Vous êtes sur la page 1sur 75

Remerciements

De prime abord, nous tenons à remercier le Bon Dieu Tout Puissant de nous avoir
donné énormément de patience, de courage et de volonté pour réussir notre
mémoire.
Nous tenons à remercier profondément tout le corps professoral de la renommée
université SUP’MANAGEMENT d’avoir assuré notre formation durant notre parcours
universitaire.
En particulier notre Directeur de Mémoire M.COULIBALY ETIENNE de nous avoir
fait l’honneur de nous encadrer et nous encourager, aussi pour ses critiques
constructives, sans lesquelles ce travail n’aurait pu aboutir.
Nous adressons nos vifs remerciements à tout le personnel du Cabinet d’Expertise
Comptable et d’Audit Nicolas KOUVAHEY pour leur attention et la confiance qu’il
nous ont accordée tout d’abord en acceptant de nous accueillir parmi eux afin de
requérir la formation nécessaire, ensuite de nous avoir donné l’opportunité de
travailler sur ce sujet.
Précisément M.KOFFI MESSANVI AGOU, qui fût un encadreur hors norme au sein
du Cabinet qui nous a donné toutes les ressources nécessaires afin de réaliser ce
travail.
Nous n’oublierons pas l’équipe du département comptabilité de l’entreprise
FOFANA-SA pour leur collaboration sans fin.
Enfin, nous remercions les membres du jury d’avoir accepté d’évaluer notre modeste
travail, ainsi que toutes les personnes qui ont contribué de près ou de loin à
l’élaboration de ce mémoire.

I
Dédicace

Avec ma profonde gratitude et grand amour, je dédie ce travail à :


Mes très chers parents qui ont consacré leur vie pour bâtir la mienne, je leur
serai éternellement reconnaissante.
Mes frères et sœurs que j’aime beaucoup
Enfin, à toute la promotion 2017-2018 option Finance Management et à tous
ceux qui m’aiment.

Sommaire

II
Introduction générale.........................................................................................................1

Chapitre 1 : Notions, concepts et considérations théoriques générales sur l’organisation


comptable..........................................................................................................................6

1. Etude de fonctionnement interne de l’entreprise et du service comptable.........6

2. Approche théorique sur l’organisation comptable et ses fondements.......................22

Conclusion :...................................................................................................................32

Chapitre 2 : l’organisation interne du service comptabilité dans une entreprise .33

1. Les systèmes comptables........................................................................................34

2. Les traitements comptables.....................................................................................35

Chapitre 3 : Présentation et organisation générale de l’entreprise FOFANA-SA...52

1. Présentation de l’entreprise FOFANA-SA...............................................................53

2. Organisation et traitements comptable au sein de l’entreprise FOFANA-SA..........57

Conclusion générale.....................................................................................................71

BIBLIOGRAPHIE.............................................................................................................74

Annexes 75

Liste des abréviations

III
F-SA: FOFANA-SA
SYSCOHADA : Système comptable de l’OHADA
CS : Chef du Service
CA: Chiffre d’Affaire.
CDR: Compte de Résultat.
CMP: Coût Moyen Pondéré.
DRH: Direction des Ressources Humaines.
FIFO: First In First Out
GLA: Grand Livre Auxiliaire
ITS : Impôt sur le traitement de salaire
JA: Journal Auxiliaire
LIFO: Last In First Out
MP: Matière première
M/ses : Marchandises
NIF : Numéro d’Identité Fiscale
NIS: Numéro d’Identité Statistique
PME: Petites et Moyennes Entreprises
PJ: Pièce Justificative
RC: Registre de Commerce
SA: Société Anonyme
SCF: Système Comptable Financier
TCR: Tableau de Comptes de Résultats
TFT: Tableau de Flux de Trésorerie
TVA: Taxes sur la Valeur Ajoutée
TVCP: Tableau de Variation des Capitaux Propres
VMP: Valeurs Mobilières de placement.

IV
Liste des tableaux

Tableau N°1 : Les Fonctions de l’entreprise p9


Tableau N°2 : Récapitulatif des systèmes comptables p26
Tableau N°3 : Présentation schématique de la balance p32
Tableau N°4 : Présentation schématique du bilan comptable p34
Tableau N° 5: Principaux journaux comptablesP52

V
Liste des figures

Figure N°01 : Schéma objectifs de l’entreprise p7


Figure Nº02: Schéma synthétique de la balance P20
Figure N°03 : Organisation comptable p24
Figure N°04 : Schématisation du compte p30
Figure N°05 : Présentation de fonctionnement des comptes p31
Figure N°06 : Récapitulatif global de traitement comptable p36
Figure N°07 : L’organigramme de département comptabilité de L’entreprise F-SA
p43

VI
INTRODUCTION GENERALE

Contexte et problématique
L’entreprise est une structure économique et sociale qui regroupe des moyens corporels,
incorporels et financiers qui sont combinés d’une manière organisée pour produire des
biens et services qui sont fournis à des clients, dans un environnement concurrentiel et
non concurrentiel avec l’objectif de la rentabilité. Sa vie est caractérisée par les
mouvements d'entrées et sorties de fonds. Toutes les opérations effectuées par elle avec
le monde extérieur engendrent des dettes ou des créances d'une part et une perte ou un
bénéfice d'autres parts.
Il existe cependant une très grande diversité entre les entreprises, du petit commerce du
quartier aux grandes sociétés employant de très nombreux salariés et exerçant dans
divers secteurs d'activité. Ainsi on peut distinguer le secteur de la production, de la
distribution et celui des prestations de service.
C’est pour cela que l’entreprise doit tenir une comptabilité afin d’assurer la transparence
des informations circulant au sein de l’entreprise.
La comptabilité est une technique qui permet d'enregistrer, dans des comptes, les flux de
l'entreprise afin de déterminer le résultat de l'exercice (bénéfices ou pertes) et de
présenter la situation patrimoniale de l'entreprise.
Les états financiers qui en résultent doivent répondre aux besoins d'un grand nombre
d'utilisateurs internes à l'entreprise (dirigeants, salariés, etc.) ou externes à l’entreprise
(actionnaires, Etat, organismes sociaux, créanciers, etc.).
Une comptabilité adéquate est importante pour soutenir et faire progresser une entreprise.
Sans elle, cette dernière court le risque de se heurter à des problèmes de trésorerie, de
gaspillage d'argent et de ne pas saisir les opportunités de se développer. La réalité, c'est
qu'un chef d'entreprise sachant mettre au point des stratégies et vendre ses produits ou
services avec l'aide d'une équipe performante a besoin d'une comptabilité fiable et
efficace.
Elle est donc soumise à des obligations légales strictes, et elle doit être organisée de
façon à faciliter le travail d’enregistrement, d’établissement des états annuels de synthèse
et de contrôle. C'est dire donc qu'une comptabilité efficace ne peut être construite que
dans le bon ordre organisationnel.
Ainsi, l'organisation interne du service comptable devient une nécessité d'autant plus que
la comptabilité est un outil permanant pour toute entreprise visant à accroître son chiffre
d'affaires. Le service comptable devient un arme efficace pour toute entreprise quelque
soit sa taille, ses objectifs, sa forme, son rôle.
Le service comptable possède toutes les informations financières et comptables tenues
régulièrement et obligatoirement pouvant permettre à l'entreprise d'être au courant de la
situation que traverse ce dernier devant toute situation économique, et pouvant lui
permettre de fournir une information précise aux différents services.
La problématique
De nos jours beaucoup d’entreprises connaissent une mauvaise organisation dans leur
service comptable. L’objectif de ce travail est de sensibiliser les entreprises sur cette
question.
Donc la question principale à laquelle nous essayerons de répondre durant notre étude est
la suivante :
Comment se déroule l’organisation interne du service comptable dans une
entreprise privée ?
Pour répondre à cette question, d’autres questions peuvent être posées à savoir :
 Comment définit-on la comptabilité et l’organisation comptable ?
 Comment est organisé et fonctionne le département comptable de l’entreprise
FOFANA SA ?
 Quelle est l’importance de l’organisation du département comptabilité au sein de
l’entreprise FOFANA SA ?
Nous avons formulé les hypothèses suivantes afin de répondre à ces questions :
1. l’organisation comptable est définie comme un ensemble de procédures administratives
comptables mises en place dans l'entreprise pour satisfaire les exigences de régularité, de
sincérité.
La comptabilité c’est un moyen de produire une information financière utile pour la gestion
de l’entreprise.
2. La comptabilité de l’entreprise FOFANA SA est organisée suivant les principes
comptables généralement admis par les SYSCOHADA
3. La comptabilité occupe une place non négligeable dans l'ensemble des fonctions d'une
entreprise, car c'est le miroir des gestionnaires.
Sans une bonne organisation de la comptabilité, l'entreprise évoluerait aveuglement et il
serait difficile de connaître la situation patrimoniale.
Approche méthodologique
Pour tenter de répondre à ces interrogations, nous avons été amenés à effectuer un stage
pratique de 6 mois.
Structure du mémoire
Notre travail sera divisé en trois chapitres. Le premier chapitre traite des considérations
générales, définition des concepts clés pour fixer le lecteur sur les notions de base de
notre étude. Le deuxième chapitre aborde l'approche théorique sur les systèmes et les
traitements comptable. Le troisième chapitre constitue le cas pratique. Il traitera
l’organisation comptable au sein du département comptabilité de l’entreprise FOFANA-SA
ainsi les procédures d’enregistrement comptable.
CHAPITRE 1 : NOTIONS, CONCEPTS ET CONSIDERATIONS
THEORIQUES GENERALES SUR L’ORGANISATION
COMPTABLE

1. Etude de fonctionnement interne de l’entreprise et du service comptable


Pour satisfaire ses besoins, l'homme consomme les biens et services qu'il se procure
généralement par échange contre la monnaie. Ces biens ou services sont produits par
l'entreprise.
La production des biens et des services implique la mise en œuvre de ressources
matérielles, de travail et de capital nécessaire à la réalisation de l'objet social pour lequel
l'entreprise a été créée.
Dans cette section, nous avons jugé important de procéder à la définition des concepts
clés autour desquels gravitera notre démarche scientifique.

1.1. Généralités sur l’entreprise

L’entreprise est une organisation économique combinant des moyens financiers et


humains en vue de produire des biens et services, tout cela dans le but de maximiser ses
profits. L’entreprise est un groupe humain structuré, organisé et hiérarchisé, qui produit
pour vendre sur le marché. .

1.1.2. Le rôle de l’entreprise


L’entreprise est le lieu où se crée l’emploi et la richesse.
Il ne fait pas de doute que l’entreprise joue ou peut jouer un nombre important de rôles
dans notre économie et dans notre société. Par exemple, elle peut :

 Répondre à la demande des consommateurs ;

 Créer de nouveaux produits ou services ;

 Aider à maintenir ou à diminuer par la concurrence les coûts et le prix à leur plus
bas niveau ;

 Procurer de l’emploi ;

 Contribuer à la croissance économique ;

 Participer à la productivité de façon que le pays soit capable de concurrencer les


marchés étrangers ;

 Assurer le développement régional ;

 Permettre l’épanouissement de la personne.


1.1.3. La classification des entreprises

Il existe plusieurs façons de classifier une entreprise. Parmi lesquelles, on cite :

 La classification des entreprises selon la nature économique

- secteur primaire : production de matières premières, agriculture, pêche, mines ;


- secteur secondaire : transformation des matières premières, c’est l’industrie, le
bâtiment et travaux publics (BTP) ;
- secteur tertiaire : services, commerce, banques, assurances, hôtellerie, santé ;
- secteur quaternaire : concerne la communication et l’information.

 La classification des entreprises selon le secteur d’activité

Les entreprises peuvent avoir plusieurs activités, mais la principale permet de


classer l’entreprise dans un secteur d’activité Ex : l’automobile pour PSA
Peugeot Citroën.

L’entreprise appartient donc à un seul secteur d’activité.

 La classification des entreprises selon la taille

Une entreprise se mesure par différents critères :

- par le chiffre d’affaires réalisé par l’entreprise, c'est-à-dire la valeur des ventes
réalisées par l’entreprise
- par l’effectif, c'est-à-dire le nombre de salariés.

