Vous êtes sur la page 1sur 139

Commande N° 93299 www.thebookedition.

com

2
4
5
5
8
Commande N° 93299 www.thebookedition.com
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

Crédit photos : Siméon L. (Photo de couverture)

2
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

Bible et Économie

3
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

Du même auteur :

/¶Haïtianité : Institutions et Identité en Haïti, publié chez


www.unibook.com, avril 2009.

Le vaudou diabolisé en Haïti, publié chez


www.thebookedition.com, juillet 2009.

www.benediquepaul.com
© Août 2009 ±PAUL Prod-Editions
ISBN : 978-2-9534985-2-3

4
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

« Il donna cinq talents à l'un, deux à l'autre, et un au troisième,


à chacun selon sa capacité, et il partit. »

Matthieu 25:15

5
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

Remerciements à O¶LQJpQLHXUDJURQRPH Yvens PHILIZAIRE


pour ses remarques et corrections dans le manuscrit.

Reconnaissance spéciale à Arlette, ma femme.

6
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

Table des Matières

Avant-propos ............................................................................. 9
Introduction ............................................................................. 13
I. Bible et Economie............................................................ 17
1.1. Bible, quid ? ................................................................. 17
1.2. Economie, quid ?.......................................................... 22

II. /¶pFRQRPLHGDQs la Bible, quelques faits saillants ...... 33


/¶pFRQRPLHIpRGDOH...................................................... 37
/¶pFRQRPLHGHO¶H[SURSULDWLRQ..................................... 39

III. Le management des talents .......................................... 45


3.1. La gestion dans le discours de Jésus-Christ ................. 47
/HSRLQWGHGpSDUWGHO¶pFRQRPLHFDSLWDOLVWH ............... 50

IV. /¶DFFXPXODWLRQGHVULFKHVVHV....................................... 55
/¶LPSpUDWLIG¶DFFXPXOHU .............................................. 56
/HEpQpILFHGHO¶DFFXPXODWLRQ ..................................... 57

V. La régularité des crises expliquée par la Bible ............ 61


7
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
5.1. Une explication biblique des crises économiques........ 67
$FWXDOLWpGHO¶H[SOLFDWLRQELEOLTXHGHVFULVHV
économiques........................................................................ 70

VI. La théorie marginaliste dans la Bible ........................... 75


/DWKpRULHGHO¶XWLOLWpPDUJLQDOH ................................... 76
/D%LEOHHWO¶XWLlité marginale de la monnaie ............... 79

VII. /DYLVLRQSDXOLQLHQQHGHO¶pFRQRPLH ........................... 83


/HGpEXWGHO¶pFRQRPLHVRFLDOHHWVROLGDLUH ................. 85
7.2. La mutualité dans la vision paulinienne ....................... 86

VIII. Quelques paradoxes dans la Bible ............................ 91


/¶DFWLRQGHSUrWHUjLQWpUrW ........................................... 92
/¶LQWHUGLFWLRQGHYROHU ................................................. 98
8.3. Aime ton prochain comme toi-même ? ...................... 100
/¶(WHUQHOSRXUYRLUD .................................................... 101
8.5. Dieu ou Mammon ...................................................... 104
+HXUHX[OHVSDXYUHV« ? ............................................ 107
/¶KRPPHQHYLYUDSDVGHSDLQVHXOHPHQW« .............. 109
8.8. Les intérêts des autres ................................................ 111

IX. /D%LEOHH[SORLWpHSDUO¶pFRQRPLH ............................. 115


([SORLWDWLRQGHVIrWHVELEOLTXHVSDUO¶pFRQRPLH ........ 119
,QIOXHQFHGHO¶pFRQRPLHVXUOHVLQWHUSUpWDWLRQVELEOLTXHV
et les pratiques religieuses................................................. 122

Conclusion ............................................................................ 127


Bibliographie ......................................................................... 133
8
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

Avant-propos

&H OLYUH Q¶HVW QL XQH UpSOLTXH GH OD %LEOH QL XQ PDQXHO
G¶pFRQRPLH ,O V¶DJLW tout simplement de faire la lumière sur
quelques liens forts entre ces deux champs de connaissances
(souvent dogmatisées) qui ont modelé et modèlent encore nos
sociétés capitalistes actuelles. 3OXVLHXUVG¶HQWUHQRXV± et peut-
être vous aussi - refusent de reconnaître que la vie de tous les
jours est influencée par ces deux champs. Pourtant, la
dogmaticité j O¶°XYUH GDQV FHV GHX[ GRPDLQHV GH SHQVpH
gouverne notre vie toute entière, même si nous feignons de le
méconnaître, quelque fois par amour pour le censeur
(Legendre, 1974).

Les sociétés humaines actuelles ont effet érigé un Tiers


institué V¶LQVFULYDQW dans la droite lignée du droit romain
(Legendre, 2004). Ce dernier lui-PrPH V¶pWDLW DPSOHPHQW
9
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
inspiré des valeurs judéo-chrétiennes. $XMRXUG¶KXL ODwFLWp
REOLJH FKDFXQ HVVDLH G¶pYDFXHU OD UHOLJLRQ GDQV FH TXL
caractérise ses comportements. Alors que ceux-ci sont
largement empreints des valeurs dont nous sommes institués,
HQ PrPH WHPSV TX¶LOV GpWHUPLQHnt comment nous gérons nos
vies et nos biens. Dans ce livre, nous vous proposons de refuser
ODVWUDWpJLHGHO¶DXWUXFKHTXLSRXUVHPHWWUHjO¶DEULGXGDQJHU
s¶HQIRXLWODWrWHGDQVOHVDEOH

Les réflexions développées dans ce livre sont issues des


nombreuses discussions, séminaires et rencontres auxquels
nous avons participé. Nous avons par ailleurs, grâce à certaines
formations en études bibliques, cherché à comprendre
O¶HPSULVH GHV YDOHXUV MXGpR-chrétiennes occidentales dans le
formatage des individus. Ces valeurs, qui ont modelé le
paysage culturel des sociétés occidentales, ont en retour
FRQWULEXp j O¶pPHUJHQFH GH OD SHQVpH GH O¶DXWRQRPLH TXL
caractérise notre hypermodernité anti-religieuse.

Ces valeurs ont été posées comme universelles et sont


DXMRXUG¶KXLXWLOLVpHVDXVVLELHQGDQVODIRUPDWLRQGHVPRGHVGH
pensée que pour la manipulation pure et simple des petits
esprits. Ces deux dynamiques sont en retour contrebalancées
10
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
SDU OH SRXYRLU GH O¶pFRQRPLH Le tout forme un moule socio-
économico-politique incontournable. Mais un principe
GHPHXUH OH YUDL SRXYRLU F¶HVW OD FRQQDLVVDQFH FRPPH
O¶REVHUYDLW)UDQFLV%DFRQ

Le livre propose un rejet du cloisonnement entre les deux


FKDPSV WUDLWpV 7RXW G¶DERUG LO \ D OH UHMHW GX UDGLFDOLVPH
chrétien qui veut instituer des individus angéliques. En
Guatemala par exemple, un agent de développement nous a
confié un jour que ce radicalisme a rendu compliquée la mise
en place des actions de développement local.

De la même façon, la logique du don/contre-don de Mauss


ne peut être UHMHWpHVDQVSRVHUXQSUREOqPHG¶pWKLTXHGDQVOHV
GLVFRXUVOHVSOXVUpFHQWVVXUOHFKULVWLDQLVPHIRQGpVVXUO¶DFWLRQ
désintéressée.

De la même façon, le rejet de la prédominance des valeurs


judéo-chrétiennes ne peut se faire sans une méconnaissance
volontaire et par conséquent totalement hypocrite de la réalité
sociale et économique. Puisque le fait que la croyance
religieuse ne peut plus déterminer l¶RUGUH GH OD VRFLpWp QH
signifie nullement que les sociétés actuelles sont devenues ipso
11
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
facto étrangères à la croyance en tant que telle, disait Danièle
Hervieu-Léger (2001). Bien au contraire, nous verrons que
G¶XQH SDUW OD SOXSDUW GHV JUDQGV pFRQRPLVWHV pWDLW G¶RULJLQH
MXLYHHWG¶DXWUHSDUWTXHOHVSD\VRFFLGHQWDX[VRQWGHWUDGLWLRQ
judéo-chrétienne même si certains se réclament garants de la
laïcité.

Pour bien comprendre cette hypocrisie quasi-généralisée, il


suffit de constater que les sociétés se réclamant les plus athées
ont un vocabulaire des plus christianisés. Tout cela, pour des
UDLVRQV ELHQ VRXYHQW G¶RUGUH pFRQRPLTXH que nous vous
invitons à découvrir dans ce livre.

12
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

Introduction

« Est-ce à Dieu qu'on donnera de la science, A Lui qui


gouverne les esprits célestes ? » répondit Job (21 :22) à
7VRSKDU GH 1DDPD TXL O¶LQFRPEDLW GH VHV SHQVpHV
culpabilisatrices. Cette interrogation pose l¶LQILQLWp GH
O¶pWHQGXH GH OD SRUWpH FRJQLWLYH GHV WH[WHV VDFUpV SOXV
théologiquement parlant « l¶RPQLVFLHQFH de Dieu ». Pourtant,
les avis demeurent partagés quant aux fondements scientifiques
de diverses révélations rapportées par la Bible. Ce livre ne
cherche pas à démontrer la scientificité de la Bible. Il souligne
de préférence quelques fondements de certaines sciences ayant
pris une place particulièrement importante dans la pensée
universelleFRPPHF¶HVWOHFDVSRXUO¶pFRQRPLH.

Parlant de science, un savant biblique écrit : « La crainte de


O
eWHUQHO HVW OH FRPPHQFHPHQW GH OD VFLHQFH« ». (Proverbes
13
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
1 :7). Il poursuit : « Le commencement de la sagesse, c'est la
crainte de l'Éternel; Et la science des saints, c'est
l'intelligence » (Proverbes 9 :10). Aussi nous pouvons le
UpSpWHU KDXW HW IRUW OH PDQTXH GH VFLHQFH Q¶HVW ERQ SRXU
personne (Proverbes 19 :22).

S¶DJLW-il de la sagesse ou de la science, cette élévation de


O¶kPH KXPDLQH SDUDvW SDUIRLV LQDFFHVVLEOH pour le citoyen
lambda 2U LO Q¶HQ HVW ULHQ, car OD 7RUDK GLW TX¶© Un F°XU
intelligent acquiert la science, Et l'oreille des sages cherche la
science ». LD VFLHQFH Q¶HVW SDV TXH O¶DIIDLUH GHV GLHX[ RX GHV
initiés (comme les mythes égyptiens le laissent croire). Bien au
contraire, « pour l'homme intelligent la science est chose
facile » (Proverbes 14 :6).

Ces quelques extraits bibliques témoignent non seulement


GH O¶DFFHVVLELOLWp GH OD VFLHQFH PDLV VXUWRXW de la place
LPSRUWDQWH TX¶HOOH WLHQW GDQV OH FDQRQ ELEOLTXH 3OXV G¶XQH
FLQTXDQWDLQH GH IRLV O¶H[SUHVVLRQ © science » apparaît
textuellement dans la Bible.

/¶eFULWXUH YD SOXV ORLQ HW TXDOLILH G¶© insensé » celui qui
méprise la science (Proverbes 14 :7). Plus proche de nous,
14
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
3LHUUHO¶DS{WUHLQYLWHIRUPHOOHPHQWWRXV© ceux qui ont reçu en
SDUWDJHXQHIRLFRPPHODQ{WUH« » à acquérir de la science. Il
écrit :

« Faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à


la vertu la science, jODVFLHQFHODWHPSpUDQFH« » (II Pie.1 :5).

Dans ce livreQRXVWHQRQVjPRQWUHUTXHO¶RQSHXWWURXYHU
dans la Bible des fondements pour la plupart des principales
sciences connues actuellement. Ici, nous consacrons notre
effort à la science économique. Le lecteur comprendra que
O¶DXWHXU est particulièrement concerné par cette science, aussi
bien que O¶DJUonomie qui lui est liée. Adam, le premier
agriculteur1 après son créateur, a dû faire place a des agents
économiques G¶XQ JHQUH QRXYHDX, à partir du moment où les
échanges ont été nécessaires, et que le ramassage a fait place à
la chasse et la cueillette, qui elles-mêmes ont été remplacées
par des biens et services fabriqués et conçus par les outils et
techniques de la connaissance humaine.

1
/¶DWWULEXWLRQ GH OD TXDOLWp GH SUpFXUVHXU HQ DJULFXOWXUH j $GDP Q¶HVW
SRVVLEOHTX¶jXQHpFKHOOHKXPDLQHGHFRQVLGpUDWLRQ&DUHQUpDOLWpLOQ¶pWDLW
TX¶XQXVXIUXLWLHUGXMDUGLQSODQWpSDU'LHX Lui-même.
15
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
Le premier élément qui lie la Bible à O¶pFRQRPLH F¶HVW
O¶DUJHQW Dans la Bible, le mot « argent » (dans son sens
.H\QpVLHQ F¶HVW-à-dire stock de monnaie) est cité près de 400
fois. Dans le même sens, le terme « monnaie » est cité
plusieurs fois. Dans la science économique, O¶DUJHQWHVWDXVVLOH
SULQFLSDO REMHW G¶pWXGH PrPH VL O¶RQ QH SHXW UpGXLUH OD
discipline à cette seule dimension (Sloman, p. 7, 2008).

Ainsi, dans ce livre, nous allons mettre en évidence


quelques points forts de la discussion jouaQW HQ IDYHXU G¶XQ
véritable rapprochement entre les connaissances bibliques et le
savoir véhiculé à travers la pensée économiquH1¶HQGpSODLVH
aux dirigeants et politiciens pour qui, moins les citoyens
comprennent le fonctionnement du monde, plus facile est la
tâche de direction des hommes, et à travers celle-ci, la
manipulation des esprits.

16
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

I. Bible et Economie

$YDQW G¶HQWUHU GDQV OH YLI GX VXMHW LO SDUDvW important de
définir ce dont nous parlons. Même si cela paraît évident voire
PrPH VXSHUIOX QRXV HVWLPRQV QpFHVVDLUH G¶pYLWHU WRXWH
mauvaise interprétation de nos propos et de nous assurer que le
lecteur comprend aussi bien que nous ce dont nous sommes en
train de traiter.

1.1. Bible, quid ?

Etymologiquement, le mot « Bible » vient du grec ancien


 . &'est un mot neutre au pluriel qui signifie « livres ».
Comme les papyrus égyptiens étaient particulièrement bien
préparés à la ville au bord de la mer de Byblos, les Grecs
empruntèrent le terme de « biblios » pour désigner le « livre »
et le mot s'est ainsi conservé jusqu'à nos jours. Ce mot parvint

17
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
DXIUDQoDLVSDUO¶LQWHUPpGLDLUHGXODWLQ bíblia de même sens, à
savoir : « les Livres (Saints) » ou « la Bibliothèque (sacrée) ».

Généralement, le mot « BLEOH ª GpVLJQH O¶HQVHPEOH du


corpus des textes religieux judéo-chrétiens reconnus comme
« Parole de Dieu ». La Bible est donc divisée en deux parties :
O¶$QFLHQ 7HVWDPHQW2 $7  j O¶RULJLQH OD %LEOH MXGDwTXH HW OH
Nouveau Testament (N.T.) qui regroupe les écrits relatifs à
O¶DYqQHment de Jésus-Christ.

La Bible judaïque est aussi appelée TaNaKh. Ce dernier


terme est un acronyme formé par les noms de ses trois parties
constituantes : la Torah est la loi ou plus précisément le
pentateuque, les Neviim sont les prophètes, les Ketouvim sont
les autres écrits 3RXUOHV FKUpWLHQV O¶Ancien Testament est la
partie de la Bible qui reprend les textes canoniques du Tanakh
et d'autres textes antiques non repris par la tradition judaïque.

2
Le mot « Testament » est la traduction du latin testamentum qui
correspond au mot grec /. dont la signification est « convention » ou
« disposition écrite » (d'où « testament ») qui devint dans le contexte
biblique « pacte » ou « alliance ». En effet, dans la tradition chrétienne, la
venue de Jésus le Christ a ouvert une Nouvelle Alliance entre Dieu et les
hommes.
18
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
Ces derniers sont des livres appelés apocryphes3 par Saint
Jérôme, RX GHXWpURFDQRQLTXH SDU O¶pJOLVH FDWKROLTXH &H VRQW
Judith, Tobie, les Maccabées, Sirach, Baruch, une partie de
Daniel, et la Sagesse de Salomon. Ces écrits deutérocanoniques
ne sont pas reconnus par les églises protestantes qui conservent
un caQRQGHVRL[DQWHVL[OLYUHVDOODQWGH*HQqVHjO¶$SRFDO\SVH
de Jean.

/D %LEOH HVW O¶XQ GHV WH[WHV VDFUpV OHV SOXV UpSDQGXV 6RQ
DXWRULWpHWVDSRUWpHXQLYHUVHOOHDpWpYXOJDULVpHSDUO¶2FFLGHQW
pour qui, les institutions et les valeurs sont considérées comme
supérieures à celles des autres peuples et des autres religions.

Pour mémoire :
La Bible (du grec Biblios, le Livre) désigne le regroupement
des textes sacrés du judaïsme et du christianisme en un seul
Livre. Le mot « BLEOH ª GpVLJQH O¶HQVHPEOH GX FRUpus des
textes religieux judéo-chrétiens.

3
Le mot « apocryphe ª GX JUHF Œ)!#3 " RX apókryphos, « caché »)
désigne un écrit « dont l'authenticité n'est pas établie » (Littré). Dans le
domaine biblique, l'expression désigne, à partir de la construction des
canons, un écrit considéré comme non authentique parce que jugé par les
autorités religieuses comme non inspiré par Dieu.
19
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

Le canon biblique est divisé en deux testaments de 39 livres


(Ancien Testament) et de 27 livres (Nouveau Testament)
chacun, soit au total 66 livres, 1189 chapitres et 31 171 versets.
Le verset le plus court de la Bible est Jean 11 : 35 et le
verset le plus long se trouve dans Esther 8 : 9.
La Bible fut le premier livre imprimé, en 1456 par
Gutenberg, dans la ville de Mayence, en Allemagne.
Le personnage central de la Bible est Jésus-Christ, Fils de
Dieu et Fils de l¶+RPPH
Le message central de la Bible est « le salut en Jésus-
Christ ».
/¶HQVHPEOH GH OD %LEOH D pWp pFULW SDU HQYLURQ  DXWHXUV
sur environ 16 siècles.
Pour les chrétiens, la Bible est la Parole de Dieu (Jéhovah).
Elle est utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger,
pour instruire dans la justice (2 Timothée 3 :16).

Soulignons au passage que la Bible est le livre le plus


diffusé dans le monde. Le premier livre qui soit sorti des
presses de Gutenberg a été la Bible dans la version latine de
Saint Jérôme, la Vulgate. Selon le rapport de traduction
ELEOLTXHGHO¶$OOLDQFHELEOLTXHXQLYHUVHOOH, la Bible existe
désormais dans 2 479 langues. Près de 95 % des êtres humains
20
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
RQW GpVRUPDLV DFFqV j OD %LEOH GDQV XQH ODQJXH TX¶LOV
comprennent. À ce jour, on estime à environ 40 millions le
nombre d¶exemplaires de la Bible distribués chaque année,
dont 280 000 en France. A ces chiffres, il faut ajouter le
nombre impressionnant d'exemplaires du Nouveau Testament
diffusés (sans doute cinq fois plus que les Bibles complètes).
Aucun ouvrage à travers le monde n'a jamais eu un tirage aussi
important et constant au fil des siècles.

'¶DSUqVXQHpWXGHGH4, 75 % des Américains, 38 % des


Polonais et 21 % des Français déclarent avoir lu au moins un
passage de la BiblHDXFRXUVGHO¶DQQpH2007. Pour un ordre de
grandeur et de comparaison, selon la même étude, plus de la
moitié des Français ne possèdent pas de Bible chez eux, contre
15 % des Polonais et 7 % des Américains. &¶HVW GLUH TXH
PDOJUp O¶H[SDQVLRQ GH OD pensée et des valeurs bibliques, un
grand nombre de personnes méconnaissent ou ignorent encore
la portée da Bible. Notamment dans son rapport à la pensée
économique actuelle, confirmé par la crise.

4
Voir le site : http://wikiwix.com/cache/?url=http://www.la-
bible.net/page.php?ref=rapportabu.
21
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
1.2. Economie, quid ?

,O Q¶HVW SDV DLVp GH GLUH H[DFWHPHQW FH TX¶HVW O¶pFRQRPLH
WDQWLO\DG¶DYLVHWGHGpILQLWLRQVGLYHUVHV/HPrPHPRWSHXW
désigner, selon le contexte, une discipline scientifique
HQVHLJQpH j O¶XQLYHUVLWp RX XQH EUDQFKH G¶DFWLYLWpV dans un
espace géographique ou encore O¶pSDUJQH UpDOLVpH par un
individu ou une nation. On parle également de l'économie en
faisant référence à ODVLWXDWLRQpFRQRPLTXHG
XQSD\VRXG¶XQH
zone, c'est-à-dire de sa position conjoncturelle (par rapport aux
cycles économiques) ou structurelle.

/¶pFRQRPLHRXO¶DFWLYité économique, vient du grec ancien


A  . TXL VLJQLILH O¶© DGPLQLVWUDWLRQ G
XQ IR\HU ª 8QH
autre traduction étymologique vient des mots grecs G "
« maison, dans le sens de patrimoine » HW ) " © ORL ª. Pris
dans ce sens, Économique est un mot grec qui apparaît comme
titre de deux traités, l'un de Xénophon, l'autre d'Aristote, dont
l'objet est la connaissance et la formulation des lois
(« nomos ») permettant d'optimiser l'utilisation des biens d'une
maison (« oikos »), considérée comme unité collective de
production d'une famille élargie ou d'un clan. Pour Aristote,
l'Économique est explicitement distingué de la Politique. Celle-

22
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
FLDG¶DLOOHXUVpWp l'objet d'un autre traité du philosophe et visait
à établir l'harmonie et la justice entre les différentes classes de
personnes et de familles qui constituent la cité.

La définition la plus répandue de l¶pFRQRPLH est l'activité


humaine qui consiste à la production, la distribution, l'échange
et la consommation de biens et services. Les biens étudiés par
la théorie économique (ou tout simple Economique5) sont des
biens rares. /¶économie, en tant que discipline et branche des
sciences sociales, étudie l'allocation des ressources rares à des
fins alternatives. Autrement dit, selon Raymond Octave Joseph
Barre, économiste et homme politique français, « la science
économique est la science de l'administration des ressources
rares. Elle étudie les formes que prend le comportement
humain dans l'aménagement de ces ressources ; elle analyse et
explique les modalités selon lesquelles un individu ou une
société affecte des moyens limités à la satisfaction de besoins
nombreux et illimités » (Barre, 1959).

5
/RUVTX¶LO V¶DJLWGH OD VFience économique, nous pouvons aussi utiliser le
terme « Economique ª HPSUXQWpjO¶pFRQRPLVWH3DXO$QWKRQ\6DPXHOVRQ 
Ce terme en ±ique a été vulgarisé pour revendiquer le statut scientifique de
la discipline, comme la physique, les mathématiques, etc.
23
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
Les Anglo-Saxons proposent aussi des définitions très
IRQFWLRQQHOOHV GH O¶pFRQRPLH 'DQV Microeconomics :
Principles, Applications, and Tools 2¶6XOOLYDQ 6KHIIULQ HW
Perez répondent à la question « What is Economics ? » de la
façon suivante :
« L¶Economique est la science du choix qui explorent les
choix faits par les individus ou les organisations 6 »
(2¶6XOOLYDQ6KHffrin et Perez, p. 2, 2008).

