111


CHAPITRE 11 DÉPANNAGE

11.2.3 Baisse d’efficacité

Tableau 11-3 Baisse d’efficacité


Cause Solutions
Système d’alimentation Carburant aux propriétés • Utilisez un carburant approprié. (Reportez-vous à
inadaptées la page 57)
Filtre à carburant bouché • Inspectez et remplacez le filtre à carburant.
(Reportez-vous à la page 85) ou (Reportez-vous
à la page 86)
• Filtre-tamis - Nettoyage
Pompe d’alimentation en • Consultez un revendeur
carburant défectueuse Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Pompe d’injection de • Consultez un revendeur
carburant défectueuse Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Buse d’injection de • Consultez un revendeur
carburant défectueuse Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Délai d’injection de • Consultez un revendeur
carburant incorrect Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Injection de carburant en • Vérifiez la course de la crémaillère de la pompe
quantité inadéquate d’injection.
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Système de Surchauffe, • Vérifiez le ventilateur et le radiateur.
refroidissement refroidissement trop • Vérifiez le système de commande.
important • Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Systèmes d’admission Quantité d’air insuffisante • Vérifiez le turbocompresseur. (Reportez-vous à
et d’évacuation la page 96)
• Nettoyez, inspectez et remplacez le
dépoussiéreur primaire. (Reportez-vous à
la page 97)
• Nettoyez, inspectez et remplacez le filtre à air.
(Reportez-vous à la page 98)
• Vérifiez la pression de l’air d’admission et toute
fuite éventuelle.
• Vérifiez la température de l’air d’admission et le
dispositif de ventilation.
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Résistance accrue de • Vérifiez le turbocompresseur. (Reportez-vous à
l’air évacué. la page 96)
• Vérifiez les tuyaux d’échappement et le
silencieux.
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

112 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 11 DÉPANNAGE

Tableau 11-3 Baisse d’efficacité (Suite)


Cause Solutions
Moteur de base Faible pression de • Consultez un revendeur
compression Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Soupape du mécanisme • Consultez un revendeur
de distribution Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
défectueuse
Usure rapide des pièces • Consultez un revendeur
coulissantes Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Système de commande Commande du régulateur • Consultez un revendeur
défectueuse Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

11.2.4 Gaz d’échappement blanc ou bleu

Tableau 11-4 Gaz d’échappement blanc ou bleu


Cause Solutions
Système d’alimentation Carburant aux propriétés • Vérifiez l’indice de cétane et utilisez un carburant
inadaptées approprié. (Reportez-vous à la page 57)
Délai d’injection de • Consultez un revendeur
carburant incorrect Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Buse d’injection de • Consultez un revendeur
carburant défectueuse Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Injection de carburant • Vérifiez le bruit à l’allumage, la température des
irrégulière gaz d’échappement.
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Délai d’injection de • Consultez un revendeur
carburant incorrect Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Système de graissage Combustion de l’huile • Vérifiez la quantité d’huile pour moteur et le
pour moteur système de lubrification. (Reportez-vous à
la page 50)
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Système de Refroidissement trop • Vérifiez le radiateur. (Reportez-vous à la page 95)
refroidissement important • Vérifiez le système de commande.
• Thermostat - Inspection
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Moteur de base Soupape du mécanisme • Consultez un revendeur
de distribution Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
défectueuse
Faible pression de • Consultez un revendeur
compression Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 113