On dit qu’une entreprise est :

 Très petite si elle a moins de 10 salariés


 Petite si elle a entre 10 et 49 salariés
 Moyenne entre 50 et 499 salariés
 Et enfin grande si elle a plus de 500 salariés.
 La classification des entreprises selon l’appartenance

On distingue :

- Les entreprises privées : les capitaux proviennent de personnes privées et la


direction en est également assurée par des personnes privées (ex : Adidas,
Danone). Les capitaux appartiennent à un entrepreneur (entreprise individuelle)
ou à plusieurs associés ou actionnaires (sociétés).
- Les entreprises publiques : une majorité de contrôle des capitaux appartiennent
à l’Etat.
- Les entreprises parapubliques : ce sont les entreprises à statut privé (SA,
SAS…), mais dont le capital est détenu majoritairement par une personne
publique ou une entreprise du secteur public.

 La classification des entreprises selon la forme juridique

Le créateur d'entreprise qui souhaite démarrer sa nouvelle entité sous la forme d'une
société est confronté au choix de la structure à créer. En effet, la loi a mis en place
différentes formes juridiques des sociétés, dont les règles de fonctionnement sont
différentes. Ces règles n’entrainent pas toutes les mêmes conséquences quant à la
responsabilité juridique des associés.

A titre d’exemple nous citons :

- La société à responsabilité limitée (SARL)

La SARL, type de société le plus couramment utilisé dans le cadre de la création


d'entreprise, offre l'avantage d'une structure simple au sein de laquelle la responsabilité
des associés est limitée au montant de leurs apports. Le capital minimum est d’un million
(1000000 FCFA). Elle est dirigée par un ou plusieurs gérants, associés ou non.

- La société anonyme (SA)

La SA est une société dans laquelle les actionnaires ne sont responsables des dettes
sociales qu’à concurrence de leurs apports et dont les droits des actionnaires sont
représentés par des actions. La SA peut ne comprendre qu’un seul actionnaire.
Le capital minimum est fixé à dix millions (10.000.000) de francs CFA divisé en actions
dont le montant nominal ne peut être inférieur à dix mille (10.000) francs CFA.

- La société en nom collectif (SNC)

Cette forme de société est rarement utilisée car elle présente l'inconvénient de ne pas
protéger patrimonialement ses associés : ceux-ci sont en effet responsables indéfiniment
et solidairement des dettes sociales sur leurs biens personnels. Elle est constituée sans
capital minimal, par au moins deux associés qui ont tous la qualité de commerçant.
 
- La société par actions simplifiée (SAS)
Elle est une société instituée par un ou plusieurs associés et dont les statuts prévoient
librement l’organisation et le fonctionnement de la société sous réserve des règles
impératives du présent livre. Les associés de cette société par actions simplifiée ne sont
responsables des dettes sociales qu’à concurrence de leurs apports et leurs droits sont
représentés par les actions. Le montant du capital social ainsi que celui du nominal des
actions est fixé par les statuts

1.1.4. Objectifs de l’entreprise


Tout système est finalisé comme les êtres vivants : les entreprises cherchent à se
développer et à assurer leur pérennité, leur survie, ce qui se passe par la recherche de
bénéfices.
Figure n°01 : schéma des objectifs de l’entreprise.

Objectif à Court Terme

Réactions aux problèmes


Réactions aux problèmes Internes
externes

Ex : Développement de la
communication interne.
Offensives Défensives
Amélioration du climat social.
Ex : délocalisation de la Ex : alignement sur la
production politique des
concurrents

Externes Internes

Objectifs à long terme


Compétitivité Efficacité

Gestion Entretien
Croissances Stabilité
Ex : bonnes gestion Ex : maintenance,
Ex : croissance des Ex : maintien du
des stocks, renouvellement
bénéfices niveau des ventes
formation, du des machines
personnel

Source : M. Sanogo Aboubacar, 2015, Cours Organisation des Entreprises, Sup


‘Management.

1.1.5. Caractéristiques des entreprises


Les caractéristiques principales peuvent être retenues pour les entreprises :

 L’entreprise est une réalité qui se présente sous des apparences différentes
et changeantes : domaine d’activité, taille, forme juridique.

 L’entreprise est une réalité vivante : elle se crée, se maintient en vie grâce à des
fonctions fondamentales (acheter, produire, vendre, …), se développe, mais peut
aussi connaitre des difficultés, voire disparaitre ;
 L’entreprise est une réalité pluridimensionnelle : centre économique de
production et de répartition des revenus, lieu de travail et d’actions en commun,
réseau de relations complexes avec son environnement ;

 Et malgré cette diversité, à l’image d’un individu, une entreprise est un tout,
une réalité unitaire, qui a son identité propre.

1.1.6. Différentes fonctions de l’entreprise


Pour atteindre ses objectifs, une entreprise doit se donner les moyens de réaliser des
activités fondamentales qui peuvent être regroupées en fonctions.

Les principales fonctions de l’entreprise

Tableau n°01 : Fonctions de l’entreprise

Fonctions de l’entreprise
Technique Produire, transformer
Commerciale et Marketing Acheter, vendre
Financière Trouver les capitaux, gérer la rentabilité
de l’entreprise
Administrative Prévoir, organiser, commander,
coordonner, contrôler
GRH Prévoir les besoins en personnel, recruter,
gérer les effectifs
Sécurité Protéger les biens et les personnes
Qualité Améliorer les produits, l’image de
l’entreprise
Recherche et Développement Créer de nouveaux produits.
Source : M.Sanogo Aboubacar, 2015, Cours Organisation des Entreprises, Sup
‘Management

1.2. Généralité sur la comptabilité

La comptabilité est un instrument de mesure, des faits qui se rapportent à l’économie,


cette mesure de fait nous amène à la gestion d’entreprise. Alors gérer une entreprise
consiste à utiliser au mieux un ensemble des moyens disponibles d’une manière efficace
permettant à prendre un certain nombre de décisions cohérentes dans :

Le vrai moyen de mettre en œuvre :

 Leur financement

 La gestion des opérations

 La prise de décision.

1.2.1. L’historique de la comptabilité


Vers le XVIème siècle, on assiste à la renaissance de la comptabilité.
On connait les peintures de Michel-Ange à la Chapelle Sixtine, la Joconde de Léonardo
Da Vinci mais on oublie souvent la comptabilité de Luca Pacioli.

Le principe est simple : une écriture doit se voir dans deux comptes comptables, l’un au
crédit et l’autre au débit. Il explique que la méthode Vénitienne de tenue des comptes
s’articule autour de 3 livres de comptes, à savoir :

 Le Journal : enregistrement chronologique

 Le Grand livre : enregistrement analytique

 La Balance : fonction de vérification


On voit également à cette époque l’apparition du compte de Résultat. En définitive, les
grands principes de la comptabilité que l’on utilise actuellement dans les entreprises
trouvent leurs fondements à cette époque.

Même si les grands principes n’ont pas changé, la comptabilité a dû s’adapter aux
exigences économiques modernes.

L’expansion des entreprises et la diversité de leurs types et de leurs formes a fait que la
comptabilité s’est adaptée et continue de le faire jusqu'à aujourd’hui. En effet, son champ
d’application s’est élargi, selon les nouveaux besoins de ses utilisateurs, on parle alors de
la comptabilité de gestion, la comptabilité prévisionnelle et la comptabilité verte.

1.2.2. Définition de la comptabilité


« La comptabilité est le dispositif d’information qui permet de mémoriser les mouvements
des différentes richesses de l’entreprise (biens, argent, créances, dettes…) et d’évaluer
les résultats de la transformation de ces richesses (bénéfice ou perte) ».
La comptabilité est un système d’organisation de l’information financière qui permet :

- De saisir, classer, enregistrer des données de base chiffrées ;

- De fournir après traitement approprié un ensemble d’informations conforme aux


besoins de divers utilisateurs intéressés.

1.2.3. Rôle et objectifs de la comptabilité


Le rôle de la comptabilité se présente comme suit :
 Rôle de la comptabilité
La comptabilité a plusieurs rôles :
 Rôle économique : elle consiste à satisfaire les besoins de la clientèle,

 Rôle social : elle consiste à rechercher l’amélioration des conditions sociales et


matérielles des agents qui collaborent au fonctionnement de l’entreprise,

 Rôle technique : celui-ci consiste à produire dans les meilleures conditions par une
bonne comptabilité.

 L’objectif de la comptabilité

La comptabilité poursuit les objectifs suivants :

 Elle permet d’établir à tout moment la situation financière de l’entreprise ;

 Elle permet les analyses des conditions d’exploitation en vue de réduire, de


supprimer les frais et les pertes de l’entreprise et améliorer les diverses sources de
bénéfices ;

 Elle fournit les renseignements nécessaires à la direction et exprimable en chiffre


pour vérifier de bien fonder des décisions à permettre de donner la position de
l’entreprise vis-à-vis des tiers ;

 Elle permet la satisfaction des obligations légales et fiscales.


1.2.4. Les principes généraux de la comptabilité

La présentation des Etats Financiers issus de la comptabilité, technique d’information


financière, se fonde sur des conventions dénommées principes comptables dont le
respect est un des éléments de la sincérité des comptes.

La compréhension de la comptabilité ne peut être obtenue que si l’Entreprise a utilisé des


conceptions et des méthodes préalablement définies et acceptées de tous.

Les principes comptables fondamentaux structurent la représentation comptable de


l’entité .Issus historiquement de la pratique, ces principes sont intégrés dans les cadres
conceptuels et les normes comptables, et tirent leur légitimité de leur reconnaissance par
les acteurs du monde comptable. Ce sont les postulats et conventions comptables qui
sont couramment regroupés sous le terme générique de principes comptables.

Nous rappelons ci-après quelques-uns des principes comptables adoptés conformément


au Système comptable OHADA et qui permettent d’assurer une présentation fidèle et
conforme à la réalité des données comptables communiquées dans les Etats Financiers.

a) Postulats comptables

 Les postulats permettent de définir le champ du modèle comptable .Ce sont des principes
acceptés sans démonstration mais cohérents avec les objectifs fixés.

Les postulats retenus pour définir le champ du modèle comptable du Système Comptable
OHADA sont les suivants :

- Postulat de l’entité
Il s’agit d’une hypothèse fondamentale portant sur la relation entre, d’une part, la personne
morale ou le groupe et d’autre part son ou ses propriétaires (exploitants, associés,
actionnaires, membres). En effet, l’entité est considérée comme étant une personne
morale ou un groupe autonome et distinct de ses propriétaires et de ses partenaires
économiques…

- Postulat de la comptabilité d’engagement ou d’exercice

Les effets des transactions et autres évènements sont pris en compte dès que ces
transactions ou événements se produisent et non pas au moment des encaissements ou
paiements .Ils sont enregistrés dans les livres comptables et présentés dans les états
financiers des exercices auxquels ils se rattachent…

- Postulat de la spécialisation des exercices

Ce postulat, prévu à l’article 59 de l’acte uniforme relatif au droit comptable et à


l’information financière, signifie que la vie de l’entité étant découpée en périodes appelées
« Exercices » à l’issue des quels sont publiés les états financiers annuels, il faut rattacher
à chaque exercice tous les produits et charges qui le concernent (nés de l’activité de cet
exercice) et ceux-là seulement...

- Postulat de la permanence des Méthodes

Le postulat de permanence des méthodes rappelé dans l’article 40 de l’acte uniforme


relatif au droit comptable et à l’information financière exige que les mêmes méthodes de
prise en compte, de mesure et de présentation soient utilisées par l’entité d’une période à
l’autre …

- Postulat de la prééminence de la réalité économique sur l’apparence juridique

Selon ce postulat, pour que l’information représente d’une manière pertinente les
transactions et autres événements qu’elle vise à représenter, il est nécessaire qu’ils soient
enregistrés et présentés en accord avec leur substance et la réalité économique et non
pas seulement selon leur forme juridique…

b) Les Conventions Comptables


Les conventions comptables sont destinées à guider le préparateur des comptes dans
l’évaluation et la présentation des éléments devant figurer dans les états financiers .Elles
ont un caractère de généralité moins grand que les postulats comptables et peuvent varier
d’un pays ou d’un espace géographique à un autre. Les conventions comptables
suivantes le guide pour l’élaboration des états financiers annuels du Système comptable
OHADA sont les suivantes :

- Convention du Cout historique

La convention du cout historique consiste à comptabiliser les opérations sur la base de la


valeur nominale de la monnaie sans tenir compte des éventuelles variations de son
pouvoir d’achat. Il repose sur la stabilité de l’unité monétaire qui doit permettre
d’additionner des unités monétaires de différentes périodes, sans dénaturer l’information
comptable…

- Convention de prudence

Cette convention est énoncée d’entrée dans les articles 3 et 6 de l’acte uniforme relatif au
droit comptable et à l’information financière « La comptabilité doit satisfaire ,dans le
respect de la convention de prudence ,aux obligations de régularité ,sincérité et de
transparence inhérentes à la tenue ,au contrôle ,à la présentation et à la communication
des informations qu’elle a traitées. »

La prudence est l’appréciation raisonnable des faits dans les conditions d’incertitude afin
d’éviter le risque de transfert, sur l’avenir, d’incertitudes présentes susceptibles de grever
le patrimoine ou le résultat de l’entité.