'¶DSUqVle trio américain, « /¶(FRQRPLTXHétudie les choix


TXH QRXV IDLVRQV ORUVTX¶LO \ D UDUHWp F¶HVW WRXW j IDLW XQ
arbitrage » (ibid.). La notion de rareté est en effet le fondement
même de la science économique. Pour Robin Bade et Michael
3DUNLQODUDUHWpF¶HVW© incapacité à satisfaire tous nos désirs »
(p. 2, 2009). (OOH UHQYRLH j O¶LGpH TXH OHV UHVVRXUFHV ± les
choses que nous utilisons pour produire des biens et services ±
sont limitées, alors que nos désirs sont illimités. &¶HVW
pourquoi, les questions relatives à nos choix sont de deux
ordres 4X¶HVW-ce qui est/sera produit, échangé ou consommé ?
F¶HVW O¶pFRQRPLH SRVLWLYH  RX TX¶HVW-ce qui devrait

6
Notre traduction.
24
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
être produit, échangé ou consommé " F¶HVW O¶pFRQRPLH
normative).

+XEEDUG HW 2¶%ULHQ   VRQW SOXV H[SOLFLWHV dans leur


définition de la science économique. Pour eux,
« /¶(FRQRPLTXH HVW O¶pWXGH GHV FKRL[ TXH IRQW OHV
consommateurs, des entrepreneurs et des gouvernements pour
atteindre leurs objectifs, étant donné la rareté de leurs
ressources7 » (p. 4, ibid.). (OOH V¶DGUHVVH G¶DSUqV HX[ à trois
idées fondamentales : 1) Les individus sont rationnels, 2) Les
individus réagissent aux incitations économiques, 3) Les
GpFLVLRQVRSWLPDOHVVRQWSULVHVjODPDUJH'¶RO¶XWLlisation de
modèles économiques qui sont une version simplifiée de la
réalité conçue pour analyser les situations économiques du
monde réel (p. 5, ibid).

Mais Bade et Parkin sont plus exhaustifs dans leur repérage


GHV LGpHV TXL VRQW DX F°XU GH O¶(FRQRPLTXe. Ils citent cinq
« Core Economic Ideas » qui sont : 1) Les individus font des
choix rationnels en comparant les coûts et les bénéfices, 2) le
FR€W HVW FH TXH O¶RQ GRLW GRQQHU RX VDFULILHU SRXU DFTXpULU
TXHOTXH FKRVH   OH EpQpILFH HVW FH TXH O¶RQ JDJQH en
7
Notre traduction.
25
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
acquérant quelque chose, il est mesuré par ce que vous désirez
GRQQHUSRXUO¶DYRLU XQFKRL[UDWLRQQHOHVWIDLWjODPDUJH 
les choix sont des réponses à des incitations (Bade et Parkin, p.
10, 2009). Aussi, parmi les principales notions à comprendre
parmi les basiques en économie, il y a : le choix ou la décision,
OH FR€W G¶RSSRUWXQLWp, O¶pODVWLFLWp, la marge, le budget et
O¶HIILFLHQFH. Les deux dernières notions sont très liées. Bien
gérer son budget et agir de façon efficiente sont deux choses
importantes pour chaque agent économique5DSSHORQVTX¶XQH
situation est efficiente, si nous sommes en train de faire de
notre mieux, compte tenu de nos ressources/capacités limitées
2¶6XOOLYDQ et al., p. 128, 2008).

Pour mémoire :
Les Sciences Economiques (ou tout simplement
O¶Economique) est la science sociale qui étudie les choix que
les individus, les entreprises, les gouvernements et la société
JOREDOH IRQW DORUV TX¶LOV IRQW IDFHj OD UDUHWp HW OHV LQFLWDWLRQV
qui influencent et rendent compatibles ces choix.
/¶LQFDSDFLWp RXO¶LPSRVVLELOLWp GHVDWLVIDLUHWRXVQRVGpVLUV
est appelée rareté.

26
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

Un choix rationnel est un choix qui utilise les ressources


GLVSRQLEOHV SRXU DWWHLQGUH DX PLHX[ O¶REMHFWLI TXH O¶LQGLYLGX
qui fait le FKRL[V¶pWDLWIL[p
Le FR€W G¶opportunité de quelque chose est la meilleure
alternative que vous devez abandonner au profit de cette chose.
Cette notion a été précisée par les économistes autrichiens. Elle
peut aussi être exprimée de la façon suivante : « le coût
G¶RSSRUWXQLWpG¶XQIDFteur est égal à son coût alternatif »8.
Le coût social (ou « coût externe » ou « externalisation »)
G¶XQH DFWLYLWp HVW la somme de son coût privé et le coût du
GRPPDJH FDXVp j O¶HQYLURQQHPHQW DX[ ULYHUDLQV j OD
société)9,OHVWO¶RSSRVpGXEpQpILFHVRFLal.
Le bénéfice social HVW SRXU O¶pFRQRPLVWH $UWKXU &HFLO
3LJRXV\QRQ\PHGHO¶XWLOLWpG¶XQHDFWLYLWppFRQRPLTXHSRXUOD
société.
2Q GLW TX¶XQH FKRVH HVW utile, écrit Etienne Bonno de
Condillac (1715-  ORUVTX¶HOOH VHUW j TXHOTXHV-uns de nos
besoins ; HW TX¶HOOH HVW LQXWLOH ORUVTX¶HOOH QH VHUW j DXFXQ RX
TXHQRXVQ¶HQSRXYRQVULHQIDLUH

8
Selon Fabrice Mazerolle, (p. 143, 2006).
9
(Mazerolle, p. 150, 2006).
27
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

Un choix à la marge est un choix fait en comparant


systématiquement et graduellement toutes les alternatives
possibles.
Une incitation (incentive, en anglais) est une récompense
ou une pénalité qui encourage ou décourage une action.
Une Institution est un ensemble de règles (obligations ou
prohibitions) organisées et fonctionnelles imaginées par les
hommes pour régir leurs interactions.

Une fois définie, il faut dire TXHO¶(FRQRPLTXH est souvent


remise en question par les individus, tantôt pour sa scientificité,
WDQW{WSRXUGHVUDLVRQVGHMXVWLFHVRFLDOHG¶HIILFLHQFHG¶pTXLWp
etc. 'HIDoRQFRXUDQWHO¶(conomique est très souvent associée
jO¶DUJHQW&¶HVWHQSDUWLH vrai dans la mesure où les échanges
ont été financiarisés dans la plupart des sociétés humaines
actuelles. Mais John Sloman (opus cit.) refuse cette simplicité
de vue. La définition de Raymond Barre (opus cit.) est correcte
et très répandue. Seulement, le développement continu du
VHFWHXU GHV VHUYLFHV HW O¶LPPDWpULDOLWp G¶XQ FHUWDLQ QRPEUH
G¶pOpPHQWV WUDLWpV SDU O¶(FRQRPLTXH SRXVVHQW OHV OLPLWHV GH
cette définition. $XWUHIRLV O¶(FRQRPLTXH V¶RFFXSDLW GX
PDUFKp $XMRXUG¶KXL OH QRQ-marchand a pris une place
FRQVLGpUDEOH GDQV OD VSKqUH GH O¶(FRQRPLTXH DYHF OH
28
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
développement théorique de « O¶pFRQRPLHVRFLDOHHWVROLGDLUH »
(Garrabé, 2007).

3DUFH TXH FKDTXH LQGLYLGX QpFHVVDLUHPHQW PHPEUH G¶XQH


société (Castoriadis, 1975), est un agent économique dans le
sens où il est soit consommateur soit producteur de biens ou de
services ; chaque individu, quelle que soit sa croyance, devrait
avoir un minimum de connaissance du fonctionnement de
O¶pFRQRPLHDXPRLQVFHOOHGHVRQSD\V&HG¶DXWDQWSOXVTXH
nous vivons dans une société instituée par les valeurs judéo-
chrétiennes GRQWV¶HPSDUHO¶pFRQRPLH. Voilà pourquoi, dans le
SUpVHQWRXYUDJHQRXVWUDLWRQVGHOD%LEOHHWGHO¶pFRQRPLH/D
%LEOH SDUFH TX¶HOOH HVW OD IRUPH FULVWDOOLVpH GHV LQVWLWXWLRQV
judéo-FKUpWLHQQHV /¶pFRQRPLH SDUFH TXH O¶activité
économique concerne tous les individus de la société de la
PrPHIDoRQTX¶XQHFULVHpFRQRPLTXHDGHVFRQVpTXHQFHVVXU
toute la société.

/D MRQFWLRQ HQWUH OD %LEOH HW O¶pFRQRPLH HVW QDWXUHOOH HW
évidente10PrPHVLSHXG¶pFRQRPLVWHVQ¶pFULYHQWVXUFHVXMHW.

10
&RPPHGLVDLW O¶pFRQRPLVWH)UDQoRLV4XHVQD\ dans son article Evidence
GHO¶(QF\FORSpGLHMDQYLHUO¶© évidence signifie une certitude si claire
et si manifeste par elle-PrPH TXH O¶HVSULW QH SHXW V¶\ UHIXVHU ,O \ D GHX[
29
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
Dwight Nichols, dans *RG¶V3ODQVIRU\RXU)LQDQFHVexplique
que Dieu a un système financier. Cette assertion peut étonner
un lecteur chrétien dans la mesure où les dirigeants dans les
pJOLVHVQHSDUOHQWGHILQDQFHTXHORUVTX¶LOV¶DJLWGHPRWLYHUOD
FROOHFWHGRPLQLFDOH6HXOHPHQWLOVRXEOLHQWTX¶XQLQGLYLGXQH
SHXW GRQQHU TXH FH TX¶LO D 1RXV VRPPHV donc tout à fait
G¶DFFRUG DYHF 1LFKROV ORUVTX¶il dit que « La Bible est très
claire sur le fait que Dieu nous donne un pouvoir (capacité)
G¶DFTXpULU GHV ULFKHVVHV GH PDQLqUH j FH TX¶,O pWDEOLVVH VRQ
alliance sur la terre à travers nous » (Dwight, p. 9, 1998).

Beaucoup de chrétiens, ou plus largement de religieux,


V¶DEVWLHQQHQW GH SDUOHU G¶DUJHQW, SDUFH TX¶LOV RQW DSSULV TXH
O¶DPRXU GH O¶DUJHQW HVW XQ SpFKp $LQVL SRXU QH SDV rWUH
VRXSoRQQpV G¶DLPHU WURS O¶DUJHQW les chrétiens réservent le
GLVFRXUVVXUO¶DUJHQWjTXHVWLRQGHO¶RIIUDQGHTX¶LOIDXWGRQQHU
jO¶pJOLVHMais notre objectif dans ce livre est de les mettre en
garde contre ce que Larry Burkett appelle « O¶HVFODYDJH
financier » (Burkett, p. 45-58, 1990). Nous sommes persuadés
GH O¶LPSRUWDQFH G¶H[SOLTXHU O¶LPSpUDWLI pFRQRPLTXH TXL OHXU
incombe. &¶HVWDXVVLYUDLSRXUWRXWLQGLYLGXGHIDoRQJpQpUDOe.

sortes de certitudes  OD IRL HW O¶pYLGHQFH« » (cité par Mazerolle, p. 66,
2006).
30
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
/HPDQTXHGHVFLHQFHQ¶HVWbon pour personne (Proverbes 19 :
2), répétons-le.

Dans cette optique, nous allons débattre dans le chapitre


suivant quelques citations bibliques GRQW O¶LQWHUSUpWDWLRQ
pFRQRPLTXH D XQ VHQV SURIRQG ,O V¶DJLW GH SURXYHU
WKpRULTXHPHQWTXHO¶pFRQRPLHH[LVWHbel et bien dans la Bible.
$ODILQGXOLYUHQRXVPRQWUHURQVTXHO¶pFRQRPLHHVWHQWUDLQ
G¶H[SORLWHU OD %LEOH WRXWH HQWLqUH pour amadouer mêmes les
plus radicaux des croyants.

31
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

32
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

II. /¶pFRQRPLHGDQVOD%LEOHTXHOTXHVIDLWV
saillants

Dans ce premier chapitre, nous allons souligner quelques


faits saillants dans la Bible qui ont une relation étroite avec la
science économique. En effet, comme pour bon nombre de
sciences et de pratiques, il est possible de retrouver des
fondements empiriques dans les faits rapportés par la Bible. Et
pour certains, la portée et le sens demeurent très actuels.

,O V¶DJLW GH PHWWUH O¶DFFHQW sur la place importante de


O¶pFRQRPLHGDQVOHVVRFLpWpVQRWDPPHQWFHOOHVGpFULWHVGDQVOD
Bible. Puisque celles-là, au début ont adopté des pratiques
parfois très particulières, ayant marqué par la suite les systèmes
économiques des sociétés modernes ou contemporaines.

33
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
Ces faits sont pourtant rarement mis en évidence par les
théologiens. Ces derniers se concentrent ordinairement
G¶pSLORJXHU sur la dimension mystique ou prophétique de la
SOXSDUWGHVIDLWV2UFHVIDLWVFRPPHEHDXFRXSG¶DXWUHVVRQW
DXVVLjSRUWpHGHO¶KRPPH

/D %LEOH HVW pFULWH SRXU O¶KRPPH ,, 7LPRWKpH  :16) qui
devrait SRXYRLU V¶HQ VHUYLU SRXU PHQHU XQH YLH SOXV
harmonieuse ici, HW GDQV O¶DX-delà. La double nationalité du
FKUpWLHQ GRQW IDLW pWDW 3DXO O¶DS{WUH 11, implique une
participation ici et maintenant, dans la cité terrestre dont la
JHVWLRQSROLWLTXHV¶LQVSLUHODUJHPHQWGHODWKpRULHpFRQRPLTXH
Pourtant, trop souvent O¶KRPPH FKHUFKH VRLW j QLHU OHV
pYLGHQFHVVRLWjV
pYDGHUGDQVO¶LQVDLVLVVDEOHSRXUSUpWHQGUHj
XQHYLHDQJpOLTXHV\QRQ\PHG¶LUUHVSRQVDELOLWp

La Bible rapporte beaucoup de faits économiques. Certains


économistes le savent et le reconnaissent. Par exemple, les
physiocrates (dont le plus connu est le médecin et économiste
François Quesnay12  D\DQW SU{Qp OHV ORLV GH O¶pFRQRPLH

11
Le lecteur notera que nous utilisons la notation « 3DXO O¶DS{WUH » et non
« /¶DS{WUH3DXO ªFDUrWUHDS{WUHQ¶HVWSDVQXOOHPHQWXQHSURIHVVLRQ
12
Le Français François Quesnay (1694-1774) est plus connu pour ses
contributions à la pensée économique (don le Tableau Economique). Mais
34
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
VHPEOHQW V¶rWUH LQVSLUpV GHs dogmes bibliques. Pour les
physiocrates13 OHV ORLV GH O¶pFRQRPLH H[LVWHQW HW VRQW
immuables. Elles relèYHQWGHO¶RUGUHQDWXUHOTXLOXL-même, est
providentiel. ,OQHV¶DJLWSDVGHVORLVGXPDUFKpWHOOHVTXHQRXV
OHV FRQQDLVVRQV DXMRXUG¶KXL &H VRQW GHV ORLV QDWXUHOOHV
irrévocables et voulues par Dieu. Pour reconnaître ces lois, il
suffit de se rapporter à O¶pYLGHQFH &¶HVW SRXUTXRL OD VFLHQFH
pFRQRPLTXH V¶H[HUoDQW VXU GHV REMHWV PHVXUDEOHV HVW
VXVFHSWLEOHV G¶rWUH XQH VFLHQFH H[DFWH HW G¶rWUH VRXPLVH DX
FDOFXO FDU OD TXHVWLRQ Q¶HVW SOXV GH VH GHPDQGHU VL OHV ORLV
existent. Ainsi, les physiocrates, souvent considérés comme
étant les précurseurs du keynésianisme, ont inauguré un grand
UDSSURFKHPHQWDYHFO¶RUGUHGLYLQ

/¶KLVWRULHQpFRQRPLVWHDPpULFDLQ'RXJODV&HFLO1RUWKSUL[
1REHO G¶pFRQRPLH HQ  UHFRQQDvW lui aussi que la
« première révolution industrielle » est celle du néolithique, il y
D TXHOTXHV  DQV VXU OHV ULYHV GH O¶(XSKUDWH HW GX 7LJUH

HQUpDOLWpVDWKpRULHGH O¶pFRQRPLHGpFRXODLWGLUHFWHPHQWGH son métier de


médecin (il était le médecin personnel de la Marquise de Pompadour) F¶HVW
SRXUTXRLLOSURSRVDXQHUHSUpVHQWDWLRQGHO¶pFRQRPLHGLWHGH© circuit », où
WRXW HVW j O¶LPDJH GX IRQFWLRQQHPHQW GX FRUSV KXPDLQ 0D]HUROOH S 
2006).
13
Littéralement, « physiocratie » signifie « gouvernement par la nature » de
par ses racines grecques Kratos et physio.
35
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
dans le « croissant fertile ª R QDTXLW O¶DJULFXOWXUH Or,
l¶(XSKUDWHHVWELHQFHIOHXYH(mentionné dans Genèse 2 verset
14) qui est O¶XQ GHX[ GHV TXDWUH Hmbranchements issus de la
première ferme agricole (Eden). 1RXVYHUURQVTXHO¶pYROXWLRQ
GH OD SHQVpH pFRQRPLTXH V¶HVW WRXMRXUV UDSSURFKpH GHV WH[WHV
bibliques.

Malheureusement, « VFLHQFHVDQVFRQVFLHQFHQ¶HVWTXHUXLQH
GHO¶kPH », comme le disait Rabelais. /¶pYROXWLRQGHODSHQVpH
pFRQRPLH V¶HVW OLEpUpH j XQ FHUWDLQ PRPHQW GH OD SHQVpH
biblique. Alors même que les grands penseurs GH O¶pFRQRPLH
ont été pour la plupart des chrétiens (comme les jésuites de
O¶pFROH GH 6DODPDQTXH14), des protestants (comme le très
célèbre Max Wéber15, mais aussi Adam Smith16, Thomas

14
Les dominicains espagnols de Salamanque ont produit (au XVI ème siècle)
FH TXH O¶RQ FRQVLGqUH VRXYHQW FRPPH OHV EDVHV GH O¶DQDO\VH pFRQRPLTXH
libérale moderne (Mazerolle, p. 49, 2006). Leurs réflexions partent de la
QRWLRQGXMXVWHSUL[GpYHORSSpHSDU7KRPDVG¶$TXLQ,OVRQWpWpFRQGXLWVj
la conclusion que « OH VHXO SUL[ TXL YDLOOH HVW FHOXL TXL V¶pWDEOLW j WUDYHUV
O¶pFKDQJH » (ibid., p 51).
15
/¶histoire rapporte que Karl Emil Maximilian Weber, aîné de huit
enfants, naquit le 21 avril 1864 à Erfurt dans une famille de la bourgeoisie
protestante. Max Weber est sociologue et économiste. Il est le plus souvent
cité pour sa très célèbre L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme
(1904-1905).
16
Adam Smith (1723-1790) est un philosophe SURIHVVHXUjO¶XQLYHUVLWpGH
Glasgow pendant dix ans) et économiste écossais ,O UHVWH GDQV O¶KLVWRLUH
FRPPHOHSqUHGHODVFLHQFHpFRQRPLTXHPRGHUQHHWVRQ°XYUHprincipale,
36
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
Robert Malthus 17, John Stuart Mill), ou des juifs (comme Karl
Marx18, Rudolf Hilferding19, David Ricardo20, etc.). Pierre,
O¶DS{WUH D HX UDLVRQ GH VRXOLJQHU OD QpFHVVLWp G¶DMRXWHU de la
tempérance à la scLHQFH'DQVFHFRQWH[WHG¶XVDJHGHODVFLHQFH
pour ruiner l¶kPH QRXV DOORQV PHWWUHOHGRLJW VXU GHX[ parmi
les différents systèmes ou pratiques économiques dont on peut
retrouver les racines dans la Bible. Il V¶DJLW GH O¶pFRQRPLe
IpRGDOHHWGHO¶pFRQRPLHEDVpHVXUO¶H[SURSULDWLRQ

2/¶pFRQRPLHIpRGDOH

/¶pFRQRPLH IpRGDOH est basée essentiellement sur


O¶H[SORLWDWLRQGHODUHVVRXUFHWHUUHHWODGRPLQDWLRQLPSpULDOH
&¶HVW OH V\VWqPH pFRQRPLTXH TXL YD GX ;ème siècle à la

la Richesse des nations, est un des textes fondateurs du libéralisme


économique.
17
Thomas Robert Malthus (1766-1834), est un pasteur anglican et un
économiste britannique de l'École classique. Il est connu surtout pour ses
travaux sur le problème des rapports entre la population et la production.
18
Karl Marx (1818-  pWDLW OH ILOV G¶XQ DYRFDW LVUDpOLWH FRQYHUWL DX
protestantisme afin de pouvoir exercer son métier (Mazerolle, p. 128, 2006).
Sa mère était juive pratiquante.
19
Rudolf Hilferding (1877-1941), auteur de Das Finanzkapital (Le Capital
Financier, en français (1910)), est né juif. Il a obtenu la nationalité
DOOHPDQGHDYDQWG¶rWUHSHUVpFXWpSDUOHQD]LVPH
20
David Ricardo (1772-1823), nous dit Fabrice Mazerolle (p. 98, 2006) est
né dans XQH IDPLOOH QRPEUHXVH GH ULFKHV ILQDQFLHUV MXLIV G¶RULJLQH
portugaise.
37
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
Renaissance. Les invasions ont cessé entre les empires de
O¶$QWLTXLWp F¶HVW O¶DFWLRQ SUpWHQGXPHQW SDFLILFDWULFH GH
O¶(JOLVH TXL DOODLW DORUV SHUPHWWUH O¶HVVRU pFRQRPLTXH
/¶pFRQRPLH IpRGDOH HVW FDUDFWpULVpH SDU O¶DGPLQLVWUDWLRQ GHV
domaines se regroupant en seigneurie et en féodalité, reliées
entre elles par la foi chrétienne. Le système féodal est
administré par un fief (du latin feudum). La féodalité est un
système proprement occidental, ou plus précisément européen.

/¶pFRQRPLHIpRGDOHRFFLGHQWDOHFDUDFWpULVDLWOH Moyen-âge.
Le système IpRGDOVHEDVDLWVXUO¶DSSURSULDWLRQGHODWHUUH /H
système est parfois analysé comme une relation contractuelle
entre suzerains et vassaux. Le vassal était celui qui, ayant reçu
une propriété territoriale nommée bénéfice ou fief (terre, droits
ou rente), se trouvait par là dans la dépendance du garant de
cette propriété

/¶pFRQRPLH IpRGDOH HVW VLPSOHment une économie de la


propriété domaniale. Les principales sources de la mutation
féodale sont ecclésiastiques. %LHQ TX¶HOOH SHUPvW XQH VHQVLEOH
augmentatLRQ GH OD SURGXFWLRQ DJULFROH MXVTX¶DX ;,,,qPH
VLqFOH JUkFH j OD JpQpUDOLVDWLRQ GH O¶DVVROHPHQW WULHQQDO HW OH
UHPSODFHPHQW SURJUHVVLI GH O¶DQWLTXH DUDLUH SDU OD FKDUUXH
38
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
O¶pFRQRPLH IpRGDOH SDUDLVVDLW PRLQV FUXHOOH TXH O¶pFRQRPLH
FRORQLDOLVWH /¶LQGpSHQGDnce économique conditionnait la
liberté du serf. 8QH FKRVH GHPHXUH O¶pFRQRPLH IpRGDOH Q¶HVW
SDV pORLJQpH GH O¶pFRQRPLH GH O¶H[SURSULDWLRQ '¶DLOOHXUV OD
doctrine économique du mercantilisme21 du XVIIIème siècle
MXVWLILDLW O¶DYDULFH GHV (WDWV HXURSpHQV qui finançaient des
H[SpGLWLRQVG¶H[SURSULDWLRQ, notamment en Amérique.