CHAPITRE 11 DÉPANNAGE

11.2.5 Gaz d’échappement noir

Tableau 11-5 Gaz d’échappement noir


Cause Solutions
Système d’alimentation Carburant aux propriétés • Utilisez un carburant approprié. (Reportez-vous à
inadaptées la page 57)
Pompe d’alimentation en • Consultez un revendeur
carburant défectueuse Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Pompe d’injection de • Consultez un revendeur
carburant défectueuse Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Buse d’injection de • Consultez un revendeur
carburant défectueuse Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Délai d’injection de • Consultez un revendeur
carburant incorrect Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Injection de carburant • Vérifiez la température des gaz d’échappement.
irrégulière • Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Systèmes d’admission Quantité d’air insuffisante • Vérifiez le turbocompresseur. (Reportez-vous à
et d’évacuation la page 96)
• Nettoyez, inspectez et remplacez le
dépoussiéreur primaire. (Reportez-vous à
la page 97)
• Nettoyez, inspectez et remplacez le filtre à air.
(Reportez-vous à la page 98)
• Vérifiez la pression de l’air d’admission et toute
fuite éventuelle.
• Vérifiez la température de l’air d’admission et le
dispositif de ventilation.
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Résistance accrue de • Vérifiez le turbocompresseur. (Reportez-vous à
l’air évacué. la page 96)
• Vérifiez les tuyaux d’échappement et le
silencieux.
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Moteur de base Faible pression de • Consultez un revendeur
compression Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Soupape du mécanisme • Consultez un revendeur
de distribution Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
défectueuse
Usure rapide des pièces • Consultez un revendeur
coulissantes Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Système de commande Augmentation de régime • Vérifiez le système de commande.
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

114 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 11 DÉPANNAGE

11.2.6 Consommation de carburant élevée

Tableau 11-6 Consommation de carburant élevée


Cause Solutions
Système d’alimentation Buse d’injection de • Consultez un revendeur
carburant défectueuse Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Délai d’injection de • Consultez un revendeur
carburant incorrect Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Carburant aux propriétés • Utilisez un carburant approprié. (Reportez-vous à
inadaptées la page 57)
Fuite de carburant dans • Vérifiez les anomalies et resserrez les tuyaux
les conduits de carburant concernés.
et les tuyaux d’injection. • Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Système de Refroidissement trop • Vérifiez le radiateur. (Reportez-vous à la page 95)
refroidissement important • Vérifiez le système de commande.
• Thermostat - Inspection
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Systèmes d’admission Quantité d’air insuffisante • Vérifiez le turbocompresseur. (Reportez-vous à
et d’évacuation la page 96)
• Nettoyez, inspectez et remplacez le
dépoussiéreur primaire. (Reportez-vous à
la page 97)
• Nettoyez, inspectez et remplacez le filtre à air.
(Reportez-vous à la page 98)
• Vérifiez la pression de l’air d’admission et toute
fuite éventuelle.
• Vérifiez la température de l’air d’admission et le
dispositif de ventilation.
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Résistance accrue de • Vérifiez le turbocompresseur. (Reportez-vous à
l’air évacué. la page 96)
• Vérifiez les tuyaux d’échappement et le
silencieux.
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Moteur de base Faible pression de • Consultez un revendeur
compression Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Soupape du mécanisme • Consultez un revendeur
de distribution Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
défectueuse
Usure rapide des pièces • Consultez un revendeur
coulissantes Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 115


CHAPITRE 11 DÉPANNAGE

11.2.7 Consommation d’huile pour moteur élevée

Tableau 11-7 Consommation d’huile pour moteur élevée


Cause Solutions
Système d’alimentation Délai d’injection de • Consultez un revendeur
carburant incorrect Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Système de graissage Fuite d’huile vers • Vérifiez toute fuite d’huile.
l’extérieur du moteur • Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Huile pour moteur pas • Utilisez une huile à la viscosité appropriée.
assez visqueuse (Reportez-vous à la page 64)
Température d’huile pour • Vérifiez la quantité d’huile pour moteur et le
moteur élevée. système de lubrification. (Reportez-vous à
la page 50)
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Système de Surchauffe • Vérifiez le radiateur. (Reportez-vous à la page 95)
refroidissement • Vérifiez le système de commande.
• Thermostat - Inspection
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Systèmes d’admission Huile sur pièce • Vérifiez toute fuite l’huile vers le
et d’évacuation d’admission turbocompresseur.
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Usure du système de • Consultez un revendeur
commande du robinet Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Moteur de base Usure des pièces • Consultez un revendeur
coulissantes Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Système de commande Augmentation de régime • Vérifiez le système de commande.
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

11.2.8 Surchauffe

Tableau 11-8 Surchauffe


Cause Solutions
Système de Niveau de liquide de • Vérifiez toute fuite de liquide de refroidissement.
refroidissement refroidissement bas • Vérifiez le niveau du liquide de refroidissement.
(Reportez-vous à la page 51)
Fonctionnement incorrect • Consultez un revendeur
de la pompe à eau Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Fonctionnement incorrect • Consultez un revendeur
du thermostat Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Fonctionnement incorrect • Vérifiez et nettoyez le radiateur et son bouchon.
du radiateur (Reportez-vous à la page 95)