- Convention de régularité et transparence

Dans le droit comptable OHADA, cette convention a été affirmée dans les articles 6, 8,
9,10 et 11 de l’acte uniforme relatif au droit comptable et à l’information financière. En fait,
il imprègne tous les textes relatifs à l’information externe.

- Convention de la correspondance bilan de clôture –bilan d’ouverture


Cette convention est rappelée à l’article 34 de l’acte uniforme relatif au droit comptable et
à l’information financière : « le bilan d’ouverture d’un exercice doit correspondre au bilan
de clôture de l’exercice précèdent »…

- Convention de l’importance significative

Cette convention, bien qu’énoncée formellement à l’article 33 de l’acte uniforme relatif au


droit comptable et à l’information financière, à propos des notes aux états financiers,
concerne également tous les autres états financiers.

1.3. Fonctionnement comptable dans l’entreprise


Nous pouvons retenir que l’organisation comptable d’une entreprise est la mise en place
d’une structure nécessaire au fonctionnement de la comptabilité dans cette entreprise.

1.3.1. Comptabilité générale


« La comptabilité générale est définie comme un système d’organisation de l’information
financière qui permet de saisir, de classer et d’organiser des données de base chiffrées et
de présenter des états financiers reflétant une image fidèle de la situation financière à une
date donnée et le résultat de l’exercice de l’entreprise issu de son activité. »
En tant que technique elle fournit un certain nombre de renseignements chiffrés d’ordre
juridique et économique exprimé dans des états appelés comptes.
« La comptabilité générale a pour fonction essentielle de faire apparaître la situation des
avoirs et des dettes de l’entreprise et de déterminer les résultats d’exploitation, hors
exploitation et hors exercice ainsi que le résultat net final de la période considérée ».

Elle permet de répondre aux objectifs suivants :

- Appliquer les prescriptions légales ;

- Obtenir des situations dites financières ou comptables dans le temps ;

- Préciser la situation de l’entreprise vis-à-vis des tiers.

En s’efforçant de dégager périodiquement le revenu réalisé par entreprise, la comptabilité


générale permet :

- de satisfaire aux exigences du fisc ;


- d’informer les actionnaires ou les bailleurs de fonds sur la gestion des organes de
gestion ;

- aux tiers en général, dont les banques, de porter un jugement confortable sur la
solvabilité et la croissance de l’entreprise.

La comptabilité générale satisfait donc surtout aux fins juridiques de la comptabilité, mais
elle est appelée aussi à fournir un nombre croissant de renseignements d’ordre
économique.

1.3.2. Comptabilité analytique de gestion


« La comptabilité analytique est un ensemble d’information comptable qui permet aux
dirigeants de l’entreprise de suivre l’évolution des coûts intermédiaires et de prendre un
ensemble de décisions de gestion ».

La comptabilité analytique, instrument de connaissance du présent, ne doit pas être un


moyen de connaissance pour la connaissance mais pour l’action et pour la prévision. Il
existe des liens étroits qui unissent la comptabilité Analytique et le Contrôle de gestion au
sens de maîtrise comme la Comptabilité Analytique et la Gestion Budgétaire. Etant le
complément de la comptabilité générale, l’implantation de la Comptabilité Analytique dans
l’entreprise se verra assigner un triple objectif :

 De contrôle de gestion

« Le contrôle de gestion est le processus par lequel les managers obtiennent
l’assurance que les ressources sont obtenues et utilisées, avec efficience, efficacité et
pertinence, conformément aux objectifs de l’organisation ».

Constituer un système d’information de gestion permettant de prévoir et de contrôler la


contribution de chaque centre à la performance économique de l’entreprise.

 D’instrument de mesure

Mesurer au niveau des centres les produits de l’activité ainsi que les consommations
de façon que la comptabilité analytique soit à même de fournir aux différents responsables
des informations de gestion leur permettant de mieux piloter leur unité d’une part et de
faciliter le contrôle et la coordination des activités déléguées d’autre part.

 De support de gestion prévisionnelle et contrôlée


« La participation des acteurs qui vont la faire vivre et l’animer : c’est un mode de gestion
participatif qui s’appuie sur le principe de décentralisation des décisions. Elle concerne
tous les niveaux de l’entreprise ».

La Comptabilité Analytique organisée autour des centres de responsabilité et des centres


budgétaires remplit le rôle d’aide à la gestion prévisionnelle et contrôlée.

Ce rôle se manifeste à travers le calcul des coûts de revient des activités et des
opérations effectuées par l’entreprise.

2. Approche théorique sur l’organisation comptable et ses fondements


L’activité comptable de l’entreprise se caractérise par la répétition de très nombreux
enregistrements identiques.

Dans cette section nous allons procéder à la définition de l’organisation comptable de


l’entreprise puis son importance et ses différents fondements.

2.1. Définition de l’organisation comptable


L’organisation comptable mise en place dans l’entité doit satisfaire aux exigences de
régularité et de sécurité pour assurer l’authenticité des écritures de façon à ce que la
comptabilité puisse servir à la fois d’instrument de mesure des droits et obligations des
partenaires de l’entité, d’instrument de preuve, d’information des tiers et de gestion.

2.2. Le rôle de l’organisation comptable


L’organisation comptable doit assurer :

- Un enregistrement exhaustif, au jour le jour, et sans retard des informations de


base ;

- Le traitement en temps opportun des données enregistrées ;

- La mise à la disposition des utilisateurs de documents requis dans les délais légaux
fixés pour leur délivrance

2.3. L’objectif de l’organisation comptable


L’objectif de l’organisation comptable est d’avoir un vrai concepteur et praticien qui doit
avoir comme rôle de vulgariser les techniques de mises en place d’une organisation
comptable et d’un service comptable pour la meilleure réalisation des objectifs de
l’entreprise, tout en déterminant le résultat mensuel, trimestriel, semestriel et annuel.
L’organisation comptable permet d’offrir un ensemble d’informations à ses partenaires à
travers ses techniques et méthodes.

2.4. Les types d’organisation comptable


2.4.1. L’organisation matérielle
Alain FAYEL et Daniel PERNOT affirment que, pour l'entreprise, l'organisation matérielle
se concrétise par :

L'adoption d'un plan comptable de l'entreprise établi par référence à celui du plan
comptable général ;

Le choix des supports de la comptabilité, c'est-à-dire les documents, les livres et d'une
manière générale tout ce qui permet, dans les conditions des conservations prescrites,
d’enregistrer des données de base et de prendre connaissance des informations ;

C'est le cas des ordinateurs, imprimantes, machines à calculer, machines à compter,


fournitures de bureau.

Le choix des Procédures et traitement ; c'est-à-dire le choix des méthodes et moyens qui
seront utilisés par l'entreprise pour que les opérations nécessaires à la tenue de la
comptabilité et à l'obtention des états financières prévus ou requis soient effectuées dans
les meilleures conditions d'efficacité et au moindre coût sans pour autant faire obstacle au
respect par l’entreprise de ses obligations légales et réglementaires.

a. Un manuel d’organisation comptable

«Un document décrivant les procédures et l’organisation comptable est établi par le
commerçant dès lors que ce document est nécessaire à la compréhension du système de
traitement et à la réalisation des contrôles ».

Ce document décrit particulièrement l’organisation de la fonction comptable de


l’entreprise, les méthodes de saisie et de traitement des informations, les procédures
comptables ainsi que les supports utilisés. C’est un document obligatoire pour toutes les
entreprises.

b. Un plan comptable

Le plan comptable est un document sur lequel figurent tous les numéros de comptes de
l'entreprise, et il définit leur contenu et précise les règles particulières de leur
fonctionnement.

Aussi, le plan des comptes de chaque entreprise doit être suffisamment détaillé afin de
faciliter l'enregistrement. Il procède à la subdivision des comptes nécessaires pour ses
activités afin qu’ils puissent permettre l'établissement normal et le contrôle des états
financiers.

c. Les pièces justificatives

C’est un moyen de preuve, d’existence d’un fait comptable, « tout enregistrement


comptable précise l’origine, le contenu et l’imputation de chaque donnée ainsi que les
références de la pièce justificative qui l’appuient ».

 la nature des pièces justificatives : elles peuvent être de nature :

- Externe ; les factures reçues des fournisseurs, relevés des comptes bancaires ;

- Interne à usage interne ; tableaux d’amortissement des immobilisations, livre de


caisse, fiche d’inventaire des stocks.

- Interne à usage externe ; factures envoyées aux clients, bulletins de paye…etc.

 Délai de conservation des pièces justificatives : Les pièces justificatives doivent


être conservées pendant 10ans.

 La forme de conservation : Le plan comptable général précise que les pièces


justificatives sont établies sur papier ou sur un support assurant la fiabilité ; la
conservation et la restitution en claire de son contenue pendant les délais requis.

 Sanctions en cas d'insuffisance des pièces justificatives : L'absence ou


l'insuffisance de pièces justificatives peut mettre en doute la valeur probante de la
comptabilité et entrainer le rejet de celle -ci. Le rejet de la comptabilité peut dans
certains cas, notamment sur le plan fiscal, avoir des conséquences très lourdes
pour l'entreprise.

d. Le livre journal

C’est un registre obligatoire qui permet à l’entreprise d’enregistrer de manière


chronologique toutes les informations (le nom des comptes, le libellé) au jour le jour et
opération par opération ; autrement c’est dire la raison de l’opération économique qui les
sous-tend (achat de matières, service) et même le document justificatif (facture
numéro…).

 Le livre journal est imposé au comptable car il peut être utilisé comme moyen de
preuve et son délai de conservation est de 10 ans.

 Le livre journal doit être coté (numérotation des pages) et paraphé (signature pour
authentification) par le greffier du tribunal de commerce ou du tribunal de grande
instance statuant en matière commerciale.

 Les erreurs doivent être corrigées par des écritures de contrepassation : on passe
l’écriture erronée en sens inverse pour l’annuler, puis on passe l’écriture correcte.

e. Le grand livre

Le grand livre constitue une première synthèse de la comptabilité qui regroupe tous les
comptes de l’entreprise. C’est un registre obligatoire alimenté par le report des écritures
au journal, son délai de conservation est de 10ans.

Les écritures sont classées dans l’ordre du plan des comptes. Il peut être détaillé en
autant de grands livres auxiliaires si le besoin s’en fait sentir (la plupart des entreprises
choisissent de disposer d’un grand livre général, d’un grand livre auxiliaire des clients et
d’un grand livre auxiliaire des fournisseurs… etc.)

f. La balance

La balance est une synthèse du grand livre, ce document reprend tous les comptes de
l’entreprise, il donne pour chaque compte, le total de son débit, le total de son crédit et son
solde à la fin de l’exercice.
La balance est un moyen de contrôle, la somme des mouvements débiteurs doit être
égale à la somme des mouvements créditeurs ; si cette égalité n’est pas vérifiée, cela
signifie qu’il y a eu une erreur dans un ou plusieurs enregistrements (le non-respect de la
partie double, écritures non équilibrées) ou erreur de calcul d’un solde ou de totalisation.

La balance doit être présentée mensuellement.

Figure nº02: Schéma synthétique de la balance.


Mouvements Soldes
N° et intitulés des Débiteurs Créditeurs Débiteurs Créditeurs
comptes

Totaux M1 M2 S1 S2

Source : M. Traore, 2015, Cours Comptabilité Générale, Sup ‘Management.


g. Le livre d’inventaire
Est un document obligatoire qui regroupe les données d’inventaire et sur lequel sont
enregistrés les documents de synthèse (bilan, CDR, annexe).Son délai de conservation
est 10ans.