2/¶pFRQRPLHGHO¶H[SURSULDWLRQ

/¶pFRQRPLHGHO¶H[SURSULDWLRQWHOOHTX¶HOOHDpWpJpQpUDOLVpH
à travers le mercantilisme, a bien évidemment ses fondements
ELEOLTXHV &¶HVW un système bien institué dans et par la Bible
dès O¶$QFLHQ 7HVWDPHQW (A.T.) ; il est aisé de comprendre
SRXUTXRL O¶(JOLVH HQ (XURSH Q¶HVW SDV HQ RSSRVLWLRQ j VHV
principes. Rappelons que le mercantilisme est une doctrine qui
VHSUpRFFXSHXQLTXHPHQWGHVPR\HQVG¶DXJPenter la richesse
GH O¶(WDW TXLWWH j SLOOHU OHV DXWUHV (WDWV QRWDPPHQW FHX[ GH
O¶$PpULTXH 

21
Le mot « mercantiliste » vient de l'italien « mercante » qui signifie
« marchand ». Cette doctrine économique prône le développement
économique par l'enrichissement des Etats-nations DX PR\HQ GH O¶RU
G¶DERUGSXLVGXFRPPHUFHPDLVDXVVLGHO
LQGXVWULDOLVDWLRQ
39
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
'DQV OD %LEOH O¶H[SURSULDWLRQ HVW LQVWLWXpH SDU OD GLYLQLWp
'LHXFKRLVLW,VUDsOGHVFHQGDQWG¶$EUDKDPFRPPHVRQSHXSOH
En héritage, à Abraham Il promet une nation dans laquelle
« coulent le lait et le miel ». Ce que ne soulignent
ordinairement pas les théologiens et les savants de
O¶KHUPpQHXWLTXH22 F¶HVW TXH OD QDWLRQ SURPLVH pWDLW GpMj
habitée. Autrement dit, pour acquérir cette nation, il faut
exproprier les propriétaires.

/¶H[SURSULDWLRQ QH VH IDLW SDV VDQV TXHOTXHV GLIILFXOWpV


Après avoir abattu les murailles et fortifications, il fallait
chasser les habitants. Nous avons là, une économie de
O¶H[SURSULDWLRQ DYHF WRXW FH TX¶HOOH FRPSRUWH OD JXHUUH OD
chasse des propriétaires légitimes, la servitude, etc. On
comprend bien pourquoi, lors des conquêtes par les Européens
(surtout au XVème siècle) de nouveaux territoires déjà habités,
les arguments bibliques aient sciemment été mobilisés.

22
L'herméneutique, du grec hHUPHQHXWLNq 0!0#2), désigne
FRXUDPPHQW O¶art d'interpréter les textes sacrés. Le mot semble dériver du
nom du dieu grec Hermès (messager des dieux et interprète de leurs ordres).
L'herméneutique est l'interprétation de tout texte nécessitant une
explication, en particulier de la Bible ou du Coran. Dans le cas de la Bible,
on appelle GHO¶herméneutique sacrée ou herméneutique biblique (lorsqu'elle
se limite à la Bible, c'est-à-dire aux textes du judaïsme et du christianisme).
Aussi vieille que les relLJLRQV HW OD SKLORVRSKLH O¶KHUPpQHXWLTXH GRQW
O¶RULJLQHHVWWKpRORJLTXHDpWppWHQGXHjG¶DXWUHVGLVFLSOLQHV.
40
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

En réalité, dans ce que nous appelons économie de


O¶H[SURSULDWLRQOHVKRPPHV ± tel Christophe Colomb en Haïti
± font une utilisation intéressée de la Bible pour atteindre des
objectifs pourtant mafieux. Il faut aussi dire que les textes à
utiliser ne manquent pas dans la Bible. En voici, par exemple
un extrait chanté par les fils de Koré23 :

Psaumes 47 : 3-5
&DUO¶(WHUQHOOH7UqV-Haut, est redoutable, Il est un grand
roi sur toute la terre.
4 Il nous assujettit des peuples, Il met des nations sous nos
pieds ;
5 Il nous cKRLVLW QRWUH KpULWDJH /D JORLUH GH -DFRE TX¶LO
aime.

/¶H[SURSULDWLRQGRQWLOV¶DJLW ici Q¶HVWSDVDXVVLVLPSOHTXH


celle qui a été pratiquée dans quelques États longtemps
GRPLQpV SDU OHV V\VWqPHV IpRGDX[ ,O V¶DJLW GH V\VWqPH
G¶H[SURSULDWLRQjJUDQGHpFKHOOHjO¶pFKHOOHGes nations.

23
Dans le dictionnaire de la Bible de Genève (1979), Koré était un lévite
qui se révolta contre Dieu et Moïse (Nombre 16 : 3, 8-11, 32-33 ; Jude 11).
Les fils de Koré étaient des musiciens et chantres désignés pour le chant
GDQVOHWHPSOHG¶,VUDsO FKURQLTXHV : 1).
41
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

Elle revêt une IRUPHG¶H[SXOVLRQG¶XQSHXSOHG¶XQWHUULWRLUH


pour jouir du patrimoine en place. Certains pays occidentaux
ont bien compris le fondement économique de ces textes. Ils
O¶RQW PLVHQ°XYUHjWUDYHUVleurs démarches colonisatrices tout
au long des XVIIème et XVIIIème siècles.

$XMRXUG¶KXL HQFRUH O¶H[SURSULDWLRQ UHVWH XQ PR\HQ IDFLOH


GH V¶DSSURSULHU GHV UHVVRXUFHV LPSRUWDQWHV XQ SDWULPRLQH GH
JUDQGHYDOHXUHQSHXGHWHPSVORUVTXHO¶RQVDLWTXHODPLVHHQ
place ou O¶DFFXPXODWLRQGHFHVUHVVRXUFHVnécessite une longue
GXUpH %LHQ HQWHQGX O¶H[SURSULDWLRQ est un rapport de force
inégal. Le lecteur constatera facilement, que la plupart des
guerres dans le monde ont été justifiées par des arguments
religieux. Plus procKH GH QRXV F¶HVW OH FDV HQ ,UDk, en
$IJKDQLVWDQ« &¶HVW DXVVL FH TXL VH IDLW WRXV OHV MRXUV HQ
Afrique. La capture des ressources naturelles stratégiques
SpWUROH PpWDX[«  VHUW quotidiennement à justifier la chasse
aux populations autochtones des pays incDSDEOHV GH V¶\
opposer.

42
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
Si depuis longtemps, nous sommes passés du colbertisme24
DX FDSLWDOLVPH F¶HVW XQLTXHPHQW OHV IRUPHV G¶DFFDSDUHPHQW
des ressources qui ont changé. La raison du plus fort étant
toujours la meilleure, la fin des systèmes colonialistes25 Q¶DSDV
HQWUDvQp OD GLVSDULWLRQ GHV IRUPHV G¶H[SURSULDWLRQ GHV SHXSOHV
autochtones. Au contraire, un néo-colonialisme est bien à
O¶°XYUH

Nous verrons dans le chapitre suivant que O¶autorité dite


charismatique est venue imposer de nouvelles formes de
management des ressources basées sur la notion des talents.

&¶HVWGLUHTXHODFLYLOLVDWLRQMXGpR-chrétienne qui constitue


le socle moral de la grande majorité des sociétés actuelles du
monde (tout le continent américain, la quasi-totalité de
O¶(XURSH XQH JUDQGH SDUWLH GH O¶$IULTXH HWF HVW GH WUDGLWLRQ
judéo-chrétienne) fait persister, sous une forme tout à fait
GLIIpUHQWH XQ HQVHPEOH G¶LQVWLWXWLRQV TXL IDEULTXHQW OHV
individus et leurs comportements économiques.

24
Le colbertisme (du nom de Jean Baptiste COLBERT (1619-1683), est le
mercantilisme à la française. Il consiste à dire que la puissance de l'Etat
dépend du développement de l'industrie et du commerce extérieur.
25
(QFRUH DXMRXUG¶KXL HQ ,VUDsO OD QRWLRQ GH © colonie » est couramment
utilisée.
43
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

8Q KRPPH G¶RULJLQH HVSDJQROH TXH QRXV DYons rencontré


sur la place de la Comédie (à Montpellier, en France)
UHYHQGLTXDLWDYHFIHUYHXUO¶DWKpLVPHHQFHVWHUPHV : « Yo soy
un ateo de civilización judeocristiana ». Bien vu, pour un
Européen pourtant pas grand philosophe. Sans chercher
vainement à lHFRQYDLQFUHGHO¶LQH[LVWHQFHUpHOOHGHO¶DWKpLVPH
nous avons apprécié sa lecture du monde dans lequel il vit.
/¶KRPPH HQ TXHVWLRQ D HX OD VDJHVVH GH UHFRQQDvWUH TXH OD
prééminence des valeurs judéo-chrétiennes dans son capital
culturel (dans son sens BoXUGLHXVLHQ F¶HVW-à-dire O¶DFWLI
IRUPDQW O¶KDELWXV FXOWXUHO GH O¶LQGLYLGX et constitué des
qualifications intellectuelles produites par l'environnement
familial et le système scolaire) et institutionnel (entendu dans
son sens élargi  µHQVHPEOH GHV LQVWLWXtions fabriquées par
O¶KRPPHSRXUFRGLILHUHWVWUXFWXUHUOHVLQWHUDFWLRQVKXPDLQHV¶ 

44
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

III. Le management des talents

Dans la Bible, le mot « talent » se rapporte le plus souvent à


O¶DUJHQW DX VHQV GH OD PRQQDLH  &H VHQV pWDEOLW XQH UHODWLRQ
directe avec la science économique, dans le sens où la théorie
des prix est fondamentale dans la théorie économique. En effet,
le talent, dans son sens premier, était un étalon permettant
G¶pWDEOLUODYDOHXURXGHFRPSDUHUSelon Richard Florida : « Le
talent est défini comme des individus avec de hauts niveaux de
capital humain » (p. 743, 2002). Ce sens est très proche de ce
qui prévaut dans le domaine du sport. Dans un sens
économique, le talent peut être rapporté à des capacités
humaines valorisables. &¶HVW OH VHQs économique qui prévaut
dans le discours de Jésus-Christ.

« Son maître lui répondit : Serviteur méchant et paresseux,


tu savais que je moissonne où je n'ai pas semé, et que j'amasse
45
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
où je n'ai pas vanné ; il te fallait donc remettre mon argent aux
banquiers, et, à mon retour, j'aurais retiré ce qui est à moi
avec un intérêt ». (Mathieu 24 :26-27). Ce texte du Nouveau
Testament illustre bien la place de la science économique, dans
sa pratique moderne dans les sociétés.

Alors que dans certaines sociétés, jXVTX¶j UpFHPPHQW RQ


UHWURXYDLW GH IRUWH DYHUVLRQ DX ULVTXH OLp j O¶LQYHVWLVVHPHQW
agrémentée G¶XQ SHX GH SDUHVVH ; Jésus-Christ, leader porteur
de la religion chrétienne, invite à investir ou épargner chez un
tiers, un banquier.

/¶REMHFWLI HVW VLPSOH Ht basique dans toute la théorie


économique, notamment dans la pratique du capitalisme. Il
V¶DJLWGHIDLUHGXSURILW,OHVWKRUVGHSHQVpHTXHOHWDOHQW LFL
le capital) ne soit pas mobilisé de manière à rapporter des
bénéficies à son détenteur. Ceci demeure vrai quelque soit le
sens donné au mot talent.

$ORUVTXH0D[:HEHUDWWULEXDLWO¶HVSULWGXFDSLWDOLVPHDX[
protestants, Jésus-Christ Lui-même, dès la première moitié du
premier millénaire de notre ère, a posé les fondements de ce
comportement par rappoUWDXSURILWHWjO¶DFFXPXODWLRQ
46
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

La deuxième chose envisagée par Jésus-Christ est le sort du


gestionnaire du capital. « Otez-lui donc le talent, et donnez-le à
celui qui a les dix talents. Car on donnera à celui qui a, et il
sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on ôtera même
ce qu'il a. Et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du
dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents »
(Mathieu 25 :28-29).

3.1. La gestion dans le discours de Jésus-Christ

La notion de gestion apparait de façon sous-jacente très


IUpTXHPPHQWGDQVOHVSUpGLFDWLRQVGX&KULVWORUVTX¶,OpWDLWVXU
OD WHUUH /H PRW Q¶\ DSSDUDvW MDPDLV WH[WXHOOHPHQW 3RXUWDQW
O¶LGpH\HVWELHQSUpVHQWH

$XMRXUG¶KXL OD WKpRULH GH O¶DJHQFH SHXW IDFLOHPHQW rWUH


superposée à ses paraboles de délégation du management des
talents et des biens, etc. /D WKpRULH O¶DJHQFH a été développée
Michael C. Jensen et William H. Meckling (1976). Ils
définissent la relation d'agence comme un contrat par lequel
une (ou plusieurs) personne(s) (le principal) engage une autre
personne (l'agent) pour exécuter en son nom une tâche
47
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
quelconque qui implique une délégation d'un certain pouvoir de
décision à l'agent.

La relation principal-agent est établie, dans le cas de


O¶RUJDQLVDWLRQ FRPPH XQ © Q°XG GH FRQWUDWV ». La relation
G¶DJHQFHHQWUDLQHXQWUDQVIHUWGHGURLWVGHSURSULpWp26. Dans le
cas cité par Jésus-Christ, le Maître est le principal. Les
serviteurs sont les agents.

Nous avons donc là une délégation de la gestion des talents


du Maître. Cette délégation inclut la responsabilité de
rentabilité. La notion de rentabilité est aussi fondamentale dans
O¶pFRQRPLH GHV HQWUHSULVHV27 ou plus généralement dans la
WKpRULHGHO¶pFRQRPLHLQGXVWULHOOH

Comme le serviteur (agent gestionnaire des talents),


O¶HQWUHSULVH HVW VRPPpH G¶rWUH UHQWDEOH VRXV SHLQH GH
disparaître. Toute la problématique des entreprises actuelles est
adaptée au texte en question.

26
/DWKpRULHGHVGURLWVGHSURSULpWpGRQWGpFRXOHODWKpRULHGHO¶DJHQFHDpWp
développée G¶DERUGSDUArmen Alchian et Harold Demsetz en 1972.
27
3RXUDSSURIRQGLUODFRQQDLVVDQFHVXUOHVWKpRULHVGHO¶HQWUHSULVHRQSHXW
consulter &RULDW% :HLQVWHLQ2/HVQRXYHOOHVWKpRULHVGHO¶HQWUHSULVH
LGF, Livre de Poche, 1995, 171 pages.
48
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

/H SULQFLSDO SUREOqPH DFWXHO GH OD UHODWLRQ G¶DJHQFH


notamment entre actionnaires (principal) et managers (agent) se
pose au niveau de la prise en compte des désirs du principal.
Ce dernier étant surtout motivé par son profit.

On voit alors apparaître le dernier point que nous pouvons


VRXOLJQHU LFL FHOXL GX SRXYRLU GX SULQFLSDO VXU O¶DJHQW eWDQW
donné que le gestionnaire est au service du (employé par)
principal. Comme le serviteur qui ne génère pas de profit se
voit enlever la gestion du talent, le manager dont la direction
Q¶HVW SDV UHQWDEOH VH YRLW UDSSHOp j O¶RUGUH RX OLPRJp SDU OH
principal.

La seule différence, et non sans importance, entre la


parabole28 GHV WDOHQWV HW OD UHODWLRQ G¶DJHQFH F¶HVW TXH OH
0DvWUH QH V¶DFFDSDUH SDV GX SURILW ,O YHXW WRXW VLPSOHPHQW
V¶DVVXUHU GH OD TXDOLWp GH OD JHVWLRQ HW DX SDVVDJH GLVWULEXHU
quelques bons ou mauvais points.

28
Parabole : « Image tirée de la vie courante et servant à illustrer une vérité
ou un enseignement ». On compte près de 200 paraboles de la Bible (Bible
de Genève, 1979).
49
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
/¶LGpH VRXV-jacente à la gestion ou au management des
WDOHQWVDpWppWHQGXHjEHDXFRXSGHGRPDLQHV'¶DERUG il y a
les activités sportives où le talent est la clé du succès et de la
distinction ; on retrouve ensuite de façon générale la notion du
WDOHQW GDQV WRXWH O¶pFRQRPLH HW SOXV SUpFLVpPHQW GDQV OHV
théories managériales. /¶DSSDULWLRQUpFHQWHGXFRDFKLQJLQVSLUp
par les praticiens du domaine sportif gagne progressivement de
O¶DXWRULWp GDQV OHV WKpRULHV PDQDJpULDOHV $FWXHOOHPHQW OHV
chasseurs de tête, les dénicheurs de talents cachés, etc. ont
révolutionné les croyances.

3.2. Le point de GpSDUWGHO¶pFRQRPLHFDSLWDOLVWH

1RXVYHQRQVG¶LQVLVWHUVXUOHU{OHGXSURILWGDQVODUHODWLRQ
G¶DJHQFHRevenons à la parabole des talents pour constater que
dans ce texte, nous avons toute une série de bases théoriques de
la science pFRQRPLTXH /¶LQWpUHVVp GX GRPDLQH GX
management y trouvera aussi son compte.

0DLVODILQGHODSDUDEROHPHWVXUWRXWjO¶KRQQHXUOa branche
de la finance bancaire, un domaine particulièrement important
HWDFWXHOGHO¶pFRQRPLH. De manière générale, toutes les formes

50
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
G¶LQWHUPpGLDWLRQ ILQDQFLqUH HW GpVRUPDLV PLFURILQDQFLqUH 
SHXYHQWV¶LQVSLUHUGXFRQWHQXGHFHWH[WH

Mais il y a un point central qui PpULWH G¶rWUH VRXOLJQp Il


V¶DJLWGHO¶HVSULWGXFDSLWDOLVPH$ORUVTXHO¶RQDO¶KDELWXGHGH
O¶DVVRFLHU j YDOHXUV SRUWpHV SDU OH SURWHVWDQWLVPH QRXV DOORQV
YRLUTX¶LOGpMjSUpVHQWGDQVODSDUDEROHGHVWDOHQWV

/RUVTX¶HQOHVRFLRORJXH:D[:HEHUSXEOLDVRQOLYUH
« /¶pWKLTXHSURWHVWDQWHHWO¶HVSULWGXFDSLWDOLVPH », O¶LGpH selon
laquelle le protestantisme a favorisé la modernisation de
O¶pFRQRPLH était déjà une évidence très répandue. Néanmoins,
Weber a voulu montrer que l'éthique protestante constitue un
facteur explicatif de l'essor du capitalisme. Autrement dit, il
FKHUFKDLW j PRQWUHU TX¶LO H[LVWH XQ HVSULW GX FDSLWDOLVPH
indépendant du capitalisme lui-même.

Depuis cette publication célèbre, il est devenu coutumier


G¶DVVRFLHUO¶HVSULWGXFDSLWDOLVPHDXSURWHVWDQWLVPH3RXrtant, il
Q¶HQ HVW rien /H SURFHVVXV G¶DFFXPXODWLRQ GpFULW SDU .DUO
Marx ou la recherche accélérée du profit ayant marquée le
XXème siècle étaient déjà présents dans la parabole des talents.

51
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

Jacques Attali a donc raison de remettre en question la thèse


de Weber. De même, dans son livre Les juifs, les chrétiens et
l'argent29, Attali remet aussi en question la thèse de Sombart
qui fait démarrer le capitalisme au XVIème siècle. Pour Attali, le
peuple inventeur du monothéisme est aussi le fondateur du
capitalisme.

En effet, si depuis des millénaires, les juifs ont été très en


avance en matière de stratégies économiques, le texte de
Mathieu est venu sceller par des textes sacrés cette dimension
incontestable du rôle des juifs dans le développement du
capitalisme.

Plusieurs types de théories économiques peuvent être


expliqués par le texte de la parabole. Nous allons prendre
XQLTXHPHQWO¶H[HPSOHGHO¶LQWHUYHQWLRQG¶XQGHX[LqPHQLYHDX
de délégation de la gestion évoqué dans le texte.

« Il te fallait donc remettre mon argent aux banquiers, et, à


mon retour, j'aurais retiré ce qui est à moi avec un intérêt »
(Mathieu 24 :27). Nous voyons dans ce texte, la possibilité et
29
Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l'argent, Paris : Fayard, 2002.
52
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
même le souhait de recourir à un deuxième agent, en
O¶RFFXUUHQFH OH EDQTXLHU ORUVTXH OH SUHPier agent à qui la
gestion a été confiée a failli jVRQGHYRLUG¶LQYHVWLVVHPHQW

Autrement dit, nous avons là la possibilité de recourir à


GLIIpUHQWHV VWUDWpJLHV SRXU UpDOLVHU O¶REMHFWLI GH UHQWDELOLVDWLRQ
du capital. Et ce comportement, les capitalistes O¶RQWWUqVELHQ
FRPSULV &¶HVW FH TXL H[SOLTXH OHV GLIIpUHQWHV PXWDWLRQV HW
adaptions récentes du capitalisme. Cette flexibilité a pendant
longtemps conforté la robustesse du capitalisme. Et ce système
a de beaux jours devant lui.

Ce qui fait la force du FDSLWDOLVPH F¶HVW VD FDSDFLWp


G¶DGDSWDWLRQRXSOXVSUpFLVpPHQWVDFDSDFLWpjWUDQVIRUPHUOHV
sociétés. Comme dans le reproche adressé au serviteur
improductif, la prise de risque se présente comme un atout. Il
OXL IDOODLW UHPHWWUH O¶DUJHQW j XQ EDQTXLHU Autrement dit, il
pourrait transférer le risque auquel il est averse sur un autre
agent.

Les idées du capitalisme ont donc été depuis longtemps


présentes dans la Bible. On peut même se demander si les

53
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
WH[WHV ELEOLTXHV Q¶RQW SDV DFFRXFKp OH FDSLWDOLVPH 8Qe chose
HVWVXUHLOVRQWLQVSLUpO¶HVSULWG¶DFFXPXODWLRQGHVULFKHVVHV

54
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

IV. L¶DFFXPXODWLRQGHVULFKHVVHV

$XMRXUG¶KXL DXVVL FULWLTXpH TX¶HOOH VRLW OD ORJLTXH GH


O¶DFFXPXODWLRQ GHV ULFKHVVHV HVW YRXOXH SDU OH SOXV JUDQG
nombre des mortels. Même ceux qui la critiquent le plus
farouchement auraient en réalité souhaité en accumuler un peu.
,O V¶DJLW DX IDLW GH SDVVHU GH O¶DXWUH F{Wp GH OD EDUULqUH. &¶HVW
comme la différence entre les discours idéologiques des
ouvriers et des employeurs. Un premier éclaircissement du
processus a été proposé par Karl Marx30. Mais, à bien
comSUHQGUH OD SDUDEROH GHV WDOHQWV RQ \ YRLW O¶LPSpUDWLI
G¶DFFXPXOHU 2Q \ YRLW PrPH O¶H[LJHQFH G¶XQ UHQGHPHQW j
&¶HVW-à-dire, transformer cinq talents en dix, etc.

30
.DUO0DU[pWDLWG¶RULJLQHMXLYH6DPqUHMXLYHSUDWLTXDQWHOXLDG¶DLOOHXUV
FRQVHLOOp G¶DFFXPXOHU GX FDSLWDO DX OLHX GH SUHQGUH VRQ WHPSV j pFULUH Le
Capital, son livre devenu célèbre.
55
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
4.1. /¶LPSpUDWLIG¶DFcumuler

Jésus-&KULVW SRVH O¶LPSpUDWLI G¶DFFXPXOHU GH IDoRQ FODLUH


dans la parabole des talents. Mieux, il assortit cet impératif
G¶XQ SULQFLSH VDQFWLRQUpFRPSHQVH &H SULQFLSH Q¶HVW SDV WUqV
GLIIpUHQW GHV SUDWLTXHV G¶LQFLWDWLRQ SURSRVpHV GDQV OH PRGqOH
jaSRQDLVG¶pFRQRPLHG¶HQWUHSULVH

Le capital devient non seulement rapport social (conception


GH .DUO 0DU[  PDLV VXUWRXW XQ DFWLI SHUPHWWDQW G¶DVVHRLU XQ
statut social. Aussi bien que « plus on a, plus on est ».
/¶DFFXPXODWLRQ GH ULFKHVVHV VRXV TXHOTXH IRrme que ce soit,
GpWHUPLQH O¶H[LVWHQFH GH FHUWDLQV DJHQWV GDQV la lutte pour la
compétitivité.