116 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


CHAPITRE 11 EN CAS DE PANNE D’ESSENCE

Tableau 11-8 Surchauffe (Suite)


Cause Solutions
Système de commande Augmentation de régime • Vérifiez la course de la crémaillère de la pompe
d’injection.
• Vérifiez le système de commande.
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Moteur de base Usure rapide des pièces • Consultez un revendeur
coulissantes Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

11.2.9 Pression de l’huile pour moteur faible

Tableau 11-9 Pression de l’huile pour moteur faible


Cause Solutions
Système de graissage Quantité d’huile pour • Vérifiez la quantité d’huile pour moteur et le
moteur insuffisante système de lubrification. (Reportez-vous à
la page 50)
Propriétés d’huile pour • Analysez les propriétés de l’huile. Utilisez une
moteur (viscosité) huile pour moteur appropriée. (Reportez-vous à
inadéquates la page 61)
Huile trop chaude • Vérifiez le système du liquide de refroidissement.
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Filtre à huile bouché • Inspectez et remplacez le filtre à huile. (Reportez-
vous à la page 88)
Fonctionnement incorrect • Consultez un revendeur
de la pompe à huile Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Mauvais fonctionnement • Consultez un revendeur
du clapet de décharge Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Système de commande Mauvais fonctionnement • Vérifiez le système et le câblage de commande.
de l’unité de pression • Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Moteur de base Augmentation de régime • Vérifiez le système de commande.
• Consultez un revendeur
Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Usure rapide des pièces • Consultez un revendeur
coulissantes Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.
Augmentez l’espace libre • Consultez un revendeur
des pièces coulissantes. Mitsubishi Heavy Industries, Ltd.

11.3 En cas de panne d’essence


Si le moteur tombe en panne d’essence en plein fonctionnement,
redémarrez le moteur comme indiqué ci-dessous.
1. Remettez le commutateur du démarreur en position "OFF" (éteinte).
2. Remplissez le réservoir de carburant.

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 117


CHAPITRE 11 DÉPANNAGE

Pour remplir le réservoir d’essence, reportez-vous à la


section “Niveau de carburant et d’huile - Vérification” à la page 49.
3. Purgez l’air du système d’alimentation.
Pour purger le système d’alimentation, reportez-vous à la
section “Système d’alimentation - Purge d’air” à la page 82.
4. Redémarrez le moteur.
Pour démarrer le moteur, reportez-vous à la section “Démarrage” à la
page 52.

118 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


12 Caractéristiques
principales

12.1 Caractéristiques principales

Tableau 12-1 Caractéristiques principales


Elément Spécifications
Modèle moteur S3L S3L2 S4L S4L2 S4L2-T
Type Moteur diesel à 4 temps refroidi à l’eau verticalement Moteur diesel
à 4 temps à
turbocom-
presseur
refroidi à l’eau
verticalement
Nombre de cylindres - 3 cylindres en ligne 4 cylindres en ligne
agencement
Alésage x course de 78 × 78.5 mm 78 × 92 mm 78 × 78.5 mm 78 × 92 mm
cylindre φ [3,07 × [3,07 × [3,07 × [3,07 × 3,62 pouces]
3,09 pouces] 3,62 pouces] 3,09 pouces]
Déplacement 1.125 l 1.318 l 1.500 l 1.758 l
[0,3 U.S. gal.] [0,3 U.S. gal.] [0,4 U.S. gal.] [0,5 U.S. gal.]
Type de combustion Chambre de turbulence
Taux de compression 22 : 1
Ordre d’allumage 1-3-2 1-3-4-2
Sens de rotation Antihoraire vu du côté du volant
Dimensions (L x l x h) 536 × 433 × 572 mm 620 × 433 × 572 mm 620 × 452 ×
[21,10 x 17,05 x 22,52 pouces] [24,41 x 17,05 x 22,52 pouces] 640 mm
[24,41x17,80 x
25,20 pouces]
Poids à sec Approx. 140 kg [309 livres] Approx. 155 kg [342 livres] Approx. 174 kg
[384 livres]
Carburant Carburant diesel (équivalent de JIS K 2204)
Pompe d’injection Type PFR
Filtre à carburant Élément en papier de type cartouche ou à robinet
Buse d’injection de Type d’obturateur
carburant
Pression initiale 13.73 MPa {140 kgf/cm2} [1991 psi]
injection de carburant
Méthode de lubrification Circulation forcée (pression par pompe à huile)