2.4.2. L’organisation humaine de la structure de la comptabilité


Nous y trouvons les personnages qui ne peuvent pas échapper à une bonne organisation
comptable humaine :
 Le chef comptable : il conçoit le système comptable et assure la répartition et la
coordination des tâches à exécuter.
 Le comptable : il analyse les pièces d’origine et prépare les documents
d’imputation et traduit en écriture toutes les opérations et pièces comptables.
 L’aide comptable : il enregistre les pièces comptables sur le livre comptable, il
collecte et classe les documents comptables, il établit les balances et contrôle la
concordance des journaux et des comptes aux documents d’origine externe.
 L’expert-comptable : il s’occupe du feedback ; contrôle l’exactitude des écritures
et la conformité des procédures.
 L’analyste financier : son rôle est de faire sur la base des états comptable le
diagnostic de santé financière de l’entreprise.
 Le caissier : il procède au payement et aux encaissements sur présentation des
pièces justificatives.
 Le secrétaire : fait la mise en page des fichiers, archiver les dossiers etc.

2.4.3. L’organisation temporelle


L’organisation temporelle de la comptabilité se distingue en différentes étapes successives
:
a. Les travaux quotidiens
Les travaux quotidiens sont relatifs aux opérations réalisées avec les clients et les
fournisseurs. Ils concernent en premier lieu les factures émises et les règlements reçus, et
en second lieu les factures reçues et les règlements émis. Ces quatre opérations
constituent l’essentiel du travail comptable journalier et sont enregistrées
informatiquement dans le journal puis dans le grand-livre à partir de pièces justificatives
(facture, bons de commande, chèques, déclarations, bulletins de paye…) datées fiables.
Ces travaux constituent l’essentiel du travail comptable journalier et se rattachent
généralement aux éléments suivants :
 Collecter les documents de base (les pièces justificatives) ;
 Prévoir l’imputation comptable ;
 Effectuer la saisie des écritures à partir des documents de base.
En effet, ces travaux sont relatifs aux opérations réalisées avec les clients et les
fournisseurs.
b. Les travaux mensuels
Ces travaux sont relatifs à la comptabilisation et au règlement des salaires et de la TVA,
ainsi qu’à l’établissement de la balance de contrôle.
c. Les travaux annuels
Ces travaux visent à clôturer et à certifier toutes les opérations survenues durant la
période de l’exercice comptable. Ils sont organisés suivant trois temps forts :
 Contrôle des comptes ;
 Ecriture d’inventaire ;
 Elaboration des états financiers.
2.4.4. L’organisation fonctionnelle
Cette organisation comprend deux parties :
 Organisation externe : elle s’intéresse à la structure organique de l’entreprise ;
 Organisation interne : elle s’intéresse à la structure interne du service comptable.
a. L’organisation externe
Elle permet d’assurer la coordination entre, d’une part le service comptable et d’autre part,
les trois principaux services de l’entreprise (le service commercial, le service administratif
et le service technique).
 Rapport avec le service technique : l’organisation comptable dans ce cas se
traduit par la mise en place des moyens nécessaires devant permettre à la
comptabilité de saisir les informations quantitatives relatives aux prélèvement des
matières premières et à la fabrication, au stockage des produits fabriqués et leur
sortie, à l’acquisition des machines de production et autres équipements y
afférents.
 Rapport avec le service administratif : la comptabilité doit être aussi organisée
de manière à permettre la saisie des charges administratives et des opérations
financières.
 Rapport avec le service commercial : les magasins doivent être groupés en
tenant compte des nécessités de distribution active et économique des matières,
de l’emploi méthodique des emplacements et des dispositions du plan comptable,
en :
- Magasin marchandise ;
- Magasin matières à transformer ;
- Magasin matières accessoires ;
- Magasin matières auxiliaires à consommer ;
- Magasin des emballages ;
- Magasin des produits semi-finis ;
- Magasin des produits finis.
Le chef magasinier doit connaitre le plan comptable au même titre que tous les employés
de la comptabilité.

b. L’organisation interne
Cette organisation s’attache à la structure interne des services comptables qui peuvent
comprendre en son sein :
- La comptabilité générale centrale ;
- La comptabilité fournisseurs ;
- La comptabilité clients ;
- La comptabilité magasin ;
- La comptabilité analytique ;
- La facturation ;
- La caisse ;
- La trésorerie ;
La liste n’est pas exhaustive car l’organisation comptable interne dépend de la nature et
de la taille de l’entreprise.

2.5. Le schéma de l’organisation comptable


Figure N° 03 : organisation comptable
(1) facture d’achat, double des

Factures de ventes, souches de

Chèque, pièce de caisse, double


Pièces justificatives
Des bulletins de paie… etc. Travaux
(1)
(2) Livre-journal (2) enregistrement chronologique des Quotidiens

Opérations de l’entreprise

(3) Grand-livre (3) report des opérations du journal

(4) Balance (4) regroupement des comptes mensuels

(Le plus souvent mensuel).

Etablissement des états financiers Travaux fin

Bilan, compte de résultat. D’exercice


Source : Etablie par nous-mêmes à la base des explications.

Source : établi par nous-mêmes à partir des différentes explications.

Conclusion :

Au terme de ce chapitre nous avons mis en évidence la notion de la comptabilité et de


l’organisation comptable, ainsi que de l’organisation interne de la fonction comptable.
Cette dernière est matérialisée par le système comptable, c’est ce que nous tenterons
d’étudier dans le deuxième chapitre, ainsi que les traitements comptables effectués pour
une bonne organisation du service de la comptabilité.
CHAPITRE 2 : L’ORGANISATION INTERNE DU SERVICE COMPTABILITE DANS UNE
ENTREPRISE
1. Les systèmes comptables
Dans l’espace OHADA, nous distinguons trois (3) systèmes de présentation des états
financiers de synthèse.

 Le Système Normal :

Le système normal est encore appelé système de droit commun. Toute entreprise
ayant un chiffre d’affaires d’au moins cent millions (100.000.000) F.CFA, doit présenter
ses états financiers de synthèse, selon le système normal.

Il comporte l’obligation d’établir quatre (4) documents de synthèse : le bilan, le compte


de résultat, le TAFIRE, et l’état annexé.

 Le système Allégé :

Ce système est sommaire. Il peut être adopté par les entreprises ayant un chiffre
d’affaires inférieur à cent million (100.000.000) F.CFA. Dans ce cas la tenue des états
financiers de synthèse consiste en l’élaboration d’un bilan, d’un compte de résultat
simplifié (par réduction du nombre de rubriques et de postes/comptes) et de l’état
annexé. Par ailleurs l’entreprise est dispensée du TAFIRE.

NB : ce système n’existe plus dans le SYSCOHADA en vigueur depuis janvier 2018.

 Le Système Minimal de Trésorerie (SMT) :

Il n’impose aucun des états financiers classiques, mais repose sur l’établissement d’un
simple état des recettes et des dépenses dégageant le résultat de l’entreprise.

Les très petites entreprises sont assujetties au système minimal de trésorerie (SMT). Il
permet aux entreprises du secteur informel d’avoir un minimum d’organisation
comptable, afin de renforcer leur crédibilité, notamment envers les institutions
financières (i.e. banques).

L’entreprise peut opter pour ce système tant que son chiffre d’affaire reste inférieur à
un certain seuil, lequel seuil est fixé en fonction de la nature de l’activité.
2. Les traitements comptables
La comptabilité doit être absolument fiable, non seulement pour informer correctement le
chef d’entreprise, mais aussi, et c’est primordial, parce qu’elle est toute sa force probante
et sa valeur juridique vis-à-vis de tous les tiers avec qui l’entreprise est en relation.
Elle est donc soumise à des obligations légales strictes, et elle doit être organisée de
façon à faciliter le travail d’enregistrement, d’établissement des états annuels de synthèse
et de contrôle.
Il en résulte :
 Sur le plan juridique : l’obligation de tenir certains livres et d’appuyer les écritures
comptables sur des pièces justificatives
 Sur le plan organisationnel : de prévoir une organisation et des procédures
permettant de respecter les règles juridiques.
2.1. Les méthodes d’enregistrement
Avant de procéder à la création de tous documents comptables ; il convient d'examiner la
périodicité des faits comptables. Les opérations habituelles feront l'objet d'enregistrement
dans les journaux auxiliaires qui les concernent.
Les opérations occasionnelles ou à périodicité longue nécessiteront la création d'un
journal auxiliaire des opérations diverses.
Les opérations de clôture seront directement passées au journal centralisateur.
Les comptes seront dans les grands livres ou mieux sur fiches et leurs totaux repris dans
les balances. Il doit aussi être établi des comptes annuels à la clôture de l'exercice au vu
des enregistrements comptables et de l'inventaire.
Ces comptes annuels comprennent le bilan ; le compte de résultat et une annexe ; ils
forment un tout indissociable.
Ces comptes annuels doivent être réguliers ; sincères et donner une image fidèle du
patrimoine de la situation financière et du résultat de l'entreprise.
Cet objectif assigné à la comptabilité passe notamment :
 D'une part, par le respect du référentiel comptable ;
 Et d'autre part par l'utilisation à bon escient de l'annexe aux comptes annuels qui
complète et commente l'information donnée par le bilan et le compte de résultat ;

Ainsi l'établissement des comptes annuels doit être précédé :


 D'un enregistrement affectant le patrimoine de l'entreprise
 Et d'un contrôle par inventaire ; au moins une fois tous les douze mois ; de
l'existence et de la valorisation des éléments actifs et passifs du patrimoine.
2.2. Les étapes d’enregistrement
La comptabilité générale (comptabilité financière) est un système d'organisations dans
lequel un individu appelé comptable se propose d'observer, d'analyser, d'enregistrer, de
classer et de synthétiser afin de renseigner. L'étude de ces étapes du travail du comptable
nous permettra de mieux appréhender en quoi consiste la comptabilité.
2.2.1. Enregistrement dans le journal
Le compte est le document principal de l’enregistrement comptable, puisqu’il récapitule
toutes les informations concernant un type particulier d’opérations.
Les comptes seraient suffisants pour tenir une comptabilité cependant des contraintes
légales et pratiques conduisent à tenir un autre document : le journal.
« Le journal est un document obligatoire imposé par le code de commerce. Les opérations
y sont enregistrées chronologiquement. Selon le principe de la partie double, le total de la
colonne des débits doit être égal au total de la colonne des crédits.»
Chaque opération donne lieu à un article du journal.
 Article simple : deux comptes maximum, l’un est débité, l’autre est crédité.
 .Article composé : plusieurs comptes au débit et au crédit.
L’article est composé de 8 éléments :
1) La date de l’opération ;
2) N◦ du compte débité ;
3) N◦ du compte crédité ;
4) le libellé de l’opération débitée
5) le libellé de l’opération créditée
6) Montant du débit ;
7) Montant du crédit ;
8) Nature de l’opération

(1)

(2) (4) (6)

(3) (5) (7)

(8)
 Le principe de la partie double
Les écritures sont passées selon le système dit " en partie double ". Dans ce système, tout
mouvement ou variation enregistrée dans la comptabilité est représentée par une écriture
qui établit une équivalence entre ce qui est porté au débit et ce qui est porté au crédit des
différents comptes affectés par cette écriture.
Les comptes enregistrent en valeur monétaire les mouvements des opérations :
 Mouvements qui augmentent la valeur des comptes ;
 Mouvements qui diminuent la valeur des comptes.
Le mécanisme de la partie double peut également s’expliquer à partir de l’égalité
fondamentale étudiée précédemment :

Résultat  = produit-charges = actif-passif

Compte de Résultat Bilan

2.2.2. Le grand livre


Le grand-livre est un document obligatoire qui rassemble les comptes schématiques dites
« en T ».
« Le compte est la plus petite unité retenue pour le classement et l’enregistrement des
mouvements comptables. Les opérations sont enregistrées dans les comptes dont l’intitulé
correspond à leur nature. C’est une fiche comptable qui représente un élément du
patrimoine ou de l’activité de l’entreprise. »

Figure N°04 : schématisation du compte

on
D N° du compte et intitulé du compte C

Débit Crédit
Source : M. Traore, 2015, Cours Comptabilité Générales, Sup ‘Management

Tout enregistrement dans ces comptes se fait à partir d’un document (exemples : bulletins
de paye, facture chèques …).et selon le « principe de la partie double » qui doit satisfaire
la relation suivante :

Total des sommes inscrites au débit d’un ou plusieurs comptes

Total des sommes inscrites au crédit d’un ou plusieurs autres comptes

Par convention :
- Un emploi se note au débit : cela s’appelle « débiter » un compte.
- Une ressource se note au crédit : cela s’appelle « créditer » un compte.
- Calculer le « solde » d’un compte c’est faire la différence entre total du débit et le
total du crédit.
 C’est un « solde débiteur » lorsque le total du débit est supérieur au total du crédit.
 C’est un « solde créditeur »lorsque le total du crédit est supérieur au total du débit.
 C’est un « solde nul » lorsque le total du débit est égal au total du crédit.
A l’arrêté d’un compte, le solde se trouve du côté opposé à sa nature.
A l’ouverture d’un compte, le solde se trouve du côté de sa nature.