&HWWH FRPSpWLWLYLWp V¶LQVFULW GDQV OD GURLWH OLJQpH GH OD


rentabilité dont nous venons de brosser le tableau. Analysons
bien le texte :
« Celui qui avait reçu les cinq talents s'approcha, en
apportant cinq autres talents, et il dit : Seigneur, tu m'as remis
cinq talents ; voici, j'en ai gagné cinq autres » (Mathieu 25 :
20).

56
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
Nous avons là, un modèle de rentabilité à 100%, un profit
GRXEOH,OQ¶\DGRQFULHQG¶ptranger au capitalisme actuel. Bien
DX FRQWUDLUH QRXV VRPPHV IRUFpV G¶DGPHWWUH TX¶LO \ D Oj XQ
SURFHVVXVG¶DFFXPXODWLRQDFFpOpUpH

LD FRXUVH j O¶DFFXPXODWLRQ VL HOOH FRQWULEXH j URPSUH


FHUWDLQVpTXLOLEUHVGHO¶HQYLURQQHPHQWHOOHHQWUDvQHSDUDLOOHXUV
quelques bénéfices non négligeables.

4.2. /HEpQpILFHGHO¶DFFXPXODWLRQ

Dans la parabole des talents, celui qui rentabilise les talents


TX¶LOJqUH HWSDUYLHQWjLQLWLHUXQSURFHVVXVG¶DFFXPXODWLRQ se
voit augmenter son actif. Car « On donnera à celui qui a, et il
sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on ôtera même
ce qu'il a ». (Mathieu 25 :28-29).

Le capital fonctionne donc depuis bien longtemps selon le


principe suivant : « O¶HDXYDjODULYLqUH ª/HULFKHV¶HQULFKLWHW
le pauvre devient de plus en plus pauvre. Aussi parmi les
SHUGDQWV GX SURFHVVXV RQ SHXW FRQVWDWHU TXH FH VRQW G¶DERUG
les pauvres, puis la classe moyenne. Car le talent enlevé à
O¶RXYULHU LPSURGXFWLI GX PrPH FRXS DSSDXYUL  Q¶D SDV pWp
57
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
donné à celui qui en avait peu (que nous mettons dans la
catégorie de la classe moyenne).

De la même façon, lors de la répartition des richesses, une


inégalité systématique est établie : « donner plus à celui qui a
déjà, et moins ou rien à celui qui a peu ou pas du tout ». &¶HVW
DXMRXUG¶KXLGHFette façon que le monde, et principalement le
monde économique et politique, a tendance à fonctionner.

Les bénéfices de cette gestion-accumulation ne sont pas


uniquement financiers. Nous avons dit que le capital permet
G¶DVVHRLU XQ VWDWXW 5HYHQRQV DX VHUviteur qui avait reçu cinq
talents. Il en a accumulé cinq autres. Il dispose donc de dix
talents. Il est aussi celui à qui le talent enlevé au serviteur
improductif a été remis. Voici que Matthieu rapporte (25:28) :
« Otez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a les dix
talents ».

De plus, les serviteurs productifs sont félicités. A chacun


des serviteurs, voici le message adressé : « Son maître lui dit :
C'est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de
chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton
maître » (Mathieu 25 :21).
58
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

Pour finir, comme il est de coutume dans le système


capitalisme, les gagnants (winners) ainsi que les perdants
(loosers) ont reçu leur part de gratification. Voici ce qui est dit
concernant le serviteur improductif : « Et le serviteur inutile,
jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et
des grincements de dents » (Mathieu 25 :30). &¶HVWFHJHQUHGH
traitement qui est accordé aux improductifs dans le système
capitaliste. Ceci, à une exception près, celle qui concerne les
parachutes dorées.

Mais le développement du capitalisme ne se fait pas de


IDoRQ OLQpDLUH %LHQ DX FRQWUDLUH FRPPH O¶D H[SOLTXp .DUO
0DU[ OH SURFHVVXV G¶DFFXPXODWLRQ VH IDLW MXVTX¶j XQ FHUWDLQ
QLYHDX SXLV F¶HVW la crise. Entre périodes de croissance et
périodes de récession, les cycles économiques se succèdent, au
grand dam du discours des prévisionnistes. Cependant, la Bible
fournit une explication très solide de la cyclicité des crises
économiques. Elle va plus loin en proposant une solution
Q¶D\DQWMDPDLVpWpUpHOOHPHQWSULVHHQFRPSWHSDUOHVDXWRULWpV
étatiques contemporaines.

59
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

60
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

V. La régularité des crises expliquée par la


Bible

Alors que nous ne sommes pas encore totalement sortie de


la crise (boursière, puis financière ou bancaire et enfin
économique) qui a débuté en 2007, il paraît opportun de
questionner, dans le cadre de cet ouvrage, la capacité de la
Bible à expliquer des phénomènes économiques particuliers,
comme la crise. Dans un article paru sur le site du journal Le
Monde Evangélique, nous avons, en 2008, proposé une lecture
WUqV LQWpUHVVDQWH G¶XQH H[SOLFDWLRQ GHV FULVHV pFRQRPLTXHV
retrouvée dans la Torah. Nous reprenons ici quelques éléments
de cet article31 qui garde encore toute son actualité, car les
conséquences de la crise économique actuelle - labellisée
« Made in USA ª VHORQ O¶pFRQRPLVWH -RVHSK 6WLJOLW] (p. 282,
2009) - VRQWWRXMRXUVOj(WG¶DLOOHXUVLO\DXUDG¶DXWUHVFULVHV

31
3RXU FRQVXOWHU O¶DUWLFOH HQ OLJQH YLVLWHU O¶DGUHVVH VXLYDQWH :
http://www.lemondeevangelique.com/dossiers.229.htm.
61
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
/¶DUWLFOH HQ TXHVWLRQ V¶pWDLW LQVSLrée du texte cité dans
Genèse 44 : 1-%LHQTX¶LOVRLWUHODWLYHPHQWORQJQRXVavons
jugé utile à la compréhension de rapporter ce texte32 ici :

Genèse 41, versets 1 à 44

 >«@ 3KDUDRQ HXW XQ VRQJH 9RLFL LO VH WHQDLW SUqV GX
fleuve.
2 Et voici, sept vaches belles à voir et grasses de chair
montèrent hors du fleuve, et se mirent à paître dans la prairie.
3 Sept autres vaches laides à voir et maigres de chair
montèrent derrière elles hors du fleuve, et se tinrent à leurs
côtés sur le bord du fleuve.
4 Les vaches laides à voir et maigres de chair mangèrent
les sept vaches belles à voir et grasses de chair. Et Pharaon
V¶pYHLOOD
5 Il se rendormit, et il eut un second songe. Voici, sept épis
gras et beaux montèrent sur une même tige.
6 Et sept épis maigres et brûlés par le vent G¶RULHQW
poussèrent après eux.
7 Les épis maigres engloutirent les sept épis gras et pleins.
(W3KDUDRQV¶pYHLOOD9RLOjOHVRQJH
32
Source : BibleOnline.com.
62
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
8 /HPDWLQ3KDUDRQHXWO¶HVSULWDJLWpHWLOILWDSSHOHUWRXV
OHVPDJLFLHQVHWWRXVOHVVDJHVGHO¶(J\SWH,OOHXUUDFRQWa ses
songes. Mais personne ne put les expliquer à Pharaon.
9 Alors le chef des échansons prit la parole, et dit à
3KDUDRQ-HYDLVUDSSHOHUDXMRXUG¶KXLOHVRXYHQLUGHPDIDXWH
10 3KDUDRQV¶pWDLWLUULWpFRQWUHVHVVHUYLWHXUVHWLOP¶DYDLW
fait mettre en prison dans la maison du chef des gardes, moi et
le chef des panetiers.
11 1RXV H€PHV O¶XQ HW O¶DXWUH XQ VRQJH GDQV XQH PrPH
nuit; et chacun de nous reçut une explication en rapport avec
OHVRQJHTX¶LODYDLWHX
12 Il y avait là avec nous un jeune Hébreu, esclave du chef
des gardes. Nous lui racontâmes nos songes, et il nous les
expliqua.
13 /HV FKRVHV VRQW DUULYpHV VHORQ O¶H[SOLFDWLRQ TX¶LO QRXV
avait donnée. Pharaon me rétablit dans ma charge, et il fit
pendre le chef des panetiers.
14 Pharaon fit appeler Joseph. On le fit sortir en hâte de
prison. Il se rasa, changea de vêtements, et se rendit vers
Pharaon.
15 3KDUDRQ GLW j -RVHSK -¶DL HX XQ VRQJH 3HUVRQQH QH
SHXWO¶H[SOLTXHUHWM¶DLDSSULVTXHWXH[SOLTXHVXQVRQJHDSUqV
O¶DYRLUHQWHQGX
63
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
16 JRVHSKUpSRQGLWj3KDUDRQHQGLVDQW&HQ¶HVWSDVPRL
F¶HVW'LHXTXLGRQQHUDXQHUpSRQVHIDYRUDEOHj3KDUDRQ
17 Pharaon dit alors à Joseph: Dans mon songe, voici, je
me tenais sur le bord du fleuve.
18 Et voici, sept vaches grasses de chair et belles
d¶DSSDUHQFH PRQWqUHQW KRUV GX IOHXYH HW VH PLUHQW j SDvWUH
dans la prairie.
19 Sept autres vaches montèrent derrière elles, maigres,
IRUW ODLGHV G¶DSSDUHQFH HW GpFKDUQpHV MH Q¶HQ DL SRLQW YX
G¶DXVVLODLGHVGDQVWRXWOHSD\VG¶(J\SWH
20 Les vaches décharnées et laides mangèrent les sept
premières vaches qui étaient grasses.
21 (OOHV OHV HQJORXWLUHQW GDQV OHXU YHQWUH VDQV TX¶RQ
V¶DSHUo€W TX¶HOOHV \ IXVVHQW HQWUpHV HW OHXU DSSDUHQFH pWDLW
ODLGHFRPPHDXSDUDYDQW(WMHP¶pYHLOODL
22 Je vis encore en songe sept épis pleins et beaux, qui
montèrent sur une même tige.
23 (WVHSWpSLVYLGHVPDLJUHVEU€OpVSDUOHYHQWG¶RULHQW
poussèrent après eux.
24 /HVpSLVPDLJUHVHQJORXWLUHQWOHVVHSWEHDX[pSLV-HO¶DL
GLWDX[PDJLFLHQVPDLVSHUVRQQHQHP¶DGRQQpO¶H[SOLFDWLRQ
25 -RVHSK GLW j 3KDUDRQ &H TX¶D VRQJp 3KDUDRQHVW XQH
VHXOHFKRVH'LHXDIDLWFRQQDvWUHj3KDUDRQFHTX¶LOYDIDLUH
64
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
26 Les sept vaches belles sont sept années: et les sept épis
EHDX[VRQWVHSWDQQpHVF¶HVWXQVHXOVRQJH
27 Les sept vaches décharnées et laides, qui montaient
derrière les premières, sont sept années; et les sept épis vides,
EU€OpVSDUOHYHQWG¶RULHQWVHURQWVHSWDQQpHVGHIDPLQH
28 Ainsi, comme je viens de le dire à Pharaon, Dieu a fait
FRQQDvWUHj3KDUDRQFHTX¶Ll va faire.
29 Voici, il y aura sept années de grande abondance dans
WRXWOHSD\VG¶(J\SWH
30 6HSW DQQpHV GH IDPLQH YLHQGURQW DSUqV HOOHV HW O¶RQ
RXEOLHUDWRXWHFHWWHDERQGDQFHDXSD\VG¶(J\SWHHWODIDPLQH
consumera le pays.
31 Cette famine qui suivUD VHUD VL IRUWH TX¶RQ QH
V¶DSHUFHYUDSOXVGHO¶DERQGDQFHGDQVOHSD\V
32 Si Pharaon a vu le songe se répéter une seconde fois,
F¶HVWTXHODFKRVHHVWDUUrWpHGHODSDUWGH'LHXHWTXH'LHXVH
KkWHUDGHO¶H[pFXWHU
33 Maintenant, que Pharaon choisisse un homme
LQWHOOLJHQWHWVDJHHWTX¶LOOHPHWWHjODWrWHGXSD\VG¶(J\SWH
34 Que Pharaon établisse des commissaires sur le pays,
SRXU OHYHU XQ FLQTXLqPH GHV UpFROWHV GH O¶(J\SWH SHQGDQW OHV
VHSWDQQpHVG¶DERQGDQFH

65
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
35 4X¶LOV UDVVHPEOHQW WRXV OHV SURGXLts de ces bonnes
DQQpHV TXL YRQW YHQLU TX¶LOV IDVVHQW VRXV O¶DXWRULWp GH
Pharaon, des amas de blé, des approvisionnements dans les
YLOOHVHWTX¶LOVHQDLHQWODJDUGH
36 Ces provisions seront en réserve pour le pays, pour les
sept années de famine qui DUULYHURQW GDQV OH SD\V G¶(J\SWH
afin que le pays ne soit pas consumé par la famine.
37 Ces paroles plurent à Pharaon et à tous ses serviteurs.
38 Et Pharaon dit à ses serviteurs: Trouverions-nous un
homme comme celui-FLD\DQWHQOXLO¶HVSULWGH'LHX"
39 (W3KDUDRQGLWj-RVHSK3XLVTXH'LHXW¶DIDLWFRQQDvWUH
WRXWHVFHVFKRVHVLOQ¶\DSHUVRQQHTXLVRLWDXVVLLQWHOOLJHQWHW
aussi sage que toi.
40 -HW¶pWDEOLVVXUPDPDLVRQHWWRXWPRQSHXSOHREpLUDj
WHVRUGUHV/HWU{QHVHXOP¶pOqYHUDDX-dessus de toi.
41 Pharaon dit à Joseph: Vois, je te donne le
FRPPDQGHPHQWGHWRXWOHSD\VG¶(J\SWH
42 Pharaon ôta son anneau de la main, et le mit à la main
GH-RVHSKLOOHUHYrWLWG¶KDELWVGHILQOLQHWOXLPLWXQFROOLHU
G¶RUDXFRX
43 Il le fit monter sur OH FKDU TXL VXLYDLW OH VLHQ HW O¶RQ
FULDLWGHYDQWOXL$JHQRX[&¶HVWDLQVLTXH3KDUDRQOXLGRQQD
OHFRPPDQGHPHQWGHWRXWOHSD\VG¶(J\SWH
66
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
44 Il dit encore à Joseph: Je suis Pharaon! Et sans toi
personne ne lèvera la main ni le pied dans tout le pays
G¶(J\SWH

Ce texte, TXLHQDSSDUHQFHQ¶DULHQGHSURSKpWLTXH, présente


néanmoins une solide explication biblique de la cyclicité des
crises économiques qui perpétue dans le temps. La crise
financière et économique actuelle vient une fois de plus
rappeler O¶DFWXDOLWpGHFHWH[WH. Nous allons le montrer dans les
paragraphes suivants.

5.1. Une explication biblique des crises économiques

/D FULVH ILQDQFLqUH GH O¶DQQpH  LQLWLpH DX[ eWDWV-Unis


G¶$PpULTXH Q¶HVW QL OD SUHPLqUH QL OD GHUQLqUH VLWXDWLRQ
économLTXH LQGpVLUDEOH DIIHFWDQW OH PRQGH /¶KLVWRLUH
pFRQRPLTXHGHO¶KXPDQLWpHVWMRQFKpHGHSpULRGHVKHXUHXVHVHW
GH SpULRGHV GH FULVH /D SURSDJDWLRQ GHV FRQVpTXHQFHV G¶XQH
crise dépend du poids économique du pays dans lequel elle est
initiée.

Depuis les « trente glorieuses » ± en réalité 28 ans de forte


FURLVVDQFHpFRQRPLTXHTX¶RQWFRQQXHHQWUHHWXQH
67
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
grande majorité des pays développés, principalement les
PHPEUHV GH O¶2&'( ± les historiens économiques constatent
une certaine cyclicité dans la succession des bonnes et
mauvaises périodes. Pourtant, cette cyclicité hepta-annuelle a
une explication déjà très vieille dans la Bible, plus précisément
dans la Torah, pourtant jamais théorisée. Or une simple lecture
de la Genèse apporterait des clés de compréhension très utiles à
O¶LQWHUSUpWDWLRQ GH FH TXL YLHQW GH VH SDVVHU DX[ eWDWV-Unis et
qui a eu des répercussions étendues. Max Weber, auteur
de /¶eWKLTXH 3URWHVWDQWH HW O¶(VSULW GX &DSLWDOLVPH (1905),
conviendrait facilement avec ces propos. Pour notre part, nous
allons explorer le contenu économique du texte biblique afin,
G¶HQVRXOLJQHUO¶DFWXDOLWp.

A- La cyclicité économique au temps de la Bible

Il y a trois éléments importants que nous pouvons souligner


GDQV OH WH[WH &H VRQW GDQV O¶RUGUH du récit : le songe,
l¶LQWHUSUpWDWLRQ GX VRQJH et l¶DFWLRQ SUpYLVLRQQHOOH GX
JRXYHUQHPHQWGHO¶pSRTXH.

68
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
Ces trois éléments sont traités successivement dans le récit
dont nous avons repris textuellement la version Louis Segond
(1910).

Le passage biblique en question constitue une révélation


particulièrement intéressante, tant prophétique que valide sur
O¶DOWHUQDQFHGHVHSWDQQpHVG¶DERQGDQFHVXLYLHVGHVHSWDXWUHV
DQQpHVGHGLVHWWH/¶LPDJHHVWFDSWLYDQWHG¶DXWDQWSOXVTX¶HOOH
est étoffée du symbolisme des sept vaches grasses mangées
plus tard par sept vaches maigres. Le fait que les vaches sont
sorties de la terre ne fait que renforcer la dimension agricole
sinon matérielle de la production des richesses. Les richesses
GHV VHSW DQQpHV G¶DERQGDQFH RQW pWp SURSRUWLRQQHOOes aux
besoins des sept années de pénurie, O¶D H[SULPp O¶LPDJH GHV
vaches. Autrement dit, les richesses issues des périodes de forte
croissance économique sont appelées à être un recours pour les
DQQpHVGHFULVH$O¶pSRTXHGX3KDUDRQOHVVDJHVGXUR\DXPH
ne savaient expliquer la prédictibilité économique du songe.
Seul Joseph ± le prisonnier juif ± a pu décrypter le message
prophétique contenu dans la vision.

69
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
5.2. AFWXDOLWp GH O¶H[SOLFDWLRQ biblique des crises
économiques

/¶DFWXDOLWp GX WH[WH FLWp SHXW être entendue à travers trois


constats : 1) la cyclicité hepta-annuelle des crises économiques,
2) les lLPLWHVGHO¶LQWHOOLJHQFHFROOHFWLYHGHVKRPPHV, et 3) une
LQWHUSUpWDWLRQELEOLTXHGHO¶pFRQRPLHHVWbien possible.

3OXVLHXUV PLOOLHUV G¶DQQpHV DSUqV O¶événement cité dans le


texte, le docteur Joseph Clément JUGLAR (1819-1905)33, dans
un ouvrage datant de 1862, observait le portefeuille des effets
HVFRPSWpV GH OD %DQTXH GH )UDQFH F¶HVW-à-dire les crédits,
XQLTXHLQGLFDWHXUPDFURpFRQRPLTXHGHO¶pSRTXH,O en tirait la
FRQFOXVLRQ TX¶une crise survient tous les sept ans. Son
PHVVDJH Q¶D SDV IDLW JUDQG pFKR LPPpGLDWHPHQW 3RXUWDQW
DXMRXUG¶KXL FHV F\FOHV pFRQRPLTXHV VRQW FRQQXV VRXV OH

33
Joseph Clément Juglar, né le 15 octobre 1819 à est un médecin et
économiste français. Il fut l'un des premiers à remarquer la régularité de
l'alternance des périodes de contraction et d'expansion dans les affaires.
Savant éminent, Juglar a appartenu à l'Institut international de statistique
ainsi qu'à l'Académie des sciences morales et politiques. Ses trois
principaux ouvrages sont : Des Crises commerciales et leur retour
périodique en France, en Angleterre, et aux États-Unis (1862), Du Change
et de la liberté d'émission (1868), Les Banques de dépôt, d'escompte et
d'émission (1884). Juglar est mort à Paris, le 28 février 1905.

70
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
vocable de « cycles de Juglar34 ». En effet, Juglar demeure le
premier éconRPLVWHjV¶LQWpUHVVHUDX[F\FOHVpFRQRPLTXHV

6L O¶RQ DSSOLTXH O¶analyse de Juglar aux trente dernières


années, elle fonctionne très bien, nous dit O¶pFRQRPLVWH Jacques
0DUVHLOOH (Q  F¶HVW OD FULVH SpWUROLqUH  XQH
autre crise pétrolière. 1987 voit un krach boursier et 1993 la
crise qui a suivi la guerre du Golfe. En 2001 éclate la bulle
Internet et en 2008 voici la crise des surprimes mettant en
difficulté le marché financier mondial, et du même coup met en
crise WRXWHO¶pFRQRPLHPRQGLDOH

Cette répétition de cycles de sept ans montre bien que la


Bible contient des explications dont les grands de ce siècle
IHUDLHQW ELHQ GH V¶LQVSLUHU Mais dommage, comme le dit
O¶pFRQRPLVWH -DFTXHV 0DUVHLOOH OHV KRPPHV RQW SHX GH
mémoire. Pourtant, l'économiste Alvin Hansen a observé douze
cycles de type Juglar entre 1837 et 1937 aux États-Unis. Ces
cycles ont duré en moyenne 8,33 années, cependant entre 1857
et 1937, leur durée moyenne chute à 8 ans.

34
Les « cycles de Juglar » sont aussi appelés « F\FOHVG¶DIIDLUHV ». Ce sont
des périodes allant de 7 à 11 ans.
71
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
On peut même se demander si les conseillers économiques
GHV JRXYHUQHPHQWV DFWXHOV QH GHYUDLHQW SDV V¶LQVSLUHU GHV
conseils de Joseph. De la même façon que le Pharaon en son
WHPSV Q¶D SDV KpVLWp j HQJDJHU XQH JHVWLRQ FRQVFLHQWH GHV
richesses accumulées pendant les années de croissance en
prévision des années de manque, il serait bien sage que les
JRXYHUQHPHQWVDFWXHOVV¶HQJDJHQWGDQVXQHYLVLRQjSOXVORQJ
terme. Cela revient à dire que les programmes devraient se
poursuivre, malgré les changements de gouvernants chaque
cinq ou quatre ans.

0DLV OHV KRPPHV Q¶RQW SDV GH PpPRLUH FRPPH O¶D IDLW
UHPDUTXHU O¶pFRQRPLVWH Jacques Marseille. Bien que la Bible
soit le plus grand des best sellerDXFXQOLHQVROLGHQ¶DpWppWDEOL
entre le fondement de ce texte et la périodicité des crises
pFRQRPLTXHV '¶XQ F{Wp VRXV FRXvert de la laïcité, rares sont
les économistes ayant osé faire cH OLHQ '¶XQ DXWUH F{Wp OHV
théologiens et évangélistes plutôt préoccupés par la dimension
spirituelle de leurs réflexions, Q¶RQWSDV FKHUFKpjLQVSLUHUOHV
analyses économiques. En réalité, ils se sont trompés ou bien
Q¶RQWSDVFRPSULVO¶H[SOLFDWLRQGH3DXOO¶DS{WUHVXUODGRXEOH
nationalité du chrétien. Ce qui fait que le croyant doit participer

72
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
voire influencer positivement les affaires économiques de la
cité.