Publ. Nr. 99610-31120_FR Manuel d’utilisation et d’entretien 119


CHAPITRE 12 CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES

Tableau 12-1 Caractéristiques principales (Suite)


Elément Spécifications
Huile de lubrification Huile de Classe CF ou CH-4 (classe de service API)
Capacité Carter Ensemble du moteur : Ensemble du moteur :
huile pour d’huile Environ 4,5 l [1,2 U.S. gal.], Environ 6,0 l [1,6 U.S. gal.],
moteur standard
Carter d’huile Max/Min : Carter d’huile Max/Min :
Environ 3,7 l [1,0 U.S. gal..]/ Environ 5,5 l [1,5 U.S. gal.]/
Approx. 2,2 l [0,6 U.S. gal.] Environ 3,7 l [1,0 U.S. gal.]
Carter Ensemble du moteur : Ensemble du moteur :
d’huile de Environ 6,2 l [1,6 U.S. gal.], Environ 8,2 l [2,2 U.S. gal.],
type
Carter d’huile Max/Min : Carter d’huile Max/Min :
profond
Environ 5,7 l [1,5 U.S. gal.]/ Environ 7,7 l [2,0 U.S. gal.]/
Environ 3,1 l [0,8 U.S. gal.] Environ 4,2 l [1,1 U.S. gal.]
Filtre à huile Élément en papier de type cartouche
Refroidisseur d’huile - À plaque
multiples et
refroidisse-
ment par eau
Méthode de Refroidissement à eau forcée par pompe centrifuge
refroidissement
Capacité de Approx. 1,8 l [0,5 U.S. gal.] Approx. 2,5 l [0,7 U.S. gal.]
refroidissement (moteur de base uniquement) (moteur de base uniquement)
Système de démarrage Démarrage par moteur électrique
Démarreur CC 12 V - 1,7 kW CC 12 V - 2,0 kW
Alternateur CC 12 V - 50 A
Turbocompresseur - Mitsubishi
TD025/TD03

n (a) Les spécifications ci-dessus peuvent changer sans avertissement


préalable.
(b) Les spécifications ci-dessus concernent le modèle standard. Les
caractéristiques du modèle spécial peuvent différer de celles du modèle
standard.

120 Moteurs Diesels Mitsubishi Série-SL Juillet 2009


Publ. Nr. 99610-31120_FR
Manuel d’utilisation et d’entretien

KOHLER

Alternateur

KH00260T - KH00350T - KH00404T - KH00420T


KH00422T - KH00460T - KH00470T - KH00500T
KH00520T - KH00620T - KH00630T - KH00771T
KH00930T - KH00941T - KH00970T - KH00973T
KH01030T - KH01180T - KH01380T - KH01483T
KH01720T - KH01982T - KH02211T - KH02712T
KH02950T - KH02970T - KH02953T - KH03450T
KH03543T - KH03544T - KH03850T - KH03860T
KH04070T - KH04590T - KH04830T - KH04920T
KH05520T - KH05740T - KH06400T - KH06810T
KH08200T