Figure n°05 : Présentation du fonctionnement des comptes

D Comptes d’actif C D Comptes de


passif C

+ - - +

Augmentation Diminution Diminution Augmentation

D Charges C D Produit
C

+
Sources : -
Hammam - le savoir,
Moussa, 2011, Comptabilité générale, édition + Algérie,

Augmentation
p49 Diminution Diminution
Augmentation
2.2.3. La balance des comptes
La balance est un tableau récapitulatif de tous les comptes, elle permet la vérification
arithmétique « débit=crédit » et « soldes débiteurs= soldes créditeurs ».
La balance n’est pas obligatoire, mais elle constitue néanmoins un document
incontournable, en tant que :
- Instrument de contrôle arithmétique du respect de la partie double;
- Instrument de révision ;
- Instrument d’établissement des comptes annuels.
La balance joue un rôle essentiel dans le système d’organisation comptable, qui peut se
décomposer en quatre grandes étapes successives :
 Enregistrement des opérations au journal, d’après les pièces justificatives et selon
un ordre chronologique ;
 Report des montants enregistrés au journal dans les comptes du grand livre ;
 Contrôle et synthèse des enregistrements à l’aide d’une balance établie à partir du
grand livre ;
 Etablissement des documents de synthèse à partir de la balance.
Dans sa présentation courante, pour chacun des comptes (classés dans l’ordre du plan
SYSCOHADA), la balance fait apparaître :
 Le numéro du compte ;
 L’intitulé du compte
 Le total des débits
 Le total des crédits
 Le solde du compte qui apparait dans la colonne « solde débiteur » ou solde
créditeur » selon le cas.
Tableau n°03 : Présentation schématique de la balance
N° des Intitulé des Mouvements Soldes
comptes comptes
Débit Crédit Débit Crédit

Totaux
Source : M. Traore, 2015, Cours Comptabilité Générale, Sup ‘Management

2.3. Etablissement des états de synthèse


Dans notre étude nous allons prendre comme exemple le système normal. Les états
financiers annuels suivant ce système comprend le Bilan, le Compte de résultat, tableau
des flux de trésorerie et les notes annexes.

2.3.1. Bilan
« Le bilan est classé par origine et destination ; cette norme impose une présentation
selon la notion de cycle d’exploitation en distinguant les éléments courants et non
courants à moins qu’une présentation selon le critère de liquidité fournisse une information
plus pertinente. »
Le bilan est un document comptable qui décrit le patrimoine de l’entreprise à une date
donnée, en distinguant les éléments actifs et passifs. C’est un document de synthèse qui
doit être établi à la clôture de l’exercice comptable. Le bilan final au 31/12/N deviendra
bilan d’ouverture au 01/01/N+1. La norme ISA1 n’impose pas la présentation formelle du
bilan, cependant, le bilan doit être présenté en distinguant actifs et passifs courants et
non-courants, ou à défaut actifs et passif court terme et long terme.
Le bilan se présente sous forme d’un tableau composé de deux parties :

- La partie gauche appelée « actif »


Il comporte l’ensemble des biens matériels et immatériels nécessaires à l’exploitation de
l’entreprise (bâtiments, matériels, …etc.)
Ces éléments constituent des postes du bilan qui sont classées par ordre de liquidité
croissante.
- La partie droite appelée « passif »
C’est l’ensemble des ressources de l’entreprise qui sont classés par ordre d’exigibilité
croissante.

 Présentation schématique du bilan comptable

Tableau n°04 : Présentation schématique du bilan comptable

Actif Montant Passif Montant


Actif immobilisé   Capitaux propres  

Immob incorporelles Capital

Immob corporelles Réserve

Immob financières Résultat net


Total Capitaux propres  
Dettes financières  

Emprunts et dettes

Provisions pour risques et


charges
Total Dettes financières  
Total Actif Immobilisé   Total ressources stables  
Actif Circulant   Passif circulant  

Stock Dettes circulantes

Créances Fournisseurs d’exploitation

Autres créances Dettes fiscales et sociales


Total Actif circulant   Total passif circulant  
Trésorerie Active   Trésorerie Passive  

Titres de placement Banque, crédit d’escomptes

Banque Banques, crédit de trésorerie

Caisse Banques, découvert

ccp
Total trésorerie actif   Total trésorerie passif  
TOTAL ACTIF   TOTAL PASSIF  

Source : M. Traore, 2015, Cours Comptabilité Générales, Sup ‘Management

2.3.2. Le tableau de compte de résultat (TCR)


Le compte de résultat récapitule les produits et les charges de l’entreprise, sans qu’il soit
tenu compte de leur date d’encaissement ou de paiement. Il fait apparaitre par différence,
après déduction des amortissements et des provisions, le bénéfice ou la perte de
l’exercice.
- Donc c’est un tableau qui récapitule les charges et les produits de l’exercice, sans
qu’il soit tenu compte de leur date de paiement ou d’encaissement.
 Le bénéfice ou la perte de l’exercice.
 L’excédent ou l’insuffisance de ressource
- Le TCR décrit l’activité de l’entreprise pour une période donnée

Il est établi à la fin de l’exercice et permet de connaitre :


 L’ensemble des couts hors taxes engagé
 L’ensemble des revenus hors taxes
 Le résultat de l’exercice par la différence entre le total des produits et le total des
charges
2.3.3. Le tableau de flux de trésorerie

2.3.4. Les annexes


Elles se présentent comme un document de synthèse à part entière, elles renferment un
ensemble d’information le plus souvent ponctuelle, qui complètent et éclairent le bilan et le
compte de résultat en tant qu’elle ; elles sont indispensables à l’analyse financière.
Donc l’objectif de l’annexe est de permettre aux destinataires des comptes annuels de
mieux juger la situation financière et les résultats, en complétant par des informations
chiffrées le bilan et le compte de résultat en donnant toutes explications et en faisant tous
les commentaires indispensables à la compréhension des informations financières par
l’entreprise.
Trois types d’informations sont principalement mentionnés comme devant faire l’objet de
description dans l’état annexé :
1) les règles et méthodes comptables,
2) les compléments d’information relatifs au bilan et au compte de résultat,
3) les autres éléments d’information

2.4. Récapitulatif global de traitement comptable


Figure n°06 : schéma récapitulatif global du traitement comptable

Classement quotidien des documents servant de base à la comptabilité

Factures, chèques, bulletins de


salaire…etc.
Journal : enregistrement chronologique

530 Caisse XX

411 Client XX

Report dans les comptes du grand livre

Client

Débit Crédit

Date

Balance de vérification périodique

N° des Intitulés des mouvements soldes

Comptes Comptes débit crédit débiteur créditeur

411 Client XX XX

Totaux X X Y Y

Document de synthèse pour la période

Bilan au… Compte de résultat du… au …

Actif Passif
Charges Produits

Résultat
2.5. Les procédures de traitement
= Résultat

SSource
Annexes : M. des
(tableaux Traore, 2015, Cours
immobilisations, Comptabilitéprovisions…)
amortissements, Générale, Sup ‘Management.

Source : Etablie par nous-mêmes à la base des explications.


2.5. Les Procédures de Traitements
Les procédures de traitement sont les modes et les moyens utilisés par l’entreprise pour
que les opérations nécessaires à la tenue des comptes et à l’obtention des états de
synthèse soient effectuées dans les meilleures conditions d’efficacité sans pour autant
faire obstacle au respect par l’entreprise de ses obligations légales et réglementaires.
 L’organisation du traitement informatique doit :
 Obéir aux principes suivants :
- La chronologie des enregistrements écarte toute insertion intercalaire ;
- L’irréversibilité des traitements effectués exclut toute suppression ou addition
ultérieure d’enregistrement ;
- La durabilité des données enregistrées offre des conditions de garantie et de
conservation prescrites par la loi.
 Garantir les possibilités d’un contrôle et donner droit d’accès à la documentation
relative à l’analyse, à la programmation et aux procédures de traitement.
 Les états périodiques fournis dans le système de traitement doivent être numérotés
et datés
 Chaque donnée entrée dans le système de traitement par transmission d’un autre
système de traitement, doit être appuyée par une pièce justificative probante.
2.5.1. Eléments relatifs à l’établissement des comptes annuels
Il s’agit d’identifier les différentes fonctions de l’entreprise et de faire ressortir les relations
existant entre elles. On peut citer par exemple les fonctions suivantes : Achats, Ventes,
Immobilisation, Trésorerie, Stocks, Personnel, etc.
A ces fonctions nous rattachons leurs composantes pour la définition de la procédure
concernée.
 Procédure d’achat
Commande, réception, enregistrement comptable, Paiement des factures, Avoirs, Suivi
des comptes fournisseurs.
 Procédure des ventes
Prix de ventes, Commandes, Expédition, facturation, enregistrement comptable,
Encaissement des factures d’Avoirs, suivi des comptes clients.

 Procédure des immobilisations


Suivi des mouvements, inventaire physique, enregistrement et suivi comptable.
 Procédure des stocks
Suivi des mouvements inventaire physique, valorisation, protection.
 Procédure de trésorerie
Dépenses, recettes, enregistrement et suivi comptable protection des valeurs.
 Procédure de paie
Gestion du personnel, enregistrement et suivi comptable, paiement du personnel.

2.6. Evaluation comptable


L’évaluation est un processus de détermination des montants monétaires auxquels les
éléments des états financiers sont comptabilisés, les éléments liés directement à
l’évolution de la situation financière sont les actifs, les passifs et les capitaux propres, et
ceux liés à la performance sont les produits et les charges.
2.6.1. Système de mesure
Ils existent quatre bases d’évaluation comptable
a) Cout historique
« Le cout historique signifie que les enregistrements comptables sont évalués sur la base
de la valeur monétaire que les éléments concernés présentaient lors de leur acquisition ou
de leur production. »
Des états financiers sur la base de leur valeur à la date de leur constations sans tenir
compte des effets de variations de prix ou d’évolution du pouvoir d’achat de la monnaie.
b) La juste valeur (cout actuel)
Elle correspond au montant pour lequel un actif pourra être échangé ou un passif éteint
entre partie bien informées, consentant et agissant dans des conditions de concurrence
normale.
c) La valeur nette de réalisation
C’est le prix de vente estimé dans le cours normal de l’activité, diminué des couts estimés
pour l’achèvement et des couts estimés nécessaires pour réaliser la vente.

d) La valeur actuelle
C’est la valeur actualisée de l’estimation des flux de trésorerie futurs attendus de
l’utilisation continue de l’actif et de sa cession à la fin de sa durée d’utilité.
Le fonctionnement général des comptes
La constatation d’élément au bilan et au compte de résultat doit être faite selon les règles
de fonctionnement préconisées par le système comptable financier ; en effet ce système
prévoit une nomenclature spécifique des comptes.
- Les opérations caractérisant la situation financière de l’entreprise sont réparties en
cinq classes conduisant à l’établissement du bilan
- Les autres opérations qui caractérisent la performance sont reparties en deux
classes conduisant à l’établissement du compte du résultat.
« Les classes 0,8 et 9 non utilisées au niveau du cadre comptable sont utilisées librement
par les entités pour le suivi de leur comptabilité de gestion, de leurs engagements
financiers hors bilans ou d’éventuelles opérations particulières qui n’auraient pas leur
place dans les classes 1à7 »
2.6.2. Les règles générales de comptabilisation
La comptabilisation est le processus consistant à incorporer dans le bilan ou dans le
compte de résultat un élément des états financiers; cet élément est comptabilisé dès lors :
- Qu’il est probable que tout avantage économique futur que lui ira à l’entité ou en
proviendra ;
- Que l’élément à un coût ou une valeur peut être évalué de façon fiable ;
L’application de ces deux critères aboutit aux règles suivantes :
a) Les actifs
La comptabilisation des actifs= Ressources contrôlées + évaluation fiable.
b) Les passifs
La comptabilisation du passif = Obligations actuelles + évaluation fiable.
c) les charges
La constitution des prévisions sont rapportées aux résultats quand les raisons qui les ont
motivées ont cessé d’exister.
Une charge est comptabilisée au compte de résultat dès qu’une dépense ne produit aucun
avantage économique futur ou quand ce dernier ne remplit pas les conditions de
comptabilisation au bilan en tant qu’actif.

d) Les produits
Les produits des activités ordinaires qui proviennent de la vente de biens doivent être
comptabilisés lorsque des conditions suivantes sont satisfaites :
- L’entreprise transfert des risques et des avantages inhérents à la propriété des
biens de l’acheteur ;
- L’entreprise ne continue ni à être impliquée dans la gestion ni dans le contrat des
biens cédés ;
- Les coûts encourus concernant la transaction peuvent être évalués de façon fiable ;
Les produits provenant des ventes ou de prestation de services et autres activités
ordinaires sont évalués à la juste valeur reçue ou à la date de transaction.

Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons essayé de définir les règles et notions qui nous ont paru
utiles de présenter pour la suite de notre recherche.
Nous avons défini le système comptable comme une organisation du travail de la
comptabilité qui permet d’enregistrer, classer, résumer, et synthétiser, et on distingue trois
principaux systèmes comptables qui sont : le système classique, centralisateur, et
informatisé. Parla suite, nous avons présenté les étapes de traitement et les règles
d’enregistrement comptable, ce qui nous a permis de tenter de les mettre en pratique dans
le chapitre qui suit, dans lequel nous allons donc analyser et traiter quelques opérations
effectuées par l’entreprise FOFANA SA.
CHAPITRE 3 : PRESENTATION ET ORGANISATION GENERALE DE L’ENTREPRISE
FOFANA-SA
1. Présentation de l’entreprise FOFANA-SA
Filiale du Groupe FOFANA ET FRERES, l’entreprise FOFANA-SA (F-SA) est une Société
Anonyme avec un conseil d’Administration, au capital de 500 000 000 de FCFA.
Son siège se trouve à Sotuba (BAMAKO). Elle est immatriculée au Registre du Commerce
et du Crédit Immobilier de ladite ville le 13 mars 2009 sous le n°Ma. Bko. 2009. B. 3112.
Le capital social de l’entreprise F-SA est reparti comme suit :

 Groupe FOFANA ET FRERES : 60%

 IBRAHIM FOFANA : 25%

 OUSMANE FOFANA : 15%

La société a pour activité la distribution de produits alimentaires (riz, sucre, farine, huile
etc.) et de produits destinés à l’élevage.

L’entreprise FOFANA-SA est actuellement le leader de son secteur au Mali et dispose


d’un important réseau de distribution qui couvre tout le territoire national.

1.2. Présentation du département comptabilité de l’entreprise FOFANA-SA


Le département comptabilité de F-SA comprend neuf (09) personnes :
 Directeur Financier et Comptable : a pour mission de superviser, organiser et coordonner
les services qui assurent l’ensemble des fonctions financière, comptable et de trésorerie ;

 Chef Service Comptabilité : est l’ordonnateur de toutes les opérations comptables. Sa


mission principale est la validation de toutes ces opérations après avoir vérifié les liasses
comptables ;

 Le comptable fournisseur : a une mission basée sur la vérification, l’imputation et la saisie


de l’ensemble des factures d’achat et autres opérations liées à des charges, analyser les
comptes charges et fournisseurs, faire le rapprochement des comptes ;

 Le comptable client : a une mission basée sur la vérification, l’imputation et la saisie de


l’ensemble des factures de vente et autres opérations liées à des produits, analyser les
comptes produit et client, faire le rapprochement des comptes ;

 Le comptable banque : a une mission basée sur la vérification, l’imputation et la saisie de


l’ensemble des encaissements et des décaissements et autres opérations liées à la
trésorerie banque, analyser les comptes et faire le rapprochement des comptes ;
 Le comptable de caisse et immobilisation : a une mission basée sur la vérification,
l’imputation et la saisie de l’ensemble des encaissements et des décaissements de la
caisse et autres opérations liées à la trésorerie de caisse, analyser les comptes et faire le
rapprochement des comptes en plus de cela il est chargé de la suivie des immobilisations ;

 Chef de Trésorerie : a pour mission d’assurer la prévision et l’optimisation de la trésorerie


au sein de l’entreprise FOFANA-SA ;

 Assistant du CS Trésorerie : a pour but d’appliquer les missions et les tâches qui lui sont
confiées par le Chef du Service Trésorerie ;

 Caissier : a pour mission la gestion des règlements effectués en espèce ;

A. Le rôle du département comptabilité


Ce département a pour rôle dans l’entreprise de :
 Assurer la conformité des opérations comptables ;
 Etablir les situations financières ;
 Gérer les recettes et les dépenses ;
 Planifier les financements ;
 Etablir les factures et enregistrer les ordres de versement des clients ;
 Etablir et viser les facturations ;
 Se charger du recouvrement ;
B. Les missions du département comptabilité
Il assure l’enregistrement de toutes les opérations affectant le patrimoine de l’entreprise et
la traduction de ces données en documents de gestions
C. L’organigramme du département comptabilité
L’organigramme du département comptabilité de l’entreprise F-SA se présente comme suit
:
Figure n°07 : Organigramme de la Direction Financière et Comptable

DIRECTEUR FINANCIER ET COMPTABLE

CHEF SERVICE COMPTABILITE


CHEF DE TRESORERIE

ASSISTANT CS COMPTABLE COMPTABLE COMPTABLE COMPTABLE

CAISSE CLIENTS BANQUE CAISSE ET FOURNISSEUR


TRESORERIE
IMMOB

Source : FOFANA-SA, Organisation, Manuel de procédures administratives


financières et comptables, P25

D. Le plan Comptable général


La tenue des comptes est réalisée à travers un plan des comptes dénommé plan
Comptable général, structuré selon les classes des comptes suivantes :

N° Compte Libellé
10100000 CAPITAL SOCIAL
10610000 ECART DE REEVALUATION LIBRE
11100000 RESERVES LEGALES
11880000 RESERVES DIVERSES
12100000 REPORT A NOUVEAU CREDITEUR
13010000 RESULTAT EN INSTANCE AFFECTATION
16211000 EMPRUNT ECOBANK RESTRUCTURATION
16510001 DEPOT DE GARANTIE
19500000 PROVISION POUR IMPOT
19610000 PROVISIONS POUR PENSIONS ET OBLIGAT
21315800 LOGICIELS
21400000 MARQUES
21900000 MARQUES
21930000 LOGICIELS EN COURS
22216802 TERRAIN A BATIR /SIKASSO
22316802 TERRAIN BATIS SEGOU
23814300 AUTRES INSTALLAT° ET AGENCEMENTS
23914300 BATIMENTS EN COURS
24110000 MATERIEL ET OUTILLAGE
24514500 MATERIEL TRANSPORT AUTOMOBILE
24584500 MOTO DE COURSE
24884500 AUTRES MATERIELS
24954500 MATERIEL DE TRANSPORT EN COURS
25200000 AVCES & ACPTE VERSES SUR IMMO CORPO
27180000 PRET REMB HAROUNA KEITA RCI
27211000 PRETS
27220000 PRETSMOBILIERS ET D'INSTALLATION AU
27510000 DEPOT POUR LOYERS D'AVANCE
27520000 DEPOTS POUR L'ELECTRICITE
27530000 DEPOTS POUR L'EAU
28130000 AMORTIS.LOGICIELS ET SITE INTERNET
28310002 AMORTIS.BATIMENT MOPTI
28310003 AMORTIS.BATIMENT INDUS SEG
28320000 AMORTIS.BATIMENTS SUR SOL AUTRUI
28340000 AMORTIS.DES AMENAGEMENTS AGENCEMENT
29710000 DEPRECIATIONS DES PRETS ET CREANCES
29750000 DEPRECIATIONS DES DEPOTS ET CAUTION
29780000 DEPRECIATIONS DES CREANCRES FINANCI
31110006 STOCK DE HUILE
31110007 STOCK DE BOUIL JONKE
31110008 STOCK DE JUS
39100000 DEPRECIATIONS DES STOCK DE MARCHAND
40110000 FOURNISSEURS COLLECTIFS
40120000 FOURNISSEUR COLLECTIF GROUPE
40210000 FOURNISSEURS EFFET A PAYER
41500000 CLIENTS EFFETS A L'ESCOMPTE
41620000 CREANCES CLIENTS DOUTEUSES
41910000 CLIENTSAVANCES ET ACOMPTES RECUS
41920000 CLIENTS GRPE AVANCES ET ACOMPTES RE
42110000 PERSONNEL,AVANCES
42200000 PERSONNEL REMUNERAT.DUES
42810000 DETTES PROVISIONNEES POUR CONGES A
43100000 SECURITE SOCIALE
43820000 CHARGES SOCIALES SUR CONGES A PAYER
44100000 IMPOT SUR SOCIETE A PAYER
44210000 IMPOTS ET TAXES D'ETAT
44260000 DROITS DE DOUANE
44410000 TVA NETTE A PAYER
44490000 ETAT CREDIT DE TVA A REPORTER
44710000 ITS
44721000 ETAT CFE A PAYER
44721100 ETAT TL A PAYER
44721200 ETAT TFP A PAYER
44721300 ETAT TEJ A PAYER
44740000 CONTRIBUTION NATIONAL SOLIDARITE
44860000 CHARGE A PAYER
52110003 BMS SA
52110004 ECOBANK
52110005 BDM AP I
57110000 CAISSE DEPENSES BAMAKO
57110100 CAISSE DEPENSES BAMAKO
58110002 CAISSE REGIE D'AVANCE SEGOU
58110004 CAISSE REGIE D'AVANCE SIKASSO
58199999 COMPENSATION
58500000 VIREMENT INTERNE
58500010 VIR.POUR ALIMENTATION CAISSE
58800000 VIREMENT REPRESENTATION GDCM
59200000 DEPRECIATION DES COMPTES BANQUES
60114602 ACHAT DE SUCRE DANS LA REGION
60114603 ACHAT D'HUILE DANS LA REGION
60114604 ACHAT DE JUS DANS LA REGION
60114605 ACHAT ENGRAIS DANS LA REGION
60584700 ACHAT DE TRAVAUX MATERIEL MOB ET EQ
60811700 EMBALLAGES PERDU EN CARTON OU EN PA
60812200 EMBALLAGES PERDU EN PLASTIQUE
61214900 TRANSPORT SUR VENTES
61414900 TRANSPORT DE PERSONNEL
61614900 TRANSPORT DE PLIS
61814900 VOYAGE ET DEPLACEMENT
62226800 LOCATIONS MAGASINS
66110000 SALAIRES ET APPOINTEMENTS
66120000 PRIMES, GRATIFICATIONS / PERSONNEL
66130000 CONGES PAYES
66140000 INDEMNITE DE PREAVIS, DE LICENCIEME
66170000 AVANTAGES EN NATURE AU PERSONNEL
66180000 AUTRES REMUNERATIONS DIRECTES
66320000 INDEMNITES DE REPRESENTATION
66410000 PART PATRONALE (INPS)
66840000 MEDECINE ET PHARMACIE
67126401 FRAIS FINANCIERS BOA
67126402 FRAIS FINANCIERS BMS
67126403 FRAIS FINANCIERS ECOBANK
67446400 INTERETS SUR DETTES COMMERCIALES
68120000 DOTATIONS AUX AMORTISSEMENTS DES IM
68130000 DOTATIONS AUX AMORTISSEMENTS DES IM
69110000 DOTATION POUR RISQUES ET CHARGES
69710000 DOTATIONS AUX PROV° RISQUE CHARGES
69720000 DOTATIONS AUX DEPRECIAT°IMM FINANCI
70112005 VENTES ENGRAIS DANS LA REGION
70114601 VENTES DE RIZ IMPORTE DANS LA REGIO
70610000 SERVICES VENDUS DANS LA REGIONS
70636100 SERVICES VENDUS /FACTURATION GSM
70710000 PORTS,EMBALLAGES PERDUS ET AUTRES F
70736800 LOCATIONS
79110000 REPRISES PROV POUR RISQUE ET CHARGE
79710000 REPRISE PROVISIONS POUR RISQUES
79720000 REPRISES PROV IMMO FINANCIERES
81200000 VCN DES IMMO CORP CEDEES
82200000 PRODUITS DE CESSION IMMO.CORPO
89110000 IMPOTS SUR ACTIVITES EXERCEES

2. Organisation et traitements comptables au sein de l’entreprise FOFANA-SA

Dans cette section on traitera l’organisation du département comptabilité (matérielle,


humaine, temporelle et fonctionnelle) ainsi que les traitements effectués sur les différentes
opérations.
2.1. Organisation matérielle
L’organisation matérielle du département comptabilité se fait par l’étude des éléments
Suivants :
 Comptabilisation des Opérations
Tâche 1 : Réception des pièces Comptables

A. Cas des pièces Comptables d’origine externe


La Secrétaire,

(1) reçoit les pièces Comptables d’origine externe

(2) appose le cachet ‘’Arrivée’’ et renseigne les parties réservées à l’inscription de la date d’arrivée
et du N° d’enregistrement

(3) transmet au Directeur général (premier responsable) les pièces Comptables.


