Vous êtes sur la page 1sur 3

Sylvie Fontaine, Lorraine Savoie-Zajc et Alain Cadieux. 2013.

Évaluer les
apprentissages Démarche et outils d’évaluation pour le primaire et le secondaire. Les
éditions CEC

Chapitre 3 : L’évaluation pour soutenir l’apprentissage (p.32 à 45)

Qu’est-ce que l’évaluation pour l’apprentissage?


Comment soutenir l’apprentissage des élèves à l’aide de pratiques évaluatives?

Lorsque l’enseignant fait des interventions évaluatives pour soutenir l’élève dans
l’acquisition de connaissances et le développement de compétences, il fait une évaluation
en soutenant l’apprentissage. Il s’agit d’utiliser des outils, des stratégies ou des pratiques
pour guider et soutenir l’élève dans son apprentissage.

La rétroaction (orale ou écrite) est un élément clé de la conception de l’évaluation pour


l’apprentissage.

Définition de la rétroaction (p.33) :


« La rétroaction, aussi appelée feedback, consiste à signaler à l’élève en situation
d’apprentissage l’écart qui existe entre le but à atteindre et l’action réalisée pour atteindre
ce but. »

Voici ce que l’enseignant peut faire pendant la rétroaction dans le but que l’élève ajuste
son action:
 Émettre des commentaires
 Faire des suggestions
 Poser des questions

La rétroaction doit être courte et précise pour que l’élève puisse bien comprendre
comment s’ajuster en le faisant rapidement.
Lorsque la rétroaction est informelle (donnée par hasard), elle devient aléatoire, inégale et
moins utile parce que l’élève ne pourra pas se servir de l’information transmise pour
s’améliorer.

La rétroaction doit être formelle et doit comprendre les étapes suivantes (p.35):


 Fixer un but avec les élèves et les guider vers l’atteinte de ce but;
 Contrôler; en cours d’action, la progression des élèves vers le but de leur
apprentissage;
 S’assurer d’offrir aux élèves des commentaires, des suggestions ou des questions,
qui leur permettront de faire un retour sur leurs actions et de progresser dans leurs
apprentissages;
 Confirmer aux élèves la justesse de leur trajectoire ou, au besoin, les aider à se
réorienter et à mieux cerner leur but.

Les quatre types de rétroactions du modèle de Hattie et Timperley (2007) sont :


1) La rétroaction corrective (où l’enseignant fait des commentaires sur la production
de l’élève)
2) La rétroaction sur la tâche à accomplir (en situation de réalisation)
3) La gestion des apprentissages (peut être associé à la capacité de l’élève de
s’autoévaluer et à réguler son action en fonction de son autoévaluation)
4) L’élève en tant que personne (où on lui fait des commentaires pour l’encourager)

Définition de l’autoévaluation (p.40):
« L’autoévaluation est la démarche par laquelle l’élève porte un jugement sur la
qualité de son travail, ou de son cheminement, au regard des objectifs d’apprentissage
ciblés au départ et en fonction des critères d’évaluation proposés par l’enseignant. »

Pour être capable de faire de l’autoévaluation, l’élève doit comprendre ce qu’il a à


faire, avoir une certaine connaissance de soi et être engagé dans sa démarche
d’apprentissage. En général, les élèves ont besoin d’outils pour appuyer leurs
jugements.

Définition de la régulation (p.41) :


« La régulation est l’action de l’élève qui ajuste sa démarche pour prendre en compte
la rétroaction de l’enseignant. On dit aussi régulation de l’enseignement lorsque
l’enseignant, après ses observations, décide de revoir une notion mal comprise, de
préparer des exercices additionnels ou, encore, de poursuivre la démarche
d’enseignement-apprentissage pour faire progresser ses élèves. »

Importance de la régulation :
 Elle amène l’élève à progresser dans ses apprentissages et à se diriger vers
l’atteinte du but fixé au départ
 Elle responsabilise les élèves à l’égard de leurs apprentissages et à développer
des compétences d’autorégulation
 Elle permet à l’enseignant de prendre en compte les difficultés des élèves
avant de se diriger vers d’autres apprentissages

Allal (1991) propose trois types de régulation : la régulation proactive, interactive et


rétroactive.

Il est important que l’enseignant fournisse une rétroaction pendant que les élèves sont en
train de travailler ou d’apprendre pour qu’elle soit porteuse de sens. (Si elle a lieu après
un examen, elle risque d’avoir peu de sens aux yeux des élèves). Elle doit aussi être faite
le plus rapidement possible.

La rétroaction peut être transmise…


 À un élève
 À un petit groupe d’élève
 À tous les élèves du groupe
 De façon mixte

Pour que la rétroaction soit efficace, il faut qu’elle…


 soit en lien avec le niveau de l’élève dans sa progression vers la compétence et
non avec l’ensemble des éléments à maitriser pour une compétence donnée
 soit un processus continu plutôt qu’une fin en soi
 tienne compte de la capacité de chaque élève à recevoir de la rétroaction