18/07/2017 33521036101_3_1
MUE 33521036101_3_1

SOMMAIRE

1 Préambule..................................................................................................................................................................................... 2
1.1 Consignes générales............................................................................................................................................................ 2
1.2 Consignes et règles de sécurité (protection des personnes) ..............................................................................................2
2 Directives et normes applicables .................................................................................................................................................. 2
3 Caractéristiques ............................................................................................................................................................................ 3
3.1 Masse................................................................................................................................................................................... 3
4 Maintenance.................................................................................................................................................................................. 4
4.1 Vérification générale de l'installation .................................................................................................................................... 4
4.2 Nettoyage de l'alternateur .................................................................................................................................................... 4
4.3 Vérification du circuit de ventilation ...................................................................................................................................... 4
4.4 Vérification des roulements .................................................................................................................................................. 5
4.4.1 Roulements graissés à vie............................................................................................................................................... 5
4.4.2 Roulements regraissables ............................................................................................................................................... 5
4.5 Vérification du bobinage....................................................................................................................................................... 5
4.6 Maintenance du régulateur................................................................................................................................................... 6
4.6.1 Accès aux manuels complets des régulateurs.................................................................................................................6
4.6.2 Présentation du régulateur............................................................................................................................................... 6
4.6.3 Réglage du régulateur ..................................................................................................................................................... 7
5 Résolution de pannes ................................................................................................................................................................... 8
5.1 Intervention des protections ................................................................................................................................................. 8
5.2 Significations du clignotement de la LED du régulateur.......................................................................................................8
5.3 Défauts ................................................................................................................................................................................. 9

MUE631_FR _18/07/2017 14:10 33521036101_3_1 Section_3 _Caractéristiques 1


1 Préambule

1.1 Consignes générales


Avant de faire fonctionner votre alternateur, vous devez avoir lu complètement ce manuel de maintenance. Toutes les opérations et
interventions à faire pour l’entretien de cet alternateur seront réalisées par du personnel qualifié.
Notre service assistance technique est à votre disposition pour tous les renseignements dont vous avez besoin.
Les différentes interventions décrites dans cette notice sont accompagnées de recommandations ou de symboles pour sensibiliser
l’utilisateur aux risques d’accidents. Vous devez impérativement comprendre et respecter les différentes consignes de sécurité
jointes.

Dans ce manuel, les textes d’avertissement sont traités de la manière suivante :

Danger immédiat.
Indique un danger imminent qui peut provoquer un décès ou une blessure grave. Le non-respect de la
consigne indiquée peut entraîner des conséquences graves pour la santé et la vie des personnes exposées.
DANGER

Danger potentiel.
Indique une situation dangereuse le cas échéant. Le non-respect de la consigne indiquée peut entraîner des
blessures légères sur des personnes exposées ou des dommages matériels.
ATTENTION

Nota : Le fabriquant se réserve le droit de modifier les caractéristiques de ses produits à tout moment pour y apporter les derniers
développements technologiques. Les informations contenues dans ce document sont donc susceptibles de changer sans avis
préalable.

1.2 Consignes et règles de sécurité (protection des personnes)

RISQUE DE BLESSURES
Pendant le fonctionnement, il est interdit de stationner devant les grilles de sortie d’air en raison d’un éventuel
risque de projection de matière.
Pour les enfants de moins de 14 ans, Il est interdit d’approcher les grilles de sortie d’air.
ATTENTION

RISQUE DE BRÛLURES
Ne pas toucher l’alternateur lors de son fonctionnement et tout de suite après l’arrêt du groupe à cause d’un
risque de température élevée des surfaces.
ATTENTION

Il est interdit d'asperger ou de mettre tout récipient contenant du liquide sur les parties électriques.
Les machines électriques rotatives présentent des parties dangereuses car elles sont sous tension ou dotées
de mouvement. C’est pourquoi:
- Une utilisation non conforme,
- La violation des protections et le débranchement de ces dernières,
- Un manquement dans les contrôles et l’entretien, peuvent causer de graves dommages aux personnes et
ATTENTION aux matériels.

2 Directives et normes applicables


DIRECTIVES :
- Basse Tension n° 2006/95/CE du 12 décembre 2006
- Machine n° 2006/42/CE du 17 mai 2006
- CEM n° 2004/108/CE du 15 décembre 2004

NORMES :
- EN et IEC 60034 – 1 « Machines électriques tournantes - Partie 1 : caractéristiques assignées et caractéristiques de
fonctionnement »

2 Section 4 Maintenance 33521036101_3_1 MUE631_FR _18/07/2017 14:10


3 Caractéristiques

3.1 Masse

Alternateur KH00260T KH00350T KH00404T KH00420T KH00422T KH00460T KH00470T KH00500T KH00520T
Total (kg) 65 79 115 88 180 136 93 195 136