Pourtant, il nous semble qu¶XQHOHFWXUHpFRQRPLTXHLQVSLUpH


GHFHUWDLQVWH[WHVELEOLTXHVSRXUUDLWV¶DYpUHUWUqVIpFRQGHNous
SHQVRQV TX¶LO HVW QpFHVVDLUH de briser ce silence, contre tout
SUpWH[WH G¶H[WUrPH ODwFLWp. Bien que notre curiosité soit plus
DXGDFLHXVH TX¶DPELWLHXVH LO QH nous semble pas hors de tout
sens de prendre en compte les fondements des textes sacrés qui
DOLPHQWHQW O¶LPDJLQDLUH GH QRV VRFLpWpV RFFLGHQWDOHV '¶DXWDQW
plus que ces dernières sont fortement empreintes du
christianisme, plus que toute autre forme de religion.

/¶explication débattue dans ce chapitre pourrait convaincre


EHDXFRXS G¶KLVWRULHQV GH O¶pFRQRPLH notamment ceux ayant
une certaine ouverture G¶HVSULW SDUDGLJPDWLTXH dans leurs
analyses 3RXUWDQW LO Q¶HQ HVW ULHQ ,O VXIILW GH GpSDVVHU
O¶REVWLQDWLRn à être radicalement laïque ou radicalement
chrétien. 0rPH XQ pFRQRPLVWH -RVHSK 6WLJOLW] QH V¶HVW SDV
référé à la Bible dans ses leçons tirées de la crise.

/H FKUpWLHQ Q¶HVW DXWUH TX¶XQ KRPPH RX XQH IHPPH DYHF
une existence matérielle (donc concernée par les activités
73
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
pFRQRPLTXHV WHUUHVWUHV  j ODTXHOOH V¶DMRXWH XQH HVSpUDQFH GH
YLH pWHUQHOOH DSUqV OD PRUW &¶HVW G¶DLOOHXUV OD EDVH GH OD IRL
FKUpWLHQQH QRXV GLW 3DXO O¶DS{WUH 0DLV HQILQ TXHO GLULJHDQW
de ce monde est prêt à chercher conseil dans la Bible ?
« +HXUHXVH OD QDWLRQ GRQW O¶eWHUQHO HVW OH 'LHX », dit le
Psalmiste !

En définitive, les problèmes économiques et sociaux


occasionnés par les crises ne valident en rien les appels à la
destruction du capitalisme, comme si ce dernier était le seul et
uQLTXH UHVSRQVDEOH GH WRXV OHV PDX[ GH O¶KXPDQLWp $X
FRQWUDLUHLOFRQYLHQWG¶DGPHWWUHO¶pYLGHQFHGHODUREXVWHVVHGX
V\VWqPH FDSLWDOLVWH HW VHV DSSRUWV j O¶KXPDQLWp HQ PDWLqUH GH
FUpDWLRQGHULFKHVVHV&¶HVWOHVHXOV\VWqPHpFRQRPLTXHD\DQW
traversé les siècles, et il a de beaux jours devant lui.

/DSULQFLSDOHLQIRUPDWLRQTX¶LOIDXWUHWHQLUGHFHWH[WHDORUV
que nous sommes en train de sortir de la crise et que nous
souffrons encore de ses conséquences F¶HVW TX¶LO \ DXUD
toujours des crises. Elles surviendront de façon cyclique, ou
presque. 0DLV F¶HVW WRXMRXUV XQH RFFDVLRQ G¶DSSUHQGUH HW GH
faire mieux. Non pas pour en éviter de nouvelles, mais pour en
limiter les méfaits.
74
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

VI. La théorie marginaliste dans la Bible

Le marginalisme est la théorie économique qui repose sur


l'idée que la valeur économique résulte de « l'utilité
marginale ». Développée autour des années 1870 par des
économistes éminents comme William Jevons, Carl Menger et
Léon Walras, cette théorie a été surnommée « révolution
marginale », et a abouti à la « révolution néoclassique ». Nous
allons montrer dans ce chapitre que la Bible fournit un très bel
H[HPSOH GH O¶XWLOLWp PDUJLQDOH GRQW GpFRXOH XQH GHV ORLV 35 les
plus robustes en économie ODORLGHO¶XWLOLWpPDUJLQDOH

35
/¶LGpHSRUWpHSDUODWKpRULHGHO¶XWLOLWpPDUJLQDOHGpFURLVVDQWHFRQFHUQDQW
le consommateur est très proche de la loi des rendements décroissants
observée dans la production. La loi des rendements décroissants est aussi
une des lois très robustes de la science économique. Elle peut être illustrée
par le fait que le doublement du nombre de secrétaires sans modifier le
QRPEUHG¶RUGLQDWHXUVQHIDLWSas doubler la production totale.
75
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
6.1. La théorie dHO¶XWLOLWpPDUJLQDOH

/D WKpRULH GH O¶XWLOLWp PDUJLQDOH D HQWUDvQp XQ FKDQJHPHQW


de paradigme conséquent dans la théorie économique. Alors
TX¶$GDP 6PLWK 'DYLG 5LFDUGR HW OHV FODVVLTXHV DQJODLV
expliquaient la valeur relative d'un bien comme la quantité de
travail nécessaire pour le produire, les marginalistes proposent
une théorie subjective36 de la valeur. L'utilité marginale d'un
bien ou d'un service est l'utilité qu'un agent économique tirera
de la consommation d'une unité supplémentaire. Elle décroît
avec la quantité de biens déjà consommée. Les néoclassiques,
nous dit le professeur Fabrice Mazerolle, reprirent cette idée
TXHFKDTXHDFFURLVVHPHQWG¶XWLOLWpHVWLQIpULHXUDXSUpFpGHQW :
F¶HVWO¶XWLOLWpPDUJLQDOH

6HORQODWKpRULHGHO¶XWLOLWpPDUJLQDOHla valeur résulte de la


disponibilité d'un bien à un endroit donné. Partant de cette
conception, les marginalistes avancent la possibilité de classer
les biens en différentes catégories, par exemple toutes les

36
A la question « TX¶HVW-ce que la valeXU G¶XQ ELHQ" », les classiques
UpSRQGHQW TX¶HOOH GpSHQG GHV FDUDFWpULVWLTXHV GX ELHQ WKpRULH REMHFWLYH 
mais les français Condillac et Turgot ont proposé de fonder la valeur du
bien sur les relations du consommateur au bien (théorie subjective). Cette
théorie trouva son avènement à la fin du XIX ème siècle avec les néo-
classiques.
76
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
automobiles, toutes les maisons, tous les bonbons, etc.
/¶LPSRUWDQWHVWDORUVGHFRQVLGpUHUODFRQVRPPDWLRQGHFKDTXH
catégorie de bien à la marge.

Cette considération à la marge donne lieu, après classement,


j OD GpILQLWLRQ G¶XQ WDX[ PDUJLQDO GH VXEVWLWXWLRQ 706  /H
taux marginal de substitution est dans ce cas une mesure de la
façon dont on substitue, à la marge, un produit par un autre, de
IDoRQ j FH TXH OD VDWLVIDFWLRQ RX O¶XWLOLWp  GX FRQVRPPDWHXU
reste inchangée. Graphiquement, on se déplace le long d'une
FRXUEH G
LQGLIIpUHQFH /D FRXUEH G¶LQdifférence exprimant un
QLYHDX FRQVWDQW G¶XWLOLWp Ce concept a été imaginé par
O¶pFRQRPLVWH HW DYRFDW LUODQGDLV )UDQFLV <VLGUR (GJHZRUWK HW
développé au début du XXème siècle par le sociologue et
économiste italien Vilfredo Pareto. Dans la théorie économique
néoclassiqueODQRWLRQG¶XWLOLWpPDUJLQDOHHVWSUpVHQWpHFRPPH
essentielle dans la compréhension du comportement du
consommateur. (OOHSHUPHWGHOLHUOHSUL[jO¶XWLOLWp

Plus connue pour les analyses du comportement du


FRQVRPPDWHXU OD WKpRULH GH O¶utilité marginale est moins
GpYHORSSpHSRXUO¶DQDO\VHGHODPRQQDLH/HVGpYHORSSHPHQWV

77
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
théoriques de Mises (1912) et Don Patinkin (1972) semblent ne
plus faire grand écho.

/¶XQHGHVSULQFLSDOHVFRQWULEXWLRQVGH Ludwig von Mises37


à la pensée économique est sa Théorie sur la monnaie et le
crédit. Dans cet ouvrage qui a assis sa réputation en Europe, il
réfuta les conclusions de Karl Helferrich et réintègre la
monnaie dans la théorie marginaliste en montrant qu'il s'agit
d'un produit comme un autre et non d'un simple « voile »
comme dans la théorie ricardienne. Dans la même ligne de
pensée, Patinkin traitera GHO¶XWLOLWpGHGpWHQLUGHODPRQQDLH HW
non pas celle de la dépenser).

37
Il est aussi important de préciser que Ludwig von Mises, éminent
économiste autrichien puis américain esW ILOV G¶XQH IDPLOOH MXLYH GH OD
*DOLFLH DXMRXUG¶KXL8NUDLQH 3RXUODSHWLWHKLVWRLUH/XGZLJYRQ0LVHVHVW
né à Lambert en Autriche-Hongrie le 29 septembre 1881, dans une famille
de marchands juifs germanophones. En 1906, il est sorti docteur en droit
cDQRQHWURPDLQjO¶XQLYHUVLWpGH9LHQQHRO¶pFRQRPLHpWDLWHQVHLJQpH,OD
été successivement, conseiller officiel du gouvernement autrichien (1907),
conseiller économique de la chambre économique de Vienne (1909-1911),
HQVHLJQDQWjO¶XQLYHUVLWpGH9LHQQe sans être payé (1913-1934). En 1934, il
DFFHSWD O¶RIIUH GH OD FKDLUH de relations économiques internationales à
l'Institut Universitaire des Hautes Études Internationales de Genève,OV¶HVW
vite retrouvé sur la liste noire des nazis. Il fuit aux Etats-Unis où il enseigne
à l'université de New York de 1945 à 1969. Naturalisé américain en 1946, il
meurt à New York le 10 octobre 1973. Mises aura été un économiste
autrichien puis américain qui a eu une influence importante sur le
mouvement libéral et libertarien moderne.
78
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
(Q HIIHW RQ FRQQDvW GHX[ W\SHV G¶XWLOLWp SRXU OD PRQQDLH
'¶DERUG LO \ D O¶DSproche selon laquelle la monnaie est
LQGLUHFWHPHQWXWLOHDXWUDYHUVGHVPDUFKDQGLVHVTX¶HOOHSHUPHW
G¶DFTXpULU HW TXL HOOHV VRQW GLUHFWHPHQW XWLOHV 3DWLQNLQ
soutient que la monnaie a une utilité directe, au-delà de sa
capacité à obtenir des biens utiles. Cette utilité est liée à la
GpWHQWLRQGHOLTXLGLWp3OXVO¶LQGLYLGXPDQTXHGHPRQQDLHSOXV
celle-FL OXL HVW XWLOH &¶HVW O¶H[HPSOH VXU OHTXHO -pVXV-Christ
V¶HVWDUUrWpGDQV0DUF : 41-44.

6/D%LEOHHWO¶XWLOLWpPDUJLQDOHGHODPRQQDLH

Le texte38 qui nous intéresse ici se trouve dans le livre de


Marc. Il est tiré des paroles authentiques de Jésus-Christ. Ce
WH[WH TXL FRQFHUQH O¶RIIUDQGH DX VHLQ GH OD FRQJUpJDWLRQ
religieuse contient pourtant un fondement économique
essentiel que Jésus a pris le soin de souligner.

38
Il est important de constater que dans la Bible il est beaucoup question
G¶DUJHQW/HPRW\HVWDSSDUXWH[WXHOOHPHQWDXPRLQVIRLV
79
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
Marc 12 : 41-4439 :

41 Jésus, s'étant assis vis-à-vis du tronc, regardait comment


la foule y mettait de l'argent. Plusieurs riches mettaient
beaucoup.
42 Il vint aussi une pauvre veuve, elle y mit deux petites
pièces, faisant un quart de sou.
43 Alors Jésus, ayant appelé ses disciples, leur dit : Je vous
le dis en vérité, cette pauvre veuve a donné plus qu'aucun de
ceux qui ont mis dans le tronc ;
44 car tous ont mis de leur superflu, mais elle a mis de son
nécessaire, tout ce qu'elle possédait, tout ce qu'elle avait pour
vivre.

Nous voyons en lisant ce texte40 que Jésus était, comme


SRXU DLQVL GLUH HQ WUDLQ GH IDLUH XQ FRXUV G¶pFRQRPLH
expérimentale avec les disciples. Bien que les riches aient
donné relativement beaucoup par rapport à la veuve. Jésus-
Christ fit remarquer à ses disciples que cette dernière a donné
plus que toutes les autres personnes.

39
Ce texte est tiré du site : www.lirelabible.net.
40
Ce texWHQ¶HVWSDVIRQGDPHQWDOHPHQWGLIIpUHQWGHFHOXLGpFULWGDQV5RLV
chapitre 17, concernant le prophète Élie et la veuve de Sarepta.
80
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

La comparaison que fit Jésus ne porte pas sur les montants


donnés par chaque individu. Elle porte plus spécialement sur
O¶XWLOLWpTXe représente le montant donné pour chaque donateur.
$LQVLOHVULFKHVTXLGpWHQDLHQWEHDXFRXSG¶DUJHQWQ¶RQWGRQQp
TX¶XQHVRPPHFRQVLGpUpHFRPPHVXSHUIOX XWLOLWpWUqVIDLEOH 
A O¶RSSRVp OD YHXYH TXL Q¶DYDLW TXH deux pièces a mis un
montant (un quart de VRX  GRQW O¶XWLOLWp pWDLW PD[LPDOH SRXU
elle.

Ce texte écrit au premier siècle est venu poser la base de qui


D pWp GpYHORSSp SDU OD VXLWH VRXV O¶DSSHOODWLRQ GH O¶XWLOLWp
marginale de la monnaie. On peut même se demander si von
0LVHV MXLI pWDQW QH V¶pWDLt pas inspiré des connaissances
apportées par ce texte. Une chose est sure, nombreux sont les
JUDQGV pFRQRPLVWHV D\DQW pWp pOHYpV G¶DERUG GDQV OD FXOWXUH
juive. Ce qui nous amène à ne pas douter de la connaissance
TX¶LOV RQt dû avoir des textes bibliques. De façon générale,
O¶DQDO\VHPDUJLQDOHHVWXQGHVIRQGHPHQWVGHODVFLHQWLILFLWpGH
O¶(FRQRPLTXH &¶HVW SRXUTXRL +XEEDUG HW 2¶%ULHQ FLWp FL-
GHVVRXV V¶DFFRUGHQW j GLUH TXH © les décisions optimales sont
effectuées à la marge » (opus cit., p. 6). Et ceci est une idée clé
de la science économique.
81
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

Pour finir, il nous apparaît important de rappeler ± même si


cela paraît évident ± que contrairement à la définition de
O¶XWLOLWp PDUJLQDOH G¶XQ ELHQ SRXU OH FRQVRPPDWHXU O¶XWLOLWp
marginale de la monnaie augmentH ORUVTX¶Xn individu en
détend moins. &H TXL UHQIRUFH O¶LGpH GH O¶LPSRUWDQFH GH
O¶DQDO\VHjODPDUJHGHYHQXHXQIDLWVW\OLVpGHO¶(FRQRPLTXH

Nous verrons dans le chapitre suivant que le philosophe (juif


et grec) Paul a développé, dans ses lettres rapportées dans la
bibleXQHLGpHELHQFODLUHGHFHTXHQRXVDSSHORQVDXMRXUG¶KXL
« économie sociale et solidaire ».

82
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

VII. /DYLVLRQSDXOLQLHQQHGHO¶pFRQRPLH

Après Jésus-&KULVW 3DXO HVW O¶XQ GHV SHUVRQQDJHV OHV SOXV


influents rapportés par la Bible (dans le Nouveau Testament).
Son influence revêt une dimension hautement philosophique.
(QHIIHWO¶KLVWRLUHUDSSRUWH ± et Paul lui-PrPHO¶DFRQILUPp -
TX¶LO D pWp pOqYH G¶XQ JUDQG SKLORVRSKH GH VRQ WHPSV DSSHOp
Gamaliel41. Ses discours les plus philosophiques, il les a tenus
devant les Corinthiens. En effet, ces derniers ont été réputés
pour une grande culture et une mise en question de toute
nouvelle proposition. &¶HVW j FDXVH GH VRQ JUDQG VDYRLU TXH
3DXODpWpGpVLJQpjSUrFKHUO¶pYDQJLOHGH-pVXV-Christ au non-
Juifs (Païens ou Gentils dans la Bible).

41
Paul lui-même précisa ceci ; « je suis Juif, né à Tarse en Cilicie ; mais j'ai
été élevé dans cette ville-ci, et instruit aux pieds de Gamaliel dans la
connaissance exacte de la loi de nos pères, étant plein de zèle pour Dieu,
FRPPHYRXVO¶rWHVDXMRXUG¶KXL » (Actes 22:3).
83
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
3DXO DSSHOpDXSDUDYDQW6DXO HVWOHILOVG¶XQSqUH3KDULVLHQ
HWG¶XQHPqUHGRQWO¶LGHQWLWpQ¶est pas connue. Il est donc Juif,
citoyen de la Diaspora Juive (Thompson, 1990, p. 1740). Il a
participé vers les années 33 à 37 (après Jésus-Christ) à la
SUHPLqUH FDPSDJQH G¶pYDQJplisation à titre de persécuteur,
DYDQWG¶rWUHFRQYHUWLDXFKULVWLDQLVPHHQO¶DQj'DPDV. Il a
SURIRQGpPHQWPDUTXpO¶KLVWRLUHFKUpWLHQQH LELGS SDU
ses enseignements. Paul est probablHPHQWPRUWGpFDSLWpHQO¶DQ
67 à Rome (ibid., p. 1751).

Après sa conversion, 3DXOO¶DS{WUH42DSUrFKpO¶pYDQJLOHGH


Jésus-&KULVW GDQV SUHVTXH WRXWH O¶$VLH 0LQHXUH ,O D IRQGp
plusieurs églises et inspiré ainsi différentes communautés, à
travers ses nombreux voyages missionnaires GDQV O¶$VLH
Mineure. &¶HVW GDQV VRQ GHUQLHU (quatrième) voyage
PLVVLRQQDLUH TX¶LO HVW YHQX OH SUHPLHU pYDQJpOLVHU O¶(XURSH
Ses derniers jours en Italie ont largement marqué la pensée
occidentale. On devrait lui reconnaître le mpULWH G¶DYRLU pWp
prêcher jusque dans la maison de César.

42
/H OHFWHXU UHPDUTXHUD TXH QRWUH SUpIpUHQFH SRXU O¶H[SUHVVLRQ : « Paul,
O¶DS{WUH » et non « O¶$S{WUH3aul » comme on dit couramment.

84
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
/D WKpRORJLH SDXOLQLHQQH D pWp HPSUHLQWH G¶XQH SRUWpH
philosophie humaniste très marquante$LQVLOHVSUDWLTXHVTX¶LO
LQVWLWXD V¶DSSDUHQWHQW j FH TXH QRXV DSSHORQV DXMRXUG¶KXL
O¶pFRQRPLHVRFLDOHHW solidaire.

7/HGpEXWGHO¶pFRQRPLHVRFLDOHHWVROLGDLUH

3DXOIXWO¶XQGHVSOXVJUDQGVSURPRWHXUVGXFKULVWLDQLVPHDX
premier siècle. La portée de son travail a été sans précédent.
Sans doute, grâce à ses talents43 en philosophie accumulés
avant sa conversion.

Alors que Pierre a été, conformément à la prophétie du


Christ (Mathieu 16 :18-  FHOXL D\DQW PLV HQ °XYUH OD
première église (Actes chapitre 2), Paul a implanté le plus
JUDQGQRPEUHG¶pJOLVHV

Les enseignements prodigués par Paul aux églises TX¶LO D


fondées ± et qui font partie du canon biblique ± sont révélateurs

43
Le mot « talent » a aussi un sens très intellectuel se rapport au capital
humain (capital intellectuel + capital santé) comme dans la définition de
Richard Florida (2002) : « Talent is defined as individuals with high level of
human capital ».
85
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
G¶XQSUDJPDWLVPHWUqVIRUW,ODLQVWLJXpDX[pJOLVHVGHSUHQGUH
soin des démunis, des femmes veuves, des enfants orphelins.

'DQVODSKLORVRSKLHSDXOLQLHQQHO¶pJOLVHHVWXQHDVVRFLation
cultuelle SDUFHTX¶HOOHHVWWRXUQpHYHUVODGLYLQLWp et culturelle
SDUFHTX¶HOOHHVWLQVpUpHGDQVODVRFLpWp fortement ancrée dans
OD VRFLpWp 1RXV \ YR\RQV XQH PLVH HQ °XYUH GH O¶pFRQRPLH
sociale et solidaire efficace. Il formula les institutions
HQFDGUDQW FHWWH IRUPH G¶RUJDQLVDWLRQ j OD IRLV UHOLJLHXVH HW
VRFLDOH,OV¶HVWDVVXUpGXUHVSHFWGHFHVLQVWLWXWLRQVjWUDYHUVXQ
suivi épistolaire.

7.2. La mutualité dans la vision paulinienne

Le principal aspect du pragmatisme paulinien consiste dans


le mutualisme. Alors que les prédécesseurs (scribes, pharisiens,
VDGXFpHQV«  DYDLHQW LQVWLWXpV XQH KLpUDUFKLH YHUWLFDOH 3DXO
restructura la hiérarchie religieuse.

La hiérarchie proposée par Paul est à la fois verticale et


horizontale. La verticalité concerne la relation du chrétien avec
Dieu. La relation horizontale concerne la relation entre les
chrétiens. La mutualité concerne cette direction relationnelle.
86
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

&KH] 3DXO HW GDQV OHV pJOLVHV TX¶LO D LPSODQWpHV OD


mutualité consiste à partager les biens, services et
FRPSpWHQFHV (OOH YLVH j H[FOXUH GH O¶RUJDQLVDWLRQ VRFLDOH OD
privation et la pauvreté. Il institua un transfert de ressource
HQWUH OHV DJHQWV PHPEUHV GH O¶RUJDQLVDWLRQ TXL SHUPLW XQH
compensation des inégalités.

9RLFLFHTX¶LOjpFULWDX[&Rrinthiens44 :

2 corinthiens 8 : 6-15 :
6 Nous avons donc engagé Tite à achever chez vous cette
°XYUHGHELHQIDLVDQFHFRPPHLOO
DYDLWFRPPHQFpH
7 De même que vous excellez en toutes choses, en foi, en
parole, en connaissance, en zèle à tous égards, et dans votre
amour pour nous, faites en sorte d'exceller aussi dans cette
°XYUHGHELHQIDLVDQFH
8 Je ne dis pas cela pour donner un ordre, mais pour
éprouver, par le zèle des autres, la sincérité de votre charité.
9 Car vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus
Christ, qui pour vous s'est fait pauvre, de riche qu'il était, afin
que par sa pauvreté vous fussiez enrichis.
44
Source : www.lirelabible.net.
87
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
10 C'est un avis que je donne là-dessus, car cela vous
convient, à vous qui non seulement avez commencé à agir,
mais qui en avez eu la volonté dès l'année dernière.
11 Achevez donc maintenant d'agir, afin que
l'accomplissement selon vos moyens réponde à l'empressement
que vous avez mis à vouloir.
12 La bonne volonté, quand elle existe, est agréable en
raison de ce qu'elle peut avoir à sa disposition, et non de ce
qu'elle n'a pas.
13 Car il s'agit, non de vous exposer à la détresse pour
soulager les autres, mais de suivre une règle d'égalité : dans la
circonstance présente votre superflu pourvoira à leurs besoins,
14 afin que leur superflu pourvoie pareillement aux vôtres,
en sorte qu'il y ait égalité,
15 selon qu'il est écrit : Celui qui avait ramassé beaucoup
n'avait rien de trop, et celui qui avait ramassé peu n'en
manquait pas.