Les pièces Comptables d’origine externe sont essentiellement les factures fournisseurs, les
relevés bancaires

(4) le directeur général reçoit les documents, les analyses et les imputent au Directeur Financier et
Comptable.

B. Cas des pièces Comptables établies par la Société


Le Directeur Financier et Comptable reçoit les pièces Comptables

Tâche 2 : Vérification des pièces Comptables

(1) Le Directeur Financier et Comptable transmet au Chef du Service Comptabilité les pièces
Comptables.

(2) Le Chef du Service Comptabilité vérifie les pièces Comptables.

La vérification du Chef du Service Comptabilité porte sur :

 La régularité des pièces Comptables à savoir la présence sur la pièce Comptable des
mentions obligatoires et des signataires habilités

 L’exactitude des sommes arithmétiques (calculer par Excel)

 La conformité des pièces Comptables aux supports de l’opération (Contrat, Bon de


Commande, Bon de Travail, Bordereau de Livraison, Bordereau de Réception).

Tâche 3 : Imputation des pièces comptables

Le Chef du Service Comptabilité,

(1) appose le cachet imputation sur la pièce Comptable et indique les comptes à débiter et à
créditer sur les lignes prévues à cet effet

(2) transmet au Comptable la pièce Comptable.

Tâche 4 : Saisie informatique des pièces Comptables

L’Agent Comptable

(1) saisit la pièce Comptable dans le module saisie par lot du logiciel sage comptabilité 100
Comptabilité, sur la base de l’imputation indiquée par le Chef Comptable

(2) appose le cachet saisi sur la pièce Comptable.


La date de saisie des pièces d’origines interne est leur date d’établissement, et celle des pièces
d’origine externe est leur date de réception par la Société.

Tâche 5 : Validation des saisies par le Chef Comptable

(1) Le Chef du Service Comptabilité en fin de journée,

- Vérifie les saisies effectuées par les Comptables

- Valide les écritures saisies en autorisant leur déversement dans la Comptabilité

- Informe le Comptable de la validation des écritures

(2) L’Agent Comptable reporte le numéro chronologique de saisie fourni par le logiciel, sur la pièce
Comptable.

Tâche 6 : Classement des pièces Comptables

Le Comptable range la pièce Comptable, selon l’ordre chronologique des numéros de saisie, dans
un classeur réservé à cet effet.

Un classeur est ouvert pour chaque Journal Comptable. Le nom du Journal et les numéros de
saisie des pièces Comptables qu’il comporte doivent être mentionnés sur la couverture du
classeur.

Le suivi de la comptabilité de l’entreprise FOFANA-SA est effectué à travers des contrôles


mensuels (analyse de comptes, rapprochement des livres auxiliaires et généraux) et des contrôles
de fin d’année (travaux d’inventaire).

 Les analyses de comptes mensuelles


Tâche 1 : Analyse du compte
Le Comptable, le 05 de chaque mois et pour les comptes qu’il a en charge
- Edite le Grand Livre
- Effectue le lettrage
- Analyse les soldes
- Explique les écarts décelés.
Tâche 2 : Régularisation des comptes
(1) Le Comptable transmet le dossier au Chef du Service Comptabilité au plus tard le 07
du mois
(2) Le Chef du Service Comptabilité vérifie les travaux, propose les écritures de
régularisations à effectuer puis retourne le dossier au Comptable le 09 du mois suivant
(3) L’Agent Comptable saisie les régularisations indiquées par le Chef Comptable.
Tâche 3 : Transmission du dossier au Chef du Service Comptabilité

(1) L’Agent Comptable transmet le dossier au Chef Comptable au plus tard le 10 du mois

(2) Le Chef du Service Comptabilité vérifie et classe le dossier

Le dossier comporte :

 Le Grand Livre avant régularisation

 Les explications de l’écart

 Les écritures de régularisation

 Le Grand Livre après régularisation.

 Rapprochement mensuel des livres auxiliaires et livres généraux


Tâche 1 : Rapprochement de la balance générale et des balances auxiliaires
L’Agent Comptable, au plus tard le 08 du mois,

- Edite la balance générale et les balances auxiliaires respectives

- Rapproche les soldes et les mouvements des deux documents pour chaque compte
concerné

- Explique les écarts

- Transmet le dossier au Chef du Service Comptabilité.

Tâche 2 : Contrôle du Chef Comptable

Le Chef du Service Comptabilité vérifie et classe le dossier.

 travaux d’inventaire
Tâche 1 : Etablissement du programme d’inventaire

(1) Le Directeur Financier et Comptable demande au Chef du Service Comptabilité d’établir le


programme d’inventaire au plus tard le 01 Décembre

(2) Le Chef du Service Comptabilité établit et transmet au Directeur Financier et Comptable le


programme d’inventaire.
Tâche 2 : Validation du Programme d’inventaire

Le Directeur Financier et Comptable vérifie, vise et remet au Chef du Service Comptabilité le


programme d’inventaire.

Tâche 3 : Déroulement des travaux d’inventaire

Le Chef du Service Comptabilité en collaboration avec les membres de l’équipe effectue les
arrêtés et régularisations nécessaire au plus tard le 20 Janvier.

 Production des états financiers


 Principes Généraux

L’entreprise FOFANA-SA a obligation de produire ses états financiers pour chaque exercice
comptable.

L’exercice comptable correspond à l’année civile, par conséquent la date de clôture est fixée au 31
Décembre.

La date d’arrêté des comptes est fixée au plus tard 04 mois après la date de clôture, c'est-à-dire le
30 Avril.

Elle correspond à la date à partir de laquelle aucune écriture ne peut être enregistrée dans la
Comptabilité de l’exercice clôturé.

La date d’approbation des comptes est fixée au plus tard 06 mois après la date de clôture, c'est-à-
dire le 30 Juin.

Les états financiers doivent être approuvés par l’Assemblé Générale des Actionnaires.

Les états financiers sont présentés conformément aux normes de présentation du Système
Normal, et sont composés de :

- Le Bilan (Voir Annexe Gestion Comptable N°1…)

- Le Compte de Résultat (Voir Annexe Gestion Comptable N°2…)

- Le TAFIRE (Voir Annexe Gestion Comptable N°3…)

- L’Etat Annexé (Voir documents de référence du SYSCOA)

 Edition des états financiers


Tâche 1 : Edition
(1) Le Directeur Financier et Comptable demande au Chef du Service Comptabilité
d’éditer les états financiers
(2) Le Chef du Service Comptabilité édite les états financiers sur le logiciel SAGE Etat
Financier et les remet au Directeur Financier et Comptable.
Tâche 2 : Vérification
Le Directeur Financier et Comptable vérifie la cohérence des états financiers.
Tâche 3 : Classement
Le Directeur Financier et Comptable classe les états financiers dans une chemise ouverte à cet
effet, après vérification.

 Production du Livre d’inventaire


Tâche 1 : Constitution du Livre d’inventaire
(1) Le Directeur Financier et Comptable demande au Chef du Service Comptabilité de constituer le
Livre d’Inventaire

(2) Le Chef du Service Comptabilité constitue et remet au Directeur Financier et Comptable le


Livre d’inventaire

Le Livre d’Inventaire est composé de :

 Le Bilan et le Compte de Résultat de chaque exercice

 Le résumé de l’opération d’inventaire.

Tâche 2 : Validation du Livre d’Inventaire

Le Directeur Financier et Comptable vérifie, vise et remet au Chef du Service Comptabilité le Livre
d’inventaire.

Tâche 3 : Classement du Livre d’Inventaire

Le Chef du Service Comptabilité classe le Livre d’inventaire dans une chemise ouverte à cet effet.
2.2. L’organisation humaine
L'examen de l'organisation humaine du département comptabilité se basera sur deux
points, notamment :
- La structure organisationnelle ;
- Le personnel ;
2.2.1. La structure organisationnelle
Nous savons que la structure organisationnelle est importante dans la mise en place de
l'organisation comptable car elle définit les postes, les tâches et les relations réciproques
entre les différents postes.
En effet, le département comptabilité dispose d'une structure organisationnelle qui définit
effectivement les postes, les tâches et les relations réciproques entre les postes.
En visualisant l'organigramme général repris dans les lignes précédentes, le département
comptabilité est dirigé par un Directeur Financier et Comptable qui supervise plusieurs
agents du département comptabilité.
2.2.2. Le personnel
Nous savons que l'affectation du personnel comptable doit tenir compte du profil repris. En
fait, le personnel comptable doit être qualifié et compétent.
2.3. L’organisation temporelle
L’organisation temporelle est l’ensemble des tâches effectuées soit: quotidiennement,
mensuellement et annuellement.
2.3.1. Les tâches quotidiennes
 La vérification des pièces justificatives : Lorsque les pièces justificatives arrivent au
département comptabilité, elles font l'objet d'une vérification portant sur:
- La date ;
- les montants ;
- le cachet ;
- les noms de l'expéditeur et du destinataire.
 Le recensement et le collage des pièces comptables : Après la vérification, les
pièces comptables sont classées par date et par nature et sont ensuite collées sur
des papiers.
 Le classement des pièces justificatives : Les pièces comptables collées sont
ensuite classées dans des chronos par ordre chronologique et par mois.
 L'imputation des pièces comptables : L'imputation consiste à placer les comptes qui
doivent être utilisés au regard des informations fournies par la pièce comptable.
En effet, les pièces comptables classées sont imputées sur des fiches appelées " Pièces
d'Imputations Comptables".
 La saisie des pièces comptables : Après l'imputation, les pièces comptables sont
saisies à la machine au niveau du logiciel concerné. La saisie se fait par pièces et
par journaux dans l'ordre chronologique.
2.3.2. Les tâches mensuelles
A la fin de chaque mois, l'entreprise F-SA effectue les opérations suivantes :
- Salaires (paie, prime,…..) ;
- Déclaration fiscale ;
- Etat de rapprochement bancaire ;
- Etat de rapprochement des recouvrements avec commercial ;
- Etat de rapprochement des achats avec service achat ;
- Rapport mensuel ;
- TCR mensuel.
2.3.3. Les tâches annuelles (l’élaboration des états financiers)
Le règlement impose l'établissement annuel pour chaque exercice (12 mois) des
documents d'information dénommés « états financiers annuels ». Pour préparer ces
derniers le département comptabilité et finance de l’entreprise F-SA doit solder toutes les
factures reçues, puis analyser les comptes, pour enfin arriver à l’établissement de ses
états.
Les états financiers annuels comprennent le bilan, le tableau des comptes de
résultat(TCR), le tableau financier des ressources et des emplois ainsi que l'état annexé.
Les états financiers doivent être déposés aux impôts au plus tard le 30 avril N+1.