Alternateur KH00620T KH00630T KH00771T KH00930T KH00941T KH00970T KH00973T KH01030T KH01180T
Total (kg) 225 162 250 510 290 300 300 560 590

Alternateur KH01380T KH01720T KH02211T KH02970T KH02950T KH03543T KH01483T KH01982T KH02712T
Total (kg) 680 765 905 1870 1586 1693 1040 1171 1380

Alternateur KH02953T KH03450T KH03543T KH03544T KH03850T KH03860T KH04070T KH04590T KH04830T
Total (kg) 1586 2090 1693 1693 3010 2275 2395 3380 2660

Alternateur KH04920T KH05520T KH05740T KH06400T KH06810T KH08200T


Total (kg) 3565 2950 3810 4260 4380 5114

MUE631_FR _18/07/2017 14:10 33521036101_3_1 Section_3 _Caractéristiques 3


4 Maintenance

4.1 Vérification générale de l'installation

MATÉRIEL ÉLECTRIQUE - RISQUE DE CHOC ÉLECTRIQUE


Les opérations sur les connexions électriques doivent être effectuées avec l’absolue
certitude d’absence de tension dans celles-ci.
DANGER

- Vérifier le bon fonctionnement à intervalles réguliers (absence de bruit ou vibrations anormales).


- Vérifier le bon serrage de tous les écrous et boulons de fixations et en particulier des connexions électriques.

4.2 Nettoyage de l'alternateur

L’utilisation d’eau ou d’un nettoyeur haute pression pour le nettoyage est interdite.
Ne pas nettoyer avec de l’air comprimé les parties électriques internes, car cela pourrait provoquer un court-
circuit ou autres anomalies.
Avant tout contact avec l’alternateur, s’assurer qu’il soit à température ambiante.
Utiliser de l’air comprimé uniquement en basse pression pour le nettoyage extérieur de l’alternateur.
ATTENTION

4.3 Vérification du circuit de ventilation

MATÉRIEL ÉLECTRIQUE - RISQUE DE CHOC ÉLECTRIQUE


Le démontage des filtres doit être effectué lorsque l’installation est arrêtée, cette opération
donne accès à des parties qui pourraient se trouver sous tension.
DANGER

- Veiller à ce que la circulation d’air ne soit pas réduite par une obturation partielle des grilles d’aspiration et de refoulement
: boue, fibre, suie, etc…
- Contrôler l’état de corrosion ou d’abrasion des grilles de sortie d’air.
Si votre installation est dotée de filtres :
- Déposer la grille puis retirer le filtre.
- Nettoyer le filtre à l’air comprimé basse pression ou remplacer le en cas de colmatage.

Entrée
d’air

Filtre

Support

4 Section 4 Maintenance 33521036101_3_1 MUE631_FR _18/07/2017 14:10


4.4 Vérification des roulements

4.4.1 Roulements graissés à vie

La durée de vie approximative de la graisse (selon utilisation) est de 30 000 heures.


Contacter un agent agréé pour le changement des roulements.

4.4.2 Roulements regraissables

Il est impératif de graisser l’alternateur en marche.


Avant d’utiliser une autre graisse, vérifier sa compatibilité avec la graisse d’origine.

ATTENTION

Si votre équipement est doté de roulements regraissables, il est recommandé de :


- graisser l’alternateur en marche avec de la graisse SKF LGMT2,
- surveiller l’élévation de température des roulements.

KH01483T - KH01982T KH03850T – KH04590T


KH02970T - KH03450T
KH02712T - KH02950T KH04920T - KH05740T
Référence Alternateur KH03860T - KH04070T
KH02953T - KH03543T KH06400T - KH06810T
KH04830T - KH05520T
KH03544T KH08200T
Quantité de graisse (gr)
Roulement avant 60 70 90
Roulement arrière (*) 60 70
Périodicité de graissage (h)
Roulement avant
4000 4000 4000
Roulement arrière
(*) Aucune maintenance n’est necessaire pour leur fonctionnement (pour approximativement 30.000 heures).

4.5 Vérification du bobinage

L’isolement doit être supérieur à 1 MΩ.