&H WH[WH SRVH G¶HPEOpH OH SULQFLSH G¶XQH SROLtique


économique très sociale et égalitariste. '¶DLOOHXUVGDQVOD%LEOH
de Genève, le texte est intitulé « les instructions sur la
collecte ª &H TXL IDLW TX¶LO SRXUUDLW j OD IRLV VHUYLU GDQV OHV

88
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
églises ou les communautés chrétiennes, mais aussi retrouver
une application dans les politiques fiscales des États.

Le texte cité concernait les « saints » de la communauté


chrétienneF¶HVW-à-dire les anciens qui ont été mis à part pour
le service ecclésiastique. Mais il est aisément transposable à
O¶HQVHPEOHGHODFRPPXQDXWpGDQVODPHVXUHRO¶REMHFWLIGH
3DXOpWDLWTX¶LOQ¶\DLWSDVGHVXSHUIOXG¶XQF{WpHWSULYDWLRQGH
O¶DXWUH Il en va de même pour une nation.

'HODPrPHIDoRQDX[*DODWHV3DXOUDSSHOOHO¶RUGUHTX¶LOD
reçu de se « souvenir des pauvres » (Galates 2 :10).

$XMRXUG¶KXL RQ UHWURXYH OHV PrPHV SULQFLSHV GDQV


O¶pFRQRPLH VRFLDOH HW VROLGDLUH GRQW OD GHUQLqUH IRUPH HVW OH
« social-business » développé par Muhammad Yunus (2007).
Le prix Nobel de la paix définit le social-busines comme une
« une entreprise qui ne réalise pas de perte et ne distribue de
dividendes » (ibid., p. 56) mais qui contribue ± plus
HIILFDFHPHQW TX¶XQH HQWUHSULVH FODVVLTXH VRFLDOHPHQW
responsable ± à la résolution des problèmes sociaux tels que la
SDXYUHWpHWO¶H[FOXVLRQ/H social-business remplace le principe

89
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
de la maximisation du profit par celui du bénéfice social (ibid.,
p. 55).

A ce titre, contrairement à ce qui sera développé dans deux


chapitres plus loin, le discours théorique contribue à éduquer et
PRUDOLVHU O¶pFRQRmie. $ORUV TXH OHV eWDWV V¶HIIRUFHQW jPHWWUH
HQ°XYUHXQHSROLWLTXHGHUHGLVWULEXWLRQGHVULFKHVVHVODYLVLRQ
paulinienne retrouve toute son actualité. Le superflu des uns
pourrait tout à fait combler les besoins des autres qui se
trouvent dans la privation et la misère.

90
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

VIII. Quelques paradoxes dans la Bible

&HFKDSLWUHYLHQWDMRXWHUXQVpULHX[EpPROGDQVO¶HQVHPEOH
des idées développées dans ce livre. Nous allons souligner
TXHOTXHVSDUDGR[HVTXHO¶RQSHXWWURXYHUGDQVOD%LEOHHWD\DQW
UDSSRUW DYHF O¶économie. Nous disons paradoxe parce que les
situations énoncées contredisent l'intuition commune, telle que
le veut la théorie économique, dans sa version capitaliste
confortablement installée dans la société depuis plus de deux
siècles. Disons aussi que par ailleurs, le paradoxe est un
stimulant puissant pour la réflexion. Pourtant, plusieurs
théologiens évitent minutieusement de traiter ces questions,
VRLW SDUFH TX¶elles VRQW VXVFHSWLEOHV G¶HQWUDvQHU de trop vives
discussions VRLW SDUFH TX¶HOOHV VRQW ± ou peuvent être ± à
O¶RULJLQH de profondes controverses. Néanmoins, il nous
VHPEOH XWLOH G¶en faire état. &DU F¶HVW DXVVL Oj GDQV FHW

91
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
aveuglement parfois volontaire, TXH SUHQG UDFLQH O¶HVFODYDJH
financier et les incompréhensions en temps de crise.

8.1. L¶DFWLRQGHSrêter à intérêt

Alors que la Bible, comme nous venons de le voir incite à


échanger avec ses VHPEODEOHV F¶HVW OD EDVH GH O¶pFRQRPLH ,
DORUVTX¶HOOHSRVHO¶LPSpUDWLYHG¶accumulerHOOHQ¶explique pas
OHV PRGDOLWpV GH O¶DFFXPXODWLRQ Pour illustrer cette
proposition, il suffit de revenir à la parabole des talents.

OQ VDLW TXH OH FDSLWDO V¶pODUJLW SDU OD SURGXFWLRQ G¶un
surplus. Dans le cas du capital financier, le surplus équivaut à
O¶LQWpUrW ORUVTXH OH FDSLWDO Q¶HVW SDV LQYHVWL PDLV VLPSOHPHQW
prêté à un autre agent économique. Mais la Torah, aussi bien
TXH OH &RUDQ G¶DLOOHXUV interdit textuellement de prêter à
intérêt. On peut lire dans Deutéronome (23:19) ce qui suit :

Tu n'exigeras de ton frère aucun intérêt ni pour argent, ni


pour vivres, ni pour rien de ce qui se prête à intérêt.

Cette interdiction vient contrebalancer la dynamique de


O¶pFRQRPLH DFWXHOOH GDQV OD PHVXUH R OD ILQDQFLDULVDWLRQ HQ
92
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
WDQWTXHO¶XQHGHVUpFHQWHVPXWDWLRQVGHO¶pFRQRPLHDSULVXQH
place considérable dans les échanges humains. Il semble même
que dans les faits, les chrétiens prêtent à leurs semblables en
SHUFHYDQW XQ LQWpUrW 6¶LOV QH OH IRQW SDV VXU OH FDSLWDO
WHFKQLTXH XQ LQWpUrW HVW ELHQ SHUoX ORUVTX¶LO V¶DJLW GX FDSLWDO
naturel (économie féodale) ou du capital financier.

En effet, comme le dit Jésus dans la parabole citée dans le


FKDSLWUH SRUWp VXU OHV WDOHQWV FRPPHQW O¶DUJHQW GpSRVp j OD
EDQTXH SRXUUDLW UDSSRUWHU GHV EpQpILFHV V¶LO Q¶\ DYDLW SDV
SHUFHSWLRQ G¶LQWpUrW ? Autrement dit, il y a quelque chose qui
Q¶HVW SDV FODLU  ORUVTXH OH FKUpWLHQ YHXWDSSOLTXHU O¶LQVWLWXWLRQ
interdisant le prêt à intérêt, il délègue la gestion de son avoir
financier à un tiers (la banque) habilité à le faire. Par ailleurs, il
pYLWHG¶rWUHGpELWHXUFDU « «FHOXLTXLHPSUXQWe est l'esclave de
celui qui prête » dit la Bible, (Proverbes 22:7).

Ceci dit, lDSDUDEROHGHVWDOHQWVQ¶DSDVUpVROXXQSUREOqPH


IRQGDPHQWDO (OOH Q¶D SDV expliqué comment les serviteurs
SURGXFWLIVRQWIDLWSRXUPXOWLSOLHUSDUGHX[OHVWDOHQWVTX¶LOVRQW
eu à gérer. Ce vide laisse penser à divers types de stratégies, y
compris celles pouvant être considérées comme collectivement
non-souhaitables.
93
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

Nous devons tout de même souligner un point important sur


OD TXHVWLRQ GH O¶LQWpUrW /HV FKUpWLHQV SRXU OD SOXpart prônent
souvent une motivation désintéressée de leurs actions, au point
que toute action intéressée est vue comme mal intentionnée.
Dans les nombreuses discussions que nous avons pu avoir avec
certains croyants VXU FHWWH TXHVWLRQ OD QRWLRQ G¶LQWpUrW est en
fait mal comprise. /¶DXWHXU GX OLYUH GH 'HXWpURQRPH GDQV
OHTXHOHVW pFULWH O¶LQWHUGLFWLRQ GH SUrWHU j LQWpUrW D GLVFULPLQp
les acteurs intervenant dans le processus. En fait, au verset
suivant, il déclare :

Tu pourras tirer un intérêt de l'étranger, mais tu n'en tireras


point de ton frère, afin que l'Éternel, ton Dieu, te bénisse dans
tout ce que tu entreprendras au pays dont tu vas entrer en
possession (Deutéronome 23 : 20).

/jHQFRUHOHSUREOqPHSRXUUDLWrWUHSRVpDXWUHPHQW,OV¶DJLW
de diffpUHQFLHU G¶XQH SDUW OH SUrW j LQWpUrW TXL VH IDLW GDQV XQ
SURFHVVXV QpJRFLp HW FRQWUDFWXHO HW G¶DXWUH SDUW O¶XVXUH TXL
FRQVLVWH j DEXVHU G¶XQ VWDWXW FRQIpUp SDU OD GpWHQWLRQ GH
O¶DUJHQW TXH O¶DXWUH Q¶D SDV 3RVp HQ FH VHQV OH SURFHVVXV
G¶pFKDQJHV SHXW IDcilement dépasser la simple sphère de la
94
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
fratrie et élimine la discrimination vis-à-YLV GH O¶pWUDQJHU
Puisque celui-ci aussi, peut devenir, ou être assimilé à notre
frère.

La même discrimination a toujours été pratiquée par


O¶(JOLVHG¶DSUqVOHSURIHVVHXr Fabrice Mazerolle (p. 45, 2006).
'¶XQF{WpO¶(JOLVHDYDQFHTXHO¶DUJHQWGRLWVHXOHPHQWVHUYLUj
IDFLOLWHU OHV pFKDQJHV SDV  j JDJQHU GH O¶DUJHQW '¶XQ DXWUH
F{WpORUVTX¶HOOHDEHVRLQG¶DUJHQWO¶(JOLVHpWDLWSUrWHjSD\HU
des intérêts pour obtenir des usuriers les sommes dont elle a
EHVRLQ (Q IDLW F¶HVW FHW DUJXPHQW GH EHVRLQ TX¶D VRXWHQX
7KRPDVG¶$TXLQ VLTXHOTX¶XQSUrWHGHO¶DUJHQWLOVHSULYHGH
ODVRPPHTX¶LOSUrWHLOa donc droit à une compensation. Cette
FRPSHQVDWLRQ F¶HVW O¶LQWpUrW '¶DXWUes auteurs ont par la suite
DYDQFpVG¶DXWUHVDUJXPHQWVSRXUMXVWLILHUOHSUrWjLQWpUrW : les
principaux sont O¶DUJXPHQWGXULVTXHO¶DUJXPHQWGXPDQTXH
jJDJQHUO¶DUJXPHQWGHODFDUHQFHGHOLTXLGLWpHWO¶DUJXPHQWGH
ODSDWLHQFHRXGHO¶DEVWLQHQFH45

45
Le lecteur intéressé par un développement détaillé de ces arguments en
faveur du prêt à intérêt peut se référer utilement à /¶KLVWRLUHGHVIDLWVHWGHV
idées économiques de Fabrice Mazerolle, éditions Gualino, 2006.
95
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
La QRWLRQG¶LQWpUrWQ¶DSDVXQLTXHPHQWXQVHQVILQDQFLHU Il
peut être assimilé à tout bénéfice ou avantage espéré suite à la
PLVH HQ °XYUH G¶XQH DFWLRQ RX GH O¶DIILFKDJH G¶XQ
FRPSRUWHPHQW /¶LQWpUrW SHXW SURYHQLU G¶XQ WLHUV Q¶D\DQW SDV
bénéficié directement GHO¶DFWLRQLQLWLDOHPHQWPLVHHQ°XYUH,O
SHXW rWUH XQH VLPSOH FRQVLGpUDWLRQ VRFLDOH &¶HVW-à-dire, un
individu peut prétendre faire des bonnes actions désintéressées
DORUV TX¶LO VDLW WUqV ELHQ TX¶LO FKHUFKH j V¶DWWLUHU GHV
considérations sociales positiYHV /H FKUpWLHQ TXL V¶DSSOLTXH j
faire le bien, répond à la fois à une ordonnance biblique mais
aussi à logique intéressée en matière de son salut.

4XHOTX¶XQ GLUDLW TXH OH VDOXW Q¶HVW pas mérité suite à de


ERQQHVDFWLRQVQRXVVRPPHVWRXWjIDLWG¶DFFRUd. Le salut par
OHV °XYUHV Q¶H[LVWH SDV. Du moins, iO Q¶H[LVWH TXH SRXU FHX[
qui en font un commerce. Cependant, les bonnes actions sont
faites pour assurer la cohérence au message du salut, la
cohérence comportementale du chrétien, et surtout pour mériter
les couronnes promises en récompenses par la Bible.

$X ILQDO rWUH LQWpUHVVp Q¶HVW DXFXQHPHQW PDXYDLV HQ VRL


F¶HVWO¶H[DJpUDWLRQTXLQXLWHWDXVVLO¶K\SRFULVLHVHORQODTXHOOH
RQ HVW DQJpOLTXHPHQW GpVLQWpUHVVp DORUV PrPH TXH O¶RQ HVW
96
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
humain. 2U O¶DFWLRQ GH O¶KRPPH FRPPH OH SUpWHQGHQW OHV
économistes : les individus sont rationnels) est finalisée, et par
conséquent nécessairement intéressée. Prenons le cas des
croyants se réclamant désintéressés dans leurs actes de charité.
%HDXFRXSG¶HQWUHHX[GRQQHQWDX[SDXYUHVSDUFHTX¶LOVVDYHQW
TX¶LOVHQseront récompensés par la suite, puisque la Bible dit :
Celui qui donne aux pauvres, prête à Dieu qui le lui rendra46.
En  OHV UpVXOWDWV G¶XQH pWXGH UHQGXH SXEOLTXH aux Etats-
Unis ont révéléSUHXYHjO¶DSSXL que O¶DUJHQWIDLWOHERQKHXUVL
O¶RQ HQ GpSHQVH SRXU OHV DXWUHV47. On peut donc bien faire la
FKDULWp GH IDoRQ LQWpUHVVpH SXLVTX¶RQ DWWHQG VRQ SURSUH
bonheur. (W F¶HVW -DFTXHV $WWDOL TXL SDUOH GH O¶© altruisme
intéressé ». Attali ne croit pas au capitalisme moral, pour lui,
O¶DOWUXLVPH LQWpUHVVp HVW une forme de raisonnement
économique de type « M¶DLLQWpUrWDXERQKHXUGHO¶DXWUHSDUFH
TXHVLO¶DXWUHHVWPDODGHLOYDrWUHFRQWDJLHX[V¶LOHVWSDXYUH

46
Le texte biblique (version Louis Segond) cité est tiré du livre des
Proverbes 19:17 : « Celui qui a pitié du pauvre prête à l'Éternel, Qui lui
rendra selon son °XYUH ».
47
Selon la communicatioQ j O¶$JHQFH )UDQFH 3UHVVH G¶Elizabeth Dunn,
professeur de psychologie à l'Université de Colombie-Britannique (UBC), à
Vancouver. Voir
http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/200901/06/01-684393-
largent-fait-le-bonheur-si-on-le-depense-pour-les-autres.php (visité en juin
2009)
97
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
il va me rentrer dedans48 ª &¶HVW GLUH TXH O¶pJRwVPH Hst en
chaque être vivant, quelque soit les bonnes intentions
exprimées.

Parfois, quelques flatteurs parviennent à exploiter la bonne


YRORQWp GHV FKUpWLHQV 3RXUWDQW 3DXO O¶DS{WUH HW SKLORVRSKH
pose clairement les limites de la bonne volonté. Il déclare aux
corinthiens que « La bonne volonté, quand elle existe, est
DJUpDEOHHQUDLVRQGHFHTX¶HOOHSHXWDYRLUjVDGLVSRVLWLRQHW
QRQGHFHTX¶HOOHQ¶DSDV49 » (2 Corinthiens 8 : 12).

8.2. /¶LQWHUGLFWLRQGH voler

Toutes les constitutions actuelles, à commencer par celles


des pays occidentales, se sont inspirées du droit Romain. Ce
dernier lui-PrPH V¶HVW ODUJHPHQW LQVSLUp GHV WH[WHV VDFUpV
FKUpWLHQV$LQVLLOHVWLQWHUGLWGHYROHUOHVELHQVG¶DXWUXL&HWWH
institution est clairement explicitée dans la Bible.

48
Propos de Jacques Attali, cité dans le Journal Le Nouvel Economiste, n°
1476 ± Du 14 au 20 mai 2009, page 11.
49
La Bible, dans la traduction du docteur Louis Segond, version revue de
1975, Nouvelle édition de Genève 1979.
98
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
3RXUWDQW FRQWUDLUHPHQW j O¶LQVWLWXWLRQ SUpFpGHQWH nous
DYRQV YX O¶pFRQRPLH GH O¶H[SURSULDWLRQ ELHQ pWDEOLH GDQV OD
Torah. Il se pose alors un problème non résolu. Il convient de
répondre à une question simple : Prendre en héritage les biens
G¶DXWUXL Hst-il différent de voler " &HWWH TXHVWLRQ Q¶HVW SDV
répondue.

A partir du moment que le nom de Dieu est invoqué, les


peuples et même les chrétiens se sont toujours permis un
FHUWDLQ QRPEUH GH FKRVHV HW G¶DFWLRQV VRXYHQW FRQWUDLUHV j FH
qui est indiqué dans la Bible. La prise de Canaan est faite sous
le principe du don (en héritage) de Dieu. De la même façon,
plusieurs guerres sanglantes (comme par exemple celle ayant
eu lieu en Irak) ont été lancées en invoquant le nom de Dieu.
La divinité est devenue une sorte de couverture pour tout type
G¶DFWLRQV \ FRPSULV OHV PDOLQWHQWLRQQpHV 6HORQ XQ
UDLVRQQHPHQW SXUHPHQW pFRQRPLTXH OH YROHXU Q¶D-t-il pas
intérêt à invoquer le nom de Dieu pour désinciter les autres
membres de la société à voler ? En vérité, ce faisant, il est sûr
GHPD[LPLVHUOHVUHVVRXUFHVTX¶LOSRXUUDYROHUSDUODVXLWH

Pourtant dans la Bible, le Dieu des armées, fort dans les


combats, est aussi le Dieu de la paix, instituant le sens du vivre
99
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
HQVHPEOH '¶DLOOHXUV -pVXV /H )LOV GH 'LHX Q¶D-t-Il pas ré-
LQVWLWXp O¶DPRXU GX SURFKDLQ " ,O O¶D IRUPDOLVp HQ FHV WHUPHV :
« Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Nous verrons
dans le point suivant que ce principe ne pourra avoir les
UpVXOWDWV HVFRPSWpV TXH VL O¶LQVWLWXWLRQ GX VDYRLU-vivre-
ensemble (Paul, 2009) est largement partagée.

8.3. Aime ton prochain comme toi-même ?

Revenons, pour finir, à cette problématique bien paradoxale


FRUUHVSRQGDQWjO¶LQVWLWXWLRQG¶DLPHUVRQSURFKDLQFRPPHVRL-
même. Chacun, y compris le chrétien, doit se demander quel
prochain faut-il aimer soi-même.

Le problème est simple : « peut-on (ou mieux doit-on) aimer


son prochain ORUVTXH O¶RQ QH V¶DLPH SDV VRL-même ? ». IO Q¶\
DXFXQH LQVWLWXWLRQ IRUPHOOH GH V¶DLPHU VRL-même. Bien au
FRQWUDLUH O¶DPRXU SURSUH, ou envers soi-même, est assimilé à
O¶pJRwVPH VLQRQ O¶pJRFHQWULVPH 'H SOXV on ne peut exiger à
quiconque de V¶DLPHUOXL-même. Or on sait que : « VLTXHOTX¶XQ
QH V¶DLPH SDV j TXRL QRXV HVW-LO SURILWDEOH TX¶LO QRXV DLPH
comme lui-même » ?

100
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
Prenons le cas G¶XQ LQGLYLGX qui est prêt à se suicider.
Supposons que ce même individu nous aime comme lui-même,
F¶HVWTX¶LOHVWDXVVLSUrWjFRPPHWWUHXQPHXUWUHVXUQRXV Le
IDLWG¶HQFRXUDJHUXQHWHOOHSHUVRQQHjQRXVDLPHUFRPPHOXL-
PrPHQ¶HVW-il pas une incitation au meurtre ? A la limite, nous
SRXUULRQV O¶HQFRXUDJHU j DSSUHQGUH G¶DERUG j V¶DLPHU (QFRUH
faut-il que nous puissions (ou mieux que nous soyons autorisés
à) le faire en toute tranquillité.

8/¶(WHUQHOSRXUYRLUD

Le dernier paradoxe que nous allons traiter ici est celui entre
O¶LPSpUDWLI G¶DFFXPXOHU HW OH SULQFLSH GH © /¶(WHUQHO
pourvoira ». 1RXV DYRQV YX O¶LPSpUDWLI G¶DFFXPXOHU FRQWHQX
dans la parabole des talents. Le principe selon lequel
« /¶(WHUQHOSRXUYRLUD ªDpWppQRQFpSDU3DXOO¶DS{WUHHQFHV
termes : « Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa
richesse, avec gloire, en Jésus Christ » (Philippiens 4:19). Mais
O¶DS{WUH OXL-PrPH VH OHYD FRQWUH OD SDXYUHWp O¶RLVLYHWp HW
UHFRPPDQGD DX[ FUR\DQWV j V¶DSSOLTXHU DX WUDYDLO HW DX[
affaires (1 Thessaloniciens50 4:11). De manière générale, la

50
Habitants de 7KHVVDORQLTXH HQ JUHF ,011.  7KHVVDORQtNr HQ
grec ancien, Thessaloníki en grec moderne) est une ville de Grèce, chef-lieu
101
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
Bible est contre la pauvreté, du moins, elle institue les
SULQFLSHVSRXUO¶pUDGLTXHU51.

3UHQRQV O¶H[HPSOH GH OD ILQDQFH SXLVTXH F¶HVW OD


signification textuelle du mot talent. Dans le domaine de la
finance, les individus se sécurisent (du moins, ils croient le
IDLUH HWVHUDVVXUHQWSDUO¶DFFXPXODWLRQPDWpULHOOHHWODFUpDWLRQ
G¶XQH pSDUJQH 'DQV XQH YLVLRQ SXUHPHQW PDWpULDOLVWH FHWWH
épargne leur sert de provision et de protection en cas de risque
éventuel dans le futur.

$O¶RSSRVpOHSULQFLSHVHORQOHTXHO© /¶(WHUQHOSRXUYRLUD »
UDVVXUH VSLULWXHOOHPHQW OHFUR\DQW /¶LQWHUSUpWDWLRQ WH[WXHOOH HW
O¶DSSOLFDWLRQ DYHXJOH GH FH SULQFLSH SHXW OH GpVLQFLWHU j WRXWH
FUpDWLRQ G¶pSDUJQH '¶DXWDQW SOXV TXH OH IDLW GH SUpYRLU OXL-
même le lendemain correspondrait à un manque de foi. 1¶HVW-il
pas écrit dans Matthieu 6 :34 ce qui suit : « vous inquiétez donc
pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A
chaque jour suffit sa peine ».

du nome du même nom, située au fond du golfe Thermaïque. Aujourd'hui,


elle est la capitale du nome de Thessalonique et de la périphérie de
Macédoine centrale en Macédoine grecque.
51
9RLU OD YLVLRQ SDXOLQLHQQH GH O¶pFRQRPLH SRXU FRPSUHQGUH O¶LQVWLWXWLRQ
OHVSULQFLSHVGHVROLGDULWpHQYXHGHO¶pUDGLFDWLRQGHODSDXYUHWp
102
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

La question est plus économique que psychologique. La


FRQVWLWXWLRQG¶XQHpSDUJQHSDUO¶DFFXPXODWLRQFKH]XQWLHUV XQ
EDQTXLHUFRPPHO¶DLOOXVWUp-pVXV-Christ Lui-même) contribue
DXGpYHORSSHPHQWpFRQRPLTXH/¶pSDUJQHVDLW-on, finance les
LQYHVWLVVHPHQWV TXL FUpHQW O¶HPSORL /¶HPSORL OXL-même
conduit au salaire qui finance la consommation. Le tout fait
PDUFKHUO¶pFRQRPLH

Tandis que le principe énoncé dans Philippiens pourrait


GLVVXDGHU O¶LQGiYLGX j SDUWLFLSHU j O¶DFWLYLWp pFRQRPLTXH FH
GHUQLHU VH WURXYH HQ FRQWUDGLFWLRQ DYHF O¶LPSpUDWLI
G¶Dccumuler, de ne pas être oisif ni pauvre.

