Vous êtes sur la page 1sur 3

Sylvie Fontaine, Lorraine Savoie-Zajc et Alain Cadieux. 2013.

Évaluer les
apprentissages Démarche et outils d’évaluation pour le primaire et le secondaire. Les
éditions CEC

Chapitre 8 : La communication de l’évaluation (p.118 à 133)

Quels sont les outils de communication dont nous disposons en évaluation des
apprentissages?
Quelles fonctions ces outils remplissent-ils dans la progression des apprentissages de
l’élève?

Lorsque l’on parle de la communication dans l’évaluation, on fait allusion à tous ce qui
permet de transmettre de l’information sur le niveau où est rendu l’élève dans ses
apprentissages. La communication est essentielle à la progression des apprentissages.

Il ne faut jamais que les enseignants oublient que même s’ils utilisent des outils
d’évaluation très efficaces et sophistiqués, ils ne peuvent jamais être assurés que ces
outils seront compris par les autres.

L’un des plus grands défis éducatifs à relever depuis le renouveau pédagogique concerne
l’évaluation des apprentissages et soulève beaucoup de questionnements et d’inquiétude.
Mais, une bonne communication peut aider à diminuer ce questionnement et ces
inquiétudes chez les parents tout en aidant les intervenants scolaires à mieux comprendre
les besoins des élèves.

Exemples de moyens de communication :


 Le bulletin : démontre l’acquisition des connaissances et le développement des
compétences visées par le PFEQ
 Les notes à l’agenda et les rencontres informelles : sert à transmettre de
l’information pour soutenir l’apprentissage
 Les rencontres formelles (lors de la remise du bulletin) : peuvent servir aux deux
fonctions de l’évaluation

Il y a trois étapes dans la structure de la communication de l’évaluation selon Perround


(2001) : les enseignants et autres professionnels de l’éducation, l’élève et les parents.
Les enseignants et les autres professionnels de l’éducation ont la responsabilité de
recueillir l’information sur l’élève pour la transmettre, par la suite, à cet élève et à ses
parents en s’assurant qu’ils comprennent bien la rétroaction qu’il leur apporte.

L’élève a la charge de s’informer de sa progression et de chercher à comprendre les


rétroactions qu’il reçoit de son enseignant pour toujours essayer de s’améliorer.

Les parents ont la responsabilité de s’informer de la vie scolaire de leur enfant et de


chercher à l’aider dans ses apprentissages (il faut toujours chercher à faire sentir aux
parents qu’ils font partie de l’équipe pédagogique qui éduque leur enfant parce que les
parents sont ceux qui peuvent avoir le plus d’influence sur leur enfant, autant dans son
attitude face à l’école que sur son rendement et son comportement!)

Exemples d’outils de communication pour l’apprentissage :


Chez l’élève…
 Les productions écrites
 Les devoirs
 Les projets
 Les épreuves à caractère formatif
 Toutes traces relatives au travail de l’élève
 Le portfolio
Chez l’enseignante …
 La rétroaction verbale ou écrite
 La discussion
 Le tableau de progression des apprentissages
 Le portfolio
 Les notes à l’agenda
 Les courriels
 Les appels téléphoniques

Il faut toujours s’assurer que le moyen de communication utilisé soit fiable et juste pour
le destinataire.

La façon de faire des bulletins a radicalement changé depuis un siècle (elle variait même
d’une école à l’autre pendant le temps de l’imposition de la réforme), mais aujourd’hui, le
bulletin fait référence à l’atteinte des compétences visées par le PFEQ. Il comprend des
notes en pourcentage pour chacune des compétences, des moyennes et des espaces
réservés aux enseignants pour qu’ils écrivent des commentaires. Le rôle du bulletin est de
communiquer les résultats de l’élève sous la forme de notes et de situer ces résultats par
rapport à la moyenne de la classe. Par contre, il n’informe pas précisément des forces et
des faiblesses de l’élève. Le bulletin n’est plus l’outil de communication à privilégier
pour la progression des apprentissages (comme c’était le cas dans les années 1930) parce
qu’aujourd’hui, les parents reçoivent des bulletins que trois fois par année. Les
enseignants doivent donc utiliser d’autres outils de communication pour favoriser
l’apprentissage de l’élève.

L’enseignant et la direction peuvent décider de convoquer les parents à une réunion, par
exemple, à la réunion d’information au début de l’année, dans le cas où l’année de l’élève
est en péril, qu’il présente de grandes difficultés de comportement… Mais, il ne faut pas
oublier que les parents voient la convocation, habituellement, de façon négative parce
qu’ils s’attendent toujours à recevoir de mauvaises nouvelles, plutôt que de la voir
comme un moyen de chercher à aider leur enfant (de manière plus positive).

Il ne faut pas oublier qu’il y a aussi le plan d’intervention, le plan de service et le plan de
transition qui sont d’excellents outils de communication de plus haute importance.

Vous aimerez peut-être aussi