Avant d’effectuer la mesure de la résistance de l’isolement, il est impératif de déconnecter le régulateur de
tension, le pont de diodes tournantes, les filtres anti-parasitage et tous les éventuels dispositifs de connexions
électriques aux enroulements à vérifier.
ATTENTION

Après de longues périodes de stockages ou en présence de signes évidents d’humidité, il est nécessaire de vérifier l’état
d’isolement.
- Contrôler les résistances d’isolement de tous les enroulements à la masse y compris le rotor. Cette mesure peut
s’effectuer par un instrument “Megger” ou un matériel similaire à 500V de tension en continue.
- Si les valeurs mesurées sont inférieurs à celles requises, réchauffer les bobinages en insufflant de l’air chaud à 50-60°C.

MUE631_FR _18/07/2017 14:10 33521036101_3_1 Section_3 _Caractéristiques 5


4.6 Maintenance du régulateur

4.6.1 Accès aux manuels complets des régulateurs

Pour les distributeurs, les manuels complets des régulateurs sont disponibles sur https://gaia.sdmo.com.
Saisir la référence du régulateur ou de l’alternateur.

4.6.2 Présentation du régulateur

DSR

DER 1 DER 2

6 Section 4 Maintenance 33521036101_3_1 MUE631_FR _18/07/2017 14:10


4.6.3 Réglage du régulateur

Vérifier que toutes les connexions, la position de la roue codeuse, les straps et modules complémentaires sont repositionnés à
l’identique du régulateur initial.

Pendant le fonctionnement normal un indicateur à LED monté sur la carte clignote avec une période égale à 2 sec et un duty cycle
de 50%; en cas d'intervention ou de signalement d’alarme, il y a différents modes de clignotement (cf paragraphe ‘Signification du
clignotement de la LED du régulateur’).

Procéder au réglage du régulateur de la façon suivante :


1. Tourner complètement le potentiomètre Hz dans le sens anti-horaire.
2. Appliquer la charge nominale à l'alternateur.
3. Diminuer la vitesse de 10%.
4. Au bout de deux minutes, tourner lentement le potentiomètre AMP dans le sens anti-horaire jusqu’à obtenir une diminution
de la valeur de la tension du générateur, et l’activation de l’alarme 5 (visible par une variation du clignotement de la LED).
5. Calibrer le trimmer AMP jusqu’à ce que la valeur de la tension de sortie arrive à 97% de la valeur nominale: l’alarme 5 est
encore active. Revenant à la vitesse nominale, quelques secondes après, l’alarme 5 disparaît et la tension du générateur
monte à la valeur nominale.
6. Calibrer le trimmer Hz selon les instructions sur paragraphe suivant.

Le potentiomètre Hz permet de calibrer le seuil de l'intervention de la protection de fréquence jusqu'à -20% par rapport à la vitesse
de consigne définie par le cavalier 50/60 (à 50 Hz le seuil peut être calibrée de 40 Hz à 50 Hz, à 60 Hz le seuil peut être calibré de
48Hz à 60Hz). L'intervention de cette protection réduit la tension de sortie du générateur et, pour le calibrer, réaliser la procédure
suivante :
1. Tourner complètement le trimmer Hz dans le sens anti-horaire
2. Si la machine doit fonctionner à 60 Hz, s’assurer que le pont entre
a. DSR : les bornes 12 et 13 de connecteur CN1 est installé.
b. DER : les bornes 25 et 26 est installé.
3. Amener le générateur à une vitesse égale à 90% de la vitesse nominale.
4. Agir lentement sur le potentiomètre "Hz” en le tournant dans le sens horaire afin que la tension du générateur commence
à diminuer et, en même temps, s’assurer que le LED commence à clignoter rapidement. En augmentant la vitesse, la
tension du générateur devra se normaliser et l’alarme disparaître.
5. Ramener la vitesse à la valeur nominale.

MUE631_FR _18/07/2017 14:10 33521036101_3_1 Section_3 _Caractéristiques 7


5 Résolution de pannes

Pour toute intervention sur les diodes tournantes, le circuit d’excitation (induit, inducteurs) ou roue polaire,
contacter un agent agréé.

ATTENTION

5.1 Intervention des protections


Intervention instantanée de la protection sous-vitesse :
- vitesse réduite de 10% par rapport aux réglages nominaux.