Paul, lui-même institua le principe de la lutte contre


O¶RLVLYHWpHQFHVWHUPHV : « 6LTXHOTX¶XQQHYHXWSDVWUDYDLOOHU
TX¶LOQHPDQJHSDVQRQSOXV » (2 Thessaloniciens 3:10). Cette
institution est en relation diUHFWHDYHFOHSULQFLSHG¶DFFXPXOHU
6L GHV FUR\DQWV VH ODLVVHQW DOOHU GDQV O¶RLVLYHWp OHV-XLIV52 ont

52
Rappelons que Paul, lui-PrPH pWDLW -XLI ,O O¶D DIILUPp j DX PRLQV GHX[
reprises, en ces termes : « Je suis Juif, reprit Paul, de Tarse en Cilicie,
citoyeQ G
XQH YLOOH TXL Q
HVW SDV VDQV LPSRUWDQFH« » (Actes 21:39) ; « je
suis Juif, né à Tarse en Cilicie ; mais j'ai été élevé dans cette ville-ci, et«
103
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
HX[ GH WRXV OHV WHPSV FRPSULV FH SULQFLSH &¶HVW SRXUTXRL
malgré les persécutions dont ils sont été victimes, dans tous les
pays où ils ont été accueillis, ils ont constitué la classe
économique (marchande, plus précisément) et par conséquent
ODULFKHVVHGHVQDWLRQVK{WHV1¶HVW-ce pas pour cela que Paul,
XQHIRLVGHSOXVDUHFRPPDQGpO¶KRVSLWDOLWp ?

(Q HIIHW LO FRQYLHQW G¶pYLWHU WRXW DSSOLFDWLRQ H[WUpPLste et


textuelle du principe de « /¶(WHUQHO SRXUYRLUD ». Ce faisant,
O¶LQGLYLGXSHXWrWUHDPHQpjYLYUHFRPPHXQRLVHDXTXLDYDOH
OH JUDLQ WURXYp DXMRXUG¶KXL VDQV VH GHPDQGHU GH TXRL LO VH
nourrira demain.

8.5. Dieu ou Mammon53

Dans leur livre Bible et économie 6HUYLU'LHXRXO¶DUJHQW,


les auteurs Joëlle Ferry, Maurice Gilbert, Edouard Herr,
Etienne Perrot et Justin Taylor (2003) ont mené une analyse

«instruit aux pieds de Gamaliel dans la connaissance exacte de la loi de


nos pères, étant plein de zèle pRXU'LHX« » (Actes 22:3).
53
Mammon est un mot d'origine araméenne. Il signifie « riche ». Son
étymologie est obscure : certains le rapprochent de l'hébreu matmon,
signifiant trésor, argent ; d'autres le rapprochent du phénicien mommon
signifiant bénéfice. Dans le Talmud, ainsi que dans le Nouveau Testament,
il signifie « possession » (matérielle), mais il est ici personnifié.

104
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
GLDOHFWLTXHHQWUH OHVHQVHLJQHPHQWV GH OD %LEOH VXU O¶DUJHQW HW
les sciences (et pratiques) économiques. Seulement, comme
nous venons de le voir, la Bible ne traite pas uniquement de
O¶DUJHQWFRPPH une émanation diabolique ou idolâtre qui doit
toujours être mise en opposition à la divinité.

Le mot Mammon dans la Bible semble avoir ses origines


GDQVO¶DUDPpHQ. Il signifie alors « richesse ». Dans le discours
de Jésus, le mot Mammon a été utilisé pour vraisemblablement
indiquer la « richesse mal gagnée ». Car, comme nous le
YHUURQV SOXV ORLQ -pVXV Q¶D SDV FKHUFKp j UHMHWHU
systématiquement les « riches » comme le font certains
prédicateurs de nos jours. Ces derniers, exagérant le message
GH-pVXVVHVRQWFRQFHQWUpVVXUODSUpGLFDWLRQG¶© un salut pour
les pauvres », tout en diabolisant la richesse. En même, ils se
réclament enfants de Dieu (qui pourvoie aux besoins de ses
enfants) et héritiers du Roi (dont les princes en sont censés
manquer de rien).

3DXO O¶DS{WUH D LQVLVWp VXU OH IDLW TXH FKDTXH LQGLYLGX


travaille et gagne les moyens de sa survie. Il recommanda aux
7KHVVDORQLFLHQV GH V¶RFFXSHU GH OHXUV SURSres affaires et de
travailler de leurs propres mains (1 Thessaloniciens 4 :11).
105
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
Dans une économie financiarisée comme la nôtre, nul ne peut
VH SDVVHU GH O¶DUJHQW 'LUH TX¶LO IDXW FKRLVLU 'LHX HW UHMHWHU
O¶DUJHQW FRPPH XQ pOpPHQW GLDEROLTXH F¶HVW V¶H[FOXUH
purement et simplement de la vie sociale.

Mépriser Mammon (entendu dans la Bible comme le rejet


de O¶DPRXUGHO¶argent ou sa déification) est devenu de plus en
plus relatif dans la vie des chrétiens. Dans la communauté
UHOLJLHXVH O¶LQIOXHQFH GH O¶pFRQRPLH D UHQGX j O¶DUJHQW XQH
place plus importante. Les dirigeants sont de moins en moins
traités pour leur charisme et ne vivent plus des apports en
nature collectés par les fidèles. Ils sont désormais en grande
majorité des salariés dépendants des contributions régulières
apportées par les fidèles. Dans ce cadre-Oj O¶DXWRULWp
charismatique cède petit à petit à la dynamique financière dans
la communauté.

/¶DUJHQWHVWGHYHQXOHQHUIGHODJXHUUHXQHQMHXSULQFLSDO
GDQV O¶RSWLTXH GH OD SpUHQQLWp GX PDQDJHPHQt des
communautés religieuses. Comme nous le verrons dans le
FKDSLWUH VXLYDQW O¶pFRQRPLH D UHODWLYLVp O¶LPSRUWDQFH GH
O¶DUJHQWGDQVO¶LQWHUSUpWDWLRQGHOD%LEOHSDUOHVFRPPXQDXWpV
religieuses. Si bien que la croissance numérique de celles-ci a
106
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
pris une importance parfois supérieure à la croissance
spirituelle.

8+HXUHX[OHVSDXYUHV« ?

6¶LOHVWGLIILFLOHSRXUXQULFKHG
HQWUHUGDQVOHUR\DXPHGHV
cieux (Marc 10   LO Q¶HVW SRLQW EHVRLQ G¶rWUH SDXYUH SRXU
accéder au salut. &¶HVW FH TXL HVW H[SRVp GDns la Bible dont
O¶HQVHPEOH HVW DUWLFXOp DXWRXU GH O¶LGpH GX VDOXW HQ -pVXV-
Christ54. Car celui-FLQ¶HVWQLDFKHWpQLPpULWpPDLVGRQQpSDU
Jésus-Christ à tous les hommes, en tous lieux. 0DLVV¶LOHQHVW
DLQVLG¶RSHXWELHQYHQLUO¶LGpHIDFLOHPHQWDFFHStée parmi des
FRPPXQDXWpVSDXYUHVTXHF¶HVWODYRORQWpGH'LHX En aucun
FDV OD ULFKHVVH GDQV O¶DX-delà ne peut être justifiée par la
privation ici-EDVDXMRXUG¶KXL

Pourtant la question de la pauvreté telle que posée


DXMRXUG¶KXL GDQV OHV FRPPXQDXWpV FKUpWLHQQHV V¶pORLJQH GH
plus en plus de son appréhension biblique. Dans les béatitudes,
Jésus précise clairement « Heureux les pauvres en esprit car le
royaume des cieux est à eux ! » (Mathieu 5 : 3). Ce même texte

54
'¶DSUqVSOXVLHXUVWKpRORJLHQV OHWKqPHFHQWUDOGH OD%LEOH HVW© le salut
en Jésus-Christ ».
107
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
sert de prétexte aux prédicateurs de la résignation à des
populations en difficulté matérielle. Ils omettent
systématiquement la précision « en esprit ».

$DXFXQPRPHQWGHVRQGLVFRXUV-pVXVDIDLWO¶DSRORJLHGH
la pauvreté. Bien au contraire, il ordonna le soutien mutuel afin
G¶pYLWHU TXH FH IOpDX URQJH OHV VRFLpWpV &¶HVW G¶DLOOHXUV FHWWH
vision que développera Paul dans ses conseils pour la réduction
des inégalités intra-communautaires.

/RUVTX¶,OGHPDQGDjXQKRPPHULFKHGHVHGpSRXLOOHUGHVHV
ELHQV HW GH /H VXLYUH -pVXV Q¶D QXOOHPHQW YRXOX imposer la
SDXYUHWp j FHW KRPPH ,O YRXOXW WRXW VLPSOHPHQW O¶LQFLWHU j
pWDEOLU GHV SULRULWpV HQWUH OD UpGHPSWLRQ GH O¶kPH HW OD
satisfaction des besoins et désirs matériels. Jésus Lui-même
apportait une solution appropriée au problème de la faim en
donnant à manger en abondance à ceux qui Le suivaient.
$XWUHPHQW GLW RQ Q¶HVW SDV FHQVp DYRLU j VH EDQGHU OHV WULSHV
pour suivre Jésus.

La théologie de la résignation telle que vulgarisée dans les


FDPSDJQHV GH QRPEUHX[ SD\V SDXYUHV Q¶D GRQF DXFXQ
fondement biblique. Pourtant, elle a eu une portée considérable
108
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
VXU OHV SUDWLTXHV GH FHUWDLQHV SRSXODWLRQV TXL V¶DGRQQHQW
SUHVTXH j O¶RLVLYHWp 2U FHOOH-ci est un vice combattu par les
institutions dans la Bible.

8.7/¶KRPPHQHYLYUDSDVGHSDLQVHXOHPHQW«

Voici une LGpH TXL ORUVTX¶HOOH HVW SULVH DX SUHPLHU GHJUp
FRQGXLW WRXW GURLW j O¶RLVLYHWp %HDXFRXS GH FKUpWLHQV
angéliques se sont laissé aller dans la facilité herméneutique
TXDQW DX FRQWHQX G¶XQH WHOOH GpFODUDWLRQ Dans Mathieu 4 : 4,
Jésus, après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, fut
WUDQVSRUWp SDU O¶(VSULW GDQV OH GpVHUW où Il fut tenté par Satan
TXL /XL SURSRVD G¶DEXVHU GH VD SXLVVDQFH HQ WUDQVIRUPDQW OHV
pierres qui étaient là en pain. Jésus repoussa Satan avec ces
paroles :

Il est écrit : L'homme ne vivra pas de pain seulement,


mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.

Alors que ces paroles signifient pour Jésus le refus de


O¶K\SHU-matérialisme, la victoire sur la tentation et

109
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
O¶H[KLELWLRQQLVPHFHUWDLQHVSHUVRQQHVOHVDSSOLTXHQWjMXstifier
ODQpFHVVLWpG¶XQHYLHDQJpOLTXHFRXSpHGHWRXWUDSSRUWDYHFOH
travail et la matière. Or, Jésus Lui-PrPHUHFRQQXWO¶LPSRUWDQFH
GXSDLQSRXUOHVKRPPHV'DQVO¶H[HPSOHGHSULqUHTX¶LOGRQQD
à ses disciples, Il leur apprit à dire « donne-nous aujourG¶KXL
notre pain quotidien ». En effet, non seulement le pain est un
symbole très porteur de sens dans le message biblique, il est
DXVVLO¶pOpPHQWTXLGRQQHYLH

/HSDLQV¶RSSRVHjODIDPLQHGDQVO¶$QFLHQ7HVWDPHQWPaul,
O¶DS{WUHO¶a bien compris. Pour lui, « O¶KRPPHne vivra pas de
SDLQ VHXOHPHQW« PDLV GH SDLQ DXVVL » '¶DLOOHXUV chaque
individu devra travailler pour gagner son pain à la sueur de son
IURQW &¶HVW SRXUTXRL LO UHFRPPDQGD DX[ 7KpVVDORQLFLHQV GH
V¶RFFXSHUGHOHXUVSURSUHVDIIDLUHVHWjWravailler de leurs mains
(1 Thessaloniciens 4 : 11). Car celui qui ne veut pas travailler,
TX¶LOQHPDQJHSDVQRQSOXV, leur rappela-t-il, dans une seconde
correspondance (2 Thessaloniciens 3 : 10).

/D PHLOOHXUH SUpGLFDWLRQ HVW FHOOH GH O¶H[HPSOH &¶HVW


pourquoi, Paul, lui-même, fabriquait des tentes pour gagner un
SHXG¶DUJHQW,OQ¶DMDPDLVYRXOXYLYUHFRQWUDLUHPHQWjFHUWDLQV
évangélistes actuels, aux dépens du travail de ses ouailles. Son
110
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
H[HPSOHHVWG¶DXWDQWSOXVSRUWHXUGHVHQVTX¶LOVXLYLWFHOXLGH
Jésus qui apprit la charpenterie avec Joseph son père adoptif.
8Q IDLW TXH O¶RQ pYRTXH WURS SHX HVW TXH -pVXV ORUVTX¶LO
choisissait ses premiers disciples, a sélectionné uniquement des
KRPPHVTXLWUDYDLOODLHQWG¶XQHIDoRQRXG¶XQHDXWUH On peut
alors sH GHPDQGHU G¶R SHXW ELHQ YHQLU DXMRXUG¶KXL O¶LGpH
TX¶XQ KRPPH TXHO TX¶LO VRLW GRLW YLYUH GH OD JpQpURVLWp GHV
autres.

8.8. Les intérêts des autres

Il est une règle biblique qui rejoint aussi la morale. Selon les
traductions, nous pouvons lire dans 1 Corinthiens 10 O¶XQH
RXO¶DXWUHGHFHVGHX[GpFODUDWLRQV :

Que personne ne cherche son propre intérêt, mais que


chacun cherche celui d'autrui.

En réalité, le problème qui se pose est autant dans la


WUDGXFWLRQ TXH GDQV O¶LQWHUSUpWDWLRQ 6HORQ TXH O¶Lndividu est
LQWpUHVVp SDU FH TXH SRVVqGH O¶DXWUH LO VRXKDLWH TXH FHOXL-ci
DSSOLTXHODSUHPLqUHYHUVLRQ6¶LOV¶DJLWGHGpIHQGUHVHVSURSUHV
intérêts, il appliquera alors la seconde version. Mais un fait
111
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
GHPHXUHO¶LGpHGXWH[WHQ¶HVWSDVGHVHGpSRXLOOHUsoi-même au
SURILW G¶DXWUXL &DU OD SHQVpH GH 3DXO TXL DpFULWFHWH[WH HVW
de promouvoir une société équilibrée où rien ne manque à
personne.

Pour finir, il est nécessaire de bien lire la Bible sur ces


questions dont la portée sociale est extrêmement grande. Bien
PRLQVTXHFHUWDLQVFKUpWLHQV&KULVWQ¶DSDVGHSUREOqPHDYHF
la richesse, QL DYHF OH IDLW G¶rWUH LQWpUHVVp55, mais avec
O¶DYHXJOHPHQW TX¶XQ WHO FRPSRUWHPHQW peut entrainer.
Contrairement à ce que peuvent penser bon nombre de gens
(chrétiens ou SUpGLFDWHXUV SURWHVWDQWV  OH FKUpWLHQ Q¶HVW SDV
appelé à être pauvre. La pauvreté matérielle ne peut que
GpYDORULVHU OD SRUWpH GX PHVVDJH ELEOLTXH FRPPH O¶D ELHQ
compris depuis longtemps le roi David. Ce dernier optait pour
une vie loin de la surabondance inutile mais aussi loin de la
pauvreté. 6HXOHPHQWLOQ¶HVWSDVUDSSRUWpTX¶LOOXLPDQTXDLWGH
quelque chose.

55
Jésus Lui-même appelle les hommes jOHVXLYUHSDUFHTX¶LOOHXUGRQQHUD
du repos, le salut. ,O V¶DJLW ELHQG¶H[SOLTXHUTXH ODFUR\DQFH Q¶HVWSDVVDQV
contrepartie. Que servirait-LO DORUV j TXHOTX¶XQ GH VXLYUH OH &KULVW V¶LO QH
V¶DWWHQGjDEVROXPHQWULHQ ? ± 4XHOHVpYDQJpOLVWHVGHO¶DFWLRQdésintéressée
répondent à une telle question.
112
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
$ORUVG¶RFHUWDLQVWKpRORJLHQVHWpYDQJpOLVWHVWURXYHQW-ils
FH GpGDLQ TX¶LOV SU{QHQW j O¶pJDUG GHV ULFKHV ? La pensée
biblique, croyons-nous QH VH VLWXH SDV GDQV O¶DSRORJLH GH OD
pauvreté ni la diabolisation de la richesse. La liste des
exemples que nous venons de citer pourrait être encore
allongée. Alors, un seul livre ne pourrait la contenir. Attirons
O¶DWWHQWLRQ SDU H[HPSOH VXU GHV PpVLQWerprétations telles que :
Jésus est venu pour ceux qui sont malades et non les bien
SRUWDQWV G¶R OH IDLW G¶rWUH PDODGH MXVWLILHUDLW OD PLVVLRQ GX
&KULVW RXHQFRUHO¶LGpHTXHWRXWHVWGHODYRORQWpGH'LHX OD
disette, le manque, la maladie, etc. sont ainsi justifiés et la
UpVLJQDWLRQDXVVL RXHQILQO¶(VSULWGLVWULEXHGHVGRQV ce qui
justifierait la course après les dons, nous entendons même
SDUOHUG¶pJOLVHVFKDULVPDWLTXHVRFKDFXQSDUOHUDLWXQHODQJXH
inconnue du commun des mortels). &HVJHQUHVG¶HUreurs graves
danVO¶LQWHUSUpWDWLRQGHOD%LEOHRQW ouvert une voie royale pour
O¶H[SORLWDWLRQRSSRUWXQLVWHSDUFHUWDLQVDFWHXUVGHO¶pFRQRPLH

113
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

114
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

IX. La %LEOHH[SORLWpHSDUO¶pFRQRPLH

Nous avons insisté tout au long des chapitres précédents sur


les points que nous avons repérés dans la Bible et qui ont
IRUWHPHQW LQIOXHQFp O¶pFRQRPLH56. Pendant longtemps, le
FKULVWLDQLVPHDIRXUQLjO¶pFRQRPLHOHVRXWLOVQpFHVVDLUHVSRXU
se répandre (Weber, 1967). Puis, la politique a récupéré les
deux champs (christianisme et économie), à travers le mélange
GH O¶(JOLVH HW GH O¶(WDW $SUqV OH PRXYHPHQW GH OD UpIRUPH
initié par Martin Luther en 1517, dont est issu le
SURWHVWDQWLVPH OD G\QDPLTXH j O¶°XYUH DXMRXUG¶KXL HVW la
UpFXSpUDWLRQSDUO¶économie de tout le vide laissé à O¶LQGLYLGX
en quête de satisfaction ici et maintenant.

56
Le lecteur remarquera que les sociétés occidentales actuelles sont
politiquement empreintes des textes fondamentaux judéo-chrétiens, dans la
mesure où presque toutes les constitutions se réfèrent au décalogue (les dix
commandements de la loi de Moïse).
115
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
&¶HVW SRXUTXRL QRXV QH SRXYRQV WHUPLQHU FH OLYUH VDQV
souligner XQ FHUWDLQ QRPEUH G¶DXWUHV PpFDQLVPHV j O¶°XYUH
dans notre société. Parmi ces mécanismes, il y a la
catholicisation de plusieurs églises protestantes, la prédication
GH O¶pYDQJLOH j OD GHPDQGH OD SUpGLFDWLRQ IDQWDVPRJqQH Oa
PDUFKDQGLVDWLRQ GH OD IRL HW HQILQ O¶H[SORLWDWLRQ GX FRUSXV
religieux et biblique par des agents économiques opportunistes.
/DTXHVWLRQQ¶HVWSDVGHVDYRLUSRXUTXRL ces derniers exploitent
la Bible, PDLVLOV¶DJLWGHFRPSUHQGUHRODUHOLJLRQDIDLOOL&ar
LOQHIDXWSDVDWWHQGUHGHO¶HQIDQWjTXLO¶RQDDSSULV© le loup et
O¶DJQHDX » IDEOH GH /D )RQWDLQH  TX¶LO VH PHWWHj OD SODFH GH
O¶DJQHDX,OVHPHWWUDQDWXUHOOement à la place du loup, chaque
fois que cela lui est possible.

Jésus-&KULVW GDQV VHV QRPEUHX[ VHUPRQV GRQW O¶LQDXJXUDO


est celui donné sur la montagne, a cherché à faire comprendre à
VHV GLVFLSOHV TX¶LO OHXU UHYHQDLW G¶LQIOXHQFHU OH PRQGH HW QRQ
O¶LQYHrse. Pourtant, comme nous le verrons tout au long de ce
FKDSLWUHDSUqVO¶DSSURSULDWLRQGHVLGpHVIRUWHVFRQWHQXHVGDQV
la Bible, la société hypermoderne actuelle influence de plus en
plus les chrétiens. Elle le fait en utilisant le propre message
TX¶XWLOLsent ces derniers.

116
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
On admettra avec les historiens que les valeurs judéo-
chrétiennes ont pendant longtemps façonnées le monde.
Beaucoup de théories ont été popularisées en marge des
connaissances bibliques. Mais le cours actuel des choses
présente le contraire : le discours religieux sur le bannissement
GHO¶pJRDpWpYLGpGHVRQVHQV2n assiste à la réinvention du
OHDGHUVKLS FKUpWLHQ j OD UpLQYHQWLRQ GH O¶LQGLYLGX HW j
O¶LPSRVLWLRQ GH QRXYHOOHV JULOOHV GH OHFWXUH GHV WH[WHV
bibliques57. ,OV¶DJLWDORUVGe démythifier, sinon désacraliser le
caractère mystérieux du message biblique, tout en ramenant le
FUR\DQW j OD UDLVRQ PDWpULDOLVWH (Q OXL IDLVDQW GpFRXYULU TX¶LO
est matière ± HWLOO¶HVWHIIHFWLYHPHQW ± ODVRFLpWpO¶DPqQHjOD
satisfaction des fonctions FODVVLTXHV G¶XQ FRQVRPPDWHXU
hypermoderne qui veut tout, toujours plus beau, toujours plus
vite. Le croyant devenu lui aussi hypermoderne est alors prêt à
UHQWUHUGDQVO¶pFRQRPLHGXMHWDEOH'XPDWpULHODXV\PEROLTXH
en passant par les personnes, O¶amour« F¶HVWODFRQVRPPDWLRQ
rapide HW UHPSODoDEOH /¶pFRQRPLH DWWHLQW O¶REMHFWLI XOWLPH GH
la désacralisation lorsque le divin est entré dans le panier du

57
$XMRXUG¶KXLO¶KHUPpQHXWLTXH l'activité consistant à expliquer des textes
dont la compréhension n'est pas immédiate  j O¶RULJLQH WKpRORJLTXH VH
trouve appliquée dans des disciplines très disparates comme la critique
littéraire ou historique, le droit, la sociologiHODPXVLTXHO¶LQIRUPDWLTXH, ou
même dans le cadre de la psychanalyse.
117
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
jetable. Nous devons préciser que ce processus de
désacralisation du divin a commencé par la banalisation du
sacré. Il a fait des adeptes parce que le discours religieux a
DXVVL pWp IDXVVp 2U GLUH OD YpULWp DX[ JHQV F¶HVW OH GpEXW GH
O¶KRQQrWHWp(WO¶LQGLYLGXOHSOXVPDOKRQQrWHGpVLUHTX¶RQVRLW
honnête à son égard. Ainsi, cette situatiRQ ODFXQDLUH TXL V¶Hst
glissée dans le discours religieux a ouvert une brèche favorable
jVRQH[SORLWDWLRQSDUO¶pFRQRPLHFDSLWDOLVWH

Les valeurs bibliques faisaient ressembler le croyant à Dieu


sans diluer son individualité. Les communautés chrétiennes
YLYDLHQW GDQV O¶KDUPonie et la fraternité, du moins elles
voulaient parvenir à ce style de vie. Le nouveau système
LPSRVH j O¶LQGLYLGX OD GLPHQVLRQ GH O¶K\SHU OH PDQDJHPHQW
GHVFRPPXQDXWpVUHOLJLHXVHVV¶DVVLPLOHalors plus à un système
de production et de performance plutôt TX¶j XQ V\VWqPH GH
changement positif de la société. Le leader religieux lui-même
HVW PHQDFp GH GHYHQLU XQ PDQDJHU MHWDEOH &¶HVW-à-dire, il
GLULJH GpVRUPDLV XQH FRPPXQDXWp G¶LQGLYLGXV SUpVHQWDQW HQ
plus du fait de posséder une bouche et un anus, une demande
SV\FKRORJLTXH LPSRUWDQWH /RUVTX¶LO QH SHXW VDWLVIDLUH OD
totalité de la demande, il est systématiquement jetable.