2.4. L’organisation fonctionnelle


L’entreprise FOFANA-SA a un système comptable « centralisateur » qui consiste pour elle
à l’enregistrement des informations que contiennent les pièces justificatives dans les
différents journaux auxiliaires, ceux-ci permettent l’élaboration à l’ordinateur.
La comptabilité de l’entreprise F-SA étant informatisée, les journaux auxiliaires sont
présentés sous forme des bordereaux. Ainsi, nous citons par exemple :
 Le livre bordereau de caisse ;
 Le livre bordereau de banque.
Nous savons que le système comptable est un ensemble de registres ou documents
destinés à l'enregistrement chronologique des opérations comptables. C’est un
agencement des journaux.
Ainsi, au sein de l’entreprise FOFANA-SA, le processus de traitement comptable
comprend les étapes ci-après :
 Les pièces justificatives : qui constituent la base du traitement comptable ;
 Les journaux auxiliaires (livre bordereaux) : qui enregistrent toutes les opérations
comptables ;
 Le journal centralisateur : qui centralise les écritures des journaux auxiliaires ;
 Le grand livre : qui présente l'ensemble des comptes de l’entreprise F-SA;
 La balance provisoire de vérification : qui présente la situation avant l'inventaire;
 L'inventaire extra comptable : qui constitue le rapprochement des soldes comptable
avec les réalités ;
 La balance définitive : qui présente la situation après inventaire ;
 Les tableaux de synthèse ou états financiers.
Donc, la structure du département de comptabilité est composée de manière à faciliter le
circuit des documents comptables.
Dans son organisation matérielle, elle met tous les moyens matériels possibles à sa
disposition et par conséquent, la circulation des pièces justificatives est très fluide.
Dans son organisation humaine, il existe un Directeur Financier et Comptable, deux chefs
de comptabilité et de trésorerie et quatre cadres comptables principaux.
Dans son organisation temporelle Nous avons détaillé toutes les tâches quotidiennes,
mensuelles, et annuelles du département de comptabilité.
Dans son organisation fonctionnelle elle utilise le système centralisateur, qui consiste à
remplacer le journal unique par un certain nombre des journaux divisionnaires appelés
journaux auxiliaires. Chaque journal affecte un type d'opération principale
2.5. Organisation des travaux comptables avec division du journal
Le livre journal est divisé en journaux auxiliaires ou journaux divisionnaires. Ces derniers
permettent la division du travail comptable c’est-à-dire ; chaque employé est spécialisé sur
un journal, cette division a pour but de mieux organiser le travail comptable.
2.5.1. Etablissement des journaux comptables divisionnaires
Le Chef du Service Comptabilité crée, dans le logiciel de Comptabilité SAARI Comptabilité, les
journaux Comptables nécessaires, selon la procédure décrite dans le Manuel d’utilisation du
logiciel.

Tableau n°05 : Les principaux journaux Comptables

Journal Opérations qui y sont enregistrées


Le journal Achats Acquisitions de Biens et Services

Le journal de Banque Mouvements effectués sur les comptes


bancaires. Un journal Banque est ouvert
pour chaque compte bancaire

Le journal de Caisse Encaissements et décaissements réalisés


au niveau de la Caisse

Le journal des Ventes Ventes effectuées par la société

Le journal des Salaires Salaires et prélèvements fiscaux et sociaux

Report à nouveau

…………….

……………..

Opérations Diverses écritures non enregistrées dans les


journaux cités ci-dessus

Source : FOFANA-SA, Gestion Comptable, Manuel de procédures administratives


financières et comptables, P8

2.5.2. Processus de gestion comptable


L’organisation du traitement de l’opération comptable passe par cinq étapes principales
qui sont les suivantes :
 La collecte et interprétation de pièces justificatives ;
 Enregistrement des opérations dans le livre journal ;
 Report des enregistrements dans le grand livre ;
 Etablissement périodique d’une balance ;
 Etablissement du bilan et du compte de résultat.
CHAPITRE 4 : CRITIQUES DE L’EXISTANT ET LES SOLUTIONS IDOINES Y
AFFERANT
La comptabilité de l’entreprise FOFANA-SA est bien organisée car elle permet de
préparer le travail, de le deviser en tâches, de le simplifier dans l’exécution des tâches
comptable, de faire faciliter le contrôle des opérations à la direction, d’être en possession
d’information afin de prendre des décisions au moment voulu.
Cependant toutes entreprises contiennent des failles dans son organisation et l’entreprise
FOFANA SA ne fait pas l’exception, nous allons en citer quelques-unes :

 La société a un DFC mais les états financiers sont produits à l’externe


ceci est traduit par un manque de compétence
 Le manuel de procédure n’est pas suivi à la lettre, en effet les
procédures mensuelles d’arrêter les comptes ne sont pas respectées
 Les contrôles inopinés de caisse ne sont pas faits
 Une mise à jour aux nouvelles normes comptables n’est pas faite
 Depuis janvier 2018 une nouvelle norme du SYSCOHADA révisé à été
en vigueur alors que la Direction n’a pas organisé de formation pour les
comptables concernant cette norme
 Nous avons observé un grand problème de retard du personnel

Nous suggérons aux dirigeants de FOFANA-SA les mesures suivantes :


 Se conformer aux nouvelles normes du nouveau SYSCOHADA
 Organiser les formations nécessaires permettant aux comptables de se conformer
aux nouvelles normes du SYSCOHADA
 Améliorer sa gestion des logiciels de gestion comptable de la dernière version pour
éviter les opérations extra comptable
 Faire les contrôles inopinés des caisses pour éviter tout risque de vol
 Pourquoi pas souvent accorder des bourses d’études aux employés méritants afin
qu’ils puissent s’élargir et se rénover dans leur domaine
 Concernant leur grand problème de retard du personnel, le DRH doit s’assurer que
les employés respectent à la lettre les consignes d’heure d’arrivée et de départ
comme toute entreprise normale.
CONCLUSION GENERALE
Au terme de notre étude portant sur l’organisation interne du service comptable dans une
entreprise privée, cas de FOFANA-SA, ce travail a été réparti en quatre chapitres dont
deux théoriques, un pratique et le dernier concernant nos critiques et solutions.
Après l’analyse et le traitement des données qui ont été mises à notre disposition suivant
une demande purement comptable, les réponses suivantes sont réservées aux
préoccupations posées dans la partie introductive du travail.
L’objectif de toute entreprise privée est de générer un bénéfice, une des finalités de la
comptabilité est de mesurer le bénéfice ou la perte réalisée par l’entreprise à travers ses
documents comptables (bilan, TCR), c’est pour ça que chaque entreprise doit tenir une
comptabilité quelque soit sa taille.
La comptabilité est un outil qui sert à informer les différents agents économiques de
l’entreprise sur l’état de santé financier de celle-ci, son activité et ses perspectives futures.
Elle est aussi la traduction chiffrée de l’ensemble des opérations effectuées par
l’entreprise dans des différents documents comptables (bilan, TCR, etc.) en respectant les
normes comptables et les obligations légales.
L’organisation comptable de l’entreprise se matérialise par un système comptable, un plan
de comptes, des documents et des procédures de traitement comptables.
L’organisation comptable de l’entreprise FOFANA-SA a une importance capitale au sein
de son département, car elle assure le suivie de toutes ses activités.
En outre l’organisation comptable est une condition nécessaire pour permettre à celle-ci la
mise en œuvre d’outils d’analyse et l’évaluation pertinente de l’information produite par
l’entreprise afin de développer les stratégies nécessaires à sa croissance et à l’extension
de ses parts sur le marché.

BIBLIOGRAPHIE
Les ouvrages :

Hammam M, 2011, comptabilité générale, éditions le savoir, Algérie, p67.

Entreprise FOFANA-SA, organisation, Manuel de procédures administratives financières


et comptables, p25

Les cours :

M.Sanogo Aboubacar, 2015, cours d’organisation des entreprises, Sup ’Management

M. Traore, 2015, cours comptabilité générale, Sup ‘Management

Les textes réglementaires et législatifs :

Acte uniforme relatif au droit comptable et à l’information financière & système comptable
OHADA

Webographie :

www.Compta-facile.com

www.ohada.com
ANNEXES
Annexe1 : le bilan comptable provisoire du 31 décembre 2016

Annexe2 : le compte de résultat provisoire

Annexe3 : le tableau financier des Ressources et des Emplois


Table des matières
Introduction générale.....................................................................................................1

Chapitre 1 : Notions, concepts et considérations théoriques générales sur l’organisation


comptable......................................................................................................................6

1. Etude de fonctionnement interne de l’entreprise et du service comptable.........6

1.1. Généralités sur l’entreprise................................................................................6

1.1.2. Le rôle de l’entreprise......................................................................................6

1.1.3. Les différents types d’entreprises et leurs classifications................................7

1.1.4. Objectifs de l’entreprise...................................................................................9

1.1.5. Caractéristiques des entreprises...................................................................12

1.1.6. Différentes fonctions de l’entreprise..............................................................13

1.2. Généralité sur la comptabilité.........................................................................13

1.2.1. L’historique de la comptabilité.......................................................................13

1.2.2. Définition de la comptabilité...........................................................................15

1.2.3. Rôle et objectifs de la comptabilité................................................................15

1.2.4. Les principes généraux de la comptabilité....................................................16

1.3. Fonctionnement comptable dans l’entreprise................................................19

1.3.1. Comptabilité générale....................................................................................19

1.3.2. Comptabilité analytique de gestion................................................................20

2. Approche théorique sur l’organisation comptable et ses fondements................22

2.1. Définitions de l’organisation comptable............................................................22

2.2. Le rôle de l’organisation comptable..................................................................22

2.3. L’objectif de l’organisation comptable...............................................................22

2.4. Les types d’organisation comptable.................................................................23

2.4.1. L’organisation matérielle................................................................................23

2.4.2. L’organisation humaine de la structure de la comptabilité............................27


2.4.3. L’organisation temporelle...............................................................................28

2.4.4. L’organisation fonctionnelle...........................................................................29

2.5. Le schéma de l’organisation comptable...........................................................31

Conclusion :...............................................................................................................32

Chapitre 2 : l’organisation interne du service comptabilité dans une entreprise33

1. Les systèmes comptables.................................................................................34

2. Les traitements comptables.............................................................................35

2.1. Les méthodes d’enregistrement.......................................................................35

2.2. Les étapes d’enregistrement............................................................................36

2.2.1. Enregistrement au journal..............................................................................36

2.2.2. L’enregistrement dans le grand livre..............................................................38

2.2.3. La balance des comptes................................................................................41

2.3. Etablissement des états de synthèse...............................................................42

2.3.1. Bilan...............................................................................................................42

2.3.2. Le tableau de compte de résultat (TCR).......................................................45

2.3.3. L’annexe.........................................................................................................45

2.4. Récapitulatif global de traitement comptable....................................................46

2.5. Les Procédures de Traitements........................................................................47

2.5.1. Eléments relatifs à l’établissement des comptes annuels.............................47

2.6. Evaluation comptable...........................................................................................48

2.6.1. Système de mesure.......................................................................................49

2.6.2. Les règles générales de comptabilisation.....................................................50

Chapitre 3 : Présentation et organisation générale de FOFANA-SA...................52

1. Présentation de FOFANA-SA...............................................................................53

1.2. Présentation de département comptabilité de FOFANA-SA............................53

A. Le rôle du département comptabilité.................................................................54

B. Les missions du département comptabilité.......................................................55


C. L’organigramme du département comptabilité..................................................55

D. Le plan Comptable général...............................................................................57

2. Organisation et traitements comptable au sein de FOFANA-SA.........................57

2.1. Organisation matérielle.....................................................................................57

A. Cas des pièces Comptables d’origine externe....................................................58

B. Cas des pièces Comptables établies par la Société...........................................58

2.2. L’organisation humaine.....................................................................................65

2.2.1. La structure organisationnelle........................................................................65

2.2.2. Le personnel..................................................................................................66

2.3. L’organisation temporelle..................................................................................66

2.3.1. Les tâches quotidiennes................................................................................66

2.3.2. Les tâches mensuelles..................................................................................67

2.3.3. Les tâches annuelles (l’élaboration des états financiers)..............................67

2.4. L’organisation fonctionnelle..............................................................................67

2.5. Organisation des travaux comptables avec division du journal.......................69

2.5.1. Etablissement des journaux comptables divisionnaires................................69

2.5.2. Processus de gestion comptable...................................................................70

Conclusion générale.................................................................................................71

BIBLIOGRAPHIE.........................................................................................................74

Annexes.......................................................................................................................75

Vous aimerez peut-être aussi