Intervention retardée de la protection surcharge :


- surcharge de 10% (KH00260T - KH00350T - KH00420T - KH00470T) ou 20% (KH00404T - KH00422T - KH00460T -
KH00500T - KH00520T - KH00620T - KH00630T - KH00771T - KH00930T - KH00941T - KH00973T - KH01030T -
KH01180T - KH01380T - KH01483T - KH01720T - KH01982T - KH02211T - KH02712T - KH02950T - KH02953T –
KH02970T - KH03450T - KH03544T - KH03850T - KH04070T - KH04590T - KH04830T - KH04920T - KH05520T -
KH05740T - KH06400T - KH06810T - KH08200T) par rapport aux valeurs nominales.
- facteur de puissance (cos ϕ) inférieur aux valeurs nominales.
- température ambiante supérieure à 50°C.

Intervention de toutes les protections :


- combinaison de toutes les interventions précédentes.
Dans ce cas la tension de la machine diminuera jusqu’à une valeur qui dépendra de l’anomalie. La tension reviendra
automatiquement à sa valeur nominale lorsque cessera la cause du problème.

5.2 Significations du clignotement de la LED du régulateur

LED

OK LED OFF
LED ON
CHECKSUM

SHORT CIRCUIT

Amp

Hz or O.S.

AMP and (Hz or O.S.)

STOP

Alarm intervention
T (s)

N° Description d’évènement Action


1 Test EEprom Rétablissement donnéesdéfaut, Blocage
2 Surtension APO*
3 Sous-tension APO*
4 Court-circuit APO*, Courant Maximum, Blocage
5 Surcourant d’excitation APO*, Réduction courant d’excitation
6 Sous vitesse APO*, Rampe V/F
7 Survitesse APO*
*Active Protection Output

8 Section 4 Maintenance 33521036101_3_1 MUE631_FR _18/07/2017 14:10


5.3 Défauts

MATÉRIEL ÉLECTRIQUE - RISQUE DE CHOC ÉLECTRIQUE


Après la mise au point ou recherche de panne, les panneaux d’accès ou capotages
seront remontés.
DANGER

Défauts Causes Actions


Défaut de roulement Contrôler et remplacer si nécessaire les roulements.
Alternateur bruyant Défaut d’accouplement Vérifier et si nécessaire améliorer l’accouplement.
Fusible grillé Contrôler le fusible et si nécessaire le remplacer.
Tension résiduelle insuffisante Augmenter la vitesse de 15%.
L’alternateur ne Tension résiduelle nulle Appliquer pendant un instant + et – du régulateur électronique une
s’excite pas tension de 12V d’une batterie, avec en série une résistance de 30 Ω en
respectant les polarités
Apres ré-excitation Mauvaise connexion Contrôler les câbles de connections.
se désexcite
Mauvais réglage Régler la tension au moyen du potentiomètre prévu à cet effet.
Tension trop basse Vitesse réduite Contrôler le nombre de tours (intervention possible de la protection)
à vide Bobinages endommagés Contrôler les enroulements.

Tension trop élevée Mauvais réglage Régler la tension au moyen du potentiomètre prévu à cet effet.
à vide Défaut Régulateur Contrôler le régulateur et le remplacer si nécessaire.
Mauvais réglage Régler la tension au moyen du potentiomètre prévu à cet effet.
Charge trop élevée Courant trop élevé, cosϕ inférieur à 0.8, vitesse inférieure de 4% à la
Tension trop basse vitesse nominale (intervention possible de la protection).
en charge Défaut Régulateur Contrôler le régulateur et le remplacer si nécessaire.
Défaut diodes Contrôler les diodes, les remplacer si nécessaire.
Tension trop haute Mauvais réglage Régler la tension au moyen du potentiomètre prévu à cet effet.
en charge Défaut Régulateur Contrôler le régulateur et le remplacer si nécessaire.
Vitesse instable Contrôler l’uniformité de la rotation.
Tension instable Mauvais réglage Régler la stabilité du régulateur en agissant sur le potentiomètre
“STAB”.

MUE631_FR _18/07/2017 14:10 33521036101_3_1 Section_3 _Caractéristiques 9