118
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
9.1. Exploitation des fêtes bibliques SDUO¶pFRQRPLH

1RXV Q¶DOORQV SDV QRXV DWWDUGHU VXU FHrtains points qui


paraissent être trop évideQWV /¶pYLGHQFH QH VH GLVFXWH SDV
Mais il est souvent bon de se rafraîchir la mémoire sur certains
faits qui jalonnent notre quotidien. Les faits dont il sera
question ici sont bien souvent masqués ± du moins dans
certains pays où le discours sur la laïciWp O¶HPSRUWH VXU OH
discours économique ± par un discours prétendant favoriser
O¶pSDQRXLVVHPHQWGHO¶LQGLYLGX

Les outils développés en marge de O¶pFRQRPLH WHOV TXH OH


marketing ou la mercatique, se sont depuis longtemps appuyés
VXU O¶pPRWLRQ PRELOLVpH Sar les fêtes religieuses. Les
commerciaux ± autrefois marchands ambulants, ayant parfois
du mal à V¶attirer une clientèle de grande taille, ont été toujours
prêts à profiter des rassemblements autour des manifestations
religieuses. $XMRXUG¶KXL DYHF O¶DLGH des Etats, ils attirent la
FOLHQWqOH VXU OHXUV OLHX[ G¶DFWLYLWpV 3RXU FH IDLUH O¶KpULWDJH
constitué par les fêtes bibliques leur est une bonne aubaine.

'qV TX¶LO \ D IrWH GH IDoRQ JpQpUDOH LO \ D SRVVLELOLWp


G¶DIIDLUHV (W SRXU O¶HQWUHSULVH LO HVW Tuestion de profiter.
119
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
Aussi, même les sociétés dans lesquelles les croyances judéo-
chrétiennes sont devenues moins importantes, on retrouve une
grande mobilisation autour des fêtes bibliques. La Noël, la
Pâques, la Pentecôte, la Toussaint, entre autres, sont des
moments forts où toutes les entreprises cherchent à générer un
maximum de bénéfices.

/¶LGpRORJLHmobilisée est simple. Il consiste à faire croire à


OD IRLV DX[ FUR\DQWV TX¶DX[ DWKpHV que le bonheur est (aussi)
LFL ,O Q¶HVW GRQF SDV LQWHUGLW GH se réjouir ici-bas. La
philosophie véhiculée est alors de la sorte : O¶KRPPH HVW
O¶DUWLVDQGHVRQERQKHXU.

Là, le message paulinien de la double nationalité du croyant


est pris dans une seulement dimension. Il permet de faire croire
à celui-ci que Dieu lui veut du bien, y compris ici-bas. Et
puisque ses jours sont courts, il a tout intérêt à profiter du
temps présent, le seul moment qui lui appartient vraiment. Par
son évidence naturelle, ce message fait des adeptes.

Aussi voit-on se multiplier les fêtes religieuses dans des


sociétés capitalistes majoritairement athées. Bien plus, tous les

120
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
agents économiques58 quelque soit leur profession de foi sont
incités à consommer plus ± la recherche de la croissance
économique oblige. Pour cela, les Etats légifèrent et octroient
des jours de congés lors des fêtes. En dehors des périodes de
JUDQGHV IrWHV SOXVLHXUV MRXUV GH O¶DQQpH VRQW GpFUpWpV IpULpV
/RUVTXHFHQ¶HVWSDVIRUPHOOHVFRPLWpVG¶HQWUHSULVH octroient
j O¶RFFDVLRQ GHV SRQWV FKDTXH IRLV TXH SRVVLEOH O¶REMHctif
implicite est simple : libérer la consommation pour relancer la
croissance.

Cette liberté illusoire se manifeste alors par une


consommation accrue de services tels que le transport, les
activités de vacances« ,O \ D DXVVL DFFURLVVHPHQW GH OD
consommation de EHDXFRXS G¶autres biens que demande
O¶LQGLYLGX K\SHUPRGHUQH On sait par exemple que ce dernier
GHPDQGH DXMRXUG¶KXL OHV DOLPHQWV JUDV HW GHPDLQ XQH FXUH
G¶DPDLJULVVHPHQW

58
(QIDLWFKDTXHLQGLYLGXHVWXQDJHQWpFRQRPLTXHVDQVH[FHSWLRQ,OO¶HVW
soit en tant que consommateur [on entend aussi lH PRW FRQVRP¶DFWHXU TXL
FKHUFKHjH[SULPHUO¶DFWLYLVPHGHFHUWDLQVFRQVRPPDWHXUV@VRLWHQWDQWTXH
producteur.
121
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
9.2. ,QIOXHQFHGHO¶pFRQRPLHVXUles interprétations bibliques
et les pratiques religieuses

6LO¶pFRQRPLHQHSDUYLHQWSDVjPRGLILHUO¶LPPXDELOLWpGHV
textes sacrés, elle parvient fructueusement à en altérer
O¶LQWHUSUpWDWLRQHWODPLVHHQSUDWLTXH Ce, afin de parvenir aux
objectifs de son propre développement, comme nous venons
G¶HQIDLUHpWDt dans la les paragraphes précédents.

0rPH GDQV OHV pJOLVHV O¶HVSULW pFRQRPLVWH HWRX


gestionnaire59 (De Gaulejac, 2005) fait son chemin. Dans un
premier temps, dans beaucoup de congrégations, le
PDQDJHPHQW V¶DSSDUHQWH GH SOXV HQ SOXV j FHOOH G¶XQH
HQWUHSULVH FODVVLTXH &HUWDLQV GLURQW TXHF¶HVW IDXWH GH PLHX[
Mais en réalité, les dirigeants salariés des églises sont tenus par
une obligation de résultats financiers, par le simple fait que leur
propre emploi peut être ainsi menacé.

/¶pFRQRPie, en instituant de nouvelles valeurs, va plus loin.


(OOHLQIOXHQFHODWKpRORJLH/HVWKpRORJLHQVH[SOLTXHQWTX¶LO\D

59
Pour mieux comprendre comment la gestion impose dans la société
actuelle le pouvoir managérial, livre « La société malade de la gestion » de
Vincent de Gaulejac, Paris : Seuil, 2005.
122
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
WURLV W\SHV G¶pJOLVHV  O¶pJOLVH DQJpOLTXHTXL Q¶D SOXVOHV SLHGV
VXU WHUUH O¶pJOLVH PRQGDQLVpH HW HQWUH OHV GHX[ O¶pJOLVH
intégrée. Cette dernière est celle qui est le plus en expansion.

/¶pJOLVHLQWpJUpHDOHVSLHGVVXUWHUUHHWODWrWHGDQVOHFLHO
(QGHKRUVGHO¶H[SOLFDWLRQWKpRORJLTXHHWSURSKpWLTXHGHFHWWH
H[SOLFDWLRQ O¶pFRQRPLH V¶est appropriée très largement de la
dimension terrestre des interprétations bibliques. Elle parvient
à modifier le discours théologique autrefois radical j O¶LQVWDU
GH O¶pJOLVH DQJpOLTXH  sur un certain nombre de dogmes et de
doctrines. Molière disait que « La parfaite raison fuit toute
extrémité, ± Et veut qXHO¶RQ VRLW VDJH DYHF VREULpWp ». Jésus-
&KULVWDGRQQpXQHOHoRQTXLQ¶DSDVpWpSULVHjVDMXVWHSRUWpH
,OGLVDLWjVHVGLVFLSOHVTX¶LOVGHYDLHQWrWUHOH© sel de la terre »
(Mathieu 5 : 13). Il ne fallait pas que le sel soit en trop forte ni
tURSIDLEOHGRVH/HUDGLFDOLVPHFRUUHVSRQGjO¶H[FqVGH]qOHHW
ouvre des brèches affaiblissant le corpus théologique.

/¶pJOLVHLQWpJUpHTXLDSSDUDvWWKpRULTXHPHQWFRPPHODSOXV
UpDOLVWHWHQGjrWUHPRQGDQLVpHGDQVXQXQLYHUVVRXVO¶HPSULVH
GH O¶pFRQRPLH financiarisée. Il existe désormais un véritable
PDUFKpGHODIRLDQLPpG¶XQHSDUWSDUGHVLQGLYLGXVHQPDOGH
vivre et cherchant un sens de la vie à travers le fantasme, et
123
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
G¶DXWUHSDUWSDUGHVWHQDQWVG¶XQHSUpGLFDWLRQIDQWDVPRJqQHTXL
fait des adeptes en misant principalement sur le capital
émotionnel (Gendron, 2006) des individus.

Les conséquences sont bien là. Plusieurs congrégations


RIIUHQWXQeYDQJLOHjODGHPDQGH(OOHVV¶DGDSWHQWDX[FRXUDQWV
actuels qui lessivent tout caractère apocalyptique de leur
message. Bien évidemment, la prédication est faite pour
O¶KRPPH0DLVHQV¶DGDSWDQWDX[GpVLUVPRQGDLQVHWSDVVDJHUV
des individus hypermodernes actuels, le discours biblique tel
que formulé par certains prédicateurs a perdu son but.

/¶pYDQJLOHjla demande dont nous venons de faire état peut


paraître légitime pour les théologiens ne voulant pas être vus
comme des ringards ou des démodés. La religion en général
GRLWFRQWULEXHUjODUHFKHUFKHGXPLHX[rWUHGHO¶KRPPH0DLV
OH SUREOqPH HVW TXH O¶RULHQWation imposée à O¶LQGLYLGX
hypermoderne pervertit à long terme le contenu théologique et
sacré du discours biblique.

7RXW FRPSWH IDLW O¶pYDQJLOH j OD GHPDQGH Q¶HVW TX¶XQH


pPDQDWLRQ GH O¶H[SORLWDWLRQ GH OD %LEOH SDU OD VRFLpWp, dont
O¶pFRQRPLH FDSLWDOLVWH HVW O¶XQ GHV V\VWqPHV OHV SOXV UREXVWHV.
124
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
Cette dernière étant gouvernée par les intérêts égoïstes de
O¶LQGLYLGX K\SHUPRGHUQH TXH GpSHLQW VL ELHQ 1LFROH $XEHUW
(2004).

125
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

126
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

Conclusion

/HPDQTXHGHVFLHQFHQ¶HVWERQSRXUSHUVRQQHHWOD%LEOH
déclare que lD VDJHVVH HW O¶LQWHOOLJHQFH YLHQQHQW G¶HQ KDXW
Aussi l¶pOpYDWLRQGHO¶kPHHVWO¶REMHFWLIOHSOXVVRXKDLWDEOHHWOH
SOXV QREOH GH O¶rWUH KXPDLQ Tel que nous venons de le
développer, les deux champs de connaissances que sont la
théologie (dont relève la Bible) HW O¶pFRQRPLH SHXYHQW
amplement aider à comprendre le fonctionnement économique
du monde ou de la cité.

Le lecteur chrétien ayant lu ce livre devrait parvenir à la


conclusion TX¶LO D à sa portée des enseignements utiles à la
création et à la gestion de toute sorte de richesses. Notamment
pour éviter de manquer du pain quotidien ou de sombrer dans
O¶HVFODYDJH ILQDQFLHU. ,O GRLW FRPSUHQGUH DXVVL TX¶LO HVW XQ
dirigeant/leader qui a une responsabilité liée à un impératif
économique et sanctionnée par un jugement. Si la connaissance
127
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
(knowledge  GRQQH O¶empowerment comme le dit John C.
Maxwell, les petits esprits (Nietzsche) sont dans ce cas peu
excusables. 3XLVTX¶LO\DOHVPR\HQVGH« grandir » et décrypter
les mécanismes qui gouvernent notre monde et qui servent
VRXYHQWG¶RXWLOVGHPDQLSXODWLRQFRQWUHQRXV-mêmes.

Le lecteur non-croyant a dû trouver dans les


développements précédents les réflexions nécessaires pour
comprendre que si « O¶HPSLUHGHODUHOLJLRQVXUODYLHVRFLDOH »
(Hervieu-Léger, p. 443,   Q¶HVW SOXV HW TXH OD FUR\DQFH
UHOLJLHXVHQHSHXWSOXVGpWHUPLQHUO¶RUGUHGHODVRFLpWpFHODQH
signifie nullement que nos sociétés ne demeurent judéo-
FKUpWLHQQHV GDQV OHXUV IRQGHPHQWV $X FRQWUDLUH LO Q¶HQ
demeure pas moins que les sociétés occidentales ont puisé leurs
UHSUpVHQWDWLRQV GX PRQGH HW OHXUV SULQFLSHV G¶DFWLRQ ± dont
relève la dogmaticité actuelle qui est peu visible à cause de
O¶DPRXU cultivé pour le censeur ± en partie dans leur propre
terreau religieux.

/¶pFRQRPLH IDLW SDUWLH GH FHV Fonnaissances nécessaires à


chaque individu cherchant à devenir un grand esprit. Jésus-
Christ Lui-même a fourni les fondements de ces connaissances
de base à la vie humaine. Il y a toujours une bonne raison
128
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
G¶aspirer au maximum sinon au plus satisfaisant. Personne ne
devrait minimiser ± comme le font les Témoins de Jéhovah60 ±
VRQ U{OH HQ WDQW TX¶DJHQW pFRQRPLTXH /H IRQGDWHXU GH OD
UHOLJLRQ FKUpWLHQQH D SRVp O¶REOLJDWLRQ GH SDUWLFLSHU j OD FLWp
&¶HVW OH FDV ORUVTX¶,O a dit, par rapport au fait de payer les
taxes : « Donnez à César ce qui est à César » (Mathieu 22 : 21).
(W &ODXGH %LUPDQ   D UDLVRQ GH VRXOLJQHU TX¶LO HVW DORUV
important de savoir précisément ce qui est à César.

Certaines théories et certains faits que nous avons cherché à


mettre en lumière dans ce livre sont souvent omis ou mal

60
Ce mouvement (reconnu comme religion dans plusieurs pays notamment
les Etats-Unis) fut fondé en 1873 sous le nom d'« Étudiants de la Bible » par
Charles Taze Russell, un prédicateur américain. Russell interprétait le
déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914 comme début de
l'accomplissement des prédictions concernant Harmaguédon. Il mourut en
1916, et Joseph Franklin Rutherford devint président du mouvement. Celui-
ci modifia en profondeur les doctrines et le fonctionnement de
l'organisation. De 1925 à 1935, les croyances eschatologiques du
mouvement subirent des changements radicaux : l'année 1914 fut
considérée comme marquant le début de la présence du Christ, de son
intronisation comme roi et du début des « derniers jours », et la doctrine
affirma désormais l'exclusivité du salut. À cette époque, le mouvement se
démarqua du reste de la chrétienté par diverses évolutions doctrinales : en
1931, il prit le nom de « Témoins de Jéhovah », marquant la volonté
d'honorer Dieu sous ce qu'ils voient comme son vrai nom ; en 1928, la
célébration de Noël fut interdite, en tant que fête d'origine païenne ; en
1936, la croix fut elle aussi considérée comme un symbole païen. Le
mouvement commença alors à limiter la socialisation de ses membres. Ainsi
fêter les anniversaires et la fête des mères fut interdit, les vaccinations
déconseillées. Toute participation à la vie politique fut prohibée.
129
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
interprétés. Le lecteur ne croyant pas à la véracité des textes
bibliques peut lui aussi trouver matière à réflexion dans notre
développement, dans la mesure où l¶pPDQFLSDWLRQ ODwTXH GX
monde occidental n¶HPSrFKH pas que celui-ci soit dirigé par
des croyants chrétiens ou franc-maçon61. Rappelons-le, l¶DFWLRQ
GH O¶KRPPH HVW ILQDOLVpH ± HW O¶pWXGH GH O¶DFWLRQ UDWLRQQHOOH
F¶HVW H[DFWHPHQW FH TXH IDLW O¶(FRQRPLTXH. Aussi, convient-il
de comprendre que le but des omissions et des
mésinterprétations traitées dans ce livre a largement contribué à
pULJHU GHV FDVWHV GHV DXWRULWpV GRQW O¶idéaltype HVW O¶DXWRULWp
charismatique) qui par la suite ont perverti le discours biblique
et contribué à manipuler le monde.

Le retour au sens vrai du message biblique, ou dans une


moindre mesure la remise en question des données bibliques

61
Apparue en Écosse (selon David Stevenson, Les premiers Francs-
maçons, Ivoire-Clair, 1999) puis en Angleterre au XVIIe siècle, la Franc-
maçonnerie se décrit soit comme une « association essentiellement
philosophique et philanthropique », comme un « système de morale illustré
par des symboles » ou comme un « ordre initiatique ». En tant
qu'organisation associative, la franc-maçonnerie recrute ses membres par
cooptation et pratique des rituels initiatiques faisant référence à un secret
maçonnique et à l'art de bâtir. On peut lire sur le site http://www.franc-
maconnerie.org que « Les origines de la Franc-Maçonnerie font remonter la
première loge au jardin d'Eden ou travaillaient Adam et Ève dans la plus
parfaite égalité, initiés par Dieu en personne... ».

130
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
WUDGXLWHV SDU FHV DXWRULWpV SHXW ODUJHPHQW pFODLUHU O¶LQGLYLGX
cherchant à placer le discours biblique à sa portée, sans aucune
désincarnation nécessaire. &¶HVW OH FDV FRPPH QRXV O¶DYRQV
expliqué, pour OHWDOHQWGHO¶DXWRULWpFKDULVPDWLTXHqui Q¶HVWni
une exclusivité ni une caractéristique individuelle
exceptionnelle. Chaque personne a à sa disposition des talents
qui doivent être gérés selon une loi physiologique bien précise
développée dans ce livre. Au final, personne ne peut GLUHTX¶LO
Q¶DULHQjmanager. Et comme Q¶LPSRUWHTXHO dirigeant, chacun
devra rendre des comptes.

131
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

132
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

Bibliographie

Alchian, A et Demsetz, H. 1972. Production, information costs,


and Economic Organization, American Economic Review, vol.
62, n° 5, pp. 777-795.

Attali, J. 2002. Les Juifs, le monde et l'argent, Paris : Fayard.

Aubert, N. 2004. /¶LQGLYLGX K\SHUPRGHUQH, Paris : Erès, coll.


Sociologie clinique.

Bade, R. et Parkin, M. 2009. Essential Foundations of


Economics, USA : Pearson Education Education.

Barre, R. O. J. 1959. 7UDLWp G¶(FRQRPLH 3ROLWLTXH (1ère


édition), Paris : Presses Universitaires de France.

133
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL
Birman, C. 2001. Croyance et messianisme, in 4X¶HVW-ce que la
culture, Michaud, Y. (dir.), pp. 449-460.

Burkett, L. 1990. La familia y sus finanzas, principios biblicos


para un mundo en crisis, Titre original Your finances in
changing Times (traduction de André G. Panasiuk), Grand
Rapids : Editorial Portavoz.

Castoriadis, C. 1975. L'institution imaginaire de la société,


Paris : Seuil, réédition en 1999 dans la collection « Points
Essais ».

De Gaulejac, V. 2005. La société malade de la gestion, Paris :


Seuil, coll. Economie Humaine.

Ferry, J. et al. 2003. Bible et économie, Servir Dieu ou


O¶DUJHQWParis : Lessius, coll. Connaître et croire.

Florida, R. 2002. The Economic Geography of Talent, Annals


of the Association of American Geographers, vol. 92, n° 4, pp.
743-755.

134
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie
Garrabé, M. 2007. Economie sociale et développement,
Programme MED-TEMPUS, 220 pages,
http://www.formder.iamm.fr.

Gendron, B. 2006, "Capital émotionnel et genre : ce capital qui


IDLWDXVVLODGLIIpUHQFHHQWUHOHVILOOHVHWOHVJDUoRQVjO¶pFROHHW
au travail  8Q HVVDL G¶DQDO\VH j SDUWLU GHV FRPSpWHQFHV
émotionnelles", Cahiers de la Maison des Sciences
Economiques, série rouge, n°76, Paris : Université Panthéon-
Sorbonne, Téléchargeable sur : ftp://mse.univ-
paris1.fr/pub/mse/cahiers2006/R06076.pdf.

Hervieu-Léger, D. 2001. Les formes nouvelles de la religiosité,


in 4X¶HVW-ce que la culture, Michaud, Y. (dir.), pp. 440-448.

+XEEDUG 5 * (W 2¶EULHQ $ P. 2009. Economics, second


edition, New Jersey: Pearson Education.

Juglar, J. C., Wolowski, L. 1862. Des crises commerciales et


de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux
Etats-Unis, Paris : Guillaumin, texte intégral en ligne à
O¶DGUHVVH DYULO  
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1060720#.
135
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

Legendre, P. 1974. L'Amour du censeur. Essai sur l'ordre


dogmatique, Paris : Seuil.

Mazerolle, F. 2006. /¶KLVWRLUH GHV IDLWV HW GHV LGpHV


économiques, Paris : Gualino éditeur, collection Mémentos
LMD.

Nichols, D. 1998.*RG¶V 3ODQV IRU \RXU )LQDQFHV New


Kingston: Whitaker House.

Nietzsche, F. 1951. Par delà le bien et le mal, Paris :


Montaigne.

2¶6XOOLYDQ $ 6KHIIULQ 6 0 HW 3HUH] 6 - 
Microeconomics: Principles, Applications, and Tools, 6ème
édition, New Jersey: Pearson Education.

Paul, B. 2009. /¶+DwWLDQLWp : Institutions et Identité en Haïti,


www.unibook.com.

Patinkin, D. 1972. /D PRQQDLH O¶LQWpUrW HW OH SULx, Paris :


Presses Universitaires de France.
136
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bible et Economie

Sloman, J. 2008. 3ULQFLSHV G¶pFRQRPLH, 6e édition, Paris :


Campus Press, coll. Eco Gestion, (original : Economics,
Pearson Education Limited).

Stiglitz, J. E. 2009. The Current Economic Crisis and Lessons


for Economic Theory, Eastern Economic Journal, vol. 35, pp.
281±296.

Thompson, F. C. 1990. The Thompson Chain-Reference Study


Bible, USA: New International Version published by The B. B.
Kirkbride Bible Company.

Weber, M. 1967. /¶pWKLTXH SURWHVWDQWH HW O¶HVSrit du


capitalisme, 1905, Paris : Plon, 1967.

Yunus, M. 2007. Vers un capitalisme nouveau, traduit de


O¶DQJODLVCreating A World Without Poverty par Béatrice Merle
G¶$XELJQpHW$QQLFN6WHWD3DULV : Jean-Claude Lattès.

137
Commande N° 93299 www.thebookedition.com

Bénédique PAUL

3RXUSUHQGUHFRQWDFWDYHFO¶DXteur :

Écrire à postmaster@benediquepaul.com

Site web: http://www.benediquepaul.com

ISBN : 978-2-9534985-2-3
Achevé d'imprimer en septembre 2009
par TheBookEdition.com
à Lille (Nord-Pas-de-Calais)
Imprimé en France

138