Vous êtes sur la page 1sur 3

Sylvie Fontaine, Lorraine Savoie-Zajc et Alain Cadieux. 2013.

Évaluer les
apprentissages Démarche et outils d’évaluation pour le primaire et le secondaire. Les
éditions CEC

Chapitre 2 : La planification de l’évaluation des apprentissages (p.16 à 30)

Pourquoi planifier les activités d’évaluation?


De quels outils dispose-t-on pour faire cette planification?

Comme l’affirme l’article 19.2 de la Loi sur l’instruction publique, c’est de la


responsabilité de l’enseignant de choisir l’instrument d’évaluation pour évaluer
constamment et périodiquement ses élèves.

Définition de la planification des apprentissages (p.16) :


« Il s’agit de la tâche de l’enseignant qui consiste à :
 soutenir l’apprentissage de chacun des élèves tout au long de l’année scolaire;
 reconnaitre les compétences à des moments clés dans l’année. »

Les deux objectifs de l’évaluation des apprentissages sont :


 soutenir l’apprentissage (responsabilité de l’enseignant et de l’équipe-école)
 de reconnaitre les compétences (responsabilité de l’enseignant, de la commission
scolaire et du ministère de l’Éducation)

Pour qu’une situation d’évaluation soit cohérente, il faut qu’elle est été faite selon une
planification rigoureuse.

Définition de la stratégie d’évaluation (p.17) :


« Il s’agit de l’action de l’enseignant visant à guider l’élève dans son apprentissage et, à
des moments précis, à reconnaitre l’état de ses compétences. »

Définition de l’activité d’évaluation (p.18) :


« L’activité d’évaluation, qu’on appelle aussi situation d’évaluation, désigne ce qui est
réalisé par l’élève. Il peut s’agir d’une tâche ou d’une situation-problème que
l’enseignant propose aux élèves et qui implique une production quelconque (texte écrit,
fabrication, production orale, démonstration, etc.). »
Le MELS met à la disposition des situations d’évaluation dont les enseignants peuvent
se servir. Mais, il arrive souvent que les enseignants doivent créer eux-mêmes des
situations d’évaluation.

Les « instruments d’évaluation » comprennent tous les documents qui permettent à


l’enseignant de poser un diagnostic de l’acquisition de connaissances ou du
développement de compétences.

Les documents qui encadrent la planification de l’évaluation sont :


 la Politique d’évaluation des apprentissages
 l’encadrement local et les normes et modalités d’évaluation
 la progression des apprentissages
 les cadres d’évaluation

La politique d’évaluation des apprentissages de 1981 a été complètement modifiée


avec l’apparition du PFEQ en 2001. La politique est maintenant axée sur la réussite pour
tous. Elle indique deux objectifs à l’évaluation : le soutien à l’apprentissage et la
reconnaissance des compétences acquises par les élèves. Alors, la planification de
l’évaluation a radicalement changée elle aussi. Les valeurs « fondamentales » qui
prédominent l’évaluation actuellement sont la justice, l’égalité et l’équité. Les valeurs
« instrumentales » sont la cohérence, la rigueur et la transparence. Le rôle de la politique
d’évaluation des apprentissages est d’encadrer la pratique de l’évaluation en fournissant
des renseignements généraux sur la mission, les valeurs, les orientations. Mais, l’objet
d’évaluation, les moments ou les critères d’évaluation ne sont pas indiqués dans la
politique. Ils le sont dans les normes et modalités de l’école en lien avec le PFEQ.

Le document intitulé Renouveler l’encadrement local en évaluation des apprentissages


provient du ministère de l’Éducation et propose une démarche aux commissions scolaires
qui doivent guider les écoles dans l’élaboration des normes et modalités en évaluation.
Parfois, les commissions scolaires s’en inspirent pour le guide pour les enseignants dans
leur travail de préparation des normes et modalités en évaluation intitulé l’Encadrement
local en évaluation des apprentissages. Les normes et modalités sont déterminées dans
chaque école et fournissent de l’information sur les dispositions législatives, le passage
des élèves d’un cycle à l’autre, etc. Les canevas servent à la planification de l’évaluation
annuelle.

Le programme de formation de l’école québécoise (PFEQ) est axé sur le


développement des compétences. Ce programme porte à confusion depuis plusieurs
années parce que beaucoup de gens ne comprennent pas la place de l’évaluation des
connaissances avec le PFEQ. Celle-ci peut être faite par des évaluations de type
traditionnel comme les exercices, les tests, les tâches simples ou les examens. Mais, pour
évaluer l’atteinte d’une compétence, il faut que procéder à une situation d’évaluation. Le
rôle du PFEQ est de fournir à l’enseignant les objets de l’évaluation (parfois de
connaissances, d’autres fois de compétences). Il fournit aussi des critères d’évaluation et
des attentes de fin de cycle qui peuvent guider les enseignants dans ses planifications de
leçons ou d’instruments d’évaluation.

La progression des apprentissages agit à titre de complément d’information en ce qui a


trait aux connaissances que les élèves doivent acquérir chaque année. Elle indique ce qui
doit être enseigné, évalué et le moment pour le faire. Elle indique également le niveau
d’autonomie où les élèves sont supposés être rendus selon le niveau où ils se situent.

Les cadres d’évaluation des apprentissages (sur le site du MELS) présentent les
compétences et les critères d’évaluation sur lesquelles les résultats des élèves doivent être
évalués. Ils fournissent de l’information sur le contenu et les critères en faisant
directement des liens avec le PFEQ.

L’utilité des documents officiels est qu’ils servent de point de départ de la démarche
d’évaluation des apprentissages, d’appui et d’aide à l’enseignant ainsi que de balise à une
évaluation juste, équitable et rigoureuse.